Vous êtes sur la page 1sur 73

MEMOIRE DU MASTER 2

Pour obtenir le diplôme du

MASTER RECHERCHE

en

Chimie Physique, Matériaux et Catalyse

Présenté et soutenu par :

Khaled CHAWRABA

Le 12 Septembre 2017

Titre

Développement de colles chirurgicales photopolymérisables

Responsable de stage
Pr. Joumana Toufaily

Rapporteurs
Pr. Tayssir Hamieh
Dr. Wassim Rammal

Lebanese University-Faculty of Science


Table de matière

Remerciements.......................................................................................................................... 3
Liste des figures ........................................................................................................................ 4
Liste des tableaux ..................................................................................................................... 6
Liste des abréviations ............................................................................................................... 7
Introduction .............................................................................................................................. 8
Chapitre Ι : Bibliographie ....................................................................................................... 9
Partie 1: étude de la structure de la peau et de la pénétration des composés chimiques
dans la peau............................................................................................................................... 9
I.1.1 Introduction: ................................................................................................................ 10
I.1.2 Structure de la peau et sa permeation: ...................................................................... 10
I.1.3 Influence des propriétés physico-chimiques des actifs sur leur pénétration
Cutanée: .................................................................................................................................. 11
Partie 2 : Traitement de la peau............................................................................................ 13
I.2.1 Introduction : ............................................................................................................... 14
I.2.2 Traitement chimiques : ............................................................................................... 14
I.2.3 Traitement physique : ................................................................................................. 19
Partie 3: Photopolymérisation ............................................................................................... 23
I.3.1 Introduction : ............................................................................................................... 24
I.3.2 Photopolymérisation radicalaire : ............................................................................. 24
I.3.3 Photopolymérisation cationique : .............................................................................. 25
Partie 4 : Les différents types de colle .................................................................................. 27
I.4.1 Les cyanoacrylates : .................................................................................................... 28
I.4.2 Les polyuréthanes : ..................................................................................................... 31
I.4.3 Les polyéthylènes glycol (PEG): ................................................................................. 32
I.4.4 Les polyesters:.............................................................................................................. 33
Chapitre Ⅱ: partie expérimentale ......................................................................................... 36
II.1 Protocole d’irradiation des échantillons: .................................................................. 37
II.2 Protocole de pelage (à la main) : ................................................................................ 37
II.3 Test d’angle de contact DSA-100 S ............................................................................ 38

1|Page
II.4 Test mécanique (Dynamomètre INSTRON 4505) – test de pelage : ....................... 42
Chapitre Ⅲ : Résultats et discussion.................................................................................... 45
III.1 Effet de traitement chimique sur l’angle de contact: ............................................... 46
III.2 Effet du temps de traitement :.................................................................................... 48
III.3 Effet de traitement physique : .................................................................................... 50
III.4 Test de pelage : ............................................................................................................ 53
III.5 Test mécanique de pelage : ......................................................................................... 58
a. Effet des différents traitements chimiques de surface sur la force de pelage : ...... 60
b. Effet de l’incorporation des solutions de traitement de surface directement dans la
formulation de la couche 1 : .................................................................................................. 61
c. Effet de transcutol sur la force de pelage : ................................................................ 63
d. Diminution de l’irritation de la peau :....................................................................... 65
e. Effet du traitement physique (abrasion mécanique) sur la force de pelage : ........ 66
Conclusion et perspectives ..................................................................................................... 67
Références ............................................................................................................................... 69

2|Page
Remerciements
Ce travail a été effectué en collaboration entre le laboratoire de Matériaux, Catalyse,
Environnement et Méthodes analytiques (MCEMA) à l’Université Libanaise et
l’institut de Science des Matériaux De Mulhouse (IS2M-CNRS) sous la direction
des Professeurs Joumana Toufaily et Jacques LALEVEE.

Tout d’abord, ma gratitude au Dr. Cathie VIX, directrice de l’IS2M, Prof. Tayssir
HAMIEH, directeur de laboratoire MCEMA et Prof. Joumana TOUFAILY,
coordinatrice de laboratoire MCEMA et coordinatrice du Master 2 Recherche «
Chimie Physique, Matériaux et Catalyse » pour leur collaboration scientifique qui a
ouvert la voie à mon stage.

Je tiens tout particulièrement à remercier Pr. Jacques LALEVEE et l’ingénieur Jean-


Philippe Schwebelen pour leurs patiences et leurs conseils sur les aspects théoriques
et expérimentaux de mon travail.

Mes remerciements vont aussi au Prof. Tayssir HAMIEH et Dr. Wassim RAMMAL
qui m’ont fait l’honneur d’examiner ce manuscrit et de participer au jury de ce stage.

Ma grande gratitude à Assi El Moussawi pour son sincérité et ses aides et ses
encouragements constants durant le stage.

Je remercie également tous mes amis (Kassem Moukahal, Ali Said, Jawad et Fadel
Hallal, Haifa Mokbel, Boushra Mortada, et Layla El Hanash) à Mulhouse avec qui
j’ai passé des moments conviviaux.

Enfin, à ma famille, je dis un grand merci pour son soutien, sa patience et ses
encouragements. Je voudrais également remercier tous mes cousins et mes amis qui
m’ont perpétuellement encouragé et soutenu.

3|Page
Liste des figures
Figure 1. Voies de pénétration à travers la peau. [6]. .................................................................... 11
Figure 2. Catégories des différents composés promoteurs d’absorption avec un exemple type
de structure chimique pour chaque groupe. [8]. ............................................................................ 14
Figure 3. Actions des promoteurs d’absorption sur les lipides du stratum corneum [13]. ............ 15
Figure 4. Les différentes techniques physiques. [20] .................................................................... 19
Figure 5. Représentations des différentes tailles des micronodules. ............................................. 21
Figure 6. Exemple des appareils d’injection de flux de liquide sans aiguilles. ............................. 21
Figure 7. Différentes formes des techniques d’abrasion de la peau. ............................................. 22
Figure 8. Représentation schématique du processus de photopolymérisation. ............................. 24
Figure 9 .schéma de l’étape d’amorçage. [32] .............................................................................. 24
Figure 10. Schéma de l’étape de propagation. .............................................................................. 25
Figure 11. Réaction de décomposition de photo-amorceur cationique. ........................................ 26
Figure 12. Réaction de propagation de cycle d’époxyde. ............................................................. 26
Figure 13. (A) Synthèse de monomère alkyl-2-cyanoacrylate et (B) réaction de
polymérisation. .............................................................................................................................. 28
Figure 14. Structure chimique du Butyl-2-cyanoacrylate. La partie entourée correspond au
groupement Alkyl variable d’une colle à l’autre. .......................................................................... 29
Figure 15. Adhésion tissulaire et mécanismes de réticulation des adhésifs à base d'uréthane...... 31
Figure 16. Réticulation et formation de réseau de la colle à base de double PEG à 4 bras
coiffés de glutarate de succinimidyle et de thiol. .......................................................................... 33
Figure 17. Structure chimique de (A) poly (alpha-caprolactone) (PCL), (B) isophorone
diisocyanate (IPD) et (C) hexamethylene diisocyanate (HDI). ..................................................... 34
Figure 18. Représentation schématique des réactions chimiques impliquées dans la synthèse
membranaire. [54] ......................................................................................................................... 35
Figure 19. Lampe LED de longueur d’onde 395nm et de puissance électrique de 20 W. ........... 37
Figure 20. Différentes étape de test de pelage. .............................................................................. 38
Figure 21. Image de la machine de test d’angle de contact DSA-100 S. ..................................... 39
Figure 22. Exemple d’angle de contact d’une goutte déposer sur un substrat. ............................. 40
Figure 23. Les paramètres calculés par le test d’angle de contact................................................. 41
Figure 24. Dynamomètre INSTRON 4505 modernisé ZWICK en 2011. ..................................... 43
Figure 25. Schéma explicatif du protocole de préparation des échantillons pour le test
mécanique. ..................................................................................................................................... 44
Figure 26.comparaison entre les résultats d’angle de contact de goutte d’eau sur peau traitée
chimiquement et celle sur peau non traitée. .................................................................................. 47
Figure 27. Représentation graphique de l’effet de temps de traitement de dodecylsulfoxide. ..... 49
Figure 28. Effet du traitement physique (abrasion) sur les résultats de mouillabilité. .................. 50
Figure 29. Micronodule de taille d’aiguille 1mm......................................................................... 51
Figure 30. Test de pelage avec une peau de vache traitée par l’azone* pendant 15min. .............. 54

4|Page
Figure 31. Teste de pelage avec une peau de vache traité par le dodecylsulfoxide* pendant
15min. ............................................................................................................................................ 55
Figure 32. Variation de la force de pelage en fonction de la course. ............................................ 58
Figure 33. Représentation schématique des différentes hypothèses de pénétration de la couche
1 dans la peau. ............................................................................................................................... 61

5|Page
Liste des tableaux

Tableau 1. . Effet des différents traitements chimiques et physiques de la peau sur l’étalement et
l’absorption. ................................................................................................................................................ 52
Tableau 2. Résultats de test de pelage. ....................................................................................................... 57
Tableau 3. Résultats du test mécanique. ..................................................................................................... 59
Tableau 4. Résultats du test mécanique de pelage pour la peau traitée chimiquement. ............................. 60
Tableau 5. Résultats de Test mécanique de pelage avec les traitements de surface dilués dans la couche
1. ................................................................................................................................................................. 62
Tableau 6. Comparaison entre l’effet de traitement de surface et la dilution de ces traitements dans la
couche 1 sur la force de pelage. .................................................................................................................. 62
Tableau 7. Effet de transcutol sur la force de pelage.................................................................................. 64
Tableau 8. Effet de la solution de NaOH sur la force de pelage. ............................................................... 66
Tableau 9. Effet de l’abrasion mécanique sur la force de pelage. .............................................................. 66

6|Page
Liste des abréviations
SDS : Sodium dodecyl sulfate.

o/w : oil/water.

7|Page
Introduction
Toute opération chirurgicale, qu’il s’agisse de pratique humaine, ou vétérinaire
s’accompagne du passage indispensable et nécessaire par un dénominateur commun
: la fermeture de la plaie. Cette nécessité résulte de l’essence même de l’acte
chirurgical, invasif, pour l’organisme qui le subit.

Si la suture filaire, procédé ancestral déjà utilisé par les chirurgiens des civilisations
Antiques, a atteint aujourd’hui un degré élevé de perfection et d’efficacité dans la
fermeture des plaies chirurgicales, elle n’a pas pour autant empêché les chercheurs et
les praticiens de se tourner vers de nouveaux matériaux et de nouvelles techniques.
Parmi ces matériaux, les colles synthétiques et biologiques occupent une place de
choix. Elles sont en effet, sur le principe, à même de remplacer ou, du moins, d’être
associées aux sutures dans toutes leurs applications, qu’il s’agisse de la suture d’un
organe, de la réalisation de l’hémostase, ou de la simple fermeture d’une plaie
opératoire.

Les colles chirurgicales présentent des avantages par rapport aux sutures tel que :
1. La rapidité de réalisation des réparations chirurgicales, comparée aux sutures
classiques.
2. La possibilité d’obtenir dans des temps très brefs une réparation solide et
imperméable.
3. La possibilité de renforcer des tissus abîmés afin de permettre la réalisation de
sutures sûres.

Dans ce projet, on fait évoluer l’efficacité des colles chirurgicales pour bien
répondre aux différentes opérations chirurgicales et remplacer totalement les sutures
classiques. Pour réaliser ce but on doit développer des techniques de traitement de
surface (chimiques et physiques) et modifier la formulation des colles.

8|Page
Chapitre Ι : Bibliographie

Partie 1: étude de la structure de la


peau et de la pénétration des composés
chimiques dans la peau.

9|Page
I.1.1 Introduction:

Les colles tissulaires sont de plus en plus utilisées à la place des points de
suture pour fermer les plaies. Il a été suggéré que les colles tissulaires pourraient être
plus rapides et plus aisées à utiliser que les sutures pour fermer les plaies
chirurgicales. Contrairement aux aiguilles utilisées pour la réalisation des sutures, les
colles tissulaires ne comportent aucun risque de blessure par instrument tranchant et
sont considérées former une barrière contre les infections. Ainsi, elle pourrait
favoriser aussi la cicatrisation éliminée la procédure de retrait des sutures. Pour
comprendre plus le fonctionnement des colles on doit étudier la structure du peau et
sa permeation et les facteurs qui affectent la pénétration des composés chimiques
dans la peau.

I.1.2 Structure de la peau et sa permeation:

La fonction principale de la peau est de protéger le corps des agressions extérieures.


Le stratum corneum joue un rôle majeur dans cette fonction barrière.

Le transport des molécules à travers la peau est un phénomène complexe résultant à


la fois des propriétés de ces molécules mais aussi des interactions qu’elles peuvent
développer avec les constituants de la peau. [1]

Prenant en compte la structure et composition chimique du stratum corneum et les


propriétés physico-chimiques du perméat, on distingue trois mécanismes majeurs de
l’absorption cutanée :

a. Le passage transcellulaire :
La molécule active est transférée à travers les corneocytes suite à son partage
entre la kératine qui les constitue et le véhicule. [1]

b. Le passage intercellulaire :
La molécule active empreinte un chemin entourant les corneocytes via les
régions riches en lipides. [1]

10 | P a g e
c. Le passage par les annexes de la peau :

La molécule active contourne les corneocytes en suivant une voie de shunt


existant à la base du follicule pileux, des glandes sébacées ou des glandes
sébacées. Malgré la faible surface qu’offrent ces structures, ce mode de
pénétration n’est pas considéré jouer un rôle prépondérant dans l’absorption
de bon nombre d’actifs [2].Cependant, cette voie peut s’avérer d’une
importance significative lorsque les actifs sont appliques sur le scalp, ou la
densité et la taille des follicules pileux sont importantes. Les annexes peuvent
constituer des voies de "shunt", permettant le transport transcutané rapide
pour de grandes molécules polaires [3]. Les glandes sébacées peuvent
également agir comme des réservoirs pour certaines molécules actives [3,
4,5].

Figure 1. Voies de pénétration à travers la peau. [6].

I.1.3 Influence des propriétés physico-chimiques des actifs sur


leur pénétration Cutanée:

a. Etat physico-chimique:

L’absorption d’actifs en solution est plus rapide que sous forme de poudre.
[1]

11 | P a g e
b. Poids moléculaire / Taille moléculaire:
La taille moléculaire d’une substance est un facteur important pour sa
pénétration à travers une membrane. L’absorption de molécules dont le poids
moléculaire dépasse 500 daltons à travers une peau normale est très faible. [7]

c. Degré d’ionisation:

Les espèces ionisées pénètrent très peu dans la peau. Cette faible pénétration
des molécules ionisées est expliquée par leur diffusion lente à travers le
stratum corneum. [1]

12 | P a g e
Partie 2 : Traitement de la peau

13 | P a g e
I.2.1 Introduction :

Pour augmenter la pénétration des composés actifs à travers la peau, et par suite
augmenter l’efficacité de la colle, on a besoin de faire un prétraitement de la peau
avant d’utiliser la colle.

On a deux types de traitements :

I.2.2 Traitement chimiques :


Le flux des substances actives dans la peau peut-être optimisé par
l’incorporation de promoteurs de pénétration qui agissent par augmentation de
la solubilité du permeant dans la peau ou par stimulation de la diffusivité à
travers la peau.

Figure 2. Catégories des différents composés promoteurs d’absorption avec un exemple type
de structure chimique pour chaque groupe. [8].

Les mécanismes d’action de ces molécules sont variés (fig.3). Une des possibilités
est l’interaction de ces molécules avec les têtes polaires des lipides provoquant une

14 | P a g e
perturbation dans leur organisation. Il en résulte une facilitation de la diffusion des
molécules hydrophiles [9]. Une interaction avec les chaines hydrocarbonées des
lipides, en augmentant leur fluidité et facilitant ainsi la pénétration des actifs
lipophiles est également possible. Cette fluidisation des chaines hydrocarbonées peut
également influencer l’ordre des têtes polaires expliquant la pénétration accrue de
molécules hydrophiles lors de l’utilisation de promoteurs d’absorption lipophile
[10].

Certains promoteurs d’absorption nécessitent d’être incorporés dans des véhicules


afin d’atteindre les parties polaires des lipides et y exercer leur action [11].
L’augmentation de la solubilité des molécules actives et l’amélioration de leurs
coefficients de partition stratum corneum/véhicule peuvent aussi être un mécanisme
explicatif de l’action des promoteurs d’absorption [12].Le stratum corneum peut
également devenir plus perméable suite à l’extraction des lipides qui le constituent
par certaines substances possédant un effet promoteur d’absorption [6].

Figure 3. Actions des promoteurs d’absorption sur les lipides du stratum corneum [13].

15 | P a g e
On peut citer différent promoteurs :

a. L’eau:
L’hydratation de la peau peut ainsi augmenter la diffusion de d’actifs hydrophiles
mais aussi d’actifs hydrophobes par perturbation. [14]

b. Les sulphoxides:

Le DMSO est capable de générer des espaces remplis de solvant dans le stratum
corneum, permettant la solubilisation de certaines substances actives. Susceptibles
d'agir directement sur la kératine en altérant sa structure, sont extrêmement
pénétrante, et permet de promouvoir la diffusion de nombreuses substances en
augmentant leur passage transcellulaire. [1]

c. Azone (Laurocapram ou 1-dodecylhexahydro-2h-azepine-2-


one):
C’est un composé hautement lipophile avec logo/w=6,2, il est efficace à
faible concentration (0.1-5%), et il fait des interactions avec les lipides de
stratum corneum et fait un autre arrangement des lipides qui facilite la
pénétration des composés actifs, il est soluble dans la plupart des solvants
organiques. [15]

d. Pyrrolidones:

Les pyrrolidones telles que N-dodecyl-2-pyrrolidinone ont été utilisés comme


promoteurs d’absorptions pour de nombreuses molécules hydrophiles (tel le

16 | P a g e
mannitol, 5-fluorouracile et sulphaguanidine) et lipophiles (telles la betamethasone-
17-benzoate, l’hydrocortisone et progestérone). [15]

e. Les surfactifs:

Les tensioactifs ioniques agissent principalement en interagissant avec la kératine


des corneocytes. Ils améliorent l’absorption cutanée en perturbant la couche
lipidique du stratum corneum [16]. Les tensioactifs non ioniques agissent comme
promoteurs d’absorption suivant deux mécanismes. Le tensioactif pénètre dans les
régions intercellulaires du stratum corneum, et y provoque une fluidification voire
une solubilisation/extraction des composés lipidiques [17]. Le surfactant peut
également diffuser dans la matrice intercellulaire, établir des liaisons avec la kératine
et provoquer une perturbation des corneocytes.
Des exemples sur les tensioactifs utilisés :
i. Sodium dodecyl sulfate (SDS) ou SLS : (anionique)

ii. Di(éthylène glycol) éthyle éther : (neutre) transcutol

iii. Chlorure de bonzalkonium :

17 | P a g e
f. Les alcools :
Les alcools à chaine ramifiée sont moins actifs que les alcools linéaires, leur effet
dépend de leurs concentrations.

i. Éthanol :
Il est le plus utilisé. Il a pour effet d’extraire les lipides de Stratum corneum et
par suite augmente la pénétration des actifs hydrophile. [18] lorsqu’il est
utilisé en concentration élevée une déshydratation de la membrane et diminue
la perméabilité.
ii. Isopropyl alcools :
L’isopropyl alcool est un promoteur de pénétration pour les molécules
hydrophiles, il est plus efficace que les autres alcools linéaires tels que
l’éthanol, propanol, pentanol, octanol et de propylène glycol (PG). [19]

18 | P a g e
I.2.3 Traitement physique :

Figure 4. Les différentes techniques physiques. [20]

19 | P a g e
a. Itophorèse :
L'iontophorèse améliore la délivrance de médicament transdermique par trois
mécanismes [21]:

L'interaction du champ électrique ionique fournit la force directionnelle qui entraîne


les ions à travers la peau.

Le flux de courant électrique augmente la perméabilité de la peau.

L'électrophorèse produit un mouvement massif du solvant lui-même qui porte des


ions ou des espèces neutres. [22]

b. Electroporation :
L'électroporation est la création de pores aqueux dans la bicouche lipidique par
l'application d'impulsions électriques courtes d'environ 100-1000 V / cm. Des
augmentations de flux jusqu'à 10 000 plis ont été obtenues pour des molécules
chargées. L'efficacité du transport dépend des paramètres électriques et des
propriétés physico-chimiques des médicaments. L'application in vivo des impulsions
haute tension est bien tolérée, mais les contractions musculaires sont habituellement
induites. [23]

20 | P a g e
c. Microporation :
La microporation implique l'utilisation de micronodules qui sont appliquées sur la
peau afin qu'elles ne percutent que le stratum corneum et augmentent la perméabilité
de la peau. Micronodules sont des aiguilles de 10 à 200 μm de hauteur et de 10 à 50
μm en largeur. [25]

Figure 5. Représentations des différentes tailles des micronodules.

d. Injections de flux de liquide sans aiguilles :


C’est une technique physique consiste à pénétrer une solution liquide à
l’intérieur de la peau, cette technique est basé sur la pression du gaz
comprimer qui entraine une vitesse élevée de flux de solution (100-200m/s).
On a des diamètres différents de buse et des vitesses de flux diffèrent, ceux-ci
affect la profondeur que la solution peut atteindre (de l’épiderme jusqu'au
derme). [26]

Figure 6. Exemple des appareils d’injection de flux de liquide sans aiguilles.

e. L'abrasion de la peau :
Impliquent l'élimination directe ou la rupture des couches supérieures de la
peau pour améliorer la perméation des composés appliqués topiquement. Le
potentiel de pénétration des techniques d'abrasion cutanée n'est pas limité par
les propriétés physico-chimiques du médicament. [27,28]

21 | P a g e
Figure 7. Différentes formes des techniques d’abrasion de la peau.

f. Thermophorese :
Les études antérieures in vitro ont démontré une augmentation de 2 à 3 fois
du flux pour chaque élévation de 7 à 8°C de la température de la surface de la
peau. L'augmentation de la perméation suite au traitement thermique a été
attribuée à une augmentation de la diffusivité des médicaments dans le
véhicule et dans la peau en raison de l'augmentation de la fluidité des lipides.
[29]
La vasodilatation des vaisseaux sanguins sous-cutanés en tant que réponse
homéostatique à une élévation de la température de la peau joue également un
rôle important dans l'amélioration de la pénétration transdermique de
composés. [30,31] Cependant, l'effet de la température sur la pénétration des
pénétrants de plus de 500 Da n'a pas été signalé.

22 | P a g e
Partie 3: Photopolymérisation

23 | P a g e
I.3.1 Introduction :
Une réaction de photopolymérisation est une réaction en chaînes dont l’étape
d’amorçage est de nature photochimique. Le principe de la photopolymérisation
consiste à générer des espèces actives (radicaux libres, cations) pour amorcer la
polymérisation des monomères en exposant la formulation à un rayonnement
lumineux.

Lumière

Photo amorceur espèces réactives


+ Polymère
Monomères

Figure 8. Représentation schématique du processus de photopolymérisation.

I.3.2 Photopolymérisation radicalaire :

La photopolymérisation radicalaire est une réaction de polymérisation par addition


dont l’étape d’amorçage est déclenchée par un photo-initiateur. La polymérisation
par addition est une réaction en chaîne aboutissante à la formation d’un polymère à
partir des monomères. La polymérisation radicalaire se fait par un clivage d’une
double liaison carbone-carbone de l’un des monomères par un activateur (radicaux
libres). Cette réaction comporte trois étapes qui sont l’amorçage, la propagation et la
terminaison. Ce type de polymérisation est sensible aux oxygènes qui peut agir avec
les radicaux libres et les chaines en croissance et inhibe la polymérisation. [32]

a. Amorçage :

La lumière réagit avec le photo-initiateur qui se dégrade pour former des


radicaux libres qui amorcent la polymérisation. [32]

Figure 9 .schéma de l’étape d’amorçage. [32]

24 | P a g e
b. Propagation :

L’étape de propagation correspond à la croissance de chaine polymère par


addition de monomère. [32]

Figure 10. Schéma de l’étape de propagation.

c. Terminaison :

L’interaction bimoléculaire des radicaux aboutit à l’arrêt de la croissance des chaînes


Par désactivation des centres actifs [32], Elle se produit par réaction de la chaîne en
croissance avec un autre radical ou par une réaction de transfert:

Recombinaison: RMn • + RMp• → RM(n+p)R

Dismutation: RMn• + RMm• → RMnH + RMm

I.3.3 Photopolymérisation cationique :


Elle présente l’avantage de ne pas être sensible à l’oxygène de l’air. Le cas de
l’époxyde est le plus utilisé dans ce type de polymérisation. De plus, lorsqu’on arrête
l’irradiation, la polymérisation continue car la réaction de terminaison n’a lieu qu’en
présence d’impuretés [33].

a. Amorçage :

Les photo-amorceurs cationiques (Y+X-) se dégradent Sous l’effet d’un rayonnement


UV pour donner un acide de Brönsted et une espèce radicalaire en présence d’un
donneur d’hydrogène.

25 | P a g e
Figure 11. Réaction de décomposition de photo-amorceur cationique.

b. Propagation :

Les cycles époxydes s’ouvrent par réaction avec les acides de Brönsted générés par
l’étape d’amorçage, et induisent la réaction de polymérisation.

Figure 12. Réaction de propagation de cycle d’époxyde.

c. Terminaison :

Les espèces cationiques ne se recombinent pas pour cela la terminaison se produit


par par interaction avec des nucléophiles comme l’eau, par des réactions de transfert
(cyclisation intramoléculaire, réaction avec un contre-ion de la photo-amorceur) ou
tout simplement par occlusion du cation.

26 | P a g e
Partie 4 : Les différents types de colle

27 | P a g e
I.4.1 Les cyanoacrylates :

Les cyanoacrylates sont un groupe de colles synthétiques qui sont liquides


dans leur phase monomère, et polymérisent pour former une structure très
solide. Cette polymérisation survient au contact avec les anions, donc encore
avec l’eau. Ainsi, appliqués au niveau du tissu, ils vont y adhérer et se
solidifier rapidement, en moins de 30 secondes.

Figure 13. (A) Synthèse de monomère alkyl-2-cyanoacrylate et (B) réaction de


polymérisation.

Historiquement, les cyanoacrylates ont été les premières colles étudiées [34].
Ce sont des esters d’acide cyanoacrylique avec un groupement alkyle variable
(Figure 14).

28 | P a g e
Figure 14. Structure chimique du Butyl-2-cyanoacrylate. La partie entourée correspond
au groupement Alkyl variable d’une colle à l’autre.

Ainsi, plus le monomère est court (ex: méthyl- et éthyl-2-cyanoacrylates),


plus la polymérisation est forte, mais plus la toxicité est grande. En effet, les
chaînes alkyles courtes se dégradent rapidement, pour former du cyanoacétate
et du formaldéhyde dont l’accumulation dans les tissus entraine une
inflammation. Les cyanoacrylates utilisés en clinique sont des cyanoacrylates
à chaînes alkyles plus longues (N-butyl-2-cyanoacrylate et octyl-2-
cyanoacrylate) car elle entraine un relargage plus progressif des résidus
toxiques, qui peuvent ainsi être plus facilement éliminés.

Les cyanoacrylates possèdent également d’autres propriétés : un effet


inhibiteur de la fonte cornéenne [35] et une activité bactériostatique in vitro
contre les bactéries Gram positives, proportionnelle à la longueur des chaines
alkyles [36, 37]. Cette activité bactériostatique est cependant de courte durée
[38].

En pratique, le monomère cyanoacrylate de base (alkyl-2-cyanoacrylate) est


un liquide de faible viscosité et il est formé par combinaison de formaldéhyde
et d'alkyl-2-cyanoacétate (figure 13). Les plus communs initiateurs de
polymérisation pour les cyanoacrylates sont les groupes hydroxyle dans l'eau.
Au contact des tissus humides (comme la peau, l'humidité ou le sang), les
cyanoacrylates polymérisent en un film solide qui lie les bords juxtaposés de
la plaie. L’adhésion est réalisée par deux mécanismes indépendants:
(i) interaction moléculaire via une liaison covalente à des protéines exposées
sur la surface des tissus et (ii) la pénétration du cyanoacrylate monomère dans
les fissures et les canaux dans la surface du tissu. Pour ces raisons, les
adhésifs cyanoacrylates sont particulièrement efficaces sur des substrats
humides et poreux [43,44]. Les cyanoacrylates ont pour avantage d’être
rapidement disponibles et d’utilisation relativement simple. Leur application

29 | P a g e
requiert des conditions d’asepsie minimales. Il suffit de 2 à 3 gouttes pour
obtenir l’effet désiré. La difficulté au cours de cette application est de ne pas
laisser la colle déborder les limites de la zone à traiter. La polymérisation de
la colle s’observe en 3 à 15 secondes.

L’utilisation la plus répandue des cyanoacrylates concerne les perforations et


les fontes cornéennes, d’origine non traumatique. Bien que beaucoup
d’auteurs voient l’utilisation de cette colle comme une solution temporaire
afin d’augmenter les chances de succès d’autres procédures telles que la
greffe de cornée ou le recouvrement conjonctival, d’autres ont démontré que
la cicatrisation en présence de la colle seule, était possible [39]. L’efficacité
au cours des ulcères peut être limitée lorsqu’il existe une nécrose tissulaire,
car la colle adhère très peu aux tissus nécrotiques.

Les colles de cyanoacrylate ont également été testées pour attacher les
muscles au cours de la chirurgie du strabisme, réaliser une tarsorraphie
temporaire, renforcer la sclère en cas de sclère amincie ou de staphylome, et
enfin pour occlure les méats lacrymaux au cours des syndromes secs [40].

L’inconvénient des colles cyanoacrylates est leur potentiel toxique sur la


cornée. En raison de leur caractère synthétique et non biodégradable, elles
sont surtout utilisées en surface mais peuvent causer des réactions
inflammatoires locales.
Les complications décrites sont l’existence d’inflammation avec apparition de
néovascularisation cornéenne dans 40 % des cas, de conjonctivites giganto-
papillaires [41]. En cas de passage accidentel en chambre antérieure, elles
peuvent être toxiques pour l’endothélium, induire une cataracte [42].
Les colles cyanoacrylates forment une membrane solide imperméable aux
fluides et aux métabolites, et sont de ce fait limité aux pathologies de surface.

30 | P a g e
I.4.2 Les polyuréthanes :

Les polyuréthanes, sont une famille de polymères synthétisés basés sur la


réaction de polyaddition entre diisocyanates et diols, ont été utilisés dans de
nombreuses applications médicales telles que des vessies, des cathéters, des
applications cardiovasculaires [47]. La chimie de l'uréthane est basée sur une
affinité élevée des groupes isocyanate vis-à-vis des nucléophiles tels que les
produits chimiques contenant des groupes hydroxyle ou amine. Profitant de
cette caractéristique, les chercheurs ont essayé de développer des systèmes
adhésifs à base d'uréthane. Ce type d'adhésifs consiste typiquement en
prépolymères à terminaison isocyanate, qui forment un réseau polymère en
réaction avec des molécules d'eau au contact d'un environnement biologique
humide. Simultanément, ces prépolymères adhèrent par covalence à des tissus
par formation d'une liaison urée entre les groupes isocyanate disponible et les
amines protéiques disponibles dans le corps physiologique (figure 15).
Différents poly-isocyanates aromatiques et aliphatiques avec différents
polyéther / polyester diols ont été utilisés pour synthétiser des adhésifs
tissulaires. [45,46]

Figure 15. Adhésion tissulaire et mécanismes de réticulation des adhésifs à base


d'uréthane.

31 | P a g e
Les prépolymères à terminaison isocyanate présentent habituellement un
temps de prise long (de l'ordre de quelques dizaines de minutes) lorsqu'aucun
catalyseur n'est utilisé, ce qui limite leur utilisation comme adhésifs
tissulaires. [49] Pour traiter les problèmes de temps de prise long et de
toxicité potentielle des produits de dégradation, les chercheurs ont incorporé
de nouveaux composés dans la synthèse de polyuréthane: les prépolymères
linéaires et multiarmés recouverts de groupes isocyanate plus réactifs et
moins nocifs sont maintenant largement utilisés. [50] Les polymères à base
d'uréthane présentent de bonnes propriétés comme bioadhésifs car ils
possèdent une bonne mouillabilité et une capacité à établir des interactions
covalentes avec les tissus corporels.

I.4.3 Les polyéthylènes glycol (PEG):

Une autre classe d'adhésifs tissulaires est basée sur le poly (éthylène glycol)
(PEG). Le PEG possède des propriétés favorables à l'utilisation dans les
sciences médicales: le polymère est hydrosoluble, biocompatible, et n'est pas
facilement reconnu par système immunitaire [51,52].

Cette famille d'adhésifs tissulaires consiste typiquement en molécules de PEG


linéaires ou ramifiées chimiquement fonctionnalisées. Selon les groupes
chimiques disponibles, ces PEG modifiés peuvent être réticulés par
réticulation chimique ou par irradiation de lumière (photo réticulation) de
PEGs contenant des éléments photoréactifs tels que des groupes acrylate, pour
former un adhésif hydrogel. Par exemple, l'un des adhésifs à base de PEG
approuvés par la FDA (Coseal) est composé de deux PEG à quatre branches
(avec du noyau de pentaérythritol), dont l'un a une extrémité d'ester de
glutaryl-succinimidyle et l'autre est coiffé avec des thiols. [48] Le polymère
commence à se réticuler et à former un réseau par réaction de groupes thiol
avec les groupes carbonyle de l'ester succinimidylique, ce qui entraîne la

32 | P a g e
formation d'une liaison thioester covalente entre les molécules de PEG (figure
16).

Figure 16. Réticulation et formation de réseau de la colle à base de double PEG à 4


bras coiffés de glutarate de succinimidyle et de thiol.

I.4.4 Les polyesters:

Des polyesters aliphatiques tels que la poly (alpha-caprolactone) (PCL) et le poly


(acide lactique-co-glycolique) (PLGA), qui ont été largement utilisés dans des
applications biomédicales, ont également été appliqués comme adhésifs tissulaires.
Le PCL (Figure 17A) est modifié avec différents groupes isocyanates, à savoir
l'isophorone diisocyanate (IPD, figure 17B) et le diisocyanate d’hexaméthylène
(HDI, figure 17C), pour obtenir des polymères tensioactifs.

33 | P a g e
Figure 17. Structure chimique de (A) poly (alpha-caprolactone) (PCL), (B) isophorone
diisocyanate (IPD) et (C) hexamethylene diisocyanate (HDI).

Les propriétés adhésives ont été testées en plaçant les polymères entre deux
morceaux de gélatine, puis en retirant les feuilles de gélatine. Le PCL modifié par
IPD est capable de lier efficacement les parties de gélatine ensemble. Le PCL
modifiée par l'HDI, d'autre part, était moins efficace, car le tirage conduisait à la
séparation des deux pièces, probablement à cause d'une concentration en NCO plus
faible dans ce polymère [53]. Une limitation potentielle de ces systèmes est l'absence
de réticulation, c'est-à-dire que l'on utilise systématiquement des enchaînements de
chaîne linéaire.

Au lieu d'utiliser des amines présentes dans le tissu pour réagir avec les isocyanates
dans le matériau polymère, on peut également appliquer des systèmes de réticulation
radicalaire à durcissement plus rapide. Par conséquent, le PCL biodégradable a été
modifié avec du 2-isocyanatoéthylméthacrylate (IEMA) pour former le
macromonomère (figure 18a). Le photoinitiateur Irgacure 2959 (figure 18b) a été
utilisé pour démarrer la polymérisation radicalaire de PCL-IEMA et un réseau
réticulé a été formé dans 60 s et a montré un faible taux de gonflement jusqu'à 3%.
Les polymères réticulés sont biodégradables par hydrolyse des liaisons ester en PCL
et après 6 semaines environ 10% en poids de perte a été trouvé. La résistance
adhésive de cette matière a été testée de la même manière que celle décrite ci-dessus.
Le polymère et le photo-initiateur ont été placés entre deux noyaux de gélatine suivis
par 60 s d'irradiation pour commencer la polymérisation. Le réseau PCL résultant
était capable de maintenir les morceaux de gélatine ensemble, similaire au PCL
modifié par IPD, qui est basé sur l'interpénétration du réseau de polymères et du
tissu [54].

34 | P a g e
Figure 18. Représentation schématique des réactions chimiques impliquées dans la
synthèse membranaire. [54]

35 | P a g e
Chapitre Ⅱ: partie expérimentale

36 | P a g e
II.1 Protocole d’irradiation des échantillons:

 Tous les échantillons sont irradiés par une lampe LED de longueur d’onde
395nm pour un temps de 45 secondes. La distance entre la lampe et les
échantillons est constante (environ 10cm) afin de fournir la même intensité
lumineuse pour tous les échantillons.

Figure 19. Lampe LED de longueur d’onde 395nm et de puissance électrique de 20 W.

II.2 Protocole de pelage (à la main) :

 On a deux couches de colle :


Couche 1 : liquide et contient de l’acide acrylique.
Couche 2 : visqueux.
Le but d’avoir deux couche c’est que on a besoin d’une couche liquide pour
faciliter la pénétration dans la peau, et l’autre visqueux pour que lorsqu’on
ouvre la peau et on va fermer la peau cette couche n’entre pas dans la plaie et
empêche la cicatrisation de la peau et encore joue le rôle de soutien de
couche 1.

 Etape 1 : on dépose la couche 1 et on la disperse bien sur toute la zone


considérée.
 Etape 2 : irradiation de la couche 1 par la lampe de longueur d’onde 395nm
pendant 45 secondes.
 Etape 3 : on met la couche 2 et on passe la spatule sur la zone considérée.
 Etape 4 : irradiation de la couche 2 par la lampe de longueur d’onde 395nm
pendant 45 secondes.

37 | P a g e
Utilité de test de pelage :
Le test de pelage permet d’étudier les interactions peau-couche 1 et couche 1-
couche 2, ce qui montre la force d’adhésion de la colle avec la peau et ainsi
entre les 2 couches de la colle.

Figure 20. Différentes étape de test de pelage.

II.3 Test d’angle de contact DSA-100 S

a. Généralités :
La version Standard de Drop Shape Analyzer est une version spéciale de système
DSA100 destinée à mesurer l'angle de contact et l'énergie de surface d'un solide. Elle

38 | P a g e
offre tous les avantages techniques du système DSA100 au niveau de l'optique et de
la taille de l'échantillon.

Des axes manuels pour les trois directions permettent d'ajuster avec précision la
position de mesure requise et sans contact, même pour de grands échantillons.
L’unité de dosage est automatisée et permet d'ajuster avec précision le volume de
goutte et le débit. Cela permet de reproduire de manière exacte les conditions de
mesure pour l'angle de contact

Après le dosage, le logiciel peut démarrer automatiquement la mesure et enregistrer


immédiatement des données brutes. Une valeur précise pour l'énergie de surface peut
être déterminée rapidement à partir des données d'angle de contact des liquides
testées grâce au changement rapide de seringues de dosage et grâce aux séquences
de mesure programmables semi-automatiques.

Cette machine est équipée par les instruments suivants :

 Axes x et y manuels et table élévatrice manuelle (axe z)


 Unité de dosage unique automatisée
 Objectif avec zoom (7 fois)
 Caméra avec résolution 780 × 580 px
 Éclairage LED homogène très puissant
 Ajustement de l'angle de vue avec hauteur d'image stable
 Logiciel de mesure de l'angle de contact et de l'énergie de surface des solides

Figure 21. Image de la machine de test d’angle de contact DSA-100 S.

39 | P a g e
b. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT :
Une goutte d'un liquide déposée sur la surface plane d'un corps solide forme un
angle de contact à l'interface entre le liquide et le substrat.
Par définition, une goutte d'un liquide qui ne mouille pas fait un angle de contact
supérieur à 90 degrés. A l'inverse, une goutte d'un liquide qui mouille fait un angle
inférieur à 90 degrés.

Figure 22. Exemple d’angle de contact d’une goutte déposer sur un substrat.
La mesure des angles de contact est une méthode fiable pour caractériser
l'interaction entre un liquide et une surface solide.

Lorsque la goutte de liquide ne pénètre pas dans le substrat (par exemple de l'eau sur
du verre), l'interaction peut être caractérisée par l'angle de contact statique.
Lorsque le liquide est absorbé par l’échantillon ou s'étale à sa surface, l'interaction
peut être caractérisée par l'angle de contact dynamique en fonction du temps.
L'hystérésis de mouillage d'une surface est caractérisée par la variation de l'angle de
contact décrivant les propriétés de mouillage de la surface.
L'angle de contact est fonction de la tension de surface du liquide et de l'énergie libre
de surface du substrat.

Pour mesurer les angles de contact dynamique, les taux d'absorption ou les vitesses
d'étalement, il est nécessaire de filmer une séquence d'images de la goutte déposée.
La caméra intégrée des goniomètres prend des films pour des temps déterminés par
l’utilisateur et à partir de ce film on peut faire le calcul des différents paramètres tels
que l’angle de contact, le diamètre, la hauteur, et le volume.

40 | P a g e
Figure 23. Les paramètres calculés par le test d’angle de contact.

: Hauteur.

: Angle de contact.

: Volume.

: Diamètre.

c. Protocole de mesure pour notre échantillon :

 On utilise l’eau comme liquide pour mesurer l’angle de contact car son
caractère hydrophile est très proche de la formulation de colle qu’on utilise.

 Mesure pour des différentes temps d’enregistrement (record time : 25sec,


45sec, 100sec ou 15min).
d. Les paramètres de vidéo utilisés pour les différentes mesures :

mesure Temps de mesure Nombre de photo


1 25sec 71
2 45sec 45
90
3 100sec 100
4 15min 100

41 | P a g e
 Quelques soit le temps d’enregistrement on essayait d’avoir un nombre de
photo d’environ 100. Ce chiffre permettait au logiciel de faire les calculs
rapidement tout en maintenant une bonne précision des mesures.

e. Utilité de test d’angle de contact :

Le test de contact permet d’étudier la mouillabilité de la goutte d’eau sur la


surface de la peau ce qui donne des informations sur le comportement de la
goutte (étalement et absorption) après traitement de surface. Alors d’après ce
test on peut voir quels sont les meilleurs traitements de surface à tester par la
suite de manière plus approfondie (test mécaniques,...).

II.4 Test mécanique (Dynamomètre INSTRON 4505) – test


de pelage :

a. Description générale d'une machine de traction

Une machine de traction est constituée d'un bâti portant une traverse mobile.
L'éprouvette de traction, vissée ou enserrée entre des mors, selon sa
géométrie, est amarrée à sa partie inférieure à la base de la machine et à sa
partie supérieure à la traverse mobile (dans le cas d'une machine mécanique)
ou au vérin de traction (dans le cas d'une machine hydraulique). Le
déplacement de la traverse vers le haut réalise la traction. Une machine de
traction comporte une cellule de charge, qui permet de mesurer l'effort
appliqué à l'éprouvette et le déplacement de l'éprouvette peut être suivi de
diverses façons.
Cette machine est connecté à un ordinateur, les données seront traitées par un
logiciel par exemple test expertΙΙ qui est utilisé dans ce stage.

b. Utilité du test mécanique ;

Le test mécanique est important pour vérifier que si le traitement de surface a


impliquer une amélioration de l’adhésion entre la colle et la peau, c’est-à-dire
une augmentation de la force nécessaire pour enlever cette colle.

42 | P a g e
Figure 24. Dynamomètre INSTRON 4505 modernisé ZWICK en 2011.

c. Caractéristiques d’instron 4505 :

Capacité max. en charge ± 100 KN


Cellules de force ± 0,5/100 KN
Capacité en course 1120 mm
Gamme de vitesse 0.0005 - 1016 mm/min

d. Protocole de préparation de l’échantillon à tester :

L’échantillon est préparé en déposant 4 couches de compresse sur la peau


puis on met un papier d’aluminium sur les 2 premier centimètres (zone en

43 | P a g e
noire) pour créer une zone d’amorce au décollement, puis on met de la couche
1 de la colle sur la compresse et on polymérise, enfin on met de la couche 2
dans le but de renforcer la compresse pour éviter qu’elle ne se casse et on
polymérise.

Les dimensions de l’échantillon sont représentées par ce schéma.

peau

Papier aluminum 5cm

2cm

zone encolée Zone collé

Figure 25. Schéma explicatif du protocole de préparation des échantillons pour le test
mécanique.

44 | P a g e
Chapitre Ⅲ : Résultats et discussion

45 | P a g e
Dans cette partie on va présenter les différents tests effectués tels que les traitements
chimiques de surface et leur évolution avec le temps ainsi que les traitements
physique de surface. Ces différents traitements sont analysés par test d’angle de
contact pour étudier la mouillabilité de la goutte d’eau après traitement, par test de
pelage et test mécanique pour étudier le comportement mécanique de la colle.

III.1 Effet de traitement chimique sur l’angle de contact:

Au cours de ce stage on a testé plusieurs traitements de surface chimique


(dodecylsulfoxide, azone…) et physique (abrasion mécanique, micronodule)
afin d’améliorer l’efficacité de la colle.

Protocole du test d’angle de contact :

1. On fait sorti un substrat bio (peau de vache) du congélateur


2. On laisse le substrat bio décongèle, afin de que la température de
substrat bio atteint la température ambiante.
3. On applique le traitement de surface.
4. On dépose la goutte sur le substrat et on mesure.

46 | P a g e
Ci-dessous un exemple de données brutes pour le test de l’angle de contact :

Les valeurs présentées dans les graphiques sont les valeurs moyennes entre 10
secondes et 15 secondes.

angle de contact diametre


120 5
100 4
80 goutte 1 3 goutte 1
60 2
40 goutte 2 goutte 2
20 1
0 goutte 3 0 goutte 3

vache non

dodecylsulfoxi

propandiol-
vache non

dodecylsulfoxi

propandiol-

traitée
goutte 4
traitée

goutte 4

de-25min

25min
de-25min

25min

1,2
1,2

goutte 5 goutte 5

hauteur volume
1.2 3
1 2.5
0.8 goutte 1 2 goutte 1
0.6 1.5
0.4 goutte 2 1 goutte 2
0.2 0.5
0 goutte 3 0 goutte 3
vache non

dodecylsulfoxi

propandiol-

vache non

dodecylsulfoxi

propandiol-
traitée

goutte 4
traitée

goutte 4
de-25min

de-25min
25min

25min
1,2

1,2

goutte 5 goutte 5

Témoin
Traitement efficace
Traitement inefficace

Figure 26.comparaison entre les résultats d’angle de contact de goutte d’eau sur peau traitée
chimiquement et celle sur peau non traitée.

47 | P a g e
Un traitement de surface efficace implique une diminution de la hauteur et de l’angle
de contact ainsi qu’une augmentation du diamètre ce qui veut dire que le traitement
de surface permet à la goutte de mieux s’étaler à la surface, c'est-à-dire qu’elle a plus
d’affinité avec la peau.

De même que lorsque le volume diminue, ceci implique une absorption de la goutte
par la peau.

Ce test nous permet de savoir si un traitement de surface peut modifier la surface de


la peau en la rendant plus compatible avec une résine hydrophile.

III.2 Effet du temps de traitement :

Pour que l’efficacité de traitement de surface soit maximale, il faut après


étudier l’effet du temps d’application du traitement afin de déterminer le
temps optimal (temps le plus court apportant étalement et absorption
maximaux).

48 | P a g e
Ci-dessous un exemple de données brutes :

Les valeurs présentées dans les graphiques sont les valeurs moyennes entre 10
secondes et 15 secondes.

teta M diametre
120.00 5.00
4.50
100.00 4.00
80.00 3.50
3.00
60.00 goutte 2 2.50 goutte 1
2.00
40.00 goutte 3 1.50 goutte 2
20.00 1.00
goutte 4 goutte 3
0.50
- goutte 5 - goutte 4
dodecyl-7min
dodecyl-10min
dodecyl-12min
dodecyl-15min
vache non traitée
dodecyl-30min

dodecyl-7min

dodecyl-10min

dodecyl-12min

dodecyl-15min

vache non traitée


dodecyl-30min
goutte 1 goutte 5

hauteur volume
1.20 3.50
1.00 3.00
0.80 2.50
2.00
0.60 goutte 1 goutte 1
1.50
0.40 goutte 2 goutte 2
1.00
0.20 goutte 3 0.50 goutte 3
- goutte 4 - goutte 4
dodecyl-12min
dodecyl-7min

dodecyl-10min

dodecyl-15min

vache non traitée


dodecyl-30min

dodecyl-7min

dodecyl-10min

dodecyl-12min

dodecyl-15min

vache non traitée


dodecyl-30min

goutte 5 goutte 5

Témoin

Temps de traitement optimal


Figure 27. Représentation graphique de l’effet de temps de traitement de dodecylsulfoxide.

49 | P a g e
III.3 Effet de traitement physique :

Les valeurs présentées dans les graphiques sont les valeurs moyennes entre 15
secondes et 20 secondes.
Comme pour la préparation de traitement chimique, l’échantillon sorti du
congélateur est traité après son retour à température ambiante.
Le nombre d’abrasion correspond au nombre d’aller-retour effectué à l’aide d’un
outil abrasif à la surface de la peau.

teta M diametre
120 6
100 5
80 4
60 goutte 1 3 goutte 1
40 2
goutte 2 goutte 2
20 1
0 goutte 3 0 goutte 3
abrasion 5fois

abrasion 15fois
vache non traitée

abrasion 10fois

abrasion 20fois

abrasion 5fois
vache non traitée

abrasion 10fois

abrasion 15fois

abrasion 20fois
goutte 4 goutte 4
goutte 5 goutte 5

hauteur volume
1.2 5
1 4
0.8
3
0.6 goutte 1 goutte 1
0.4 2
goutte 2 1 goutte 2
0.2
0 goutte 3 0 goutte 3
vache non traitée
abrasion 5fois

abrasion 10fois

abrasion 15fois

abrasion 20fois

abrasion 5fois
vache non traitée

abrasion 10fois

abrasion 15fois

abrasion 20fois

goutte 4 goutte 4
goutte 5 goutte 5

Témoin

Temps de traitement optimal

Figure 28. Effet du traitement physique (abrasion) sur les résultats de mouillabilité.

50 | P a g e
Figure 29. Micronodule de taille d’aiguille 1mm.

Les micronodules sont l’un des traitements physiques qu’on a fait, on a testé
plusieurs taille d’aiguille de micronodule (0.5mm, 1mm, 1.5mm, 3mm) et on a
trouvé d’après les résultats que les micronodules on peu ou pas d’effet sur
l’étalement et l’absorption de la goutte d’eau.

Parce qu’on a plusieurs traitements de surface et beaucoup des graphiques


correspondants à ces traitements, et dans le but de ne pas surcharger le rapport,
nous avons condensé les résultats dans un tableau.

Les résultats obtenus décrits dans le tableau proviennent de l’analyse des graphiques
des différents traitements de surface, par exemple pour le dodecylsulfoxide
l’étalement de la goutte d’eau est important car les valeurs d’angle de contact et le
diamètre atteignent un minimum par rapport aux autres, et de même pour le volume
alors l’absorption est importante.

51 | P a g e
Durant ce stage des différents traitements chimiques et physiques ont été testé et les
résultats sont résumés dans ce tableau :

Tableau 1. . Effet des différents traitements chimiques et physiques de la peau sur l’étalement
et l’absorption.

Traitement Etalement Absorption Condition optimale

Traitements Dodecylsulfoxide (dilué 1% ++++ ++++ Traitement pour 15min


chimiques dans l’éthanol)
azone (dilué 1% dans +++ ++++ Traitement pour 15min
l’éthanol)
Sodium dodecyl sulfate ++ ++ Traitement pour 30min
(SDS) (pur)
Isopropyl alcool (pur) +++ +++ Traitement pour 15min
SDS + transcutol ++ ++ 80% sds et 20% transcutol
Solutions de différentes PH - - -
Transcutolacrylate (pur) - - -
Transcutol (pur) - - -
1,2-propandiol (pur) - - -
Dimethylsulfoxide (DMSO) - - -
(pur)
Ethanol (pur) + + -
Acide oléique (pur) + + -
Traitements Micronodule ++ + 1.5mm
mécaniques
Abrasion mécanique ++++ + Répété 10 fois

+ : Moyen.

++ : Bien.

+++ : Très bien.

++++ : Excellents.

- : Pas d’effet.

52 | P a g e
III.4 Test de pelage :

Les traitements apportant les meilleurs résultats par le test d’angle de contact sont
testés par la méthode du test de pelage.

Le test de pelage est nécessaire après le test d’angle de contacte pour rendre des
idées sur le comportement mécanique de la colle (résistance à la traction, force
nécessaire pour enlever la colle, flexibilité) et sur l’adhésion (interaction) de la colle
sur la peau, ce qu’on peut estimer en étudiant l’épaisseur d’arrachement de la peau
par la colle.

Tous les traitements sont faits dans les conditions optimales obtenues par le test
d’angle de contact.

53 | P a g e
Figure 30. Test de pelage avec une peau de vache traitée par l’azone* pendant 15min.
Dans cette figure l’arrachement de la colle a enlevé les poils et de la peau dans toute
la zone collée.

* : solution de traitement de surface à 1% dans l’éthanol.

54 | P a g e
Figure 31. Teste de pelage avec une peau de vache traité par le dodecylsulfoxide*
pendant 15min.
Dans cette figure on voie qu’on a arrachement de la peau et pour toute la zone
collée.

55 | P a g e
Pour mieux comprendre le travail de colle après traitement de surface, on a construit
ce tableau pour expliquer les différents paramètres importants pour suivre le
comportement de la colle.

Résistance à la traction : donne une idée sur la résistance de la colle avec le


mouvement. C'est-à-dire la capacité d’un collage à maintenir une plaie fermée lors
de la vie de l’animal opéré.

Niveau d’arrachement de peau : donne une idée sur l’adhésion entre la colle et la
peau et la pénétration de la colle.

Quelle est la force nécessaire pour décoller la colle : Cette appréciation nous
renseigne sur la capacité de la colle à rester en contact avec la peau et à ne pas se
soulever.

56 | P a g e
Tableau 2. Résultats de test de pelage.

Traitement Résistance à Flexibilité Force Niveau Evaluation de


la traction nécessaire d’arrachement traitement
pour de peau
enlever la
colle
Sans traitement --- ++ - ---- Témoin
Isopropylalcool -- -- -- --- Plus efficace que
(pur)-15min l’azone et
dodecylsulfoxide au
niveau de la
cohésion
Sodium dodecyl + -- -- -- Même que
sulfate(SDS)(pur)- l’isopropylalcool
30min
Azone*-15min +++ ---- --- +++ Efficace pour la
flexibilité mais pas
pour la cohésion
colle-peau
Dodecylsulfoxide*- +++ ---- --- +++ Même que l’azone
15min
Abrasion-10fois ++ --- - - Le plus important
parmi les autres au
niveau de cohésion

---- : pas d’effet.


--- : très faible.
--: faible.
-: assez faible.
+ : assez bien.
++ : Bien.
+++ : Très bien.

* : solution de traitement de surface à 1% dans l’éthanol.

57 | P a g e
III.5 Test mécanique de pelage :

Pour étudier l’effet des différents traitements de surface sur l’efficacité de la


colle, en particulier sur la cohésion entre la colle et la peau, des tests
mécaniques sont effectués.

Le test mécanique caractérise l’adhésion entre la peau et la colle par mesure


de la force de pelage ou la force nécessaire pour enlever la colle de la peau.

Ci-dessous un exemple des graphiques donnés par le logiciel :

Zone pallier

Figure 32. Variation de la force de pelage en fonction de la course.


Les valeurs dans le tableau suivant sont les forces moyennes calculées pour un
étirement entre 20mm et 50mm de l’échantillon car on voit dans les graphiques que
cette zone est le plus reproductible (pallier de la force de pelage).

58 | P a g e
Dans le tableau ci-dessous les résultats des différents tests effectués pour les
références (vache non traitée) :

Tableau 3. Résultats du test mécanique.

références Force moyenne (N*mm-1) moyenne Ecart type Méthode Date


Ech1 Ech2 Ech3 Ech4 Ech5
1 0.307 0.334 0.344 0.335 0.360 0.34 0.02 1 27-06-17
2 rasée 0.293 0.333 0.31 0.03 1 29.6.17
3 0.145 0.154 0.15 0.01 1 13.7.17

* : non exploitable
Ech : échantillon
Méthode 1 : écartement des mors : 15mm.
Taille de l’éprouvette : 20mm.
Course : 80mm.
Vitesse : 50mm/min.

Références : application de v7 sans traitement de surface de la peau.

Premièrement pas de différence entre les résultats de peau rasée et non rasée, mais
on voit qu’on a variation des résultats en fonction de temps, ça peut être due de
vieillissement de la peau. Cet aspect sera à prendre en compte lors de la comparaison
des différents échantillons.

59 | P a g e
a. Effet des différents traitements chimiques de surface sur la force de
pelage :

Après prévoir les traitements chimiques de la surface les plus efficaces par le
test d’angle de contact, on a testé l’effet de ces traitements sur la force
d’adhésions, et on a obtenu les résultats dans le tableau ci-dessous :

Solution de l’azone et de dodecylsulfoxide : on met 1% de masse de chacun


dilué dans une solution d’éthanol.

Tableau 4. Résultats du test mécanique de pelage pour la peau traitée chimiquement.

Traitement Force moyenne (N*mm-1) moyenne Ecart Méthode Date


Ech1 Ech2 Ech3 Ech4 Ech5 type
Références 1 0.307 0.334 0.344 0.335 0.360 0.34 0.02 1 27-06-17
Traitement de surface 1 28-06-17
par l’azone* 15min puis
ajout de v7 0.187 0.417* 0.195 0.197 0.19 0.01
Traitement de surface 1 28-06-17
par dodecylsulfoxide*
15min puis ajout de v7 0.141 0.152 0.23* 0.171 0.15 0.02
Traitement de surface 1 28-06-17
par l’isopropylalcool
(pur) 15min puis ajout
de v7 0.353* 0.282 0.248 0.250 0.26 0.02
Traitement de surface 1 28-06-17
par SDS (pur) 15min
puis ajout de v7 0.257 0.302 0.187* 0.208 0.26 0.05

* : solution de traitement de surface à 1% dans l’éthanol.

Le traitement de la peau par les solutions de dodecylsulfoxide et l’azone dans leur


temps de traitement optimale ont impliqué une diminution remarquable de la force
de pelage par rapport à la références 1, cela peut être due au fait que ces traitement
sont très efficace en terme d’absorption de la couche 1, et que la solution entre en
profondeur, ainsi il ne reste plus de solution à la surface et peut être qu’il n’y a plus
de lien entre la solution en profondeur et la solution à la surface. Tandis que pour le
traitement de surface avec l’isopropylalcool et le sodium dodecyl sulfoxide dans
leurs temps de traitement optimale n’ont pas entrainé une importante modification à
la force de pelage. D’après les résultats d’angle de contact le traitement par
l’isopropylalcool et le sodium dodecyl sulfoxide sont moins efficaces au niveau
d’étalement et l’absorption que le dodecylsulfoxide et l’azone, pour cela peut être
que le niveau d’absorption de couche 1 avec ces traitement est inférieur à celle du
dodecylsulfoxide et de l’azone et plus que celle de peau non traitée, alors la force a
diminué un peu par rapport à la référence 1.

60 | P a g e
Ce phénomène peut-être expliqué dans la figure ci-dessous :

Figure 33. Représentation schématique des différentes hypothèses de pénétration de la couche


1 dans la peau.

b. Effet de l’incorporation des solutions de traitement de surface


directement dans la formulation de la couche 1 :

Pour confirmer cette hypothèse et tenter d’atteindre la situation « traitement de


surface moins efficace » décrit dans la figure 30, on a incorporé des solutions de
traitement de surface directement dans la formulation de la couche 1.

61 | P a g e
Tableau 5. Résultats de Test mécanique de pelage avec les traitements de surface dilués dans
la couche 1.

Traitement Force moyenne (N*mm-1) moyenne Ecart Méthode Date


Ech1 Ech2 Ech3 Ech4 Ech5 type

Références 2 0.293 0.333 0.31 0.03 1 29.6.17


Références 3 0.145 0.154 0.15 0.01 1 13.7.17
v7 avec 10% isopropylalcool 1
(pur) polymérisation direct 0.183 0.179 0.18 0.00 4.7.17
v7 avec 40% SDS (pur) 1
polymérisation direct 0.114 0.145 0.13 0.02 4.7.17
v7 avec 10% 1
dodecylsulfoxide*
polymérisation direct 0.252 0.239 0.25 0.01 4.7.17
v7 avec 10% azone* 1
polymérisation direct 0.229 0.219 0.22 0.01 4.7.17
v7+1%dodecylsulfoxide* 1
polymérisé directement 0.219 0.229 0.22 0.01 13.7.17

* : solution de traitement de surface à 1% dans l’éthanol.

Tableau 6. Comparaison entre l’effet de traitement de surface et la dilution de ces traitements


dans la couche 1 sur la force de pelage.

Traitement Force moyenne par Force de pellage Taux de dilution


traitement de surface moyenne - dilution
(N*mm-1) dans V7 (N*mm-1)
Référence 1 0.34 ± 0.02 (27-06-17) -
Référence 2 0.31 ± 0.03 (29.6.17) -
Référence 3 0.15 ± 0.01 (13.7.17) -
Isopropylalcool (pur) 0.26 ± 0.02 (28-06-17) 0.18 ± 0 (4.7.17) 10
Sodium dodecyl sulfate 0.26 ± 0.05 (28-06-17) 0.13 ± 0.02 (4.7.17) 40
(pur)
Dodecylsulfoxide* 0.15 ± 0.02 (28-06-17) 0.25 ± 0.01 (4.7.17) 10
0.22 ± 0.01 1
(13.7.17)
Azone* 0.19 ± 0.01 (28-06-17) 0.22 ± 0.01 (4.7.17) 10

* : solution de traitement de surface à 1% dans l’éthanol.

62 | P a g e
La dilution du sodium dodecyl sulfate dans la couche 1(40%) a impliqué une
diminution de la moitié de la force de pelage par rapport à celle de traitement de
surface pendant 30min et inférieur à celle de la référence 2, cela peut être due au fait
que les tensioactifs forment des micelles dans la formulation et que les monomères
d’acide acrylique entre dans ces micelles. Ces micelles qui sont à la fois hydrophile,
ont une interaction avec les monomères, et lipophile peuvent pénétrer facilement
dans la couche lipidique de la peau, alors on a plus de pénétration de couche 1 dans
la peau et par suite la force d’adhésion diminue comme montre la figure 30.

La dilution d’isopropylalcool dans la couche 1(10%) a impliqué comme pour le


sodium dodecyl sulfate une diminution de la force de pelage de 30% par rapport à
celle de traitement de surface pendant 15min et de 42% par rapport à celle de
référence 2, ce résultat peut être dû que l’isopropylalcool fragilise le réseau de la
colle et que les fonctions OH de l’isopropylalcool forment des liaisons hydrogène
avec les fonctions COOH des monomères d’acide acrylique et empêche ces derniers
de pénétrer dans la peau et faire des interactions avec la peau.

L’azone dilué dans couche 1(10%) on a observé une augmentation de 15.7% de


force de pelage par rapport à celle de traitement de surface par l’azone pendant
15min mais ce résultat reste inférieur à celui de référence 2.

La dilution du dodecylsulfoxide dans la couche 1 (10%) a impliqué une


augmentation la force de pelage de 66.6% par rapport à celle de traitement de
surface par dodecylsulfoxide pendant 15min mais reste inférieure à la référence 2,
c’est peut-être qu’on a diminué la profondeur atteint par la couche 1. Lorsqu’on a
fait une dilution de dodecylsulfoxide plus importante dans la couche 1 (1%) on a
impliqué une augmentation de la force de pelage de 46.6% par rapport à celle de
référence 3, c.-à-d. que lorsqu’on effectue un traitement optimal on peut avoir une
profondeur optimale de la couche 1, ce qui augmente la force d’adhésion de la colle
sur la peau. Ceci pourrait confirmer l’hypothèse décrite dans la Figure 30 et on se
placerait dans ce cas dans la situation d’une « pénétration incomplète de la couche
1 ».

c. Effet de transcutol sur la force de pelage :

Dans le but de tester un traitement de surface moyennement efficace (d’après les


résultats des tests de mouillabilité), le transcutol (polyéthylène glycol) a été appliqué
en traitement de surface et dilué dans la couche 1 afin de déterminer son effet sur les
forces de pellage.

63 | P a g e
Tableau 7. Effet de transcutol sur la force de pelage.

Traitement Force moyenne (N*mm-1) moyenne Ecart Méthode Date


Ech1 Ech2 Ech3 Ech4 Ech5 type
Références 3 0.145 0.154 0.15 0.01 1 13.7.17
v7 appliquer 30min sans 1
traitement de surface puis
ajout de v7 avant
polymérisation 0.217* 0.300 0.30 - 13.7.17
v7+10% transcutol (pur) 1
polymérisation direct 0.265 0.259 0.26 0.00 13.7.17
v7+10% transcutol (pur) 1
appliquer 30min et ajout de v7
avant polymérisation 0.031 0.076 0.05 0.03 13.7.17
traitement de surface par 1
transcutol (pur) 30min puis
ajout de v7 0.214 0.298 0.26 0.06 13.7.17

Afin d’établir des liens entre les monomères ayant pénétré dans la peau et la surface
il a été décidé d’effectuer un second dépôt de couche 1 juste avant la polymérisation,
cette méthode a permis de doubler la force de pelage par rapport à celle de référence
3.

L’application de couche 1 avec 10% de transcutol a augmenté la force de pelage de


73% par rapport à celle de référence 3, tandis que l’application de couche 1 avec
10% de transcutol pendant 30min (avec second dépôt juste avant la polymérisation)
a diminué la force de pelage de 67% par rapport à celle de référence 3. Lorsqu’on
fait un traitement de surface par le transcutol pendant 30min on voit une
augmentation de force de pelage de 73% ±40 par rapport à celle de référence 3.

De ces 3 tests on peut tirer que le transcutol est un traitement efficace si il est mélangé
directement avec le composé qu’il va faire pénétrer, et ceci pour un temps optimal à
déterminer. L’effet du transcutol n’est visible que pour une dilution dans la couche 1 ou un
temps d’application assez long. La dilution de transcutol dans la couche 1 avec polymérisation
directe ou le traitement de surface par le transcutol pendant 30 minutes on retrouve des
valeurs correspondants à une application direct de couche 1 pendant 30min sans traitement de
surface et sans dilution. Le transcutol, dilué dans V7 ou utilisé en traitement de surface
permettrait de limiter le temps entre l'application de V7 et sa polymérisation tout en
améliorant son adhésion avec le substrat biologique. La toxicité de l'acide acrylique présent
dans la couche 1 s'exprime lors d'un temps d'application long et est quasi nul une fois l'adhésif
polymérisé, le transcutol permettrait ainsi de limiter la toxicité (irritation) de la couche 1.
Lorsque le transcutol est dans la couche 1 et déposé pendant 30min on a vu une diminution
remarquable de la force de pelage de 67% par rapport à celle de référence 3, alors peut être

64 | P a g e
que le transcutol après 30min a impliqué une absorption importante de la couche 1 dans la
peau.

Conclusions concernant les traitements de surface :

D’après tout ce qui précède on peut conclure que les dodecylsulfoxide et l’azone
comme traitement de surface ou bien dilué dans la couche 1 ont un effet négatif sur
la force de pelage, peut être ca à cause de leur grande efficacité pour l’amélioration
de la pénétration de la couche 1 et que la solution entre beaucoup en profondeur dans
la peau et par suite comme le décrit d’après la figure 30 il ne reste plus de lien entre
ce qui en profondeur et ce qui a la surface. L’isopropylalcool et le sodium dodecyl
sulfate comme traitement de surface change un peu la force de pelage, mais lorsque
ces traitements sont dilués dans la couche 1 ils ont un effet important et diminue la
force de pelage.
La dilution de dodecylsulfoxide dans la couche 1 a vraiment vérifier notre hypothèse
qu’on doit avoir un traitement qui amène la couche 1 a un profondeur optimale ce
qu’on a vue lorsqu’on a dilué en premier en 10% de masse de couche 1 et puis en
1% de masse de couche 1 et a augmenté la force de pelage de 66% par rapport à la
référence 3.

La dilution de transcutol dans la couche 1 (10%) et l’application de cette solution


pendant 30min est un traitement trop efficace au niveau de la pénétration de couche
1, mais ce qui nous intéresse pour améliorer la force de pelage c’est la dilution de
transcutol dans la couche 1 (10%) et la polymérisation directe de cette solution.

d. Diminution de l’irritation de la peau :

L’acide acrylique étant une produit chimique irritante, nous avons tenté d’ajouter à
la formulation de couche 1 une solution basique de NaOH.

Un irritant est un chimique capable d’altérer et/ou de pénétrer dans la peau par ses
propriétés physicochimiques et ainsi être toxique au contact des cellules cutanées. Le
pouvoir irritant d’une substance est lié (i) à sa capacité à rompre et/ou pénétrer la
barrière cutanée et (ii) à sa toxicité conduisant à la perturbation des membranes des
cellules cutanées. [55] L’acide acrylique pénètre dans la peau comme on a vue à
cause de sa partie hydrophile COOH et fait des interactions avec la peau ce qui
entraine une irritation de la peau, mais lorsqu’on ajoute une solution basique
l’irritation diminue par l’effet de transformation de COOH en COO- et par suite
moins de pénétration et d’interaction avec la peau.

Afin de vérifier que ce changement (s’il était retenu dans le développement de la


colle) n’affecte pas les propriétés mécaniques et d’adhésion de la colle on a étudié
l’effet d’ajout de cette solution sur la force de pelage.

65 | P a g e
Tableau 8. Effet de la solution de NaOH sur la force de pelage.

Traitement Force moyenne (N*mm-1) moyenne Ecart Méthode Date


Ech1 Ech2 Ech3 Ech4 Ech5 type
Références 2 0.293 0.333 0.31 0.03 1 29.6.17
Application de 1
V7+naoh
(5%,200g/l) et 29.6.2017
directement
polymérisé 0.345 0.353 0.35 0.01

L’ajout de 5% en masse d’une solution de NaOH (200g/l) dans la couche 1 a donné


la même force de pelage de la référence 2 ; l’ajout de solution aqueuse de soude (à
5% massique) n’aurait pas d’effet néfaste sur les propriétés d’adhésion de la colle.

e. Effet du traitement physique (abrasion mécanique) sur la force de


pelage :
Tableau 9. Effet de l’abrasion mécanique sur la force de pelage.

Traitement Force moyenne (N*mm-1) moyenne Ecart Méthode Date


Ech1 Ech2 Ech3 Ech4 Ech5 type
Références 2 0.293 0.333 0.31 0.03 1 29.6.17
Traitement 0.394 0.356 0.382 0.378 0.38 0.02 1 29.6.2017
de surface
par
l’abrasion
10fois

Le traitement de la peau par l’abrasion mécanique à entrainer une augmentation de la


force de pelage de 22% par rapport à celle de référence 2, on rappelle que le but de
l’abrasion est d’éliminer la couche lipidique de la SC pour faciliter la pénétration de
la couche 1 et par suite l’augmentation de la force d’adhésion.

66 | P a g e
Conclusion et perspectives
Ce projet a évoqué des nouvelles pistes pour améliorer la performance des colles
chirurgicales pour substituer totalement les situres pour la fermeture des plaies.

Apres les différents tests effectués durant ce stage, des traitements de surfaces
(dodecylsulfoxide, l’azone, l’isopropylalcool et le sodium dodecyl sulfate) ont
apportés des variations importantes sur l’efficacité de la colle. Le transcutol est un
traitement trop efficace pour un temps d’application long avec la solution à pénétrer.
Ces traitements déjà mentionnés ont modifié de façon importante la surface de peau
et de rendre la surface à caractère plus hydrophile, c.-à-d. modification des
propriétés physico-chimiques de la surface, en plus ces traitement ont augmenté
l’absorption de la goutte d’eau par la peau, ce qui est vraiment observé par les testes
d’angle de contacte et vérifié par les testes mécaniques.

D’autre part durant ce stage j’ai développé un protocole de préparation de


l’échantillon pour effectuer les tests mécanique, la préparation des échantillons ce
fait par déposition de quatre couche de compresse sur la peau puis on met la couche
1 et on la polymérise, après on met la couche 2 et on la polymérise.

L’efficacité élevée de notre traitement de surface à augmenter de façon très


importante l’absorption de la couche 1, ce qui nous intéresse d’augmenter la
pénétration de la colle dans la peau, mais cette pénétration doit être modulée pour
avoir une pénétration partiel de la couche 1 et avoir le lien entre ce qui pénètre et ce
qui est en surface, durant ce stage on a trouvé que la dilution de certains traitements
comme le dodecylsulfoxide(1%) et le transcutol(10%) dans la couche 1 peuvent
amener une pénétration partiel de la couche 1 et ainsi une augmentation de la force
de pelage.

Des traitements de surface (évoqués dans la bibliographie) n’ont pas été testés
durant ce stage comme l’injection de flux de liquide sans aiguille, thermophorese,
electroporation, et d’autres traitements chimiques comme le chlorure de
bonzalkonium. D’autre part la modification de la formulation de colle, pour assurer
une composition plus compatible avec la peau et assurant une interaction chimique
plus forte entre la composition de la colle et les protéines de la peau n’a pas été testé,
mais ce stage et l’étude bibliographique ont permis d’ouvrir des pistes qui pourront
être envisagées par la suite.

Durant de stage on a utilisé le test d’angle de contact pour caractériser l’effet de


traitement de surface. Ce test a donné des résultats fiables et importants au niveau
d’étalement uniquement, pour tester l’absorption de la colle par la peau il faudra
utiliser d’autres techniques comme par exemple cellule de Franz.

67 | P a g e
Le défi pour ce projet et de trouver d’autres solutions améliorant l’efficacité de la
colle et/ou de modifier la formulation.

D’autre part pour la suite du projet si on veut utiliser ces traitements de surface très
efficaces, le grand défi reste de trouver un lien entre la solution pénétrée et la
solution à la surface pour améliorer l’adhésion entre colle et peau.

La pénétration de la couche 1 seulement n’est pas trop efficace pour avoir une
bonne adhésion, pour améliorer cette adhésion il faut avoir des interactions fortes
entre la peau et la couche 1. La SC de la peau contient des lipides ayant des
fonctions OH, la réaction d’estérification entre les groupements OH des lipides et les
groupements COOH de l’acide acrylique peut améliorer la cohésion, et l’activation
des groupements COOH de l’acide acrylique peut résolue le problème de la faible
réactivité de ces groupements via la réaction d’estérification.

L’utilisation d’une molécule linéaire assez longue ayant une fonction COOH d’une
extrémité et une double liaison de l’autre à un rôle de pénétrer plus dans la peau à
l’aide des traitements de surface et en même temps la double liaison reste accessible
pour rejoindre les monomères d’acide acrylique en surface, ce qui augmente
l’adhésion avec la peau.

68 | P a g e
Références
1. Millet, S. (1997). Exposition cutanée aux produits chimiques et choix d'une
protection individuelle adaptée: application à huit professions (Doctoral
dissertation).
2. Hadgraft, J. (Ed.). (2002). Transdermal drug delivery systems: revised and
expanded. CRC Press.
3. Scheuplein, R. J. (1967). Mechanism of Percutaneous Absorption: II.
Transient Diffusion and the Relative Importance of Various Routes of Skin
Penetration** From the Research Laboratories of the Department of
Dermatology of the Harvard Medical School at the Massachusetts General
Hospital, Boston, Massachusetts 02114. Journal of Investigative
Dermatology, 48(1), 79-88.
4. Agarwal, R., Katare, O. P., & Vyas, S. P. (2000). The pilosebaceous unit: a
pivotal route for topical drug delivery. Methods Find Exp Clin
Pharmacol, 22(2), 129-133.
5. Bernard, E., Dubois, J. L., & Wepierre, J. (1997). Importance of sebaceous
glands in cutaneous penetration of an antiandrogen: target effect of
liposomes. Journal of pharmaceutical sciences, 86(5), 573-578.
6. Trommer, H., & Neubert, R. H. H. (2006). Overcoming the stratum corneum:
the modulation of skin penetration. Skin pharmacology and physiology, 19(2),
106-121.
7. Bos, J. D., & Meinardi, M. M. (2000). The 500 Dalton rule for the skin
penetration of chemical compounds and drugs. Experimental
dermatology, 9(3), 165-169.
8. Trommer, H., & Neubert, R. H. H. (2006). Overcoming the stratum corneum:
the modulation of skin penetration. Skin pharmacology and physiology, 19(2),
106-121.
9. Walker, R. B., & Smith, E. W. (1996). The role of percutaneous penetration
enhancers. Advanced drug delivery Reviews, 18(3), 295-301.
10. Neubert, R. H. H., Schmalfuß, U., Huschka, C., & Wohlrab, W. A. (1998).
Recent developments in the area of dermal drug application. Pharmazeutische
Industrie, 60(2), 149-156.
11. Prausnitz, M. R., Mitragotri, S., & Langer, R. (2004). Current status and
future potential of transdermal drug delivery. Nature reviews. Drug
discovery, 3(2), 115.
12. Hadgraft, J. (2001). Modulation of the barrier function of the skin. Skin
Pharmacology and Physiology, 14(Suppl. 1), 72-81.
13. Williams, A. C., & Barry, B. W. (1989). Essential oils as novel human skin
penetration enhancers. International journal of pharmaceutics, 57(2), R7-R9.
14. Bharkatiya, M., Nema, RK. (2009). Skin Penetration Enhancement
Techniques. J Young Pharm, 1(2):110-115.

69 | P a g e
15. Singla, V., Saini, S., Singh, G., Rana, A. C., & Joshi, B. (2011). Penetration
enhancers: a novel strategy for enhancing transdermal drug delivery. Int Res J
Pharm, 2(12), 32-36.
16. Walters, K. A., Bialik, W., & BRAIN, K. R. (1993). The effects of surfactants
on penetration across the skin. International journal of cosmetic
science, 15(6), 260-271.
17. Nokhodchi, A., Shokri, J., Dashbolaghi, A., Hassan-Zadeh, D., Ghafourian,
T., & Barzegar-Jalali, M. (2003). The enhancement effect of surfactants on
the penetration of lorazepam through rat skin. International journal of
Pharmaceutics, 250(2), 359-369.
18. Sinha, V. R., & Kaur, M. P. (2000). Permeation enhancers for transdermal
drug delivery. Drug development and industrial pharmacy, 26(11), 1131-
1140.
19. Chandra, A., Sharma, P., & Irchhiaya, R. (2009). Effect of alcohols and
enhancers on permeation enhancement of ketorolac. Asian Journal of
Pharmaceutics, 3(1), 37.
20. Patel, M. N., Bharadia, P. D., & Patel, M. M. (2010). Skin penetration
enhancement techniques–physical approaches. nature, 12(13), 14.
21. Kalia, Y. N., Naik, A., Garrison, J., & Guy, R. H. (2004). Iontophoretic drug
delivery. Advanced drug delivery reviews, 56(5), 619-658.
22. Washington, N., Washington, C., & Wilson, C. G. (2001). Transdermal drug
delivery. Physiological pharmaceutics: biological barriers to drug
absorption. 2nd ed. London: Taylor & Francis, 179-98.
23. Denet, A. R., Vanbever, R., & Préat, V. (2004). Skin electroporation for
transdermal and topical delivery. Advanced drug delivery reviews, 56(5), 659-
674.
24. Banga, A. K., & Prausnitz, M. R. (1998). Assessing the potential of skin
electroporation for the delivery of protein-and gene-based drugs. Trends in
biotechnology, 16(10), 408-412.
25. Daniels, R. (2004). a: Strategies for skin penetration enhancement. Skin Care
Forum Online Issue 37.
26. Baxter, J., & Mitragotri, S. (2006). Needle-free liquid jet injections:
mechanisms and applications. Expert review of medical devices, 3(5), 565-
574.
27. Mikszta, J. A., Britingham, J. M., Alarcon, J., Pettis, R. J., & Dekker, J. P.
(2001). Applicator having abraded surface coated with substance to be
applied. Patent WO, 1(89622), A1.
28. LEE, W. R., TSAI, R. Y., FANG, C. L., LIU, C. J., HU, C. H., & FANG, J.
Y. (2006). Microdermabrasion as a novel tool to enhance drug delivery via
the skin: an animal study. Dermatologic surgery, 32(8), 1013-1022.
29. Ogiso, T., Hirota, T., Iwaki, M., Hino, T., & Tanino, T. (1998). Effect of
temperature on percutaneous absorption of terodiline, and relationship
between penetration and fluidity of the stratum corneum lipids. International
journal of pharmaceutics, 176(1), 63-72.

70 | P a g e
30. Klemsdal, T. O., Gjesdal, K., & Bredesen, J. E. (1992). Heating and cooling
of the nitroglycerin patch application area modify the plasma level of
nitroglycerin. European journal of clinical pharmacology, 43(6), 625-628.
31. Hull, W. (2002). Heat enhanced transdermal drug delivery: a survey paper. J
Appl Res, 2(1).
32. Chaumont, P.E. (2012). La photopolymérisation des résines composites:
données actuelles(Doctoral dissertation, Université de Lorraine).
33. Fouassier, J. P. (1995). Photoinitiation, photopolymerization, and
photocuring: fundamentals and applications. Hanser.
34. Webster, R. G., Slansky, H. H., Refojo, M. F., Boruchoff, S. A., & Dohlman,
C. H. (1968). The use of adhesive for the closure of corneal perforations:
report of two cases. Archives of Ophthalmology, 80(6), 705-709.
35. Fogle, J. A., Kenyon, K. R., & Foster, C. S. (1980). Tissue adhesive arrests
stromal melting in the human cornea. American journal of
ophthalmology, 89(6), 795-802.
36. LEHMAN, R. A., WEST, R. L., & LEONARD, F. (1966). Toxicity of alkyl
2-cyanoacrylates: II. Bacterial growth. Archives of Surgery, 93(3), 447-450.
37. Chen, W. L., Lin, C. T., Hsieh, C. Y., Tu, I. H., Chen, W. Y., & Hu, F. R.
(2007). Comparison of the bacteriostatic effects, corneal cytotoxicity, and the
ability to seal corneal incisions among three different tissue
adhesives. Cornea, 26(10), 1228-1234.
38. Olson, M. E., Ruseska, I., & Costerton, J. W. (1988). Colonization of n‐butyl‐
2‐cyanoacrylate tissue adhesive by Staphylococcus epidermidis. Journal of
Biomedical Materials Research Part A, 22(6), 485-495.
39. Vote, B. J., & Elder, M. J. (2000). Cyanoacrylate glue for corneal
perforations: a description of a surgical technique and a review of the
literature. Clinical & experimental ophthalmology, 28(6), 437-442.
40. Khodadoust, A. (1985). Tissue adhesives in ophthalmology Surgical
Pharmacology of the eye New York: Raven Press , 223-234.
41. Carlson, A. N., & Wilhelmus, K. R. (1987). Giant papillary conjunctivitis
associated with cyanoacrylate glue. American journal of
ophthalmology, 104(4), 437-438.
42. Markowitz, G. D., Orlin, S. E., Frayer, W. C., Andrews, A. P., & Prince, R.
B. (1995). Corneal endothelial polymerization of histoacryl adhesive: a report
of a new intraocular complication. Ophthalmic Surgery, Lasers and Imaging
Retina, 26(3), 256-258.
43. Bhatia, S. K. (2010). Biomaterials for clinical applications. Springer Science
& Business Media.
44. Şenel, S., & McClure, S. J. (2004). Potential applications of chitosan in
veterinary medicine. Advanced drug delivery reviews, 56(10), 1467-1480.
45. Matsuda, T., Nakajima, N., Itoh, T., & Takakura, T. (1988). Development of
a compliant surgical adhesive derived from novel fluorinated hexamethylene
diisocyanate. ASAIO transactions/American Society for Artificial Internal
Organs, 35(3), 381-383.

71 | P a g e
46. Beckman, E. J., Buckley, M., Agarwal, S., & Zhang, J. (2007). U.S. Patent
No. 7,264,823. Washington, DC: U.S. Patent and Trademark Office.
47. Lamba, N. M., Woodhouse, K. A., & Cooper, S. L. (1997). Polyurethanes in
biomedical applications. CRC press.
48. Wallace, D. G., Cruise, G. M., Rhee, W. M., Schroeder, J. A., Prior, J. J., Ju,
J., ... & Coker, G. C. (2001). A tissue sealant based on reactive
multifunctional polyethylene glycol. Journal of Biomedical Materials
Research Part A, 58(5), 545-555.
49. Mehdizadeh, M., & Yang, J. (2013). Design strategies and applications of
tissue bioadhesives. Macromolecular bioscience, 13(3), 271-288.
50. Kreye, O., Mutlu, H., & Meier, M. A. (2013). Sustainable routes to
polyurethane precursors. Green Chemistry, 15(6), 1431-1455.
51. Klibanov, A. L., Maruyama, K., Torchilin, V. P., & Huang, L. (1990).
Amphipathic polyethyleneglycols effectively prolong the circulation time of
liposomes. FEBS letters, 268(1), 235-237.
52. Caliceti, P., & Veronese, F. M. (2003). Pharmacokinetic and biodistribution
properties of poly (ethylene glycol)–protein conjugates. Advanced drug
delivery reviews, 55(10), 1261-1277.
53. Ferreira, P., Silva, A. F., Pinto, M. I., & Gil, M. H. (2008). Development of a
biodegradable bioadhesive containing urethane groups. Journal of Materials
Science: Materials in Medicine, 19(1), 111-120.
54. Ferreira, P., Coelho, J. F. J., & Gil, M. H. (2008). Development of a new
photocrosslinkable biodegradable bioadhesive. International journal of
pharmaceutics, 352(1), 172-181.
55. Bonneville, M. (2006). Physiopathologie de l'inflammation cutanée: rôle de
l'activation de l'immunité innée cutanée dans le développement de l'eczema
allergique de contact (Doctoral dissertation, Université Claude Bernard-Lyon
I).

72 | P a g e