Vous êtes sur la page 1sur 79

ANALYSE

FINANCIERE
DANS LES SFD
ACCEUIL ET PRESENTATION
•Qui suis-je?
•Formation;
• Expériences;
• Poste actuel;

•Qui êtes vous?


• Nom prénoms;
• Fonction actuelle;
• Institution de provenance;
Etc.
LES REGLES
VOS ATTENTES
OBJECTIF DE LA FORMATION
• Apporter les notions financières et comptables
nécessaires à la compréhension de la situation du
SFD
• Maitriser les notions de pérennité, d’équilibre
financier, de rentabilité, de productivité
• A partir des calculs sur les bilans et comptes de
résultat des périodes passées, de se projeter sur
l’avenir de l’établissement en comprenant bien
comment les déséquilibres actuels peuvent révéler
des difficultés futures
OBJECTIFS SPECIFIQUES
• Aperçu générale sur la comptabilité des SFD
• Savoir réaliser une analyse financière
• Savoir réaliser une analyse de la rentabilité
• Maitriser les notions de pérennité et de viabilité
• Savoir analyser les états financiers et le portefeuille
• Maitriser le calcul des ratios
PLAN
• Comptabilité des SFD de l’UMOA
• Importance et qualité de l’information
• Analyse financière
• Les ratios et leurs utilisations
• Application
• Les prévisions financières
COMPTABILITE
DES SFD DE
L’UMOA
DEFINITIONS
• Ensemble des écritures relatives aux mouvements
d'argent ou de marchandises (d'une association ou d'une
entreprise ou d'une administration ou d'une collectivité
ou d'un ménage)
• Système d’organisation et d’information permettant de
classer, évaluer, d’enregistrer les transactions d’une entité
et de présenter les états financiers donnant une image
fidèle, de la performance et des variations de la situation
financière à la date de clôture des comptes.
• Elle a pour finalité l’élaboration des états financiers
destinée à fournir des informations aux personnes qui
doivent prendre des décisions.
REGLE DE BASE
• Toutes les opérations ou transactions doivent être
enregistrées;
• Une absence de comptabilisation ne peut être
justifiée ou corrigée par une information donnée en
annexe;
• La comptabilité suit des règles qu’on appelle
« Méthodes comptables » : ensemble des conventions
comptables de base, des principes comptables
fondamentaux, des méthodes d’évaluation ainsi que
des règles ou pratiques appliquées par l’entreprise
pour établir et présenter ses états financiers.
PRINCIPES COMPTABLES
1. Continuité de I 'exploitation
• Toute institution de microfinance est présumée poursuivre ses
activités sur un horizon temporel prévisible. II est donc admis que
l'institution n'a ni I 'intention, ni L'obligation de se mettre an
liquidation ou de réduire sensiblement I 'étendue de ses activités.

2. Spécialisation des exercices


• Les produits sont rapportés à I ‘exercice au cours duquel ils sont
réalisés et non à l'exercice au cours duquel ils sont effectivement
encaissés. Seule importe la période à laquelle les revenus sont
reconnus. Les charges sont engagées pour générer des revenus,
dans ce sens elles doivent être rattachées au même exercice que les
revenus qu'elles ont produits.
PRINCIPES COMPTABLES
3. Coût historique
Les biens acquis il titre onéreux sont enregistrés à leur coût
d'acquisition exprime en unités monétaires courantes sauf
instructions contraires de la Banque Centrale.
4. Prudence
les états financiers sont présentés de manière à ne pas surévaluer les
actifs, les produits, les excédents et à ne pas sous-évaluer
l'endettement, les charges et les déficits.
La prudence revient alors à apprécier raisonnablement les faits et les
opérations à enregistrer, afin d‘éviter le transfert sur I 'avenir des
risques actuels qui peuvent affecter le patrimoine et le résultat des
SFD.
PRINCIPES COMPTABLES
5. Permanence des méthodes
Les méthodes d‘évaluation et de présentation utilisées pour
l'établissement des états financiers doivent être constantes d'un
exercice à un autre pour en faciliter la comparabilité sauf
changements exceptionnels dans la situation du SFD,
6. Importance relative ou importance significative
Est significative toute information dont l'omission est susceptible
d'influencer les jugements et/ou les décisions économiques prises
par les destinataires des états financiers. A ce titre, cette information
doit leur être communiquée et les comptes d'importance
significative doivent être présentés séparément dans les états
financiers,
PRINCIPES COMPTABLES
7. Non compensation
Sauf exceptions définies sur instructions de la Banque Centrale,
aucune compensation ne peut être toute entre les actifs et les passifs,
entre les charges et les produits, ni entre les engagements hors bilan,
8. Intangibilité du bilan d'ouverture
Le bilan d'ouverture doit correspondre ou bilan de clôture de I
'exercice précèdent.
DOCUMENTS COMPTABLE
Les principaux documents comptables obligatoires sont :
•Le journal où les opérations sont enregistrés jour par jour.
• Le grand livre qui reprend les écritures du journal mais en
suivant une classification par nature dans les comptes
correspondants ;
•Le livre d'inventaire, transcription des récapitulatifs des
inventaires des éléments d'actif, du passif et du hors bilan, ainsi
que les comptes annuels.
•La balance mensuelle , Elle récapitule, dans I ‘ordre défini
par le référentiel comptable, les soldes et les mouvements cumulés
des comptes du SFD
COMPTABILTIE EN PARTIE DOUBLE
• ACTIFS = DETTES + FONDS PROPRES (PASSIF)

• Chaque opération est inscrite à la fois au débit et au crédit


d'un ou plusieurs comptes

• L'un des intérêts de l'enregistrement en partie double est


de permettre un contrôle des écritures puisque le total
des écritures de débit doit être équivalent au total des
écritures de crédit.
PLAN COMPTABLE
•Ensemble de comptes ayant pour objectif
de donner une organisation rationnelle
de la comptabilité
•Nomenclature des comptes susceptibles
d’être utilisés dans une institution
•Chaque type d’institution a son cadre
comptable et son plan comptable
PLAN COMPTABLE (STRUCTURE)
• En général il est composé de 9 classes, mais dans le
référentiel spécifique des SFD de l’UMOA il est
composé de 8 classes
• Les classes 1 – 5, représentent les comptes de
patrimoine ou les comptes de bilan
• Les classe 6 – 7, représentent les comptes du compte
d’exploitation
• La classe 9 représente les opérations de hors bilan
PLAN COMPTABLE
-CLASSE 1 : OPERATIONS DE TRESORERIE ET AVEC LES
INSTITUTIONS FINANCIERES ;
-CLASSE 2 : OPERATIONS AVEC LES MEMBRES,
BENEFICIAIRES OU CLIENTS;
-CLASSE 3 : OPERATIONS SUR TITRES ET OPERATIONS
DIVERSES ;
-CLASSE 4 : VALEURS IMMOBILISEES ;
-CLASSE 5 : PROVISIONS, FONDS PROPRES ET ASSIMILES;
-CLASSE 6 : COMPTES DE CHARGES;
CLASSE 7 : COMPTES DE PRODUITS ;
-ClASSE 9 : COMPTES D'OPERATIONS HORS BILAN.
PLAN COMPTABLE
• Les comptes d’actif et de charges augmentent au
débit et diminuent au crédit. Leurs soldes sont
habituellement débiteur
• Les comptes du passif et de produits augmentent au
crédit et diminuent au débit. Leurs soldes sont
habituellement créditeur
ETATS FINANCIERS
• Les états financiers des SFD de l’UMOA sont
composés de :
• Le bilan
• Le hors bilan
• Le compte de résultat
• Les annexes
CYCLE COMPTABLE D’UN SFD
8. CLOTURE
Ajustements suite aux
recommandations énoncées par le 1. DEROULEMENT DES
Commissaire aux comptes OPERATIONS

7. PREPARATION DES
ETATS FINANCIERS 2. SAISIE DANS LE
Bilan, Compte de résultats JOURNAL
et Annexes

6. SAISIE DES
ECRITURES DE 3. REPORT DES
CLÔTURE ECRITURES DU
JOURNAL DANS LE
Pour le report dans les GRAND LIVRE
Etats financiers

5. AJUSTEMENT DES 4. ETABLISSEMENT DE LA


COMPTES PAR LES BALANCE AVANT
ECRITURES INVENTAIRE
D’INVENTAIRE
LE BILAN
Code N N-1
ACTIF
poste BRUT AMT/PROV NET NET
OPERATIONS DE TRESORERIE ET AVEC LES INSTITUTIONS
A01
FINANCIERES
A10 Valeurs en caisse
A12 Comptes ordinaires chez les institutions financières
A2A Autres comptes de dépôts chez les institutions financières
A3A COMPTES DE PRETS AUX INSTITUTIONS FINANCIERES
A70 COMPTES DE PRETS EN SOUFFRANCE
B01 OPERATIONS AVEC LES MEMBRES OU BENEFICIAIRES OU CLIENTS
B2D Crédits à court terme
B30 Crédits à moyen terme
B40 Crédits à long terme
B65 Créances rattachées
B70 CREDITS EN SOUFFRANCE
C01 OPERATIONS SUR TITRES ET OPERATIONS DIVERSES
C30 Comptes de stocks
C40 Débiteurs divers
C6A Comptes d'ordre et divers
D01 VALEURS IMMOBILISEES
D1A Immobilisations financières
D1S Dépôts et cautionnements
D30 Immobilisations d'exploitation
Immobilisations acquises par réalisation de garantie

E90 TOTAL ACTIF


LE BILAN
N N-1
Code poste PASSIF
NET NET
F01 OPERATIONS DE TRESORERIE ET AVEC LES INSTITUTIONS FINANCIERES
F1A Comptes Ordinaires des Institutions Financières
F2A Autres comptes de dépôt des institutions financières
F3A Comptes d'emprunts et autres sommes dues aux institutions financières
F55 Ressources affectées
F60 Dettes rattachées
G01 OPERATIONS AVEC LES MEMBRES OU BENEFICIAIRES OU CLIENTS
G10 Comptes ordinaires
G15 Dépôts à terme reçus
G30 Autres dépôts de garanties reçus
G60 Emprunts
G90 Dettes rattachées
H01 OPERATIONS SUR TITRES ET OPERATIONS DIVERSES
H40 Créditeurs divers
H6A Comptes d'ordre et divers
L01 PROVISIONS, FONDS PROPRES ET ASSIMILES
L10 Subventions d'investissement
L20 Fonds affectés
L27 Fonds de crédit
L30 Provisions pour risques et charges
L41 Emprunts et titres émis subordonnes
L55 Réserves
L59 Ecart de réévaluation des immobilisations
L65 Fonds de dotation
L70 Report à nouveau (+ ou -)
L80 Résultat de l'exercice (+ ou -)

L90 TOTAL PASSIF


LE HORS BILAN
Code
LIBELLES N N-1
Poste
ENGAGEMENT DE FINANCEMENT
ENGAGEMENT DE GARANTIE
ENGAGEMENTS SUR TITRES
ENGAGEMENTS SUR OPERATIONS EN DEVISES
OPERATIONS DE CHANGE AU COMPTANT
PRETS OU EMPRUNTS EN DEVISES
OPERATIONS DE CHANGE A TERME
AUTRES ENGAGEMENTS
OPERATIONS EFFECTUES POUR LE COMPTE DE TIERS
LE COMPTE DE RESULTAT
PRODUITS N N-1
V08 PRODUITS SUR OPERATIONS AVEC LES INSTITUTIONS FINANCIERES
V1A Intérêts sur comptes ordinaires débiteurs
V1L Intérêts sur autres comptes de dépôts chez les institutions financières
V2A Intérêts sur comptes de prêts aux institutions financières
V2T Commissions
V3A PRODUITS SUR OPERATIONS AVEC LES MEMBRES, BENEFICIAIRES OU CLIENTS
V3B Intérêts sur crédits aux membres, bénéficiaires ou clients
V3R Autres intérêts
V3X Commissions
V6B GAINS SUR OPERATIONS DE CHANGE
V6U Produits sur prestations de services financiers
W4A PRODUITS DIVERS D'EXPLOITATION
W53 SUBVENTIONS D'EXPLOITATION
X51 REPRISES D'AMORTISSEMENTS ET PROVISIONS SUR IMMOBILISATIONS
X6B REPRISES DE PROVISIONS ET RECUPERATIONS SUR CREANCES AMORTIES
X6C Reprises de provisions sur créances en souffrance
X6H Reprises de provisions pour risques et charges
X6J Récupération sur créances amorties
X80 PRODUITS EXCEPTIONNELS
X81 PROFITS SUR EXERCICES ANTERIEURS
L80 DEFICIT

X84 TOTAL PRODUITS


- -
LE COMPTE DE RESULTAT
Code poste CHARGES
R08 CHARGES SUR OPERATIONS AVEC LES INSTITUTIONS FINANCIERES
R3A CHARGES SUR OPERATIONS AVEC LES MEMBRES, BENEFICIAIRES OU CLIENTS
R5Y Charges sur emprunts et titres subordonnés
R6B Pertes sur opérations de change
R6V CHARGES SUR PRESTATIONS DE SERVICES FINANCIERS
R8G ACHAT ET VARIATIONS DE STOCKS
S02 FRAIS DE PERSONNEL
S03 Salaires et traitements
S04 Charges sociales
S05 Rémunérations versées aux stagiaires
S1A IMPOTS ET TAXES
S2A AUTRES CHARGES EXTERNES ET CHARGES DIVERSES D'EXPLOITATION
S2B Services extérieurs
S3A Autres services extérieurs
S4A Charges diverses d'exploitation
T51 DOTATIONS AUX AMORTISSEMENTS ET AUX PROVISIONS SUR IMMOBILISATION
T6B DOTATIONS AUX PROVISIONS ET PERTES SUR CREANCES IRRECOUVRABLES
T6C Dotations aux provisions sur créances en souffrance
T6G Dotations aux provisions pour dépréciation des autres éléments d'actif
T6H Dotations aux provisions pour risques et charges
T6K Pertes sur créances irrécouvrables couvertes par des provisions
T6L Autres Pertes sur créances irrécouvrables couvertes par des provisions
T80 CHARGES EXCEPTIONNELLES
T81 PERTES SUR EXERCICES ANTERIEURS
L80 EXCEDENT
T84 TOTAL CHARGES
LES ETATS ANNEXES
 DIMF 2005 : Tableau des emplois et des ressources,

 DIMF 2006 : Etat des biens donnés en crédit-bail et opérations assimilées,

 DIMF 2007 : Etat des biens détenus dans le cadre de la concession,

 DIMF 2008 : Etat des biens détenus dans le cadre de la clause de réserve de
propriété,

 DIMF 2009 : Détail du compte « 6221 – Personnel extérieur à l’institution »

 DIMF 2010 : Etat des crédits en souffrance,

 DIMF 2011 : Etat des informations annexes,

 DIMF 2011 – 1 : Etat des engagements par signature,


LES ETATS ANNEXES
 DIMF 2012 : Etat de l’encours des crédits des dix (10) débiteurs les plus
importants du SFD

 DIMF 2013 : Etat de l’encours total des prêts aux dirigeants, au personnel ainsi
qu’aux personnes liées,

 DIMF 2014 : Etat des ressources affectés et des crédits consentis sur ressources
affectés,

 DIMF 2015 : Etat des valeurs immobilisées,

 DIMF 2016 : Etat d’affectation du résultat,

 Etat de traitement de la réévaluation


IMPORTANCE ET
QUALITE DE
L’INFORMATION
L’INFORMATION
•Définition : (du latin informare : «
donner forme à » ou « se former une idée
de ») l’information est un apport de
connaissances.
•Une information aide à entreprendre une
action ou à prendre une décision. En ce
sens l’information est une ressource,
éventuellement monétisable (vente d’une
information).
L’INFORMATION
• L’utilité de l’information s’apprécie au regard de la
comparaison de son coût (pour l’acquérir, la mémoriser,
la transformer, la diffuser) et du gain qu’elle peut
générer. Cette comparaison peut être difficile car :
• Certaines informations ont une utilité temporaire (qui
disparaît une fois utilisée ou si l’utilisation est trop
tardive), d’autres une utilité plus durable.
• la qualité de l’information financière est la condition
obligatoire à remplir pour faire de l’analyse financière.
EXEMPLE
• LAISSER, PAS TUER LE PRISONNIER
• LAISSER PAS, TUER LE PRISONNIER

• GRACE, IMPOSSIBLE EXECUTION


• GRACE IMPOSSIBLE, EXECUTION
SYSTÈME D’INFORMATION (SI)
• En première approche, on peut concevoir un système
d’information (SI) de gestion comme un ensemble structuré
de ressources (humaines et matérielles) qui organise la
circulation de l’information dans une organisation. Il peut
être comparé au système nerveux d’un organisme vivant qui
fait circuler l’information entre les organes.

• La présence d’un SI dans une organisation répond donc à des


objectifs de gestion mais aussi à des obligations légales
(concernant des informations fiscales, sociales,
comptables,…). On peut décliner un SI en plusieurs sous SI
fonctionnels (commercial, ressources humaines,
comptables,…)
SYSTÈME D’INFORMATION (SI)
•Un SI se définit par :
•Ce qu’il fait (ses fonctions),
•Avec quoi et comment il le fait (ses composantes),
•Pourquoi il le fait (les rôles de l’information).

•Un SI efficace délivre la bonne information, au


bon destinataire, au bon moment, sous la
bonne forme.
SYSTÈME D’INFORMATION (SI)
•Un système d’information assure 4
fonctions :

•l’acquisition (collecte),
•la mémorisation (stockage),
•la transformation (traitement),
•la diffusion (communication) des informations.
ECHANGE SUR LES FONCTIONNALITE DES SI

•SAF
•PERFECT
•MICROFINA
ANALYSE FINANCIERE
• L’analyse financière permet de porter un jugement
sur la santé d’une entreprise, notamment en matière
de solvabilité et de rentabilité.

• Nous allons étudier trois manières de réaliser une


analyse financière
• L’analyse par les états financiers
• L’analyse de l’activité
• L’analyse par les ratios
ANALYSE PAR LES ETATS
FINANCIERS

•Analyse des masses du bilan

•Analyse du compte de résultat et notion


de viabilité
ANALYSE DES MASSES DU BILAN
ACTIF N-2 N-1 N
OPERATIONS DE TRESORERIE ET AVEC LES
INSTITUTIONS FINANCIERES
OPERATIONS AVEC LES MEMBRES OU
BENEFICIAIRES OU CLIENTS
OPERATIONS SUR TITRES ET OPERATIONS
DIVERSES
VALEURS IMMOBILISEES
TOTAL ACTIF
PASSIF N-2 N-1 N
OPERATIONS DE TRESORERIE ET AVEC LES
INSTITUTIONS FINANCIERES
OPERATIONS AVEC LES MEMBRES OU
BENEFICIAIRES OU CLIENTS
OPERATIONS SUR TITRES ET OPERATIONS
DIVERSES
PROVISIONS, FONDS PROPRES ET ASSIMILES
TOTAL PASSIF
APPLICATION
• La COOPEC MON ESPRIT a la fin de son
exercice 2017 présente les bilan suivants (en
annexe) répartis en grande masse pour les
années 2015 à 2017
• TAF : A partir de ces bilans, faite une analyse
sur l’évolution du patrimoine et de la situation
financière de la COOPEC MON ESPRIT
APPLICATION
ACTIF 2015 2016 2017
OPERATIONS DE TRESORERIE ET AVEC LES INSTITUTIONS
180 340 500 230 231 400 295 872 480
FINANCIERES
OPERATIONS AVEC LES MEMBRES OU BENEFICIAIRES OU
401 519 000 500 000 000 450 000 000
CLIENTS
OPERATIONS SUR TITRES ET OPERATIONS DIVERSES 11 250 500 13 500 600 16 200 720
VALEURS IMMOBILISEES 45 000 000 54 000 000 48 600 000
TOTAL ACTIF 638 110 000 797 732 000 810 673 200
PASSIF 2015 2016 2017
OPERATIONS DE TRESORERIE ET AVEC LES INSTITUTIONS
50 000 000 25 000 000
FINANCIERES
OPERATIONS AVEC LES MEMBRES OU BENEFICIAIRES OU
515 000 000 600 000 000 650 000 000
CLIENTS
OPERATIONS SUR TITRES ET OPERATIONS DIVERSES 7 540 000 9 048 000 10 857 600
PROVISIONS, FONDS PROPRES ET ASSIMILES 115 570 000 138 684 000 124 815 600
TOTAL PASSIF 638 110 000 797 732 000 810 673 200
Rentabilité et Viabilité/Pérennité

•La rentabilité représente le rapport entre


les revenus d'une société et les sommes
qu'elle a mobilisées pour les obtenir. Elle
constitue un élément privilégié pour
évaluer la performance des entreprises

•Rentabilité Résultat positif (Excédent)


NOTION DE VIABILITE D’UN SFD
• DEFINITION
• Une IMF est viable lors quelle dispose d’une capacité
suffisante pour couvrir, par ses produits (hors
subvention), l’ensemble de ses charges y compris
celles qui sont cachées et à dégager un résultats pour
la capitalisation.

• C’est la rentabilité bien gérée qui conduit à la


Viabilité et donc à la Pérennité
PÉRENNITÉ FINANCIÈRE
=
Couverture des charges administratives + pertes
sur créances + coûts des ressources + inflation
+
capitalisation pour la croissance
à partir des produits d’exploitation.
ANALYSE DU COMPTE DE RÉSULTAT
PAR LA MÉTHODE DES 3M

Principaux déterminants de la viabilité / pérennité

Mo : S’assurer d’avoir une masse critique de structures


et d’activités
M1 : Maîtriser l’intermédiation financière
M2 : Maîtriser les charges
M3 : Maîtriser les impayés
ANALYSE DU COMPTE DE RÉSULTAT
PAR LA MÉTHODE DES 3M
 Qu’est-ce que l’intermédiation microfinancière?

 Il s’agit, pour le gestionnaire d’une IMF, de tout le métier, de l’arbitrage et des


options qui tournent autour de la mobilisation des ressources (épargne,
emprunt, politique de fonds propres et réserves) et de leur transformation
en crédit à la clientèle en vue d’en tirer le maximum de marge.

 Elle est influencée par :


 les proportions respectives des différentes ressources utilisées dans la
transformation en crédits;

 la politique des taux créditeur et débiteur pratiquée par l’IMF;

 Et par l’influence des origines et du coût des ressources utilisées


ANALYSE DU COMPTE DE RÉSULTAT
PAR LA MÉTHODE DES 3M
Calcul des 3 indicateurs qui fondent la méthode des ‘’ 3
M ’’ : PNB, RBE, RN
Produits financiers
- Charges financières
_____________________________
= PNB ( Produit Net Bancaire ou microfinancier)

+ Autres produits
- Frais généraux (y c.amortissements)
________________________________
RBE ( Résultat brut d’exploitation )

- Provisions sur créances en souffrance


- Pertes sur prêts (les déclassés)
________________________________
= RN ( Résultat Net )
ANALYSE DU COMPTE DE RÉSULTAT
PAR LA MÉTHODE DES 3M
• En résumant l‘essentiel de l’activité d'une IMF à l'épargne
et/ou au crédit, le PNB est la différence entre les produits
financiers (essentiellement constituées des intérêts sur les
crédits) et charges financières (essentiellement constituées
des intérêts payés sur les ressources collectées).

• Le PNB est donc le ''gain maximal'' d'une IMF parce que, à ce


stade du calcul du résultat, il n'est pas tenu compte:
• Des frais généraux
• Et du coût du risque

• Que reflète un PNB négatif ?


ANALYSE DU COMPTE DE RÉSULTAT
PAR LA MÉTHODE DES 3M

• Le RBE indique la richesse nette produite, laquelle est obtenue en soustrayant de la


richesse brute (PNB) l'ensemble des dépenses nécessaires à la production de la richesse.

• Le RBE ne donne qu'une indication partielle de la capacité de l'IMF à être bénéficiaire


dans la mesure où il n'est pas tenu compte du coût du risque (la probabilité de perdre de
l'argent sur les crédits en retards = provision)

• RN: (Résultat Net)


Il s'obtient en soustrayant du RBE les provisions pour
créances en souffrance). Le RN permet de mesurer, dans le
calcul en cascade, l’impact de la politique de crédit dans la
formation du résultat.
ANALYSE DU COMPTE DE RÉSULTAT
PAR LA MÉTHODE DES 3M
Application:
Trois IMF, travaillant sur le même marché, ont distribué 600 millions de
FCFA de crédit en 2004. Pour y arriver, chacune d’elle a organisé sa
stratégie de mobilisation de ressources (voir tableau )

L’IMF A pratique un taux de 15% l’an (agriculture) pour la moitié de


ses emplois et 10% (pour les plus démunis).

Les IMF B et C pratiquent 20% et 24% respectivement sur leurs


crédits.

 Calculer le montant des ressources par catégorie pour chaque IMF;

 Déterminer et commenter les PNB dégagés par chacune d’elle


ANALYSE DU COMPTE DE RÉSULTAT
PAR LA MÉTHODE DES 3M
ANALYSE DU PORTEFEUILLE
• Le portefeuille est la machine de production
• Il représente dans la plupart des cas plus de 70% du
total actif
• De sa bonne gestion dépend la rentabilité du SFD
• Sa bonne gestion passe par son analyse adéquate
OUTILS D’ANALYSE DU PORTEFEUILLE

•Indicateurs du portefeuille
• Le portefeuille a risque (PAR)
• Le taux de perte sur créances

•La stratification du portefeuille


INDICATEURS DU PORTEFEUILLE

•Le portefeuille a risque (PAR)

Encours des prêts comportant au moins une


échéance impayée de x jours

Montant brut du portefeuille de prêts


NB : x= 30 ; 90 ; 180 jours.
INDICATEURS DU PORTEFEUILLE

•Taux de perte sur créances

Montant des crédits passés en perte


durant la période
Montant brut du portefeuille de
crédits de la période
STRATIFICATION DU PORTEFEUILLE

•La stratification du portefeuille est sa


catégorisation par différents attributs

•Elle permet d’analyser le portefeuille de


chaque catégorie de clients financés
STRATIFICATION DU PORTEFEUILLE

•Exemple d’attributs de stratification

•Les tranches de montants


•La durée
•Les différents produits de crédit
•Les zones de financement
•Etc.
STRATIFICATION DU PORTEFEUILLE

•Exemple de tableau de stratification


Catégories Montants PAR
APPLICATION

•Au 31 décembre 2017 la balance aggée


de la mutuelle DIEU EST GRAND se
présente comme suit :
APPLICATION
Balance aggée au 31/12/17
Client Montant crédit Encours 1-30j 31-60j 61-90j 91-180j 181-360j 360 - 720j
Client 1 400 000 155 585 155 585
Client 2 1 000 000 521 285 521 285
Client 3 500 000 342 790 342 790
Client 4 180 000 10 550 10 550
Client 5 350 000 126 060 126 060
Client 6 500 000 171 400 171 400
Client 7 250 000 97 300 97 300
Client 8 350 000 140 565 140 565
Client 9 100 000 35 250 35 250
Client 10 150 000 9 875 9 875
Client 11 300 000 191 395 191 395
Client 12 600 000 262 375 262 375
Client 13 120 000 18 200 18 200
Client 14 250 000 127 040 127 040
TOTAL 5 050 000 2 209 670 560 815 18 200 247 740 352 705 687 420 342 790
APPLICATION

•TAF :
•Calculez le PAR 30J et 90J
•Présentez un stratification par
montant du portefeuille
LES RATIOS
DEFINITION
• En mathématiques, un ratio entre deux nombres est
le rapport du premier par le second.

• En finance, un ratio financier est un coefficient entre


deux comptes du bilan comptable ou du compte de
résultat
LES CATEGORIES DE RATIOS DES SFD

• Les ratios prudentiels


• Les ratios de qualité du portefeuille
• Les ratios d’activités
• Les ratios efficacité/productivité
• Les ratios de rentabilité
• Les ratios de gestion du bilan
RATIOS PRUDENTIELS
Nom Ratios Formules de calcul
RISQUES PORTES PAR UNE INSTITUTION :
LIMITATION DES RISQUES AUXQUELS EST MONTANT NET DES PROVISIONS ET DEPÔTS DE
1 GARANTIES
EXPOSEE UNE INSTITUTION
RESSOURCES
RESSOURCES STABLES
COUVERTURE DES EMPLOIS A MOYEN ET LONG
2
TERME PAR DES RESSOURCES STABLES EMPLOIS A MOYENS ET LONG TERME (Montant Nets)
PRETS AUX DIRIGEANTS ET AU PERSONNEL, AINSI
LIMITATION DES PRETS AUX DIRIGEANTS ET AU QU'AUX PERSONNES LIEES
3
PERSONNEL, AINSI QU'AUX PERSONNES LIEES
FONDS PROPRES
LIMITATION DES RISQUES PRIS SUR UNE SEULE PRETS ET ENGAGEMENTS PAR SIGNATURE
4
SIGNATURE FONDS PROPRES
VALEURS REALISABLES ET DISPONIBLES
5 NORME DE LIQUIDITE
PASSIF EXIGIBLE
MONTANT TOTAL CONSACRE PAR L'INSTITUTION
RATIO DE LIMITATION DES OPERATIONS AUX OPERATIONS AUTRES QUE LES ACTIVITES DE
6 AUTRES QUE LES ACTIVITES D'EPARGNE ET DE L'EPARGNE ET DE CREDIT
CREDIT
TOTAL DES RISQUES
(EXCEDENT DE L'EXERCICE + REPORT A NOUVEAU
7 RESERVE GENERALE
NEGATIF)* 15%
FONDS PROPRES
8 NORME DE CAPITALISATION
TOTAL ACTIF
TITRES DE PARTICIPATION
9 LIMITATION DES PRISES DE PARTICIPATION
FONDS PROPRES
RATIOS DE QUALITE DU PORTEFEUILLE
NOM DU
FORMULE ELÉMENTS DE CALCUL Normes
RATIO
˂ 5% pour x
Numérateur= Montant des crédits dont ≥ 30 jours
Encours des prêts comportant au moins une
une échéance au moins est impayée
échéance impayée de x jours
depuis plus de x jours. ˂ 3% pour x
Portefeuille
≥ 90 jours
classé à risque
30 jours
Montant brut du portefeuille de prêts Dénominateur= Total des encours bruts ˂ 2% pour x
NB : x= 30 ; 90 ; 180 jours. des crédits. ˃ 180 jours

Numérateur = Montant des provisions


Taux de
Montant brut des provisions constituées constituées sur les créances en
provisions pour
souffrance. ≥ 40%
créances en
Dénominateur= Montant total des
souffrance Montant brut des créances en souffrance
créances en souffrance.
Numérateur= Montant des pertes
Montant des crédits passés en perte durant
enregistrées sur les créances au cours de
Taux de perte la période
la période. ˂ 2%
sur créances
Montant brut du portefeuille de crédits de Dénominateur= total des encours bruts
la période de crédits de la période.
RATIOS D’ACTIVITES
NOM DU RATIO FORMULE ELÉMENTS DE CALCUL Normes
Numérateur = Mouvements enregistrés
sur la période au débit des comptes de
Montant total des crédits
crédits aux membres, bénéficiaires ou
Montant moyen des décaissés au cours de la période Tendance
clients, cours moyen et long terme, au
crédits décaissés haussière
niveau de la balance
Nombre total des crédits Dénominateur = Nombre total de crédit
décaissés au cours de la période décaissé au cours de la période
Montant total des dépôts à la Numérateur = Dépôts des membres ou
fin de la période bénéficiaires
Montant moyen de Dénominateur = Nombre de personnes
Tendance
l’épargne par disposant d’un ou de plusieurs dépôts
Nombre d’épargnants à la fin de haussière
épargnant auprès de l’institution, y compris l’épargne
la période
obligatoire. Un individu ne peut être pris
en compte plus d’une fois.
Total des encours des crédits à Numérateur = Crédits sains + crédits en
la fin de la période souffrance
Encours moyen des
Dénominateur = Nombre de personnes Tendance
crédits par
Nombre total d’emprunteurs à ayant un encours de crédit vis-à-vis de haussière
emprunteur
la fin de la période l’institution. Un individu ne peut être pris
en compte plus d’une fois.
RATIOS EFFICACITE/PRODUCTIVITE
NOM DU RATIO FORMULE ELÉMENTS DE CALCUL Normes
Numérateur = Nombre de personnes
Nombre d’emprunteurs ayant un ou plusieurs crédits en cours
Productivité
actifs avec l’institution. Un individu ne peut
des agents de ≥ 130
être pris en compte plus d’une fois.
crédit (*)
Nombre d’agents de Dénominateur= Nombre d'agents de
crédit crédit
Numérateur = Nombre de personnes
ayant au moins un dépôt et/ ou un
Productivité du Nombre de clients actifs crédit en cours auprès de l’institution.
˃ 115
personnel Un individu ne peut être pris en compte
plus d’une fois.
Nombre d’employés Dénominateur= Nombre d'employés
Montant des charges
Charges
d’exploitation de la Numérateur =Charges d’exploitation
d’exploitation
période
rapportées au ≤ 35%
Montant brut moyen du
portefeuille de Dénominateur= Moyenne du total des
portefeuille de crédits de
crédits encours de crédits de la période.
la période
RATIOS EFFICACITE/PRODUCTIVITE

NOM DU RATIO FORMULE ELÉMENTS DE CALCUL Normes


Numérateur =Frais de personnel + impôts
Montant des frais
et taxes+ autres charges externes et ˂ 15% pour les
Ratio des frais généraux de la
charges diverses d’exploitation+dotation au structures de
généraux période
fonds pour risque financiers généraux crédit direct
rapportés au
˂ 20% pour les
portefeuille de Montant brut moyen
Dénominateur= Moyenne du total des structures
crédits du portefeuille de
encours bruts de crédits de la période. d'épargne et
crédits de la période
de crédit
Montant des charges Numérateur = salaire et traitement ˂ 5% pour les
de personnel de la +Charges sociale+rémunérations versées structures de
période aux stagiaires crédit direct
Ratio des charges
˂ 10% pour les
de personnel Montant brut moyen
Dénominateur= Moyenne du total des structures
du portefeuille de
encours de crédits. d'épargne et
crédits de la période
de crédit
RATIOS DE RENTABILITE

NOM DU RATIO FORMULE ELÉMENTS DE CALCUL Normes


Numérateur =RE = Produits d’exploitation hors
subventions (PE) - Charges d’exploitation (CE) PE
= Total des produits sauf Subventions
Résultat d’exploitation hors
d’exploitation et Produits exceptionnels CE =
Rentabilité des fonds subventions (RE)
Total charges sauf charges exceptionnelles, les ˃ 15%
propres
pertes sur exercices antérieurs et les impôts sur
les excédents
Montant moyen des fonds Dénominateur= Fonds propres moyens sur la
propres pour l’exercice période
Résultat net d’exploitation hors Numérateur =RNE (voir «Rentabilité des fonds
subventions (RNE) propres »)
Rendement sur actif ˃ 3%
Montant moyen de l’actif pour
Dénominateur= Montant moyen de l’actif
la période
RATIOS DE RENTABILITE
NOM DU RATIO FORMULE ELÉMENTS DE CALCUL Normes
Montant total des Numérateur =Produits
Autosuffisance produits d’exploitation d’exploitation (PE)
˃ 130%
opérationnelle Montant total des Dénominateur=Charges
charges d’exploitation d’exploitation (CE)
Résultat d’exploitation
Numérateur =RE
Marge (RE)
˃ 20%
bénéficiaire Montant total des
Dénominateur=PE
produits d’exploitation
≤ 40% pour les
Numérateur = Frais
Frais généraux (FG) structures de crédit
généraux (FG)
Coefficient direct
d’exploitation Dénominateur ≤ 60% pour les
Produits financiers nets
=Produits financiers structures d'épargne
(PFN)
nets (PFN) et de crédit
RATIOS DE GESTION DU BILAN
NOM DU RATIO FORMULE ELÉMENTS DE CALCUL Normes
Montant des intérêts et des
commissions perçus au cours Numérateur = Intérêts et commissions
de la période
Taux de rendement Dénominateur = Opérations avec les
˃ 15%
des actifs institutions financières et assimilées +
Montant des actifs productifs
opérations avec les membres ou
de la période
bénéficiaires + titres à court terme+
immobilisations financières
Disponibilité et comptes
courants
Numérateur = encaisses et comptes
bancaires+instruments ˃ 2% pour les
courants ordinaires+titre à court terme
financiers facilement structures de
Ratio de liquidité de
négociables de la période crédit direct
l’actif
˃ 5% pour les
structures
Actif total de la période Dénominateur = total actif du bilan
d'épargne et de
crédit
Montant total des fonds
Numérateur = Fonds propres
Ratio de propres de la période
˃ 15%
capitalisation Montant total de l’actif de la
Dénominateur = Total actif du bilan
période
APPLICATION
•Les états financiers et données du
portefeuille de la COOPEC AKPEau
31 décembre 2017 sont présentés en
annexes.
•Sur la base de ces états financiers,
faites une analyse financière à
complète avec toutes les méthodes
étudié au cours de cette séance.
•De cette analyse évaluez les forces et
les faiblesses de la COOPEC AKPE
LES PREVISIONS
FINANCIÈRES
PREVISIONS FINANCIERES
• La réalisation des prévisions financières permet à
l’institution d’avoir un objectif précis à atteindre
• Ces objectifs doivent découler du plan stratégique de
l’institution
• Les prévisions financières sont réalisées sur 3 ou 5
années et se trouvent dans le plan d’affaire de
l’institution
PREVISIONS FINANCIERES
• Elles découlent des axes stratégiques fixés par les
dirigeants.
• Elles sont traduits dans les états suivants:
• Le bilan prévisionnel
• Le compte de résultat prévisionnel
• Le plan de trésorerie
• On peut ajouter à ces états les prévision sur certains
ratios
MERCI POUR
VOTRE
ATTENTION

Vous aimerez peut-être aussi