Vous êtes sur la page 1sur 3

l'endurance au service de l'Intelligence II

La multiplication d'ordres, loges et chapelles (qu'on les intitule traditionnels, ésotériques,


hermétiques, gnostiques et bien d'autres termes fleuris) est avant tout destinée à brouiller les
pistes du chercheur "profane". Ce phénomène qui ne cesse de s'accroître depuis le XVIIIe
siècle est impossible à décrire de façon cohérente et concise - et ça n'est pas la prolifération de
revues, manifestes, publications universitaires et autres conférences qui aidera à y voir plus
clair.

A répéter trois fois de suite pour soigner le hoquet.

Cette méthode de confusion délibérée se trouve être aussi très répandue dans le milieu de la
finance (sociétés écrans) et celui du renseignement. Ce sont là deux domaines partageant un
gout pour le secret et le cumul de fonctions supposées incompatibles qui ne sont pas sans
rapports avec le monde des associations à prétentions ésotériques. On pourrait même y voir la
signature de ces milieux très particuliers en guerre avec la transparence.

Nous poursuivrons donc dans un premier temps l'effeuillage nécessaire (mais forcement un
peu aléatoire) autour de la nébuleuse Crowley -progressivement des conclusions pourront être
tirées du rapprochement d’éléments délibérément tenus à l'écart les uns des autres.

***

Nous avons pu voir revendiquée la postérité d'Aleister Crowley dans certains


incontournables de la musique populaire anglo-saxonne mais il ne s'agit bien sûr que d'un
survol sommaire qui n'est là que pour introduire un sujet qui sera étudié plus en détail par la
suite.

Si l'on s’intéresse en revanche à l'influence exercé par la personne et les "enseignements" de


Crowley en France, il y aura d'emblée un point remarquable: c'est de faire unanimement
figure de référence auprès de cercles se revendiquant tant "de gauche" que "de droite".

La France en effet, attachée au maintien de certaines apparences qui passent pour des valeurs,
prétend encore croire qu'il y aurait une différence tangible entre ces deux perspectives qu'on
dit politique.

L'antagonisme ainsi défini permet d'interminables dialogues de sourds qui font parait-il tout le
sel du régime démocratique: inutile pourtant de faire de longues études pour constater
l'implacable continuité des cinquante dernières années en terme de gestion politique,
économique et sociale.

Pourtant, à l'image d'une noblesse à laquelle il ne resterait guère plus que l'étiquette, tout un
paysage journalistique, universitaire et culturel entretien avec âpreté cette dialectique de la
diversion.

***
Pour revenir à Aleister Crowley tel qu'on peut le connaître en France, le plus simple pour
commencer serait de se tourner vers ses biographes. En effet, plusieurs personnalités du
monde "initiatique" -très poreux avec celui des réseaux d'influence politique liés aux services
de renseignements rappelons-le- se sont essayées à retranscrire la vie de ce singulier
personnage.

Pour des raisons de commodités alphabétiques, commençons par un succin portrait de


Christian Bouchet bien que ce dernier ne soit pas le premier hagiographe de l'espion anglais.

Personnalité sulfureuse de la droite dite extrême, son admiration pour l'espion-gourou au


Service de Sa Majesté est aussi remarquable que ses prétentions "révolutionnaires" qui le
feront flirter avec une forme de nationalisme qui se proclame fièrement bolchévique.
Emblématique de toute une "Nouvelle Droite" qui se prétend "Métapolitique"(1), signalons en
passant ses liens avec le Front National, Robert Amadou, les réseaux dits Eurasistes ou
encore les éditions du Camion Blanc. Nous sommes bien au carrefour du monde de l'édition,
des sociétés secrètes et de la politique politicienne.

Le lecteur francophone désireux d'approfondir une culture marginale (ou prétendue telle) que
ce soit en terme de divertissement de masse ou de spiritualité compatible avec ces derniers
risque vite de tomber sur un livre édité par Camion Blanc.

Si en plus, ce lecteur francophone s’intéresse à ce qu'on désigne par le terme désormais


galvaudé d' "ésotérisme", et particulièrement sous sa forme post-moderniste dégénérée, alors
il y a fort à parier que son intérêt l'amènera à feuilleter un des nombreux livres que Christian
Bouchet a pu consacrer à ces sujets- édités dans un premier temps aux éditions Pardès, dont
une bonne part du catalogue est allée se faire rééditer dans la collection Camion Noir des
éditions Camion Blanc comme on peut le vérifier sur leur site.

Comme nous serons amené à le répéter fréquemment, il est à peu près impossible dans le
cadre d'un simple article d'esquisser toutes les facettes de personnages tels que Christian
Bouchet. A peine pourra-t-on déceler une certaine cohérence dans un parcours fait de virages
byzantins, bien que l'on reste dans le cadre de ce que certains appellent un peu vite la
"fachosphère".

Cette cohérence sera examinée pour elle-même ultérieurement, insistons pour l'instant sur une
imposante bibliographie (remplie de banalités et d'intox, certes, mais quantitativement
conséquente) largement consacrée aux spiritualités "marginales" et à diverses personnalités
charismatiques de cet univers. Parmi ces personnalités, la plupart ont été affilié d'une façon ou
d'une autre à la Société Théosophique, autre point qu'il conviendra d'étudier en temps voulu.

Et il n'est pas anodin que cette imposante bibliographie commence à peu près par une thèse
sur Aleister Crowley et sa postérité, thèse dirigée par Robert Amadou, lui même
personnalité respectée et incontournable des milieux à prétentions ésotériques et hermétiques.
Robert Amadou

Témoin d'une époque révolue, Robert Amadou (16 février 1924 - 14 mars 2006) méticuleux
historien de la franc-maçonnerie et de quantité d'autres ordres dira d'ailleurs à propos de
Crowley:

« Un seul homme, à notre sens, osa présenter sous une forme conceptuelle et revendiquer
l’attitude magique fondamentale. Cet homme est le plus grand, le plus inquiétant et, peut-être,
le seul magicien du XXème siècle occidental : Aleister Crowley ».

Ses propos d'Amadou sont rapportés par Serge Hutin, dans la biographie du mage qu'il signa
près de vingt ans avant celle de Bouchet.