Vous êtes sur la page 1sur 4

MICHPATIM 5771

Rabbi Yichaya
Halévi
HOROWITZ
Feuillet hebdomadaire
w w w . t o r a h - b o x . c o m
n°58

Feuillet dédié à l’élévation d’âme de Patricia bat Josette (GUEITZ)

LA PARACHA EN RÉSUMÉ
Après la révélation du Mont Sinaï, D.ieu
transmet au peuple juif une série de lois.
UN TRÉSOR DE LA PARACHA
Une première partie est constituée de Date hébraïque ou civile ?
commandements d’ordre social (interdic-
tion du meurtre, du kidnapping, du vol, « Vous n’évoquerez pas le nom d’autres dieux »
les lois sur les dommages corporels ou
financiers, les règles régissant les tribu- Nous savons tous qu’il y a deux façons de donner la date du mois : la date hébraïque et la date civile. Il y a
naux, etc…). lieu de se demander s’il existe une raison de permettre de compter les mois selon la date civile. Le rabbin
surnommé le «Maharam Chik», dans son livre Chéélot OuTechouvot conclut que la loi juive interdit au juif
Il transmet aussi le devoir de respecter d’inscrire sur ses courriers la date non-juive, parce qu’en ce faisant il transgresse l’interdiction explicite qui
l’étranger, ainsi que les commandements figure dans notre paracha : « Vous n’évoquerez pas le nom d’autres dieux ». C’est également la décision de
liés aux trois fêtes de pèlerinage (Pessa’h, Rabbi ‘Haïm de Tsanz dans les responsa de son livre « Divrei ‘Haïm », où il insiste sur le fait qu’il n’existe aucune
Chavouot et Souccot) et les prélèvements permission en la matière.
agricoles qu’il convient d’offrir à cette oc-
casion à Jérusalem. Nous trouvons enfin Le livre «Min’hat ‘Hinoukh», cite le Ramban pour qui c’est une mitsva de compter les mois à partir du mois de
l’interdiction de mélanger du lait et de la Nissan, à savoir que Nissan est le premier mois, Iyar le deuxième, et ainsi de suite. Il est interdit de compter les
viande ainsi que le devoir de la prière. mois d’une autre façon, par exemple d’appeler Tichri le premier mois ou ‘Hechvan le deuxième. La raison en
est qu’il est dit dans la Torah : « Il est pour vous le premier des mois de l’année ». D’après cela, il est interdit
D.ieu renouvelle la promesse de donner de compter d’après les mois des non-juifs et d’appeler janvier le premier mois, car c’est uniquement Nissan
au peuple juif la Terre Promise et l’enjoint qu’il est permis d’appeler « premier ».
de se garder d’adopter les comporte-
ments païens de ceux qui y habitent Ceux qui tiennent compte de l’avis du livre «Min’hat ‘Hinoukh», quand ils écrivent une date non-juive, ils ne
encore. l’écrivent pas en chiffres (4/01/2015) mais en toutes lettres (le 4 janvier 2002), en écrivant le nom du mois.
Bien qu’apparemment cela crée un problème supplémentaire, puisqu’une partie des noms des mois non-juifs
Le peuple juif s’engage dans les termes  : provient de noms d’idoles, il est tout de même permis de les citer, parce que ce genre d’idoles a déjà disparu
« nous ferons et nous écouterons » ce du monde. C’est ainsi que se sont comportés les grands rabbins de toutes les générations : le Rachba, le

Prière de respecter la sainteté de ce feuillet : ne pas le jeter ni le transporter Chabbath


que D.ieu leur demande. Laissant la Tachbetz, et le Rema n’hésitaient pas à écrire le nom des mois non-juifs. C’est pourquoi beaucoup de gens ne
charge du camp à Aharon et ‘Hour (le tiennent pas compte de l’avis du Min’hat ‘Hinoukh et tendent à se montrer indulgents.
fils de Myriam), Moïse monte sur le Mont
Sinaï pour une période de 40 jours et 40 C’est également la décision des Responsa « Tsits Eliezer », qu’on peut permettre pour des besoins commer-
nuits afin d’y recevoir la Torah... ciaux d’utiliser des noms de mois étrangers. En pratique, pour ceux qui ont l’habitude d’écrire la date non-juive
sur des chèques ou documents du même ordre, bien qu’il soit bon a priori de n’utiliser que la date hébraïque,
il n’y a pas lieu de réprimander ceux qui se le permettent. Il est toutefois bon de leur faire remarquer que ce
serait bien d’écrire aussi notre date. Et a priori, il faut faire attention à ne pas écrire de chiffre pour le mois,
mais d’utiliser le nom du mois, comme nous l’avons dit : janvier, février etc... (Responsa «Yabia Omer» du rav
‘Ovadia Yossef).

Villes dans le monde


PARACHA : MICHPATIM Lyon 17h22 • 18h28 Nice 17h17 • 18h22 Los Angeles 17h01 • 17h59
Marseille 17h26 • 18h30 Jerusalem 16h29 • 17h48 New-York 16h50 • 17h52
PARIS - ILE DE FRANCE
Strasbourg 17h02 • 18h11 Tel-Aviv 16h48 • 17h49 Londres 16h23 • 17h37
Entrée : 17h22 • Sortie : 18h33
Toulouse 17h41 • 18h46 Bruxelles 17h08 • 18h20 Casablanca 17h39 • 18h37
IL ÉTAIT UNE FOIS LA PARACHA
Car la corruption trouble la vue des clairvoyants…

Chemot (23,8) : « N’accepte point de présents corrupteurs, car la corruption trouble la vue des clairvoyants et fausse la parole des justes. »

Le Talmud dans le traité «Brakhot» nous enseigne : «Il est interdit au Talmid ‘Hakham (érudit en Torah) de marcher rapidement. Pourquoi ?
Parce qu’une allure rapide ôte un cinq centième de la vue de l’homme.»

Les commentateurs s’interrogent : Pour quelle raison les Sages mettent-ils seulement en garde le Talmid ‘Hakham ? Les gens simples et
les ignorants n’ont-ils pas besoin de leur vue ? La raison en est que si le Talmid ‘Hakham devient aveugle, tout le monde dira alors qu’il
a accepté des présents corrupteurs, comme nous le voyons dans notre verset : « … car la corruption trouble la vue des clairvoyants… »

Le ‘Hida raconte dans son livre «Chem Hagdolim», au sujet du dayan Rav ‘Haïm Kapoussi (zatsal), que celui-ci devint aveugle à la fin de
sa vie. Les mauvaises langues firent courir le bruit que la raison de sa cécité était qu’il avait, au cours de sa vie, accepté des cadeaux
corrupteurs. Ces rumeurs parvinrent à ses oreilles, et il décida de faire un acte qui prouverait que toutes ces accusations étaient fausses.
Quand arriva Chabbath, il monta devant l’arche sainte pendant la prière et d’une voix suppliante, il demanda à D. de le laisser aveugle s’il
avait effectivement accepté des pots de vin et par contre, s’il était innocent, qu’il retrouve la vue ! A peine eut-il fini de prier que la vue lui
revint miraculeusement, à la grande honte et stupéfaction de ceux qui avait médit de lui.

Voici maintenant une anecdote amusante : On raconte qu’un juge devint sourd. Les gens en furent surpris, en effet n’est-il pas écrit que
les cadeaux corrupteurs rendent les juges aveugles ? Celui-ci répondit qu’on lui avait souvent promis à l’oreille de lui donner des cadeaux
corrupteurs, mais il n’avait jamais vu le moindre sou !

“ET TES YEUX VERRONT TES MAÎTRES”

Rav Haïm Pinhas SCHEINBERG

AU “HASARD”...
Grande est la prière des Tsadikim

Deux muets vivaient dans le voisinage de Rabbi Yéhouda HaNassi. Les deux aimaient étudier la Torah, mais cela leur était difficile car les
deux étaient muets et ne pouvaient faire sortir aucun mot de leur bouche, si bien que cela leur demandait de grands efforts d’étudier.
Mais ils avaient une grande volonté et mettaient toutes leurs forces dans la Torah.

Tous les jours, les deux allaient au Beth-HaMidrach de Rabbi Yéhouda leur voisin et s’asseyaient devant lui. Car ils étaient seulement
muets, mais ils entendaient, c’est pourquoi ils écoutaient attentivement ses paroles, hochaient la tête et agitaient les lèvres. Mais
d’ajouter quelque chose, de poser une question, cela ils ne le pouvaient pas ! Rabbi Yéhouda les voyait et souffrait pour eux, il priait donc
Hachem d’avoir pitié d’eux et de les guérir.

Grande est la prière des Tsadikim, et la prière de Rabbi Yéhouda fut entendue. Les muets ouvrirent la bouche, et tout à coup ils pouvaient
parler ! Quand ils commencèrent à dire des paroles de Torah, ils connaissaient par coeur toutes les michnayot et le Talmud ! (D’après le
Talmud, traité ‘Haguiga, 3b)
Association de diffusion du Judaïsme aux Francophones dans le Monde

LA VIE D’UN GRAND


Rabbi Yichaya Halévi HOROWITZ, le « Chelah Hakadoch »
Rabbi Yichaya (Isaïe) Halévi Horowitz naquit Gaon. Rabbi Yichaya s’arrêta à Venise et leur extorquer le plus d’argent qu’il pouvait.
dans la ville bien connue de Prague en l’an à d’autres escales où il fut accueilli avec Un jour de Chabbat, le 11 Eloul, il envoya
5318 (1558) il y a plus de quatre siècles. beaucoup d’honneurs. ses soldats dans les deux synagogues
Son père, Rabbi Avraham bar Rabbi Chabtaï des Achkénazes et des Sefarades ; ils y
Cheftel Halévi, était un Gaon célèbre, auteur Le vendredi 6 Kislev en l’an 5382 (fin de arrêtèrent quinze rabbins, dont le Chelah.
de nombre d’ouvrages (Yèche Nokhaline, 1621), il arrive dans la ville sainte de Ibn Farouk réclama une rançon énorme.
Emek Brakhah, ‘Hessed LeAvraham, Brith Jérusalem. La communauté achkénaze le Les rabbins demeurèrent en prison jusqu’à
Avraham). Il fut le premier maître de son fils. nomme aussitôt grand rabbin. Roch Hachana. C’est alors qu’ils furent
Plus tard, toute la famille quitta Prague pour libérés grâce aux efforts surhumains de
Cracovie, en Pologne, et de là pour Lublin, En Terre Sainte, il arrangea son Siddour la communauté et au paiement d’une
où Rabbi Yichaya fréquenta la célèbre (Livre de Prières) intitulé Chaar Hachamayim très grosse somme. La vie des Juifs était
yéchiva du MaHaRaM. Il épousa ‘Hayah, la (la Porte du Ciel). Il lui donna ce titre pour désormais en danger.
fille de l’un des chefs de la communauté de la raison que numériquement le mot «
Vienne, Rabbi Avraham Moul. Hachamayim » égale celui de Yichaya Au mois de Tévet, Rabbi Yichaya et un
(395), et aussi parce que Rabbi Yichaya grand nombre d’Achkénazim fuirent
Rabbi Yichaya Halévi Horowitz est connu était arrivé à Jérusalem un vendredi ; or, la Jérusalem et se rendirent à Tsfat (Safed).
sous le nom de « Chelah Hakadoch » (le section hebdomadaire à lire dans la Torah Plus tard, le Chelah s’établit à Tibériade où
saint Chelah) d’après sa grande œuvre était Vayétsé qui contient les mots « Vézeh il put enfin terminer son œuvre magnifique
Chnei Lou’hoth Habrith (dont CheLaH est Chaar Hachamayim » que notre père Yaacov et proprement gigantesque, Chnei Lou’hoth
l’acrostiche). Très tôt, il est reconnu comme prononça en s’éveillant de son rêve céleste. Habrith, qu’il envoya à ses enfants à
un grand Gaon et participe aux réunions du Le Siddour fut imprimé par son arrière- Prague. Trois ans après, il mourait à l’âge
« Vaad Arba Aratsot » (Conseil des Quatre petit-fils, Rabbi Avraham, en l’an 5477 de soixante-dix ans. Dans ses dernières
Pays) à côté des plus éminents rabbins de (1717), avec la Haskamah (approbation volontés, il demandait qu’à sa mort
sa génération. écrite) du Bakh, du Tosfoth Yom-Tov, et l’annonce suivante fût faite dans toutes les
d’autres rabbins éminents de cette période. synagogues et les maisons d’étude (Batei-
Il occupa des fonctions rabbiniques dans Deux ans après son arrivée en Erets Israël, Midrach) à Tibériade et à Safed : « Amis !
diverses communautés, à Dubno, Ostrow, il termine son gigantesque Chnei Lou’hoth Rabbi Yichaya Halévi Ségal Horowitz est
Posen, Cracovie, Vienne et Francfort, où il Habrith (« Deux Tables de l’Alliance » ) mort. Il a demandé qu’aucun Hespèd (éloge
dirigea d’importantes yéchivoth, dispensant connu par tous sous le nom de « Cheloh funèbre) ne soit prononcé en son honneur ;
ses enseignements à un grand nombre Hakadoche  ». L’année où le Cheloh que seulement des prières spéciales soient
d’étudiants. s’installa à Jérusalem était une année de récitées les sept premiers jours et le jour
Chemita (année Chabbatique). Celle qui anniversaire de son décès. »
Quand les Juifs furent chassés de Francfort avait précédé ayant été une année de
le 27 Eloul de l’an 5375 (1615), Rabbi sécheresse et de famine, on était enclin à La tombe du saint Chelah voisine à
Yichaya s’exila lui aussi. Plus tard, il fut une certaine tiédeur dans l’observance de Tibériade avec celles de Rabbi Yo’hanan
nommé grand rabbin de Prague, sa ville la Chemita. Mais le Chelah, lui, condamnait ben Zackaï et de Maïmonide.Chnei Lou’hoth
natale, poste qu’il occupa pendant sept ans. tout relâchement, en dépit de la situation Habrith fut écrit par le Chelah à l’intention
Au début, il partagea ces fonctions avec difficile où se trouvait le pays. de ses enfants et petits-enfants. Son fils
l’éminent Rabbi Efraïm Luntschitz (auteur Rabbi Chabtaï, qui était grand rabbin de
de « Oléloth Efraïm »), et à la mort de ce Au début du séjour de Rabbi Yichaya Posen et des environs, publia le Chelah
dernier, le 7 lyar 5379 (1619), le Chelah à Jérusalem, Mahmoud Pacha était pour la première fois en l’an 5408 (1648), à
assuma seul cette haute charge. Il la garda gouverneur de la ville. Son intégrité et Amsterdam, y ajoutant son propre ouvrage
jusqu’à son départ pour Erets Israël en l’an ses sentiments amicaux à l’égard des Vavéi HaAmoudim. Cinquante ans plus tard,
5381 (1621). Juifs contribuaient à faire à ces derniers en l’an 5458 (1698, l’année où naquit le
une vie assez acceptable. Mais en l’an Baal Chem Tov), le Chelah fut imprimé une
Il avait toujours eu le désir d’aller vivre en 5385 (1625), un riche Arabe de Jérusalem seconde fois à Amsterdam et fut accueilli
Terre Sainte. La mort de sa femme en 5380 nommé Ibn Farouk vint troubler cette paix avec beaucoup de faveur. Depuis, il a été
(1620) le décida à réaliser le projet qui lui précaire. Au physique, il était borgne ; réimprimé à plusieurs reprises et n’a cessé
tenait à cœur. Il renonça à la charge qui au moral, méchant et cruel.Il acheta la de connaître un légitime succès.
pourtant l’intéressait beaucoup, dit adieu à complicité du Gouverneur de Damas et, le
ses enfants et à ses petits-enfants, et partit dernier Chabbath du mois de Tévet, il entra Que le souvenir du Tsadik soit une
pour ce long voyage qui devait le mener dans la Ville Sainte à la tête de trois cents bénédiction pour tout le peuple juif !
au pays de ses ancêtres. Sa peine fut hommes armés. Désormais maître de la
grande de se séparer du fils qu’il chérissait, situation, il commença à persécuter les
Rabbi Cheftel, qui était déjà lui-même un Juifs et employa tous les moyens propres à
UNE LOI, CHAQUE SEMAINE
Transporter le Chabbath, lois pratiques
(par le Rav Freddy Elbaze)

- Il n’est pas autorisé de sortir Chabbath avec une clé, non seulement lorsqu’elle se trouve dans la poche, mais aussi lorsqu’elle est enfilée
autour du cou, au moyen d’une chaîne par exemple. L’enfiler au moyen de la ceinture Chabbatique n’est pas non plus permis. En cas de
force majeure, on pourra disposer ses clés autour de la ceinture Chabbatique, uniquement si celle-ci peut s’ouvrir e t se fermer, par elles-
mêmes [c’est-à-dire que le trou de la clé doit servir comme anneau de la ceinture].

- Il est permis de sortir Chabbath avec une prothèse à la jambe, ou à un autre membre.

- Il est permis de sortir Chabbaht avec un appareil dentaire, et il n’y a pas lieu de craindre de le retirer sur la voie publique. Mais si cet
appareil a été posé récemment, on évitera alors de sortir avec, de peur qu’il soit mis dans la poche, comme cela peut être concevable et
possible la semaine.

- Il est permis de sortir avec des bagues dentaires ainsi qu’avec un amalgame dentaire provisoire.

- Certains décisionnaires autorisent le déplacement en chaise roulante (H.V) le Chabbath, à condition que l’utilisateur soit seul à la
manipuler. D’autres tranchentqu’il n’est permis de sortir avec cette chaise, que si un non-juif la conduit. A priori, il conviendra de suivre
ce dernier avis. Un fauteuil roulant électrique, ne pourra pas du tout être actionné le chabbat.

- Une personne malade ou âgée, qui ne peut pas se déplacer sans canne ou béquille, pourra sortir avec elles, le Chabbath. Mais si la
canne ne sert qu’à installer un certain confort au niveau la marche, et qu’il est possible de se déplacer sans elle, il ne sera pas autorisé
de sortir avec cette canne le Chabbath.

PERLE ‘HASSIDIQUE
«Tant que la flamme brûle, il est encore possible de réparer» (Rabbi Israel de Salant)

QUIZZ PARACHA
1. Quelle mitsva spéciale donne la Torah au maître d’une esclave Hébreu ?
2. Un esclave est libéré si son maître fait tomber une de ses dents. Quelles dents sont exclues de cette règle et pourquoi ?
3. De la viande non-cachère « treifa » est donnée de préférence aux chiens. Pourquoi ?
3.En récompense de leur silence durant la plaie « des premiers nés ».
2. Les dents de lait car elles sont remplacées par des dents définitives.
1. Il doit se marier avec elle.

q « Chavoua Tov » est un feuillet hebdomadaire envoyé à environ 40.000 francophones dans le monde.
q Dédiez un prochain feuillet pour toute occasion : 01.80.91.62.91 – contact@torah-box.com
q Communautés, Ecoles ou tout autre Etablissement : recevez ce feuillet chaque semaine.

Ont participé à ce numéro :


Hevrat Pinto, Rav Freddy Elbaze, Chabad, Eliaou Hassan, Raphaël Aouate, Charline Soussen
Nos partenaires

Diffusion de Judaïsme aux francophones dans le monde


sous l’impulsion du Tsadik Rabbi David ABOUHATSIRA et du Grand-Rabbin Yossef-Haim SITRUK
Tél. France : 01.80.91.62.91 – Tél. Israel : 077.429.93.06 – Web : www.torah-box.com - contact@torah-box.com

Reponsable de la publication : Binyamin BENHAMOU