Vous êtes sur la page 1sur 5

LES ORGANES LYMPHOIDES 2013

LES ORGANES LYMPHOIDES

I - ORGANES LYMPHOIDES CENTRAUX


- Les organes lymphoïdes centraux sont le site de maturation et de différenciation des lymphocytes.
- Apparaissent tô t durant la vie embryonnaire

I-1-LA MOELLE OSSEUSE

Pendant la vie foetale l'hématopoïèse débute dans le mésoderme intra-embryonnaire et le sac vitellin,
Elle se poursuit dans le foie foetal, et très transitoirement dans la rate. A la fin de la gestation la moelle
osseuse prend le relais. L'hématopoïèse est exclusivement médullaire dès la 20ème sem(5ème mois) de gest-.
Les cellules souches hématopoïétiques (CSH), se définissent par deux propriétés : leur pluripotence
et leur capacité d'auto-renouvellement. Elles se retrouvent dans la populations des cellules CD34+.
L'étape suivante de l'hématopoïèse est représentée par des progéniteurs multipotents, qui à la
différence des CSH ne sont plus doués d'auto-renouvellement. En fonction des informations contenues
dans le microenvironnement (cytokines, contacts cellulaires avec les cellules stromales) ces précurseurs
vont s'engager irréversiblement dans une lignée spécifique.
Pour les lymphocytes une partie poursuit son développement sur place: il s'agit de la lignée B. Une autre
partie migre vers le thymus pour y devenir des lymphocytes T.

I-2-LE THYMUS :

Le thymus est un organe lympho-épithélial volumineux. Il est formé d'une trame de cellules épithéliales
particulières, de forme étoilée avec de longues extensions cytoplasmiques jointives à leurs extrémités
par des desmosomes, qui authentifient leur nature épithéliale. Leur cytoplasme contient des granulations
de nature sécrétoire en rapport avec des médiateurs impliqués dans la maturation des lymphocytes T. Le
parenchyme cellulaire qui comble ce réseau épithélial est fait de lymphocytes qui prennent le nom de
thymocytes. Il est plus riche, et donc plus dense, dans le cortex que dans la médullaire. Dans cette
dernière certaines cellules réticulaires épithéliales se regroupent en structures arrondies, les
corpuscules de HASSALL ‘situé uniquement dans la zone médullaire’. A l'intérieur de ces corpuscules
les cellules épithéliales peuvent se kératiniser, se calcifier ou se nécroser.
Les cellules épithéliales thymiques dérivent de
l’entoblaste alors que les thymocyes sont d’origine
mésenchymateuse. Les cellules épithéliales produisent
les cytokines indispensables au bon déroulement de la
maturation des thymocytes. Les autres cellules retrouvées
dans le thymus sont toutes originaires de la MO :
précurseurs des thymocytes, macrophages et cellules
dendritiques qui sont les deux types de CPA
indispensables au bon déroulement de la différenciation
thymique du lymphocyte T. La répartition de ces
différentes cellules est fonction du site anatomique: le
cortex est très riche en thymocytes les plus immatures et
contient quelques macrophages alors que la médullaire
est un peu moins riche en thymocytes et contient des
macrophages en plus grand nombre ainsi que des cellules
dendritiques. Les CPA et les cellules épithéliales expriment les antigènes du CMH.
- Le thymus n'a pas de lymphatiques afférents mais possède de nombreux lymphatiques efférents à
point de départ médullaire qui se drainent dans les ganglions du médiastin.
- le thymus termine son ontogénèse au cours de la vie fœtale puis il subit une involution à partir de la
puberté sans toutefois disparaitre complétement
- la lymphopoiètine est secrétée par les cellules épithéloides de la trame thymique
- le corpuscule de HASSAL est d’origine entoblastique
LES ORGANES LYMPHOIDES 2013

II - ORGANES LYMPHOIDES SECONDAIRES :


Le développement de ces organes est plus tardif que celui des organes lymphoïdes primaires.

II-1- LES GANGLIONS LYMPHATIQUES :


a- L’origine embryologique : mésenchymateux
b- Histologie du ganglion lymphatique :
 La capsule et la charpente fibreuse ; Entoure d’une capsule conjonctive formée de tissu
conjonctif dense qui envoie des cloisons incomplètes délimitant des lobules. Dans les lobules, des
cellules réticulaires, des fibres de réticuline formant une charpente autour des cellules
lymphoïdes.
 Le parenchyme ganglionnaire est séparé en trois sous-régions :
- une région périphérique sous-capsulaire : le cortex ou zone corticale = zone B, qui contient
essentiellement des lymphocytes B + plasmocytes (follicule lymphoïde).
- la région la plus profonde, proche du hile et donc de la sortie du ganglion = la Médullaire qui est riche
en lymphocytes B, mais surtout en plasmocytes++ (cordon folliculaire).
- enfin, entre les deux précédentes la région dite Paracorticale = zone corticale profonde = zone T qui
contient principalement des lymphocytes T ainsi que des cellules interdigitées (nom local des cellules
dendritiques) qui expriment fortement les antigènes HLA de classe II et dont la fonction est de présenter
l'antigène aux L T. cette zone est le site d'induction des réponses cellulaires T
- Les régions corticale et médullaire sont surtout riches en lymphocytes B ’thymo-indépendante’
alors que la région paracorticale est à prédominance T ’thymo-dépendante’ Q+++. On trouve des
macrophages dans toutes les zones.
- L'anatomie du ganglion n'est donc pas fixe et dépend de la stimulation antigénique qui transforme les
follicules primaires en follicules secondaires. La prolifération lymphocytaire et les centres germinatifs
régressent après élimination du stimulus antigénique.
- Les fonctions du ganglion sont de capter, de retenir et de phagocyter des particules étrangères
- Le centre clair germinatif du ganglion ++++Q = après activation ‘stimulation antigénique’
Les lymphocytes B activés prolifèrent intensément dans le micro-environnement spécialisé du centre
clair germinatif du ganglion retrouvés dans les follicules secondaires. On y décrit une zone sombre
périphérique et une zone claire centrale = centre germinatif de FLEMING formé de cellules
réticulaires et de LB activés, ces deux zones entourées d'un manteau
- Cette activation entraine de nombreuses mitoses et une différenciation des LB en plasmocytes
c- la vascularisation :
c-1- la vascularisation lymphatique :
- Le sinus marginal ou périfolliculaire
- Les sinus radiés ou inter-folliculaires
- Les sinus caverneux ou inter-cordonnaux
c-2- la vascularisation sanguine :
- Les veinules post capillaire au niveau de la zone T joue un rôle important dans la
circulation lymphatique = lieu de HOMING
LES ORGANES LYMPHOIDES 2013

II-2 LA RATE
a- L’origine embryologique : mésenchymateux
b- Histologie de la rate :
La rate est le plus gros organe lymphoïde chez l'homme. A la différence des autres organes lymphoïdes
secondaires c'est un filtre placé sur la circulation sanguine et non lymphatique : elle n'a pas de
lymphatiques afférents et assure ainsi l'épuration des antigènes véhiculés par le sang.
- La rate à un faible grossissement = la capsule, travée splénique, pulpe blanche, pulpe rouge

1- Capsule splénique
2-Travée conjonctive
3-Manchon périartériolaire
4-Centre germinatif
5-Sinusoïde veineux
6-Cordon de Billroth

- La rate au fort grossissement : (nous n’entamant que le parenchyme ‘La pulpe’)


b-1- La pulpe rouge ; Représente la plus grande partie de l’organe, elle entoure la pulpe blanche de tous
les cô tés, Formée de 02 éléments : capillaires sinusoïdes + cordon de BILLROTH
b-1-1. Sinus veineux (capillaires sinusoïdes) : ces sinus sont bordées par
- Paroi formée de cellules endothéliales ‘cellules littorales’ allongées fusiformes non jointives. Sur
la face externe des cellules endothéliales, présence de fibres de réticuline circulaires (anneaux de
HENLE). Les espaces intercellulaires entre les cellules endothéliales permettent le passage des
cellules sanguines vers le courant sanguin.
b-1-2. Cordons de Billroth = Interstice réticulaire du stroma, Entre les sinus, formé de 
- Trame réticulaire (FR/Cell réticulaires)
- Cellules libres dans les mailles du réseau (macrophages, GR, LB, plasmocytes, éléments figurés de
sang …)
- circulation ouverte.
b-2- La pulpe blanche : C’est le tissu lymphoïde proprement dit, disposé autour des artères, divise en
deux composantes :
b-2-1- Manchon lymphoïde péri-artériel = Zone centrale:
L’artère présente, à la place de l’adventice, un tissu réticulaire infiltré avec des lymphocytes, formant les
thèques lymphoïdes péri-artérielle, Contient des lymphocytes T +++  ‘repenses T dépendantes’ Q+++
b-2-2- Corpuscule de Malpighi :
Les thèques deviennent plus épaisses et forment des zones nodulaires de tissu lymphoïde dense, avec
une structure ronde = les follicules lymphoïdes spléniques et qui sont centrés par une artériole. R+++
Consécutivement à la stimulation antigénique ils peuvent présenter des centres clairs germinatifs,
formés de lymphocytes B et de lymphoblastes  repenses T indépendantes
* corpuscule de MALPIGHI comprend ; R+++
- Une trame cellulo-fibrillaire
- Des cellules libres ; macrophages, LT, LB et des plasmocytes
- Des fibres nerveux amyéliniques
- centré par une artériole
* A la périphérie du follicule, se trouve une étroite bande de petits lymphocytes, que l'on appelle la zone
du manteau (couronne), au-delà de laquelle existe une zone marginale plus large, faite de plus grands
lymphocytes, moins tassés.
b-2-3- zone marginale : Halo autour de la pulpe blanche (PB)
- Sinus marginal entre PB et ZM
- Défense contre bactéries, surtout bactéries encapsulées (meningocoque, pneumocoque)
- Maturité a 5-6 ans : susceptibilite a ces germes des jeunes enfants
LES ORGANES LYMPHOIDES 2013

c- La circulation sanguine : présente les 3 caractéristiques suivantes


1- Sur le plan topographique ; les artérioles pulpaires donnent des artérioles corpusculaires dans les
corpuscules de MALPIGHI, ces derniers se dé ;visent en artérioles pénicillées terminales.
2- Sur le plan morphologique ; l’extrémité terminale des artérioles terminales pénicillées est
pourvue d’un dispositif contractile : ‘la housse de SCHWEIGER-SEIDEL’, des formations
sphinctériennes caractérisent les segments capillaire du réseau veineux.
3- Sur le plan fonctionnel, la circulation splénique est dit ouverte. Le sang se découle dans les
cordons de BILLROTH, avant de rejoindre les sinus veineux.

CIRCULATION OUVERTE
1-Artère splénique
2-Artère trabéculaire
3-Artère centrale ou pulpaire
4-Artère pénicillée
5-Capillaire à housse (de Scheigger Seidel)
6-Cordon de Billroth
7-Les sinus veineux
8-Veine septale
9-Veine splénique
LES ORGANES LYMPHOIDES 2013

II-3 LES FORMATIONS LYMPOIDES ANNEXEES AUX MUQUEUSES


La muqueuse est infiltrée par de nombreux lymphocytes et plasmocytes, principalement à IgA qui se
présentent soit de manière diffuse, soit sous forme de follicules isolés soit enfin, en certains sites
anatomiques, sous forme d'agrégats de follicules lymphoïdes. Ces sites privilégiés sont les amygdales, les
plaques de PEYER (PP), l'appendice iléo-coecale. Ils se caractérisent par l'absence de lymphatiques
afférents, les antigènes provenant directement de la lumière intestinale.
Le système immunitaire muqueux diffère du système immunitaire systémique par la nature de l'isotype
prédominant d'immunoglobuline (IgA) à la structure particulière (IgA sécrétoire) et par la
caractéristique fondamentale de ces cellules de recirculer après l'immunisation primaire pour venir
coloniser spécifiquement des territoires du même compartiment muqueux (phénomène d'écotaxie, ou
"homing").
***Tissu L associé à la muqueuse digestive (GALT) : contient

Les plaques de peyer (site des


précurseurs) disséminés tout au long de
l’intestin grêle, contient des LB, LT, Mac
et des CD
Les plaques de peyer sont surplombées
‘Dô me’ par des cellules épithéliales
appelées cellules M, celles-ci captent l’Ag
de la lumière intestinale et le
transportent au site de précurseurs. Les
LB et les LT stimulés par l’Ag quittent la
plaque de peyer gagnent le gg
mésentérique puis la circulation
sanguine avant de se localiser dans le
site des effecteurs qui est la lamina
propria, mais aussi dans d’autres
territoires muqueux et glandulaire tell
que les glandes lacrymale, salivaires,
bronchiques et la glande mammaire.
La lamina propria : (site des effecteurs) est le site de différenciation terminale des LT et des LB
(originaire de Plaque de Peyer) qui subissent une maturation pendant leur parcours, les plasmocytes
retrouvés sécrètent en majorité des IgA sec dans la lumière intestinale
Au sain de l’epithélium se trouve des lymphocytes intraépithéliaux (IEL) pour la plupart CD8+ avec une
proportion des lymphocytes g-d plus élevé que dans le sang

***Tissu L associé au bronches = BALT :


Ne comporte pas des formations lymphoïde structuré comme les PP mais seulement des amas lymphoïde
dans le tissu conjonctif sous épithélial.