Vous êtes sur la page 1sur 2

FICHE BREVET N°15

LE TEXTE THEATRAL

La pratique théâtrale est bien plus qu’un simple divertissement. Elle permet de développer la
personnalité, la communication, la créativité, la concentration, la réflexion. Bien que le jeu dramatique
ne soit pas une matière obligatoire des cursus scolaires, il est de plus en plus apprécié par les experts en
matière d’éducation.

( https://francais.radio.cz/le-theatre-a-lecole-il-est-tres-important-de-developper-les-capacites-des-8186542)

La pièce de théâtre est une suite de dialogues, sans narrateur. Il peut s’agir de comédie, de tragédie ou (au
XIXème) de drame.
Ce texte est fait pour être joué, vu et entendu. Il faut donc être attentif à toutes les indications dans le texte
-registres de langue, répartition de la parole, types de phrases- permettant de comprendre les intentions et
sentiments des personnages ou les didascalies permettant de mieux comprendre certains points comme le lieu,
le temps, le ton.

I Composition d’une pièce


Au début le changement d’acte était lié à la nécessité de changer les bougies donnant la lumière. Chaque acte
doit constituer une unité.

Le premier acte est celui de l’exposition dans lequel l’auteur présente le contexte (où et quand), les
personnages, le héros, le nœud de l’intrigue, les obstacles (opposants) et les “aides” (adjuvants) du héros.
Le dernier acte est celui du dénouement, dans lequel l’intrigue trouve sa solution.

On change de scène quand un personnage entre ou sort. Les scènes n’ont pas toutes la même importance pour
l’intrigue.

II Composition du texte
Il faut distinguer le texte dit par les comédiens : les répliques, et les indications scéniques : les didascalies.

Si une réplique est longue, c’est une “tirade”. Si le personnage parle seul en scène (ou se croit seul), c’est un
“monologue”. Une réplique dite à part (sans que l’interlocuteur ne l’entende) est un “aparté”.

Les didascalies renseignent sur le décor, les mouvements, le ton à prendre... Elles permettent de faciliter la
mise en scène.
Une didascalie est une simple indication donnée par l'auteur au metteur en scène et aux comédiens. Les
phrases de didascalies concernent la représentation (façon de jouer, attitude, voix, décor, vêtements,
accessoires...) ; les personnages-comédiens ne les prononcent donc pas sur la scène !
Dans le texte, les didascalies sont généralement notées en italique et/ou entre parenthèses.
 
Exemples tirés de Le médecin malgré lui (Molière, 1666) :
 
Extrait de l'Acte I, scène 5
 

Mlle Dunoyer, collège Eugène Carrière, Gournay-sur-Marne (93)


FICHE BREVET N°15
LE TEXTE THEATRAL

VALERE - Vous n'êtes point médecin ?


SGANARELLE - Non.
LUCAS - V'n'êtes pas médecin ?
SGANARELLE - Non, vous dis-je.
VALERE - Puisque vous le voulez, il faut s'y résoudre. (Ils prennent un bâton et le frappent.)
SGANARELLE - Ah ! Ah ! Ah ! Messieurs, je suis tout ce qu'il vous plaira.
 
=> L'indication écrite en italique et entre parenthèses (Ils prennent un bâton et le frappent.), précisée par
Molière, indique aux comédiens quels gestes ils doivent faire. C'est une didascalie. Elle n'est bien entendu pas à
dire sur scène. Il faut simplement en tenir compte dans la façon de jouer.
https://www.copiedouble.com/content/quest-ce-quune-didascalie

Une réplique : une parole


Une tirade : long monoloque récité par un personnage de manière interrompu.
Un dialogue : un échange verbal entre deux personnes
Un monologue : Une ou plusieurs phrases récité à haute voix par un personnage évoquant ses pensées au style
direct.
Un aparté : Pensé d'un personnage

III L’énonciation
Il faut être attentif au repérage du/des destinataires d’une réplique. La réplique s’adresse généralement à un
autre personnage (attention à l’implicite par lequel un personnage peut passer un message sous-entendu). Mais
elle s’adresse aussi au spectateur et doit produire un effet sur lui.

L’action avance par le dialogue au théâtre. L’ensemble du texte est globalement argumentatif.

IV Brève histoire du théâtre


Le théâtre classique (du XVIIème siècle notamment) répond à des règles strictes : il est écrit en vers,
l’ensemble de la pièce doit ne comprendre qu’une seule véritable action, qui se déroule sur un même lieu et en
24 heures maximum.
Vers la fin du XIXème siècle, le romantisme transforme le théâtre comme toutes les formes artistiques : les
pièces peuvent se dérouler dans plusieurs lieux différents, représenter une longue durée, contenir plusieurs
intrigues.

Mlle Dunoyer, collège Eugène Carrière, Gournay-sur-Marne (93)