Vous êtes sur la page 1sur 16

LE FINANCEMENT DES PETITES ET MOYENNES

ENTREPRISES  : CAS DU MAROC

EL OUAZZANI Hind, ROUGGANI Khalid


Laboratoire LEG, Université Hassan 1er, Settat
Hind.elouazzani@uca.ac.ma

Résumé : Les PME jouent un rôle crucial dans la croissance économique pour les pays en
développement mais aussi dans les pays développés. Dans toutes les économies, les petites et
moyennes entreprises (PME) représentent la plus grande part des entreprises et une part
énorme en termes de création d'emploi. Cependant, le rôle joué par des PME est contraint par
un financement insuffisant et un style management inadapté. Les gouvernements ont de plus
en plus attribués des rôles économiques principaux à de telles entreprises et à l’amélioration
de leur compétitivité. Le cas marocain ne fait pas l’exception. Plusieurs organismes ont été
dédiés à l’accompagnement des PME sur tous les plans et plusieurs programmes ont été mis
en œuvre, mais les résultats attendus sont loin d’être atteints.

Mots clés : PME, croissance, accès au financement.


Introduction
A croire aux chiffres officiels du récent rapport de Maroc PME (Maroc PME 2017), le tissu
économique marocaine est constitué de 3,5 millions auto-entrepreneurs, 2 millions de très
petites entreprises (dont le chiffre d’affaires est inférieur à 10 millions de DH), 35 000 PME
(dont le chiffre d’affaires est compris entre à 10 millions de DH et 200 millions de DH) et
enfin 800 grandes entreprises (dont le chiffre d’affaires dépasse les 200 millions de DH).
Les PME créent des offres d'emploi, participent à l'équilibre économique régional et
favorisent généralement l'utilisation efficace des ressources.
Le secteur informel présente l'un des plus grands défis de la promotion des PME, avec des
problèmes allant bien au-delà du volet financier. Dans le contexte du programme de
développement international, et compte tenu de l'importance cruciale de la création d'emplois
suite à la dernière crise financière, la promotion du développement des PME semble être une
priorité importante.
Le rapport de la banque mondiale (IFC World bank 2010) indique que les PME du secteur
formel contribuent jusqu'à 45% dans la c réation de l'emploi et contribuent à la hauteur de
33F% du PIB dans les économies en développement. Ces chiffres sont significativement plus
élevés en tenant compte des contributions estimées des PME opérant dans le secteur
informel.
Selon Fathi (2000), « le financement implique deux dimensions interdépendantes, d’une part
le type ou les caractéristiques de financement (bancaire, marchés financiers, financement par
les fonds propres, etc.), désigné souvent par le terme « choix d’une structure financière »;
d’autre part l’objet du financement (investissements immatériels, équipements, etc.) désigné
par le terme « choix d’investissement » (Fathi 2000). Le propriétaire-dirigeant qui peut être
considéré comme étant le pivot de la PME engage le devenir de l’entreprise ce qui rend le
fonctionnement de cette catégorie d’entreprises assez complexe.
Le système financier marocain a essayé d’offrir plusieurs solutions de financement dédiées
aux PME, plusieurs tentatives publiques et privés, nationales et internationales ont été mises
en place. Néanmoins le problème de l'accès au financement est et reste un phénomène très
complexe et toujours d’actualité.
Dans le présent papier, nous allons essayer de montrer les raisons du déficit de financement
associées aux particularités des PME avant de présenter celles qui touchent à l’organisation
du système financier d’une manière générale et celui marocain d’une manière particulière.
Les origines de la problématique de financement des PME sera traité ainsi que les pratiques
de financement sans omette d’aborder le sujet de l’entrepreunariat.

I. La PME : définitions et caractéristiques


Dans cette première section, nous abordons l’évolution historique du terme « PME », avant de
donner quelques définitions de la « PME » à l’échelle international et national.

1
A. La définition de la PME

Il convient tout d’abord d’essayer de donner une définition au concept « entreprise» avant de
tenter de donner une définition de la PME.
L’entreprise est au cœur de la dynamique économique permettant d’assurer le rôle de
production des richesses dans un premier temps et de leur réparation entre les divers acteurs.
Selon le dictionnaire Le Littré le mot « entreprise », signifie « un dessein formé que l’on met
à exécution.
Robe (1999) souligne que l’entreprise n’a pas  d’existence juridique propre. « La manière la
plus simple de comprendre en quoi consiste ce que nous appelons la structure microjuridique
de l’entreprise consiste à partir de l’« entrepreneur», du créateur de l’entreprise (Robé
1999)».
Il existe une réelle confusion entre « entreprise » et « société ». Une « société » est une
personne morale diposant d’un nom, d’un patrimoine indépendant, de droits et de devoirs.
Par contre, c’est la société qui permet à l’entreprise de fonctionner sur le plan juridique.
L’entreprise est plus que jamais objet théorique en débat, que ce soit dans le champ du droit,
de l’économie ou de la sociologie.
Les PME sont l'épine dorsale de la croissance socio-économique et de la création d'emplois
pour les économies développés et ceux en développement.  
Le rôle considérable que les PME jouent dans l'économie ne peut pas être sous-estimé. Existe-
t-elle une définition universelle de la PME ?
Le terme PME couvre un large éventail de définitions et de mesures qui varient d'un pays à
l'autre. Malgré cette variance, un grand nombre de sources définissent une PME comme étant
une entreprise avec un seuil de 250 employés (Ayyagari, Beck, and Demirguc-Kunt 2007).
Le critère universellement retenu pour distinguer la PME par rapport aux autres types
d’entreprise est sa taille. L’univers des PME est très perplexe. Le choix d’une segmentation
des entreprises marocaines est plus difficle.
En fait et jusqu’à l’heure actuelle, il n’existe pas un consensus entre les chercheurs sur une
définition standard de la PME. Ce sujet a fait l’objet de nombreuses esquisses mais ont
abandonné au profit des définitions propres à chaque pays.
En fait, Il n'y a pas de définition universellement reconnue des petites et moyennes
entreprises. Les définitions diffèrent d'un pays à l'autre. Cependant, le critère de la taille
d'une entreprise - généralement mesurée en fonction du nombre de personnes employées- est
largement utilisé ainsi que le montant du capital et le chiffre d'affaires. La définition de la
PME sur la base du critère quantitatif n'est pas uniforme dans tous les pays. Par exemple, un
pays spécifique peut définir une PME comme étant
une entreprise comptant moins de 500 employés, tandis qu'un autre pays peut la définir avec
un nombre moins de 250 employés.
Si le nombre de personnes employées a été considéré comme critère pour définir la PME, un
autre critère a été identifié est celui de la propriété du capital qui est le plus souvent censée
être détenue majoritairement par le gestionnaire.
1. Evolution historique du concept « PME »

La recherche académique sur les petites entreprises a été effectuée dans divers champs
disciplinaires. Les économistes étaient peut-être plus lents à contribuer à la compréhension
des entreprises de petite taille.

2
Le concept PME a passé par trois étapes dans son hitoire :
1. Dans un contexte économique reposant avant tout sur l'industrie et la recherche des
économies d'échelle, l’efficience de la PME dans les économies n’a pas été prise en
considération. Dans le langage économique le concept PME n’existait pas.
2. Dans une seconde phase, l’intérêt pour la PME commence à augmenter vis-à-vis la
grande entreprise. En fait, jusqu'à la fin des années 1960 aux années 1980, la préoccupation
des économistes industriels était centrée sur l'existence des avantages des économies des
grandes entreprises opérant dans la production et la technologie, et accordaient peu
d'attention aux avantages de ces petites entreprises (Johnson 2007).
3. Dans un contexte beaucoup plus récent, la PME commence à bénéficier d’une
attention particulière. A partir des années 1990, les autorités gouvernementales se sont
focalisées sur les PME et leurs capacités de création d’emploi après les réductions d’effectif
opérées par les grandes entreprises nord-américaines.
Malgré que les recherches académiques qui ont porté s sur la gestion financière des PME
s’est remarquablement développée les dernières années, peu d’articles théoriques ont tenté
d’appréhender et de prévoir le comportement financier de cette catégorie d’entreprises. Les
connaissances développéees jusqu’à présent sont embryonnaires et sont in suffisantes pour
en dégager des théories propres aux PME.
2. Les critères retenus pour définir une PME

Malgré qu’il y ait plusieurs définitions des PME, plusieurs approches ont essayé de trouver
les caractéristiques essentielles qui pourraient différencier des PME de ceux de grandes
tailles. Elles ont retenu deux familles des critères pour décrire des PME, des critères
quantitatifs et des critères qualitatifs.
a) Critères quantitatifs
Les définitions qui prennent en considération des critètes quantitatives présentent une réelle
difficulté. Les façons par lesquelles la taille d’une entreprise peut être quantifiée sont très
variées. Le nombre d'employés, le chiffre d'affaires, le total de l’actif sont des critères
généralement retenus (PHUNG 2009). L’approche quantitative fait référence aux aspects
représentatifs de la taille de l’entreprise. Ce sont généralement des indicateurs quantitatifs
relatifs par exemple à l’effectif global permanent, le chiffre d’affaires, l’endettement, le total
bilan, la valeur ajoutée, le capital social et la part de marché occupée par l’entreprise en
question. Dans les pays en développement, où le marché et la taille des entreprises sont
réduits, ce nombre est entre 100 et 150.
b) Critères qualitatifs
L’avantage le plus intéressant de diverses définitions des PME est qu’elles tentent de reflèter
fidèlemmet la vraie nature de ces entreprises de petite taille. Néanmoins elles représentent
l’inconvénient qu’elles sont adaptées à chaque pays à part entière (PHUNG 2009).
L’aspect humain est considéré comme étant l’élément fondamental de cette approche. Cette
dernière se base sur des outils théoriques et analytiques qui mettent en avant certains aspects
de l’entreprise tels que le style de direction, la délégation des pouvoirs et la répartition des
tâches.
3. La définition de la PME au niveau international

C’est le critère de la taille qui reste le plus souvent pris en connsidération dans la définition
d’une PME nonobstant la diversité des approches qui ont essayées de définir de la PME. En

3
fait, chaque pays dispose d’une définition distincte de la PME qui se base habituellement sur
« l’effectif employé ».
Aux États-Unis par exemple une entreprise qui emploie 500 employés est une PME tandis
qu’elle sera considérée faisant partie de la catégorie des grandes entreprises en Espagne. En
Europe, la PME est une entreprise indépendante qui emploie moins de 500 employés dont
l’actif immobilisé net est moins de 75 millions d'Euros et dont la part des capitaux
permanents détenue par une grande entreprise ne dépasse pas le tiers (Dyson 2005).
Une autre difficulté existe et réside dans le fait que divers définitions coexistent dans un
même pays et parfois pour sous même autorité gouvernementale (Allali 2003). Les PME au
Maroc ne font pas l’exeption, et la première difficulté recontrée par les chercheurs qui
entament des études qui ont trait aux PME marocaines est de délimiter les critères de
définition de la PME au Maroc faute d’une définition unique et officielle.
4. La définition de la PME au Maroc

Selon le «  Livre blanc de la petite et moyenne entreprise PME », réalisé par le Ministère
Délégué auprès du Premier Ministre Chargé des Affaires Générales du Gouvernement
(1999). Il n’est pas facile de définir le terme PME. «  La notion de «petitesse» se conçoit
essentiellement par rapport à un comportement économique et organisationnel (“Livre Blanc
de La Petite et Moyenne Entreprise PME” 1999) ».D’une part, le comportement économique
de la petite entreprise se caractérise par l’incapacité d’exercer une influence significative sur
son marché. D’autre part, le comportement organisationnel se définit par la présence d'un
entrepreneur, qui marque la PME par sa personnalité.
Au Maroc, il n’y a pas une seule définition de la PME. En fait, Il existe plusieurs définitions
selon les critères pris en considération. Dans la définition officielle de la PME, trois critères
sont pris en considération selon la Charte des PME. Le premier est relatif à la gérance de
l’entreprise qui doit être assurée d’une manière directe par des personnes physiques
(propriétaires, ou actionnaires). Le deuxième critère est relatif à la propriété du capital ou au
droit de vote qui ne peut pas être détenu à plus de 25% par une entreprise ou un ensemble
d’entreprises qui ne correspondent pas à la définition des PME. Le troisième critère est celui
de la taille avec une distinction entre les entreprises existantes (plus de deux ans et celles qui
sont nouvelles.
Pour être qualifiées de PME, les sociétés existantes doivent obligatoirement avoir un effectif
inférieur à 200 employés permanents, avoir un chiffre d’affaires annuel hors taxe qui ne
dépasse pas 75 millions DH, et/ou un total bilan limité à 50 millions DH. Cependant, la
définition de la PME élaborée par l’ANPME tient compte uniquement du critère du chiffre
d’affaires et fait abstraction de l’effectif de l’entreprise. Selon cette dernière définition, trois
types d’entreprises sont distingués :
• La très petite entreprise : moins de 3 millions de DH.
• La petite entreprise : entre 3 et 10 millions DH
• La moyenne entreprise : entre 10 et 175 millions DH
B. Les caractéristiques de la PME

Plusieurs études ont démontré qu’une PME ne recherche pas forcément la croissance et se
contente le plus souvent d’une certaine taille à partir de la quelle elle ne va pas ambitionner
d’accroître. Le dirigeant joue un rôle central dans une PME. Ceci constitue une spécificité

4
envres leur logique financière. Les fonctions de propriété et celles de décision et de contrôle
sont confondues. La politique de financement se trouve alors influencé par la difficulté de
séparer entre ces fonctions stratégiques qui sont concentrées entre les mains du même acteur
qui est le dirigeant.
1. Les caractéristiques de la petite firme

Les caractéristiques des petites firmes ainsi que celles de leurs propiétaires produisent des
contraintes sur la gestion et sur les ressources financières de cette catégorie d’entreprises.
Bien que les PME puissent être différentes les unes des autres, elles partagent de nombreuses
caractéristiques qui les différencient profondémment des grandes entreprises.
Hétérogénéité et rationalité
Il faut reconnaître que les PME ne sont pas homogènes. Ce constat touche plusieurs
dimentions telles que la taille, le taux de croissance, le secteur d’activité d’une PME. Cette
hétérogéniété est plus fort chez les PME que chez les grandes entreprises.
L’ouvrage en langue anglaise intitulé : « The Economics and Management of Small
Business: An International Perspective » est parmi les rares ouvrages qui ont essayé
d’aborder le sujet des petites entreprises. Dans cet ouvrage, Bannock (2005) avance que dans
un sens non économique, la «personnalité» d'une petite entreprise, refléte les idées de son ou
de (ses) propriétaire (s) qui sont également susceptibles de varier vu que les individus
diffèrent les uns des autres.(Bannock 2005) .
Les PME sont très vulnérables et par conséquance ils ne peuvent pas se permettre trop de
fautes succeptibles d’engendrer la disparition de l'entreprise et éventuellement à la ruine de
ses propriétaires.
Propriété et l’aspect famillial
La grande majorité des PME appartiennent à des particuliers ou à des familles. Ce constat
varie selon la taille de l'entreprise: plus l'entreprise est grande, moins il est probable qu'elle
soit une propriété exclusive et plus probable que les autres membres de la famille partagent la
propriété.
Propriété multiple
Il n'est pas vraiment surprenant que les propriétaires de la PME réussissent à utiliser leur
expertise et leurs fonds pour aider ou investir dans d'autres entreprises. Si la propriété de
plusieurs entreprises a été négligée par les chercheurs, il être peut suggérer que l'unité
d'analyse dans la recherche des PME soit l'individu plutôt que l'entreprise. Un phénomène
connexe de la propriété multiple est «  l'entrepreneur en série » : il démarre une entreprise, la
développe, la vend et recommence de nouveau.
Motivation des petites entreprises et de leurs propriétaires
L’indépendance semble être la principale motivation de la plupart des propriétaires des
PME, puisque dans une petite entreprise, le propriétaire-gestionnaire peut agir de sa propre
initiative. La décision de travailler pour soi-même ou pour d'autres est certainement motivée
par la nécessité de gagner sa vie.
Forme juridique
La plupart des PME sont des entreprises individuelles. Du point de vue économique, la forme
juridique a peu d'importance et dépendra en grande partie des considérations fiscales
contrairement aux grandes entreprises où la capacité de recueillir des capitaux et d'autres
considérations peuvent être plus importantes.

5
Productivité et rentabilité
Il y a eu un certain temps un débat sur l'efficacité relative des PME et des grandes entreprises.
La production par personne employée est généralement corrélée positivement à la taille de
l'entreprise: en général, plus l'entreprise est grande, plus la valeur ajoutée par employé est
élevée. La productivité du travail est plus élevée dans les grandes entreprises parce qu'elles
sont plus exigeantes en capital que les petites entreprises.
Gains des propriétaires et des employés
La rémunération des employés dans les petites entreprises sont inférieurs à ceux des grandes
entreprises. La raison pour laquelle les gains sont inférieurs dans les petites entreprises est
généralement que la productivité du travail est plus faible que dans les grandes entreprises,
un point déjà établi ci-dessus par rapport aux comparaisons de rentabilité.
Risque et survie
Les petites entreprises sont particulièrement vulnérables au cours des trois premières années
suivant le démarrage de leurs activités. Néanmoins, il semble y avoir des différences dans les
taux de «naissance» et de «décès» au fil du temps et entre régions, et probablement entre les
pays. La croissance, voire la survie des PME sont entravées par une panoplie de difficultés,
dont la plus apparente est liée aux problèmes de financement.
Exportations et internationalisation
La majorité des PME sont locales dans leurs opérations et sont enracinées dans les
communautés territoriales.. Les petites entreprises contribuent également indirectement aux
exportations en fournissant des biens (y compris des composants) et des services aux grands
exportateurs directs.
2. Les spécificités des PME par rapport aux grandes entreprises

Selon Lecointre (2006), la particularité de l’organisation des PME est le lien spécifique et
particulier entre ses employés, son dirigeant-propriétaire et elle même. Ce lien se traduit par
un sentiment d’appartenance à un ensemble, un attachement, une implication, une solidarité
interpersonnelle et envers l’entreprise qui sont très uniques. Ceci crée un tissu social
particulier qui peut constituer le socle d’une mobilisation et d’une énergie très importantes au
sein de la petite et moyenne entreprise (Lecointre 2006). 
Les objectifs d’un entrepeneur ne sont pas ceux d’un gérant « professionnel » d’une grande
firme.Tandis que les dirigeants des grandes firmes essayent de maximiser le valeur
marchande de leur entreprise, la fonctin « finance » n’est même pas bien appréhendée par le
dirigeant d’une PME et il a tendance a avoir un comportement financier plus risqué.
La réalité des PME est très complexe.  Les contraintes financières des PME sont
principalememt dues aux spéficités mêmes de celles-ci. Les solutions de financement
offertes par le système financier sont caratérisées par un déficit de financement. « Ce déficit
a un caractère structurel plus que conjoncturel. Il est global et n’est donc pas attaché à telle
ou telle forme de financement (Dietsch and Mahieux 2014) ».
Ces facteurs spécifiques sont la concentration relative du pouvoir et de la propriété, le souhait
de préserver l’indépendance financière. Autres facteurs peuvent être rajoutés. Il s’agit de la
grande dépendance économique par rapport aux clients et le fait que le patrimoine de
l’entreprise et celui du dirigeant de la PME sont confondus. Ces spécificités créent trois
grands obstacles susceptibles de freiner l’accès des PME au financement et de condamner
leur croissance d’une manière très importante :

6
- L’obtention de l’information sur la valeur des PME et leur potentiel de croissance est
onéreuse et souvent difficile à obtenir.
- Le manque de bonnes incitations pour choisir de croître et atteindre une taille
économiquement optimale et financièrement stable.
- La réduction de l’appétence des investisseurs au risque et ce particulièrement depuis la
crise.
Il est souvent affirmé que les PME sont plus difficiles à analyser que les autres entreprises.
Cette idée n’est pas nouvelle. L’opacité informationnelle des PME ne date pas uniquement de
la crise financière. En Economie bancaire, il est très apparent que l’analyse des PME est plus
ardue que celle des grandes entreprises. Une des raisons possible est peut être que le
rendement des crédits PME est moindre que celui d’autres activités.

II. La problématique de financement des PME : Aperçu général


Selon Olivier et al. (2008) « Le choix du modes de financement doit répondre à plusieurs
contraintes et en particulier son coût effectif, à, la sûreté des sources de financement et à
l’équilibre entre différentes sources (Olivier, Lucile, and Fernando 2008)».
Il convient de prendre en compte également la conjoncture économique, les risques de liés à
la nature de l’opération à financer, leur effet irréversible sur le devenir de l’entreprise et les
engagements financiers antérieurs.
A. Le financement des PME est-il problématique ?

Nous entendons toujours que les PME jouent un rôle déterminant sur le dynamisme du tissu
économique et social et contribuent à la croissance du PIB, à l’emploi et à l’investissement.
La première question à laquelle il convient de répondre est la suivante : Les PME souffrent-
elles, en pratique, d'une problématique d'accès au financement ?
Beaucoup de chercheurs ont opté pour une approche sectorielle et se sont focalisés sur divers
industries afin de fournir plus d'informations sur les difficultés des PME.
Pissarides (1999) a prouvé que le manque de financement est devenu une barrière à la
croissance de PME des économies transitoires où se sont les grandes entreprises qui
bénécicient des prêts bancaires en raison de marchés financiers peu développés (Pissarides
1999).
Pissarides et al. (2003) ont pu analyser les données de 437 de PME en Russie et en Bulgarie
pour identifier les obstacles les plus importants à la croissance des PME. Ils ont constaté que
les quatre contraintes principales étaient : défaillance des fournisseurs, problèmes de
financement externe, accès aux terrains et d'autres contraintes de production (Pissarides,
Singer, and Svejnar 2003).
Y.Wang (2016) a essayé d'évaluer le niveau de la problématique de financement des PME.
La conclusion la plus intéressante est que la taille et l'âge de la PME ont été négativement
corrélés au niveau de la contrainte de financement. Ceci implique que, avec l'augmentation
de la taille et d'âge, les PME plus grandes et plus anciennes percevoient moins l'accès aux
moyens de financement comme étant un grave problème (Wang 2016).
Selon (Dietsch and Mahieux 2014) , il existe trois grands obstacles susceptibles de freiner
l’accès des PME au financement en crédit et en fonds propres et pénaliser ainsi leur
croissance .Tout d’abord, l’information sur la valeur des PME et leur potentiel de croissance

7
est trop coûteuse et difficile à obtenir. Ensuite, les PME font face à trop de contraintes ou ne
disposent pas des bonnes incitations pour choisir de développer et atteindre une taille
économiquement optimale et financièrement stable. Enfin, les investisseurs ont réduit à des
degrés divers leur appétit pour le risque PME depuis la crise, ce qui constitue aujourd’hui un
obstacle majeur à leur financement.
Les PME cherchent à éviter le recours au financement externe pour préserver leur
indépendance. Ce dilemme pose un problème d'organisation des systèmes financiers pour
tenter de conserver les bénéfices des différents types de finance et de réduire leurs
inconvénients (Aglietta 2005).
Pour Ekpu (2016), les facteurs qui influencent la disponibilté des crédits pour les PME
peuvent être classés, d’une manière générale à 2 types de contraintes :
 Les contraintes de la demande : les résultats révèlent généralement que c’est la taille
d'un emprunteur d’un côté, et d’un autre côté la réputation du crédit, la disponibilité, le
coût de l'information exclusive et la taille de la banque jouent tous un rôle majeur
dans le choix de la source de financement.
 Les contraintes de l'offre : la structure organisationnelle de la banque, l'appétit du
risque et les facteurs de coût, la structure du marché et le type de prêt adopté sont
autant de facteurs dominants. Les déterminants de la prime de risque sur les prêts aux
PME sont en grande partie liés à des facteurs qui soulignent l'opacité informationnelle
et le risque des PME telle la taille de l'entreprise, son âge, la notation de crédit de
l'entreprise, la disponibilité des garanties et la qualité des relations entre les banques et
les emprunteurs.
B. La problématique de financement des PME dans les pays émergeants

La moitié des PME formelles (11-17 millions) dans les marchés émergents n'ont pas accès
aux prêts formels. Le gap de financement serait bien plus important en prenant en
considérant les micros et les entreprises informelles qui représentent  65% à 72 % de toutes
les MSMEs (240-315 millions). Le constat est que les grandes institutions financières
financent les PME qui sont plus transparentes sur le plan informationnel. Tandis que les
petites banques accordent des prêts relationnels aux PME qui sont caractérisées par une
opacité informationelle. Il convient alors d’accorder une importance à la demande des PME
qui sont opaques sur le plan informationnel (Berger and Udell 2004).
La différence entre les petites et les grandes entreprises est plus importante pour la première
catégorie concernant certains obstacles spécifiques de financement, tels que les conditions
collatérales, les frais, le taux d’interêt bancaire et  les besoins en ressources de financement
(Beck 2007).
Le rapport de la banque mondiale (Rocha et al. 2010) indique que les pays ayant les parts les
plus élevées d'entreprises ont tendance à être les pays qui ont le plus haut pourcentage de
prêts accordés aux PME dans le total des prêts comme le Maroc, le Liban et le Yémen.
Tandis que les pays ayant les parts les plus faibles d'entreprises ayant un prêt ont tendance à
avoir des parts plus petites en termes de prêts accordés aux PME comme la Syrie, l’Egypte
et la Palestine (la corrélation entre les deux variables est de 0,5 et la corrélation de classement
est de 0,6).

8
C. La problématique de financement des PME au Maroc

Au Maroc, les PME disposent d’une importance significative dans le tissu économique dans
lequel elles représentent plus 95% selon les statistiques de la confédération marocaine de la
PME.
En fait, Les petites et moyennes entreprises constituent le centre névralgique de notre
économie avec 40% de la production, et 31% des exportations. Elles sont présentes dans tous
les secteurs de l’activité économique marocaine : l’agriculture, l’industrie, l’artisanat, le BTP,
les commerces et enfin les services qui incluent le tourisme, les communications, les
transports et les services financiers.
La promotion de la PME rencontre plusieurs entraves. Celles-ci sont liées d’un côté à
l’environnement externe non approprié à savoir le financement, la lourdeur et complexité
administrative, la réglementation non adaptée…etc. ; et de l’autre côté des contraintes
internes inhérentes aux capacités managériales expliquées principalement par le manque de
formation tant à l’esprit d’entreprise qu’à l’absence d’accompagnement en termes
d’assistance et de conseil.
L’accès au crédit est considéré particulièrement difficile au Maroc, comme l’a montré le
dernier rapport de Doing Business en 2014 où le Maroc occupe la 109 ème position sur 189
pays. Ceci concerne en particulier les petites et moyennes entreprises, qui trouvent l’accès au
financement plus difficile. Cela est du au manque d’une forte rentabilité et à l’incapacité à
répondre aux exigences des institutions financières.
Dans la plupart des cas, les PME recontre une réelle difficulté pour trouver un financement
approprié pendant les différentes phases de leur développement. Au delà du capital initial
requis pour développer leurs activités, toutes les PME ont fait face pendant les premières
années de leurs vies à un besoin de financement. C'est principalement cette étape qui
représente le défi principal pour les PME.
Le problème de financement est un facteur important bloquant la croissance des PME
marocaines. Les difficultés dont font face les PME par rapport à l'octroi de financement sont
dues à plusieurs facteurs. Probablement, le premier est lié à la prudence des banques pour
financer des PME dans un contexte de manque de liquidité, particulièrement pendant la phase
de création ou d'expansion. Le deuxième facteur est lié à l'ignorance des entrepreneurs et des
dirigeants des PME de la palette des produits financiers. Un troisième facteur peut être le
manque d'adaptation de ces produits financiers aux besoins d'une grande population de PME.
Un autre facteur est lié à l'existence d'une asymétrie forte de l'information entre l'investisseur
et Le problème d’accès au fiannacement par les PME marocaines revêt deux aspects. Le
premier aspcet est dû au manque d’information sur de produits de financement qui leur sont
dédiés. Le deuxième aspect a trait à l’absence ou l’insuffisante des conditions pour pouvoir
bénéficier de ces offres (HAMIMIDA and KHIHEL 2016).
Le financement par le marché reste boursier est très timide, et ne dépsse pas environ 2,5 %
du total des investissements entrepris. Le capital investissement quand à lui est utilisé plutôt
par les entreprises qui sont porsitionnées dans des phase de maturié et non celles qui sont en
phase de lancement, et ce selon lle rapport 2011 de l’Association Marocaine des
Investisseurs en Capital (AMIC), toujours selon l’article de (HAMIMIDA and KHIHEL
2016)la PME et le manque de transparent de cette dernière.

9
III. Les pratiques de financement des PME marocaines
Au Maroc, l'importance de l'accès au financement - surtout pour les micros, petites et
moyennes entreprises- est à la fois est une priorité économique et volonté politique. Le
«printemps arabe» a montré les conséquences puissantes de l'exclusion et a mis en premeier
rang le taux élevé de chômage chez les jeunes dans la région de MENA. Malgré une situation
sociopolitique relativement favorable par rapport à d’autres pays, la population marocaine a
exprimé sa demande d'amélioration de la gouvernance, de l'inclusion sociale, du
développement économique et des possibilités d'emploi (World bank 2012).
Selon (Ekpu 2016), les facteurs qui influecent la disponibilité du crédit pour les PME peuvent
être classées en deux catégoris:
Du côté de la demande, les résultats révèlent généralement que la taille de la banque, la
réputation, la disponibilité et le coût de l'information jouent un rôle majeur dans le choix de
la source de financement de l'emprunteur. Les caractéristiques d'une entreprise, les
caractéristiques de ses propriétaires, les relations entre les banques et les emprunteurs
déterminent également la disponibilité du crédit pour les PME.
Du côté de l'offre, la structure organisationnelle de la banque, l'appétit au risque et les
facteurs de coût, la structure du marché, le type de technologie de prêt adopté sont des
facteurs dominants.
A. Les outils classiques de financement

Le financement interne de ces entreprises en phase de création est essentiellement constitué


des apports du fondateur et de quelques personnes de ses proches.
Traditionnellement, plusieurs outils de financement sont mis à la disposition des PME :
- Financement par fonds propres : il permet à l’entreprise de garder son autonomie.
Ce type peut provenir de plusieurs sources différentes, le plus souvent, il provient en partie
des promoteurs de la PME en question. Les investisseurs externes pourraient également
intervenir sous forme d’investisseurs privés ou des sociétés d’investissement.
- Prêt de la famille : Beaucoup d’entrepreneurs se dirigent à leur la famille, à leurs
amis, ou à des prêteurs informels pour avoir des moyens de financement de leurs activités.
Cette préference est préviligié au système bancaire officiel marqué par de lourdeurs
administratives et d’une sorte de bureaucratie (PHUNG 2009).
- Financement par l’endettement : les crédits bancaires restent la source de
financement externe principale des PME. Ces financements peuvent prendre des formes
variées allant des lignes de crédits aux prêts à long terme.
- Le Capital Investissement : c’est une technique de financement du haut de bilan des
entreprises à fort potentiel. Les contributions du capital investissement sont nombreuses, non
seulement dans le financement de leur création, leur accompagnement ou leur développement
stratégique mais aussi dans la pérennisation du tissu économique principalement lorsqu’il
s’agit de financement des PME. En effet, les études dans ce sens mettent en avant un impact
particulièrement important du capital investissement tant sur les performances financières et
commerciales des entreprises financées, que sur leur capacité à créer des emplois.
- Marchés financiers : Les marchés boursiers procurent aux PME de nouvelles ressources
pour financer leur développement et leur assurent un surcroît de visibilité.
B. Le système bancaire marocain

Au Maroc, le financement bancaire reste la principale source de financement de l’économie


nationale. Selon les chiffres officiels de la banque centrele marocaine la stuture du système bancaire
marocaine qui arrêtés en Juin 2016 compte 84 établissements de crédit et assimilés dont presque le

10
quart sont des banques. Il convient de noter que le secteur public détient des parts qui dépassent la
moitié des capitaux important dans le capital des principalesl banques, la part de l’Etat et des
capitaux étrangers partagent le reste avec des proportions presque identiques.
Tableau 2: Structure du système bancaire marocaine

Source : Bank al maghrib, “Tableau de bord, établissement de crédits et assimilés,” 2016.


Type d’établissement Nombre

Banques Côtées 6

Non ôtées 13

Nombre total des banques 19

Sociétes de financement Crédits de consommation 16

Crédit bail 6

Crédit immobilier 2

Cautionnement 2

Affacturage 2

Gestion des moyens de paiement 3

Autres sociétés 3

Nombre total des sociétés de financement 34

Banques off shore 6

Associations de micro crédit 13

Sociétés de transfert de fonds 10

Autres établissement 2

Nombre total des banques et organismes 84


assimilés

Source : Bank Al Maghrib, “Tableau de bord, établissement de crédits et assimilés,” 2016 .

C. Les dispositifs d’appui de financement des PME au Maroc

La plupart des organismes officielles parle maintenant des TPME et non des PME. Cette
approche vise à mettre en exergue les toutes petites entreprises qui représentent la majorité
des PME.
Dans le but de soutenir davantage le financement bancaire aux très petites, petites et
moyennes entreprises (TPME), la banque centrale  a mis en place un nouveau dispositif de
refinancement à terme ou bien les «prêts garantis».
Vu la persistance d’une conjoncture difficile, et afin de faciliter l’accès des PME au
financement bancaire, un nouveau soutien a été instauré à la fin de l’année 2013 qui permet
aux banques de disposer chaque année d’avances de Bank Al-Maghrib d’une somme

11
équivalente au volume des crédits (hors promotion immobilière et professions libérales).Ces
mesurces concernent surtout le secteur industriel et l’export.1
1. Fonds de soutien financier dédié aux TPME

A l’initiative de Bank Al-Maghrib, du Groupement Professionnel des Banques du Maroc


(GPBM) et de la Caisse Centrale de Garantie (CCG), le Fonds de soutien financier au profit
des TPME a été créé en Juillet 2014 (Kharmoudi 2016).
Il est destiné à cofinancer en parallèle au crédit bancaire classique les opérations qui visent la
pérennité de l’équilibre financier des TPME qui connaissent des difficultés passagères. 
Les spécificités de ce crédit conjoint résident dans le fait qu’il est remboursable sur une
durée maximale de 10 ans, accordé à un taux fixe correspondant au taux moyen pondéré
(TMP) des émissions des bons du trésor à 5 ans et avec un montant de prêt pouvant aller
jusqu’à 50 millions de dirhams. Pour ce qui est la part bancaire, le taux est alors librement
négociable, mais à condition de ne pas excéder le taux précité, majoré de 150 points. 
La Caisse Centrale de Garantie est une institution publique assimilée à un établissement de
crédit, sa création remonte à 1949. Elle a pour objectif la contribution à la résolution de la
problématique du financement des PME marocaines et d’encourager les banques pour
financer les PME. La CCG essaye de faciliter l’accès au crédit pour les PME à travers le
cofinancement et la garantie des risques à chaque étape de la vie de l’entreprise . Le
financement est réalisé en partenariat avec les banques à un taux avantageux qui sont de 2 %. Les
délais de traitement sont plus courts comparativement au processus classique, et les commissions ont
été reveues à la baisse afin d’offrir un financement plus facile pouvant peut atteindre jusqu’à 90 % du
montant toatl du projet de l’investissement.

2. Les programmes de soutien de Maroc PME (ex ANPME)

La crétion de l’ANPME s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement personnalisé des PME pendans
2 ans, s’appyant sur une expertise externe. Le soutien des jeunes entreprises marocaines est entrepris
par une panoplie de programmes :

Le programme Imtiaz
L’objectif du programme « Imtiaz » est de soutenir les entreprises disposant d’un fort potentiel qui
projettent de réaliser des projets de développement. La croissance attendue permettra d’augmenter le
chiffre d’affaires des PME et de contribuer à la création de l’emploi.
Le projet Imtiaz s’incrit dans le cadre du Plan d’Accélération Industrielle. Il s’agit de la première
initiative du contrat- programme 2015 – 2020 entre l’Etat et l’Agence Nationale de la PME visant le
renforcement du dispositif du soutien aux PME, TPE et aux auto-entrepreneurs.

Le programme « Tatwir »
Le programme « Tatwir » vise l’encouragement de l’innovation principalement les secteurs de
l’industrie et des services. Les entreprises porteuses de projets de recherche& développement exerçant
dans le secteur industriel, des TIC ou des technologies avancées sont également concernées.
Le financement Tatwir peut couvrir jusqu’à 50 % des dépenses engagées dans le cadre d’un projet de
développement dans le cadre de la recherche et développement à la hauteur de 4 millions DH (TTC).

1
Selon le site officiel de bank al maghreb consulté le 8 Aôut 2017

12
Le programme « Moussanada »
Le programme « Moussanada » vise l’accompagnent des PME dans leurs stratégies de
modernisation et la mise à niveau de leur productivité et d’assurer leur compétitivité. Ce
programme table sur l’accompagnement de 700 entreprises par an.
Ce programme finance 60% à 80% des coûts de prestations de services à la hauteur d’un
million de DH notamment pour les plans de progrès tels la démarche qualité, les projets du
développement durable et le pilotage des performances, etc.
Le programme « RAWAJ »
Ce programme est dédié au secteur du commerce surtout celui de proximité. Le financement
des frais d’équipement sont pris en charge à 75 % du montant projeté. Il vise l’émergence de
PME à fort potentiel de croissance à l’échelle nationale et internationale. La diversification
de l’offre des PME est parmi les préoccupations de ce programme afin de répondre aux
divers besoins des consomateurs.
L’analyse des réalisations par (HAMIMIDA and KHIHEL 2016) rèvèle l’existance des
défaillances propres de la structure de l’ANPME elle-même. Une insuffisance de suivi a été
constaté par la Cour des comptes relative aux programmes Imtiaz et Moussanada. En sus,
les s réclamations de la part des PME ne sont pas traitées. Un manquement est aussi observé
au niveau de la proximité des PME qui est dû à l’absence d’un réseau national.

Conclusion
Les petites et moyennes entreprises (PME) sont promordiales pour le développement de
n'importe quel pays. L'importance des PME dans la croissance globale ete la stabilité
d'économique est extraîmement cruciale pour un pays en développement comme le Maroc,
où les PME sont la partie principale des entreprises. Malgré le fait que les PME souffrent de
plusieurs handicaps, la solution du problème de financement au Maroc contribuera sûrement
à boostrer l'économie de ce pays.
Les PME au Maroc peuvent jouer un rôle primordial en termes de création d’emploi, de
contribution aux exportations et de lutte contre la pauvreté. Conscient de ce rôle, l’Etat, à
travers un ensemble de programmes essaie depuis les années 80 de leur apporter soutien et
encouragement mais les résultats demeurent toujours dérisoires.
Plusieurs organismes ont été dédiés à l’accompagnement des PME sur tous les plans et
plusieurs programmes ont été mis en œuvre, mais les résultats attendus sont loins d’être
atteints.
Afin améliorer la compétitivité des PME marocaines opérant dans un environnement
mondialisé, des efforts supplémentaires visant l’accès au financement doivent être consentis.
Kersten, Harms, Liket, & Maas ont essayé de présenter plusieurs recommandations dans leur
artile intitulé : «  Small Firms, large Impact? A systematic review of the SME Finance
Literature ».
Tout d'abord, ils ont insisté sur le fait que les programmes de financement des PME devraient
cibler les PME qui ont réellement un accès limité au financemnt à l’instar des petites
entreprises innovantes et de celles nouvellement créées.
Deuxièmemen, tl'entreprise devrait être suffisamment grande et expérimentée pour utiliser
efficacement les sources de finacement Toutefois, étant donné que les entreprises plus grandes
peuvent être moins contraintes financièrement, il peut y avoir une sorte de taille optimale des
13
entreprises pour lesquelles le financement des PME entraîne une amélioration significative de la
performance. Troisièmement, en plus de cibler les bonnes entreprises, les programmes de financement
des PME devraient également cibler le bon type de financement pour le bon acteur. Les résultats
suggèrent que le montant du financement devrait être suffisamment élevé pour avoir des effets
positifs et que les prêts à long terme pourraient être plus adaptés à la plupart des besoins (Kersten et
al. 2017).
Bibliographie
 Aglietta, Michel. 2005. Macroéconomie Financière. La Découve. Paris.
 Agy, Majda E L, and Hassan Bellihi. 2012. “Pratiques D ’ Accompagnement , Succès
Entrepreneurial et Accès Au Financement Externe : Cas Des Entrepreneurs Naissants
Marocains.”
 Allali, Brahim. 2003. “Vision Des Dirigeants et Internationalisation Des PME Marocaines et
Canadiennes Du Secteur Agro-Alimentaire.” HEC Montréal.
 Ayyagari, Meghana, Thorsten Beck, and Asli Demirguc-Kunt. 2007. “Small and Medium
Enterprises Across the Globe.” Small Business Economics 29 (4): 415–34.
doi:10.1007/s11187-006-9002-5.
 Bannock, Graham. 2005. The Economics and Management of Small Business: An
International Perspective. 1sted. London and New York: Routledge.
 Beck, Thorsten. 2007. “Financing Constraints of SMEs in Developing Countries: Evidence,
Determinants and Solutions.”
 Bentaleb, Chafik, and Abdenbi Louitri. 2011. “La Construction de La Croissance Des PME
Au Maroc.” Management & Avenir. doi:10.3917/mav.043.0077.
 Berger, Allen N, and Gregory F Udell. 2004. “A More Complete Conceptual Framework for
SME Finance.”
 Biggs, Tyler. 2002. “Is Small Beautiful and Worthy of Subsidy? Literature Review.”
International Finance Corporation, 35p.
 Bougheas, Spiros, Paul Mizen, and Cihan Yalcin. 2006. “Access to External Finance: Theory
and Evidence on the Impact of Monetary Policy and Firm-Specific Characteristics.” Journal
of Banking and Finance 30 (1): 199–227. doi:10.1016/j.jbankfin.2005.01.002.
 Brassier-Rodrigues, Cécilia. 2010. “Le Réseau Social Du Dirigeant de PME : Un Outil
Stratégique Au Service de Sa Communication.” In Le Grand-Livre De L’Economie Pme, 171–
90.
 Bruyat, Chirstian, and Pierre André Julien. 2001. “Defining the Field of Research in
Entrepreneurship.” Journal of Business Venturing 16 (2): 165–80. doi:10.1016/S0883-
9026(99)00043-9.
 CCG. 2009. “Expérience Du Maroc Pour Promouvoir La Croissance et L’innovation Des
Pme.”
 CDVM. 2011. “Le Financement Des PME Au Maroc.”
 CGEM. 2014. “ÉTUDE SUR LES LEVIERS DE LA COMPÉTITIVITÉ DES
ENTREPRISES MAROCAINES.”
 Colot, Vincent, and Pierre A. MICHEL. 1996. “Vers Une Théorie Financière Adaptée Aux
PME. Réflexion Sur Une Science En Genèse.” Revue Internationale PME 9 (1).
 Deakins, David, and Mark Freel. 2006. Entrepreneurship and Small Firms. McGraw-Hill
Education.
 Dietsch, Michel, and Xavier Mahieux. 2014. “Comprendre Le Déficit de Financement Des
PME Pour Stimuler Leur Croissance.” Revue D’économie Financière 114 (2): 17–30.
doi:10.3917/ecofi.114.0017.
 Dyson, Kenneth. 2005. Small and Medium Sized Enterprises. SPICERS EU. Routledge in
association with the University of Bradford and Spicers Centre for Europe Ltd.
 Ekpu, Victor U. 2016. Determinants of Bank Involvement with SMEs : A Survey of Demand-
Side and Supply-Side Factors. Edited by Spinger. New York.
 Fathi, Et-taoufik. 2000. “La Structure Financière Des PME de La Haute Technologie.”

14
 HAMIMIDA, Mama, and Fatiha KHIHEL. 2016. “LES INITIATIVES EN FAVEUR DE
L’ENTREPRENEURIAT AU MAROC : BILAN ET PERSPECTIVES.” Revue D’études En
Management et Finance D’organisation, 1–12.
 Hector, Nathalie. 2010. “Y a-T-Il Une Justification À Créer Un Droit Spécifique de La
PME ?” In Le Grand Livre de L’e´conomie PME, 61–82.
 IFC World bank. 2010. “Scaling-Up SME Access to Financial Services in the Developing
World.” Seoul.
 Johnson, Peter. 2007. The Economics of Small Firms: An Introduction. Routledge. London
and New York. doi:10.4324/9780203815267.
 Kersten, Renate, Job Harms, Kellie Liket, and Karen Maas. 2017. “Small Firms, Large
Impact? A Systematic Review of the SME Finance Literature.” World Development xx.
Elsevier Ltd. doi:10.1016/j.worlddev.2017.04.012.
 Kharmoudi, Mohammed E L. 2016. “AL MALIYA.” Ministère de L’économie et Des
Finances, June.
 Lecointre, Gilles. 2006. La PME, L’entreprise de L’avenir. Edited by Gualino. Paris.
 ———. 2010. “Pour Une Approche Comportementale de La Définition Économique Des
PME.” In Le Grand Livre de L’économie PME, 23–36. Paris: Gualino.
 Léger-Jarniou, Cathrine. 2013. Le Grand Livre de l’Entrepreneuriat. Edited by Dunod.
 “Livre Blanc de La Petite et Moyenne Entreprise PME.” 1999. MAROC, ROYAUME DU
Gouvernement.
 LOUALI, Hind. 2003. “Evaluation Du Financement de La PME Au Maroc.”
 Maroc PME. 2017. “Programmes D ’appui de Maroc PME.”
 Olivier, PASTRE, CHERUBIN GAVELLE Lucile, and ACOSTA Fernando. 2008. Economie
de L’entreprise. ECONOMICA. Paris.
 OUAZZANI, Khalid EL. 2016. “La Dynamique Entrepreneuriale: Rapport National Eurship
Monitor)(Global Entrepren.” Casablanca.
 PHUNG, Tuan-Anh. 2009. “Le Rationnement Du Crédit Des PME : Le Cas Du Vietnam.”
Université Montpellier I.
 Pissarides, Francesca. 1999. “IS LACK OF FUNDS THE MAIN OBSTACLE TO
GROWTH ? EBRD ’ S EXPERIENCE WITH SMALL- AND MEDIUM-SIZED
BUSINESSES IN CENTRAL AND EASTERN EUROPE.” Journal of Business Venturing 14
(98): 519–39.
 Pissarides, Francesca, Miroslav Singer, and Jan Svejnar. 2003. “Objectives and Constraints of
Entrepreneurs : Evidence from Small and Medium Size Enterprises in Russia and Bulgaria”
31: 503–31. doi:10.1016/S0147-5967(03)00054-4.
 Robé, Jean-Philippe. 1999. L’Entreprise et Le Droit- - PUF (1999).pdf. Presses Un.
http://www.cairn.info/revue-management-et-avenir-2009-10-page-30.htm.
 Rocha, Roberto, Subika Farazi, Rania Khouri, and Douglas Pearce. 2010. “THE STATUS OF
BANK LENDING TO SMES IN THE MIDDLE EAST AND NORTH AFRICA REGION :
THE RESULTS OF A JOINT SURVEY OF THE UNION OF ARAB BANKS AND THE
WORLD.”
 Shane, Scott, and S. Venkataraman. 2000. “THE PROMISE OF ENTREPRENEURSHIP AS
A . FIELD OF RESEARCH.” Academy of Management Review 25 (1): 217–27.
 ST-PIERRE, Josée. 1999. La Gestion Financière Des PME : Théories et Pratiques. Edited by
presses université Québec. Québec: PME & Entrepreneuriat.
 Tilfani, Oussama. 2011. “Eclairage Sur La Situation Des PME Au Maroc.”
 Wang, Y. 2016. “What Are the Biggest Obstacles to Growth of SMEs in Developing
Countries? – An Empirical Evidence from an Enterprise Survey.” Borsa Istanbul Review 16
(3). doi:10.1016/j.bir.2016.06.001.
 World bank. 2012. “MICRO, SMALL AND MEDIUM ENTERPRISE DEVELOPMENT
PROJECT.”

15