Vous êtes sur la page 1sur 21

Licence 1

Electromagnétisme
2012-2013

Prof. Vafi DOUMBIA


LAPA-MF, UFR-SSMT
Université Félix Houphouët Boigny de Cocody
Introduction

Les aimants
- Les premiers aimants connus étaient constitués d’un
minerai naturellement magnétique découvert dès
l’antiquité, à proximité de la ville de Magnésia (Turquie)
et appelé pour cela magnétite.

- Les propriétés de ces aimants naturels ont été mises à


profit par les chinois qui ont confectionné, il y a déjà plus
de mille ans, les premières boussoles.

- L’élément principal de boussoles est une aiguille


aimantée qui pointe vers le Nord du globe terrestre en
interagissant avec le champ magnétique de la Terre.
Chapitre I

Magnétostatique
I- Propriétés des aimants:

- La propriété d’un aimant est son magnétisme qui se


caractérise par un champ magnétique.

- Les aimants sont donc les premières sources connues


de champ magnétique.

- C’est plus tard que le lien entre l’électricité et


magnétisme fut établi. On sait aujourd’hui que l’existence
d’un champ magnétique est liée à un courant électrique
qui peut être microscopique comme dans les aimants.

- L’effet du magnétisme d’un aimant se manifeste par


l’attraction de certains corps.
I.1- Les Aimants

Une barre d’aimant comporte deux pôles:

Un pôle Nord et un pôle Sud.

Remarque:

- En électrostatique vous avez connu les charges


électriques qui créent le champ électrostatique.
- Mais en magnétisme, il n’existe pas de charge
magnétique. Un aimant ne porte pas de charge.
I.2- Force Magnétique

I.2.1- Interaction entre deux aimants

Pôles opposés : Forces attractives

Pôles identiques : Forces répulsives

- Deux aimants en présence s’attirent lorsque les


pôles en présence sont opposés.

- Ils se repoussent lorsque les pôles en présence


sont identiques.
Force Magnétique
I.2.2- Action d’un aimant sur un objet

Attraction d’une pointe de fer par un aimant


Force Magnétique

I.2.3- interaction entre deux lignes de courant

Lorsque deux lignes de courant sont en présence


elles interagissent par l’intermédiaire de forces
magnétiques.
-Même sens : attraction
-Sens opposés: répulsion
Force Magnétique
Action d’un champ magnétique B sur une charge en
mouvement.

Lorsqu’une charge q entre à la vitesse v dans un


champ magnétique B, elle subit une force
magnétique FL appelée force de Lorentz:
r r r
FL = qV ∧ B
Remarque:
- Dans un champ électrostatique
E, une charge statique subit
r rune
force électrostatique: F = qE
r r
- La quantité V ∧ B a la
dimension d’un champ
électrique.
I.3- Source de Champ Magnétique

Deux courants en présence interagissent comme deux


aimants. Cela prouve la création d’un champ magnétique
par le courant I.
Source de Champ Magnétique

Une charge q se déplaçant à la vitesse v crée en un point


situé à la distance r, un champ magnétique B, avec :
r µ0 qvr ∧ rr
B=
4π r 3

avec
I.4- Loi de Biot-Savart

- Pour une charge q se déplaçant à la vitesse v, le champ


magnétique B dû à cette charge est
r donné
r par
l’expression suivante: r µ 0 qv ∧ r (1)
B=
4π r3
- Le champ magnétique dB créé par un
courant I traversant un élément de
longueur dl, est obtenu en sachant que
r
dq r dl r
I= dqv = dq = Idl
dt dt
En remplaçant qv dans (1) par Idl on
obtient l’expression de dB : r r
r µ0 Idl ∧ r
dB = (2)
Loi de Biot-Savart 4π r 3
I.5- Champ magnétique produit par un circuit
r r
r µ0 Idl ∧ r
On a vu que dB = est le champ magnétique
4π r 3

produit en un point M par un élément de circuit dl.


Par superposition, le champ total produit par un circuit
fermé C au point M est :

r r
r µ0 I dl ∧ r
B=
4π C r∫3
I.6- Application à quelques circuits particuliers

I.6a- Champ magnétique produit par un circuit rectiligne

Pour un circuit rectiligne traversé par un courant I, le


module du champ magnétique produit par un élément de
courant Idl tel que indiqué sur la figure ci-dessous est :
µ0 Idl
r dB = cos φ
P
dB 4π r 2

l A partir de cette expression on


O x M peut calculer le champ B dû à un
circuit rectiligne de longueur
infinie. Pour cela nous allons
exprimer dl et r en fonction de
x = OM et l’angle φ .
En considérant le triangle rectangle (OMP)
xdφ
l = xtgφ ⇒ dl =
cos2 φ
2
x x
r= ⇒ r2 =
cos φ cos 2 φ

En remplaçons dl et r dans l’expression de dB on obtient


µ0 I cosφ .dφ
dB =
4π x
Pour πun circuit φ
π rectiligne de longueur infinie, l’angle varie
de − à + .
2 2
π
µ0 I µ0 I +
µ0 I
[sin φ ] π2
π
∫−π2 cos φ .dφ =
+
B= 2
soit B=
4πx 4πx +
2 2πx
I.6b- Champ magnétique produit par une spire circulaire
r y en un M de son axe. r r
dl r µ0 Idl ∧ r
r Considérons dB =
R
r dB
4π r 3
θ θ
O x
x M

r r
Pour une spire circulaire dl et r sont perpendiculaires.
r µ Idl
Ainsi le module de dB est : dB = 0 . En raison de
4π r 2
la symétrie circulaire du problème, le champ B résultant
est suivant l’axe des x. De ce fait, nous ne considèrerons
µ0 Idl
que la composante dBx = cosθ .
4π r 2
Le Champ magnétique B produit par une spire circulaire
au point M de son axe est donc:

µ0 I R2
B = Bx =
2 (R 2 + x 2 )3 / 2

µ0 I
Au centre O de la spire x = 0 d’où B=
2R
I.6c- Champ magnétique produit par une bobine plate de
rayon a et de N spires en un point P de son axe en
fonction de α.

Pour faire ce calcul on considère le


champ d’une spire circulaire en

fonction de l’angle α.
µ0 Idl
En partant de l’expression dBx = cosθ on peut
4π r 2

exprimer le champ produit par la spire en remplaçant cosθ


par sin α et en exprimant r en fonction du rayon R et de
2
α µ0 Idl 3
l’angle α. On a d’où dBx = 2 sin α
1 sin
=
r
2
R
2
4π R
µ0 I
Le champ créé par la spire est B = sin α . Ce résultat
3

2R
2 R
peut être obtenu à partir de l’expression précédente.
- Pour la bobine plate de N spire et de longueur L
suffisamment courte,

Nµ0 I 3
B= sin α
2R
I.6d- Champ magnétique produit par solénoide fini de n
spires par unité de longueur en un point M de son axe.

Puisqu’un solénoïde est un regroupement de plusieurs


bobines placé côte à côte, nous allons découper notre
solénoïde en plusieurs petites tranches de largeur dx
comprenant une densité de spires n. Ces tranches
représentent des bobines formées à l’aide d’un nombre
infinitésimal de spires dN = n dx . On pourra remplacer
dans notre formule précédente le N par dN :
µ0 I
dB = dN sin α
3

2R
dN = ndx
n est le nombre de spires par unité de longueur.
En considérant le schéma ci-dessous, on a:
R R
tgα = ⇒x=
x tgα
1
− R( 2 )
α Rdα
dx = cos dα ⇒ dx = − 2
tg α sin α
2

nRdα
dN = ndx = − 2
sin α
µ0 I 3
dB = dN sin α
2R
α1 nRdα µ0 I 3
dB = − 2 sin α
α2 sin α 2 R
nµ0 I
dB = − sin αdα
2
On évalue, à l’aide d’une sommation continue de champs
magnétiques infinitésimaux dB, le champ magnétique B

total au point P en intégrant dB entre α1 et α2.


nµ0 I α 2
B=− ∫α 1 sin αdα
2
nµ0 I
B= (cos α 2 − cos α1 )
2
I.6e- Champ magnétique produit par solénoïde infini de n
spires par unité de longueur en un point M de son axe.

Pour un solénoïde infini, α varie de 0 à π, d’où B = nµ0 I


Si L est la longueur du solénoïde et N le nombre total de
spires, on écrit Nµ0 I
B=
L