Vous êtes sur la page 1sur 3

Les "textes fondateurs de la Franc-maçonnerie"

Extrait du Nice Premium


http://www.nice-premium.com

Les "textes fondateurs de la


Franc-maçonnerie"
- Actualité - Local -

Date de mise en ligne : jeudi 10 mai 2007

Nice Premium

Copyright © Nice Premium Page 1/3


Les "textes fondateurs de la Franc-maçonnerie"

Dans une très récente déclaration, un responsable du Vatican a réaffirmé l'incompatibilité entre l'appartenance à la
Franc-maçonnerie et l'Eglise catholique. Après les timides tentatives d'ouverture effectuées par son prédécesseur
dans les années quatre-vingt, Benoît XVI paraît en revenir à une stricte interdiction qui place le franc-maçon en état
de « péché grave » et le prive, s'il en manifestait le « désir », d'un accès à l'Eucharistie. La publication par les
Editions Dervy d'un ouvrage sur les « textes fondateurs de la franc-maçonnerie » constitue à ce titre une pièce
essentielle susceptible de nourrir les débats soulevés par ce dossier complexe. La lecture des quelque six cents
pages de documents, traduits pour la première fois dans leur intégralité pour certains d'entre eux, sera de nature à
éclairer tous ceux et celles, « initiés » ou « profanes » interpellés par les origines de la pensée et les méandres des
rituels maçonniques. Avec un luxe de détails à même de rendre inexplicables les sanctions et l'opprobre dont ils
sont, les premières comme les seconds, l'objet de la part du Vatican.

On semble bien loin en effet du « naturalisme rationaliste » ou du « climat de secret », deux des éléments pointés du
doigt par Rome. Et même si un petit nombre de maçons, au sein d'obédiences françaises, est plus enclin à
manifester dans la rue contre la venue du Pape qu'à consolider en loge son travail symbolique, la filiation de la
maçonnerie avec une Tradition chrétienne si chère à René Guénon ou à Jean Tourniac, apparaît avec éclat dans
cette étude menée par Philippe Langlet. Le fameux secret maçonnique, si secret il y a nous explique l'auteur, « ne
réside sans doute pas là ». Ce spécialiste des sciences du langage nous permet de plonger dans l'« Ecossisme »
des tout premiers textes, les « Statuts Schaw » rédigés à Edimbourg en 1598 et 1599 ainsi que dans d'autres
manuscrits de la même période en bénéficiant d'une nouvelle traduction qui fait litière « d'acceptions devenues
obsolètes ». Ces textes, présentés dans une double version française et anglo-écossaise facilement accessible,
répondent à des finalités différentes. Les uns ont servi de « catéchisme », un enseignement à mémoriser en
référence au « christianisme ambiant » et dans lequel les instructions maçonniques puisèrent, nous dit l'auteur, aussi
bien « dans la forme que sur le fond ». D'autres, comme « a Mason's examination » (le tuilage d'un maçon)
représentaient, en 1723, la première divulgation maçonnique connue sous une forme imprimée et visaient, six
années après la création de la Grande Loge de Londres, à présenter au « monde profane », les usages en cours au
sein de ses ateliers.

On découvre ainsi que le serment des francs-maçons est prêté dès cette époque sur la Bible conjointement avec
l'équerre et le compas. Que les références aux « Lumières », évoquées selon l'auteur pour la première fois dans le «
manuscrit des archives d'Edimbourg » de 1696, sont susceptibles de renvoyer in fine aux trois flèches lumineuses
d'une salle capitulaire cistercienne et symboliser la divine Trinité. Nombreuses, les mentions de l'Evangile johannique
concernent notamment la parole et le nom, constitutifs de la « réception » de l'apprenti maçon. Evangile de Jean
dont le prologue fait encore office, nous confie Philippe Langlet, de « Lumière » posée sur l'autel des serments dans
la franc-maçonnerie contemporaine. Sans parler de l'existence d'un « Grand Architecte de l'Univers », présenté par

Copyright © Nice Premium Page 2/3


Les "textes fondateurs de la Franc-maçonnerie"
certains maçons comme un « principe créateur ».

A la lecture de ce livre, le non-spécialiste et le profane se poseront finalement cette question : est-ce l'éloignement
doctrinal et du rituel ou, au contraire, la trop grande proximité entre la Franc-maçonnerie et l'Eglise qui semble
embarrasser les autorités ecclésiastiques ? Il n'est pas assuré que le franc-maçon comme le prélat puissent eux
aussi apporter des éléments convaincants de réponse à cette interrogation.

Philippe Langlet, « Les textes fondateurs de la franc-maçonnerie », Coll. « Bibliothèque de la


franc-maçonnerie », Editions Dervy, 2006, 607 p., 25 euros.

Copyright © Nice Premium Page 3/3