Vous êtes sur la page 1sur 10

CHAPITRE 8 : Les amortissements des immobilisations

Les immobilisations sont des éléments de l’actif d’utilisation durable.


Certaines immobilisations se déprécient avec le temps de façon certaine et
irréversible. L’entreprise doit dans le respect de la règle de prudence, constater
à chaque inventaire, l’amortissement annuel de chaque immobilisation
amortissable afin de présenter une image fidèle de son patrimoine. Pour ce
faire, un plan d’amortissement est établi pour chaque bien amortissable dès
l’entrée du bien à l’actif. Les travaux d’inventaire relatifs aux amortissements
consistent à évaluer ces amortissements et à les comptabiliser.

I. Définition

Les amortissements sont des pertes de valeur consécutives à la consommation


des avantages économiques futurs générés par l’immobilisation. Ces pertes de
valeur se traduisent au plan comptable par l’enregistrement de charges.

Amortir une immobilisation revient à diminuer sa valeur du montant de sa


consommation pendant l’exercice et à imputer ce montant sur le résultat de
l’exercice concerné.

L’amortissement joue deux rôles : le premier est l’imputation sur le résultat de la


consommation de l’immobilisation (dotation aux amortissements), ce qui permet
de prévoir le renouvellement de celle-ci. Le second est de faire apparaitre au
bilan la valeur de l’immobilisation après sa diminution : on déduit du montant
brut de l’immobilisation ce qui a été consommé.

1. Les actifs amortissables

Un actif amortissable est un actif dont l’utilisation par l’entreprise est


déterminable. L’utilisation d’un actif est déterminable lorsque l’usage qui en
est attendu est limité dans le temps du fait, notamment :

- De critères physiques : usure liée à l’utilisation, passage du temps ;


- De critères techniques: obsolescence liée à l’évolution technologique ;

1
- De critères juridiques: protection juridique limitée dans le temps (c’est le
cas par exemple des brevets, licences et concessions).
 Toutes les immobilisations incorporelles répondent à la définition d’un actif
amortissable sauf le droit au bail, les fonds commerciaux et les marques
commerciales entretenues par des actions publicitaires régulières.
 Toutes les immobilisations corporelles répondent à la définition d’un
actif amortissable sauf les terrains nus. Il faut cependant amortir les
terrains de gisement car leur utilisation est forcément limitée dans le temps
(leur exploitation conduit à terme l’épuisement du gisement)
 Les immobilisations financières ne sont pas amortissables
2. Le plan d’amortissement

Il met en évidence les annuités d’amortissement et les valeurs comptables nettes


prévisionnelles successives. L’entreprise doit établir, pour chaque bien
amortissable, un plan d’amortissement définitif, à la date d’entrée du bien à
l’actif.

Le plan se présente sous forme d’un tableau et comprend les éléments suivants

Dates Base à Annuité Amortissements Valeur nette


amortir cumulés comptable
Date d’inventaire Coût d’entrée Amortissement Somme des Valeur d’origine
de chaque dans le annuel= base annuités – amortissement
exercice compris patrimoine : amortissable × cumulé
dans la période valeur taux
d’amortissement d’origine (Vo) d’amortissement

2.1. La base de calcul de l’amortissement

L’amortissement est défini comme une répartition systématique du montant


amortissable d’un actif sur la durée de vie. La base de calcul de l’amortissement
est la valeur d’origine, c’est-à-dire le coût d’achat de l’immobilisation, trouvé
par la formule : Prix d’achat + frais accessoires d’achat

2
Le coût réel de production d’un bien est formé du coût d’acquisition des
matières et fournitures utilisées pour cette production, des charges directes de
production, ainsi que des charges indirectes de production dans la mesure où
elles peuvent être raisonnablement rattachées à la production du bien ;

Le bien acquis à titre gratuit est comptabilisé à sa valeur vénale (c’est-à-dire


prix présumé qu’accepterait d’en donner un acquéreur éventuel) ;
Le bien reçu à titre d’apport en nature est comptabilisé à la valeur figurant dans
l’acte d’apport ;

Remarque : si la valeur résiduelle du bien n’est pas égale à zéro, la base


amortissable sera égale à : valeur d’origine - valeur résiduelle

2.2. L’annuité d’amortissement

Pour chaque immobilisation, on calcule le montant annuel de l’amortissement.


C’est l’annuité. Si l’immobilisation est entrée ou sortie de l’entreprise en cours
d’exercice, l’annuité est calculée prorata temporis.

2.3. La durée d’utilité de l’immobilisation (DUP)

C’est la durée d’utilisation prévue du bien. Elle est prévue par l’entreprise et
peut être inférieure à la durée de vie normale prévue selon les usages de la
profession.

2.4. La valeur nette comptable (VNC) ou valeur résiduelle (VR)

Elle est égale à la fin de chaque exercice à la différence entre la valeur d’origine
et la somme des amortissements déjà pratiqués sur l’immobilisation.

3. Les modes d’amortissement comptable

Différents modes d’amortissement peuvent être utilisés pour répartir de façon


systématique le montant amortissable d’un actif sur sa durée d’utilité.

3
3.1. L’amortissement dégressif à taux décroissant ou méthode SOFTY

Il consiste à amortir l’immobilisation selon une suite arithmétique décroissante


par l’application d’un taux. L’amortissement dégressif à taux décroissant est
utilisé lorsqu’il permet au mieux de traduire le rythme de consommation des
avantages économiques attendus.

Le taux décroissant est obtenu en faisant le rapport entre le nombre d’années


restant à courir jusqu’à la fin de la durée d’utilité du bien et de la somme des
numéros d’ordre de l’ensemble des années.

Taux décroissant = Nombre d’années restant à courir jusqu’à la fin de la


durée d’utilité du bien / sommes des numéros d’ordre de l’ensemble
d’années

Ainsi, pour une durée d’utilité de 5ans par exemple, on fait la somme des
numéros d’années: 1 +2+3+4+5 = 15 ; et ensuite on détermine les taux
décroissant de la façon suivante :

Anné1= 5/15 ; année 2= 4/15 ; année 3 = 3/15 ; année 4= 2/15 ; année 5= 1/15

Annuité d’amortissement = base amortissable ˟ taux décroissant de


l’exercice

Si l’on désigne par n le nombre d’années, V la valeur à amortir et p une année


quelconque, la dotation aux amortissements de l’année p s’obtient grâce à la
formule suivante :

Annuité d’amortissement =

Exemple 1: Acquisition en début d’exercice


Un matériel industriel a été acquis pour 90 000 000F le 01/01/N. Sa valeur
résiduelle prévisionnelle est de 15 000 000F. Sa durée de vie normale est de cinq
ans. Présenter tableau d’amortissement en appliquant la méthode SOFTY.
4
Années Base Taux Annuités Cumul des VNC
amortissable d’amortissement d’amortissement amortissements
N 75 000 000 5/15 25 000 000 25 000 000 65 000 000
N+1 75 000 000 4/15 20 000 000 45 000 000 45 000 000
N+2 75 000 000 3/15 15 000 000 60 000 000 30 000 000
N+3 75 000 000 2/15 10 000 000 70 000 000 20 000 000
N+4 75 000 000 1/15 5000 000 75 000 000 15 000 000
Exemple2: acquisition en cours d’exercice

Un matériel industriel a été acquis pour 60 000 000F le 25/03/N. Ce matériel


mis en service le 01/04/N est amortissable sur une durée d’utilité de 5 ans.
L’existence d’un marché d’occasion sur ce type de matériel a permis de fixer la
valeur de revente au terme de 5 années d’utilisation à 15 000 000F.

Présentez le tableau d’amortissement en appliquant

Ann Base Annuités d’amortissement Cumul des VNC


ées amortissabl amortissemen
e ts
N 45 000 000 45 000 000 ˟ 5/15˟ 9/12 11 250 000 11 250 000 48 750 000

N+1 45 000 000 (45 000 000 ˟ 5/15˟ 3/12)+ 12 750 000 24 000 000 36 000 000
(45 000 000 ˟ 4/15˟ 9/12)
N+2 45 000 000 (45 000 000 ˟ 4/15˟ 3/12)+ 9 750 000 33 750 000 26 250 000
(45000 000 ˟ 3/15˟ 9/12
N+3 45 000 000 (45 000 000 ˟ 3/15˟ 3/12)+ 6 750 000 40 500 000 19 500 000
(45000 000 ˟ 2/15˟ 9/12)
N+4 45 000 000 (45 000 000 ˟ 2/15˟ 3/12)+ 3 750 000 44 250 000 15 750 000
(45000 000 ˟ 1/15˟ 9/12)
N+5 45 000 000 (45 000 000 ˟ 1/15˟ 3/12) 750 000 45 000 000 15 000
000

3.2. L’amortissement par unités d’œuvre

Il s’agit de la répartition d’un montant amortissable en fonction d’unités


d’œuvre qui peuvent être le nombre de produits fabriqués, le nombre de
kilomètres parcourus, le nombre d’heures de fonctionnement d’une machine, le
nombre d’heures de travail, etc…

5
L’annuité d’amortissement (AD) est égale à :

AD = Base amortissable ˟

Le nombre total d’unités d’œuvre prévues et déterminé en fonction de la durée


d’utilité de l’immobilisation

NB : la règle du prorata temporis ne s’applique pas ici car les annuités se


calculent en fonction des unités d’œuvres consommées.

Exemple: L’entreprise Diouf a acquis en N un matériel industriel. Le matériel a


été livré le 10 février N et mis en service le 1er avril N.

Prix d’achat du matériel = 130 000 000F


Frais de transport = 5 000 000F
Frais d’installation = 2 000 000F
La durée d’utilité prévue de ce matériel est de 4 ans. Les frais de sortie de la
machine sont estimés à 3 000 000F. Elle devrait être revendue au prix de
40 000 000F.

Ce nouveau matériel devrait permettre à la société d’accroitre la production dans


les proportions suivantes

Années N N+1 N+2 N+3


Nombre d’unités 100 000 unités 200 000unités 150 000 unités 50 000 unités
produitss
Présenter le tableau d’amortissement du bien

Coût d’acquisition du bien = 130 000 000+ 5 000 000+ 2 000 000= 137 000 000
Calcul de la base amortissable
Valeur résiduelle = 40 000 000 – 3 000 000 = 37 000 000

6
Base amortissable = 137 000 000 -37 000 000 = 100 000 000F
Ann Base Annuités d’amortissement Cumul des VNC
ées amortissabl amortissem
e ents
N 100 000 000 100 000 000 ˟ 20 000 000 20 000 000 117 000 000

N+1 100 000 000 100 000 000 ˟ 40 000 000 60 000 000 87 000 000
N+2 100 000 000 100 000 000 ˟ 30 000 000 90 000 000 47 000 000
N+3 100 000 000 100 000 000 ˟ 10 000 000 100 000 000 37 000
000

3.3. L’amortissement linéaire (ou constant)

L’amortissement linéaire consiste à imputer à chaque unité de temps un montant


égal au produit de la base amortissable par un taux d’amortissement constant qui
est égal à 100 divisé par le nombre d’années d’utilité du bien à amortir.

La base de calcul de l’annuité d’amortissement reste constante d’un exercice à


l’autre. Les annuités d’amortissement sont constantes à l’exception de la
première et ou la dernière annuité qui sont incomplètes du fait de l’application
de la règle du prorata temporis.

Annuité d’amortissement = base amortissable ˟ taux

Exemple1: Un matériel industriel est acquis de 10 000 000F le 1er janvier 2016
et doit être amorti de façon linéaire sur 5ans. Dresser le plan d’amortissement du
matériel

Taux = 100 /DUP = 100/5 = 20%

Exercices Base Annuité Amortissements Valeur nette


amortissable cumulés comptable
2016 10 000 000 2 000 000 2 000 000 8 000 000
2017 10 000 000 2 000 000 4 000 000 6 000 000
2018 10 000 000 2 000 000 6 000 000 4 000 000
2019 10 000 000 2 000 000 8 000 000 2 000 000
2020 10 000 000 2 000 000 10 000 000 0

7
Exemple2: Supposons que le même matériel que précédemment soit acquis le
01/07/2016. Présenter le plan d’amortissement

Date de clôture : 31/12/ 2016 1ère annuité= 0000


-Date d’acquisition : 01/07/2016 dernière annuité= 0000
m= 30/05= 6 mois

Exercices Base Annuité Amortissements Valeur nette


amortissable cumulés comptable
2016 10 000 000 1 000 000 1 000 000 9000 000
2017 10 000 000 2 000 000 3 000 000 7000 000
2018 10 000 000 2 000 000 5 000 000 5000 000
2019 10 000 000 2 000 000 7 000 000 3000
2020 10 000 000 2 000 000 9 000 000 1000
2021 10 000 000 1 000 000 10 000 000 0

3.4. L’amortissement accéléré

Pourront faire l’objet d’un amortissement accéléré, les matériels et outillages


neufs remplissant à la fois la double condition :

 être utilisés exclusivement pour les opérations industrielles de fabrication, de


manutention, de transport ou d’exploitation agricole ;
 être utilisables 5ans ou plus.

Le système d’amortissement accéléré permet de reconstituer très vite


l’immobilisation. L’amortissement du bien est accéléré dès la première année.
Autrement dit la première annuité comprend : une annuité réduite prorata
temporis + une annuité complète. La durée d’utilisation prévue se trouve ainsi
réduite d’une année entière

Première annuité = Valeur d’origine × Taux× (m+12)/12

Ou = valeur d’origine × Taux × (n+360)/360

Application 1:

8
Un matériel industriel acquis pour 6 300 000F, mis en service le 12/06/2013 et
dont la durée d’utilisation prévue est de 5ans (valeur résiduelle nulle). Présenter
le plan d’amortissement.

Date de clôture : 31/12/ 2013 1ère annuité=


-Date d’acquisition : 12/06/2013 dernière annuité=
m= 19j 06 mois= 199J n +360= 199j +360j
=559j

Exercices Vo en début Annuité Amortissement Valeur nette


d’exercice s cumulés comptable
2013 6 300 000 1 956 500 1 956 500 4 343 500
2014 4 343 500 6 300 000×0,2= 1 260 000 3 216 500 3 083 500
2015 3 083 500 6 300 000×0,2= 1 260 000 4 476 500 1 823 500
2016 1 823 500 6 300 000×0,2= 1 260 000 5 736 500 563 500
2017 563 500 = 563 500 6 300 000 0

Application 2:

Un matériel acheté à 21 000 000F le 1/03/2013 et dont la durée d’utilisation


prévue est de 5ans : valeur résiduelle prévisionnelle = 3 000 000F

Base amortissable= 21 000 000F- 3 000 000F= 18 000 000F

Date de clôture : 31/12/ 2013 1ère annuité=


-Date d’acquisition : 1/03/2013 dernière annuité=
m= 30- 09= 10 mois m +12= 10 +12 =22 mois

Exercices Vo en début Annuité Amortissement Valeur nette


d’exercice s cumulés comptable
2013 21 000 000 6 600 000 6 600 000 14 400 000
2014 14 400 000 18 000 000×0,2= 3 600 000 10 200 000 10 800 000
2015 10 800 000 18 000 000×0,2= 3 600 000 13 800 000 7 200 000
2016 7 200 000 18 000 000×0,2= 3 600 000 17 400 000 3 600 000
2017 3600 000 = 600 000 18 000 000 3000 000

II. La comptabilisation de l’amortissement


Pour la comptabilisation des amortissements deux cas apparaissent:

9
- le système linéaire est considéré comme le système normal et les
amortissements sont considérés comme étant des amortissements
techniques et économiques et sont comptabilisés de la manière suivante :
Dotations aux amortissements des immob. Incorp
6812 Dotations aux amortissements des immb. corp. ×
6813 ×
281 Amortissements des immob. Incorporelles ×
282 Amortissements des terrains ×
283 Amortissements des batiments ×
284 Amortissements du matériel ×

- Les systèmes d’amortissement accéléré et dégressif relèvent d’une


dérogation fiscale. Pour régulariser les amortissements fiscaux, nous
avons deux cas :
 lorsque la dotation fiscale (amortissement dégressif ou amortissement
accéléré) dépasse la dotation technique et économique, la différence est
enregistrée au débit 851 dotation aux provisions réglementées par le
crédit de 151 amortissements dérogatoires
 lorsque la dotation fiscale devient inférieure à la dotation économique. La
différence est portée au débit de 151 par le crédit de 861 Reprises de
provisions réglementées.
Amortissement dérogatoire = Amortissement comptable-
amortissement fiscal

Remarque: Les amortissements HAO (amortissements liés à des événements


extraordinaires) sont portés au débit du compte 852 dotation aux amortissements
HAO par le crédit des comptes divisionnaires de 28.
De même le compte 687 dotations aux amortissements à caractère financier est
débité pour les amortissements portant sur les immobilisations financières

10