Vous êtes sur la page 1sur 13

Exercices

• Sujet 1:
La bonne formation du contrat de travail
entraîne des obligations pour l’employé ainsi
que pour l’employeur.

Travail demandé: Traitez sous forme de


dissertation le sujet précité:
Corrigé

Exemple de plan:
I. Les Conditions de validité du contrat de
travail
A. Les onditions de fond
B. Les Conditions de forme
II. Les Effets de la conclusion du contrat de
travail
A. Les Obligations de l’employeur
B. Les Obligations du salarié
Introduction
Le Code du travail ne définit pas le contrat de
travail, pourtant sa définition est essentielle car il est
l'instrument juridique qui permet de conférer le
statut de salarié à une personne et donc de la faire
bénéficier de droits et garanties. Face à ce mutisme
juridique, la doctrine et la jurisprudence ont dû
intervenir. Ils ont défini ce contrat comme la
convention par laquelle une personne s'engage à
exécuter au profit d'une autre personne et sous sa
subordination, un travail moyennant une
rémunération appelée salaire.
Ainsi le salarié tout comme l’employeur, sont
tenus de respecter certains principes légaux
dans la formation et l’exécution du contrat de
travail. Leur consentement n’est pas suffisant,
car il ne doit pas être entaché d’un vice de
consentement (dol, erreur, violence). Quant à
l’exécution de leur contrat de travail,
l’employeur et le salarié doivent obéir à
l’exigence de bonne foi.
En effet, La formation du contrat de travail
nécessite des conditions de fond et de forme
pour qu’il soit valable (I). Une fois entré dans la
phase de l’exécution le contrat de travail produit
des obligations réciproques pour l’employeur et
le salarié (II). ( problématique)

Le contrat de travail peut produire des obligations


réciproques sans qu’il soit valablement formé ?
(une problématique possible…)
I. Les Condition de validité du contrat de travail
Pour qu’il soit valable le contrat de travail doit répondre à des condition de
fond et de forme.
A. conditions de fond :
Le contrat de travail doit répondre aux conditions générales de validité des
contrats du droit commun, par application de 2 du DOC. Il s’agit
essentiellement des éléments suivants :
le consentement : l’engagement de l’employeur et du salarié doit être
libre, éclairé et non vicié c'est-à-dire exempt de dol, de violence, ou de
l’erreur, . L’existence de l’un de ces vice de consentement entraine
l’annulation du contrat de travail.
la capacité des parties : L’employeur (personne physique ou personne
morale) et le salarié (obligatoirement personne physique), doivent être
capables de contracter. Les mineurs qui ont moins de 15 ans (article 143
du code de travail), et les majeurs sous tutelle ne peuvent conclure seuls
un contrat de travail, ils doivent être représentés.
• Objet et cause : l’objet doit porter sur les
tâches à accomplir et la rémunération le
temps du travail etc... Quant à sa cause le
contrat doit être conforme à l'ordre public
ainsi qu'aux bonnes mœurs, sous peine de
nullité.
B. Conditions de forme :
Le contrat à durée indéterminée (CDI) n’est pas
obligatoirement passé par écrit car le consensualisme
des parties est suffisant. Sachant que la preuve est libre
en matière du contrat de travail, l’écrit dans le cas où il
n'est pas imposé par la loi, peut servir de preuve en cas
de litige ultérieur.
En revanche si les parties au contrat optent pour la
forme écrite, ils doivent donc respecter les dispositions
de l’article 15 du code de travail qui précise qu’en cas
de conclusion par écrit, le contrat de travail doit
être établi en deux exemplaires revêtus des
signatures du salarié et de l'employeur légalisées par
l'autorité compétente. Le salarié conserve l'un des
deux exemplaires.
Si l’écrit est facultatif dans la conclusion du
contrat CDI, la loi impose pour certains types de
contrats qu’ils soient établies par écrit c’est le cas
notamment du contrat à durée déterminée.
Une fois les conditions de fond et de forme sont
respectées la formation du contrat de travail
donne lieu à des obligations pour l’employeur
ainsi que pour le salarié (la phrase de transition
entre I et II).
I. Les Effets de la conclusion du contrat de
travail:
L'exécution du contrat de travail suppose que
chaque partie a des droits et des obligations
l'une envers l'autre, à savoir l'employeur et le
salarié, d’où le caractère synallagmatique ou
bilatéral du contrat de travail. Les obligations
sont donc réciproques et interdépendantes.
A. Obligation du salarié
Dés la conclusion de son contrat de travail, Le salarié
doit respecter les obligations des Articles 20, 21,22
du code de travail.
Le salarié est soumis à l’autorité de l’employeur dans
le cadre des dispositions légales ou réglementaire, du
contrat de travail, de la convention collective, et du
règlement intérieure. Il doit veiller à la conservation
du matériel et des outils qui lui ont été remis pour
l’accomplissement du travail et qu’il doit restituer à
la fin de son travail, Il répond de leur détérioration
ou de leur perte sauf si cela résulte d’un cas de force
majeure .
Le salarié doit informer son employeur de tout
changement de sa résidence, Il est
responsable de ses actes, de sa négligence ou
de son imprudence. Enfin le salarié est
responsable de sa sécurité et de celle des
autres.
Il est à noter que le salarié qui fait défaut à ses
obligations encourt une sanction pouvant aller
jusqu’au licenciement.
B. Obligations de l’employeur :

Parallèlement aux obligations du salarié, l’employeur


est tenu des obligations suivantes :
L’employeur doit verser le salaire qui correspond à la
contrepartie du travail accompli, fournir le travail et les
moyens de son exécution, S’acquitter de toutes les
cotisations sociales obligatoires (CNSS) et
complémentaires (CIMR), Remettre une carte de travail
aux salariés, leur délivrer un bulletin de paie.
IL a également une obligation de sécurité en matière
de d’hygiène et de sécurité, et doit Communiquer le
nom de l’organisme d’assurance contre les accidents de
travail et les maladies professionnelles. De plus
l’employeur à l’obligation d’exécuter le travail de bonne
foi, et l’obligation de non discrimination.