Vous êtes sur la page 1sur 213

Michel  Dogna  

     $QQH)UDQoRLVH/¶+{WH  
 
 
 
 
 

*CONTACTS*  
VISITEURS  
GALACTIQUES  
 
Dossiers  déclassifiés  
Messages  à  l¶humanité  
 
 
 
 
 

 
IRELIA  Editions  
 
Michel  Dogna  
   $QQH)UDQoRLVH/¶+{WH  
 
 
 
 
 
 
 

*CONTACTS*  
 

Visiteurs  galactiques    
 
Dossiers  déclassifiés  
0HVVDJHVjO¶KXPDQLWp  
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
IRELIA  Editions  
 

 
1  
 

PRESENTATION  
 

Parler  de  contacts  avec  des  civilisations  extra-­terrestres  fait  en  France  partie  des  sujets  politiquement  
incorrects   et   religieusement   suspects.   Pourtant,   depuis   la   plus   haute   antiquité   les   visites   célestes  
Q¶RQW MDPDLV FHVVp  :   les   Adonaï   (Seigneurs   du   ciel)   sont   mentionnés   dans   la   bible  ;;   Cicéron,  
Plutarque,  Sénèque,  Xénophon  parlaient  déjà  dHFORFKHVG¶DVVLHWWHVHWG¶pFXVGHIHXGDQVOHFLHO  ;;  les  
temples  Maya,  Toltèques  et  associés  recèlent  encore  sur  leurs  bas-­UHOLHIVGHVYDLVVHDX[GHO¶HVSDFHHW
des  cosmonautes  ODP\WKRORJLHJUHFTXHUHODWHDERQGDPPHQWO¶KLVWRLUHGHVKRPPHV-­dieux  venus  du  
ciel  qui  ont  engendré  des  surhommes  avec  les  filles  terriennes.    

'HSXLV SOXV G¶XQ GHPL-­siècle,   des   milliards   de   dollars   ont   été   alloués   par   les   gouvernements   pour  
étouffer   ou   ridiculiser   les   centaines   de   milliers   de   témoignages   individuels   et   collectifs   enregistrés  
sur  les  vaisseaux  spatiaux  et  les  contacts  E.T.  Néanmoins,  divers  cosmonautes  revenus  bouleversés  
SDUOHVUHQFRQWUHVTX¶LOVRQWHXHVGDQVO¶HVSDFHRQWILQLDSUqVGHVDQQpHVSDUOkFKHUOHVVHFUHWVTX¶LOV
avaient  dû  entretenir  sous  la  menace  des  pouvoirs  en  place.  

'HSXLV ORQJWHPSV OHV SHXSOHV RQW pWp PDLQWHQXV GDQV XQ QLYHDX G¶LJQRUDQFH SXpULOH IDFH j OD
dimension  galactique  de  notre  histoire,  et  aux  mécanismes  de  notre  incessante  ascension  universelle.  
Pourquoi  ?   Pour   de   simples   raisons   de   pouvRLU WRWDO VXU O¶KXPDQLWp GRQW FHUWDLQV GRVVLHUV GH FHW
ouvrage   dévoilent   les   évidences   historiques.   Nous   abordons   actuellement   le   dangereux   virage   de  
cette   imminente   fin   de   cycle   planétaire   par   une   brutale   constatation   du   décalage   fatal   entre   notre  
vertigineuse   évolution   technologique   et   notre   barbarie   résiduelle.   Le   temps   est   venu   pour   que   le  
pesant  couvercle  des  grands  mensonges  culturels  saute.    

/D PDvWULVHGHOµpQHUJLH OLEUHVDQV OLPLWHVGHODJUDYLWDWLRQHWGHVSDUDPqWUHVGXWHPSVSHUPHWWDQW


sortir   GX VWDWXW GH FDQFUHV KXPDQRwGHV GH OD JDOD[LH QH SHXW rWUH FRQILpH TX¶j XQH KXPDQLWp
JOREDOHPHQWSDFLILVWHHWUHVSRQVDEOH/DUpFXSpUDWLRQGHQRVEULQVG¶$'1MDGLVQHXWUDOLVpVHWGRQF
GH QRV SRXYRLUV SHUGXV QH SRXUUD V¶HIIHFWXHU TXH SRXU FHX[ TXL RQW RSté   pour   la   paix   totale,  
O¶LQWHOOLJHQFH GX FRHXU HW O¶DPRXU YUDL &¶HVW OH PHVVDJH DFWXHO FRPPXQ GH WRXV QRV DvQpV GHV
PRQGHVVXSpULHXUVjO¶HQVHPEOHGHVFRQWDFWpV  

Puissent   les   passionnants   dossiers   de   cet   ouvrage   conforter   vos   secrètes   aspirations   intérieures,   et  
YRXV IDLUH SUHQGUH FRQVFLHQFH GH YRWUH YpULWDEOH WUDMHFWRLUH GH YRWUH UpHOOH LPPRUWDOLWp« HW GH OD
colossale  aventure  cosmique  dans  laquelle  nous  sommes  tous  engagés.  

 
 
 

 
2  
SOMMAIRE  
 
 
 
                       N°                          Pages  
 
Omerta  sur  les  ovnis                                                          1                   8  
/RLDPpULFDLQHTXLSURXYHO¶H[LVWHQFHGHVRYQLV   2   11  
Déclarations  de  cosmonautes   3   12  
$YHQWXUHLQVROLWHG¶XQYROVSDWLDOKDELWp   4   15  
Présence  des  E.T.  sur  Terre  enfin  officielle  ?   5   18  
Témoignage  de  Mgr  Corrado  Balducci   6   19  
Le  peuple  des  Étoiles   7   22  
Vaisseaux  :  le  grand  retour   8   25  
/HVYHLOOHXUVG¶(UNV   9   30  
Enlèvement  extraterrestre  au  Brésil   10   34  
9LVLWHXUVG¶,WLEL5D,,   11   43  
9DOLHQW7KRUO¶H[WUDWHUUHVWUHGX3HQWDJRQH   12   61  
Invitation  dans  un  vaisseau  Pléiadien   13   66  
Pierre  Monet,  porte-­parole  de  Véga     14   70  
(7YLYDQWGDQVO¶HVSDFH   15   77  
Fantastique  histoire  du  Pr  Hernandez     16   89  
Rencontre  énigmatique  en  1945   17   99  
Confédération  des  douze  planètes   18   102  
Six  années  dans  un  vaisseau  extraterrestre   19   109  
Histoire  de  la  destruction  de  Mars     20   124  
Mystère  du  trésor  des  Incas   21   128  
Scientifiques  canadiens  qui  ont  contacté  Vénus     22   136  
Histoire  des  Zétas     23   147  
([WUDRUGLQDLUHRG\VVpHLQWUDWHUUHVWUHGHO¶DPLUDO%\UG   24   151  
Terre  :  une  coquille  creuse   25   156  
$OIUHG%LHOHNVXUO¶H[SpULHQFHGH3KLODGHOSKLH   26   155  
Retrouvailles  post  mortem   27   168  
Sortir  de  la  Matrice   28   175  
Vérité  sur  la  face  cachée  de  la  Lune     29   180  
Lune  interdite  aux  Terriens   30   184  
Point  zéro  approche   31   186  

 
3  
Gizeh  et  les  crânes  de  cristal  akashiques   32   190  
Terre  :  un  laboratoire  cosmique   33   193  
Avènement  de  la  sixième  race   34   196  
Main  céleste  tendue  pour  conjurer  le  destin   35   200  

       

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
*****************************  
COPYRIGHT  2018  IRELIA  éditions    
 Tous  droits  réservés  pour  tous  pays  
ISBN  e-­book  :  978-­99949-­47-­05-­8  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
4  
 
 
INTRODUCTION  
 
 
/¶RSWLRQGHODOXFLGLWpHVWVRXYHQWTXHOTXHFKRVHGHGLIILFLOHjYLYUH$XVVLMHGRLVDYRXHUTX¶LO
P¶HVWDUULYpGHtraverser  de  grandes  crises  de  découragement,  me  sentanWLPSXLVVDQWjrWUHG¶XQH
quelconque   utilité   devant   le   saccage   organisé   de   la   planète,   de   la   condition   humaine,   de   la  
condition  animale  et  végétale,  devant  les  prisons  psychiques  inculquées  aux  peuples,  réduits  à  un  
lamentable   infantilisme   depuis   des   siècles   par   les   pouvoirs   politiques,   religieux,   et   maintenant  
scientifiques.  
Aussi  je  me  disais  :    
«  À   quoi   bon   continuer   à   se   battre,   alors   que   souvent   les   victimes   se   rendent   elles-­mêmes  
complices  de  leurs  bourreaux  et  que  nous  allons   droit  dans  le  précipice  ?  Que  faire  contre  les  
pollutions   irréversibles,   contre   la   misère   entretenue,   contre   le   fanatisme   barbare,   contre   la  
VFLHQFHGHO¶RPEUHFRQWUHO¶HQIHUTXHQRXVDOORQVRIIULUjQRVHQIDQWVHWSHWLWV-­enfants  ?  »  
 
8QMRXULOPHUHYLQWjO¶HVSULWODSHWLWHIable  de  la  grenouille  sage  et  de  la  grenouille  sotte,  que  
voici  :  
Une   grenouille   sage   et   une   grenouille   sotte   tombèrent   dans   un   seau   de   lait   à   demi   plein.   Les  
SDURLV pWDLHQW VL OLVVHV TX¶LO pWDLW LPSRVVLEOH GH V¶HQ pFKDSSHU $XVVL OD JUHQRXLOOH VDJH D\DQW  
soigneusement   fait   le   point   de   la   situation,   décida-­t-­elle   de   se   laisser   couler   et   mourut   tout   de  
suite.  La  grenouille  sotte,  plutôt  que  de  se  torturer  le  cerveau,  sauta  bêtement  pendant  des  heures  
jO¶LQWpULHXUGXVHDX6RXGDLQHOOHVHUHWURXYDDX-­dehors,  épuisée,  mais  aussi  étonnée  que  ravie  :  
HOOHDYDLWSULVDSSXLVXUXQHJURVVHPRWWHGHEHXUUHTXLV¶pWDLWIRUPpHJUkFHjVHVVDXWV  !  
 
-¶DLIDLWOHFKRL[GHODJUHQRXLOOHVRWWHPHUDSSHODQWTXHO¶HVVHQWLHOHVWLQYLVLEOHjQRV\HX[2XL
M¶DLGpFLGpGHFURLUHDXPLUDFOHHWORUVTXHO¶RQYHXWELHQUHJDUGHUO¶+LVWRLUHGHSOXVSUqVFHOOH-­ci  
Q¶HVWIDLWHTXHGHSHWLWVHWGHJUDQGVPLUDFOHVOHVSOXVLQDWWHQGXVVRXYHQWDX[PRPHQWVOHVSOXV
désespérés.  De  même  que  la  grenouille  sotte  qui  sautait  sans  répit,  je  continue  donc  à  informer  et  
à  informer  encore  sur  les  registres  non  orthodoxes,  afin  que  tous  ceux  qui  ont  le  pressentiment  de  
YpULWpVFDFKpHVRXG¶H[SpULHQFHVYpFXHVWURSH[WUDRUGLQDLUHVSRXUrWUHDYRXDEOHVVDFKHQWTX¶LOV
ne  sont  pas  «  barges  »  HWTX¶LOs  ne  sont  pas  seuls.  
   
$\DQW °XYUp j IDLUH SDVVHU GHV YpULWpV SUHPLqUHV SHQGDQW  DQQpHV GDQV OH GRPDLQH
politiquement   incorrect   de   la   santé   naturelle   par   le   biais   de   divers   journaux   et  ouvrages,   je   me  
VXLV ODQFpGDQV O¶DYHQWXUHSOXVSDVVLRQQDQWHHQFRUHGHO¶KLVWRLUHFDFKpHGH O¶KXPDQLWpDXVVL MH
P¶HPSORLH j QRXUULU OHV FRQVFLHQFHV KRUV GX «  prêt-­à-­penser  »   officiel,   du   droit   de   savoir  
élémentaire  de  la  vie  :  
 
QUI  SOMMES-­NOUS  VRAIMENT  ?  
'¶2Ô9(1216-­NOUS  VRAIMENT  ?  
OÙ  ALLONS-­NOUS  VRAIMENT  ?  
 

 
5  
Cette  expérieQFHSUHVWLJLHXVHP¶DIDLWPHVXUHUO¶DPSOHXUGHODGHPDQGH VXUWRXWGDQVOHPRQGH
IpPLQLQ  IDFH DX[ HPEURXLOOHV FXOWXUHOOHV FRQVWHUQDQWHV HW WRWDOHPHQW LOORJLTXHV TXH O¶RQ QRXV
sert  en  plat  unique  sur  les  grandes  questions  humaines,  avec  un  dénominateur  commun,  celui  de  
nous  couper  les  ailes  !  Un  proverbe  dit  :  «  2QDWRXMRXUVWRUWG¶DYRLUUDLVRQWURSW{W  »  
   
/HSULQFLSDOSUREOqPHUpVLGHGDQVO¶LVROHPHQWGHFHX[TXLVRQWSOXVOXFLGHVTXHOHVDXWUHV'DQV
le  livre  'HPpPRLUHG¶(VVpQLHQ,  Jésus  dit  :  «  /¶KRPPH  a  une  propension  à  salir  ce  que  son  esprit  
Q¶HVW SDV FDSDEOH G¶DSSUpKHQGHU  »   Fort   heureusement,   il   est   de   moins   en   moins   possible   de  
FRQWLQXHU G¶HQWUHWHQLU O¶LJQRUDQFH HW O¶REVFXUDQWLVPH SDU OD GLYLVLRQ HW OH «  McDo  »   de  
O¶HQVHLJQHPHQWFDUO¶,QWHUQHWHVt  arrivé,  même  si,  pour  brouiller  les  pistes,  y  sont  introduites  de  
IDXVVHV LQIRUPDWLRQV PDOYHLOODQWHV 1RXV DYRQV OHV PR\HQV GH VpSDUHU OH ERQ JUDLQ GH O¶LYUDLH
&H TXL HVW LPSDUDEOH F¶HVW OD UpDFWLRQ HQ FKDvQH GH O¶pYHLO GHV FRQVFLHQFHV SDU OH SULQFLSH des  
«  champs   morphogéniques  ».   Nous   savons   maintenant   que   ces   champs   morphogéniques   se  
GpYHORSSHQWSDUOHELDLVGHWUDPHVpWDEOLHVDXWRXUGHOD7HUUHjNLORPqWUHVG¶DOWLWXGHHQYLURQ
et   reliant   tous   les   individus   de   la   même   espèce   par   une   sorte   de   réseau   GSM   (Internet  
psychique).  
 
/RUVTX¶XQ W\SH GH FRQVFLHQFH DWWHLQW XQH FHUWDLQH «  masse   critique  »,   elle   se   télécharge  
DXWRPDWLTXHPHQW G¶XQH IDoRQ LQVWDQWDQpH GDQV OH SURJUDPPH PHQWDO GH WRXV OHV DXWUHV
individus.  De  nombreuses  expériences  ont  été  réalisées  en  ce  sens  et  confirment  cette  réalité.  
 
¬WRXVFHX[TXLRQWODQRVWDOJLTXHVHQVDWLRQG¶rWUH«  tombés  du  nid  »  G¶XQPRQGHVXSpULHXUTXL
VRQW FRQVFLHQWV G¶rWUH GHV rWUHV VSLULWXHOV SULVRQQLHUV G¶XQH 0DWULFH YLEUDWRLUH HW G¶XQ
scaphandrier  de  matière  vivaQWHFHWRXYUDJHVHUDMHO¶HVSqUHXQHERXIIpHG¶R[\JqQH  
 
8QHSDUWLHG¶HQWUHQRXVIDLVRQVSDUWLHG¶XQH*UDQGH)DPLOOHGHYLHLOOHVkPHVTXLVHVRQWGRQQpOH
rendez-­YRXV XOWLPH G¶XQH GHUQLqUH LQFDUQDWLRQ SRXU WHQWHU GH UpDOLVHU HQILQ O¶pPDQFLSDWLRQ
vibratoLUHHWOHVDXYHWDJHGHFHWWHEHOOHSODQqWHOD7HUUHTXLVRXIIUHWDQWGHO¶+RPPH  
 
Ayez   confiance,   reliez-­YRXV FKDTXH MRXU j O¶eQHUJLH SXUH GHV YDLVVHDX[ GH QRV *UDQGV )UqUHV
galactiques,  et  accueillez   les   missions  qui  vous  attendent  dans  ce  combat  décisiIGH O¶2PEUHHW
de  la  Lumière.  
 
8QSHXGH/XPLqUHGLVVRXWEHDXFRXSG¶REVFXULWp  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
6  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Je   remercie   tout   particulièrement   Geneviève   Vanquelef   TXH MH Q¶DL MDPDLV
UHQFRQWUpH SK\VLTXHPHQW  SRXU O¶pQRUPH WUDYDLO G¶HQTXrWH HW GH FRPSLODWLRQ
TX¶HOOH  a  passionnément  effectué  au  cours  de  nombreuses  années,  hors  des  sentiers  
battus,   ainsi   que   pour   ses   traductions   qui   ont   pu   alimenter   la   richesse   de   cet  
ouvrage.  
 
*  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
7  
 
 
 
1  
OMERTA  SUR  LES  OVNIS  
 
 
,O IDXWVDYRLUTX¶en   1956   il   y  eut,  à  Genève,  une   réunion   internationale  des  services  secrets  de  
O¶8QLRQVRYLpWLTXHGHVeWDWV-­Unis,  de  la  Grande-­Bretagne  et  de  la  France  au  sujet  des  ovnis,  et  
TX¶XQWUDLWpIXWVLJQpjO¶XQDQLPLWpHQWUHOHVSDUWHQDLUHV,OVWLSXOHTXHODVWUDWpJLHGXVHFUHWGRLW
être  appliquée  coûte  que  coûte.  Cela  implique  :  
  GH IDLUH SUHVVLRQ VXU OHV WpPRLQV G¶REVHUYDWLRQV SRXU OHV FRQWUDLQGUH j VH WDLUH  :  
DYHUWLVVHPHQWVPHQDFHVVpYLFHVMXVTX¶jO¶pOLPLQDWLRQSK\VLTXH  
  GH FUpHU DX QLYHDX QDWLRQDO XQ PpFDQLVPH G¶H[SOLFDWLRQV IDXVVHV   en   cas   de   révélations,  
incluant  les  envois  de  satellites,  les  météorites,  les  ballons  atmosphériques,  les  plasmoïdes,  etc.,  
  G¶pWRXIIHU OH SKpQRPqQH GDQV OHV PLOLHX[ MRXUQDOLVWLTXHV PLOLWDLUHV VFLHQWLILTXHV HW PrPH
médicaux,  
  G¶LQILOWUHU OHV JURXSHV   de   recherche   ufologique   de   manière   à   assumer   leur   direction,   pour  
finalement  semer  la  zizanie  et  les  détruire.  
 
LES  DISSIDENCES  DU  Dr  MC  DONALD  
 
 
Aux   États-­8QLV GHV VFLHQWLILTXHV G¶DYDQW-­garde   et   des   chercheurs   se   sont   positionnés   et  
organisés.   Le   Dr   James   E.   McDonald SK\VLFLHQ SURIHVVHXU j O¶,QVWLWXW GH SK\VLTXH
DWPRVSKpULTXH GH O¶8QLYHUVLWp G¶$UL]RQD HW VRPPLWp GDQV FH GRPDLQH D GLW  :  
«  La  communauté  scientifique  dans  son  ensemble  ne  prend  pas  le  problème  des  ovnis  au  sérieux  
SDUFHTX¶HOOHPDQTXHGHdonnées  expérimentales,  mais  elle  manque  de  données  expérimentales  
SDUFHTX¶HOOHQHSUHQGSDVOHSUREOqPHDXVpULHX[&¶HVWFRPPHXQMHXQHKRPPHGHYLQJWDQV
TXL QH WURXYH SDV GH WUDYDLO SDUFH TX¶LO PDQTXH G¶H[SpULHQFH PDLV LO PDQTXH G¶H[SpULHQFH
parce  qu¶LOQHWURXYHSDVGHWUDYDLO  »  
   
James  E.  McDonald  DpWpFRQVHLOOHUWHFKQLTXHDXSUqVGHOD&RPPLVVLRQG¶HQTXrWHGHO¶86$LU
)RUFH )DFH j OD FHQVXUH V\VWpPDWLTXH DGRSWpH SDU OHV FRPPLVVLRQV G¶HQTXrWHV RIILFLHOOHV,  
McDonald SHUVXDGp GH O¶H[LVWHQFH GHV VRXFRXSHV YRODQWHV Q¶D SDV KpVLWp j ODQFHU XQ DSSHO
DQJRLVVp ,O V¶HVW pFULp GHYDQW OH %XUHDX GHV DIIDLUHV VSDWLDOHV GHV 1DWLRQV 8QLHV  :   «  A   tous   les  
VDYDQWVTXLRQWGpFUpWpXQHIRLVSRXUWRXWHVTX¶LOIDXWQLHUODUpDOLWpVFLHQWLILTXHGXSKpQRPqQH
UFO   [Unidentified   Flying   Objects] MH GHPDQGH GH PRQWUHU SOXV G¶KXPLOLWp«  
/HVSUHXYHVUpXQLHVDXFRXUVGHSOXVLHXUVDQQpHVVRQWLPSUHVVLRQQDQWHV>«@/DPHQDFHTXHOHV
UFO  peuvent  faire  peser  sur  la  Terre  ne  relève  pas  de  la  science-­fiction  ni  de  la  chimère.  Elle  
est  réelle  et  tangible.  Continuer  à  la  nier  ne  me  paraît  pas  être  une  attitude  sage.  »    

 
8  
 
8QH FRPPLVVLRQ G¶H[SHUWV OH MXU\ 5REHUWVRQ  V¶HVW UpXQLH DX 3HQWDJRQH GX  DX  MDQYLHU
/HMXU\UHFRPPDQGDO¶pODERUDWLRQG¶XQSURJUDPPHGHVWLQpjIDPLOLDULVHr  le  public  avec  la  
nature  des  divers  phénomènes  naturels  visibles  dans  le  ciel  :  météores,  traînées  de  condensation,  
halos,  ballons-­VRQGHVHWFHDILQG¶pOLPLQHUO¶DXUDGHP\VWqUHHQWRXUDQWOHSKpQRPqQHGHVRYQLV
Le   Dr   McDonald   V¶DSHUoXW DX WUDYHUV GX Uapport   intégral   de   ce   jury,   que   la   CIA   imposait   le  
sceau   du   secret   militaire   le   plus   rigoureux.   À   noter   que,   curieusement,   le   service   de   presse   du  
GpSDUWHPHQW GH OD 'pIHQVH GH O¶86 $LU )RUFH HQ OD SHUVRQQH G¶$OEHUW &KRS,   accrédita  
néanmoins,   le   26   janvier   1953,   le   livre   de   Donald   E.   Keyhoe,   Le   Dossier   des   soucoupes  
volantes.  
 
Revenons  à  James  E.  McDonald,  qui  dit  :  «  $RUVTXHM¶pWXGLDLVOHGRVVLHUGHO¶86$LU)RUFHLO
P¶DSSDUXW TXH DSUqV OH WRXUQDQW GH  O¶REMHFWLI RIILFLHO DYDLW pWp GH GLVFUpGLWHU Oe  
SKpQRPqQHGHVRYQLVHQOHSUpVHQWDQWFRPPHXQSUREOqPHDEVXUGHTXLLPSRVHjO¶86$LU)RUFH
le  fardeau  de  relations  embarrassantes  avec  le  public.  Mes  visites  à  la  base  aérienne  de  Wright-­
3DWWHUVRQHWOHVGLVFXVVLRQVTXHM¶DLHXHVDYHFQRPEUHGHSHUVRQQHV  associées  à  la  commission  
Blue  Book  P¶RQWFRQGXLWjODFRQFOXVLRQTXHSHQGDQWOHVTXLQ]HGHUQLqUHVDQQpHVRQQ¶DYDLW
PLV j O¶°XYUH GDQV OHV FHUFOHV GH O¶86 $LU )RUFH SRXU O¶pWXGH GHV RYQLV TX¶XQH FRPSpWHQFH
scientifique   effroyablement   limitée.   MalheuUHXVHPHQW SHQGDQW WRXW FH WHPSV RQ Q¶D FHVVp GH
GRQQHUjODFRPPXQDXWpVFLHQWLILTXHHWDXSXEOLFO¶DVVXUDQFHTX¶XQUpHOWDOHQWVFLHQWLILTXHDYDLW
pWpPLVDXVHUYLFHGHVpWXGHVGHO¶86$LU)RUFHVXUOHVRYQLV&HQ¶pWDLWSDVYUDLHWMHFURLVTXH
le  fait  que  cette  image  ait  été  obstinément  maintenue  a  été  scientifiquement  désastreux  pour  les  
recherches  dans  ce  domaine.  »  
 
Le  Dr  McDonald,  champion  des  efforts  civils  de  recherche  sur  les  ovnis,  fut  retrouvé  «  suicidé  »  
dans  des  circonstances  des  plus  étranges,  après  avoir  découvert  que  la  CIA  était  engagée  dans  la  
dissimulation  des  renseignements  sur  les  ovnis.  Il  fut  aussitôt  remplacé  par  le   Dr  Allen  Hynek,  
astronome  et  directeur  du  Dearborn  Observatory,  TXLVHUYDLWGHIDoDGHj OD&,$¬ O¶pSRTXHj
O¶LQVWDU  des  savants  orthodoxes,  il  niait  la  réalité  des  ovnis.  
 
LA  DESINFORMATION  DE  LA  COMMISSION  BLUE  BOOK  
 
 
$X FRXUV GHV DQQpHV  j  GH QRXYHOOHV YDJXHV LPSUHVVLRQQDQWHV G¶REVHUYDWLRQV
REOLJqUHQWOHVDXWRULWpVPLOLWDLUHVjIDLUHDXPRLQVVHPEODQWG¶HQTXrWHUVXUOHVXMHWG¶DXWDQWSOXV
TXH EHDXFRXS G¶RYQLV V¶LQWpUHVVDLHQW DX[ LQVWDOODWLRQV QXFOpDLUHV HW DX[ FHQWUHV G¶HVVDLV TX¶LOV
fussent  civils  ou  militaires.    
Rappelons   que   des   scientifiques   réunis   en   1949   à   Los   Alamos   (où   avait   été   conçue   la   bombe  
atomique)   montèrent,   avec   les   militaires,   le   projet   «  Twinkle  ».   Celui-­ci   consistait   à   surveiller  
systématiquement   les   ovnis,   en   particulier   les   mystérieuses   «  boules   de   feu   vertes  ».   Au   bout  
G¶XQDQOHSURMHW«  Twinkle  »  rendit  des  conclusions  négatives  et  FHVVDG¶H[LVWHU  
 
En   1951,   le   Blue   Book,   commission   dirigée   énergiquement   par   le   capitaine   Edward   Ruppelt,  
HQTXrWD SHQGDQW GHX[ DQV VXU OD VpULH G¶REVHUYDWLRQV WUqV VSHFWDFXODLUHV IDLWHV SDU GHV SLORWHV
civils  et  militaires,  et  confirmées  par  les  radars.  Une  grande  conférence  de  presse  tenue  en  juillet  
FRQFOXWjGHVSKpQRPqQHVG¶LQYHUVLRQGHWHPSpUDWXUHEUHIjGHVPLUDJHVRuppelt  fut  peu  

 
9  
jSHXIUHLQpDXFRXUVGHVPRLVVXLYDQWVHWILQLWSDUTXLWWHU%OXH%RRNHWO¶DYLDWLRQ PLOLWDLUHHQ
1953.   Il   fut   remplacé   par   le   soldat   1ière   classe   Max   Futch FH TXL DWWHVWH GX SHX G¶LPSRUWDQFH
DFFRUGpHDXVXMHWGHVRYQLVSDUO¶DUPpHGHO¶DLU  
   
&¶HVW VHXOHPHQW en   1969,   suite   au   rapport   G¶(GZDUG &RQGRQ   et   à   ses   conclusions   négatives,  
TXHO¶DUPpHGHO¶DLUPLWILQjOD  commission  Blue  Book  et,  à  partir  de  là,  nia  formellement   «  la  
menace   pour   la   sécurité   du   pays  ».   Et   ce,   bien   que   les   bases   aériennes   aient   dû   continuer   à  
fournir  des  rapports  sur  les  cas  importants.  
 
1956  25*$1,6$7,21'¶81(5(6,67$1&($80(1621*(  
 
 
En  1956,  le  NICAP  (National  Investigation  Committee  on  Aerial  Phenomena),  dont  le  directeur  
était   le   major   Donald   E.   Keyhoe IXW IRQGp j OD VXLWH GH GLVVHQVLRQV HQWUH O¶86 $LU )RUFH HW
certains  militaires.  Ce  comité  comptait  parmi  ses  membres  O¶$PLUDO5)Hillenkoetter,  ancien  
GLUHFWHXUGHOD&,$GHX[FRORQHOVG¶DYLDWLRQXQPDMRUXQFDSLWDLQHXQDVWURQRPHXQSDVWHXU
HWTXDWUHSURIHVVHXUVG¶XQLYHUVLWp  
 
La   thèse   centrale   de   cet   organisme   peut   se   résumer   ainsi  :   les   ovnis   sont   bien   réels   et   ils   sont  
dirigés   par   des   intelligences   extraterrestres.   La   création   du   NICAP   marqua   un   tournant   dans  
O¶KLVWRLUHGHVVRXFRXSHVYRODQWHV(QHIIHWF¶HVWODSUHPLqUHIRLVTXHO¶DUPpHGHO¶DLUDPpULFDLQH
se   heurta   non   à   des   individus   isolés,   mais   à   des   groupes   organisés   disposant   de   moyens  
relativement   importants,   et   de   surcroît   déterminés,   selon   les   termes   du   premier   communiqué  
TX¶LOVSXEOLqUHQWj«  FRQIRQGUHFHX[TXLSUpWHQGHQWTXHOHVRYQLVQ¶H[LVWHQWSDV  ».  
 
Le   premier   conflit   entre   le   NICAP   HW O¶86 $LU )RUFH pFODWD Gqs   la   fin   du   mois   de   mars   1956.  
'DQV XQH ORQJXH OHWWUH DGUHVVpH DX[ UHVSRQVDEOHV GH O¶DUPpH GH O¶DLU Donald   E.   Keyhoe   les  
DFFXVDLW G¶HVFDPRWHU OHV WpPRLJQDJHV TXL OHXU pWDLHQW SDUYHQXV OHXU EXW pWDQW GH «  faire  
triompher  une  vérité  officielle  qui  est  le  contraire  de  la  vérité  ».  
 
Le   3   avril   1956 O¶86 $LU )RUFH ULSRVWD   «  ,O Q¶H[LVWH DEVROXPHQW DXFXQH SUHXYH TXH OHV
phénomènes   observés   représentent   des   forces   ennemies,   protesta   le   général   major   Kelly.   Il  
Q¶H[LVWH DEVROXPHQW DXFXQH SUHXYH TX¶LOV UHSUpVHQWHQt   des   développements   technologiques  
dépassant  la  portée  de  nos  connaissances  actuelles.  Il  y  a  certes  des  objets  volants  non  identifiés,  
PDLV DYHF OH WHPSV QRXV ILQLURQV ELHQ SDU VDYRLU FH TX¶LOV VRQW DX MXVWH 4XDQW j GLUH TX¶LOV
proviennent  de  planètes  lointaines  et  sont  dirigés  par  des  intelligences  extraterrestres,  cela  relève  
davantage  du  roman.  »  
 
À   partir   de   1970 RQ DVVLVWD j XQ UHJDLQ G¶DFWLYLWp GH JURXSHV SULYpV FRPPH   le   NICAP),   qui  
V¶RSSRVqUHQWjODFHQVXUHRUFKHVWUpH0DLVjXQPRPHQWGRQQp OH1,&$3VXELWO¶LQILOWUDWLRQGH
la  CIA,  qui  prit  le  contrôle,  en  évinçant  son  directeur,  Donald  Keyhoe.  De  son  côté,  le  Dr  Allen  
Hynek  ILQLWSDUVHGpPDUTXHUGHO¶HQJHDQFHRIILFLHOOHjSDUWLUGHJUkFHjO¶DFFXPXODWLRQGH
détails   concordants   fournis   SDU G¶LQQRPEUDEOHV WpPRLJQDJHV ,O DIILUPD PrPH RXYHUWHPHQW VD
FRQYLFWLRQ TXH OHV VRXFRXSHV YRODQWHV H[LVWHQW EHO HW ELHQ HW TX¶LO V¶DJLW Oj LQFRQWHVWDEOHPHQW
G¶HQJLQV VSDWLDX[ YHQDQW G¶DXWUHV PRQGHV KDELWpV %LHQ SOXV LO LQDXJXUD HQ  j OD
NorthweVWHUQ8QLYHUVLW\OHSUHPLHUFRXUVPRQGLDOG¶XIRORJLH  

 
10  
 
En   1969,   le   MUFON   (Mutual   UFO   Network)   se   constitua.   De   son   côté,   Allen   Hynek   créa   en  
1974  le  CUFOS  (Center  for  UFO  Studies).  
 
À   partir   de   1975 OD ORL VXU OD OLEHUWp GH O¶LQIRUPDWLRQ IDYRULVD OD GLYXlgation   de   nombreux  
GRFXPHQWV VXU OHV RYQLV SDU OH ELDLV G¶XQH EDWDLOOH MXULGLTXH PHQpH SDU William   Spaulding   et  
son  groupe,  Ground  Saucer  Watch,  ainsi  que  le  groupement  CAUS.    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

2  
LA  LOI  AMÉRICAINE  
48,35289(/¶(;,67(1&('(6291,6  
 
 
En  juillet  1969,  la  loi  relative  aux  contacts  extraterrestres  (E.T.  Exposure  Law)  est  ajoutée  
au   corps   des   lois   américaines,   sans   aucun   débat   public   préalable.   Cette   loi   interdit   à  
TXLFRQTXHG¶HQWUHUHQFRQWDFWDYHFGHVH[WUDWHUUHVWUHVRXGHVRYQLV/HVFRQWUHYHQDQts  se  verront  
infliger   une   amende   de   5.000   dollars   maximum   et   encourent   une   année   de   prison.   Les  
administrateurs  de  la  NASA  obtiennent  aussi  le  droit  de  décider  si  un  citoyen  a  été  exposé  à  un  
contact   extraterrestre   et   peuvent   imposer   la   mise   en   quarantaine   sous   garde   armée   pour   une  
SpULRGHGHWHPSVQRQGpILQLH$XFXQWULEXQDOQ¶HVWKDELOLWpjFRQWHVWHUFHWWHGpFLVLRQFHTXLIDLW
de  cette  loi  une  exception  à  la  Constitution  américaine.  La   loi  fait  également  de  toute  personne  
ayant   eu   un   contact   extraterrestre  un   criminel.   Comme   la   loi   se   trouve   au   paragraphe   14   de   la  
VHFWLRQ  GX &RGHRI )HGHUDO 5HJXODWLRQV WUqV SHX GH JHQV HQ RQW GpFRXYHUW O¶H[LVWHQFH j
PRLQVG¶DYRLUSDUFRXUXOHWH[WHGHVDXWUHVORLV  
 
2Q HVW ELHQ G¶DFFRUG VXU FH TXH YRXV YHQH] Ge   lire  :   si   les   ovnis   et   les  
H[WUDWHUUHVWUHVQ¶H[LVWDLHQWSDVFHWWHORLQ¶DXUDLWDXFXQHUDLVRQG¶DYRLUpWpYRWpH
et  incluse  dans  le  Code  of  Federal  Regulations.  
 
 

 
11  
 
 
 
3  
DÉCLARATIONS  DE  COSMONAUTES  
 
 
Pierre  Monet  est  le  célèbre  Perpignanais  «  contacté  »  par  les  E.T.  de  Véga,  qui  a  écrit  plusieurs  
RXYUDJHVHWGRQWM¶DLSUpVHQWpO¶H[WUDRUGLQDLUHKLVWRLUHGDQVPRQMRXUQDOHorizons  virtuels  no  17.  
Pour  mieux  crédibiliser  son  vécu,  il  a  récolté  de  nombreuses  confirmations  venant  de  différents  
cosmonautes.  Il  semble  que  le  fait  de  sortir  du  champ  terrestre  crée  une  ouverture  de  conscience  
exceptionnelle   qui   laisse   les   expérimentateurs   dans   un   état   extrêmement   perturbé.  
&¶HVWXQFKRFTXLIDLWTXHFHVJHQVQHVRQWSOXVMDPDLVFRPPHDYDQW  
Quant  à  Pierre  Monet,  il  DILQLSDUGLVSDUDvWUHP\VWpULHXVHPHQW«  
 
Pierre   Monet   déclare  :   «  Je   suis   infiniment   heureux   de   ne   pas   être   seul   à   parler   des  
extraterrestres.   Les   personnes   dont   je   vais   vous   citer   les   noms   sont   célèbres   dans   le   monde  
HQWLHUSXLVTX¶LOV¶DJLWGHFRVPRQDXWHs  terrestres.  Ils  parlent  non  seulement  de  la  présence  réelle  
G¶H[WUDWHUUHVWUHV PDLV DXVVL GX ELHQ-­être   «  insolite   et   inattendu  »   TX¶LOV RQW UHVVHQWL GDQV
O¶HVSDFH/j-­KDXWLOQ¶\DSDVHQFRUHGHSROOXWLRQGXHDX[pPLVVLRQVG¶RQGHVQpJDWLYHVFUppHV
par  les  pensées  agressives  des  hommes  restés  au  sol.  »  
 
«  /HV GpFODUDWLRQV TXH YRXV DOOH] OLUH GH FHV KRPPHV PH GRQQHQW O¶HVSRLU TXH O¶HQWUpH GH
O¶KRPPHGDQVOHVUpJLRQVGHO¶HVSDFHKRUVGHQRWUHDWPRVSKqUHWHUUHVWUHFKDUJpHQpJDWLYHPHQW
va   élever   les   vibrations   et   le   niveau   de   conscience   des   humains   de   notre   planète.   Nous  
bénéficierons  enfin,  peut-­être,  de  ce  que  LE  GRAND  CONSTRUCTEUR  DE  TOUTES  CHOSES  
DPLVjQRWUHSRUWpHSRXUpOHYHUQRVF°XUVHWQRVHVSULWVYHUVOD«  VRAIE  spiritualité  ».    
 
Voici  donc  les  réactions  psychologiques  de  divers  cosmonautes,  pendant  et  après  leurs  voyages  
GDQVO¶HVSDFH  :  
  Déclaration  de  Rusty  Schweickart  (mission  Apollo  9)  :  
  «  >«@je  ne  suis  plus  le  même  homme.  Nous  avons  tous  changé.  Je  me  sentais  comme  une  
partie  de  chacun  et  de  chaque  chose  qui  glissaient  au-­dessous  de  moi.  »  
 
  Déclaration  G¶(G0LWFKHOO  (mission  Apollo  14)  :  
  «  Quelque  chose  vous  arrive  là-­haut.  Vous  acquérez  une  instante  conscience  globale,  une  
RULHQWDWLRQ JpQpUDOH XQH LQVDWLVIDFWLRQ GH O¶pWDW GX PRQGH HW XQH LUUpVLVWLEOH HQYLH G¶\
remédier.  »  
 
  Déclaration  de  Jim  Irwin  (mission  Apollo  15)  :  
  «  &¶HVWDYHFODSOXVEHOOHpPRWLRQTXHM¶DLFRQVWDWpSRXUODSUHPLqUHIRLVODUpHOOHEHDXWp
GHVDVWUHVHWTXHM¶DLUHVVHQWLODSUpVHQFHGH'LHX  »  
 
  Déclaration  de  Charles  Duke  (mission  Apollo  16)  :  

 
12  
  «  -¶pWDLV ERXOHYHUVp SDU OD FHUWLWXGH TXH FH GRQW M¶pWDLV WpPRLQ pWDLW XQH SDUWLH GH
O¶XQLYHUVDOLWp  de  Dieu.  »  
 
Déclaration  de  Tom  Stafford  (mission  Apollo  10)  :  
  «  '¶HQKDXWYRXVQHUHJDUGH]SDVOHPRQGHHQWDQWTX¶$PpULFDLQPDLVHQWDQWTX¶rWUH
humain.  »  
 
La  source  officielle  de  ces  déclarations  est  le  Times  du  11  décembre  1972.  
  Au  début  de  1973,  à  New  York,  une  réunion  internationale  ayant  pour  but  de  parler  des  
ovnis  a  eu  lieu.  Des  savants  du  monde  entier  ont  applaudi  la  déclaration  du  cosmonaute  Gordon  
Cooper.  
  Gordon   Cooper   HVW XQ YpULWDEOH SLRQQLHU GH OD GpFRXYHUWH GH O¶HVSDFH &¶HVW OXL TXL
décrivit  vingt-­deux  orbites  autour  de  la  Terre  depuis  la  capsule  Mercury  9  en  1963,  puis  tourna  
cent   vingt-­huit   fois   autour   de   notre   globe   avec   Charles   Conrad   dans   la   capsule   Gemini   5   en  
1965.  
  Gordon   Cooper   D H[LJp TXH VD GpFODUDWLRQ VRLW UHSURGXLWH PRW SRXU PRW DILQ G¶HQ
SUpVHUYHU OH VpULHX[ &¶HVW DLQVL TX¶LO UHQFRQWUD OH MRXUQDOLVWH DPpULFDLQ Benny   Manocchia   au  
congrès  de  New  York,  qui  enregistra  ses  propos  sur  bande  magnétique  et  les  retranscrivit  sans  la  
moindre  modification.  En  voici  le  texte  intégral,  qui  demeurera  sans  doute  historique  :  
 
  'HV rWUHV LQWHOOLJHQWV YHQXV G¶DXWUHV SODQqWHV YLVLWHQW QRWUH 7HUUH HW FKHUFKHQW j HQWUHU  
HQ FRQWDFW DYHF QRXV -¶DL UHQFRQWUp SOXVLHXUV GH OHXUV HQJLQV DX FRXUV GH PHV YR\DJHV
intersidéraux.   La   NASA   et   le   gouvernement   américain   le   savent.   Ils   possèdent   même   de  
QRPEUHXVHVSUHXYHV3RXUWDQWLOVFRQWLQXHQWjJDUGHUOHVLOHQFH&¶HVWVDQVGRXWH pour  ne  pas  
alarmer  les  populations.  Mais  je  suis  bien  décidé,  moi,  à  dire  tout  ce  que  je  sais,  car  ce  mur  de  
silence,  finalement,  est  terriblement  néfaste.  
   
3HQGDQW GHV DQQpHV M¶DL YpFX GDQV OH VHFUHW LPSRVp j WRXV OHV VSpFLDOLVWHV GH O¶DVWURQDXWLTXH
Mais  je  peux  à  présent  affirmer  que  tous  les  jours,  aux  États-­Unis,  nos  radars  captent  des  objets  
G¶XQH IRUPH HW G¶XQH FRPSRVLWLRQ LQFRQQXHV FKH] QRXV 'HV PLOOLHUV GH WpPRLJQDJHV HW XQH
quantité  de  documents  existent,  mais  personne  ne  veut  les  rendre  publics.  POURQUOI  ?  Parce  
TX¶RQFUDLQWTXHOHVSRSXODWLRQVQHSHQVHQWj'LHXVDLWTXHOVHQYDKLVVHXUV/HPRWG¶RUGUHHVW
toujours  le  même  :  «  Il  faut  par  tous  les  moyens  éviter  la  panique.  »  -¶DLPRL-­même  été  témoin  
G¶XQ SKpQRPqQH H[WUDRUGLQDLUH QRQ SDV GXUDQW   une   expédition,   mais   sans   avoir   quitté   la  
SODQqWH 7HUUH &¶pWDLW LO \ D TXHOTXHV PRLV HQ )ORULGH   M¶DL YX GH PHV \HX[ YX XQ HVSDFH GH
WHUUHEU€OpHDYHFGHVWUDFHVODLVVpHVGHVVXVFRPPHOHVTXDWUHSLHGVG¶XQH«  araignée  volante  »,  
par  un  engin  qui  avaLWDWWHUULDXEHDXPLOLHXG¶XQFKDPS'HVrWUHVHQpWDLHQWVRUWLV G¶DXWUHV
traces  le  révélaient),  avaient  étudié  la  topographie  des  lieux,  avaient  prélevé  quelques  fragments  
de   terre,   puis   étaient   partis   comme   ils   étaient   venus,   sans   doute   à   une   vitesse   vertigineuse.   Je  
sais   que   les   autorités   ont   tout   fait   pour   que   la   presse   et   la   télévision   ne   sachent   rien   de   cette  
affaire.   Toujours   soi-­disant   par   crainte   des   réactions   qui   pourraient   être   des   réactions   de  
panique  de  la  population.  
   
Le  plus  grave  est  que  O¶LJQRUDQFHGDQVODTXHOOHRQQRXVPDLQWLHQWQRXVLQWHUGLWGHUpSRQGUHj
FHVYLVLWHXUV2ULOHVWpYLGHQWTXHQRXVVRPPHVHQSUpVHQFHG¶rWUHVLQWHOOLJHQWVTXLFKHUFKHQWj
communiquer  avec  nous.  Il  est  navrant  que  les  soucoupes  volantes   soient  toujours  tenues  pour  

 
13  
GHV VXMHWV GH SODLVDQWHULH DORUV TXH O¶HQMHX HVW LPPHQVH ,O V¶DJLW DYDQW WRXW GH VDXYHU QRWUH
monde,  de  lui  ouvrir  une  série  de  contacts,  puis  des  relations  importantes  avec  des  originaires  
G¶DXWUHVSODQqWHVSURFKHVRXORLQWDLQHV  
   
Or,  si  nouVQ¶HVVD\RQVSDVGHIDLUHLPPpGLDWHPHQWTXHOTXHFKRVHGDQVFHVHQVGHPDLQLOVHUD
WURS WDUG 1RXV DYRQV DIIDLUH F¶HVW O¶pYLGHQFH PrPH j GHV UHSUpVHQWDQWV G¶XQH FLYLOLVDWLRQ GH
niveau   très   élevé,   en   avance   de   plusieurs   siècles   sur   la   nôtre.   Eux   seuls   peuvent   sauver   notre  
YLHX[PRQGHGHO¶DSRFDO\SVHTXLOHJXHWWH&DUM¶HQVXLVFRQYDLQFXQRXVFRXURQVDXGpVDVWUHVL
nous   ne   sommes   pas   aidés   par   des   intelligences   supérieures.   Notre   Terre   est   en   train   de  
V¶pWRXIIHU OHQWHPHQW PDLV LQH[RUDEOHPHQW 8Q MRXU LO   nous   faudra   regarder   vers   le   ciel   et  
GpFRXYULUG¶DXWUHVPRQGHVjFRORQLVHU6LQRQQRXVVHURQVWRXVWHUUDVVpVSDUODIDLPODVRLIOD
maladie.  Regardez  le  Japon  :  ce  pays  préfigure  ce  qui  nous  attend  tous,  dans  quelques  dizaines  
G¶DQQpHV VHXOHPHQW 4XDQG   nous   en   serons   à   un   tel   stade,   notre   seul   recours   sera   de   voyager  
dans  le  ciel,  à  la  recherche  de  patries  nouvelles.  Nos  connaissances  scientifiques  et  techniques  
sont   encore   insuffisantes   pour   nous   permettre   de   construire   les   vaisseaux   interstellaires   qu¶LO
QRXV IDXGUDLW SRXU DWWHLQGUH G¶DXWUHV JDOD[LHV 2U QRXV SRXUULRQV UHFHYRLU GH O¶DLGH GH FHV
H[WUDWHUUHVWUHVGRQWRQV¶REVWLQHjQRXVFDFKHUO¶H[LVWHQFH  
   
Les   soucoupes   volantes   sont   une   réalité,   je   ne   cesserai   jamais   de   le   répéter.   Je   suis   décidé   à  
cRQWUDLQGUHOHVDXWRULWpVjVRUWLUGHOHXUPXWLVPH/HSXEOLFGRLWrWUHSUpSDUpGqVDXMRXUG¶KXL
DX[ FRQWDFWV QRXYHDX[ TXL W{W RX WDUG VHURQW IRUFpV G¶LQWHUYHQLU 1RWUH VDOXW j WRXV HQ
GpSHQG«  
 
 
Dans  les  milieux  scientifiques  bien  informés,  la  présence  des  extraterrestres  et  de  leurs  engins  est  
une  réalité.  De  nombreuses  preuves  existent,  que  les  gouvernements  ne  veulent  pas  divulguer  au  
public.  Mais  des  fuites  ont  toujours  lieu,  même  parmi  les  services  officiels.  Voici,  au  niveau  des  
cosmonautes,   ce   que   les   gouvernements   nient   mais   ne   peuvent   cacher  :   Gordon   Cooper,   dont  
vous  venez  de  prendre  connaissance  par  sa  déclaration  publique,  a  vu  pendant  un  vol  orbital  une  
JURVVH VSKqUH OXPLQHXVH TXL YHQDLW j VD UHQFRQWUH &¶pWDLW XQ GLVTXH YHUW TXL pYROXDLW GDQV   le  
sens  inverse  de  nos  satellites.  Ce  disque  fut  vu  par  tous  les  techniciens  de  la  NASA.  &¶pWDLWHQ
1963.    
 
  En   1963  également,  Valerij  Bikovskij  GpFODUDSDUUDGLRDXFRXUVG¶XQYRO  :  «  Ici  Nibio.  
4XHOTXHFKRVHP¶DFFRPSDJQHGDQVO¶HVSDFHFHODYROHjF{Wé  de  la  capsule  et  cela  vient  à  ma  
UHQFRQWUH«  »  
 
  En  1962,  Scott  Carpentier  IXWVDXYpSDUOHVH[WUDWHUUHVWUHV,OGLWWRXWG¶DERUGSDUUDGLR  :  
«  &¶HVWYUDLLOVH[LVWHQW,OVVRQWLFLIDLWHV-­OHVDYRLUj*OHQQ«  »  
  /RUVGXPrPHYROORUVTX¶LOSLORWDLWPDQXHllement,  il  fit  une  erreur  de  400  kilomètres,  la  
UDGLRFRXSpH2QOHFUXWGpVLQWpJUp/RUVTX¶LODPHUULWILQDOHPHQWHWGqVO¶RXYHUWXUHGXSRUWLOORQ
GH VRUWLH LO V¶pFULD  :   «  Qui   êtes-­vous  " '¶R YHQH]-­vous  ?  »  
Puis,   de   retour   à   la   base,   il   expliqua  :   «  /¶HQWUpH GDQV O¶DWPRVSKqUH IXW GRXFH MH Q¶DL VHQWL
DXFXQHFKDOHXU/DFDSVXOHpWDLWHQWRXUpHG¶XQKDORYHUWTXLFOLJQRWDLWHWTXLGLVSDUXWjO¶HQWUpH
GDQVO¶DWPRVSKqUH  »  /HVWHFKQLFLHQVQ¶HQFUR\DLHQWSDVOHXUV\HX[  !  
 

 
14  
  En  1962,  Pavel  R.  Popovic  sur  Vostok  4  et  Walter  Schirra  sur  Mercury  Sigma  7  ont  vu  
des  formes  lumineuses  en  formation  qui  escortaient  leur  capsule.  
 
  En  1962,  John  Glenn  a  été  suivi  par  un  globe  lumineux.  
 
  En   1969,   Armstrong   et   Aldrin   sont   sur   la   Lune   et   déclarent   à   la   base  :   «  Ce   sont   des  
objets  énormes,  messieurs,  énormes  !  Oh,  Dieu  ,O\DG¶DXWUHVYDLVVHDX[DOLJQpVGHO¶DXWUHF{Wp
GXFUDWqUH,OVVRQWVXUOD/XQHLOVQRXVREVHUYHQW«  »  
 
'HSXLVFHMRXUQLOHV$PpULFDLQVQLOHV5XVVHVQ¶RQWSOXVMDPDLVFKHUFKpjUHWRXUQHUVXUOD/XQH
en  GpSLWGXSURJUDPPHSUpYX«eWUDQJHQRQ  ?  
Depuis   les   années   1950,   le   monde   entier   entend   parler   des   «  contactés  »,   qui   ont   eu,   ou  
prétendent   avoir   eu,   des   contacts   avec   «  les   occupants   de   ces   mystérieux   objets   célestes  ».   Un  
«  contacté  »   est   un   homme   ordinDLUH FRPPH OHV DXWUHV HW Q¶D SDV j V¶HQRUJXHLOOLU GH FH
«  privilège  »,OH[LVWHjO¶KHXUHDFWXHOOHGHQRPEUHX[«  vrais  contactés  »  dans  notre  monde.  Les  
LQIRUPDWLRQVTX¶LOVGpWLHQQHQWGHODSDUWGHFHVrWUHVYHQXVG¶DLOOHXUVVRQWLPSRUWDQWHVFDSLWDOHs  
pour  notre  civilisation.  
 
 
 
 
 
 
 
 

4  
/¶$9(1785(,162/,7(  
'¶8192/63$7,$/+$%,7e  
 
 
Le  jeudi  18  juin  1981jKHXUHVGHO¶DSUqV-­midi,  à  Moscou,  une  conférence  secrète  se  déroulait  
sous   la   direction   du   général   Timofeevich   Beregovoy,   chef   des   programmes   spatiaux.   Elle  
réunissait   deux   cents   personnalités   russes   (scientifiques,   militaires,   cosmonautes,   responsables  
GHVSURJUDPPHVVSDWLDX[ WRXVOLpVSDUOHVHFUHWG¶eWDW  
 
Les  deux  cosmonautes  russes  Vladimir  Kovalenko  et  Viktor  Savinykh,  TXLYHQDLHQWG¶HIIHFWeur  
un  vol  de  75   jours  à  bord  du  Salyut  TG,  participèrent  à  la  conférence.  Ils  présentèrent  un  film,  
WRXUQpjERUGGHOD QDYHWWHG¶XQHUHQFRQWUHDYHFXQHQJLQH[WUDWHUUHVWUHSHQGDQWTXDWUHMRXUV

 
15  
du  14  au  18  mai  1981.  Ils  racontèrent  leur  histoire  et  répondirent  aux  questions  des  participants.  
Voici  leur  récit  :  
 
Tout   à   coup,   Kovalenko   UHPDUTXD VXU OH YHUUH GH VRQ KXEORW FH TX¶LO FUXW rWUH OH UHIOHW G¶XQ
REMHWVSKpULTXH0DLVLOVHUHQGLWYLWHFRPSWHTX¶LOH[LVWDLWUpHOOHPHQWjO¶H[WpULHXUGHODFDSVXOH  
un  énorme  objet  rond.  Il  appela  Savinykh  HWWRXVGHX[VHPLUHQWjREVHUYHUO¶REMHWFKDFXQjVRQ
hublot.  Cette  sphère  pouvait  avoir  8  mètres  de  diamètre.  Kovalenko  explique  :    
 
«  &H TXL P¶D VWXSpILp F¶HVW VD PRELOLWp (OOH DYDLW OD SRVVLELOLWp G¶DWWHLQGUe   des   vitesses   très  
pOHYpHV SUHVTXH LQVWDQWDQpPHQW F¶HVW-­à-­dire   sans   accélération   progressive.   Elle   pouvait  
GLVSDUDvWUH WRXW j FRXS DYHF XQH WHOOH DFFpOpUDWLRQ TX¶RQ QH V¶HQ DSHUFHYDLW SDV -H VDLV WUqV
bien  que  cela  peut  paraître  inexplicable  et  peu  plauVLEOHPDLVF¶HVWFHTXHM¶DLYXGHPHV\HX[
vu.  »  
 
Kovalenko  pensa  alors  à  prendre  la  caméra  et  tourna   les  premières  séquences  de  son  film.   «  La  
vérité,  dit-­LOF¶HVWTXHWRXVOHVGHX[QRXVDYLRQVSHXUGHSHQVHUjFHTXHSRXYDLWrWUHFHWREMHW
qui   tournDLW DXWRXU GH QRXV $YHF OHV MXPHOOHV QRXV DYRQV SX ELHQ O¶REVHUYHU ,O DYDLW WURLV
rangs   de   huit   hublots,   beaucoup   plus   grands   que   les   nôtres.   Trois   à   chaque   rang   étaient   très  
grands  (au  moins  six  fois  la  taille  des  nôtres)  et  les  autres  faisaient  50  centimètres  de  haut.  La  
surface  extérieure  de  la  sphère  était  lisse  et  argentée,  rien  qui  puisse  laisser  deviner  le  mode  de  
propulsion.  »    
 
Pendant  toute  la  journée  du  14  mai,  il  ne  se  passa  rien  de  particulier.  La  sphère  tournait  
DXWRXU G¶HX[ VHPEODQW OHV Hscorter.   Le   lendemain   matin   au   réveil,   les   cosmonautes   eurent   la  
VXUSULVHGHFRQVWDWHUTX¶HOOHV¶pWDLWUDSSURFKpH(OOHpWDLWjPqWUHVGHODFDSVXOHVRYLpWLTXH
¬WUDYHUVOHVKXEORWVRQSRXYDLWYRLUTX¶jO¶LQWpULHXULO\DYDLWGHVrWUHVjIRUPHKXPDLQe.  Leur  
WrWH pWDLW UHFRXYHUWH HQ SDUWLH G¶XQH VRUWH GH FDVTXH VRXSOH QRQ PpWDOOLTXH SOXW{W GHV ERQQHWV
semi-­rigides,   avec   une   visière   transparente.   On   voyait   parfaitement   les   visages  :   des   sourcils  
broussailleux  et  des  nez  grecs.  Ce  qui  stupéfia  les  deux  cosmonautes  russes  fut  la  taille  des  yeux,  
double   de   celle   des   humains,   et   ces   yeux   étaient   fixes,   sans   expression.   Ils   étaient   bleus   et  
DOORQJpVHQWRXUpVG¶XQHSHDXEURQ]pH  
 
Durant   cette   première   journée,   Kovalenko   Q¶DYDLW HQFRUH ULHQ GLW j VD EDVH ,O   avait   filmé,  
photographié   et   rédigé   un   rapport   cosigné   par   son   camarade   de   vol.   Puis,   après   vingt-­quatre  
heures,   il   annonça   timidement  :   «  -¶DL O¶LPSUHVVLRQ TXH«  »,   MXVTX¶j OD UpYpODWLRQ ILQDOH  :  
«  Nous   avons   de   la   compagnie,   mais   nous   ne   savons   pas   qui   c¶HVW  »   Question   logique  :   «  Que  
devons-­nous  faire  ?  »  Réponse  tout  aussi  logique  :  «  Maintenez  le  contrôle  de  la  situation.  »  
 
Au  cours  des  deuxième  et  troisième  journées OHVrWUHVGHO¶HVSDFHGpPRQWUqUHQWVDQV
aucun   doute   possible,   leurs   bonnes   intentions,   par   un   comportement   tout   à   fait   amical.   À   tel  
point   que   Kovalenko   GHPDQGD SDU UDGLR V¶LOV QH SRXYDLHQW SDV IDLUH XQH VRUWLH PXWXHOOH GDQV
O¶HVSDFH SRXU VH FRQQDvWUH PLHX[ 8Q «  Niet  »   rageur   retentit   dans   la   station.   À   plusieurs  
UHSULVHV OD VSKqUH V¶pWDLW UDSSURFKpH GH OD FDELQH MXVTX¶j  FHQWLPqWUHV FH TXL DYDLW SHUPLV
XQH PHLOOHXUH YLVLRQ GH SDUW HW G¶DXWUH 'XUDQW O¶XQ GH FHV UDSSURFKHPHQWV HQ GRXFHXU
Kovalenko   V¶pWDLW LQVWDOOp GHYDQW OH SOXV JURV GH OHXU KXEORW HQ GpSOLDQW XQH FDUWH GX V\VWqPe  
VRODLUH6RQF°XUV¶DUUrWDSUHVTXHGHEDWWUHORUVTX¶XQGHV «  autres  »  étala  la  même  carte  devant  

 
16  
son  hublot.  Alors  Kovalenko,  WUHPEODQWG¶pPRWLRQpOHYDVHVGHX[SRXFHVYHUVO¶rWUHGHODFDELQH
G¶HQ IDFH &H GHUQLHU ILW H[DFWHPHQW OD PrPH FKRVH 3UHVTXH immédiatement,   la   sphère   se  
déplaça   très   rapidement   dans   des   directions   diverses,   comme   si   elle   voulait   démontrer   ses  
capacités  de  vol  extraordinaires.  Peut-­être  même   que  ces   mouvements  avaient  un  autre  objectif  
plus   subtil.   À   six   reprises,   la   sphère   mystéULHXVH V¶pORLJQD SHQGDQW GHV SpULRGHV GH GXUpH
différentes,  que  Kovalenko  HQUHJLVWUDDYHFVRLQ&HVPDQ°XYUHVFRQWHQDLHQW-­elles  un  message  ?  
 
$XVVLW{WDSUqVOHVrWUHVVRUWLUHQWGHOHXUQDYHWWHHWFRPPHQFqUHQWjVHPRXYRLUGDQVO¶HVSDFH,OV
mesuraient   tous   presque   2   mètres.  Kovalenko   explique  :   «  &¶pWDLW H[WUDRUGLQDLUH GH OHV YRLU VH
déplacer  sans  aucun  appareil  visible.  »  Sans  doute  ce  dernier  était-­il   miniaturisé  au   maximum,  
FDU VRXV OHXU FRPELQDLVRQ TXL pWDLW OD PrPH TXH FHOOH TX¶LOV SRUWDLHQW j ERUG RQ Q¶DSHUFHYDLW
rien   de   spécial.   Ils   se   déplaçaient,   semblait-­il,   de   façon   à   être   filmés.   Cependant,   ils   ne  
V¶DSSURFKqUHQWMDPDLVGXYDLVVHDXVRYLpWLTXH  
 
Dans   la   journée   du   18   mai,   OHV rWUHV GH O¶HVSDFH VHPEOqUHQW GpVLUHX[ G¶DGUHVVHU XQ
PHVVDJHG¶DGLHX[à  leurs  compagnons.  Cela  est  très  visible  sur  le  film.  Ils  commencèrent  à  aller  
et  venir  avec  des  déplacements  brefs  mais  décidés.  Puis  la  sphère  disparut  tout  à  coup  de  la  vue  
GHVGHX[FRVPRQDXWHV,OVO¶DSHUoXUHQWDXORLQSXLVHOOHGLVSDUXWGpILQLWLYHPHnt.  
 
Dans   la  salle  de  conférences  se  trouvaient  plusieurs  ingénieurs,  dont   Alexandre  Kazantsev,   qui  
visionna   le   film   et   en   fut   bouleversé.   Il   rencontra   Henry   Gris,   un   journaliste   correspondant  
DQJODLVj0RVFRXHWOXLUHODWDWRXWHO¶KLVWRLUH(WFHGHUQLHU  la  publia.  Elle  parut  en  premier  dans  
un  journal  italien.  Plus  tard,  Kazantsev  se  réfugia  aux  États-­Unis  et  confirma  complètement  cette  
rencontre,  le  film  et  la  conférence.  
 
À  la  question  :  «  y  a-­t-­il  un  mode  de  communication  pour  les  E.T.  ou  un  message  de  leur  part  ?  »  
la   réponse   est   oui  ;;   il   y   a   eu   un   message,   et   le   Pr   Boris   Katzenbogen,   mathématicien   et  
spécialiste   en   informatique,   travaillant   pour   le   général   Beregovoy O¶D FRQILUPp /XL DXVVL D
émigré  par  la  suite  aux  États-­Unis.  Henry  Gris  O¶DUHWURXYé  et  Katzenbogen  lui  a  donné  le  mot  de  
O¶pQLJPHKovalenko  DYDLWHVVD\pSOXVLHXUVIRLVHQYDLQG¶HQYR\HUXQPHVVDJHHQUXVVHHQVXLWH
en   anglais,   avec   sa   radio,   puis   en   morse.   Ce   message   disait  :   «  Les   cosmonautes   soviétiques  
saluent   leurs   visiteurs.   Nous   recevez-­vous  ?  »   Il   ne   reçut   aucune   réponse.   Alors   il   eut   une   idée  
géniale  et  lança  des  signaux  avec  sa  torche  électrique,  un  langage  informatique  :  «  101101  ».  La  
sphère  lumineuse  répondit  par  des  éclairs  de  lumière  successifs.  Ils  ne  répétèrent  pas  ce  message  
PDLV HQ GpOLYUqUHQW XQ DXWUH /H PDWKpPDWLFLHQ UpXVVLW j OH GpFKLIIUHU ,O V¶DJLVVDLW G¶XQ GHV
ORJDULWKPHVGXQRPEUHHQYR\p&¶HVWFRPPHV¶LOVGLVDLHQW  :  «  En  mathématiques,  nous  pouvons  
parler  le  même  langage.  »  Les  cosmonautes  avaient  conclu  à   la   fin  de   la  séance  :  «  Lorsque  la  
VSKqUHDGLVSDUXQRXVDYLRQVO¶LPSUHVVLRQG¶DYRLUSHUGXGHVFRPSDJQRQVHWGHVDPLV  »  Tous  
ceux  qui  regardèrent  le  film  eurent  la  même  pensée.  
 
Kovalenko  était  un  cosmonaute  très  expérimenté.  Il  effectua  son  premier  voyage  GDQVO¶HVSDFHOH
9  octobre  1977  sur   Soyouz  25/¶DPDUUDJHDYHF Saliout  6  échoua.  Il  repartit  le  15   juin  1978  et  
UpXVVLWjVHEUDQFKHU,OEDWWLWOHUHFRUGGHGXUpHGDQVO¶HVSDFHjO¶pSRTXH  :  139  jours.  Il  réussit  à  
sortir  de  la  capsule.  
 

 
17  
Savinykh   en   était   j VRQ SUHPLHU YRO GDQV O¶HVSDFH 3OXV WDUG HQ  LO SDVVD  MRXUV GDQV
O¶HVSDFHVXUSoyouz  13.  Il  se  brancha  sur  Saliout  7  et  réussit  une  réparation  sur  cette  dernière.  Il  
est  ingénieur  de  vol.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

5  
LA  PRÉSENCE  DES  E.T.  SUR  TERRE  
ENFIN  OFFICIELLE  ?  
 
 
8Q DQFLHQ PLQLVWUH FDQDGLHQ GH OD 'pIHQVH V¶HVW UDOOLp j WURLV DVVRFLDWLRQV SRXU GHPDQGHU DX
3DUOHPHQW GX &DQDGD G¶RXYULU GHV DXGLWLRQV SXEOLTXHV FRQFHUQDQW OHV FLYLOLVDWLRQV
extraterrestres.  
 
Paul  Hellyer,  ministre  canadien  de  la  Défense  de  1963  à  1967,  sous  le  Premier  ministre  Lester  
Pearson,  prix  Nobel  de  la  paix,  a  déclaré  publiquement  à  Ottawa,  le  24  novembre  2005  :  «  Les  
ovnis   sont   aussi   réels   que   les   avions   qui   volent   au-­dessus   de   nos   têtes.  »   Il   a   aussi   mis   en  
garde  :  «  Les  militaires  américaiQVVRQWHQWUDLQGHSUpSDUHUGHVDUPHVTX¶LOVSRXUUDLHQWXWLOLVHU
FRQWUHOHV(7HWLOVSRXUUDLHQWQRXVLPSOLTXHUGDQVXQHJXHUUHLQWHUJDODFWLTXHVDQVTX¶RQQH
nous  ait  jamais  informés.  >«@-HVXLVWUqVFRQFHUQpSDUFHTXHSRXUUDLHQWrWUHOHVFRQVpTXHQFHs  
G¶XQHWHOOHJXHUUHLQWHUJDODFWLTXHHWMHSHQVHTXHMHGRLVHQSDUOHU>«@  Le  temps  est  venu  de  
GpYRLOHUSXEOLTXHPHQWTX¶LOH[LVWHGHVVRFLpWpVH[WUDWHUUHVWUHVFLYLOLVpHVTXLYLVLWHQWOD7HUUH  »  
 
Un  responsable  des  associations  a  déclaré  :  «  Notre  gouvernement  canadien  a  besoin  de  parler  
RXYHUWHPHQW GH FHV VXMHWV LPSRUWDQWV VXU OH SRVVLEOH GpSORLHPHQW G¶DUPHV GDQV OHV SODQV GH
guerres  extérieures  contre  les  sociétés  extraterrestres  civilisées.  »  
 
'¶DSUqV PHV VRXUFHV G¶LQIRUPDWLRQV SHUVRQQHOOHV OH JRXYHUQHPHQW DPpULFDLQ FUDLQW G¶rWUH
GpPDVTXp/DORQJXHVpULHG¶H[SORVLRQVQXFOpDLUHVHQWDPpHGHSXLVDHQWUDvQpGHVLJUDYHV
perturbations  des  champs  magnétiques  paraterrestres  que  ces  dernières  auraient  attiré  une  grande  
concentration   de   vaisseaux   sentinHOOHV GH VXSHU FLYLOLVDWLRQV H[WUDWHUUHVWUHV SRXU G¶XQH SDUW
UpSDUHUFHVFKDPSVPDJQpWLTXHVYLWDX[SRXUQRWUHVXUYLHHWG¶DXWUHSDUWQRXVSODFHUVRXVKDXWH
VXUYHLOODQFH2UFHODQ¶HVWSDVSRXUSODLUHDXGDQJHUHX[JRXYHUQHPHQWDPpULFDLQTXLDWRXMRXUV
cDFKpjWRXWSUL[O¶H[LVWHQFHGHFHVSXLVVDQWVYLVLWHXUVSDFLILTXHVGRQWOHVGLVFUqWHVLQWHUYHQWLRQV
condamnent  toute  action  belliqueuse  et  hégémoniste.    

 
18  
&HV(7VRQWG¶DXWDQWSOXVDJDoDQWVTX¶LOVVHSHUPHWWHQWPDOLFLHXVHPHQWGHWUDFHUHQTXHOTXHV
minutes   des   crop   circles   dans   des   champs   juste   au-­dessus   de   certaines   bases   secrètes  
souterraines,  et  dont  le  dessin  représente  le  plan  exact  de  ces  installations  !  
 
Le  projet  actuellement  mis  en  place  par  le  Pentagone  serait  de  faire  croire  à  des  agresseurs  venus  
G¶HQ KDXWSRXUMXVWLILHUXQHJXHUUHGHVpWRLOHV LPSOLTXDQWXQHSDUWLFLSDWLRQ ILQDQFLqUHGHWRXWHV
OHVQDWLRQVGDQVXQDUPHPHQWFDSDEOHG¶DQpDQWLUXQHSODQqWHHQWLqUH ERPEHjSODVPD   
Les   séries   de   bandes   dessinées   préparent   actuellement   la   jeunesse   à   cette   guerre   super  
technologique  contre  les  «  méchants  E.T.  »&HODQ¶HVWTXHPDQLSXODWLRQHWLOIDXWELHQDGPHWWUH
TXH OHV VXSHU FLYLOLVDWLRQV TXL QRXV YLVLWHQW DXUDLHQW SX DQpDQWLU O¶(PSLUH DPpULFDLQ HQ PRLQV
G¶XQHPLQXWHHWFHGHSXLVORQJWHPSV  !  Mais  leur  immense  puissance  les  place  très  au-­dessus  de  
la  barbarie  primaire  qui  caractérise  notre  «  civilisation  »  actuelle.  
   
,OHVWJUDQGWHPSVG¶RXYULUOHV\HX[HWGHUHFRQQDvWUHTXLVRQWQRVDPLVHWTXLVRQWQRVHQQHPLV
Tout  cela  ressemble  fort  à  une  rediWHGHO¶$WODQWLGH  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

6  
TÉMOIGNAGE    
DE  MGR  CORRADO  BALDUCCI  
 
 
Mgr   Balducci   est  théologien   au   Vatican   LO V¶DJLW G¶XQ SHUVRQQDJH HQ SODFH TXL HVW SURFKH GX
SDSH,OHVWDSSDUXGHQRPEUHXVHVIRLVjODWpOpYLVLRQSXEOLTXHLWDOLHQQHSRXUpPHWWUHO¶LGpH que  
OH FRQWDFW DYHF OHV H[WUDWHUUHVWUHV HVW XQ SKpQRPqQH UpHO HW TX¶LO Q¶HVW SDV G€ j GHV WURXEOHV
SV\FKLTXHV ,O H[SOLTXH GDQV VRQ WpPRLJQDJH TX¶LO Q¶\ D SDV VHXOHPHQW OD SRSXODWLRQ JpQpUDOH
mais  également  des  personnalités  de  renom,  cultivées,  diplômées  et  tout  à  fait  dignes  de  foi,  qui  
reconnaissent  la  réalité  du  phénomène.  Il  dit  également  que  les  extraterrestres  sont  une  part  de  la  
FUpDWLRQ GLYLQH TX¶LOV QH VRQW QL GHV DQJHV QL GHV GpPRQV PDLV TX¶LOV VRQW SUREDEOHPHQW SOXV
pYROXpVG¶XQSRLQWGHYXHspirituel.  
 
Voici  ses  propos,  recueillis  en  septembre  2000  et  extraits  de   Révélations,  tome  1,  du  Dr  Steven  
Greer  :  
 
Dr   Steven   Greer  :   Mgr   Balducci,   pourriez-­YRXV QRXV GLUH YRWUH RSLQLRQ VXU O¶LQWHOOLJHQFH
extraterrestre  ?  

 
19  
Mgr  Balducci  :  Il  est  temps  que  les  théologiens  se  prononcent  à  ce  sujet.  Il  y  en  a  tellement  qui  
GLVHQWTXHWRXWFHODHVWIDX[HWTX¶LOQ¶\DULHQTXLH[LVWHHWFHSDUWLFXOLqUHPHQWGDQVPDEUDQFKH
ecclésiastique.   On   me   demande  :  «  Mais   comment   se   fait-­il   donc   que   vous   commenciez   à   vous  
intéresser  à  ces  choses  qui  sont  toutes  fausses  ?  »  $ORUVMHGRQQHTXHOTXHVH[SOLFDWLRQVHWO¶RQ
me   répond  :   «  0DLV MH Q¶pWDLV SDV DX FRXUDQW«  »   Nous   sommes   arrivés   à   un   point   où   nous   ne  
SRXYRQV SOXV QLHU TX¶LO \ D TXHOTXH FKRVH TXL HVW HQ WUDLQ GH VH SDVser   dans   le   domaine   de  
O¶XIRORJLHSDVVHXOHPHQWOHVVRXFRXSHVYRODQWHVPDLVTX¶LOSRXUUDLWYUDLPHQW\DYRLUGHVrWUHV
H[WUDWHUUHVWUHV ,O \ D XQ QRPEUH VL LPSRUWDQW GH WpPRLQV TXL RQW GLW TX¶LOV DYDLHQW YX FHV
soucoupes   volantes   ou   des   extraterrestres   qu¶LO GRLW \ DYRLU TXHOTXH FKRVH ,OV VRQW WURS
QRPEUHX[ SRXU TX¶RQ OHV LJQRUH F¶HVW XQH TXHVWLRQ GH ERQV VHQV ,O \ D GHV GpSRVLWLRQV GH
témoins   faites   par   des   personnes   tout   à   fait   dignes   de   foi,   cultivées   et   diplômées,   et   par   des  
scientifiques  qui  étaient  au  départ  sceptiques,  mais  qui,  après  avoir  vu  un  de  ces  objets,  croient  
HQODUpDOLWpGXSKpQRPqQH-HYRXGUDLVPDLQWHQDQWP¶H[SULPHUHQWDQWTXHWKpRORJLHQ$IILFKHU
XQ WHO VFHSWLFLVPH HVW FRQWUDLUH j OD UDLVRQ 6L QRXV FRQWLQXRQV j GLUH TXH FHOD Q¶HVW   pas   vrai,  
que   se   passera-­t-­il   alors  ?   Quel   que   soit   le   témoignage   humain   que   nous   aurons   au   sujet   de  
Q¶LPSRUWHTXHOOHFKRVHLOQHOXLVHUDSOXVDFFRUGpO¶LPSRUWDQFHTXHPpULWHWRXWHGpSRVLWLRQGH
témoin.  Et  si  cette  déposition  de  témoin  commence  à  être  minimisée,  cela  aura  un  grand  nombre  
de   répercussions   négatives  :   individuellement,   socialement,   religieusement,   et   particulièrement  
en  ce  qui  concerne  la  religion  chrétienne.  
1RXV SRXYRQV GpPRQWUHU TX¶j XQ FHUWDLQ PRPHQW GH O¶+LVWRLUH YLYDLW XQ KRPPH GX QRm   de  
Jésus.  (WFHODQHV¶DSSXLHTXHVXUGHVWpPRLJQDJHVKXPDLQV  Le  fait  est  que  nous  avons  bien  
des  personnages  historiques  qui  ont  écrit  sur  lui  LODG€rWUHTXHOTX¶XQG¶H[WUDRUGLQDLUHSDUFH
TX¶LOV Q¶RQW SDVIDLW GH WHOV UpFLWV j SURSRV GH Q¶LPSRUWH TXL 1RXV YR\RQV GDQV O¶$QFLHQ HWOH
1RXYHDX7HVWDPHQWVDLQVLTXHGDQVOHVeYDQJLOHVTX¶LODIDLWTXHOTXHV-­uns  de  ces  miracles  qui  
prouvaient  son  authenticité.  Mais  les  Évangiles  aussi  sont  des  témoignages  humains.  
(WTX¶HVW-­ce  qui  nous  permet  de  savoir  que  cet  Évangile  est  de  cet  homme-­ci  ou  de  cet  homme-­là,  
et  que  tout  cela  est  vrai  ?  Si  vous  commencez  à  démonter  et  à  détruire  la  valeur  du  témoignage  
humain,  les  conséquences  en  sont  immenses,  particulièrement  pour  la  religion  chrétienne.  
Dr   Steven   Greer  :   Comment   considéreriez-­YRXV OD YLH H[WUDWHUUHVWUH G¶XQ SRLQW GH YXH
théologique  ?  La  voyez-­vous  comme  une  partie  de  la  création  divine  ?  
Mgr   Balducci  :   %LHQ V€U 4XDQG QRXV SDUORQV G¶rWUHV H[WUDWHUUHVWUHV QRXV GHYRQV IDLUH OD
VXSSRVLWLRQ TX¶XQ rWUH HVW XQ Forps,   ou   quelque   chose   de   matériel,   et   une   âme,   qui   pourraient  
rWUH PHLOOHXUV TXH OHV Q{WUHV ,O HVW SRVVLEOH TX¶XQ H[WUDWHUUHVWUH UHVVHPEOH j XQH SHUVRQQH
humaine.  Mais  la  personne  humaine  est   ±  selon  moi  ±  telle,  que  pire  que  ce  que  nous  sommes,  
cela   ne   SHXW H[LVWHU 1RXV GHYRQV rWUH OHV SLUHV 'H TXHO JHQUH GH FRPELQDLVRQ O¶KXPDQLWp
relève-­t-­elle  " /H IDLW HVW TXH O¶kPH HVW O¶HVFODYH GX FRUSV 1RXV VRPPHV SOXV HQFOLQV DX PDO
TX¶DX ELHQ -H SRXUUDLV GLUH TX¶LO \ D SHXW-­être   chez   les   extraterrestres   des   gens   comme   nous,  
mais  il  y  en  a  beaucoup  plus  qui  nous  sont  bien  supérieurs.  Et  cette  supériorité  transposée  dans  
OH PRQGH VSLULWXHO VLJQLILHUDLW TX¶LOV GLUDLHQW SUREDEOHPHQW TXH O¶HVSqFH KXPDLQH DJLW SOXV
FRQWUHVRQSURSUHLQWpUrWHWGDQVOHVHQVGXPDOTX¶HOOHQ¶DJLWGDQVOHVHQVGXELHQ3RXUSDUOHU
DXWUHPHQWLOVVRQWSUREDEOHPHQWVLpYROXpVTXHOHPDOQ¶HQWUHJXqUHHQOLJQHGHFRPSWHGXIDLW
TX¶LOVVRLHQWVSLULWXHOOHPHQWWHOOHPHQWSOXVpYROXpVGDQVOHXUFRPELQDLVRQGXFRUSVHWGHO¶kPH  
&¶HVW pJDOHPHQW   possible   pour   une   autre   raison  :   Dieu   dans   sa   sagesse,   ne   nous   aurait   pas  
VHXOHPHQWFUppVHQWDQWTX¶KXPDLQV  
   

 
20  
Dr   Steven   Greer  :  En  Amérique,  il  y  a  eu  quelques  réactionnaires  fondamentalistes  pour  dire  
TXHOHVH[WUDWHUUHVWUHVpWDLHQWO¶°XYUHGXGpPRQ4ue  pensez-­vous  de  cela  ?    
Mgr  Balducci  :  /HGpPRQQ¶DULHQjYRLUOj-­dedans  -HQ¶DLSDVSDUOpGHFHODHQSXEOLFGDQVOH
SDVVpPDLVOHVDQJHVHWOHVGpPRQVQ¶RQWQXOEHVRLQG¶HQJLQV>VSDWLDX[@eYLWH]PrPHGHSHQVHU
TX¶LOV¶DJLWGXGpPRQ&HVH[WUDWHUUHVtres  ne  sont  ni  des  anges  ni  des  démons.    
Il   y   a   un   tel   fossé   entre   nous   et   les   anges   (Q G¶DXWUHV PRWV GDQV O¶pYROXWLRQ TX¶LO \ D HQWUH
O¶KXPDQLWpHWOHVDQJHVQ¶\DXUDLW-­il  rien  entre  les  deux  ?  Il  est  vraiment  logique  de  penser  que  
Dieu   a   créé   quelque   chose   entre   les   humains   et   les   anges.   Ces   phénomènes   ovnis   manifestent  
O¶H[LVWHQFHG¶H[WUDWHUUHVWUHVTXLVHVLWXHQWHQWUHOHVDQJHVHWOHVKXPDLQV  
'LHXVXLYDLWXQUDLVRQQHPHQWORUVTX¶LODGRQQpQDLVVDQFHjOD&UpDWLRQ,ODYDLWXQHUDLVRQXQ
but.  Et  iOO¶DIDLWSDUFHTXHWRXWHVFHVFUpDWXUHVIRQW6DJORLUH/HVDQJHVHWQRXVOHVKXPDLQV
reflétons   la   gloire   de   Dieu.   Et   aussi   les   extraterrestres   qui   ont   été   créés.   Cela   fait   partie   de  
O¶LGpHG¶XQDPRXUXQLYHUVHO(VW-­il  possible  que  Dieu  nous  ait  juste  créés,  nous,  pour  sa  gloire  ?  
Alors  que  justement  nous  sommes  tellement  en  peine  de  célébrer  sa  gloire  ?  
'HSXLVO¶REVHUYDWRLUHGX9DWLFDQRO¶RQDpYRTXpGHVSURMHWVTX¶LODYDLWHQFHTXLFRQFHUQDLW
O¶DVWURQRPLH M¶DL OX TXH OH 9DWLFDQ SDUODLW IDYRUDEOHPHQW GH O¶pYHQWXDOLWp GHV H[WUDWHUUHVWUHV
&¶pWDLWSRXUO¶DQQpHGXMXELOpHWoDDpWpO¶pYpQHPHQWVFLHQWLILTXHGXMXELOp  
$YHFODIRLHWODVFLHQFHLOQHSHXW\DYRLUDXFXQHVRUWHG¶RSSRVLWLRQFDUSRXUODVFLHQFHOHEXW
est   de   rechercher   les   secrets   de   la   Nature.   Mais   Dieu   a   placé   ses   secrets   dans   la   Nature   et   a  
laissé   aux   humains   le   soin   de   les   découvrir.   Cela   a   été   fait   par   Dieu,   le   Créateur,   qui   se  
manifeste  lui-­PrPHGDQVOD&UpDWLRQ,OQHSHXW\DYRLUDXFXQHFRQWUDGLFWLRQGDQVOHIDLWTX¶LO
V¶DJLVVHdu  même  Dieu  pour  la  science  et  pour  la  religion.      
Il   est   même   souhaitable   que   les   extraterrestres   existent   car   ils   sont   meilleurs   que   nous   le  
sommes,  ils  peuvent  intervenir,  nous  aider.  Et  il  est  dit  dans  la  Bible  que  tout  ce  qui  existe  dans  
O¶8QLYHUVHVWGDQVODFUpDWLRQGLYLQH,OQ¶\DSDVG¶H[WUDWHUUHVWUHVTXLQHIDVVHQWSDVSDUWLHGHOD
création  divine.  
 
On   a   demandé   à   Padre   Pio   VL OD YLH VXU G¶DXWUHV SODQqWHV FRPSUHQDLW GHV FUpDWXUHV GH 'LHX
9RLOj FH TX¶LO UpSRQG  :   «  Pourquoi   souhaitez-­YRXV TX¶HOOH   Q¶DLW SDV pWp Oj  ?   La   puissance   de  
'LHX VHUDLW DORUV OLPLWpH j FHWWH SHWLWH SODQqWH TX¶HVW OD 7HUUH 3RXUTXRL YRXGULH]-­YRXV TX¶LO
Q¶\ DLW SDV G¶DXWUHV FUpDWXUHV G¶DXWUHV JHQV TXL DLPHUDLHQW pJDOHPHQW 'LHX  ?   Hors   de   la  
7HUUHQRXVQHVRPPHVULHQ'LHXQ¶D  SDVOLPLWpVDJORLUHjFHWWHSHWLWHSODQqWH6XUG¶DXWUHV
SODQqWHVLOGRLW\DYRLUGHVrWUHVTXLQ¶RQWSDVSpFKpFRPPHQRXVO¶DYRQVIDLW  »  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
21  
 
 
 
 

7  
LE  PEUPLE  DES  ÉTOILES  
 
 
 
 
/¶KXPDQLWpVHWURXYHPDLQWHQDQWVXUO¶pFKLTXLHUGXGHVWLQRHOOHMRue  la  dernière  partie  de  son  
histoire   millénaire.  En  ce  début  du  XXIe  siècle,   la  réalité  de   la  pluralité  des   mondes  au  sein  du  
FRVPRVQ¶HVWSOXVjGpPRQWUHU(QHIIHWGDQVQRWUHVHXOHJDOD[LHOD9RLH ODFWpHLOH[LVWHGHX[
cents  milliards  de  systèmes  solDLUHVHQVDFKDQWTX¶XQVHXOXQLYHUVFRQWLHQWSOXVLHXUVPLOOLDUGVGH
JDOD[LHVHWTXHSOXVLHXUVXQLYHUVVHPHXYHQWDXWRXUG¶XQJUDQG6ROHLOFHQWUDO  !  
Il   est   évident   que   sur   beaucoup   de   planètes   il   existe   des   humanités,   même   si   cette   probabilité  
Q¶HVW TXH GH   un   millième   ou   un   millionième.   Sur   certaines   planètes,   la   matière   originelle  
FRPPHQFHVHXOHPHQWjVHGHQVLILHUHWjVHVWDELOLVHUVXUG¶DXWUHVH[LVWHQWGHPDJQLILTXHVrWUHV
YpJpWDX[ TXL V¶pSDQRXLVVHQW VXU G¶DXWUHV HQFRUH YLYHQW GHV KXPDLQV SHX pYROXpV Mais   nous  
WURXYRQVDXVVLGHVKXPDQLWpVHWGHVDQLPDX[VXUO¶pFKHOOHGHO¶pYROXWLRQHQDYDQFHGHPLOOLHUV
RXGHPLOOLRQVG¶DQQpHVVXUQRWUHKXPDQLWp'HVDVWURSK\VLFLHQVFRPPH Carl  Sagan  défendent  
cette  même  évidence.  
 
/(6291,6$75$9(56/¶+,672,5(  
 
Il   n¶HVW SOXV XQ VHFUHW TXH GHSXLV OD QXLW GHV WHPSV QRXV VRPPHV YLVLWpV SDU GH QRPEUHXVHV
FLYLOLVDWLRQV G¶RXWUH-­espace.   Cicéron   parle   de   «  boule   dans   le   ciel  »   au   quarante-­troisième  
chapitre  de  son  De  Divinatione,  et  Julius  Obsequens,  de  «  deux  écus  de  feu  »  dans  Prodigia.  Il  
en   est   de   même   de   Plutarque,   Sénèque   et   Valerius   Maximus.   Xénophon   nous   parle   au  
treizième   chapitre   de   son   Anabase   des   «  cloches  »   ou   des   «  assiettes  ».   Nous   voyons   encore  
chez   le   chroniqueur   antique   Lycosthène   «  des   croix   et   des   barreaux   dans   le   ciel  ».   Dion  
Cassius  nous  relate  que  lors  de  la  première  invasion  de  la  Grande-­Bretagne  par  Aulus  Plautius,  
en  43  avant  J.-­&XQREMHWURQGDYDLWWUDYHUVpOHFLHOG¶HVWHQRXHVWjODYLWHVVHGHO¶pFODLU1RXV
retrouvons  dans   le   journal   G¶$OW1rnberg  de  1561  des  témoignages  de   «  boules,  de  disques  et  
de  tubes  dans  le  ciel  qui  avaient  dans  leurs  entrailles  des  boules  au  nombre  de  trois  »  (quatre  au  
moins  ont  été  vues  au-­dessus  de  la  ville).  
 
En   1566,  de  curieuses  boules  sont  apparues  au-­dessus  de  la  ville  de  Bâle  les  17  et  18  juillet  au  
OHYHUHWDXFRXFKHUGXVROHLO/¶DVWURQRPHGHO¶pSRTXHCoccius  relate  que  le  Soleil  avait  soudain  
rapetissé  et  pris  une  couleur  et  une  forme   inhabituelle.  Il  avait  perdu  soudainement  sa   force  de  
rayonnement   et   sembODLW SOHXUHU G¶pQRUPHV JRXWWHV GH VDQJ &H PrPH DVWURQRPH QRXV UHODWH
aussi  de  grosses  boules  noires  qui  avaient  été  vues  dans  le  ciel  le  7  août  avant  le  lever  du  soleil.  
Spontanément,   elles   commencèrent   à   voler   à   grande   vitesse   vers   le   Soleil.   Certaines  
s¶HQWUHFKRTXqUHQWFRPPHDXFRPEDWEHDXFRXSGHYLQUHQWURXJHIHXHWGLVSDUXUHQW  

 
22  
 
En   Chine,   au   XIIIe   siècle,  dans   la  région  de  Hang  Tchéou,  le  sage   Tsi-­wasoun,  se  promenant  
dans  la  campagne,  vit  descendre  du  ciel  une  très  grosse  tortue,  puis  venir  à  sa  rencontre  de  petits  
rWUHVFKDXYHVDX[\HX[GHO\Q[TXLVRUWLUHQWGXYHQWUHGHODWRUWXH/HPDQGDULQV¶HQIXLWjOHXU
approche.  
 
UNE  MAGNIFIQUE  EXPERIENCE    
DE  TELEPORTATION  INSTANTANEE  
 
Bob   Renaud,   électrotechnicien   américain   originaire   du   Massachusetts,   a   eu,   en   juillet   1961,  
SOXVLHXUVFRQWDFWVDYHFG¶DXWUHVKXPDQLWpVG¶RXWUH-­espace,  avec  lesquelles  il  a  fait  un  voyage  par  
WpOpSRUWDWLRQ ,O D UHVVHQWL OD GpPDWpULDOLVDWLRQ FRPPH XQH VHQVDWLRQ G¶H[FLWDWLRQ IRXUPLOODQWH
comme   le   ferait  un  contact  avec  une  source   de  haut  voltage  électrique,  des  pieds  à  la  tête.  Très  
VRXGDLQHPHQW XQH VRUWH GH GpVRULHQWDWLRQ HW GH YLGH PHQWDO RQW VXLYL DFFRPSDJQpV G¶XQH
impression  de  désagrégation  brusque  en  vapeurs  immatérielles  tel  un  fantôme.  Il  déclare  :  
 
«  Pendant   un   moment,   je   ne   pouvais   plus   ni   penser,   voir   et   entendre,   ni   percevoir   quoi   que   ce  
soit  ODVHXOHFHUWLWXGHTXHM¶DYDLVpWDLWFHOOHG¶H[LVWHU  Le  cerveau  est,  en  cet  instant,  une  masse  
G¶LPSXOVLRQVpOHFWULTXHVTXLVRQWFRPPHHQYR\pHVSDUXQSRVWHpPHWWHXU/¶HVSULWexiste  par  lui-­
PrPH VDQV OHV SHUFHSWLRQV SK\VLTXHV HW HVW LQGpSHQGDQW GH O¶8QLYHUV  ;;   il   voyage   au-­delà   de  
WRXWH IRUPH GH FRQVFLHQFH SRXU UHYHQLU GH O¶DXWUH F{Wp DX FRUSV TXL V¶HVW UHFRQVWLWXp
matériellement.  Soudain,  le  fourmillement  a  recommencé  puis  a  GLVSDUXM¶pWDLVGHQRXYHDXWRXW
jIDLWHQWLHU/HWUDQVIHUWDYDLWGXUpXQHVHFRQGH«HWNLORPqWUHVDYDLHQWpWpSDUFRXUXVª    
 
LA  SYNTONISATION  VIBRATOIRE  
 
/D FRQYLFWLRQ GH OD SOXUDOLWp GHV PRQGHV UHSRVH VXU O¶pYLGHQFH TXH FKDTXH SODQqWH GDQV OHV
milOLDUGVG¶XQLYHUVFRQWLHQWjVDVXUIDFHGHVFUpDWXUHVTXLFRUUHVSRQGHQWHWTXLVRQWHQV\QWRQLH
oscillatoire  avec  elle,  au  même  titre  que  notre  fréquence  terrestre  oscillatoire  est  compatible  avec  
O¶DWWUDFWLRQ WHUUHVWUH TXL D VRQ SURSUH U\WKPH G¶RVFLOODWLon.   En   augmentant   notre   rythme  
vibratoire,   nous   passons   au   stade   microphysique   éthéré,   ou   même   électronique,   nous   nous  
OLEpURQV UDSLGHPHQW GHV ORLV GH OD WURLVLqPH GLPHQVLRQ SK\VLTXH ,O V¶DJLW DLQVL G¶DGDSWHU OH
support   physique   aux   conditions   extérieures,   pour   que   la   conscience   qui   se   manifeste   à  travers  
lui  puisse  être  opérationnelle.  
 
En  nous  rendant  sur  la  planète  Vénus,  où  le  corps  dense  tridimensionnel   ne  pourrait  survivre   à  
FDXVH GH O¶H[FqV GH FKDOHXU HW GH PDQTXH G¶R[\JqQH LO QRXV VXIILUDLW HQ WDQW TX¶H[SORUDWHXU
WHUULHQG¶DXJPHQWHUSDUXQHDFWLRQSV\FKLTXHRXDUWLILFLHOOH OHWDX[GHYLEUDWLRQVRVFLOODWRLUHV
GHVRQVXSSRUWSK\VLTXHSRXUTXHWRXWHVDUpDOLWpRUJDQLTXHQ¶DLWSOXVEHVRLQG¶R[\JqQHHWG¶HDX
La   clé   de   cette   alchimie   réside   dans   la   possibilité   pour   le   plan   éthérique   de   fusionner   avec   sa  
FRQWUHSDUWLH GHQVH 'qV ORUV OH YR\DJH KRUV GH QRWUH PqUH OD 7HUUH YHUV G¶DXWUHV FLHX[ DX[
confins  du  cosmos,  devient  une  règle  conventionnelle,  à  condition  de  reconnaître  avec  honnêteté  
TX¶LOV¶DJLWG¶H[SOLTXHUXQIRQFWLRQQHPHQWVXSUDSK\VLTXHDYHFXQODQJDJHG¶XQPRQGHjTXDWUH
dimensions   et   plus,   et   non   pas   avec   un   langage   courant   et   organisé   pour   un   monde   à   trois  
dimensions.  
 

 
23  
&¶HVW DLQVL TXH OHV 9pQXVLHQV YLYHQW GDQV OD IUpTXHQFH GX SODQ pWKpULTXH,   tout   comme   les  
jupitériens  ;;   les   mercuriens   vivent   dans   la   fréquence   du   corps   mental  ;;   les   martiens,   dans   la  
fréquence  du  corps  astral.  
 
VOYAGES  STELLAIRES  INSTANTANES  
 
$XVXMHWGXPRGHGHGpSODFHPHQWGHFHVUDFHVVWHOODLUHVSRXUFHX[G¶XQHFHUWDLQHpYRlution,  il  
V¶DJLW GH YR\DJHV SK\VLTXHV TXL SHXYHQW DWWHLQGUH  NLORPqWUHV SDU VHFRQGH ,OV SHXYHQW
DLQVL SDUFRXULU SUqV GH  PLOOLRQV GH NLORPqWUHV j O¶KHXUH ,O HVW pYLGHQW TXH OH QDYLUH VSDWLDO
contient,   en   son   intérieur,   un   champ   gravitationnel   propre   F¶HVW DLQVL TXH FHV YR\DJHXUV
intersidéraux  sont  protégés  des  dérèglements  psycho-­physiologiques,  ainsi  que  de  tous  les  effets  
GpVDJUpDEOHVHWGDQJHUHX[GXVDX[FKDQJHPHQWVGHSUHVVLRQG¶DSHVDQWHXUGHJUDYLWpG¶LQHUWLH
et  à  la  perte  de  poids  dans  O¶HVSDFH/HSUREOqPHG¶pFKDXIIHPHQWSDUIULFWLRQDpWpUpVROXSDUFHV
UDFHVpYROXpHV,OV¶DJLWSRXUOHYDLVVHDXORUVGHODWUDYHUVpHGHO¶HVSDFHG¶DEVRUEHUVXUWRXWHVD
VXUIDFHH[WpULHXUHO¶pQHUJLHWKHUPLTXHTXHFHOOH-­ci  augmente  avec  la  vitesse,  et  de  la  transformer  
en  refroidissement  contrôlé  et  en  force  de  propulsion.  
 
3RXU G¶DXWUHV KXPDQLWpV LO QH V¶DJLW SOXV GH YR\DJHV SK\VLTXHV SDU GHV PR\HQV PpFDQLTXHV
PDLV pWKpULTXHV GH OD TXDWULqPH GLPHQVLRQ G¶R OD WUDQVODWLRQ VSRQWDQpH F¶HVW-­à-­GLUH TX¶HOOes  
WUDQVIRUPHQW OHXU YDLVVHDX HW VRQ FRQWHQX HQ DXJPHQWDQW O¶RVFLOODWLRQ DWRPLTXH OHV IDLVDQW
SDVVHUGDQV OD IUpTXHQFHGH O¶pQHUJLH(OOHVGpSODFHQWDLQVL FHOOH-­FLGDQV Q¶LPSRUWHTXHOOH]RQH
GH O¶8QLYHUVVRXV O¶LPSXOVLRQGH OHXUSHQVpH PDvWULVpH  ;;  ce  processus  se   fait  en  une   fraction  de  
VHFRQGH&¶HVWDLQVLTXHFHVVXSHUFLYLOLVDWLRQVSHXYHQWSDUFRXULUGDQVOHYDVWHHVSDFHLQILQLGHV
GLVWDQFHVGRQWOHVGLPHQVLRQVGpSDVVHQWO¶LPDJLQDWLRQODSOXVIpFRQGH/HVPRGDOLWpVGHYR\DJH
de   ces   civilisations   hautement   évoluées   ne   correspondent   plus   aux   lois   de   la   vitesse   par   des  
moyens   de   propulsion   physique,   car   elles   se   situent   au-­GHOj GH O¶HVSDFH-­temps.   Ces   navires   de  
O¶HVSDFH VRQW IDEULTXpV VHORQ OD WHFKQRORJLH GH OD YLEUDWLRQ TXL SHUPHW GH OHV FRQVWUXLUH SDU Oe  
principe   du   schéma   des   champs   morphiques   (programme   qui   contient   le   plan   du   vaisseau).  
Ainsi,   cela   leur   permet   de   se   manifester   dans   toutes   les   dimensions   avec   leur   taux   vibratoire  
propre.  
 
Le  moyen  pour  le  personnel  navigant  de  se  rendre  sur  une  planète  se  trouvant,  comme  la  nôtre,  à  
O¶H[WUrPHOLPLWHGHQRWUHJDOD[LHHVWG¶DFFRUGHUODIUpTXHQFHGXYDLVVHDXjFHOOHGHQRWUHSODQqWH
La  translation  est  alors  instantanée.  
 
/¶(9(,/3/$1(7$,5(  
 
Tous   les   couloirs   interdimensionnels   de   notre   espace   planétaire   sont   désormais   ouverts   par   le  
UHWUDLWGXYRLOHSV\FKLTXHTXLDYDLWpWpMHWpVXUO¶KXPDQLWpGHSXLVO¶HIIRQGUHPHQWGHO¶$WODQWLGH
G¶R QRWUH PLVH HQ TXDUDQWDLQH GHSXLV HQYLURQ TXLQ]H PLOOH DQV  
&HODDSHUPLVO¶DUULYpHPDVVLYHGHSOXVLHXUVFLYLOLVDWLRQVSOXVéclairées  ayant  un  jour  vécu  sur  et  
DXF°XUGHQRWUH7HUUH OHVLQWUDWHUUHVWUHV   
 
/¶pJUpJRUHGH O¶LQFRQVFLHQWFROOHFWLIHVWODVRPPHGHFHGRQWFKDTXH LQGLYLGXDOLWpHVWSRUWHXVH
GDQV OHV EDQTXHV GH GRQQpHV GH VRQ VXEFRQVFLHQW &¶HVW DLQVL TXH ORUVTXH OH Fhamp   de  

 
24  
FRQVFLHQFHG¶XQ LQGLYLGXV¶pOqYHF¶HVWFHOXLGHWRXWHO¶KXPDQLWpTXLVXELWFHWWHPXWDWLRQSDUOH
UHODLVGXPLURLUUpIOpFKLVVDQWGHO¶LQFRQVFLHQWFROOHFWLI  
 
/HJRXYHUQHPHQWTXLJqUHFHV\VWqPHVRODLUHLQWHUGLWWRXWHLQJpUHQFHGHODSDUWG¶XQHFLYLlisation  
GDQVOHVDIIDLUHVG¶XQHDXWUHD\DQWVRQSURSUHVWDGHGHGpYHORSSHPHQW&HODSHUPHWGHUHVSHFWHU
VRQOLEUHDUELWUHDILQTX¶HOOHDFFHSWHSDUVHVSURSUHVHIIRUWVODSOXUDOLWpGHVPRQGHVHWOHXUPRGH
de   réalité.   En   effet,   selon   ces   lois   qui   régissent   O¶RUGUH GDQV OH FRVPRV LO Q¶HVW G¶DXFXQ LQWpUrW
SRXUG¶DXWUHVFLYLOLVDWLRQVGHFRQWDFWHUTXHOTX¶XQTXLHVWGpMjpYHLOOpjOHXUUpDOLWp(QUHYDQFKH
LOHVWGHODSOXVJUDQGHLPSRUWDQFHTX¶HOOHVFRQWDFWHQWTXHOTX¶XQTXLLJQRUHOHXUH[LVWHQFHFDUj
travers   celui-­FL SDU VRQ pYHLO HOOHV SURYRTXHQW GDQV OH VXEFRQVFLHQW GH PLOOLDUGV G¶LQGLYLGXV
O¶HIIDFHPHQW GHV VFKpPDV G¶XQ PRQGH GHQVH j WURLV GLPHQVLRQV DX SURILW G¶XQH UpDOLWp
PXOWLGLPHQVLRQQHOOH&HODDXUDLWSRXUHIIHWG¶pYLWHUODWHUUHXUODIROLHO¶K\Vtérie,  en  rendant  plus  
évidente   la   rencontre   quand  très   bientôt   elles   ralentiront   leur   fréquence   pour   être   vues   de  tous.  
&HODHVWG¶DLOOHXUVLPPLQHQW  
 
&¶HVWODUDLVRQSRXUODTXHOOHFRQIRUPpPHQWDXSODQGHGpYHORSSHPHQWFRQoXSRXUQRWUHYDJXH
de  vie  par  nRVVXSpULHXUVLQFRQQXVLOQ¶HVWSOXVTXHVWLRQSRXUQRVIUqUHVHWV°XUVGHO¶HVSDFHGH
VH PDQLIHVWHU GDQV QRWUH WURLVLqPH GLPHQVLRQ SRXU QRXV UHQFRQWUHU ,O V¶DJLW GpVRUPDLV SRXU
QRWUH KXPDQLWp G¶pOHYHU VRQ FKDPS GH FRQVFLHQFH HW VRQ WDX[ YLEUDWRLUH DILQ Ge   créer   une  
syntonie  avec  les  plans  respectifs  où  évoluent  nos  compatriotes  célestes.  
 
Nous  sommes  arrivés  à   la  charnière  des  temps  où  chacun  doit  choisir  en  toute  connaissance  de  
FDXVH'HFHFKRL[GpSHQGUDOHFRQGLWLRQQHPHQWGHVIXWXUHVPRGDOLWpVG¶H[LVWence.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

8  
VAISSEAUX  :  LE  GRAND  RETOUR  
 
 
LA  POLITIQUE  DE  DESINFORMATION  
 
Il   est   curieux   de   constater   à   quel   point   les   médias   français,   si   soucieux   de   sensationnel   et   de  
IDQWDVWLTXHVLSUpVHQWVjO¶pWUDQJHUTXDQGLOV¶DJLWGHQRXVIDLUHSDUWDJHUHQGLUHFWO¶DJRQLHG¶XQH
SHWLWH ILOOH VRXV OHV GpFRPEUHV RX OD YLVLRQ G¶KRUULEOHV FDWDVWURSKHV SDVVHQW GpOLEpUpPHQW VRXV
VLOHQFH O¶DWWHUULVVDJH G¶HQJLQV H[WUDWHUUHVWUHV SRXUWDQW UHWUDQVPLV HQ GLUHFW VXU OHV FKDvQHV GH
télévision   étrangères.   Les   observations   de   vaisseaux   de   grande   taille   se   sont   multipliées   ces  
dernières   années   partout   dans   le   monde,   aux   États   Unis,   au   Canada,   en   Israël,   en   Chine,   en  
Grande-­Bretagne,  en  Italie,  et  même  en  France  !  

 
25  
 
APPARITIONS  EN  DIRECT  
 
Le  14  novembre  1998,  en  Chine,  Le  Quotidien  du  peuple  UHODWDLWGDQVVHVFRORQQHVO¶DSSDULWLRQ
G¶XQYDLVVHDXJpDQWDX-­dessus  de  la  ville  de  Xiamen,  enregistrée  sur  vidéo.  
 
Le   1er   janvier   2000   à   6   h   30   (heure   de   Pékin)   une   soucoupe   volante   gris   argent   survola   la  
Grande  Muraille.  Filmées  par  la  chaîne  câblée  CNN,  les  images  furent  retransmises  en  direct  aux  
États  Unis.  
   
Le   10   février   1999,   deux   mille   personnes   ont   pu  observer   une   escadrille   de   disques   lumineux  
qui   survolaient   la   ville   de   Callao,   à   13   kilomètres   de   Lima.   À   11   heures   du   soir,   la   cinquième  
chaîne   de   la   télévision   péruvienne   diffusa   pendant   quarante   minutes   une   émission   non  
SURJUDPPpH FRPSRUWDQW GHV LPDJHV ILOPpHV GH FHWWH YDJXH G¶HQJLQV VSDWLDX[ TXL YHQDLHQW
G¶rWUHSULVHVj&DOODRHWj-HVXV0DULD  
 
Le  10  mars  2000,  GHVPLOOLHUVG¶KDbitants  ont  pu  observer  pendant  quinze  minutes  en  plein  jour,  
au-­GHVVXVGHODYLOOHGH/LPDXQYDLVVHDXG¶RVRUWDLHQWGHVSHWLWHVVSKqUHVRUDQJHSDUWDQWGDQV
plusieurs   directions.   Le   cameraman   Juan   C.   Amoretti,   de   Panamerica   TV,   a   enregistré  
O¶pYpQHPHQW   /H 3pURX j O¶LQVWDU GH WRXV OHV SD\V G¶$PpULTXH ODWLQH HVW KDELWXp GHSXLV
ORQJWHPSVDX[DSSDULWLRQVG¶RYQLV  
 
,OVHUDLWIDVWLGLHX[G¶pQXPpUHUWRXVOHVWpPRLJQDJHVHQUHJLVWUpVGDQVOHVDQQpHVHWFDU
ils  sont  légions.  
 
DES  E.T.  SOUS-­MARINS  
   
PluVLHXUVREVHUYDWLRQVG¶HQJLQVLQFRQQXVVRUWDQWGHODPHURQWHQWUDvQpGLYHUVHVVSpFXODWLRQVVXU
la   présence   de   bases   secrètes,   de   vaisseaux,   sous-­marines.   De   nombreux   rapports   soviétiques  
IRQWpWDWGHUHQFRQWUHVDYHFG¶pWUDQJHVYDLVVHDX[VRXV-­marins.  Le  général  major  V.  Demyanko,  
commandant  le  service  des  plongeurs  militaires  des  forces  du  génie  du  ministère  de  la  Défense,  
GpFODUHTX¶HQHQ6LEpULHGDQVOHODF%DwNDOGHVKRPPHV-­JUHQRXLOOHVGHO¶DUPpHVRYLpWLTXH
ont  été  confrontés  à  des  nageurs  sous-­marins  semblables  à  des  hommes  mais  mesurant  3  mètres.  
Ces  étranges  nageurs  étaient  vêtus  de  combinaisons  collantes  argentées.  Par  50  mètres  de  fond,  
LOVQHSRUWDLHQWSDVG¶DSSDUHLOVUHVSLUDWRLUHV6HXOVGHVFDVTXHVVSKpULTXHVPDVTXDLHQWOHXUVWrWHV
Le  commandant  militaire  décida  de  capturer  un  de  ces  individus.  Dans  cette  intention,  un  groupe  
GHSORQJHXUVVHODQoDjODSRXUVXLWHGHFHVpWUDQJHVFUpDWXUHVTX¶LOVWHQWqUHQWG¶HPSULVRQQHUDYHF
XQ ILOHW &¶HVW DORUV TXH OH JURXSHWRXW HQWLHU IXWSURMHWp SDU XQH Iorce   puissante   hors   des   eaux  
profondes   vers   la   surface.   Les   hommes-­JUHQRXLOOHV Q¶D\DQW SX UHVSHFWHU OHXUV SDOLHUV GH
GpFRPSUHVVLRQ pWDLHQW HQ GDQJHU GH PRUW 7RXV OHV PHPEUHV GH O¶H[SpGLWLRQ IXUHQW DWWHLQWV
G¶HPEROLHJD]HXVH7URLVG¶HQWUHHX[SpULUHQWHt  les  quatre  autres  devinrent  invalides.  
 
Des  créatures  identiques  furent  observées  dans  le  lac  Issyk-­Koul,  proche  de  la  frontière  chinoise.  
Les  rapports  secrets  des  forces  du  génie  énumèrent  de  nombreuses  apparitions  de  créatures  sous-­
marines,  de  disques  géants  et  de  sphères  rentrant  et  sortant  des  lacs.  
 

 
26  
DES  OBSERVATIONS  TRES  ANCIENNES  
 
&HODGLWODGHVFULSWLRQG¶HQJLQVVSDWLDX[YHQDQWYLVLWHUQRWUH7HUUHQ¶HVWSDVQRXYHOOHHWUHPRQWH
à   plusieurs   siècles.   De   tout   temps,   les   hommes   ont   vu   dans   le   ciel   des   êtres   ou   des   objets  
étranges,   et   il   est   rare   de   trouver   une   culture   qui   ne   les   mentionne   pas.   Les   témoignages  
historiques  ont  la  même  valeur  que  les  témoignages  modernes.  Les  mots  qui  les  expriment  sont  
quelque  peu  différents  car  ils  sont  adaptés  aux  connaLVVDQFHVGHO¶pSRTXH  
 
8QH VpULH GH GHVVLQV GDWDQW GH SOXV GH  DQV D pWp UHWURXYpH VXU OHV PXUV G¶XQH FDYHUQH HQ
territoire  dogon  au  Mali.  Parmi  ces  dessins  figure  un  objet  volant  en  forme  de  soucoupe  volante  
dont  la   forme  nous  est  tout  à  fait  familière.  Cet  objet  qui   vient  du  ciel  se  pose  sur  trois   jambes  
partant  de  ses  côtés.  Plusieurs  êtres  sortis  de  la  soucoupe  volante  creusent  un  grand  trou  dans  la  
WHUUHTX¶LOVUHPSOLVVHQWG¶HDX,OVGRQQqUHQWDX['RJRQGHVLQIRUPDWLRQVVFLHQWLILTXHVLQVFULWHV
sur   OHV PXUV TXL VH UpYqOHQW DXMRXUG¶KXL H[DFWHV $LQVL FH SHXSOH YLYDQW DX[ DOHQWRXUV GH
Tombouctou  connaît  depuis  des  siècles   les  planètes  de  notre  système   solaire,  sait  exactement  à  
TXRLHOOHVUHVVHPEOHQWTXDQGRQOHVDSSURFKHGDQVO¶HVSDFHHWGpWLHQWG¶autres  connaissances  que  
nous   venons   tout   juste   de   découvrir.   Naturellement,   le   groupe   de   scientifiques   envoyé   pour  
YpULILHU FHV LQIRUPDWLRQV Q¶HQ FUXW SDV VHV RUHLOOHV HW UHIXVD G¶HQWHQGUH HW G¶DFFHSWHU GHV
révélations  qui  mettaient  leurs  certitudes  en  péril.  
 
%LHQDYDQWHQFRUHHQO¶DUFKHYrTXHGH/\RQ$JREDUGUDSSRUWHOHO\QFKDJHGHWURLVKRPPHV
HWG¶XQHIHPPHTXLRQWpWpYXVGHVFHQGDQWG¶XQ«  vaisseau  de  nuage  ».  
 
Certaines   peintures   retrouvées   sur   une   paroi   du   tombeau   de   Ptah-­Hotep,   au   nord   de   Saqqarah,  
datant   de   la   Ve   dynastie   (vers   2500   avant   J.-­C.),   ressemblent   étrangement   à   nos   descriptions  
PRGHUQHVG¶H[WUDWHUUHVWUHV  
 
4.000  ans  avant  J.-­&GHVDUWLVWHVVXPpULHQVRQWVFXOSWpG¶pWUDQJHVVWDWXHWWHVKXPDQRwGHVPXQLHV
de  grands  yeux.  
 
Chaque  siècle  DpYRTXpGDQVVHVSHLQWXUHVRXVHVpFULWVO¶DSSDULWLRQG¶rWUHVYHQXVGHO¶HVSDFH  
 
UNE  TIMIDE  LEVEE  DU  SECRET  
 
9RXVO¶DYH]ELHQFRPSULVLOQHV¶DJLWSDVGHVFLHQFH-­ILFWLRQPDLVG¶pYpQHPHQWVELHQUpHOV7RXV
les  jours,  des  observations  sérieuses  sont  rapportées  par  des  témoins  dignes  de  foi,  y  compris  des  
militaires   et   des   scientifiques.   Mais   la   désinformation   va   bon   train  ;;   pire,   des   déclarations  
HUURQpHV YLVDQW j WRXUQHU O¶XIRORJLH HQ ULGLFXOH VRQW VRLJQHXVHPHQW GLVWLOOpHV DYHF O¶DLPDEOH
complicité,   paUIRLV LQQRFHQWH GH QRV KRPPHV GH VFLHQFH &HSHQGDQW YRLOj TXH G¶DQFLHQV
militaires,  des  astronautes  et  des  membres  de  la  CIA  décident  de  lever  le  voile  du  secret.  
 
Le  sénateur  John  GlennSUHPLHUDVWURQDXWHDPpULFDLQDGpFODUpDXFRXUVG¶XQVKRZWpOpYLVé  sur  
la   chaîne   américaine   NBC,   le   mardi   6   mars   2001  :  «  (Q FHV MRXUV JORULHX[ M¶pWDLV WUqV PDO j
O¶DLVH ORUVTX¶RQ QRXV GHPDQGDLW GH GLUH GHV FKRVHV TXH QRXV QH YRXOLRQV SDV GLUH HW G¶HQ
GpPHQWLU G¶DXWUHV 9RXV VDYH] FHUWDLQHV SHUVRQQHV QRXV GHPDQGDLHQW  :   Étiez-­vous   seuls   là-­
haut  "1RXVQ¶DYRQVMDPDLVUpSRQGXODYpULWpHWFHSHQGDQWQRXVDYRQVYXGHVFKRVHVOj-­bas,  des  

 
27  
choses  étranges.  Et  nous  ne  pouvions  réellement  rien  dire.  Nos  supérieurs  avaient  vraiment  peur  
de  cela,  ils  avaient  peur  de  quelque  chose  FRPPHG¶XQHJXHUUHGHVPRQGHVHWGHODSDQLTXHGDQV
les  rues.  Donc  nous  devions  rester  silencieux.  Et  maintenant  nous  revoyons  ces  choses  dans  nos  
mauvais  rêves  ou  parfois  dans  les  films,  et  quelques-­uns  sont  très  proches  de  la  vérité.  »  
 
Un   autre   astronaute   réputé,   Edgar   Mitchell,   membre   du   vol   Apollo   14   et   docteur   en   physique  
aéronautique,   a   déclaré   en   octobre   1998   dans   le   journal   The   People  :  «  Les   observations  
PRGHUQHVG¶RYQLVRQWYUDLPHQWFRPPHQFpDYHFO¶LQFLGHQWGH5RVZHOOHQORUVTX¶XQHQJLQ
accidenté  contenant  les  cadavres  de  plusieurs  extraterrestres  fut  découvert  au  Nouveau-­Mexique.  
1HYRXV\WURPSH]SDV5RVZHOODELHQHXOLHX-¶DLYXGHVDUFKLYHVVHFUqWHVTXLSURXYHQWTXHOH
JRXYHUQHPHQWOHVDYDLWPDLVTX¶LODYDLWGpFLGpGHOHFDFKHUDXSXblic.  »    
   
,O VHPEOHUDLW TX¶XQH GLYXOJDWLRQ SURJUHVVLYH GH FHV VHFUHWV VL ELHQ JDUGpV FRPPHQFH j YRLU OH
jour.   Mais   alors,   qui   est   aux   commandes   de   ces   étranges   vaisseaux  ?   À   quoi   ressemblent   ces  
équipages  ?  Viennent-­ils  uniquement  pour  nous  observer  ?  Il  HVWLPSRVVLEOHGHQLHUDXMRXUG¶KXL
que  des  engins  énigmatiques  se  déplacent  partout  dans  le  ciel,  dans  la  mer  et  dans  tous  les  pays.  
Leur   existence   ne   peut   plus   être   mise   en   doute.   Comme   le   dit   Rémy   Chauvin,   ce   qui   pose  
SUREOqPHGpVRUPDLVF¶HVWO¶LQWHUSUptation  du  phénomène.  
 
LES  REVELATIONS  DU  Dr  WOLF  
 
Quatre   ans   avant   sa   mort,   le   16   septembre   2000,  le   Dr   Wolf   publia   des   révélations   concernant  
ses   travaux   sur   des   extraterrestres   au   sein   des   laboratoires   secrets   américains.   Qui   est   le   Dr  
Michael  Wolf,  de  son  vrai  nom  Wolf  Kruvant  ?  
Il   dit   avoir   servi   pendant   vingt-­cinq   ans   au   sein   du   gouvernement   américain,   auprès   de  
GLIIpUHQWHVUDFHVG¶H[WUDWHUUHVWUHV'DQVVRQOLYUHLQWLWXOp The  Catchers  of  Heaven,  il  raconte  sa  
vie  de  scientifique  au  sein  des  laboratoires  souterrains  de  la  base  S-­4  à  Groom  Lake,  dans  la  zone  
51,  située  dans  le  Nevada,  au  nord  de  Las  Vegas.  Cette  base  est  connue  comme  étant  le  lieu  de  
découvertes  clandestines.  Des  centaines  de  personnes,  civiles   et  militaires,   y  travaillent  dans   le  
secret  le  plus  absolu  ;;  un  important  système  de  sécurité  surveille  les  lieux.    
Le  Dr  Wolf  DpJDOHPHQWpWpUHVSRQVDEOHGHO¶pTXLSH$OSKDFRPJURXSHGHUpIOH[LRQPLVHQSODFH
SRXUpWXGLHUOHVGLIIpUHQWHVUDFHVG¶(7H[LVWDQWGDQVO¶8QLYHUVOHVUHODWLRQVTXHO¶RQpeut  avoir  
avec  eux,  et  pour  déterminer  dans  quelle  mesure  nous  pouvons  profiter  de  leurs  technologies.  
 
'¶DSUqVOHDr  Wolf,  les  E.T.  nous  ont  légué,  entre  autres,  le  clonage,  la  recombinaison  génétique  
et  certains  composites  aéronautiques.  Ils  lui  ont  enseigné  que  les  gens  ne  meurent  pas  mais  que  
OHXUFRQVFLHQFHVHWUDQVSRVHGDQVXQHDXWUHGLPHQVLRQ,OGLWDYRLUUHQFRQWUpGLYHUVW\SHVG¶(7
de   couleurs   différentes,   avec   qui   il   communiquait   par   télépathie.   Ils   viennent   partager   leur  
savoir,   leurs   technoloJLHV HW OHXU SKLORVRSKLH 8Q SURJUDPPH G¶pFKDQJH SHUPHW j OHXUV
SRSXODWLRQV GH YR\DJHU G¶XQH SODQqWH j O¶DXWUH DILQ G¶DSSUHQGUH OHXUV FXOWXUHV UHVSHFWLYHV
Certains  sont  très  évolués  sur  le  plan  spirituel  et  agissent  en  tant  que  conseillers  galactiques.  Ils  
ont   des   facultés   psychiques   très   développées   et   peuvent   ouvrir   un   portail   dimensionnel   et  
disparaître   physiquement.   Il   semblerait   que   de   nombreuses   confédérations   galactiques   nous  
UHQGHQW YLVLWH HQ FH PRPHQW FH TXL H[SOLTXH OD UHFUXGHVFHQFH G¶REVHUYDWLRns   de   vaisseaux  
partout   dans   le   monde.   Il   se   pourrait   que   les   récentes   découvertes   concernant   la   planète   Mars  
soient  un  jalon  important  pour  de  futures  révélations.  

 
28  
 
LES  VOYAGES  INTERGALACTIQUES  
 
'¶DSUqV Claude   Traks,   auteur   du   livre   Dernières   pièces   du   puzzle   ±   Objectif   2012,   un   certain  
nombre   de   vaisseaux   ou   de   soucoupes   volantes   seraient   fabriqués   par   des   humains,   ce   qui  
FRUURERUH OH IDLW TXH OHV PLOLWDLUHV V¶DSSURSULHQW OD WHFKQRORJLH H[WUDWHUUHVWUH 2Q VDLW TXH
plusieurs   grandes   firmes   aérospatiales   américaines   utilisent   de   vastes   installations   souterraines  
HQ&DOLIRUQLHjNLORPqWUHVGH/RV$QJHOHVRRQWpWpFRQoXVERQQRPEUHG¶DYLRQVVHFUHWV
/HWHUUDLQQHGLVSRVHSDVGHSLVWHGHGpFROODJHQLG¶DWWHUULVVDJHSRXUOHVDYLRQVPDLVG¶XQHDLUH
triangulaire  pour  essais.  
   
Mis   à   part   les   diverses   formes   observées,   il   existe   plusieurs   types   de   vaisseaux   extraterrestres.  
Certains   E.T.   bien   ancrés   dans   la   matière   voyagent   dans   des   vaisseaux   palpables,   fabriqués   à  
partir   de   matériaux   que   notre   esprit   peut   aGPHWWUH HW FRQFHYRLU '¶DXWUHV XWLOLVHQW HQ TXHOTXH
sorte   une   technologie   intérieure  :   OHV YDLVVHDX[ VRQW DORUV RUJDQLTXHV F¶HVW-­à-­dire   vivants.   Ils  
sont  créés  avec  leurs  corps  et  leurs  pensées  et  transcendent  notre  univers  physique.  
 
La  distance  entre  leVpWRLOHVVHPEOH LQIUDQFKLVVDEOH3RXUWDQWVL O¶RQVHUDSSURFKHGHODYLWHVVH
de  la  lumière,  le  temps  se  ralentit  pour  les  voyageurs,  qui  peuvent  alors  parcourir  des  distances  
FRQVLGpUDEOHV/¶DVWURSK\VLFLHQUXVVHSergei  KrasnikovGHO¶REVHUYDWRLUHGH6Dint-­Pétersbourg,  
évoque  en  avril  2000  la  possibilité  de  se  déplacer  en  utilisant  les  trous  de  ver,  sortes  de  tunnels  à  
WUDYHUV O¶HVSDFH-­temps   qui   existent   bel   et   bien   et   qui   seraient   assez   stables   pour   permettre   des  
voyages  interstellaires.  Il  faut  relier  FHWWHWKpRULHjODIRUWHSUREDELOLWpGHO¶H[LVWHQFHG¶XQXQLYHUV
gémellaire   parallèle   de   même   matière   que   le   nôtre.   Cette   théorie,   chère   au   physicien   français  
Jean-­3LHUUH3HWLWG¶DSUqVOHVWUDYDX[GXFKHUFKHXUUXVVHAndreï  Sakharov,  permet  de  voyager  en  
pDVVDQWSDUFHWXQLYHUVSDUDOOqOHTXLRIIUHXQUDFFRXUFLGHO¶HVSDFH-­temps.  
 
UNE  NOUVELLE  CONSCIENCE  
 
(QO¶DQOHSKLORVRSKHLWDOLHQGiordano  Bruno  IXWEU€Opj5RPHSRXUDYRLUVRXWHQXTX¶LO\
avait   une   infinité   de   mondes   habités.   Au   XVII e   siècle,   Galilée   fut   condamné   et   emprisonné  
comme  hérétique  par  la  cour  de  Rome  car  il  adhérait  aux  théories  coperniciennes.  Il  bouleversait  
WRXW XQ V\VWqPH GH FUR\DQFHV HW OD YLVLRQ WUDGLWLRQQHOOH GH O¶8QLYHUV V¶HIIRQGUDLW 3RXUWDQW
O¶DYHQLU OXL D GRQQp UDLVRQ $XMRXUG¶KXL QRXV HQ VRPPHV DX PrPH SRLQW  :   O¶pYRFDWLRQ GH
YLVLWHXUV H[WUDWHUUHVWUHV ERXOHYHUVH OHV FRQVFLHQFHV HW JpQqUH O¶DSSUpKHQVLRQ /H VLPSOH IDLW
G¶DYRLUSHXUGHO¶LQFRQQXVXVFLWHOHUHIXVHWO¶LQFUpGXOLWp /¶H[LVWHQFHG¶DXWUHVV\VWqPHVVRODLUHV
et  de  formes  de  vie  possibles  est  de  plus  en  plus  admise  par  les  scientifiques  contemporains.  Il  
IDXW rWUH ELHQ SUpVRPSWXHX[ SRXU VH FURLUH VHXOV HW XQLTXHV GDQV O¶8QLYHUV 0DLV FHWWH LGpH
devient   insupportable   lorsque   ces   autres   formes   de   vie   nous   rendent   visite.  
Selon   Michel   Picard,   spécialiste   des   ovnis   et   auteur   de   plusieurs   ouvrages   sur   la   question,   ces  
phénomènes  sont  inavouables,  car  «  on  ne  peut  avouer  que  quelque  chose  nous  domine  en  toute  
LPSXQLWp HW WUDQVFHQGH WRXV OHV FRQFHSWV TXH O¶RQ WLHQW SRXU WDQJLbles   sans   faire   brutalement  
DSSDUDvWUHFRPPHREVROqWHVOHVLQVWLWXWLRQVVRFLRSROLWLTXHVGHODSODQqWH/¶XIRORJLHERXVFXOHOH
conformisme  humain  :  aucune  connaissance  assurée  ne  peut  subsister.  »  
 

 
29  
Il  est  temps  de  nous  réveiller,  car  nous  sommes  à  la  veille  G¶XQJUDQGFKRFFXOWXUHODXTXHOQRXV
avons  été  mal  préparés.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

9  
/(69(,//(856'¶(5.6  
 
 
Sarumah  HVWPHPEUHG¶XQJURXSHFKDUJpGHO¶pYDFXDWLRQPDVVLYHGHPLOOLRQVG¶rWUHVKXPDLQV
TXLV¶HIIHFWXHUDDXPRPHQWSURSLFH/¶pYDFXDWLRQG¶XQQRPEUHUpGXLWGe  personnes  se  fait  déjà,  
VHORQOHVLQIRUPDWLRQVTX¶LOP¶DGRQQpHV3HQGDQWOHGHUQLHUJUDQGVpLVPHGHODYLOOHGH0H[LFR
par   exemple,   Sarumah   P¶D GLW TXH FLQT PLOOH LQGLYLGXV SDUPL FHX[ FRQVLGpUpV FRPPH
«  disparus  »  ont  été  amenés  vers  Erks.  
 
/RUVG¶XQHde  nos  rencontres,  Sarumah  P¶DGRQQpXQHVpULHGHWH[WHVHQPHGLVDQW  :  «  Voici  le  
sujet  de  vos  prochaines  conférences  publiques.  »  Ces  textes  contenaient  un  ensemble  de  données  
rares,   des   recommandations   et   des   photos   en   couleur.   «  Pourquoi   me   donnez-­vous   ce  
matériel  ?  »   lui   ai-­je   demandé.   Sarumah   D VRXUL HQ UpSRQGDQW TXH OH IDLW TX¶XQ LQGLYLGX QH
WUDYDLOOHSDVSRXUGHO¶DUJHQWHVWXQ PRWLISRXUTX¶LOVRLWREVHUYpSDUOHVrWUHVH[WUDWHUUHVWUHVHW
confronté  positivement  à  eux,  puis  choisi  pour  «  le  grand  travail  ».    
8QDXWUHSRLQWLPSRUWDQWHVWO¶RXYHUWXUHHWOHGpYRXHPHQWDXVHUYLFHpYROXWLIHWDOWUXLVWHGDQVOHV
lois   qui   ordonnent   les   activités   de   la   Fraternité   blanche   et   sans   compromis   avec   les   forces  
involutives.   «  -H VXLV OH SRUWLHU G¶(UNV P¶D GLW 6DUumah   sur   le   ton   de   la   plaisanterie.   Mon  
travail  est  de  conduire  à  Erks  ceux  qui  doivent  y  aller.  »  
 
Du   point   de   vue   terrestre,   le   nom   Erks   (qui   est   un   acronyme)   peut   signifier   Encuentro   de   los  
Remanentes   Kosmicos   Siderales   («  5HQFRQWUH G¶ÇWUHV &RVPLTXHV 6Ldéraux  »)   ±   bien   que   ce   ne  
VRLWSDVVRQXQLTXHVLJQLILFDWLRQQLODVHXOHIRQFWLRQG¶(UNV  
Erks   est   une   grande   cité   intraterrestre  où   réside   une   civilisation   infiniment   plus   évoluée   que   la  
nôtre,  et  où  cohabitent  des  êtres  de  différentes  galaxies,  dont  certains  êtres  de  notre  Terre.  
 
-­  Qui  y  va  ?  ai-­je  demandé  à  Sarumah.  Quel  est  le  critère  de  cette  sélection  ?    
-­  «  1RXV QH VRPPHV SDV FHX[ TXL FKRLVLVVHQW P¶D-­t-­il   répondu.   Celui   qui   doit   y   aller   est   déjà  
choisi.  Nous  ne  devons  que  le  reconnaître.  Ceux  qui  iront  sont  prêts  à  recevoir  le  nouveau  code  
génétique.  »    
La  réponse  à  mes  questions  ne  venait  pas  seulement  de  Sarumah,  à  ce  moment-­là,  mais  aussi  du  
plus   profond   de   mon   être,   qui   me   disait  :   «  Parmi   les   appelés   se   trouvent   les   élus  ;;   ils  

 
30  
choisissent   librement   et   de   leur   propre   responsabilité   de   suivre   une   évolution   consciente.  
Ainsi,  ils  sortent  du  rythme  naturel  de  la  majorité.  »    
   
Dans  un  processus  de  crise  planétaire  comme  celui  que  nous  vivons,  beaucoup  de  réalignements  
se  produisent,  toujours  en  syntRQLHDYHFO¶pYROXWLRQGX7RXW6XSpULHXU'RQFXQHSDUWLHGHVrWUHV
TXL KDELWHQW FHWWH 7HUUH VH GpVLQFDUQHUD SRXU QH SDV V¶\ UpLQFDUQHU HOOH SDVVHUD j XQ DXWUH
système  planétaire.  Ces  âmes  se  préparent  déjà  à  cette  transmigration.  Elles  seront  conduites  en  
un  lieu  «  déjà  préparé  pour  elles  ».      
Là-­EDV VXU XQH SODQqWH TXL Q¶HVW SDV HQFRUH SK\VLTXH HOOHV UHFRPPHQFHURQW j SDUWLU GH OD YLH
SULPLWLYHHQD\DQWWRXWHVOHVRSSRUWXQLWpVGHIDLUHO¶H[SpULHQFHDQWpULHXUHGHOD7HUUH/HVrWUHV
qui  pourront  accompagner  le  rythme  de  la  nouvelle  conscience  planétaire  terrestre  resteront  ici,  
LQFDUQpVRXSDVYLYDQWGDQVXQpWDWGHFRQVFLHQFHVXSpULHXUjO¶DFWXHO  
 
MESSAGE  DE  SURAMAH  
   
Nous  sommes  devant  une  nouvelle  naissance  cosmique  O¶pQHUJLHGHODSODQqWH7HUUHSDsse  par  
une  mutation.  Toute  naissance  produit  un  nouvel  être,  et  dans  ce  processus  entrent  en  action  les  
«  rayons  onos  »/HVFRXFKHVJpRORJLTXHVGHODSODQqWHRQWVRXIIHUWG¶XQHGpYLWDOLVDWLRQGXHDX[
explosions  souterraines  et  à  la  sensibilité  provoquée  SDUO¶H[WUDFWLRQSHUPDQHQWHHWH[FHVVLYHGX
SpWUROH GHV JD] HW GH O¶HDX '¶LPPHQVHV FDYLWpV RQW pWp IDLWHV j XQ QLYHDX VRXWHUUDLQ OD
situation  y  est  critique.  Les  «  rayons  onos  ªSURGXLVHQWXQHIIHWG¶DFFpOpUDWLRQGHPrPHTX¶LOV
stimulent   des   changementV JpRORJLTXHV 0DLV DX PRPHQW DFWXHO FHV UD\RQV DFFpOqUHQW O¶pYHLO
GHODFRQVFLHQFHGHO¶+RPPH1RXYHDXTXLILQDOHPHQWVXLYUDOHVORLVXQLYHUVHOOHV/HV©  rayons  
onos  »  influenceront  aussi  le  processus  énergético-­mental  des  êtres  qui  habitent  votre  planète.  
 
'HFHIDLWOHVFRQIOLWVPHQWDX[DXJPHQWHURQWFRQGXLVDQWEHDXFRXSG¶LQGLYLGXVjODIROLHHWDX
VXLFLGH /D FRQVWDQWH SUpVHQFH G¶DJUHVVLYLWp HVW DXVVL OH SURGXLW GH FHV UD\RQV VXU OHV
organismes   impurs.   Bien   que   cela   semble   être   un   paradoxe,   ces   violents   contrastes   mènent  
O¶KRPPHYHUVXQpYHLOFROOHFWLISXLVYHUVODFRQVFLHQFHWUDQVFHQGDQWDOH/HUpDOLVH]-­vous  ?  
 
Il  existe  déjà  de  nouveaux  degrés  de  pensée  LOVpORLJQHQWO¶KRPPHGHWRXWFHTXLHVW«  connu  »  
SRXU O¶DPHQHU j FKHUFKHU GDQV OH PRQGH WUDQscendantal   inconnu.   Ainsi   tombent   les   théories  
FRQWHPSRUDLQHV SULQFLSDOHPHQW FHOOHV TXL QLHQW OD SRVVLELOLWp GH FRQWDFWV HQWUH O¶KRPPH
terrestre  et  les  habitants  de  différents  endroits  de  la  galaxie.  
 
$X GpEXW GH O¶qUH GHV 3RLVVRQV LO \ D HX GHV FKDQJHPHnts   dans   le   calendrier,   et   en   réalité   le  
chronomètre   retarde   par   rapport   au   temps   physique.   [À   mon   avis   de   trois   ans,   NDA.]   Un  
DOLJQHPHQW GH SOXVLHXUV SODQqWHV GX V\VWqPH VRODLUH TXL FRwQFLGH DYHF O¶DSSURFKH G¶DXWUHV
contribuera  au  prochain  changement  de  O¶LQFOLQDLVRQGHO¶D[HWHUUHVWUH,OFRQWULEXHUDDXVVLDX
GpQRXHPHQWGHO¶H[FqVG¶HVVDLVQXFOpDLUHV0DLVWRXWFHODDXQHLQFLGHQFHEpQpILTXHVXUO¶pYHLO
transcendantal.  Celui-­FLV¶HVWLQWHQVLILpVXUWRXWjFDXVHGXEHVRLQXUJHQWGHFHTXHO¶KRPPHGRLW
V¶Karmoniser  avec  le  cosmos.  
 
$LGHUO¶KRPPHSHQGDQWODPRGLILFDWLRQGHO¶LQFOLQDLVRQGHO¶D[HGHOD7HUUHHVWXQHGHVUDLVRQV
de   notre   présence.   La   Confédération   galactique   connaît   les   changements   programmés,   même  
SRXUOD7HUUH1RXVGRQQHURQVjO¶KRPPHWRXWHs  les  données  scientifiques  dont  il  aura  besoin,  

 
31  
PDLV HQ DFFRUG DYHF G¶DXWUHV ORLV TX¶LO D RXEOLpHV DX FRXUV GX WHPSV  ;;   celles-­ci   seront  
UpFXSpUpHV HW UHWUDQVPLVHV j WUDYHUV SOXVLHXUV SURFHVVXV G¶LQVSLUDWLRQ 9RWUH FRQVFLHQW GURLW
V¶pYHLOOHUD HQ SURGXLVDQW   OHV FKDQJHPHQWV PHQWDX[ QpFHVVDLUHV TXL G¶DXWUH SDUW VH SURGXLVHQW
déjà  depuis  un  certain  temps.  
 
/D SUpVHQFH GH QRV YDLVVHDX[ UpYHLOOH O¶KRPPH SRXU TX¶LO VH UDSSHOOH XQH YpULWp TX¶LO
connaissait   dans   le   passé   LO \ D GHV FHQWDLQHV GH PLOOLRQV G¶pWRLOHV   dans   cette   galaxie,   donc  
pYLGHPPHQW G¶DXWUHV rWUHV LQWHOOLJHQWV H[LVWHQW HQ SOXV GH O¶KRPPH WHUUHVWUH 6¶LOV SDUYLHQQHQW
MXVTX¶LFL DYHF GHV YDLVVHDX[ VSDWLDX[ RX SDU G¶DXWUHV PR\HQV F¶HVW TX¶LOV VRQWIRUFpPHQW SOXV
LQWHOOLJHQWVTXHOHVWHUUHVWUHVHWTX¶LOVGLVSRVHQWG¶XQHWHFKQRORJLHSOXVDYDQFpH  
 
Les  gouvernements,  les  religions  et  certains  domaines  de  la  science  refusent  de  confirmer  cela,  
SRXU QH SDV SHUGUH OH FRQWU{OH TX¶LOV H[HUFHQW VXU OHV SRSXODWLRQV $LQVL LOV FRQWLQXHQW G¶DJLU
selon   ce   que   leur   dicte   le   cerveau   gouverné   par   les   forces   involutives.   De   telles   forces,   pas  
encore  révolues  sur  la  Terre,  dominent  chez  beaucoup  de  ceux  qui  détiennent  un  certain  type  de  
pouvoir,  matériel  ou  psychologique.  
 
Nous   vous   rappelons   que   les   univers   sont   composés   de   centaines   de   millions   de   galaxies,   que  
FKDFXQHG¶HQWUHHOOHVDVHVSURSUHVORLVHWTXHFHOOHV-­FLIRQWSDUWLHG¶XQHVHXOHHWXQLTXHORL  :  la  
ORLFRVPLTXH(OOHVUHVSHFWHQWWRXWHVODSDL[GXFRVPRVDXMRXUG¶KXLDOWpUpHSDUOD7HUUH  
Il  faut  de  la  souplesse  mentale  pour  changer  des  critères  et  assumer  des  travaux.  Tous  doivent  
SDVVHUSDUFHOD/D7HUUHQHO¶DSDVHQFRUHIDLW  
 
Nos   vaisseaux   sont   le   témoignage,   au   niveau   physique,   de   la   qualité   des  temps   présents.   Nous  
vous   permettons   de   les   photographieU 1RXV Q¶DWWHUULULRQV SDV VL FH Q¶pWDLW VWULFWHPHQW
nécessaire.   Nous   apparaissons   et   disparaissons   périodiquement,   mais   nous   ne   descendons   pas  
HQFRUH GDQV GHV OLHX[ SXEOLFV SDUFH TXH QRXV VRPPHV SRXU O¶LQVWDQW HQ WUDLQ G¶H[HUFHU OH
contrôle   des   effets   psychologiques   que   nous   provoquons   chez   les   individus   et   la   collectivité.  
3RXUOHVrWUHVKXPDLQVO¶DGDSWDWLRQjQRWUHSUpVHQFHHVWJUDGXHOOH&HUWDLQVVRQWLQFUpGXOHVLOV
GLVHQWTX¶LOVYRLHQWGHVSKpQRPqQHVRXGHVUHIOHWVOXPLQHX[PDLVLOH[LVWHGHVFKHUcheurs  qui  se  
taisent  et  considèrent  possible  la  réalité  de  notre  présence.  
 
$XMRXUG¶KXL RQ QH SHXW SOXV QLHU FHWWH UpDOLWp VDQV QLHU OHV pFULWV GH OD %LEOH HW G¶DXWUHV
écritures  sacrées  des  anciens  peuples  de  la  Terre.  
‡  'DQVO¶eJ\SWHDQFLHQQHRQSDUOHG¶,VLVHWG¶2VLULVYHQXVGHO¶HVSDFHVXUXQFKDUGHIHX  
‡  La  légende  aztèque  de  Quetzalcóatl  mentionne  un  demi-­dieu  venu  dans  un  char  de  feu  que  le  
peuple  a  mis  en  relation  avec  la  planète  Vénus.    
‡  'DQVO¶,QGHDQFLHQQHRQGLVDLWTXH.ULVKQDpWDLWYHQXHn  voyageant  dans  la  lumière.    
‡  La  baleine  de  Jonas  ne  serait-­elle  pas  un  vaisseau  extraterrestre  sous-­marin  ?    
‡  /¶pWRLOHGH%HWKOpHPSRXUUDLW-­elle  être  un  vaisseau  spatial  interplanétaire  ?    
‡  Que  signifie  réellement  le  voyage  de  Paul  au  Septième  Ciel  ?    
 
,OIDXWGHODVRXSOHVVHPHQWDOHSRXUUHVWHUQHXWUHIDFHjFHVTXHVWLRQVFDUOHVUpSRQVHVTX¶HOOHV
VXVFLWHQW EULVHQW OHV VFKpPDV G¶HQVHLJQHPHQW GH O¶KRPPH j WUDYHUV OHV WHPSV  
'HOD*HQqVHDXGHUQLHUeYDQJLOHGX1RXYHDX7HVWDPHQWO¶LQWHUYHQWLRQGHVKLpUarchies  dans  et  
hors   du   système   terrestre   et   galactique   est   indiscutable.   Un   livre   de   Moïse   dit   que   quand   «  le  

 
32  
nuage  »   VH OHYDLW OHV ILOV G¶,VUDsO SDUWDLHQW  ;;   quand   «  le   nuage  »   V¶DUUrWDLW OHV ILOV G¶,VUDsO
campaient  ;;   puis   quand   «  le   nuage  »   se   levait   à   nRXYHDX LOV ERXJHDLHQW HX[ DXVVL 4X¶pWDLW FH
«  nuage  »  ?    
 
9RXV VDYH] DXMRXUG¶KXL ±   à   travers   les   récits   des   hommes   «  contactés  »   ±   que   de   jour,   les  
YDLVVHDX[LQWHUSODQpWDLUHVSURGXLVHQWXQFKDPSGHQXDJHWRXWDXWRXUG¶HX[DILQG¶pYLWHUG¶rWUH
identifiés  ou  perturbés.  
La  mythologie  de  tous  les  peuples  anciens  vous  parle  de   «  dieux  venus  du  ciel  »,  des  «  oiseaux  
de  feu  »,  de  «  tapis  volants  »  ou  de  «  nuages  »FRPPHGDQVOHOLYUHGH0RwVH/¶KRPPHDSHXU
G¶DIIURQWHUODYpULWpFDUHOOHGpPROLUDLWVHVYLHLOOHs  structures,  principalement  mentales.  
,O VHUD GRQQp SOXV GH YpULWp HW GH FRQQDLVVDQFH j O¶KRPPH TXDQG OHV FRQGLWLRQV GH VpFXULWp OH
SHUPHWWURQW,OH[LVWHGpMjHQOXLXQpYHLOTXLOHFRQGXLWYHUVO¶LQFRQQXHQG¶DXWUHVPRWVYHUVOD
YpULWp/¶KRPPHDHQFRUHSHXUGHVHUHJDUGHU,ODSHXUGHUHVWHUVHXO/DSHXUTXLO¶DIIOLJHHVW
la  peur  de  la  vérité.  Néanmoins,  celle-­FLHVWUpYpOpHDXIXUHWjPHVXUHTXHO¶+RPPH1RXYHDX
V¶pYHLOOH  
 
6L YRXV YRXOH] YUDLPHQW YRXV pYHLOOHU HQ WDQW TX¶+RPPH 1RXYHDX HVVD\H] OD vérité   en   allant  
vers  de  nouvelles  recherches,  ignorez  les  coutumes  actuelles,  brisez  les  structures  qui  vous  lient  
à   de   vieux   concepts  :   cherchez   votre   éveil   en   acceptant   le   changement   qui   vous   conduit   à   la  
vérité.   Reconnaissez   que   la   civilisation   actuelle   peuplant   la   Terre   traverse   un   moment   crucial.  
&¶HVWpYLGHQWHOOHQHSHXWSOXVVHFDFKHUVRXVGHVSDUDEROHV/DOXPLqUHQHSHXWFRQWLQXHUjrWUH
FDFKpHFRPPHHOOHO¶HVWDFWXHOOHPHQW  
 
%HDXFRXSGHUpFLWVRQWpWpWUDQVIRUPpVSDUO¶KRPPHHQ «  mythologies  »  SDUFHTX¶LODYDLWSHXU
GHODYpULWp9RXVDYH]SHXUG¶DIILUPHUTXHOHVDQFLHQQHVFLYLOLVDWLRQVpWDLHQWSOXVDYDQFpHVTXH
OHVDFWXHOOHVTX¶HOOHVFRQQDLVVDLHQWO¶RULJLQHFRVPLTXHGHO¶KRPPHHWODUHVSHFWDLHQW  :  vous  ne  
la   connaissez   pas,   donc   vous   ne   pouve] OD UHVSHFWHU 9RXV rWHV OH IUXLW G¶DQFLHQQHV
transplantations   spatiales.   Nos   vaisseaux   spatiaux   ont   amené,   de   plusieurs   planètes,   les  
FLYLOLVDWLRQVTXLRQWSHXSOpOD7HUUHHWOHVVHPHQFHVGHFHTXLV¶\WURXYHDXMRXUG¶KXL6XU7HUUH
la  race  blanche  a  dominé  à  travers  la  violence  et  la  lutte.  Le  travail  religieux  organisé  a  été  le  
SUHPLHUSDVSRXUDWWHLQGUHOHSRXYRLUpFRQRPLTXHHWPDWpULHOG¶DXMRXUG¶KXL  
 
2XL O¶KXPDQLWp HVW OHIUXLW GH WUDQVSODQWDWLRQV HQ SURYHQDQFH GH GLYHUV HQGURLWV GH O¶8QLYHUV  
La   tUDQVSODQWDWLRQ LQLWLDOH D pWp IDLWH FDU FHWWH SODQqWH HVW XQH pWDSH YHUV O¶pYROXWLRQ RX YHUV
O¶LQYROXWLRQ GHV UDFHV (Q FH PRPHQW VH GpURXOH XQH QRXYHOOH WUDQVSODQWDWLRQ HQ PrPH WHPSV
TXHO¶pYHLOGHO¶+RPPH1RXYHDX1¶D\H]SDVSHXUGHODYpULWpFKHUFKH]-­la  plutôt  car  vous  avez  
un  grand  travail  qui  vous  attend.  Vous  ne  pouvez  pas  continuer  à  vivre  de  façon  ignorante.  
Les  archéologues  sont  intrigués  par  de  petites  sculptures  incas  représentant  des  avions.  On  peut  
y  voir  des  ailes.  Parmi  les  peintures  est  représenté  un  modèle  ressemblant  à  votre  Concorde.    
 
(WO¶DPRXU  ?  Savez-­YRXVFHTXHF¶HVW  ?  Quand  vos  origines  vous  seront  révélées  intérieurement,  
YRXVVDXUH]UHFRQQDvWUHO¶DPRXUYUDL4XDQWjODVFLHQFHVXU7HUUHF¶HVWWRXMRXUVXQHILFWLRQ
De  ce  fait,  la  connaissance  de  la  vérité  est  rendue  difficile,  comme  vous  le  savez.  La  Terre  fait  
SDUWLH G¶XQ XQLYHUV LQWHUJDODFWLTXH 9RXV DYH] LJQRUp FHWWH LPPHQVH IUDWHUQLWp SHQGDQW GHV
PLOOLHUV G¶DQQpHV 6XU FHUWDLQHV SODQqWHV OHV KDELWDQWV VRQW WUqV SURFKHV GH Oa   dimension  
VSLULWXHOOH PDLV VXU G¶DXWUHV FRPPH OD 7HUUH LOV RQW SUpIpUp OD WHFKQRORJLH DYDQFpH VDQV OH

 
33  
développement   simultané   de   la   conscience.  Malgré   tout,   il   existe   des   planètes   qui   ont   combiné  
ces  deux  caractéristiques.  
 
Donc,   les   extraterrestres   qui   viennent   sur   Terre   ne   sont   pas   tous   de   la   même   «  qualité  ».  
&HUWDLQV VRQW LFL JORULILDQW OH &UpDWHXU WHOV FHX[ TXL YLHQQHQW SRXU QRXV DLGHU PDLV G¶DXWUHV
VRQWjODUHFKHUFKHG¶pYROXWLRQSRXUHX[-­PrPHVFRPPHEHDXFRXSG¶KRPPHVSDUPLYRXV  
Des   planètes   VRQW HQ F\FOH pYROXWLI LQIpULHXU j FHOXL GH OD 7HUUH HW OHXUV KDELWDQWV Q¶RQW SDV
HQFRUH OD FDSDFLWp GH YHQLU MXVTX¶j YRXV TXL QH SRXYH] DOOHU Oj-­bas.   Il   y   a   ceux   qui  
«  échangent  »  des  corps  avec  les  terrestres,  avec  ou  sans  la  permission  des  hiérarchies  ±  ceux-­là  
payeront   cher   un   tel   déséquilibre.   Vous   devez   savoir   tout   cela   afin   de   pouvoir   agir   dans   les  
prochains  temps.  
 
Les  extraterrestres  peuvent  vous  donner  une  grande  contribution  dans  le  domaine  de  la  pratique  
DXFRXUVG¶XQFDWDFO\VPH/RUVG¶XQHJXerre  nucléaire  qui  pourrait  survenir  dans  votre  monde  
SK\VLTXHSDUH[HPSOHFHWWHDLGHQHPDQTXHUDSDVHWVHUDJpUpHSDUpWDSHV&¶HVWGpMjDUULYpHQ
GHVWHPSVTXHYRXVQ¶DYH]SDVHQUHJLVWUpVGDQVYRVDUFKLYHVKLVWRULTXHVWHUUHVWUHV  
 
/¶+RPPH 1RXYHDX GDQV   son   éveil   rejette   toute   la   négation.   Il   a   les   attributs   du   contact   pour  
communiquer   en   sécurité   et   recevoir   des   informations.   Nous   communiquons   déjà   directement  
avec  ceux  qui  en  manifestent  le  désir,  afin  que  les  précieuses  énergies  ne  se  perdent  pas  dans  des  
environnements   compromis.   Le   moment   viendra   où   les   hommes   capteront   nos   programmes   au  
PR\HQG¶DSSDUHLOVGLVSRQLEOHVWDQWSRXUODWUDQVPLVVLRQTXHSRXUODUpFHSWLRQ,O\DXUDDORUV
un   changement   dans   la   conscience   mondiale.   Une   connaissance   universelle   se   transmettra,  
indépendamment   de   ce   que   font   les   systèmes   communs   de   communication   de   la   planète.   Vos  
véhicules   de   communication   connus   pourront   être   utilisés   indépendamment   par   nous,   dans   un  
dessein   purement   éducatif.   Mais   il   se   transmettra   une   connaissance   hors   de   vos   lois   mentales  
ordinaires   et   hors   de   la   philosophie   matérialiste.   Nous   parlons   ainsi   car   les   temps   sont   plus  
proches  que  ce  que  vous  pouvez  penser.  Nous  sommes  avec  vous.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

10  
UN  ENLÈVEMENT  EXTRATERRESTRE    
AU  BRÉSIL  
 
 
Herminio  da  Silva  Reis  est  un  architecte  brésilien.  Lui  et  sa  femme,  Bianca,  ont  vécu  une  série  
G¶DYHQWXUHV pWRQQDQWHV /HXU UpFLW DVVRUWL GH GpWDLOV LQWpUHVVDQWV FRQFRUGDQW DYHF G¶DXWUHV FDV

 
34  
GRQQH XQH LPSUHVVLRQ G¶DXWKHQWLFLWp /H VRXYHQLU HVW JUDYp GDQV OHXU PpPRLUe,   avec   des  
FRQILUPDWLRQVRXGHVFRPSOpPHQWVGHO¶XQHWGHO¶DXWUHFDUOHPDULHWODIHPPHIXUHQWWRXMRXUV
«  contactés  »  ensemble.  
 
LA  PREMIERE  RENCONTRE    
 
/HGpEXWGHO¶HQTXrWHIXWHIIHFWXpGDQVOHVDQQpHVSDUOH%UpVLOLHQR.  Casellato.  Ce  dernier  
dpFpGDHQGHVVXLWHVG¶XQDFFLGHQW,OHXWOHWHPSVG¶HQYR\HUjW.  Stevens  toutes  les  notes  
prises  sur  le  cas.  On  ne  sait  pas  si  les  contacts  entre  Karran  et  le  couple  Reis  continuèrent  par  la  
suite.   Mais,   jusque-­là,   il   y   avait   eu   huit   rencontres,   et   VHXOH OD SUHPLqUH V¶pWDLW SURGXLWH GDQV
O¶RYQL  
 
Le   12   janvier   1976,   Herminio   et   Bianca   se  rendirent   à   une   soirée   conférence   qui   devait   avoir  
lieu   le   lendemain   à   Rio   de   Janeiro.   Partis   de   Belo   Horizonte,   ils   roulèrent   toute   la   journée   et  
avaient   décidé   de   dormir   dans   la   voiture   chacun   à   leur   tour,   pour   terminer   le   voyage   plus  
UDSLGHPHQW 9HUV  K  DORUV TX¶LOV DSSURFKDLHQW GH OD YLOOH GH -XL] GH )RUD +HUPLQLR  
V¶DOORQJHD VXU VRQ VLqJH LQFOLQp HW GHPDQGD j VRQ pSRXVH GH OH UpYHLOOHU XQ TXDUW G¶KHXUH SOXV  
tard.   Bianca   avait   allumé   une   cigarette.   Tout   à   coup,   elle   aperçut   une   sorte   de   ballon   argenté  
avec  des  lueurs  intérieures,  qui  paraissait  descendre  du  ciel.  Elle  fut  un  instant  aveuglée  par  les  
lumières,   puis   elle   vit   que   le   ballon   était   resté   suspendu   en   hauteur  ;;   des   lueurs   paraissaient  
courir  sur  le  sol.  Bianca  eut  peur  et  cria.  Son  mari  se  réveilla,  mais  il  se  sentit  paralysé,  bloqué  à  
O¶LQWpULHXU GH OD YRLWXUH ,O DYDLW PrPH O¶LPSUHVVLRQ G¶rWUH HQ DSHVDQWHXU (W EUXVTXHPHQW LO
V¶DSHUoXWTXHODYRLWXUHV¶pOHYDLWGDQVODOXPLqUHEOHXHSURMHWpHSDUO¶RYQL&HWWHOXPLqUHpFODLUDLW
O¶LQWpULHXU GX YpKLFXOH HW LOV VH UHQGLUHQW FRPSWH TXH OD YRLWXUH HQWUDLW FRPSOqWHPHQW GDQV XQH
grande  pièce  ronde,  illuminée  ±  la  lumière  paraissant  irradier  des  murs.  Bianca,  affolée,  répétait  
à  son  mari  :    
-­  Ne  sors  pas  !  Ne  sors  pas  !    
7RXWOHORQJGHO¶DVFHQVLRQHerminio  VHVHQWLWPDODYHFO¶HQYLHGHYRPLU  
Une   précision   à   donner   maintenant  :   tous   deux   étaient   des   témoins   de   Jéhovah.   Herminio,  
pasteur  de  ce  groupe,  savaLWTXHGDQVO¶HQVHLJQHPHQWSURGLJXpQRQVHXOHPHQWRQQLDLWOHVRYQLV
mais  on  déclarait  que  ceux  qui  les  voyaient  étaient  possédés  par  le  démon.  Pour  le  couple,  le  cas  
était   très   inquiétant   PDLV LO QH SRXYDLW V¶DJLU G¶XQ 291, WRXW DX SOXV G¶XQ DSSDUHLl   terrestre  
perfectionné,  une  sorte  de  prototype.  
   
-­  De   la   voiture,   UDFRQWH +HUPLQLR M¶REVHUYDLV OHV OLHX[ $X SODIRQG VH WURXYDLW XQH VRUWH GH
grand  ventilateur,  et  sur  toute  sa  surface  des  petits  appareils  de  couleur  aluminium.  Le  sommet  
paraissait   légèrement   en   dôme,   même   les   murs   étaient   courbes.   On   apercevait   une   partie   de  
O¶pWDJHVXSpULHXUDYHFODPrPHVWUXFWXUH      
 
3UqVGXSODQFKHULOYLWXQHFRQVROH7RXWjFRXSXQWURXDSSDUXWGDQVOHPXUSURFKHGHO¶HQGURLW
où   se   trouvait   la   voiture,   et   des   hRPPHV GHVFHQGLUHQW GH O¶pWDJH GX GHVVXV ,OV pWDLHQW GHX[
grands,  de  2  mètres  environ,  beaux  et  sveltes  ;;  ils  se  ressemblaient.  Ils  descendaient  les  marches  
WRXW HQ SDUODQW HQWUH HX[ HW DYHF TXHOTX¶XQ TXL pWDLW UHVWp VXU OD SODWH-­forme   supérieure.   Leur  
lDQJXH SDUDLVVDLW VLPLODLUH DX IUDQoDLV PDLV FH Q¶pWDLW SDV GX IUDQoDLV ,OV VRXULDLHQW EHOOHV
GHQWV  /HXU SHDX pWDLW G¶XQH WHLQWH EURQ]H LQFRQQXH VXU 7HUUH ,OV SRUWDLHQW GH ORQJV FKHYHX[
noirs,  avec  une  sorte  de  frange  sur  le  front.  En  fait,  ils  ressemblaient  beaucoup  aux  hommes,  si  

 
35  
FHQ¶pWDLHQWOHXUV\HX[TXLpWDLHQWGLIIpUHQWV  :  grands,  un  peu  obliques,  avec  la  partie  intérieure  
ODUJH HW DUURQGLH O¶LULV G¶XQ VXSHUEH YHUW G¶HDX (Q SRUWDQW GHV OXQHWWHV GH VROHLO LOV DXUDLHQW
facilement  pu  se  promeneUVXU7HUUHVDQVDWWLUHUO¶DWWHQWLRQGLWOHFRXSOHSOXVWDUG/¶XQGHVGHX[
VHGLULJHDGHUULqUHODYRLWXUHO¶DXWUHGXF{WpGURLWHQIDLVDQWVLJQHj%LDQFDGHVRUWLU(OOHpWDLW
WHOOHPHQW pPXH TX¶HOOH Q¶DUULYDLW SDV j RXYULU VD SRUWLqUH YHUURXLOOpH 6RQ PDUL O¶DLGD GH
O¶LQWpULHXU(OOHVHPEODLWDQJRLVVpHHWVRUWLWHerminio  raconte  :  
¬ PRQ WRXU MH VRUWLV GH OD YRLWXUH HW O¶XQ GHV rWUHV DWWUDSD PRQ EUDV HQ GRXFHXU HW P¶DPHQD
GDQV XQH JUDQGH SLqFH 1¶pWDQW SDV WUqV JUDQG MH SDUDLVVDLV XQ JQRPH j F{Wp GH OXL HW M¶DYDLV
O¶LPSUHVVLRQ TX¶LO PH VRXOHYDLW 0DLV FH Q¶pWDLW SDV TX¶XQH LPSUHVVLRQ FDU QRXV QRXV VHQWLRQV
légèrement   en   apesanteur   dans   cette   pièce.   Nous   fûmes   conduits   vers   des   escaliers   et   nous  
descendîmes   quelques   marches.   Dans   un   immense   hangar   se   trouvaient   plusieurs   modèles  
G¶HQJLQV YRODQWV  :   un   assez   gros,   en   forme   de   casque   de   pompier,   sans   fenêtres   apparentes,   et  
quelques  autres  plus  petits.  
     
-HPHVXLVDSHUoXTXHODSLqFHRQRXVpWLRQVQHSRVVpGDLWSDVG¶RXYHUWXUHVQRQSOXVPDLVTXH
des   parties   plus   claires,   dans   la   teinte   argentée,   étaient   visibles   régulièrement.   Et   à   travers   ces  
SDUWLHV RQ YR\DLW j O¶H[WpULHXU $X-­dessus   de   ces   pseudo-­hublots,   une   couronne   presque  
transparente,   en   matière   cristalline,   faisait   le   tour   de   la   soucoupe   volante.   Plus   tard,   on  
P¶H[SOLTXD TXH FHWWH FRXURQQH pWDLW XQ FROOHFWHXU G¶pQHUJLH TXL DWWLUDLW OHV pOHFWURQV OLEUHV
irradiés   du   Soleil  :   cette   ceinture   rechargeait   les   équivalents   des   batteries   de   leurs   moteurs  
F¶pWDLWDXVVLODUDLVRQGHVHIIHWVpOHFWURPDJQétiques  sur  les  voitures  et  autres).  
   
Nous   montâmes   dans   un   ascenseur,   qui   nous   conduisit   dans   une   pièce   carrée,   éclairée   par   le  
KDXW/HVPXUVpWDLHQWHQWLqUHPHQWWDSLVVpVG¶RUGLQDWHXUVGHPrPHWHLQWHTXHODSLqFH4XHOTXHV
cylindres   parsemaient   la   pièce   F¶pWDLHQW GHV VLqJHV VXU OHVTXHOV QRXV I€PHV LQYLWpV j QRXV
DVVHRLU 'qV TX¶RQ V¶\ SRVDLW FKDTXH F\OLQGUH SUHQDLW H[DFWHPHQW OD IRUPH GX FRUSV TX¶LO VRLW
assis,   semi-­allongé   ou   allongé.   Ces   sièges   étaient   très   confortables   et   fonctionnels.   Depuis   un  
moment,   je   subodorais   une   technologie   supérieure   à   celle   de   la   Terre.   Même   si   mes   croyances  
PH SRXVVDLHQW j OD SUXGHQFH WRXW FHOD FRPPHQoDLW j PH WUDFDVVHU HW MH Q¶pWDLV SDV GX WRXW
rassuré.  
 
Nous  subîmes,  Bianca  et  moi,  quelques  examens  médicaux.  Les  êtres  passèrent  un  instrument  le  
long   de   nos   bras,   qui   provoqua   le   hérissement   des   poils   et   une   légère   anesthésie.   Des  
renseignements  leur  étaient  communiqués  sur  des  écrans.  Avec  une  sorte  de  lunette  placée  sur  un  
°LO LOV HQYR\qUHQW XQ ILQ UD\RQ URXJH TXL SpQpWUD GDQV OH PLHQ -¶DYDLV O¶LPSUHVVLRQ TX¶LOV
observaient  mon  cerveau.  Bianca  fut  étudiée  de  la  même  façon.  Plus  tard,  ils  mirent  ma  femme  
GDQV XQH VRUWH GH ERvWH WUDQVSDUHQWH GDQV ODTXHOOH GHX[ ODPSHV V¶DOOXPqUHQW GLIIXVDQW XQH
lumière   rouge.   La   portH UHIHUPpH MH QH YR\DLV TXH VRQ RPEUH j O¶LQWpULHXU HW M¶HXV SHXU -H
YRXODLV P¶DSSURFKHU PDLV O¶XQ GHV rWUHV UHWLQW PRQ PRXYHPHQW HQ SRVDQW VD PDLQ VXU PRQ
pSDXOH/¶LGpHPHWUDYHUVDO¶HVSULWTX¶LOVYRXODLHQWWXHUPDIHPPH0DLVODOXPLqUHURXJHVHPLW
à   faiblir   et   je   la   vis   sortir   sans   encombre.   Ce   fut   mon   tour.   Mes   poils   et   mes   cheveux   étaient  
KpULVVpV M¶HXV O¶LPSUHVVLRQGHJRQIOHUGHGHYHQLUpQRUPHSXLVFHODVHFDOPDHWMHQHUHVVHQWLV
aucun  autre  désagrément.  
   
Ensuite,   je   fus   touché   à   la   poitrine   avec   un   autre   appareil   et   je   perdis   conscience.   Bianca   me  
UDFRQWDTX¶jFHPRPHQWO¶XQGHVKRPPHVVRUWLWHWTX¶HOOHUHVWDDYHFO¶DXWUHHWPRLLQFRQVFLHQW

 
36  
(OOHFUR\DLWTXHM¶pWDLVPRUWHWHOOHSOHXUDLW(OOHYRXODLWP¶DSSURFKHUPDLVLOO¶HQHPSrFKD,OVH  
ERXFKDXQHQDULQHHQLQVSLUDQWWUqVIRUWHWHOOHFRPSULWTX¶LOYRXODLWOXLIDLUHFRPSUHQGUHTXHMH
UHVSLUDLV WRXMRXUV ,O SULW XQ SHWLW RXWLO HW HQ VRXULDQW OXL PRQWUD TX¶LO SRXYDLW DWWLUHU HW IDLUH
YROHUGHSHWLWVREMHWVGDQV ODSLqFH&¶pWDLWXQHVRUWe  de  diversion  pour  calmer  son  angoisse.  Je  
repris  conscience  et  le  second  personnage  revint.  II  nous  emmena  dans  une  autre  pièce,  aux  murs  
chromés  et  lisses.  
   
On   nous   fit   nous   asseoir   sur   des   sièges   semblables   à   ceux   de   la   première   pièce.   Il   y   avait  
G¶pQormes   machines  et  un  silence  total.  Une  sorte  de  paix  régnait.  On  nous  fit  comprendre  que  
nous   allions   subir   des   tests   avec   des   casques   reliés   à   de   nombreux   fils.   On   nous   attacha  
pJDOHPHQW XQ ODUJH EUDFHOHW PXQL GH ILOV -¶pWDLV DVVLV HQ IDFH GH %LDQFD 8Q   troisième  
personnage  entra  alors.  Il  connecta  les  casques  à  la  machine  placée  près  de  nous,  et  les  bracelets,  
à  un  petit  boîtier  sur  le  côté.  Nous  fûmes  également  reliés  au  casque  des  êtres,  assis  à  nos  côtés.  
/H WURLVLqPH SHUVRQQDJH QRXV TXLWWD /¶XQ GHV   KRPPHV V¶LQVWDOOD GHYDQW OD PDFKLQH HW LOV
semblèrent  discourir  entre  eux  GHVOXPLqUHVFRORUpHVV¶DOOXPDLHQWHWV¶pWHLJQDLHQWVXLYDQWOHXUV
SDUROHV 6XU OD FRQVROH XQH ODPSH G¶XQ WUqV EHDX EOHX pOHFWULTXH EULOODLW 6RXGDLQ   Bianca  
V¶pFULD  :  
-­  Regarde,  ils  me  parlent  !  
3RXUPDSDUWMHQ¶HQWHQGDLVULHQHWMHFULDL  :  
-­  Et  moi,  alors  !    
Je  vis  un  des  êtres  qui  regardait  ma  femme  et  entendis  celle-­ci  répondre  :  
-­  Merci,  merci  !  Qui  êtes-­vous  ?  
%LHQHQWHQGXMHQHSHUFHYDLVSDVOHVUpSRQVHVGHO¶rWUH&HSHQGDnt,  après  quelques  minutes,  il  se  
UHWRXUQDYHUVPRLHWM¶HQWHQGLVGDQVPHVRUHLOOHV  :  
-­  Bonsoir,  soyez  le  bienvenu.      
-¶HXVPRLQVGHSUpVHQFHG¶HVSULWTXHPDIHPPHHWMHEDOEXWLDL  :    
-­  Qui  êtes-­vous  ?  Qui  êtes-­vous  ?  
-­  Je  suis  Karran.  
-­  Karran  comment  ?  De  quel  endroit  ?  
-­  '¶XQHDXWUHSODQqWH  
-­  Quoi  ?  
-­  '¶XQHDXWUH7HUUHTXHODY{WUH  
-­  &RPPHQWG¶XQHDXWUH7HUUH  "0DLVOD%LEOHQHSDUOHSDV«  
-­   1RXV VRPPHV G¶XQH DXWUH 7HUUH HW VRQ QRP HW VD GLVWDQFH QH VRQW SDV FRQQXV GH YRV
scientifiques.  
 
À  ce  moment,  Herminio  pensa  au  démon  de  la  Bible  et  commença  à  dire  des  prières,  à  invoquer  
le  nom  de  Jésus,  jIDLUHGHVVLJQHVSRXUFKDVVHUOHVPDXYDLVHVSULWV«  Pendant  ce  temps,  tout  le  
monde  attendait  calmement  la  fin  de  cette  explosion  de  paroles.  
Alors  Karran  reprit  :    
-­  Je  suis  Karran.  Avez-­vous  terminé  ?  
-­  Oui.  
-­  Tous  les  gens  de  votre  planète  pensent-­ils  comme  vous  ?  
-­  Non  !  
Herminio  se  rendit  compte  de  sa  stupidité.  Il  demanda  :  
-­  Y  a-­t-­il  une  religion  sur  votre  planète  ?  

 
37  
-­  ,OQ¶\DSDVEHVRLQGHUHOLJLRQ1RXVQ¶DYRQVYUDLPHQWSDVEHVRLQGHUHOLJLRQ  
&¶HVW j FH PRPHQW TX¶Herminio   comprit   que   les   mots   venaient   directement   de   la   pensée   de  
Karran.  &HQ¶pWDLWSDVXQHWUDGXFWLRQ/HVPRWVGHO¶(7OXLSDUYHQDLHQWGLUHFWHPHQWjO¶RUHLOOH
en  portugais.  
-­  Et  la  Bible  ?  /¶DYH]-­vous  lue  ?  
-­  Je  connais  ce  document.  Il  me  paraît  très  étrange.  
Herminio   lui   posa   encore   plusieurs   questions   sur   Dieu   et   il   comprit   que   Karran   avait   une  
position  totalement  différente  de  la  nôtre.  
 
,OPHGLWTX¶LOQHIDOODLWSDV&52,5(HQ'LHXPDLV  SENTIR  SON  EXISTENCE  ,O/¶DLPDLW/H
respectait,  Le  remerciait,  car  tout  venait  du  Créateur.  Puis  il  me  recommanda  de  rester  calme  et  
WUDQTXLOOH SDUFH TX¶LO DOODLW QRXV UHGpSRVHU VXU 7HUUH Mais   nous   conversâmes   encore   un  
moment.  Je  lui  demandai  où  nouVpWLRQV,OPHUpSRQGLWTXHFHQ¶pWDLWSDVLPSRUWDQWGHOHVDYRLU
&HTXHQRXVGHYLRQVWURXYHUF¶pWDLWG¶RQRXVYHQLRQV  
     
Je  me  souviens  lui  avoir  posé  une  question  sur  leur  ressemblance  :    
-­  Êtes-­vous  tous  du  même  âge  ?  
,OPHGLWTXHO¶kJHQ¶pWDLWSDs  lié  à  la  matière.  Ils  ne  vieillissaient  pas  et  ils  ne  calculaient  pas  le  
WHPSVFRPPHQRXV,O P¶H[SOLTXDTX¶LOpWDLWSOXVYLHX[TXHOHSOXVYLHLODwHXOGH%LDQFD HQWUH
cinq   cents   et   mille   ans),   et   il   paraissait   avoir   vingt-­cinq   ans   environ.   Pourtant,   ils   naissaient   et  
grandissaient   comme   tout   être   vivant,   mais   ils   connaissaient   un   processus   qui   permettait   de  
JDUGHUOHVFHOOXOHVYLYDQWHVWUqVORQJWHPSV/RUVTX¶LOQ¶pWDLWSOXVSRVVLEOHGHUDMHXQLUODFHOOXOH
F¶HVW-­à-­GLUHGHODIDLUHVHUHSURGXLUHHWTX¶Lls  ne  désiraient  plus  continuer  leur  vie  du  moment,  ils  
quittaient   leur   corps   et   revenaient   dans   un   nouveau   corps   par   le   processus   naturel   de   la  
naissance,   qui   est,   affirma-­t-­il,   le   plus   naturel   et   le   plus   parfait.   Quand   le   nouveau   corps   était  
prêt,  ils   «  translataient  »   leur  état  de  conscience  avec   leur   mémoire  et  leurs  connaissances  dans  
FHWWH QRXYHOOH PDWLqUH &¶HVW H[DFWHPHQW OH PrPH SURFpGp TXH OH Q{WUH VDXI TXH QRXV QRXV
perdons  la  conscience  de  nos  acquis.  
 
Il   me   dit   que   tout   corps   intelligent   ne   pRXYDLW YLYUH VDQV OD SUpVHQFH GLYLQH UpHOOH TX¶LO
P¶DLGHUDLWXQMRXUjVRUWLUGHPRQFRUSVDILQGHSUHQGUHFRQVFLHQFHGHO¶rWUHVSLULWXHOTXLpWDLWHQ
moi,  comme  en  lui  et  en  chacun  des  hommes  du  cosmos.  Il  ajouta  que  nous  avions  régressé,  lors  
G¶XQH FDWDVWURSKH FRVPLTXH GH OD SODQqWH TXH QRXV DYLRQV SHUGX G¶DXWUHV UHJLVWUHV GH
connaissance   et   la   liaison   avec   les   autres   intelligences.   Un   des   filtres   du   système   protecteur   de  
notre  planète  fut  détruit.  Des  excès  de  radiation  en  provenance  du  Soleil  déplacèrent  notre  Terre,  
qui   accéléra   son   mouvement   et   vacilla   sur   son   axe.   Des   inondations   atteignirent   les   grandes  
villes.   Mais   les   excès   de   radiation   avaient   surtout   endommagé   le   cerveau   des   survivants,   qui  
perdirent  alors  la  plupart  de  leur  mémoire.  
   
Une  ceinWXUH PDJQpWLTXHV¶pWDLWIRUPpHFUpDQWXQH EDUULqUHHQWUHQRWUHV\VWqPHHW OH OHXUHWLO
IDOOXWWURLVPLOOHDQVGHQRWUHWHPSVSRXUSHUPHWWUHGHQRXYHDXXQSDVVDJH'¶DLOOHXUVLOUHVWDLW
encore  un  surplus  de  radiation  solaire  qui  les  gênait  et  les  obligeait  à  ne  pas  rester  plus  de  quinze  
jours  consécutifs  sur  notre  planète.  
-­  Curieusement,   remarqua-­t-­il,   deux   faits   sont   restés   emmagasinés   dans   votre   mémoire  
atrophiée  OHIDLWTXHYRXVGHVFHQGH]G¶(7HWODFHUWLWXGHTX¶LOH[LVWHXQ'LHXFUpDWHXU  
 

 
38  
Il   raconta   que   des   races   différentes,   issues   de   planètes   habitées,   étaient   venues   sur   Terre.  
Chacune   avait   son   mode   de   vie,   sa   technologie,   son   territoire.   Mais   tous   vivaient   en   paix.   La  
Terre  était  dans  une  position  idéale  pour  le  développement  harmonieux  de  toute  vie.  
0DOKHXUHXVHPHQW DSUqV O¶LQFLGHQW FRVPLTXH VLJQDOp WRXW j O¶KHXUH EHDXFRXS GH UDFHV
disparurent,   dont   certaines   définitivement.   Les   civilisations   supérieures   avaient   essayé   de  
V¶DSSURFKHU SRXU VDXYHU OH SOXV SRVVLEOH G¶KDELWDQWV GH OD 7HUUH Pais   elles   se   trouvèrent  
EORTXpHV SDU OD EDUULqUH PDJQpWLTXH HW LO QH OHXU IXW SDV SRVVLEOH G¶LQWHUYHQLU ¬ SDUWLU GH FH
moment,   les   Terriens   survivants   furent   complètement   isolés.   Petit   à   petit,   les   conditions   de   vie  
devinrent   meilleures   et   UNE   DOUZIÈME   RACE   ENVAHIT   LA   TERRE.     Ce   fut  tout   ce   que  
nous  apprîmes  cette  première  fois.  
 
À  un  certain   moment,  les  êtres  nous  apportèrent,  pour  nous  restaurer,  une  boisson   jaune  et  une  
petite   capsule   blanche.   Le   liquide   avait   une   consistance   huileuse   qui   déplut   à   Bianca.   En   fait,  
FHOD Q¶DYDLW SDV EHDXFRXS GH JR€W /D FDSVXOH IRQGLW VXU OD ODQJXH 1RXV GRUPvPHV HQVXLWH XQ
PRPHQW 1RXV QRXV VHQWvPHV UHYLJRUpV PDOJUp WRXW 1RXV DYLRQV PDQJp OD QRXUULWXUH TX¶LOV
DYDLHQWFRXWXPHG¶DEVRUEHU  
 
À  la  fin  de  notre  séjour,  Bianca  me  dit  :  
-­  -¶DLIDLP  ».    
&RPPH OHV EUDQFKHPHQWV pWDLHQW HQ SODFH .DUUDQ O¶HQWHQGLW ,PPpGLDWHPHQW LO VH OHYD
déconnecta   les   fils,   posa   sa   main   sur   le   mur   et   dit   quelque   chose.   Quelques   minutes   plus   tard,  
une  belle  E.T.  aux  longs  cheveux  noirs  entra.  Elle  était  vêtue  de  la  même  combinaison  blanche  
irisée   que   ses   compagnons.   Elle   portait   un   plateau   doré   avec   deux   récipients.   Le   liquide   cette  
fois   était   vert   mais   il   avait   la   même   consistance   huileuse   que   la   première   boisson.   Bianca   le  
refusa  tout  de  suite.  Karran  nous  dit  :  
-­  Il  faut  le  boire.  
Nouveau  refus.  Après  une  petite  pause,  il  reprit  :  
-­  &¶HVW LPSRUWDQW &HOD YRXV SHUPHWWUD G¶RXEOLHU $XWUHPHQW YRXV DOOH] UDFRQWHU QRWUH
rencontre  et  on  se  moquera  de  vous.  Je  pense  seulement  à  votre  protection  personnelle.  Cette  
IRLV%LDQFDPHUHJDUGDHWQRXVI€PHVG¶DFFRUG1¶pWLRQV-­nous  pas  des  humains  responsables  ?  
1RXV QH YRXOLRQV SDV RXEOLHU FH TXH QRXV YHQLRQV G¶DSSUHQGUH HW QRXV Q¶DFFHSWLRQV SDV TXH
G¶DXWUHV QRXV LPSRVHQW OHXU YRORQWp 1RXV GpFLGkPHV GH QH Sas   boire.   Les   deux   hommes   se  
consultèrent  et  respectèrent  notre  décision.  Ils  nous  demandèrent  si  nous  désirions  les  rencontrer  
de   nouveau.   Nous   acceptâmes   avec   joie.   Alors   Karran   prit   un   petit   appareil   relié   au   sien   et  
O¶LQWURGXLVLWGRXFHPHQWGDQVO¶RUHLOle  de  Bianca.    
-­  9RXVQ¶DXUH]SDVPDOOXLGLW-­il,  et  cela  me  permettra  de  vous  prévenir  de  nos  rencontres,  car  
M¶HQUHJLVWUHOHVRQGHVGHYRWUHFHUYHDX  
 
Herminio  fut  un  peu  vexé  que  seule  son  épouse  puisse  recevoir  les  messages.    
Il  raconte  la  suite  :  
Puis   tous   les   appareillages   et   les   casques   furent   ôtés.   On   nous   fit   subir   à   nouveau   un   examen  
PpGLFDOGDQVODVDOOHFDUUpHHWO¶RQQRXVGHPDQGDGHUHPRQWHUGDQVQRWUHYRLWXUH/HVrWUHVQRXV
ILUHQW XQ JHVWH G¶DGLHX DYHF OD PDLQ HW QRXV UHGHVFHQGvPHV DYHF OH rayon   lumineux.   Tout   se  
SDVVD PLHX[ TX¶DX GpSDUW -H Q¶HXV DXFXQH QDXVpH 7RXW GHYLQW QRLU /D EDVH GX YDLVVHDX VH
ferma.  Nous  nous  retrouvâmes  à  rouler  sur  la  route  et,  comme  nous  pûmes  le  constater  plus  tard,  
QRXVpWLRQVjHQYLURQNLORPqWUHVGHO¶HQGroit  du  rapt.  On  nous  avait  déposés  sur  le  sommet  

 
39  
G¶XQH FROOLQH HW QRXV GHVFHQGvPHV OD SHQWH VXU XQ FKHPLQ GH WHUUH 1RXV S€PHV UHSpUHU
O¶DXWRURXWHPDLVQRXVpWLRQVGDQVOHVHQVLQYHUVHHQGLUHFWLRQGH%HOR+RUL]RQWH1RXVSUvPHV
GHO¶HVVHQFHjXQHVWDWLon  et  nous  nous  aperçûmes  que  DEUX  JOURS  ÉTAIENT  PASSÉS.  
 
Bianca  GpVLUDLWUHQWUHUFKH]QRXV&¶HVWFHTXHQRXVIvPHV3HQGDQWTXHOTXHWHPSVQRXVI€PHV
XQSHXKpEpWpV1RXVDYLRQVO¶LPSUHVVLRQG¶DYRLUTXLWWpOHIXWXUSRXUUHYHQLUGDQVXQSDVVpTXL
était  notre  présent.  Nous  parlâmes  avec  précaution  de  notre  rencontre,  mais  personne  ne  voulut  
QRXV FURLUH 3HX j SHX M¶HVVD\DLV G¶LQWURGXLUH WRXWHV OHV QRWLRQV QRXYHOOHV GDQV PRQ
HQVHLJQHPHQW&¶HVWWRXWFHTXHMHSRXYDLVIDLUH  
 
LA  DEUXIEME  RENCONTRE  
 
Environ  un  an  après,  raconte  Herminio,  un  dimanche  de  décembre,  nous  étions  avec  des  amis  en  
train   de   chanter   et   de   rire   à   la   maison   ±   nous   vivions   désormais   à   Rio   de   Janeiro.   Certains  
avaient  apporté  leurs  instruments  de  musique,  et  nous  formions  un  petit  groupe  de  musiciens  et  
de  chanteurs.  Nous  avions  mis  à  coucher  notre  bébé,  une  petite  fille,  et  baissé  un  peu  le  ton.  
6RXGDLQ %LDQFD PH GHPDQGD VL MH O¶DYDLV DSSHOpH 3DV GX WRXW  !   Elle   se   renseigna   auprès   des  
autres  SHUVRQQHQHO¶DYDLWDSSHOpH«(OOHPHGLW  :  
-­  -¶HQWHQGVPRQQRPjO¶RUHLOOHFRPPHDXWpOpSKRQH«  %LDQFD«  Bianca  ».  
3XLV.DUUDQOXLUHYLQWjO¶HVSULW  :    
-­  Ce  sont  eux,  dit-­HOOHG¶XQWRQGpFLGpLOVVRQWOj  !  
8QVLOHQFHpWRQQpVXLYLW%LDQFDVHUHQGLWGDQV QRWUHFKDPEUHHWQRXV O¶HQWHQGvPHVUpSRQGUH à  
TXHOTX¶XQTXLpWDLWLQYLVLEOH&HUWDLQVFUXUHQWTX¶HOOHGHYHQDLWIROOH0RLVXLYDQWODQDWXUHGHVHV
UpSRQVHV M¶HVVD\DLV GH GHYLQHU FH TX¶RQ OXL GLVDLW (OOH PH GLW  :   «  Chut  !   Chut  !  »,   car   elle  
P¶H[SOLTXD SOXV WDUG TXH WRXW O¶pTXLSDJH GX YDLVVHDX HQWHndait   tous   les   bruits   de   la   maison.  
Quand  ce   fut  fini,  elle   mit   nos  amis  dehors.  Ils   ne  se  firent  pas  prier  et  eurent  vite  fait  de  nous  
TXLWWHU GHYDQW FH FRPSRUWHPHQW pWUDQJH 0DLV ORUVTX¶LOV VH WURXYqUHQW GDQV OD UXH LOV IXUHQW
émerveillés   du   spectacle   qXL V¶RIIUDLW j OHXUV \HX[   XQH OXQH EULOODQWH FH Q¶pWDLW SDV OD SOHLQH
OXQH GHVFHQGLWHWLOOXPLQDWRXWHODUpJLRQ$XFXQG¶HQWUHHX[SDUODVXLWHQHVHPRTXDSOXVGH
nous.    
 
Le  contact  était  prévu  pour  janvier  1977,  un   mois  plus  tard.  Nous  avons  eu   juVTX¶j PDLQWHQDQW
>PRPHQWGHO¶HQTXrWH@KXLWUHQFRQWUHV1RXVSUHQLRQV ODYRLWXUHHWQRXVVXLYLRQV OHVGLUHFWLYHV
TX¶LOVQRXVGRQQDLHQWSDUO¶LQWHUPpGLDLUHGH%LDQFDMXVTX¶jFHTXHQRXVVR\RQVGDQVXQHQGURLW
suffisamment  désertique.  
 
La   fois   suivante,   le   couple,   avec   le   bébé   sur   le   siège   arrière,   roula   en   voiture   vers   une   ferme  
DEDQGRQQpHGDQV O¶eWDWGH5LRGH-DQHLUR,OVDYDLHQWpWHLQWOHVSKDUHVHWRQDYHUWLW%LDQFDTXH
TXHOTX¶XQDOODLWVHSUpVHQWHU  LO V¶DSSHODLW Zir  et  il   les  conduirait  à  eux.  Au  bouWG¶XQPRPHQW
+HUPLQLRHW%LDQFD YLUHQWXQKRPPHV¶DSSURFKHUGHODYRLWXUHHWIUDSSHUjOD YLWUHSRXUTX¶RQ
OXLRXYUHODSRUWLqUH/HFRXSOHQ¶pWDLWSDVUDVVXUp  O¶HQGURLWQ¶pWDLWSDVWUqVV€UHWOHSHUVRQQDJH
qui   se   tenait   là   avait   un   visage   barbu   et   sRPEUH 'H SOXV F¶pWDLW OD QXLW HW LO SOHXYDLW %LDQFD
EDLVVDODYLWUHHWO¶KRPPHGLW  :    
-­  -H VXLV =LU 9RXV rWHV +HUPLQLR HW %LDQFD HW M¶DL SRXU PLVVLRQ GH YRXV FRQGXLUH MXVTX¶j
Karran.  »  

 
40  
,OHQWUDHWV¶LQVWDOODHQWUHHX[VXUOHVLqJHDYDQW,OLQGLTXDODroute  du  doigt.  Le  sol  était  boueux  
et  la  route,  mauvaise.  
 
Je  regardais  Zir  à  la  dérobée,  raconte  Herminio.  II  avait  des  mains  calleuses  et  je  me  demandais  
V¶LO V¶DJLVVDLW G¶XQ JDUoRQ GH IHUPH 6RQ YLVDJH HQFDGUp G¶XQH EDUEH HW GH FKHYHX[ URX[ pWDLW
mangé  SDUGHX[\HX[G¶XQHFRXOHXULQGpILQLVVDEOHWUqVHQIRQFpVGDQVOHVRUELWHV,OQRXVVHPEOD
PDODGH/DSOXLHDYDLWFHVVp,O ILWDUUrWHUODYRLWXUHHWQRXVGLWG¶DWWHQGUH,OV¶HQIRQoDGDQV OD
nuit  et  dans  le  brouillard.  Peu  après,  il  revint  accompagné  de   Karran.  Nous  reconnûmes  aussitôt  
notre   ami,   car   son   beau   costume   brillait   dans   le   noir   comme   un   soleil.   Karran   parla   dans   sa  
SURSUHODQJXHj=LUTXLQRXVWUDGXLVLWVHVSURSRVHQSRUWXJDLV3OXVWDUG=LUQRXVGLWTX¶HQHIIHW
il  était  malade.  Nous  lui  propRVkPHVGHO¶HPPHQHUYRLUXQPpGHFLQPDLVLOSRLQWDODODPSHGH
Karran  sur  son   bras.  Sa  peau  était  très  blanche  et  on  voyait  en  transparence.  Nous  ne   vîmes  ni  
veines  ni  artères.    
-­  'H SOXV DMRXWD =LU M¶DL GHX[ F°XUV DYHF GHX[ YDOYXOHV GDQV OHTXHO SDVVH un   liquide   qui  
Q¶HVWSDVGXVDQJ9RLOjSRXUTXRLMHQHSXLVDOOHUYRLUXQPpGHFLQ  !    
/¶HQWUHYXHIXWDVVH]FRXUWHHWOHYDLVVHDXUHVWDLQYLVLEOHjQRV\HX[  
 
/RUVG¶XQHDXWUHUHQFRQWUH Herminio  emporta  un  appareil  photo  pour  prendre  un  cliché  de  son  
ami   Karran 4XHOOH SUHXYH LQWpUHVVDQWH V¶LO SRXYDLW UDPHQHU FHWWH SKRWR j VHV DPLV  !   La  
rencontre  eut  lieu  un   matin,  dans  un  champ,  pas  très   loin  de  quelques   habitations,  et   Herminio  
demanda   à   Karran   OD SHUPLVVLRQ GH OH SKRWRJUDSKLHU &H GHUQLHU OXL GLW TX¶RQ OHur   défendait  
G¶DFFHSWHU FHOD  :   une   photo   pouvait   faire   repérer   leurs   frères   qui   se   trouvaient   sur   Terre.   Au  
moment  du  départ,  lorsque  Karran  se  retourna  pour  monter  dans  le  vaisseau  qui  avait  atterri  non  
ORLQ G¶HX[ Herminio   VH GpSrFKD G¶DFWLRQQHU VRQ DSSDreil.   Malheureusement,   il   appuya   sur   le  
IODVK SDU LQDGYHUWDQFH $XVVLW{W WRXWHV OHV OXPLqUHV GHV UXHV V¶pWHLJQLUHQW Herminio   comprit  
TX¶LO DYDLW IDLW XQH HUUHXU /D SKRWR QH PRQWUD TX¶XQ pFODW GH OXPLqUH VXU OH YDLVVHDX HW XQH
ombre  indistincte  qui  se  baissait.  
 
Karran   OXL H[SOLTXD DSUqV TXH FHOD SRXYDLW rWUH GDQJHUHX[ /D FHLQWXUH SLqJH G¶pOHFWURQV TXL
pWDLW DFWLYpH SRXU OH GpSDUW V¶DUUrWD GH WRXUQHU HW OH YDLVVHDX V¶LOOXPLQD GH FRXOHXU RUDQJH
«  Heureusement,   ajouta   Herminio,   que   nous   nous   trouvions   dans   la   voiture,   nous   étions  
suffisamment  protégés.  Mais  nous  aurions  pu  être  blessés.  »  
3HQGDQW TXH O¶RYQL V¶HQYRODLW Herminio   WHQWD GH IDLUH G¶DXWUHV FOLFKpV PDLV EL]DUUHPHQW LOV
furent  tous  ratés.  
 
REMARQUES  COMPLEMENTAIRES  
 
Herminio   GLVDLW TXH FH Q¶pWDLHQW MDPDLV OXL QL %LDQFD TXL SUHQDLHQW O¶LQLWLDWLYH GHV UHQFRQWUHV
Karran  WLQWSDUROHHWSURYRTXDFKH]OHFRXSOHXQHYpULWDEOHVRUWLHKRUVGXFRUSV-HSHQVHTX¶LO
ne  faut  pas  confondre  cette  sortie  hors  du  corps  avec  un  voyage  astral,  car  le  corps  physique  est  
LFL SURWpJp SDU XQH HQWLWp VXSpULHXUH SHQGDQW O¶RSpUDWLRQ HW HOOH UHVVHPEOH j XQH DXWKHQWLTXH
NDE  (Near  Death  Experience  ±  expérience  aux  frontières  de  la  mort).  Ils  en  ressortirent  avec  un  
sentiment  de  libération  extraordinaire  et  ils  sont  depuis  incapables  de  faire  des  choses  contraires  
aux  lois  cosmiques   UHVSHFWLQWpJUDOGHODYLHFRPPXQLRQDYHFO¶8QLYHUV« «  Nous  ne  pouvons  
plus  faire  de  mal,  ni  à  nous-­mêmes  ni  aux  autres  »,  dit  Herminio.  
 

 
41  
Quelques  renseignements  complémentaires  recueillis  auprès  G¶+HUPLQLR.  
   
  ‡  3OXVLHXUV W\SHV G¶(7 SHXYHQW HPSUXQWHU OHXUV YpKLFXOHV ,OV WUDYDLOOHQW HQ
collaboration.  
 
  ‡  /HXU SODQqWH G¶RULJLQH HVW UHODWLYHPHQW SURFKH GH QRWUH V\VWqPH VRODLUH ,O H[LVWH XQ
groupe  de  cinq  étoiles  (leur  Soleil  et  le  nôtre  en  font  partie)  avec  des  planètes,  dont  une  douzaine  
porte   une   vie   humaine   intelligente.   Herminio   a   vu   une   carte   de   ce   groupe,   avec   les   circuits  
HPSUXQWpVSDUOHVFRVPRQDXWHV,ODHVVD\pGHODUHSURGXLUHGHPpPRLUH,OVHPEOHTX¶LOV¶DJLVVH
de   planètes   incoQQXHV WRXUQDQW DXWRXU G¶$OSKD GX &HQWDXUH Karran   pense   que   ce   seront   les  
premières  que  nous  découvrirons.  
 
  ‡  Ils   ne   mangent   pas   comme   nous.   Ils   essaient   de   retirer   des   aliments   les   nutriments  
nécessaires   à   la   vie   sous   forme   liquide   ou   solide  ±   par   exemple,   cette   sorte   de   pain   en   petits  
PRUFHDX[ TXL IRQGHQW LQVWDQWDQpPHQW GDQV OD ERXFKH +HUPLQLR D SHQVp j O¶DPEURLVLH GHV
'LHX[ HW j OD PDQQH GHV +pEUHX[  $LQVL LO Q¶\ D DXFXQ SURFHVVXV G¶DVVLPLODWLRQ ODERULHX[ HW
fragile  tel  que  nous  le  connaissons,  et  surtout  aucun  déchet.  Ils  semblent  extraire  ces  nutriments  
GHSURGXLWVQDWXUHOVFDULOVIDLVDLHQWGHVUHFKHUFKHVVXUFHUWDLQHVHVSqFHVG¶DOJXHVGHOD7HUUH,OV
pensent   que   plus   tard   nous   procéderons   de   la   même   façon,   pour   obtenir   une   vie   plus   longue  
(meilleure  vitalisation  des  cellules).  
 
  ‡  &HSHXSOHHVWYHQXVXU7HUUHELHQDYDQWTXHO¶KRPPH\VRLWGpSRVp,OVRQWXQHRULJLQH
FRPPXQHDYHFOHVKRPPHVHWSOXVLHXUVDXWUHVKXPDQLWpVH[WUDWHUUHVWUHV&KDTXHIRLVTX¶LOVVRQW
venus  sur  Terre,  ils  ont  été  considérés  comme  des  dieux,  mais  ils  refusent  toute  idolâtrie.  Ils  sont  
QRVIUqUHVDvQpVDXVHLQG¶XQHpYROXWLRQLQWHOOLJHQWHHWLQGLYLGXHOOH  
 
  ‡  Jésus-­Christ  serait  un  authentique  extraterrestre.  
 
  ‡  Karran   a   appris   à   Herminio   et   Bianca   les   techniques   pour   captHU O¶pQHUJLH $LQVL RQ
peut  recharger  les  piles  en  les  tenant  dans  la  main.  Cinq  minutes  suffisent  pour  une  petite  pile  ;;  
G¶DXWUHVGHPDQGHQWYLQJWPLQXWHVDYHFXQHYLVXDOLVDWLRQVXUOHSURFpGp  
 
  ‡  Les   E.T.   leur   demandaient   souvent   ce   que   les   gens   pensaiHQW G¶HX[ ,OV WHQDLHQW j
FRQQDvWUHO¶pYROXWLRQGHVPHQWDOLWpVjOHXUpJDUG,OVOHXUDSSULUHQWpJDOHPHQWOHVWHFKQLTXHVSRXU
se  connaître  soi-­même.  Herminio  les  diffusa  dans  ses  groupes  de  travail.  
 
  ‡  Leur  premier  principe  est  celui-­ci  :  chacun  est  libre  de  choisir  son  propre  chemin.  Mais  
ils  détestent  les  tueries  qui   nous  affectent,  et  parfois   ils  peuvent  intervenir  ponctuellement  pour  
essayer  de  sauver  quelques  vies.  
 
  ‡  À   cause   des   radiations   solaires   trop   élevées,   ils   ne   peuvent   rester   plus   de   douze   jours  
consécutifs  sur  la  Terre,  aussi  leur  est-­LOGLIILFLOHGHIDLUH°XYUHXWLOH0DLVGDQVOHXUVDSSDUHLOV
ils  sont  protégés  par  un  bouclier  :  un  champ  de  force  de  protection.  
 
  ‡  Quand  ils  disparaissent  à  notre  vue,  ils  ne  se  «  dématérialisent  »  pas,  comme  disent  les  
Terriens.   Ils   ont   seulement   activé   le   champ   de   force   qui   les   entoure,   de   manière   à   avoir   une  

 
42  
fréquence   plus   rapide   que   celle   des   rayons   lumineux,   ce   qui   les   rend   invisibles   aux   yeux   des  
témoins,OVSDVVHQWPDLVSHUVRQQHQHSHXWOHVYRLU'¶DLOOHXUVLOVQHVHPRQWUHQWTXHORUVTX¶LOV
OHYHXOHQWELHQ&¶HVWOHPrPHSULQFLSHSRXUOHVUDGDUV  
 
 
Question  posée  :  «  Quand  ils  accélèrent  ces  vibrations,  passent-­ils  dans  une  autre  dimension  ?  
±  Non,   Karran   Q¶D SDV HPSOR\p FHV WHUPHV ,OV FRQWU{OHQW HW   accélèrent   ou   réduisent   les  
YLEUDWLRQV GH FHV FKDPSV pOHFWURPDJQpWLTXHV TXL SDVVHQW GDQV O¶LQYLVLEOH DX-­dessus   de  
O¶XOWUDYLROHWSDUH[HPSOH 4XDQGLOVGLULJHQWFHFKDPSYHUVQRXVQRXVQHOHVYR\RQVSOXV&H
Q¶HVWULHQGHSOXVTXHFHOD  »,  explique  Herminio.  
 
Traduction  de  Geneviève  Vanquelef  
 
Note  de  Geneviève  Vanquelef  :    
Il  me  semble  que  ce  cas  présente  des  ambiguïtés  qui  font  douter  des  intentions  profondes  de  ces  
rWUHV,OVH[HUFHQWXQFRQWU{OHpYLGHQWVXU%LDQFD,OVRQWG¶DLOOHXUVHIIHFWXpGHVWHVts  sur  le  corps  
des   époux,   dont   la   motivation   nous   échappe.   Qui   est   Zir  " 8Q K\EULGH TX¶LOV XWLOLVHQW FRPPH
serviteur  ?   Pourquoi   ne   le   soignent-­ils   pas  " /HXU KLVWRLUH GH OD 7HUUH FRQFRUGH VXU SOXV G¶XQ
point   avec   les   autres   histoires   que   nous   avons   reçues.   Mais   ils   rejettent   complètement   la  
responsabilité  des  catastrophes  de  la  Terre  sur  les  Terriens  :  les  E.T.  sont  tous  beaux  et  gentils  !    
 
 
 
 
 
 
 
 
 

11  
/(69,6,7(856'¶,7,%,5$,,  
 
 
Résumé  du  livre  autobiographique  Cancer  Planet  Mission  («  Mission  de  la  Planète-­Cancer)  de  
Ludwig  F.  Pallmann,  repris  par  Wendelle  C.  Stevens  sous  le  nom  de    
Ufo  ±  Contact  From  Itibi  Ra.  
 
Ludwig  F.  Pallmann  HVWXQ$OOHPDQGTXLDIXLOD*HVWDSRSHQGDQWODJXHUUHHWV¶HVWUpIXJLpHQ
Angleterre.   En   septembre   1966 LO HVW XQ KRPPH G¶affaires   prospère,   qui   vend   des   machines  
SRXUO¶DJURDOLPHQWDLUHGDQVOHPRQGHHQWLHU,OSDUFRXUWOHVFLQTFRQWLQHQWVHWLOHVWSDUIDLWHPHQW
satisfait  de  sa  vie.  
$X GpEXW G¶RFWREUH  LO SDUW SRXU O¶,QGH ,O D GpMj YLVLWp FH SD\V HW LO FRQQDvW VRQ JUDQG  
dénuement.   Il   pense   pouvoir   rencontrer   des   investisseurs,   de   façon   à   faire   progresser  
O¶DJULFXOWXUHHWjHQUD\HUODIDPLQHFKURQLTXHGXSD\V  

 
43  
 
Le  4  octobre  1966LODWWHUULWjO¶DpURSRUWGH&DOFXWWD.  Il  contacte  quelques  habitués  du  quartier  
des   affaires   HW WHQWH GH OHV FRQYDLQFUH G¶LQYHVWLU PDLV LO VH KHXUWH j O¶LQFRPSpWHQFH HW DX[
SUpMXJpV GHV SHUVRQQHV VXVFHSWLEOHV G¶DFKHWHU VRQ PDWpULHO DLQVL TX¶DX[ WUDFDVVHULHV
bureaucratiques.  Il  se  rend  ensuite  à  Bombay,  mais  les  affaires  ne  marchent  pas  mieux.  
Ses   efforts   se   révélant   inutiles,   il   décide   de   rester   plusieurs   jours   pour   visiter   le   pays   et   mieux  
connaître  ses  habitants.  Pour  cela,  pense-­t-­il,  le  meilleur  moyen  est  de  voyager  en  train.  Il  prend  
donc   le   train   pour   Madras.   Mais   il   ne   peut   se   résoudre   à   monter   en   troisième   classe,   car   la  
PDOSURSUHWp HW OHV RGHXUV G¶DQLPDX[ GLYHUV O¶LQFRPPRGHQW $LQVL V¶LQVWDOOH-­t-­il   dans   un  
compartiment  couchette,  et  une  aventure  incroyable  va  commencer  pour  lui  !  
 
RENCONTRE  INSOLITE  EN  INDE  
 
Le  10  octobre  1966,  notre  hommHG¶DIIDLUHVV¶LQVWDOOHGDQVXQZDJRQYLGH8QJHQWOHPDQYrWX
G¶XQLPSHFFDEOHFRVWXPHEODQFFDVVpDUULYHSUHVTXHDXVVLW{WHWFRPPHQFHjLQVSHFWHUSRUWHVHW
serrures   méticuleusement.   Satisfait   de   cet   examen,   il   incline   courtoisement   la   tête   en   signe   de  
saluWDWLRQ/¶KRPPHHVWGHEHOOHWDLOOH  :  le  bourgeois  anglais  parfait.  Pallmann  raconte  :  
3HX DSUqV MH OXL RIIULV XQ SHWLW YHUUH GH ZKLVN\ G¶XQH ERXWHLOOH TXH M¶HPSRUWDLV WRXMRXUV DYHF
moi.  Il  accepta  et  sirota  un  peu  du  précieux  breuvage.    
-­  Pardonnez-­moi,  lui  dis-­je,  mais  à  la  manière  dont  vous  inspectez  ce  compartiment,  je  suppose  
TXHYRXVQ¶rWHVSDVV€UGHODVpFXULWpGHFHWUDLQ  ?  
-­   Pas   du   tout,   monsieur,   répondit-­il   en   souriant,   je   ne   fais   que   me   conformer   aux   règles.    
Il   me   désigna   les   affiches   collées   contre   les   parois  :   «  Attention   aux   voleurs  !   Vérifiez   les  
fermetures  et  les  serrures  de  votre  compartiment  »,  etc.    
-­  2QGLUDLWTX¶LFLWRXVOHVJHQVVRQWFRQVLGpUpVFRPPHGHVYROHXUV  !    dis-­je  en  riant.  
À   la   façon   dont   mon   interlocuteur   me   regarda   en   haXVVDQW OHV VRXUFLOV M¶HXV O¶LPSUHVVLRQ GH
O¶DYRLU FKRTXp 3RXU PH UDWWUDSHU MH OXL RIIULV XQ GHX[LqPH YHUUH GH ZKLVN\ TX¶LO DFFHSWD GH
QRXYHDX PDLV TX¶LO QH EXW SDV -H YpULILDL OH PDWHODV HW OHV FRXYHUWXUHV GH OD FRXFKHWWH
Apparemment  tout   était   proprH HW MH P¶\ LQVWDOODL 0RQ FRPSDJQRQ ILW GH PrPH HW VH GpWHQGLW
dans  son  coin.  Il  mesurait  1,80  m,  il  était  mince  ±  mais  pas  maigre  -­pOpJDQW«  
 
,O V¶DSSURFKD GH PRL HQ GLVDQW  :   «  Excusez-­moi,   monsieur,   je   ne   me   suis   pas   présenté  :   je  
P¶DSSHOOH6DWX-­Ra.  »    
De  près,  je  fus  frappé  par  la  beauté  de  ses  yeux  noirs  et  expressifs.  Mais  autre  chose  attira  mon  
DWWHQWLRQ%LHQTX¶LO VH I€WH[SULPpGDQVXQDQJODLV LPSHFFDEOHMHIXVWUqVVXUSULVSDUFHTXHVD
voix  ne  semblait  pas  venir  de  sa  bouche,  mais  de  sa  poitrine.  Ses  lèvres  remuaient,  mais  le  son  ±  
M¶HQ pWDLV FHUWDLQ ±   YHQDLW G¶DLOOHXUV 8QH DXWUH SDUWLFXODULWp PH FKRTXD   FKDTXH IRLV TX¶LO
LQVSLUDLWVHV PDLQV ORQJXHV ILQHVHWJDQWpHVVHFRQWUDFWDLHQW-HSHQVDLG¶DERUGTX¶LODYDLWGH
O¶DVWKPHRXTXHOTXHDXWUHGLIILFXOWpUHVSLUDWRLUHELHQTX¶LOVHPEOkWHQWUqVERQQHVDQWp6RQWHLQW
EODQFHWVHVFKHYHX[FKkWDLQFODLUOHIDLVDLHQWSDUDvWUHSOXVMHXQHTX¶LOQHGHYDLWO¶rWUHHQUpDOLWp
-H UHPDUTXDL DXVVL XQ GpIDXW GH SDUROH pWUDQJH &KDTXH IRLV TX¶LO FRPPHQoait   une   phrase,   il  
GLVDLW OH SUHPLHU PRW HW OHV DXWUHV YHQDLHQW DSUqV XQ OpJHU WHPSV G¶DUUrW 3RXUWDQW MH PH VXLV
habitué  assez  vite  à  cela.  Sa  voix  était  musicale,  un  peu  monotone,  et  il  accompagnait  ses  paroles  
G¶XQVRXULUHVLJHQWLOTX¶RQO¶pFRXWDLWDYec  plaisir.  
Nous  bavardâmes  pendant  que  le  train  continuait  son  voyage  tranquillement.  
-­  9RXVQ¶rWHVSDVDQJODLVUHPDUTXD-­il.  Habitez-­vous  ici  ?  

 
44  
-­  -HQHVXLVSDVDQJODLVHWMHQ¶KDELWHSDVLFL([FXVH]PRQLPSROLWHVVH  MHP¶DSSHOOH3DOOPDQQ
HWM¶XWLOLVHO¶DQJODLVSDUFHTXHF¶HVWODPHLOOHXUHIDoRQGHVHIDLUHFRPSUHQGUHGDQVFHSD\V  
 
Il  était  20  heures  quand  nous  nous  arrêtâmes  dans  une  grande  ville.  La  nuit  commençait  à  tomber  
HWOHFLHOV¶HPEUDVDLWDX-­dessus  du  soleil  couchant.  Sur  le  quai  se  bousculaient  une  foule  bigarrée  
de   personnes   maigres   et   affamées,   qui   nous   regardaient   à   travers   les   vitres   du   compartiment.  
Certaines,   les   plus   aisées,   dévoraient   quelques   tortillas.   De   vieilles   femmes   étaient   assises   près  
G¶XQ EUDVLHU TX¶XQ KRPPH DYDLW DOOXPp SRXr   faire   cuire   quelques   aliments.   Des   enfants  
pleuraient  au  milieu  des  cris  de  la  foule  grouillante.  Parmi  cette  foule  apparut  la  plus  misérable  
de   tous  :   une   jeune   femme   aux   yeux   fiévreux   portant   un   bébé   hurlant   de   faim   et   tendant  
pitoyablement   la   main   pouU PHQGLHU 8Q EUDKPDQH SDVVD SUqV G¶HOOH HW OD UHJDUGD G¶XQ DLU
PpSULVDQW HQ SUHQDQW ELHQ VRLQ GH QH SDV WRXFKHU O¶LQWRXFKDEOH 6DWX-­Ra   descendit   du   train,  
marcha  droit  vers   la   femme,   lui  glissa  un   billet  dans   la   main  et  mit  une  petite  tablette  incolore  
dDQVODERXFKHGHO¶HQIDQWTXLO¶DYDODHWVHWXW,OUHPRQWDGDQVOHZDJRQHWPHSULWSDUODPDLQ
-HIXVWUqVpWRQQpFDULOP¶HQWUDvQDUDSLGHPHQWYHUVOHVZDJRQVGHWURLVLqPHFODVVHHQPHGLVDQW
doucement  :  «  Nous  avons  beaucoup  à  faire  ici.  »  
 
Le  train  VHUHPLWHQPDUFKH/¶RGHXUpWDLWDWURFH  WRXVFHVJHQVQ¶pWDLHQWSDVDXVVLPDOKHXUHX[
que  ceux  du  dehors,  mais  tous  souffraient  à  des  titres  divers  de  privations,  de  manque  de  soins  et  
G¶K\JLqQH Satu-­Ra   parlait   un   yiddish   parfait.   À   chacun   il   glissait   quelques   mots   de   réconfort,  
SXLVOHXUWHQGDLWXQHGHVHVP\VWpULHXVHVWDEOHWWHV«-HOHVXLYDLVHQGLVWULEXDQWTXHOTXHVSLqFHV
et  billets.  Quel  ne  fut  pas  mon  étonnement  quand  je  vis  les  premiers,  complètement  ragaillardis,  
lui  sourire  et  lui  tendre  les  mains  0RQFRPSDJQRQFRQWLQXDLPSHUWXUEDEOHMXVTX¶jFHTXHWRXV
VRLHQW VHUYLV ¬ O¶DUUrW VXLYDQW QRXV UHGHVFHQGvPHV GX WUDLQ HW UHJDJQkPHV QRWUH FRXFKHWWH
-¶pWDLVFRQWHQWGHPRLHWPHEORWWLVVRXVPHVFRXYHUWXUHV    
 
Lui   semblait   infatigable  ;;   il   me   souriait,   probablement   satisfait.   Un   sikh   monta   dans   notre  
compartiment.  Il  avait  une  vénérable  barbe  et  des  vêtements  blancs  impeccables.  Il  ne  dit  rien  et  
QRXVUHJDUGDDYHFPpILDQFHSXLVLOV¶LQVWDOODOHSOXVORLQSRVVLEOHGHQRXV7RXWHODQXLWLOGRUPLW
G¶XQ°LOSXLVGHO¶DXWUH&¶pWDLWLPSUHVVLRQQDQW  !  Il  descendit  lorsque  nous  arrivâmes  à  Madras.  
-­  Quel  homme  extraordinaire  !  dis-­MH4XHGHFKRVHVLQFUR\DEOHVM¶DLYXHVSHQGDQWFHYR\DJH  !    
Satu-­Ra  sourit  :  
-­  Faites-­vous  allusion  à  moi  ?  
±  Non,  pas  nécessairement,  répondis-­je  confus.  Mais  je  dois  avouer  que  je  ne  puis  vous  situer  !  
±  Que  voulez-­vous  dire  ?  
±  Qui  êtes-­vous  "'¶RYHQH]-­vous  ?  
±  &¶HVWVLPSOHMHYLHQVGH&RWRVRWL  !  
±  Cotosoti  "&¶HVWHQ$PpULTXHFHQWUDOH  ?  
±  Non  &¶HVWVXU,WLEL5D,,  
±  Vous  me  taquinez  -¶DLSDUFRXUXOHPRQGH  HWMHQ¶DLMDPDLVHQWHQGXFHQRP  !  Où  est-­ce  ?  »  
Il  pointa  son  doigt  vers  le  ciel,  en  direction  du  soleil  qui  commençait  à  émerger.  Avant  que  je  ne  
UHSUHQQH PHV HVSULWV PRQ FRPSDJQRQ P¶DYDLW VDOXp HW pWDLW VRUWL GX Wrain.   Il   héla   un   taxi   et  
GLVSDUXW-HILVGHPrPHHWGRQQDLO¶DGUHVVHGHO¶K{WHOj0DGUDVRM¶DYDLVUpVHUYpXQHFKDPEUH
Mon  cerveau  avait  du  mal  à  suivre.  Cet  individu  avait  eu,  il  est  vrai,  un  comportement  étrange.  
6LW{W LQVWDOOp HW UHVWDXUp j O¶K{WHO je   descendis   à   la   bibliothèque   pour   consulter   un   atlas.   Je   ne  
WURXYDLULHQVXU&RWRVRWLQL,WLEL5D,,&HODQHPHVXUSULWSDVRXWUHPHVXUHPDLVM¶pWDLVDJDFpGH

 
45  
QH SDV HQ VDYRLU SOXV 8Q DSSHO WpOpSKRQLTXH P¶REOLJHD j GHVFHQGUH j OD UpFHSWLRQ 8Q ,QGLHQ
P¶DFFRVWDHWPHWHQGLWXQSURVSHFWXVSRXUODYLVLWHG¶XQPRQXPHQW.  
-­  &¶HVWGXWUqVEHODUWLQGLHQ  »,  me  dit-­il,  puis  il  ajouta  plus  bas,  en  me  regardant  dans  les  yeux  :  
«  Satu-­Ra  ».    
Et  il  disparut  sans  aucun  autre  mot.  De  plus  en  plus  intrigué,  je  décidai  G¶DOOHUjFHUHQGH]-­vous.  
Je  repris  un  taxi,  qui  me  conduisit  au  lieu  indiqué  sur  le  prospectus.  
 
-¶pWDLV GDQV OH TXDUWLHU GHV SDODFHV HW GHV ULFKHV GHPHXUHV 9R\DQW GX PRQGH j O¶HQWUpH GX
PRQXPHQWM¶DWWHQGLVXQSHXVXU OHEDQFj O¶H[WpULHXU/DIDoDGHpWDLWVXSHUEH'¶LQQRPEUDEOHV  
SODQWHV HW IOHXUV H[RWLTXHV GpFRUDLHQW O¶HQWUpH -H SHQVDLV PH WURXYHU GHYDQW XQH EHOOH PDLVRQ
WUDQVIRUPpHHQJDOHULHG¶DUWUHOLJLHX['DQVOHKDOOMHYLVSatu-­Ra.  Visiblement,  cette  maison  lui  
appartenait.  Il   me   fit  visiter  lHVGLYHUVHVSLqFHVGpFRUpHVG¶°XYUHVG¶DUWDQFLHQQHV/¶LPDJHGX
Seigneur  Vishnou  trônait  dans  un  salon.   Satu-­Ra  me  désigna  du  doigt  les   formes  de  soucoupes  
volantes  décorant  le  manteau  du  dieu.  
-­  Cela,  me  dit-­il,  prouve  que  nos  ancêtres  ont  atterri  sur  cette  Terre.  
 
-HPHVRXYHQDLVHQDYRLUYXGHVHPEODEOHVVXUOHVYrWHPHQWVGHGLHX[SUpFRORPELHQV-HQ¶DYDLV
MDPDLV SHQVp j XQ OLHQ SRXYDQW UpXQLU OHV GHX[ FLYLOLVDWLRQV 0DLV MH Q¶pWDLV SDV GX WRXW
convaincu  de  ce  que  Satu-­Ra  insinuait  :  je  considérais  ces  dessins  comme  des  symboles  sacrés,  
et  je   me  disais  qu¶  »Itibi  Ra  »  pWDLWVDQVGRXWHXQGHVDQFLHQVQRPVG¶XQFHUWDLQSD\VGH O¶,QGH
ou   une   région   mythique   dans   la   tradition.   Nous   allâmes   bavarder   dans   le   jardin   et   je   pus   voir  
parfaitement  le  visage  de  mon  LQWHUORFXWHXU,ODYDLWODSHDXOXPLQHXVHGRUpHG¶XQ(XUDVLHQGH
grands   yeux   sombres,   une   bouche   assez   petite,   et   un   menton   particulièrement   étroit   et   mince.  
Bizarrement,  malgré  la  chaleur,  il  portait  des  gants.  
 
Je   pus   très   bien   me   rendre   compte   de   ce   TXH M¶DYDLV GpMj VRXSoRQQp  :   il   y   avait   certainement,  
sous  le  haut  de  son  vêtement,  un  gadget  électronique  qui  lui  permettait  de  parler  les  langues  de  la  
7HUUH ,O PH SRVD GHV TXHVWLRQV VXU O¶(XURSH HW LO PH GHPDQGD R MH GpVLUDLV PH UHQGUH
maintenant.   Je   OXL ILV SDUW GH PHV LQWHQWLRQV G¶DOOHU DX &DFKHPLUH SRXU YLVLWHU OHV ULFKHVVHV
DUFKpRORJLTXHVGHFHWWHUpJLRQSXLVGHSUHQGUHO¶DYLRQGH6ULQDJDUSRXU%pQDUqV  
-­  &¶HVWXQH[FHOOHQWSURJUDPPH,  approuva  Satu-­Ra.  Bénarès  est  la  ville  sainte  des  hindous.  Je  
dRLVP¶\UHQGUHDXVVL1RXVQRXV\UHQFRQWUHURQV3RXUFHIDLUHYRLFLXQSHWLWREMHWTXLQRXV
aidera  à  nous  retrouver.  
Il  me  tendit  une  chevalière  en  or.  
-­  Cet   anneau,   me   dit-­LO HVW OH V\PEROH G¶XQH WUqV DQFLHQQH UHOLJLRQ ,O GDWH GH SOXV GH YLQJW
mille  ans.  
-H UHJDUGDL O¶REMHW DWWHQWLYHPHQW HW MH YLV TXH OH FHQWUH VH FRPSRVDLW G¶XQH DXWUH PDWLqUH
LQFUXVWpH FRPPH GX GLDPDQW ,O P¶H[SOLTXD TXH O¶LQIRUPDWLRQ VH WURXYHUDLW GDQV FHWWH SDUWLH
-¶KpVLWDLjDFFHSWHUXQREMHWVLSUpFLHX[PDLVLOOHPLWG¶DXWRULWé  dans  ma  main  et  avec  un  sourire  
WHOOHPHQWFKDOHXUHX[TXHMHQHSXVTX¶DFFHSWHU  
-­  Ne  le  perdez  pas  !  souffla-­t-­il.  
&HV\PEROHP¶LQWULJXDLW  
-­  Quelle  est  votre  profession  ?  demandai-­je.  
±  Je  suis  un  serviteur  de  Dieu,  comme  tous  les  habitants  de  mon  pays,  répondit-­il.  
$SUqVXQHFKDXGHSRLJQpHGHPDLQQRXVQRXVVpSDUkPHV-¶DYDLVSDVVpXQH[FHOOHQWDSUqV-­midi.  
 

 
46  
LES  RETROUVAILLES  A  BENARES  
 
-HILVXQFRXUWVpMRXUDX&DFKHPLUHSXLVM¶DOODLj%pQDUqVODYLOOHRODYLHHWODPRUWVHF{WRLHQW
Mon  hôtel  se  situait  près  du  crématorium.  Cependant,  et  peut-­être  à  cause  de  cela,  la  végétation  
était  luxuriante.  
/HGHX[LqPHVRLUM¶pWDLVLQVWDOOpGDQVOHMDUGLQP¶HQLYUDQWGXSDUIXPGHVIOHXUVHWMRXLVVDQWGH
OD GRXFHXU GH OD VRLUpH 7RXW j FRXS MH P¶DSHUoXV TXH OH F°XU GH OD FKHYDOLqUH EULOODLW
LQWHQVpPHQW -H GpSODoDL SOXVLHXUV IRLV OD PDLQ SHQVDQW TX¶XQ TXHOFRQTXH UD\RQ OXPLQHX[ V¶\
UHIOpWDLW0DLVQRQODOXPLqUHSURYHQDLWELHQGHO¶DQQHDX  !  La  vision  de  Satu-­Ra  V¶LPSRVDjPRQ
esprit   et   je   me   souvins   de   sa   prRPHVVH -H PH GpSODoDL XQ SHX j O¶DEUL GHV DUEUHV PDLV GH
PDQLqUHjVXUYHLOOHUO¶HQWUpHEULOODPPHQWpFODLUpH3HXDSUqVMHYLV Satu-­Ra  se  profiler,  puis  se  
GLULJHU YHUV O¶HQGURLW R M¶pWDLV VDQV DXFXQH KpVLWDWLRQ ,O P¶DFFXHLOOLW DYHF FKDOHXU HW PH
demDQGD VL M¶DYDLV DSSUpFLp OHV WHPSOHV GX &DFKHPLUH -H OXL PRQWUDL OHV SKRWRV TXH M¶DYDLV
SULVHV%UXVTXHPHQWLOVHPLWjOHVREVHUYHUDYHFEHDXFRXSG¶DWWHQWLRQ  
-­  Vous  connaissez  ces  lieux  ?  lui  demandai-­je.  
±  2XLMHOHVDLYLVLWpV-¶DLWUDYDLOOpGDQVFette  région.  
1RXV DOOkPHV QRXV DVVHRLU VXU XQ EDQF GX MDUGLQ HW QRXV UHJDUGkPHV OHV VHUYLWHXUV GH O¶K{WHO
GpYLVDJHUOHVIHPPHVTXLGHVFHQGDLHQWRXPRQWDLHQWO¶HVFDOLHU8QHMHXQHHWMROLHK{WHVVHGHO¶DLU
passa.  Tous  les  hommes  réagirent  comme  si  elle  était  la  huitième  merveille  du  monde  !  
Satu-­Ra  sourit  et  dit  :    
-­  /HV KRPPHV V¶HQIODPPHQW WRXMRXUV SRXU XQH MHXQH HW MROLH ILOOH F¶HVW QDWXUHO   &¶HVW DLQVL
VXUWRXWHVOHVSODQqWHVGHO¶8QLYHUV  !  »  
-H OXL UDFRQWDL DORUV XQH KLVWRLUH GRQW M¶DYDLV pWp WpPRLQ HQ $PpULTXH GX 6XG -¶DYDLV XWLOLVp
O¶HVSDJQROSRXUQDUUHUO¶KLVWRLUH$XVVLW{WHWVDQVKpVLWDWLRQLOILWVHVFRPPHQWDLUHVHQHVSDJQRO
-¶pWDLVIDVFLQpSDUVDIDFLOLWpjFKDQJHUGHODQJXH/HJDGJHWTX¶LOSRUWDLWVXUODSRLWULQHQ¶\pWDLW
sûrement  pas  étraQJHU0DLVO¶DSSDUHLOQ¶pWDLWSDVTX¶XQVLPSOHWUDGXFWHXU  :  les  mots  semblaient  
FKRLVLV HQ IRQFWLRQ GH OHXU VRQRULWp VXJJHVWLYH 3DU H[HPSOH V¶LO HPSOR\DLW «  crash  »   pour  
«  accident  » F¶pWDLW EHDXFRXS SOXV pYRFDWHXU« &HOD GRQQDLW j VD YRL[ XQH VXEWLOLWp que   je   ne  
FRQQDLVVDLVSDV3ORQJpGDQVPHVSHQVpHVMHQHIDLVDLVSOXVDWWHQWLRQjFHTX¶LOGLVDLW0DLVGDQV
ODSKUDVHTX¶LOYHQDLWGHSURQRQFHUM¶DYDLVHQWHQGXOHPRW«  V°XU  ».  
-­  Excusez-­moi,  lui  dis-­MHPDLVYRXVSDUOH]GHYRWUHV°XU  ?  
±  Oui,  et  je  vais  vous  la  présenter  !  
±  -¶HQVHUDLUDYL  !  
-H FUXV TX¶LO DOODLW UHQWUHU j O¶K{WHO SRXU OXL WpOpSKRQHU 0DLV LO QH ERXJHD SDV 6RQ YLVDJH VH
transforma.  Son  menton  tomba  sur  sa  poitrine,  ses  yeux  étaient  devenus  vides  et  morts  :  toute  vie  
VHPEODLWV¶rWUHUHWirée  de  son  corps.  Il  semblait  véritablement  en  transe.  
Puis   tout   redevint   normal   et   il   reprit   son   visage   habituel.   Interloqué,   je   commandai   deux  
FRQVRPPDWLRQVSRXUQRXVUHPHWWUHG¶DSORPE7RXWjFRXSMHYLVV¶DYDQFHUYHUVQRXVXQHMHXQH
femme   surgie   de   nXOOH SDUW (OOH PDUFKDLW G¶XQ PRXYHPHQW JOLVVDQW VRQ FRUSV HW VHV EUDV
ondulaient  légèrement  au  même  rythme.  Sa  démarche  me  parut  sublime.  Satu-­Ra  marchait  ainsi,  
mais   elle   avait   une   façon   de   se   déplacer   encore   plus   harmonieuse.   Je   me   levai   et   Satu-­Ra   me  
SUpVHQWDVDV°XUXiti.  Elle  avait   les   mêmes  traits  que  son  frère,   les   yeux  expressifs,   le   menton  
ILQ HW SRLQWX OD PrPH DSSDUHQFH GH FKDUPH HW G¶DXWRULWp 'H ORQJV FKHYHX[ GRUpV HQFDGUDLHQW
son  doux  visage.  Elle  me  regarda  droit  dans  les  yeux,  mais  sans  pURYRFDWLRQSXLVV¶DVVLWjF{Wp
de  nous.  Elle  portait  une  robe  fourreau,  fendue  sur  le  côté,  et  des  sandales  dorées.    
-­  -HVXLVKHXUHXVHGHYRXVUHQFRQWUHU0RQIUqUHP¶DSDUOpGHYRXV  »  

 
47  
Sa  voix  était  une  mélodie  incomparable.  Elle  portait  une  petite  brocKHDXPLOLHXGHO¶HQFROXUHGH
VDUREH-HFRPSULVTXHF¶pWDLWOHJDGJHWQpFHVVDLUHjVRQH[SUHVVLRQ YRFDOH/HUDIILQHPHQWGH
FHW DSSDUHLO pWDLW VL JUDQG TX¶LO H[LVWDLW XQH SDUIDLWH V\QFKURQLVDWLRQ HQWUH OH PRXYHPHQW GHV
lèvres  et  les  sons.  Pour  être  sûr  de  mes  suppositions,  je  tentai  une  expérience.  Je  connaissais  bien  
O¶HVSDJQRO HW DXVVL OHV GLIIpUHQWV DFFHQWV HW PRWV VSpFLILTXHV GHV SD\V TXL O¶XWLOLVDLHQW ±  
O¶$UJHQWLQH &XED OD &RORPELH« -H SDUODL GRQF HQ HVSDJQRO SXU HW WRXV GHX[ V¶H[SULPqUHQW
immédiatement  dans  la  même  langue,  sans  problème.  Brusquement,  je  pris  un  autre  accent  et  je  
vis  un  grand  désarroi  dans  leurs  yeux.  Ils  se  regardèrent,  embarrassés.  Ils  semblèrent  préoccupés  
SDU XQ JURV HIIRUW PHQWDO SXLV WRXV GHX[ UpSRQGLUHQW HQ DQJODLV G¶XQ commun   accord.   Je   fus  
DLQVL FRQYDLQFX TX¶LOV XWLOLVDLHQW FHW DSSDUHLO WUqV SHUIHFWLRQQp -H FRQWLQXDL OD FRQYHUVDWLRQ HQ
anglais,  bien  entendu,  et  le  calme  revint.  
-¶pWDLV WUqV LPSUHVVLRQQp SDU OD EHDXWp HW OD FODVVH GH FHWWH MHXQH (7 6RQ DVVXUDQFH VD
sLPSOLFLWpP¶HQWKRXVLDVPDLHQW0DLVHOOHQHPDQLIHVWDLWDXFXQHFRTXHWWHULH(OOHVHPEODLWOLEpUpH
GHGpVLUHWG¶pPRWLYLWp/HFHUYHDXGHFHVGHX[rWUHVSDUDLVVDLWLVROpGHVSDVVLRQVFKDUQHOOHV  
 
Le   matin   suivant,   je   me   posai   beaucoup   de   questions   sur   ces   deux   personnes.   Qui   étaient-­elles  
vraiment  "-HVRUWLVHWM¶DOODLPHSURPHQHUSUqVGX*DQJH2QQ¶HVWMDPDLVVLELHQLVROpTXHGDQV
une   foule  !   Tout   à   coup,   je   vis   arriver   Satu-­Ra   DX PLOLHX G¶XQ JURXSH GH SHUVRQQHV SULDQW
Krishna.  
-­  Je  savais  que  je  vous  trouverais  là,  me  dit-­il.  
Comment   le   savait-­il  ?   Mystère  !   Il   me   demanda   de   le   suivre   parmi   les   intouchables   et   il   se  
GLULJHD YHUV XQ PRQDVWqUH &¶pWDLW OH OLHX R WRXV YHQDLHQW PRXULU 2Q O¶DSSHODLW «  O¶8OWLPH
Résignation  ».   Satu-­Ra   était   la   compassion   faite   homme  !   Il   se   dirigea   vers   une   femme   tenant  
dans  ses  bras  une  petite  fille  en  pleurs.  Il  était  évident  que  la   mère  était  sur  le  point  de  mourir.  
Satu-­Ra   prit   la   petite   fille,   dont   les   larmes   traçaient   des   sillons   sur   son   visage   sale.   Il   réussit   à  
trouver  XQSHXG¶HDXSRXUODODYHUODUpFRQIRUWDOXLGRQQDTXHOTXHFKRVHjPDQJHU$XFXQHGHV
personnes  qui  étaient  autour  de  lui  ne  manifestait  la  moindre  pitié.  
-­  Quelle  misère  !  me  dit-­il.  
±  4X¶HVW-­LODUULYpjO¶,QGH  ?  interrogeai-­je.  Quel  est  son  avenir  ?  
±  Aucun,  répondit-­il.  /¶,QGHGRLWUHJDJQHUVDFDSDFLWpGHFRPSUHQGUHVDSURSUHQDWXUH,OIDXW
TX¶HOOHSXLVVHFRQWU{OHUVHVQDLVVDQFHV  
Nous  discutions  encore  lorsque  nous  vîmes  arriver  Xiti.  Au  début,  je  ne  la  reconnus  pas,  car  elle  
portait  un  sari  et  un  voile  sous  les   yeux.  Elle  prit  dans  ses  bras   la  petite  fille,  qui  pouvait  avoir  
sept  ou  huit  ans,  et  la  lava  entièrement.  Elle  sortit  de  son  vêtement  une  robe  jaune  et  la  lui  enfila,  
DSUqV DYRLU HQGXLW VRQ FRUSV G¶XQH VRUWH G¶RQJXHQW /D WUDQVIRUPDWLRQ pWDLW   miraculeuse.   Les  
WDEOHWWHVTX¶LOVGRQQDLHQWjPDQJHUHWO¶RQJXHQWUHVVHPEODLHQWjGHVUHYLWDOLVDQWV3RXUFHX[TXL
pWDLHQWWURSpSXLVpVHWDOODLHQWPRXULULOVHPEODLWTXHO¶RQJXHQWOHVVRXODJHDLWGHOHXUVGRXOHXUV
et  les  bénissait.    
Pour  ma  part,  je  continuai  à  aider  son  frère  à  consoler  et  à  réconforter  ces  malheureux.    
Le   soir,   nous   allâmes   dans   le   quartier   des   prostituées.   Puis   nous   assistâmes   à   la   crémation   des  
enfants  morts  sur  les  berges  du  fleuve.  Xiti  Q¶DYDLWSDVYRXOXQRXVDFFRPSDJQHUGDQVFHWWHscène  
GXERXWGHO¶HQIHU  
 
1RXVUHQWUkPHVj O¶K{WHO Satu-­Ra,  Xiti  et  moi,  et   lorsque   Satu-­Ra   PHSDUODG¶,WLEL5D,, MH IXV
FRQYDLQFXTX¶LOGLVDLW OD YpULWp&HWrWUHVRXULDLWVRXYHQW$XGpEXWFHVRXULUH P¶DYDLWFKRTXp
SXLVMHP¶\pWDLVKDELWXp-¶DYDLV  trouvé  pourquoi  il  me  paraissait  étrange  :  Satu-­Ra  ne  découvrait  

 
48  
jamais   ses   dents   $YHF VD IUDQFKLVH KDELWXHOOH LO P¶H[SOLTXD TXH VRQ SHXSOH DYDLW DEDQGRQQp
depuis   longtemps   toute   nourriture   solide   et   que,   avec   le   temps,   leurs   dents   avaient   disparu.   De  
même,   leur   mâchoire  étant  atrophiée  ;;  ceux  qui   vivaient  sur  Terre  devaient  porter  une  prothèse  
buccale,  de  manière  à  ressembler  aux  hommes.  
Ce  jour-­là  également,  Satu-­Ra  et  Xiti  enlevèrent  leurs  gants  pour  me  montrer  leurs  mains.  Celles  
de   Satu-­Ra   avaient   GHV GRLJWV G¶XQ URVH GpOLFDW DYHF O¶H[WUpPLWp VSDWXOpH ,O Q¶\ DYDLW SDV
G¶RQJOHV HW OD FKDLU pWDLW VL GpOLFDWH TXH OH SRUW GH JDQWV pWDLW REOLJDWRLUH /D PDLQ GH VD V°XU
paraissait   plus   fine   et   plus   fragile   encore.   Ils   se   parlèrent   dans   leur   propre   langage,   puis,   en  
V¶DGUHVVDQWjPRLLOVP¶H[SOLTXqUHQWTX¶LOVSRXYDLHQWLGHQWLILHUGHVVRQVDYHFOHXUVGRLJWV-HOHV
DLYXVDXVVLXQMRXUH[SORUHUXQHPDWLqUHDYHFOHXUODQJXHDXFRXUVG¶XQWUDYDLOELRORJLTXH  
Ce  fut  la  dernière  fois  que  je  les  vis  en  Inde.  0DLVLOVP¶DYDLHQWODLVVpXQVRXYHQLULQRXEOLDEOH
Ils  étaient  devenus  pour  moi  des  amis  très  chers.  
 
-¶DLTXLWWpO¶,QGHOH27  octobre  1966.  Le  6  novembre,  je  me  rendis  à  Zurich,  en  Suisse,  et  je  pris  
rendez-­vous   chez   un   joaillier   de   mes   amis   pour   faire   exSHUWLVHU OD EDJXH ,O PH GLW TXH O¶RU HQ
pWDLW WUqV SXU HW TXH OHV LQVFULSWLRQV UDSSHODLHQW O¶DUW SUpFRORPELHQ ,O PH FRQVHLOOD GH YRLU XQ
H[SHUWHQDQWLTXLWpV&HGHUQLHUPHGLWTX¶LOV¶DJLVVDLWG¶XQELMRXWUqVDQFLHQ,OQHSXWGpWHUPLQHU
la  composition  de  la  partie  centrale,  car  elle  ne  ressemblait  à  rien  de  connu.    
 
VOYAGE  EN  AMERIQUE  DU  SUD  
 
Pour  la  période  de  Noël  1966,  je  décidai  de  partir  en  Colombie  voir  quelques  bons  clients  et  me  
reposer.   Un   de   mes   amis,   agent   consulaire   des   États-­Unis,   avait   projeté   une   excursion   avec  
G¶DXWUHV WRXULVWHV DX UtR /RUHWR\DFX 0DLV MH WRPEDL PDODGH HW QH SXV \ DOOHU -¶DYDLV XQH
LQIHFWLRQ XULQDLUH JUDYH HW LO DXUDLW IDOOX P¶RSpUHU PDLV MH PH WURXYDLV j   kilomètres   des  
ERXFKHVGHO¶$PD]RQH MXVWHVRXVO¶pTXDWHXU  /¶KXPLGLWpFKDXGHGH O¶HQGURLWPH PLQDLW-HIXV
REOLJpGHPRQWHUVXUXQEDWHDXPLOLWDLUHHQSDUWDQFHTXLVHUHQGDLWj,TXLWRV0DOJUpO¶LQFRQIRUW
HW OHV GRXOHXUV YLROHQWHV TXL P¶DVVDLOODLHQW M¶DUULYDLV YLYDQW HW PrPH XQ SHX PRLQV PDO j
Iquitos  !  Je  dpFLGDLG¶DWWHQGUHOHSURFKDLQDYLRQSRXU/LPDRM¶pWDLVFHUWDLQG¶rWUHPLHX[VRLJQp
que  dans  le  dispensaire  local.  
 
-H ILV OD FRQQDLVVDQFH G¶XQ JUDQG GLDEOH G¶$XWULFKLHQ URX[ HW EDYDUG TXL DQLPD XQ SHX PHV
journées.   Il   me   raconta,   entre   autres   histoires TX¶LO DYDLW UHQFRQWUp GH O¶DXWUH F{Wp GH OD ULYLqUH
Yavari  des  Blancs  qui  travaillaient  dans  cette  région  inhospitalière.  
-­  Ils   étaient   si   étranges,   dit-­LO VXUWRXW OHXUV PDLQV TXH MH PH GHPDQGDLV V¶LOV QH YHQDLHQW SDV
G¶$,//(856  !  Ils   me   soignèrent   queOTXHIRLV FDU M¶DYDLV GH ODILqYUH ,OV SDUODLHQW SDUIRLV XQH
GU{OHGHODQJXHPDLVF¶pWDLHQWGHIDPHX[LQJpQLHXUV    
-H FRPPHQoDL j GUHVVHU O¶RUHLOOH PDLV MH PH JDUGDL ELHQ GH O¶LQWHUURPSUH RX GH PRQWUHU GH
O¶LQWpUrW-HOXLYHUVDLXQHpQLqPHIRLVjERLUH.  
-­  Figurez-­YRXVTX¶LOVRQWUpSDUpPRQEDWHDXHWTX¶LOV\RQWIL[pXQSURSXOVHXUH[WUDRUGLQDLUHTXH
WRXWOHPRQGHP¶HQYLH«  »  lui  dis-­je.  
Comme  il  semblait  changer  de  sujet,  je  le  relançai  un  peu  :  
-­  Vous  avez  fait  de  merveilleuses  rencontres.  Mais,  dites-­moi,  comment  vous  ont-­ils  soigné  ?  
±   &¶HVW EL]DUUH LOV P¶RQW GRQQp XQH RX GHX[ SLOXOHV GH OHXUIDEULFDWLRQ HW DXVVLW{W MH PH VXLV
VHQWLPLHX[«    
 

 
49  
Pallmann   commençait   à   être   convaincu   que   des   Itibiens   se   trouvaient   à   cet   endroit   et,   qui   sait,  
peut-­être  aussi  Satu-­Ra  et  Xiti  /¶KRPPHFRQWLQXDLWVHVKLVWRLUHV$XGpEXW/XGZLJ3DOOPDQQ
pWDLWGLVWUDLWPDLVLOILQLWSDUO¶pFRXWHUDYHFLQWpUrW  :  
-­  -H QDYLJXDLV VXU OD ULYLqUH DX[ SLUDQKDV ORUVTXH M¶DL UHQFRQWUp GHV ,QGLHQV ,OV pWDLHQW VL
SDXYUHV TX¶LOV MHWDLHQW OHXUV EpEpV GDQV OD ULYLqUH« &HWWHIRLV-­là,   une   pauvre  femme   se   battait  
SRXU FRQVHUYHU VRQ HQIDQW -¶DL UpXVVL j SUHQGUH OD ILOOHWWH HW MH O¶DL HPPHQpH j OD PLVVLRQ
catholique   de   Pucallpa.   Elle   fut   baptisée   ±   je   devins   son   parrain   ±   et   on   lui   donna   le   nom   de  
0DULDGHOD1DWLYLGDG FDUF¶pWDLWOHMRXUGH1RsO -HVXLVUHWRXUQpSOXVLHXUVIRLVODYRLUHWOXL
SRUWHUGHPHQXVFDGHDX[&¶HVWXQHERQQHSHWLWH(OOHYDjO¶pFROHPDLQWHQDQWHWHOOHWUDYDLOOH
ELHQ/RUVTXHM¶DLTXLWWp3XFDOOSDMHOXLDLpFULWXQHIRLVHWHOOHP¶DUpSRQGX  
±  &¶HVWXQHKLVWRLUHTXLV¶HVWELHQWHUPLQpHHQVRPPH  
±  Pas  vraiment,  car  la  mère  a  été  battue  à  mort  par  son  peuple  pour  avoir  désobéi  aux  règles  de  
sa  tribu.  La  petite  est  à  présent  orpheline,  car  on  ne  connaît  pas  son  père.  
±  0DLVYRXVO¶DYH]ODLVVpHHQWUHGHERQQHVPDLQV  
±  Oh  !  Je  ne  mérite  pas  une  médaille  pour  cela  !  
     
4XHOTXHV MRXUV SOXV WDUG /XGZLJ 3DOOPDQQ SULW O¶DYLRQ DVVH] PDO HQ SRLQW ,O VH UHQGLW j
O¶K{SLWDOIUDQoDLVGH/LPDROHVPpGHFLQVGpFLGqUHQWTX¶LOIDOODLWO¶RSpUHU  
-­  -¶DLHXGURLW,  raconte-­t-­il,  à  quelques  jours  de  répit  avant  de  me  faire  opérer,  pour  me  remettre  
XQ SHX HW IDLUH OHV WHVWV QpFHVVDLUHV &¶HVW XQ WUqV EHO K{SLWDO HW MH IXV WUqV ELHQ VRLJQp  La  
UHOLJLHXVH TXL V¶RFFXSDLW GH PRL V°XU 0DUWKH P¶DYDLW SULV HQ DPLWLp HW PH JkWDLW (OOH PH
UDFRQWDTX¶HOOHpWDLWG¶RULJLQHHVSDJQROHHWTX¶HOOHDYDLWEHDXFRXSGHPDOjV¶DGDSWHUDX3pURX  
 
(QGpSLWGHWRXWFHODM¶DOODLVWUqVPDO,OIDLVDLWXQHFKDOHXUHWXQHKXPLGLWppSRXYDQWDEOHVHWMH
transpirais  à  grosses  gouttes  malgré  les  ventilateurs.  Je  me  sentais  mourir.  La  deuxième  nuit  que  
MH SDVVDLV GDQV FHW K{SLWDO M¶DL YRXOX DSSHOHU PDLV MH Q¶DUULYDLV SDV j DWWHLQGUH OD VRQQHWWH
G¶DODUPH 7287 ¬ &283 81( 0$,1 6$,6,7 /$ 0,(11(  !   Toutes   les   portes-­fenêtres  
pWDLHQW RXYHUWHV HW Q¶LPSRUWH TXL SRXYDLW HQWUHU SDU OH SDWLR H[WpULHXU GLUHFWHPHQW GDQV PD
chambre.  Le  petit  jour  me  permit  de  voir  cette  personne  &¶e7$,7XITI  !  (OOHUHWLUDO¶DQQHDXGH
mon  doigt  et,  sans  un   mot,  me  glissa  une  tablette  dans   la   ERXFKHTXL IRQGLWDXVVLW{W/¶DQQHDX
EULOODLWGHWRXVVHVIHX[PDLVGDQVPDILqYUHMHQHO¶DYDLVSDVYXSDVSOXVTXHMHQ¶DYDLVVHQWLVD
chaleur  radiante.  
 
Comment   savaient-­LOV TXH M¶pWDLV Oj  ?   Je   ne   posais   même   pas   la   question,   car   Xiti   V¶pWDLW DVVLVH  
sans   façon  sur   mon   lit  et  me  tenait   les   mains  entre  ses  doigts  sensibles.  Déjà,   la  tablette  faisait  
HIIHW /D ILqYUH HW OD GRXOHXU IDLEOLUHQW SXLV FHVVqUHQW 7URS KHXUHX[ G¶XQ PRXYHPHQW
incontrôlable   je   pris   Xiti   GDQV PHV EUDV HW O¶HPEUDVVDL (OOH PLW Uapidement   sa   main   devant   sa  
bouche  (peut-­être  par  crainte  de  la  contagion).  Puis  elle  murmura  des  mots  très  doux  dans  mon  
RUHLOOHHWMHPHODLVVDLEHUFHUSDUFHWWHYRL[FKDUPHXVHHWPXVLFDOH-HP¶HQGRUPLVPDLVHOOHQH
PHTXLWWDSDV¬O¶DXEH OHVFORFKHV   PHUpYHLOOqUHQWDORUVTXHOHVV°XUVGHVFHQGDLHQWjO¶RIILFH
du   matin.   Je   demandai   à   Xiti   FRPPHQW HOOH VDYDLW TXH M¶pWDLV Oj (OOH PH UpSRQGLW TX¶HOOH
FRQQDLVVDLW XQH SHWLWH LQILUPLqUH TXL WUDYDLOODLW GDQV FHW K{SLWDO HW TXL V¶DSSHODLW 0DULD GH OD
Natividad.  
-­  Nous  avons  connu  sa  mère,  me  dit-­elle.  La  jeune  femme  a  été  sévèrement  battue  par  sa  tribu.  
1RXV O¶DYRQV WURXYpH JLVDQW VXU OH VRO SUHVTXH PRUWH 0DLV QRXV DYRQV UpXVVL j OD VDXYHU
5HFXHLOOLHHWVRLJQpHQRXVO¶DYRQVHPPHQpHDYHFQRXVORUVTXHQRXV  sommes  repartis  sur  notre  

 
50  
SODQqWHG¶,WLEL5D,,0DLVODMHXQHIHPPHQHSXWV¶DGDSWHUjQRWUHHQYLURQQHPHQWHWHOOHSpULW
DVVH]YLWH1pDQPRLQVHOOHIXWKHXUHXVHHWPRXUXWOHF°XUHQSDL[(OOHVDYDLWVDSHWLWHGDQVGH
bonnes  mains  et  ne  voulait  plus  revHQLUVXU7HUUH-¶DLSD\pOHVpWXGHVGHODILOOHWWHHWSDUIRLV
M¶DOODLVODYRLU  
 
Xiti   me   conseilla   de   parler   à   Maria   de   la   Natividad.   Elle   était   de   service   en   ce   moment.   Je  
GHPDQGDL j OD MHXQH (7 V¶LO pWDLW RSSRUWXQ GH PH IDLUH RSpUHU (OOH VRXULW HW Pe   dit  :  
-­  Vous  êtes  guéri  et  ne  ressentirez  aucune  douleur  au  moins  pendant  six  mois.    
Ce   fut   vrai,   et   je   devins   donc   le   «  patient   miracle  »   GH O¶K{SLWDO  !   Lorsque   les   médecins   me  
visitèrent   le   lendemain,   ils   furent   stupéfaits   de   mon   état.   On   décida   de   ne   SDV P¶RSpUHU SRXU
O¶LQVWDQW7RXVOHVWHVWVGHFRQWU{OHpWDLHQWQpJDWLIV2QFUXWjXQHLQWHUYHQWLRQGLYLQH  !  
6°XU0DUWKHPHGLW  :  
-­  -¶DLSULpOHVVDLQWVSRXUYRXVHWLOVP¶RQWH[DXFpH  !  
-­  Vous   les   remercierez   pour   moi,   et   je   vous   remercie   également   pour   vRV ERQV VRLQV V°XU
Marthe.  Dites-­moi,  connaissez-­vous  une  jeune  fille  du  nom  de  Maria  de  la  Natividad  ?  
-­  Bien  sûr,  répondit-­HOOH(OOHWHUPLQHVHVpWXGHVG¶LQILUPLqUHGDQVFHWK{SLWDOPDLVHOOHQ¶DSDV
encore  le  droit  de  venir  dans  le  service  des  hommes.  Vous  désirez  la  voir  ?    
-­  Oui.  Ce  soir,  ce  sera  peut-­être  possible,  dans  le  jardin  ?  Pourriez-­YRXVPHO¶DPHQHU  ?    
-­  &¶HVWHQWHQGX  !  
Le   soir,   je   les   attendais   dans   le   patio,   lorsque   je   les   vis   arriver   toutes   les   deux.   Maria   de   la  
Natividad  était  une  belle  jeune  fille,  fraîche  et  gaie.  
-­  Bonjour  monsieur,  me  dit-­elle  en  espagnol.  Que  désirez-­vous  ?  
-­  '¶DERUGIDLUHXQHSKRWRGHYRXVGHX[  
(OOHVSRVqUHQWHQVRXULDQWHWMHSXVSUHQGUHXQFOLFKp3XLVMHOXLSDUODLGHO¶$XWULFKLHQTXLO¶DYDLW
sauvée,  il  y  avaiWWDQWG¶DQQpHV(OOHQHGLWSDVXQPRW-HOXLSDUODLDXVVLXQSHXGHVDPqUH-H
vis  deux  grosses  larmes  couler  de  ses  yeux  et  je  la  réconfortai  de  mon  mieux.  
 
/HOHQGHPDLQMHTXLWWDLO¶K{SLWDO-HSULVXQWD[LHWPHUHQGLVjO¶K{WHO*ULOORQLQGLTXpSDr  Xiti.  
(OOHP¶\DWWHQGDLW$SUqVXQERQUHSDVHWXQHVpDQFHGHFLQpPDjO¶K{WHOPrPHMHUHMRLJQLV Xiti  
GDQVOHMDUGLQRGRUDQWGHO¶K{WHO(OOHpWDLWYrWXHG¶XQHMROLHUREHORQJXHHWQRXVDOOkPHVGDQVXQ
night-­club.  Nous  ne  dansâmes  que  quelques  danses  anFLHQQHVFDUM¶DLGHVJR€WVDVVH]YLHX[MHX
Elle  avait   jeté  un  voile  bleu  sur  ses  épaules  nues.  Les  gens   la  considéraient  comme  une   femme  
GLIIpUHQWH 6RQ DLU GLVWDQW HW V€U G¶HOOH j OD IRLV OHV LQWULJXDLW &H IXW SRXU PRL XQH LQRXEOLDEOH
soirée.  
 
Les   jours   qui   suivirent,   nous   visitâmes   les   musées,   les   magasins,   les   clubs   musicaux,   les  
VXSHUPDUFKpVOHVPRQXPHQWV«Xiti  était  infatigable  -¶DYDLVTXHOTXHIRLVSHXUSRXUVDVpFXULWp
TXDQG HOOH HQWUDLW VHXOH TXHOTXH SDUW PDLV G¶XQ VHXO UHJDUG HOOH VXEMXJXDLW Feux   qui   se  
PRQWUDLHQWLQTXLpWDQWV-HP¶DSHUoXVTXHFHODpWDLWG€jODSURGLJLHXVHLQWHOOLJHQFHGHFHVrWUHVj
OHXU FDSDFLWp j GHYLQHU OHV LQWHQWLRQV GHV DXWUHV DYDQW TX¶XQ JHVWH QH VRLW pEDXFKp HW
certainement  à  leur  pouvoir  mental  de  les  influencer.  
ApUqV FHV MRXUV GH GRXOHXU HW GH GpWUHVVH TXH M¶DYDLV YpFXV LO PH VHPEODLW TX¶XQ SDUDGLV
V¶RXYUDLWSRXUPRL¬F{WpG¶HOOH MH PHVHQWDLVGLIIpUHQWKHXUHX[j O¶pFRXWHGHWRXWHYLH(OOH
DYDLWXQHIRUPLGDEOHFDSDFLWpjV¶RXYULUjODEHDXWpjVDYRXUHUODYie.  Je  me  surprenais  à  jouir  de  
WRXW FH TXL VH SUpVHQWDLW j PRL /RUVTX¶HOOH pFRXWDLW FHUWDLQHV PXVLTXHV ORFDOHV VRQ YLVDJH
exprimait  la  béatitude.  

 
51  
4XHOTXHVMRXUVDSUqVHOOHPHGHPDQGDVLMHYRXODLVO¶DFFRPSDJQHUSRXUUHMRLQGUHVRQIUqUHGDQV
la  jungle  aPD]RQLHQQH-¶DFTXLHVoDLDYHFSODLVLU    
 
SEJOUR  EN  AMAZONIE  
 
Le   17   février   1967,   nous   montâmes   dans   le   train   qui   franchissait   les   sommets   neigeux   des  
$QGHV 1RXV pWLRQV FKDUJpV G¶XQH TXDQWLWp GH SDTXHWV UHPSOLV GH FKRVHV OHV SOXV KpWpURFOLWHV
achetées  par  Xiti  :  cassettes,  vêtements,  semences  de  plantes,  etc.  La  vue  était  magnifique  G¶XQ
F{Wp OHV $QGHV PDMHVWXHXVHV VRXV OHXU EODQF PDQWHDX GH O¶DXWUH OHV SODLQHV O¶HQIHU GH
O¶$PD]RQLHOHVYDOOpHVGHVGpPRQVFRPPHGLVHQWOHV,QGLHQV$SUqVXQDUUrWj  Mahicana,  nous  
grimpâmes   péniblement   à   travers   des   landes   désolées.   Nous   arrivâmes   vers   16  heures   à  
Huancayo.  Satu-­Ra  nous  y  attendait  !  
 
Je   ne   le   reconnus   pas   tout   de   suite,   car   il   portait   une   cape   indienne   en   cuir   épais,   comme   les  
indigènes.  Il  nous  conduisit  vers  un  véritable  tacot  (prétendument  un  taxi),  sans  toit  ni  véritables  
sièges.  Après  avoir  réussi  à  caser  nos  bagages,  le  chauffeur  nous  emmena  encore  plus  haut  dans  
OHV PRQWDJQHV HW QRXV DWWHLJQvPHV XQH JUDQGH pWHQGXH G¶HDX VDQV GRXWH OH ODF -XQtn,   situé   de  
O¶DXWUH F{Wp GH O¶$OWLSODQR /H FKDXIIHXU QRXV GpSRVD QRXV GLW «  Adíos  »,   et   il   embrassa   les  
mains  de  Satu-­Ra/RUVTX¶LOIXWUHSDUWLGDQVVRQYpKLFXOHFDKRWDQWQRXVJR€WkPHVHQVLOHQFHOH
calme  du  soir.  Le  soleil  se  couchait  derrière  les  pics  QHLJHX[OHVFRORUDQWG¶RU1RQORLQGHOjXQ
EHUJHUQRXVUHJDUGDLWVXLYLG¶XQEHDXWURXSHDX  
 
&¶HVWDORUVTXHMHYLVPD35(0,Ê5(628&283(92/$17(  !  Elle  arrivait  majestueusement  
HQGpFULYDQWXQHJUDQGHFRXUEH0DLV ORUVTX¶HOOH VXUYROD OH ODFXQ EUXLW strident   me   blessa   les  
RUHLOOHV/HEHUJHUGpWDOD/DVRXFRXSHYRODQWHV¶LPPRELOLVDjODVXUIDFHGXODFHWOHEUXLWFHVVD
8QH RXYHUWXUH V¶RXYULW YHUV OH EDV 1RXV I€PHV DVSLUpV GDQV FHWWH RXYHUWXUH DYHF WRXV QRV
paquets.  Nous  nous  retrouvâmes  dans  une  grande  pièce  formée  de  cellules,  comme  un  gâteau  de  
miel.  Des  dessins  et  des  symboles  ornaient  les  murs.  Le  plancher  semblait  en  verre,  mais  avec  un  
revêtement  duveteux.  À  travers  ce  plancher,  on  voyait  ce  qui  paraissait  être  le  moteur,  semblable  
à  un  énorme  cerveau,  avec  des  parties  compactes  et  des  tubes  qui  reliaient  les  diverses  parties.  
 
Xiti   P¶HPPHQD GDQV XQH FDELQH SRXU« VDYH]-­vous   quoi  ?   Prendre   un   bain  !   Je   perdis  
conscience   dans   le   bain   et   je   revins   à   moi   dans   une   sorte   de   hamac   F¶pWDLW XQH VXUIDFH   plane,  
moelleuse,  suspendue  par  des  filins  de  toutes  les  couleurs.  XitiYrWXHG¶XQNLPRQRpWDLWDVVLVHj
F{WpGHPRL(OOHPHGLWTXHO¶RQDYDLWSUDWLTXpXQH[DPHQPpGLFDOVXUPRLSXLVMHIXVLQYLWpj
manger  quelque  chose  de  gélatineux,  provenant  de  plantes  de  leur  planète,  et  je  bus  un  peu  de  jus  
GHIUXLWV-¶DYDLVWDQWGHTXHVWLRQVjSRVHUTXHMHQHVDYDLVSDUTXHOERXWFRPPHQFHU  !  Voici  les  
LQIRUPDWLRQVTXHO¶RQPHGRQQD  :  
 
/DSDUWLHFHQWUDOHTXHM¶DYDLVSULVHSRXUXQPRWHXUpWDLWHQIDLWXQHVRUWHG¶RUGLQDWHXUJpDQWTXL
pWDLWFRPPDQGpGHSXLVOHXUSODQqWH'HVpFUDQVSHUPHWWDLHQWGHYRLUWRXWFHTXHO¶RQYRXODLWGH
près   et   même   de   très   près.   Ils   me   montrèrent   des   paysages   de   leur   monde,   des   maisons,   qui  
ressemblaient  assez  aux  nôtres,  avec  des  fleurs,  des  arbres  et  des  jardins  à  profusion.  Toutes  les  
KDELWDWLRQVpWDLHQWFRQVWUXLWHVjF{WpGHODFVRXGHULYLqUHVFDUOHV,WLELHQVDGRUHQWO¶HDX  
 

 
52  
Un  matin,  Xiti  FRPPXQLTXDGDQVVDODQJXHDYHFVHVSDUHQWVjO¶DLGHG¶XQDSSDUHLO/HXUGLDOHFWH
était   une   sRUWH GH JD]RXLOOLV KDXW SHUFKp PDLV WUqV GRX[ -H YLV VXU O¶pFUDQ VHV SDUHQWV OHXU
maison,   leur  environnement.  Tout  était  très  coloré  dans   leurs  paysages,   les   maisons  également.  
La   couleur   orangée   dominait.   Les   gens   semblaient   décontractés,   souriants,   très   calmes   et  
pacifiques.  
 
Satu-­Ra   P¶H[SOLTXD TXH OHXU SODQqWH PqUH V¶DSSHODLW ,WLEL 5D ,, LO \ DYDLW HX ,WLEL 5D ,  (OOH
SRVVpGDLW GHX[ VDWHOOLWHV GRQW XQ VHUYDLW G¶XVLQH HW IRXUQLVVDLW WRXWH O¶pQHUJLH QpFHVVDLUH j OD
planète.   Les   scientifiques   avaient   dpFRXSp XQH FDORWWH HW O¶pQHUJLH VRUWDLW j FLHO RXYHUW &¶pWDLW
une  énorme  énergie,  pratiquement  illimitée  !  
 
$LQVLVXU,WLEL5D,,DXFXQHSROOXWLRQQ¶pWDLWjFUDLQGUH¬WUDYHUV O¶°LO-­ordinateur,  je  pus  voir  
de   près   cette   planète-­usine.   La   surface   à   découvert   ressemblait   à   une   énorme   pieuvre,   dont   les  
WHQWDFXOHV FDSWDLHQW HW GLVWULEXDLHQW O¶pQHUJLH *UkFH j FHW DSSRUW SXLVVDQW OHV ,WLELHQV DYDLHQW
UpXVVL j UpJXODULVHU O¶RUELWH HW OHV PRXYHPHQWV GH OHXU SODQqWH HW j pYLWHU DLQVL WRXWHV OHV
catastrophes  habituelles  :  tempêtes,  tremblements  de  terre,  cyclones,  etc.  
 
Le   soir,   nous   nous   réunîmes   tous  :   le   commandant   du   vaisseau,   Hua,   Xiti,   Satu-­Ra,   quelques  
PHPEUHV GH O¶pTXLSDJH ±   tous   scientifiques   ±   et   moi  ;;   je   les   félicitai   pour   leur   ingéniosité.   Ils  
P¶DSSULUHQWTXHQRQVHXOHPHQW LOVDYDLHQWSXUpJXODULVHU OHXUSODQqWHPDLVTX¶LOV O¶DYDLHQWIDLW
DXVVLGDQVG¶DXWUHVV\VWqPHV  
-­  &¶HVW OD UDLVRQ SRXU ODTXHOOH QRXV QH FUDLJQRQV SOXV ULHQ  !     me   dit   Satu-­Ra   en   français,   en  
utilisant  son  translateur  (il  était  le  seul  avec  Xiti  et  Hua  à  en  posséder  un).  
 
Nous   arrivâmes   au   camp   de   base,   au   nord   de   la   Bolivie.   Je   commençais   à   connaître   quelques  
mots  écrits  dans  leur  langue.  Le  nom  attribué  à  notre  planète  était  Sil-­Sil  Hua.  Sil-­Sil  désignait  le  
IUXLWG¶XQHSODQWHWURSLFDOHOHFKLULPR\DHW+XDpWDLWOHQRPGHO¶,WLELHQTXLDYDLWGpFRXYHUWOD
7HUUH &¶pWDLW IRX  :   ils   ne   partaient   en   exploration   sur   Terre   que   pour   trouver   des   fruits   et   des  
plantes   nouvelles  !   En   effet,   ne   se   nourrissant   que   de   jus   de   plantes   ou   de   fruits,   ils   avaient  
organisé   leur   première   expédition   pour   trouver   des   saveurs   inconnues.   Ils   étaient   donc   surtout  
des  biologistes  spécialisés  en  végétaux,  et  ils  cherchaient  des  plantes  pouvant  croître  chez  eux  ou  
être   hybridées.   Leur   goût   et   leur   odorat   étaient   très   développés   et   très   raffinés.   Bien   sûr,   en  
même   temps,   ils   observaient   les   Terriens   et   intervenaient   ponctuellement.   Ils   étaient   venus   sur  
7HUUH SRXU OD SUHPLqUH IRLV HQ  G¶DERUG HQ $PpULTXH GX 6XG ,O H[LVWDLW DXVVL SHXW-­être  
G¶DXWUHVUDLVRQV  j OHXUVYHQXHV PDLV LOV QH P¶HQ ILUHQWSDVSDUW&HSHQGDQWLOHVWYUDLTXH OHXU
travail   sur   Terre   était   presque   exclusivement   consacré   à   cette   recherche   et   à   la   plantation  
G¶HVSqFHVLVVXHVGHOHXUSODQqWH WRXWDXPRLQVSHQGDQWOHWHPSVRM¶DLYpFXDYHc  eux).  
 
/DSUHPLqUHMRXUQpHGHQRWUHDUULYpHMHGXVUHVWHUHQTXDUDQWDLQHGDQVOHXUYDLVVHDX-¶HXVWRXW
OHORLVLUG¶H[DPLQHUVXUOHXUVpFUDQVOHXUVGLIIpUHQWHVSODQWDWLRQV,OVHQpWDLHQWjOHXUFLQTXLqPH
FDPS '¶DXWUHV ,WLELHQV WUDYDLOODLHQW DXVVL GDQV   GHV SODQWDWLRQV VHPEODEOHV -H P¶DSHUoXV TXH
WRXVFHVFDPSVpWDLHQWVLWXpVGDQVGHV]RQHVPDUpFDJHXVHVHWKXPLGHVGDQVO¶  »enfer  vert  »,  au  
PLOLHX G¶,QGLHQV WUqV SULPLWLIV SDUIRLV HQFRUH DQWKURSRSKDJHV /RUVTXH MH P¶HQ pWRQQDL DXSUqV
de  Satu-­Ra,  il  se  mit  à  rire  et  répondit  :  
-­  &¶HVW OH FOLPDW TXL QRXV FRQYLHQW 4XDQW DX[ KRPPHV QRXV DYRQV OH PR\HQ GH QRXV HQ
GpIHQGUHDYDQWPrPHTX¶LOVHVTXLVVHQWXQJHVWHG¶DJUHVVLYLWp  

 
53  
 
'HSXLV TX¶LOV DYDLHQW DEDQGRQQp OHV PHWV VROLGHV GH QRXYHOOHV FRQQHFWLRQV V¶pWDLHQt   formées  
entre   leurs   neurones.   Ils   avaient   complètement   cessé   de   tuer   les   animaux,   sauf   en   cas  
G¶DJUHVVLRQ,OVSUDWLTXDLHQWG¶DLOOHXUVGHVVSRUWVGHFRPEDWFDUGLVDLWXiti,  il  fallait  continuer  à  
entretenir  les  qualités  de  combativité  des  gens,  pour  se  défendre,  éventuellement.  
,OVpWDLHQWSODQWHXUVELRORJLVWHVSLORWHVH[SORUDWHXUVHQVHLJQDQWVLQJpQLHXUVSKLORVRSKHV«  
 
/¶H[SpGLWLRQGDQVQRWUHV\VWqPHVRODLUHDYDLWPRELOLVpXQHWUHQWDLQHGHJURVYDLVVHDX[PXVSDU
O¶pQHUJLHFRVPLTXH6XUODSODQWDWion,  tous  les  besoins  énergétiques  provenaient  du  vaisseau  lui-­
même.  Ils  étaient  capables  de  dépasser  la  vitesse  de  la  lumière,  prétendaient-­ils.  
/DSODQWDWLRQRQRXVQRXVWURXYLRQVV¶DSSHODLW0LULPpWDQWLQVWDOOpHSUqVGHODULYLqUH0LULP±  
nom  indien  ±DIIOXHQWGHO¶$PD]RQH,O\DYDLWOjXQHJURVVHVRXFRXSHYRODQWHHWGHX[QDYHWWHV
de  même  forme,  mais  plus  petites,  télécommandées  à  partir  de  la  soucoupe  mère.  
Dans  la  plantation,  les  Indiens  avaient  leurs  cases  et  vivaient  avec  leurs  femmes  et  leurs  enfants.  
,OVIDLVDLHQWTXHOTXHVWUDYDX[G¶HQWUHWLHQHWHQUHWRXUOHV,WLELHQVOHVVRLJQDLHQWRXHQWUHWHQDLHQW
OHXUV pTXLSHPHQWV GH SrFKH RX GH FKDVVH /HV (7 WURTXDLHQW OHXUV PLQHUDLV G¶RU RX G¶DUJHQW
FRQWUHGHO¶DUJHQWGXSD\VSRXUOHXUVDFKDWV,OVpWDient  considérés  comme  des  Blancs  de  la  Terre  
par   les   Indiens,   qui   apparemment   ne   se   préoccupaient   pas   de   leurs   petites   différences  
anatomiques.    
 
/(6,7,%,(160(5$&217(5(17/¶+,672,5('(/(853/$1(7(  :  
 
,O\DSOXVLHXUVFHQWDLQHVG¶DQQpHV WHUUHVWUHV OHs  Itibiens  vivaient  sur  une  planète,  Itibi  Ra  I,  qui  
DYDLW ILQLSDU PDQTXHUG¶HDXHW LOVDYDLHQWG€pPLJUHU$XSDUDYDQWLOVDYDLHQWH[SORUpSHQGDQW
des  années  pour  détecter  une  planète  susceptible  de   les  accueillir.  Ils  en  avaient  trouvé  une  qui  
possédait   GH O¶HDX HQ DERQGDQFH HW LOV O¶DPpQDJqUHQW HW O¶HQVHPHQFqUHQW DILQ G¶\ WUDQVSODQWHU
OHXUSHXSOH,OVDSSHOqUHQWOHXUQRXYHOOHSODQqWH,WLEL5D,,,OVDLPqUHQWO¶HDXGHSOXVHQSOXV,OV
DYDLHQWGHVXQLWpVG¶K\GURWKpUDSLHSDUWRXWHWVHEDLJQDLHQWSOXVLHXUVIRLVSDUMRXU MHSHQVHTX¶LOV
pourraient  devenir  un  jour  des  humains  amphibies).  
,OVDYDLHQWVRXYHQWUHQFRQWUpGHVSODQqWHVHQGLIILFXOWpHWLOVOHVDLGDLHQWORUVTX¶LOVOHSRXYDLHQW
Certaines   planètes   étaient   en   train   de   mourir,   comme   la   planète   Molta,   qui   était   une   planète-­
FDQFHU VXU ODTXHOOH OHV KDELWDQWV V¶pWDLHQW WHOOHPHQW pORLJQpV GH OD QDWXUH TX¶LOV SpULVVDLHQW GH
maladies  cancéreuses.  Les  Itibiens  pensent  que  nous  prenons  le  même  chemin.  
En   outre,   ils   trouvent   que   nous   sommes   encore   très   peu   développés   au   niveau   philosophique.  
/¶KRPPH GpWUXLW VRQ HQYLURQQHPHQW ,O ODLVVH OD IHPPH VH SUpRFFXSHU VHXOH GX FRQWU{OH GHV
QDLVVDQFHV DORUV TX¶LO GRLW HQ SUHQGUH OXL-­PrPH OD UHVSRQVDELOLWp /¶KDELWXGH G¶LQFOXUH OHV
femmes  et  les  enfants  dans  nos  guerres  est  aussi  la  marque  de  notre  infantilisme.  
-­  «  De   nombreux   exemples   de   ces   comportements   illogiques   abondent   sur   Terre  »,   me   fit  
remarquer  Satu-­Ra.  
 
LA  CITE  PERDUE  
 
Un   jour,   vers   17   heures,   un   nouveau   vaisseau   extraterrestre   atterrit   dans   la   plantation.   Des  
Itibiens   en   descendirent,   ainsi   que   quelques   Indiens   inconnus.   Tout   le   monde   paraissait   très  
H[FLWp/HV,QGLHQVDYHFOHXUVORXUGVSHQGDQWVG¶RUHLOOHHWOHXUVDQQHDX[GDQVOHVQDULQHVpWDLHQW
assez  étranges.  Ils  riaient  et  dansaient  comme  des  enfants.  Ils  avaient  découvert  une  cité  perdue,  

 
54  
recouverte   par   la   jungle,   située   entre   Cuzco   et   les   hautes   terres   brésiliennes.   Les   Indiens  
O¶DSSHODLHQW /LQLVODQ /HV ,WLELHQV DYHF OHXUV VXSHUEHV PDFKLQHV DYDLHQW UpXVVL j GpJDJHU OHV
ruines,  et  ces  Indiens  les  aYDLHQWDLGpVjQHWWR\HUHWjDPpQDJHUOHVYHVWLJHVG¶XQHYLOOHTXLDYDLW
G€FRPSWHUGDQVOHSDVVpSOXVLHXUVPLOOLHUVG¶KDELWDQWV/DGpFRXYHUWHDYDLWHXOLHXOHRFWREUH
HWLOV\DYDLHQWWUDYDLOOpMXVTX¶DXer  février  1967.  Les  Itibiens  avaient  été  très  étonnés  de  
WURXYHU OH V\PEROH G¶KRPPHV GH O¶HVSDFH VXU XQH SLHUUH j O¶LQWpULHXU G¶XQ WHPSOH LQYLROp
'¶DXWDQWSOXVTXHOHPrPHV\PEROHVHUHWURXYDLWGDQVOHVYDLVVHDX[DFWXHOV'HVDVWURQDXWHVGH
PrPH FLYLOLVDWLRQ TX¶HX[ V¶pWDLHQW GRQF SRVpV VXU 7HUUH GDQV GHV WHPSV DQFLHQV &¶pWDLW
fantastique  !    
 
Pallmann   explique  :   «  &H V\PEROH VLJQLILH G¶DSUqV FH TXH M¶DL FRPSULV OD YLH FUpDWULFH GH OD
PDWLqUH-HPHVRXYLHQVG¶XQDXWUHV\PEROHWUqVEHDXTXHM¶DLDSHUoXGDQVOHYDLVVHDXTXLpWDLW
celui  de  la  mDLQG¶XQKRPPHSURWpJHDQWXQHIHPPHDOODLWDQWVRQHQIDQW;LWLPHGLWjFHSURSRV
TXHOHSOXVJUDQGGHYRLUGHO¶KRPPHHVWGHSURWpJHUOHVIHPPHVHWOHVHQIDQWV  »  
 
Il  y  avait  un  autre  mystère  concernant  les  Indiens  qui  accompagnaient  les  explorateurs  F¶ptaient  
les  premiers  compagnons  des  Itibiens  qui  avaient  débarqué  pour  la  première  fois  sur  Terre,  près  
GH 3XFDOOSD HQ  2U GHSXLV TX¶RQ OHV FRQQDLVVDLW FHV ,QGLHQV Q¶DYDLHQW SDV YLHLOOL HW
paraissaient  toujours   avoir   la   trentaine.   Ils   étaient   parfaitement   dévoués   à   ces   chercheurs   et   les  
DFFRPSDJQDLHQWSDUWRXW-¶DLHVVD\pGHSDUOHUGHFHVXMHWDYHF XitiPDLVHOOH Q¶DSDV YRXOX PH
répondre.  
 
À  LA  DECOUVERTE  DU  GUAYULE  
 
Le   20   février   1967,   Xiti   P¶DYHUWLW TXH QRXV DOOLRQV QRXV UHQGUH GDQV XQH DXWUH SODntation,   en  
Colombie.  Je  savais  que  Xiti,  Satu-­Ra  et  Hua  avaient  des  passeports  en  règle,  mais  ils  décidèrent  
GHQHSDVV¶HQVHUYLUHWGHSDUWLUjODILQGXMRXU/HYR\DJHQHGXUDTXHTXHOTXHVPLQXWHVHWQRXV
atterrîmes  près  du  fleuve  Magdalena.  Le  vaisseau  fut  camouflé  par  un  liquide  spécial  qui,  projeté  
par   des   milliers   de   pores,   se   pulvérisa   tout   autour.   Nous   montâmes   dans   deux   grands   bateaux  
plats,   très   confortables,   propulsés   par   de   minuscules   générateurs.   Le   voyage   fut   très   agréable  
dans  cette  soirée  si  calme.  Xiti  Q¶pWDLWSDVYHQXH GRQF MH QHSRXYDLVSDUOHUTX¶DYHF Satu-­Ra  et  
Hua.   Bientôt   on   aperçut   le   campement   ±   DEDQGRQQp OD YHLOOH SDU G¶DXWUHV ,WLELHQV ±   qui   était  
installé  sur  la  plage  du  fleuve,  dans  une  petite  crique.  
 
,O Q¶pWDLW TXH  KHXUHV et   mes   amis   voulaient   encore   se   promener   dans   le   marché   de  
%DUUDQTXLOODTXLQHVHWHUPLQDLWTXHWUqVWDUGGDQVODQXLW F¶HVWXQGHVSOXVJUDQGVPDUFKpVGX
PRQGH  ,OV IOkQqUHQW OH ORQJ GHV pWDOV JR€WDQW j WRXW PDLV Q¶DFKHWDQW MDPDLV ULHQ 8Q SHX
honteux,  je  me  glissai  derrière  eux  et  distribuai  quelques  pièces  en  nous  excusant.  À  un  moment,  
PHV QDULQHV IUpPLUHQW« -H VHQWLV OH SDUIXP G¶XQ SRXOHW TXH O¶RQ FXLVDLW j OD EUDLVH 7HOOHPHQW
frustré,   car   je   ne   partageais   depuis   un   moment   que   les   jus   de   fruits   de   mes   amis,   je   ne   pus  
résister   MH PH SUpFLSLWDL VXU OH PDUFKDQG DFKHWDL OD PRLWLp G¶XQ SRXOHW HW OH GpYRUDL HQ XQ
instant.  Satu-­Ra  PHUHJDUGDG¶XQDLUGpJR€WpHWGpVDSSUREDWHXU«  
 
1RXV ILQvPHV SDU GpFRXYULU GHV IUXLWV GH JXD\XOH HW OHV GHX[ KRPPHV V¶HQ Gplectèrent.   Mais   il  
QRXVIXWLPSRVVLEOHGHWURXYHUGHVSODQWVGHO¶DUEUHjDFKHWHU&RPPHM¶pWDLVIRXUEXMHSURSRVDL
à  mes  compagnons  de  rester  en  ville  pour  dormir  dans  un  hôtel  et  de  continuer  les  recherches  le  

 
55  
lendemain   matin.   Ils   acceptèrent   et   me   laissèrent.   Je   trouvai   un   hôtel   proche   et   je   dormis  
profondément.  Le  lendemain  matin,  après  un  copieux  petit  déjeuner,  je  partis  en  quête  de  plants  
de  guayule.  Je  pris  un  taxi  et  fis,  en  vain,  le  tour  des  pépiniéristes.  Je  me  mis  alors  à  observer  les  
jardins   et   je   finis   par   découvrir,   chez   une   vieille   dame   charmante,   plusieurs   arbres   sains   et  
VXSHUEHV-¶DFKHWDLGHVSODQWVPDLVDYDQWGHUHYHQLUDXFDPSHPHQW MH QHSXV P¶HPSrFKHUGH
déjeuner   un   demi-­SRXOHW ELHQ FURXVWLOODQW -H P¶pWDLV DFKHWp pJDOHPHQW XQ DSSDreil   photo.  
Lorsque   je   retrouvai   les   Itibiens,   ils   furent   très   heureux   des   plants   rapportés   et   me   félicitèrent  
chaudement.   Mais   Satu-­Ra   PH FRQILVTXD PRQ DSSDUHLO SKRWR HQ V¶H[FXVDQW FDU MH QH GHYDLV
prendre  aucune  photo  de  leurs  installations.  
 
Dès  notre  retour  à  Mirim,   les  botanistes   me  demandèrent  tout  ce  que  je  savais  sur  cette  plante.  
Le  fruit  est  doux,  parfumé  et  il  contient  de  nombreux  pépins.  Il  est  cultivé  au  nord  du  Pérou  et  en  
Amérique  centrale.  Pendant  deux  jours,  ils  firent  des  expériences  en  laboratoire  sur  les  fruits  et  
les  semences.  Xiti  me  boudait.  Je  lui  demandai  pourquoi.  
-­  Vous  ne  sentez  pas  ?  
±  Quoi  ?  
±  Vous  avez  mangé  de  la  viande  !  reprit-­elle  avec  horreur.  
-H PH PLV j ULUH DVVH] ErWHPHQW (OOH pWDLW VL DGRUDEOH TXH MH O¶HQWUDvQDL YHUV   la   piscine,   où   je  
P¶DPXVDLjO¶DUURVHU(OOHVHGpWHQGLW1RXVSUHQLRQVGHVEDLQVFROOHFWLIVGHX[IRLVSDUVHPDLQH
HWF¶pWDLHQWGHVPRPHQWVPHUYHLOOHX[  !  Je  fus  invité  ce  jour-­là  dans  leurs  quartiers  privés  pour  la  
première  fois.  Le  salon  et  la  salle  à  manger  étaient  décorés  de  dessins  symboliques,  de  couleurs  
vives.  Nous  étions  assis  sur  des  sortes  de  fauteuils  aux  coussins  extrêmement  moelleux.    
Avant   de   manger,   je   dis   la   prière   avec   Xiti FDU HOOH PH O¶DYDLW DSSULVH GDQV PD ODQJXH /H
premier  mot  était  «  Talayan  »,OV¶DJLVVDLWGLVDLHQW-­LOVG¶XQVDJHLWLELHQTXLDYDLWFUppLO\DGHV
PLOOLHUVG¶DQQpHVXQFRGHGHYLHVLPSOHPDLVFRQIRUPHDX[ORLVGLYLQHV/DSULqUHSRXYDLWVHGLUH
ainsi  :  
 
«  Dieu  Nature,  
Aide-­PRLjQ¶DYRLUSHXUGHULHQ  
Et  à  rester  honnête  avec  moi-­même  et  avec  les  autres.  
Permets-­moi  de  respecter  Tes  lois  partout  où  je  serai.  
4XHMHP¶DEVWLHQQHGHWRXWH[FqVTXHMHUHVWHVLPSOHHWYUDLWRXMRXUV  
Donne-­moi  une  mort  paisible.  »  
 
-H FRPSULV TX¶LOV FRQVLGpUDLHQW TXH OD 1DWXUH HW 'LHX pWaient   la   même   chose.   Un   jour,   je  
demandai  à  Xiti  SRXUTXRLODQDWXUHGHO¶KRPPHpWDLWVLDJUHVVLYHHWFUXHOOH.  
-­  La  nature  de  chacun  fait  partie  de  son  plan  de  progression,  répondit-­elle.  Cependant,  je  pense  
que,   en   ce   qui   concerne   votre   humanité,   vous   avez   hérité   de   cette   génétique   belliqueuse,   déjà  
présente   chez   vos   progéniteurs.   Néanmoins,   vous   êtes   arrivés   à   un   stade   où   vous   pouvez  
éradiquer  ce  défaut  en  arrêtant  vos  guerres  et  en  devenant  solidaires  entre  vous.  Vous  pourriez  
former  une  belle  famille  humaine  et  proposer  une  vie  décente  à  tous  vos  habitants.  »  
 
Le  26  février,  à  23  heuresMHYHQDLVGHPHUHWLUHUGDQVPDFDELQHORUVTXHO¶RQPHSUpYLQWTXH
Satu-­Ra   désirait   que   je   le   rejoigne   dans   la   salle   de   délibérations.   Elle   était   située   en   bas   et   au  
centUHGXYDLVVHDXHWMHQ¶\pWDLVMDPDLVDOOp3UHVTXHWRXWOHPRQGHV¶\WURXYDLWHWFKDFXQDYDLW

 
56  
XQDLUVROHQQHO-HIXVLQIRUPpTXHOHV,WLELHQVYHQDLHQWGHUHFHYRLUGHOHXUSODQqWHO¶RUGUHIRUPHO
de  la  regagner.  Ils  me  remercièrent  une  dernière  fois  et  Xiti  me  reconduisit  à  ma  cabine.  
Je   me   couchai   mais   ne   pus   trouver   le   sommeil.   Vers   minuit,   je   me   décidai   à   retourner   dans   la  
VDOOH &¶pWDLW XQH ERQQH LQWXLWLRQ FDU Satu-­Ra   V¶\ WURXYDLW HQFRUH HW VHXO ,O P¶DFFXHLOOLW DYHF
gentillesse  et  je  me  mis  à  lui  poser  toutes  les  questions  qui  me  brûlaient  les  lèvres.  Il  tenta  de  me  
UpSRQGUHDXPLHX[,O P¶H[SOLTXDTX¶LODUULYDLWVRXYHQWTX¶XQHSODQqWHSHXpYROXpH PDLVD\DQW
développé   une   grande   avance   technologique   et   des   armes   puissantes   menaçât   sérieusement  
G¶DXWUes   planètes.   Elle   faisait   ainsi   partie   des   planètes-­FDQFHUV GRQW RQ P¶DYDLW GpMj SDUOp 6HV
habitants   avaient   construit   des   machines   très   ingénieuses.   Ils   pensaient   pouvoir   se   passer   de   la  
Nature,  et  donc  de  Dieu.  Tout  chez  eux  était  artificiel  :  la  nourriWXUHOHXUIDoRQGHYLYUH«%LHQ
entendu,  70%  de  la  population  mouraient  du  cancer.  
Le  but  des  Itibiens  était  de  leur  faire  comprendre  la  vraie  sagesse.  Ils  pensaient  que,  en  éloignant  
leur  planète  de  leur  Soleil,  le  froid  les  obligerait  à  revenir  à  une  vie  plus  saine.  
 
Le  lendemain,  Xiti  PHSUpVHQWDXQHSHWLWHILOOHTXLV¶DSSHODLW'RORUqVPDLVTXHO¶RQDSSHODLWSOXV
simplement  Lola&¶pWDLWXQHSHWLWH,QGLHQQHGHVL[DQVTXHOHV,WLELHQVDYDLHQWUDPHQpHGHOHXU
expédition  à  Linislan.  La  petite  fille  courait  sur  la  route  en  appelant  au  secours.  Les  astronautes  
pWDLHQWDORUVGHVFHQGXVHWDYDLHQWDSSULVTXHVDPqUHpWDLWWUqVPDODGH(QHIIHWORUVTX¶LOVpWDLHQW
DUULYpV j OD FDVH GH OD ILOOHWWH OD PqUH pWDLW GpMj PRUWH VDQV GRXWH G¶LQDQLWLRQ FDU HOOH pWDLW
squelettique.  Lola  Q¶pWDLWSDVHQPHLOOHXUHIRUPHPDLVJUkFHDX[WDEOHWWHVHWDX[ERQVVRLQVGH
O¶pTXLSDJHHOOHpWDLWGHYHQXHXQHEHOOHSHWLWHILOOHSOHLQHGHVDQWp'DQVODSODQWDWLRQXiti  O¶DYDLW
DGRSWpH 0DOKHXUHXVHPHQW GHSXLV TXH O¶RUGUH GH SDUWLU pWDLW GRQQp OD MHXQH (7 Q¶RVDLW SDV
SUHQGUHODUHVSRQVDELOLWpGHODUDPHQHUVXUVDSODQqWHGHSHXUTX¶HOOHQ¶\VXUYLYHSDV(OOHPHOD
FRQILDOHVODUPHVDX[\HX[3RXUHOOHWRXWpWDLWVLPSOHLOPHVXIILVDLWG¶rWUHXQSqUHSRXU Lola.  
3RXU PRL F¶pWDLt   une   autre   chanson  !   Célibataire   et   toujours   en   voyage,   comment   pouvais-­je  
P¶RFFXSHUG¶XQHILOOHWWHGHVL[DQV  ?  
 
,OIDXWDYRXHUTXHO¶HQIDQWpWDLWDGRUDEOHHWTX¶HOOHPHVpGXLVLWWUqVYLWH3OXVWDUGMHODFRQILDLj
une  de  mes  amies.  Elle  prit  aussitôt  Lola  en  affection  et,  ses  deux  petits  chiens  aidant,  la  petite  
V¶KDELWXD YLWHjHOOH-¶DOODLV OHVYRLUWUqVVRXYHQWFDUM¶DYDLVSURPLVj Xiti  GHP¶HQRFFXSHUHW
G¶DLOOHXUVLola  me  rendait  bien   mon  affection.  Actuellement,   Lola  est  une  très  belle   jeune   fille,  
FRQQDLVVDQWSOXVLHXUVODQJXHVHWDGRUDQWVDPqUHG¶DGRSWLRQHWVHVFKLHQV  
 
Mais   revenons   aux   Itibiens.   Satu-­Ra   P¶DYDLW H[SOLTXp TX¶XQH SHWLWH SODQqWH YLGH PDLV WUqV
GDQJHUHXVHV¶DSSURFKDLWGHSOXVHQSOXVG¶,WLEL5D,,(OOHSURYRTXDLWGHVWURXEOHV magnétiques  
GHSXLVTXHOTXHWHPSVHWODGpFLVLRQDYDLWpWpSULVHG¶HVVD\HUGHODGpWUXLUH(OOHV¶DSSHODLW7DJUD
Un  commando  de  sept  cosmonautes  et  de  plusieurs  scientifiques,  dont  Hua  et  Xiti,  serait  envoyé  
SRXU HQTXrWHU DXSUqV GH O¶LQGpVLUDEOH FDU GHSXLs   peu   les   troubles   augmentaient  
FRQVLGpUDEOHPHQW1RXVQRXVIvPHVQRVDGLHX[HWO¶pTXLSDJHPHUDPHQDDXODFG¶RQRXVpWLRQV
partis  le  17  février  précédent.  Je  revins  à  Lima  par  mes  propres  moyens.  
 
LE  RETOUR  DE  SATU-­RA  
 
3OXVGHGHX[DQVSDVVqUHQW-¶pSURXYDLOHEHVRLQG¶pFULUHXQOLYUH-HYRXODLVVXUWRXWSURSRVHUDX[
7HUULHQV OH PRGHGHYLH VLPSOHHWVDJHVXLYLSDU OHV,WLELHQV-¶DYDLV PRQWUpPRQDQQHDXHWOHV
photos   des   symboles   à   des   archéologues,   et   ils   en   avaient   conclu   que   certaines   civilisations  

 
57  
avDLHQW SX VH UpSDQGUH VXU OD 7HUUH j SDUWLU G¶XQH VRXUFH XQLTXH /HV UDFHV SUpFRORPELHQQHV
SUpLQFDVSUpPD\DVHWFHOOHGH O¶,QGHDQWLTXHHQ IDLVDLHQWIRL(WFHWWHVRXUFHXQLTXHQHSRXYDLW
SURYHQLUTXHGHO¶H[WpULHXU  
 
$SUqV XQH SpULRGH G¶LQWHQVH WUDYDLO mes   affaires   principales   étant   terminées,   je   me   décidai   à  
SUHQGUHTXHOTXHVYDFDQFHV-HORXDLXQHVXSHUEHPDLVRQVLWXpHVXUOHERUGG¶XQODFHQ$PpULTXH
FHQWUDOH-¶DYDLVOHYROFDQ6DQ9LFHQWHHQWRLOHGHIRQGHWXQWDVGHSHWLWHVvOHVGHYHUGXUHVXUOH
lac  :  un  vrai  paradis  !  
 
/HPDWLQGXMDQYLHUM¶pWDLVDUULYpGHSXLVGHX[VHPDLQHVHWMHWUDYDLOODLVVXUPDPDFKLQH
jpFULUHLQVWDOOpGHKRUVjO¶RPEUHG¶XQDUEUH7RXWjFRXSMHVHQWLVXQHEU€OXUHjXQGRLJWGHOD
main  droite  :  ma  chevalière  brillait  comme  un  petit  soleil.  Je  montai  les  marches  qui  conduisaient  
j OD WHUUDVVH SRXU YRLU VL M¶DSHUFHYDLV TXHOTXH FKRVH -¶DYDLV SRVp O¶DQQHDX VXU OD WDEOH GH OD
cuisine   et   il   continuait   à   briller   intensément.   Cependant   je   ne   vis   rien   de  toute   la   journée.   Mes  
amis   itibiens  étaient   là,   mais   je   ne   savais  pas  où  -HQHWHQDLVSOXVHQSODFH M¶DOODLVVXU OH ODF
UHPRQWDLV VXU OD WHUUDVVH VDXWDLV VXU OHV URFKHUV« )LQDOHPHQW YHUV   KHXUHV M¶HXV O¶LGpH GH
prendre   mon   petit   canot   à   moteur   et   je   me   rendis   sur   une   petite   île   au   milieu   du   lac.   La   vue   y  
était  magnifique  et  je  me  calmai  un  peu  devant  la  beauté  de  ce  paysage.  Soudain,  je  vis  que  les  
YDJXHOHWWHV j OD VXUIDFH GH O¶HDX FKDQJHDLHQW GH IRUPH (OOHV GHYHQDLHQW FRQFHQWULTXHV PDLV
toujours   rien   dans   le   ciel   /HV RLVHDX[ V¶pWDLHQW WXV EUXVTXHPHQW -H PH GpFLGDL j FKDQJHU GH
SODFH VXU O¶vOH SRXU YRLU GH O¶DXWUH F{Wp HW FH IXW OH FKRF GH PD YLH  :  
Satu-­Ra  était  là,  assis  sur  un  large  rocher  plat  !  
 
-H P¶DSSURFKDL WRXW j OD MRLH GH OH UHYRLU ,O VH UHWRXUQD HW   me   sourit,   mais   il   y   avait   une   telle  
GpWUHVVH GDQV VRQ UHJDUG TXH M¶HQ HXV XQ VHUUHPHQW GH F°XU  !   Que   se   passait-­il  ?   Il   tenait   une  
VRUWHGHSHWLWEkWRQTX¶LOSRUWDLWVRXYHQWjODSODQWDWLRQ-¶DYDQoDLYHUVOXLOXLVHUUDLOHVPDLQVHW
O¶LQWHUURJHDLDXVVitôt  :  
-­  Où  est  Xiti  ?  Est-­elle  avec  vous  ?  »  
Il  répondit  dans  sa  propre  langue,  très  ému  :    
-­  Ximsi  Xiti  Tasat  !  Ximsi  Xiti  asat  «  
Puis  la  traduction  vint  instantanément  :    
-­  Xiti  est  morte  !  
Satu-­Ra   appuya   son   dos   contre   le   rocher   et   regarda   le   lac   devant   lui.   Malgré   le   choc   que  
P¶DYDLHQWLQVSLUpVHVSDUROHVMHQHSXVP¶HPSrFKHUGHSHQVHUG¶DERUGjOXL-HQHO¶DYDLVMDPDLV
vu   aussi   désemparé   et   malheureux  !   Je   savais   que   Xiti   pWDLW j OD IRLV VD SHWLWH V°XU VD
collaboratrice  et  sa  confidente.  Je  posai  doucement  ma  main  sur  la  sienne  et  lui  demandai  :    
-­  Comment  est-­ce  arrivé  ?  
Un   flot   de   paroles   itibiennes   se   précipita   si   rapidement   que   le   translateur   eut   du   mal   à   les  
WUDGXLUH -H FRPSULV TXH ORUVTXH O¶pTXLSH GH Xiti   V¶pWDLW DSSURFKpH GH OD SODQqWH 7DJUa,   une  
WUDJpGLH V¶pWDLW SURGXLWH  :   la   navette   spatiale   avait   été   détruite.   Puis,   plus   calmement,   il  
P¶H[SOLTXD TXH GHX[ HUUHXUV DYDLHQW pWp FRPPLVHV /D SUHPLqUH DYDLW pWp FHOOH GH IDLUH GHX[
groupes   WRXWH O¶pTXLSH DXUDLW G€ VH UHQGUH YHUV 7DJUD FDU F¶ptait   une   mission   extrêmement  
LPSRUWDQWH /D GHX[LqPH FRQFHUQDLW OHV FRPSOH[HV G¶RUGLQDWHXUV VLWXpV VXU ,WLEL 5D ,, TXL
V¶pWDLHQWWURPSpVHQLQWHUSUpWDQWOHVGRQQpHVTXLFRQFHUQDLHQWOHVFKDPSVPDJQpWLTXHV/RUVTXH
ODQDYHWWHV¶pWDLWDSSURFKpHGH7DJUDLls  avaient  envoyé  un  faisceau  de  flux  magnétique  positif  
pour   recueillir   des   informations   sur   la   planète   errante.   Mais   cette   dernière   avait   un   champ  

 
58  
QpJDWLITXLDWWLUDODQDYHWWHYHUVHOOHHWODILWH[SORVHU7RXWO¶pTXLSDJHGRQWXiti  et  Hua,  fut  tué  
sur   le   coup.  Ils   figureraient   sur   la   liste   des   héros   morts   en   mission   dans   la   banque   de   données  
LQWHUFRVPLTXHTXLIRQFWLRQQHGHSXLVGHVPLOOLHUVG¶DQQpHV  
Satu-­Ra,  avec  un  sourire  triste,  me  tendit  alors  un  petit  objet  en  métal  sculpté  qui  représentait  les  
sept  commandements  de  la  sagesse  cosmique  :  une  main  tenant  une  fleur  à  six  pétales.  
-­  Cet  objet,  me  dit-­il,  a  mille  ans  environ.  Les  Itibiens  le  portent  un  peu  comme  un  talisman.  
Avant   de   monter   dans   la   navette,   Xiti,   qui   ne   devait   avoir   aucun   métal   sur   elOH PH O¶DYDLW
tendu.  Je  vous  le  donne  selon  sa  volonté.  
-H IXV WUqV pPX GH FHWWH PDUTXH G¶DIIHFWLRQ HW GH FRQILDQFH -H OH UHPHUFLDL FKDOHXUHXVHPHQW
3XLVLOHQWUDGDQVODPDLVRQHWQRXVFRQWLQXkPHVjSDUOHUMXVTX¶jODWRPEpHGHODQXLW  
 
Il   me   raconta   que   ses   parents   vivaient   sur   la   ceinture   équatoriale   de   sa   planète,   dans   une   très  
EHOOHUpJLRQ/DYLOOHV¶DSSHODLW&RWRVRWLHWLO\DYDLWXQFRPSOH[HELRORJLTXHQRQORLQGHOjGH
5.000  mètres  carrés  environ.  Ses  parents  y  travaillaient.  Il  était  né  le  25  août  1720  de  nos  années,  
et  il  connaissait   la  date  de  sa  mort,  SAUF   ACCIDENT  :  entre  2210  et  2220.  Il  paraissait  avoir  
TXDUDQWHDQVHQYLURQ,OPHUDFRQWDTXHOHVHQIDQWVUHVWDLHQWDYHFOHXUVSDUHQWVMXVTX¶jO¶kJHGH
VL[ DQV SXLV TX¶LOV pWDLHQW pGXTXpV GDQV GHV FHQWUHV FRPPXQV MXVTX¶j O¶kJH GH YLQJW DQV /H
PDULDJH Q¶pWDLW UDWLILp SDU DXFXQH FpUpPRQLH HW OHV FRXSOHV SRXYDLHQW VH VpSDUHU GqV TXH OHXU
enfant   atteignait   six   ans.   Bien   sûr,   il   existait   des   mariages   permanents,   ses   parents   étaient   de  
ceux-­là,  maLVFHQ¶pWDLWSDVODUqJOHJpQpUDOH/XL-­même  avait  eu  trois  épouses  successives  avant  
celle   qui   partageait   sa   vie   actuellement.   On   ne   pouvait   avoir   un   nouvel   enfant   que   lorsque   le  
SUpFpGHQW DWWHLJQDLW O¶kJH GH VL[ DQV HW TX¶LO TXLWWDLW OD PDLVRQ 0DLV OHV   enfants   revenaient   en  
YDFDQFHVGDQVOHXUIDPLOOH8QHIRLVTXHO¶HQIDQWDYDLWWHUPLQpVHVpWXGHVJpQpUDOHVGDQVO¶XQGHV
FHQWUHV G¶pGXFDWLRQ GH QRPEUHX[ WHVWV SHUPHWWDLHQW GH GpWHFWHU VHV JR€WV VHV DSWLWXGHV VHV
compétences,   et   il   pouvait   choisir   son   orientation   professionnelle   en   fonction   de   ces   données.  
Étant  un  brillant  sujet,  Satu-­Ra  devint  un  spécialiste  des  sciences  cosmiques  et  philosophiques.  Il  
travailla  longtemps  à  Fatex,  qui  est  le  centre  des  archives  des  cinq  planètes  habitées  existant  dans  
OHXUV\VWqPHVRODLUH GRQWOH6ROHLOTX¶LOVDSSHOOHQW5D   
-­  Ce  système,  dit-­il,  se  situe  dans  notre  Voie  lactée.  
 
2QGpYHORSSDVHVIDFXOWpVGHOHDGHUVRQFRXUDJHVDYRORQWpG¶DJLUHWGHSUHQGUHGHVGpFLVLRQV
sa   maîtrise   de   soi,   etc.   Fatex   recueille   aussi   et   stocke   les   données   du   groupe   de   cent   quarante-­
quatre  planètes  qui  ont  la  même  conduite  de  vie  que  la  sienne.  Certaines  sont  très  éloignées,  mais  
GHV UHODWLRQV GH YRLVLQDJH SHUPHWWHQW G¶pFKDQJHU GHV LQIRUPDWLRQV HW GH VH YLVLWHU 6XU O¶XQH
G¶HOOHV Dppelée   Sinès,   Satu-­Ra   rencontra   une   très   belle   E.T.,   nommée   Mitis,   qui   devint   sa  
dernière  épouse.  Outre  son  exotique  beauté,  elle  est  une  scientifique  émérite  et  sa  collaboratrice  
de   tous   les   instants.   Ils   ont   eu   trois   enfants   ensemble,   qui   vivent   à   Cotosoti.   Le   voyage   entre  
Sinès  et  Itibi  Ra  II  dure  deux  ans.  Mais  la  jeune  E.T.  a  adopté  complètement  la  famille  de   Satu-­
Ra  HWHOOHQHTXLWWHMDPDLVVRQPDUL7RXVG¶DLOOHXUVVHUHWURXYHQWjODIrWHG¶(QLOTXLHVWjSHX
SUqV QRWUH 1RsO &¶HVW VXUWRXW OD IrWH   des   enfants,   qui   dure   un   mois   de   notre   temps.   Mitis   se  
WURXYDLWGDQV OH YDLVVHDXR M¶DYDLV PRL-­PrPH YpFX(OOH \pWDLWELRORJLVWHHWMH Q¶DYDLV MDPDLV
VRXSoRQQpTX¶HOOHSRXYDLWrWUHO¶pSRXVHGHSatu-­RaFKHIGHO¶pTXLSHVFLHQWLILTXH  
La   confiance   que   Satu-­Ra   me   témoigna,   ce   jour   de   janvier   1969,   en   me   dévoilant   sa   vie   me  
WRXFKDSURIRQGpPHQW5LHQQHO¶\REOLJHDLW1RXVQRXVTXLWWkPHVjODQXLWWRPEpH  
 

 
59  
La  mort  de  Xiti  P¶DYDLWEHDXFRXSDIIHFWpHWMHQHSXVPHUpVRXGUHjGRUPLUjODPDLVRQ-HSDUWLV
en   voiture   dans   la   nuit,   et   finalement   je   me   rendis   chez   un   ami   à   Zacatecoluca,   pour   y   dormir  
TXHOTXHVKHXUHV,OP¶KpEHUJHDVDQVPHGHPDQGHUG¶H[SOLFDWLRQ/HPDWLQVXLYDQWMHIXVUpYHLOOp
par   les   crieurs   de   journaux   qui   annonçaient  :   «  Des   soucoupes   volantes   au-­dessus   de   San  
Salvador  !  »  
-H Q¶DYDLV SDV YX OH YDLVVHDX GH Satu-­Ra,   ni   à   son   arrivée   ni   à   son   départ.   Cette   nouvelle   me  
surprit.  Je  me  précipitai  pour  acheter  le  journal  et  je  lus  avidement  les  articles.  Des  ovnis  avaient  
été  aperçus  au-­dessus  de  Cerro  GH6DQ-DFLQWRHWGH6DQ0DUFRV/¶XQG¶HX[DYDLWVWDWLRQQpDX-­
GHVVXV GH OD FDSLWDOH GH 6DQ 6DOYDGRU HW GHV PLOOLHUV GH SHUVRQQHV O¶DYDLHQW YX 8Q DXWUH DYDLW
fait   un   quasi-­DWWHUULVVDJH SUqV GH O¶DpURSRUW LQWHUQDWLRQDO G¶,ORSDQJR %LHQ V€U FH Q¶pWDLW SDV  
IRUFpPHQWODVRXFRXSHYRODQWHGHV,WLELHQVPDLVFHODSURXYDLWTX¶XQHHVFDGULOOHpWDLWYHQXHDX-­
dessus  de  la  région.    
/HPrPHMRXUXQGHPHVYRLVLQVYLQWPHUDFRQWHUTX¶LODYDLWYXODYHLOOHDXVRLUXQREMHWYRODQW
descendre  sur  le  lac  et  se  tenir  immobile  un  bon  moment  entre  les  îles  de  Los  Quémandos  et  Los  
Patos  (à  mi-­chemin  entre  nos  maisons  et  la  rivière  Jiboa,  qui  se  jette  dans  le  lac).  Je  lui  demandai  
de  me  faire  un  rapport  écrit,  que  je  possède  toujours.  
 
¬ FH MRXU GpEXW   MH Q¶DL SDV UHYX PHs   amis   itibiens.   Voyant   les   guerres   et   la   pollution  
continuer  sur  Terre,  je   me  demande  si   les  sages  préceptes  donnés  par   Satu-­Ra  se  réaliseront  un  
MRXU,OP¶DYDLWGLW  :  
«  9RWUH KXPDQLWp HVW FDSDEOH G¶DPRXU /HV QRPEUHXVHV WUDFHV GH FLYLOLVDWLRQV DYDQFpHV et   de  
YLVLWHVG¶(7VXUOD7HUUHQRXVIRQWFURLUHTX¶HOOHDpWpDUUrWpHGDQVVDSURJUHVVLRQjXQFHUWDLQ
moment.   Je   suis   persuadé   que   dans   moins   de   cent   ans   de   vos   années   vous   aurez   compris  
O¶LQXWLOLWpGHWXHUHWGHGpWUXLUHYRWUHHQYLURQQHPHQW¬FHPRPHnt,  vous  pourrez  faire  partie  de  
notre  cercle  de  planètes  amies  au  sein  de  cette  galaxie.  »  
 
LES  7  LOIS  MORALES  COSMIQUES    
 
 1HSDVDYRLUSHXUQLGHO¶KRPPHQLGHODQDWXUH1¶LQIOLJHUDXFXQHSHLQHQLjO¶KRPPHQLjOD
nature,  ni  à  Dieu.  
2)  Ne  pas  être  hypocrite  envers  soi-­même  ni  envers  les  autres.  
3)  Respecter  tous  les  êtres.  
 6¶DEVWHQLUGHWRXWH[FqV  
  7UDYDLOOHU HQ IRQFWLRQ GH VHV WDOHQWV HW GH VHV JR€WV 4XRL TXH O¶RQ IDVVH QH SDV VH FURLUH
supérieur  à  un  autre.  
6)  Réparer  ses  fautes  envers  soi-­même,  ou  envers  les  autres,  aussitôt  que  possible.  
7)  Ne  laisser  personne  mourir  dans  la  douleur.  
 
 
 
 
 
 
 
 

 
60  
12  
VALIENT  THOR,  
/¶(;75$7(55(675('83(17$*21(  
 
 
ARRIVEE  DE  VALIENT  THOR    
ET  RETICENCES  DU  GOUVERNEMENT  
   
En   mars   1957,   un   ovni   atterrit   à   Alexandria   (Virginie).   Valient   Thor   en   descendit   avec   six  
PHPEUHV GH O¶pTXLSDJH ,OV IXUHQW LQWHUFHSWpV SDU XQH SDWURXLOOH DPpULFDLQH /¶KRPPH GH
O¶HVSDFHHQYR\DXQHSHQVpHWpOpSDWKLTXHDX[GHX[SROLFLHUVDUPpVSRXUTX¶LOVUHVWHQWFDOPHVHW
pacifiques.   Les   E.T.   montèrent   dans   la   voiture   de   patrouille,   voyagèrent   sans   encombre   et  
traversèrent   Washington   pour   se   rendre   au   Pentagone.   Val   Thor   fut   reçu   par   le   vice-­président  
américain,   Richard   Nixon.   Il   existe   un   livre,   à   la   Bibliothèque   nationale   de   Californie,   dans  
lequel  Nixon  raconte  cet  épisode  :  «  À  ce  moment,  un  gentleman  entra  dans  la  pièce.  Il  se  tourna  
YHUVPRL,OP¶DSSDUXWYLIUDSLGHDYHFGHV\HX[IL[HVHWGpFLGpVHWXQHpWRQQDQWHDSWLWXGHjVH
déplacer  avec  promptitude  et  efficacité.  »  
-­  Mon  nom  est  Valient,  dit-­il  en  tendant  la  main  sans  hésitation.  
 
Le  Dr  Frank  Stranges  UDFRQWHTX¶HQVXLWHNixon  aurait  déclaré  en  souriant  :    
-­  Vous   avez   dû   causer   un   certain   émoi   tout   le   long   de   la   route.   En   définitive,   nous   ne   sommes  
pas  totalement  convaincus  de  la  vérité  de  vos  propos.  Mais  nous  allons  vous  surveiller  dans  vos  
SDUROHVHWGDQVYRVDFWHV«/RUVTXHOHFDSLWDLQH <RXQJQRXVDWpOpJUDSKLpYRWUHDUULYpHQRXV
DYRQVSHQVpTX¶LOpWDLWGHYHQXIRX    
Il  continua  :    
-­  $ORUV F¶HVW YRXV TXL DYH] VXUYROp OD YLOOH GH :DVKLQJton   en   1952  ?   Vous   nous   avez   fait   très  
peur  !      
 
Val  Thor  affirma  que  la  planète  Terre  était  sous  étroite  surveillance  depuis  le  bombardement  de  
1945.  Il   avait   une   lettre   à   remettre   au   Président   de   la   part   du   Haut   Conseil   à   ce   propos.   On   se  
demandait   en   quelle   langue   elle   était   rédigée   et   on   doutait   de   la   compréhension   du   message.  
Mais  Val  Thor  GLWTX¶LOVHUDLWIDFLOHGHODFRPSUHQGUH'HVUHSUpVHQWDQWVGHVVHUYLFHVGHVpFXULWp
pWDLHQW DUULYpV HW FKDFXQ YRXODLW DYRLU O¶KRQQHXU GH FRQGXLUH O¶KRPPH GH O¶HVSDFH MXVTX¶DX
3UpVLGHQW'ZLJKW'DYLG(LVHQKRZHU/HFDSLWDLQH<RXQJO¶HVFRUWDGDQVXQVRXWHUUDLQVal  Thor  
donna  la  lettre  du  Haut  Conseil.    
 
Sa   planète   offrait   son   aide   à   la   famille   terrestre   pour   la   résolution   des   problèmes  
HQYLURQQHPHQWDX[HWO¶XWLOLVDWLRQ  G¶XQHpQHUJLH QRQSROOXDQWH,O OXL IXWUpSRQGXTXHFHODDOODLW
GpWUXLUHO¶pFRQRPLHGHVeWDWV-­Unis  et  plonger  le  monde  dans  le  chaos.  En  bref,  on  dit  poliment  à  
Val   Thor   TXH OD 7HUUH Q¶pWDLW SDV SUrWH j DFFXHLOOLU GHV (7 HW TXH OHXUV UHFRPPDQGDWLRQV QH
pouvaient   être   appliquées.   Cependant,   on   les   invitait   à   bien   vouloir   collaborer   avec   quelques  
VFLHQWLILTXHVVXUGHVSURMHWVPpGLFDX[DVVRFLpVDX[VFLHQFHVGHO¶HVSDFH  
 

 
61  
2QSHXWVHGHPDQGHUV¶LQWHUURJHStranges,  SRXUTXRL(LVHQKRZHUDUHIXVpO¶DLGHRIIHUWH  En  fait,  
le  Président  aurait  voulu  que  la  nation  soit  au  courant  de  ces  démarches  pour  pouvoir  en  observer  
les   conséquences.   Mais   le   secrétaire   de   la   Défense,   le   chef   de   la   CIA   et   les   différents  
UHVSRQVDEOHV PLOLWDLUHV V¶\ RSSRVqUHQW /H 3UpVLGHQW SURSRVD   DORUV G¶DYHUWLU O¶2UJDQLVDWLRQ GHV
1DWLRQVXQLHV0DLVFHODIXWpJDOHPHQWUHMHWp&HQHIXWTX¶HQfévrier  1966  TXHO¶RQPLWO¶218
DXFRXUDQWVRXVODIRUPHG¶XQPpPRUDQGXPDXVHFUpWDLUHJpQpUDO  
Tous  ces  dirigeants  gouvernementaux  craignaient,  si  le  peuple  apprenait  le  plan  proposé  par  Val  
7KRUTX¶LOOHFKRLVLVVHFRPPHOHDGHUHWTX¶HX[Q¶DLHQWSOXVDXFXQSRXYRLU    
 
/H 3UpVLGHQW PLW GRQF VRQ YHWR VDQV HVVD\HU GH FRQQDvWUH WRXW FH TXH OHV KRPPHV GH O¶HVSDFH
pouvaient   leur   proposer.   À   partir   de   ce   moment,   uQH IRUWH SUHVVLRQ V¶H[HUoD VXU WRXWHV OHV
administrations   de   tous   les   pays   pour   éviter   que   ces   démarches   soient   connues.   La   presse,   en  
particulier,  reçut  de  sévères  menaces  si  elle  divulguait  quoi  que  ce  soit.  Un  important  président  
de  chaîne  de  télévision  qui  avait  eu  vent  de  quelques  fuites  par  un  agent  de  la  CIA  fut  destitué.  
 
Néanmoins,   le   gouvernement   offrit   à   Val   Thor,   essentiellement   pour   le   surveiller,   un   bel  
appartement   au   Pentagone   même   (certains   disent   à   la   Maison-­Blanche),   où   il   fit   un   séjour   de  
trois  ans  (MXVTX¶DXPDUV).  Mais  Val  Thor  faussait  régulièrement  compagnie  aux  gardes  
GHODVpFXULWpTXLQ¶\YR\DLHQWTXHGXIHXFDULOODLVVDLWXQKRORJUDPPHGHOXL-­même.  Pendant  ce  
WHPSV LO VH WpOpSRUWDLW j VRQ YDLVVHDX VSDWLDO j O¶DEUL VXU OH   lac   Meade,   au   nord   de   Las   Vegas  
(Nevada).  
 
LA  RENCONTRE  DU  Dr  STRANGES  
 
Par   un   froid   matin   de   décembre   1959,   une   personne   importante,   que   je   ne   peux   nommer,  
P¶LQYLWD j UHQFRQWUHU 9DO 7KRU 8QH YRLWXUH P¶DWWHQGDLW HW MH PRQWDL GHGDQV -H IXV FRQGXLW
MXVTX¶à  une  porte  fermée  où  on  me  laissa  seul.  Je  craignis  une  mystification  et  je  me  tins  sur  mes  
gardes.  Je  frappai  et  entendis  :  «  Entrez  »-¶RXYULVODSRUWHOHF°XUEDWWDQW-HPHWURXYDLGDQV
un   bureau.   Trois   employés   tapaient   à   la   machine.   Aucun   ne   leva   la   tête   à   mon   entrée,   ils  
VHPEODLHQWWUqVDIIDLUpV-¶DSHUoXVXQKRPPHGHERQQHWDLOOHGHERXWUHJDUGDQWSDUODIHQrWUHHW
PH WRXUQDQW OH GRV -¶DYDQoDL GH TXHOTXHV SDV LO VH UHWRXUQD WUqV OHQWHPHQW HW LO PH UHJDUGD
6RQUHJDUGPHWUDQVSHUoDMXVTX¶DXIRQG  de  moi-­PrPH«$YHFXQFKDXGVRXULUHLOPHWHQGLWOD
main  et  me  la  serra.  Je  fus  très  ému.  Je  sentis  une  main  chaude  et  ferme.  Cette  poignée  de  main  
révélait   la   puissance   de   cet   homme.   Pourtant   sa  peau   était   douce   et   veloutée.   Ses   yeux   étaient  
marron,  ses  cheveux,  châtains  et  ondulés.  Son  teint  me  sembla  normal,  seulement  un  peu  hâlé.  Il  
souriait  facilement.  Il  dit  :  
-­  Hello  Frank.      
Sa   voix   était   douce   et   étrange   LO SDUODLW VDQV KpVLWDWLRQ ,O pWDLW YrWX G¶XQ FRVWXPH FODVVLTXH
0DLV DX FRXUV GH O¶HQWUHWien,   il   se   dirigea   vers   un   placard   et   en   sortit   sa   combinaison   de   vol.  
(OOHpWDLWG¶XQHVHXOHSLqFHGDQVXQWLVVXjODIRLVVR\HX[HWWUqVUpVLVWDQW-HQHYLVQLERXWRQQL
IHUPHWXUH G¶DXFXQH VRUWH HW MH OXL GHPDQGDL FRPPHQW RQ SRXYDLW O¶HQILOHU ,O PH ILt   une  
démonstration  HQWLUDQWGHVVXVGHVRXYHUWXUHVDSSDUXUHQWHWORUVTX¶LO\HXWJOLVVpVHVEUDVHW
VHVMDPEHVOHWLVVXVHUHVVHUUDVDQVTX¶DXFXQHWUDFHGHIHUPHWXUHVRLWYLVLEOH'DQVOHVROHLOTXL
entrait   par   la   fenêtre,   ce   vêtement   brillait   comme   V¶LO pWDLW GH OD OXPLqUH PDWpULDOLVpH 'HYDQW
PRQpWRQQHPHQWPRQLQWHUORFXWHXUPHSUpFLVDTXHFHWLVVXQ¶pWDLWSDVIDEULTXpVXU7HUUHPDLV
que  cette  matière  avait  été  testée  par  les  hommes.  

 
62  
-­  Quels  genres  de  tests  ?  demandai-­je.  
-­  &HOXL GXIHX 2Q O¶D SRUWpH j XQH WHPSpUDWXUH VXSpULHXUH DX SRLQW GHIXVLRQ GHO¶DFLHU PDLV
ULHQQHV¶HVWSURGXLW3XLVRQDHVVD\pO¶pSUHXYHGHO¶DFLGH&HGHUQLHUDFRXOpFRPPHVLF¶pWDLW
GHO¶HDXVDQVHQWDPHUODWH[WXUH2QDPrPHHVVD\pGHODSHUFHUDYHFXQHSRLQWHHQGLDPDnt  :  
HOOHV¶HVWpPRXVVpHORUVTX¶RQDLQVLVWpHWQ¶DODLVVpDXFXQHWUDFHVXUOHWLVVX  
 
&HW(7PHGLWTX¶LOpWDLWYHQXVXU7HUUHGDQVO¶LQWHQWLRQG¶DLGHUODUDFHKXPDLQH,OGpSORUDLWOH
IDLW TXH OHV KRPPHV V¶pORLJQDLHQW GH OD QRWLRQ GH FUpDWHXU GLYLQ GRnt   les   lois   devaient   être  
UHVSHFWpHV &HSHQGDQW LO SHQVDLW TXH ULHQ Q¶pWDLW SHUGX HW LO HVSpUDLW TX¶XQH QRXYHOOH
conscience,  plus  tolérante,  plus  solidaire  et  plus  respectueuse  de  la  nature,  permettrait  la  survie  
GH OD UDFH KXPDLQH ,O PH SUpFLVD TX¶LO IDisait   un   stage   de   trois   ans   sur   notre   planète   ±   étant  
arrivé  en  1957,  il  repartirait  en  1960,  le  16  mars.  
 
9DO7KRUDYDLWUpSRQGXjO¶LQYLWDWLRQGHV$PpULFDLQVHWHVVD\pGHSHUVXDGHUOHXUVFKHIVG¶pWDEOLU
OD SDL[ HW G¶DLGHU O¶KXPDQLWp VRXIIUDQWH &HSHQGDQW,   peu   de   personnes   connaissaient   son  
H[LVWHQFH DX 3HQWDJRQH /HV UHVSRQVDEOHV Q¶DYDLHQW SDV SULV HQ FRPSWH VHV FRQVHLOV ,O pWDLW
déçu  :  la  date  de  son  départ  approchait  et  il  sentait  que  sa  mission  avait  échoué.  Il  aurait  voulu  
faire   beaucoup   plus,   mais   iO QH GpVLUDLW ULHQ LPSRVHU SDU OD IRUFH ,O PH GHPDQGD G¶HVVD\HU
G¶pFODLUHUOHVKRPPHVVXUODQpFHVVLWpGHODSDL[  
 
LES  VISITES  DES  E.T.  
 
Valient  Thor  dit  à  Frank  Stranges  que  les  habitants  de  sa  planète  viennent  sur  Terre  depuis  des  
PLOOLHUVG¶DQQpHV,Os  sont  attentifs  à  tout  ce  qui  se  passe  dans  notre  système  solaire.  Ils  ont  des  
bases   sur   la   Lune   et   sur   Vénus.   Ils   ont   toujours   surveillé   la   population   terrestre,   mais   ont  
intensifié   leur   surveillance   surtout   depuis   le   début   du   XXe   siècle.   À   plusieurs   reprises,   ils   ont  
sauvé   des   aviateurs   terrestres   en   danger,   en   les   aspirant   dans   leurs   vaisseaux   puis   en   les  
UHGpSRVDQW DX VRO /RUVTXH OHV SUHPLHUV DUWLFOHV G¶(LQVWHLQ SDUXUHQW HQ  OH GDQJHU GH
GpVLQWpJUDWLRQ GH O¶DWRPH FRPPHQoD j pPHUJHU /HV QRPEUHX[ essais   sur   la   bombe   atomique  
confirmèrent  par  la  suite  leurs  soupçons.  
Ensuite,   la   Fédération   des   planètes   amies   décida   de   se   montrer   aux   Terriens   pour   leur   faire  
DGPHWWUH OD SOXUDOLWp GH OD YLH GDQV G¶DXWUHV V\VWqPHV VRODLUHV (W GHYDQW O¶DFFXPXODWLRQ GHs  
SUREOqPHV VXU 7HUUH HOOH GpFLGD GH FRQWDFWHU OH FKHI GH O¶eWDW OH SOXV SXLVVDQW j O¶pSRTXH  :   les  
États-­Unis.  
 
Des   émissaires   du   peuple   de   Valient   Thor   ont   rencontré   Franklin   Roosevelt   le   1er   décembre  
HWOXLDYDLHQWFRQVHLOOpG¶HQWUHUHQJXHUUHSRXU  VDXYHUO¶(XURSH5RRVHYHOW  se  serait  suicidé  
en  1945.  Personne  ne  comprit  pourquoi  et  le  secret  fut  bien  gardé.  
 
Harry  Truman  fut  contacté  par  un  E.T.  le  4  juillet  1945  (deux  jours  avant  le  largage  de  la  bombe  
sur  Hiroshima).  
 
Eisenhower  se  rendit  à  la  baVHG¶(GZDUGVHQ,OpWDLWDFFRPSDJQpGHSOXVLHXUVPHPEUHVGX
16& &RQVHLOGHVpFXULWpQDWLRQDOH G¶XQUHSUpVHQWDQWGHV5RFNHIHOOHUHWG¶XQGHV5RWKVFKLOG.  
Un  OVNI  de  20  mètres  de  diamètre  se  matérialisa  devant  leurs  yeux.  Ce  vaisseau  est  resté  à  la  
base.   Tous   les   Présidents   qui   se   sont   succédé   sont   allés   le   voir.   Tous   ont   promis   avant   leur  

 
63  
pOHFWLRQ GH UpYpOHU j OD SRSXODWLRQ OHV UHQVHLJQHPHQWV TX¶LOV GpWHQDLHQW VXU OHV 291,6 $XFXQ
Q¶DWHQXVDSURPHVVH  
 
Bobby   Kennedy   était   un   enthousiaste.   Un   jour,   il   vint   trouver   le   Dr   Stranges   SRXU TX¶LO OXL
organise  une  rencontre  avec  Val  Thor,  mais  ce  dernier  refusa.  Kennedy  réussit  cependant  à  voir  
O¶(7,OOXLGHPDQGDV¶LOSRXYDLWrWUHSUpVLGHQWGHVeWDWV-­Unis.  Val  Thor  lui  répondit  :    
-­  Dans  quatre  ans,  vous  aXUH]O¶RSSRUWXQLWpGHJDJQHUPDLVLOYRXVIDXWTXLWWHULPPpGLDWHPHQW
le  monde  politique.  
Bobby  Kennedy  ne  suivit  malheureusement  pas  ce  conseil  et  fut  tué,  comme   John  Kennedy,  par  
XQrWUHYRXpDX[IRUFHVGHO¶2PEUH  
 
LES  VAISSEAUX  
 
Val  Thor  a  longtemps  garé  son  vaisseau  spatial  sur  le  lac  Meade,  au  sud-­ouest  de  la  base  Nellis  
GH O¶$LU )RUFH,O \ pWDLW HQFRUH HQ  Val   Thor   HQ HVW OH FRPPDQGDQW HW LO O¶XWLOLVH FRPPH
KDELWDWLRQ ORUVTX¶LO HVW VXU 7HUUH /H YDLVVHDX HVW GH W\SH 9LFWRU FRPPH WRXV OHV YDLVVeaux  
légers   des   E.T.   Celui   de   Val   Thor   V¶DSSHOOH Victor   1.   Tous   les   vaisseaux   de   ce   type   sont  
fabriqués   dans   des   énormes   stations   spatiales.   Ils   peuvent   voyager   entre   les   planètes,   si  
nécessaire.   Ces   vaisseaux   sont   toujours   de   même   forme,   et   ce   depuis   des   millénaires  :  
circulaires,  avec  un  dôme.    
Le  premier  vaisseau  Victor  a  survolé  la  Terre  il  y  a  six  mille  ans.   Victor  1  mesure  90  mètres  de  
GLDPqWUHPGHKDXWMXVTX¶DX[UHERUGVHWPqWUHVMXVTX¶DXG{PH(QOD PHQDFHGH
guerre   nucléaire   a  obligé   les   E.T.   à   augmenter   leur   nombre,   qui   passa   à   cent  trois   autour   de   la  
Terre.  Les  équipages  sont  soigneusement  choisis  parmi  les  officiers  et  formés  pendant  plusieurs  
DQQpHV¬SDUWOHFRPPDQGDQWHWOHVVHFRQGVLOQ¶\DDXFXQHKLpUDUFKLHGDQVOHSHUVRQQHO.  Tous  
sont  égaux.  
 
Ces   vaisseaux   spatiaux   contiennent   des   petites   navettes   pour   les   courts  trajets,   fabriquées   dans  
les   mêmes   matériaux  que   les  Victor  mais  avec  des  formes  très  variées  (certaines  sont  en  forme  
de   cigare   et   renferment   les   vivres).   Elles   peuvent   accueillir   dix   personnes.   Elles   paraissent  
quelquefois  sortir  des  flancs  des  montagnes,  en  Californie,  au  Nevada  et  en  Arizona.  Ces  bases  à  
O¶LQWpULHXUGHV PRQWDJQHVVHUYHQWGHKDQJDUHWGH OLHX[GHYLH/HV,QGLHQV OHVFRQQDLVVHQW'H
O¶LQWpULHXU GH   Victor   1 RQ SHXW VXUYHLOOHU DYHF GHV FDPpUDV MXVTX¶j  PqWUHV DXWRXU GX
vaisseau.  
De  nombreux  membres  du  gouvernement  et  des  scientifiques  ont  vu  de  près  ou  sont  entrés  dans  
Victor  12QSHXWGLUHTX¶HQYLURQGHX[PLOOHSHUVRQQHVOHFRQQDLVVHQW.  
En   1989,   ce   vaisseau   surveillait   quatre   cent   cinquante   personnes,   dont   80%   constituaient   une  
menace  pour  la  Terre.  
 
/¶,17(5,(85'89$,66($89,&725  
 
Frank  Stranges  SHXWSDUIDLWHPHQWOHGpFULUHSXLVTX¶LODpWpLQYLWpjERUGGHVictor  1  (il  a  pris  un  
canot  à  moteur  pour  le  rejoindre  sur  le  lac  Meade).  
 
 

 
64  
$ORUVMHOHYLV8QYpKLFXOHHQIRUPHGHVRXFRXSHYRODQWHUHSRVDLWVXUO¶HDX,O\DYDLWXQSHXGH
vent,  et  un  gros  bateau  amarré  plus  loin  montait  et  descendait  sur  les  vagues.  Lui  ne  bougeait  
absolument   pas.   PlXV WDUG RQ P¶H[SOLTXD TX¶XQ UD\RQ ILQ FRPPH XQ FUD\RQ VH IL[DLW VXU XQ
REMHW VROLGH HW HPSrFKDLW O¶RYQL GH ERXJHU QH VHUDLW-­FH TXH G¶XQ GHJUp GH VD SRVLWLRQ IL[H
Quand  je  me  suis  approché,  il  brillait  sous  le  soleil,  il  était  superbe.  
 
Je  coupai  le  moteur  et  je  me  laissai  glisser  tout   près.  Alors  une  ouverture  se  fit,  révélant  deux  
YLVDJHVVRXULDQWV8QKRPPHHWXQHIHPPHP¶DSSHOqUHQWSDUPRQSUpQRPHWPHVRXOHYqUHQWGX
EDWHDX0RQFDQRWjPRWHXUIXWOXLDXVVLUHPRQWpHWJDUpGDQVXQKDQJDUSUqVG¶XQSlus  gros  
EDWHDX 0D SUHPLqUH LPSUHVVLRQ IXW XQH H[FLWDWLRQ MR\HXVH -¶DYDLV pFRXWp HW OX GH QRPEUHX[
UpFLWVVXUGHWHOOHVDYHQWXUHVPDLVFHWWHIRLVF¶pWDLWPRLTXLODYLYDLV-HIXVLQWURGXLWGDQVXQH
FDELQHURQGHRO¶RQPHGHPDQGDGHPHGpVKDELOOHUHQWièrement.  Je  reçus  une  «  douche  sans  
eau  »8QHLPSUHVVLRQGHFKDOHXUP¶HQYDKLWHWMHPHVHQWLVSXULILpGDQVPRQFRUSVPRQHVSULW
mon  âme.  Ensuite,  on  me  donna  un  vêtement  blanc  ressemblant  à  une  salopette,  assez  semblable  
j FHOOHV TX¶LOV SRUWHQW DXVVL OpJqUHV PDLV G¶XQH PDWLqUH GLIIpUHQWH /D WHLQWH GH OD SLqFH pWDLW
bleu  clair  et  le  plancher  ressemblait  à  une  matière  cotonneuse  dans  laquelle  le  pied  se  moulait.  
Je  fus  conduit  à  ma  chambre  (individuelle).  Chaque  pièce  était  nue,  mais  tout  ce  dont  on  avait  
besoin  se  trouvait  dans  les  murs  OLWEXUHDXVLqJH«,OVXIILVDLWGHSUHVVHUXQERXWRQHWO¶REMHW
en  surgissait.    
 
Anecdote   amusante   M¶pWDLV DX SHWLW FRLQ j PH GHPDQGHU R VH WURXYDLW OH SDSLHU K\JLpQLTXH
TXDQGWRXWjFRXSXQHYRL[PHSDUODGHO¶LQtérieur.  Je  reconnus  celle  de  Val  :  
-­  )UDQNSRXVVHOHVWURLVERXWRQVVXUWDGURLWHGDQVO¶RUGUH    
 Je  sentis  un  souffle  tiède  et,  en  un  rien  de  temps,  les  matières  fécales  étaient  cristallisées  et  ma  
peau,   nettoyée,   séchée   et   parfumée.   En   sortant   de   la   salle   de   bains,   personne   ne   me   regarda  
PDLVMHFRPSULVTXHFKDFXQVDYDLWFHTXLV¶pWDLWSURGXLW8QHEHOOHIHPPHGHO¶HVSDFHQRPPpH  
Teel  finit  par  rompre  le  silence  :  
-­  «  Aimeriez-­vous  emmener  ce  confort  dans  votre  maison  ?  »  
Quelques-­uns  se   mirent  à  rire,  puis  chacun  retourna  à  son  travail.   Après  avoir  discuté  avec   Val  
HQSULYpMHP¶DOORQJHDLTXHOTXHVKHXUHVHWMHGRUPLV/HPDWLQ Val  Thor  me  reconduisit  à  San  
Diego,  où  je  pris  un  avion  pour  Los  Angeles.  
 
/¶(48,3$*(  
 
/H QRPEUH GHV PHPEUHV GH O¶pTXLSDJH pWait   de   deux   cents   environ.   Val   Thor   était   le  
commandant  en  chef  de  toute  la  flotte.  Il  avait  quatre  assistants  :  Donn,  Thonn,  Teel  HWO¶RIILFLHU
de   santé   connu   sous   le   nom   de   Doc.   /D PDMRULWp GHV PHPEUHV GH O¶pTXLSDJH YHQDLW GH OHXU
SODQqWH G¶RULJLQH ,OV pWDLHQW pOXV SDUPL GHV YRORQWDLUHV 3DUIRLV FHUWDLQV KDELWDQWV G¶DXWUHV
planètes   les   accompagnaient   pour   des   stages   de   trois   mois   environ   (temps   de   la   Terre).   Les  
membres   pouvaient   retourner   en   congé   chez   eux,   dans   la   mesure   où   cela   ne   perturbait   pas   les  
fonctions  vitales  du  vaisseau.  
Teel   pWDLW VSpFLDOLVpH GDQV O¶HQVHLJQHPHQW HW OD FRQQDLVVDQFH GHV 7HUULHQV (OOH LQVWUXLVDLW OD
plupart   des   recrues   dans   les   domaines   suivants  :   les   sciences   de   la   Terre,   les   Terriens   et   leurs  
habitudes,  la  décadence  de  notre  UDFHODIRQFWLRQGX&KULVWODSV\FKRORJLHGHO¶rWUHKXPDLQ  
 

 
65  
Le   15   mars   1960,   Val   Thor   eut   une   longue   conversation   avec   Nancy   Warren,   son   émissaire  
auprès  du  Pentagone  et  de  Washington.  Elle  désirait  établir  un  lien  avec  tous  les  contacts  de  Val  
Thor.   Hélas,   les   opposants   à   la   liberté   de   la   Terre   sont   depuis   restés   très   actifs   au   sein   des  
gouvernements  et  communautés  scientifiques.  
Nota  :   Au   début   de   la   Deuxième   Guerre   mondiale,   200   vaisseaux   de   type   Victor   étaient   en  
mission  de  surveillance  autour  de  notre  planète.  En  1989,  il  y  en  avait  287.  Actuellement,  nous  
en  ignorons  le  nombre.  
 
 
 
 
 
 
 
 

13  
INVITATION  DANS  UN  VAISSEAU  PLÉIADIEN  
 
 
¬%RJRWiGqVOHGpEXWGHO¶DQQpHXQHWUHQWDLQHGHSHUVRQQHVVHUpXQLVVDLWUpJXOLqUHPHQW
pour   invoquer   des   intelligences   bienfaisantes,   et   quelques-­uns   des   participants   avaient   fini   par  
contacter   par   channeling   de   soi-­disant   E.T.   Une   voix   leur   dit   de   choisir   un   des   leurs   pour   les  
UHQFRQWUHU ¬ O¶XQDQLPLWp RQ GpVLJQD O¶LQJpQLHXU Enrique   Castillo   Rincon,   pour   son  
intelligence,  sa  sensibilité  psychique  et  sa  droiture.  Puis   la  date  et  le   lieu  de  la  rencontre  furent  
IL[pV8QHVFqQHELHQUpHOOHVHGHVVLQDGDQVO¶HVSULWG¶(QULTXH  :  une  femme  avec  un  enfant  dans  
VHV EUDV j F{Wp G¶XQ kQH WLUDQW XQH FKDUUHWWH GH ERLV 'HX[ FKLHns   et   un   autre   enfant   les  
DFFRPSDJQDLHQW&HWWHVFqQHGHYDLWGpVLJQHUO¶HQGURLWFKRLVL  
 
Le   3   novembre   1973   au   soir,   Enrique   prit   sa   voiture   et   se   rendit   au   lieu   indiqué,   à   150  
NLORPqWUHVGHFKH]OXL,OVDYDLWTXHSHQGDQWFHWHPSVj%RJRWiOHJURXSHV¶ptait  réuni  et  priait  
SRXUOXL F¶HVWXQJURXSHVSLULWXDOLVWHFKUpWLHQ /HMHXQHKRPPHpWDLWFKDUJpGHSRVHUXQWDVGH
TXHVWLRQV HW LO FUDLJQDLW G¶HQ RXEOLHU 'H SOXV DX IXU HW j PHVXUH TX¶LO DYDQoDLW OH GRXWH
V¶HPSDUDLWGHOXL  HWVLWRXWFHODQ¶pWDLWTX¶XQHLOOXVLRQ  ?  
Arrivé   sur   le   lieu,   il   gara   sa   voiture   et   en   descendit.   Il   aperçut   sur   le   sol   une   petite   sphère   de  
PpWDOGHODWDLOOHG¶XQHEDOOHGHJROI&¶pWDLWOHSUHPLHULQGLFHHWLOUHSULWFRQILDQFH,OUDPDVVDOD
boule  :   elle   était   pleine   de   petits   WURXV G¶DVSHFW DQRGLQ PDLV HOOH VH PLW j FKDXIIHU OHQWHPHQW
Tout   à   coup,   Enrique   revit   la   scène   O¶kQH OHV ILJXUHV KXPDLQHV OHV FKLHQV LOV pWDLHQWWRXV Oj
exactement  comme  dans  sa  vision.  Il  traversa  un  bras  du  lac,  puis   il  se  dirigea  vers  un  bouquet  
G¶DUEUHVpJDOHPHQWHQWUHYXWHOTXHOGDQVVDYLVLRQ/DERXOHGHYHQDLWGHSOXVHQSOXVFKDXGH  ;;  
de   petits   rayons   lumineux   sortaient   maintenant   par   chacun   des   trous.   Il   dut   la   tenir   avec   son  
poncho  pour  ne  pas  se  brûler  les  mains.  Comme  il  était  en  avance,  il  lui  fallut  encore  attendre.  Le  
temps  passait  terriblement   lentement.  Il  se  disait  :  «  Mon  Dieu,  aidez-­moi,  protégez-­moi  !  »  Un  
bateau  à  moteur  passa  au  loin.    
 

 
66  
¬K LO \DYDLWYLQJW PLQXWHVTX¶LOpWDLW Oj ORUVTX¶LOHQWHQGLWXQ EUXLWEL]DUUH3Xis  tout  le  
SD\VDJHV¶LOOXPLQD'HX[pQRUPHV YDLVVHDX[V¶DSSURFKqUHQWHWSDVVqUHQWDX-­dessus  de   lui.  Il  se  
FRXFKDVXUOHVRO/¶HDXGXODFERXLOORQQDLWHWXQVRXIIOHFKDXGVHUpSDQGLW&HVYDLVVHDX[pWDLHQW
en  forme  de  disque,  une  ceinture  équatoriale  tourbillonnait  rapidement.  En  dessous,  trois  boules  
blanches   tournaient   plus   lentement.   Puis   ce   fut   le   silence,   troublé   seulement   par   un   léger  
PXUPXUH &HV GHX[ GLVTXHV UHVWqUHQW VXVSHQGXV j  PqWUHV HQYLURQ O¶XQ GH O¶DXWUH ,OV
mesuraient   45   mètres   de   diamètre   et   12   mètres   de   hauteur.   En   dessus,   une   coupole   claire,  
OpJqUHPHQWOXPLQHXVHV¶pWHLJQLW,O QHUHVWDTX¶XQHVHXOHVRXUFH OXPLQHXVHpFODLUDQWOHVRODX-­
GHVVRXV 8Q GHV YDLVVHDX[ V¶DSSURFKD WDQGLV TXH O¶DXWUH GHPHXUD LPPRELOH $UULYp SUqV
G¶(QULTXHLO  V¶DUUrWDHWUHVWDXQSHXDX-­dessus  du  sol.  Deux  rayons  latéraux  apparurent  et  deux  
êtres  en  descendirent.  
Rincon  explique  :  
Au  sol,  je  ne  les  voyais  plus  à  cause  des  arbres,  mais  je  les  entendis  marcher.  Toutes  les  lumières  
V¶pWHLJQLUHQW/HEUXLWGHFHVpas  qui  se  rapprochaient  me  glaçait  le  sang.  À  10  mètres  de  moi,  je  
FRPPHQoDLjOHVHQWUHYRLU,OVDYDLHQWODWDLOOHG¶KRPPHVDVVH]JUDQGVHWLOVpWDLHQWHQWLqUHPHQW
UHFRXYHUWVG¶XQHFRPELQDLVRQVHUUpH,OVSRUWDLHQWXQFDVTXHDYHFXQH YLVLqUHWUDQVSDUHQWe,  des  
gants  et  des  bottes.  
 
Une  première  communication  télépathique  me  parvint  :    
-­  )UqUHQ¶D\H]SDVSHXUQRXVVRPPHVYRVDPLV  
Je  répondis  :  
-­  -HQ¶DLSDVSHXU  !  
Mais  mon  manque  de  conviction  était  évident.  Aussi  la  voix  reprit-­elle  :  
 -­  Je  suis  votre  ami,  Enrique  !      
-¶DSSURXYDLGHODWrWHHWO¶DXWUHGLW  :  
-­  6LYRXVQ¶rWHVSDVSUrWQRXVSRXYRQVUHPHWWUHFHWWHUHQFRQWUHjXQDXWUHMRXU-HVHQVHQFRUH
XQ SHX G¶LQTXLpWXGH HQ YRXV 1RXV YRXV JDUDQWLVVRQV TXH QRXV QH YRXV YRXORQV DXFXQ PDO
Voulez-­vous  que  nous  nous  arrêtions  maintenant,  pour  cette  fois  ?  
-HQHYR\DLVSDVOHXUYLVDJHjFDXVHGXFDVTXHHWF¶HVWFHTXLP¶HIIUD\DLW/¶XQG¶HX[VRXOHYDXQ
peu  la  visière,  et  je  vis  un  nez  droit  et  une  bouche  aux  lèvres  normales.  Toute  crainte  me  quitta.  
 
À   ce   mRPHQW OD VRXFRXSH YRODQWH V¶DSSURFKD VLOHQFLHXVHPHQW 8Q UD\RQ OXPLQHX[ VRUWLW HW
P¶HQYHORSSD -H VHQWLV GHV IRXUPLOOHPHQWV j WUDYHUV OD SHDX GH PRQ FUkQH HW MH FRPPHQoDL j
P¶pOHYHU GDQV XQH OXPLqUH MDXQH SkOH &HWWH OXPLqUH PH GRQQDLW O¶LPSUHVVLRQ G¶rWUH   solide.  
-¶HVVD\DL GH WRXFKHU DYHF OD PDLQ HW MH VHQWLV XQH SDURL FRPPH FHOOH G¶XQ DVFHQVHXU HQ YHUUH
3XLV XQ VRXIIOH SDUXW P¶DVSLUHU GDQV XQH RXYHUWXUH TXL VH UHIHUPD DXVVLW{W GHUULqUH PRL (OOH
V¶RXYULWGHQRXYHDXHWOHVGHX[rWUHVHQWUqUHQW,OVHQOHYèrent  leur  casque  et  me  sourirent.  Je  vis  
de   beaux   visages   aux   pommettes   hautes,   aux   yeux   allongés,   et   de   longs   cheveux   blonds  
MXVTX¶DX[pSDXOHV,OVPHSULUHQWODERXOHTXLV¶pWDLWpWHLQWHGHSXLVXQPRPHQW  
Ils  me  dirent  :  
-­  $WWHQGH]LFLV¶LOYRXVSODvW,  et  enlevez  vos  vêtements  !  
-¶REpLVHWQRXVHQWUkPHVGDQVXQHSLqFHIHUPpHDYHFVHXOHPHQWXQHSHWLWHIHQrWUHOXPLQHXVHVXU
OHF{Wp,OVPHVRXULUHQWHWP¶H[SOLTXqUHQW  :  
-­  9RXVDOOH]YRLUXQSHXGHIXPpH1¶D\H]SDVSHXUF¶HVWSRXUODGpVLQIHFWLRQ  

 
67  
Je  ne  SRXYDLVP¶HPSrFKHUGHSHQVHUDXJD]GHVQD]LV  !  Mais,  effectivement,  ce  fut  très  rapide  ;;  
MHQHVDLVPrPHSDVVLM¶DLYXGXEURXLOODUGM¶DLVHXOHPHQWVHQWLXQHRGHXUGHFLWURQ/DIHQrWUH
fut  refermée  et  sa  lumière,  éteinte.  Ils  me  rendirent  mes  vêtements.  
1RXV QRXV GLULJHkPHV YHUV OD SUHPLqUH VDOOH RTXDWUH SHUVRQQHV P¶DWWHQGDLHQW /¶XQH   G¶HOOHV
V¶DSSURFKDPHGLW  :    
-­  Enrique,  comment  allez-­vous  ?    
HW HOOH PH VHUUD OD PDLQ 3XLV OHV DXWUHV ILUHQW GH PrPH HQ VH SUpVHQWDQW -¶DYRXH TXH VXU OH
coup,   cetWH PDQLqUH WUqV KXPDLQH GH P¶DFFXHLOOLU HW GH VH SUpVHQWHU PH FKRTXD /H GHUQLHU PH
dit  :  
-­  Je  suis  Cyril  !  
-­  Quel  Cyril  ?  
-­  Cyril  Weiss,  rappelez-­vous,  nous  nous  sommes  rencontrés  à  Caracas  en  1969,  au  Venezuela,  et  
QRXVDYRQVGLVFXWpjO¶HQWUpHGXWKpkWUH«  
-­  Cyril  &¶HVWYUDL  !  Mais  avec  ce  costume  je  ne  vous  avais  pas  reconnu.  Que  faites-­vous  ici  ?  
-­  Je  suis  un  des  équipiers  de  ce  vaisseau.  Nous  pouvons  parfaitement  vivre  sur  Terre  et  passer  
pour  des  hommes.  
-¶pWDLVWRWDOHPHQWVWXSpIDLWHWMHFRPSULVSRurquoi  leurs  saluts  ressemblaient  tant  aux  nôtres  !  
Cyril  reprit  :  
-­  Enrique,  nous  vous  suivons  depuis  huit  ans  et  nous  vous  connaissons  bien.  Mon  véritable  nom  
est    Krishnamerk.  
 
/HV DXWUHV V¶DSSHODLHQW Cramecan,   Krukula   et   Krenza.   Tous   communiquaient   par   télépathie,  
sauf   Cyril,   qui   me   parlait   dans   un   espagnol   parfait.   Nous   nous   assîmes   sur   des   sièges  
UHVVHPEODQWjGXSODVWLTXHDXWRXUG¶XQHWDEOHHQYHUUH Cramecan,  le  commandant,  me  dit  que  
O¶pTXLSDJH FRPSUHQDLW GRX]H PHPEUHV /HXUV YrWHPHQWV pWDLHQW WRXV   de   même   forme   mais   de  
deux   types   de   couleurs  :   certains   marron  ou   gris   foncé,   avec   gants   et   bottes  orangés,   les   autres  
argentés  (ces  derniers  étaient  utilisés  pour  les  sorties  hors  de  la  soucoupe  volante,  car  beaucoup  
SOXV UpVLVWDQWV  ,O P¶H[SOLTXD DXVVL   TX¶LOV HVVD\DLHQW G¶DYRLU GHV FRQWDFWV DYHF GHV LQGLYLGXV
pour  les  prévenir  de  ce  qui  se  passait  sur  Terre.  
-­  4XHOJHQUHG¶LQGLYLGXV  ?  
-­  Des  hommes  comme  vous.  
-H Q¶LQVLVWDL SDV -H OHXU GHPDQGDL V¶LOV DYDLHQW GHV IHPPHV j ERUG ,OV PH UpSRQGLUHQW SDU
O¶DIILUPDWLYHPDLVTX¶DXMRXUG¶KXLMHQ¶HQYHUUDLVSDV,OVPHGLUHQWTXHQRXVDYLRQVWRXVXQQRP
intrinsèque   et   ils   me   donnèrent   le   mien,   que   je   dois   garder   secret,   bien   entendu.   Ils   semblaient  
FRQQDvWUHPHVSUpFpGHQWHVLQFDUQDWLRQV,OVP¶DQQRQFqUHQWTX¶LOV  venaient  des  Pléiades.  
-­  Quelles  Pléiades  ?  
-­  Celles  que  vous  appelez  «  OHV6HSW6°XUV  »  !  
-­  &¶HVWORLQ  ?  
-­  Vous  dites  que  nous  sommes  à  328  années-­OXPLqUHGHYRXV0DLVHQIDLWF¶HVWEHDXFRXSSOXV
proche.   Votre   calcul   en   années-­lumière   est   erroné.   La   théRULH GH OD UHODWLYLWp G¶(LQVWHLQ Q¶HVW
SDVFRPSOqWH,OIDXW\IDLUHWURLVFRUUHFWLRQV/DOXPLqUHQ¶DSDVXQHYLWHVVHFRQVWDQWHHOOHSHXW
rWUH DFFpOpUpH RX UDOHQWLH '¶DLOOHXUV FHWWH OXPLqUH QH VH GLULJH SDV HQ OLJQH GURLWH 1RXV
utilisons   une   autre   mesure   de   temps.   Savez-­YRXV TX¶LO QRXV DUULYH GH QH SDV UHVWHU GDQV QRV
corps  physiques  pendant  longtemps  "0DLVHQIDLWGDQVFHWpWDWOHWHPSVQ¶H[LVWHSDV  »  
 
/HQRPTX¶LOVGRQQDLHQWjOHXUSODQqWHGDQVOHV3OpLDGHVpWDLWShi  El  Lho.  

 
68  
Je   visitai   quelques   pLqFHV GH O¶DSSDUHLO GRQW XQH VDOOH GH UHVVRXUFHPHQW DX[ FRXOHXUV WUqV
GRXFHVHWXQODERUDWRLUHWUqVSHUIHFWLRQQp-¶\YLVGHVUpFLSLHQWVFRQWHQDQWXQHVXEVWDQFHYHUWH  :  
LOV PH GLUHQW TXH F¶pWDLW GH OD FKORURSK\OOH H[WUDLWH G¶DUEUHV &¶pWDLW OD EDVH SULQcipale   de   leur  
DOLPHQWDWLRQ ,OV OD SUpSDUDLHQW DXVVL j SDUWLU GH IUXLWV G¶$PpULTXH GX 6XG ,OV DLPDLHQW OH JR€W
GHVSrFKHVHWGHVDEULFRWV,OVH[WUD\DLHQWpJDOHPHQWGHVQXWULPHQWVGXEOpGXUL]GHO¶RUJHHWGH
GLYHUVOpJXPHV3RXUFRPSHQVHUFHTX¶LOVSrenaient  à  la  Nature,  ils  utilisaient  un  rayon  ionisant  
qui   accélérait   la   croissance   des   plantes   et   permettait   de   remplacer   rapidement   leurs  
prélèvements.  Ils  connaissaient  parfaitement  la  génétique  végétale  et  savaient  contrôler  les  codes  
génétiques,   ce   qXL OHXU SHUPHWWDLW GH FRQVHUYHU OHV IRUFHV YLWDOHV G¶XQH FHOOXOH H[FHVVLYHPHQW
longtemps.  
,OV PHGLUHQWTX¶LOV YHQDLHQWGHSXLVWRXMRXUVVXU OD7HUUHHWTX¶LOVDYDLHQW LQVWUXLWGHV7HUULHQV
TXLGHYHQDLHQWGHVJXLGHVSRXUO¶KXPDQLWp,OVHVVD\DLHQWpJDOHPHQt  de  promouvoir  la  fraternité,  
non  seulement  des  civilisations  en  visite  ici  avec  nous,  mais  aussi  entre  elles.  
 
Cramecan   me   fit   visiter   la   salle   de   contrôle,   située   dans   le   dôme,   et   je   vis   de   grandes   cartes  
électroniques  qui  montraient  les  systèmes  et  les  étoiles  en  trois  dimensions.  
À   travers   la   coupole   transparente,   le   spectacle   était   magnifique.   Trois   E.T.   étaient   assis   devant  
les  consoles  ;;  ils  se  levèrent  à  mon  approche  pour  me  saluer,  puis  ils  retournèrent  à  leur  travail.  
Le  commandant  me  montra  les  FDUWHVVWHOODLUHVHWP¶LQGLTXDGHVOLHX[TXLV¶DOOXPDLHQWFKDFXQj
leur   tour  ;;   les   lignes   lumineuses   pleines   représentaient   les   routes   commerciales   et   celles   en  
SRLQWLOOpVOHVWUDMHWVG¶H[SORUDWLRQ  
-­  Des  milliers  de  planètes  sont  en  contact  les  unes  avec  les  autres,  P¶H[SOLTXD-­t-­il.  Des  échanges  
FXOWXUHOV WHFKQRORJLTXHV VFLHQWLILTXHV V¶pWDEOLVVHQW HQWUH HOOHV 4XHOTXHV-­unes   de   ces   planètes  
ont  une  très  grande  avance  spirituelle.  
-¶DYDLV GX PDO j FRPSUHQGUH FHV QRWLRQV G¶HVSDFH HW GH WHPSV M¶DYDLV O¶LPSUHVVLRQ G¶HUUHU
vertigineusement  entre  des  mondes  inconnus  et  innombrables.  
&HVrWUHVVHPEODLHQWYRLUjO¶DYDQFHOHVpYpQHPHQWVTXLVHSURGXLUDLHQWVXU7HUUH,OVPHGLUHQW
SDU H[HPSOH TX¶LO \ DYDLW GH JUDQGHV FKDQFHV SRXU TX¶XQH WURLVLqPH JXHUUH PRQGLDOH affecte  
QRWUHSODQqWHDYDQWTXDWUHDQV GRQFHQ 2UHOOH Q¶DSDVHX OLHXWRXWDXPRLQVVRXVXQH
forme  directe.  
 
-H OHXU GHPDQGDL V¶LOV FUR\DLHQW HQ 'LHX ,OV PH UpSRQGLUHQW TX¶LO Q¶\ DYDLW SDV j FURLUH HQ XQ
esprit   créateur   sous   une   forme   quelconque,   que   Dieu   est   une   FORCE   TOTALEMENT  
INCONNUE.  
-­  ,O IDXW FKHUFKHU 'LHX j O¶LQWpULHXU GH VRL DMRXWD &UDPHFDQ &¶HVW OD SUHPLqUH FKRVH j IDLUH
pour   se   sentir   en   paix   avec   soi-­même   et   pour   comprendre   les   autres   hommes   et   les   autres  
humanités.    
Ils  dirent  ausVLTX¶LOVpWDLHQW«  OHVpPLVVDLUHVG¶rWUHVTXLOHXUpWDLHQWVXSpULHXUVTXLDYDLHQWSOXV
GH SXLVVDQFH TX¶HX[ HW TXL SRXYDLHQW GpWUXLUH FH TXL pWDLW QXLVLEOH DX ELHQ GH WRXV &HV rWUHV
gouvernent   le   cosmos,   expliquèrent-­ils,   HW ORUVTX¶LOV QRXV GRQQHQW XQ RUdre,   nous   obéissons  !  
&¶HVW OD ORL GH OD QDWXUH WRXWH IRUPH GpJpQpUpH PHXUW GqV TX¶HOOH ULVTXH G¶HQUD\HU OH
développement  de  formes  plus  parfaites.  »  
 
,OVPHGLUHQWTX¶LOVDYDLHQWDLGpOHVeJ\SWLHQVjEkWLUOHVJUDQGHVS\UDPLGHV,OVDMRXWqUHQWTXH
dans   le   futur,   nous   allions   découvrir   deux   cités   anciennes   en   Amérique   du   Sud,   dotées  

 
69  
G¶DUFKLYHV ,O H[LVWH VXU 7HUUH GHV HQUHJLVWUHPHQWV VXU O¶RULJLQH GH QRV UDFHV HW FRPPHQW HOOHV
VRQWDSSDUXHV/¶KLVWRLUHDWRXMRXUVpWpLQVFULWHG¶XQHPDQLqUHRXG¶XQHDXWUHquelque  part.  
 
'HSXLVOHGpEXWGXYR\DJHMHQ¶DYDLVVHQWLDXFXQPRXYHPHQWDXFXQHVHQVDWLRQG¶DFFpOpUDWLRQ
MH Q¶DYDLV HQWHQGX DXFXQ EUXLW GH PRWHXURX DXWUH« ¬ XQ PRPHQW &UDPHFDQ PH GLW  :   «  Nous  
survolons   votre   maison  ».   Nous   étions   entre   5.000   et   10.000   mètres   au-­dessus   du   sol,   et   le  
commandant  me  montra  dans  le  grand  télescope  électronique  (qui  permet  de  voir  à  travers  toute  
matière,   mur   ou   métal)   ma   rue   et   son   trafic   de   nuit,   ma   maison,   ses   chambres   et   ma   famille  
endormie.  
 
Je  regardais  ma  montre  :  il  était  20  h  25.  Devant  mon  regard  surpris,  Cyril  P¶H[SOLTXD  :  
-­  Votre  montre  ne  fonctionne  plus  depuis  que  vous  êtes  dans  le  vaisseau.    
On  me  donna  une  sorte  de  barre  nourrissante  dans  un  emballage  et  cela  calma  ma  faim.    
Puis  Cyril  expliqua  :    
-­  Nous  allons  vous  faire  goûter  quelque  chose.      
&¶pWDLW XQH VRUWH GH SDLQ EODQF OpJHU ,O IRQGLW DXVVLW{W GDQV PD ERXFKH P¶DSSRUWDQW XQH
sensation  de  douceur  et  de  chaleur.  
-­  Savez-­YRXV FH TXH F¶HVW  " &¶HVW OD PDQQH GX GpVHUW TXL UDVVDVLD OH SHXSOH GH 0RwVH 8Q
morceau  toutes  les  vingt-­quatre  heures  suffit.  
Ensuite,   ils   me   laissèrent   dormir   un   moment,   sur   une   sorte   de   divan   qui   prit   la   forme   de   mon  
corps.  Lorsque  je  me  réveillai,  Cyril  me  dit  :    
-­  ,O HVW O¶KHXUH SRXU YRXV GH UHJDJQHU YRWUH GRPLFLOH 0DLV DYDQW GH Sartir,   examinez   bien   ce  
site  que  nous  survolons.  Vous  y  viendrez  pour  nous  rencontrer,  le  18  de  ce  mois  à  20  heures.  
,OVPHGpSRVqUHQWjO¶HQGURLWG¶RQRXVDYLRQVGpFROOp,OpWDLWKHXUHVGXPDWLQjO¶KRUORJHGH
la  voiture.  Je  dormis  encore  trois  heures  GDQVPDYRLWXUH4XDQGMHP¶pYHLOODLjKHXUHVM¶pWDLV
KHXUHX[-HUHYLQVFKH] PRL6RL[DQWHSHUVRQQHV P¶DWWHQGDLHQWH[FLWpHVHW PHSRVqUHQWWRXWHV
VRUWHVGHTXHVWLRQV-¶DLFRPPHQFpjUDFRQWHUFHTX¶RQP¶DYDLWGLW  
 
Traduction  de  Geneviève  Vanquelef  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

14  
PIERRE  MONET,  PORTE-­PAROLE  DE  VÉGA  
 
 
Pierre  Monet  IXWG¶DERUG«  contacté  »  en  1951,  puis  à  nouveau  dans  les  années  1970.  Les  êtres  
TX¶LO OXL IXW GRQQp GH UHQFRQWUHU YHQDLHQW WRXV GH 9pJD TXL HVW O¶pWRLOH OD SOXV EULOODQWH GH OD
constellation  dHOD/\UH(OOHSRVVqGHSODQqWHVGRQWVHUDLHQWKDELWpHV/DSODQqWHG¶RULJLQH
GHV9pJDQVTX¶LOVQRPPHQWSilxtra,  VHUDLWG¶HQYLURQYLQJWIRLVOHYROXPHGHQRWUH7HUUH  
 

 
70  
Pierre  Monet  a  donné  de  nombreuses  conférences  et  a  écrit  «  Les  extraterrestres  m¶RQWGLW«  »  et  
«  &RQWDFWV G¶RXWUH-­espace  ».   Par   ailleurs,   je   possède   un   document   de   lui   non   édité   intitulé  
«  Amour  puissance  dix  ».    
Il  faut  aussi  préciser  que  Pierre  Monet  a  subi  des  tracasseries  sans  fin  au  niveau  de  son  emploi  et  
de   ses   relations,   et   qu¶LO D IDLOOL VH UHWURXYHU SOXVLHXUV IRLV j OD UXH j FDXVH GH VHV UpYpODWLRQV
)LQDOHPHQWLODGLVSDUXP\VWpULHXVHPHQW«  
 
RECIT  DU  PREMIER  CONTACT  PHYSIQUE  EN  1951  
 
&HODVHSDVVDXQHQXLWGHMXLOOHW-¶pWDLVj  Courthézon,  petit  village  de  Provence,  situé  à  18  
NLORPqWUHVG¶$YLJQRQ-HPHWURXYDLVVXUOHERUGGHO¶DQFLHQQHQDWLRQDOHQRQORLQG¶XQHSRUWH
médiévale   sur   laquelle   (sacrilège)   est   encastrée   une   pendule   électrique,   qui   indiquait,   au  
commencement  de  mon  aventure,  1  h  30  du  matin.  
La  route  entre  Courthézon  et  Orange  est  rectiligne  ;;  je  la  parcourais  habituellement  en  quinze  à  
YLQJW PLQXWHVHQ ELF\FOHWWH-¶HIIHFWXDLVFHSDUFRXUVGHX[ IRLVSDUVHPDLQH OHV PrPHV MRXUVHW
approximativement  aux  mêmes  heures  pour  rendre  visite  à  ma  fiancée,  devenue  par  la  suite  mon  
épouse.  
 
Cette   nuit-­Oj M¶HQIRXUFKDL PRQ YpOR ORUVTXH M¶HXV O¶DKXULVVDQWH VXUSULVH G¶rWUH LQVWDQWDQpPHQW
WpOpSRUWp  NLORPqWUHV SOXV ORLQ WRXMRXUV VXU OD QDWLRQDOH  j O¶HQWUpH G¶XQH YDVWH HW SURIRQGH
carrière  de  sable  et  gravier.  Je  conQDLVVDLV O¶H[LVWHQFHGHFHWWHFDUULqUH PDLV MHQ¶\ DYDLV MDPDLV
mis  les  pieds.  Celle-­FLVHVLWXDLWHQERUGXUHGHODURXWHjHQYLURQRXNLORPqWUHVG¶2UDQJH/D
GLVWDQFHGH ODURXWHj ODFDUULqUHpWDLWG¶HQYLURQj PqWUHVHWHQWUHOHVGHX[ V¶pOHYDLt  une  
KDLHpSDLVVHGHEURXVVDLOOHVHWG¶DUEUHVGHWRXWHVHVVHQFHV  
 
&HWWHWpOpSRUWDWLRQ LQVWDQWDQpH PH ODLVVD KpEpWp3XLVj OD PDQLqUHG¶XQDXWRPDWH PDLV PDOJUp
WRXW FRQVFLHQW GH OD VLWXDWLRQ FRPPH VL M¶pWDLV GLULJp SDU XQH IRUFH LQYLVLEOH HW LUUpVLVWLEle,  
M¶HPSUXQWDL OH ODUJH FKHPLQ HQ SHQWH TXL GpERXFKDLW  PqWUHV SOXV EDV VXU FHWWH FDUULqUH
VLQXHXVH-HGHVFHQGLVGHYpORHWFRQWLQXDLjSLHG-HPHVHQWDLVG¶XQHH[WUrPHOpJqUHWp-¶pWDLV
WUqV FDOPH HW GpFRQWUDFWp FRPPH TXHOTX¶XQ TXL DWWHQG TXHOTXH FKRVH G¶LPPLQHQW -H QH
UHVVHQWDLVDXFXQHIDWLJXHPDLVM¶DYDLVOHVRXIIOHFRXUWHWOHF°XUTXLEDWWDLWSOXVYLWH3RXUWDQWMH
Q¶DYDLVDXFXQHSHXU$XFRQWUDLUHXQHFHUWDLQHSDL[LQWpULHXUHVHPEODLWP¶KDELWHU  
 
Chose   bizarre,   de   façon   progressive,   les   sons   H[WpULHXUV V¶HVWRPSDLHQW DX IXU HW j PHVXUH TXH
M¶DYDQoDLV«¬XQGpWRXUGHODFDUULqUHM¶DSHUoXVXQHOXHXU-¶DSSURFKDLVWRXMRXUVHWVRXGDLQMH
vis  à  une  quinzaine  de  mètres  devant  moi,  flottant  à  60  centimètres  au-­dessus  du  sol,  un  disque  
lenticulaire   PHVXUDQW HQWUH  HW  PqWUHV GH GLDPqWUH &H GLVTXH pWDLW VXUPRQWp G¶XQ
renflement   central   en   forme   de   dôme.   De   la   base   au   sommet,   cet   engin   devait   bien   mesurer   3  
mètres.   Le   disque   diffusait,   par   pulsations   lentes,   une   lueur   de   couleur   blanc   argent   bleuté  
éclairant   nettement   les   parois   de   la   carrière.   Cette   irradiation   semblait   prendre   sa   source   dans  
O¶kPHPrPHGXPpWDOGRQWpWDLWIDLWFHWHQJLQH[WUDRUGLQDLUHG¶XQHEHDXWpIDVFLQDQWH,OpPDQDLW
de  ce  disque  une  puissance  difficilement  concevable.  Le  métal  de  ce  vaisseau  semblait  à  la  fois  
PDWpULHO HW LPPDWpULHO RX WRXW DX PRLQV G¶XQH VWUXFWXUH LQWHUQH FRQVWDPPHQW HQ PRXYHPHQW
3UHVTXHTXHOTXHFKRVHGHYLYDQW&¶pWDLWLPSUHVVLRQQDQWLQTXLpWDQWHWEHDXjODIRLV  
 

 
71  
/HQWHPHQWWUqVOHQWHPHQWMH P¶DSSURFKDLGHFHWWHFKRVHTXL P¶DWWLUDLW3DU ODVXLWH ORUVTXH MH
PH WURXYDL WUqV SUqV MH SULV FRQVFLHQFH TX¶XQ VLOHQFH WRWDO V¶pWDLW pWDEOL DXWRXU GH PRL GHSXLV
GpMj ORQJWHPSV -H Q¶HQWHQGDLV SOXV OH EUXLW GH OD FLUFXODWLRQ VXU OD URXWH TXL Q¶pWDLW SRXUWDQW
qu¶j  PqWUHV GH Oj -H Q¶HQWHQGDLV SOXV OH FKDQW GHV JULOORQV QL OH EUXLW GH PHV SDV VXU OH
JUDYLHU &H VLOHQFH LPSUHVVLRQQDQW PH GRQQD O¶LPSUHVVLRQ TXH O¶RQ P¶DYDLW PLV VRXV FORFKH
complètement  isolé.  Malgré  tout,  je   me  sentais  bien.  Émerveillé  par  ce  quHMHYR\DLV M¶DYDQoDL
WRXMRXUV7UqVFDOPH3UREDEOHPHQWIDVFLQpSDUFHWHQJLQMHQHP¶pWDLVSDVDSHUoXTXHGHYDQWHW
un   peu   sur   le   côté   de   celui-­ci,   se   tenaient,   debout,   quatre   êtres.   Ceux-­FL pWDLHQW YrWXV G¶XQH
FRPELQDLVRQ FROODQWH IRUPpH G¶pFDLOOHV Ge   couleur   gris   argent,   qui   éclairaient   le   sol   autour   de  
FKDFXQMXVTX¶jHQYLURQPqWUHV  
 
Je  ne  sentais  plus  mon  corps.  Arrivé  à  3  mètres  devant  ces  êtres,  je  déposais  ma  bicyclette  au  sol.  
Ils  étaient  pieds  nus,  mains  nues  et  ne  portaient  aucun  casque  de   respiration.  Ils  étaient  grands  :  
ils   devaient   bien   mesurer   au   minimum   1,85   m.   Tous   les   quatre   se   ressemblaient.   Ils   étaient  
parfaitement   proportionnés   et   chacun   de   corpulence   identique.   Leur   chevelure   était   à   la   fois  
blonde  et  blanche,  descendant  bien  ordonnée  sur  les  épaules.  Leur  visage  était  très  beau  et  très  
ILQ,OVSRXYDLHQWDYRLUHQYLURQWUHQWHDQV/HXUUHJDUGpWDLWG¶XQHFODUWpG¶XQHIUDQFKLVHHWG¶XQH
GRXFHXU TXH MH Q¶DYDLV HQFRUH MDPDLV YXHV FKH] PHV VHPEODEOHV WHUUHVWUHV ,OV pWDLHQW G¶XQH VL
JUDQGH ILQHVVH HW G¶XQH VL JUDQGH EHDXWp TXH VXU OH PRPHQW M¶HXV GX PDO j GpWHUPLQHU V¶LOV
DSSDUWHQDLHQWDXVH[HIpPLQLQRXDXVH[HPDVFXOLQ,OpPDQDLWG¶HX[XQHLPSUHVVLRQJpQpUDOHGH
grande   force   et   ils   étaient   bâtis   comme   des   athlètes.   Avec   cela,   ils   souriaient   et   étaient  
rayonnants  de  tranquillité,  de  gentillesse  et  de  bonté.  Une  paix  profonde  semblait  les  habiter.  
 
3XLVLOVOHYqUHQWOHXUEUDVGURLWGDQVPDGLUHFWLRQSUHVTXHjO¶KRUL]RQWDOHHWODSDXPHGHODPDLQ
tournée  vers  le  haut,  toujours  dans  le  plus  parfait  silence.  Ils  étaient  toujours  souriants.  Pourtant,  
M¶HXV XQ PRXYHPHQW GH UHFXO HW XQ JUDQG IULVVRQ PH SDUFRXUXW GH OD WrWH DX[ SLHGV FDU LOV
YHQDLHQWGHV¶H[SULPHU(102,VDQVDYRLURXYHUWODERXFKH-¶HQWHQGDLVWUqVIRUWOHXUVSHQVpHV
à  O¶LQWpULHXUGHPRQFHUYHDX&¶pWDLWG¶XQHQHWWHWpG¶XQHFODUWpH[WUDRUGLQDLUH(QPrPHWHPSV
MH VXV LQVWDQWDQpPHQW TX¶XQ SURFHVVXV QDWXUHO GRQW MH QH FRPSUHQGV G¶DLOOHXUV WRXMRXUV SDV OH
mécanisme,  leur  permettait  de  susciter  une  surimpression  de  mon  vocabulaire  sur  leurs  pensées  
émises.  
 
(Q DGPHWWDQW PrPH TXH MH WURXYH OHV PRWV SUpFLV SRXU WUDGXLUH SDUIDLWHPHQW FH TXL P¶D pWp
H[SULPpSHQGDQWFHFRQWDFWWpOpSDWKLTXHODTXDQWLWpG¶LQIRUPDWLRQVGHFHTXLP¶DpWpUpYpOpHQ
une   vingtaine   de   minutes   ne   pourrait   être   exprimée   dans   notre   langage   que   dans   un   temps   que  
M¶pYDOXHjXQRXGHX[DQVjODFDGHQFHGHKXLWKHXUHVSDUMRXUGHGLVFRXUV  
¬ QRWHU DXVVL TX¶LO P¶HVW GLIILFLOH GH WUDGXLUH FH TXL D pWp «  imprimé  »   en   moi   en   raison   de   la  
pauvreté   du   vocabulaire   terrestre.   Il   a   été   déposé   en   moi   non   pas   des   mots,   mais   comme   des  
SHQVpHVFRGpHVVRXVIRUPHG¶LPSXOVLRQVSRXUOHVTXHOOHVMHQHWURXYHOHVPRWVTXHWUqVOHQWHPHQW
DX ILO GHV DQV VDXI SRXU TXHOTXHV SKUDVHV LVROpHV TXH M¶DL SX WUDGXLUH LQVWDQWDQpPHQW /D
tUDGXFWLRQGHVFRQFHSWVQ¶DFRPPHQFpjVHIDLUHTXHGHX[DQVDSUqVPRQSUHPLHUFRQWDFW  
 
/HVTXDWUHrWUHVpWDLHQWGHYDQWPRLWRXMRXUVVRXULDQWVHWVLOHQFLHX[&¶HVWDORUVTXHVDQVPrPH
les   saluer,   je   relevai   mon   vélo   et   je   fis   demi-­tour,   remontant   la   pentH j SLHG MXVTX¶j OD URXWH
$UULYpjODQDWLRQDOHMHPHUHWURXYDLLQVWDQWDQpPHQWWpOpSRUWpjO¶HQWUpHGHODYLOOHRMHGHYDLV
PHUHQGUH,QVWLQFWLYHPHQWMHFRQVXOWDLPDPRQWUHHWIXVVWXSpIDLWGHYRLUTX¶LOpWDLWWRXMRXUVK

 
72  
30  du  matin  -¶HQWUDLYLWe  dans  le  centre-­YLOOHSRXUYpULILHUO¶KHXUHjO¶KRUORJHGHODPDLULHTXL
PDUTXDLWHOOHDXVVLKGXPDWLQ&¶pWDLWSRXUPRLXQHFKRVHLPSHQVDEOH  0DLVFHTXLO¶pWDLW
HQFRUH SOXV SRXU PRL F¶HVW TXH MH QH PH VRXYHQDLV SDV GHV  NLORPqWUHV GH WUDMHW '¶DLOOHXUV
FRQWUDLUHPHQWjO¶KDELWXGHMHQ¶pWDLVPrPHSDVIDWLJXpPrPHSDVHVVRXIIOpGXYR\DJH  
 
UN  DES  MESSAGES  DECODES  PAR  PIERRE  MONET  
 
Le   cosmos   abrite   des   milliards   de   systèmes   solaires   pourvus   de   planètes   habitées.   Entre   ces  
univers  existent  des  viGHVTXLVRQWGHV]RQHVGHFRPSUHVVLRQGHO¶HVSDFHHWGXWHPSV(OOHVVRQW
de  une  pour  cinq  univers.  Les  vaisseaux  utilisés  par  les  êtres  évolués  utilisent  ces  vides  pour  
YR\DJHUG¶XQXQLYHUVjO¶DXWUH  
 
Les  différents  univers  existant  dans  le  cosmos  sont  encore  inaccessibles  aux  hommes  de  votre  
SODQqWH /HXUV VFKpPDV DFWXHOV GH FRPSUpKHQVLRQ QH YRXV SHUPHWWHQW SDV G¶DVVLPLOHU OHV
FRQFHSWV RXYUDQW O¶DFFqV j FH W\SH GH FRQWDFW 6HXOV FHUWDLQV rWUHV KXPDLQV DUULYHQW j OHV
percevoir,  à  force  de  travail,  mais  aXVVLG¶DPRXUHWGHFRPSDVVLRQHQYHUVWRXWHVOHVFUpDWXUHV
qui  partagent  la  Terre  avec  eux.  
 
Les  espèces  humanoïdes  disséminées  à  travers  les  différents  univers  ont  toutes,  depuis  le  début  
de  leur  existence,  la  possibilité  latente  de  voyager  hors  de  leur  syVWqPHVRODLUHG¶RULJLQH2U
O¶KXPDQLWp GH YRWUH SODQqWH D SURYRTXp O¶H[FHSWLRQ j FHWWH ORL XQLYHUVHOOH HW V¶HVW HOOH-­même  
HQIHUPpH GDQV XQ XQLYHUV G¶LPSRVVLELOLWpV &RQIURQWpH DX PLUDJH HW j OD IDVFLQDWLRQ GH
QRXYHOOHVSHUVSHFWLYHVG¶H[SpULPHQWDWLRQHOOH  V¶HVWYRORQWDLUHPHQWH[FOXHGHO¶8QLYHUVTXLOXL
était  initialement  destiné.  
 
En   quelque   sorte,   les   hommes   se   sont   créé   une   barrière   actuellement   infranchissable,   une  
HQYHORSSHDUWLILFLHOOHjO¶LQWpULHXUGHODTXHOOHLOVVWDJQHQWHWGRQWLOVQHSHXYHQWQL  ne  veulent  
sortir  à  cause  de  leur  entêtement  à  ne  pas  respecter  les  lois  qui  les  gouvernent,  en  harmonie  
avec   les   lois   universelles   de   la   Création.   Ils   se   sont   enfermés   dans  une   poche,   un   abcès.   De  
cette   poche,   de   cet   appendice   coupé   de   la   réalité   divine,   O¶KRPPH V¶HVW OXL-­même   fait  
prisonnier.  
 
Pourtant,  tout  semble  désormais  à  portée  de  sa  main  pour  lui  permettre  de  changer  cet  état  de  
IDLW /H WHPSV HVW YHQX R O¶KRPPH GRLW UHIDLUH OH PRQGH WHO TX¶LO DXUDLW G€ rWUH  !   Il   doit  
refaire  le  monde  et  non  contLQXHUjOHGpWUXLUH2UVHXOO¶DPRXUSHXWVDXYHUOHPRQGHGHOD
décadence,  de  la  déchéance  et  de  la  destruction.  
 
NOS  AMIS  DE  VEGA  
 
Ce  sont  des  êtres  humains  morphologiquement  et  biologiquement  approximativement  identiques  
aux  Terriens,  quoique  généralemeQWSOXVJUDQGV/¶XQLYHUVDXTXHODSSDUWLHQWOHXUJDOD[LHHVWOH
même   que   le   nôtre.   La   galaxie   dans   laquelle   évolue   leur   système   solaire   est   pratiquement  
identique   à   la   nôtre.   Leur   système   solaire   est   composé   des   mêmes   éléments   que   le   nôtre.   La  
planète   dont   ils   sont   originaires   est,   en   volume,   vingt   fois   plus   importante   que   la   Terre   et   ne  
possède  que  trois  énormes  continents,  dont  la  surface  totale  est  égale  à  la  superficie  de  la  mer  qui  

 
73  
les  entoure.  Il  existe  à  la  surface  de  ces  continents  des  mers  intérieures  parfois  aussi  grandes  que  
notre  océan  pacifique.  
 
Sur   cette   planète,   grâce   au   climat   contrôlé   qui   y   règne,   la   faune   est   très   diverse   et   la   flore   est  
luxuriante.  Leur  système  social  est  fondé  sur  :  
‡  O¶XWLOLVDWLRQ MXGLFLHXVH HW UDWLRQQHOOH GHV YDOHXUV Kumaines   de   chaque   individu   en       évolution  
permanente,   au   bénéfice   de   la   société   tout   entière,   qui   restitue   largement   à   chaque   individu   le  
fruit  du  service  rendu  ;;  
‡  O¶DEVHQFHWRWDOHGHODQRWLRQG¶DUJHQW  ;;  
‡  O¶DEVHQFHWRWDOHGHSDUWLVSROLWLTXHV  ;;  
‡  O¶DEVHQFHWRWDOHGHUHOLJLRQDXVHQVRQRXVO¶HQWHQGRQVVDQVDXFXQULWHTXHOTX¶LOVRLW  
 
7RXV OHV LQGLYLGXV UHVVHQWHQW SURIRQGpPHQW O¶pQHUJLH VXSUrPH VRXUFH GH WRXWHV FKRVHV ,OV OD
UHWUDQVPHWWHQW DXVVLW{W DXWRXU G¶HX[ GDQV OD YLH GH WRXV OHV MRXUV ,OV VRQt   télépathes   et   leurs  
facultés   psychiques   naturelles   sont   mises   à   la   disposition   de   la   science   pour   60%   de   leurs  
travaux.  
/HXUV VFLHQFHV VRQW IRQGpHV VXU OD UHFKHUFKH OD GRPHVWLFDWLRQ OH WUDLWHPHQW HW O¶XWLOLVDWLRQ
rationnelle   des   éléments   de   la   Nature,   VDQV TX¶LOV HPSORLHQW GH SURFpGpV SROOXDQWV &KDTXH
individu  sur  cette  planète  a  pour  principe  absolu   le  plus  profond  respect  de  la  VIE  HUMAINE  
EXTRATERRESTRE  ET  DE  TOUT  CE  QUI  VIT  EN  GÉNÉRAL.  
 
Leur  science  intérieure  leur  a  permis  de  modifier  très  sensiblement  la  durée  de  leur  vie  physique.  
&KH]HX[ODGXUpHGHYLHG¶XQLQGLYLGXHVWGHGHQRVDQQpHV&HWWHORQJpYLWpHVWGXHjXQ
procédé  naturel  de  régénération  cellulaire  spontanée,  stabilisant  les  vibrations  vitales  des  cellules  
MXVTX¶jO¶kJHGH  ans  sans  vieillissement  ni  infirmités  héréditaires,  tout  en  gardant  en  chaque  
LQGLYLGXO¶pTXLYDOHQWGHODVDQWpHWGHODIRUFHSK\VLTXHGHQRVPHLOOHXUHVDWKOqWHV&HSURFpGpD
éliminé  toute  tare  héréditaire,  supprimant  ainsi  les  maladies  et  les  malformations  congénitales.  
 
6XU OH SODQ DIIHFWLI SRXU HX[ XQH VHXOH FKRVH FRPSWH F¶HVW O¶$0285 /¶DPRXU GH WRXW rWUH
YLYDQW O¶DPRXU GH WRXW FH TXL YLW O¶DPRXU HQWUH OHV SHXSOHV GHV GLIIpUHQWHV SODQqWHV KDELWpHV
TX¶LOVRQWGpFRXYHUWHVHWPRGHOpHVGDQVO¶KDUPRQie  de  la  fraternité  humaine  entre  toutes  les  races  
disséminées  dans  les  différents  univers  cosmiques.    
/HXUV WHFKQLTXHV DpURQDXWLTXHV OHXU RQW SHUPLV G¶rWUH GH JUDQGV YR\DJHXUV FRVPLTXHV TXL
évoluent  dans  les  espaces  galactiques  et  intergalactiques  à  une  vitesse  huit  fois  supérieure  à  celle  
de  la  lumière.  
 
Les  buts  de  ces  voyages  sont  les  suivants  :  
‡  Faire  des  découvertes  de  tous  ordres  dans  les  univers  limitrophes  au  leur.  
‡  6DXYHUOHVYLHVKXPDLQHVVXUOHVPRQGHVHQSpULOTX¶LOVUHQFRQWUHQWVXUOHXUSDVsage.  
‡  Éduquer  les  mondes  en  vue  de  développement,  les  aider  spirituellement  et  techniquement.  
‡  Surveiller   et   protéger   les   civilisations   ayant   perdu   toute   sagesse   et   ayant   déclenché   sur   leur  
PRQGH OHV SURFHVVXV SDUIRLV LUUpYHUVLEOHV G¶DXWRGHVWUXFWLRQ SURpres   aux   civilisations   ayant  
évolué  en  marge  des  lois  régissant  leur  univers.  
‡  3URSDJHU OHXU VDYRLU GDQV XQ EXW G¶KDUPRQLVDWLRQ JDODFWLTXH HW LQWHUJDODFWLTXH GHV HVSqFHV
humaines  conçues  par  le  grand  constructeur  de  toutes  choses.  
 

 
74  
Comparés  à  eux,  nous  faisons  figure  de  civilisation  sous-­développée.  Ils  connaissent  la  nocivité  
des  forces  psychiques  insoupçonnées  que  nous  émettons  à  notre  insu,  de  véritables  catastrophes.  
Ils   attendent   que   la   Terre,   ainsi   que   quelques   rares   autres   planètes   aux   vibrations   nocives  
identiques,  se  joigne  au  grand  rassemblement  de  la  pensée  qui  se  prépare  sur  le  plan  galactique.  
Ils  sont  catastrophés  de  voir  à  quel  point  nous  avons  si  peu  évolué  depuis  notre  dernière  guerre  
nucléaire,   qui   détruisit   la   dixième   planète   de   notre   système   solaire.   Ils   voudraient   essayer   de  
QRXVGRQQHU OHV PR\HQVG¶DFFpOpUHU QRWUHpYROXWLRQ PHQWDOHWHFKQRORJLTXHHWVFLHQWLILTXHDILQ
que  nous  nous  en  sortions  par  nous-­mêmes  avant  la  catastrophe  planétaire  naturelle  finale.  
 
Ils   déclarent   ne   pas   être   les   seuls   E.T.   qui   viennent   sur   notre   planète.   Ils   sont   pacifiques,   et  
SRXUWDQW G¶XQH SXLVVDQFH GLIILFLOHPHQW FRQFHYDEOH SRXU XQ 7HUULHQ ,OV VRQW HQ PHVXUH GH
neutraliser,  à  distance  «  respectable  »  et  sans  effusion  de  sang,  toute  tentative  de  guerre  nucléaire  
grave.   Si   (comme   le   pensent   certains   esprits   agressifs   de   notre   planète)   leur   but   était   de   nous  
envahir   et   de   nous   dominer   par   quelque   moyen   que   se   soit,   y   compris   par   la   force   armée,   ils  
O¶DXUDLHQW IDLW GHSXLV ELHQ ORQJWHPSV HW ELHQ DYDQW TXH QRWUH VFLHQFH VRLW HQ PHVXUH G¶DVVXUHU
notre   défense.   Et,   même   dans   ce   cas,   ils   pourraient   le   faire   sans   combattre,   simplement   par  
influence  psychique  sur  notre  cerveau.  Ils  pourraient  le  faire  aussi  en  neutralisant  à  distance,  sur  
la  planète  entière,  toutes  les  éQHUJLHVpOHFWULTXHVPDJQpWLTXHVHWpOHFWURVWDWLTXHVFRPPHLOVO¶RQW
déjà   fait  (pour  expérience)  aux  États-­Unis.  Il  a  suffi  pour  cela  du  simple  stationnement  à  haute  
DOWLWXGH G¶XQ JLJDQWHVTXH YDLVVHDX PqUH YX SDU GH QRPEUHX[ WpPRLQV  &HUWDLQV ILOPV
(commDQGpVSDUOHJRXYHUQHPHQW RQWpWpIDLWVHWLQVSLUpVSDUFHWWHDIIDLUH,PDJLQH]O¶RSpUDWLRQ
«  Suppression   des   énergies  »   j O¶pFKHOOH GH QRWUH SODQqWH /¶pFRQRPLH GH WRXWH OD FLYLOLVDWLRQ
terrestre  serait  réduite  à  néant.  Plus  aucun  véhicule  terrestre,  marin  et  aérien  ne  fonctionneraient,  
ni  le  matériel  de  guerre  moderne.  Les  centrales  électriques  et  les  usines  ne  fonctionneraient  plus.  
Jugez  du  coup  porté  à  notre  humanité  et  de  la  vulnérabilité  de  notre  planète  face  à  une  éventuelle  
DWWDTXHYHQDQWGHO¶H[Wérieur.  
 
4X¶XQVHXOYDLVVHDXPqUH SRXYDQWDWWHLQGUHSOXVLHXUVNLORPqWUHVGHORQJRXGHGLDPqWUH YLHQQH
VHXOHPHQW pYROXHU j  PqWUHV G¶DOWLWXGH DX-­dessus   de   notre   sol,   et   les   seules   vibrations  
ultrasonores   et   infrasonores   assurant   la   sustentation   de   ce   vaisseau   suffiraient   à   provoquer   de  
graves  séismes  au-­GHVVRXVGHOXL&¶HVWSRXUQHSDVFDXVHUGHGpJkWVTXHFHVYDLVVHDX[pYROXHQW
HW VWDWLRQQHQW WUqV ORLQ GH OD FRXFKH DWPRVSKpULTXH GHV SODQqWHV TX¶LOV VXUYROHQW &HV HQJLQV
gigantesques   ne  pouvant  décoOOHUGXVROG¶XQHSODQqWHTXHOOHTX¶HOOH VRLWLOVVRQWFRQVWUXLWVHQ
RUELWHGDQVO¶HVSDFH  
 
/HV (7 TXL PH FRQWDFWHQW IRQW SDUWLH G¶XQH GpOpJDWLRQ GH FRQWDFW FRPSRVpH GH GL[ PLOOLRQV
G¶KRPPHVVWDWLRQQDQWGDQVGHVEDVHVUHODLVVLWXpHVVXUODSOXSDUWGHVsatellites  de  notre  Soleil  et  
dans  les  vaisseaux  mères  ;;  ces  derniers  sont  au  nombre  de  deux  cents  et  transportent  chacun,  de  
façon  analogue  à  nos  porte-­avions,  trois  mille  cinq  cents  disques  volants  de  toutes  tailles.  
 
La  totalité  du  personnel   contenu  dans   les  bases  relais  et  dans   les  vaisseaux   mères  est  de  quatre  
PLOOLRQV G¶KRPPHV /H SHUVRQQHO QDYLJDQW HQ SHUPDQHQFH j ERUG GHV GLVTXHV YRODQWV HW
représentant   les   disciplines  «  études,   explorations,   sauvetages  »,   se   compose   de   six   millions  
G¶KRPPHV 0DLV   rassurez-­vous,   tout   ce   monde   est   absolument   pacifique.   Pour   des   raisons   de  
sécurité  vis-­à-­vis  de  notre  planète  et  de  ses  occupants,  ces  vaisseaux  mères,  qui  sont  de  puissants  
vaisseaux   intergalactiques,   sont   stationnés   aux   abords   de   notre   système   solaire,   bien   après   nos  

 
75  
planètes   «  lourdes  et  de  forte  taille,  telles  que  Pluton  ».  Seuls   les  disques  de  petite  taille,  allant  
MXVTX¶j  PqWUHV GH GLDPqWUH SHXYHQW VXUYROHU HW DWWHUULU VXU OHV SODQqWHV VDQV FDXVHU GH
dégâts.  
 
7RXV FHV YpKLFXOHV VSDWLDX[ j O¶DLGH GH FRPSOH[HV PDQLSXODWLRQV GH O¶HVSDFH-­temps,   voyagent  
dans  le  temps.  Depuis  bien  avant  la  présence  des  humains  sur  la  Terre,  GHVEDVHVUHODLVG¶RULJLQH
H[WUDWHUUHVWUH VRQW LPSODQWpHV VXU 6DWXUQH VXU 0DUV VXU O¶XQ GHV VDWHOOLWHV GH -XSLWHU VXU XQ
satellite  de  Vénus  et  sur  notre  Lune.  /DYLHKXPDLQHDXVHQVRQRXVO¶HQWHQGRQVDFWXHOOHPHQWD
été   importée   dans   notre   système   solaire   par   les   E.T.   appartenant   à   la   civilisation   dont   les  
représentants   me   contactent   depuis   1951.   La   Terre   est   visitée,   ainsi   que   toutes   les   planètes   de  
QRWUHV\VWqPHSDUTXDWUHFLYLOLVDWLRQVH[WUDWHUUHVWUHVGHGpYHORSSHPHQWGHP°XUVHWG¶pYROXWLRQ
spirituelle   et   intellectuelle   se   ressemblant.   Ces   quatre   civilisations   forment   une   alliance   et  
poursuivent  les  mêmes  buts  altruistes.  
 
Certains  esprits  cartésiens  vont  ricaner  et  penser  que  nous  sommes  en  pleine  science-­fiction.  Je  
réponds   à   cela   que,   dans   «  quelque   temps  »,   ces   esprits   retors   vont   se   rendre   compte   que   les  
réalités   cosmiques   dépassent   très   largement  toutes   les   «  fictions  »   terrestres   dont   ils   parlent.  Et  
cela,  tous  les  vrais  «  contactés  »  le  savent.  Nous  sommes  actuellement  plusieurs  centaines  de  
milliers  dans  le  monde.  La  Terre  est  sous  contrôle  relatif  et  sous  la  protection  de  la  civilisation  
extraterrestre  la  plus  évROXpHGHVTXDWUH-¶DLHXODFKDQFHG¶HQWUHUHQFRQWDFWDYHFFHOOH-­ci.  Je  dis  
«  la   chance  » SDUFH TXH F¶HVW O¶DYHQWXUH OD SOXV H[WUDRUGLQDLUH OD SOXV PHUYHLOOHXVH HW OD SOXV
fantastique  qui  puisse  être  donnée  à  un  Terrien.  Mais  être  «  contacté  »  est  aussi  un  désagrément,  
TXLHVWGHQHSDVrWUHSULVDXVpULHX[HWGHVDYRLUTXHF¶HVWJUDYH«  
 
'H SOXV GH JUDYHV WUDQVIRUPDWLRQV JpRORJLTXHV SURYRTXpHV SDU OD QpJDWLYLWp GH O¶KRPPH RQW
FRPPHQFpOHXUSURFHVVXVG¶pYROXWLRQFDWDVWURSKLTXHDFFpOpUpHWYRQWHQGRPPDJHr  sérieusement  
notre  écorce  terrestre.  Ce  processus  a  débuté  en  1974  et  atteindra  son  paroxysme  très  bientôt  si  
O¶KRPPHQHPHWSDVGHO¶RUGUHGDQVVRQHVSULW  
Dans   le   cas   où   nous   manquerions   de   moyens   scientifiques   pour   nous   expatrier,   les   E.T.   qui  
assurent   notre   protection   limiteront   les   dégâts   humains   au   maximum   de   leurs   possibilités   en  
réalisant   une   évacuation   en   masse   dans   des   «  cargos   spéciaux   et   spatiaux  »,   qui   seront   prêts  
DYDQW  &HWWH pYDFXDWLRQ HVW HQ SDUWLH GpMj RUJDQLVpH HW SUpYXH GDQV O¶pYHQWXDOLWp G¶XQH
catastrophe  nucléaire.  
 
0DOKHXUHXVHPHQWFHVrWUHVG¶RXWUH-­HVSDFHQHSRXUURQWQRXVDLGHUTX¶DYHFQRWUHFRQVHQWHPHQW
&¶HVW XQH ORL FRVPLTXH IRUPHOOH GRQW GpSHQG O¶pYROXWLRQ QRUPDOH HW QDWXUHOOH GHV HVSqFHV
humaines  disséminées  dans  les  univers  cosmiques.  Les  E.T.  qui  me  contactent  attachent  une  très  
JUDQGHLPSRUWDQFHjFHWWHORL&HODH[SOLTXHOHIDLWTX¶LOVODLVVHQWWRXMRXUVYRORQWDLUHPHQWSODQHU
50%  de  doutes  sur  leur  existence,  afin  de  ne  pas   forcer  notre  libre  arbitre.  Je  veux  parler   là  du  
OLEUHDUELWUHGHWRXVFHX[G¶HQWUHQRXVTXLQHOHVRQWSDVHQFRUHDSHUoXVGDQVQRWUHFLHOQLYXVHQ
personne  lors  de  contacts  éventuels.  
Ces   E.T.   bienveillants   ont   la   lourde   tâche   de   nous   inciter   à   réaliser   les   ÉTATS-­UNIS   DU  
021'( GDQV O¶DPRXU HW OD IUDWernité   entre   nos   peuples  ;;   la   tâche   de   créer   en   nous   le   désir  
G¶DEROLU FHWWH QRWLRQ G¶DUJHQW TXL FUpH QRWUH SHUWH HW FHOOH GH VXSSULPHU QRWUH DJUHVVLYLWp
maladive  qui  engendre  notre  insécurité  dans  tous  les  domaines.  
 

 
76  
Ils  voudraient  nous  communiquer  leurs  sciences,  mais  surtout  la  sagesse  de  nous  en  servir  avec  
amour,  dans  la  paix  et  non  dans  la  haine.  
,OVVRQWFDWDVWURSKpVGHYRLUQRWUHIDoRQG¶XWLOLVHUQRVVFLHQFHVSRXUGpWUXLUHODYLHHWO¶KDUPRQLH
de  la  nature  sur  notre  planète,  qui  fut  jadis  si  belle,  au  début  de  son  peuplement.  
Ils   sont   catastrophés   de   voir   que   nous   avons   encore   besoin   de   luttes   politiques   néfastes   et  
malfaisantes  pour  établir  un  ordre  social  aussi  médiocre  que  le  nôtre.    
Ils  sont  catastrophés  de  se  rendre  compte  que  nous  éprouvons  enFRUHGHVVHQWLPHQWVG¶pJRwVPH
G¶pJRFHQWULVPHHWGHSURILWLQGLYLGXHOTXLQHIRQWTX¶DFFHQWXHUQRWUHDJUHVVLYLWpHWGpWUXLUHQRV
UpHOOHVFKDQFHVG¶pYROXWLRQORJLTXH  
 
Ils  veulent  nous  associer  au  grand  rassemblement  de  la  pensée  universelle  qui  se  prépare.  Mais  
QRWUH pYROXWLRQ QH V¶\ SUrWH SDV HQFRUH ,OV VRXKDLWHQW FHSHQGDQW QRXV DLGHU ,OV YHXOHQW QRXV
aider,  mais  nous  les  refusons  mentalement.  Ils  le  savent  et  cela  les  rend  tristes.  Car  ils  sont  nos  
frères  génétiques.  Depuis  fort  longtemps,  ils  connaissent  toutes  nos  langues  et  tous  nos  dialectes,  
PDLV LOV SUpIqUHQW XWLOLVHU OH SOXV VRXYHQW SRVVLEOH OD WpOpSDWKLH DYHF FHX[ G¶HQWUH QRXV TX¶LOV
FRQWDFWHQWGRQWLOVRQWPHVXUpOHGHJUpOHSOXVEDVG¶DJUHVVLYLWpHWGpWHFWpOHGHJUpOHSOXVKDXW
G¶RXYHUWXUHG¶HVSULW  
 
Quelques  milliers  des  leurs  sont  parmi  nous    
et  vivent  au  milieu  de  nous  depuis  longtemps.  
 
 
 
 
 
 
 
 
15  
'(6(79,9$17'$16/¶(63$&(  
 
 
Timothy   Good   a   rencontré   Daniel   Fry   en   1982.   Il   a   été   convaincu   que   son   histoire   était  
authentique.  Daniel  Fry  lui  a  montré  des  lettres  de  Richard  Nixon  et  de  Donald  Reagan,  qui  le  
FRQVLGpUDLHQW FRPPH XQ ELHQIDLWHXU GH O¶KXPDQLWp JUkFH QRQ VHXOHPHQW j VHV UDSSRUWV
VFLHQWLILTXHVPDLVDXVVLDX[FRQVHLOVWUDQVPLVSDUO¶KRPPHOXL-­même.  Or,  Daniel  Fry  a  affirmé  
que  ses  principales  découvertes  lui  ont  été  révélées  par  des  E.T.  
 
Né  en  1907,  Daniel  Fry,  ingénieur  et  électronicien,  a  travaillé  au  début  de  sa  carrière  à  la   base  
aéronautique   de   White   Sands   aux   États-­Unis   (Nouveau-­Mexique),   sur   les   missiles.   Puis   il   fut  
affecté   aux   éléments   de   guidage   des   fusées   Atlas.  
Il   fit   des   recherches   fructueuses   dans   des   domaines   divers,   surtout   celui   de   la   physique   de  
O¶HVSDFHHWpFULYLWSOXVLHXUVRXYUDJHV  :  «  Atomes,  Galaxies  et  Intelligences  »,  «  eWDSHVMXVTX¶DX[

 
77  
étoiles  »   et   «  Courbes   de   développement  ».   Il   écrivit   aussi   ses   aventures   personnelles   dans   un  
petit   recueil,   «  The   White   Sands   Incident  » j SDUWLU GHV QRWHV TX¶LO DYDLW SULVHV
0DOKHXUHXVHPHQWLOIXWEHDXFRXSGpFULpHQSDUWLFXOLHUSDUFHTX¶LOSUpVHQWDGHWUqVEHOOHVSKRtos  
G¶RYQLV TXH SHUVRQQH QH SXW PHWWUH HQ GRXWH PDLV TXL Q¶DYDLHQW TXH OH WRUW G¶rWUHWURS EHOOHV
G¶DSUqVOHVFRQWUDGLFWHXUV  !  
 
CONTACT  DANS  LE  DESERT  
 
  Il  eut  lieu  à  la  base  de  missiles,  le  4  juillet  1950.  «  Ces  événements,  déclare  Daniel  Fry,  
se  sont  rpHOOHPHQWSURGXLWV&H VRQWGHVIDLWVDX[TXHOVMHQ¶DLSXpFKDSSHUHWTXLP¶RQWSODFp
GHYDQWXQHQVHPEOHGHUHVSRQVDELOLWpVTXHMHQ¶DXUDLVMDPDLVFUXUHQFRQWUHU-HQHVDLVSDVVLFH
IXWXQELHQRXXQPDOSRXUPRL7RXWFHTXHMHVDLVF¶HVWTXHMHQHIXs  plus  jamais  le  même  par  
ODVXLWH«  »  
 
9RLFLOHUpVXPpGHO¶KLVWRLUHUDFRQWpSDUDaniel  Fry  :  
 
En  début  de  week-­HQGOHMXLOOHWWRXWOHPRQGHTXLWWDLWODEDVH-HUpVROXVG¶DOOHUSDVVHU
PD VRLUpH j OD YLOOH SURFKH GH /DV &UXFHV GRQW F¶pWDLW OD Irte   votive.   De   petits   incidents  
successifs   et   insignifiants   pour   moi   me   conduisirent   à   rester   seul   dans   le   désert,   sur   une   route  
inconnue,  à  21  heures.  /HVROHLOpWDLWSUHVTXHFRXFKpORUVTXHM¶DSHUoXVGDQVOHFLHOXQHVpULHGH
OXPLqUHVFOLJQRWDQWHV«8QJUDQd  objet  occultait  les  étoiles,  sur  une  partie  du  ciel.  Finalement,  je  
SXV O¶REVHUYHU SOXV QHWWHPHQW HW MH FRPSULV DORUV SRXUTXRL MH Q¶DYDLV ULHQ YX MXVTXH-­là  :   sa  
couleur  se  confondait  parfaitement  avec  celle  du  ciel.  
 
Je  ressentis  des  picotements  tout  le  long  de  ma  colonne  vertébrale  et  je  commençai  à  avoir  peur.  
/¶HQJLQ GHVFHQGDLW HQ REOLTXH j  GHJUpV« /¶H[SpULHQFH P¶DYDLW DSSULV TX¶LO HVW LQXWLOH GH
courir  devant  un  missile  sans  avoir  déterminé  auparavant  sa  trajectoire,  donc  je  restai  immobile.  
Il  ralHQWLWEUXVTXHPHQWDYDQWG¶DWWHLQGUHOHVRO,OV¶pWDLWSRVpjXQHYLQJWDLQHGHPqWUHVGHPRL
HQSDUWLHGDQVOHVEURXVVDLOOHVHWjSDUWGHVFUDTXHPHQWVGHEUDQFKHVMHQ¶DYDLVULHQHQWHQGX  
 
-¶pWDLV LQWULJXp HW MH FRPPHQoDL j DYDQFHU OHQWHPHQW YHUV O¶REMHW -¶HQ ILV PrPH OH WRXU ,O
mesurait  environ  9  mètres  de  diamètre  et  5  mètres  de  haut.  Il  était  suspendu  à  peu  près  à  2  mètres  
au-­dessus  du  sol,  comme  un  grand  bol  renversé  sur  une  assiette.  Je  ne  voyais  aucune  ouverture  ni  
soudure.  Sa  surface  était  parfaiWHPHQWOLVVHG¶XQEHDXPpWDODUJHQWpWLUDQWVXUOHYLROHW,OpWDLW
IDVFLQDQW$YHFSUpFDXWLRQMHWHQGLVOHEUDVSRXUOHWRXFKHU,OpWDLWXQSHXSOXVFKDXGTXHO¶DLU
et  doux  et  velouté  comme  si  des  milliers  de  petites  billes  roulaient  sous  mes  doigts.  
 
-HQ¶DYDLVMDPDLVFUXMXVTXH-­là  aux  récits  des  pilotes  qui  parlaient  de  rencontres  avec  des  engins  
H[WUDWHUUHVWUHV $ORUV TXH M¶DYDLV SRVp OD SDXPH GH PD PDLQ VXU OD VXUIDFH PpWDOOLTXH GHV
PLOOLHUVG¶DLJXLOOHVPHWUDYHUVqUHQWODSHDX  Une  voix  irritée  cassa  le  silence  :  
-­  Ne  touchez  pas  la  surface  &¶HVWHQFRUHFKDXG  !  
Surpris,  je  me  reculai  et  tombai  de  tout  mon  long  sur  le  sable.  La  voix  reprit  plus  amicalement  :  
-­  1¶D\H]SDVSHXUQRXVVRPPHVGHVDPLV.  
Je   me  relevai  et  brossai   mes  vêtements  et  mes  chHYHX[3XLV M¶HVVD\DLGH YRLUTXL PHSDUODLW«
Rien,  je  ne  voyais  personne  !  

 
78  
-­  Vous   pouvez   baisser   le   ton  !   grommelai-­MH 9RXVP¶DYH] UHQYHUVp DYHF FH YROXPH GH VRQ VL
élevé  !  
-­  Renversé  " UHSULW OD YRL[ HQ KpVLWDQW 9RXV SHQVH] TXH O¶DPSOLWXGH VRQRUH YRXV a   projeté   au  
sol  "'pVROpPDLVYRXVpWLH]HQJUDQGGDQJHUHWMHQ¶DLSDVHXOHWHPSVGHUpJOHUOHYROXPHGX
son  /¶DSSDUHLOQ¶pPHWSDVGHUDGLRDFWLYLWpSURSUHPHQWGLWHPDLVM¶DLHPSOR\pOHPRW«  chaud  »  
SDUFHTX¶LOHVWOHVHXOGDQVYRWUHODQJXHTXLV¶DSplique  le  mieux  à  la  radiation  émise.  La  surface  
émet  un  champ  qui  peut  détruire  toute  matière.  Vos  physiciens  diraient  des  «  SDUWLFXOHVG¶DQWL-­
matière  ».  Quand  certains  éléments,  comme  le  platine,  sont  exposés  à  une  saturation  de  photons  
de  très  haute  énergie,  des  particules  peuvent  se  désolidariser  de  la  cohésion  atomique  et  sortir  
GXQR\DX&HVSDUWLFXOHVHQDWWLUHQWG¶DXWUHVHWOHVpOHFWURQVWHQGHQWjPLJUHUjODVXUIDFHR
ils   manifestent   une   force   de   répulsion.   Ainsi,   la   radiation   cosmique   normale   que   reçoit   le  
YDLVVHDX GDQV O¶HVSDFH HVW VXIILVDQWH SRXU PDLQWHQLU OD FKDUJH pOHFWURPDJQpWLTXH ¬ GLVWDQFH
moléculaire,   cette   charge   électromagnétique   est   très   puissante.   Mais   à   quelques   microns   de   la  
VXUIDFHO¶HIIHWHVWQpJOLJHDEOH3HXW-­être  avez-­vous  noté  que  la  paroi  était  douce  et  glissante  ?  
&¶HVWSDUFHTXHYRWUHSHDXQ¶pWDLWSDVYUDLPHQWFRQWUHOHPpWDOPDLVjWUqVFRXUWHGLVWDQFHGH
lui,  à  cause  de  ce  champ.  Il  nous  protège  également  des  chocs  et  des  dommages  qui  pourraient  
VXUYHQLUjO¶DWWHUULVVDJH,OpYLWHDXVVLODIULFWLRQDYHFO¶DWPRVSKqUHORUVTXHQRXVODWUDYHUVRQV
à  grande  vitesse.  Ce  champ  produit  une  protection  parfaite  et  empêche  tout  échauffement  de  la  
surface.    
-­  Mais   comment   cela   aurait-­il   pu   me   tuer  ?   demandai-­MH -H Q¶DL UHVVHQWL TX¶un   léger  
SLFRWHPHQW«    
-­  Vous   ne   seriez   pas   mort   tout   de   suite.   Le   délabrement   aurait   commencé   et   continué  
LQVLGLHXVHPHQW SXLV SOXV UDSLGHPHQW MXVTX¶j ODPRUW FHUWDLQH HQ TXHOTXHV PRLV/D PHLOOHXUH
IDoRQGHOHFRPSUHQGUHF¶HVWGHYRXVLPDJLQHUYRWUHSHDu  produisant  des  anticorps  au  contact  
de  ce  champ.  Ces  anticorps  causeraient  la  mort  de  vos  cellules.  Une  exposition  qui  durerait  au-­
delà   de   certaines   limites   détruirait   complètement   vos   fonctions   vitales.   Dans   votre   cas,   le  
toucher  a  été  si  bref  et  sur  unHVLSHWLWHVXUIDFHTXHYRXVQ¶DXUH]DXFXQHVpTXHOOHGXPRLQVSDV
sérieuse.  Mais  cela  suppose  en  fin  de  compte  que  vos  fonctions  biologiques  soient  les  mêmes  que  
les  nôtres  1RXVDYRQVGHERQQHVUDLVRQVGHFURLUHTX¶LOHQHVWDLQVL  
-­  Que  voulez-­vous  dire  "9RXVQ¶rWHVSDVDPpULFDLQ  ?    
-­  Je  ne  suis  ni  un  Américain  ni    un  Terrien  %LHQTX¶LOIDLOOHUDSLGHPHQWTXHMHGHYLHQQHO¶XQHW
O¶DXWUH/HIDLWTXHYRXVD\H]SHQVpTXHMHSRXYDLVrWUHDPpULFDLQPHUDVVXUH/¶HIIRUWTXHM¶DL
fait  pour  apprendre  votre  lDQJXHQ¶DSDVpWpYDLQ  !  Cependant,  si  je  vous  parlais  plus  longtemps,  
vous  vous  apercevriez  que  je  suis  loin  de  posséder  votre  vocabulaire.  Bon  nombre  de  mes  mots  
YRXVDSSDUDvWUDLHQWFRPPHDQDFKURQLTXHVRXREVROqWHV¬GLUHYUDLMHQ¶DLMDPDLVPLVOHVSLeds  
VXUYRWUHSODQqWH-¶DLUHoXODPLVVLRQGHP¶DGDSWHUFRPSOqWHPHQWjYRWUHHQYLURQQHPHQW-¶DL
TXDWUH DQV SRXU UpDOLVHU FH SURJUDPPH ,O YD IDOORLU TXH M¶LQWqJUH YRWUH JUDYLWp GRXEOH GH OD
nôtre,   votre   atmosphère   viciée   et   vos   myriades   de   vie   biologiquHV SRUWHXVHV GH PRUW -¶DXUDLV
EHVRLQ GH TXHOTX¶XQ FRPPH YRXV UpVLGDQW VXU FHWWH SODQqWH SRXU P¶DLGHU j DFTXpULU XQH
identité  sociale.  
 
&HIXWOHVLOHQFHFDUM¶HVVD\DLVGHPHWWUHGHO¶RUGUHGDQVPHVLGpHV  !  
-­  Si  un  inconnu  sur  Terre  me  disait  cela,  je  luLUpSOLTXHUDLVTX¶LOOLWWURSGHURPDQVGHVFLHQFH-­
fiction,  dis-­je  doucement.  Étant  donné  que  notre  rencontre  est  purement  accidentelle,  je  ne  vois  
SDVSRXUTXRLF¶HVWPRLTXLSRXUUDLVYRXVDLGHUHWHQTXRLPRQRSLQLRQYRXVLPSRUWH  

 
79  
-­  Au   contraire,   répondit   la   voix,   il   est   important   pour   nous   que   vous   puissiez   vous   faire   une  
RSLQLRQ« /¶XQH GHV PLVVLRQV GH QRWUH YR\DJH DFWXHO HVW GH GpWHUPLQHU FRPPHQW GHV KXPDLQV
WHOVTXHYRXVVRQWFDSDEOHVG¶DMXVWHUOHXUHVSULWjGHVFRQGLWLRQVHWjGHVFRQFHSWVFRPSOqWHPHQW  
pORLJQpV GH YRV PRGHV GH SHQVpH FRXWXPLHUV« /HV H[SpGLWLRQV HIIHFWXpHV SDU QRV DQFrWUHV
GHSXLVSOXVLHXUVFHQWDLQHVG¶DQQpHVRQWIDLOOLGDQVFHGRPDLQH/HWHPSVHVWPDLQWHQDQWYHQXGH
trouver   des   cerveaux   capables   de   plus   de   réceptivité   pour   nous   aider   à   VDXYHU O¶H[LVWHQFH GH
cette  race.  Vous  êtes  exactement  le  type  de  Terrien  que  nous  recherchons  !  
-­  -H UHPDUTXH TXH YRXV QH PDQTXH] SDV G¶KXPRXU  !   dis-­MH 'H SOXV YRXV DYH] O¶DLU GH SHQVHU
que  je  vais  gober  tout  ce  que  vous  dites.  La  seule  chose  dont  je  suLVV€UHVWO¶DWWHUULVVDJHGHFH
YDLVVHDX /H UHVWH SHXW rWUH FRQVLGpUp G¶XQHIDoRQ GLIIpUHQWH« j FHFL SUqV TXH FH YDLVVHDX PH
SDUDvWG¶XQHWHFKQRORJLHDYDQFpHSDUUDSSRUWjFHTXHMHFRQQDLV  
-­  ,OQ¶\DDXFXQKXPRXUGDQVPHVSURSRV  
 
La   voix   me   raconta   alors   comment   «  on  »   DYDLW SURJUDPPp FHWWH UHQFRQWUH HQ P¶LQIOXHQoDQW
GHSXLV O¶DSSDUHLO HW HQ SURYRTXDQW GHV SDQQHV pOHFWULTXHV GRQW MH IXV OH WpPRLQ ,OV
P¶REVHUYDLHQW GHSXLV TXHOTXH WHPSV JUkFH j GHV VRUWHV GH WpOHVFRSH WUqV SXLVVDQWV /¶rWUH
P¶H[SOLTXDque  cette  influence  dans  la  pensée  et  le  comportement  des  hommes  était  contraire  à  
OHXUpWKLTXHHWjOHXUVORLVPDLVTXHO¶pWDWDFWXHOGHOD7HUUHQHOHXUODLVVDLWSDVOHFKRL[  
-­  Nous  avons  besoin  de  la  coopération  complète   et  secrète  de  quelques  membres  de  votre  race  
SRXU HQWUHSUHQGUH XQ SURJUDPPH G¶DLGH j OD 7HUUH 0DLV QRXV HVSpURQV TX¶XQH JXHUUH
nucléaire   ne   se   produira   pas   avant   que   nous   ne   soyons   prêts.   Nous   pensons   que   vous   avez  les  
TXDOLWpVQpFHVVDLUHVSRXUP¶DLGHUjP¶LQVWDOOHUVXUYRWUHSODQqWHet  pour  me  soutenir  dans  mon  
DFWLRQ 0DLV YRXV rWHV OLEUH GH UHIXVHU 6L YRXV Q¶DFFHSWH] SDV YRXV QH UHFHYUH] DXFXQH
VDQFWLRQ SDV SOXV TX¶XQH UpFRPSHQVH GDQV OH FDV G¶XQH FRRSpUDWLRQ pYHQWXHOOH G¶DLOOHXUV
Certainement  même,  dans  ce  cas,  vous  perdrez  des  amis,  votre  respectabilité,  et  vous  connaîtrez  
GHVWUDFDVVHULHVGHWRXWHVVRUWHV7RXWHIRLVYRXVDYH]OHWHPSVG¶\UpIOpFKLUSXLVTXHMHQHVHUDL
pas  prêt  avant  quelques  années.  »  
   
Je   me   rendis   compte   que   la   voix   me   parvenait   directement   dans   le   cerveau,   grâce   à   un   rayon  
porteur  en  provenance  du  vaisseau  qui  touchait  directement  mes  neurones.  Mon  interlocuteur  se  
présenta  LOV¶DSSHODLWAlan.  
-­  Si  vous  le  désirez,  je  peux  vous  emmener  faire  un  petit  voyage  dans  ce  vaisseau.  Il  faut  que  je  
vous  avertisse  que  cette  navette  est  télécommandée  depuis  un  cargo  spatial.  Je  ne  suis  pas  dans  
FHWWH QDYHWWH -H YRXV SDUOH GX FDUJR VLWXp j   PqWUHV G¶DOWLWXGH 1RXV QH SRXYRQV QRXV
approcher   plus   près.   Ce   petit   vaisseau   est   utilisé   pour   recueillir   des   échantillons   de   votre  
DWPRVSKqUHDILQTXHMHSXLVVHP¶\KDELWXHUSHXjSHX,OHVWHQFRUHVRXVYLGH'qVTXHODSRUWH
V¶RXYULUDO¶DWPRVSKqUHGHODVXUIDFHGXVROV¶\HQJRXIIUHUD8QHYDOYHO¶HPSrFKHUDGHUHVVRUWLU
Pendant  ce  vol,  vous  respirerez  donc  votre  propre  atmosphère.  
-­  Je  veux  bien  expérimenter  ce  petit  engin,  répondis-­MHPDLVORUVTXHM¶HQDLIDLWOHWRXUMHQ¶DLYX
ni  porte  ni  ouverture  quelconque  !  
 
-¶HQWHQGLV DORUV XQ OpJHU FOLTXHWLV HW MH YLV XQ SDQQHDX JOLVVHU VLOHQFLHXVHPHQW GDQV OH EDV GX
vaisseau,  ODLVVDQWDSSDUDvWUHXQHRXYHUWXUHRYDOHGHPGHKDXWHWG¶HQYLURQFHQWLPqWUHV
GHODUJH/¶DLU\SpQpWUDHQTXLQ]HVHFRQGHVVDQVDXFXQEUXLWFHTXLPHVXUSULW-HYLVXQHSLqFH
de  3  mètres  sur  2,  aux  murs  lisses  et  légèrement  incurvés.  Les  murs  me  semblèrent  avoir  8  à  10  
FHQWLPqWUHVG¶pSDLVVHXU/DSLqFHFRQWHQDLWTXDWUHVLqJHVG¶XQHIRUPHpSRXVDQWOHFRUSVXQSHX

 
80  
plus   petit   que   nos   sièges   classiques.   Dans   le   centre,   près   du   plafond,   se   trouvait   une   sorte   de  
petite   caméra.   Elle   projetait   une   lumière   diffuse   et   agréable   dans   toute   la   pièce.   Les   sièges  
semblaient  de  la  même  matière  que  les  parois  et  ils  étaient  moelleux  au  toucher.  
La  voix  reprit  :    
-­  &RPPHYRXVSRXYH]OHFRQVWDWHUF¶HVWXQHWRXWHSHWLWHFDELQH0DLVMHYRXVHQSULHDVVH\H]-­
vous.    
7RXWjFRXSMHIXVSULVGHSDQLTXHHWMHYRXOXVVRUWLUPDLVODSRUWHV¶pWDLWUHIHUPpHHWHOOHpWDLW
devenue  complètement  invisible.  
-­  Où  désirez-­vous  aller  ?      
-¶KpVLWDL    
-­  Je  vous  propose  un  aller-­retour  à  New  York,  en  trente  minutes.  Cela  vous  convient-­il  ?  
-­  1HZ <RUN HVW j   NLORPqWUHV G¶LFL GLV-­je.   Cela   va   vous   obliger   à   voler   à   une   vitesse   de  
13   NLORPqWUHV j O¶KHXUH  !   Quelle   énergie   utilisez-­vous  ?   Et   comment   supporterai-­je  
O¶DFFpOpUDWLRQ  ",OQ¶\DPrPHSDVGHFHLQWXUHVXUFHVLqJH  !  
-­  VoXV QH UHPDUTXHUH] PrPH SDV O¶DFFpOpUDWLRQ DIILUPD $ODQ 1¶D\H] SDV SHXU QRXV DOORQV
GpFROOHU«  
-­  Mais  comment  pourrai-­MHYRLUjO¶H[WpULHXULOQ¶\DDXFXQHIHQrWUH  !  
-­  Ne  vous  inquiétez  pas,  je  vous  expliquerai  en  cours  de  route.  
 
-H P¶DVVLV VXU OH SUHPLHU VLqJH HW OH WURXYDL YUDLPHQWWUqV FRQIRUWDEOH ,O VHPEODLW PRXOp G¶XQH
VHXOHSLqFH/DFDELQHVHWURXYDSORQJpHGDQV OHQRLU8QSURMHFWHXUV¶DOOXPDHWXQILQSLQFHDX
YLROHW DSSDUXW VXU OD SDURL j O¶HPSODFHPHQW GH OD SRUWH &HOOH-­ci   devint   parfaitement  
transparente.  
-­  Ce  rayon,  expliqua  Alan,  vibre  à  la  même  fréquence  que  les  atomes  de  la  matière  qui  constitue  
OD SRUWH 3RXU YRXV GRQQHU XQH DQDORJLH F¶HVW XQH YLEUDWLRQ FRPSDUDEOH j FHOOH TX¶pPHW XQH
modulation  de  fréquence  radio.  
-­  3RXU TXHOTX¶XQ TXL Q¶D MDPDLV PLV OHV SLHGV VXU OD SODQqWH YRXV DYH] XQH pWRQQDQWH HW
complète  connaissance  de  notre  technologie  de  pointe,  remarquai-­je.  
-­  Vous   sous-­HVWLPH] QRWUH WHFKQRORJLH UHSULW YLYHPHQW $ODQ 9RXV Q¶DYH] DXFXQH LGpH GHV
observations   très   poussées   que   nous   avons   faites   depuis   quelques   générations.   Vos   messages  
HQYR\pVGDQVO¶HVSDFHSHXYHQWrWUHFDSWpVSDUQRVUpFHSWHXUVjXQHGLVWDQFHDXPRLQVpJDOHj
deux  fois  le  diamètre  de  votre  système  solaire  !  Dans  un  tel  espace,  il  y  a  toujours  un  ou  deux  
vaisseaux  en  train  de  se  recharger  en  énergie  solaire.  Toute  donnée  pouvant  nous  intéresser  ou  
intéresser   une   planète   amie   est   aussitôt   enregistrée   et   transmise   par   relais.   Elle   est   donc  
disponible   pour   toute   intelligence   de   la   galaxie.   Maintenant,   si   vous   êtes   prêt,   nous   allons  
partir  !  
 
-H PH FDODL HW LQFRQVFLHPPHQW MH P¶DJULSSDL DX[ EUDV GX IDXWHXLO 0DLV MH P¶pWRQQDL GH OD
YLWHVVH IDQWDVWLTXH j ODTXHOOH MH YR\DLV OH VRO V¶pORLJQHU GH PRL VDQV UHVVHQWLU OH PRLQGUH
malaise.   Je   reconnus   plusieurs   villes   traverséHV j KDXWH DOWLWXGH SXLV MH P¶pPHUYHLOODL GHV
lumières  de  New  York,  vaste  tapis  de  losanges  de  toutes  les  couleurs  sur  un  fond  de  velours  noir.  
Alan  expliqua  :  
-­  1RXVDOORQVPDLQWHQDQWUpSRQGUHjYRWUHTXHVWLRQVXUO¶DFFpOpUDWLRQ3RXUpYLWHUVHVHIIHWV la  
VROXWLRQHVWVLVLPSOHTXHQRXVQHFRPSUHQRQVSDVSRXUTXRLYRXVQHO¶DYH]MDPDLVHQYLVDJpH,O
suffit  que  la  force  utilisée  pour  accélérer  nos  véhicules  soit  identique  à  la  force  gravitationnelle.  
&HWWHIRUFHV¶H[HUFHDXWDQWVXUFKDTXHDWRPHGXYpKLFXOH  que  sur  chaque  atome  de  toute  matière  

 
81  
j O¶LQWpULHXU GX YpKLFXOH REMHWV HW SDVVDJHUV &KDTXH SDUWLFXOH GH PDWLqUH GDQV OH FKDPS
gravitationnel,   se   trouve   accélérée   uniformément   et   au   même   rythme   que   la   chute   libre   des  
corps.  
-­  Alors   pourquoi   est-­ce   que   je   reste   assis,   au   lieu   de   flotter   comme   les   objets   qui   tombent   en  
chute  libre  ?    
-­  /D UpSRQVH HVW WRXW DXVVL pYLGHQWH $YDQW TXH QRXV Q¶D\RQV PLV HQ URXWH O¶pQHUJLH
FRPSHQVDWULFHYRXVpWLH]DVVLVQRUPDOHPHQWVXUYRWUHVLqJH'qVOHGpEXWGHO¶DFFpOpUDWLRQ,  la  
force  qui  maintient  votre  corps  à  votre  siège  est  restée  constante.  Elle  va  décroître  peu  à  peu,  en  
même  temps  que  la  force  antigravitationnelle  décroît.  Pour  des  voyages  stellaires,  nous  sommes  
obligés   de   recréer   une   gravité   artificielle,   celle   à   laquelle   nous   sommes   habitués,   qui   est   la  
moitié  de  la  vôtre  environ.  Nous  pouvons  aider   votre  peuple  technologiquement.  Mais  nous  ne  
pouvons   pas   imposer   notre   aide.   Il   faut   que   les   peuples   de   la   Terre   nous   la   demande  
expressément.  Au  début,  nous  ne  pouvons  vous  donner  que  ce  qui  est  nécessaire  à  votre  survie  
WDQWPHQDFpH3DUODVXLWHLOVHUDSRVVLEOHGHYRXVDSSRUWHUEHDXFRXSSOXV«0DLVQRXVGHYRQV
YRXV DYRXHU TXH QRWUH YLVLWH Q¶HVW SDV HQWLqUHPHQW SKLODQWKURSLTXH 1RXV FRQYRLWRQV GHV
matériaux  qui  existent  en  grande  quantité  sur  votre  planète  et  qui  sont  assez  rares  ailleurs.  Nous  
VRPPHVHQPHVXUHGHYRXVHQLQGLTXHUO¶XVDJHFHTXLVHUDLWEpQpILFHSRXUQRVGHX[SHXSOHV  
-­  4XHOOHHVWYRWUHIRUPHG¶pQHUJLH  ?    
-­  1RXVYRXVO¶H[SOLTXHURQVXQMRXUPDLVSRXUO¶Lnstant  vos  concepts  et  votre  vocabulaire  ne  sont  
pas  adaptés  à  une  explication  rationnelle.    
-­  De  quelle  planète  venez-­vous  ?    
-­  Nous  sommes  des  nomades.  Nous  naissons,  vivons  et  mourons  dans  nos  grands  vaisseaux.  Cela  
peut  vous  sembler  aberrant,  mais  le  vDLVVHDXHVWFDSDEOHGHFRPEOHUWRXVQRVEHVRLQV/¶DLUTXH
QRXVH[SLURQVHVWUHF\FOpGHPDQLqUHjQRXVUHQYR\HUO¶R[\JqQHHWOHJD]FDUERQLTXHHVWXWLOLVp
par   les   plantes,   qui   nous   nourrissent   ensuite.   Tout   est   sur   ce   modèle.   Pour   ceux   qui   nous  
plaindraiHQWGHYLYUHDYHFXQHWHOOHFRQFHQWUDWLRQG¶rWUHVKXPDLQVQRXVSRXUULRQVUpSRQGUHTXH
WRXW HVW DIIDLUH G¶RUJDQLVDWLRQ 1RXV DYRQV GH WUqV EHOOHV FDELQHV HW O¶H[SORUDWLRQ GHV PRQGHV
que   nous   rencontrons   est   passionnante.   De   plus,   nous   sommes   définitivemenW j O¶DEUL GHV
catastrophes   telles   que   séismes,   typhons,   cyclones,   etc.,   toutes   ces   catastrophes   naturelles   qui  
affectent  en  général  les  planètes.  
 
Quand  Alan  quitta  DanielLOOXLGLWTX¶LODYDLWHQUHJLVWUpVDIUpTXHQFHHWTXHFHODOXLSHUPHWWUDLW
de   le   retrouver   quand   il   le   désirerait.   Les   mois   et   les   années   passèrent.   Daniel   Fry   finit   par   se  
GLUHTX¶LODYDLWUrYp3DUIRLVGHVRYQLVVXUYRODLHQWODEDVHPDLVULHQGHSOXVQHVHSURGXLVDLW/H
MHXQHLQJpQLHXUQ¶HQDYDLWSDUOpjSHUVRQQH  
 
LE  RETOUR  
 
En   1952,   XQ PDUGL VRLU DORUV TX¶LO WUDYDLOODLW WRXMRXUV j OD EDVH GH :KLWH 6DQGV Daniel   Fry  
UHQWUDFKH]OXLHWHQJDUDQWVDYRLWXUHLOVHVRXYLQWTX¶LODYDLWRXEOLpG¶pWHLQGUHO¶pOHFWULFLWpVXU
O¶XQGHVSDQQHDX[GHODVDOOHGHVPLVVLOHV&HODQHOXLpWDLWMDmais  arrivé  !  Il  reprit  sa  voiture  et  
retourna  rapidement  à   la   base.  Il   aperçut  une   lueur  dans   le  ciel   et  le  nota  simplement  dans   son  
esprit.  Mais  une  voix  retentit  dans  son  cerveau  :    
-­  2XLF¶HVWQRXV  !  Allez  vite  dans  la  salle  éteindre  votre  panneau.  Nous  y  serons  plus  tranquilles  
pour  parler.  Nous  avons  réussi  à  vous  faire  revenir  à  la  base  !  
 

 
82  
-¶pWDLV WHOOHPHQW DEDVRXUGL UDFRQWH Daniel,   que   je   ne   savais   quoi   dire.  Avais-­je   encore   des  
hallucinations  auditives  ?  Bon  !  Allons-­y  et  on  verra  bien,  me  suis-­jHGLW«    
-­  6DJHGpFLVLRQUHSULWODYRL[G¶$ODQTXLDYDLWFDSWpPHVSHQVpHV-HSHX[YRXVDVVXUHUTXHWRXW
est  bien  réel.  Mais  nous  sommes  ici  pour  parler  du  futur.  Bien  que  ma  préparation  ait  pris  plus  
GHWHPSVTXHQRXVQHO¶DYLRQVHVWLPpMHVXLVPDLQWHQDQWSUrWjP¶LQVWDOOHUVXUOD7HUUH0DLVLO
UHVWHTXHOTXHVSUREOqPHVSUDWLTXHVjUpVRXGUH&¶HVWOHPRPHQWGHQRXVGRQQHUYRWUHUpSRQVH
en  ce  qui  concerne  votre  implication  avec  nous.  Le  voulez-­vous  ?  Si  vous  refusez,  vous  repartirez  
dans   vos   quartiers   et   cette   aventure   sera   effacée  de   votre   mémoire.   Vous   reprendrez   votre   vie  
FRPPHVLULHQQHV¶pWDLWSDVVp6LYRXVGpFLGH]GHQRXVDLGHUYRXVGpSHQVHUH]GHO¶DUJHQWHWGX
temps   pour   nous.   Votre   situation   en   souffrira   sûrement,   et   nous   ne   sommes   pas   sûrs   que   notre  
HQWUHSULVHG¶DLGHHQYHUVYRWUHSODQqWHUpXVVLUD1RXVQHSRXYRQVPrPHSDVYRXVJDUDQWLUFHOD  !  
Mais  vous  aurez  acquis  une  compréhension  et  une  connaissance  considérables.    
-­  Enfin   une   phrase   qui   me   plaît   ,O PH VHPEOH TXH O¶DFTXLVLWLRQ GH FRQQDLVVDnces,  
O¶H[SpULPHQWDWLRQ HW OD FRPSUpKHQVLRQ HQ SOXV GH OD VDWLVIDFWLRQ G¶DLGHU GHV DPLV VRQW OHV
VHXOHVUDLVRQVYDODEOHVGHYLYUH6LYRXVSRXYH]P¶DVVXUHUTXHYRXVDJLVVH]SRXUOHELHQGHPHV
contemporains,  je  suis  des  vôtres  !    
-­  Merci.  Je  ne  voulais  pas  vous  décourager,  mais  je  tenais  à  ce  que  vous  ne  soyez  pas  déçu.  Vous  
Q¶REWLHQGUH]SUREDEOHPHQWDXFXQHUHFRQQDLVVDQFHGHODSDUWGHV7HUULHQV%LHQTXHM¶DLHDFTXLV
XQH ERQQH PDQLSXODWLRQ GH YRWUH ODQJXH RUDOH PD FRQQDLVVDQFH GH O¶pFULW HVW HQFRUH
rudiPHQWDLUHHWM¶DLEHVRLQG¶DSSURIRQGLUFHWDVSHFWDYDQWGHYHQLUSDUPLYRXV-¶DSSUpFLHUDLV
GHVPDQXHOVGHVWLQpVDX[HQIDQWVRXDX[LOOHWWUpVDILQG¶DFTXpULUOHVQRWLRQVGHEDVH-¶DLPHUDLV
également  des  livres  de  mathématiques  de  tous  les  niveaux.  Voyez-­vous,  notre  système  de  calcul  
est  en  base  12,  et  il  me  faut  donc  apprendre  à  me  servir  couramment  du  système  décimal.  
-­  Bien  sûr,  nous  avons  des  livres  à  la  bibliothèque  de  la  base.  Malheureusement,  je  ne  peux  les  
HPSUXQWHUWURSORQJWHPSV«&RPPHQWSRXUUDL-­je  vous  les  transmettre  ?  
-­  Une   journée   me   sera   amplement   suffisante   pour   les   analyser   et   les   copier.   Si   nous   vous   les  
prenons  un  soir,  nous  vous  les  rendrons  le  lendemain  matin.  Près  de  la  salle  où  vous  travaillez,  
il  y  a  un  petit  toit  avec  un  rebord.  Quand  vous  quitterez  la  base,  déposez  les  livres  à  cet  endroit.  
Nous  enverrons  un  petit  appareil  pour  les  prendre.  Ils  seront  remis  à  cette  même  place  le  matin  
suivant.    
 
/¶pGXFDWLRQ G¶$ODQ GXUD GHX[ PRLV ,O LQJXUJLWD XQ QRPEUH LPSUHVVLRQQDQW GH OLYUHV TXL
auraient  occupé  nos  étudiants  pendant  plusieurs  années.  Au  dernier  ramassage,  il   y  avait  à  côté  
des  livres  rendus  une  petite  note  écrite  par  Alan  :  
-­  Dan,   je   vais   suspendre   ce   travail   maintenant.   Merci   encore   pour   tous   ces   livres.   Nous   ne  
sommes   plus   en   mesXUH GH YHQLU HQ FKHUFKHU G¶DXWUHV 1RXV DYRQV XQ DXWUH WUDYDLO j
entreprendre  et  nous  vous  laissons  donc  pour  un  moment.  Votre  Alan.  
 
-¶DYDLV HQILQ TXHOTXH FKRVH GH WDQJLEOH -¶DL JDUGp FHWWH QRWHWUqV ORQJWHPSV (Q RXWUH M¶DYDLV
UHoX G¶DERQGDQWV GRFXPHQWs   techniques   qui   me   prouvaient   la   réalité   de   ces   contacts.   Mais   les  
PRLVHWOHVDQQpHVGpILOqUHQWHWMHPHGLVDLVTX¶LOVDYDLHQWG€DEDQGRQQHUOHXUSODQG¶DLGHSRXU
la  Terre.    
 
REPRISE  DES  CONTACTS  
 

 
83  
/D GHUQLqUH VHPDLQH G¶avril   1954,   je   fis   pendant   mes   vacances   une   retraite   en   plein   bois.   Je  
YRXODLV rWUHVHXO-HVHQWDLV OH EHVRLQGH PHWWUHPHV QRWHVj MRXUHWG¶pFULUHXQ OLYUHVXUFHTXL
P¶pWDLWDUULYp1pDQPRLQVMHPHGLVDLVTXHVLO¶DYHQWXUHV¶DUUrWDLWOjFHODQHVHUYLUDLWjULHQ-H
désirais  de  tout  mRQF°XUUHQRXHUDYHFPHVDPLVH[WUDWHUUHVWUHVSRXUHQVDYRLUSOXV-¶DYDLV OH
sentiment  que  cette  retraite  favoriserait  une  rencontre  éventuelle.  
/HV MRXUV SDVVqUHQW HW M¶DYDLV SHUGX HVSRLU ORUVTXH OH GHUQLHU VRLU GH PRQ VpMRXU XQH YRL[
familière   parvint   à   mon   cerveau,   sans   préambule  :   «  Pendant   combien   de   temps   allez-­vous  
garder  votre  lampe  sous  le  boisseau  ?  »  
-HIXVH[WUrPHPHQWVXUSULV-HUHJDUGDLSDUWRXWGDQVODSLqFHSRXUYRLUVLTXHOTX¶XQQHV¶\pWDLW
SDVFDFKp'DQVO¶LQFHUWLWXGHGHFHTXLVHSDVVDit,  je  finis  par  articuler  péniblement  :  
-­  Que  me  voulez-­vous  ?  
-­  9RXV VDYH] WUqV ELHQ FH TXH MH YHX[ GLUH UpSRQGLW OD YRL[ G¶$ODQ 'DQV OH JURV OLYUH
philosophique   auquel   vous   vous   référez   souvent,   il   est   écrit  :   «  Quand   un   homme   allume   une  
chandelle,  il  ne  doit  pas  la  cacher  sous  le  boisseau,  mais  il  doit  la  porter  bien  haut,  afin  que  tous  
les   hommes   soient   éclairés   par   cette   flamme.  »   Nous   avons   dépensé   un   temps   et   une   énergie  
considérables   pour   allumer   quelques   chandelles   sur   cette   Terre,   dans   plusieurs   nations,   pour  
que  la  lumière  fasse  un  jour  reculer  les  ténèbres.  Pourquoi  gardez-­vous  vos  informations  pour  
vous  ?  
-­  '¶DERUG UpSRQGLV-­MH YRXV QH P¶DYH] SDV IDLW SDUW GH YRV LQWHQWLRQV (QVXLWH MH VXLV XQ
inconnu.   Sauf   les   quelques   collègues   au   courant   de   mes   recherches   sur   les   missiles,   personne  
Q¶DHQWHQGXSDUOHUGHPRL4XLP¶pFRXWHUD  ?  
-­  &HX[ TXL VRQW RXYHUWV j OD YpULWp SHXYHQW UHFRQQDvWUH OD YDOHXU G¶XQ PHVVDJH VDQV VH
SUpRFFXSHU GX PHVVDJHU ,O P¶D IDOOX FLQT DQV SRXU P¶DGDSWHU j OD 7HUUH '¶DXWUe   part,   des  
QXDJHVQRLUVV¶DPRQFHOOHQWVXUYRWUHSODQqWH/DVLWXDWLRQHVWGHYHQXHFULWLTXH8QKRORFDXVWH
VH SURILOH j O¶KRUL]RQ   eFULYH] FH TXL V¶HVW SDVVp &H OLYUH IHUD SHXW-­être   reculer   le   danger.  
3DUOH]jODUDGLRjODWpOp«  
-­  Mais  on  va  me  ridiculiser  !  
-­   Pouvez-­YRXV PH GRQQHU OH QRP G¶XQ KRPPH VXU YRWUH SODQqWH D\DQW DFFRPSOL XQH °XYUH GH
grande  valeur  sans  avoir  été  ridiculisé  "&¶HVWOHSUL[jSD\HUSRXUWRXWLQGLYLGXTXLPDUFKHXQ
peu  en  avance  sur  les  autres  6LOHFKHPLQQ¶HVWSDVSUpSDUpHW  que  nous  apparaissons  sur  votre  
Terre,  30%  de  la  population  nous  prendront  pour  des  dieux  infaillibles,  et  70%,  pour  des  tyrans  
HWGHVGLFWDWHXUV'¶DLOOHXUVQRXVQHSRXYRQVSDVYROHUGDQVYRWUHDWPRVSKqUHVDQVYLROHUO¶XQH
RX O¶DXWUH GH YRV ORLV  !   À   ce   propos,   il   me   faudrait   un   passeport   et   un   certificat   de   naissance  
SRXU FLUFXOHU SDUPL YRXV -H FURLV TXH QRV SV\FKRORJXHV RQW WURXYp TXHOTX¶XQ SRXU QRXV HQ
SURFXUHU1RXVDOORQVYRXVPHWWUHHQFRQWDFWDYHFOXL'¶DSUqVQRVDQDO\VHVOHPpWLHUG¶DJHQW
de  change  serait  certainement  celui  qui  me  conviendrait  le  mieux.  Cette  activité  me  ferait  passer  
inaperçu,   me   permettrait   de   voyager   beaucoup   sans   éveiller   les   soupçons   tout   en   gagnant   ma  
vie,   et   me   fournirait   une   bonne   couverture   pour   approcher   les   grands   de   votre   monde.   Il   me  
VHPEOH TXH OD SOXSDUW GH YRV V\VWqPHV PRQpWDLUHV VRQW OLpV j OD YDOHXU GH O¶RU -H YDLV PH
procurer  quelques  kilos  de  ce  métal,  vous  pourrez  les  changer  et  ouvrir  un  compte  à  mon  nom,  
GDQVXQHEDQTXHGHYRWUHFKRL[«  
  -­  1RQ SDV G¶RU V¶Ll   vous   plaît  O¶LQWHUURPSLV-­je.  Une   personne   qui   veut   en   vendre   doit  
fournir  un  certificat  de  son  origine.  Si  vous  pouviez  vous  procurer  quelques  lingots  de  platine,  ce  
VHUDLWSOXVMXGLFLHX[/DGHPDQGHH[FqGHOHVGLVSRQLELOLWpVDXVVLQ¶HVW-­il  pas  trop  dLIILFLOHG¶HQ
YHQGUH'¶DLOOHXUVDFWXHOOHPHQWVDYDOHXUGpSDVVHFHOOHGHO¶RU  !    

 
84  
  -­  Très  bien,  répliqua  Alan.  Nous  employons  le  platine  pour  dorer  nos  vaisseaux,  mais  sa  
FRUURVLRQHVWUDSLGH1RXVQ¶HQDYRQVSDVEHDXFRXSO¶XVDJHHQGHKRUVGHFHOD&KDTXH  planète  
a  ses  valeurs  spécifiques.  
 
Ils   discutèrent   encore   un   moment,   puis   Daniel   demanda   à   Alan   quel   était   le   mot-­clé   de   leur  
civilisation.  Alan  répondit  :    
-­  Le  mot  «  compréhension  »&¶HVWDXVVLFHOXLTXLVHUDLWOHSOXVDSWHjVDXYHUYRWUHSODQqWH8Q
SHX GH FRPSUpKHQVLRQ HQWUH OHV KRPPHV VHUDLW SOXV HIILFDFH TXH GHV PpJDWRQQHV G¶H[SORVLIV
nucléaires  !  
 
Les  notes  de  Daniel  Fry  se  terminent  par  le  post-­scriptum  suivant  :  
«  Alan   V¶LQVWDOOD VXU 7HUUH   ,O V¶HVW DFFRXWXPp j QRV P°XUV GpFDGHQWHV PDLV LO Q¶D   jamais  
FRPSULVSRXUTXRLVHVHIIRUWVDXSUqVGHVJRXYHUQHPHQWVWHUUHVWUHVRQWHXVLSHXG¶HIIHW  !  Pourtant,  
la  télépathie  à  distance  pratiquée  par   Alan  sur  les  hommes   les  plus  éminents  de  notre  planète  a  
parfois  fait  jaillir  de  leurs  lèvres  des  paroles  de  paix  et  de  sagesse.  Si  son  travail  porte  pleinement  
VHV IUXLWVGDQV O¶DYHQLUSHXW-­être  pourrons-­nous  écrire   le   livre  entier  de  son   installation,  de  ses  
GpPDUFKHVHWGHVHVGpERLUHV/HIDLWTXHQRXVVR\RQVWRXMRXUVYLYDQWVDFWXHOOHPHQWSURXYHTX¶LO
Q¶DSDV  complètement  raté  sa  mission.  »  
 
7RXWFHTXHO¶RQVDLWF¶HVWTX¶Alan  fut  le  meilleur  ami  de  Daniel  Fry  durant  son  stage  sur  Terre,  
PDLVTX¶LODTXLWWpQRWUHSODQqWHGpoXHWIUXVWUp&RPPHRQDLPHUDLWHQVDYRLUSOXV  !  Daniel  Fry  
ne  veut  plus  en  parler.  A-­t-­LOODLVVpG¶DXWUHVQRWHV  ?  Pourrons-­nous  les  connaître  après  sa  mort  ?  
On  ne  sait  pas.  
 
Notons  ici  un  élément  curieux  :  dans  le  vaisseau,  Daniel  fut  étonné  de  voir  un  symbole  considéré  
FRPPH O¶XQGHVSOXVDQFLHQVGHVFLYLOLVDWLRQVWHUUHVWUHV  O¶DUEUHHW  le  serpent.  Devant  le  regard  
interrogateur  de  Daniel,  Alan  a  expliqué  :    
-­  &¶HVWXQV\PEROHFRPPXQjQRVGHX[SHXSOHV9RXVVDYH]TXHO¶DUEUHV\PEROLVHODYLHHWTXH
WRXWH YLH SUHQG QDLVVDQFH GDQV OHV RFpDQV/H VHUSHQW DYHF VHV RQGXODWLRQV pYRTXH O¶HDX bien  
HQWHQGX7RXWHVOHVYLHVFRPPHQFHQWGDQVO¶HDX  
/¶H[SOLFDWLRQ VHPEOH XQ SHX VXFFLQFWH 1RXV SRXUULRQV SHXW-­être   avancer   une   explication   plus  
satisfaisante   O¶DUEUH FKH] OHV $QFLHQV V\PEROLVH OD FRQQDLVVDQFH WDQGLV TXH OH VHUSHQW
représente   la   sagessH 7RXWH FRQQDLVVDQFH GRLW VH WHLQWHU GH VDJHVVH HW WRXWH VDJHVVH V¶DSSXLH
IRUFpPHQWVXUODFRQQDLVVDQFH«  
 
Daniel,   après   le   départ   de   son   ami   Alan,   put   continuer   à   recevoir   des   messages,   sur   un   poste  
UpJOp SDU FH GHUQLHU '¶DLOOHXUV ERQ QRPEUH GH VHV UpFeptions   radio   furent   reçues   devant  
témoins.  
  &H TXL VHPEOH OH SOXV FRQYDLQFDQW GDQV VRQ FDV F¶HVW FHUWDLQHPHQW O¶HQVHPEOH GHV
communications   scientifiquement   et   techniquement   valables   données   par   cet   E.T.   Beaucoup  
furent  exploitées  par  Daniel  Fry  dans  sa  SURIHVVLRQG¶LQJpQLHXUHWGDQVVDUHFKHUFKH4XHOTXHV-­
unes  sont  données  dans  son  livre  White  Sands  Incident,  dont  voici  des  extraits.  
 
35(&,6,216'¶$/$1685/(9$,66($8  
 

 
85  
«  Si   vous   le   désirez,   nous   pourrons   par   la   suite   vous   emmener   plus   près   du   Soleil   pour   vous  
recharger   en   énergie.   On   peut   le   faire   en   effectuant   deux   ou   trois   orbites   assez   proches   du  
Soleil,   à   travers   sa   couronne   extérieure.   Notre   vaisseau,   comme   tous   les   véhicules  
LQWHUVWHOODLUHVHVWHQWLqUHPHQWpTXLSpHWHQYHORSSpG¶XQFKDPSPDJQpWLTXH  Une  des  fonctions  
GH FH FKDPS PDJQpWLTXH HVW G¶DEVRUEHU WRXWH IRUPH GH UDGLDWLRQ pOHFWURPDJQpWLTXH GH OD
chaleur   radiante   à   celle   des   rayons   cosmiques,   et   de   convertir   cette   énergie   sous   une   forme  
VWDEOH SRXU OD VWRFNHU HW O¶XWLOLVHU SOXV WDUG $LQVL QRs   vaisseaux   peuvent   collecter   de   petites  
TXDQWLWpV G¶pQHUJLH XWLOH PrPH ORUVTXH QRXV WUDYHUVRQV O¶HVSDFH LQWHUVWHOODLUH ELHQ TXH OD
quantité   soit   rarement   suffisante   pour   équilibrer   simplement   les   besoins   biologiques   des  
passagers.   Occasionnellement,   cepHQGDQW DSUqV XQ YR\DJH GDQV O¶HVSDFH SURIRQG LO QRXV
VHPEOHQpFHVVDLUHGHQRXVUDSSURFKHUG¶XQHpWRLOHSRXUUHFKDUJHUFRPSOqWHPHQWQRWUHEDQTXH
énergétique.   La   capacité   du   champ   à   absorber   les   radiations   pour   les   convertir   en   énergie   est  
presque   illimitéH HW DLQVL DXFXQ H[FqV GH FKDOHXU QL G¶DXWUHVIRUPHV GH UDGLDWLRQV Q¶DWWHLQW OH
vaisseau  et  ne  peut  gêner  son  ou  ses  passagers.  »  
 
«  'XUDQWFHVYR\DJHVO¶pQHUJLHHVWpJDOHjSOXVLHXUVPLOOLRQVGHYRVKw/h.  Elle  est  convertie  et  
stockée   à   chaque   seconde   d¶H[SRVLWLRQ 'DQV OHV FKDPEUHV GH FRQYHUVLRQ O¶pQHUJLH SUHQG
G¶DERUGODIRUPHG¶XQSODVPDH[WUrPHPHQWGHQVHFRQWHQXjO¶LQWpULHXUGHFKDPSVpWUDQJHVHW
finalement   devient   une   sorte   de   matière,   suffisamment   stable   mais   facilement   convertible   en  
énergie  utilisable.  
/DYLWHVVHDFFpOpUpHORUVTXHQRXVWRPERQVYHUVOH6ROHLOHVWGLPLQXpHHQHQFHUFODQWO¶DVWUHDYHF
des   orbites   partielles,   puis,   vers   la   fin,   dans   ce   que   nous   appelons   un   «  effet   boomerang  ».   Le  
vaisseau   est   rejeté   automatiquement   en   arrière   par   VD SURSUH YLWHVVH GDQV OD GLUHFWLRQ G¶R LO
vient.   Quand   nous   sommes   complètement   rechargés   en   énergie,   nous   repartons   vers   votre  
planète.    
 
SUR  LA  FACULTE  EXTRASENSORIELLE  
 
«  Vous   faites   une   erreur   lorsque   vous   parlez   de   perception   extrasensorielle.   EllH Q¶HVW SDV
extrasensorielle  du  tout,  car  elle  fait  partie  de  votre  équipement  sensoriel  normal.  Mais  elle  est  
WRPEpH HQ GpVXpWXGH DX FRXUV GX GpYHORSSHPHQW GH YRWUH UDFH &¶HVW SOXW{W XQH IRUPH GH
communication  «  publique  »2UYRXVDYLH]EHVRLQG¶XQODQgage  précis  et  plus  discret  dans  vos  
relations.  La  plupart  des  animaux,  même  les  insectes,  utilisent  ce  seul  sens  pour  se  transmettre  
des  informations.  »  
 
«  Ensuite,   vous   avez   du   mal   à   vous   concentrer.   Pour   émettre,   il   faut   savoir   se   concentrer  
parfaitement.  Pour  recevoir,  en  revanche,  vous  devez  atteindre  un  état  de  complète  relaxation.  
Lorsque   vous   êtes   dans   cet   état,   non   seulement   vous   relâchez   la   vigilance   de   votre   état  
conscient,  mais  vous  pouvez  extraire  les  pensées  de  votre  propre  banque  de  mémoire.  Nous  vous  
avons  choisi  personnellement  parce  que  vous  utilisez  un  procédé  spécial  pour  vous  relaxer.  Vous  
voyez  ce  que  je  veux  dire  ?  »  
-­  2XL TXDQG M¶DL GX PDO j P¶HQGRUPLU M¶LPDJLQH XQ pFUDQ QRLU VXU OHTXHO OHV GL[ SUHPLHUV
chiffres  sont  inscrits.  Je  coPPHQFHjHIIDFHUOHSXLVOHHWDLQVLGHVXLWHMXVTX¶DXHWMHVXLV
souvent  endormi  avant  que  le  tableau  soit  effacé  complètement  !    
-­  Faites-­le,  mais  arrêtez-­vous  avant  de  vous  endormir,  lorsque  vous  serez  en  état  de  relâchement  
PD[LPXP-¶LPSULPHUDLGDQVYRWUHFHUYHDXO¶LPDJHGXYDLVVHDXHQWLHU«    

 
86  
 
FONCTIONNEMENT  DU  VAISSEAU-­NAVETTE  
 
-H P¶H[pFXWDL H[SOLTXH Daniel,   et   je   vis   apparaître   une   structure.   Dans   la   partie   gauche,  
M¶DSHUoXVXQHVDOOHVHPEODEOHjFHOOHGDQVODTXHOOHM¶pWDLVHQWUp-¶HQWHQGDLVODYRL[G¶Alan,  mais  
de  très  loin,  avec  une  sonorité  plus  douce  :  
-­  &HODHVWO¶HQVHPEOHGXYDLVVHDXHWMHYDLVYRXVH[SOLTXHUFHTXHYRWUHFHUYHDXHVWFDSDEOHGH
comprendre.  La  grande  structure  en  forme  de  tambour  au-­GHVVXVGXFHQWUHHVWO¶DFFXPXODWHXU
GLIIpUHQWLHO &¶HVW HVVHQWLHOOHPHQW XQH EDWWHULH GH VWRFNDJH FDSDEOH G¶rWUH UHFKDUJpH SDU
diverses  sources  énergétiques  naturelles.  Dans  votre  stratosphère,  par  exemple,  il  y  a  plusieurs  
nuages   de   gaz   ionisés,   qui,   bien   que   raréfiés,   possèdent   une   énergie   intense.   En   plaçant   le  
YDLVVHDX VXU O¶RUELWH DGpTXDWH QRXV VRPPHV FDSDEOHV G¶HPPDJDVLQHU FHWWH pQHUJLH HQ
HIIHFWXDQWSOXVLHXUVWRXUV(QHPSOR\DQWOHWHUPHG¶ «  accumulateur  différentiel  »,  je  veux  dire  
TX¶XQH GLIIpUHQFH GH SRWHQWLHO HVW FUppH HQWUH OHV GHX[ S{OHV GH O¶DFFXPXODWHXU ,O SHXW FDSWHU
GHV pOHFWURQV OLEUHV G¶XQH PDQLqUH TXH YRXV QH SRXYH] SDV LPDJLQHU 'HV PpFDQLVPHV GH
contrôle  conduisent  ces  électrons  vers  des  anneaux  conducteurs  que  vous  pouvez  voir  au  sommet  
et   à   la   base   de   la   navette.   Cela   crée   un   champ   magnétique   très   étrange.   La   direction   et  
O¶DPSOLWXGH GX IOX[ VRQW FRQWU{OpHV VXU FKDTXH DQQHDX HW GDQV OHV GLYHUV VHJPHQWV G¶XQ VHXO
anneau.  Ce  champ  est  donc  entièrement  sous  notre  contrôle.  
 
Ainsi,  nous  pouvons  produire  une  résonance  magnétique  entre  deux  anneaux  ou  entre  les  parties  
G¶XQ VHXO DQQHDX &H FKDPS PDJQpWLTXH TXL FKDQJH GRQF G¶LQWHQVLWp HQJHQGUH XQ FKDPS
électrique   qui   est   constamment   égal   en   amplitude,   opposé   et   perpendiculaire   au   champ  
magnétique.   Si   les   deux   champs   sont   en   résonance   mutuelle,   un   vecteur   force   sera   généré.   Si  
O¶DPSOLWXGHHWODIUpTXHQFHVRQWSHXpOHYpHVFHYHFWHXUVHUDWUqVIDLEOHWRXWHQUHVWDQWSOXVIRUW
TXH OHV GHX[ FKDPSV TXL O¶RQW JpQpUp Il   crée   un   effet   similaire,   qui   est   en   fait   identique   au  
champ  gravitationnel.  
Si  le  centre  de  ce  nouveau  champ  coïncide  avec  le  centre  de  gravité  du  vaisseau,  son  seul  effet  
DXJPHQWHUD O¶LQHUWLH RX OD PDVVH GH FH GHUQLHU 6¶LO  ne   coïncide   pas,   le   vaisseau   tendra   à  
accélérer   vers   le   centre.   Ce   système   faisant   partie   du   champ   se   meut   avec   lui   et   continuera   à  
pPHWWUHXQFKDPSFRQVWDQWGRQWOHFHQWUHG¶DWWUDFWLRQHVWMXVWHDX-­dessus  du  centre  de  gravité.  
&¶HVW DLQVL TXH FH YDLVVHDX FRQWLQXHUD j DFFpOpUHU WDQW TXH FH FKDPS HVW JpQpUp« 3RXU
O¶DUUrWHU RX OH UDOHQWLU OH V\stème   de   contrôle   ajuste   les   centres.   La   case   que   vous   voyez   juste  
au-­GHVVXVGHO¶DFFXPXODWHXUGLIIpUHQWLHOFRQWLHQWO¶pTXLSHPHQWGHFRQWU{OHjGLVWDQFH0DLVFHOD
vous  est  familier.  
 
¬352326'(6/2,648,*289(51(17/¶81,9(56  
 
«  Si  le  but  de  toute  civilisDWLRQGHO¶8QLYHUVHVWGHGpYHORSSHUGHVEUDQFKHVGHODFRQQDLVVDQFH
également   et   rapidement,   les   sciences   spirituelles   et   sociales   devraient   toujours   être   les  
SUHPLqUHV2QQHSHXWIDLUHDXFXQSURJUqVGDQVOHGRPDLQHPDWpULHOVLO¶RQQ¶DSDVIRQGpXQH
scLHQFH VRFLDOH HW VSLULWXHOOH 5HJDUGH] FHUWDLQV LQVHFWHV VRFLDX[ FRPPH O¶DEHLOOH TXL RQW
développé  une  science  sociale  rudimentaire.  Elles  ont  ainsi  pu  créer  des  structures  simples  afin  
GHVWRFNHUODQRXUULWXUHSRXUXQEHVRLQIXWXU/¶KRPPHHQUHYDQFKH  DWRXMRXUVHXjO¶HVSULWOH
FRQFHSWG¶XQHVSULWFUpDWLIHWLQILQLDX-­GHVVXVGHOXLPrPHV¶LOQHOHFRPSUHQDLWSDV/DVFLHQFH
VSLULWXHOOHDIDLWSDUWLHGHVDFRQFHSWLRQGqVOHGpEXWGHO¶KXPDQLVDWLRQ¬O¶pWDSHWULEDOHJUkFH

 
87  
à   une   collaboration   entre   leV KRPPHV OD VXSHUVWUXFWXUH GH OD VFLHQFH PDWpULHOOH V¶HVW PLVH HQ
SODFH«  
  En   ce   moment,   vos   progrès   matériels   ont   avancé   plus   vite   que   ceux   de   votre   science  
spirituelle,   qui   a   besoin   du   temps   pour   se   développer.   Ce   décalage   a   mis   votre   population  
entière  en  danger  de  totale  destruction.  La  plupart  des  penseurs  de  votre  race  sont  au  courant  
GHV GDQJHUV LQKpUHQWV j O¶XVDJH GHV DUPHV QXFOpDLUHV PDLV QH SHXYHQW HQ FRQWU{OHU O¶XVDJH
Cette   inquiétude   constante   provoque   la   délinquance   juvénile.   Votre   jeunesse   est  
SDUWLFXOLqUHPHQWVHQVLEOHDX[FRQGLWLRQVG¶LQVpFXULWpHWMDPDLVGDQVO¶KLVWRLUHGHYRWUHUDFHOH
IXWXUQ¶DpWpDXVVLSUREOpPDWLTXH  
-­  Que  pouvons-­QRXVIDLUHVLQRXVQ¶DYRQVSDVOHFKRL[  ?  
-­  &¶HVWSRXUFHODTXHQRXVVRPPHVLFL  
 
SUR  NOTRE  HISTOIRE  
 
«  ComPHMHYRXVO¶DLGLWSUpFpGHPPHQWXQHGHVWUXFWLRQWRWDOHDGpMjHXOLHXVXUYRWUHSODQqWHj
ODVXLWHG¶XQKRORFDXVWHQXFOpDLUH«0HVDQFrWUHVGLUHFWVIDLVDLHQWSDUWLHGHVVXUYLYDQWVLO\D
plusieurs  milliers  de  générations  de  cela.  La  technologie  était  peut-­être  plus  simple  que  la  vôtre,  
mais  elle  permettait  de  créer  beaucoup  plus  de  choses  que  vous  ne  pouvez  imaginer.  
 
,O \ DYDLW GHX[ SHXSOHV SULQFLSDX[ GDQV OH SD\V /¶pPXODWLRQ HW OD ULYDOLWp HQWUH HX[
V¶LQWHQVLILqUHQWMXVTX¶DXPRPHQWRLQpYLWDEOHPHQWXQHJXHUUHGHVWUXFWULFHH[SORVD,OQ¶pWDLW
pas  question  de  victoire  ni  de  défaite  LOVVHGpWUXLVLUHQWVLPSOHPHQWO¶XQO¶DXWUH,O\HXWSHXGH
survivants.   Ces   derniers   se   rendirent   rapidement   compte   que   les   radiations   détruisaient  
progressivement   leurs   fonctions   mentales   et   biologiques,   et   que   des   mutations   se   produisaient  
FKH]OHVJpQpUDWLRQVVXLYDQWHV/HVVXUYLYDQWVTXLGHPHXUqUHQWOjUHYLQUHQWjO¶kJHGHSLHUUH  
 
Sur  un  haut  plateau  (qui  est  à  présent  le  Tibet),  les  six  vaisseaux  aériens  qui  restaient  atterrirent  
OHVXQVDSUqVOHVDXWUHV/HXUVpTXLSDJHVDYDLHQWGpFLGpGHVHUpXQLUDILQGHGpWHUPLQHUFHTX¶LO
IDOODLWIDLUHSRXUSUpVHUYHUODVXUYLHGHOHXUUDFH,OIXWSURSRVpG¶HVVD\HUG¶DWWHLQGUHXQHDXWUH
SODQqWH ELHQ TXH OHV YDLVVHDX[ Q¶HXVVHQW jamais   tenté   cette   performance,   leur   capacité   à  
V¶pOHYHUQHSRXYDQWGpSDVVHUXQHFHUWDLQHDOWLWXGH¬FHWWHpSRTXHODSODQqWHTXHYRXVDSSHOH]
0DUV pWDLW HQ FRQMRQFWLRQ DYHF OD 7HUUH 'HV pWXGHV DYDLHQW pWp IDLWHV TXL SURXYDLHQW TX¶XQ
atterrissage  était  possible  et  que  les  conditions  de  vie  à  la  surface  de  Mars  étaient  favorables  ±
 SOXV TX¶DFWXHOOHPHQW (Q HIIHW OD WHPSpUDWXUH O¶HDX HW O¶DWPRVSKqUH SRXYDLHQW SHQVDLW-­on,  
FRQYHQLUjODYLHKXPDLQH/HVVXUYLYDQWVGpFLGqUHQWGRQFG¶HVVD\HUGHV¶\UHQGUHQe  fut-­ce  que  
pour  préserver  la  culture  de  la  race  /¶XQGHVpTXLSDJHVSULWODGpFLVLRQGHUHVWHUVXUOHKDXW
SODWHDX R OD SROOXWLRQ VHPEODLW PRLQV LPSRUWDQWH TX¶DLOOHXUV /HV TXDWUH DXWUHV WHQWqUHQW GH
partir  sur  Mars.  Quatre  seulement  y  arrivèrent  sains  et  saufs.  On  ne  sut  jamais  ce  que  devint  le  
cinquième  vaisseau.  
 
/HV pTXLSDJHV pWDLHQW IRUPpV G¶XQ QRPEUH pJDO G¶KRPPHV HW GH IHPPHV 'qV OHXU DUULYpH
O¶KLVWRLUH GH OHXUV DYHQWXUHV IXW FRQVLJQpH SDU pFULW (OOH FRQVWLWXH FH TXH O¶RQ DSSHOOH «  La  
Grande   Leçon  ».  
(WF¶HVWODSUHPLqUHFKRVHTXHO¶RQDSSUHQGDX[HQIDQWVHQFRUHDXMRXUG¶KXL  
Pendant  des  générations,  la  lutte  pour  la  vie  canalisa  toutes  les  énergies.  Les  conditions  de  vie  
étaient  très  dures  et  il  fallut  longtemps  pour  que  la  science  aéronautique  permette  les  voyages  

 
88  
LQWHUSODQpWDLUHV /HV KDELWDQWV FKRLVLUHQW G¶H[SORUHU O¶HVSDFH HW GH WURXYHU GHV SODQqWHV SOXV
favorables.   Certains   les   trouvèrent   G¶DXWUHV FRPPH PRL RQW SUpIpUp YLYUH GDQV OHV JUDQGHV
navettes   spatiales.   Nos   besoins   sont   vite   comblés   et,   si   un   matériau   planétaire   nous   est  
QpFHVVDLUH QRXV DOORQV OH FKHUFKHU VXU GHV SODQqWHV LQKDELWpHV $XFXQ rWUH GH QRWUH UDFH Q¶D
RXEOLp OHV OHoRQV GH O¶+LVWRLUH HW QRXV DYRQV WRXMRXUV GpYHORSSp QRV SURJUqV VRFLDX[ HW
spirituels   en   même   temps   que   QRV SURJUqV PDWpULHOV 'H SOXV QRXV DYRQV GpFLGp G¶DLGHU OHV
planètes  dont  les  orientations  scientifiques  semblent  conduire  aux  mêmes  déboires  que  ceux  que  
QRXVDYRQVFRQQXV«  
 
 
 
 
 
 
 
 

16  
LA  FANTASTIQUE  HISTOIRE  
DU  PR  HERNANDEZ  
 
 
QUI  EST  LE  Pr  R.N.  HERNANDEZ  ?  
 
Le  Pr  R.N.  Hernandez  est  un  scientifique  mexicain  respecté,  spécialiste  en  physique  nucléaire,  
ayant   produit   de   nombreuses   thèses   dans   son   pays.   Sa   recherche   fut   orientée   sur   les   effets   du  
QXFOpDLUH VXU O¶KRPPH HW LO IXW OH GLUHFWHXU GH O¶,QVWLWXW QDWLRQDO GH O¶pQHUJLH QXFOpDLUH j
O¶8QLYHUVLWpGH0H[LFR0DULpHWSqUHGHWURLVHQIDQWVLOMRXLVVDLWG¶XQHERQQHUHQRPPpH,OQH
V¶pWDLWMDPDLVLQWpUHVVpDX[RYQLVFRQVLGpUDQWOHVXMHWKRUVGHVHVSUpRFFXSDWLRQVVFLHQWLILTXHV  
Il   avait   cinquante   ans   lorsque   ses   aventures   «  extraordinaires  »   commencèrent.   Il   habitait   une  
jolie  maison  à  la  campagne,  non  loin  de  la  ville,  à  Tecamachalco.  Quelques  mois  avant,  il  avait  
reçu   un   prix   national   pour   ses   travaux   de   physique.   Il   était   heureux   avec   sa   femme   et   avait  
GHYDQWOXLODSHUVSHFWLYHG¶XQHUHWUDLWHSURFKHHWVDQVVRXFL  
 
9RLFL OHV FRQILGHQFHV TX¶LO D IDLWHV j XQH HQTXrWULFH PH[LFDLQH ELHQ FRQQXH SRXU VRQ VpULHX[
Zitha  Rodriguez  Montiel.  
 
RENCONTRE  ET  PHENOMENES  
 
Le  14  novembre  1972,  raconte-­t-­LOM¶pWDLVjO¶XQLYHUVLWpHQWUDLQG¶pFRXWHUXQHFRQIpUHQFHVXUOD
SpGLDWULH-HPHWURXYDLVDXIRQGGHODVDOOHHWMHYLVHQWUHUXQHSHUVRQQH&¶pWDLWXQHEHOOHMHXQH
femme   aux   caractéristiques   orientales  :   peau   très   blanche,   yeux   étirés,   cheveux   bruns   lui  
descendant   jXVTX¶DX[ pSDXOHV (OOH pWDLW PLQFH HW pODQFpH HW SRUWDLW XQ WDLOOHXU QRLU DYHF XQ
chemisier   de   même   couleur.   Ce   tissu   me   parut   lisse   et   brillant.   Elle   me   fixa   intensément  :   ses  
yeux   verts   semblaient   lumineux   tant   ils   brillaient   dans   la   demi-­pénombre   de   la   pièce.   Cela  

 
89  
P¶LQWULJXDHW MH IXV EHDXFRXS PRLQVDWWHQWLI j ODFRQIpUHQFH-H QHSRXYDLV P¶HPSrFKHUGH PH
retourner   pour   la   regarder   furtivement  ;;   nos   regards   se   croisaient   chaque   fois   et   un   frisson   me  
parcourait   la   colonne   vertébrale.   Tout   à   coup,   elle   ne   fut   plus   là  !   La   porte   de   la   salle,   restée  
jusque-­OjOpJqUHPHQWHQWURXYHUWHpWDLWGpVRUPDLVUHIHUPpH«  
 
Un  événement  insolite  se  produisit  sur  le  chemin  du  retour.  La  radio  de  la  voiture,  qui  susurrait  
XQH PXVLTXH GRXFH V¶LQWHUURPSLW EUXVTXHPHQW pPLW XQ son   bizarre,   puis   une   voix   claire,  
métallique  annonça  :  
-­  Vous  êtes  branché  sur  notre  fréquence,  homme  de  la  Terre  !  Vous  êtes  actuellement  en  phase  
primaire.  Vous  aurez  bientôt  des  nouvelles.  
,OQ¶\HXWSOXVDXFXQVRQSHQGDQWXQHGHPL-­heure  environ.  Puis  une  mélodie  reprit  et  je  rentrai  à  
ODPDLVRQ-HP¶DSHUoXVTX¶LOpWDLWSOXVWDUGTXHMHQHSHQVDLV0DLVMHQHP¶LQTXLpWDLSDVRXWUH
PHVXUH GH FHW LQFLGHQW -H SHQVDL DYRLU IDLW XQ GpWRXU LQYRORQWDLUH /D QXLW MH GRUPLV G¶XQ
profond  sommeil.  Bien  entendu,  je  ne   fis  aucun  rapprochement  entre  ce  phénomène  et  la   jeune  
femme.  
 
PRESENCES  FURTIVES  
 
Le   18   décembre   1972 M¶pWDLVDVVLVDXUHVWDXUDQWDYHFXQGH PHVDPLV&DUORVHQSOHLQHYLOOH
&DUORV HVW XQ DPL HW XQ FROOqJXH GHSXLV GHV DQQpHV -¶pWDLV DVVLV IDFH j OD SRUWH G¶HQWUpH HW
soudain  JE  LA  VIS  !  Sa  beauté  à  la  lumière  du  jour  me  stupéfia  ,OpPDQDLWG¶HOOHXQPpODQJH
GHFDQGHXUGHFRQQDLVVDQFHGHVLPSOLFLWpHWGHSDL[LQWpULHXUH(OOHQ¶pWDLWSDVVHXOHXQKRPPH
O¶DFFRPSDJQDLWKDELOOpG¶XQHVRUWHG¶XQiforme  portant  sur  le  côté  gauche  un  insigne  :  un  triangle  
GRUp GDQV XQ FHUFOH EOHX ,O pWDLW XQ SHX SOXV JUDQG TX¶HOOH HOOH PHVXUDLW  P HQYLURQ 
/¶KRPPHGXWVHEDLVVHUSRXUSDVVHUODSRUWH-HPHOHYDLEUXVTXHPHQW&DUORVPHUHJDUGDDYHF
étonnement.  
-­  Que  se  passe-­t-­il  ?  me  demanda-­t-­il.  
-HUHSULVPHVHVSULWVHWP¶DVVLVHQGLVDQW  :  
-­  5LHQ-¶DYDLVFUXUHFRQQDvWUHTXHOTX¶XQPDLVMHPHVXLVWURPSp  
/¶DSUqV-­PLGLMHFKHUFKDLGDQVODOLVWHGHPHVpWXGLDQWVGRQWMHGpWHQDLVOHVSKRWRVDYHFO¶HVSRLU
TX¶HOOH V¶\ WURXYDLW 0DLV QRQ (OOH pWDLW G¶DLOOHXUV XQ SHX WURS kJpH SRXU FHOD HOOH SDUDLVVDLW
avoir  trente  ans  environ.  
 
Le   13   janvier   1974MHSURMHWDLVGHVGLDSRVLWLYHVGDQV ODVDOOHG¶pWXGHSRXULOOXVWUHUPRQFRXUV
ORUVTX¶(//( (175$ WRXMRXUV YrWXH GH QRLU 'DQV O¶REVFXULWp GH OD SLqFH HOOH VHPEODLW
HQWRXUpHG¶XQHOpJqUHOXHXUYHUWSkOH&RPPHjO¶DFFRXWXPpHHOOHPHUHJDUGDLWLQWHQVpPHQW(W
ses  yeux  ne  clignaient  jamais  ¬ODIDYHXUGHO¶RPEUHMHSXVFDFKHUPRQWURXEOHjPHVpOqYHVHW
M¶HVVD\DLGHcontinuer  tant  bien  que   mal   mon   exposé.  Lorsque   les   lumières   se  rallumèrent,  elle  
DYDLWGLVSDUX-HGHPDQGDLDORUVjXQJDUoRQVLWXpSUqVGHODSRUWHV¶LODYDLWYXVRUWLUXQHMHXQH
femme   dont   je   lui   fis   la   description.   Il   me   regarda   comme   si   je   lui   parlais   G¶XQH EDFWpULH
inconnue  et  me  répondit  par  la  négative.  Je  me  sentis  confus.  
 
FULL-­CONTACT  
 
Le   22   décembre   1974 MH FKHUFKDLV GDQV OH ODERUDWRLUH GH O¶XQLYHUVLWp DYHF GHV FROOqJXHV XQ
nouveau   vaccin.   Il   faisait   froid   dans   le   bâtiment   et   nous   travaillions   en   silence.   Je   regardai   au  

 
90  
PLFURVFRSHXQHFHOOXOHSDUWLFXOLqUHORUVTX¶XQUD\RQGHVROHLOLOOXPLQDODSLqFH-HOHYDLOHV\HX[  :  
ELLE   ÉTAIT   LÀ,   DANS   LE   COULOIR,   ET   ELLE   ME   REGARDAIT  !   Sa   présence  
FRPPHQoDLWjPHGHYHQLUIDPLOLqUH-¶DYDLVO¶LPSUHVVLRQTXH  je  la  connaissais  depuis  longtemps  
HWTXHGDQVPRQVXEFRQVFLHQWMHO¶DWWHQGDLV  
-HGRQQDLGHVFRQVLJQHVjXQFROODERUDWHXUHWVRUWLV-¶HQWHQGLVVDYRL[SRXUODSUHPLqUHIRLV  :  -­
 Bonjour,  professeur  !      
Elle  me  sourit  sans  coquetterie  avec  candeur,  commHTXHOTX¶XQTXLDSODLVLUjUHYRLUXQDPL.  
-­  Bonjour,  madame,  lui  répondis-­je.  Pourquoi  me  cherchez-­vous  "&HODHVWpWUDQJH«$YH]-­vous  
GpFLGpGHSDVVHUXQSDFWHG¶DPLWLpDYHFPRL  ?  
-­  3URIHVVHXUMHVXLVYHQXHYRXVYRLUH[SUqV/¶pWUDQJHWpHVWSLUHTXHYRXV  croyez.  Attendez  et  
vous  verrez  !  
-­  Vous  êtes  venue  chaque  fois  pour  me  voir  ?  murmurai-­je  timidement.  
-­  &¶HVWH[DFW-HQHVXLVSDVG¶LFL0RQQRPVXUFHWWHSODQqWHFRPPHVXUOHVDXWUHVSODQqWHVTXH
MHYLVLWHHVW(/<$16(0DPLVVLRQHVWG¶HQTXrWHUVXU WRXVOHVW\SHVG¶LQWHOOLJHQFHTXLH[LVWHQW
GDQV O¶8QLYHUV HW TXH QRXV UHQFRQWURQV (Q FH PRPHQW PRQ WUDYDLO FRQVLVWH j pWXGLHU OH
développement  sociobiologique  de  votre  race.  
-­  Que  voulez-­vous  dire  "9RXVQ¶rWHVSDVGHOD7HUUH  ?  
-­  Non  !  Je  vous  expliquerai,  professeur.  Ma  planète  est  située  à  des  années-­OXPLqUHG¶LFL1RXV
YHQRQVSDUpWDSHV-HIDLVSDUWLHG¶XQJURXSHGHUHFKHUFKH-HVDLVTXHYRXVDOOH]DYRLUGXPDOj
me   croire  !   Le   groupe   avec   lequel   je   travaille   a   essayé   de   vous   contacter   par   télépathie,   mais  
YRXV Q¶rWHV SDV XQ ERQ UpFHSWHXU $XVVL M¶DL RSWp SRXU OH FRQWDFW GLUHFW 9RXV rWHV XQ KRPPH
objectif   avec   une   intelligence   analytique,   ce   sera   très   difficile   pour   vous   de   vaincre   votre  
scepticisme  !  Mais  je  vous  donnerai  des  informations  et  votre  RXYHUWXUHG¶HVSULWYRXVSHUPHWWUD
GH UHFRQQDvWUH O¶DXWKHQWLFLWp GH FHV IDLWV 9RXV rWHV XQ KRPPH KRQQrWH HW MH SHQVH TXH YRXV
SRXUUH]QRXVDLGHU«  
-­  Que   dois-­je   faire  " -H Q¶DL SDV O¶LQWHQWLRQ GH FKDQJHU PRQ PRGH GH YLH  !   Ce   que   je   viens  
G¶HQWHQGUHGpSDVVH  les  limites  de  ce  que  je  peux  admettre  !  répondis-­je  en  colère.  
-­  1RQ SURIHVVHXU -H VDLV TXH SRXU YRXV FH VHUD GLIILFLOH G¶DFFHSWHU QRWUH H[LVWHQFH PDLV
DSUqVWRXWFHQ¶HVWSDVSOXVpWUDQJHTXHG¶DFFHSWHUTXHOD7HUUHHVWSHXSOpHG¶rWUHVSHQVDQWV  !  
Doutez-­vous  de  votre  réalité  pendant  que  je  vous  parle  ?  
Je  reprenais  le  contrôle  de  moi-­même,  un  peu  ennuyé  par  mon  éclat  :  
-­  Pardonnez-­moi,  dis-­je,  mais  je  dois  retourner  à  mon  travail.  
-­  Une   minute,   professeur.   Pensez   à   quelque   chose   qui   vous   intéresse   ou   à   quelque   chose  
G¶LPDJLQDLUH«  
-­  Pourquoi  ?  
-­  -HYDLVGHYLQHUYRWUHSHQVpH«  
-HIHUPDLOHV\HX[HWSULVDXGpSRXUYXMHUpFLWDLGDQVPDWrWHO¶DOSKDEHWJUHF  
-­  Oh   non,   professeur   &¶HVW EHDXFRXS WURS VLPSOH DXWUH FKRVH TXH O¶DOSKDEHW JUHF  !   Posez-­
moi  une  question  mentale  !  
Je  commençai  à  me  calmer  et  à  me  prendre  au  jeu.  Je  pensai  :  
-­  Est-­LOYUDLTXHYRXVYHQH]G¶XQHDXWUHSODQqWH  ?  
-­  OUI  !  me  répondit-­elle.  
-­   Dans   ce   cas,   expliquez-­PRL SRXUTXRL YRXV SDUOH] VL SDUIDLWHPHQW O¶HVSDJQRO  !   (toujours  
mentalement).  
-­  6LPSOHPHQWSDUFHTXHM¶DLSULVODSHLQHG¶DSSUHQGUHYRWUHODQJXH9RXVVHULH]pWRQQpGXSHX
GHWHPSVTXHQRXVDYRQVSDVVpjFRQQDvWUHYRWUHPRQGH«  

 
91  
-­  Que  désirez-­vous  de  moi  ?,  continuai-­je  à  penser.  
-­  1RXVVRXKDLWRQVTX¶XQMRXUYRXVSXLVVLH]SDUOHU  de  nous.  On  nous  a  souvent  pris  dans  le  passé  
pour  des  êtres  célestes,  mais  nous  sommes  comme  vous,  à  quelques  variantes  près.  Nous  aimons  
la   vie  !   Nous   sommes   étonnés   que,   dans   cet   environnement,   des   êtres   puissent  la   détruire   avec  
tant  de  légèreté.  Nous  étudions  vos  réactions  et  nous  les  relions  à  la  brièveté  de  votre  vie.  Nous  
REVHUYRQV OHV UpDFWLRQV IDFH j OD PRUW GHV 7HUULHQV HW G¶DXWUHV LQWHOOLJHQFHV TXL RQW OH PrPH
comportement  que  vous.  
-­  Pour  quelle  raison  ?  
-­  Parce  que,  sur  des  planètes  comme  la  Q{WUHODPRUWQ¶H[LVWHSDV  
-­  (WF¶HVWSRXUFHODTXHYRXVrWHVYHQXV  ?  Vous  pensez  nous  apporter  une  nouvelle  religion,  peut-­
être  ?  Vous  savez,  je  suis  très  méfiant  envers  les  sectes  qui  pullulent  ici-­bas  !  
-­  Ne   pensez   pas   cela  !   De   la   même   façon   que   vous   SURJUHVVH] GDQV O¶pWXGH G¶XQH UpDFWLRQ
cellulaire,   nous   travaillons   à   éradiquer   certains   facteurs   génétiques   qui   portent   préjudice   à  
ERQQRPEUHGHUDFHVGDQVO¶8QLYHUVTXLRQWGHFHIDLWSHUGXODIDFXOWpGHSURGXLUHFHUWDLQV
antigènes.  
-­  Comment  savez-­vous  que  je  travaille  là-­dessus  ?  
-­  Nous  en  savons  beaucoup  sur  vous,  professeur  !  Demandez  et  je  vous  répondrai.  
-­  Comment  des  êtres  vivants  pourraient-­ils  ne  pas  mourir  ?  Quel  âge  avez-­vous  ?  
-­  La   dégénérescence   cellulaire,   responsable   de   la   décrépitude   de   la   vieillesse,   produit   une  
DQ[LpWpSHUPDQHQWHFKH]OHV7HUULHQV3OXVLHXUV UDFHVRQWWURXYpOHPR\HQG¶DOORQJHUOHXUYLH
&HQ¶HVWSDVXQVHFUHWPDLVXQHFRQQDLVVDQFHXQLYHUVHOOH3RXUFHX[GHPDUDFHMHVXLVHQFRUH
jeune   M¶DL QHXI FHQWV DQV GH YRV Dnnées,   mais   quelques   cycles   seulement   sur   ma   planète.  
-¶DLPHUDLVTXHYRXVUpIOpFKLVVLH]jFHTXHMHYRXVDLGLW-HVXLVWUqVSURFKHGHYRWUHHVSULW-H
veux  vous  dire  ceci  :  chaque  fois  que  vous  me  poserez  une  question  mentale,  je  vous  répondrai  
télépathiquement.  Notre  communication  sera  aussi  discrète  que  vous  le  désirerez.  
-­  Et  si  je  ne  vous  crois  pas  ?  répondis-­je,  
HQFRUHPpILDQWPDLVVHFUqWHPHQWIODWWpG¶rWUHO¶REMHWG¶XQHWHOOHDWWHQWLRQGHODSDUWG¶XQHDXVVL
jolie  femme.  Elle  me  regarda  longuement,  devinant  mes  pensées.  
-­  Ne   vous   mésestimez   pas,   professeur.   Vous   êtes   un   homme   évolué.   Vous   essayez,   comme   moi,  
G¶DSSOLTXHUWRXWHYRWUHFRQQDLVVDQFHHWG¶H[SpULPHQWHUSRXUHQVDYRLUSOXV9RXVDYH]SHXUTXH
je   veuille   me   moquer   de   vous.   Vous   désirez   tester   mon   cerveau  ?   Je   pourrais   refuser   et   vous  
laisser.   Néanmoins,   je   suis   venue   pour   vous   entretenir   du   futur   de   votre   fabuleuse   planète.  
Plusieurs  civilisations  vous  visitent  et  toutes  admettent  que  votre  Terre  est  un  milieu  privilégié.  
3RXUO¶LQVWDQWQHYRus  tourmentez  pas,  professeur,  gardez  votre  secret  !  Je  vous  dirai  quand  le  
moment  sera  venu  pour  vous  de  parler.  
 
(OOHSDUWLWDYHFXQSHWLWJHVWHG¶DGLHXGHODPDLQ-¶pWDLVSHUSOH[H-HUHVVHQWDLVjODIRLVODSHXU
G¶rWUHPDQLSXOpHWO¶H[FLWDWLRQGHFHWWHH[SpULHQFHLQDWWHQGXH-HPHGLVDLVTXHMHQ¶pWDLVSDVVHXO
VXU 7HUUH HW TXH ELHQ G¶DXWUHV VFLHQWLILTXHV PpULWDLHQW DX PRLQV DXWDQW TXH PRL G¶pWDEOLU XQH
collaboration  de  cette  sorte,  si  tout  cela  était  exact.  La  recommandation  de  garder  le  silence  était  
superflue.  Je  savais  que  personne  ne  me  croirait.  
 
'¶DXWUHV UHQFRQWUHV HXUHQW OLHX DYHF Elyanse,   que   le   Pr   Hernandez   appelait   plus   simplement  
Lya,   mais   dont   Zitha   Q¶D SDV SX UHWURXYHU WUDFH FDU GHV SDJHV PDQTXDLHQW GDQV OH MRXUQDO GX
professeur.  
 

 
92  
Les  notes  suivantes  datent  du  15  février  1975  :  
 
'HSXLVXQPRPHQWMHQ¶DLSDVUHYXLya0DLVXQHFKRVHpWUDQJHP¶HVWDUULYpH  M¶DLFRPPHQFpj
entendre  en   moi  une   voix   féminine  qui   me  parlait  ou  me  répondait.  Je   ne  suis  plus  sûr  de   mes  
SHQVpHV8QVRLURM¶pWDLs  avec  des  amis,  je  me  mis  à  parler  des  ovnis.  Les  avis  étaient  partagés,  
FHUWDLQV VH PRTXDLHQW GLVFUqWHPHQW G¶DXWUHV DGPHWWDLHQW OH SKpQRPqQH RX GLVFXWDLHQW -H SXV
détecter   les   amis   sur   lesquels   je   pourrai   compter   le   moment   venu.   Mais,   tout   à   coup,   la   voix  
LQWpULHXUHP¶LQWHUURPSLW  :  
-­  9RXVQ¶DYH]SDVjSDUOHUGHYRVH[SpULHQFHV  !   Vous  serez  témoin  de  phénomènes  beaucoup  
plus   intéressants.   Vous   devez   faire   très   attention   à   ce   que   vous   dites.   Apprenez   à   vous  
détendre,  à  contrôler  vos  émotions  et  vos  tensions,  vous  vous  sentirez  mieux.  
 
Je   me   suis   rendu   compte   que,   peu   à   peu,   mon   comportement   a   changé.   Le   tabac   me   donne   la  
QDXVpH-HVXLVPRLQVQHUYHX[-¶DYDLVO¶KDELWXGHGHERLUHGHX[WDVVHVGHFDIpOHVRLUjSUpVHQWLO
P¶DUULYH GH P¶HQ DEVWHQLU -H SHX[ Pe   concentrer   beaucoup   plus   facilement.   Mes   cours  
GHYLHQQHQWXQPRGqOHGDQVOHXUJHQUH-HVHQVTXHPHVSHUFHSWLRQVLQWpULHXUHVV¶DIILQHQWGHSOXV
HQSOXV«(WMHVDLVTXHMHGRLVWRXWFHODjLya  !    
 
LE  VOYAGE  EN  VAISSEAU  
 
Le  14  avril  1975,  je  bavardais  avec  mon  ami  Carlos.  Tout  à  coup,  je  perçus  un  ordre  intérieur  :  
-­  Rendez-­vous  ce  soir  à  22  heures  sur  la  route  de  Cocula.  Des  amis  veulent  vous  rencontrer  !  
 
Je   dus   quitter   Carlos   DVVH] UDSLGHPHQW -¶pWDLV IXULHX[ G¶rWUH DLQVL GLULJp VDQV rWUH FRQVXOWp QL
préYHQXjO¶DYDQFH'¶DXWDQWSOXVTXHMHSUHVVHQWDLVTXHODUHQFRQWUHVHUDLWpSURXYDQWHLya  avait  
compris  ma  réaction  et  essaya  de  me  rassurer  :  
-­  9RXV DOOH] FRQQDvWUH OD SOXV VLQJXOLqUH H[SpULHQFH TX¶XQ 7HUULHQ Q¶DLW MDPDLV YpFXH 9RXV
aurez  besoin  de  tout  votre  self-­control.  Préparez-­vous-­y  !    
,OpWDLWKHWM¶DYDLVWUqVSHXGHWHPSVGHYDQWPRL,OPHIDOODLWWURXYHUXQSUpWH[WHSRXUPD
femme,   ce   qui   me   gênait   beaucoup.   Je   lui   téléphonai,   lui   mentis   et   pris   rapidement   la   route   de  
Lomas   de   Chapultec.   LoUVTXH MH IXV GDQV OH GpVHUW GH /RV /HRQH M¶HXV O¶LPSUHVVLRQ TXH
O¶HQGURLW GX UHQGH]-­YRXV pWDLW SURFKH &¶(67 $/256 48( -( 3(5',6 /( &2175Ð/( '(
MA  VOITURE  -¶DYDLVO¶LPSUHVVLRQG¶rWUHXQDQLPDOSULVDXSLqJH/DYRL[jO¶LQWpULHXUGHPRL
me  suppliait  de  PHFDOPHU/DYRLWXUHV¶pWDLWHQJDJpHGDQVXQFKHPLQGHWHUUHGDQVXQVLOHQFH
GHPRUW9HUVKHOOHV¶DUUrWD/DYRL[PHGLWG¶DWWHQGUH'L[PLQXWHVHQYLURQV¶pFRXOqUHQW
PDLVHOOHV PHSDUXUHQWGHVKHXUHV)LQDOHPHQWYHUVKHXUHV MH YLVTXHOTX¶XQV¶DYDQFHU YHUV
moi.  &¶pWDLW/<$  !  
 
Je   sortis   de   la   voiture   et   elle   me   prit   la   main   pour   me   guider.   On   aurait   pu   nous   prendre   pour  
deux   amoureux   1RXV PDUFKkPHV PDLQ GDQV OD PDLQ SHQGDQW  NLORPqWUHV HQYLURQ MXVTX¶DX
EDV G¶XQH SHWLWH FROOLQH 7RXW j FRup,   un   grand   vaisseau   nous   apparut,   sortant   lentement   du  
QpDQW'HX[rWUHVHQGHVFHQGLUHQW-HFRQQDLVVDLVO¶XQG¶HX[  F¶pWDLWFHOXLTXLpWDLWDXUHVWDXUDQW
avec   Lya ,OV VH UHVVHPEODLHQW PDLV SDV FRPSOqWHPHQW ,OV VH SUpVHQWqUHQW HW P¶LQYLWqUHQW j
monter1RXVSDVVkPHVWRXVGDQVODFKDPEUHGHGpFRQWDPLQDWLRQHWDSUqVDYRLUHQILOpG¶DXWUHV
vêtements,  nous  nous  installâmes  sur  des  sièges.  Lya  P¶DYHUWLWGHELHQUHJDUGHUFDULOQ¶\DXUDLW

 
93  
SDV GH VHFRQGH IRLV 'XUDQW OH YRO LOV P¶H[SOLTXqUHQW TXH QRXV QRXV rendions   en   Alaska   en  
passant  au-­dessus  des  États-­Unis.  
 
Je  reconnus  parfaitement   la   vallée  du  Yukon  et  la  chaîne   volcanique  avec  ses  pics  enneigés  de  
 PqWUHV GH KDXWHXU /H YDLVVHDX V¶LPPRELOLVD j  PqWUHV G¶DOWLWXGH HQYLURQ MXVWH DX-­
GHVVXVGHO¶vOH.RGLDN2QP¶DYHUWLWTX¶jTXHOTXHVNLORPqWUHVGHOjXQSRUWH-­avions,  se  préparant  
jH[pFXWHUTXHOTXHVWHVWVpWDLWFKDUJpG¶XQHORXUGHFKDUJHHWTX¶XQHERPEHDOODLWH[SORVHU6XU
le   tableau   de   bord,   nous   entrevîmes   au   radar   le   bâtiment   de   guerre   qui   filait   à   toute   vitesse   en  
direction  des  États-­Unis.  
 
Les   deux   compagnons   de   Lya   VDYDLHQW H[DFWHPHQW R FHWWH ERPEH G¶XQH SXLVVDQFH MDPDLV
égalée  jusque-­là,  allait  exploser.  Nous  tournions  autour  du  site.  Je  leur  demandai  si  les  radars  ne  
pouvaient  pas  nous  iQWHUFHSWHU,OVP¶DVVXUqUHQWTX¶LOVDYDLHQWGpSOR\pXQHIUpTXHQFHOXPLQHXVH
négative,  de  manière  à  rendre  le  vaisseau  invisible.  
9HUV PLQXLW GHX[ ERPEDUGLHUV GH O¶$LU )RUFH DSSDUXUHQW /¶XQ G¶HX[ OkFKD OD ERPEH -H FUXV
mes   derniers   jours   arrivés.   On   réglD O¶pFUDQ VXU OH OLHX G¶LPSDFW  HW M¶HQWHQGLV XQ FKXLQWHPHQW
SXLV SOXV ORLQ OH EUXLW GH PRWHXU GHV DYLRQV TXL V¶HVTXLYDLHQW 6XU OD PHU XQH pQRUPH
WXUEXOHQFHVHSURGXLVLWTXHO¶RQGXWHQWHQGUHGHWUqVORLQ«1RWUHYDLVVHDXGHVFHQGLWHQFRUH-H
considérai  cela  comme  un  suicide.  Mais  Lya  me  rassura.  À  ce  moment,  un  énorme  bruit  retentit.  
-­  &¶HVWODOLEpUDWLRQGHVDWRPHV,  expliqua-­t-­elle.  
1RXVpWLRQVj PqWUHVG¶DOWLWXGHHWOHVGHX[FRPSDJQRQVGH Lya  V¶DFWLYDLHQWDYHFXQWUqV
gros  appareil.  
-­  Nous   devoQV DVSLUHU WRXWHV OHV SDUWLFXOHV DWRPLTXHV DYDQW TX¶HOOHV QH VH GLVSHUVHQW 1RXV
éliminons   ainsi   le   maximum   de   contamination.   Une   partie   de   la   radioactivité   est   aussi  
neutralisée.  
 
/¶RSpUDWLRQ GXUD XQH KHXUH HQYLURQ $SUqV TXRL OH YDLVVHDX PRQWD MXVTX¶DX[ ceintures   de   Van  
Allen,   y   déchargea   les   particules   ionisées,   puis   nous   revînmes   au-­dessus   de   la   mer.   Tout   allait  
bien.  Nous  respirions  plus  librement.  Ces  E.T.  venaient  de  sauver  les  Terriens  des  effets  négatifs  
de   cette   explosion.   Je   leur   étais   parfaitement   reconnaissant,   car   je   me   rendais   compte   que   des  
gens   que   nous   ne   connaissions   pas   nous   aidaient   à   minimiser   les   actes   fous   et   criminels   des  
PLOLWDLUHV&HVrWUHVP¶H[SOLTXqUHQWTX¶LOVIDLVDLHQWFHODGHSXLVOHGpEXWGHVHVVDLVQXFOpDLUHV  
Lorsque   nous   reYvQPHV j O¶HQGURLW GRQW QRXV DYLRQV GpFROOp OHV ODUPHV FRXODLHQW VXU PRQ
visage  MHPHOLEpUDLVGHWRXWHODSHXUHWGHWRXWHODWHQVLRQTXLP¶DYDLHQWVDLVL Lya  me  calma,  
avec  douceur  et  bonté.    
Il   était   0   h   30   lorsque   je   retrouvai   ma   voiture.   Au   moment   où   je   démarrai,   la   Lune   se   levait  
PDMHVWXHXVHPHQW/HYDLVVHDXVSDWLDO DYDLWGHSXLVORQJWHPSVGLVSDUX-¶DUULYDLFKH] PRL YHUV
heures  du  matin.  Ma  femme  se  réveillait.  Elle  était  très  irritée  et  ne  comprenait  pas  mon  absence  
QRFWXUQH 0DLV LO P¶pWDLW LPSRVVLEOH GH OXL GLUH OD YpULWp (OOH QH SRXYDLW LPDJLQHU TXH M¶pWDLV
SUREDEOHPHQW OH VHXO 7HUULHQ j DYRLU YX XQH H[SORVLRQ DWRPLTXH GH VL SUqV HW j V¶HQ rWUH VRUWL
sans  dommage.  
 
/<$5$&217(/(625,*,1(6'(/¶+80$1,7(  
 
$YDQWO¶KRPPHOD7HUUHRFFXSDLWODTXatrième  place  dans  le  système  solaire.  Sur  la  troisième  
RUELWHVHWURXYDLWXQHpQRUPHSODQqWHVXVFHSWLEOHG¶DFFXHLOOLUODYLH2QO¶DSSHODLW0DOGHN6XU

 
94  
7HUUHLOQ¶H[LVWDLWTX¶XQVHXOJUDQGFRQWLQHQW3OXVLHXUVUDFHV\IXUHQWLPSODQWpHV/DSUHPLqUH
fut   appelée   «  rouge  »   ou   «  cuivrée  »   HOOH SURVSpUD ORQJWHPSV '¶DXWUHV DUULYqUHQW HQVXLWH  :  
celle   désignée   par   le   mot   «  nordique  »,   puis   la   «  noire  »   et   la   «  jaune  ».   Ces   diverses   ethnies  
avaient  été  placées  chacune  à  un  endroit  où  le  climat  lui  était  le  plus  favorable.  Chacune  avait  
VRQPpWDEROLVPHVSpFLILTXHHWFXOWLYDLWOHVSODQWHVTXLOXLFRQYHQDLHQWOHPLHX[1¶pWDQWSDVWURS
proches   les   unes   des   autres   et   se   suffisant   à   elles-­PrPHV LO Q¶\ DYDLW DXFXQH FRQWHVWDWLRQ j
propos  de  leurs  territoires  respectifs.  La  Terre  était  un  véritable  paradis.  Elle  attirait  beaucoup  
G¶pPLJUDQWVSDUVHVULFKHVVHVYpJpWDOHDQLPDOHHWVXUWRXWPLQpUDOH  
 
Chaque  race  pure  a  son  odeur  particulière,  ses  vibrations  spécifiques.  Les  Japonais  et  les  Noirs  
VRQW FHX[ GRQW O¶RUJDQLVPH V¶DGDSWH OH PLHX[ j GHV FOLPDWV GLIIpUHQWV HW j XQH DOLPHQWDWLRQ
diversifiée.   La   race   blanche   succéda   en   importance   à   la   race   cuivrée.   Ses   ancêtres   venaient  
G¶XQH SODQqWH GH YRWUH JDOD[LH TXL V¶pWDLW DXWRGpWUXLWH 6HV PHPEUHV pWDLHQW GH EULOODQWV
cerveaux.   Ces   hommes   avaient   atteint   une   sorte   de   perfection  :   physique   superbe,   état  
émotionnel   stable,   tendance   au   spirituel   et   au   sublime.   Mais,   peu   à   peu,   la   connaissance   de  
QRPEUHX[ VHFUHWV GH O¶8QLYHUV GRQQD j FHUWDLQV VFLHQWLILTXHV OH GpVLU GH SXLVVDQFH &ela  
commence  toujours  ainsi,  et  les  catastrophes  se  succèdent.  
 
$SUqV SOXVLHXUV FHQWDLQHV G¶DQQpHV OD SUROLIpUDWLRQ GH O¶HVSqFH KXPDLQH D FRPPHQFp j SRVHU
des   problèmes.   Il   y   eut   des   contestations   territoriales,   puis   des   invasions   et   des   guerres.   Les  
civiOLVDWLRQV H[WpULHXUHV V¶DSHUoXUHQW TXH OH 7HUULHQ pWDLW YLROHQW HW EHOOLTXHX[ HW TX¶LO QH
respectait   pas   les   lois   cosmiques.   En   revanche,   bien   avant   les   autres,   les   races   rouges   ou  
cuivrées   avaient   été   les   héritières   de   la   connaissance   interplanétaire.   Elles   avaient   évolué  
SDFLILTXHPHQW HW DVVH] UDSLGHPHQW PRUDOHPHQW HW VSLULWXHOOHPHQW 2Q GpFLGD TX¶HOOHV
UHSUpVHQWDLHQWOHW\SHSDUIDLWGHO¶KRPPHWHUUHVWUH(OOHVIXUHQWUHWLUpHVGHOD7HUUH QHUHVWqUHQW
que  des  hybrides,  dont  les  plus  proches  de  la  race  originelle  sont  les  anciens  Égyptiens).  
9RVDQFrWUHVFRQQDLVVHQWSDUIDLWHPHQWQRWUHH[LVWHQFHHWFHOOHG¶DXWUHVFLYLOLVDWLRQVJDODFWLTXHV  
 
TECHNOLOGIE  DIABOLIQUE  SUR  ATLANTIS    
 
De  grands  scientifiques  venus  de  Maldek  émigrèrent  sur  la  Terre,  qui  leur  semblait  idéale  pour  
H[SpULPHQWHU OHXUV GpFRXYHUWHV VFLHQWLILTXHV ,OV pWXGLqUHQW O¶RULJLQH GH O¶KRPPH HW XWLOLVqUHQW
OHVDQLPDX[HQYRLHG¶H[WLQFWLRQFDXVDQWGHWHUULEOHVHWPRQVWUXHXVHVPXWDWLRQVHQWUHOHVJqQHV
des   hommes   et   ceux   des   animaux   (voir   la   mythologie   égyptienne).   Grâce   à   leurs   armes   très  
performantes,   ils   dominèrent   la   planète   entière.   Ils   créèrent   des   esclaves   humains   pour   les  
VHUYLU,OVILUHQWYHQLUGHVDQLPDX[G¶DXWUHVSODQqWHVSRXUH[SpULPHQWHUDXQLYHDXQRQVHXOHPHQW
des   recherches   génétiqueV PDLV DXVVL GX FORQDJH /HV PRQVWUHV TX¶LOV SURGXLVLUHQW HQ
laboratoire   étaient   confrontés   à   des   esclaves   terrestres   dans   des   jeux   de   cirque.   Leurs  
H[SpULPHQWDWLRQV DOOqUHQW MXVTX¶j IDLUH GHV WHVWV VXU OD UpVLVWDQFH KXPDLQH VRLW DYHF GHV JD]
toxiques,   soit   avec   des   virus,   provoquant   de   grandes   épidémies   incontrôlables   qui   décimèrent  
des  nations  entières.  
 
Les  Maldékiens  devinrent  très  inquiets.  Mais  ceux  qui  étaient  devenus  terrestres  ainsi  que  leurs  
descendants  ne  tenaient  pas  à  suivre  les  lois  universelles,  dont  la  première  était  le  respect  de  la  
vie.   Tous   les   scientifiques   étaient   regroupés   dans   le   centre   du   grand   continent,   dans   une   ville  
DSSHOpH $WODQWLV /HV pWRLOHV LUUDGLDLHQW VXIILVDPPHQW G¶pQHUJLH SRXU SURSXOVHU GH JUDQGV

 
95  
vaisseaux  à  grandes  distances.  Mais  cela  ne  leur  suffisait  pas,  ils  désiraient  connaître  le  secret  
GH O¶DQWLPDWLqUH /¶DQWLPDWLqUH SUpFLVH /\D HVW XQH PDWLqUH GRQW OD SRODULWp HVW LQYHUVpH 
$SUqV GHV DQQpHV G¶pWXGHV DSSURIRQGLHV HW G¶H[SpULPHQWDWLRQV LOV WUDYDLOOqUHQW VXU OH   pouvoir  
PDJQpWLTXHTXLSURGXLWODYLHGHYLQDQWTXHO¶DQWLPDWLqUHHWO¶DQWLPDJQpWLVPHpWDLHQWOLpV  
 
,OV YRXODLHQW j OD IRLV GRPLQHU OD SV\FKp KXPDLQH HW O¶pQHUJLH ELRORJLTXH TXL DQLPH O¶KRPPH
ainsi  que  la  dynamique  qui  entretient  le  mouvement  des  planètes  et  des  étoiles.  Pouvoir  à  la  fois  
diriger   le   processus   de   la   vie   physique   et   psychique,   et   contrôler   les   orbites   et   la   rapidité   des  
planètes  leur  aurait  donné  la  puissance  suprême,  non  seulement  sur  la  Terre,  mais  aussi  sur  tout  
le  système  solaire.  Et  ils  y  arrivèrent  !  
 
,OV SRVVpGDLHQW GpMj XQH DUPH TXL WUDQVIRUPDLW OHV FRUSV YLYDQWV HQ DQWLPDWLqUH GDQV O¶HVSDFH
&HWWHDUPHWXDLWOHFRUSVSK\VLTXHPDLVO¶HVVHQFHpQHUJpWLTXH SV\FKp VXEVLVWDLW8QHSXLVVDQWH
énergie  mentale  retient  la  plus  grande  part  de  la  vitalité  et  la  mémoire,  et  peut  persister  pendant  
des  siècles.  Les  planètes  qui  possèdent  la  vie  possèdent  la  mémoire.  À  partir  de  cette  arme,  de  
SHUIHFWLRQQHPHQWHQSHUIHFWLRQQHPHQWLOVILQLUHQWSDUFUpHUO¶DUPHGLDEROLTXH(OOHSRVVpGDLWXQ
réacteur  antinucléaire  et  antiénergie  ;;  elle  était  en  même  temps  un  désintégrateur  de  molécules,  
XQ GpVWDELOLVDWHXU PDJQpWLTXH HW XQH IRUFH QHXWUDOLVDQW RX FDSWDQW O¶pQHUJLH GH WRXWH QDWXUH
Avec   elle,   on   pouvait   détruire   la   vie   sous   toutes   ses   formes,   mais   ausVL DQQLKLOHU O¶pQHUJLH
SV\FKLTXHHWVSLULWXHOOHGHO¶rWUHKXPDLQ,OVXIILVDLWGHODIRFDOLVHUVXUXQHFLEOH  :  elle  agissait  en  
GpWHFWDQWOHVRQG¶XQHUHVSLUDWLRQRXO¶H[SLUDWLRQGHVYpJpWDX[  
 
GUERRE  INTERPLANETAIRE    
 
Cette  arme  ne  doit  être  la  propriété   TXHGHVJUDQGHVFLYLOLVDWLRQVTXLSHXYHQWV¶HQVHUYLUSRXU
rectifier   les   orbites   de   certaines   planètes,   énergétiser   des   mondes,   etc.   Mais   les   scientifiques  
G¶$WODQWLV VDFKDQW TXH OH V\VWqPH VRODLUH VH VLWXDLW VXU OH ERUG GH OD JDOD[LH ELHQ ORLQ GH FHV
gUDQGHVFLYLOLVDWLRQVVHVHQWDLHQWjO¶DEULGHVUHSUpVDLOOHV/HV0DOGpNLHQVIXUHQWWUqVLQTXLHWV
Ils  se  sentaient  responsables  de  ce  qui  pouvait  arriver  sur  Terre.  Ils  envoyèrent  une  délégation  
VXU FHWWH GHUQLqUH SRXU GHPDQGHU O¶DEDQGRQ GX SURMHW 0DLV Ll   était   trop   tard  !   Les   Terriens  
avaient   acquis   la   puissance   diabolique   universelle   et   ils   refusèrent   tout   compromis.   Les  
Maldékiens   leur   déclarèrent   la   guerre.   Celle-­ci   dura   une   année   terrestre   et   les   belligérants  
étaient  à  forces  égales.  
 
On  utilisait  à  O¶pSRTXHGHVDUPHVWKHUPRQXFOpDLUHVGRQWOHF°XUVHVLWXDLWGDQVGHVRJLYHV 6L
YRXVFRQFHQWUH]XQHVHXOHJRXWWHGHO¶pQHUJLHFRQWHQXHGDQVFHVRJLYHVYRXVSRXYH]IDLUHYROHU
un  avion  pendant  cent  ans   0DLVO¶DUPHQRXYHOOHQ¶DYDLWSOXVULHQjYRLUDYHF  cela.  Les  forces  
EHOOLJpUDQWHVV¶pTXLOLEUDQWODJXHUUHV¶pWHUQLVHUDLW«$ORUVOHVVFLHQWLILTXHVG¶$WODQWLVXWLOLVqUHQW
LA  BOMBE,  bien  que  ceux  de  Maldek  leur  enjoignirent,  encore  une  fois,  de  la  désactiver  dans  
O¶LQWpUrW GH OHXU SURSUH VXUYLH 0DOGHN UHoXt   la   charge   de   plein   fouet  !   Elle   perdit   une   grande  
partie  de  son  champ  magnétique,  commença  à  se  déstabiliser  et  son  énergie  diminua.  Aussi  ses  
habitants  décidèrent-­LOVGHUpSOLTXHUDYDQWG¶DEDQGRQQHUOHXUSODQqWHPDODGH,OVSULUHQWSRXU
cible  le  centre  du  continent.  Un  puissant  rayon  sortit  des  laboratoires  maldékiens  et  tomba  sur  
ODJUDQGHFLWp$WODQWLVTXLHQXQHVHXOHQXLWV¶HQIRQoDVRXVOHVHDX[  
 

 
96  
/D7HUUHV¶RXYULWHQGHX[PRUFHDX[TXLV¶pORLJQqUHQWO¶XQGHO¶DXWUHDXFRXUVGHVVLqFOHVHWVH
fracWXUqUHQW SHX j SHX /HV JUDQGHV YLOOHV HQFRUH LQWDFWHV IXUHQW DYHUWLHV TX¶XQH LQRQGDWLRQ
pouvait   les   détruire.   Les   habitants   construisirent   de   grandes   embarcations   dans   lesquelles   on  
SRXYDLWVXEVLVWHUHQDWWHQGDQWTX¶XQFDOPHUHODWLIUHYLHQQH/¶DUPHTXLétait  protégée  dans  une  
JUDQGH S\UDPLGH IXW SUpFLSLWpH DX IRQG GH O¶RFpDQ Oj R HOOH VH WURXYH HQFRUH GDQV OHV vOHV
Bimini  actuelles),  affaiblie  mais  toujours  active.  
 
LA  FIN  DE  MALDEK    
 
Les  grandes  civilisations  vinrent  en  aide  aux  Maldékiens  et  les  aiGqUHQWjVXUYLYUHVXUG¶DXWUHV
planètes.   Maldek   devint   une   planète   errante.   Elle   heurta   sa   plus   proche   voisine,   Mars,   puis  
-XSLWHU SXLV OD 7HUUH (QILQ HOOH H[SORVD '¶pQRUPHV DpUROLWKHV WRPEqUHQW FRPPH XQH SOXLH
G¶pWRLOHVVXUOHVSODQqWHVDGMDFHQWHV&Hrtains  sont  dans  les  anneaux  de  Saturne,  et  les  plus  gros  
IRUPqUHQW OD FHLQWXUH G¶DVWpURwGHV HQWUH 0DUV HW -XSLWHU /¶D[H GH OD 7HUUH VH UHQYHUVD HW
oscilla  VDVWDELOLWpQ¶HVWSDVHQFRUHUpWDEOLHDFWXHOOHPHQW  
 
&¶HVW DORUV TXH SRXU O¶pTXLOLEUHU HW SRXU DEVRUEHU OH VXUSOXV G¶pQHUJLH TX¶DYDLW UHoX QRWUH
SODQqWH OHV 3OpLDGLHQV FRQoXUHQW XQ JUDQG SURMHW '¶DERUG JUkFH j GH SXLVVDQWV SURMHFWHXUV
G¶pQHUJLH FRQGHQVpH LOV VDXYqUHQW OHQWHPHQW O¶RUELWH GH OD 7HUUH ,OV VH PLUHQW HQVXLWH j OD
UHFKHUFKH G¶XQ SODQpWRwGH VXVFHSWLEOH G¶rWUH SODFp HQ RUELWH DXWRXU GH OD SODQqWH ,OV
cherchèrent  une  étoile  entourée  de  deux  planètes  inhabitées,  en  fin  de  vie  mais  encore  capables  
de  recevoir  un  peu  de  chaleur,  et  dont  la  fonction  de  photosynthèse  subsistait.  Ils  en  choisirent  
XQHHWO¶DPHQqUHQWGDQVOHV\VWqPHVRODLUH  
«  3RXU FHWWH JUDQGH FLYLOLVDWLRQ F¶pWDLW IDFLOH,   remarque   Lya,   mais   nous,   les   Andromédiens,  
qui  observions  les  opérations,  nous  étions  en  admiration  devant  une  telle  science  !  »    
 
La   Lune   permit   donc   de   réWDEOLU O¶pTXLOLEUH DSSUR[LPDWLI GH O¶D[H WHUUHVWUH  ;;   de   plus,   étant   en  
YRLH G¶H[WLQFWLRQ HOOH DEVRUEDLW FRPPH XQH pSRQJH WRXWH O¶pQHUJLH HQ H[FqV SURYHQDQW GH OD
FROOLVLRQ HW GX UDSSURFKHPHQW DYHF OH 6ROHLO ¬ SUpVHQW HOOH FRQWLQXH G¶DEVRUEHU O¶pQHUJLH Hn  
VXUFKDUJH FHOOH GHV H[SORVLRQV VRODLUHV FHOOH GHV H[SpULPHQWDWLRQV DWRPLTXHV«  PDLV HOOH
décharge   aussi   les   humains   et   les   vide   parfois   de   leur   énergie   vitale.   Cependant,   son   action  
pTXLOLEUDQWHVXUO¶D[HRUELWDOGHOD7HUUHUHVWHHQFRUHIRQGDPHQWDOHPent  indispensable.  
 
$SUqV FHV FRQYXOVLRQV OD SODQqWH RFFXSD OD WURLVLqPH SRVLWLRQ DXWRXU GX 6ROHLO HW O¶pQHUJLH
solaire   augmentant   apporta   une   vitalité   plus   grande   aux   végétaux,   aux   animaux,   et   bien   sûr   à  
O¶KRPPH PDLV HOOH OH ILW YLHLOOLU HQFRUH SOXV YLte).   Les   deux   satellites   de   Mars,   Phobos   et  
Deimos,  ont  été  amenés  de  la  même  façon  et  placés  diamétralement  autour  de  Mars  dans  un  but  
identique.   Ils  furent   adaptés   et   énergétisés.   Ces   deux   satellites   contiennent   encore   une   énergie  
propre  plus  importante  que  celle  de  la  Lune.  
 
Après   la   grande   catastrophe,   les   grandes   civilisations   détruisirent   toutes   les   archives  
scientifiques  et  autres  qui  pourraient  conduire  à  la  récupération  ou  la  duplication  de  la  bombe  
SDUOHV7HUULHQV/¶KRPPHGHOD7HUUHDYDLWSHUGX  sa  place  au  sein  des  civilisations  avancées.  
 
LE  RETOUR  DES  XHUMZ    
 

 
97  
Il  y  a  six  mille  ans,  débarqua  sur  Terre  une  civilisation  avancée  mais  terriblement  ambitieuse  et  
perverse,  les  Xhumz.  Ils  étaient  plus  grands  que  les  Terriens  et  furent  appelés  les  Géants.  Ils  se  
métissèrent  avec  des  Terriennes  et  leurs  enfants  furent  appelés  les  Héros  des  temps  anciens  ou  
les   Titans.   Toutes   les   civilisations   du   Moyen-­2ULHQWIRQW SHQVHU j FHV rWUHV TXH O¶RQ GpLILD OD
Bible   en   particulier).   ,OV Q¶RQW SDV DSSRUWp OD SDL[ sur   Terre,   bien   au   contraire,   et   ils   sont  
venus  assez  régulièrement.  
 
Lya  SDUODG¶HX[DXPr  Hernandez  :  
 
-­   0RQ JURXSH P¶D GHPDQGp GH YRXV DYHUWLU FDU QRXV VRPPHV V€UV TX¶LOV RQW O¶LQWHQWLRQ
G¶HQYDKLUYRWUHSODQqWH&HVrWUHVPpSULVHQWWRWDOHPHQWYRWUHVFLence  boiteuse.  Ils  ont  repéré  des  
spécimens  de  votre  race  et  les  ont  clonés  afin  de  les  placer  sur  Terre  par  la  suite.  Ils  créent  de  
nouvelles   créatures   et   insèrent   des   implants   pour   vous   dominer.   Cette   race   est   classifiée   dans  
nos  archives  comme  les  Xhumz.  Ils  ont  estimé  vos  chances  de  survie  en  analysant  la  biosphère,  
ODVWUDWRVSKqUHHWF,OVRQWPrPHWUDQVPLVDX[KRPPHVGHVDYDQFpHVWHFKQRORJLTXHVTXLQ¶RQW
IDLW TX¶DJJUDYHU O¶pWDW GH OD SODQqWH ,OV VH VRQW IDLW SDVVHU SRXU GHV GLHX[ ,OV RQW YLROp YRV
IHPPHV HW UpGXLW OHV 7HUULHQV HQ HVFODYDJH ,OV RQW HVVD\p G¶HIIDFHU GH YRV FHUYHDX[ OHV
VHQWLPHQWV TXL VRQW XQ REVWDFOH j OHXU SXLVVDQFH (X[ Q¶RQW SOXV DXFXQH RQFH GH SLWLp QL GH
compassion.  Ils  connaissent  parfaitement  vos  points  vulnérables  et  savent  que  vous  avez  souffert  
G¶DOWpUDWLRQVJpQpWLTXHV,OV SUpWHQGHQW TXH SXLVTXH O¶KRPPH HVW HQ WUDLQ GH VH GpWUXLUH OXL-­
PrPH DXWDQW DFFpOpUHU OH SURFHVVXV HQ DFFURLVVDQW O¶DJUHVVLYLWp HW OD YLROHQFH ,OV Q¶DXURQW
même   pas   à   combattre   les   quelques   survivants   lRUVTX¶LOV V¶LQVWDOOHURQW GpILQLWLYHPHQW VXU
Terre.   ,OV YLHQQHQW G¶XQ V\VWqPH VLWXp j SOXV G¶XQH FHQWDLQH G¶DQQpHV-­OXPLqUH G¶LFL ,OV
Q¶XWLOLVHQW SDV OHV DUPHV DWRPLTXHV 3RXU WXHU XQ 7HUULHQ LO OHXU VXIILW G¶DVSLUHU VRQ FDSLWDO
G¶K\GURJqQHVWRFNpGDQVVRQ  métabolisme.  Ils  dominent  presque  tous  vos  gouvernements  depuis  
1914.  Méfiez-­vous,  leur  sang  est  différent  du  vôtre  !  
-­  Mais  que  pouvons-­nous  faire  ?    
-­  9RXVSRXYH]REWHQLUO¶DLGHG¶DXWUHVFLYLOLVDWLRQVVLYRXVUHVSHFWH]OHVORLVGHODYLH«'¶DXWUH
part,   LO VXIILW G¶XQ JURXSH UpVROX j OHXU EDUUHU OD URXWH SRXUOHVIDLUH UHFXOHU /HV ;KXP] VRQW
WURSRUJXHLOOHX[SRXUDGPHWWUHXQHRSSRVLWLRQHWLOVQHVHVDWLVIRQWTXHG¶XQHYLFWRLUHSOHLQHHW
entière   /HV KXPDLQV RQW KpULWp GH O¶LQpYLWDEOH WHQGDQFH j OD GHVtruction.   Finalement,   votre  
civilisation  est  entièrement  centrée  sur  la  mort  au  lieu  de  se  focaliser  sur  la  vie.  
-­  Connaissez-­vous  le  grand  défi  de  toute  humanité  ?  
-­   La   survivance   de   sa   propre   espèce  !   Vous   avez   le   devoir   de   faire   cesser   vos   querelles.   À   ce  
PRPHQWOHVJUDQGHVFLYLOLVDWLRQVSRXUURQWVDXYHUHWUHVWDXUHUODPDJQLILFHQFHSHUGXHGHO¶$'1
humain.  
 
/$),1'(/¶+,672,5(  
 
Zitha   Rodriguez   Montiel   a   vu   le   Pr   Hernandez   pour   la   dernière   fois   en   1981.   Elle   voulut   le  
rencontrer   et   se  rendit   chez   lui.   OU OD PDLVRQ TX¶LO KDELWDLW DYDLW pWp YHQGXH (OOH UHQFRQWUD VD
IHPPHTXLOXLGLWTXHVRQPDULpWDLWWRXMRXUVDEVHQWGHODPDLVRQHWTX¶LOVQHV¶HQWHQGDLHQWSOXV
(OOH pWDLW SHUVXDGpH TX¶LO OD WURPSDLW ,OV V¶pWDLHQW VpSDUpV HW DYDLHQW YHQGX OD PDLVRQ /H  
professeur  vivait  seul,  à  Cuantla.  
   

 
98  
(Q  V¶pWDQW VpULHXVHPHQW EU€Op DX JHQRX LO HQWUD j O¶K{SLWDO /D JXpULVRQ IXW WUqV UDSLGH
LQH[SOLFDEOHPHQW /RUVTX¶RQ OXL GHPDQGD FRPPHQW LO V¶pWDLW EU€Op LO UpSRQGLW TXH F¶pWDLW HQ
GHVFHQGDQWG¶XQHVRXFRXSHYRODQWH/HVPpGHFLQVOHSODFqUHQWGDQVO¶XQLWpSV\FKLDWULTXHFDULOV
pWDLHQW SHUVXDGpV TX¶LO DYDLW SHUGX OD UDLVRQ 6D IHPPH VHV HQIDQWV HW VHV DPLV SHQVqUHQW OD
même   chose.   Tous   les   tests   psychologiques   établirent   une   intégrité   psychique   sans   équivoque.  
On  le  laissa  partir  au  bout  de  quatre  mois.    
Il   revint   dans   sa   famille.   Mais,   devenu   de   plus   en   plus   taciturne,   ne   pouvant   parler   de   ses  
rencontres  sans  voir  sourire  ses  interlocuteurs,  il  quitta  la  maison  un  matin,  deux  ans  plus  tard.  Il  
partit  sans  rien  ePSRUWHUQLDUJHQWQLPrPHVDPRQWUH2QO¶DSHUoXWFHMRXU-­là,  assis  tristement  
sur   un   banc.   Plus   personne   ne   le   revit.   Sa   femme   fut   un   moment   soupçonnée   de   meurtre   et  
ORQJXHPHQWLQWHUURJpH0DLVOHFRUSVQ¶D\DQWMDPDLVpWpUHWURXYpO¶HQTXrWHIXWFODVVpH.  
 
Zitha   DOOD WURXYHU O¶pSRXVH PHXUWULH HW HVVD\D GH OXL H[SOLTXHU O¶KLVWRLUH GH VRQ PDUL 0DLV OD
femme  ne  voulut  rien  entendre.  Malheureusement,  elle  avait  détruit  les  notes  du  professeur  après  
en  avoir  donné  quelques-­unes  aux  policiers.  Il  ne  restait  à  Zitha  que  ce  que  Hernandez  lui  avait  
confié,  oralement  et  par  écrit.    
/¶HQTXrWULFHSHQVHHWHVSqUHHWWendelle  Stevens  avec  elle,  que  Lya  a  emmené  définitivement  le  
Pr  Hernandez  avec  elle.    
 
Traduction  de  Geneviève  Vanquele  
 
 
 
 
 
 
 
 

 
17  
RENCONTRE  ÉNIGMATIQUE  EN  1945  
 
 
 
En  1945,  Lucy  Galluci  était  une  jeune  Brésilienne  réservée,  aimant  la  solitude.  Elle  passait  ses  
YDFDQFHV GDQV XQH SHWLWH YLOOH GH O¶pWDW GH 5LR GH -DQHLUR ,O H[LVWDLW j FHW HQGURLW XQH XVLQH
hydroélectrique  avec  un  lac  artificiel,  calme  et  beau.  
 
Elle  raconte  :  
-¶DOODLV VRXYHQW P¶DVVHRLU   sur   un   banc,   face   au   lac,   avec   un   livre.   Cet   après-­midi-­là,   je   lisais  
WUDQTXLOOHPHQWORUVTXHM¶HXVO¶LPSUHVVLRQG¶XQHSUpVHQFH-HOHYDLODWrWH  :  un  homme  se  tenait  
en  face  de  moi  en  souriant.  Il  irradiait  la  paix  et  la  sérénité.  Il  était  mince  et  élégant.  Il  portait  
XQYrWHPHQWG¶XQHSLqFHVHUUpTXLUHFRXYUDLWVHVFKDXVVXUHV&HWKRPPHPHSDUXWWUqVEHDXHW
MHXQHPDLVLOpWDLWGLIILFLOHGHOXLGRQQHUXQkJH,ODYDLWGHVFKHYHX[ILQVSHXDERQGDQWVHWG¶un  
blond  très  pâle.  Son  nez  était  étroit  mais  possédait  de  larges  narines  ;;  ses  oreilles  me  semblaient  
OpJqUHPHQW SRLQWXHV HW VDQV OREH 0DLV FH VRQW VHV \HX[ TXL P¶LPSUHVVLRQQqUHQW OH SOXV  :   ils  

 
99  
avaient  une  couleur  indéfinissable  et  reflétaient  parfois  la  végétation  qui  nous  entourait  ;;  je  ne  
voyais  ni  cils  ni  sourcils.  
 
-H OH UHJDUGDL G¶XQ °LO LQWHUURJDWHXU ,O V¶DYDQoD WUqV OHQWHPHQW HQ GpVLJQDQW OH EDQF FRPPH
V¶LOGHPDQGDLWjV¶LQVWDOOHUjF{WpGHPRL-HILVXQVLJQHDIILUPDWLIHWWRXMRXUVWUqVOHQWHment,  il  
V¶DVVLW,OUHVWDVLOHQFLHX[XQORQJPRPHQWSXLVVHPLWjSDUOHUHQSRUWXJDLVG¶XQHYRL[GRXFH
mais   masculine,   avec   un   léger   accent   et   des   expressions   peu   ordinaires.   Cependant,   le  
vocabulaire   était   simple.   En   fait,   il   ne   me   posa   pour   ainsi   dire   aucune   question,   mais   je  
P¶DSHUoXVTXHMHOXLUDFRQWDLVPDYLHPRLVLGLVFUqWHHQWHPSVQRUPDO  !  Je  lui  dis  pourquoi  et  
FRPPHQWM¶pWDLVOjPDIDoRQGHYLYUHPHVHQYLHVPHVSURMHWVPHVRSLQLRQVVXUODYLH-HPH
VRXYLHQVG¶XQPRPHQWRMHGRQQDLPRQ  DYLVVXUOHIXWXU,OP¶LQWHUURPSLWHQGLVDQW  :  
-­  Et  si  cela  ne  se  passait  pas  ainsi,  si  tout  devenait  différent  "3DUH[HPSOHV¶LODUULYDLWFHFLRX
cela  ?      
(W LO GpYHORSSDLW VHV DUJXPHQWV -¶pWDLV REOLJpH G¶DGPHWWUH TXH VHV SUpYLVLRQV VHPEODLHQW WUqV
plausibles.  
 
Je  lui  demandai  où  il  habitait.  Il  me  répondit  :  
-­  Très  loin.  
Sans  SUpFLVHUPDLVHQDMRXWDQWTXHFKDFXQpWDLWjODSODFHTXLOXLFRQYHQDLWGDQVO¶8QLYHUVTXH
OHVGLVWDQFHVQ¶DYDLHQWSDVG¶LPSRUWDQFHSXLVTX¶HOOHVGpSHQGDLHQWGHODYLWHVVHjODTuelle  on  se  
UHQGDLW G¶XQ SRLQW j XQ DXWUH -H FRPPHQoDL j WURXYHU VHV SURSRV pWUDQJHV PDLV FRQYDLQFXH
TXHMHOHUHQFRQWUHUDLVjQRXYHDXMHQ¶HQGHPDQGDLSDVSOXVFHMRXU-­là  sur  ses  origines.  
 
-HPHUDSSHOOHTXHQRXVDYRQVSDUOpG¶$GDPHWGHÊYHHWGHOD  WKpRULHGHO¶pYROXWLRQWHOOHTXH
'DUZLQODSUpVHQWDLW-HP¶DSHUoXVTX¶LODYDLWXQHSURIRQGHFRQQDLVVDQFHGXVXMHWHWLOHXWYLWH
IDLWGHGpPROLUPHVEHOOHVWKpRULHV,OPHSDUODGHODJUDQGHXUGHO¶8QLYHUVHWGHODSOXUDOLWpGHV
mondes  habités.  
-­  Sur  certaines  planètes,  dit-­il,  la  vie  est  moins  avancée  que  sur  la  Terre,  mais  les  autres  ont  eu  
GHVPLOOLHUVG¶DQQpHVG¶DYDQFHVXUQRXV'HQRPEUHX[PRQGHVSRVVpGDLHQWGHERQQHVTXDOLWpV
G¶DWPRVSKqUH HW GH FOLPDW OD YLH V¶\ pWDLW GpYHORSSpH VSRQWDQpPHQW PDLV sur   quelques   autres  
elle   avait   été   implantée   par   des   civilisations   avancées.   Il   arrivait   parfois   que   des   planètes  
eussent  des  problèmes  de  surpopulation,  malgré  un  contrôle  intelligent  des  naissances.  Il  vint  un  
moment   où   on   ne   permit   une   naissance   que   lorVTXH TXHOTX¶XQ PRXUDLW 0DLV OD YLH pWDLW WUqV
longue  parce  que  les  scientifiques  avaient  réussi  à  éliminer  maladies  et  misère.  Sur  leur  planète,  
ils  transportaient  parfois  des  groupes  entiers  de  population  sur  des  planètes  vides,  similaires  à  
la   leur   en   cH TXL FRQFHUQDLW O¶HQYLURQQHPHQW PDLV R OHV YLHV YpJpWDOH HW DQLPDOH QHIDLVDLHQW
TXHGpEXWHU/HWUDQVSRUWHWO¶LQVWDOODWLRQV¶HIIHFWXDLHQWVDQVSUREOqPHJUkFHjOHXUWHFKQRORJLH
DYDQFpH 2Q DLGDLW OD SRSXODWLRQ LPSODQWpH MXVTX¶j FH TX¶HOOH S€W FRPEOHU ses   besoins   et   se  
suffire  à  elle-­même.  La  Terre  a  ainsi  reçu  trois  populations  différentes  (de  planètes  différentes)  
DX FRXUV GH VRQ KLVWRLUH &HV JURXSHV RQW pWp GpSRVpV VXU GHV OLHX[ pORLJQpV PDLV LO Q¶\ DYDLW
SDVG¶LQFRPSDWLELOLWpPDMHXUHHQWUHFHVKDELWDQWVGHIDoRQTX¶LOVSXVVHQWXQMRXUFRKDELWHUHW
V¶XQLUVDQVSUREOqPH    
 
À  ce  moment,  Lucy  QHSXWV¶HPSrFKHUGHVRQJHUDX[WURLVJUDQGHVUDFHVWHUUHVWUHV  :  la  blanche,  
la  noire  et  la  jaune,  sur  les  trois  continents  différents.  Mais  son  interlocuteur  continuait  :    

 
100  
-­   $X GpEXW OHV WHFKQLFLHQV GH FKDFXQH GHV SODQqWHV G¶RULJLQH FRQWLQXDLHQW j YHQLU DLGHU OHXUV
compatriotes.   Puis,   sur   Terre,   des   rencontres   et   des   échanges   se   produisirent   entre   les   ethnies  
GLIIpUHQWHV(WXQHFHUWDLQHKDUPRQLHV¶pWDEOLW0DOKHXUHXVHPHQWO¶XQHGHVUDFHVSRVVpGDQWGHV
moyens  techniques  plus  avancés,  changea  de  comportement  et  commença  à  vouloir  dominer  les  
DXWUHV(QSDUDOOqOHG¶DXWUHVJURXSHVUpJUHVVqUHQWHWUHGHYLQUHQWEHVWLDX[HWIUXVWUHV/D7HUUH
fut   soumise   à   des   cataclysmes   divers   qui   altérèrent   le   mental   de   certains   Terriens.   Ceux   qui  
survécurent   correctement   se   séparèrent   des   autres,   construisirent   des   murs   et   des   frontières,  
FDSWXUqUHQW G¶DXWUHV KXPDLQV SRXU HQ IDLUH GHV HVFODYHV RX GHV REMHWV GH SODLVLU HW YpFXUHQW  
dans   la   luxure.   Ils   inventèrent   les   dieux   et   opprimèrent   et   exploitèrent   les   plus   faibles.   Les  
tentatives  des  civilisations  extérieures  pour  les  ramener  à  leur  éthique  originelle  furent  vaines.  
Finalement,  le  groupe  le  plus  puissant  se  révolta  contre  sa  pODQqWHG¶RULJLQH'HYHQXEHOOLTXHX[
HW DJUHVVLI UHIXVDQW WRXW UDSSHO j O¶RUGUH LO ILQLW SDU FHVVHU WRXW FRQWDFW DYHF OHV JUDQGHV
FLYLOLVDWLRQV GH O¶HVSDFH TXL DEDQGRQQqUHQW OD 7HUUH /HV 7HUULHQV SHQVqUHQW DYRLU DFTXLV OH
libre   arbitre  ;;   en   réalité,   ils   IXUHQW FRXSpV GH WRXWH DLGH H[WpULHXUH ,OV V¶pWDLHQW PLV HQ
quarantaine   cosmique.   Cependant,   une   surveillance   intergalactique   secrète   subsistait   et  
LQWHUYHQDLWGLVFUqWHPHQWHWSRQFWXHOOHPHQWORUVTXHODVLWXDWLRQO¶H[LJHDLW&KH]OHVKRPPHVOHV
souvenirV V¶HIIDFqUHQW  ;;   les   guerres   et   les   cataclysmes   continuèrent   à   faire   régresser   la   race  
humaine.  
 
Parfois,  raconte  Lucy,  M¶HVVD\DLVG¶LQWHUURPSUHPRQLQWHUORFXWHXU  :    
-­  Ne   pensez-­vous   pas   que   le   milieu   et   les   conditions   de   vie   façonnent   les   caractéristiques  
humaines   physiques   ou   intellectuelles,   par   exemple,   la   mélanine   qui   se   développe   plus  
abondamment  chez  les  Noirs  installés  dans  les  pays  tropicaux  ?  
Il  trouvait  des  arguments  convaincants  :  
-­  %LHQV€UOHFOLPDWHWG¶DXWUHVIDFWHXUVJpRJUDSKLTXHVLQIOXHQW  VXUO¶DVSHFWHWOHGpYHORSSHPHQW
physiques  de  tous  les  êtres  vivants.  Mais  les  grandes  caractéristiques  subsistent.  
Il   donnait   comme   exemple   la   race   jaune,   qui   restait   à   peu   près   semblable   à   elle-­même,   bien  
TX¶HOOHV¶pWHQGvWGHVUpJLRQVSRODLUHVDX[UpJLRns  équatoriales.  
 
Lucy   finit   par   lui   demander   pourquoi   il   ne   donnait   pas   de   conférences   ni   ne   contactait   des  
VFLHQWLILTXHVSRXUH[SRVHUVHVLGpHVTX¶HOOHWURXYDLWJpQLDOHV,OUpSRQGLWTXHOHWHPSVQ¶pWDLWSDV
venu.  Ceux  qui  délivreraient  de  telles  idées  seraient  pris  pour  des  visionnaires  ou  des  menteurs.  
Mais  il  la  rassura  en  disant  que,  peu  à  peu,  son  groupe  communiquerait  avec  des  scientifiques  à  
O¶HVSULW RXYHUW VRLW GLUHFWHPHQW VRLW SDU WpOpSDWKLH 0DLV O¶KXPDLQ WHUUHVWUH VXELUDLW HQFRUH
EHDXFRXSG¶épreuves  et  de  tueries  avant  que  la  sagesse  lui  ouvre  les  yeux  pour  lui  permettre  de  
vivre  dans  la  paix  et  le  bonheur.  
 
Lucy   QH UHQFRQWUD SOXV MDPDLV FHW LQGLYLGX ELHQ TX¶HOOH UHYLQW VRXYHQW j FH EDQF GHYDQW OH ODF
GDQVO¶HVSRLUGHOHUHYRLU(OOHDYDLWWDQWGHTXHVWLRQVjOXLSRVHUTX¶HOOHHQpWDLWWRUWXUpH  
Elle  fit  part  de  son  aventure  pour  la  première  fois  à  Irene  Granchi  en  1973  ±  qui  la  raconta  dans  
son  livre  UFOs  and  abductions  in  Brazil  («  Ovnis  et  enlèvements  au  Brésil  »)  ±  et  elle  rejoignit  
son   gURXSH XIRORJLTXH 7RXWHV OHV GHX[ VRXKDLWHQW TXH G¶DXWUHV KXPDLQV D\DQW YpFX j FHWWH
pSRTXHGHVH[SpULHQFHVVLPLODLUHVVHIDVVHQWFRQQDvWUHDXSUqVG¶HOOHV  
 
Traduction  de  Geneviève  Vanquelef  
 
 

 
101  
 
 
 
 
 
 
 
 

18  
LA  CONFÉDÉRATION  DES  DOUZE  PLANÈTES  
 
 
Voici  le  résumpGHO¶KLVWRLUHFRPSOqWHGHVLQFXUVLRQVG¶XQHFLYLOLVDWLRQYHQDQWGHQRWUHXQLYHUV
jumeau   et   nous   ayant   régulièrement   rendu   visite   pour   nous   aider.   Il   est   paru   dans   The   Twelve  
Planets   Speak   («  Les   Douze   Planètes   parlent  »),   de   Carl   Van   Vlierden.   La   planète   de   cette  
FLYLOLVDWLRQ DPLH V¶DSSHOOH Gandor.   Les   Gandoriens   ont   pu   franchir   la   barrière   entre   nos   deux  
univers  et  découvrir  la  Terre  au  temps  de  la  préhistoire.  
 
CONTACT  AVEC  LA  CONFEDERATION  DES  DOUZE  PLANETES  
 
/D FRPPXQLFDWLRQ DYHF FHV (7 V¶HVW WRXMRXUV IDLWH HQ ODQJDJH WHUUHVWUH j SDUWLU G¶DSSDUHLOV
RUGLQDLUHV SRVWHGHUDGLRRXPDJQpWRSKRQH RXG¶XQUD\RQSRUWHXUHQYR\pG¶XQRYQL YHUVXQH
antenne   extérieure.   Carl   Van   Vlierden   a   assisté   à   de   nombreuses   connections   chez   son   ami  
Edwin,  en  Afrique  du  SuG'¶DXWUHVDPLVGRQWCynthia  Hind,  correspondante  du  MUFON  pour  
O¶$IULTXHIXUHQWSUpVHQWVORUVGHFHUWDLQHVFRPPXQLFDWLRQVGLUHFWHVHQSDUWLFXOLHUFHOOHRO¶RQ
SDUODG¶Epicot,  la  SHWLWHV°XUGHOD7HUUH.  Lorsque  Carl  a  écrit  son  livre  en  1988,  plus  de  deux  
PLOOHFDVVHWWHVDXGLRDYDLHQWpWpHQUHJLVWUpHV/HJURXSHG¶Edwin  Q¶HVWSDVOHVHXOjUHFHYRLUGHV
messages   et   à   interroger   les   membres   de   la   Confédération   des   douze   planètes.   Il   en   existerait  
cinq  mille  sur  Terre  actuellement.  Nous  avons  pu  faire  certaines  vérifications  historiques  parmi  
les  milliers  de  renseignements  concrets  délivrés  dans  ces  messages.  
 
/¶$7/$17,'(  
 
/HV *DQGRULHQV YLYDLHQW DXWHPSV GH O¶$WODQWLGHR UpJQDLHQW GHV URLV MXVWHV GRQW OD OLJQH GH
conduite,  un  seul  Dieu,  un  seul  couple,  une  seule  loi  pour  tous,  IDLVDLWQDvWUHODSDL[HWO¶KDUPRQLH
(se  rappeler  la  loi  de  Un  G¶(GJDU&D\FH /¶HQJORXWLVVHPHQWGHO¶$WODQWLGHODLVVDGHVVXUYLYDQWV
HW TXHOTXHV 7HUULHQV SDUWLUHQW VXU OD SODQqWH YRLVLQH 0DUV KDELWDEOH j O¶pSRTXH '¶DXWUHV VH
réfugièrent  au  pôle  Sud  (les  bouleversements  géologiques  avaient  épargné  les  pôles)  jO¶DLGHGH
leurs   vaisseaux  amphibies,   ils  purent  pénétrer  dans  des  souterrains  profonds  dont  les  entrées  se  
trouvaient  sous  la  calotte  glaciaire.  Des  conditions  de  vie  très  acceptables,  grâce  au  volcanisme  
environnant,  permirent  une  belle  évolution  de  la  civilisation.  Les  descendants  vivraient  toujours  
GDQVFHVFDYHUQHVGXS{OH6XG«  
 
68592/'$16/¶$17,48,7(  
 

 
102  
Pour  accélérer  la  civilisation  sur  Terre,  certains  hommes  furent  emmenés  sur  des  planètes  de  la  
Confédération  des  douze  planètes  pour  y  être  éduqués,  puis  ramenés  sur  Terre,  où  ils  devinrent  
des   instructeurs   ±   tels   Imhotep,   Elie,   Noé,   Zoroastre   HW ELHQ G¶DXWUHV /HV .ROGDVLHQV GH OD
SODQqWH.ROGDV TXLVLJQDOHQWO¶LQWUXVLRQG¶XQHFLYLOLVDWLRQDYDQFpHVXUQRWUHSODQqWHQHSXUHQW
SDVHQUHSDUWLUOHXUSODQqWHG¶RULJLQHD\DQWpWpGpWUXLWH&HJURXSHGRQQDQDLVVDQFHjFHUWDLQHV
tribus  indiennes,  et  de  grands  vaisseaux  seraient  encore  enfouis  sous  les  sables  de  grands  déserts  
terrestres.   Gandor   et   sa   première   planète   alliée,   Koldas,   envoyèrent   des   émissaires   en   Égypte,  
GDQV O¶$QFLHQ (PSLUH DX GpEXW GH OD ,9e   dynastie.   Ils   aidèrent   à   aménager   la   Grande  
3\UDPLGHTXLVHUYDLWGHUHODLVGHWUDQVPLVVLRQHWGHFDSWHXUG¶pQHUJLH  solaire.  
 
Mais,  à  la  suite  du  meurtre  de  Gandoriens,  tous  les  E.T.  repartirent.  Ils  avaient  installé,  dès  cette  
époque,  une  station  orbitale  de  relais  et  de  surveillance  autour  de  la  Terre  (sans  doute  ce  que  
les  astronomes  désignaient  par  le  terme  de   «  chevalier  noir  »).  Elle  était  parfaitement  sphérique  
HWV¶DSSHODLWValsoon.  
 
De  leur  côté,  les  Terriens,  établis  sur  Mars,  prospérèrent.  Ils  étaient  repartis  aux  deux  pôles,  les  
seuls   endroits   propices   à   la   vie.   Plus   tard,   une   terrible   guerre   nucléaire   explosa   entre   les   deux  
FRPPXQDXWpVHWGpWUXLVLWODYLHVXU0DUV6HXOVTXHOTXHVKDELWDQWVSXUHQWV¶pFKDSSHUHWUHJDJQHU
une   planète,   Siton,   qui   fait   à   présent   partie   de   la   Confédération   des   douze   planètes.   Ce   sont  
quelques-­uns   de   leurs   descendants   qui   ont   raconté   cette   histoire   à   Edwin.   Cette   guerre   eut   lieu  
vers  2380  avant  J.-­C.  du  temps  de  la  Terre.  
 
REPRISE  DES  CONTACTS  
 
Des   expéditions   furent   organisées   au   Moyen   Âge   aux   XII e   et   XIIIe   siècles.   Mais   une   véritable  
FRPPXQLFDWLRQQHV¶pWDEOLWTX¶DX;;e  siècle.  
En  1927OHVGLULJHDQWVGH*DQGRUGpFLGqUHQWG¶HQWUHSUHQGUHXQSURJUDPPHGHFRQWDFWDYHFGHV
individus  terrestres.  Ils  utilisaient  alors  des  vaisseaux  spatiaux  sphériques.  
En   1941,  la  station  Valsoon   fut  détruite  par  un  rayon  désintégrateur  sunray  et  les  débris   furent  
ramenés  sur  Koldas.    
Une   autre   station,   Melchor,   fut   installée   aux   confins   de   notre   système   solaire.   Elle   sert  
actuellement  de  relais  à  tous  les  vaisseaux  interstellaires  passant  à  proximité.  Elle  est  connue  du  
gouvernement  américain,  puisque  ce  GHUQLHUGHPDQGDO¶DLGHGHVUHVSRQVDEOHV  résidant  sur  
Melchor  pour  surveiller  leur  programme  Apollo.  
 
Depuis,   les   vaisseaux   de   la   Confédération   des   douze   planètes,   de   forme   sphérique,   ont   été  
remplacés   par   des   vaisseaux   Astraël HQ IRUPH G¶DVVLHWWH DYHF GHux   dômes.   Une   flotte   de   ces  
vaisseaux  patrouille  dans  tout  le  système  solaire.    
 
Wy-­Ora   fut   le   premier   Koldasien   nommé   pour   venir   sur   Terre.   Il   obtint   son   diplôme   de   pilote  
FRQILUPpHQGHQRWUHWHPSV/¶DQQpHVXLYDQWHLODWWHUULWVXUQRWUHVROj'XUban  (Afrique  du  
6XG ,O\VpMRXUQDXQDQSRXUDSSUHQGUHOHVODQJXHVWHUUHVWUHVHWOHPpWLHUG¶pOHFWURPpFDQLFLHQ
Cette   même   année,   il   forma   un   de   ses   élèves   pilotes,   Valdar,   pour   patrouiller   dans   le   système  
solaire.    
En  1943,  il  revint  sur  notre  planète  pour  visiter  la  Grande-­Bretagne  puis  les  États-­Unis.    

 
103  
À  cette  époque,  la  Confédération  des  douze  planètes  avait  déjà  rencontré  plusieurs  Terriens  sur  
qui  elle  pouvait  compter  (noyau  de  futurs  groupes  de  contact).  
 
(3,&273/$1(7('¶$&&8(,/  
 
Dès  1960,  la  ConIpGpUDWLRQGHVGRX]HSODQqWHVFRPPHQoDjV¶LQTXLpWHUGHODSUROLIpUDWLRQ
des  armes  nucléaires  sur  Terre.  Cette  même  année,  Valdar  IXWGpEDUTXpSUqVGH'XUEDQ&¶HVW
ainsi  TX¶EdwinTXLWUDYDLOODLWGDQVXQDWHOLHUG¶pOHFWURPpFDQLTXHYLWXQMRXUDUULYHUXQnouveau  
contremaître  F¶pWDLWValdar,  le  Koldasien.  Bien  entendu,  EdwinTXLQ¶DYDLWTXHGL[-­huit  ans,  ne  
GHYLQDSDVVRQRULJLQHMXVTX¶jFHTXHOHVGHX[FROOqJXHVVHUHQGLVVHQWXQMRXUVXUODSODJHSRXU
pêcher.  Valdar  VRUWLWXQSRVWHGHUDGLRPXQLG¶XQHDQWHQQHGRXEOHHWTXHOTX¶XQ\SDUODGDQVXQH
ODQJXH pWUDQJqUH 3XLV XQH VRXFRXSH YRODQWH GHVFHQGLW HW UDOHQWLW SUqV G¶HX[ DYHF Wy-­Ora   à  
ERUG«  
 
En   1963 OD PHQDFH G¶XQ HPEUDVHPHQW GH OD VWUDWRVSKqUH VXLWH DX[ HVVDLV QXFOpDLUHV GDQV
O¶DWPRVSKqUHpWDLWLPPLQHnte.  La  Confédération  des  douze  planètes  mit  alors  sur  pied  un  plan  de  
sauvetage  de  la  Terre.  
 
Les   Gandoriens   découvrirent   dans   la   Voie   lactée   une   petite   planète   inoccupée   totalement  
FRPSDWLEOHDYHFODFRQVWLWXWLRQGHV7HUULHQV,OVFRPPHQFqUHQWjO¶DPpQDJer.  Elle  fut  prête  en  
 &¶pWDLW (SLFRW  'HVKRPPHVHWGHVKDELWDQWVG¶DXWUHVSODQqWHV\YLYHQWDFWXHOOHPHQW/D
distance  entre  Epicot  et  la  Terre  est  franchie  par  les  navettes  Astraël  en  une  journée  et  demie  à  
une   vitesse   ne   dépassant   pas   celle   de   la   lXPLqUH GRQF SDV G¶LQFRQYpQLHQW PDMHXU SRXU OHV
Terriens).  
 
815(6($8'¶$0,6  
 
Entre  1963  et  1974,  Wy-­Ora  tenta  une  opération  de  grande  envergure  :  réunir  des  groupes  amis  
GDQVFKDTXHFDSLWDOHGXPRQGHHQWLHU0DLVLOQ¶\SDUYLQWSDV  
 
En   1965,   Valdar   quitta   la   Terre.   Wy-­Ora   vint   le   chercher   avec   son   vaisseau   sous   les   yeux  
G¶(GZLQ.  Valdar  laissa  son  poste  de  radio  à  son  ami  de  manière  à  pouvoir  communiquer  avec  lui  
DSUqV VRQ GpSDUW 8Q SUHPLHU JURXSH G¶DPLV VH IRUPD 'H QRPEUHX[ DXWUHV VHPEODEOHV
proliférèrent   sur   notre   planète   avec   des   instructeurs   koldasiens   différents.   Mais,   par   sécurité,   il  
Q¶\DMDPDLVHXGHOLHQHQWUHHX[2QVDLWVHXOHPHQWTXHOH-DSRQHQSRVVqGHSOXVLHXUVHWTX¶XQ
DXWUHQ¶HVWSDVpORLJQpGH&DS.HQQHG\ )ORULGH G¶RSDUWHQWOHVVRndes  américaines.  
 
En  novembre  1966,  Edwin,  hospitalisé  à  Durban,  reçut  la  visite  de  Wy-­Ora,  qui  le  guérit  sur-­le-­
champ.  
 
'¶DXWUHVYDLVVHDX[GHOD&RQIpGpUDWLRQGHVGRX]HSODQqWHVYLHQQHQWVXU7HUUH(QSOXVGHFHX[
de   Koldas   et   épisodiquement   de   Gandor,   il   y   a   ceux   de   Siton,   de   Bryonne,   de   Salamia   et  
G¶(SLFRW  (toutes  ces  planètes  faisant  partie  de  la  Confédération  des  douze  planètes  et  se  trouvant  
dans  un  univers  jumeau  au  nôtre,  sauf  Epicot).    
À   un   certain   moment,   plusieurs   gouvernements   ont   approuvé   et   aFFHSWp O¶LQVWDOODWLRQ GH
quelques  bases  légères  de  surveillance,  avec  un  pilote  et  une  soucoupe  volante  opérationnelle  sur  

 
104  
leur  territoire  dans  un  endroit  secret.  On  les  appelait  les  bases  A.  Il  y  en  a  eu  une  dans  le  désert  
GHO¶$UL]RQD eWDWV-­Unis),  une  en  France,  une  au  Japon,  une  en  Afrique  du  Sud  (la  seule  connue  
G¶(GZLQjNLORPqWUHVGHFKH]OXL XQHj7DwZDQHWXQHGHUQLqUHDX=LPEDEZH Des  pilotes  
terriens  ont  même  été  entraînés  à  diriger  ces  soucoupes  volantes  (parfaitement  inconnues  
des  autorités  de  ces  pays,  mais  prêtes  à  décoller  à  tout  moment  pour  sauver  des  populations  
en  cas  de  danger).  
 
Le   12   janvier   1969,   Wy-­Ora   félicita   la   Terre   pour   les   douze   orbites   effectuées   par   Apollo   8  
autour   de   la   Lune.   La   Confédération   des   douze   planètes   avait   une   base   sur   la   Lune   à   cette  
époque,  dans  la  mer  de  la  Tranquillité.  Elle  en  possède  également  une  sur  Vénus.  
 
Le   1er   mars   1969,   une   équipe   de   spécialistes   de   Gandor   fit   le   tour   de   notre   planète   à   basse  
DOWLWXGH SRXU IDLUH XQ ELODQ GH O¶pWDW GH OD 7HUUH /HXr   constat   fut   négatif.   Bien   que   les  
JRXYHUQHPHQWV HXVVHQW SURPLV G¶DPpOLRUHU O¶pWDWGH OD SODQqWH HQWLqUH FRQFHUQDQW OD SROOXWLRQ
OHVJXHUUHVODIDPLQHODSUROLIpUDWLRQGHVDUPHPHQWV« DXFXQSURJUqVQ¶DYDLWpWpUpDOLVpGDQV
ces   domaines.   La   situation   avait   même   empiré.   Wy-­Ora   fut   destitué   de   sa   mission   sur   Terre   et  
affecté  à  la  patrouille  de  protection  de  Melchor.  
À   cette   époque,   trois   mille   personnes   sur   Terre   connaissaient   la   Confédération   des   douze  
planètes  et  trois  cents  pilotes  étaient  formés.  
 
INTRIGUES  GUERRIERES  TOUS  AZIMUTS  
 
Pendant   les   années   1969   et   1970,   des   ennemis   de   la   Confédération   des   douze   planètes  
attaquèrent   la   planète   Koldas.   Avec   beaucoup   de   difficultés   et   bien   des   pertes,   les   planètes  
alliées   réussirent   à   les   chasser   et   à   les   vaincre.   Wy-­Ora,   qui   dirigeait   les   armées,   fut   blessé.  
'¶DXWUHVDPLVFRUUHVSRQGDQWVG¶Edwin  furent  tués.  Valdar  fut  nommé  commandant  en  chef  à  la  
place  de  Wy-­Ora.  
 
En  mai  1973OHYR\DJHG¶$SROORIXWWURXEOpSDUXQDFFLGHQW8QYDLVVHDX$VWUDsOYHLOODLWHW
pWDLWGLVSRVpjWUDQVIpUHU OHVWURLVKRPPHVGH O¶pTXLSDJHGDQVVRQKDELWDFOHPDLVFHQH IXWSDV
QpFHVVDLUH &HSHQGDQW OD VRXFRXSH YRODQWH OHV DFFRPSDJQD MXVTX¶j OHXU UpFXSpUDWLRQ /HV
cosmonautes   Stafford,   Cernan   et   Young   envoyèrent   un   rapport   à   la   NASA.   Les   groupes   Q  
reçurent  un  enregistrement  de  ce  message  ±  preuve  incontestable  !  
 
Toujours   en   1973,   Wy-­Ora   vint   sur   Terre   et   prévint   Edwin   que   les   conditions   magnétiques  
VHUDLHQW PDXYDLVHV GX  MXLQ  DX  MDQYLHU  HW TX¶LO OHXU VHUDLW GRQF LPSRVsible   de  
venir  ainsi  que  de  communiquer  pendant  ce  laps  de  temps.    
 
En   septembre   1974 OD &RQIpGpUDWLRQ GHV GRX]H SODQqWHV PpFRQWHQWH GH O¶DWWLWXGH GHV
JRXYHUQHPHQWV GH OD 7HUUH GpFLGD G¶DUUrWHU OHV UHODWLRQV DYHF QRWUH SODQqWH &H IXW OD
consternation   dans   les   groupes   Q.   Mais,   un   mois   plus   tard,   Valdar   VH PDQLIHVWD HW GLW TX¶XQH
nouvelle   phase   allait   commencer   O¶pGXFDWLRQ GHV IDFXOWpV WpOpSDWKLTXHV GHV «  contactés  »  
FRQVHQWDQWVFRXSOpHjGHQRXYHOOHVWHFKQRORJLHVSHUPHWWUDLWG¶DPpOLRUHUOHVFRPPXQLFDtions,  et  
VXUWRXWGHYRLUOHVFRUUHVSRQGDQWVHWGHSRVHUGHVTXHVWLRQV&HSHQGDQWODSUpVHQFHGHO¶RYQLDX-­
dessus  de  la  maison  du  sujet  resterait  nécessaire.  Les  essais  effectués  furent  concluants.  
 

 
105  
En  juin  1975,  une  première  perturbation  magnétique  commença,  qui  ne  dura  que  quelques  mois,  
avant  la  grande  perturbation  annoncée  par  Wy-­Ora.  Elle  fut  provoquée  par  un  embryon  de  soleil  
qui   traversa   le   système   solaire   Sola   Kananda   (il   était   entré   dans   notre   système   en   1973)   et  
continua  sa  course  dans  la  galaxie.  
 
LA  TRAHISON  DES  GOUVERNEMENTS  
 
3URILWDQWGH O¶pORLJQHPHQWGHOD &RQIpGpUDWLRQGHVGRX]HSODQqWHV OHV7HUULHQVVHFRQGXLVLUHQW
en  traîtres.  Les  États-­Unis  et  la  France  demandèrent  aux  Koldasiens  sur  place  de  les  laisser  entrer  
GDQVOHXUVEDVHVHWG¶XWLOLVHUOHVVRXFRXSHVYRODQWHVTXLV¶\WURXYDLHQW/HVDXWUHVSD\VUHVWqUHQW
QHXWUHV 8Q VHXO OH -DSRQ V¶\ RSSRVD 'HYDQW OH UHIXV GHV (7 OHV PLOLWDLUHV DPpULFDLQV
DWWDTXqUHQW OD EDVH GH O¶$UL]RQD HQ VHSWHPEUH   /HV .ROGDVLHQV UpSOLTXqUHQW DYHF OHXrs  
DUPHV HW GH QRPEUHX[ PLOLWDLUHV IXUHQW WXpV /¶RUGUH SDUYLQW GH OD &RQIpGpUDWLRQ GHV GRX]H
planètes  de  ne  livrer  aucune  soucoupe  volante  et  de  les  détruire  avec  leur  arme  désintégrante  si  
XQH DWWDTXH VXUYHQDLW VXU O¶XQH GHV DXWUHV EDVHV /HV SLORWHV NRldasiens   devaient   regagner  
Melchor.   La   Confédération   affréta   un   ancien   vaisseau   propulsé   par   fusées   capable   de   traverser  
les  turbulences  magnétiques.  Ce  dernier  partit  de  Gandor  et  arriva  sur  Terre  trois  semaines  plus  
tard   (il   mettait   un   jour   et   demi   pour   se   rendre   de   la   Terre   à   la   Lune).   Il   vint   chercher   non  
seulement   les   soucoupes   volantes   restées   sur  Terre,   mais   aussi   les   Terriens   sur   les   bases   ayant  
DSSULVjSLORWHUDLQVLTXHOHXUVIDPLOOHV/¶RSpUDWLRQIXWXQVXFFqVWRWDO  
 
LES  ENVAHISSEURS  
 
La  ConfédéUDWLRQGHVGRX]HSODQqWHVV¶DSHUoXWDORUVTXHVHVHQQHPLVDYDLHQWWUDYHUVpODIURQWLqUH
HQWUH OHV GHX[ XQLYHUV HW HQYDKL OH V\VWqPH VRODLUH ,OV V¶pWDLHQW LQVWDOOpV VXU Phobos O¶XQ GHV
deux  satellites  de  Mars.  Leur  quartier  général  se  tenait  en  Amérique  du  Sud.  
 
Le   25   novembre   1975 RQ V¶DSHUoXW TXH 3KRERV pWDLW DUPp GH PLVVLOHV H[FHVVLYHPHQW
dangereux.  Plus  tard,  les  alliés  réussirent  à  détruire  cet  arsenal.  Le  même  mois,  les  patrouilleurs  
de  Melchor  capturèrent  un  des  vaisseaux  ennemis  au-­dessus  du  pôle  1RUG&HTX¶LOVWURXYqUHQWj
bord  les  effraya  :  des   documents   prouvaient  que   ces   E.T.   malveillants   avaient   infiltré   tous  
les  gouvernements  de  la  Terre  et  toutes  les  organisations  principales.  Plus  grave,  ils  avaient  
les  listes  complètes  des  hommes  constituant  les  groupes  Q,  leur  adresse,  des  renseignements  sur  
leur   famille,   sur   leurs   relations,   etc.   Heureusement,   ce   vaisseau   devant   rapporter   cette  
documentation   à   sa   planète   fut   intercepté   à   temps.   Mais   il   fallait   redoubler   de   prudence  !   Des  
archives   codées,   très   difficiles   à   déchiffrer,   furent   également   recueillies.   Une   des   meilleures  
linguistes  de  Triaxulla   SODQqWH IDLVDQWSDUWLHGH OD&RQIpGpUDWLRQGHVGRX]HSODQqWHV DOODLWV¶\
DWWHOHU/¶pTXLSDJHGXYDLVVHDXHQQHPLpWDLWPRUW±  WRXVDYDLHQWUHoXO¶RUGUH  de  se  suicider  pour  
ne  pas  risquer  de  livrer  des  informations.  
Six  divisions  byroniennes  furent  affectées  au  nettoyage  de  Phobos  et  à  la  protection  du  satellite  
contre  les  ennemis  de  la  Confédération  des  douze  planètes.  
 
En   mars   1976,  les  ennemis  de   la  Confédération  des  douze  planètes,  par  représailles,  arrivèrent  
HQ IRUFH GDQV OH V\VWqPH VRODLUH /HV %\URQLHQV DX[TXHOV V¶DMRXWD XQH GLYLVLRQ VLWRQLHQQH
veillaient   et   obligèrent   les   envahisseurs   à   repartir   sur   leur   planète,   Akron.   Leurs   habitants  

 
106  
V¶DSSHOOHnt  les  Crusans  (cette  planète  est  aussi  dans  notre  univers  jumeau,  le  même  que  celui  des  
planètes  confédérées).  
Malheureusement,   beaucoup   de   mal   avait   déjà   été   fait   et   bon   nombre   de   Terriens   travaillent  
désormais   pour   eux,   avec   un   comportement   semblable   (aucun   sentiment,   soif   de   pouvoir   et   de  
domination,   expérimentations   génétiques   et   bactériologiques   sans   se   soucier   des   populations  
FRQFHUQpHV«   
Bien   entendu,   le   but   de   ces   mondes   extérieurs   est   que   les   Terriens   détruisent   eux-­mêmes   la  
Terre,   car   toute   planète   détruite   anéantit   sa   planète   jumelle.   Ainsi,   les   vaincus   pourraient   se  
venger  de  leur  défaite  précédente.  La  bataille  finale  devrait  se  dérouler  dorénavant  en  dehors  du  
V\VWqPH VRODLUH HW QpFHVVLWHUDLW O¶LQWHUYHQWLRQ G¶XQH FLYLOLVDWLRQ SOXV DQFLHQQH HW   plus   évoluée  
IDLVDQWSDUWLHG¶XQWURLVLqPHXQLYHUV  
 
LA  BASE  TRITON  
 
-XVTX¶HQ MDQYLHU ,   les   communications   V¶LQWHUURPSLUHQW Epicot   connut   un   hiver  
particulièrement  rigoureux  et  ne  put  recevoir  de   O¶DLGHGHVHVDPLVGHOD&RQIpGpUDWLRQGHVGRX]H
planètes.   Les   Japonais,   qui   étaient   nombreux   sur   Epicot,   envoyèrent   des   moyens   énergétiques  
WHUUHVWUHVGHPDQLqUHTXHOHVKDELWDQWVG¶(SLFRWSXLVVHQWUpVLVWHUDXIURLG,OVOHXU   firent  parvenir  
pJDOHPHQWGXSRLVVRQ/HFKHIG¶(SLFRWHVWHerrenoha  (un  Japonais).  
 
&HX[G¶(SLFRWDLGpVSDUOHV(7   GXWURLVLqPHXQLYHUVFRQVWUXLVLUHQWXQHVRUWHG¶DUFKH   de  Noé.  
Le  15  octobre  1980,  elle  était   terminée.  Elle  fut  dénommée  Triton  et  elle  évolue   GDQVO¶RUELWHGH
1HSWXQH &¶HVW XQH pQRUPH   sphère   transparente.   La   partie   inférieure   est   comblée   de   terre  
cultivable   et   les   conditions   climatiques   y   sont   excellentes.   Elle   possède   des   collines,   des   lacs,  
des  rivières.  Des  plantes  et  des  animaux   y   YLYHQW/¶DLU \HVWWUqVSXU(OOHGRLWVHUYLUGHUHODLV  
entre  Epicot  et  la  Terre  pour  permettre  une   acclimatation  progressive  aux  Terriens  qui  désireront  
vivre  sur  Epicot.  435  experts  en  tout  genre  surveillent  cet  écosystème.  
 
Le   18   janvier   1981,   les   relations   avec   la   Terre   purent   se   rétablir   car   les   perturbations  
magnétiques   étaient   terminées.   Mais   les   premiers   astronautes   de   la   Confédération   des   douze  
SODQqWHV IXUHQW GpVHVSpUpV G¶REVHUYHU OHV   dégradations   subies   à   tous   les   niveaux   par   la   planète  
pendant   leur   DEVHQFH 2Q GpFLGD G¶LQWHUGLUH   WRXW DWWHUULVVDJH VXU 7HUUH G¶LQWHUURPSUH WRXWH  
UHODWLRQRIILFLHOOHPDLVG¶LQWHQVLILHUOHVFRQWDFWVDYHF  les  groupes  Q.  
 
%5$6'()(5&2175(/¶2%6&85$17,60(  
 
En  1983,  Valdar  revint  sur  Terre  avec  une  flotte  de  douze  nouveaux  vaisseaux  (onze  de  Koldas,  
un   de   Bryonne)   très   performants   capables   de   maintenir   les   champs   magnétiques   en   état   de  
fonctionnement.  Ils  devaient  surveiller  la  planète  de  loin  et  créer  une  deuxième  base  sur  la  Lune.  
La   Confédération   des   douze   planètes   attend   toujours   que   les   Terriens   les   acceptent   et  
désirent  vraiment  la  paix  totale  sur  leur  planète.  
 
Le   22   juin   1983,   le   dirigeant   de   Koldas,   Vax   Noah,   vint   délivrer   un   message   de   paix   aux  
Terriens   (qui   parvint   aux   cinq   mille   groupes   Q).   Il   annonça   que   le   passage   de   Sola   Kananda,  
divisé  en  trois  minisoleils,  avait  ouvert  une  voie  dans  le  système  solaire  et  une  ère  nouvelle  dans  
la   galaxie.   Beaucoup   de   changements   allaient   avoir   lieu   sur   la   planète   grâce   à   cet   apport  

 
107  
G¶pQHUJLH/D&RQIpGpUDWLRQGHVGRX]HSODQqWHVVRXKDLWDLWTXHla  race  terrestre  progressât  vers  
plus   de   sagesse   et   de   compréhension  ;;   alors   nous   pourrions   nous   rencontrer   sur   un   plan  
G¶pJDOLWpHWpFKDQJHUGHVWHFKQRORJLHVSRXUOHSOXVJUDQGERQKHXUGHWRXVOHV7HUULHQV  
 
En   novembre   1983,   une   conférence   pour   la   paix   eut   lieu   à   Copenhague.   Des   délégués   des  
Douze   Planètes   furent   invités   par   les   instances   officielles   pour   nous   aider   à   diminuer   la  
pollution.  Chaque  groupe  Q  reçut  un  bref  compte-­rendu.  Cependant,  les  belles  paroles  ne  furent  
VXLYLHVG¶DXFXQHIIHWUpHO'poXHOD&RQIpGpUDWLRQGHVGRX]HSODQqWHVVHUHWLUDMXVTX¶HQ88.  
 
En  1984,  Vax  Noah  mourut  et  fut  remplacé  par  San  Suhre,  âgé  de  quatre-­vingt-­dix  ans  terrestres.  
 
/¶DFFLGHQW GH 7FKHUQRE\O HQ  HXW XQ HIIHW   catastrophique   sur   le   magnétisme   de   la  
Terre.  
 
En  1988,  la  Terre  demanda  à  la  Confédération  des  douze  planètHVGHO¶DLGHUjpWDEOLUODSDL[/D
réduction   des   armes   nucléaires   en   était   la   première   étape.   Anton,   représentant   des   Douze  
3ODQqWHV YLQW HW SURSRVD XQ SODQ ,O V¶HQJDJHD j HQYR\HU FLQT PLOOH GpOpJXpV VXU QRWUH SODQqWH
SRXUFRQWULEXHUjFHSURJUDPPH&¶ptait  encourageant,  mais  les  forces  du  mal  étaient  encore  très  
DFWLYHV GDQV QRWUH PRQGH HW LO IDOODLW TXH WRXWHV OHV ERQQHV YRORQWpV V¶XQLVVHQW SRXU OHV
neutraliser  par  la  pensée  active.  
 
Le  28  février  1989,  San  Suhre  DGUHVVDDX[JURXSHV4XQPHVVDJHG¶HVSRir  :    
«  Ces  derniers  temps,  vos  FKHIVG¶eWDWRQWIDLWGHUpHOVSURJUqVNous  vous  tendons  la  main  de  
O¶DPLWLpHWQRXVHVSpURQVTXHELHQW{WYRXVQHIRUPHUH]TX¶XQVHXOSHXSOHXQLSRXUOHELHQGH
tous.    
«  -H FRQQDLV (GZLQ M¶DL FRUUHVSRQGX DYHF OXL MH SRVVqGH TXHOTXHV FRSLHV GH FDVVHWWHV ,O P¶D
SURPLV GH P¶HQYR\HU FH TXL V¶HVW SDVVp SDU OD VXLWH 0DLV MXVTX¶j SUpVHQW LO QH O¶D SDV IDLW
&HSHQGDQW QRXV DYRQV DSSULV TX¶+HUUHQRDK OH GLULJHDQW G¶(SLFRW FRQWLQXDLW j FRUUHVSRQGUH
avec   Edwin.   En   ce   moment,   la   &RQIpGpUDWLRQ GHV GRX]H SODQqWHV WHQWH G¶pORLJQHU XQ JUDQG
danger  qui  menace  le  système  solaire  (est-­ce  le  nuage  de  photons  ?).  »  
 
Rappelons  que  Koldas  est  notre  meilleure  amie,  et  que  Salamia  est  la  planète  jumelle  de  Vénus.  
,OQ¶HVWSDVSRVVLEOHGHFRQQaître   les   noms  astronomiques  que   leur  ont  donné   les  Terriens,  car,  
étant  dans  son  univers   jumeau,  ces  planètes  ne  sont  pas  visibles  de   notre  Terre,  encore  dans   la  
troisième  dimension.  
 
Traduction  de  Geneviève  Vanquelef  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
108  
19  
SIX  ANNÉES  DANS  UN  VAISSEAU  
EXTRATERRESTRE  
 

9RLFLXQpWUDQJHGRFXPHQWTXLUHODWHOHWpPRLJQDJHHQIRUPHGHWHVWDPHQWG¶XQRXYULHUSRLWHYLQ
ayant   vécu   au   siècle   dernier.   Totalement   illettré   dans   sa   jeunesse,   il   avait   mystérieusement  
acquis   de   grandes   connaissances.   Il   finit   par   rpYpOHU j VRQ ILOV MXVWH DYDQW VD PRUW TX¶LO DYDLW
VpMRXUQp j GHX[ UHSULVHV j O¶LQWpULHXU G¶XQ YDLVVHDX H[WUDWHUUHVWUH GXUDQW XQH SpULRGH WRWDOH GH
six  années.  

LE  CONTEXTE  HISTORIQUE  PRESENTE  PAR  LE  FILS  


Mon  père  et  ma   mère  étaient  des  ouvriers,   mes  grands-­parents  paternels,  des  paysans.  Entré  en  
jVHL]HDQVGDQVXQHpFROHPLOLWDLUHM¶DLHIIHFWXpXQHFDUULqUHPLOLWDLUHRXWUH-­mer  pendant  
vingt-­VHSWDQV&¶pWDLWO¶pSRTXHGHVJXHUUHVGLWHVFRORQLDOHVHWM¶DLHXWUqVSHXGHFRQWDFWVDYHF
mes  parents  durant  cette  période.  

¬ODPRUWGHPRQSqUHjO¶K{SLWDOGH3RLWLHUVM¶DLGpFRXYHUWDYHFEHDXFRXSGHVXUSULVHGDQVOD
SRFKH GH VRQ EORXVRQ XQH OHWWUH TXL P¶pWDLW DGUHVVpH &H Q¶pWDLW TXH TXHOTXHV IHXLOOHWV
PDQXVFULWV,O VHPEOHTX¶LO Q¶DSXWHUPLQHUVRQUpFLWDYDQWGHPRXULU&HTX¶LO \UDFRQWDLWpWDLW
stupéfiant.   Il   me   disait   fort   bien   connaître   des   E.T.   avec   qui   il   avait   vécu   pendant   plusieurs  
années  et  me  donnait  quelques  détails  sur  sa  vie  avec  eux.  

&HVIHXLOOHWVPDQXVFULWVMHOHVFRQQDLVSDUF°XUFDr  je  les  ai  lus  et  relus  de  nombreuses  fois.  Je  
Q¶DLMDPDLVVXTXRLHQIDLUH/HVSXEOLHU  "-HQ¶DLSDVRVpHQSDUOHUjTXLTXHFHVRLWSDUSHXUGHV
PRTXHULHV8QWHPSVF¶HVWYUDL M¶DL YRXOXpFULUHXQDUWLFOHGDQVXQ MRXUQDO 0DLVSHUVRQQH QH
P¶DUpSRQGX-¶DLGRQFUHQRQFp0DLQWHQDQWYLHX[jPRQWRXUMHVXLVPRLQVVHQVLEOHjO¶RSLQLRQ
des  autres  M¶DLGRQF ILQDOHPHQWGpFLGpGHSXEOLHUFHVIHXLOOHWV-HQ¶DLDEVROXPHQWULHQFKDQJp
au  récit  de  mon  père.  Il  est  probable  que,  malade,  il  écrivait  quand  il  le  pouvait  et  en  cachette  de  
PD PqUH HW TX¶LO WHQDLW j PH UDFRQWHU VRQ KLVWRLUH DYDQW GH PRXULU -¶DL VLPSOHPHQW DMRXWp
quelques   annotations   pour   la   compréhension,   car   la   plupart   des   lecteurs   ne   connaissent   pas  
O¶HQYLURQQHPHQWVRFLDOGHO¶pSRTXH  

/¶+,672IRE  FAMILIALE  
/H UpFLW GH PRQ SqUH UHPRQWH j O¶DQQpH  /D YLH j OD FDPSDJQH pWDLW ELHQ GLIIpUHQWH GH
maintenant.  Des  mots  comme   «  extraterrestres  »,  «  ovni  »  ou  «  soucoupe  volante  »,  personne  ne  
OHV DYDLW HQWHQGXV /HV HQIDQWV Q¶DOODLHQW j O¶pFROH TXH MXVTX¶j O¶kJH GH GRX]HRXWUHL]H DQV HW
encore,   pas   régulièrement.   Mon   père   et   ma   mère   étaient   des   ouvriers   incultes  ;;   mon   père,   en  
particulier,  qui  savait  à  peine  écrire.  Il  ne  lisait  que  le  journal  local  et  quelques  bandes  dessinées  
du   genre   «  Tarzan  ».   Il   ne   savait   pas   conduire   et   ne   fréquentait   personne,   semblait-­il,   à   part  
TXHOTXHV YRLVLQV RX TXHOTXHV FROOqJXHV RX DQFLHQV FROOqJXHV -¶DL HQFRUH O¶LPDJH G¶XQ KRPPH

 
109  
KXPEOHWRXMRXUVYrWXG¶XQEOHXGHWUDYDLOTXHOTX¶XQWRXMRXUVSUrWjHQOHYHUVDFDVTXHWWe  devant  
XQSDWURQRXXQSHWLWFKHI $ORUVFRPPHQW O¶LPDJLQHU P¶pFULUHXQH OHWWUH «  bien   léchée  »  pour  
me   dire   que,   de   1928   à   1931   et   de   1942   à   1945,   il   était   chez   les   E.T.  " &¶HVW LPSHQVDEOH  !   Et  
SRXUWDQWF¶HVWELHQVRQpFULWXUHVXUODOHWWUHTX¶LOP¶Dlaissée.  

Sa  première  disparition,  en  1928M¶HQDYDLVHXFRQQDLVVDQFHSDUPDJUDQG-­mère.  Un  jour  que  


M¶pWDLV SOXV LQVXSSRUWDEOH TXH G¶KDELWXGH HOOH P¶D GLW TXHOTXH FKRVH FRPPH  :   «  Reste   donc   un  
SHXWUDQTXLOOHWXP¶HQIDLVYRLUFRPPHWRQSqUHTXDQGLOpWDit  jeune  !  »  &RPPHM¶LQVLVWDLVSRXU
savoir  ce  que  mon  père  avait  fait  autrefois,  elle  a  fini  par  me  dire  que,  un  jour  de  1928,  il  avait  
ODLVVp OHV YDFKHV TX¶LO pWDLW FHQVp JDUGHU DX SUp HW pWDLW SDUWL« SRXU QH UHYHQLU WRXW DXVVL
subitement  que  trois  ans  après  !  À  cette  époque-­là,  il  arrivait  que  des  jeunes  gens  partent  quelque  
temps   voir   du   pays.   Ils   gagnaient   leur   vie   en   allant   de   ferme   en   ferme,   se   proposant   comme  
travailleurs   occasionnels.   Mais   jamais   ils   ne   partaient   sans   informer   leurs   parents,   et   ils  
donnaient  toujours  de  leurs  nouvelles  ±  une  simple  carte  postale,  en  général,  pour  que  la  famille  
QH V¶LQTXLqWH SDVWURS 0DLV PRQ SqUH QRQ ,O pWDLW UHYHQX FRPPH LO pWDLW SDUWL VXELWHPHQW HW
Q¶DYDLW GRQQp DXFXQH QRXYHOOH HQWUH FHV GHX[ GDWHV ,O QH SDUlait   jamais,   paraît-­LO GH FH TX¶LO
avait  fait  pendant  tout  ce  temps.  Il  semble  que  ma  grand-­mère  lui  en  avait  gardé  rancune.  

6D VHFRQGH GLVSDULWLRQ F¶pWDLW HQ    HW MH P¶HQ VRXYLHQV WUqV ELHQ /HV $OOHPDQGV
occupaient  la  France  et  nous  habitions  Poitiers  en  zone  occupée.  Un  soir,  mon  père  ne  rentra  pas.  
/H OHQGHPDLQ QRQ SOXV 0D PqUH FRPPH OHV YRLVLQV VXSSRVqUHQW TX¶LO DYDLW pWp DUUrWp SDU OHV
$OOHPDQGV GDQV XQH UDIOH 0D PqUH Q¶RVD MDPDLV VH UHQVHLJQHU DXSUqV GH OD SROLFH HW HQFRUH
moins  à  la  KommandanWXU6DQVDXFXQHUHVVRXUFHHOOHV¶RUJDQLVDDXWUHPHQW0HFRQILDQWjPD
grand-­mère   à   la   campagne,   elle   trouva   un   emploi   dans   une   usine   de   munitions   tout   en   faisant  
quelques  ménages  de  temps  à  autre  chez  des  particuliers.  

En   1945 HQ SOHLQH QXLW TXHOTX¶XQ tambourina   à   la   porte   et   une   voix   appela   ma   mère  :  
«  Germaine,  Germaine  !  »  &¶pWDLWPRQSqUH9rWXGHVRQpWHUQHOEOHXGHWUDYDLOSOXVG¶XQHYHVWH
GH VROGDW DPpULFDLQ LO DYDLW GHX[ PXVHWWHV ERXUUpHV G¶DUJHQW IUDQoDLV HW XQH SHWLWH YDOLVH DYHF
ses  affaires  personnelles.  Il  venait  de   la  gare,  où  arrivaient  tous  les   jours  des  prisonniers  et  des  
GpSRUWpV UpFHPPHQW OLEpUpV ,O FRQILUPD TX¶HQ HIIHW SULV GDQV XQH UDIOH HQ  LO DYDLW pWp
envoyé  le  soir  même  en  Allemagne  pour  travailler  dans  une  usine  de  munitLRQV3RXUO¶DUJHQWLO
DYDLW XQH H[SOLFDWLRQ SODXVLEOH 0RQ SqUH PLW O¶DUJHQW GDQV OD YDOLVH HW GLW j PD PqUH TX¶HOOH
SRXYDLWV¶HQVHUYLUSRXUOHVGpSHQVHV3XLVSOXVSHUVRQQHQHSDUODGHVHVWURLVDQQpHVG¶DEVHQFH  

Peu  de  temps  après,  en  1946  peut-­être,  le  gouvernement  décida  de  remplacer  les  anciens  billets  
SDU GHV QRXYHDX[ &HW pFKDQJH GHYDLW VH IDLUH GDQV OHV EDQTXHV /HV SHWLWHV JHQV Q¶DYDLHQW
MDPDLV PLV OHV SLHGV GDQV FH JHQUH G¶pWDEOLVVHPHQW 'DQV OD UXH LO VH GLVDLW DXVVL TXH FHWWH
opération  visait  à  détecter  les  profiteurs  de  guerre.  Ma  mère,  qui  avait  toujours  peur  de  la  police  
HQ SDUWLFXOLHU HW GH O¶$GPLQLVWUDWLRQ HQ JpQpUDO YRXOXW EU€OHU FHW DUJHQW GLVDQW TX¶HOOH DYDLW
WRXMRXUVVXTXHFHODQ¶DSSRUWHUDLWTXHGHVHQQXLVTX¶HOOHQHSRXUUDLWSDV  SURXYHUTXHFHQ¶pWDLW
SDVGHO¶DUJHQWSURYHQDQWGHWUDILFVHWF&HIXWXQHEHOOHVFqQHGHPpQDJH0RQSqUHV¶RSSRVDj
FHTX¶RQEU€OHVRQDUJHQWHWGLWTX¶LODOODLWV¶RFFXSHUGHOHFKDQJHU0DPqUHTXLVDYDLWELHQTXH
son   mari   était   complètement   ignorant   de   ces   choses-­là,   pas   du   tout   convaincue   et   même   très  
LQTXLqWH OH ODLVVD IDLUH FDU DSUqV WRXW F¶pWDLW VRQ DUJHQW /H GLPDQFKH VXLYDQW HPSRUWDQW VHV
musettes,   mon   père   partit   en   mobylette   pour   ne   revenir   que   le   soir,   ses   sacoches   pleines   de  
nouveaux  bilOHWV,OGLWjPDPqUHTX¶LOV¶pWDLWHQWHQGXDYHFVRQSDWURQHWTXHFHGHUQLHUOXLDYDLW

 
110  
IDLWOHFKDQJH8QSHXEL]DUUHTX¶XQSDWURQFKDQJHXQHSDUHLOOHTXDQWLWpGHELOOHWVSRXUXQGHVHV
PDQ°XYUHV«0D PqUHVHFRQWHQWDGHUDQJHUODYDOLVHVDQVULHQGLUHPais  son  visage  en  disait  
long.    

Mon  père  ne  savait  pas  conduire  une  voiture  mais  il  aimait  bien  rouler  avec  sa   mobylette.  Très  
souvent,  le  dimanche,  il   allait  visiter  un  nouveau   village  de   la  région.  Il   faisait  de   longs  trajets.  
Pour   le   travail,   il   roulait   beaucoup   aussi.   Il   était   employé   sur   des   chantiers   de   construction.  
6RXYHQWVRQSDWURQO¶HQYR\DLWVXUGHVFKDQWLHUVpORLJQpVjRXNLORPqWUHV&¶HVWGXPRLQV
FHTX¶LOGLVDLWHWQRXVQHSRXYLRQVOHYpULILHUFDUEL]DUUHPHQWLOQ¶DUULYDLWSDVjDYRLU de  fiches  
de  paye.  Il  partait  très  tôt  le  lundi  matin  et  ne  revenait  que  le  samedi.  Ma  mère  ne  disait  rien  mais  
VXSSRVDLWTX¶LOOXLDUULYDLWGHWUDYDLOOHUDXQRLU  

Je  savais  que  mon  père  aimait  bien,  le  samedi,  aller  au  marché  seul  pour  acheter  du  fromage  de  
FKqYUHHWGXVDXFLVVRQGHFDPSDJQH-HVDYDLVDXVVLTXHORUVTXHM¶pWDLVHQSHUPLVVLRQLODLPDLW
PHYRLUHQXQLIRUPH$SSDUHPPHQWLOpWDLWILHUGHPRL8QMRXUGRQFF¶pWDLWHQUHYHQDQW
G¶,QGRFKLQHHWKDELOOpGH PRQSOXV EHOXQLIRUPH MHGpFLGDi  de   le  rejoindre  au   marché  pour   lui  
faire  une  surprise.  

$UULYDQWGDQVVRQGRVMHOHYLVGLVFXWHUDYHFGHVJHQVTXLG¶DSUqVOHXUFRVWXPHpWDLHQWSOXVGHV
FDGUHV GH KDXW QLYHDX TXH GHV RXYULHUV $YDQW TX¶LO V¶DSHUoRLYH GH PD SUpVHQFH MH O¶HQWHQGLV
parleUVLQXVHWFRVLQXVDYHFHX[,OVHPEODLWWUqVjO¶DLVH-HQHVDYDLVPrPHSDVTX¶LOFRQQDLVVDLW
ces  mots  !  

(QM¶pWDLVHQ$IULTXHORUVTXHO¶RQP¶LQIRUPDSDUID[TXHPRQSqUHpWDLWJUDYHPHQWPDODGH
HWKRVSLWDOLVp-¶DUULYDLGHX[ MRXUVDYDQWVRQGpFqV Comme   mon  épouse  était  restée  seule  dans  
XQFDPSGHUpIXJLpVPDOVpFXULVpMHQHSXVP¶DWWDUGHUHQ)UDQFH-HQHUHVWDLGRQFTXHTXHOTXHV
jours,  le  temps  de  régler  les  funérailles  et  de  prendre  quelques  dispositions  pour  ma  mère.    

¬O¶pJOLVHFRPPHDXFLPHWière,  je  fus  surpris  du  nombre  et  de  la  qualité  des  personnes  présentes.  
Je  savais   mon  père  très  apprécié  de  son  entourage,  mais   je   ne  compris  pas  comment   il  pouvait  
connaître   tous   ces   directeurs   de   telle   entreprise   ou   de   telle   autre.   Un   me   dit   même,   en   me  
SUpVHQWDQWVHVFRQGROpDQFHVTXHODPRUWGHPRQSqUHpWDLWXQHJUDQGHSHUWHSRXUOXLFDULOO¶DYDLW
beaucoup  aidé  dans  ses  recherches  en  mathématiques.  Les  voisins  de  mon  père,  tous  des  petites  
gens,  ne  connaissaient  pas  ces  personnes.  

&¶HVWSHXDSUqVTXH  M¶DLWURXYpGDQVVRQEORXVRQXQHJUDQGHHQYHORSSHJULVHFRQWHQDQWTXHOTXHV
IHXLOOHWVPDQXVFULWV6XUO¶HQYHORSSHLOpWDLWELHQpFULWTX¶HOOHpWDLWSRXUPRLVRQILOV0RQSqUH
Q¶pFULYDLW SDV EHDXFRXS PDLV MH IXV FHUWDLQ TX¶LO V¶DJLVVDLW GH VRQ pFULWXUH De   plus,   les  
FRQVLGpUDWLRQVVXUQRWUHIDPLOOHSURXYDLHQWTXHO¶DXWHXUQHSRXYDLWrWUHTXHOXL  

Quelle  stupéfaction  :  cette  lettre  «  bien  léchée  »  dénotait  un  esprit  extrêmement  cultivé  !  Fait  très  
pWUDQJHLOP¶H[SOLTXDLWWRXWGHJRTX¶LODYDLWpWpHQOHYpSDUGHV(7HQHWTX¶LODYDLWYpFX
DYHFHX[MXVTX¶HQ,OUDFRQWDLWTXHOTXHVGpWDLOVVXUFHVpMRXUSXLVFRPPHQWHWSRXUTXRLLO
était  revenu  sur  Terre.  Il  était  reparti  en  1942  et  revenu  avec  la   «  navette  »  en  1945.  Il  racontait  
comment  «  on  »   luLDYDLWGRQQpGH O¶DUJHQWSRXUOXLHW PD PqUH,OpWDLWQDYUpG¶DYRLUUDWpVRQ
GpSDUWGpILQLWLIHQFHTXLOHFRQGDPQDLWjUHVWHUVXU7HUUHDORUVTX¶DYHFOHV(7LODXUDLW
SXYLYUHWUqVORQJWHPSV$SSDUHPPHQWODPRUWO¶DVXUSULVDYDQWTX¶LODLWSXWout  raconter.  

 
111  
Depuis,   cette   lettre   me   trouble   toujours   autant   car   elle   ne   correspond   pas   à   la   personnalité   de  
PRQSqUHHWjVRQDEVHQFHG¶pGXFDWLRQ  

LA  LETTRE  DE  MON  PERE  


«  Mon  cher  fils,    

&HWWH OHWWUH YD EHDXFRXS W¶pWRQQHU PDLV F¶HVW ELHQ PRL WRQ SDSD   le   rédacteur.   Même   si   les  
PpGHFLQV QH PH OH GLVHQW SDV MH VDLV TXH MH YDLV PRXULU ELHQW{W -¶HVSqUH VHXOHPHQW DYRLU OH
temps  de  te  raconter  mon  histoire  et,  si  possible,  de  te  donner  quelques  détails  pour  satisfaire  ta  
curiosité.    
,OQ¶HVWSDVLPSRVVLEOH  que  dans   les  années  à  venir  des  gens  voient  des  choses  étranges  dans   le  
ciel,   aussi   vais-­MH WH GLUH GH TXRL LO V¶DJLW FDU PRL MH VDLV -¶DL YpFX FKH] OHV H[WUDWHUUHVWUHV
plusieurs  années  en  deux   fois.  En  1979,  je  devais  partir  à  nouveau,  et  cette  fois  définitivement,  
PDLVMHQ¶DLSDVSX-HOHUHJUHWWHFDUM¶DXUDLVHXXQHORQJXHYLH-HW¶H[SOLTXHUDLGDQVOHVSDJHV
suivantes.  

Un   après-­midi   de   1928,   je   gardais   nos   vaches   dans   un   pré.   Appuyé   sur   un   bâton,   je   rêvassais.  
Tout  à  coup,  une  sorte  de  couvercle  GHOHVVLYHXVHHVWWRPEpjHQYLURQPqWUHVGHPRL,OQ¶\D
HX DXFXQ EUXLW M¶DL VHXOHPHQW YX O¶REMHW $XVVLW{W XQ JUDQG pFODLU URXJH HW YHUW D MDLOOL HW FH
couvercle  de  lessiveuse  est  devenu  un  énorme  engin,  gros  comme  un  camion,  de  couleur  grise  et  
sciQWLOODQW(QVXLWH GHX[ SHWLWV ERQVKRPPHV QXV RQWWUDYHUVp OD SDURL HW P¶RQW DWWUDSp HWWLUp j
O¶LQWpULHXU GH O¶HQJLQ $XVVLW{W FRXFKp M¶DL pWp UHFRXYHUW MH QH VDLV FRPPHQW G¶XQH VRUWH GH
JpODWLQHHWM¶DLSHUGXFRQWDFWDYHFO¶HQYLURQQHPHQWH[WpULHXU/H  tout  a  duré  quelques  secondes.  
¬O¶pSRTXHSHUVRQQHQHSDUODLWG¶H[WUDWHUUHVWUHV(WSRXUWDQWMHYHQDLVG¶rWUHHQOHYpSDUHX[  !  

&RPELHQGHWHPSVDGXUp OH YR\DJH MH QHVDLVSDV-¶DL OHVRXYHQLUGH QHSDV P¶rWUHYUDLPHQW


évanoui,  de  ne  pas  avoir  été  angRLVVpVLPSOHPHQWG¶DYRLUVRPPHLOOpQH YR\DQWHWQ¶HQWHQGDQW
ULHQ ¬ XQ PRPHQW G¶XQ VHXO FRXS OD JpODWLQH D IRQGX HW M¶DL HQWHQGX XQH YRL[ PH GLUH HQ
français  :  «  1¶D\H]SDVSHXULO QH YRXVDUULYHUDDXFXQ PDO7UDYHUVH] ODSDURL3DVVH] OD PDLQ
vous  verrez  que  vous  le  pouvez.  Allez-­y.  »  (WF¶HVWDLQVLTXHMHPHVXLVWURXYpGDQVXQHJUDQGH
VDOOHURQGHjF{WpGHO¶RYQL  

Devant  moi,  une  foule  de  Terriens  nus  me  regardaient  en  souriant.  Plus  loin  à  travers  le  mur  un  
peu   brillant,   je   pouvais   voir   des   petitV ERQVKRPPHV JULVkWUHV QXV HX[ DXVVL &¶pWDLHQW OHV
extraterrestres.   Comment   te   les   décrire  ?   Environ   1   mètre   de   haut,   couleur   gris   clair,   pas   de  
cheveux,  des  yeux  ronds  et  fixes,  visage  figé,  bouche  en  forme  de  O.  Pas  de  nez  mais  deux  petits  
trous   recouvHUWV G¶XQH SHDX WUDQVOXFLGH 3DV G¶RUHLOOHV PDLV j OD SODFH GHX[ SHWLWHV ERVVHV
translucides  elles  aussi.  Pieds  et  mains  comme  les  tiens  et  les  miens.  Pas  de  sexe  mais  une  petite  
bosse  à  la  place.  Voilà  à  quoi  ils  ressemblent.  

Pendant  que  nous  nous  regardLRQVOHVXQVOHVDXWUHVGDQVXQpFODLUO¶RYQLV¶HVWUpWUpFLG¶XQVHXO


FRXSSRXUQ¶rWUHSOXVJURVTXHFRPPHGLVRQVXQHSRPPH-¶DEUqJHEHDXFRXSFDUMHQHVXLVSDV
certain   de   pouvoir  tout  te   raconter.  Et   puis   les   Terriens,   du   moins   ceux   parlant   français,   P¶RQW
DFFRPSDJQp GDQV OHV ORFDX[ UpVHUYpV DX[ 7HUULHQV &XULHXVHPHQW MH Q¶pWDLV SDV IDWLJXp HW MH

 
112  
Q¶DYDLVQLIDLPQLVRLI/DSUpVHQFHG¶DXWUHV7HUULHQVpWDLWUDVVXUDQWH&¶HVWDLQVLTXHODFXULRVLWp
O¶DHPSRUWpHWTXHPDQRXYHOOHYLHDFRPPHQFp  

LES    MUR6'¶(1(5*,(  
Je  me  suis  retrouvé  dans  un  local  blanc  aux  murs  et  au  plafond  ronds.  Je  respirais  normalement,  
Q¶DYDLV QL FKDXG QL IURLG PH GpSODoDLV DXVVL IDFLOHPHQW TXH VXU 7HUUH -¶DYDLV XQH IRXOH GH
questions  à  poser.  Très  vite,   les  Terriens  parlant   fraQoDLV P¶RQWH[SOLTXp OHVSULQFLSDOHVFKRVHV
TXH M¶DYDLV EHVRLQGHVDYRLUWRXWGHVXLWH'¶DERUGGDQVFH ORFDO Q¶LPSRUWHTXHOOHSDUWLHGH OD
FORLVRQFRXUEHHWPROOHSRXYDLWVHUYLUGHPXUG¶pQHUJLH(Q\PHWWDQWODPDLQFRPPHFHFLRX
comme  cela,  on  pouvaLWVRLWODWUDYHUVHUSRXUDOOHUGHO¶DXWUHF{WpVRLW\HQIRQFHUOHVGRLJWVSRXU
ODWLUHUYHUVVRL2QSRXYDLWHQFRUHVLRQOHGpVLUDLWYRLUjWUDYHUV&¶pWDLWDXVVLOHPR\HQG¶DFFqV
au  cerveau  central  pour  demander  quelque  chose  ou  étudier.  À  ce  sujet,  RQP¶DGLWTXHSOXVLHXUV
instructeurs   parlant   français   viendraient   me   voir   quand   je   le   voudrais.   Ils   ne   pourraient   entrer  
GDQV PRQ ORFDO FDU LOV Q¶XWLOLVHQW SDV G¶R[\JqQH SRXU UHVSLUHU (Q HIIHW les   extraterrestres   ne  
UHVSLUHQWSDVQHV¶DOLPHQWHQWSDVQe  dorment  jamais,  ne  se  reproduisent  pas,  travaillent  toujours.  
,OV VRQW FHSHQGDQW WRXMRXUV GLVSRQLEOHV SRXU QRXV VL QRXV OHV DSSHORQV SDU OH PXU G¶pQHUJLH
Nous  les  Terriens  pouvons  manger  normalement,  car  les  extraterrestres  reproduisent  tout  à  partir  
de  modèles  que  les  navettes  rapportent  de  la  Terre,  aussi  bien  les  aliments  que  les  journaux.  

3RXUPHODYHUSDVEHVRLQG¶HDX,OVXIILVDLWG¶DOOHUjODVDOOHFRPPXQHGHVHPHWWUHjXQHQGURLW
GpWHUPLQpGXPXUG¶pQHUJLHHWLQVWDQWDQpPHQWXQHVRUWHG¶DVSLUateur  me  débarrassait  de  tout,  y  
compris  des  poils.  

 
MON  INSTRUCTION  
5DVVXUp SDU OHV DXWUHV 7HUULHQV GX YDLVVHDX M¶pWDLV PRLQV LQTXLHW VXU PRQ VRUW 'H SOXV PD
FXULRVLWp pWDLW WUqV IRUWH -¶DYDLV GH SOXV HQ SOXV EHVRLQ G¶HQ VDYRLU GDYDQWDJH VXU FHV
extraWHUUHVWUHV 0DLV F¶HVW YUDL DXVVL TX¶LO P¶DUULYDLW GH SHQVHU j PHV SDUHQWV TXL GHYDLHQW VH
faire  du  souci.    

8QFHUWDLQWHPSVDSUqVPRQDUULYpHG¶XQVHXOFRXSXQH[WUDWHUUHVWUHDSSDUXWGDQVXQFHUFOHGH
OXPLqUHVXUOH PXUG¶pQHUJLH,OpWDLWVLPLODLUHj FHX[TXH M¶DYDLVYXVjPRQDUULYpHVLFHQ¶HVW
TX¶LO SRUWDLW XQH VRUWH GH ERvWH OXPLQHXVH VRXV ODWrWH -H GLV ³VRXV OD WrWH´ FDU VRQ FRX pWDLW j
peine   visible.   Il   resta   debout   presque   sans   bouger,   sans   doute   pour   me   laisser   le   temps   de  
P¶KDELWXHU &¶HVW   DLQVL TXH MH P¶DSHUoXV TXH MH SRXYDLV WUDYHUVHU VRQ LPDJH HW PH UHWURXYHU
GHUULqUHOXLGHO¶DXWUHF{WpGXPXU8QHIRLVTXHQRXVI€PHVIDFHjIDFHLOFRPPHQoDjSDUOHU
en  français,  et  je  remarquai  que  sa  bouche  ne  bougeait  presque  pas  :  

«  Je  suis   venu   vous  parler,  car  vous  avez   beaucoup  de  questions  à  poser.  Nous  viendrons  vous  
voir  très  souvent.  Nous  allons  vous  instruire  de  tout  ce  que  vous  avez  besoin  de  savoir  et  de  tout  
ce   que   vous   voudrez   connaître.   Nous   répondrons   à   toutes   vos   questions,   mais   surtout   vous  
SRXUUH]LQWHUURJHUOHFHUYHDXFHQWUDOSDUO¶LQWHUPpGLDLUHGXPXUG¶pQHUJLHVXUWRXWFHTXHYRXV
voudrez  savoir  et  autant  de  fois  que  vous  le  voudrez.  Toutes  nos  connaissances  y  sont  stockées.  
&RPPH YRXVDYH]EHVRLQG¶R[\JqQHYRXV QHSRXUUH]SDs  venir  chez   nous.  De  mon  côté,  pour  
TXH YRXV P¶HQWHQGLH] MH GRLV SRUWHU FHWWH SHWLWHERvWH 4XDQG YRXV DXUH] pSXLVp YRV TXHVWLRQV

 
113  
personnelles,   votre   instruction   proprement   dite   commencera   à   votre   rythme.   Mais   vous   verrez,  
ce  sera  très  rapide.  Votre  motivation  sera  la  curiosité.  »  

-¶DLDXVVLW{WSRVpXQHIRXOHGHTXHVWLRQVHQYUDFHWDXWDQWTXHMHPHVRXYLHQQHG¶XQHPDQLqUH
SDV WUqV FODLUH ,O P¶D ODLVVp SDUOHU VDQV MDPDLV P¶LQWHUURPSUH QL MDPDLV H[SULPHU XQH pPRWLRQ
quelconque.   Comme   je   le   verrais   par   la   suite,   le   visage   des   extraterrestres   est   toujours   figé   et  
OHXUV\HX[IL[HV(QGpSLWGHPDFXULRVLWpEHDXFRXSG¶HQWUHWLHQVRQWpWpQpFHVVDLUHVSRXUTXHMH
FRPSUHQQH OHV UpSRQVHV $X GpSDUW PRQ QLYHDX G¶LQVWUXFWLRQ QH PH SHUPHWWDLW SDV GH WRXW
appréhender.   Autant   que   je   me   souvienne,   mes   questions   étaient   souvent   émaillées   de   patois.  
-DPDLVFHSHQGDQWPRQLQWHUORFXWHXUQHP¶HQDIDLWODUHPDUTXH&HQ¶HVWGRQFTXHSHWLWjSHWLWHW
en   même   temps   que   mon   instruction   proprement   dite   que,   aidé   du   cerveau   cenWUDO M¶DL SX
FRPSUHQGUHFHTXHVRQWOHVH[WUDWHUUHVWUHVFHTX¶LOVYHXOHQWjTXRLLOVPHGHVWLQHQWHWTXHOGRLW
rWUHPRQDYHQLU'qV OHGpEXWM¶DLSDUOpGH O¶LQTXLpWXGHSUREDEOHGH PHVSDUHQWV-¶DLUHoXXQH
réponse  très  concise  dans  le  genre  :  «  Ne  vous  inquiétez  pas  trop  de  ce  qui  se  passe  sur  Terre  et  
de  votre  famille.  La  vie  sur  cette  planète  est  très  courte.  Votre  avenir  ici  sera  bien  meilleur.  »  Je  
vais  te  résumer  ci-­après  le  principal.  

Nota  :   Chers   lecteurs,   les   mots   employés   ci-­après   par   mon   père   ne   sont   sans   doute   pas   très  
scientifiques,  mais  cette  lettre,  qui  a  dû  être  écrite  en  1984-­1985,  relate  des  souvenirs  datant  de  
1928  à  1931  !  

À  QUOI  SERVENT  LES  VAISSEAUX  ?    


)DXWHGHSRLQWGHUHSqUHGDQVO¶HVSDFHMHQHVDLVSDVRVHWURXYH«  mon  »  vaisseau,  mais  ce  que  
MHSHX[GpGXLUHF¶HVWTX¶LOHVWVRLWSURFKHGXV\VWqPHVRODLUHVRLWjO¶LQWpULHXUPrPH,OQ¶HVWSDV
PDWpULHO GDQV OH VHQV R QRXV O¶HQWHQGRQV (Q HIIHW son   enveloppe   extérieure   est   pure  
«  énergie-­matière  »,   comme   disent   les   extraterresWUHV 2Q QH SHXW OH YRLU GH O¶H[WpULHXU ,O HVW
GRQF LQYLVLEOH GH QRWUH SODQqWH 'H O¶LQWpULHXU LO HVW LPPHQVH PDLV FRPPH OHV H[WUDWHUUHVWUHV
SHXYHQWGLODWHURXFRPSUHVVHUO¶pQHUJLHMHGRXWHTX¶LOVRLWSRVVLEOHGHGpGXLUHVDSUpVHQFHGDQV
le  cosmos  par  VHVHIIHWVVXUVRQHQYLURQQHPHQW,OIDXWEHDXFRXSG¶pQHUJLHSRXUOHVEHVRLQVGHV
extraterrestres,  mais  elle  ne  manque  pas  car  il  y  a  beaucoup  de  soleils  dans  le  cosmos.    

/HVH[WUDWHUUHVWUHVRQWTXLWWpOHXUSODQqWHLO\DGHVPLOOLHUVG¶DQQpHV pTXLYDOHQW terrestre)  pour  


se   réfugier   dans   des   vaisseaux,   car   une   collision   avec   un   corps   céleste   était   prévue   depuis  
longtemps.   ,O H[LVWH SOXVLHXUV YDLVVHDX[ FRPPH XQH HVFDGULOOH TXL Q¶D SDV WRXMRXUV pWp
positionnée  au  même  endroit.  Ces  vaisseaux  se  partagent  la  sXUYHLOODQFHGHO¶HQYLURQQHPHQWGH
O¶HVFDGULOOHSDUO¶REVHUYDWLRQGHVSODQqWHVSURFKHV,OV¶DJLWG¶LQWHUFHSWHUGHVpPLVVLRQVGHWRXWHV
VRUWHV PDLV DXVVL G¶HQYR\HU HW GH UpFXSpUHU GHV «  espions  »   sur   la   planète   considérée.  
Concernant  la  Terre,  pour  des  raiVRQVGHFRPPRGLWpHWG¶HIILFDFLWpFHVRQWHQJpQpUDOG¶DQFLHQV
7HUULHQV&HUWDLQVYLYHQWDYHFOHVH[WUDWHUUHVWUHVGHSXLVGHVPLOOLHUVG¶DQQpHV3OXVLHXUVVRQWHQ
cours  de  mutation  et  ressemblent  de  plus  en  plus  aux  véritables  extraterrestres.  Leur  morphologie  
FKDQJH%HDXFRXSQ¶RQWTXDVLPHQWSOXVG¶RUJDQHVJpQLWDX[SDUH[HPSOH  

Mon  vaisseau  est  en  charge  de  la  surveillance  de  notre  système  solaire,  et  donc  de  la  Terre.   Les  
PRWV TXH M¶HQWHQGDLV OH SOXV VRXYHQW HQ FRQVXOWDQW OH FHUYHDX FHQWUDO pWDLHQW «  rationnel  »   ou  
«  logique  »HWSRXUOHVH[WUDWHUUHVWUHVLOQ¶HVWSDVUDWLRQQHOG¶LQWHUYHQLUG¶DXFXQHPDQLqUHGDQVOD
YLHG¶XQHSODQqWHRXGHVHVKDELWDQWVQLPrPHGHVHIDLUHFRQQDvWUH6LFHODDUULYHSDUDFFLGHQW

 
114  
le   témoin   est   enlevé   et   transporté   au   vaisVHDX ,O SRXUUD \ YLYUH HW V¶LO OH YHXW SDUWLFLSHU DX[
recherches.  

&HSHQGDQWLOH[LVWHG¶DXWUHVH[WUDWHUUHVWUHVYHQDQWGX*UDQG$LOOHXUV$YHFFHUWDLQVOHYDLVVHDX
SHXWFRPPXQLTXHUDYHFG¶DXWUHVQRQ0DLVFHODQHVHPEOHSDVLQTXLpWHU«  mes  »  extraterrestres.  
&HV LQFRQQXV VHPEOHQW Q¶rWUH TXH GH SDVVDJH VL M¶RVH GLUH ,OV QH SDUDLVVHQW V¶LQWpUHVVHU j OD
7HUUH TX¶j WLWUH GH FROOHFWH GH UHQVHLJQHPHQWV ,O HVW SRVVLEOH TX¶LOV VRLHQW j O¶RULJLQH GHV
REVHUYDWLRQVUHODWpHVSDUOHVPpGLDVGHOD7HUUH&HQ¶HVt  pas  le  problème  de  mes  extraterrestres.  
(X[ VDYHQWWRXW FH TXL VH SDVVH VXU 7HUUH &H TX¶LOV QH VDYHQW SDV OHV HVSLRQV SHXYHQW OH OHXU
apprendre.   Ils   peuvent   aussi   rapporter   au   vaisseau   livres   et   journaux.   Ils   rapportent   également  
des  objets  ou,  pour  les  Terriens  à  bord,  des  échantillons  alimentaires  à  reproduire,  et  aussi  toutes  
sortes  de  renseignements  pour  enrichir  le  cerveau  central,  qui  est  commun  à  tous  les  vaisseaux  et  
accessible  à  tous,  y  compris  aux  Terriens  et  dans  la  langue  de  leur  choix.  

Si   uQ 7HUULHQ Q¶D SDV XQH ERQQH LQVWUXFWLRQ j VRQ DUULYpH OHV H[WUDWHUUHVWUHV O¶pGXTXHQW HQ
FRPPHQoDQWSDUODPDvWULVHGHVDSURSUHODQJXHDYDQWGHO¶LQLWLHUjODPDQLSXODWLRQGXFHUYHDX
FHQWUDO&HIXWPRQFDV&¶HVWDLQVLTXHO¶RQSHXWFRQQDvWUHOHSDVVpFomme  le  présent  de  la  Terre  
GDQV WRXV OHV GRPDLQHV PDLV DXVVL WRXW FH TXL HVW UpSHUWRULp GH Q¶LPSRUWH TXHOOH DXWUH SODQqWH  
&RQFHUQDQW O¶pWXGH GX YLYDQW LO \ D FHSHQGDQW GHV FKRVHV TX¶LOV QH FRPSUHQQHQW SDV WUqV ELHQ
pour   le   moment.   Par   exemple,   sur   TerrH LOV FRQVWDWHQW PDLV Q¶HQ FRPSUHQQHQW SDV O¶XWLOLWp OD
diversité  du  vivant  conscient.  Ils  étudient  nos  émotions,  aussi,  et  eux  ne  semblent  pas  en  avoir.  
Ils   sont   rationnels,   point.   Le   concept   de   différentes   nations   leur   est   étranger,   ainsi   que   ses  
conséquences,  comme  celle  des  différentes   langues.   ,OVHPEOHTXHVXUWRXWHVOHVSODQqWHVTX¶LOV
RQWYLVLWpHVLOQ¶\DLWTX¶XQHXQLTXHYLHFRQVFLHQWHORUVTX¶HOOHH[LVWHELHQHQWHQGX,OQ¶\DGRQF
TX¶XQVHXOSHXSOHVXUFKDTXHSODQqWH3DVGHGLIIpUHQWHVQDWLRns  et  une  seule  langue.  Le  concept  
GH GpPRFUDWLH Q¶HVW SDV WUqV ELHQ DSSUpKHQGp QRQ SOXV 3RXU HX[ SRXU FKDTXH SUREOqPH LO QH
SHXW \ DYRLU TX¶XQH VHXOH UpSRQVH SRVVLEOH HW F¶HVW FHOOH TXL HVW OD SOXV UDWLRQQHOOH HW OD SOXV
logique.  Si  un  problème  se  poseOHVH[WUDWHUUHVWUHVQ¶RQWSDVEHVRLQGHFRPPXQLTXHUHQWUHHX[  :  
tous  sans  exception  trouvent  en  même  temps   la  seule  réponse  possible.   Voilà  aussi  pourquoi   la  
Terre  les  intéresse.    

SANTE  ET  LONGEVITE  ENTIEREMENT  MAITRISEES  


%LHQTX¶LOVHVVDLHQWGHSDUYHQLU  jFRQQDvWUHODWRWDOLWpGHO¶LQIRUPDWLRQLQLWLDOHSRXUSRXYRLUSHXW-­
rWUH OD PDQLSXOHU OHV H[WUDWHUUHVWUHV VDYHQW TX¶LOV Q¶pFKDSSHURQW VDQV GRXWH SDV j OD ILQ GX
FRVPRV ,OV VRQW SDUWLV GH OHXU SODQqWH LO \ D GHV PLOOLHUV G¶DQQpHV VL O¶RQ UDLVRQQH HQ WHPps  
WHUUHVWUH HWGHSXLVDXFXQ Q¶HVW PRUWG¶DSUqV OHFHUYHDXFHQWUDO8QSRLQWQRLUSRXUWDQW  :  il  est  
DUULYp UDUHPHQW PDLV LO HVW DUULYp TXH GHV QDYHWWHV QH UHQWUHQW MDPDLV DX YDLVVHDX ,O Q¶\ D
DXFXQH H[SOLFDWLRQ SRXU OH PRPHQW &HUWDLQV G¶HQWUH HX[ VRQW GRQF j O¶LQWpULHXU GH OHXUV
vaisseaux.   Combien   sont-­ils  ?   Des   milliers,   des   millions  ?   Impossible   de   le   savoir.   Comment  
font-­ils  pour  ne  pas  vieillir,  ni  eux  ni  les  Terriens  «  prisonniers  consentants  »  ?  Il  en  est  de  même  
pour  les  autres  entités  conscieQWHVYHQDQWG¶DXWUHVSODQqWHVHWKDELWDQWG¶DXWUHVYDLVVHDX[7RXV
les   habitants   des   vaisseaux   bénéficient   de   la   même   longévité,   même   si   certains   ont   besoin  
G¶R[\JqQHRXG¶DXWUHFKRVHSRXUYLYUH  

/HV 7HUULHQV TXL VRQW LFL GHSXLV GHV PLOOLHUV G¶DQQpHV ILQLssent   par   subir   des   changements  :   ils  
PXWHQWGHOHXUYLYDQW&HUWDLQVRUJDQHVV¶DWURSKLHQWSXLVGLVSDUDLVVHQW,OQ¶\DMDPDLVGHGpFqV

 
115  
QLFKH]OHVH[WUDWHUUHVWUHVQLFKH]OHV7HUULHQVHWF¶HVWODSULQFLSDOHUDLVRQSRXUODTXHOOHDXFXQGH
ces  derniers  ne  veut  retourner  sur  Terre.  

Dans   le   vaisseau,   il   y   a   la   même  gravité  que  sur  Terre.  Peut-­être  le  vaisseau  tourne-­t-­il   sur   lui-­
même.  On  ne  peut  aller  dans  les  locaux  des  extraterrestres,  mais  on  peut  les  voir.  Ils  se  déplacent  
FRPPHQRXVVDQVIORWWHU-¶DLGpMjHXO¶RFFDVLRQGHWHGLUHTXHOHVH[WUDWHUUHVWUHVQHV¶DOLPHQWHQW
SDVQHGRUPHQWMDPDLVQHUHVSLUHQWSDVHWQHVHUHSURGXLVHQWSDVQRQSOXV/HXUDOLPHQWF¶HVW
O¶pQHUJLH (Q SHUPDQHQFH LOV UHoRLYHQW O¶pQHUJLH QpFHVVDLUH 3RXU HX[ FRPPH SRXU QRXV OHV  
FRUSV VRQW FRQVWDPPHQW DQDO\VpV VDQV TXH OH VXMHW QH V¶HQ UHQGH FRPSWH HW OHV EHVRLQV VRQW
aussitôt  satisfaits.  Nous  les  Terriens,  nous  nous  alimentons  normalement,  mais  nous  bénéficions  
DXVVLG¶XQFRPSOpPHQWG¶pQHUJLH$XFXQH PDODGLHQHSHXWVHGpFODUHUSDUFHTX¶HQDPRQWWRXW
manque   est   satisfait   à   temps.   Neurones   et   cellules   sont   soignés   ou   remplacés   à   temps,   ce   qui  
empêche  le  vieillissement.  Les  extraterrestres  peuvent  tout  faire,  même  changer  un  cerveau  et  y  
injecter  de  la  mémoire  ancienne.  

ConcernanWODPpPRLUHLOVHPEOHTX¶LO\DLWXQHOLPLWHjVRQFRQWHQX(QHIIHWLODUULYHTXHOH
FHUYHDX FHQWUDO LQGLTXH j FHUWDLQV VXMHWV TX¶LOV GRLYHQW «  déposer  »   provisoirement   leurs  
souvenirs  les  plus  anciens  dans  le  cerveau  central.  ¬WRXWPRPHQWV¶LOVHQpprouvent  le  besoin,  
ils  peuvent  y  avoir  accès  par  le  cerveau  central.  Mais  tout  le  monde  peut  aussi  les  consulter,  car  
dans  les  vaisseaux  tout  est  commun,  y  compris  les  renseignements.  

(QFRUH XQ PRW SRXU ILQLU /RUVTX¶XQH QDYHWWH YD VXU 7HUUH HQ JpQpUDO LO \ D j ERUG G¶DQFLHQV
Terriens,   principalement   pour   des   raisons   physiologiques   ±   la   respiration,   par   exemple.  
 
EN  MISSION  SUR  TERRE    
'XUDQWO¶DQQpHWHUUHVWUHSDUOHPXUG¶pQHUJLHXQH[WUDWHUUHVWUHP¶DGHPDQGpVLM¶DFFHSWDLV
de   revenir   sur   Terre   pour   un   peu   de   temps,   le   vaisseau   manquant   de   correspondants   sur   cette  
SODQqWH -¶pWDLV DVVH] ILHU G¶rWUH MXJp GLJQH GH FHWWH PLVVLRQ WRXW HQ VDFKDQW ELHQ TXH PD
GpVLJQDWLRQpWDLWGHVSOXVUDWLRQQHOOHVFDUMHFRQQDLVVDLVHQFRUHELHQODYLHVXU7HUUHHWQ¶\ étais  
SDV FRQQX VDXI GH PRQ HQWRXUDJH IDPLOLDO -¶DL GRQF DFFHSWp VSpFLILDQW VHXOHPHQW TXH MH QH
YRXODLVSDVSDUWLUWURSORQJWHPSVHWULVTXHUG¶\PRXULU2QP¶DGRQFUpLQFXOTXpOHSDWRLVTXHMH
FRPPHQoDLV VpULHXVHPHQW j RXEOLHU &¶HVW DLQVL TXH SHX DSUès,   je   me   suis   retrouvé   en  
FRPSDJQLHGHGHX[DXWUHV7HUULHQVHWG¶XQH[WUDWHUUHVWUHGDQVOHPrPHW\SHGHQDYHWWHTXHORUV
GH PRQ HQOqYHPHQW /¶H[WUDWHUUHVWUH DYDLW XQ ORFDO VpSDUp WRXMRXUV j FDXVH GH O¶R[\JqQH GRQW
nous,   nous   avions   besoin.   Le   processus   fXW OH PrPH TX¶j PRQ GpSDUW GH OD 7HUUH 5pGXFWLRQ
LQVWDQWDQpHGHO¶HQJLQ «  gélatine  »  SDUWRXWjO¶LQWpULHXUWUDYHUVpHGXPXUG¶pQHUJLHH[WpULHXUGX
YDLVVHDX HW OpJHU HQGRUPLVVHPHQW ¬ O¶DSSURFKH GH OD 7HUUH IRQWH GH OD «  gélatine  »   et  
atterrissage  dans  XQSUpHQWRXUpG¶DUEUHV&XULRVLWpSRXUPRL PDLV ILQDOHPHQWSHXG¶pPRWLRQV
-¶DYDLVGpMjEHDXFRXSFKDQJpHWDYDLVO¶LPSUHVVLRQG¶rWUHHQYR\DJHGDQVXQSD\VpWUDQJHU  

&RPPHFRQYHQXXQKRPPHP¶DWWHQGDLWDYHFXQHYDOLVH-¶DLWUDYHUVpODSDURLGHODQDYHWte  et  il  


P¶DUHPLVGHVYrWHPHQWVFDUM¶pWDLVQX3HQGDQWTXHMHP¶KDELOODLVGDQVXQpFODLUGHWRXWHVOHV
FRXOHXUV OD QDYHWWH V¶HVW UpWUpFLH HW HVW UHSDUWLH HQ VLOHQFH j JUDQGH YLWHVVH -H QH SRXYDLV OD
suivre  des  yeux,  elle  était  bien  trop  petite.  Je  saLVPRQFKHU5RQGLUDLWO¶KLVWRLUHGH&HQGULOORQ
PDLVF¶HVWFRPPHoD  !  

 
116  
&H PRQVLHXU WUqV V\PSDWKLTXH P¶D UHPLV FH TXL pWDLW SUpYX  :   une   carte   marquée   de  
O¶HPSODFHPHQWGHO¶DWWHUULVVDJHHWOHVGDWHVHWKHXUHVGHVSURFKDLQVFRQWDFWVDYHFOXLWRXMRXUVOD
YHLOOH GH O¶DUULYpH G¶XQH QDYHWWH (Q JURV WRXV OHV WURLV PRLV /D GDWH G¶DUULYpH G¶XQH QDYHWWH
VHUYDLWGHFRQWDFWGHUDWWUDSDJHHQFDVGHSUREOqPH/¶HQGURLWSUpYXpWDLWFHOXLRQRXVpWLRQVXQ
lieu-­dit,  Le  Planty,  près  de  Buxerolles,  dans   le  Poitou.  Dans   la  valise  se  trouvait  un  gros  tas  de  
ELOOHWV GH EDQTXH SRXU PH SHUPHWWUH GH YLYUH /¶KRPPH D SULV QRWH GH PRQ DGUHVVH FKH] PHV
SDUHQWV SXLV P¶D UHPLV XQH IHXLOOH GH SDSLHU H[SRVDQW PD PLVVLRQ &¶pWDLW IDFLOH
(VVHQWLHOOHPHQW LO V¶DJLVVDLW G¶DFKHWHU Ges   livres   de   mathématiques   et   de   physique   les   plus  
récents  possible,  et  de  ramasser  des  échantillons  de  plantes  diverses.  Cette  dernière  tâche,  étant  
ILOV GH SD\VDQV PH VHUDLW IDFLOH 3RXU OHV OLYUHV GH VFLHQFHV M¶pWDLV PRLQV FRQQDLVVHXU PDLV
M¶DOODLVIDLUHGHPRQPLHX[$SUqVXQHSRLJQpHGHPDLQQRXVQRXVVRPPHVVpSDUpVHWM¶DLSULVOH
train  à  Poitiers  pour  rentrer  chez  mes  parents,  près  de  Lusignan.    

LE  RETOUR  SUR  TERRE  


&¶HVWDLQVLTX¶XQPDWLQMHVXLVDUULYpjODIHUPHGHPHVSDUHQWVYDOLVHjODPDLQ  4XHOVDYRQM¶DL
pris  !  Mais  enfin  ils  étaient  bien  contents  de  me  revoir.  Les  récriminations  portaient  surtout  sur  le  
fait  que  les  vaches  étaient  rentrées  toutes  seules  à  la  ferme,  ce  qui  aurait  pu  causer  des  accidents  
ou   des   dégâts   dans   les   champs   des   voisins.   Après   des   commentaires   acerbes   concernant   «  ces  
MHXQHVGHPDLQWHQDQWGRQWRQQHVDLWSOXVFHTX¶LOVRQWGDQVODWrWH  »WRXWHVWUHQWUpGDQVO¶RUGUH
G¶DXWDQWSOXVIDFLOHPHQWTXHM¶DYDLVELHQSUpFLVpTXHM¶DYDLVWRXMRXUVWUDYDLOOpGHIHUPHHQIHUPH  
HWTXHM¶DYDLVGRQFXQSpFXOH$SUqVDYRLUDFKHWpSRXUOHSURXYHUGXWLVVXQRLUSRXUOHVMXSRQV
de   ma   mère   et   une   montre   pour   le   gousset   de   mon   père,   plus   personne   ne   parlait   plus   de   ma  
disparition.    

(WSXLVMHVXLVSDUWLDXVHUYLFHPLOLWDLUHHWM¶DLFRnnu  ta  mère.  En  1933,  nous  nous  sommes  mariés  


HW WX HV Qp O¶DQQpH VXLYDQWH &H PDULDJH MH VDYDLV TXH FH Q¶pWDLW SDV OD FKRVH j IDLUH PDLV MH
pensais  pouvoir   faire  vivre  une  famille  et  continuer  ma   mission  sans  que  mon  correspondant  le  
VDFKH -H P¶pWDLV DWWDFKp j WD PqUH HW j WRL PDLV M¶DYDLV DXVVL O¶LQWHQWLRQ GH QH SDV YLYUH XQH
WRXWH SHWLWH H[LVWHQFH VXU 7HUUH (Q IDLW MH SHQVDLV SRXYRLU YLYUH DYHF YRXV MXVTX¶j XQ kJH
avancé  avant  de  regagner  le  vaisseau.  Il  fallait  choisir  entre  une  vie  courte  avec  ta  mère  et  toi  et  
XQHYLHORQJXHGDQVOHYDLVVHDXFHTXLpWDLWLPSRVVLEOHSRXUPRL-HVDYDLVDXVVLTXHMHQ¶pWDLV
SDVjO¶DEULG¶XQH LPSUXGHQFHHWTX¶LO Q¶pWDLWSDVUDWLRQQHOGHGpYRLOHUDX[7HUULHQV O¶H[LVWHQFH
des  extraterrestres.    

MA  DOUBLE  VIE  
 
En  1934QRXVVRPPHVSDUWLVYLYUHj3RLWLHUV¬WDPqUHM¶DLUDFRQWpTXHPHVSDUHQWVP¶D\DQW
remis  un  pécule,  nous  pouvions  louer  un  logement  et  acheter  une  petite  moto  pour  moi.  Ensuite,  
M¶DLpWpHPEDXFKpFRPPHPDQ°XYUHGDQVOHEkWLPHQW&RPPHOHVRXYULHUVORJeaient  sur  place,  
SUqVGHVFKDQWLHUVUpSDUWLVGDQVWRXWOH3RLWRXHWTXHOHVPDQ°XYUHVQ¶pWDLHQWSDVXWLOHVWRXVOHV
MRXUVM¶DYDLVVXIILVDPPHQWGHOLEHUWpSRXUUHPSOLUPDPLVVLRQVXUWRXWDYHFODPRWR-HSRXYDLV
aller  dans  les  champs  ramasser  des  échantLOORQVGHFXOWXUHVQRXYHOOHVSDUH[HPSOH/¶DFKDWGHV
livres  était  un  peu  plus  difficile  pour  moi  car,  malgré  une  petite  formation  sur  les  sciences  reçue  
VXU 7HUUH MH Q¶\ FRQQDLVVDLV SDV JUDQG-­chose.   Je   fouinais   chez   les   libraires,   mais   mes   habits  
G¶RXYULHUPHUHQGDLHQWXQSHXVXVSHFW3RXUpYLWHUFHODLOP¶HVWPrPHDUULYpGHYROHUGHVOLYUHV

 
117  
à   la   bourse   du   travail   de   Poitiers,   qui   avait   une   bibliothèque   très   fournie   en   livres   de   sciences  
PDLVQ¶pWDLWTXHWUqVSHXIUpTXHQWpHSDUOHVRXYULHUV(QIDLWM¶y  étais  toujours  seul.  
 
-H GRQQDLV WRXMRXUV FKDTXH PRLV j WD PqUH XQ SHX SOXV G¶DUJHQW TXH OD PR\HQQH GHV DXWUHV
RXYULHUV FH TXH M¶H[SOLTXDLV SDU OHV KHXUHV VXSSOpPHQWDLUHV 0RQ DUJHQW VH WURXYDLW GDQV OD
YDOLVH IHUPpH j FOp VXU O¶DUPRLUH (OOH pWDLW FHQVpH FRQWHQLU PHV VRXYHQLUV G¶HQIDQFH HW OH
SUpWHQGXSpFXOHGHPHVSDUHQWV-HVDYDLVTXHWDPqUHQ¶RVHUDLWMDPDLVO¶RXYULUHWHQFRUHPRLQV
GHPDQGHUjODPLHQQHFRPELHQHOOHP¶DYDLWGRQQp&HTXLP¶DUUDQJHDLWELHQDXVVLF¶HVWTXHWD
mère  disait  toujours  qX¶LOQHIDOODLWSDVWRXFKHUjFHWDUJHQWFDURQQHVDYDLWSDVFHTXHO¶DYHQLU
QRXVUpVHUYDLW(QHIIHWWRXWOHPRQGHSUHVVHQWDLWODJXHUUH0DPRWRD\DQWUHQGXO¶kPHMHPH
suis   acheté   une   mobylette   prétendument   à   crédit,   ce   qui   inquiétait   ta   mère.   Pour   ce   qui   me  
FRQFHUQHMHQHVDYDLVSDVYUDLPHQWVLPRQFRQWDFWPHGRQQHUDLWHQFRUHGHO¶DUJHQW  
 
Mes  entrevues  avec  mon  contact  avaient  lieu  sans  problème.  Je  ne  me  perdais  plus  pour  trouver  
le   pré   la   nuit.   Nous   fraternisions   un   peu   plus   à   chaque   rencontre.   -H VDYDLV PDLQWHQDQW TX¶LO
FRQQDLVVDLW ELHQ OH YDLVVHDX HW TX¶LO YHQDLW GH %HOJLTXH (Q JpQpUDO VHV UHQGH]-­vous   avec   les  
divers   correspondants   comme   moi   avaient   lieu   en   Belgique.   La   plupart   des   atterrissages   de  
QDYHWWHV VH IDLVDLHQW GDQV FH SD\V &¶pWDLW   semble-­t-­il,   la   plaque   tournante   des   renseignements  
SRXU O¶(XURSH -H OXL UHPHWWDLV PD FROOHFWH SUHQDLV XQH QRXYHOOH FRPPDQGH HW DSUqV XQH
FRQYHUVDWLRQGHTXHOTXHVLQVWDQWVMHUHSDUWDLV-HQ¶DLMDPDLVHXOHFRXUDJHGHO¶LQIRUPHUGHPRQ
mariage   et   de   tD QDLVVDQFH $UULYp VXU OD URXWH LO P¶DUULYDLW GH UHJDUGHU OH FLHO GDQV O¶HVSRLU
G¶DSHUFHYRLU XQH QDYHWWH DX FDV R HOOH DUULYHUDLW OD QXLW PrPH HW QRQ OH OHQGHPDLQ FRPPH
SUpYXPDLVMHQ¶DLMDPDLVULHQYX  
 
LA  GUERRE  
 
La   France   était   coupée   en   deux.   Le   Poitou   était   en   zone   occupée   et   se   déplacer   devenait  
GDQJHUHX[0RQFRQWDFWDYDLWHQFRUHSOXVGHSUREOqPHVTXHPRLjFHQLYHDXHWLOP¶DDYHUWLTX¶LO
pWDLWSOXVSUXGHQWSRXUQRXVGHUHQWUHUDXYDLVVHDX&HGHUQLHUDOODLWV¶DSSURFKHUGHOD7HUUHDYHF
une   mXOWLWXGHGHQDYHWWHVSRXUUpFXSpUHUHQXQVHXOYR\DJHWRXVOHVFRUUHVSRQGDQWV&¶HVWjFH
PRPHQWTXHMHO¶DLLQIRUPpGHPDVLWXDWLRQ,OP¶DPLVHQJDUGHJHQWLPHQWP¶H[SOLTXDQWTXHFH
Q¶pWDLW SDV SUXGHQW SRXU PRL GH UHVWHU(Q HIIHW MH ULVTXDLV GHWRPEHU   malade   et   de   mourir   sur  
7HUUH-HSRXYDLVDXVVLrWUHLPSUXGHQWHWODLVVHUHQWHQGUHSDULQDGYHUWDQFHTXHM¶pWDLVHQFRQWDFW
DYHFGHVrWUHVYHQXVG¶DLOOHXUV2QQ¶DXUDLWSDVPDQTXpDORUVGHP¶HQIHUPHUGDQVXQHPDLVRQGH
IRXVMXVTX¶jODILQGHPHVMRXUV RQne  disait  pas  «  hôpital  psychiatrique  »  jO¶pSRTXH  ;;  dans  ce  
FDVSHUVRQQHQHSRXUUDLWULHQSRXUPRLDXFXQHQDYHWWHQHSRXUUDLWPH ORFDOLVHU&¶pWDLWOHERQ
moment  pour  partir,  disait-­il,  cela  ne  paraîtrait  pas  bizarre,  car  à  cette  époque  beaucoup  de  gens  
GLVSDUDLVVDLHQW VRLW j FDXVH GHV ERPEDUGHPHQWV VRLW SDUFH TX¶LOV pWDLHQW DUUrWpV SDU OHV
Allemands.  
 
$SUqVDYRLUIDLWjWDPqUHTXHOTXHVDOOXVLRQVFRQFHUQDQWO¶DUJHQWTX¶HOOHSRXUUDLWSUHQGUHDXFDV
R LO P¶DUULYHUDLW PDOKHXU M¶DL SULV PD GpFLVLRQ HW   au   rendez-­YRXV VXLYDQW M¶DL LQIRUPp PRQ
FRUUHVSRQGDQW TXH M¶pWDLV SUrW j SDUWLU 4XHOTXHV MRXUV DSUqV QRXV SDUWLRQV &HWWH IRLV SDV GH
«  gélatine  ».   Le   vaisseau   était  tout   près   de   la   Terre   et   en   quelques   minutes   nous   étions   à   bord.  
-¶pWDLVFRQWHQWPDLVM¶DYDLVOHF°XUJURV  
 

 
118  
SECOND  SEJOUR  DANS  LE  VAISSEAU  
 
¬ERUGGXYDLVVHDXM¶DLUHSULVPDYLHG¶DYDQWHWDXILOGXWHPSVOHVpYpQHPHQWVGHOD7HUUHPH
FRQFHUQDLHQWGHPRLQVHQPRLQV-¶pWXGLDLVEHDXFRXSSRXUFRPSUHQGUHPRLDXVVLOHVVHFUHWVGH
O¶8QLYHUs.  Un  seul  but  pour  tous  DFFpGHUjO¶LQIRUPDWLRQLQLWLDOHDYDQWODILQGXF\FOHHWHVSpUHU
DFTXpULUDLQVLO¶LPPRUWDOLWp0DLVDYDQWGHYUDLPHQWSDUWLFLSHUDX[UHFKHUFKHVLODOODLWV€UHPHQW
PHIDOORLUSOXVLHXUVFHQWDLQHVG¶DQQpHVWHUUHVWUHVSRXUDVVLPLOHr  les  informations  données  soit  par  
les  extraterrestres,  soit  par  le  cerveau  central,  soit  aussi  quelquefois  par   le  survol  en  navette  de  
SODQqWHVLQFRQQXHV&¶HVWDLQVLTXHMHPHVRXYLHQVG¶XQHSODQqWHTXLVDQVQXOGRXWHpWDLWKDELWpH
±  le  cerveau  central,  TXLUHFHYDLWOHVDQDO\VHVOHFRQILUPDLW3RXUWDQWLOQ¶\DYDLWDXFXQHWUDFHDX
VRO -DPDLV Q¶\ D pWp GpWHFWp XQ rWUH YLYDQW HQ GpSODFHPHQW 3RXUUDLW-­il   exister   du   vivant  
invisible  ?   Ce   vivant   vivrait-­il   dans   les   profondeurs   de   la   planète  ?   Au   moment   où   M¶pFULV MH
VXSSRVHTXHFHWWHSODQqWHHVWWRXMRXUVjO¶pWXGH  
 
¬SURSRVGHYR\DJHVGDQV O¶HVSDFHHWDYDQWTX¶LO QHVRLWWURSWDUGMHYDLVHVVD\HUGHWHGRQQHU
quelques   explications.   Pour   cela,   il   me   faut   parler   du   cosmos.   Pour   les   extraterrestres   du  
vaisseau,  les  voyages  dans  le  cosmos  ne  dépendent  ni  de  la  vitesse  de  la  lumière,  ni  de  la  gravité  
GHVFRUSVFpOHVWHVQLGXWHPSVQLGHO¶pQHUJLHXWLOLVpHSRXUSURSXOVHUXQH IXVpH/¶8QLYHUVHVW
HQH[SDQVLRQ'HSOXVFHWWHH[SDQVLRQV¶DFFpOqUHFRQWLQXHOOHPHQt.  Il  est  donc  illusoire  de  croire  
TXHO¶RQSHXWDYHFXQHIXVpHTXHOOHTXHVRLWVDSXLVVDQFHUDWWUDSHUXQV\VWqPHTXLV¶pORLJQHHW
accélère   à   des   vitesses   qui   peuvent   être   supérieures   à   la   vitesse   de   la   lumière   dans   un   temps  
local.  
 
En  effet,  plus  la  taiOOHG¶XQREMHWHVWLPSRUWDQWH±  XQV\VWqPHDXWRXUG¶XQHpWRLOHSDUH[HPSOH±,  
plus   son   temps   propre   est   lent.   De   même,   plus   un   objet   est   petit,   plus   son   temps   propre   est  
rapide.   En   partant   de   cette   constatation,   les   extraterrestres   ont   trouvé   un   moyen   de   voyager  
GDQVO¶HVSDFH-­temps  LOVVHVHUYHQWGHO¶LQILQLPHQWSHWLW  
 
Il   existe   peut-­rWUH G¶DXWUHV PR\HQV 0DLV OHV H[WUDWHUUHVWUHV QH YHXOHQW SDV SHUWXUEHU OD YLH VXU
une  planète  habitée.  Si  relation  il  y  a  entre  deux  civilisations,  la  moins  évoluée  va  copier  la  plus  
avancée.   De   ce   fait,   elle   ne   se   tourne   pas   vers   des   recherches   originales.   Or,   même   une  
civilisation   moins  avancée  peut  trouver  une  direction  de  recherche  à   laquelle   les  extraterrestres  
Q¶RQWSDVSHQVp  
 
&¶HVW GLIILFLOH SRXU PRL GH W¶H[SOLTXHU   ces   choses,   car   les   concepts   scientifiques   des  
extraterrestres   et   ceux   de   la   Terre   sont   différents   et   les   mots   me   manquent.   Pour   les  
extraterrestres,  le  cosmos  est  comme  un  ballon  qui  non  seulement  grossit  sans  arrêt,  mais  dont  le  
JURVVLVVHPHQW V¶DFFpOqUH   HQ SHUPDQHQFH ¬ O¶LQWpULHXU VHWURXYH O¶LQIRUPDWLRQ LQLWLDOH SHQVHQW-­
ils.   Mais   il   y   a   une   différence   entre   la   représentation   terrestre   du   cosmos   et   celle   des  
extraterrestres.    
 
3RXU OHV 7HUULHQV OHV JDOD[LHV YLVLEOHV RX QRQ F¶HVW OH FRVPRV GRQW OH Vystème   solaire   fait  
SDUWLH 3RXU OHV H[WUDWHUUHVWUHV F¶HVW VL WX YHX[ FRPPH OD SHDX G¶XQ EDOORQ  ;;   les   galaxies   sont  
sur  la  peau  de  ce  ballon.  Notre  système  solaire  aussi,  bien  entendu.  Ces  galaxies,  avec  de  grandes  
distances   entre   elles,   sont   étagées   à   O¶LQWpULHXU GX EDOORQ R O¶HVSDFH OH WHPSV HW OHV GLVWDQFHV

 
119  
VRQW IOXFWXDQWV 3RXU DOOHU G¶XQ SRLQW j XQ DXWUH VXU OD «  peau  »   du   cosmos,   il   faut   passer   par  
O¶LQWpULHXUGXEDOORQ/HPR\HQF¶HVWO¶LQILQLPHQWSHWLWTXLVHXOSHXWUpGXLUHO¶HVSDFH-­temps.      
 
,PDJLQH XQ REMHW GH OD WDLOOH G¶XQH YLOOH SDU H[HPSOH GRQW RQ UpGXLUDLW OH YROXPH j XQ SRLQW
SUHVTXH LPPDWpULHO /D YLOOH Q¶HVW SOXV QL YLVLEOH QL GpWHFWDEOH 3RXUWDQW HOOH H[LVWH HW SRVVqGH
encore  un  résidu  de  son  propre  espace-­temps.  Si  un  vaisseau  ou  une  navette  est  réduit  à  un  point  
LPPDWpULHO O¶XQ RX O¶DXWUH SHXW WUDYHUVHU OD ³SHDX´   du   cosmos   et   voyager   sur   de   grandes  
distances   quasi   instantanément   et   dans   son   propre   espace-­WHPSV WUqV FRXUW &¶HVW XQH VRUWH GH
FRPSUHVVLRQG¶pQHUJLHVLWXYHX[  
 
-¶HVSqUH DYRLU OH WHPSV G¶\ UHYHQLU SRXU HVVD\HU GH W¶H[SOLTXHU FRPPHQW OHV H[WUDWHUUHVWUHV
procèdent.  
 
),1'(/¶$9(1785((;75$7(55(675(  ?  
 
'DQV OH YDLVVHDX M¶pWXGLDLV WRXMRXUV EHDXFRXS &¶pWDLW XQ YUDL SODLVLU 3DU FXULRVLWp MH YRXODLV
tout   savoir.   Grâce   DX[ pPLVVLRQV UDGLR GH OD 7HUUH MH VDYDLV XQ SHX FH TXL V¶\ SDVVDLW PDLV
M¶pWDLV GH PRLQV HQ PRLQV LQWpUHVVp -¶DVVLPLODLV GRXFHPHQW OHV FRQFHSWV VFLHQWLILTXHV GHV
H[WUDWHUUHVWUHVWRXWHQpWXGLDQWOHQpHUODQGDLVDYHFODYDJXHLGpHG¶H[pFXWHUSHXW-­être  quelques  
missions  de  correspondant  sur  Terre.    
 
Début  1945,  les  extraterrestres  considérèrent  que  les  conditions  étaient  favorables  pour  envoyer  
de   nouveau   des   correspondants   en   Europe.   Ces   derniers   passeraient   inaperçus   en   raison   des  
mouvements   de   populaWLRQ WUqV LPSRUWDQWV 2Q PH GHPDQGD VL M¶DFFHSWDLV GH UHWRXUQHU VXU PD
SODQqWH-HQHP¶\DWWHQGDLVSDVPDLVM¶DFFHSWDL,OPHIDXGUDLWHQFRUHMRXHUPRQU{OHHWF¶HVWDX
VHLQGHPDIDPLOOHTXHMHVHUDLVOHPLHX[LQWpJUpDILQGHQHSDVDWWLUHUO¶DWWHQWLRQ.  Toujours  cette  
obsession  de  ne  pas  perturber  les  habitants  de  la  Terre.  
 
SECOND  RETOUR  AU  BERCAIL  
 
&HIXWGRQFPRQUHWRXUjO¶HQGURLWKDELWXHOPDLVFHQ¶pWDLWSOXVOHPrPHFRUUHVSRQGDQW&HWWH
IRLVLOP¶KDELOODG¶XQEOHXGHWUDYDLOHWG¶XQHYHVWHGHVROGDWDPpULFDLQ-¶DYDLVDXVVLXQHSHWLWH
YDOLVH DYHF EHDXFRXS G¶DUJHQW GHV ELOOHWV QHXIV HW GDQV OHV PXVHWWHV GX OLQJH HW GHV MRXUQDX[
récents   contenant   des   articles   sur   le   retour   des   prisonniers   et   déportés.   Mon   correspondant  
P¶LQIRUPDGHODGDWHGXSURFKDLQFRQWDFWHWM¶DUULYDLODQXLWVXLYDQWHFKH]QRXV-HSHQVHTXHWX
W¶HQ VRXYLHQV FDU LO PH VHPEOH TXH WX EDYDLV G¶DGPLUDWLRQ GHYDQW PD YHVWH DPpULFDLQH  !  
/¶DUJHQWSRVDLWXQSUREOqPHPDLVSHQGDQWOHWUDMHWjSLHGGH%X[HUROOHVj3RLWLHUVM¶DYDLVeu  le  
temps  de  trouver  une  explication.  
 
$SUqVDYRLUFRQILUPpjWDPqUHTXHOHV$OOHPDQGVP¶DYDLHQWDUUrWpHQYLOOHHQSXLVHQYR\p
le  jour  même  en  Allemagne  travailler  dans  une  usine  de  munitions,  sans  autre  explication  que  la  
nécessité  de  remplir  un  WUDLQHQSDUWDQFHSHUVRQQHQHPLWHQGRXWHPRQKLVWRLUH3RXUO¶DUJHQW
MH UDFRQWDL O¶KLVWRLUH VXLYDQWH   DX FRXUV G¶XQ ERPEDUGHPHQW OH JURXSH GH )UDQoDLV GH O¶XVLQH
V¶pWDLWUpIXJLpGDQVXQHDQFLHQQHFDVHUQHGHODYLOOHHQVXSSRVDQWTXHGpMjGpWUXLWHelle  ne  serait  
SOXVERPEDUGpH'DQVOHVJUDYDWVQRXVDYLRQVWURXYpXQFRIIUHpYHQWUpERXUUpG¶DUJHQWGHWRXV
OHVSD\V1RXVQRXVpWLRQVSDUWDJpO¶DUJHQWIUDQoDLVHWDYLRQVDWWHQGXO¶DUULYpHGHV$PpULFDLQV

 
120  
Cette   version   passa   comme   une   lettre   à   la   poste.  En   revanche,   un   peu   plus   tard,   la   radio   et   les  
journaux  annoncèrent  que  les  billets  devaient  être  échangés  ;;  au-­GHVVXVG¶XQHFHUWDLQHVRPPHLO
IDXGUDLW HQ MXVWLILHU O¶RULJLQH &HOD MH QH O¶DYDLV SDV SUpYX ,PSRVVLEOH GH FRQWDFWHU PRQ
correspondant   avant   OD GDWH SUpYXH GH O¶pFKDQJH $X UHQGH]-­vous   suivant,   supposant   que   mon  
FRUUHVSRQGDQWpWDLWDXFRXUDQWGHFHWWHPHVXUHM¶DSSRUWDLOHVDQFLHQVELOOHWV,ODYDLWHQHIIHWWRXW
prévu.   Nous   les   brûlâmes   dans   le   pré   et   il   me   remit   un   autre   paquet   de   nouveaux   billets.   À   ta  
PqUHMHGLVTXHPRQSDWURQDYDLWHXXQPR\HQGHOHVpFKDQJHUDSUqVODGDWHEXWRLUHWTX¶LODYDLW
DFFHSWpGHP¶HQIDLUHEpQpILFLHU(OOHVHPEODGRXWHUPDLVQHGLWULHQ  
 
-HPHVRXYLHQVDXVVLPDLVMHQHVDLVSOXVVLF¶pWDLWjODPrPHpSRTXHTue  les  journaux  faisaient  
JUDQGFDVGHVH[SORVLRQVDWRPLTXHVVXUOH-DSRQ&HODPHVHPEODLWLPSRUWDQWG¶HQGLVFXWHUDYHF
PRQ FRUUHVSRQGDQW /HV H[WUDWHUUHVWUHV QH SRXYDLHQW TX¶rWUH DX FRXUDQW -H YRXODLV VDYRLU VL MH
devais   orienter   mes   recherches   de   livres   scientifiques   dans   cette   direction   et   ne   voyais   pas   très  
ELHQFRPPHQWIDLUHGHSXLVXQHSHWLWHYLOOHIUDQoDLVH-¶DLGRQFDERUGpOHVXMHWDYHFPRQFRQWDFW
au   rendez-­YRXV VXLYDQW ¬ OLUH OHV MRXUQDX[ IUDQoDLV LO PH VHPEODLW TXH F¶pWDLW XQH DIIDLUH WUqV
imSRUWDQWHTXLGpQRWDLWXQHDYDQFpHFRQVLGpUDEOHGHODVFLHQFHVXU7HUUH0DLVM¶DLpWpVXUSULVGH
VDUpSRQVH,OP¶DGLWTX¶LOQ¶\DYDLWSDVGHGHPDQGHVSDUWLFXOLqUHVGHVH[WUDWHUUHVWUHVjFHVXMHW
3RXU HX[ F¶pWDLW O¶DERXWLVVHPHQW QRUPDO G¶XQ FHUWDLQ SURJramme   de   recherche   propre   aux  
7HUULHQV ,OV Q¶\ DFFRUGDLHQW SDV G¶LPSRUWDQFH $X SLUH PH GLVDLW PRQ FRUUHVSRQGDQW XQH
FHUWDLQHIRUPHGHFLYLOLVDWLRQSRXYDLWGLVSDUDvWUHPDLVO¶KXPDQLWpRXOD7HUUHV€UHPHQWSDV  
 
Notre  point  de  contact  devait  être  changé.  En  effet,  le  pré  habituel  était  de  plus  en  plus  cerné  par  
GH QRXYHOOHV FRQVWUXFWLRQV /¶HQGURLW QH SHUPHWWDLW SOXV O¶DUULYpH G¶XQH QDYHWWH HQ WRXWH
discrétion.  Le  prochain  rendez-­vous  aurait  lieu  dans  la  région  toulousaine.  Pour  les  suivants,  ce  
Q¶pWDLW  SDVHQFRUHIL[p/DUpJLRQWRXORXVDLQHF¶pWDLWORLQHWFHODQH P¶DUUDQJHDLWSDV'HSOXV
nous   étions   maintenant   en   1979   HW M¶pWDLV ODV GH FHWWH YLH VXU 7HUUH ¬ SDUW PHV PLVVLRQV MH
Q¶DYDLV SDV JUDQG-­FKRVH j IDLUH 3RXU P¶DPXVHU M¶DSSUHQDLV XQ SHX GH   VZDKLOL FDU M¶DYDLV
souvenance   que   tu   avais   été   en   Afrique.)   Et   puis,   tu   étais   marié   depuis   longtemps   et   ta   mère  
SRXYDLWYLYUHDYHFOHUHVWHGHO¶DUJHQW  
 
-H SUHQDLV GH O¶kJH VXU 7HUUH -¶DYDLV TXHOTXHV SHWLWV HQQXLV GH VDQWp 0rPH VL MH VDYDLV TX¶DX
vaisseau   on   me   redonnerait   une   bonne   santé   et   que   je   pourrais   débarrasser   ma   mémoire   des  
scories   inutiles,   il   était   préférable   que   je   ne   reste  pas   sur   Terre  trop   longtemps.   Bref,   je   devais  
fixer  avec  mon  correspondant  la  date  de  mon  retour  définitif  au  vaisseau.  Hélas,  les  choses  ne  se  
VRQW SDV GpURXOpHV FRPPH SUpYX -¶DYDLV SULV PRQ ELOOHW GH WUDLQ SRXU 7RXORXVH GHSXLV
ORQJWHPSVPDLVOHMRXUGXGpSDUWFRwQFLGDLWDYHFXQFKDQJHPHQWG¶KRUDLUHVVLELHQTXHM¶DLUDWp
mon  train.  Arrivé  à  Toulouse,  je  suis  allé  dans  un  hôtel  pour  attendre  le  contact  de  rattrapage,  qui  
comme   toujours   était   la   nuit   suivant   le   rendez-­YRXV -¶HVSpUDLV PrPH SDUWLU DYHF FHWWH QDYHWWH
0DLV OH VRLU PrPH j O¶K{WHO M¶DL HX XQ PDODLVH SUHPLHU VLJQH GH OD PDODGLH GRQW MH VXLV
maintenant  HQWUDLQGHPRXULU-HPHVXLVUpYHLOOpjO¶K{SLWDOGH7RXORXVHELHQDSUqVO¶KHXUHGH
passage  de  la  navette.  
 
&HIXWSRXUPRLXQHFDWDVWURSKH'HUHWRXUj3RLWLHUV MHQHFHVVDLVGHPHWRUWXUHUO¶HVSULWSRXU
trouver  comment  joindre   mon  correspondant,  dont  MHQHFRQQDLVVDLVQL OH QRP QL O¶DGUHVVH/XL
QHP¶DYDLWMDPDLVGHPDQGpODPLHQQH-HQ¶DYDLVULHQGLWjWDPqUHSDUFHTXHM¶DYDLVO¶HVSRLUTXH
PHVDPLVH[WUDWHUUHVWUHVWURXYHUDLHQWOHPR\HQGHPHORFDOLVHU)LQDOHPHQWM¶DLSULVODGpFLVLRQ

 
121  
de   te   laisser   XQH WUDFH GH PRQ KLVWRLUH VDQV WH SUpYHQLU FHSHQGDQW FDU M¶HVSqUH WRXMRXUV TX¶LOV
YLHQGURQWPHVDXYHUG¶XQH PDQLqUHRXG¶XQHDXWUH,O PHUHVWHHQFRUHEHDXFRXSGHFKRVHVjWH
GLUH-¶HQYLHQGUDLjERXW«  
 
/DOHWWUHGHPRQSqUHV¶DUUrWHOj,OVHPEOHTX¶LO  soit  décédé  peu  de  temps  après.    
 
EMBARRAS  ET  PERPLEXITE  
 
(QSRXUGHVUDLVRQVG¶kJHM¶DLFHVVpWRXWHVPHVDFWLYLWpVKXPDQLWDLUHV0RQpSRXVHHWPRL
VRPPHVUHQWUpVGpILQLWLYHPHQWHQ)UDQFH/HVDPLVSURFKHVP¶RQWGLWHQJpQpUDOTXHPRQSqUH
avait   voXOX PH IDLUH XQ FDQXODU &¶HVW XQH REMHFWLRQ YDODEOH PDLV M¶LPDJLQH PDO XQ PRXUDQW
pFULUHXQFDQXODUjVRQILOV«  
 
$SUqV DYRLU WDSp O¶H[WUDLW GX PDQXVFULW SRXYDQW LQWpUHVVHU G¶DXWUHV TXH PRL M¶HQ DL HQYR\p
quelques  exemplaires  à  différents  magazines  pour  leur  demander  de  bien  vouloir  le  publier  sous  
IRUPH G¶DUWLFOH $XFXQ PDJD]LQH QH O¶D IDLW 3DU DLOOHXUV OD OHWWUH GH PRQ SqUH HVW WURS FRXUWH
pour  en  faire  un   livre.  Dans  un  bureau  de  tabac,  le  hasard  voulut  que  mon  attention  soit  attirée  
par  quelques  magD]LQHVSDUODQWGH0DUV&HUWDLQVG¶HQWUHHX[VHUpIpUDLHQWFRQFHUQDQWOHVRYQLV
j XQH UHYXH /XPLqUHV GDQV OD QXLW /'/1  FRQVDFUpH j GLYHUV SKpQRPqQHV LQH[SOLTXpV -¶DL
contacté  cette  revue,  qui  a  finalement  publié  la  lettre  de  mon  père  dans  son  numéro  de  décembre  
2004.    
 
¬ FH MRXU YRLFL GRQF FH TXH MH FURLV -H Q¶HQ DL SDV GH SUHXYHV PDLV MH SHQVH TXH OHV (7
H[LVWHQW HW TX¶LO Q¶HVW SDV LPSRVVLEOH TX¶LOV QRXV UHQGHQW YLVLWH &¶HVW PD FRQYLFWLRQ WRXW
simplement  pour  des  raisons  statistiques.  Sur  les  milliards  de  milliards  de  planètes  qui  existent,  il  
VHUDLWELHQpWRQQDQWTX¶DXFXQHDXWUHTXHODQ{WUHVRLWKDELWpH  !  Je  veux  bien  convenir  cependant  
que   si   habitants   il   y   a,   ils   ne   sont   pas   tous   forcément   plus   avancés   scientifiquement   que   nous.  
Mais  sur  lHQRPEUHG¶DXWUHVGRLYHQWO¶rWUH1RVVFLHQWLILTXHVSHQVHQWTXHSRXUTX¶LO\DLWGHOD
YLHLOIDXWGHO¶HDXGXJD]FDUERQLTXHTXHVDLV-­je  encore.  Dans  notre  système  solaire  peut-­être,  
PDLVTXLSHXWSURXYHUTXHGDQVG¶DXWUHVV\VWqPHVLOHQVRLWGHPrPH  ?  &¶HVWXQSRVWXODWULHQGH
SOXV,OVREMHFWHQWDXVVLOHVGLVWDQFHV&¶HVWYUDL0DLVSHXW-­être  est-­il  possible  de  voyager  dans  le  
FRVPRVDXWUHPHQWTXHOHV7HUULHQVO¶LPDJLQHQW  
 
UN  ETRANGE  COUP  DE  TELEPHONE  
 
&¶pWDLWTXHOTXHVMRXUVDSUqVDYRLUYXOHGLUHFteur  de  LDLN.  En  voici  la  retranscription.  
-­  Bonjour,  vous  êtes  monsieur  O.  ?  
Sur  ma  réponse  affirmative,  mon  interlocuteur  continua  :    
-­  Excusez-­moi  de  vous  déranger.  Mon  nom  ne  vous  dira  rien,  nous  ne  nous  connaissons  pas.  
Je  voulais  savoir  si  le  prénom  de  votre  père  était  bien  G.  ?  
-­  2XLHIIHFWLYHPHQW3RXUTXRLYRXVO¶DYH]FRQQX  ?  
-­  Oui,  très  bien.  Il  y  a  longtemps  que  je  cherche  votre  adresse.  
-­  &KHUPRQVLHXUYRXVQHULVTXLH]SDVGHWURXYHUPRQDGUHVVHM¶KDELWDLVjO¶pWUDQJHU2DYH]-­
vous  connu  mon  père  et  que  puis-­je  pour  vous  ?  
-­  9RLOjF¶HVWXQSHXSDUWLFXOLHU,OSDUDvWTXHYRXVGpWHQH]XQHOHWWUHGHYRWUHSqUHHWTXHYRXV
avez  écrit  à  plusieurs  magazines  pour  la  faire  publier.  

 
122  
-­  &¶HVWH[DFW-HO¶DLWURXYpHFXULHXVH0DLVFRPPHQWVDYH]-­vous  celDYRXVrWHVGDQVO¶pGLWLRQ  ?  
-­  1RQ SDV GX WRXW RQ PH O¶D GLW -H YRXODLV VDYRLU VL F¶pWDLW H[DFW 9R\H]-­vous,   nous   avons  
DSSULV OD PRUW GH YRWUH SqUH DYHF EHDXFRXS GH UHWDUG 1RXV QH VDYLRQV SDV FH TX¶LO pWDLW
GHYHQXHWQRXVVRPPHVpWRQQpVTX¶LODLWpFULWXQHOHWWUH$XQRPGHO¶DPLWLpTXHMHOXLSRUWDLV
me  serait-­LOSRVVLEOHGHODOLUHGDQVVRQLQWpJUDOLWpFDUFHTXHYRXVYRXOH]SXEOLHUQ¶HVWSHXW-­
rWUH TX¶XQ H[WUDLW -H VHUDLV WUqV KHXUHX[ VL DYHF YRWUH SHUPLVVLRQ MH SRXYDLV OD OLUH FKH]
vous,  par  H[HPSOHVLYRXVQ¶\YR\H]SDVG¶LQFRQYpQLHQW-HSHX[PHGpSODFHU  
-­  9RXVQ¶rWHVSDVpGLWHXUGLWHV-­YRXV-HQHFRPSUHQGVSDVWUqVELHQ«(QSOXVYRXVDYH]FRQQX
mon  père.  Vous  êtes  très  vieux,  alors  ?  
-­  Oui  et  non.  Vous  ne  voyez  pas  qui  je  peux  être  ?  
-­  Non.  Attendez,  ne  seriez-­YRXVSDVYRXVDXVVLXQHVRUWHGHFRUUHVSRQGDQWFRPPHO¶pFULYDLWPRQ
père  ?  
-­  2XLF¶HVWH[DFW  
««««/RQJVLOHQFH««««  
-­  Allô  ?  Vous  êtes  toujours  là  ?  
-­  2XLeFRXWH]MHVXLVXQSHXVWXSpIDLWHWM¶DLGXPDOjYRXVFURLUH  
-­  Oui,  F¶HVWSRVVLEOH0DLVQ¶D\H]SDVSHXU-HQHYRXVYHX[DXFXQPDO-HYRXGUDLVVHXOHPHQW  
que  vous  renonciez  à  publier  cette  lettre.  Le  mieux  serait  de  la  détruire  en  ma  présence.  Mais  
VLYRXVOHYRXOH]MHSHX[YRXVO¶DFKHWHUWUqVFKHU  
-­  Écoutez,  monsieur,  ODTXHVWLRQQ¶HVWSDVOj&¶HVWXQHOHWWUHGHPRQSqUHHWM¶DLPHUDLVVDYRLU
TXRL HQ SHQVHU /D SXEOLHU F¶HVW SRXU PRL O¶RSSRUWXQLWp GH FRQWDFWHU GHV JHQV TXL SRXUUDLHQW
peut-­rWUHP¶pFODLUHUVXUOHVTXHVWLRQVTXHMHPHSRVH9RXVFRPSUHQH]  ?  
-­   Oui,   je   compUHQGV 0DLV SHQVH] j SOXVLHXUV FKRVHV '¶DERUG DX IDLW TX¶RQ QH YRXV FURLUD
pas.  Ce  serait  la  meilleure  des  réactions.  Mais  le  contraire  est  possible.  Vous  risqueriez  alors  
G¶DIIROHUGHVJHQV&HQ¶HVWSDVUDWLRQQHOYRXV\SHQVH]  ?  
-­  2XLF¶HVWSRVVLEOHPais  peu  probable.  Je  vais  donc  essayer  de  la  publier.  Autre  chose  :  vous  
êtes  peut-­rWUHXQSODLVDQWLQELHQTX¶LOPHSDUDLVVHFXULHX[TXHYRXVFRQQDLVVLH]O¶H[LVWHQFHGH
cette  lettre.  Aussi,  je  pense  que  vous  travaillez  pour  un  magazine.  
-­  Non,  non.  Mais  nous  sommes  très  bien  renseignés.  
-­  Au  cas  où  vous  seriez  ce  que  vous  prétendez  être,  puis-­je  vous  poser  quelques  questions  ?  Je  
Q¶DLULHQSUpSDUpYRWUHFRXSGHILOPHVXUSUHQG  
-­  Oui,  une  ou  deux  questions,  si  vous  voulez.  
-­  Si  vraiment  vous  surveillez  leV7HUULHQVRQHVWHQGURLWGHV¶LQTXLpWHUQRQ  ?  
-­  Mais   non  !   Les   civilisations   avancées,   comme   vous   dites,   ne   sont   pas   dangereuses.   Nous  
VXUYHLOORQVQRWUHHQYLURQQHPHQWF¶HVWWRXW  
-­  9RXVQ¶DYH]SDVG¶DUPHV  ?  
-­  Pas   du   tout.   Nous   pourrions   pourtant,   par   exemple,   créer   des   ouragans   ou   modifier   votre  
climat,  mais  pour  quoi  faire  ?  
-­  &HVFHUFOHVGDQVOHVFKDPSVF¶HVWTXRL  ?  
-­   Ça   vous   inquiète  " ,O Q¶\ D SDV GH TXRL '¶DERUG FH Q¶HVW SDV QRXV ,O V¶DJLW G¶DXWUHV
civilisations  qui  envoient  des  sondes  sur  votre  planète.  Elles  disent  que  les  Terriens  écoutent  le  
FRVPRVjODUHFKHUFKHG¶DXWUHVFLYLOLVDWLRQV1RXVOHXUDYRQVH[SOLTXpTXHYRXVpWLH]SOXVLHXUV
entités  conscientes  sur  votre  planète,  dont  les  humains.  Nous  leur  avons  dit  que  les  humains  
étaient   sensiEOHV j O¶DUW HW QRXV DYRQV HVVD\p GH OHXU IDLUH FRPSUHQGUH FH TX¶HVW O¶DUW $ORUV
SRXUYRXVVLJQLILHUTX¶HOOHVH[LVWHQWFHUWDLQHV«  impriment  »  GHO¶DUWGDQVYRVFKDPSV9RLOj
tout.  

 
123  
-­  Merci  du  renseignement.  
-­  Cher  monsieur,  pensez  à  ce  que  je  vous  ai  dit  au  sujet  de  la  lettre  de  votre  père.  Ne  perturbez  
pas   vos   semblables.   Je   reprendrai   contact   avec   vous   si   vous   le   voulez   bien,   et   peut-­être  
pourrons-­nous  nous  voir.  Merci  de  votre  amabilité.  
 
&HFRXSGHWpOpSKRQHQHP¶DSDVIDLWDYDQFHUGDQVPHVUHFKHUFKHV.  Cependant,  la  question  est  
posée  :  nous  surveille-­t-­on  à  ce  point  ?  Y  a-­t-­il  vraiment  consensus  entre  les  gens  qui  savent  et  
les  autres  pour  cacher  cette  surveillance  ?  
 
 
Nota  :   /¶DXWHXU GH FH WH[WH GpVLUHUDLW HQWUHU HQ UHODWLRQ DYHF GHV JHQV TXL DXUDLHQt   vécu   une  
expérience   similaire   à   celle   de   son   père   et   recherche   des   informations   pouvant   confirmer   son  
UpFLW 6L SDU H[HPSOH O¶XQH RX O¶DXWUH GHV SHUVRQQHV SUpVHQWHV j O¶HQWHUUHPHQW GH VRQ SqUH
(«  tous   ces   directeurs   de   telle   entreprise   ou   de   telle   autre  »)   venait   à   lire   ces   pages,   nous   lui  
VHULRQVUHFRQQDLVVDQWVGHFRQWDFWHUOH*5(3, *URXSHGHUHFKHUFKHHWG¶pWXGHGHVSKpQRPqQHV
insolites)  en  envoyant  un  e-­mail  à  grepi@ovni.com  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

20  
/¶+,672,5('(/$'(6758&TION  DE  MARS  
 
 
Le   psychiatre   russe   Immanuel   Velikovsky   écrit   dans   Mondes   en   collision   (1950)   que   des  
catastrophes   répétées   eurent   lieu   sur   notre   planète   à   travers   son   histoire.   Les   plus   récentes   ont  
changé   la  géographie  de   la  Terre,  déplacé   ses   mers,  renversé  ses  pôles.  La  dernière  eut  lieu  au  
WHPSVGH0RwVHLO\DTXHOTXHVPLOOLHUVG¶DQQpHV DYDQW--­C.).  
 
&¶HVW XQH FRPqWH LVVXH G¶XQ OLHX VLWXp SUqV GH   -XSLWHU TXL IXW j O¶RULJLQH GH OD GHUQLqUH
catastrophe.  Deux  fois,  elle  passa  près  de  nous,  suivie  de  gaz  brûlants  et  de  météorites.  Puis  elle  
heurta  Mars,  perdit  une  partie  de  sa  masse,  se  stabilisa  sur  une  certaine  RUELWHHWGHYLQWG¶DSUqV
Velikovsky,   la   planète   Vénus.   Velikovsky,   qui   fut   appelé   «  Le   Galilée   moderne  »,   décrivit   la  
planète   Vénus   avant   que   la   fusée   russe   Vénus   IV   dérive   de   sa  trajectoire   et   puisse   ainsi   capter  
quelques  informations  sur  la  planète.  
 
2QGLWTX¶(LQVWHLQ  avait  un  exemplaire  de  Mondes  en  collisionTX¶LOUHOXWGDQVOHVGHUQLHUVMRXUV
de  sa  vie  et  qui  est  même  resté  sur  son  bureau  après  sa  mort.  Le  livre  de  Velikovsky  est  complexe  
et   peu   orthodoxe,   et   OH PRQGH VFLHQWLILTXH O¶D DFFXHLOOL DYHF PpSULV   Velikovsky   a   introduit   la  
notion   de   scénario   violent,   de   catastrophes   bouleversantes   et   WHUULEOHV SOXW{W TXH FHOOH G¶XQ

 
124  
monde   évoluant   calmement,   étape   par   étape,   pendant   un   temps   excessivement   long,   comme   le  
proposait  la  théorie  de  Darwin.  
&HSHQGDQW(LQVWHLQDYDLWGpFKLUpODFLQTXLqPHSDJHGXOLYUHHWO¶DYDLWUHQYR\pHjO¶DXWHXUDYHF
ces  mots  griffonnés  :  «  Nicht  War  ?  »  («  pourquoi  pas  ?  »).  
 
LE  DANGER  DES  NUAGES  RADIOACTIFS  
 
En  1975,  Valdar  QRXVDYDLWSDUOpGHODSUREDELOLWpG¶XQWHOGpVDVWUHPRQGLDO  :  
 
 
En  ce  moment,  la  Terre  a  deux  problèmes  majeurs.  Nous  avons  déjà   signalé  Sola  Kananda,  le  
soleil  embryonnaire,  que  nous  avons  essayé  sans  succès  de  détourner.  Pour  le  moment,  laissons  
ce  problème  de  côté,  car  nous  avons  plusieurs  possibilités  pour  maîtriser  ses  effets.  Mais  il  y  a  
un   problème   plus   sérieux  :   les   explosions   nucléaires   qui   ont   eu   lieu   ces   années   passées   ont  
envoyé   deV QXDJHV GH UDGLDWLRQ GDQV OHV FRXFKHV VXSpULHXUHV GH O¶DWPRVSKqUH &¶HVW WUqV
préoccupant  !   Les   retombées   de   ces   explosions,   les   plus   lourdes,   descendirent   sur   Terre.   Mais  
GHV SDUWLFXOHV GH FDUERQH PLFURVFRSLTXHV LQYLVLEOHV j O¶°LO QX VRQW UHVWpHV GDQV la   haute  
DWPRVSKqUH(OOHVVRQWVLOpJqUHVTX¶HOOHV\VWDJQHQW  
(Q SOXV GH FHOD LO \ D OD SROOXWLRQ GH O¶DLU 'HSXLV GHV DQQpHV GHV PROpFXOHV GH FDUERQH GH
VRXUFHWHUUHVWUHLVVXHVGHO¶LQGXVWULHGHVIR\HUVHWFVRQWHQYR\pHVGDQVO¶DWPRVSKqUH(OOHVse  
sont  mélangées  aux  particules  de  carbone  radioactif.  La  radiation  solaire  en  a  fait  une  couronne  
inflammable  et  explosive.  Réalisez-­vous  ce  que  cela  peut  provoquer  ?    
 
2XL OH 6ROHLO D SURYRTXp XQH UpDFWLRQ HW O¶LRQRVSKqUH SHXW V¶HQIODPPHU EUXVTXHPHQW Vur   de  
ODUJHV]RQHVDXWRXUGHOD7HUUH&¶HVWDXVVLODUDLVRQGHVJUDQGVFKDQJHPHQWVGHWHPSpUDWXUH
%LHQTXHOHUD\RQQHPHQWVRODLUHFRQWLQXHG¶rWUHILOWUpGHVUpJLRQVVRQWGHYHQXHVSOXVFKDXGHV
G¶DXWUHVSOXVIURLGHV0DLVOHSOXVJUDQGGDQJHUUpVLGHGDQVO¶H[SORVLRQGHERPEHVQXFOpDLUHV
près  de  cette  zone  inflammable.  Déjà,  nous  avons  repéré  quelques  missiles  guidés  contenant  des  
bombes  explosives,  que  nous  avons  désamorcées.  Ces  missiles  constituaient  un  terrible  danger  
tournant  autour  de  votre  planète.  6¶LOVDYDLHQWPLVOHIHXjODFHLQWXUHLQIODPPDEOHYRWUH7HUUH
serait   devenue   une   véritable   boule   de   feu  !   Si   vous   faisiez   exploser   une   bombe   puissante   ou   si  
une  guerre  nucléaire  se  produisait,  la  planète  entière  prendrait  feu  !  Heureusement,  nous  avons  
pu   réussir   quelque   chose  :   implanter   cette   idée   de   catastrophe   probable   dans   les   cerveaux   de  
YRVFKHIVGHJRXYHUQHPHQWHWGHYRVPLOLWDLUHV,OVXIILUDLWG¶XQVHXOWHVWPLOLWDLUHGHKDXWQLYHDX
RX G¶XQ GpEXW GH JXHUUH« 0DLV FHUWDLQV FKHIV VHFRQGDLUHV LUUHVponsables   pourraient   encore  
déclencher  une  guerre  atomique  !  
 
CIVILISATION  MARTIENNE  
 
Lorsque  nous  demandâmes  à  Valdar  RFHVIDLWVV¶pWDLHQWGpMjSURGXLWVLOUpSRQGLW  :  
 
Sur   Mars,   dans   votre   système   solaire  !   Un   désastre   a   ravagé   Mars.   La   planète   rouge   a   été  
GpWUXLWH-¶DLUDVVHPEOpWRXVOHVIDLWVHQUHJLVWUpVGDQVOHVDUFKLYHVGH*DQGRUQRWUHSODQqWHPqUH
'pMjDX[WHPSVDQFLHQV0DUVpWDLWOHQRPGXGLHXGHOD*XHUUH&¶HVWDXVVLFHOXLG¶XQHSODQqWH
vraiment   agressive.   Son   apparence   actuelle,   aride   et   dpVROpH HVW OH UpVXOWDW G¶XQH JXHUUH
QXFOpDLUH TXL VH WHUPLQD SDU O¶pUDGLFDWLRQ GH WRXWH YLH $XMRXUG¶KXL QRV VFLHQWLILTXHV SHQVHQW

 
125  
TXH 0DUV D OHQWHPHQW UHWURXYp VRQ pTXLOLEUH HW TX¶XQ MRXU SURFKDLQ HOOH SRXUUD j QRXYHDX
accueillir  la  vie  comme  avant.  
 
Mars  fut  une  planète  prospère  en  dépit  des  PDLJUHVUHVVRXUFHVHQHDX,OQ¶\DYDLWSDVGH  mers  et  
G¶RFpDQVFRPPH VXU7HUUHPDLVSOXW{W  des  déserts  GHSOXVGHYLROHQWHVWHPSrWHVV¶DEDWWDLHQW
VXU OD SODQqWH ,O Q¶H[LVWDLW TXH GHX[   régions   habitables,   aux   deux   pôles,   au   nord   et   au   sud.  
Chacune   avait   ses   villes,   son   industrie,   son   agriculture.   Mais   il   existait   une   différence   notable  
entre  les  deux  UpJLRQV/HQRUGDYDLWSOXVG¶HDXGRQFOHVROpWDLW  plus  fertile  et  les  cultures,  plus  
belles.   Le   sud,   en   revanche,   était   riche   en   minéraux   et   en   métaux  ;;   ses   industries   et   sa  
technologie   dépassaient   celles   du   nord.   Aussi   ceux   du   pôle   austral   avaient-­ils   réussi   à   joindre  
Phobos  et  Deimos,  les  deux  satellites  de  Mars.  Une  intense  rivalité  opposait  les  deux  régions,  et  
des  frictions  naquirent,  spécialement  lorsque  OH6XGGpFRXYULWO¶pQHUJLHQXFOpDLUH8QHOXWWHVDQV
trêve   commença   pour   savoir   quel   peuple   contrôlerait   la   planète   tout   entière.   Ceux   du   Nord  
redoutaient   les   armes   nucléaires   adverses.   Ils   se   désespérèrent   d¶DXWDQW SOXV TXDQG OH 6XG
chargea   les   deux   satellites   de   Mars   de   missiles   dirigés   sur   le   Nord.   Puis   le   Sud,   par   une   nuit  
WHUULEOHDWWDTXD«  
 
UNE  GUERRE  EFFROYABLE  
 
Les   missiles   géants   partirent   en   même   temps   de   Phobos   et   de   Deimos.   Ce   fut   la   destruction  
totale  du  nord  de  la  planète.  Le  Sud  se  croyait  vainqueur  mais  ne  put  savourer  son  triomphe.  En  
effet,  son  énorme  stock  de  munitions  explosa  en  provoquant  une  réaction  en  chaîne.  Cet  arsenal  
géant   éclata,   secouant   la   planète.   Cela   produisit   un   immense   déséquilibre   et   Mars   chancela.  
Ensuite,   des   incendies   firent   rage   pendant   des   semaines.   Quand   tout   fut   éteint,   les   épreuves   ne  
firent  que  commencer  pour  ceux  qui  avaient  échappé  au  premier  désastre.  Les  radiations  tuèrent  
EHDXFRXS G¶KDELWDQWV HW G¶DXWUHV HQFRUH SOXV QRPEUHX[ PRXUXUHQW FRQWDPLQpV SDU O¶HDX HW OD
QRXUULWXUH3XLVOHVYDJXHVGHUDGLDWLRQGpWUXLVLUHQWODSODQqWHODEU€ODQWGHO¶LQWpULHXU  
 
Une  poignée  de  survivants,  choqués  et  abasourdis  par  ces  désastres  en  série,  mirent  en  place  une  
«  Opération  survie  »/DSUHPLqUHFKRVHTX¶LOVGXUHQWIDLUHIXWGHVHUpIXJLHUVRXVODVXUIDFHSRXU
échapper   aux   radiations   mortelles.   Plus   tard,   ils   aménagèrent   le   sous-­sol   et   construisirent   des  
bâtiments  et  des  maisons,  puis  LOVXWLOLVqUHQWO¶pQHUJLHWHOOXULTXHSRXr  éclairer   les  villes.  Des  
serres  souterraines,  bien  étanches  pour  éviter  la  contamination,  servirent  à  cultiver  la  nourriture.  
Le  sous-­sol  entier  était  isolé  de  la  surface  de  la  planète.  
 
À   la   faveur   de   ces   nouvelles   conditions,   la   race   se   transforma.   Une   nouvelle   race   martienne  
souterraine  émergea.  Tout  ce  qui  se  trouvait  à  la  surface  fut  détruit  par  les  éléments  et  les  rudes  
FRQGLWLRQVDWPRVSKpULTXHV0DUVSULWO¶DVSHFWTXHOHV7HUULHQVSHXYHQWDXMRXUG¶KXLFRQWHPSOHU
Les  tempêtes  de  poussière  dévastatrices  qui  font  rage  ont  depuis  longtemps  effacé  toute  trace  de  
civilisation  sur  cette  planète.  Dans   les  régions  polaires,   les  énormes   icebergs  ont  disparu  ;;   bien  
TX¶LO\IDVVHHQFRUHWUqVIURLGODFDUDSDFHGHJODFHHVWORLQG¶rWUHFHTX¶HOOHpWDLWGDQVOHSassé.  
 
/¶(;2'(6856,721  
 
$SUqV SOXVLHXUV JpQpUDWLRQV G¶H[LVWHQFH VRXWHUUDLQH OHV 0DUWLHQV V¶DGDSWqUHQW DX[ FRQGLWLRQV
G¶HQYLURQQHPHQW HQ GpSLW GX PDQTXH GH QRXUULWXUH IUDvFKH HW G¶HDX 0DLV OD PLVqUH GHV

 
126  
habitants  incita  leurs  chefs  à  rechercher  une  nouvelle  planète.  De  nouveaux  véhicules,  capables  
de   traverser   le   cosmos,   furent   construits   et   des   expéditions   partirent   dans   toutes   les   directions.  
Les  explorateurs  regardèrent  du  côté  de  la  Terre,  car  elle  était  peu  habitée.  Ils  admiraient  cette  
belle  planète,  avec  ses  plaines  vertes,  ses  collines,  ses  montagnes  et  toutes  ses  eaux.  
 
0DLVILQDOHPHQWLOVGpFLGqUHQWG¶DOOHUSOXVORLQHWDXERXWGHVHSWDQVLOVGpFRXYULUHQWJUkFHj
OD &RQIpGpUDWLRQ GHV GRX]H SODQqWHV XQH SODQqWH YLHUJH TX¶LOV DSSHOqUHQW 6Lton   («  planète   de  
O¶HVSRLU  » ,PDJLQH]SRXUXQSHXSOHTXLQ¶DMDPDLVYXODSOXLHOHVQXDJHVXQFLHOEOHXTXHOOH
expérience  enivrante  ce  fut  !  Marcher  pour  la  première  fois  sur  cette  nouvelle  planète  et  sentir  la  
chaleur  du  soleil  et  la  douceur  de  la  pluie  !  Ils  purent  cultiver  dans  un  sol  fertile.  Ils  récoltèrent  
GHVIUXLWVGHVOpJXPHVHWGHVFpUpDOHVDX[TXHOVLOVQ¶DYDLHQWMDPDLVJR€Wp/HVHQIDQWVMRXqUHQW
VRXV XQ VROHLO PHUYHLOOHX[ &¶pWDLW SRXU HX[ XQ GRQ GH OD 'LYLQH 8QLWp  !   La   civilisation  
martiHQQHRXVLWRQLHQQHHVWDXMRXUG¶KXLSURVSqUH  
 
Le   mot   «  guerre  »   reste   tabou   dans   la   mémoire   de   leur   passé   tragique   et   ils   ont   réalisé  
O¶LPSRUWDQFHGHYLYUHHQSDL[  ,OVQ¶RQWSDVGHV\VWqPHPRQpWDLUH/HFRPPHUFHVHIDLWSDUWURF
Ils  font  maintenant  partie  de  la  Confédération  des  douze  planètes.  Leurs  vaisseaux  voyagent  dans  
les  champs  magnétiques  et  ils  sont  en  paix  avec  les  autres  planètes.  
 
DATATION  DE  LA  CATASTROPHE  
   
La   bataille   finale   sur   Mars   a   eu   lieu   1020   ans   avant   le   pharaon   Toutankhamon.   On   sait   que  
7RXWDQNKDPRQpWDLWXQHQIDQWGHQHXIDQVHQYLURQTXDQGLOPRQWDVXUOHWU{QHG¶eJ\SWHSHQGDQW
la  XVIIIe  dynastie  (1361-­1352  avant  J.-­C.).  Ce  qui  nous  conduit  à  la  date  approximative  de  2380  
avant   J.-­& '¶DSUqV Immanuel   Velikovsky G¶DXWUHV WULEXODWLRns   postérieures   endommagèrent  
encore   la   planète   déjà   bien   éprouvée.   En   1500   avant   J.-­C.,   un   corps   cosmique,   planétoïde,  
originaire   de   Jupiter   se   serait   détaché   et   rapproché   du   Soleil   et   serait   devenu   Vénus.   Selon  
Valdar9pQXVHVWLVVXHGHODFHLQWXUHG¶DVtéroïdes  entre  Mars  et  Jupiter.  Ce  fut  la  terreur  sur  la  
Terre,  car  cette  planète  se  rapprocha  tous  les  vingt-­cinq  ans,  causant  les  dégâts  racontés  dans  la  
Bible.  Puis,  entre  900  et  800  avant  J.-­&RQVXSSRVHTX¶HOOHVHKHXUWDj0DUV&HWWHGHUQLqUHTXL
ne  pesait  que  le  huitième  du  poids  de  Vénus,  fut  déportée  de  son  orbite  circulaire.  Mars  menaça  
DORUV OD 7HUUH SOXVLHXUV IRLV HQ VH UDSSURFKDQW G¶HOOH )ODPER\DQWH SDVVDQW WUqV SUqV WRXV OHV
quinze  ans,  elle  devint  «  le  feu  de  Dieu  ».  
 
Mars   se   réajusta   progressivement   dans   son   orbite   actuelle.   Vers   700   avant   J.-­C.,   les   planètes  
avaient  les  positions  que  nous  leur  connaissons  actuellement.  Notre  système  solaire  avait  gagné  
une   nouvelle   planète  :   Vénus.   Les   heurts,   les   destructions   et   les   énormes   tempêtes   de   sable  
EDOD\DQWODVXUIDFHGH0DUVSHQGDQWTXDWUHPLOOHDQVQRXVRQWLPSRVpO¶LPDJHG¶XQHSODQqWHVDQV
vie.   Mais   de   remarquables   observations,   réalisées   depuis   peu,   indiquent   un   passé  
géologiquement   actif   et   vivant.   On   a   vu   des   photos   de   volcans,   de   gorges   et   de   vallées   qui  
VHPEOHQW DYRLU pWp FUHXVpV SDU O¶HDX FRXUDQWH 0DUV SHQVH-­t-­on,   a   pu   avoir   un   climat   très  
différent  dans  le  passé.  
 
'¶(75$1*(69(67,*(6  
   

 
127  
$XMRXUG¶KXL 0DUV HVW LQKDELWpH GLVHQW OHV 'RX]H 3ODQqWHV PDLV GHV WUDFHV GH O¶DQFLHQQH
civilisation   seront   certainement   découvertes   dans   le   futur,   lorsque   des   astronautes   visiteront   la  
surface  du  sol  martien.  Déjà  en  1976,  on  remarqua  la  présence  de  formations  inhabituelles  dans  
la  plaine  de  Cydonia  (surface  de  Mars),  sur  des  photos  de  la  NASA  prises  par  Viking  Orbiter  1.  
/¶XQHG¶HOOHV PRQWUHFHTXLUHVVHPEOH IRUWjXQYLVDJHKXPDLQWRXUQpYHUV OHFLHO «  la   face  »).  
&HWWHSKRWRHWG¶DXWUHVDWWLUqUHQWO¶DWWHQWLRQGHVPpGLDVHQTXLWLWUqUHQW  :  «  Citées  perdues  
sur   Mars  »,   «  6LJQHV G¶XQH UDFH PDrtienne   éteinte  »,  ou   encore   «  Les   scientifiques   pensent   que  
Mars  peut  avoir  supporté  la  vie  avant  de  se  calciner  ».  En  plus  de  «  la  face  »,  il  y  a  «  le  fort  »  et  
«  la   pyramide  »   à   cinq   côtés,   comme   une   énorme   pipe   qui   sortirait   du   sol.   Une   analyse  
informatique   de   ces   photos   montre   que   «  la   face  »   et   les   autres   formes   paraissent   avoir   été  
fabriquées  par  une  intelligence  et  ne  sont  pas  des  fantaisies  de  la  nature  'HSOXVO¶H[LVWHQFHGH
ces  «  monuments  »  fut  confirmée  plus  tard,  quand  la  sonde  soviétique  Phobos  put  se  rapprocher  
de  Cydonia  et  la  rephotographier.  
 
Le  1er  mars  1989,  Métron,  de  la  Confédération  des  douze  planètes,  nous  donna  quelques  détails  
sur   ces   monuments   martiens.   «  La   face  »,   dit-­LO HVW XQH SDUWLH G¶XQH JUDQGH VWDWXH G¶XQ
souverain  de  l¶DQFLHQQHUDFHPDUWLHQQH6RQQRPpWDLWZektron  et  il  a  régné  pendant  dix-­huit  ans  
avant  la  grande  et  désastreuse  guerre  sur  Mars.  Métron  PHQWLRQQDTXHO¶  »objet  »  posé  à  côté  de  
«  la  face  »  était  son  casque  spatial  utilisé  dans  les  combats.  Il  a  aussi  conILUPpO¶H[LVWHQFHGH«  la  
pyramide  »,  symbole  de  puissance,  et  servant  de  tombe  et  de  réserve  pour  les  trésors.  Ces  objets  
seraient  donc  datés  de  2380  avant  J.-­&HQYLURQHWRQSHXWSUpVXPHUTX¶LOVIXUHQWGpWUXLWVSDUOD
radioactivité   et   usés   par   le   sable   ORUV GHV WHPSrWHV (K RXL O¶pQLJPDWLTXH SODQqWH 0DUV UHFqOH
encore  bien  des  mystères  à  découvrir  !  
 
«  Alors,   Terriens,   pourquoi   voulez-­vous   détruire   une   jeune   planète   qui   possède   cinq   cents  
PLOOLRQVG¶DQQpHVGHYDQWHOOH  ?  Pourquoi  vous  détruire  vous-­mêmes  ?  Les  Douze  Planètes  vous  
ont   déjà   demandé   de   changer   votre   comportement,   de   vivre   en   paix.   Vous   trouvez   difficile  
G¶DFFHSWHUPDLVF¶HVWODVHXOHLVVXH  (WLOQ¶\DSDVTXHO¶pQHUJLHDWRPLTXH  !  »  
 
Traduction  de  Geneviève  Vanquelef  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

21  
LE  MYSTERE  DU  TRESOR  DES  INCAS  
 
 
Cette   histoire   extraordinaire   nous   est   parvenue   grâce   à   deux   globe-­trotters   et   écrivains,   Marie-­
Thérèse   Guinchard   et   Pierre   Paolantoni.  Ils  ont  attendu  quatre  ans  pour  la  révéler  F¶pWDLWHQ
&¶HVWO¶pGLWHXU$ODLQ/HIHXYUHTXL  IXWPLVGDQVODFRQILGHQFHHWTXLSULWOHULVTXHG¶pGLWHU

 
128  
OHXU UHSRUWDJH TX¶LO WLWUD Les   Intraterrestres   existent,   je   les   ai   vus  !   ,O SUpFLVD G¶DLOOHXUV GDQV
O¶DYHUWLVVHPHQWGH O¶RXYUDJH  :  «  6LTXHOTX¶XQG¶DXWUHP¶DYDLWDSSRUWpFHPDQXVFULW PDOJUpVRQ
iQWHQVLWp GUDPDWLTXH HW O¶DVSHFW IDEXOHX[ GX UpFLW MH O¶DXUDLV UHIXVp +HXUHXVHPHQW TXH QRXV
FRQQDLVVRQV OHVDXWHXUVGHSXLV YLQJWDQV/HXUKRQQrWHWpOHXUWDOHQWO¶DPLWLpHWOHUHVSHFWGRQW
ils  jouissent  auprès  de  leurs  confrères  ont  levé  toutes  nos  hésitations.  »  
Le   malheur   est   que   cet   ouvrage,   épuisé,   est   passé   aux   oubliettes.   Pourtant,   il   corrobore   de  
nouveaux  faits  actuels  concernant  le  mont  Shasta,  dont  nous  parlerons  ultérieurement.  
 
/¶DYHQWXUH V¶HVW GpURXOpH GDQV O¶  »enfer   vert  »   GH O¶$PD]RQLH VXU   les   contreforts   des   Andes,  
après   que   Marie-­Thérèse   Guinchard   et   Pierre   Paolantoni   eurent   procédé   à   de   longues  
YpULILFDWLRQVDXWUDYHUVGHPXOWLSOHVHQTXrWHVHQFRUUpODWLRQDYHFOHVGpFRXYHUWHVG¶XQFRORQHOHQ
retraite.  
En  effet,  tout  le  long  de  leur  périple  de  40.000  kilomètres  en  Amérique  du  Sud,  il  leur  avait  été  
régulièrement   mentionnée   la   même   OpJHQGH G¶Atahualpa,   dernier   empereur   inca,   et   de   son  
WUpVRU 6RQ UR\DXPH HQJOREDLW j O¶pSRTXH OH WHUULWRLUH DFWXHO GH O¶eTXDWHXU GX 3pURX HW G¶XQH
partie  de  la  Bolivie.  
Atahualpa   IXW OkFKHPHQW DVVDVVLQp DORUV PrPH TX¶XQ DFFRUG DYDLW pWp FRQFOX DYHF OHV
FRQTXLVWDGRUVSRXUOHODLVVHUHQYLHHQpFKDQJHG¶XQHFROOHFWHJpQpUDOHGHWRXWO¶RUGXUR\DXPH
Une  fois  le  peuple  indien  prévenu  de  cet  assassinat,  cette  gigantesque  rançon  aurait  été  détournée  
de   sa   destination,   ce   qui   donna   naissance   à   la   légende   du   trésor   caché.   Depuis,   beaucoup  
G¶DYHQWXULHUV GH WRXWHV QDWLRQDOLWpV DYLGHV G¶RU RQW SpUL RX ELHQ RQW GLVSDUX YLFWLPHV GH OHXU
inexpérience  et  de  leur  inconsciencHDXFRXUVGHFHWWHSpULOOHXVHTXrWHGHO¶LPSRVVLEOH  
 
La  chance  de  Marie-­Thérèse  Guinchard  et  de  Pierre  Paolantoni  durant  leur  voyage,  qui  dura  un  
DQHVWTX¶LOVIXUHQWSUpVHQWpVSDUXQHJUDQGHDPLHjXQDUFKpRORJXHKRQJURLV<DQTXLGHSXLV
une   vingtaLQH G¶DQQpHV IRXLOODLW GDQV WRXV OHV VHQV OD IRUrW YLHUJH HW OD FRUGLOOqUH GHV $QGHV
Depuis   le   temps,   celui-­FL V¶pWDLW SHWLW j SHWLW LQWURGXLW DX VHLQ GHV WULEXV LQGLHQQHV YLYDQW
pratiquement  avec  elles  et  poursuivant  inlassablement  son  but  :  découvrir  le  secret  du  trésor  des  
,QFDV ,O HVW j QRWHU TXH OH FRPPDQGDQW &RXVWHDX DYDLW HX YHQW GH FHWWH KLVWRLUH HW TX¶LO DYDLW
PrPH DFFHSWp GH IDLUH SORQJHU XQ EDWK\VFDSKH GDQV OH ODF 7LWLFDFD SRXU WHQWHU G¶pOXFLGHU OH
mystère.  
 
Yan   put   avoir   des   contacts   avec   leV -LYDUR FDU G¶XQH IDoRQ pWRQQDQWH OHXU ODQJDJH OXL pWDLW
FRPSUpKHQVLEOH/¶H[SOLFDWLRQWLHQWGDQVOHIDLWTXHOHXUGLDOHFWHV¶DSSDUHQWHDXPDJ\DUDQFLHQ
que  Yan  avait  étudié.  Ainsi,  ces  indiens  réputés  féroces  lui  accordèrent  leur  amitié.  Il  vécut  avec  
eux  durant  deux   mois,  complètement   intrigué  par  cette  similitude  de   langage,  se  demandant  ce  
TXL DYDLW ELHQ SX UHOLHU OHV GHX[ SHXSOHV MXVTX¶j FH TX¶LO DSSUHQQH TXH GHV 0DJ\DUV V¶pWDLHQW
établis  en  Hongrie  au  IXe  siècle,  au  même  moment  que  les  Jivaro  en  Amérique  du  Sud.  En  outre,  
la  langue  magyare  appartient  par  ses  origines  au  groupe  finno-­ougrien  (Finlande/Oural).  
 
/¶289(5785(6(&5(7(  
 
8QMRXUjO¶RFFDVLRQG¶XQHSDUWLHGHFKDVVHHQFRPSDJQLHGHGHX[DPLVMLYDURYan  aperçut  deux  
autres   Jivaro   perchés   comme   des   sentinelles   sur   une   énorme   roche   gravée   du   même   signe   que  
leur   tatouage.   La   gravure   paraissait   très   ancienne.   Yan   demanda   aux   «  gardiens  »   la   raison   de  
leur   présence   à   cet   endroit.   Ceux-­ci   lui   répondirent   que   depuis   toujours   la   tribu   veillait   sur  

 
129  
O¶HQWUpH G¶XQH JURWWH PDVTXpH SDU OD YpJpWDWLRQ HW DFFpGDQW j XQ OLHX VDFUp VHORQ OD WUDGLWLRQ
orale.   Exceptionnellement,   Yan   REWLQW O¶DXWRULVDWLRQ G¶\ UHJDUGHU GH SOXV SUqV 8QH RXYHUWXUH
ODUJHGHPqWUHV¶RXYUDLWVXUXQHFKHPLQpHGHjPqWUHVGHSURfondeur.  En  se  penchant,  il  
vit  une  ouverture  latérale  cachée  au  fond  de  la  roche.  Une  pierre  se  détacha  dans  le  puits,  faisant  
fuir   des   oiseaux   de   nuit   qui   ressemblaient   curieusement   à   ceux   des   emblèmes   anciens   de   la  
Hongrie,  sorte  de  chauves-­souris  aux  aLOHVGpPHVXUpHVTXHO¶RQUHWURXYHVXUOHVELMRX[MLYDUROHV
plus  anciens.  Troublante  analogie  /HV-LYDURDFFHSWqUHQWILQDOHPHQWGHOXLIDLUHYLVLWHUO¶HQWUpH
En   dix   minutes,   une   corde   végétale   fut   tressée   et   Yan   atterrit   sur   un   sol   humide   et   gluant.  
6¶Kabituant   à   la   pénombre,   il   laissa   glisser   ses   mains   sur   une   pierre   lisse.   Une   porte   encadrée  
G¶pQRUPHV SLHUUHV WDLOOpHV DXVVL ELHQ DMXVWpHV TXH FHOOHV GX Machu   Picchu,   donnait   sur   une  
galerie  à   moitié  obstruée  par  des  éboulis  et  dans   laquelle   la  progression   se   faisait  péniblement.  
/DJDOHULHTXLpWDLWIDLWHG¶XQDVVHPEODJHSDUIDLWGHSLHUUHVWDLOOpHVjDQJOHGURLWYLUDLWjGURLWH
DYDQWGHGpERXFKHUVXUXQHLPPHQVHFDYHUQHWRWDOHPHQWpFODLUpHDORUVTX¶DXFXQHRXYHUWXUHYHUV
O¶H[WpULHXUQ¶H[LVWDLW/HV\HXx  de  Yan  V¶pFDUTXLOOqUHQWGHYDQWXQHLPPHQVHFRORQQHGHFULVWDOGH
quartz,  semblant  capter  la  lumière  au  niveau  du  sol  et  la  diffuser  tout  autour.  Les  marches  et  les  
EDQFVWDLOOpVj PrPH ODURFKHDWWHVWDLHQWGHO¶HPSUHLQWHODLVVpHGHSXLVGHVWHPSV LPPpPRULaux  
SDUO¶KRPPH  
 
¬ FH VWDGH GH O¶H[SORUDWLRQ OH FRPSDJQRQ MLYDUR UHMRLJQLW Yan V¶LQTXLpWDQW JUDYHPHQW GH VD
YRORQWpGHSRXUVXLYUH,OOXLLQGLTXDTXHVRQSURSUHSqUHDYDLWHXO¶KRQQHXUGHSpQpWUHUGDQVOH
UR\DXPH GHV 2PEUHV FH TXL Q¶pWDLW SDV GRQQp j Wout   le   monde,   car   là   les   choses   les   plus  
extraordinaires,  les  richesses  les  plus  fabuleuses  impliquaient  un  non-­retour  de  ceux  qui  y  étaient  
confrontés,  qui  emportaient  ainsi  avec  eux  le  secret  non  dévoilable.  Yan  passa  outre  le  conseil  de  
son  ami  jivaro,  TXLOHVXLYLWODPRUWGDQVO¶kPH  
 
Ils   marchèrent   longtemps,   puis,   après   un   coude   et   une   courbe   de   la   galerie,   ils   aboutirent   dans  
une   salle   parfaitement   circulaire.   Au   centre   résidait   une   table   ronde  taillée   dans   la   pierre,   avec  
sept   sièges   autour,   également   en   pierre  ;;   tout   autour,   face   à   chaque   siège,   une   ouverture  
rectangulaire   débouchait   sur   un   couloir   coudé   revêtu   de   pierre   poreuse   qui   assurait   la  
confidentialité   des   conversations   par   un   amortissement   total   des   sons.   Les   assemblages   et   les  
finitions,   G¶XQH SUpFLVLRQ LQRXwH QH SUpVHQWDLHQW DXFXQH WUDFH G¶RXWLOV HW Yan   fut   saisi  
G¶DGPLUDWLRQ  
 
PREPARATION  DE  LA  GRANDE  EXPEDITION  
 
Mais   il   fut   nécessaire   de   rebrousser   chemin,   faute   de   matériel   adapté.   Yan   mit   un   mois   pour  
rejoindre   la   ville.   Là,   il   essaya   GH FRQYDLQFUH GHV DPLV GH O¶DLGHU j ILQDQFHU XQH IXWXUH
expédition.  Mais  tout  le  monde  était  réticent,  malgré  le  fabuleux  récit.  Finalement,  ce  fut  un  ami  
avocat,   nommé   José,   qui   permit   de   débloquer   les   capitaux   nécessaires.   Des   équipements,   des  
vivres,  des  médicaments,  des  cadeaux  pour  les  Indiens,  des  mules  et  même  des  hommes  armés,  
SRXUVHGpIHQGUHGHODIDXQHGDQJHUHXVHHWVHSURFXUHUGXJLELHUIXUHQWUpXQLV/¶DLGHEpQpYROH
G¶XQSLORWHG¶KpOLFRSWqUHHWFHOOHG¶XQPXOHWLHUFRPSOpWqUHQWOHWRXW8QDFWe  du  ministère  de  la  
Culture  fut  accordé,  nécessaire  pour  faire  valoir  la  paternité  de   Yan  TXDQWjODGpFRXYHUWHG¶XQH
FLYLOLVDWLRQVRXWHUUDLQHDYHFO¶REOLJDWLRQGHUDSSRUWHUGHVSUHXYHV  
 

 
130  
Une   totale   discrétion   médiatique   fut   néanmoins   imposée.   Et   le   jour   - DUULYD /¶KpOLFRSWqUH
GpSRVD O¶pTXLSH j O¶RUpH GH OD IRUrW DPD]RQLHQQH FH TXL SHUPLW j Yan   de   rejoindre   le   village  
jivaro  en  dix  jours  seulement  à  dos  de  mule.  La  caravane  guidée  par  un  Jivaro  avança  à  travers  
ce  décor  fastueux  et  mystérieux  avec  son  cortège  de  dangers  omniprésents.  
 
/¶8/7,0((6&$/(  
 
'XUDQWOD KDOWHDXGHUQLHUYLOODJH OHFKHISqUHGH-DQDURO¶DPL MLYDURGH YanUDFRQWDFHTX¶LO
tenait  de  son  propre  père  sur  les  intra  terrestres  :  «  Les  habitants  des  cavernes  sont  des  dieux.  Ils  
ont  discipliné  la  force  de  la  Terre  et  celle  du  Soleil.  Ils  possèdent  le  rayon  qui  tue,  avec  lequel  ils  
SHXYHQWSHUFHUGHVPRQWDJQHV0RQSqUHDYXDORUVTX¶LOFKDVVDLWODWHUUHV¶RXYULUHWXQHpWRLOH
EULOODQWH V¶pOHYHU YHUV OH FLHO  »   Il   poursuivit,   ses   deux   mains   sur   la   poitrine  de   Yan  :   «  Vous  
Q¶DWWHLQGUH]MDPDLVOHOLHXVDFUpVLOHVRPEUHVTXL\KDELWHQWQHOHYHXOHQWSDV7RLVHXOSRXUUDV
entendre   leur  voix,  car  tu  connais   la   langue  de   nos  pères.  Mais  prends  garde  à  ce  que  tes  yeux  
vont  voir.  Tu  ne  devras  toucher  à  rien.  Tu  ne  devras  rien  emporter,  pas  la   moindre  parcelle  de  
métal  de  feu.  Même  si  tu  crois  être  seul,  des  regards  te  suivront  partout  où  tu  iras.  
Lui,  YanO¶DUFKpRORJXHVFLHQWLILTXHDOODLWGHYRLUIDLUHODSUHXYHGHO¶LQLPDJLQDEOH  
 
LE  PARCOURS  INITIATIQUE    
 
Trois   jours   de   canoë   au   milieu   des   crocodiles   et   des   piranhas   furent   encore   nécessaires   pour  
DERXWLU j O¶pQLJPDWLTXH HQWUpH ,O OHXU IDOOXW XQH IRLV GHVFHQGXV GpEOD\HU OH SUHPLHU FRXORLU
empli  de  terre.  Le  sol  et  les  murs  apparurent  alors  parfaitement  pavés  de  pierres  plates  et  lisses  
remarquablement  ajustées.  
 
En   compagnie   de   José,   O¶DYRFDW HW G¶XQ JDUGH Yan   refit   le   chemin   parcouru   la   première   fois  
MXVTX¶jODVDOOHDXFULVWDOOXPLQHX[ROHVYLYUHVHWOHPDWpULHOIXUHQWGpSRVpV-DQDURQ¶DOODSDV
plus  loin,  et  Yan  et  José  continuèrent  seuls.  José  découvrit  à  son  tour  la  salle  des  sept  sièges  et  
V¶pPHUYHLOODGHODILQLWLRQGXPRELOLHUGHSLHUUHSDUIDLWHPHQWSROLH/HVGHX[DPLVGpFLGqUHQWGH
VHUHSRVHUOjGDQVO¶REVFXULWpSRXUpFRQRPLVer  les  lampes.  Subitement,  au-­dessus  de  leurs  têtes,  
un   disque   lumineux   apparut   au   plafond,   les   laissant   muets   de   stupéfaction.   Comme   rien   ne  
ERXJHDLWLOVILQLUHQWSDUV¶DVVRXSLU  
 
'qV OH UpYHLO LO IDOOXW RSWHU SRXU O¶XQ GHV VHSW FRXORLUV Yan   et   José   choisirent   le   couloir   sud.  
$YHFOHVODPSHVGHPLQHXUGHIRQGLOVV¶HQJDJqUHQWGDQVFHWWHJDOHULHJULPSDQWHQSHQWHGRXFH
3HXjSHXODJDOHULHVHUpWUpFLVVDLWHQGpFULYDQWXQODUJHDUFGHFHUFOH/DSHQWHV¶DFFHQWXDHWOD
progression  devint  de  plus  en  plus  difficile.  Les  pavés  devinrent  glissants,  puis  les  murs  et  le  sol  
SUpVHQWqUHQWGHVDVSpULWpVGHSOXVHQSOXVFKDRWLTXHV/¶DLUGHYLQWFKDXGKXPLGHHWSXDQW3XLV
ce   fut   un   boyau   de   glaise   visqueuse   ocre.   Il   fallut   avancer   longtemps   à   plat   ventre.   Les   deux  
hommes   étaient   fourbus   et   endoloris   de   toutes   parts.   Enfin,   une   faible   lumière   perçant   à   une  
vingtaine   de   mètres   leur   rendit   espoir.   Là,   une   sorte   de   toboggan   gluant   les   emporta   dans   une  
irrésistible  descente.  Au  bout,  une  cascade  grondait   furieusement  et  barrait  la  sortie  du  couloir.  
Les  deux  hommes  risquèrent  tout  et  la  traversèrent.  Victoire,  ils  aboutirent  sur  une  caverne  de  30  
mètres  de  large  par  15  mètres  de  haut,  tout  habillée  de  stalactites  et  de  stalagmites  géantes  et  qui  
V¶RXYUDLW DX JUDQG MRXU au-­dessus   de   la   forêt   vierge.   Dans   une   excavation,   un   amoncellement  
G¶RVKXPDLQVJLVDLWSrOH-­mêle.    

 
131  
 
LES  EPREUVES  SE  SUCCEDENT  
 
À   cet   endroit,   les   deux   hommes   décidèrent   de   dormir   un   peu.   Au   réveil,   la   faim   les   tenaillait,  
mais  il  leur  était  impossible  de  rebrousser  chemin  pour  aller  chercher  les  vivres  en  amont.  Puis  le  
jour   se   leva,   chatoyant   de   couleurs   qui   ondulaient   doucement.   La   grotte   ne   présentait   aucune  
LVVXH YHUV O¶LQWpULHXU ,OV GpFLGqUHQW GRQF GH VH KDVDUGHU j O¶H[WpULHXU 0DLV OHV SDURLV GH OD
caverne   tombaient   à   pic   sur   une   luxuriante   et   très   profonde   vallée   dans   laquelle   la   cascade  
V¶HQJRXIIUDLW 'HV GDOOHV PRXLOOpHV ODUJHV GH  PqWUH GHVVLQDLHQW XQ FKHPLQ OH ORQJ GX IODQF
DEUXSWGHODPRQWDJQHSXLVV¶DUUrWDLHQWQHWGDQVOHYLGH/jXQHSRUWe  exiguë,  en  retrait  dans  la  
roche,  aboutissait  à  une  niche  suspendue  au-­GHVVXVG¶XQYHUWLJLQHX[QpDQW,OVUHVWqUHQWOjWHUUpV
pendant  un  moment,  ne  sachant  que  faire  et  toujours  incapables  de  faire  demi-­WRXU«  
 
Par   instinct   de   survie,   ils   se   mirent   à   gratter   la   terre   et   découvrirent   au-­dessous   des   dalles   non  
VFHOOpHV TX¶LOV SXUHQW IDFLOHPHQW VRXOHYHU 0LUDFOH  !   Il   y   avait   là   un   escalier   descendant   dans  
O¶DEvPHTX¶LOVHPSUXQWqUHQW/DURFKHpWDLWPDLQWHQDQWQRLUHHWOXLVDQWHFUpDQWPLOOHUHIOHWVVRXV
les   torches   et   faisant   même   perdre   la   notion   de   verticalité.   Subitement,   Yan   fut   aspiré   dans   le  
YLGHG¶XQWURXQRLU  ;;  sa  chute  fut  lente  et  interminable.  José  Q¶pWDLWSOXVjVHVF{WpVYan  O¶DSSHOD
Aucune  réponse.  Une  affreuse  sensation  de  mort  envahit  son  corps.  Un  temps  de  récupération  lui  
IXWQpFHVVDLUHSRXUTX¶LOSXLVVHjQRXYHDXERXJHU,OVHUHWURXYDSUqVG¶XQHQDSSHG¶HDXXQODF
G¶R pPDQDLW XQH pWUDQJH OXPLQRVLWp  ;;   cette   luminosité   semblait   être   émise   en   surface   par   des  
paillettes   phosphorescentes.   José   arriva   à   son   tour,   précipité   de   la   même   façon   que   Yan.   Le  
temps  de  se  remettre,  les  deux  hommes  réalisèrent  que  ce  lieu  les  invitait  à  se  baigner.  Ils  purent  
découvrir   les   vertus   insoupçonnées   de   cette   eau   et   la   sensation   de   quiétude,   de   détente   après  
coup.  
 
7URLVMRXUVV¶pWDLHQWGpMjpFRXOpV8QHQRXYHOOHJDOHULHV¶RIIULWjHX[GHVFHQGDQWHQSHQWHGRXFH
GDQV XQ QRLU DEVROX $X ERXW G¶XQH KHXUH GH PDUFKH DSSDUXW XQH JURWWH KpODV HQ FXO-­de-­sac,  
abritant   un   petit   lac.   Tout   était   mouillé   et   la   roche   était   friable.   Un   murmure   se   fit   entendre  
comme  une  psalmodie  de  derrière  une  paroi.  Yan  HVVD\DG¶DWWDTXHUODURFKHDYHFVRQSLROHWPDLV
soudainement  le  niveau  du  lac  se  mit  à  monter,  les  obligeant  à  rebrousser  chemin  vers  la  galerie  
PRQWDQWHG¶RLOVYHQDLHnt.  Là,  YanGpVHVSpUpVHPLWjLQYRTXHULQWpULHXUHPHQWO¶DLGHGHFHX[
qui  contrôlaient  ces  lieux.  Puis,  accroupis  et  épuisés,  Yan  et  José  V¶HQGRUPLUHQW¬OHXUUpYHLOOH
QLYHDXGHO¶HDXpWDLWUHGHVFHQGXPLUDFXOHXVHPHQW  
 
/¶,1&,'(1748,6$89(  
   
ImmédiatePHQW LOV UHWRXUQqUHQW j O¶HQGURLW GHV SVDOPRGLHV &¶pWDLW OH VLOHQFH 0DLV LOV
UHFRPPHQFqUHQW j FUHXVHU OD SDURL G¶DXWDQW SOXV TXH OHXU UpVHUYH G¶pFODLUDJH FRPPHQoDLW j
V¶pSXLVHU&DWDVWURSKH  !  La  lampe  de  Yan  bascula  au  bord  du  niveau  bas  du  lac.  Heureusement,  
même  cassée,  la  lampe  fonctionnait  encore.  Yan  entreprit  alors  une  descente  à  la  corde  pour  aller  
la   récupérer.   Arrivé   sur   la   petite   plate-­forme,   il   aperçut   un   trou   sombre   dans   la   paroi.   Lorsque  
José   le   rejoignit   avec   sa   lampe,   une   issue   tant   espérpH V¶RIIULW GHYDQW HX[ 6DQV OD FKXWH GH OD
ODPSHLOVQHO¶DXUDLHQWMDPDLVGpFRXYHUWH&HQHSRXYDLWrWUHTX¶XQHHQWUpHVHFUqWHPDVTXpHSDU
le  niveau  haut  du  lac.  Une  galerie  taillée  dans  le  gypse  menait  en  effet  sur  un  escalier  montant,  
OHV PHWWDQW j O¶DEUL G¶XQH QRXYHOOH PRQWpH G¶HDX $SUqV XQH DVFHQVLRQ LQWHUPLQDEOH LOV

 
132  
GpERXFKqUHQW VXU XQ ER\DX /HV ODPSHV IDLEOLUHQW HW V¶pWHLJQLUHQW ,OV GXUHQW DORUV PDUFKHU j
WkWRQVGDQVO¶REVFXULWpWRWDOHWRXMRXUVWHQDLOOpVSDUODIDLPpFRUFKpVHWjERXWGHIRUFes.  Mais  il  
IDOODLW DYDQFHU HQFRUH PDOJUp O¶pSXLVHPHQW FRPPH GHV DXWRPDWHV DX ULVTXH GH PRXULU VXU
place.  
 
LA  SALLE  DES  MERVEILLES  
 
Dans   une   semi-­REVFXULWp LOV VH FRQIURQWqUHQW j XQ GpFRU pWUDQJH PHXEOp G¶RPEUHV KXPDLQHV
inertes,   muettes,   inoffensives   PDLV G¶DVSHFW WUqV LPSUHVVLRQQDQW 3XLV XQ DXWUH GpFRU DYHF
SRUWLTXHHWJDOHULH ODUJHHWKDXWHUpJXOLqUHPHQWSDYpHV¶RIIULWjHX[DYHFXQIOXLGH PRXYDQWHW
OXPLQHVFHQWSURYHQDQWGXVROHWV¶pWHQGDQWMXVTX¶jPGHKDXWHXU'DQVODJDOHULHTXLVXLYLW
O¶DWPRVSKqUHGHYLQWORXUGHTXDVLLUUHVSLUDEOH  ;;  les  deux  hommes  étaient  trempés  de  sueur.  
 
6RXGDLQ XQH OXPLqUH pEORXLVVDQWH V¶DOOXPD Yan   et   José KDELWXpV j O¶REVFXULWp IXUHQW
OLWWpUDOHPHQW DYHXJOpV ,OV pWDLHQW j O¶HQWUpH G¶XQH JUDQGH VDOOH VRUWH GH musée   où   le   plus  
H[WUDRUGLQDLUHDPRQFHOOHPHQWG¶RUpWLQFHODQWG¶RUIqYUHULHHWGHMR\DX[IDEXOHX[V¶RIIUDLWjOHXUV
\HX[pEDKLV'HWRXVF{WpVGHVVTXHOHWWHVKXPDLQVHQWLqUHPHQWUHFRXYHUWVGHSRXGUHG¶RUpWDLHQW
figés   dans   des   poses   naturelles.   Masques,   colliers,   bracelets   ornaient   abondamment   ceux   qui  
avaient  sans  doute  été  les  hauts  dignitaires  de  cette  mystérieuse  civilisation.  Certains  étaient  assis  
VXUGHVWU{QHVG¶DXWUHVpWDLHQWGHERXWGDQVGHVQLFKHVRXVXUGHVSDUYLV8QHQIDQWpWDLWDVVLVVXU
un   trône   de   pierre   VHV FKHYHX[ WUHVVpV HQFRUH LQWDFWV pWDLHQW FHLQWV G¶XQ EDQGHDX HQ RU $X
PLOLHX GH OD FDYHUQH UHSRVDLW XQ ODUJH SXSLWUH HQ SLHUUH SROLH VXU OHTXHO G¶pQRUPHV OLYUHV GH
IHXLOOHVG¶RUpWDLHQWSRVpVRXYHUWVOHVXQVjF{WpGHVDXWUHV  
 
Malgré   O¶LQWHUGLFWLRQ GH WRXFKHU j TXRL TXH FH VRLW Yan   QH UpVLVWD SDV j O¶HQYLH GH IHXLOOHWHU
IpEULOHPHQWTXHOTXHVSDJHVFRXYHUWHVGHKLpURJO\SKHV7RXWV¶pWHLJQLWDORUVHWFHIXWjQRXYHDX
OH QRLU WRWDO 8Q SDUIXP G¶HQFHQV VH UpSDQGLW SURFXUDQW DX[ GHX[ DPLV une   sensation   de   bien-­
être.   Leur   fatigue   disparut,   mais   ils   se   sentaient   incapables   de   faire   un   mouvement.   Le   temps  
V¶DUUrWD8QHIDLEOH OXHXUDSSDUXWSURJUHVVLYHPHQWpFODLUDQWXQHVRUWHGHSRGLXPVXU OHTXHORQ
pouvait  distinguer  des  silhouettes  de  grande  taille,  vêtues  de  longues  capes  scintillantes.  Chaque  
personnage  portait  sur  la  poitrine  un  triangle  argenté.  De  loin,  on  pouvait  distinguer  les  traits  de  
leur  visage  oviforme,  le  front  assez  haut  avec  des  grands  yeux  en  amande.  Leurs  cheveux  étaient  
recoXYHUWV G¶XQ EDQGHDX GX PrPH WLVVX VFLQWLOODQW TXH OHXU FDSH HW RUQp G¶XQH JURVVH SLHUUH
couleur   émeraude.   Yan   HQWHQGLW DORUV UpVRQQHU j O¶LQWpULHXU GH OXL-­même   une   voix   forte   qui  
V¶H[SULPDHQFHVWHUPHV  :    
 
0(66$*($/¶+80$1,7('(/$685)$&(  
 
Étranger,   toQ DXGDFH W¶D SHUPLV GH VXUPRQWHU WRXWHV OHV pSUHXYHV 7X HV OH SUHPLHU j DYRLU OH
SULYLOqJH GH YHQLU YRORQWDLUHPHQW MXVTX¶j QRXV $SSUHQGV DORUV TXH QRWUH FLYLOLVDWLRQ SRXU
employer   votre   langage,   est   beaucoup   plus   avancée   que   la   vôtre,   car   nous   maîtrisons   depuis  
toujours  la  force  du  Soleil  et  celle  de  votre  planète,  la  Terre.  
 
'DQVFHVOLYUHVLQGHVWUXFWLEOHVO¶KLVWRLUHGHWRXWHVFLYLOLVDWLRQVHVWFRQVLJQpHFHOOHVG¶HQKDXWHW
FHOOHVG¶HQEDVHWQRWUHFRQQDLVVDQFHYDELHQDX-­delà  de  ces  remparts  de  pierres.  
 

 
133  
Nous  vous  connaissons  bien.  Nous  vous  avons  souvent  aidés  au  cours  des  siècles.  Mais  chaque  
fois  que  nous  avons  tenté  de  vous  approcher  directement,  sans  trahir  notre  vérité  ni  la  vôtre,  le  
résultat  a  été  catastrophique.  
 
Toutes  les  réponses  aux  quesWLRQVTXHFHUWDLQVG¶HQWUHYRXVVHSRVHQWVLQFqUHPHQWVRQWLQVFULWHV
non   seulement   dans   nos   livres   ±   GRQW YRXV VHULH] LQFDSDEOHV G¶DVVLPLOHU OD FRQQDLVVDQFH VDQV
être  détruits  psychiquement  ±  PDLVDXVVLGDQVFKDTXHGpWDLOGHO¶H[SpGLWLRQTXLW¶DPHQpMXVTX¶j
nous,  que  tu  mettras  sans  doute  longtemps  à  comprendre.  
 
6LWXUDFRQWHVFHWWHKLVWRLUHFHX[G¶HQKDXWWHWUDLWHURQWGHIRXHWWXVHUDVSHUVpFXWpSDUFHX[-­là  
mêmes  qui  vont  chercher  bien  loin  des  explications  aux  phénomènes  qui  les  angoissent.  
 
Nos  savDQWVTXLV¶LQWURGXLVHQWFKH]YRXVQRXVUDSSRUWHQWGHVLQIRUPDWLRQVTXLQHVRQWKpODVSDV
encourageantes   et   ne   nous   incitent   pas   à   nous   joindre   à   vous.   Pourtant,   nous   le   souhaitons.  
Votre  folie  met  également  notre  monde  en  danger.  Certaines  de  nos  expériences  sur  la  surface  
de   votre   sol   vous   ont   paru   «  infantiles  ».   Réfléchissez   et   vous   comprendrez   pourquoi   nous   les  
renouvelons  constamment.  
 
'¶DXWUHVSHXSOHVYHQXVG¶DXWUHVPRQGHVFKHUFKHQWHX[DXVVLGHQRXYHOOHVWHUUHV  
3DUWRXW GDQV O¶8QLYHUV OHV GHVWUXFWions   naturelles   ont   été   terrifiantes.   Mais   les   vôtres   le   sont  
plus   encore  !   Nous   ne   vous   laisserons   pas   nous   détruire.   Nos   études   sur   votre   monde   nous  
FRQGXLUDLHQWSOXW{WYHUVG¶DXWUHVSODQqWHV1RVPR\HQVWHFKQLTXHVQRXVOHSHUPHWWHQW  
 
Si  les  hommes  vivant  à  la  surface  de  la  Terre  ne  cessent  de  confondre  orgueil  et  connaissance,  
ULFKHVVH HW ERQKHXU DORUV F¶HVW j G¶DXWUHV PRQGHV TXH QRXV RIIULURQV OH IUXLW GH QRWUH VDYRLU
Mais   même   si   vous   nous   obligez   à   nous   exiler   une   fois   encore,   nous   tenterons   par   tous   les  
PR\HQVGHYRXVHPSrFKHUG¶DFFRPSOLUO¶LUUpSDUDEOH  
 
1RXVYRXVFRQVLGpURQVFRPPHQRVIUqUHVQLLQIpULHXUVQLVXSpULHXUV6HXOHPHQWGLIIpUHQWV«  
Beaucoup   parmi   vous   connaissent   le   secret.   Ceux-­là   vous   aident   depuis   des   siècles   sans   que  
vous  le  sachiez0DLVULHQQ¶\IDLW  :  de  génération  en  génération,  vous  vous  livrez  aux  massacres,  
à  la  destruction  systématique  des  êtres  vivants  et  des  forces  qui  les  animent.  
 
Tout  est  aussi  écrit  dans  vos  livres,  mais  vous  en  avez  perdu  les  clés.  
Ne  cherchez  pas  de  m\VWqUHVOjRLOQ¶\HQDSDV/DYpULWpHVWVLPSOHPDLVQLWRLQLWHVIUqUHVQH
SRXUUH]SRXUO¶LQVWDQWHQVXSSRUWHUODFODUWp  
 
5HWRXUQHG¶RWXYLHQV/HFKHPLQTXLYDV¶RXYULUjWRLVHUDSOXVDLVpHWGHORLQQRXVJXLGHURQV
tes  pas.  Ne  touche  à  rien  quLQHW¶DSSDUWLHQQHVLQRQWXQHUHWURXYHUDVSOXVMDPDLVOHFKHPLQGH
ton  soleil.    
 
   
/HV SHUVRQQDJHV GLVSDUXUHQW HQ ODLVVDQW XQH OXPLqUH GLDSKDQH LQRQGHU OD JURWWH WHLQWDQW G¶XQH
FRXOHXUEOHXWpHOHVVTXHOHWWHVG¶RUJoséSURVWUpjO¶HQWUpHGHODJURWWHDYDLWWRXWYXPDLVQ¶DYDLW
pas  entendu  le  discours.  
 

 
134  
LE  RETOUR  
 
/HUHWRXUGXUDGHVKHXUHVGDQVO¶REVFXULWpFRPSOqWH  ±  les  deux  hommes  durent  tâtonner  les  murs.  
Ils   débouchèrent   enfin   dans   la   salle   des   sept   sièges.   Nos   aventuriers   étaient   dans   un   état  
G¶pSXisement   extrême.   Ils   y   retrouvèrent   leurs   vivres,   qui   leur   parurent   succulents.   Puis   Yan   et  
José  sombrèrent  dans  le  sommeil  durant  vingt  heures.  
Pendant   plusieurs   mois,   ils   eurent   besoin   de   douze   heures   de   sommeil   par   jour   et   souffrirent  
G¶pWUDQJHVPLJUDLQHV/HVSKRWRVTX¶LOVSXUHQWSUHQGUHDWWHVWHQWOHXUUpFLW  
 
Le   message   troublant   des   sages   intra   terrestres   nous   amène   au   contenu   du   livre   Telos,   nous  
pFODLUDQW VXU OD YLH j O¶LQWpULHXU GH OD 7HUUH HW VXU FHWWH UpDOLWp TXL QRXV pFKDSSH (Q YRLFL
quelques  extraits  :    
 
«  8QHH[SORUDWLRQGHFHQRXYHODVWUH>OD7HUUH@QRXVDSHUPLVGHGpFRXYULUO¶RXYHUWXUHGHWXQQHOV
PHQDQW j O¶LQWpULHXU GH VD FDYLWp /HV JDOHULHV DYDLHQW pWp FUHXVpHV SDU G¶DXWUHV FLYLOLVDWLRQV HW
VRFLpWpVGDWDQWG¶pSRTXHVDQWLTXHV  »  
 
«  Nous  sommes   venus  en  ce   lieu  [sous   le   mont  Shasta]  afin  de  poursuivre   notre  évolution   loin  
des   entraves   de   la   négativité.   Nous   avons   vu   et   affronté   les   troupes   de   malfaiteurs   provenant  
G¶DXWUHVV\VWqPHVVWHOODLUHV  »  
 
«  1RWUH DYHQWXUH DYDLW pJDOHPHQW YDOHXU G¶H[SpULPHQWDWLRQ FDU HOOH YLVDLW j PHVXUHU MXVTX¶R
SRXYDLWDOOHUQRWUHpYROXWLRQVLHOOHQ¶pWDLWSDVFRQWUHFDUUpHSDUOHFRQIOLWHWO¶LQGLJHQFH  »  
 
«  Dans   les   cités   souterraines,   nos   conditions   climatiques   ne   connaissent   aucune   fluctuation,  
SDUFHTXHO¶HQYLronnement  est  protégé  contre  les  forces  de  la  nature  qui  sévissent  sur  la  planète.  
/HVFRQGLWLRQVFOLPDWLTXHVjODVXUIDFHUHSURGXLVHQWYRWUHpWDWG¶HVSULWHWUHIOqWHQWVRQGpVRUGUH
HWVRQDJLWDWLRQ¬FHODV¶DMRXWHQWYRVH[SpULPHQWDWLRQVHQWRXWJHQUHG¶Dpprentis  sorciers.  »  
 
«  1RXV VXUYHLOORQV pWURLWHPHQW OH GHJUp GH FRPSDVVLRQ HW G¶RXYHUWXUH GX F°XU GX FROOHFWLI ¬
O¶KHXUH DFWXHOOH LO HVW G¶HQYLURQ  3RXU TXH QRXV SXLVVLRQV YHQLU LO IDXGUD TX¶LO PRQWH j
90%,  et,  pour  ce  faire,  il  faudrait  évacuer  de  votre  corps  émotif  toute  négativité  passée,  présente,  
HW O¶HQ JXpULU ,O YRXV IDXW DXVVL ODLVVHU GHUULqUH YRXV WRXWHV YRV FUDLQWHV HW YRV VFKpPDV
négatifs.  »  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
135  
22  
DES  SCIENTIFIQUES  CANADIENS  ONT  
CONTACTE  VENUS  ET  SES  HABITANTS  
 
 
Un   rapport   a   été   pFULW GH OD PDLQ GH O¶XQ GHV SOXV JUDQGV VFLHQWLILTXHV TXH OH ;;e   siècle   ait  
connu,  Wilbert   B.Smith TXL pWDLW OH GLUHFWHXU GXSURMHW 0DJQHW OH FRPLWp G¶pWXGH VFLHQWLILTXH
des   ovnis   du   gouvernement   canadien.   Cet   éminent   scientifique   était   extrêmement   respecté,  
crédité   de   nombreuses   inventions   technologiques,   avait   une   excellente   réputation   publique   et  
SRVVpGDLWGHSUHVWLJLHX[GLSO{PHVSUL[HWEUHYHWVG¶LQYHQWLRQ  
 
On  peut  dire  que  Smith  a  été  le  plus  grand  scientifique  canadien  de  son  temps,  tout  comme  Tesla  
et   Einstein   furent   les   deux   plus   grands   scientifiques   de   leur   époque,   au   regard   des   inventions  
brevetées.  
 
/¶H[WUDRUGLQDLUHUDSSRUWGHSmith,  longtemps  classé  top  secret  par  les  gouvernements  du  Canada  
et  des  États-­Unis,  livre  de  stupéfiantes  informations  sur  la  planète  Vénus  et  ses  habitants.  
 
UNE  MERVEILLEUSE  MATHEMATIQUE  CELESTE  
 
Dans   son   livre   /¶2U GHV pWRLOHV,   José   Frendelvel   D GpPRQWUp DX WHUPH G¶XQH PLQXWLHXVH
enquête   sur   la   dynamique   de   notre   système   solaire,   que   celui-­ci   répond   à   une   architecture  
mathématique  tellement  élaborée  que  Seul  Celui  que  certains  appellent   «  Le  Grand  Architecte  »  
VHPEOHSRXYRLUHQrWUHjO¶RULJLQH  
 
8QH LQFUR\DEOH DUFKLWHFWXUH GH MHX[ GH FKLIIUHV GH JpRPpWULH HW G¶LQYHUVLRQV V¶HVW HQ HIIHW
progressivement   révélée   à   cHW REVHUYDWHXU DYLVp LQWpJUDQW O¶HQVHPEOH GH QRWUH V\VWqPH VRODLUH
DYHFVRQpWRLOHFHQWUDOHVHVSODQqWHVDYHFOHXUVOXQHVHWVHVGHX[FHLQWXUHVG¶DVWpURwGHV,OOXLD
été  donné  de  constater  que  tous  les  corps  célestes  ±  y  compris  ceux  qui,  tel  Vulcain,  n¶RQWSDVpWp
officiellement   répertoriés   ±   jouent   ensemble,   en   compagnie   de   notre   Terre   et   de   son   satellite  
naturel,   une   véritable   et   grandiose   symphonie   mathématique   en   comparaison   de   laquelle   les  
°XYUHV GH QRV JpQLHV GH OD PXVLTXH 0R]DUW +DHQGHO %DFK %HHWKRYHQ HW WDQW G¶DXWUHV  IRQW
SLqWUH HW SkOH ILJXUH« 8QH DXWKHQWLTXH DUFKLWHFWXUH VDFUpH D pWp SODFpH VRXV QRV \HX[ SDU
O¶LQWHOOLJHQFH FRVPLTXH TXL DWWHQG O¶pSRTXH R QRXV DXURQV OHV PR\HQV HW OD VDJHVVH GH
comprendre  et  de  décrypter  son  message.  
 
Au  sHLQGHQRWUHV\VWqPHVRODLUH9pQXV O¶pWRLOH GX%HUJHUTXHFHUWDLQVpVRWpULVWHVRQWGpFULWH
FRPPHODSODQqWHMXPHOOHGHOD7HUUHRFFXSHXQHSODFHWRXWHSDUWLFXOLqUH«  
 
DES  DONNEES  INCOMPATIBLES  
 
Voici  quelques-­unes  des  étonnantes  révélations  de  José  Frendelvel  (dans  son  ouvrage  /¶2UGHV
étoiles)  au  sujet  de  la  planète  Vénus  et  de  ses  habitants.  

 
136  
 
«  Si   nous   pouvions   nous   approcher   de   Vénus   pour   observer   de   plus   près   sa   nature,   que  
découvririons-­nous  "'HSXLVTXHOTXHVGpFHQQLHVO¶DFWLYLWpVSDWLDOHDSHUPLVde  décrire  un  peu  sa  
nature   physique   grâce   aux   sondes   qui   se   sont   posées   sur   son   sol.   Les   porte-­parole   de   ces  
PLVVLRQV G¶H[SORUDWLRQ QRXV RQW SDUOp G¶XQ HQYLURQQHPHQW SDUWLFXOLqUHPHQW LQKRVSLWDOLHU G¶XQ
DLUVXUFKDUJpHQJD]FDUERQLTXHG¶XQHSUHVVLRQEDURPpWULTXHLQIHUQDOHG¶XQHFKDOHXUWRUULGHGH
SOXVLHXUVFHQWDLQHVGHGHJUpVjVDVXUIDFHDLQVLTXHG¶XQHDWPRVSKqUHKpEHUJHDQWG¶pSDLVQXDJHV
RSDTXHVFKDUJpVG¶DFLGHVXOIXULTXH%UHIXQDVWUHQHSHUPHWWDQWDEVROXPHQWSDVGHJpQpUHUQL
G¶DEULWHU OD YLH XQ DVWUH TXL QH GRQQH SDV OH PRLQV GX PRQGH HQYLH G¶DOOHU \ IDLUH XQH SHWLWH
H[FXUVLRQGRPLQLFDOHRXG¶\LQVWDOOHUXQFOXEGHYDFDQFHV  »  
 
3RXUWDQWHQXQGRVVLHUDpWpFODVVLILpGH O¶DXWUHF{WpGHO¶$WODQWLTXHHWFHODGDQV ODSOXV
grande   discrétion   ±   quinze   ans   plus   tard,   ce   document   est   encore   pratiquement   inconnu   du  
public.  Aussi  incroyable  que  cela  puisse  paraître,  ce  dossier  rapporte  de  nombreux  contacts  avec  
des   êtres   de   la   planète   Vénus  !   Il   raconte   comment   des   Vénusiens   sont   venus   sur   Terre   pour   y  
UHQFRQWUHU GHV KRPPHV FKRLVLVVDQW GH V¶DGUHVVHU SDUIRLV j G¶KXPEOHV FLWR\HQV SDUIRLV j GHV
scientifiques,  et  parfois  à  de  hauts  responsables  de  notre  société.   Ce  rapport  relate,  entre  autres,  
ODUHQFRQWUHLQRSLQpHHQWUHO¶XQGHFHVrWUHVHWOH3UpVLdent  américain  Eisenhower.  
 
Nous  voilà  face  à  deux  informations  apparemment  incompatibles.  Deux  approches  de  la  planète  
9pQXV FRPSOqWHPHQW DQWDJRQLVWHV '¶XQH SDUW FHOOH GH OD VFLHQFH WHUUHVWUH DYHF VHV VRQGHV
VSDWLDOHVHWOHVpULHX[TX¶RQOXLDWWULEXHJpQpUDOHPHQW'¶DXWUHSDUWFHOOHG¶XQUDSSRUWTXDVLPHQW
LQFRQQXTXLVRXWLHQWO¶H[LVWHQFHG¶XQHFLYLOLVDWLRQVXU9pQXVHWGHFRQWDFWVFDFKpV  
 
Face  à  un  tel  paradoxe,   la  réaction   habituelle  est  de  faire  confiance  à   la  science  et  de  bien   vite  
oublier  la  version  si  opposée  à  la  réalité  spatiale.  Ainsi  pouvons-­nous  continuer  à  dormir  sur  nos  
GHX[RUHLOOHV0DLVTX¶HQHVW-­il  pour  connaître  la  vérité  ?  
 
Et  si  les  hiérarchies  scientifiques,  en  qui  nous  avons  une  confiance  aveugle,  nous  avaient  menti  ?  
Le   plus   grand   mensonge   de   tous   les   temps,   pour   nous   cacher   le   fait   que   nous   ne   sommes   pas  
seuls   dans   notre   système   solaire  ?   /¶pYHQWXDOLWp G¶XQH YLH VXU 9pQXV HQWUDvQHUDLW XQH YpULWDEOH
révolution   des   consciences  !   Avoir   cru   depuis   bien   longtemps   que   le   système   solaire   est   un  
désert  avec  une  seule  oasis  OD7HUUH«HWSXLVVRXGDLQXQUDSSRUWQRXVDQQRQFHTXHQRVIUqUHV
GH O¶HVSDFH VRQW Oj j GHX[ SDV VXU OD SODQqWH YRLVLQH TX¶LOV QRXV WHQGHQW OD PDLQ HW DWWHQGHQW
GLVFUqWHPHQWHQWRXWHSDWLHQFHTXHOHVIHX[YHUWVV¶allument  dans  nos  consciences  !  
 
UNE  SUPERCIVILISATION  QUI  VOUDRAIT  NOUS  AIDER  
 
/DFLYLOLVDWLRQYpQXVLHQQHWHOOHTX¶HOOHHVWGpFULWHGDQVFHGRVVLHUVHPEOHDYRLUUpVROXWRXVOHV
problèmes   relationnels   particulièrement   négatifs   que   nous   connaissons   sur   Terre,   comme   les  
guerres,  la  criminalité  et  les  agressions  en  tout  genre.  Non  pas  en  les  mettant  hors  la  loi  par  une  
quelconque   force   policière,   mais   en   développant   collectivement   des   valeurs   plus   pacifiques  
IRQGpHVVXUOHUHVSHFWODFRPSUpKHQVLRQHWO¶DPRXr.  
 
Par   leurs   contacts   réitérés   avec   des   personnalités   terrestres,   les   Vénusiens   sont   venus   nous  
proposer   une   assistance   pour   résoudre   nos   problèmes   de   plus   en   plus   critiques   de   société   et  

 
137  
G¶HQYLURQQHPHQW /D FRQGLWLRQ TX¶LOV SRVDLHQW j FHW DSSXL KXPDQLWDLre   et   technologique   était  
G¶DEDQGRQQHU QRV DUPHV GH GHVWUXFWLRQ PDVVLYH HW GH IDLUH OH FKRL[ GpOLEpUp GH QRXV HQJDJHU
comme   eux   dans   une   voie   pacifique.   Mais   ces   conditions   ont   été   jugées   irrecevables   par   les  
JUDQGVGLULJHDQWVGHQRWUHPRQGHHWO¶RIIUHGHV  Vénusiens  est  restée  sans  suite.  
 
RAPPORT  DU  DEPARTEMENT  DES  AFFAIRES  INTERPLANETAIRES  
 
En   janvier   1972,   le   département   des   Affaires   interplanétaires   fut   créé   dans   un   objectif   de  
UHFKHUFKH HW G¶LQYHVWLJDWLRQ VFLHQWLILTXH GHV RYQLV DLQVL TXH SRXU WHQWHU Ge   contacter   des  
RFFXSDQWVG¶RYQLV'HVUDSSRUWVG¶REVHUYDWLRQVG¶DWWHUULVVDJHVG¶RYQLVHWGHFRQWDFWVDYHFOHXUV
équipages   furent   aussitôt   accumulés.   Nous   nous   aperçûmes   que   de   nombreux   chercheurs  
ufologues   souhaitaient   obtenir   nos   rapports   et   nous   commençâmes   à   échanger   avec   eux   des  
informations.  
 
Nous  fûmes  surpris  de  voir  un  jour  arriver  à  notre  bureau  des  anciens  officiels  du  gouvernement  
VHFUHW HW GHV VHUYLFHV GH UHQVHLJQHPHQW PLOLWDLUH TXL QRXV RIIUDLHQW G¶pFKDQJHU «  les  
LQIRUPDWLRQVTX¶LOVGpWHQDLHnt  »  avec  ce  que  nous  savions.  La  plupart  de  ces  informations  étaient  
classées  top  secret  HOOHVPHWWDLHQWHQDYDQWO¶H[LVWHQFHG¶XQVHFUHWJRXYHUQHPHQWDOHWPLOLWDLUH
concernant  les  ovnis.  
 
&H TXL QRXV pWRQQD OH SOXV F¶HVW TXH OHV WpPRLQV FLWpV GDQV FHV   dossiers   racontaient   tous   les  
mêmes   détails   ahurissants.   4X¶LOV YLHQQHQW GH OD 1$6$ TX¶LOV VRLHQW GHV VFLHQWLILTXHV FLYLOV
accrédités   par   le   gouvernement,   des   pilotes   militaires,   des   agents   des   services   secrets   ou   des  
1DWLRQV XQLHV LO Q¶\ DYDLW DXFXQH Fontradiction   dans   leur   rapports   à   propos   de   bases  
H[WUDWHUUHVWUHV VXU OD 7HUUH RX VXU G¶DXWUHV SODQqWHV GH VRXFRXSHV YRODQWHV FUDVKpHV DYHF GHV
occupants,  et  de  contacts  secrets  entre  des  E.T.  et  le  gouvernement  américain.  
 
Par   ailleurs,   nos   informateurs   déclaraient   souhaiter   rester   anonymes   à   cause   de   menaces  
G¶DVVDVVLQDW G¶DPHQGHV GH SURFqV RX GH GLVSDULWLRQV P\VWpULHXVHV &HUWDLQV QRXV DIILUPDLHQW
que  nous  pourrions  avoir  de  gros  ennuis  si  nous  informions  le  grand  public  de  ce  qui  nous  avait  
été  révélé.  
 
LE  PROJET  MAGNET  
 
Au   début   des   années   1950,   le   gouvernement   canadien   a   mis   en   place   le   Magnet   Project  
(«  projet  Aimant  »)  pour  étudier   les  ovnis.   Le  directeur  de  ce  projet,   Wilbert  B.  Smith,  a  par  la  
VXLWHpFULWTX¶XQRIILFLHOWUqVKDXWSODFpGX3HQWDJone  américain  avait  révélé  que  les  ovnis  étaient  
OHSOXVJUDQGVHFUHWTX¶LOVGpWHQDLHQWELHQSOXVJUDQGTXHFHOXLGHODERPEH+ O¶DUPHXOWLPHGH
O¶pSRTXH  ,O QRXV D pWp SRVVLEOH G¶REWHQLU XQH FRSLH GH OD UHFKHUFKH GH Smith   sur   le   projet  
Magnet.   Cette   recherche   était   si   déconcertante   que   Smith   aurait   vraisemblablement   pu   être  
DVVDVVLQpV¶LOO¶DYDLWSXEOLpH$LQVLHVW-­HOOHUHVWpHLQGLVSRQLEOHMXVTX¶jVDPRUW  
 
Le   projet   Magnet   a   pris   Tesla   au   sérieux.   Ce   rapport   détaille   un   site   expérimental   ultrasecret  
coQVWUXLW SDU OH JRXYHUQHPHQW FDQDGLHQ HW FRQoX SRXU GHV DWWHUULVVDJHV G¶RYQLV /¶H[-­ministre  
canadien  de  la  Défense,  Paul  Hellyer,  a  admis  plus  tard  publiquement  que  ce  projet  avait  bel  et  
ELHQ H[LVWp &HSHQGDQW LO Q¶D SDV PHQWLRQQp FH TXH Smith   avait   rapporté.   Le   projet   a   en   fait  

 
138  
SHUPLV GH GpWHFWHU XQ RYQL UpHO HW G¶HQWUHU HQ FRQWDFW DYHF VHV SLORWHV TXL GLVDLHQW YHQLU GH
Vénus.  Arthur   MatthewsTXLIXWjXQHpSRTXHO¶DVVLVWDQWVFLHQWLILTXHOHSOXVSURFKHGH7HVOD
était  impliqué  dans  ce  contact.  
 
Le   projet   Magnet   rapporte   par   ailleurs   que,   alors   que   Matthews   était   en   train   de   finaliser  
certaines   inventions   inachevées  de   Tesla,   OHV9pQXVLHQV O¶RQWDLGpGDQVFHVWUDYDX[/HUDSSRUW
PHQWLRQQH pJDOHPHQW G¶DXWUHV LQYHQWLRQV WUDQVPLVHV SDU OHV 9pQXVLHQV j Matthews.   Elles   ont  
toutes  été  testées  et  toutes  ont  fonctionné  à  la  perfection.  
 
Les  Vénusiens   se  sentaient  sérieusement  concernés  par   la  dégradation  de   notre  environnement,  
DLQVLTXHSDUOHVGDQJHUVOLpVjO¶XWLOLVDWLRQGHVpQHUJLHVIRVVLOHVHWDX[HVVDLVQXFléaires.  Ils  ont  
alerté   le   gouvernement   américain   pour   tenter   de   le   convaincre   de   mettre   un   terme   à   ces  
SUDWLTXHV ,OV RQW RIIHUWV GHV V\VWqPHV G¶pQHUJLH DOWHUQDWLYH QRQ SROOXDQWH HW SUDWLTXHPHQW
gratuite,  que  les  conseillers  du  gouvernement,  qui  se  sont  enrichis  avec   les   milliards  de  dollars  
provenant   du   pétrole,   du   gaz,   du   charbon   et   des   industries   de   guerre,   ont   tous   rejetés   pour  
«  raisons  économiques  ».  
 
UNE  VISITE  TYPE  SCIENCE-­FICTION  
 
Un   beau   jour,   un   vaisseau   interplanétaire   en   provenance   de   Vénus   est   descendu   au-­dessus   du  
ODERUDWRLUH VFLHQWLILTXH /¶DODUPH GH GpWHFWLRQ D UHWHQWL SXLV O¶DWWHUULVVDJH D HX OLHX Arthur  
Matthews  V¶HVWSUpFLSLWpjO¶H[WpULHXUSRXUUHJDUGHUFHWLQFUR\DEOHYDLVVHDXVSDWLDO'HX[rWUHVHQ
sont   sortis   et   se   sont   dirigés   vers   le   scientifique.   Celui-­FL D QRWp TX¶LOV DYDLHQW XQH WDLOOH
G¶HQYLURQP,OSRXYDLWGLVFHUQHUOHXUVFKHYHX[GRUpVHWOHXUV\HX[EOHXVOXPLQHX[GDQVOD
FODUWp GHV pWRLOHV ,O pPDQDLW G¶HX[ XQH DXUD GH ERQKHXU HW GH VDQWp SDUIDLWH Matthews   pouvait  
ressentir   en   eux   une   vibration   irrésistible   de   bonté.   /HV KRPPHV GH O¶HVSDFH RQW DORUV GLW j
Matthews  TX¶LOVYHQDLHQWH[DPLQHUODPDFKLQHjUD\RQVFRVPLTXHVGHTesla,  dont  il  était  en  train  
de  poursuivre  le  développement.    
 
Après   un   dialogue   de   nature   scientifique,   Matthews   a   accepté   de   visiter   leur   vaisseau.   Il   était  
HQWRXUp G¶XQ DQQHDX PpWDOOLTXH GLVWDQW G¶HQYLURQ  PqWUHV GX FRUSV FHQWUDO PpWDOOLTXH HW TXL
Q¶pWDLW FRQQHFWp j OD FDUOLQJXH GX YDLVVHDX SDU DXFXQ V\VWqPH YLVLEOH PDLV SOXW{W SDU
magnétisme.  Autour  de  la  partie  centrale  du  vaisseau,  il  y  avait  une  bande  de  métal  doré,  et  aux  
S{OHVFRPPHGHVSURWHFWLRQVG¶RU'HVIHQrWUHVpWDLHQWGLVSRVpHV OH ORQJGHFHWWHEDQGHGRUpH  
Ce  vaisseau  mesurait  environ  200  mètres  de  diamètre  et  100  mètres  de  hauteur.  ,OQ¶\DYDLW
aucun  système  visible  dans  la  salle  de  commandes.  Au  centre  se  trouvait  une  grande  plate-­forme  
circulaire   avec   une   zone   équipée   de   sièges.   Quatre   Vénusiens   y   étaient   assis,   le   dos   tourné   au  
centre  et  le  visage  orienté  respectivement  au  nord,  aXVXGjO¶HVWHWjO¶RXHVW  
 
Ces  pilotes  avaient  été  spécialement  choisis  pour  leur  puissance  de  pénétration  spirituelle  sur  la  
matière,   et   ils   faisaient   fonctionner   le   vaisseau   par   transmission   télépathique,   en   projetant   les  
RQGHVGHOHXUFHUYHDXGDQVO¶ordinateur  régissant  les  commandes.  
 
Deux  de  ces  pilotes  étaient  des  femmes.  Matthews  DUHQFRQWUpXQH9pQXVLHQQHG¶XQHEHDXWpVDQV
âge,  qui  avait  de  longs  cheveux  dorés,  une  belle  peau  bronzée,  un  extraordinaire  visage  émanant  

 
139  
une  paix  intérieure  indescriptible  et  un  bonheur  suprême.  De  ses  yeux  bleu  saphir  semblait  jaillir  
une  sagesse  cosmique.  Grâce  à  elle,  il  a  beaucoup  appris  à  propos  de  la  vie  sur  Vénus.  
 
1RWRQV DX SDVVDJH TXH WRXWHV FHV LQIRUPDWLRQV QH SURYLHQQHQW QL G¶XQ KDOOXFLQp DX[ \HX[
hagards,   nL G¶XQ IDQWDVTXH QL G¶XQ PHPEUH G¶XQH VHFWH QL G¶XQ GpSUDYp QL G¶XQ LYURJQH  QL
HQFRUHG¶XQGURJXp  &HUDSSRUWDpWppFULWGHODPDLQGHO¶XQGHVSOXVJUDQGVVFLHQWLILTXHVTXHOH
XXe  siècle  ait  connu  :  Wilbert  B.  Smith.    
 
VOYAGE  ECLAIR  DE  MATTHEWS  SUR  VENUS  
 
/HVFLHQWLILTXHFDQDGLHQDIDLWXQHH[FXUVLRQVXUODSODQqWH9pQXV,OV¶HVWUHWURXYpGHERXW
près  de  grands  piliers  de  basalte  parfaitement  poli  et  raconte  :  
 
8QHFKXWHG¶HDXJLJDQWHVTXHV¶pFRXODLWG¶XQHIDODLVHG¶XQQRLUG¶pEqQHGHSOXVLHXUVFHQWDines  de  
PqWUHVGHKDXWHXU/HVULYHVpWDLHQWERUGpHVG¶XQHHDXpFXPDQWHPDLV OLPSLGHDORUVTXHOH ODF
FHQWUDO GRQQDLW O¶LPSUHVVLRQ G¶XQH PDVVH SDUIDLWHPHQW OLVVH pYRTXDQW XQ G{PH GH YHUUH
PXOWLFRORUH&HQ¶pWDLWSDVGHO¶HDXWHOOHTXHQRXV ODFRQQDLVVRQV  car  des  reflets  de  lumière  de  
toutes  les  couleurs   imaginables   irisaient   la  surface  de  ce  dôme  aquatique.  Des  paillettes  vertes,  
roses   et   violettes   transformaient   le   lac   en   un   véritable   arc-­en-­ciel.   Autour,   une   vaste   étendue  
G¶KHUEH YHUWpPHUDXGHpWDLWSDUsemée   ici  et   là  de  palmiers   merveilleux  aux   feuilles   miroitantes  
GHJRXWWHVG¶HDXpWLQFHODQWHVFRPPHGHVGLDPDQWV  
 
Dans  le  ciel  des  Vénusiens,  au-­GHVVXVGHODFKXWHG¶HDXDSSDUDLVVDLWXQHpQRUPHERXOHGHFULVWDO
transparente.   Elle   ressemblait   à   une   gigantesque   bulle   de   savon   aux   couleurs   arc-­en-­ciel.   La  
FDPSDJQH TXL V¶pWHQGDLW DX[ DOHQWRXUV DYDLW O¶DSSDUHQFH G¶XQ YDVWH HW MROL SDUF 8QH PRQWDJQH
FRLIIpHGHQHLJHV¶pOHYDLWDXORLQHWXQHJUDQGHULYLqUHV¶pWLUDLWjO¶DUULqUH-­plan.    
 
Plus  tard,  Matthews  est  entré  dans  une  cité  vénusienne.  Il  rapporte  :  
 
Les   bâtiments   avaient   des   toits   ellipsoïdaux   en   prisme   de   cristal   et   reposaient   sur   des   piliers  
circulaires  de  marbre  en  forme  de  colonnades.  Un  paradis  de  végétation  luxuriante  entourait  les  
constructions.   Les   maisons   de   cristal   étaient   surplombées   de   vaisseaux   transparents   aux   reflets  
multicolores.   Dominant   les   colonnes   de   basalte,   des   groupes   de   Vénusiens   se   tenaient  
gracieusement  sur  des  falaises  longeant  une  rivière  majestueuse.  
Un   dôme   de   cristal,   également   en   forme   de   prisme,   servait   de   lieu   de   réunion   aux   Vénusiens.  
Une   vaste   avenue   bordée   de   palmiers   majestueux   menait   au   Grand   Hall,   un   immense  
amphithéâtre  entouré  de  gradins  et  de  sièges  de  marbre.  Un  lac  circulaire  aux  reflets  arc-­en-­ciel  y  
était  commHVXVSHQGXHQO¶DLUGHVRUWHTXHO¶RQSRXYDLWPDUFKHUDX-­dessous  de  ce  «  Palais  de  la  
Vérité  »  ±  F¶HVWOHQRPTXHOHV9pQXVLHQVRQWGRQQpjFHJUDQGLRVHpGLILFH  
 
Ceux-­ci  lui  expliquèrent  comment  ils  avaient  transformé  leur  planète  en  un  paradis  bucolique  où  
UqJQH O¶DERQGDQFH R OH FOLPDW HVW FRQWU{Op HW R OHV GpVDVWUHV QDWXUHOV VRQW H[FOXV GH VRUWH
TX¶LOV\PqQHQWXQHYLHGHSDL[HWGHSURVSpULWp  
 
DES  VAISSEAUX  PLANETOÏDES  
 

 
140  
/¶LQWpULHXU GHV YDLVVHDX[ HVW GLYLVp HQ GHX[ QLYHDX[ /H QLYHDX LQIpULHXU FRQWient   vingt-­quatre  
vaisseaux   éclaireurs,   des   véhicules   de   surface   et   des   équipements.   Le   second   niveau   renferme  
GHV MDUGLQV GHV VDOOHV GH VpMRXU GHV ]RQHV GH ORLVLUV GHV DLUHV G¶pWXGHV DLQVL TX¶XQ KDOO GH
UpXQLRQ/HSODQFKHUHVWUHFRXYHUWG¶XQHVRUWHGe  substance  souple  comme  du  plastique,  tandis  
que  les  murs  sont  ornés  de  splendides  tableaux.    
 
/HV9pQXVLHQVIRQWSRXVVHUGHVIUXLWVHWGHVOpJXPHVjO¶LQWpULHXUGHOHXUVYDLVVHDX[HQXWLOLVDQW
O¶pQHUJLH VRODLUH /HV SDURLV WUDQVSDUHQWHV SHUPHWWHQW j OHXUV RFFXSDQWV G¶DYRLU XQH YXH GH
O¶HVSDFHjGHJUpV  
 
LES  REVELATIONS  DU  SERGENT  WILLARD  WANNALL    
 
En  1972,  il  y  eut  des  centaines  de  rapports  signalant  des  vaisseaux  survolant  Hawaï  au-­dessus  de  
la  région  de  Maui,  des  atterrissages  dans  les  zones  reculéeVGHO¶vOHDLQVLTXHTXHOTXHVFRQWDFWV
Nous  avons  mis  en  place  un  bureau  du  département  des  Affaires  interplanétaires  à  Lahaina  pour  
pWXGLHU FHV UDSSRUWV HW WHQWHU GH FRQWDFWHU FHV YLVLWHXUV 1RWUH REMHFWLI pWDLW G¶DYRLU DFFqV j GH
O¶LQIRUPDWLRQ DYDQFpH   afin   de   résoudre   les   problèmes   mondiaux   et   de   définir   des   critères  
SHUPHWWDQWjO¶KXPDQLWpG¶pYROXHUGDQVGHPHLOOHXUHVFRQGLWLRQV3OXVLHXUVWpPRLQVRQWUDSSRUWp
avoir  vu  des  vaisseaux  en  forme  de  soucoupe  volante  avec  des  dômes  et  des  hublots,  similaires  
DX[ SKRWRV G¶RYQLV VXSSRVpV rWUH GH W\SH YpQXVLHQ TXL DYDLHQW pWp SULVHV SDU GLIIpUHQWHV
personnes   en   Grande-­Bretagne   et   en   Amérique.   Nous   avons   ainsi   acquis   la   conviction   que   ces  
SKRWRVILJXUDQWGDQVQRVGRVVLHUVQ¶pWDLHQWSDVWUXTXpHV  
 
'¶DXWUHV WpPRLns   ont   rapporté   avoir   vu   un   vaisseau   en   forme   de   cigare   larguant   une   soucoupe  
volante  au-­dessus  du  cratère  Haleaka  et  stationnant  ensuite  au-­GHVVXVG¶DXWUHVUpJLRQVG¶+DZDw
ce  qui  corrobore  les  descriptions  qui  nous  ont  été  transmises  par  une  Vénusienne,  Omnec  Onec.  
 
Cette  année-­là,  nous  avons  reçu  certaines  informations  incroyables  du  sergent  Willard  Wannall,  
TXL D HQTXrWp VXU OHV RYQLV GDQV OHV DQQpHV  DORUV TX¶LO WUDYDLOODLW SRXU OHV VHUYLFHV GH
UHQVHLJQHPHQWVGHO¶DUPpHj2DKX,ODIILUPHDYRLUHX  connaissance  du  secret  officiel  détenu  par  
le   gouvernement   américain,   qui   porte   notamment   sur   des   visiteurs   de   Vénus.   Nous   avons  
rencontré  cet  homme  deux   fois  et  échangé  avec   lui  des   informations  concernant   les  recherches  
VXU OHV RYQLV HW OHV (7 GH O¶DUmée   américaine.   Il   nous   a   mis   en   garde   en   nous   dressant   une  
LPSUHVVLRQQDQWHOLVWHG¶KRPPHVHWGHIHPPHVTXLRQWWRXVpWpDVVDVVLQpVRXUpGXLWVDXVLOHQFH
G¶XQH PDQLqUH RX G¶XQH DXWUH SDU OHV DXWRULWpV PLOLWDLUHV SRXU DYRLU WURS SDUOp DX VXMHW GH
O¶DFWLYLté  ovni  secrète.  Il   nous  a  semblé  passablement  dépressif,  suite  aux   harcèlements  répétés  
GHO¶DUPpHGRQWLODpWpYLFWLPHWannall  semblait  vraiment  hésiter  à  présenter  publiquement  les  
stupéfiants  résultats  de  ses  investigations.  Il  nous  a  prévenus  de  faire  attention  à  nous.  
 
Wannall   a   raconté   comment,   par   deux   fois,   il   avait   été   «  contacté  »   HW HPPHQp j ERUG G¶XQ
vaisseau  après  que  celui-­ci  eut  atterri  dans  une  zone  boisée  reculée  de  Oahu.  ¬ODVXLWHGHO¶XQGH
FHVFRQWDFWVTX¶LODGpWDLOOpGDQVXQORQJrapport  qui  figure  parmi  mes  dossiers,  Wannall  a  établi  
TX¶LODYDLWpWpHPPHQpj5HW]ODFLWpFDSLWDOHGH9pQXVjGHVILQVG¶HQVHLJQHPHQW,ODUDSSRUWp
TX¶LODYDLWDWWHUULGDQVXQFHQWUH-­énergie  situé  sur  la  surface  de  la  planète,  dans  une  structure  qui  
comportait  de  nombreuses  pièces,  dont  la  plupart  étaient  circulaires.  Cet  édifice  constituait  selon  

 
141  
OXLODSDUWLHFHQWUDOHG¶XQHPpWURSROHOXPLQHXVHHWFKDWR\DQWHFRPSRVpHGHEkWLPHQWVHQIRUPH
de  dôme  disposés  en  cercles  concentriques.  
 
/¶DVSHFWWUDQVOXFLGHGHVEkWLPHQWVHWO¶DJUpDEOHHIIHWGHWUDQVSDUHQFHFRORUpHTXLV¶HQGpJDJHDLW
SURYLHQGUDLHQW G¶XQ SURFpGp G¶LVRODWLRQ GH O¶pQHUJLH OXPLqUH SHUPHWWDQW GH O¶DMXVWHU DX WDX[
vibratoire  de  chaque  zone  spécifique.  Le  matériau  radiant  qui  en  résulte  donnait  O¶LPSUHVVLRQTXH
OHV pGLILFHV pWDLHQW HQ SHUSpWXHO PRXYHPHQW ELHQ TX¶LOV IXVVHQW VROLGHV DX WRXFKHU &HV
bâtiments  ne  peuvent  être  détruits  que  par  impulsion  de  forme-­pensée  induisant  une  modification  
de   la   relativité   du   temps   au   sein   de   la   fréquence   vibratoire   qui   maintient   leur   cohésion,   ce   qui  
OLEqUHOHXUpQHUJLHTXLUHWRXUQHDORUVVHIRQGUHGDQVO¶RFpDQFRVPLTXH  
 
La   plupart   des   objets   sur   Vénus   sont   amenés   sur   le   plan   de   la   manifestation   par   ce   procédé.  
Wannall   a   décrit   en   détail   les   très   belles   peiQWXUHV TXL RUQDLHQW OHV PXUV LQWpULHXUV &¶pWDLHQW
principalement   des   paysages,   avec   des   entrelacements   de   nuances   inconnues   sur   la   Terre,  
particulièrement   lumineuses.   Il   a   constaté   une   profusion   de   fleurs   merveilleuses   aux   senteurs  
extrêmement  agréables,  HWGLWDYRLUpWpSURIRQGpPHQWWRXFKpSDUODEHDXWpGHVPXVLTXHVTX¶LOOXL
D pWp GRQQp G¶HQWHQGUH /HV 9pQXVLHQV HW 9pQXVLHQQHV TX¶LO YLW j 5HW] SRUWDLHQW GHV VRUWHV GH
longues  tuniques  amples  et  seyantes.  Ils  ne  semblaient  pas  très  différents  des  Terriens,   mais   ils  
GpJDJHDLHQWXQHDJUpDEOHLPSUHVVLRQG¶KDUPRQLH  
 
2QQRXVDpJDOHPHQWPRQWUpGHVSKRWRVLQFUR\DEOHPHQWQHWWHVHWGpWDLOOpHVG¶pQRUPHVYDLVVHDX[
argentés,  au-­delà  de   notre  atmosphère.   Farida  Iskovet,  qui  enquêtait  alors  sur   les  ovnis  pour  le  
présidHQW GH O¶$VVHPEOpH JpQpUDOH GHV 1DWLRQV XQLHV QRXV D GLW TXH O¶H[SpULHQFH GH Wannall  
était  vraie.  
 
LE  Dr  STRANGES  ET  VAL  THOR  
 
En   1973,   nous   avons   rencontré   le   Dr   Frank   Stranges GLUHFWHXU GX &RPLWp QDWLRQDO G¶HQTXrWH
sur   les   objets   volants   non   identifiés,   qui   était   également   un   membre   de   notre   département   des  
Affaires   interplanétaires.   Il   a   raconté   des   détails   sur   la   manière   dont   il   avait   été   contacté   au  
Pentagone   en   1959   par   un   diplomate   vénusien,   Val   Thor,   qui   avait   atterri   avec   un   vaisseau   à  
O¶H[WpULHXr  de  Washington  pour  rencontrer  le  Président  Eisenhower.  
Ultérieurement,  le  Dr  Stranges  DGpFODUpTX¶LODYDLWUHQFRQWUpIHXOHVpQDWHXURobert  Kennedy.  
 
En   1972 OH GpSDUWHPHQW GHV $IIDLUHV LQWHUSODQpWDLUHV D UHoX XQ OLYUH UDUH HW DXMRXUG¶KXL
introuvable  intitulé  La  Science  secrète  vénusienne,  du  Californien  Michael  Barton,  qui  décrivait  
OHV VFLHQFHV FRVPLTXHV GH 9pQXV O¶DVSHFW GH OHXU SODQqWH OHXU V\VWqPH GH FXOWXUH HW GH
croyances,   leur   apparence   et   leur   habillement,   ainsi   que   leur   mission   sur   notre   planète.   La  
plupart  des  informations  étaient  si  différentes  de  tout  ce  que  nous  avions  jamais  lu  jusque-­là  que  
FHOD QRXV D LPSUHVVLRQQpV HW SHUVXDGpV TX¶LO V¶DJLVVDLW GH GRQQpHV XIRORJLTXHV DXWKHQWLTXHV HW
étonnamment   originales.   Plus   tard,   nous   avons   comparé   toutes   ces   révélations   avec   les  
informations   transmises   par   la   Vénusienne   Omnec   Onec DLQVL TX¶DYHF OH UDSSRUW FDQDGLHQ GX
projet  Magnet  et  les  informations  du  sergent  W.  Wannall.  Au  total,  nous  avons  relevé  un  grand  
nombre  de  similarités  et  aucune  contradiction  !  
 

 
142  
/D PpWKRGH GH FRPPXQLFDWLRQ LQWHUSODQpWDLUH LPSOLTXH O¶XWLOLVDWLRQ G¶XQ FULVWDO DSSHOp
«  telolith  »,   une   forme   de   télépathie   pour   les   communications   interdimensionnelles  
nommées  «  télépensée  » DLQVL TX¶XQ V\PEROH YpQXVLHQ TXH QRXV DYRQV EURGp sur   nos  
vêtements   QRXV O¶DYRQV pJDOHPHQW SHLQW GDQV QRV EXUHDX[ HW VXU OH WRLW GH QRWUH YRLWXUH
Plusieurs   membres   du   regroupement   international   Xien,   qui   gère   le   département   des   Affaires  
interplanétaires,   ont   rapporté   avoir   vu   des   objets   volants   par   la   VXLWH TX¶LOV RQW SHQVp rWUH GHV
vaisseaux,  et  avoir  eu  parfois  des  contacts  télépathiques.  
 
1RWD G¶ÊUH QRXYHOOH  :   Le   mot   «  telolith  »   provient   étymologiquement   de   Telos,   nom   de   la  
cité   intraterrestre   cristalline   située   sous   le   mont   Shasta   en   Californie,   et   de   lithos,   qui   signifie  
«  pierre  »  en  grec.    
 
'¶DSUqV Aurelia   Louise   Jones   et   Dianne   Robbins,   les   communications   télépathiques  
LQWHUGLPHQVLRQQHOOHVHQWUH7HUULHQVHW9pQXVLHQVVRQWIRQGpHVVXUO¶XWLOLVDWLRQGXWHOROLWK  
 
Michael   Barton   D UDSSRUWp TXH O¶LQIRUPDWLRQ SURYHQDLW G¶XQ YDLVVHDX YpQXVLHQ DYHF OHTXHO LO
aurait   eu   un   contact   dans   les   années   1950   au   milieu   des   collines,   derrière   Santa   Barbara.   Il   a  
GpFULWOHSLORWHFRPPHpWDQWGHJUDQGHWDLOOHHWSRUWDQWXQXQLIRUPHG¶XQHVHXOHSLqFH  
«  Son   visage   éWDLW FHOXL G¶XQ KRPPH H[WUDRUGLQDLUHPHQW LQWHOOLJHQW UD\RQQDQW XQH IRUFH
masculine   et   avec   un   air   décidé,   mais   qui   exprimait   aussi   une   qualité   de   paix   intérieure,   une  
bienveillance  et  de  la  compassion.  Le  Vénusien  avait  de  longs  cheveux  dorés,  des  yeux  bleu  clair  
qui   brillaient   comme   des   bijoux   précieux,   et   sa   peau   était   agréablement   bronzée.   Il   reflétait   la  
santé  parfaite.  »    
 
La   profondeur   du   regard   du   Vénusien   donnait   à   Barton   O¶LPSUHVVLRQ GH UHJDUGHU XQ RFpDQ
SURIRQGHWG¶\YRLUO¶8QLYHUVHQWLHU,OFRntinue  :  
«  Une   très   belle   Vénusienne   est   alors   sortie   du   vaisseau.   Elle   avait   de   longs   cheveux   blonds  
GRUpV XQH EHOOH SHDX EURQ]pH HW GHV \HX[ YLROHWV TXL VHPEODLHQW SURMHWHU GHV pFODWV G¶RU 6D
silhouette   était   joliment   proportionnée   et   elle   portait   une   ceinture   dorée   autour   de   la   taille.   Ses  
FKDXVVXUHVpWDLHQWG¶XQHPDWLqUHVRXSOHWUHVVpHHWGRUpH  »  
 
&H UpFLW P¶D UDSSHOp OHV DQFLHQV JO\SKHV GX 7HPSOH GX 6ROHLO j 7LDKXDQDFR GDQV OHV $QGHV
GpFULYDQWO¶DWWHUULVVDJHG¶XQYDLVVHDXGRUpHQSURYHQDQFHGH9pnus  dans  des  temps  reculés.  Ces  
glyphes  expliquent  comment  une  belle  Vénusienne,  Orejona,  sortit  alors  du  vaisseau  et  enseigna  
DX[DQFLHQVOHVEDVHVGHO¶DJULFXOWXUHDLQVLTXHOHVDYRLU-­faire  pour  démarrer  une  civilisation.  
 
Selon   les   écrits   laissés   par   les   Babyloniens,   les   Sumériens,   les   Égyptiens,   les   Phéniciens,   les  
&KDOGpHQVOHV0D\DVOHV$]WqTXHVOHV$VV\ULHQVDLQVLTXHSDUOHVKDELWDQWVGHO¶DQFLHQQH,QGH
HW GX 7LEHW OHV 9pQXVLHQV VRQW YHQXV VXU 7HUUH SRXU HQVHLJQHU DX[ KXPDLQV O¶DJULFXOWXUH OH
WLVVDJH O¶H[SORLWDWLRQ PLQLqUH O¶DUFKLWHFWXUH HW ELHQ G¶DXWUHV DFWLYLWpV HQFRUH 3RXUTXRL QH
croirions-­nous  pas  en  ces  anciens  textes  ?  
 
UN  VENUSIEN  A  MAUI  
 

 
143  
Barton  DUDSSRUWpTXHOHV9pQXVLHQVTX¶LODUHQFRQWUpVSRUWDLHQWWRXVOHPrPHV\PEROHVXUOHXU
combinaison   spatiale,   le   symbole   des   communications   interplanétaires   que   les   Xiens   utilisent  
PDLQWHQDQWSRXUHVVD\HUGHFRQWDFWHUOHVrWUHVGHO¶HVSDFH  
 
-¶DL GpFLGp j PRQ WRXU GH IDLUH LPSULPHU FH V\PEROH VXU XQ WHH-­VKLUW HW G¶XWLOLVHU OHV FULVWDX[
telolith   DLQVL TXH OD WpOpSHQVpH SRXU WHQWHU G¶HQWUHU HQ FRQWDFW DYHF OHV 9pQXVLHQV $X GpEXW
M¶pWDLVWUqVVFHSWLTXH&HSHQGDQWWUqVUDSLGHPHQWM¶DLFRPPHQFpjYRLUGHVRYQLVTXHMHQ¶DLSDV
pu  identifier.  
 
Un   matin   de   bonne   heure,   à   Lahaina,   après   une   quasi-­nuit   blanche   passée   à   lire   La   Science  
secrète  vénusienneHWDORUVTXHM¶pWDLVDVVLVVHXO VXUXQEDQFDXERUGGHOD PHUXQ P\VWpULHX[
pWUDQJHUV¶HVWDSSURFKpOHQWHPHQWHWV¶HVWDVVLVMXVWHjF{WpGHPRL,OHVWUHVWpOjGXUDQWSOXVLHXUV
minutes   sans   mot   dirH -¶DL FRPPHQFp j PH VHQWLU XQ SHX PDO j O¶DLVH SXLV MH PH VXLV WRXUQp
pour   le   regarder.   Il   avait   des   cheveux   blonds   mi-­longs,   une   peau   dorée,   des   yeux   bleu   clair  
profonds  et  il  était  exceptionnellement  beau.  
 
Je  lui  ai  dit  «  Bonjour  »  LODVRXULHWP¶DVDOXp-HOXLDLGHPDQGpG¶RLOpWDLWHWLODSDUOpG¶XQ
YR\DJH TX¶LO DYDLW HIIHFWXp UpFHPPHQW GDQV OHV PRQWDJQHV URFKHXVHVR LO P¶D H[SOLTXp DYRLU
VpMRXUQp DX7HPSOH EODQFGH ODJUDQGH IUDWHUQLWp EODQFKH&HWWHLQIRUPDWLRQ P¶D VXUSULVSDUFH
que   ce   Temple   est   supposé   être   le   siège   du   gouvernement   spirituel   cosmique   de   notre   planète,  
qui   est   constitué   de   maîtres   cosmiques   et   qui   agit   dans   les   coulisses   pour   aider   et   guider   notre  
GHVWLQ HQ WDQW TXH UDFH VXU 7HUUH -¶DL FRPPHQFp j PH GHPDQGHU VL MH Q¶pWDis   pas   en   présence  
G¶XQJUDQGPDvWUHVSLULWXHO&RPPHV¶LODYDLWFDSWpPHVSHQVpHVLODVRXULHWP¶DGLWTXHQRQ,O
a  cependant  déclaré  avoir  été  envoyé  en  mission  à  Maui  par  les  maîtres  du  Temple  blanc,  pour  se  
renseigner  au  sujet  des  Xiens  et  nous  offrLUODSRVVLELOLWpG¶XQJXLGDJH  
 
Les  Xiens  sont  un  groupement  international  de  personnes  qui  se  considèrent  avant  tout  comme  
des   Terriens,   des   citoyens   de   la   planète   Terre.   Ils   estiment   appartenir   à   la   Terre   avant  
G¶DSSDUWHQLUjXQSD\VTXHOTX¶LOVRLW/Hs  Xiens  pensent  que  notre  humanité  devrait  idéalement  
former  une  seule  nation  en  paix,  au  lieu  de  ces  multitudes  de  nations,  de  religions,  de  systèmes  
politiques  en  conflit  et  en  combat  perpétuel  les  uns  avec  les  autres.  
 
En   1972 OHV ;LHQV V¶pWDLHQW LQVWDOOpV j 0DXL SHQVDQW \ SUpSDUHU O¶DYqQHPHQW G¶XQH QRXYHOOH
civilisation   destinée   à   unir   les   hommes   et   les   femmes   du   monde   entier.   Le   département   des  
$IIDLUHV LQWHUSODQpWDLUHVpWDLWO¶XQGHVTXDWRU]HGpSDUWHPHQWVGHOD&RQIpUHQFHSODQpWDLUH;LHQ
et   notre   mLVVLRQ pWDLW GH FKHUFKHU j VDYRLU V¶LO pWDLW SRVVLEOH GH FRQWDFWHU GHV FLYLOLVDWLRQV
VXSpULHXUHV G¶DXWUHV SODQqWHV GHV FLYLOLVDWLRQV TXL DXUDLHQW UpVROX HOOHV-­mêmes   sur   leur   propre  
planète  tous  les  problèmes  que  nous  connaissons  actuellement  sur  la  Terre  et  qui  pourraient  nous  
RIIULUGHVFRQVHLOVGHWHFKQRORJLHVDLQVLTXHGHVVXSSRUWVG¶pYROXWLRQ  
 
Dans  les  années  1970,  au  moins  une  douzaine  de  membres  de  ce  département  avaient  rapporté  
TX¶LOV DYDLHQW HX GHV FRQWDFWV SK\VLTXHV DYHF GHV (7 HW UHoX GLIIpUHnts   conseils   de   leur   part.  
%LHQ TXH M¶HQ VRLV OH GLUHFWHXU MH Q¶DYDLV MXVTX¶DORUV SDV pWp FRQWDFWp 0DLV M¶pWDLV KDELWXp j
recevoir  des  journalistes  et  des  personnalités  qui  venaient  régulièrement  me  questionner  à  propos  
des  Xiens,  des  ovnis  et  du  département  des  Affaires  interplanétaires.  
 

 
144  
/¶pWUDQJHU P¶D DORUV GHPDQGp GH OXL H[SOLTXHU FH TX¶pWDLHQW OHV ;LHQV -H OXL DL GLW TXH QRXV
étions   des   citoyens   de   la   planète   Terre   et   que   nous   tentions   de   nous   accorder   pour   vivre  
ensemble  une   vie  de  paix   et  de  frateUQLWp PRQGLDOHHQWDQWTXHFLWR\HQVSODQpWDLUHV-¶DLDMRXWp
TXHFHODP¶LQWpUHVVDLWGHUHFUXWHUGHQRXYHDX[;LHQVHWMHOXLDLSURSRVpGHGHYHQLUOXL-­même  un  
Xien.  Il  a  souri  à  cette  question  et  a  répliqué  :  «  (WVLMHYHQDLVG¶XQHDXWUHSODQqWH  ?  »  
 
CettH UpSRQVH P¶D pEUDQOp -H VXLV UHVWp VLOHQFLHX[ OH WHPSV GH UDVVHPEOHU PHV SHQVpHV HW GH
UHWURXYHU PRQ FDOPH 3XLV MH OXL DL GHPDQGp V¶LO pWDLW YUDLPHQW G¶XQH DXWUH SODQqWH HW LO P¶D
répondu   que   oui.   Je   lui   ai   ensuite   demandé   si   cela   ne   le   dérangeait   pas   de   me   dire   de   quelle  
SODQqWHLOYHQDLWHWLOP¶DUpSRQGX  :  «  De  Vénus  ».  
-H O¶DL DORUVUHJDUGpDWWHQWLYHPHQWHWM¶DLUHPDUTXpTX¶LODYDLWH[DFWHPHQWO¶DSSDUHQFHSK\VLTXH
des  Vénusiens  décrits  par  Michael  Barton,  par  le  projet  Magnet  du  gouvernement  canadien,  ainsi  
TXHSDUOHVWpPRLJQDJHVGHVGRX]DLQHVG¶DXWUHV«  contactés  »  TXHM¶DYDLVOXV  !  
 
,OP¶DGLWTX¶LOpWDLWO¶XQGHVQRPEUHX[9pQXVLHQVGpJXLVpVHQKXPDLQHQPLVVLRQLQFRJQLWRVXU
notre  planète.  Il  a  ajouté  que  sa  mission  était  de  se  renseigner  sur  notre  département  des  Affaires  
LQWHUSODQpWDLUHV,OP¶DGRQQpVRQQRPDSUqVTXHM¶DLSURPLVGHQHOHUpYpOHUQLGHGpYRLOHUVRQ
existence  à  qui  que  ce  soit  sans  sa  permission.  Il  utilisait  sur  Terre  le  pseudonyme  Rich  Evers.  
 
-¶DLGpFLGpGHOHTXHVWLRQQHUVXUVénus.  Je  lui  ai  posé  des  questions  insolites  et  précises  dont  je  
connaissais   les   réponses   grâce   au   précieux   manuscrit   de   Barton.   Il   a   donné   des   réponses  
DEVROXPHQWSDUIDLWHVjWRXWHVPHVTXHVWLRQV,OP¶DDXVVLH[SOLTXpGHPDQLqUHFLUFRQVWDQFLpHOHV
secrets   de   la   propulsion   des   vaisseaux   interplanétaires   et   des   vaisseaux   éclaireurs.   Son   récit  
FRUURERUDLWWRXVOHVGpWDLOVTXHQRXVDYLRQVREWHQXVJUkFHDXSURMHW0DJQHWHWjG¶DXWUHVVRXUFHV
,OpWDLWUpHOOHPHQWIDVFLQDQW«  
 
-H O¶DL SUpVHQWp DX[ DXWUHV PHPEUHV   du   département   des   Affaires   interplanétaires   et   tous   ont  
UDSLGHPHQWDFTXLVODFRQYLFWLRQTX¶LOpWDLWEHOHWELHQXQ9pQXVLHQ2QO¶DHPPHQpjXQFRQJUqV
sur  les  ovnis  à  Lahaina,  et  pendant  son  déroulement  plusieurs  ovnis  ont  survolé  le  bâtiment.  À  la  
suitH GH FH PHHWLQJ GH QRPEUHXVHV SHUVRQQHV RQW WpPRLJQp GHYDQW OHV MRXUQDOLVWHV TX¶HOOHV
avaient  vu  des  «  vaisseaux  ».    
 
8Q GLSORPDWH GH O¶$VVHPEOpH JpQpUDOH GHV 1DWLRQV XQLHV Adam   Malik,   qui   étudiait   les   ovnis  
pour   le   compte   des   Nations   unies,   est   arrivé   à   Maui   HW D YRXOX UHQFRQWUHU FH 9pQXVLHQ -¶DL
personnellement   organisé   un   entretien   privé   dans   une   maison   de   Napili,   où   vivait   auparavant  
Maureen   Maharry   ±   qui   était   autrefois   ma   secrétaire   pour   les   Affaires   interplanétaires,   avant  
G¶rWUHDVVDVVLQpHj.DXDi  par  un  agent  de  la  CIA.  
 
Nota  :   Les   personnes   présentes   à   cet   entretien   ont  observé   par   la   fenêtre   un   OVNI   brillant   qui  
YLUHYROWDLW«  
 
DESCRIPTION  DE  VENUS  PAR  MICHAEL  BARTON  
 
Selon  Michael  Barton,  qui  affirme  avoir  été  «  contacté  »  par  les  Vénusiens  dans  les  années  1950,  
la  capitale  vénusienne  a  été  conçue  suivant  un  modèle  cosmique  unique,  qui  permet  aux  planètes  
GHWRXUQHUDXWRXUGHVVROHLOVDX[PROpFXOHVGHV¶DUWLFXOHUDXWRXUGHVDWRPHVHWDX[pOHFWURQVGH

 
145  
vibrer  autour  des  noyaux.  Le  noyau  central  est  formé  de  trois  ensembles  circulaires  constitués  de  
dômes   de   matière   cristalline.   À   partir   de   ce   noyau,   huit   grandes   voies   mènent   à   huit   grandes  
cités.  Chacune  de  ces  cités  possède  quatre  voies  rayonnant  à  leur  tour  vers  quatre  autres  cités,  et  
chacune   de   ces   dernières   est   elle-­PrPH OH FHQWUH G¶XQH VWUXFWXUH JpRPpWULTXH GH UD\RQV
FRQFHQWULTXHVPHQDQWjG¶DXWUHVFLWpV&HWWHVWUXFWXUHFRQWLQXHHWV¶pWHQGMXVTX¶DX[FRQILQVGHOD
planète.  
 
Entre  les  cités  se  trouvent  de  grandes  forêts,  des  rivières  et  des  montagnes.  Les  vallées  abritent  
XQH YpJpWDWLRQ OX[XULDQWHHWWRXWHVOHVFRXOHXUV \VRQWYLYHV,FLHW Oj V¶pOqYHQWGHV PDLVRQVHQ
IRUPHGHG{PHIDLWHVG¶XQFULVWDOWUDQVOXFLGH/HVRFpDQVYpQXVLHQVVRQWVLPLODLUHVjFHX[GHOD
Terre,  mais  plus  petits,  plus  profonds  et  de  couleurs  plus  belles.  
 
Les   véhicules   se   déplacent   sur   de   grands   axes.   Ils   sont   complètement   silencieux   et   tirent   leur  
SXLVVDQFH GH O¶pQHUJLH VRODLUH /HV YRLWXUHV VRODLUHV VRQW HQWRXUpHV G¶XQ FKDPS GH IRUFH
électromagnétique   qui   protège   les   passagers   des   collisions,   quelle   que   soit   la   vitesse.  
/¶DWPRVSKqUH GH 9pQXV HVW EHDXFRXS SOXV FKDUJpH HQ pOHFWULFLWp TXH FHOOH GH OD 7HUUH /D
luminosité   y  est  similaire  à  celle  de  nos  aurores  polaires  et  produit  en  permanence   les  couleurs  
GHO¶DUF-­en-­ciel.   ,OHVWjQRWHUTX¶XQWDEOHDXUHSUpVHQWDQWOHYLOODJHYpQXVLHQGH7HXWRQLDUpDOLVp
SDU2PQHF2QHFPRQWUHpJDOHPHQWXQFLHODX[FRXOHXUVGHO¶DUF-­en-­ciel).  
 
/DFULPLQDOLWpQ¶H[LVWHSDVVXU9pQXV(OOHHVWLQFRQFHYDEOHSRXUXQHUDFHDXVVLpYROXpH,OQ¶\ a  
SDVQRQSOXVG¶K{SLWDX[SXLVTXH OHV9pQXVLHQVVRQWWRXVHQSDUIDLWHVDQWp/HVJHQVSDVVHQWOD
SOXSDUWGHOHXUWHPSVjO¶H[WpULHXUHWVHQRXUULVVHQWXQLTXHPHQWGHIUXLWVHWGHOpJXPHVIUDLV  
 
Les  informations  données  par  Michael  Barton  sont,  à  cet  égard,  en  complète  harmonie  avec  les  
rapports  du  sergent  Wannall,  les  révélations  G¶2PQHF2QHF  et  les  conclusions  du  projet  Magnet  
du  gouvernement  canadien.  
 
Omnec   Onec   a   décrit   du   sable   doré   sur   les   plages   vénusiennes,   des   montagnes   pourpres   et   des  
jardins   parDGLVLDTXHV RFFXSDQW XQH ERQQH SDUWLH GX SD\VDJH '¶DXWUHV RQW SDUOp G¶HDX DX[
couleurs  arc-­en-­FLHOHWG¶XQHPHUD\DQWO¶DSSDUHQFHGHPLOOLDUGVGHGLDPDQWVVFLQWLOODQWV«%RQ
nombre  de  ces  effets  de  paysage  ont  été  créés  par  les  Vénusiens  eux-­mêmes,  grâce  à  leur  science  
FRVPLTXHVXSpULHXUHDLQVLTX¶DXGpYHORSSHPHQWLQFUR\DEOHGHOHXUSV\FKLVPHHWGHOHXUPHQWDO  
 
L  VHPEOHTX¶XQHERQQHSDUWLHGHFHTXLVHWURXYHVXUODVXUIDFHGH9pQXVYLEUHOpJqUHPHQWDX-­
GHOj GHV ORQJXHXUV G¶RQGHV DFFHVVLEOHV j OD YLVLRQ KXPaine,   sur   une   bande   de   fréquences  
interdimensionnelles  imperceptibles  par  la  majorité  des  habitants  de  la  Terre.  
 
Extraits  du  livre  de  José  Frendelvel,  /¶2UGHVpWRLOHV  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
146  
 

23  
/¶+,672,5('(6=e7$6  
 à  ne  pas  reproduire  
 
 
 
Les   Zétas   sont   des   E.T.   venanW GX JURXSH G¶pWRLOHV Réticula   1   et   2,   et   qui   ont   dû   émigrer   sur  
différentes  planètes,  dont  la  nôtre.  Ils  cherchent  à  se  métisser  avec  les  humains  afin  de  créer  une  
nouvelle  race  et  de  rattraper  leurs  dégénérescences  physiques.  Un  des  leurs  raconte  :  
 
NotrHpYHLOQHIXWSDVFRPSDUDEOHDXY{WUH1RWUHPRQGHV¶HIIRQGUDDYDQWTXHQRXVQ¶D\RQVSX
rWUHFRQWDFWpVSDUG¶DXWUHVrWUHVGHQRWUHJDOD[LH&¶pWDLWODSDJDLOOH1RXVQRXVFDFKLRQVWUqV
ORLQVRXVWHUUH1RXVDYLRQVKRQWH1RXVQ¶pWLRQVSDVRXYHUWVDXFRQWDct.  Nous  fûmes  cependant  
contactés   par   télépathie,   appelés   à   sortir   de   nos   habitations   souterraines   et   à   nous   montrer.  
Seuls  quelques  aventuriers  parmi  nous  le  firent.  Ils  furent  massacrés  le  plus  souvent.  Notre  honte  
pWDLW WHOOH TXH O¶LGpH PrPH GH O¶H[SRVer   au   regard   des   autres   nous   était   insupportable.   Nous  
DYRQVWXpVDXYDJHPHQWOHVSRXUYR\HXUVGHQRVPHVVDJHVF¶HVW-­à-­GLUHOHVSOXVFRXUDJHX[G¶HQWUH
QRXV&HODDGXUpXQFHUWDLQWHPSVHWSXLVOHVFKRVHVRQWFKDQJpEUXVTXHPHQW&¶pWDLWFRPPHVL
un   vent   de   FRPSDVVLRQ V¶pWDLW DEDWWX VXU QRXV HW QRXV QRXV PvPHV j DYRLU GH OD FRPSDVVLRQ
pour  nous-­mêmes.  Alors  tout  fut  différent.  Nous  devînmes  curieux  et  avides  de  découvertes.  Nous  
pWLRQV VRXGDLQ LPSDWLHQWV G¶rWUH FRQWDFWpV HW LO VH WURXYD TXH OH FRXUDJH pWDLt   présent   chez  
FKDFXQG¶HQWUHQRXV&HFKDQJHPHQWVHSURGXLVLWSRXUGHPXOWLSOHVUDLVRQV/¶XQHG¶HQWUHHOOHV
HVW TXH FKDFXQ G¶HQWUH QRXV GHYDLW VH SDUGRQQHU j OXL-­même   avant   de   pouvoir   pardonner   aux  
autres.  
 
Nous   avons   détruit   notre   monde   de   façon   très   semblable   à   ce   que   vous   êtes   sur   le   point   de  
faire.  1RWUHPRQGHpWDLWDXVVLEHDXTXHOHY{WUHHWLOQHVHUDSOXVMDPDLVOHPrPH/¶KLVWRLUHGHV
=pWDVQ¶HVWSDVXQHEHOOHKLVWRLUH1RXVVRPPHVKRUULILpVGHYRLUFHUWDLQHVFKRVHVTXLVHSDVVHQW
sur  Terre  et  nous  faisons  le  parallèle.  Pourtant,  ce  sont  des  choses  courantes  dans  la  troisième  
GHQVLWp j WUDYHUV O¶8QLYHUV 0DQLSXOHU O¶DWRPH IDEULTXHU GHV SRLVRQV TXL GXUHQW GHV
JpQpUDWLRQVYRLUHGHVpWHUQLWpVFHODQRXVO¶DYRQVIDLWHWSOXVHQFRUH1RXVDYRQVIDEULqué  des  
éléments   biologiques,   ce   que   vous   appelez   des   armes   biologiques,   pour   rayer   de   la   carte   nos  
adversaires   sans   abîmer   leur   territoire.   Il   était   trop   tard   lorsque   nous   avons   réalisé   que   nous  
pWLRQVQRVSURSUHVDGYHUVDLUHV1RXVQHIDLVLRQVTX¶XQHWTuand  nous  avons  détruit  la  planète  
qui  était  notre  demeure,  elle  fut  détruite  pour  nous  tous.  Notre  éveil  a  pris  trente-­sept  ans.  Vous  
GHYH]YRXVVRXYHQLUTXHQRXVYLYLRQVGDQVXQPRQGHFRQILQpG¶RLOpWDLWLPSRVVLEOHGHIXLUHQ
cas  de  nouvel  incident.  Nous  étions  obligés  de  réagir  ainsi.  Notre  désir  de  contact  était  mêlé  au  
GpVLUG¶H[SLHUQRWUHKRQWH&HTXLQRXVSRXVVDIXWQRWUHHQYLHGHFKDQJHUGHYRLHHWGDQVXQH
FHUWDLQH PHVXUH F¶HVW HQFRUH OH FDV DXMRXUG¶KXL 1RWUH WHFKQRORJLH pWDLW FRQFHQWUpH VXU les  
instruments  de  guerre.    
 
$SUqVDYRLUUHQGXQRWUHSODQqWHLPSURSUHjODYLHQRXVQ¶DYRQVSOXVHXG¶DXWUHEXWTXHGHQRXV
changer  nous-­PrPHVSDUOHELDLVGHO¶LQJpQLHULHJpQpWLTXHTXLGHYDLW{WHUHQQRXVOHVIDFWHXUV

 
147  
responsables  de  notre  goût  pour  la  destruction.  Nous  étions  donc  à  la  pointe  du  progrès  dans  ce  
domaine.  Nous  étions  timides  et  nous  étions  les  hôtes  de  ceux  qui  nous  avaient  contactés.  Après  
un  certain  temps,  nous  avons  trouvé  le  rôle  pour  lequel  nous  étions  faits  et  qui  nous  permettrait  
GH QRXV VHQWLU PLHX[ 0DLQWHQDQW QRXV VRPPHV PRLQV WLPLGHV PDLV FRPSDUpV j G¶DXWUHV
espèces   galactiques,   nous   ne   sommes   pas   particulièrement   audacieux.   Nous   sommes   plutôt  
connus  comme  étant  «  ceux  qui  regrettent  ».  Nous  hésitons  à  en  parler,  car  personne  ne  tient  à  
se  souvenir  de  choses  tristes.  La  souffrance  se  traduit  en  passion  quand  on  peut  agir.  Pourtant,  
QRWUHU{OHGDQVYRWUHPRQGHQ¶HVWSRXUO¶LQVWDQWTX¶XQU{OHGHWpPRLQ1RXVQHVRPPHVSDVHQ
PHVXUHG¶LQWHUYHQLUHWQHSRXYRQVTXHYRXVREVHUYHUUHproduire  certaines  de  nos  erreurs.  
 
Pourquoi   prenons-­nous   soin   de   vous  ?   Parce   que   nous   vivons   dans   votre   système   solaire  
DXMRXUG¶KXLHW\YLYURQVHQFRUHGHPDLQSDUFHTXHQRVK\EULGHVVRQWDXWDQWYRVFRXVLQVTXHOHV
nôtres,  et  parce  que  nous  vivrons  côte   à  côte  avec  vos  âmes  dans  le  monde  que  nous  bâtissons  
ensemble.  Nous  prenons  soin  de  vous,  car  nous  compatissons,  en  étant  nous-­mêmes  passé  par  là  
HW D\DQW DXMRXUG¶KXL FHWWH RFFDVLRQ UDUH GH QRXV LPSOLTXHU GLUHFWHPHQW DYHF YRXV JHQV GH OD
Terre,  parce  que  vous  nous  avez  appelés.  
 
1RXVOHV=pWDVQRXVQHSRXYRQVSDVUHSDUWLUSDUFHTXHQRWUHSK\VLRORJLHV¶HVWDGDSWpHHWLOVH
trouve   que   repartir   nous   tuerait.   Nous   faisons   référence   à   ce   qui   se   passe   dans   les   corps  
physiques  quand  leur  environnement  change.  Vous  avez  quelque  connaissance  en  la  matière  par  
FH TX¶HQ VDYHQW YRV DVWURQDXWHV $SUqV XQ FRXUW VpMRXU GDQV O¶HVSDFH OHXUV RV UHYLHQQHQW
GpFDOFLILpV ,PDJLQH] FH TXL VH SDVVH DSUqV GHV GpFHQQLHV SDVVpHV ORLQ G¶XQH SODQqWH j
O¶DWWUDFWLRQJUDYLWDWLRQQHOOH  plus  importante.  Un  autre  point  de  comparaison  :  ce  qui  arrive  aux  
SORQJHXUVGHKDXWHPHUORUVTX¶LOVUHYLHQQHQWjODVXUIDFH6¶LOVUHPRQWHQWWURSYLWHLOVXIILWGH
TXHOTXHV KHXUHV SRXU TX¶LOV HQ UHVVHQWHQW GHV WURXEOHV HW PHXUHQW GH IDoRQ KRUULEOH /H Forps  
V¶DGDSWHHWLOGRLWGRQFUHFHYRLUXQHVRUWHGHFRPSHQVDWLRQV¶LOYHXWHIIHFWXHUXQYR\DJHUHWRXU
3RXUQRXVFHYR\DJHUHWRXUHVWTXDVLPHQWLPSRVVLEOH,OHVWEHDXFRXSSOXVIDFLOHG¶DOOpJHUXQ
FRUSVTXHGHOHIRUWLILHU,O\DEHDXFRXSG¶H[HPSOHVTXL  PRQWUHQWTXHIRUWLILHUXQFRUSVQ¶HVWSDV
possible.   Prenons   celui   de   personnes   âgées   qui   souhaitent   retrouver   leur   condition   physique  
G¶DQWDQ PDLV TXL UpDOLVHQW TX¶HOOHV QH SHXYHQW SOXV LPSRVHU j OHXU FRUSV OHV FKDQJHPHQWV
nécessaires.   Il   est   des   voyages   qui   sont   sans   retour.   Pour   notre   part,   nous   le   savions   dès   le  
début.  
 
1RXV VRPPHV WRXV YRORQWDLUHV LFL VXU YRWUH 7HUUH 3RXU rWUH DX VHUYLFH G¶DXWUXL QRXV QH
UHFHYRQV G¶RUGUH GH SHUVRQQH 1RWUH SODQqWH G¶RULJLQH QRXV PDQTXH-­t-­elle  " %LHQ V€U TX¶HOOH
nous   PDQTXH FRPPH YRXV SRXYH] O¶LPDJLQHU ,PDJLQH]-­vous   sur   une   autre   planète,   dans   une  
autre   galaxie,   sans   jamais   voir   ni   la   flore   ni   la   faune   qui   vous   est   familière,   sans   jamais  
contempler  ni  le  lever  ni  le  coucher  réguliers  de  votre  Soleil  et  de  votre  Lune   bien  aimés,  sans  
jamais   entendre   le   sifflement   et   le   chant   des   oiseaux,   les   frissonnements   des   feuilles   dans   les  
arbres,  et  sans  jamais  plus  savourer  de  bon  vin  ni  déguster  de  fruit  frais.  Imaginez-­vous  vivre  de  
rations,   dormir   dans   des   endroits   exigus   et   sans   lumière,   voués   à   une   tâche   qui   vous   prendra  
toute   votre   vie.   Nous   ne   sommes   pas   seulement   des   volontaires,   nous   sommes   aussi   des  
volontaires   extrêmement   dévoués,   car   nous   sommes   tous   engagés   en   notre   âme   et   conscience  
pour  votre  cause.  »  
 
/¶(92/87,21DES  HUMANITES  :  UNE  HISTOIRE  RECURRENTE    

 
148  
 
/DSUHPLqUHJUDQGHVXUSULVHTXDQGRQDYDQFHGDQVFHWWHUHFKHUFKHHVWGHFRQVWDWHUTXHO¶KLVWRLUH
des   grandes   civilisations   est,   comme   la   nôtre,   jonchée   de   guerres,   de   luttes   pour   le   pouvoir,  
G¶DVVHUYLVVHPHQWVGHUpYROWHVHWG¶DXWRGHVWUXFWLRQV(WLOIDXWSUpFLVHUTXHQRXVQHFRQQDLVVRQV
que   les   civilisations   qui   ont   réussi   à   survivre   et   à   progresser  !   Les   Ummites,   les   Circadiens   et  
G¶DXWUHVQRXVRQWUDFRQWpDYRLUYLVLWpGHVSODQqWHVTXLVHVRQWFRPSOqWHPHQWGpWUXLWes.  Et  ce  ne  
sont  pas  des  exceptions,  au  contraire  !  La  Terre  elle-­même  est  devenue  presque  vide  à  plusieurs  
reprises,   et   les   civilisations   terrestres   ont   plusieurs   fois   régressé.   Nous   comprenons   pourquoi  
plusieurs  des  civilisations  extraterrestres  nous  mettent  en  garde,  mais  celles-­ci  nous  accablent  de  
leurs   imprécations   incessantes  et  de  leurs  visions   apocalyptiques.  De  plus,  elles  sont  suspectes,  
G¶DXWDQWTX¶HOOHVQHVHUDLHQWSDVpWUDQJqUHVSDUDvW-­il,  à  la  violence  inscrite  dans  nos  gènes  !    
 
Toutes   ces   humanités   ont   de   très   grandes   similitudes   physiques   avec   la   nôtre.   Elles   semblent  
G¶DLOOHXUVWRXWHVGHVFHQGUHG¶XQQRPEUHUHVWUHLQWGHUDFHVSULPRUGLDOHV'HVFURLVHPHQWVHWGHV
manipulations   génétiques   ont   certainement   eu   lieu   depuis   le   début   des   temps   et   doivent   être  
HQFRUHSUDWLTXpVVXUXQHJUDQGHpFKHOOHGDQVWRXWO¶8QLYHUV&KRVHpWRQQDQWHHQUDLVRQGHQRV
idées   certainement   erronées   sur   la   sexualité  :   les   civilisations   avancées   pratiquent   toutes   la  
reproduction   sexuée   (qui   pourrait   sembler   archaïquH  ELHQ TX¶XQ FRQWU{OH GH OD QDWDOLWp H[LVWH
partout.   Dans   tous   les   cas,   sauf   un,   les   caractères   physiques   sexuels   font   encore   partie   des  
DWWULEXWV GH O¶KXPDQLWp DXVVL pYROXpH VRLW-­HOOH '¶DLOOHXUV OD VpGXFWLRQ UHVWH WRXMRXUV j
O¶KRQQHXU  !  Vous  avez  sûrHPHQWUHPDUTXpTX¶HOOHHVWODUJHPHQWXWLOLVpHSRXUDWWLUHUOHV7HUULHQV
8QH EHOOH IHPPH DPDGRXH OHV KRPPHV HW XQ EHO KRPPH FDSWH O¶DWWHQWLRQ GHV IHPPHV ,O HVW
YUDLTXHO¶pPRWLRQDPRXUHXVHHVWXQSXLVVDQWIDFWHXUGHUDSSURFKHPHQWHWVDQVGRXWHOHSUpOXGH  
à   tout   essor   spirituel   /D YLWDOLWp O¶DPRXU GH OD YLH OH EHVRLQ GH FRQQDvWUH HW GH FRPSUHQGUH
UHSRVHQW VXU FHWWH pPRWLRQ SURIRQGpPHQW HQUDFLQpH HQ O¶KRPPH OD VHXOH FDSDEOH GH FRPEDWWUH
O¶pJRFHQWULVPHQDWXUHOGHO¶LQGLYLGX FHTXLQ¶HPSrFKHSDVTXHVRXvent  ces  E.T.  nous  invitent  à  
maîtriser  et  à  canaliser  nos  émotions,  afin  de  les  dépasser  et  de  ne  pas  en  être  esclave).  
 
Toutes  ces  civilisations  plus  évoluées  que  la  nôtre  ont  certainement  résolu  leurs  problèmes  avec  
des  technologies  qui  leur  sont  propres.  Cependant,  elles  présentent  beaucoup  de  points  communs  
avec  nous  :  
 
‡  Elles   vivent   toutes   plus   longtemps  :   entre   quelques   siècles   et   quelques   millénaires  !   Elles  
remarquent  que  notre  vie  trop  courte  est  un  vrai  handicap  pour  réaliser  des  progrès  réels.  
 
‡  Elles  ont  souvent  éradiqué  la  maladie  et  la  décrépitude  de  la  vieillesse.  Mais  elles  se  protègent  
de  nos  pollutions  et  de  nos  virus.  Certains  E.T.  avouent  même  être  obligés  de  programmer  leurs  
stages   sur   notre   planète   car   leur   vie   est   plus   courte   lorsqu¶LOV \ VpMRXUQHQW 'H WRXWH IDoRQ LOV
sont  tous  mortels.  Leur  supériorité  consiste  à  conserver  la  mémoire  et  leurs  acquis  intellectuels  et  
FXOWXUHOVORUVTX¶LOVFKDQJHQWGHFRUSV&HVrWUHVQHVRQWSDVQRQSOXVjO¶DEULG¶DFFLGHQWVVXUOHXU
planète,   dans   O¶HVSDFH RX VXU OHV SODQqWHV YLVLWpHV 4XHOTXHV-­uns   habitent   même   depuis   des  
générations   dans   une   station   spatiale   entièrement   artificielle.   Ils   sont   obligés   de   conserver   un  
certain  niveau  de  combativité  et  des  armes  défensives,  car  la  paix  universelle  est  un   leurre  tant  
que  des  civilisations  différemment  évoluées  coexisteront.  
   

 
149  
‡  Tous   pratiquent   une   discipline   librement   consentie   (bien   que   parfois   contraignante).   Ils  
obéissent  à  un  chef  sage  et  vertueux,  contrôlé  par  une  assemblée  de  sages.  De  la  même  manière,  
les   planètes   se   fédèrent   pour   mettre   en   commun   leurs   connaissances   et   constituer   une   force  
dissuasive   contre   les   agressions   extérieures.   Elles   se   soumettent   aux   lois   érigées   par   la   planète  
qui   les   a   éduquées.   Dans   notre   galaxie,   on   dit   que   le   Haut   CoQVHLO HVW IRUPp G¶XQ QR\DX
G¶$QGURPpGLHQV&RPPHRQSHXWOHFRQVWDWHUOHV\VWqPHHVWKLpUDUFKLVp0DLVLOIDXWUHPDUTXHU
que  toute  hiérarchie,  même  la  plus  haute,  est  facilement  accessible.    
 
/D7HUUHHVWVRXYHQWFRQVLGpUpHFRPPHO¶XQHGHVSODQqWHVOHVSOus  belles  et  les  plus  variées  de  la  
galaxie.   Elle   faiblit   peut-­rWUH DFWXHOOHPHQW PDLV MH FURLV TX¶HOOH D VHUYL FRPPH EHDXFRXS
G¶DXWUHV GH SODQqWH H[SpULPHQWDOH GH VpMRXU SpQLWHQWLDLUH G¶pFROH HW GHWUHPSOLQ SRXUWRXV OHV
SHXSOHV'¶DLOOHXUV MH ILQLV par  croire  que  toute  vie  sur  une  planète  qui  possède  des  conditions  
IDYRUDEOHVTX¶HOOHVRLWYpJpWDOHDQLPDOHRXKXPDLQHHVWLPSODQWpHSDUG¶DXWUHV  !  
 
À  remarquer  également  que  toutes  ces  civilisations  «  connaissantes  »  nous  prédisent  un  sombre  
avenir  si  QRXVQ¶DJLVVRQVSDVLPPpGLDWHPHQWGDQVOHVHQVGHODFRQVHUYDWLRQGHODQDWXUHHWGHOD
UpSDUWLWLRQGHVUHVVRXUFHV«-HSHQVHTXH7286/(67(55,(16/(6$9(17PDLVTX¶LOVV¶HQ
remettent   aux   autorités   de   TOUS   les   pays   pour   régler   ces   problèmes.   Or,   celles-­ci   sont  
SDUIDLWHPHQWLQFRPSpWHQWHVSRXUOHIDLUH«  
 
Enfin,   en   dernière   remarque,   il   semble   que   le   but   de   toute   humanité   est   de   faire   avancer   la  
connaissance   et   de   la   partager   en   vue   de   préserver   la   vie,   de   lui   donner   une   meilleure   qualité,  
F¶HVW-­à-­dire  une  pOXVJUDQGHOLEHUWpGHFUpDWLRQMXVTX¶jFHTXH&5e$7(85&5e$785(6(7
CRÉATION  SE  CONFONDENT.  
 
Traduction  de  Geneviève  Vanquelef  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
150  
24  
/¶(;75$25',1$,5(2'<66e(
,175$7(55(675('(/¶$0,5$/%<5'  
 
 
 
9RLFLXQH[WUDLWGXMRXUQDOVHFUHWGHO¶DPLral  Byrd,  
datant  de  février  1947.  
 
-HGRLVUpGLJHUFH MRXUQDOGDQV OHVHFUHWOHSOXVWRWDO&HODFRQFHUQH OHYROTXH M¶DLHIIHFWXpDX-­
GHVVXVGHO¶$UFWLTXHOHIpYULHUGHO¶DQQpH,ODUULYHXQPRPHQWRODUDLVRQGHO¶KRPPH
V¶HIIRQGUHGDQVVRQLQVLJQLILDQFHHWRO¶RQGRLWDFFHSWHUO¶pYLGHQFHGHOD9pULWp-HQHVXLVSDV
libre  de  révéler   les   faits  contenus  dans   ce  document,  et  cela   ne   sera  peut-­être  jamais  porté  à   la  
connaissance   du   public,   mais   je   dois   faire   mon   devoir   et   consigner   ces   faits   pour   que   tous  
SXLVVHQWOHV OLUHXQ MRXU'DQVXQ PRQGHGHFXSLGLWpHWG¶H[SORLWDWLRQFHUWDLQV QHSRXUURQWSDV
toujours  étouffer  ce  qui  est  vrai.  
 
'(3$57'8&$03'(%$6('(/¶$5&7,48(/()(95,(5.  
 
06  h  10  ±  Nous  avons  décollé  avec  les  réservoirs  pleins  en  direction  du  nord.  
 
07   h   30   ±   Vérification   du   contact  radio   avec   le   camp   de   base.   Tout   va   bien   et   la   réception   est  
normale.  
 
08   h   00   ±   2Q FRQVWDWH XQH OpJqUH WXUEXOHQFH HQ GLUHFWLRQ GH O¶HVW j  SLHGV G¶DOWLWXGH /D
turbulence  disparaît  quand  on  revient  à  1.700  pieds,  mais   la  pointe  de  vent  augmente.  Un  léger  
UpJODJHGHVJD]HWO¶DYLRQHVWPDLQWHQDQWSHUIRUPDQW  
 
08  h  15  ±  Vérification  avec  la  base.  Situation  normale.  
 
09   h   00   ±   Vaste   surface   de   glace   et   de   neige   au-­dessous.   On   note   une   coloration   jaunâtre   du  
paysage,   formant  un   motif   linéaire.  Meilleure  observation  de  cette  surface  au-­dessous.  On  note  
une   coloration   rougeâtre   ou   violacée.   Nous   faisons   deux   fois   le   tour   de   cette   surface   pour   en  
PHVXUHUO¶pWHQGXH1RXYHOOHYpULILFDWLRQDYHFODEDVHHWFRPPXQLFDWLRQGHO¶LQIRUPDWLRQVXUOD
coloration  de  la  glace  et  de  la  neige  au-­dessous.  
 
09  h  10  ±  La  boussole  magnétique  et  le  gyroscope  commencent  à  osciller.  Nous  ne  pouvons  plus  
FRQWU{OHUQRWUHGLUHFWLRQj O¶DLGHGHQRV LQVWUXPHQWVGHERUG&HSHQGDQWHn  nous  servant  de   la  
boussole   solaire,   tout   semble   aller   mieux.   Les   commandes   sont   lentes   à   répondre   et   semblent  
HQJRXUGLHVPDLVLOQ¶\DDXFXQHLQGLFDWLRQTXHO¶DSSDUHLOODJHVHUDLWJHOp  
 
09  h  15  ±  Au  loin,  on  distingue  ce  qui  semble  être  des  montagnes.  
 

 
151  
09   h   49   ±   Vingt-­neuf   minutes   de   vol   se   sont   écoulées   depuis   la   première   apparition   de   ces  
PRQWDJQHV &H Q¶HVW SDV XQH LOOXVLRQ &¶HVW ELHQ XQH SHWLWH FKDvQH GH PRQWV FRPPH MH Q¶HQ DL
jamais  vu.  
 
09  h  55  ±  /¶DOWLWXGHV¶pOqYHjSLHGVHWLO\DXQHIRUte  turbulence  à  nouveau.  
 
10  h  00  ±  Nous  traversons  la  petite  chaîne  montagneuse  en  continuant  à  maintenir  le  cap  vers  le  
nord   pour   autant   que   nous   soyons   sûrs   de   la   direction.   Par-­delà   la   chaîne,   il   apparaît   ce   qui  
semble  être  une  vallée  avec  une  petite  rivière  ou  un  courant  qui  coule  au  milieu.  Pourtant,  il  ne  
devrait  pas  y  avoir  de  vallée  verdoyante  au-­dessous  de  nous  ,O\DTXHOTXHFKRVHG¶DEVROXPHQW
anormal  ici  !  Nous  devrions  être  au-­dessus  de  la  glace  et  de  la  neige  !  Par  la  lucarne,  on  voit  de  
vasWHVIRUrWVTXLV¶pWHQGHQWVXUOHVSHQWHVGHVPRQWV1RVLQVWUXPHQWVGHQDYLJDWLRQFRQWLQXHQWj
WRXUQR\HU/HJ\URVFRSHRVFLOOHG¶DYDQWHQDUULqUH  
 
10   h   05   ±   -H EDLVVH O¶DOWLWXGH MXVTX¶j  SLHGV HW M¶H[pFXWH XQ YLUDJH VHUUp SRXU PLHX[
examiner  la  vallée  au-­GHVVRXV(OOHHVWYHUWHUHFRXYHUWHGHPRXVVHRXG¶KHUEHUDVH/DOXPLqUH
VHPEOH GLIIpUHQWH /H 6ROHLO Q¶HVW SOXV YLVLEOH 1RXV IDLVRQV XQ DXWUHWRXU HW UHSpURQV FH TXL D
WRXWO¶DLUG¶rWUHXQJURVDQLPDODX-­dessous  de  nous.  Il  ressemble  à  un  éléphant  !  Non,  il  a  plutôt  
O¶DLU G¶XQ PDPPRXWK  !   Invraisemblable   &HSHQGDQW F¶HVW YUDL   -H UpGXLV O¶DOWLWXGH j 
SLHGVHWVDLVLVGHV MXPHOOHVSRXUPLHX[H[DPLQHUO¶DQLPDO ±  quel  animal  !  Il   faut  communiquer  
cela  à  la  base.  
 
10   h   30   ±  Nous  rencontrons  de  plus  en  plus  de  collines   verdoyantes  à  présent.  La  température  
extérieure   indique   23  °C  !   Nous   continuons   à   avancer   droit   devant.   Les   instruments   de  
navigation   paraissent   normaux   maintenant.   Je   suis   déconcerté   par   leur   fonctionnement.   Nous  
tentons  de  contacter  la  base,  mais  la  radio  ne  fonctionne  plus  !  
 
11  h  30  ±  /HSD\VDJHSDUDvWWRXWjIDLWSODWHWQRUPDO VLMHSHX[P¶H[SULPHUDLQVL 'HYDQWQRXV
on  aperçoit  ce  qui  ressemble  à  une  ville  0DLV F¶HVW LPSRVVLEOH  /¶DYLRQHVWGHYHQX OpJHUHW
flotte  bizarrement.  Les  commandes  refusent  de  répondre  !  Mon  Dieu  !  À  une  légère  distance,  il  y  
a  un  étrange  appareil  volant.  Il  arrive  à  nos  côtés  rapidement  /¶HQJLQDODIRUPHG¶XQGLVTXHHW
SUpVHQWH XQ DVSHFW OXPLQHX[ UD\RQQDQW ,O HVW DVVH] SURFKH SRXU TX¶RQ DSHUçoive   les   signes  
SHLQWV VXU O¶DSSDUHLO ,O \ D FRPPH XQH VRUWHGH6ZDVWLND &¶HVW LQFUR\DEOH  !   Où   sommes-­nous  
donc  " 4X¶HVW-­il   arrivé  " -¶DFWLRQQH OHV FRPPDQGHV j QRXYHDX (OOHV QH UpSRQGHQW SOXV  !   Nous  
VRPPHVSULVGDQVODSLQFHLQYLVLEOHG¶XQHQDWXUHLQFRnnue  !  
 
11   h   35   ±  1RWUHUDGLRFUpSLWHHWXQHYRL[QRXVSDUYLHQWGDQVXQDQJODLVjO¶DFFHQWQRUGLTXHRX
peut-­être  germanique  !  Le  message  est  :  «  Bienvenue  dans  notre  domaine,  amiral.  Nous  vous  
ferons   atterrir   dans   exactement   sept   minutes  !   Restez   calme,   amiral.   Vous   êtes   entre   des  
mains  amies.  »  Je  remarque  que  les  moteurs  de  notre  avion  ont  cessé  de  tourner  /¶DSSDUHLOHVW
placé  sous  un  étrange  contrôle  et  il  fonctionne  tout  seul  !  Les  commandes  sont  devenues  inutiles.  
 
11  h  40  ±  Nous  recevons  un  autre  meVVDJHUDGLR/HSURFHVVXVG¶DWWHUULVVDJHDFRPPHQFpHWSDU
PRPHQW O¶DYLRQ YLEUH GRXFHPHQW ,O FRPPHQFH j GHVFHQGUH FRPPH V¶LO pWDLW HPSRUWp SDU XQ
grand  élévateur  invisible  !  Le  mouvement  de  descente  est  imperceptible  et  nous  touchons  le  sol  
avec  seulement  une  légère  secousse.  

 
152  
 
11   h   45   ±   3HQGDQW TXH MH P¶pODQFH j WUDYHUV OH SRVWH GH SLORWDJH SOXVLHXUV KRPPHV PDUFKHQW
vers  notre  avion.  Ils  sont  grands,  avec  des  cheveux  blonds.  Au  loin,  on  aperçoit  une  grande  ville  
UHIOpWDQW OHV QXDQFHV GH O¶DUF-­en-­ciel.   Je   me   demande   ce   qui   va   arriver   maintenant,   mais   je  
Q¶HQWUHYRLVDXFXQHDUPHVXUOHVKRPPHVTXLV¶DSSURFKHQWGHQRXV-¶HQWHQGVjSUpVHQWXQHYRL[
TXLPHGHPDQGHHQP¶DSSHODQWSDUPRQQRPG¶RXYULUODSRUWHGHODVRXWH-¶REpLV  
 
/¶$&&8(,/(1$*$57+$  
 
DésormDLV MH UDFRQWH OHV pYpQHPHQWV GH PpPRLUH ,OV GpILHQW O¶LPDJLQDWLRQ HW SRXUUDLHQW rWUH
SULVSRXUGHODGpPHQFHV¶LOVQ¶pWDLHQWSDVUpHOOHPHQWDUULYpV  
/¶RSpUDWHXU UDGLR HW PRL-­PrPH VRUWvPHV GH O¶DYLRQ HW I€PHV DFFXHLOOLV G¶XQH PDQLqUH WUqV
cordiale.   Nous   fûmes   transportés   sur   une   petite   plate-­forme   de   transport   sans   roues  !   Elle   se  
déplaçait  à  travers  la  ville  lumineuse  avec  une  grande  rapidité.  Comme  nous  en  approchions,  la  
ville  nous  sembla  faite  de  matière  cristalline.  Bientôt,  nous  arrivâmes  devant  un   grand  bâtiment  
G¶XQVW\OHIDQWDVWLTXHFRPPHMHQ¶HQDLMDPDLVYX2QQRXVRIIULWXQHERLVVRQFKDXGHTXLQ¶DYDLW
OHJR€WGHULHQGHFHTXHM¶DLSXVDYRXUHUMXVTX¶LFL(OOHpWDLWGpOLFLHXVH$XERXWG¶XQHGL]DLQH
de   minutes,   deux   de   nos   étranges   hôtes   revinrHQWYHUV QRXV SRXU P¶DQQRQFHU TXH MH GHYDLV OHV
DFFRPSDJQHU -H Q¶DYDLV G¶DXWUH FKRL[ TXH GH PH VRXPHWWUH j OHXU YRORQWp -H TXLWWDL PRQ
opérateur  radio  et  marchai  durant  une  courte  distance  avant  de  pénétrer  dans  ce  qui  ressemblait  à  
un   ascenseur.   Nous   deVFHQGvPHV SHQGDQW XQ PRPHQW SXLV O¶DSSDUHLO V¶DUUrWD HW OHV SRUWHV
V¶RXYULUHQWVLOHQFLHXVHPHQW1RXVVXLYvPHVDORUVXQORQJFRXORLUpFODLUpG¶XQHOXPLqUHURVpHTXL
VHPEODLWpPDQHUGHVPXUV/¶XQGHVrWUHVPHGHPDQGDGHP¶DUUrWHUGHYDQWXQHODUJHSRUWHVXr  
ODTXHOOH LO \ DYDLW XQH LQVFULSWLRQ TXH MH QH VXV SDV OLUH /¶XQ G¶HX[ PH GLW «  1¶D\H] FUDLQWH
DPLUDOYRXVDOOH]rWUHUHoXSDUOH0DvWUH«  »    
 
-¶HQWUDL HW PHV \HX[ IXUHQW G¶DERUG IUDSSpV SDU OD PHUYHLOOHXVH OXHXU TXL VHPEODLW UHPSOLU OD
pièce   complètemeQW3XLV MH FRPPHQoDL j YRLU FH TXL P¶HQWRXUDLW ,O V¶RIIULW DORUV j PD YXH OD
SOXV EHOOH DSSDULWLRQ GH WRXWH PD YLH &¶HVW WURS PHUYHLOOHX[ SRXU rWUH pFULW &¶pWDLW H[TXLV HW
GpOLFDW -H QH FURLV SDV TX¶LO H[LVWH GHV PRWV KXPDLQV SRXU GpFULUH FHOD DYHF H[actitude  !   Mes  
pensées   furent   interrompues   par   une   voix   chaude   et   mélodieuse  :   «  Je   vous   souhaite   la  
bienvenue   dans   notre   domaine,   amiral.  »   -¶DL DORUV YX XQ KRPPH G¶DSSDUHQFH DJUpDEOH PDLV
TXLDYDLWO¶HPSUHLQWHGHVDQQpHVJUDYpHVXUVRQYLVDJH,OpWDLWDVVLVDXERXWG¶XQHORQJXHWDEOHHW
P¶LQYLWDjP¶DVVHRLUGDQVXQGHVIDXWHXLOV/RUVTXHMHIXVLQVWDOOpLOFURLVDOHVGRLJWVHWVRXULW,O
me  parla  à  nouveau  avec  douceur  :  
 
±   1RXV YRXV DYRQV ODLVVp SpQpWUHU LFL FDU YRXV rWHV G¶XQ FDUDFWqUH QREOH HW TXH YRus   êtes  
respecté  à  la  surface  de  la  Terre,  amiral.  Oui,  reprit  le  Maître  avec  un  sourire,  vous  êtes  dans  le  
domaine   des   Ariani,   le   monde   intérieur   de   la   Terre.   Nous   ne   retarderons   pas   longtemps   votre  
mission,  et  vous  serez  escorté  en  toute  sécurité  vers  la  VXUIDFHjXQHERQQHGLVWDQFHG¶LFL0DLVj
présent,   amiral,   je   voudrais   vous   dire   pourquoi   vous   avez   été   conduit   ici.   À   juste   titre,   notre  
attention  a  été  alertée  après  que  votre  race  eut  fait  exploser  les  premières  bombes  atomiques  sur  
Hiroshima  et  Nagasaki.  Nous  avons  alors  envoyé  nos  engins  volants,  les  Flugelrads,  à  la  surface  
de  la  Terre  pour  enquêter  sur  ce  que  votre  race  avait  fait.  Bien  entendu,  ce  qui  est  fait  est  fait,  
mon   cher   amiral.   Voyez-­YRXV QRXV Q¶DYRQV MDPDLV LQWHUIpUp DXSDUDYDQW GDQV OHV   guerres   de  
votre  race  et  dans  sa  barbarie,  mais  à  présent  nous  le  devons,  car  vous  avez  appris  à  altérer  une  

 
153  
pQHUJLHTXLQ¶HVWSDVSRXUOHVKRPPHVHQO¶RFFXUUHQFHO¶pQHUJLHDWRPLTXH1RVpPLVVDLUHVRQW
déjà   communiqué   des   messages   aux   autorités   de   votre   monde,   mais   celles-­FL Q¶RQW SDV WHQX
compte   de   nos   conseils.   À   présent,   vous   avez   été   choisi   pour   être   le   témoin   que   notre   monde  
existe.   Voyez-­YRXV QRWUH FXOWXUH HW QRWUH VFLHQFH RQW SOXVLHXUV PLOOLHUV G¶DQQpHV G¶DYDQFH VXU
celles  de  votre  race,  amiral.  
±  0DLVTX¶HVW-­ce  que  cela  a  à  voir  avec  ma  personne,  monsieur  "O¶LQWHUURPSLV-­je.  
 
/H UHJDUG GX 0DvWUH VHPEODLW SpQpWUHU PRQ HVSULW HW DSUqV P¶DYRLU VRQGp SHQGDQW TXHOTXHV
minutes,  il  reprit  :  
±   Votre   race   a   désormais   atteint   un   point   de   non-­retour,   car   il   y   en   a   parmi   vous   qui  
SUpIpUHUDLHQWGpWUXLUHOHXUPRQGHSOXW{WTXHGHUHQRQFHUDX[SRXYRLUVTX¶LOVFURLHQWGpWHQLU«  
-¶HQFRQYLQVHWOH0DvWUHFRQWLQXD  :    
±   En   1945   et   par   la   suite,   nous   avons   essayé   de   contacter   votre   race,   mais   nos   efforts  
rencontrèrent   GH O¶KRVWLOLWp HW QRV )OXJHOUDGV IXUHQW PrPH SULV SRXU FLEOH 2XL LOV IXUHQW
pourchassés   par   vos   avions   de   combat  !   Aussi,   à   présent,   je   vous   le   dis,   mon   fils,   il   y   a   une  
JUDQGH WHPSrWH TXL VH OqYH VXU YRWUH PRQGH XQH IXUHXU QRLUH TXL QH V¶pWHLQGUD SDV Dvant  
ORQJWHPSV ,O Q¶\ DXUD DXFXQH VROXWLRQ SDU OHV DUPHV HW YRWUH VFLHQFH Q¶DSSRUWHUD DXFXQH
VpFXULWp &HOD SRXUUD V¶HQIODPPHU MXVTX¶j FH TXH OD PRLQGUH IOHXU GH YRWUH FLYLOLVDWLRQ VRLW
SLpWLQpH HW TXH WRXW pOpPHQW G¶KXPDQLWp VRLW GpWUXLW GDQV XQ LPPHQVH chaos.   Votre   guerre  
récente  ±  la  Deuxième  Guerre  mondiale  ±  ne  fut  que  le  prélude  de  ce  qui  attend  votre  race.  Ici,  
QRXVOHYR\RQVFODLUHPHQWG¶KHXUHHQKHXUH«3HQVH]-­vous  que  je  me  trompe  ?  
±  Non,  répondis-­je.    
±  &HODHVWGpMjDUULYpO¶kJHQRLUHVWYHQX  2XLPRQILOVO¶kJHQRLUTXLYDYHQLUPDLQWHQDQWSRXU
votre   race   recouvrira   la   Terre   entière   comme   un   linceul,   mais   certains   parmi   les   membres   de  
votre   race   survivront   au   milieu   de   la   tempête.   Dans   le   futur,   nous   pouvons   voir   un   nouveau  
monde  émergeant  des  ruines  de  votre  race,  recherchant  ses  trésors  légendaires  perdus,  mais  ils  
seront   ici,   mon   fils,   en   sécurité   sous   notre   garde.   Lorsque   ce   temps   arrivera,   nous   nous  
précipiterons  à  nouveau  pour  aider  à  faire  renaître  votre  civilisation  et  votre  race.  Peut-­être,  à  
ce  moment-­là,  aurez-­YRXVHQILQFRQVFLHQFHGHODIXWLOLWpGHODJXHUUHHWGXFRQIOLW«(WDSUqVFH
temps-­OjOHVpOpPHQWVGHYRWUHFXOWXUHHWGHYRWUHVFLHQFHUHYLHQGURQWjYRWUHUDFHSRXUTX¶HOOH
prenne   un   nouveau   départ.   Mon   fils,   vous   allez   retourner   à   la   surface   de   la   Terre   avec   ce  
PHVVDJH«  
 
Avec   ces   paroles   de   conclusion,   notre   entretien   semblait   toucher   à   sa   fin.   Je   restai   un   instant  
VXVSHQGXFRPPHSORQJpGDQVXQUrYH«&HSHQGDQWMHVDYDLVTXHF¶pWDLWODUpDOLWpHWSRXUXQH
UDLVRQTXL P¶pFKDSSHHQFRUHMH P¶LQFOLQDL OpJqUHPHQWSDUPDUTXHGHUHVSHFWRXG¶KXPLOLWp MH
ne   sais   pas   exactement.   Soudain,   je   repris   conscience   de   la   présence   à   mes   côtés   des   deux  
PHUYHLOOHX[ rWUHV TXL P¶DYDLHQW FRQGXLW LFL «  Par   ici,   amiral  » P¶LQGLTXD O¶XQ G¶HX[   Je   me  
retournai  une  dernière  fois  vers  le  Maître  avant  de  partir.  Un  sourire  amical  ornait  son  vénérable  
visage.  «  Au  revoir,  mon  fils  »,  me  dit-­il  en  me  faisant  un  signe  de  paix  affectueux  de  la  main.  
Notre  entretien  était  fini.    
 
Rapidement,   nous   sortîmes   par   la   grande   porte   de   la   chambre   du   Maître   et   entrâmes   dans  
O¶DVFHQVHXU /D SRUWH VH UHIHUPD GRXFHPHQW HW QRXV pWLRQV GpMj HQ WUDLQ GH UHPRQWHU 8Q GHV
hôtes   me   dit  :   «  Amiral,   comme   le   Maître   le   souhaite,   nous   allons   vous   replacer  
immédiatement   dans   votre   mission   et   vous   devrez   retourner   vers   votre   race   avec   son  

 
154  
message  ».  Je  ne  répondis  rien.  Tout  cela  était  presque  impensable.  Ma  réflexion  fut  interrompue  
DXPRPHQWRM¶HQWUDLGDQVODSLqFHRP¶DWWHQGDLWPRQRSpUDWHXUUDGLR,ODYDLWXQHH[SUHVVLRQ
G¶DQ[LpWpVXUOHYLVDJH(QP¶DSSURFKDQWMHOXLGLV  :  «  Tout  va  bien,  Howie,  tout  va  bien  ».  Les  
deux  êtres  nous  conduisirent  à  la  borne  de  transport,  nous  prîmes  place,  et  en  peu  de  temps  nous  
fûmes   de   retour   à   notre   avion.   Les   moteurs   tournaient   au   ralenti   et   nous   montâmes   aussitôt   à  
ERUG ¬ SUpVHQW O¶DWPRVSKqUH VHPEODLW FKDUJpH G¶XQH VRUWH G¶XUJHQFH /¶DYLRQ IXW
immédiatement   soulevé   à   une   altitude   de   2.700   pieds   par   un   courant   invisible.   Deux   appareils  
volaient   à   nos   côtés   et   ils   nous   guidèrent   un   moment   sur   la   voie   de   retour.   Je   dois   mentionner  
TXH OH FDGUDQ G¶DFFpOpUDWLRQ Q¶HQUHJLVWUDLW DXFXQH YLWHVVH DORUV TXH QRXV YROLRQV j XQH WUqV
grande  allure.  
 
02   h   15   ±   Un   message   radio   nous   parvient  :   «  Nous   nous   séparons   maintenant,   amiral,   les  
commandes   sont   à   vous.   Auf   Wiedersehen  !!!  »   Nous   regardons   un   moment   les   Flugelrads  
DORUVTX¶LOVGLVSDUDLVVDLHQWGDQVOHFLHOEOHXSkOH6RXGDLQO¶DYLRQVHFRPSRUWHFRPPHV¶LOpWDLW
aspiré   par   un   fort   courant   descendant.   Mais   nous   reprenons   rapidement   le   contrôle.   Nous   ne  
SDUORQVSDVFDUFKDFXQHVWGDQVVHVSHQVpHV«  
 
02   h   20   ±  Nous  survolons  à   nouveau  de   vastes  étendues  de  glace  et  de  neige,  et  nous  sommes  
approximativement  à  vingt-­sept  minutes  de  notre  camp  de  base.  Nous  les  contactons  par  radio  et  
ils   nous   répondent.   Nous   leur   signalons   que   tout   est   normal.   La   base   est   rassurée   du  
rétablissement  du  contact.  
 
03  h  00  ±  1RXVDWWHUULVVRQVGRXFHPHQWDXFDPSGHEDVH-¶DLXQHPLVVLRQ«  
 
TOP  SECRET  ET  FIN  
 
11  mars  1947  ±  -HYLHQVMXVWHG¶DVVLVWHUjXQHUpXQLRQGHO¶pWDW-­maMRUDX3HQWDJRQH-¶DLH[SRVp
dans   les   détails   ma   découverte   et   le   message   du   Maître.   Tout   est   consigné   en   bonne   et   due  
forme.   Le   Président   a   été   averti.   Je   suis   à   présent   retenu   pendant   six   heures.   Je   suis   interrogé  
méticuleusement  par  le  commandement  des  IRUFHVGHVpFXULWpHWXQHpTXLSHPpGLFDOH&¶HVWXQH
épreuve.  Je  suis  placé  sous   le  contrôle  strict  du  service  de   la  Sécurité  nationale  des  États-­Unis.  
2QP¶DRUGRQQpGHJDUGHUOHVLOHQFHVXUWRXWFHTXHMHVDYDLVHWFHDXQRPGHO¶KXPDQLWp
Incroyable  !  Je  sais  que  je  suis  un  soldat  et  que  je  dois  obéir  aux  ordres.  
 
Nota  :   /¶DPLUDO Richard   Evelyn   Byrd   D pWp QRPPp VHFUpWDLUH SHUSpWXHO GH O¶$FDGpPLH GH OD
PDULQHHWGHVVFLHQFHV*UDQG&KDQFHOLHUGHO¶RUGUHGH/D)D\HWWHHWLODUHoXODFURL[GX0pULWH  
 
Traduction  de  Joël  Labruyère    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
155  
25  
LA  TERRE  EST  UNE  COQUILLE  CREUSE  
 
 
 
9RLFLSOXVG¶XQVLqFOHTXHGHVH[SORUDWHXUVWpPRLJQHQWGHYR\DJHVjO¶LQWpULHXUGHOD7HUUH(Q
outre,   il   faut   remarquer   que   le   seul   ouvrage   de   Jules   Verne   TXL Q¶DLW SDV HQFRUH   reçu   une  
confirmation   effective   officielle   est   Voyage   au   centre   de   la   Terre.   Ce   sujet   aurait-­il   pu   être   la  
seule  faille  de  ce  grand  visionnaire  ?  
 
Si  Galilée  a  eu  du   mal  à   faire  admettre  (au  péril   de  sa  vie)  que   la  Terre  est  ronde,  cela  va  être  
aussi  difficiOHPDLQWHQDQWGHIDLUHDGPHWWUHTX¶HOOHHVW FRPPHWRXWHSODQqWH «FUHXVH  !  
 
La   théorie   de   la   Terre   creuse   a   été   émise   pour   la   première   fois   en   1906   par   un   écrivain  
américain,  William  Reed,  et  reprise  en  1920  par  un  autre  Américain,  Marshall  B.  Gardner.  En  
1959,  Amadeo  Giannini  écrivit  le  premier  ouvrage  sur  le  sujet  à  partir  des  travaux  de   Gardner.  
La   même   année,   Ray   Palmer,   rédacteur   en   chef   du   magazine   Soucoupes   volantes,   se   servit   de  
cette   théorie   pour   présenter   à   ses   lecteurs   une   explication   logique   de   O¶RULJLQH GHV VRXFRXSHV
volantes.  
 
Les  thèses  de  Reed  et  de  Gardner  trouvèrent  une  confirmation  dans   les  expéditions  polaires  de  
Byrd  O¶$UFWLTXHHQ1947,  O¶$QWDUFWLTXHHQ1956&HWH[SORUDWHXUDPpULFDLQV¶DYHQWXUDVXUXQH
distance  de  2.700  kilomètres  au-­delà  du  pôle  Nord  et  de  3.700  kilomètres  au-­delà  du  pôle  Sud,  
SpQpWUDQW GDQV XQ WHUULWRLUH LQFRQQX OLEUH GH JODFH TXL V¶pWHQGDLW j O¶LQWpULHXU GHV GpSUHVVLRQV
SRODLUHV &H WHUULWRLUH Q¶HVW PHQWLRQQp VXU DXFXQH FDUWH /D YpULWDEOH VLJQLILFDWLRQ GHV
découvertes   de   Byrd   IXW pWRXIIpH GDQV O¶°XI MXVTX¶DX PRPHQW R Giannini   et   Palmer  
V¶HPSDUqUHQWGHO¶DIIDLUH  :  
«  Nous  avons  là  une  information  qui  concerne  une  des  plus  grandes  découvertes  géographiques  
GH WRXWH O¶+LVWRLUH SOXV JUDQGH SHXW-­être   que   la   découverWH GH O¶$PpULTXH SDU &KULVWRSKH
Colomb,   car   si   ce   dernier   découvrit   un   nouveau   continent,   Byrd,   lui,   découvrit   un   nouveau  
PRQGH G¶XQH VXSHUILFLH pJDOH RX SHXW-­être   même   supérieure   à   celle   de   nos   cinq   continents  
réunis.  »  
 
6(&5(7685/(6'(&289(57(6'(/¶$MIRAL  BYRD    
 
La  découverte  de  Byrd  DpWpFODVVpHWRSVHFUHW$SUqVOHPHVVDJHUDGLRTX¶LOHQYR\DGHVRQDYLRQ
et   un   bref   communiqué   de   presse,   toute   nouvelle   importante   sur   le   sujet   fut   soigneusement  
VXSSULPpH SDU OHV DJHQFHV JRXYHUQHPHQWDOHV (Q IDLW O¶Hxplorateur   ne   passa   pas   au-­dessus   du  
pôle   Nord   pour   continuer   ensuite   son   vol   de   2.700   kilomètres   vers   le   sud,   où   il   aurait   alors  
UHQFRQWUpXQWHUULWRLUHSULVGDQVOHVJODFHV$XFRQWUDLUHODWHUUHTX¶LOVXUYRODLWQ¶DYDLWQLJODFHQL
neige,  elle  était  dotpHG¶XQFOLPDWFKDXGHWRQSRXYDLWDSHUFHYRLUGHVIRUrWVGHVPRQWDJQHVGHV
lacs  avec  une  végétation  verte  et  même  des  traces  de  vie  animale.  Cette  nouvelle  terre  inconnue  
VXUYROpH SDU O¶DPLUDO DPpULFDLQ Q¶HVW PHQWLRQQpH VXU DXFXQH FDUWH (W SRXUWDQW HOOe   existe   à  
O¶LQWpULHXUGHO¶RXYHUWXUHSRODLUH  

 
156  
 
Pourquoi  une  découverte  de  cette  importance  fut-­elle  complètement  occultée  "/¶H[SOLFDWLRQHVW
TXH G¶DXWUHV SD\V DOOpFKpV SDU GHV SHUVSHFWLYHV GH FRQTXrWHV DXUDLHQW SX PHWWUH VXU SLHG GHV
expéditions   concurrentes.   Cependant,   maintenant   que   le   secret   a   été   dévoilé   par   Giannini,  
Palmer   HW G¶DXWUHV SOXV ULHQ QH V¶RSSRVH j FH TXH OH SUREOqPH VRLW H[DPLQp DYHF WRXWH
O¶DWWHQWLRQTX¶LOPpULWH  
 
FORMATION  ET  STRUCTURE  DE  LA  TERRE  
 
Arnoldo  de  Azevedo,  dans  sa  Géographie  physique,  écrit  :  
«  Il   y   a   au-­dessous   de   nous   un   véritable   défi   à   la   vanité   et   à   la   compétence   des   hommes   de  
science.  »  
&HODHVWDEVROXPHQWYUDL¬FHMRXURQQ¶DSpQpWUpTXHGHTXHOTXHVNLORPqWUHVjO¶LQWpULHXUGHOD
7HUUH &H TX¶LO \ D DX-­delà,   les   VDYDQWV O¶LJQRUHQW ,OV HQ VRQW UpGXLWV DX[ FRQMHFWXUHV DX[
suppositions.   La   plupart   des   théories   communément   admises   ne   reposent   sur   aucune   base  
scientifique.  &URLUHTX¶LO\DDXFHQWUHGHOD7HUUHXQQR\DXGHIHXHWGHPpWDOHQIXVLRQVHPEOH
étrangemenW SURYHQLU GH OD YLHLOOH LGpH UHOLJLHXVH G¶XQ HQIHU /¶LGpH VFLHQWLILTXH Q¶HVW SDV SOXV
fondée   que   la   croyance   religieuse.   Toutes   deux   sont   de   simples   suppositions   sans   un   iota   de  
SUHXYH/¶LGpHG¶XQIHXFHQWUDOHVWSUREDEOHPHQWQpHGXIDLWTXHSOXVRQV¶Hnfonce  dans  la  Terre,  
plus   la   chaleur   augmente.   Mais   en   déduire   que   cette   augmentation   de   température   se   poursuit  
MXVTX¶DX FHQWUH GH OD 7HUUH QRXV SDUDvW XQH H[WUDSRODWLRQ ELHQ KDVDUGHXVH $XFXQH SUHXYH QH
permet  de  soutenir  ce  point  de  vue.  Il  est  plus  prREDEOHTXHO¶DFFURLVVHPHQWGHODFKDOHXUVHIDLW
VHXOHPHQWMXVTX¶jXQFHUWDLQQLYHDXOjROHVpUXSWLRQVYROFDQLTXHVHWOHVWUHPEOHPHQWVGHWHUUH
WURXYHQWOHXURULJLQHRULJLQHGXHFHUWDLQHPHQWjODSUpVHQFHjFHQLYHDXG¶XQJUDQGQRPEUHGH
substances   radioactives.   Mais,   une   fois   franchie   cette   couche   de   chaleur   maximum,   rien   ne  
V¶RSSRVHjFHTXHO¶RQWURXYHGHV]RQHVSOXVIUDvFKHVHQVHUDSSURFKDQWGXFHQWUHGHOD7HUUH  
 
¬ O¶RULJLQH OD 7HUUH pWDLW XQH ERXOH GH IHX HW GH PpWDO HQ IXVLRQ  ;;   une   partie   de   ces   matières  
incandescentes  resta  en  suspension  au  centre  pour  donner  plus  tard  naissance  à  un  soleil  central,  
tandis  que  la  force  centrifuge,  créée  par  la  rotation  de  la  Terre  sur  son  axe,  poussait  les  matériaux  
solides  vers  la  surface,  où  ils  constituèrent  une  croûte  compacte.  
 
Nota  :   2Q QH SHXW TX¶rWUH IUDSSp SDU OD VLPLOLWXGH GH FH VFKpPD SODQpWDLUH DYHF FHOXL GH WRXWH
FHOOXOH YLYDQWHGRWpHG¶XQQR\DXHQWRXUpGHF\WRSODVPHHWG¶XQSURWRSODVPHH[WHUQHTXLHVWHQ
fait  la  coque  protectrice.  
 
LES  POLES  GEOGR$3+,48(61¶(;,67(173$6  
 
Le   premier   à   avoir   présenté   la   théorie   de   la   Terre   creuse   avec   des   ouvertures   aux   pôles   est  
William  Reed,  auteur  du  livre  Fantôme  des  pôles.  Cet  ouvrage,  publié  en  1906,  fournit  le  premier  
DSSRUWVFLHQWLILTXHVXUODTXHVWLRQHWV¶DSSXLHVXUOHVWpPRLJQDJHVG¶H[SORUDWHXUVDUFWLTXHV  
 
Reed  HVWLPHTXHODFUR€WHWHUUHVWUHDXQHpSDLVVHXUGHNLORPqWUHVHWO¶LQWpULHXUFUHX[XQ
diamètre   de   10.000   kilomètres.   Il   résume   ainsi   sommairement   sa  théorie   révolutionnaire  :   «  La  
Terre  est  cUHXVH/HVS{OHVVLORQJWHPSVFKHUFKpVVRQWGHVIDQW{PHV¬O¶LQWpULHXURQWURXYHGH
vastes  continents,  des  océans,  des  montagnes  et  des  fleuves.  Il  existe  une  vie  végétale  et  animale  

 
157  
dans  ce  nouveau  monde,  qui  est  probablement  peuplé  par  des  races  inconnues  des  habitants  de  la  
surface.  »  
 
Reed  IDLWUHPDUTXHUTXHOD7HUUHQ¶HVWSDVXQHYUDLHVSKqUHPDLVTX¶HOOHHVWDSODWLHDX[S{OHVRX
SOXVSUpFLVpPHQWTX¶HOOHFRPPHQFHjV¶DSODWLU ORUVTX¶RQDSSURFKHGHFHVSRLQWVK\SRWKpWLTXHV
Les  pôles,  en  réalité,  se  trouvent  entre  ciel  et  terre,  au  centre  des  ouvertures  polaires,  et  non  à  la  
surface,   comme   le   supposaient   ceux   qui   ont   cru   les   découvrir.   Reed   O¶DIILUPH   RQ Q¶D SX
découvrir   ni   le   pôle   Nord   ni   le   pôle   Sud   pour   la   bonne   raison   que   la   Terre   est   creuse   à   ces  
endroits  précis.  Quand  les  explorateurs  pensaient  avoir  atteint  le  pôle,  ils  avaient  été  trompés  par  
le   comportement   fantaisiste   de   leur   boussole   en   hautes   latitudes.   Reed   dit   que   ce   fut   le   cas   de  
Peary  et  de  Cook,  TXLQLO¶XQQLO¶DXWUHQ¶DWWHLJQLUHQW  le  pôle  Nord.  
 
Quand  on  arrive  à  70-­ƒGHODWLWXGH1RX6OD7HUUHFRPPHQFHjV¶LQFXUYHUYHUVO¶LQWpULHXU/H
S{OHHVWVLPSOHPHQWOD OLPLWHH[WpULHXUHGHO¶RXYHUWXUHSRODLUH2QSHQVDLWDXWUHIRLVTXH OHS{OH
1RUG PDJQpWLTXH pWDLW XQ SRLQW GDQV O¶DUFKLSHl   Arctique.   Les   explorateurs   soviétiques   ont  
PRQWUp UpFHPPHQW TXH FH Q¶pWDLW SDV XQ SRLQW PDLV XQH OLJQH ORQJXH DSSUR[LPDWLYHPHQW GH
NLORPqWUHV&HSHQGDQWFHWWHOLJQHQ¶HVWSDVGURLWHPDLVFLUFXODLUHHWHOOHGpOLPLWHOHVERUGV
GH O¶RXYHUWXUH SRODLUe.   Quand   un   explorateur   parvient   à   cet   endroit,   il   a   atteint   le   pôle   Nord  
magnétique  et  non  le  pôle  Nord  géographique.  
 
/¶¯895('(0$56+$//%*$5'1(5  
 
Marshall   B.   Gardner,   après   vingt   années   de   recherches   et   de   réflexions,   publia   en   1920   son  
fameux   livre   9R\DJH j O¶LQWpULHXU GH OD 7HUUH ,O Q¶DYDLW SDV HX FRQQDLVVDQFH GH O¶RXYUDJH GH
William   Reed GH VRUWH TX¶LO GpYHORSSD VD WKqVH LQGpSHQGDPPHQW GH FHOOH GH Reed.   La   grande  
contribution   de   Gardner   réside   dans   sa   théorie   du   soleil   central.   Ce   soleil   est   la   cause   de   la  
WHPSpUDWXUH SOXV pOHYpH TX¶RQ WURXYH GDQV O¶RXYHUWXUH SRODLUH &¶HVW OXL DXVVL TXL SURGXLW
O¶DXURUHERUpDOHReedTXLQ¶DYDLWSDV«  vu  »  cet  astre  brillant,  attribuait  ses  effets  à  des  volcans  
en  activité.  Un  soleil  central,  source  de  chaleur  et  de  lumière,  rend  possibles  la  vie  végétale  et  la  
YLH DQLPDOH j O¶LQWpULHXU GH QRWUH JOREH HW DXVVL OD YLH KXPDLQH Reed   croyait   à   cette   vie,   bien  
V€UPDLVLODYDLWGXPDOjO¶H[SOLTXHUFRPSWHWHQXGHVDWKpRULHTXLH[FOXDLWOHVROHLO  
 
Dans  son  livre,  Gardner  fait  appel  à  des  données  astronomiques  pour  prouver  que  non  seulement  
OD 7HUUH PDLV DXVVL WRXWHV OHV SODQqWHV GX V\VWqPH VRODLUH VRQW FUHXVHV j O¶LQWpULHXU HW RQW GHV
VROHLOV FHQWUDX[ HW TX¶HOOHV RQW pWp IRUPpHV j SDUWLU G¶XQH QpEXOHXVH WRXUELOORQQDQWH &¶HVW
toujours  le  même  processus.  
 
/¶RXYUDJH GH Gardner   comporte   quatre   cent   cinquante   pages.   Sa   bibliographie   comporte   une  
FLQTXDQWDLQH GH WLWUHV SUHVTXH WRXV D[pV VXU O¶H[SORUDWLRQ DUFWLTXH &HOD PRQWUH DYHF TXHOOH
FRQVFLHQFH O¶DXWHXU V¶HVW ODQFp   dans   son   entreprise   afin   de   démontrer   que   la   Terre   est   une  
FRTXLOOH FUHXVH GRQW O¶HQYHORSSH H[WpULHXUH PHVXUH HQYLURQ  NLORPqWUHV G¶pSDLVVHXU HW
O¶RXYHUWXUHSRODLUHNLORPqWUHVGHGLDPqWUH  
 

 
158  
 
 
Croquis  montrant  que  la  Terre  est  une  sphère  creuse  avec  des  ouvertures  polaires  et  un  soleil  central.  Les  
OHWWUHVLQGLTXHQWOHVpWDSHVVXFFHVVLYHVG¶XQYR\DJHLPDJLQDLUHjO¶LQWpULHXUGHODSODQqWH/HSRLQW'HVW

 
159  
la   première   vision   de   la   couronne   du   soleil   central.   Au   point   E,   on   peut   voir   complètement   le   soleil  
central  (9R\DJHjO¶LQWpULHXUGHOD7HUUH,  Marshall  B.  Gardner).  
 
DES  PHENOMENES  VRAIMENT  SURPRENANTS  
 
Gardner  pose  le  problème  de  la  façon  suivante  :    
 
«  Comment  les  hommes  de  science  expliquent-­ils  le  fait  que,  lorsque  nous  nous  dirigeons  vers  le  
QRUG LO IDLW GH SOXV HQ SOXV IURLG MXVTX¶j XQ FHUWDLQ SRLQW DX-­delà   duquel   la   température  
commence  tout  à  coup  à  devenir  plus  chaude  ?  Comment  expliquent-­LOVOHIDLWTXHO¶RULJLQHGH
cette   chaleur   ne   se   situe   pas   dans   le   Sud,   PDLV TX¶HOOH HVW FUppH HQ UpDOLWp SDU XQH VpULH GH
FRXUDQWVG¶HDXFKDXGHHWGHYHQWVFKDXGVHQSURYHQDQFHGXQRUG  ?  Faut-­LOGRQFDGPHWWUHTX¶LO\
D XQH PHU OLEUH HW FKDXGH GDQV O¶H[WUrPH 1RUG j O¶HQGURLW PrPH R OHV KRPPHV GH VFLHQFH
V¶DWWHQGHQWjWURXYHU  une  glace  éternelle  ?  
 
Pourquoi   encore   les   explorateurs   ont-­ils   découvert   sur   les   falaises   de   glace   inhospitalières   de  
O¶H[WUrPH QRUG GX SROOHQ URXJH HWIORWWDQWGDQV O¶HDX GHV JUDLQHV GH SODQWHV WURSLFDOHV DORUV
TX¶RQQ¶HQWURXYHSOXVHQUHGHVFHQGDQWvers  le  sud)  ?  Pourquoi  ces  morceaux  de  bois,  pourquoi  
FHV EUDQFKHV G¶DUEUHV FHUWDLQHV SRUWDQW PrPH SDUIRLV GHV ERXUJHRQV QDLVVDQWV  ?   Oui,  
pourquoi  ?    
   
Pourquoi   le   nord   du   Groenland   est-­il   le   plus   grand   habitat   du   moustique,   un   insecte   qui   vit  
normalement  dans  les  régions  chaudes  ?  Comment  a-­t-­LOSXDWWHLQGUHOH*URHQODQGV¶LOYLHQWGX
sud  "2YRQWOHVUHQDUGVHWOHVOLqYUHVTX¶RQDYXVPDUFKDQWYHUVOHQRUG  ?  Et  les  ours  ?  Est-­il  
SRVVLEOHG¶LPDJLQHUTXHGHVDQLPDX[GHFHWWHWDLOOHSXLVVHQWWURXYHUGHTXoi  subsister  dans  un  
désert  de  glace  ?  
 
&RPPHQWOHVKRPPHVGHVFLHQFHV¶H[SOLTXHQW-­ils  que  pratiquement  tous  les  explorateurs  dans  les  
KDXWHV ODWLWXGHV RQW pWp REOLJpV GH UpYLVHU OHXUV WKpRULHV HW MXVTX¶j OHXUV PpWKRGHV GH
navigation  ?  Que  pensent-­ils,  ces  hommes  de  science,  des  passages  du  livre  de  Nansen  montrant  
TXHOHQDYLJDWHXUQRUYpJLHQV¶pWDLWEHOHWELHQSHUGXGDQVODUpJLRQDUFWLTXH  ?    
 
Comment   expliquer   la   migration   de   ces   oiseaux   qui   apparaissent   en   Grande-­Bretagne   et   dans  
G¶DXWUHVSD\VQRUGLTXHVjXQHFHUWDLQHSpULRGHGHO¶DQQpHTX¶RQUHWURXYHGDQVOHVWURSLTXHVj
une  autre  période,  mais  qui  disparaissent  complètement  en  hiver  ?  Il  faudrait  encore  demander  
jO¶pOLWHVFLHQWLILTXHFRPPHQWHOOHH[SOLTXHOHIDLWTXHQL3HDU\QL&RRNQ¶RQWMDPDLVSX  prouver  
TX¶LOVDYDLHQWELHQDWWHLQWOHS{OH1RUG6DQVPHWWUHHQGRXWHODERQQHIRLGHFHVGHX[KRPPHV
Q¶HVW-­LOSDVpYLGHQWTX¶LOVV¶pWDLHQWSHUGXV  ?  Comment  expliquer  autrement  les  divergences  et  les  
contradictions  que  renferme  le  propre  récit  de  Peary  ?    
 
UN  SOLEIL  CENTRAL  EN  SUSPENSION  
 
Mais,  va  se  demander  le  lecteur,  est-­ce  que  la  force  de  gravité  ne  devrait  pas  faire  tomber  dans  le  
YLGH O¶H[SORUDWHXUTXLDUULYHVXU ODSDURL LQWHUQHGH OD7HUUHpWDQWGRQQpHTXHFHWWHIRUFHDWWLUH
toute  chose  vers  le  centre  du  globe  ?    
 

 
160  
4XDQGQRXVVRPPHVVXUODSDURLH[WHUQHGHO¶pFRUFHWHUUHVWUHF¶HVWODPDVVHGHFHWWHpFRUFHTXL
QRXVSODTXHjODVXUIDFH4XDQGQRXVQRXVWURXYRQVVXUODSDURLLQWHUQHF¶HVWODPrPHIRUFHTXL
nous   permet   de   nous   maintenir   solidement   VXU QRV SLHGV 3DU DLOOHXUV O¶pJDOH UpSDUWLWLRQ GH OD
IRUFH GH JUDYLWp WRXW DX ORQJ GH O¶pFRUFH WHUUHVWUH IDLW TXH FH VROHLO FHQWUDO HVW VXVSHQGX j XQ
endroit  précis,  équidistant  de  chaque  partie  de  cette  écorce.  
   
Vingt-­sept   ans   après   que   Gardner   eut   écrLW VRQ OLYUH O¶DPLUDO Byrd   franchissait   en   avion  
O¶RXYHUWXUH SRODLUH HW VXUYRODLW SHQGDQW  NLORPqWUHV XQH WHUUH DX FOLPDW FKDXG FRXYHUWH
G¶DUEUHVGHULYLqUHVHWGHODFVHWGRWpHG¶XQHYLHDQLPDOH  ;;  une  terre  en  tout  point  semblable  à  
FHOOHTX¶DYDLt  décrite  Marshall  B.  Gardner.    
 
81(0(5/,%5('$16/¶(;75(0(125'  
 
Citons   encore   William   Reed  :   «  %HDXFRXS FURLHQW TXH O¶RFpDQ $UFWLTXH HVW XQH pWHQGXH G¶HDX
JHOpH 3RXUWDQW ELHQ TX¶LO FRQWLHQQH GH JUDQGHV PDVVHV GH JODFHV IORWWDQWHV HW GHV LFHEHUJV
M¶DLPHUDLVIRXUQLUDXOHFWHXUODSUHXYHTX¶LOHVWHQUpDOLWpXQHPHUOLEUHIDFLOHPHQWQDYLJDEOHHW
TXHSOXVRQDYDQFHYHUVOHQRUGSOXVODWHPSpUDWXUHV¶pOqYH2XWUHGHVQXDJHVGHSRXVVLqUHHWGH
fumée,  on  a  observé  aussi,  en   hiver,  de  nombreux   brouillards.  Si   la  Terre  était  la  sphère  solide  
TXH O¶RQ GLW VL O¶RFpDQ V¶pWHQGDLW MXVTX¶DX S{OH où   trouverait-­RQ O¶H[SOLFDWLRQ GH FHV
brouillards  ?   ,OV VRQW FDXVpV SDU GH O¶DLU FKDXG   'H O¶DLU FKDXG TXL QH SHXW SURYHQLU TXH GH
O¶LQWpULHXUGHOD7HUUH  »  
 
Kane,  un  H[SORUDWHXUGHO¶$UFWLTXHpFULW  :    
«  &HUWDLQHVREVHUYDWLRQVVHPEOHQWODLVVHUVXSSRVHUTX¶LO\DGHO¶HDXORLQGDQVOHQRUGHWWRXW
DXORQJGHO¶DQQpH/HVFLHOVG¶HDXDVVH]IUpTXHQWVOHVEURXLOODUGVHWFTXHQRXVDYRQVYXVDX
sud-­RXHVWDXFRXUVGHO¶KLver  confirment  le  fait.  
 
Dans  les  récits  des  explorateurs,  de  nombreux  paragraphes  sont  consacrés  à  cette  mer  libre.  Si  
une  telle  mer  existe  dans  la  région  la  plus  septentrionale  du  monde,  peut-­on  trouver  une  raison  
YDODEOHDXIDLWTXHSHUVRQQHQ¶DLWMDPDLs  atteint  le  pôle  ?  Les  hommes  qui  avaient  consacré  tout  
leur  temps,  tous  leurs  efforts  à  cette  tâche,  qui  parfois  même  y  avaient  sacrifié  leur  vie,  étaient  
plus   que   désireux   de   réussir.   Et   pourtant,   étrangement,   ils   échouèrent.   Était-­ce   parce   que   le  
temps   devenait   plus   chaud,   que   la   vie   végétale   et   animale   se   développait   plus   abondamment  ?  
Allons  donc  !  &¶pWDLWWRXWVLPSOHPHQWSDUFHTXHOHS{OHQ¶H[LVWHSDV.  »  
 
Nansen,  qui  fut  probablement  celui  qui  alla  le  plus  loin  dans  le  Nord,  remarque  dans  son  livre  :  
«  $XVVL ORLQ TXH O¶RQ SXLVVH YRLU F¶HVW HQFRUH HW WRXMRXUV OD SOHLQH PHU  ».   Entre   le   6   et   le   21  
VHSWHPEUHLOQHWURXYDSDVODPRLQGUHWUDFHGHJODFHDORUVTX¶LOQDYLJXDLWSOHLQQRUGjXQHWUqV
haute   latitude.   Dans   Le   Dernier   Voyage   du   capitaine   Hall,   nous   lisons  :   «  Nous   ne   nous  
attendions  pas  à  trouver  une  région  aussi  chaude,  dépourvue  de  neige  et  de  glace.  La  vie  animale  
y   était   partout   présente   ±   SKRTXHV RLHV FDQDUGV E°XIV PXVTXpV ODSLQV ORXSV UHQDUGV RXUV
perdrix,  lemmings,  etc.  »  
 
William   Reed   VRXOLJQH TXH EHDXFRXS GH FHV DQLPDX[ TXH O¶RQ WURXYH GDQV O¶H[WUrPH 1RUG
cherchent  à  gagner,  en  hiver,  une  région  plus  tempérée.  Et  comme  la  chaleur  semble  augmenter  

 
161  
en  allant  toujours  plus  loin  dans  le  nord,  leur  instinct  leur  commande  de  prendre  cette  direction,  
TXLOHVPqQHGURLWjO¶LQWpULHXUGHOD7HUUH  
 
UN  ÉDEN  DANS  LE  GRAND  NORD  
 
/¶$UFWLTXHQ¶HVWSDVOHGpVHUWTXHO¶RQFURLW/DYLHSXOOXOHGDQVO¶H[WUrPH1RUGGardner  cite  un  
passage   du   journal   de   Hayes  DORUV TX¶LO VH WURXYDLW j ƒ ¶ GH ODWitude,   au   début   de  
juillet  :  «  -¶DLDWWUDSpXQSDSLOORQDX[DLOHVMDXQHVHWTXLOHFURLUDLWXQPRXVWLTXH  !  Et  puis  aussi  
trois   araignées,   deux   abeilles   et   deux   mouches  » 3XLVTX¶RQ QH WURXYH SDV FHV LQVHFWHV SOXV DX
sud,   Gardner   HQ GpGXLW TX¶LOV YLHQQHQW   GH O¶LQWpULHXU GH OD 7HUUH SDU O¶RXYHUWXUH SRODLUH /HV
observations  de  Hayes  FRQFHUQDQWODSUpVHQFHG¶LQVHFWHVGDQVO¶H[WUrPH1RUGRQWpWpFRQILUPpHV
par   Greely   dans   son   livre  7URLV DQQpHV GH VHUYLFH GDQV O¶$UFWLTXH.   Greely   y   raconte   que   les  
merveilles  GHVUpJLRQVDUFWLTXHVVRQWVLH[WUDRUGLQDLUHVTX¶LODYDLWpWpIRUFpGHPRGLILHUOHVQRWHV
TX¶LODYDLWSULVHVVXUOHYLIGHOHVPLQLPLVHUGHFUDLQWHTX¶RQQHOHVRXSoRQQHG¶H[DJpUDWLRQ  
 
Greely   D UHFHQVp GHV RLVHDX[ G¶HVSqFHV LQFRQQXHV DLQVL TXH GHX[ IOHurs   différentes   de   toutes  
FHOOHVTX¶LOFRQQDLVVDLWVDQVSDUOHUGHVSDSLOORQVHWGHVPRXFKHV,ODWURXYpDXVVLEHDXFRXSGH
bois   de   saule   pour   faire   du   feu.   Gardner   écrit  :   «  Quand   ils   arrivent   aux   environs   de   80°   de  
latitude   N,   les   explorateurs   sont   stupéIDLWV GH YRLU TXH O¶HDX GHYLHQW WRXW j FRXS PRLQV IURLGH
que   des  oiseaux,   des   animaux   émigrent   vers   le   nord   pour   se   nourrir   et   se   reproduire,   alors   que  
logiquement   ils   devraient   descendre   vers   le   sud  ».  Et   à   mesure   que   ces   explorateurs   remontent  
vers   les   KDXWHV ODWLWXGHV LOV UHQFRQWUHQW OHV VLJQHV WURXEODQWV G¶XQH YLH YpJpWDOH HW DQLPDOH GH
plus   en   plus   riche.   %RLV IORWWDQW EUDQFKHV G¶DUEUHV SRUWDQW GHV ERXUJHRQV YHUWV JUDLQHV
WURSLFDOHV«2XLRQDWURXYpWRXWFHODGDQVOHVPHUVDUFWLTXHV  
 
CONCORDANCE  DES  EXPLORATEURS  
 
‡  /¶H[SORUDWHXU  Sverdrup  trouva  des  lièvres  en  si  grand  nombre  aux  environs  de  81°  de  latitude  
1RUGTX¶LODSSHODXQHFULTXHOH«  fjord  du  Lièvre  ».  
,O\DYDLWSDUDLOOHXUVVXIILVDPPHQWGHJLELHUSRXUQRXUULUWRXWHO¶pTXLSHG¶H[SORUDWLRQ  
 
‡  Le   capitaine   Beechy   vit   des  oiseaux   en   si   grande   quantité   sur   la   côte  ouest   du   Spitzberg   que  
O¶HQGURLW UHWHQWLVVDLW GH OHXUV FULV GHSXLV O¶DXEH MXVTX¶DX VRLU /HV SHWLWV SLQJRXLQV pWDLHQW WUqV
nombreux,   serrés   les   uns   contre   les   autres.   Quatre   variétés   GH PRXHWWHV VXUYRODLHQW O¶RFpDQ
environnant,  et  dans  cet  océan  il  y  avait  des  poissons  et  des  animaux  amphibies.  
 
‡  Franklin   aperçut   des   oies   émigrant   vers   le   nord   inconnu   à   une   haute   latitude.   Vers   quelle  
terre  " ,O QRWH TXH DXVVL ORLQ TXH O¶H[SORUDWHXU V¶DYDQFH GDQV O¶H[WUrPH 1RUG LO UHQFRQWUH
WRXMRXUVO¶RXUVSRODLUHGHYDQWOXL&HWRXUVTXLPDUFKHWRXMRXUVYHUVOHQRUGRYD-­t-­il  ?  
 
‡  Le   commandant   McClure   H[SORUD OD WHUUH GH %DQNV HW GpFRXYULW GHV TXDQWLWpV G¶DUEUHV
éparpillés   dans   la   glace.   De   toute   évidence   ils   avaient   été   apportés   là   par   des   courants   en  
provenance   du   nord.   Une   partie   de   ce   bois   était   pétrifié,   mais   il   y   en   avait   aussi   beaucoup  
G¶RULJLQHUpFHQWH  
 

 
162  
 ‡ /H ERLV IORWWDQW WURXYp SDU Nansen   le   long   de   la   côte   du   Groenland   étonna   beaucoup  
O¶H[SORUDWHXUHWLOHQUHSpUDHQFRUHjƒGHODWLWXGH6WXSpILDQWQRQ  ?  
 
Pour  Gardner,  les  témoignages  unanimes  des  explorateurs,  selon  lesquels   «  SOXVRQV¶DYDQFHDX
nord,  plus  il  y  a  de  vie  animale  »VRQWODSUHXYHLQGpQLDEOHTX¶LOH[LVWHGDQVO¶H[WUême  Nord  un  
vaste  lieu  de  refuge  où  toutes  les  bêtes  peuvent  se  nourrir  en  abondance  et  se  reproduire  en  paix.  
&HWWHUpJLRQSULYLOpJLpHHVWDXVVLOHOLHXG¶RULJLQHG¶XQHYLHYpJpWDOHGRQWQRPEUHG¶H[SORUDWHXUV
ont  reconnu  les  traces  :  le  pollen  rouge,  porté  par  des  brises  favorables  et  colorant  les  icebergs  et  
OHVYHUVDQWVGHVJODFLHUVOHVJUDLQHVOHVERXUJHRQVOHVEUDQFKHV«  
 
/(92<$*('¶2/$)-$16(1  
 
8QH H[SpULHQFH LGHQWLTXH G¶XQH YLVLWH j O¶LQWpULHXU GH OD 7HUUH SDU O¶RXYHUWXUH SRODLUH IXW
rapportée   par   le   Norvégien   Olaf   Jansen   et   consignée   dans   le   livre   The   Smoky   God.   Ce   livre,  
pFULWSDUO¶$PpULFDLQ Willis  George  Emerson,  est  fondé  sur  le  récit  que  lui  a  fait  Jansen  de  son  
extraordinaire   voyage.   Le   titre,   «  le   Dieu   qui   fume  »,   se   rapporte   au   soleil   central   situé   dans  
O¶LQWpULHXUFUHX[GHOD7HUUHeWDQWSOXVSHWLWHWPRLQVEULOODQWTXHOHQ{WUHLOGRQQHO¶LPSUHVVLRQ
G¶rWUHEUXPHX[FRPPHHQWRXUpG¶XQQXDJHGHIXPpH  
 
/HOLYUHUHODWHODYpULWDEOHH[SpULHQFHG¶XQ1RUYpJLHQHWGHVRQILOVTXLGDQVOHXUpetit  bateau  de  
pêche,   tentent   avec   un   courage   indomptable   de   trouver   «  OD WHUUH G¶DX-­delà   du   vent   du   nord  »  
dont  ils  ont  entendu  vanter  la  douceur  et  la  beauté.  Une  extraordinaire  tempête  les  projette  dans  
O¶RXYHUWXUHSRODLUHHWLOVVHUHWURXYHQWjO¶LQWprieur  de  la  planète,  où  ils  vont  séjourner  deux  ans,  
SRXU HQVXLWH UHYHQLU SDU O¶RXYHUWXUH RSSRVpH DX S{OH 6XG /j PDOKHXUHXVHPHQW XQ LFHEHUJ
coupe   en   deux   le   bateau.   Le   père   est   tué,   son   fils   est   sauvé   de   justesse.   Mais   il   passera   vingt-­
quatre  années  de  sa  vie  en  prison,  incarcéré  pour  déficience  mentale.  
 
3HUVRQQH Q¶DYDLW FUX j VRQ KLVWRLUH 8QH IRLV UHOkFKp LO VH JDUGD ELHQ G¶HQ UHSDUOHU ,O GHYLQW
pêcheur  pour  gagner  sa  vie.  Au   bout  de  vingt-­VL[DQVD\DQWpFRQRPLVpDVVH]G¶DUJHQWLOSDUWLW
pour  les  États-­8QLVV¶pWDEOLWGDQVO¶,OOLQRLVHWHQVXLWHHQ&DOLIRUQLH,ODYDLWSUqVGHTXDWUH-­vingt-­
GL[DQV ORUVTXHSDUKDVDUGO¶pFULYDLQ Willis  George  Emerson   fit  sa  connaissance  et  devint  son  
ami.  Le  vieillard  lui  raconta  alors  la  fantastique  aventure  de  sa  jeunesse  et  lui  montra  les  cartes  
TX¶LODYDLWGUHVVpHVGHO¶LQWpULHXUGHOD7HUUH,OQ¶DYDLWMDPDLVRVpUHSDUOHUGHFHODGHSHXUTX¶RQ
OHSUHQQHSRXUXQ IRXHWTX¶RQ O¶HQIHUPHGH QRXYHDX0DLV PDLQWHQDQW OD PRUWpWDLWSURFKHHW
puis  Emerson  était  son  ami.    
 
Le  vieillard  mourut  et  le  livre  The  Smoky  God,  racontant  son  étrange  périple,  parut  en  1908.  Il  y  
HVWTXHVWLRQGHVJHQVTXLKDELWHQWO¶LQWpULHXUGHOD7HUUHHWTXHOXL2ODI-DQVHQHWVRQSqUHRQW
rencontrés.   Ces   êtres   vivent   de   quatre   cents   à   huit   cents   ans   et   possèdent   une   science   très  
avancée.  Ils  peuvent  se  transmettre  leurs  pensées   en  utilisant  certains  types  de  radiations,  et  ils  
SRVVqGHQWGHVVRXUFHVG¶pQHUJLHSOXVSXLVVDQWHVTXHO¶pOHFWULFLWp$LQVLFHVHQJLQVDpULHQVTX¶LOV
ont  mis  au  point  ±  et  que  nous  appelons  «  soucoupes  volantes  »  ±  sont  propulsés  par  une  énergie  
VXSpULHXUHWLUpHGHO¶pOHFWURPDJQpWLVPHGHO¶DWPRVSKqUH4XDQWjOHXUVWDWXUHHOOHHVWWRXWDXVVL
remarquable.  Ils  mesurent  entre  3  et  4  mètres  de  haut.  
 
/¶25,*,1('(60$0028THS  

 
163  
 
Marshall  B.  Gardner  affirme  que  les  mammouths  et  autres  animaux  tropicaux  trouvés  gelés  dans  
OHV JODFHV GH O¶$UFWLTXH QH VRQW SDV FRPPH RQ OH VXSSRVH GHV FUpDWXUHV SUpKLVWRULTXHV PDLV
TX¶LOV YLYHQW UpHOOHPHQW j O¶LQWpULHXU GH OD 7HUUH /¶DPLUDO %\Ud   a   donné   une   éclatante  
FRQILUPDWLRQjFHWWHWKpRULH ORUVTX¶LODREVHUYpGHVRQDYLRQXQ PDPPRXWKpYROXDQWDXPLOLHX
GHVEURXVVDLOOHVGXVWXSpILDQWSD\VDJHTX¶LOVXUYRODLWau-­delà  du  pôle.  
 
Selon   Gardner FHV DQLPDX[ TX¶RQ QH WURXYH SOXV j OD VXUIDFH GH OD   Terre   sont   venus   de  
O¶LQWpULHXU WUDQVSRUWpV SDU OHV IOHXYHV HW RQW JHOp GDQV OD JODFH TXL V¶HVW DORUV IRUPpH &HWWH
théorie  semble   vraisemblable,  étant  donné  que   OD JODFHHVWFRQVWLWXpHG¶HDXGRXFHHWTXHFHWWH
eau  douce  ne  peut  provenir  que  des  rivièrHVDUURVDQW O¶LQWpULHXUGH OD7HUUHHWGpERXFKDQWGDQV
O¶RXYHUWXUHSRODLUH  *DUGQHUSDUOHGHWURXSHDX[GHPDPPRXWKVG¶pOpSKDQWVHWG¶DXWUHVDQLPDX[
G¶RULJLQHWURSLFDOHTXLV¶DYHQWXUDQWWURSORLQGDQVOHVUpJLRQVSOXVIURLGHVSURFKHVGHO¶RXYHUWXUH
polaire,  sont  surpris  par   la  chute  brutale  de   la  température,  et  de  ce  fait  condamnés  à  une   mort  
rapide.  
 
Robert   B.   Cook   GLW TX¶RQ D UHWURXYp GDQV OHV GpS{WV JODFLDLUHV GX 1RUG QRQ VHXOHPHQW GHV
mammouths,  mais  aussi  des  rhinocéros,  des  rennes,  des  hippopotames,  des  lions  et  des  hyènes.  Il  
explique   que   ces   bêtes,   incapables   de   supporter   un   climat   aussi   rude,   vivaient   il   y   a   des  
millénaires,  lorsque  régnait  dans  la  région  polaire  une  température  tropicale.  Mais   Gardner,  lui,  
Q¶HVWSDVGHFHWDYLV,OPDLQWLHQWTXH  FHVDQLPDX[YLYHQWDFWXHOOHPHQWjO¶LQWpULHXUGHOD7HUUH
et  il  avance  la  raison  suivante  :  «  Les  lions  et  les  hyènes  appartiennent  à  des  espèces  récentes  ».  
 
UNE  OASIS  AU  POLE  SUD  AUSSI  
 
En   février   1947,  jSHXSUqVjO¶pSRTXHR O¶DPLUDO%\UG  accomplissait  son  vol   mémorable  au-­
GHOj GX S{OH 1RUG XQH LPSRUWDQWH GpFRXYHUWH IXW IDLWH GDQV O¶$QWDUFWLTXH FHOOH GH O¶oasis   de  
Bunger.   Le   capitaine   David   Bunger   pWDLW DX[ FRPPDQGHV G¶XQ GHV VL[ JUDQGV DSSDUHLOV GH
transport  utilisés  par  la  marine  américaine  pour  «  l¶Opération  High  Jump  »  (1946-­1947).  Il  avait  
quitté   la   base   de   Shackleton,   près   de   la   côte   de   la   Reine-­Marie,   dans   la   terre   de   Wilkes,   et   il  
YRODLWYHUVO¶LQWpULHXUGXFRQWLQHQWDUFWLTXHORUVTXHjHQYLURQ  kilomètres  du  littoral,  il  aperçut  
une  région  sans  glace,  avec  des  lacs.  Ces  lacs  étaient  de  différentes  couleurs.  Cela  allait  du  rouge  
sombre  au  bleu  profond,  en  passant  par  le  vert.  Ils  avaient  tous  plus  de  4  kilomètres  de  longueur.  
/¶HDXpWDLWSOXVFKDXGHTXHGDQVO¶RFpDQ%XQJHUSXWOHYpULILHUHQSRVDQWVRQK\GUDYLRQVXUO¶XQ
GHFHVODFV/DJUqYHpWDLWHQSHQWHGRXFH/¶RDVLVUHSUpVHQWDLWJURVVLqUHPHQWXQFDUUp$X-­delà,  
F¶pWDLWXQHpWHQGXHVDQVILQGHQHLJHpWHUQHOOHHWGHJODFH  
 
'LUHTXHFHODUpVXOWHG¶XQHDFWLYLWpYROFDQLTXHQ¶HVWSDVXQHUéponse  satisfaisante.  Ce  territoire  
VDQVJODFHUHSUpVHQWHXQHVXUIDFHG¶HQYLURQNLORPqWUHVFDUUpVpWHQGXHWURSLPSRUWDQWHSRXU
être  affectée  par  une  source  de  chaleur  volcanique.  Les  courants  de  vent  chaud  en  provenance  de  
O¶LQWpULHXUGHOD7HUUHVRQW  une  meilleure  explication.    
 
Ainsi,   Byrd   GDQV O¶$UFWLTXH HW Bunger   GDQV O¶$QWDUFWLTXH RQW GpFRXYHUW j SHX SUqV j OD PrPH
pSRTXH GHV UpJLRQV EpQpILFLDQW G¶XQH WHPSpUDWXUH SUHVTXH FKDXGH 0DLV LOV Q¶RQW SDV pWp OHV
seuls.   En   1960,   un   journal   de   Toronto,   le   Globe   and   Mail SXEOLDLW XQH SKRWR G¶XQH YDOOpH
verdoyante   prise   par   un   aviateur   dans   la   région   arctique.   Évidemment,   le   pilote   avait   pris   ce  

 
164  
FOLFKp HQ YRO HW Q¶DYDLW SDV FKHUFKp j DWWHUULU &¶pWDLW XQH EHOOH YDOOpH DYHF GHV FROOLQHV YHUWHV
appartenant  certainement  à  ce  même  territoire  que  Byrd  avait  visité  au-­delà  du  pôle.  
 
Source  :  La  Terre  creuse,  de  Raymond  Bernard  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

26  
/¶(;3e5,(1&('(3+,/$'(/3+,(  
/HVUpYpODWLRQVG¶$OIUHG%LHOHN  
 
 
 
En   1991,   est   paru   un   livre   de   Brad   Steiger   VXU O¶H[SpULHQFH   de   Philadelphie,   édité   avant   le  
SUHPLHU OLYUHGH 0RQWDXN0DLVFH OLYUH IXWWUqVYLWHpSXLVp,OHVW LQWpUHVVDQWjSOXVG¶XQWLWUH
PDLVVXUWRXWSDUFHTX¶LOUDSSRUWHODSUHPLqUHLQWHUYLHZGLUHFWHHQWH[WHpFULWG¶$OIUHG%LHOHN.  
 
Rappelons  avant  toute  chose  que  Bielek  Q¶DpFULWDXFXQOLYUHQLDXFXQDUWLFOHOXL-­même.  Dès  que  
VHV VRXYHQLUV VRQW UHYHQXV LO HVW SDVVp j OD WpOp SRXU GpFODUHU TX¶LO IHUDLW XQH FRQIpUHQFH VXU
O¶H[SpULHQFH GH 3KLODGHOSKLH &HWWH FRQIpUHQFH HXW OLHX HQ VHSWHPEUH  6XLYLH SDU Ge  
QRPEUHXVHVSHUVRQQHVHOOHVHPEODLWrWUHOHPHLOOHXUPR\HQGHGLYXOJDWLRQGHO¶LQIRUPDWLRQVDQV
que   quiconque   puisse   empêcher,   menacer   ni   supprimer   Bielek.   6L O¶KRPPH DYDLW HX XQ
«  accident  »   j OD VXLWH GH VRQ UpFLW WRXV FHX[ TXL O¶HQWHQGLUHQW HQ DXUDLent   conclu   que   son  
PHVVDJHpWDLWYUDLHWTX¶LOJrQDLWFHUWDLQHVSHUVRQQHV  
 
LE  RECIT  DE  BIELEK  
 
Nikola  Tesla  DUHMRLQWO¶,QVWLWXWGH3ULQFHWRQjODILQGHVDQQpHV,OIXWHQU{OpGDQVSOXVLHXUV
projets,  dont  celui  de  Philadelphie.  En  septembre  1940,  nous  avons  appliqué  les  bobines  Tesla  et  
le  générateur  sur  une  mine   «  de  balayage  »  et  elle  a  réellement  disparu.  Aussitôt,  la  Navy  a  été  
intéressée.   Rappelez-­YRXV« 1RXV Q¶pWLRQV SDV HQFRUH HQ JXHUUH PDLV QRXV VDYLRQV TXH OHV
sous-­marins  allemands  avaient  comme  objectif  de  détruire  nos  bateaux.  Il   fallait  essayer  de   les  
UHQGUHLQYLVLEOHVDXVVLELHQjO¶°LOQXTX¶DXUDGDU5RRVHYHOWYHQDLWGHOD1DY\HWLOUDVVHPEODXQ
EXGJHWQRLUSRXUVRQFRUSVG¶DUPpHIDYRUL$SUqVFHWWHGpPRQVWUDWLRQUpXVVLHPRQIUqUHHW moi  
avons  été  envoyés  en  service  commandé  sur  le  bateau,  le  Pennsylvania.  
 

 
165  
TeslaXQMRXUIURLGGHPDUVIXWFRQWUDLQWGHIDLUHXQHVVDLVXUO¶LQYLVLELOLWpG¶XQEDWHDXGH
guerre   avec   son   équipage,   malgré   ses   mises   en   garde   sur   la   dangerosité   du   projet /¶RSpUDWLRQ
pFKRXD -H VXLV V€U TX¶LO DYDLW OXL-­PrPH VDERWp OHWUDYDLO« ,O DEDQGRQQD OH SURMHW HW GL[ PRLV
SOXVWDUGOHMDQYLHURQOHUHWURXYDPRUWGDQVVDFKDPEUHG¶K{WHOj1HZ<RUN  
 
Duncan   et   moi   étions   très   concernés   car   nous   faisions   partie   de   cet   équipage.   Von   Neumann  
GHYLQW OHFKHIGXSURMHW5DLQERZ VXUO¶LQYLVLELOLWp ,O ILWFRQVWUXLUHXQHWRXUHOOHVXU OHSRQWGH
O¶(OGULGJH HW SDUYLQW j SODFHU OHV GHX[ pQRUPHV JpQpUDWHXUV GDQV OD FDOH HW XQH DQWHQQH VXU OD
tour.  Un  autre  générateur,  plDFpVXUOHSRQWGRQQDLWO¶pOHFWULFLWpjERUG  
 
8QHSUHPLqUHH[SpULHQFHHXWOLHXOHMXLOOHWHWO¶(OGULGJHGHYLQWLQYLVLEOHjODYXHHWDXUDGDU
$YHFPRQIUqUHM¶pWDLVGDQVODFDOHHWQRXVI€PHVpSDUJQpV0DLVO¶HQVHPEOHGHO¶pTXLSDJHpWDLW
devenu   fou   TXDQG OH EDWHDX UpDSSDUXW YLQJW PLQXWHV SOXV WDUG 0DOJUp FHOD RQ QRXV GLW TX¶RQ
DOODLWUHIDLUHXQQRXYHOHVVDLOHPRLVG¶DSUqVPDLVDYHFXQVHXOREMHFWLI  O¶LQYLVLELOLWpUDGDU/H
bateau   ne   fut   invisible   que   soixante   à   soixante-­dix   secondes,   et   ce   fut   le   désastre   que   vous  
connaissez.  Mon  frère  et  moi  fûmes  sauvés,  semble-­t-­il,  parce  que  nous  étions  cette  fois  encore  
dans  la  cale.  Mais,  alors  que  le  générateur  Tesla  «  0  time  »  (pour  se  brancher  sur  le  temps  0  de  la  
galaxie)  devait  garantir  une  expérience  VDQVSUREOqPHSRXUOHVKRPPHVXQHSDUWLHGHO¶pTXLSDJH
IXW GpVLQWpJUpH HW UHPDWpULDOLVpH 8QH EUqFKH V¶pWDLW RXYHUWH GDQV O¶K\SHUHVSDFH 2U FHOD QH
VHUDLWSDVDUULYpVLQRXVDYLRQVH[pFXWpOD PDQ°XYUH ODYHLOOHRXOH OHQGHPDLQ&HWWHGDWHQRXV
avait  été  VXJJpUpHSDUOHV(7TXLVDYDLHQWWUqVELHQTX¶LOV¶DJLVVDLWG¶XQHGDWHFOpGXELRU\WKPH
GH OD 7HUUH $X GpEXW M¶DL FUX j XQH FRQVpTXHQFH PDOKHXUHXVH GH O¶H[SpULHQFH PDLV MH VXLV
persuadé   maintenant   que   les   E.T.   nous   ont   bernés.   Ils   voulaient   ouvrir   cette   brèche,   pour  
SHUPHWWUHOHXULQYDVLRQVXU7HUUHjJUDQGHpFKHOOH«  
 
4XDQG OHV KRPPHV UHYLQUHQW VXU OH EDWHDX TXDWUH pWDLHQW LQWpJUpV GDQV OHV FORLVRQV G¶DFLHU GX
QDYLUH FHUWDLQV GXUHQW rWUH LQFLQpUpV LPPpGLDWHPHQW G¶DXWUHV pWDLHQW IRXV 6HXOV FHX[ Tui  
avaient  été  protégés  par  des   murs  épais  ou  qui  étaient  dans   la  cale   furent  à  peu  près  indemnes.  
/¶H[SpULHQFH IXW FODVVLILpH DX PrPH WLWUH TXH OD ERPEH DWRPLTXH 2Q GpWUXLVLW WRXWH DOOXVLRQ j
O¶DIIDLUHGDQVOHVGRVVLHUVGHOD1DY\/HVKRPPHVIXUHQWJDUGés  dans  des  endroits  protégés,  de  
PDQLqUHTX¶LOVQHSDUOHQWSDV8QHH[SpULHQFHVDQVpTXLSDJHIXWjQRXYHDXIDLWHOHRFWREUH/H
bateau  disparut,  mais  quand  il  revient  il  était  allégé  de  la  moitié  de  son  équipement.  Personne  ne  
savait  où  ces  appareils  sHWURXYDLHQW«  
 
Le  gouvernement  en  eut  assez  de  ces  expériences.  En  1947  et  1948,  Von  Neumann  réussit,  avec  
un   système   aéroporté,   léger   et   plus   rudimentaire   mais   efficace,   à   faire   disparaître   un   avion   des  
écrans   radars.   Le   pilote   sembla   ne   pas   être   affecté.   Il   fut   cependant   surveillé   dans   un   hôpital  
SHQGDQW XQ DQ /¶DQQpH VXLYDQWH LO UHSULW VRQ VHUYLFH HW DX FRXUV G¶XQ YRO G¶HVVDL DYHF XQ
compagnon,  il  disparut  brusquement  du  cockpit  devant  les  yeux  horrifiés  du  coéquipier.  Comme  
ce  dernier  ne  savait  pas  pLORWHUO¶DYLRQV¶pFUDVDHQIODPPHV'DQVOHVGpFRPEUHVRQQHWURXYD
aucune  trace  ni  du  pilote  ni  de  son  compagnon.  
 
3RXUWDQWHQOHVHVVDLVVXUO¶LQYLVLELOLWpUHSULUHQWGHSOXVEHOOH,O\HXWGHVWUR\HUVTXL
non   seulement   disparurent,   mais   se   dpPDWpULDOLVqUHQW HQ PrPH WHPSV TX¶LOV DJUDQGLVVDLHQW OH
WURXGDQVO¶HVSDFH-­temps.  Mon  frère  avait-­il  un  temps  de  référence  personnel  en  phase  avec  celui  
de   la   Terre  ?   Je   ne   sais   pas   0DLV LO UHSDUWLW VSRQWDQpPHQW HQ  j SOXVLHXUV UHSULVHV« 6RQ

 
166  
corps   physique   se   mit   à   vieillir   brusquement   et   il   mourut   en   trois   jours,   complètement   usé  
FKDTXHKHXUHLOYLHLOOLVVDLWG¶XQDQ   
 
Vous   ne   me   croirez   peut-­être   pas,   mais   la   CIA   et   la   NSA   connaissent   des   techniques  
bouleversantes  qui  permettent  de  capter  les   empreintes  génétique  et  psychique  des   individus   et  
GH OHV LQWURGXLUH GDQV G¶DXWUHV FRUSV SK\VLTXHV« 3RXU GHV UDLVRQV TXH MH QH SHX[ SDV YRXV
H[SOLTXHUQL PRL QL PRQ IUqUHQHSRXYLRQVGLVSDUDvWUH«0DOJUpXQ LQWHQVH ODYDJHGHFHUYHDX
M¶DL FRPPHQFp j P¶HQ VRXYHQLU TXDQG M¶DL YLVLWp 0RQWDXN HQ  HW VXUWRXW HQ  ORUVTXH
M¶DLYXOHILOP7KH3KLODGHOSKLD([SHULPHQW-¶DLDORUVGpFLGpGHFRQVDFUHUPDYLHjUHWURXYHUGHV
personnes  qui  y  ont  participé,  des  documents,  des  preuves  tangibles  de  ces  événements.  
 
LE  TRAITE  DU  PRESIDENT  ROOSEVELT  AVEC  LES  E.T.  
 
/¶H[SpULHQFH GH 3KLODGHOSKLH D pWp SURJUDPPpH HQWLqUHPHQW SDU XQ JURXSH G¶(7 TXH QRXV
appelons  les  K.  Ce  ne  sont  ni  des  Gris  ni  des  Reptiliens.  Ils  rencontrèrent  le  Président  en  1934,  et  
un  traité  fut  signé  en  plein  Pacifique,  à  bord  du  Pennsylvania«  
 
Ces   E.T.   ressemblent   aux   Terriens.   Ils   ont   la   peau   légèrement   verdâtre   mais   blanchissent   leur  
épiderme   pour   masquer   cette   anomalie.   Avec   le   traité,   ils   nous   donnaient   de   la   technologie   en  
échange  de  certains  privilèges  planétaires.  
 
Nicola   Tesla   était   en   contact   avec   des   Pléiadiens   depuis   la   fin   des   années   1920.   Il   arrangea   la  
première   rencontre   entre   eux   et   le   Président   Roosevelt 0DLV OHV pFKDQJHV Q¶DERXWLUHQW SDV
&¶HVW HQVXLWH TXH O¶DFFRUG VH ILW DYHF OHV .« 1Rs   sciences   progressèrent   rapidement   pendant  
toutes   ces   années,   grâce   à   ce   soutien   extraterrestre.   Ils   découvrirent   rapidement   les   biorythmes  
GHOD7HUUHTXHQRXVQ¶DYRQVGpFRXYHUWVTXHSOXVWDUGHQ  
 
LE  CONSEIL  INTERPLANETAIRE  
 
À  partir  de  1984,  les  membres  des  diverses  agences  secrètes  du  gouvernement  comprirent  leur  
WHUULEOHHUUHXU$XFXQHHVSqFHG¶(7DYHFTXL LOVDYDLHQWWUDLWpQHYRXODLW OHELHQGHV7HUULHQV
Chacune   travaillait   plus   ou   moins   pour   son   propre   profit.   Les   manipulations   génétiques  
V¶LQWHQVLILDLHQW HW RQ Q¶DYDLW SOXV DXFXQ FRQWU{OH VXU OHV RSpUDWLRQV GHV (7 &HSHQGDQW RQ
V¶DSHUoXWTX¶LO H[LVWDLWXQJURXSHWUqVDYDQFp PRUDOHPHQWHWVSLULWXHOOHPHQWTXLpWDLW LQWHUYHQX
au   coup   par   coup,   chaque   fois   que   la   Terre   était   en   danger   réel.   ,O V¶DSSHOOH OH   Groupe  
interplanétaire   galactique.   Celui-­FL V¶LQGLJQDLW GH FHWWH PDVVLYH LQYDVLRQ GH OD 7HUUH HW GH
O¶H[SORLWDWLRQpKRQWpHGRQWpWDLWYLFWLPHODSRSXODWLRQWHUUHVWUHDXQLYHDXVH[XHO  
 
,O \ D GHV PLOOpQDLUHV XQ JURXSH G¶(7 pYROXpV DYDLW   donné   carte   blanche   aux   Reptiliens   pour  
LQWHUIpUHU GDQV O¶pYROXWLRQ ELRORJLTXH HW WHFKQRORJLTXH GH QRWUH SODQqWH HW PHQHU GHV
expérimentations   variées   sur   la   population   terrestre.   Cependant,   la   mise   en   condition   des  
cerveaux   humains,   le   contrôle   de   leur   pensée   et   les   manipulations   génétiques   à   grande   échelle  
GHYLHQQHQWGDQJHUHXVHVSRXUO¶HVSqFH  
 

 
167  
«  -¶HVSqUHGLW%LHOHNTXHFHWWHIpGpUDWLRQLQWHUYLHQGUDVXIILVDPPHQWW{WHWTXHOHVUHVSRQVDEOHV
de   nos   malheurs   reconnaîtront   publiquement   leurs   erreurs   et   orienteront   différemment   leurs  
SURMHWVSRXUO¶DYHQLUGHOD7HUUH  »  
 
Traduction  de  Geneviève  Vanquelef  
 
Note  de  Geneviève  Vanquelef  :    
La  vérité  finira-­t-­elle  par  se  faire  jour  lorsque  tous  les  individus  impliqués  dans  cette  histoire  ne  
seront   plus   de   ce   monde  ?   Ou   ne   sera-­t-­elle   jamais   connue   que   par   ces   quelques   confessions  
individuelles   éparses,   que   nous   ne   pourrons   jamais   vérifier   intégralement  ?   Les   E.T.  
compatissants   passeront-­ils   outre   nos   bêtises,   notre   égoïsme,   nos   refus   de   savoir,   nos   lâchetés  
devaQWODPDQLSXODWLRQGXFHUYHDXTX¶RQQRXVLPSRVHjJUDQGHpFKHOOHQRVGpUREDGHVGHYDQWOHV
pouvoirs  économiques,  politiques,  financiers  et  autres  ?  Je  ne  sais  pas,  mais  nous  pouvons  peut-­
rWUHHVVD\HUGHUpDJLUWRXVHQVHPEOHHWDLQVLHVSpUHUO¶DLGHGHFHVrWUHVSXLVVDQWV«  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

27  
RETROUVAILLES  POST  MORTEM  
 
 
Fils   de   soldat   et   militaire   de   carrière,   David   Morehouse   D XQ GRFWRUDW G¶DUW PLOLWDLUH HW GH
VFLHQFHGH O¶8QLYHUVLWpGH/DVDOOH3DUYHQXjXQKDXWJUDGHLOV¶RULHQWDDSUqVXQHEOHVVXUHj OD
tête   GDQV XQH DXWUH GLUHFWLRQ HW V¶HQJDJHD GDQV 6WDUJDWH HQ  TXL GpSHQGDLW j OD IRLV GH OD
CIA  et  de  la  NSA,  et  qui  était  basée  à  Fort  Meade  (Maryland).  Il  avait  trente-­quatre  ans.  
Dans   la  préface  de  son   livre   Psychic   Warrior,   il   nous  raconte  une  histoire   peu  banale  qui   nous  
GRQQHTXHOTXHVGpWDLOVG¶XQHSDUWVXUODWHFKQLTXHHPSOR\pHHWG¶DXWUHSDUWVXUXQPRQGHWUqV
spécial.  
 
PREPARATION  SPECIALE  
 
1RXV pWLRQV HQ  M¶pWDLV GHSXLV WURLV PRLV GDQV OH VHUYLFH HW M¶DYDLV GpMj H[SpULPHQWp GH
nombreux  exeUFLFHVTXL PH IDLVDLHQWGRXWHUGHFHTXH M¶pWDLVUpHOOHPHQW-H IDLVDLVSDUWLHG¶XQ
JURXSH HW G¶XQ HQWUDvQHPHQW GHV SOXV KDXWHPHQW FODVVLILpV GX SD\V &¶pWDLW OH SURJUDPPH
G¶HVSLRQQDJH OH SOXV LQFUR\DEOH TXH YRXV SXLVVLH] LPDJLQHU 6HXOV TXHOTXHV PHPEUHV du  

 
168  
domaine   de   la   Défense   savaient   exactement   ce   que   nous   faisions.   Nous   étions   seulement   huit  
personnes,   toutes   munies   de   capacités   psy,   et   nous   étions   considérés   par   les   autres   militaires  
comme   des   êtres   démoniaques.   Cependant,   mes   premiers   succès   me   faisDLHQW SODLVLU HW M¶DYDLV
hâte  de  progresser.  
 
Bill  Levy  était  le  chef  de  la  mission,  le  directeur  de  Stargate,  un  homme  à  la  peau  olive  avec  des  
FKHYHX[ HW GHV \HX[ QRLUV 6RQ UHJDUG pWDLW VL LQWHQVH TX¶RQ QH SRXYDLW OH TXLWWHU ,O pWDLW
intolérant,  mais  aYHFGHVF{WpVDWWDFKDQWV-¶HQWUDLGDQVVRQEXUHDX  
-­  9RXVGpVLUH]PHYRLU«  ?  
Sans  quitter  ses  papiers  des  yeux,  il  répondit  :  
-­  2XLM¶DLO¶LQWHQWLRQG¶DFFpOpUHUYRWUHHQWUDvQHPHQWHWGHSDVVHUOHSOXVYLWHSRVVLEOHjO¶pWDSH
4.  Nous  avons  perdu  un  voyant  il  y  a  une  semaine  et  je  désire  que  vous  preniez  sa  place.  
-­  &¶HVWPHUYHLOOHX[M¶DLPHUDLVDYDQFHUOHSOXVYLWHSRVVLEOHFDUMHWURXYHFHWUDYDLOIDVFLQDQW  
-­  Bien,  avez-­vous  une  question  ?  
-¶pWDLV VXUSULV /HV LGpHV V¶HQWUHFKRTXDLHQW GDQV PD WrWH 7RXW j   coup   un   visage   traversa   mon  
esprit.  
-­  Oui,  dis-­MHLO\DTXHOTXHFKRVHTXHM¶DLPHUDLVpFODLUFLU-HQ¶DLPHSDVHQSDUOHUSDUFHTXHF¶HVW
SHUVRQQHOPDLVF¶HVWLPSRUWDQWSRXUPRL  
 
MYSTERE  SUR  LA  DISPARITION  DE  MON  MEILLEUR  AMI  
 
Bill  Levy  ne  répondit  pas  HWIL[DOHPXUGHUULqUHPRL-HPHODQoDLjO¶HDX  :  
-­  -¶DYDLVXQDPLDX3DQDPi&¶pWDLWFRPPHXQIUqUH1RXVSDUWDJLRQVODPrPHFKDPEUH,OpWDLW
SLORWHHWXQMRXUDYHFGHX[DXWUHVKRPPHVLOWRPEDHQWUHO¶eTXDWHXUHWOD&RORPELH,OVQHVRQW
jamais  revenus  de  leur  mission.  On  ne  les  a  jamais  retrouvés.  Son  nom  était  Mike  Foley.  Nous  
IDLVLRQVWRXWHQVHPEOH-HQ¶DLMDPDLVSXOXLGLUHDXUHYRLU-¶DLDLGpVDIHPPH6KDURQ  jSDUWLU«
Il  me  semble  vivre  un  cauchemar  et  cela  dure  depuis  huit  ans.  
Levy  sauta  sur  le  mot  «  cauchemar  ».  Il  croisa  les  doigts  et  me  fixa  :  
-­  Vient-­il  à  vous  dans  ce  cauchemar  ?  
-­  Oui,  parfois.  
-­  Comment  ?  Dites-­moi  tout  sur  ce  cauchemar.  
-­  -HQHVDLVSDV&HQ¶HVWQLKRUULEOHQLPRUELGH«,OHVWOjMHOHYRLV,OQHGLWULHQ,OPHUHJDUde  
seulement.  
0RQF°XUEDWWDLWGDQVPDSRLWULQHjFHWWHpYRFDWLRQHWMHIXVDXERUGGHVODUPHV  
-­  Je  suis  désolé,  dis-­je,  MHQHVXLVSDVpPRWLIPDLV«  
-­  6DFKH]TXHFHTXLYRXVHVWOHSOXVQpFHVVDLUHHVWG¶DSSUHQGUHjUHVWHUXQREVHUYDWHXUQHXWUH
ainsi  échapperez-­vous  aux  émotions.  Vous  les  ressentirez  toujours,  mais  vous  les  comprendrez  
sans  vous  appesantir  sur  elles.  Vous  vivrez  plus  sainement,  sans  angoisse  et  sans  chagrin.  Peu  
à  peu  vous  acquerrez  la  sagesse  pour  vous  permettre  de  survivre.  
Il  resta  un  bref  instant  silencieux,  puis  reprit  :  
-­  Dites-­P¶HQSOXVVXUYRWUHDPL)ROH\  
-­  Je   ne   sais   pas   grand-­FKRVH -¶pWDLV DLGH GH FDPS GX JpQpUDO %« j FHWWH pSRTXH HW QRXV
IDLVLRQVGHVH[HUFLFHVG¶HQWUDvQHPHQWORUVTXHF¶HVWDUULYp/HJpQpUDOpWDLWHQWUDLQGH  préparer  
XQHRSpUDWLRQWDFWLTXHTXDQGOHFRPPDQGDQWGXEDWDLOORQG¶DYLDWLRQHVWHQWUpGDQVODSLqFH,O
OXLDSDUOpHQDSDUWpHWOHJpQpUDOHVWVRUWL-HO¶DLVXLYLHWOXLDLGHPDQGpVL)ROH\DOODLWELHQ/H
JpQpUDO P¶D UHJDUGp pWUDQJHPHQW ,O P¶D TXHVWLRQQp SRXU VDYRLU TXL DYDLW SDUOp -¶DL

 
169  
répondu  «  personne  »0DLVMHVHQWDLVTXH0LNHDOODLWPDO,OV¶HVWIDLWXQSHXSULHUSXLVLOP¶D
DYRXp TXH O¶KpOLFRSWqUH GH 0LNH V¶pWDLW SHUGX GDQV OHV PRQWDJQHV HW TXH SRXU O¶LQVWDQW RQ
Q¶DYDLWUHWURXYpQLO¶DSSDUHLOQLOHVWURLVKRPPHVG¶pTXLSDJH&¶HVWWRXWFHTX¶LOP¶DGLW  
-­  Comment  sont  les  cauchemars  ?  Dites-­moi  comment  Foley  vous  rend  visite.  
-­  %RQFRPPHMHYRXVO¶DLGLWLOHVWWUqVWUDQTXLOOHFRPPHV¶LOYRXODLWPHUpFRQIRUWHU6DIHPPH
6KDURQP¶DGLWTX¶LO  allait  la  voir  aussi.  
-­  4XDQGFHODV¶HVW-­il  passé  ?  
-­  ,ODGLVSDUXHQ/DGHUQLqUHFKRVHTX¶LODGLWHjODUDGLRF¶HVW  :  «  $WWHQGVXQHPLQXWHM¶DL
XQSUREOqPH«  »  et  un  grand  bruit  a  suivi.  Ils  ont  fait  de  nombreuses  recherches,  sans  résultat.  
-­  Attendez-­moi  ici.  
Il  se  leva  et,  cinq  minutes  plus  tard,  il  revint  avec  une  liasse  de  papiers  dans  la  main.  
-­  Je  crois  que  vous  allez  être  intéressé.  Lisez  cela  attentivement  et  nous  en  reparlerons  après  le  
repas  de  midi.  
 
RAPPORT  SUR  UN  CRASH    
 
Je  retournai  à  mon  bureau  et  commençai  à  lire.  Il  y  avait  vingt-­huit  feuillets,  dont  la  première  et  
la  dernière  page  étaient  rayés  de   «  TOP  SECRET  »,  PROJET  «  GRILL  FLAME  ».  Il   y  avait   là  
tout  un  dossier  comprenant  des  copies  de  messages  télétypés,  des  cartes,  des  rapports  de  position  
GH O¶KpOLFRSWqUH DYDQW OH FUDVK HWF (QILQ MH WRPEDL VXU FH TXH Levy   désirait   que   je   lise  :   le  
résultat   de   huit   ans   de   dossiers   de   voyance   commencés   quelques   heures   après   la   disparition.  
Vingt-­huit   séances   avaient   été   conduites   par   cinq   médiums   différents.   Chacun   décrivait  
O¶DFFLGHQWHQGpWDLOHWWRXVOHVUpFLWVFRQFRUGDLHQW  ODTXHXHGHO¶KpOLFRSWqUHV¶pWDLWPLVHHQYULOOH
HW O¶DSSDUHLO DYDLW SORQJp GDQV OD MXQJOH &KDFXQ VHPEODLW DYRLU pWp VXU OHV OLHX[ HW GpFULYDLW
même   ce   que   les   memEUHV G¶pTXLSDJH YR\DLHQW RX UHVVHQWDLHQW &¶pWDLW IDQWDVWLTXH  !   Deux   des  
voyants  avaient  signalé  que  Mike  regardait,  désolé,  son  coéquipier  Scuttor  pMHFWpGHO¶DSSDUHLOHW
V¶pFUDVDQWPqWUHVSOXVEDVDXVRO/XLpWDLWWRPEpOHGHUQLHU,O\DYDLWGHQRPEUeux  dessins  si  
SUpFLVTX¶LOVUHVVHPEODLHQWjGHVSKRWRV  
Je  pressai  mon  mouchoir  sur  mes  yeux  en  larmes  et  continuai  de  lire.  
 
-­  %RQFHQ¶HVWSDVSRXUYRXORLUWHFRQVROHUDYDQoD0HOPRQLQVWUXFWHXU  mais  je  sais  quelque  
chose  sur  sa  mort  LOQ¶DSDVVRuffert,  il  était  confus  mais  il  est  mort  sur  le  coup.  
-­  Pourquoi  les  équipes  de  recherche  ne  les  ont-­elles  pas  trouvés  ?  Vos  dessins  sont  si  précis.  Où  
était  le  problème  ?  
-­  /H WHUUDLQ« O¶HDX«  O¶eTXDWHXU« 1RXV Q¶pWLRQV SDV YUDLPHQW LQYLWpV j SDUWLFLSHU j Fe  
VFpQDULR 1RXV DOOLRQV VXU OHXUV ERUGpHV 1RXV QH IDLVRQV SDV SDUWLH GH O¶DUPpH HW RQ VH
PpILDLWGHQRXV4XDQGRQIXWFHUWDLQVTXHO¶KpOLFRpWDLWSHUGXRQQ¶HVVD\DSOXVGHUHWURXYHU
les  corps.  
-­  Pourquoi  ne  pouviez-­vous  pas  accompagner  les  recherches  sur  le  terrain  ?  
-­  3DUFHTXHF¶pWDLWODJXHUUHHWTXHQRXVQ¶pWLRQVSDVGHVPLOLWDLUHVGRQFLQWHUGLWVVXUXQVRO
étranger.  
-­  Je  ne  comprends  pas,  Mel.  
-­  Tu  ne  peux  pas  comprendre  !  
-¶pWDLVDVVLVDFFDEOpOHUDSSRUWHQWUHOHVPDLQVHWMHPXUPXUDL  :  
-­  Si  cela  pouvait  finir  -¶DXUDLVWDQWDLPpSRXYRLUOXLGLUHDXUHYRLU  
Mel  PHWRXFKDO¶pSDXOH  :  

 
170  
-­  Tu  voulais  lui  dire  au  revoir,  alors  rendez-­YRXVGDQVO¶DXWUHEkWLPHQWGDQVGL[PLQXWHV7XOH
lui  diras.  
 
MON  VOYAGE  EXTRACORPOREL    
 
'L[PLQXWHVSOXVWDUGM¶pWDLVGDQVO¶DXWUHEkWLPHQWGDQVODSLqFHGHWUDYDLOHQIDFHGH0HO  
-­  Ajuste  ton  équipement,  dit  Mel,  et  nous  commençons.    
-H UpJODL OH UKpRVWDW GX SDQQHDX GH FRQWU{OH HW EDLVVDL OD OXPLqUH MXVTX¶j FH TXH FHOD PH
convienne.   Je   pris   place   sur   la   plate-­forme,   FRPPH MH O¶DYDLV DSSULV OHV VHPDLQHV SUpFpGHQWHV
&¶pWDLWXQHVRUWHGHOLWIXWXULVWHWUqVFRQIRUWDEOH  
-­  OK,  je  suis  prêt.  
0HO V¶LQVWDOOD VXU OD FKDLVH GX FRQWU{OHXU HW WRXUQD OHV ERXWRQV GH FDPpUD HW OHV DSSDUHLOV
enregistreurs.  
-­  Je   te   donne   les   mêmes   coordonnées   que   celles   que   nous   avons   utilisées   à   la   fin   des  
UHFKHUFKHVVXUO¶KpOLFR3XLVQRXVLURQVKXLWDQVHQDUULqUH  
Il  vérifia  le  panneau  une  dernière  fois  et  demanda  :  
-­  Prêt  ?  
-HSULVXQHSURIRQGHLQVSLUDWLRQHWO¶H[KDODLOHQWHPHQW.  
-­  OUI.    
-­  7.5.7.4.8.3.    
 
-¶pFODLUFLV PRQHVSULWHWFRPPHQoDL ODSURFpGXUHSRXUHQWUHUGDQVXQpWDWDOWpUpGHFRQVFLHQFH
'¶DERUGMHUHVVHQWLVXQHVHQVDWLRQGHUHOkFKHPHQWSUHVTXHHXSKRULTXHHWHQTXHOTXHV PLQXWHV
WRXW V¶DFFpOpUD /H YHUWLJH PH VXEPHUJHD HW TXHOTXHV VHFRQGHV SOXV WDUG M¶HQWHQGLV XQ VRQ
pWUDQJHFRPPHGX9HOFURTXLVHGpWDFKH«0RQFRUSVSV\FKLTXHV¶pOHYDLW-HVDYDLVTXH PRQ
IDQW{PHV¶pORLJQDLWGDQVO¶HVSDFH-HJDUGDLOHV\HX[IHUPpVHQDWWHQGDQWODILQ&RPPHQWFHODVH
produit-­il  ?   Personne   ne   le   sait,   et   les   explications   sont   confuses   et   contradictoires.   Mais   les  
YR\DQWVVDYHQWTXHoDPDUFKHHWFHODOHXUVXIILW&¶HVWPHUYHLOOHX[  !  Je  me  suis  vu  dans  le  noir  
GH O¶HVSDFH IORWWDQWDX-­GHVVXVGH ODSODQqWH-HFRPPHQoDLjGHVFHQGUHGDQVFHTX¶RQDSSHOXQ
WXQQHOWRPEDQWGHSOXVHQSOXVYLWHFRPPHGDQVXQF\OLQGUHG¶pQHUJLHWUqVOXPLQHX[MXVTX¶j
FH TXH PRQ FRUSV IDQWRPDWLTXH VH UHFRXYUH G¶XQH VXUIDFH PHPEUDQHXVH -H VDYDLV DORUV TXH
M¶DYDLVDWWHLQWODFLEOH-¶DUULYDLGDQVXQOLHXHQYDKLG¶XQEURXLOODUGcompact  et  collant.  
 
LE  SITE  DU  CRASH  
 
Mel  était  un  moniteur  expérimenté,  il  connaissait  exactement  le  moment  où  son  élève  atteignait  
ODFLEOH-¶HQWHQGLV  :  
-­  Dis-­moi  ce  que  tu  vois,  Dave.  
-­  +XPMHQHYRLVULHQ&¶HVWWUqVEUXPHX[LFLHWFKDXG  !  
En   un   iQVWDQW MH IXV GDQV XQH SHWLWH FODLULqUH GH  PqWUHV GH GLDPqWUH HQWRXUpH G¶XQH WULSOH
couverture  de  feuillage.  Un  peu  plus  loin,  je  voyais  une  montagne.  Je  me  trouvais  sur  un  étrange  
chemin,   sur   lequel   mon   fantôme   se   déplaçait.   Je   flottais   à   mi-­hauteur   au-­dessus   de   roches  
déchiquetées.  
-­  ,OIDXWTXHWXDLOOHVVXUOHOLHXGHO¶DFFLGHQW*DUGHOHFRQWU{OHVXUWRL-­même,  concentre-­toi  et  
va  sur  le  lieu  du  crash.  

 
171  
-­  -¶\YDLV  !  
Mon   corps   fantôme   passait   à   travers   tout   ce   qui   se   trouvait.   Je   ne   ressentais   rien   lorsque   les  
REMHWV pWDLHQW PLQFHV PDLV ORUVTXH F¶pWDLW JURV FRPPH GHV DUEUHV RX GHV URFKHUV XQ SHWLW
VRXIIOH G¶DLU KHXUWDLW PRQ YLVDJH 3XLV WRXW FH TXH MH SHUFHYDLV VH PLW j IRQFHU FRPPH VL OH
6ROHLOV¶pWDLWFDFKp,OQ¶\DYDLWSOXVTXHGXJULVHWGXQoir  !  
-­  Quelque  chose  ne  va  plus  !  criai-­je  à  Mel.  
-­  Quoi,  que  vois-­tu  ?  »  
-­  Tout  devient  noir  7RXWHVW«  
Je  perdis  conscience.  0HOQ¶LQWHUYLQWSDV,OVDYDLWTXHM¶pWDLVjO¶HQGURLWH[DFWFDULODYDLWHXOD
PrPHUpDFWLRQ-¶RXYULVOHV\HX[WDQGLVTXHOH  VXDLUHQRLUFRPPHQoDLWjVHGpFKLUHU&¶pWDLWXQ
étrange  sentiment,  de  se  trouver  là  et  en  même  temps  de  ne  pas  y  être.  
 
LE  MIRACLE  DU  CONTACT  
 
-­  Il  y  a  une  forme  qui  bouge,  là,  près  des  arbres  !  criai-­je  à  Mel.    
-HYR\DLVXQHIRUPHVHGpSODFHUjF{WpG¶XQPRUFHDXG¶KpOLFRSWqUHTXHM¶HVVD\DLVG¶LGHQWLILHU  
-­  &¶HVWWRXWFHTXLUHVWH,  dit  une  voix  dans  le  brouillard.  
-­  Qui  est  là  ?  Qui  a  dit  cela  ?    
-­  Les   Indiens   ont   tout   emporté.   Cela   leur   a   pris   un   an.   Tout   ce   qui   pouvait   leur   être   utile   est  
SDUWL&¶HVWEien.  Cela  les  aidera.  »  
Un  jeune  homme  maigre  apparut  à  3  mètres  de  moi.  Je  ne  voyais  que  sa  silhouette.  
-­  Qui  êtes-­vous  ?  demandai-­je  en  clignant  des  yeux.  
-­  Ce  fut  long  pour  toi,  David  ?    
-­  Qui  me  parle  "4X¶HVW-­ce  qui  a  été  long  ?  
 
Et,  tout  à  coup  la  lumière  !  
-­  Mike  "0LNHF¶HVWWRL  ?  
-­  Je  me  demandais  si  cela  arriverait  enfin  !  Je  suis  allé  à  toi  tant  de  fois,  mais  tu  ne  te  rappelles  
pas  !  
-­  Je  me  rappelle  &¶pWDLWGDQVPHVUrYHVQ¶HVW-­ce  pas  ?  Tu  venais  me  voir  dans  mes  rêves.  
Je  me  rapprochai  jusqX¶jrWUHjPqWUHGHOXLPDLVMHQHYR\DLVSDVGDYDQWDJHVRQYLVDJH  
-­  Il  ne  sert  à  rien  de  te  rapprocher.  Dans  ton  état  actuel,  tes  yeux  ne  peuvent  en  voir  davantage.  
-­  Mais  je  ne  distingue  pas  ton  visage  ni  tes  yeux.  
-­  3DUFHTXHWXQ¶DVSDVHQFRUHDSSUis  à  voir  dans  mon  monde.  Mais  tu  le  pourras.  Ceux  qui  sont  
venus  ici  avant  savaient  voir.  Je  les  sentais  en  moi  et  autour  de  moi.  Ils  ont  été  très  rassurants.  
Ils  nous  ont  vus  mourir.  Ils  nous  ont  aidés  à  comprendre  ce  qui  nous  était  arrivé.  
-­  4X¶HVW-­ce  qui  était  arrivé  ?  
Mais  je  me  sentais  stupide  de  demander  cela.  
-­  Eh  bien,  ma  mort,  pardi  !  
-­  (WTXHV¶pWDLW-­LOSDVVpDYHFO¶KpOLFR  ?  
-­  Aucune  importance,  maintenant  !  
Il  y  eut  une  longue  pause,  puis  il  reprit  :  
-­  Je   tenais   à   te   dire   adieu,   à   te   rappeler   quH MH W¶DLPH HW j WH UHPHUFLHU G¶DYRLU SULV VRLQ GH
Sharon  pendant  toutes  ces  années.  
-­  Comment  ?  Tu  sais  ?    

 
172  
-­  %LHQV€UQRXVYR\RQVWRXWFHTXLVHSDVVH-¶DLPrPHYXWDVHFRQGHILOOHYHQLUDXPRQGH-H
O¶DLVXDYDQWWRL«  »  
+XLWDQVG¶pPRWLRQPHVXEPHUJqUHnt.  Je  sentis  des  larmes  couler  sur  mon  visage.  Je  pleurai  de  
bonheur  et  de  chagrin.  
Tout  va  bien,  David,  tout  va  bien,  inutile  de  pleurer  pour  moi  !  
-­  Je  ne  pleure  pas  pour  toi,  âne  bâté  -HSOHXUHSDUFHTXHMHW¶DLRXEOLp  !  Tu  étais  mon  frère  et  je  
W¶DL  RXEOLp«  
 
Mike  se  rapprocha  de  moi  et  je  sentis  une  sorte  de  chaleur.  Il  essuya  mes  larmes  et  tout  sembla  
GHYHQLU SOXV OXPLQHX[ &¶HVW FRPPH VL XQH pQHUJLH QRXV HQWRXUDLW HW TXH VRQ rWUH P¶LQWpJUDLW
dans  sa  lueur  protectrice.  Je  le  regardai  et  je  pus  voir  son  visage,  son  merveilleux  visage  aimant,  
WRXWFRPPHLOO¶pWDLWLO\DKXLWDQV  
-­  Comment  ça  va,  maintenant  ?  demanda-­t-­il.  
-HFKHUFKDLVGHVPRWVSRXUHVVD\HUG¶rWUHGU{OH  
-­  Bien  !  Mieux  que  toi,  dis-­MHHQP¶HIIRUoDQWGHVRXULUH  
Mike  apprécia  la  plaisanterie.  
-­  Oui,  bien  sûr,  mais  qui  va  devenir  vieux  et  qui  ne  le  sera  pas  ?    
-­  &¶HVWYUDLWXDVUDLVRQ  
 
-HFKHUFKDLVGDQV PRQHVSULWWRXWFHTXHM¶DYDLVSHQVpjOXLGLUH-HGpVLUDLVFRPEOHUOHYLGHGH
ces  huit  années.  
-­  7XVDLVMHQ¶DLMDPDLVDFFHSWp que  tu  me  quittes.  Debbie  non  plus,  ni  Sharon  2QQ¶DUULYDLW
pas  à  expliquer,  à  accepter,  à  oublier.  
-­  1H SDV rWUH RXEOLp F¶HVW LPSRUWDQW   &¶HVW FH TX¶RQ GHPDQGH OH SOXV LFL 0DLV O¶DFFHSWDWLRQ
Q¶HVW SDV REOLJDWRLUH,O Q¶HVW SDV QpFHVVDLUH QRQ SOXV GH FRPSUHQGUH OD PRUW SXLVTX¶RQ Q¶HVW
SDVSDUWL(QUHYDQFKHWXQ¶DVSDVEHVRLQGHWHV\HX[SRXUSHUFHYRLUPDLVGHWDYRORQWp&HW
DXWUHW\SHTXLHVWDYHFWRLMHOHFRQQDLV&RPPHQWV¶DSSHOOH-­t-­il  ?  
-­  Mel  Riley.  
-­  2XLF¶HVWoD  !  Mel  Riley  !  Mike  soupira.  &¶HVWXQERQYR\DQW-HO¶DLYXDYDQW&¶HVWXQKRPPH
JHQWLO DYHF XQ F°XU KRQQrWH HW JpQpUHX[ ,O D SOHXUp TXDQG LO QRXV D WURXYpV 6XLV ELHQ VHV
instructions,   il   arrivera   à   te   guider   parfaitement.   Il   te   donnera   la   vue   et   le   don.   Je   sais   que  
G¶DXWUHV VRQW   YHQXV ,OV RQW GLW TX¶LOV DYDLHQW GRQQp XQ PHVVDJH GDQV OH GpVHUW eFRXWH-­les,  
David  &¶HVWLPSRUWDQWSDVVHXOHPHQWSRXUWRLPDLVSRXUWRXWHO¶KXPDQLWp  
-­  Attends  une  minute  !  
-­  ,OHVWWHPSVGHVHGLUHDXUHYRLU'DYH-¶DLjIDLUH1RWUHUHQFRQWUHHVW  terminée.  Dis  à  Debbie  
TXHMHQHO¶LPSRUWXQHUDLSOXVHWGLVj6KDURQTXHMHVXLVKHXUHX[SRXUHOOH6XUWRXWSUpFLVH-­lui  
TX¶HOOHVHPDULHUDDYHFOXL«  
,OGXWYRLUVXUPRQYLVDJHTXHMHQ¶pWDLVSDVDXFRXUDQW  
Il  reprit  en  souriant  :  
-­  Dis-­lui  seulement,  elle  comprendra.  
 
0HVODUPHVFRXODLHQWHQFRUHORUVTXHODFKDOHXUV¶LQWHQVLILD0LNHPHWRXFKDO¶pSDXOHHWHVVX\D
PDMRXH-HOXLpWDLVUHFRQQDLVVDQWSRXUWRXWFHTXLV¶pWDLWSDVVp-HQHVDYDLVULHQH[SOLTXHUMHQH
pensais  même  pas  que  cela  pouvait  se  faire.  Je  vis  son  image  pâlir  dans  la  lumière.  
-­  Ne  pars  pas  !  plaidai-­MHV¶LOWHSODvWQHW¶HQYDSDV  
,OQ¶\DYDLWSOXVULHQMHPHVHQWLVHQJRXUGLHWM¶HQWHQGLVODYRL[FDOPHHWDSDLVDQWHGH0HO  :  

 
173  
-­  Le  moment  est  venu  de  repatir,  Dave.  Arrête  là  et  repars.  
-H ILV FH TXL P¶DYDLW pWp DSSULV HW OH F\FOH GX WHPSV VH GpURXOD j O¶LQYHUVH  
0HOPHGLULJHDLWWUqVELHQLOpWDLWPRQLQVWUXFWHXUHWMHGHYDLVOXLIDLUHFRQILDQFHFRPPHV¶LOpWDLW
PRQSqUH-HQ¶DLMDPDLVRXEOLpFHTXH0LNHP¶DGLW  
 
Traduction  de  Geneviève  Vanquelef  
 
 
Note  de  Geneviève  Vanquelef  :    
Cette   histoire,   bien   que   paraissant   fantastique,   est   assez   classique.   Des   récits   de   cette   sorte  ont  
déjà   circulé,   et   les   voyages   dits   astraux   deviennent   de   la   littérature   courante.   Mais   je   voudrais  
préciser  qX¶LOQHIDXWSDVFRQIRQGUHFHWH[HUFLFHGHKDXWQLYHDXDYHFXQYR\DJHDVWUDOIDLWGDQV
XQ UrYH R GHV pOpPHQWV pWUDQJHUV GHV VRXYHQLUV UpFHQWV GHV SHQVpHV SDUDVLWHV V¶LQWHUSRVHQW
GDQVXQHUpDOLWpDXWKHQWLTXH,OV¶DJLWLFLGHELORFDWLRQHQSOHLQHFRQVFLence,  à  un  moment  choisi,  
avec  un  guide  qui  veille  aussi  sur  le  corps  physique  resté  sur  Terre.  Bien  entendu,  je  ne  nie  pas  
que   certains   voyages   astraux   sont,   en   réalité,   des  voyages   psychiques   avec   bilocation.   Mais   un  
bon   entraînement   est   nécessaire.   Les   dangers   doivent   être   connus,   une   surveillance   vigilante,  
H[HUFpH F°XU UHVSLUDWLRQ RQGHV GX FHUYHDX  HW LO IDXW XWLOLVHU GHV SURFpGpV G¶RUGUH j OD IRLV
psychologique  et  technologique.  (Par  exemple  :  cible  déterminée  avec  précision).  
 
Certaines   initiations   antiques   étaient   certainement   provoquées   avec   les   mêmes   techniques   (Le  
Livre   des   morts  tibétain   donne   des   recommandations   à   suivre   pour   ce   voyage).   Nous   avons   eu  
TXHOTXHV H[HPSOHV LFL PrPH GHV GDQJHUV SRVVLEOHV HQFRXUXV SHUWH GDQV O¶pWKHU DYHF QRQ-­
retour).  
 
,OIDXWDXVVLUHPDUTXHUTX¶LOV¶DJLWGHYR\DJHSV\FKLTXHFHUWHVSUpFLVPDLVQRQGHYR\DJHUpHO
DYHFOHFRUSVSK\VLTXHWHOTX¶RQOHSUDWLTXDLWj0RQWDXN.  ,OQ¶HQUHVWHSDVPRLQVTXHFHUpFLWTXL
fait  penser  irrésistiblement  à  une  NDE,  est  très  réconfortant.  
 
Une  dernière  remarque  OHPRQGHRYLYDLW0LNHWRXWDXPRLQVMXVWHDSUqVVDPRUWHVWO¶XQGHV
mondes  dits  parallèles  où  se  rencontrent  des  «  âmes  »  de  même  niveau  évolutionnaire.  Mike  ne  
mentionne  pas  une  progression  obligatoire  de  monde  en   monde.  Son  amour  pour  son  ami   les  a  
mis  «  VXUODPrPHORQJXHXUG¶RQGH  »  et  a  provoqué  la  rencontre.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

28  
SORTIR  DE  LA  MATRICE      

 
174  
 
 
Vous   connaissez   peut-­être   le   film   Matrix   j YRLU  GDQV OHTXHO XQH SRLJQpH G¶KRPPHV HW GH
femmes   sont   parvenus   à   sortir   GH OD UpDOLWp LOOXVRLUH GX PRQGH &¶HVW SUpFLVpPHQW FH TXH QRXV
allons   faire,   au   moins   par   la   pensée.   Nous   allons   un   instant   sortir   de   la   matrice   du  temps   pour  
PLHX[ FRPSUHQGUH O¶8QLYHUV GDQV OHTXHO QRXV YLYRQV WHO TXH MH O¶DL SHUoX j O¶RFFDVLRQ G¶XQH
expérience  personnelle  bouleversante,  transcendante.  
 
LE  VAISSEAU  
 
(Q  ORUV G¶XQH VLHVWH MH PH VXLV WURXYp SURMHWp GDQV XQ GpFRU pWUDQJH GDQV OHTXHO VH
WHQDLHQW WURLV HQWLWpV QRQ KXPDLQHV F¶HVW-­à-­GLUH Q¶DSSDUWHQDQW SDV j QRWUH UDFH &H GpFRU
consistait  HQODSURMHFWLRQG¶XQSODQTXLVHPEODLWYLYDQWHWGRQWOHVSDUWLHVpWDLHQWDFWLYHV-¶\YLV
quatre  ensembles  technologiques  :  
‡  un  rotor  tournant  à  une  vitesse  proche  de  celle  de  la  lumière,  inscrit  dans  une  chambre  de  vide  ;;  
‡  un  réseau  supraconducteur  qui  formait  une  partie  de  la  cellule  et  les  liaisons  intérieures  ;;  
‡  un  tore  périphérique  (cercle  de  section  circulaire)  dans   lequel   circulait,  en   boucle   fermée   et  à  
très  grande  vitesse,  quelque  chose  de  nature  probablement  plasmique  ;;  
‡  un  cristal  au  centrHTXLUD\RQQDLWSXLVVDPPHQWHWDFFRUGDLWOHVIUpTXHQFHVGHO¶DSSDUHLO  
 
LA  NATURE  DU  TEMPS  
 
De  nouvelles  informations  me  sont  parvenues,  dont  trois  vont  bouleverser  notre  vision  du  monde  
et   les   équations   des   physiciens.   Elle   donne   une   cohérence   prodigieuse   à   tous   les   phénomènes  
ovnis  et  paranormaux  :  
1.  Le  temps  possède  trois  dimensions.  
/¶XQLWpGHWHPSVVHGLODWHRXVHFRQWUDFWH  
/HVXQLYHUVSDUDOOqOHVQHVRQWSDVDXWUHFKRVHTX¶XQGpILOHPHQWGHWHPSVGLIIpUHQW  
 
Voici  la  triple  nature  du  temps  :  
‡  Le  sens  du  temps    
&¶HVWODGLUHFWLRQGHO¶pFRXOHPHQWGXWHPSV&¶HVWGRQFODIOqFKHGXWHPSVDOODQWGXSDVVpYHUVOH
futur.  Le  mot-­clé  est  «  transformation  ».  
 
‡  La  densité  du  temps    
&¶HVW OD IOXLGLWp GH O¶pFRXOHPHQW GX WHPSV /D GHQVLWp GX WHPSV Q¶HVW SDV linéaire   mais  
discontinue,  donc   fractale.   Elle   implique   que   les   événements   sont   plus   ou   moins   nombreux  
dans   des   quantités   de   temps   déterminées   par   convention.   Le   mot-­clé   est   «  vitesse  »   (de  
WUDQVIRUPDWLRQ  &¶HVW XQH TXDQWLWp G¶XQLWpV GHWHPSV ORUV G¶XQ pFKDQJH G¶LQIRUPDWLRQ RX G¶XQ
mouvement.   Plus   la   densité   de   temps   est   élevée,   plus   le   nombre   de   quanta   de  temps   est   élevé.  
Plus  il  y  a  de  densité  temporelle,  plus  loin  on  peut  aller  dans  le  passé  et  le  futur.  
 
‡  Le  présent  du  temps    

 
175  
&¶HVWO¶DOLJQHPHQWGHVTXanta  sur  les  fréquences  harmoniques.  Le  présent  ne  dépend  ni  du  sens  
QLGHODGHQVLWpGXWHPSVPDLVLOHVWOHOLHQHQWUHHX[2QSDVVHG¶XQHUpDOLWpjXQHDXWUHJUkFHDX
présent.  Le  mot-­clé  ici  est    «  permanence  »  (pas  de  transformation).  
 
PARABOLE  DU  SABLIER  
 

 
 
 
Le  sablier  évoque  parfaitement  la  densité  du  temps.  Plus  on  monte  dans  les  graduations,  plus  le  
champ   vibratoire   est   élevé,   et   plus   le   temps   est   dilué.   On   voit   bien   sur   le   dessin   que   plus   on  
V¶pOqYH GDQV O¶HQWRQQRLU SOXV   le   temps   se   dilate,  et   donc   que   chaque   unité   de   temps   révèle   un  
SOXVJUDQGQRPEUHG¶pYpQHPHQWV/¶RQSRXUUDLWGLUHTXHF¶HVWXQHVRUWHGH]RRPWHPSRUHO3DU
DLOOHXUVLOHVWFODLUTXHSOXVRQV¶pOqYHGDQVO¶HQWRQQRLUSOXVOHWHPSVV¶pFRXOHOHQWHPHQW  
   
LRUVTX¶XQ RYQL V¶HQYROH LO QRXV DSSDUDvW IDLUH XQH DFFpOpUDWLRQ SURGLJLHXVH 0DLV F¶HVW XQH
apparence  !   Quelle   que   soit   la   constitution   physique   des   occupants   de   cette   machine,   ils   ne  
SRXUUDLHQW SDV VXELU VDQV GRPPDJHV FHV DFFpOpUDWLRQV IRXGUR\DQWHV &H Q¶est   donc   pas   la  
«  variable  espace  »  TX¶LOIDXWpWXGLHUPDLVOD«  variable  temps  ».  
Exemple  :  VLO¶DFFpOpUDWLRQG¶XQRYQLQRXVSDUDvWrWUHGHPqWUHVSDUVHFRQGHFDUUpHHOOHHVW
en   réalité,   pour   ses   occupants,   de   10   mètres   par   seconde   carrée,   parce   que   leurs   secondes  

 
176  
FKDQJHQWGHGHQVLWp(QG¶DXWUHVWHUPHVODSUHPLqUHGHOHXUVHFRQGHVHUDODPrPHTXHODQ{WUH
puis   la   suivante   se   dilatera   pour   devenir   une   de   nos   minutes,   et   ainsi   de   suite.  /¶DFFpOpUDWLRQ
Q¶HVW HQ IDLW SDV pQRUPH PDLV QRXV DXURQV O¶LOOXVLRQ TX¶HOOH HVW SURGLJLHXVH« MXVTX¶j OD
GLVSDULWLRQGHO¶RYQLGDQVXQHDXWUHGHQVLWpGHWHPSVOHUHQGDQWDLQVLLQYLVLEOHjQRV\HX[  
 
Nota  :   /¶LQIRUPDWLRQ VHORQ ODTXHOOH O¶pQHUJLH GHYLHQW XQ YHFWHXU GDQV XQ WHPSV j WURLV
dimensions   nous   a   été   donnée   par   Roland   Lehoucq DVWURSK\VLFLHQ DX VHUYLFH G¶DVWURSK\VLTXH
GX&($ &RPPLVVDULDWGHO¶pQHUJLHDWRPLTXH   
 
LE  DIAGRAMME  DES  TRIANGLES  INVERSES  
 
/HVWURLVGLPHQVLRQVG¶HVSDFH ORQJXHXUKDXWHXUSURIRQGHXU HWOHVWURLVGLPHQVLRQVGXWHPSV
(sens,   densité,   présent)   forment   la   perfection   duale   de   la   Création /D UHODWLRQ HQWUH O¶XQ HW
O¶DXWUH VLWXH SDUIDLWHPHQW OHV UDSSRUWV HQWUH OHV GLIIpUHQWV UqJQHV /HV FUpDWXUHV PLJUHQW GRQF j
travers  les  espaces-­temps  dans  une  géométrie  fractale  éclatante  de  génie.  
 

 
 
 
On  peut  facilement  constater  sur  le  diagramme  que,  partant  des  vibrations  les  plus  basses,  où  se  
situe   la   conscience   du   règne   minéral,   le   temps   est   extrêmement   dense   (unité   en   millénaires),  
DORUVTXHVDFRQVFLHQFHGHO¶HVSDFHHVWWUqVGLODWpHHQUDLVRQPrPHGe  son  manque  de  mobilité.  
3XLV RQ UHPDUTXH TXH DX IXU HW j PHVXUH GH O¶DVFHQVLRQ YLEUDWRLUH GH OD FRQVFLHQFH DX WUDYHUV
des   diverses   espèces   ±   YpJpWDOHV DQLPDOHV MXVTX¶j O¶KRPPH ±   O¶HVSDFH YLUWXHO VH UpWUpFLW HQ
raison   des   performances   croissantes   de   moELOLWp SHQGDQW TXH OD SHUFHSWLRQ G¶pYpQHPHQWV SDU
unité  de  temps  se  multiplie  rapidement.  
(QILQ LOHVWFODLUTXHHQDOODQWYHUV OHVWDX[YLEUDWRLUHVVXSpULHXUVHQ KDXWGXGLDJUDPPH O¶RQ
DFFqGH j XQ FKDPS GH UpDOLWp R O¶HVSDFH VH FRQWUDFWH WHOOHPHQW TXe   les   années-­lumière  

 
177  
deviennent  de  simples  petits  pas  à  franchir.  En  bref,  on  se  déplace  pratiquement  à  la  vitesse  de  la  
pensée  dans  un  temps  immensément  dilué.  
 
¬QRWHUTX¶XQGHVSRLQWVLQWpUHVVDQWVGHFHWWHDQDO\VHHVWODYLVRQGHVTXDWUHpWDWVGHODPDWière,  
qui  se  dématérialisent  à  mesure  que  les  fréquences  augmentent.  
 
ET  LA  VITESSE  DE  LA  LUMIERE  ?  
 
/¶XQHGHVLQWHUSUpWDWLRQVHUURQpHVHVWODFRQVWDQWHGHODYLWHVVHGHODOXPLqUH  Comment  savons-­
QRXVTX¶HOOHHVWFRQVWDQWH  en  la  mesurant  seulement  dans  notre  espace-­temps  ?  En  effet,  nous  la  
PHVXURQVGDQVQRWUHUpIpUHQWLHO2UGDQVOHPrPHWHPSVQRXVQ¶DYRQVMDPDLVH[SpULPHQWpSDU
nous-­mêmes  ne  serait-­ce  que  la  moitié  de  cette  vitesse.  Autrement  dit,  nous  ne  connaissons  pas  
ce  que  pourrait  être  la  perceptLRQPrPHLQVWUXPHQWDOLVpHGHFHWDXWUHUpIpUHQWLHO4X¶HVW-­ce  que  
OD YLWHVVH HW SOXV HQFRUH O¶DFFpOpUDWLRQ VL FH Q¶HVW XQH PRGLILFDWLRQ GH O¶HVSDFH-­temps  ?   Pour  
mémoire,   (LQVWHLQ DYDLW LQGLTXp TXH SOXV O¶RQ V¶DSSURFKH GH OD YLWHVVH GH OD OXPLqUH SOXV le  
temps  se  dilate.  (WSHQGDQWFHWHPSVVHORQQRWUHGLDJUDPPHO¶HVSDFHVHFRQWUDFWH  
 
Donc,   il   faut   bien   comprendre   que   la   vitesse   est   une   donnée   instantanée   dans   un   référentiel,  
tandis  que  O¶DFFpOpUDWLRQORUVTX¶HOOHHVWVXIILVDPPHQWpOHYpHHVWXQWUDQVIHUWG¶XQHVSDFH-­temps  
vers  un  autre.  1RVWHFKQRORJLHVVRQWHQFRUHWURSIDLEOHVSRXUTX¶RQSXLVVHV¶HQUHQGUHFRPSWH,O
y   a   un   abîme   intersidéral   entre   une   accélération   de   10   mètres   par   seconde   carrée   et   une  
accélération  de  100.000  mètres  par  seconde  carUpH&¶HVWMXVWHPHQWO¶XQHGHVIRQFWLRQVGXURWRU
GHO¶RYQLYXHQUrYHTXLJpQqUHFHWWHDFFpOqUDWLRQSURGLJLHXVH  
 
'¶XQH IDoRQ JpQpUDOH O¶8QLYHUV GDQV WRXWHV VHV UpDOLWpV SHXW rWUH FRQVLGpUp FRPPH XQH
succession   de   gammes   de   fréquences   correspondant   à   des   densités   de   temps   différentes   (donc  
des  espaces-­temps  différents).  
 
LES  OVNIS  ET  AUTRES  MYSTERES  
 
Intéressons-­nous   plus   particulièrement   aux   ovnis   et   expliquons-­OHV j O¶DLGH GX WHPSV HQ WURLV
GLPHQVLRQV 9RLFL GRQF XQH OLVWH QRQ H[KDXVWLYH G¶pSLSKpQRPènes   qui   trouvent   une   nouvelle  
cohérence  globale  :  
 
‡  /HVDFFpOpUDWLRQVSURGLJLHXVHVQHVRQWTX¶DSSDUHQWHV  :  O¶XQLWpGHWHPSVFKDQJH  
1RQVHXOHPHQWO¶DFFpOpUDWLRQGHVRYQLVYXHGHO¶H[WpULHXUHVWXQHLOOXVLRQGXHjXQGLIIpUHQWLHO
de   densité   temporelle,   PDLV F¶HVW DXVVL XQH GLPLQXWLRQ LOOXVRLUH GH OHXU WDLOOH QRXV GRQQDQW XQ
SHXSOXVO¶LPSUHVVLRQTX¶LOVVRQWORLQ GLPLQXHUDLHQW-­LOVMXVTX¶jODWDLOOHG¶XQHOXFLROH  ?).  
 
‡  Les  observations  varient  de  fantomatiques  à  très  matérielles  :  O¶pWDWGHODPDWLqUHFhange.  
 
‡  Les  ovnis  disparaissent  sur  place  :  la  rotation  du  rotor  dilate  le  temps  sans  changer  de  position.  
 
‡  /¶HQYLURQQHPHQWVXELWXQHDVSLUDWLRQ  :  une  gravité  locale  forte  à  lieu.  
 
‡  /HVSKRWRVG¶RYQLVVRQWVRXYHQWIORXHV  :  densité  de  temps  intermédiaire.  

 
178  
 
‡  Les  ovnis  sont  furtifs  :  la  détection  radar  dépend  de  la  matérialité  instantanée.  
 
‡  La  perception  des  dimensions  est  relative  :   OHV YDLVVHDX[VRQWSOXVJUDQGVj O¶LQWpULHXUHWSOXV
SHWLWVjO¶H[WpULHXU/HV(7YDULHQWHQWDLOOHVHORQOHXUGHQVLWp  propre.  
 
‡  La  forme  soucoupique  est  la  plus  intéressante  O¶pFRQRPLHGHPDWLqUHHVWGLFWpHSDUOHUD\RQGX
tore.  
 
‡  Un  faisceau  lumineux  attire  des  objets  :  le  rayon  gravitationnel  est  guidé  par  un  champ.  
 
‡  Les  ovnis  changent  de  forme  :  les  quatre  états  existent  en  même  temps  dans  le  vaisseau.  
 
‡  Les   témoins   sont   attirés   par   une   lumière   qui   grossit   ensuite  :   O¶LQVWDQW TXL SUpFqGH OD
matérialisation.  
 
‡  Les   E.T.   peuvent   choisir   les   témoins  :   une   émission   psychique   inhibe   les   perceptions,   et  
inversement.  
 
‡  Certains   abductés   évoquent   le   temps   manquant  :   le   missing   time   Q¶HVW DXWUH TX¶XQH GHQVLWp
temporelle  différente.  
 
Nous  pouvons  appliquer,  bien  entendu,  le  temps  3D  aux  phénomènes  paranormaux  :  
‡  Télépathie  :   transfert   du   niveau   temporel   des   ondes   psychiqXHV GRQQDQW O¶DSSDUHQFH GH
simultanéité.  
‡  Vitesse  de  la  pensée  :  une  partie  de  nous-­mêmes  est  située  dans  une  autre  densité  de  temps.  
‡  Fantômes  et  ectoplasmes  :  états  intermédiaires  de  densité  temporelle.  
‡  Rêves  :  changement  de  densité  au  cours  de  la  nuit.  Les  rêves  semblent  extrêmement  courts  et  
comportent  pourtant  beaucoup  de  détails.  
‡  Rétroprécognition  UXSWXUHGHGHQVLWpWHPSRUHOOHSDUWLHOOHHWJOLVVHPHQWVXUO¶D[HGXVHQV  
‡  Télékinésie  et  poltergeists  YDULDWLRQGHODGHQVLWpGDQVO¶HQYLURQQHPHQt.  
 
Cela   nous   conduit   à   évoquer   le   paradoxe   de   Fermi.   Ce   dernier   avait   tout   à   fait   raison,  
FRQFHUQDQWODSUpVHQFHG¶(7VXU7HUUHYHQXVGHVFRQILQVGHO¶8QLYHUVGHIDLUHO¶K\SRWKqVHGHV
distances  «  infranchissables  »  du  cosmos,  dès  lors  que  nous  restons  enfermés  dans  un  référentiel  
spatial  non  compressible.  
Selon  ce  paradoxe,  soit  les  E.T.  sont  déjà  là,  soit  ils  ne  peuvent  en  aucun  cas  y  être.  À  la  lumière  
GH OD UHODWLYLWp DEVROXH VHORQ ODTXHOOH O¶LQIRUPDWLRQ VWUXFWXUH O¶HVSDFH-­temps,   et   inversement,  
O¶HVSDFH VH FRQWUDFWH j PHVXUH TXH OD GHQVLWp GH WHPSV DXJPHQWH 3RXU OHV (7 O¶8QLYHUV
devient   «  ridiculement  »   SHWLW V¶LOV GLODWHQW «  considérablement  »   OH WHPSV -H JDJH TX¶LOV QH OH
SHXYHQW SDV WRXV GDQV WRXWHV OHV JDPPHV GH GLODWDWLRQ« FH TXL H[SOLTXHUait,   entre   autres,   des  
comportements  forts  distincts  de  leur  part  (ils  ne  sont  pas  tous  à  mettre  dans  le  même  panier).  
 
,OVQHSHXYHQWQRXVDSSDUDvWUHTXHV¶LOVOHGpFLGHQWF¶HVW-­à-­GLUHV¶LOVFKDQJHQWG¶HVSDFH-­temps  en  
réduisant   leur   densité   temporelle.   CHWWH UpGXFWLRQ VH IDLW QpFHVVDLUHPHQW DX SUL[ G¶XQH SHUWH
FRQVLGpUDEOHGHTXDQWDWHPSRUHOVHWGRQFG¶LQIRUPDWLRQVFHODSDUXQHDFFpOpUDWLRQ QpJDWLYHGX

 
179  
rotor.  Leur  matérialisation  est  donc  une  forme  de  «  sacrifice  »  de  leur  degré  de  liberté  (ce  terme  
étant  souvent  attribué  aux  avatars).  
 
2Q SHXW FRPSUHQGUH TX¶LOV QH VH SUpFLSLWHQW SDV SRXU QRXV VHUUHU OD PDLQ GHV IRLV TX¶RQ OHXU
SDVVHUDLWOHVPHQRWWHV3RXUWDQWF¶HVWMHOHFURLVFHTX¶LODFFHSWHQWGHIDLUH VDFULILHUGHVTXDQWD
temporels)  pour  prélever  des  «  échantillons  »  plus  aisément  observables  par  ce  moyen,  ou,  plus  
UDUHPHQWSRXUDYRLUGHVFRQWDFWVSK\VLTXHVGLUHFWVDYHFFHX[GRQWLOVVDYHQWTX¶LOVQHULVTXHQW
rien   (étude   psychique   et   comportementale).   Les   moins   «  doués  »   G¶HQWUH HX[ GRLYHQW WRXW de  
même  se  faire  surprendre  de  temps  en  temps.  
 
Il   y   a   fort   à   parier   que   le   plus   simple,   pour   eux,   est   de   capter   nos   signaux   psychiques   (hautes  
fréquences)  et  de  rester  tranquillement  «  là  »  RLOVVHWURXYHQW«  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

29  
LA  VÉRITÉ  SUR  LA  FACE  CACHÉE    
DE  LA  LUNE  
 
 
 
LA  VOYANCE  A  DISTANCE  
 
 
Depuis   les   années   1980,   des   fuites   sur   les   espions   dits   «  psychiques  »   du   Pentagone   ont   été  
UpJXOLqUHPHQWSXEOLpHVSDUODSUHVVH0DLVTX¶HVW-­FHTX¶XQHVSLRQSV\FKLTXH  "&¶HVWXQLQGLYLGX
reconnu   pour   ses   facultés   mentales.   Il   est   capable   de   se   transporter   par   la   pensée   dans   des  
HQGURLWV SOXV RX PRLQV pORLJQpV ,O GpFULW FH TX¶LO \ SHUoRLW HW REWLHQW GHV LQIRUPDWLRQV
DX[TXHOOHV LO Q¶DHXDXFXQDFFqV QLDXFXQHFRQQDLVVDQFHSUpDODEOH&HODV¶DSSHOOH ODYR\DQFHj
distanFH%LHQHQWHQGXO¶H[DFWLWXGHGHVLQIRUPDWLRQVGRQQpHVSDUOH«  sujet  psy  »  est  vérifiée.  
 

 
180  
(QWUHHWpSRTXHGHODJXHUUHIURLGHO¶8QLRQVRYLpWLTXHGpYHORSSDLWXQSURJUDPPHGH
UHFKHUFKH SV\FKLTXH DOODQW MXVTX¶j LQYHVWLU SOXV GH  PLOOLRQV GH roubles   en   1975   dans   ce  
domaine.   Alertés,   les   services   secrets   américains   décidèrent   de   lancer   un   programme   similaire  
DILQGH QHSDVVH ODLVVHUGLVWDQFHUSDUOHV5XVVHV/HEXWpWDLWG¶XWLOLVHU OHV IDFXOWpVSV\GDQV OH
GRPDLQH GH O¶HVSLRQQDJH PLOLWDLUH HW du  renseignement.   Les   résultats   des   essais   financés   par   la  
&,$ IXUHQW VL SUREDQWV TXH G¶DXWUHV VHUYLFHV VXEYHQWLRQQqUHQW SDU OD VXLWH SOXVLHXUV SURMHWV
identiques  dans   la  clandestinité   la  plus  totale.  On  peut  se  demander  si  de  tels  programmes  sont  
toujours  en  cours.  Il  semblerait  que  oui,  mais  à  un  niveau  très  secret.    
 
Le  1er  décembre  1995,  le  Washington  Post  publiait  :    
«  Un   programme   secret   de   la   DIA   [Defense   Intelligence   Agency   ±   agence   du   renseignement  
pour   la   défense],   qui   a   posé   de   sérieuses   questions   militaires   à   une   poignée   de   salariés  
psychiques   à   «  temps   plein  »,   a   été   reconduit   pour   des   années   parce   que   des   recherches  
VLPLODLUHV RQW pWp SRXUVXLYLHV SDU O¶8QLRQ VRYLpWLTXH OD &KLQH HW FHUWDLQV GH QRV DOOLpV
européens.  »    
 
/¶DQFLHQGLUHFWHXUGHODCIA,  Stanfield  Turner,  interrogé  à  ce  sujet  en  1995,  déclara  :  «  Aucun  
UHVSRQVDEOHGXUHQVHLJQHPHQWQHYRXGUDWRXUQHUOHGRVjFHTXLSRXUUDLWV¶DYpUHUrWUHXQHVRXUFH
SUpFLHXVHG¶LQIRUPDWLRQV  »  Ingo  Swann,  mondialement  connu  pour  ses  facultés  médiumniques,  
fut  un  des  premiers  à  participer  au  programme  secret  américain  de  voyance  à  distance.  
 
QUI  EST  INGO  SWANN  ?  
 
Docteur  en  parapsychologie,  écrivain  et  artiste  peintre,  Ingo  Swann  a  travaillé  pendant  douze  ans  
aux   Nations   unies.   Enfant   surdoué,   il   a   lu   son   SUHPLHU GLFWLRQQDLUH j O¶kJH GH WURLV DQV ,O YLW
DXMRXUG¶KXL j 0DQKDWWDQ HW FRQWLQXH j H[SORUHU OHV SRWHQWLDOLWpV GH O¶HVSULW KXPDLQ ,O D PLV DX
SRLQWXQHWHFKQLTXHGHYR\DQFHjGLVWDQFHFRQWU{OpHTX¶LODSXH[SpULPHQWHUTXDQGLOWUDYDLOODLW
pour  la  CI$jO¶,QVWLWXWGHUHFKHUFKHGH6WDQIRUG,OIRUPDSOXVLHXUVPLOLWDLUHVjFHWWHSUDWLTXH
Son  nouveau  livre,  Pénétration,  la  question  sur  la  télépathie  humaine  et  extraterrestre,  paru  en  
1998  et  édité  par  lui-­même,  révèle  des  secrets  étonnants  concernant  l¶DFWLYLWpH[WUDWHUUHVWUH  
 
UNE  VOYANCE  A  TRES  GRANDE  DISTANCE  
 
Ingo  Swann  trouvait  que  les  procédures  des  tests  de  voyance  étaient  répétitives  et  ennuyeuses.  Il  
suggéra   de   travailler   sur   quelque   chose   de   très   éloigné,   comme   une   planète.   Les   informations  
qX¶LO GRQQD VXU -XSLWHU IXUHQW FRUURERUpHV SDU OHV VDWHOOLWHV HQYR\pV XQ SHX SOXV WDUG SDU OD
NASA.  Sa  technique  se  révélant  de  plus   en  plus   fiable,  elle   suscita  un   intérêt  croissant  dans   le  
GRPDLQH GH O¶HVSLRQQDJH PLOLWDLUH LQWHUSODQpWDLUH (Q  LO VH forma   un   groupe   clandestin,  
secret  et  indétectable,  qui  le  contacta.  Il  fut  emmené,  les  yeux  bandés,  dans  une  base  souterraine  
aux  alentours  de  Washington.  On  lui  demanda  de  ne  rien  révéler  de  ce  qui  se  passerait  avant  dix  
DQV %LHQ TX¶HQIHUPp LO pWDLW FRQIRUWDEOHPHQW LQVWDOOp HW QH PDQTXDLW GH ULHQ /¶KRPPH TXL
dirigeait  secrètement  les  opérations  lui  révéla  ses  intentions  :  son  objectif  était  de  se  projeter  sur  
la   face   cachée   de   la   Lune   pour   ensuite   pouvoir   faire   une   sorte   de   mise   au   point   quant   à  
O¶LQWHrprétation   de   certains   clichés   photographiques   de   la   NASA,   afin   de   confirmer   ses   propres  
conclusions.  
 

 
181  
CONTACT  PSYCHIQUE  SUR  LA  LUNE  
 
/HVSUHPLqUHVYLVLRQVIXUHQWFHOOHVG¶XQHIDODLVHQRLUHHQWRXUpHGHVDEOHILQHWEODQFUHSURGXLVDQW
OHV WUDFHV G¶XQ JURV WUDFWHXU 3OXV ORLQ OXL DSSDUXUHQW XQH VRUWH GH FUDWqUH DLQVL TX¶XQ pWUDQJH
EURXLOODUG YHUW HW OXPLQHX[ pPLV SDU GHX[ UDQJpHV GH JURV SKDUHV VXU XQH WRXU '¶DXWUHV WRXUV
identiques   semblaient   construites   sur   des   supports   étroits   et   minces.   Dans   le   cratère   se  trouvait  
XQHDXWUHWRXUWUqVJURVVHHWWUqVKDXWH/RUVGHO¶H[SpULHQFHVXLYDQWHVXUJLUHQWGHVPDFKLQHVGHV
lumières   de   différentes   couleurs,   des   constructions   étranges   qui   ressemblaient   à   des   ponts  ou   à  
des   arches,   des   dômes   de   diverses   tailles,   des   formes   rondes   avec   des   fenêtres.   Il   pouvait   voir  
WRXWHVVRUWHVG¶REMHWVFRPPHGHVORQJVWXEHVGHVWUDFWHXUVPRWRULVpVGHVREpOLVTXHVGHJUDQGHV
plates-­formes,  des  structures  croisées.  Ingo  Swann  fit  des  croquis  de  tout  cela.  Des  abris  étaient  
creusés  dans  les  parois,  et  les  fonds  des  cratères  paraissaient  être  des  mines.  Il  y  avait  des  filets  
sur   certains   cratères,   des   maisons   dans   lesquelles   vivaient   des   gens   qui   avaient   la   même  
apparence  que  les  humains.  Ils  semblaient  «  creusés  »  dans  la  colline.    
Ingo  Swann  se  sentit  soudain  repéré  à  distance  par  ces  personnages  de  la  face  cachée  lunaire.  Il  
OXLIDOOXWFHVVHULPPpGLDWHPHQWO¶H[SpULHQFHFDULOVHVHQWLWGDQJHUHXVHPHQWH[SRVp  
 
De  telles  révélations  confirmèrent  les  conclusions  des  services  secrets.  Ainsi,  non  seulement  il  y  
avait   des   E.T.   sur   la   Lune,   mais   ils   étaient   capables   de   détecter   un   sondage   psychique   et   de  
VDYRLU G¶R LO YHQDLW &HOD YRXODLW GLUH TX¶LOV pWDLHQW GRWpV GH KDXWHV IDFXOWpV SV\FKLTXHV ELHQ
supérieures  à  la  télépathie  telle  que  nous  la  connaissons  sur  Terre.    
/¶H[SpULHQFHpWDQWWHUPLQpHIngo  Swann  quitta  la  base  secrète  et  rentra  chez  lui.    
 
CONFIRMATION  DES  VISIONS  
 
,QFDSDEOHG¶RXEOLHUFHWWHDIIDLUHIngo  Swann  VHPLWjGRXWHUGHFHTX¶LODYDLWYX&RQWUDLUHPHQW
à  ce  qui  se  passait  G¶KDELWXGHULHQQHVHPEODLWSRXYRLUOXLGRQQHUODSUHXYHGHFHTX¶LODYDQoDLW
&¶HVW HQYLURQ XQ DQ SOXV WDUG TXH OXL IXW HQYR\p OH OLYUH GH George   Leonard   ,OV Q¶pWDLHQW SDV
seuls   sur   la   Lune /¶DXWHXU DIILUPH HW GpPRQWUH SUHXYHV j O¶DSSXL j SDUWLU GH SKotographies  
RIILFLHOOHVGHOD1$6$TXHOD/XQHHVWKDELWpH/HVDVWURQDXWHVGHOD1$6$O¶RQWFRQVWDWpPDLV
ils  ont  été  pendant  longtemps  assujettis  à  la  conspiration  du  silence.  Certains  viennent  seulement  
de  sortir  de  leur  obligation  de  réserve.  
 
1¶RXEOions   pas   que   la   divulgation   des   informations   concernant   les   E.T.   entraînaient   des  
punitions   sévères   DPHQGHV DOODQW MXVTX¶j  GROODUV GL[ DQV GH SULVRQ WUDQVIHUW RX
détention   sur   des   bases   militaires   éloignées,   sans   oublier   des   menaces   plus   insidieuses   sur   les  
membres  de  la  famille.  
 
Leonard  écrit  :  
«  0RQ OLYUH HVW OH UpVXOWDW G¶XQH YpULWDEOH HQTXrWH SROLFLqUH HW G¶DQQpHV GH UHFKHUFKHV
FRQVLGpUDEOHV -¶DL pWXGLp VFUXWp GHV PLOOLHUV GH SKRWRJUDSKLHV GH OD 1$6$   M¶DL HX
G¶LQQRPEUDEOHV FRQYHUVDWLRQV avec   les   membres   des   équipes   de   programmes   spatiaux  :   il   faut  
REOLJHUOHJRXYHUQHPHQWDPpULFDLQHWOD1$6$jGLUHWRXWHODYpULWp«  »  
 
Le   livre   de   Leonard   avait   des   implications   énormes.   Il   regorgeait   de   descriptions   de   structures  
UHFRQVWLWXpHVG¶DSUqV OHV photographies.  Ingo  Swann   les  compara  avec  ses  dessins   et  fut  frappé  

 
182  
de   la   ressemblance   avec   ses   propres   croquis.   Des   constructions   en   forme   de   tours   ont   été  
plusieurs   fois   photographiées   par   la   NASA   et   apparaissent   sur   un   document   appelé   «  Lunar  
Orbiter  III  84  M  ».  La  photo  HR1033,  prise  par  Lunar  Orbiter  5  sur  la   face  cachée  de   la  Lune,  
PRQWUH FODLUHPHQW XQ pQRUPH REMHW F\OLQGULTXH VWDWLRQQp VXU O¶DVWUH Fred   Steckling,   dans   ses  
livres   We   discovered   Alien   Bases   on   the   Moon   et   Someone   Else   is   on   the   Moon,   publie  
également   des   photographies   de   la   NASA   qui   accréditent   cette   idée   et   renforcent   la   certitude  
TX¶LO\DGHVEDVHVH[WUDWHUUHVWUHVVXUOD/XQH  
 
UNE  CONVERSATION  EDIFIANTE  
 
Lors  des  vols  Apollo,  des  astronautes  décrivirent  à  la  base  des  structures  parfaitement  organisées  
sur   le   sol   lunaire,   et   ces   propos   passèrent   à   travers   la   censure.   Christopher   Craft,   ancien  
directeur  de   la   base  de   lancement  de  Houston  durant   les   missions   Apollo  sur   la  Lune,  a  révélé  
une  conversation  entre  les  astronautes  Armstrong  et  Aldrin  et  le  contrôle  sur  Terre  :    
¤  Les  astronautes  :    
-­  ,O\DGHVWUXFVLPPHQVHV«&HQ¶HVWSDVXQHLOOXVLRQG¶RSWLTXHSHUVRQQHQHYDOHFURLUH  «  
¤  Contrôle  de  Houston  :    
-­  Quoi  ?  Que  se  passe-­t-­il  ?  Répétez  vos  informations.  
¤  Les  astronautes  :  
-­  IOVVRQWHQEDV2QDYXGHVYLVLWHXUV,OVVRQWUHVWpVXQPRPHQWjREVHUYHUQRVLQVWUXPHQWV«
,OVVRQWDOLJQpVGHO¶DXWUHF{WpGXFUDWqUH«    
'HV FHQWDLQHV G¶RSpUDWHXUV UDGLR PXQLV G¶XQ pTXLSHPHQW 9+) SXLVVDQW FDSWqUHQW pJDOHPHQW
cette  conversation.  
 
Nous   sommes   ainsi   depuis   longtemps   victimes   de   la   désinformation   dans   tous   les   domaines.   Il  
est  grand  temps  de  se  poser  des  questions.  
 
Comment  se  fait-­LOTXHSOXVDXFXQDVWURQDXWHQ¶DLWpWpHQYR\pVXUOD/XQHGHSXLV  ?  
 
Comment  se  fait-­LOTX¶DSUqVXQWHOVXFFqVOHVSURJUDPPHVVHVRLHQWVRXGDLQDUUrWpVDORUVTX¶HQ
1980   les   scientifiques   et   les   porte-­parole   de   la   NASA   voulaient   établir   des   bases   sur   la   Lune  ?  
/¶H[FXVH GX PDQTXH GH ILQDQFHPHQW Q¶HVW SDV YDODEOH /H FR€W GX SURJUDPPH $SROOR
représentait  moins  de  1%  du  budget  !    
 
Se   pourrait-­LO TXH OD /XQH VRLW OH WHUULWRLUH G¶XQH FLYLOLVDWLRQ TXL QH VRXKDLWH SDV VH ODLVVHU
envahir  SDU Q¶LPSRUWH TXL HQ SDUWLFXOLHU OHV 7HUULHQV UpSXWpV SRXU OHXU DJUHVVLYLWp HW OHXU
manque  de  maturité  psychique  ?  
 
 Traduction  de  Geneviève  Vanquelef  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
183  
 
 
 

30  
LA  LUNE  INTERDITE  AUX  TERRIENS  ?  
 
 
Peu   de   gens   se   demandent   pourquoi   les   programmes   russes   et   américains   pour   «  coloniser  »   la  
Lune  ont  été  stoppés  après  des  exploits  chargés  de  tant  de  promesses  concernant  la  conquête  de  
l¶HVSDFH 2Q FRPSUHQG PDO SRXUTXRL GHV LQYHVWLVVHPHQWV DXVVL FRORVVDX[ RQW DERXWL j XQH
impasse  totale.  
 
Eugenio  Siragusa,  célèbre  «  contacté  »  sicilien  et  grand  médium  du  XX e  siècle,  en  relation  avec  
les   Pléiadiens   et   en   particulier   avec   des   maîtres   extraterrestres   tels   que   Adoniesis,   Ashtar  
Sheran,  Woodok  et  LinkDpWpUHoXSDUSOXVLHXUVFKHIVG¶eWDWHQUDLVRQGHVQRPEUHX[PHVVDJHV
LPSRUWDQWVTX¶LODLQWHUFHSWpVjO¶DGUHVVHGHO¶KXPDQLWp,ODpFULWSOXVLHXUVOLYUHVTXLKpODVVRQW
épuisés  et  non  réédités,OV¶DJLWGH  :  Les  Géants  du  ciel,  Siragusa,  messager  des  extraterrestres,  
/¶$QQRQFLDWHXU'RVVLHU6LUDJXVD  et  La  Vérité.  
 
CE  QUI  A  ETE  CENSURE  
 
'XUDQW O¶pYpQHPHQW IDVFLQDQW GX GpEDUTXHPHQW GH O¶KRPPH VXU OD /XQH DYHF $SROOR ,, XQH
aventure   incroyable   attendait   les   cosmonautes  :   une   flotte   de   vaisseaux   extraterrestres   était   sur  
O¶HPSODFHPHQWH[DFWGXGpEDUTXHPHQWHWDWWHQGDLWOHV7HUULHQV&¶pWDLWOHMXLOOHW  
Mais   pourquoi   se   produisit-­il   un   silence   de   quinze   minutes   dans   les   transmissions   télévisées  ?  
Pourquoi  encore  et  toujours  la  censure  et  la  conjuration  du  silence  ?  
 
Dans  la  revue  vénézuélienne  Elite  (no  2366),  on  a  pu  lire  :  
«  $SUqVO¶H[SpULHQFHGHCooper  au-­dessus  des  îles  Hawaï,  les  cosmonautes  américains  reçurent  
O¶LQVWUXFWLRQ GH QH SDV SDrler   de   ces   choses   par   radio,   mais   de   les   réserver   pour   la   conférence  
secrète  qui  aurait  lieu  au  sujet  de  la  faillite  de  cette  entreprise.  »  
 
0DLV OHV RQGHV UHoXHV GHV UDGLRDPDWHXUV GH O¶$PpULTXH GH 1RUG UpYpOqUHQW GHV SKUDVHV
surprenantes  au  sujet  des  prePLHUV PRPHQWVG¶$UPVWURQJ  HWG¶$OGULQ VXUODVXUIDFH OXQDLUH(Q
effet,   les   phrases   prononcées   par   Armstrong   furent   supprimées   par   la   NASA   pour   de   la  
WUDQVPLVVLRQWpOpYLVpHGHO¶DUULYpHG¶$SROOR,,VXUOD/XQH  
 
Les  paroles  captées  par  les  radioamateurs  furent  les  suivantes  :  
-­  4X¶HVW-­FHTXHF¶HVW  "«4XHOGpPRQpWDLW-­ce  "-¶DLPHUDLVVDYRLUFHTXLHVWDUULYp  !  
,OV¶HQVXLYLWTXHOTXHVLQVWDQWVGHFRQIXVLRQSXLVO¶RQHQWHQGLWODYRL[GXFRQWU{OHXUGHOD1$6$
dire  :    
-­  4X¶HVW-­FHTXH«QHIRQFWLRQQHSDV  ?  (Mots  confus  à  cause  de  la  mauvaise  réception  au  contrôle  
GHODPLVVLRQG¶$SROOR   

 
184  
«  Ces  choses  étaient  énormes,  messieurs,  énormes  !  Oh,  Dieu  &¶HVWjQHSDV\FURLUH  !  Je  vous  
GLVTXHOjLO\DG¶DXWUHVDVWURQHIVLOVVRQWDOLJQpVGHO¶DXWUHF{WpGXFUDWqUH  ils  sont  sur  la  Lune  
à  nous  regarder  !  
 
&HW LQFUR\DEOH PHVVDJH G¶$UPVWURQJ IXW HQUHJLVWUp VXU OD EDQGH VRQRUH GH OD WUDQVPLVVLRQ
télévisée.  
 
,OQHIDXWSDVRXEOLHUTXHOHVUDGLRDPDWHXUVG¶$PpULTXHGX1RUGFDSWqUHQWXQHDODUPHG¶$SROOR
13  au  cours  de  laqueOOHOHVFRVPRQDXWHVDIILUPqUHQWrWUHVXLYLVSDUXQ291,SHXDYDQWTX¶XQH
P\VWpULHXVHH[SORVLRQQ¶HQGRPPDJHLUUpPpGLDEOHPHQWOHPRGXOHGHVHUYLFH  
 
Nos  astronautes  savent  très  bien  «  qui  »  sont  ceux  qui  les  ont  suivis  pendant  leurs  vols  spatiaux  
et   qui   sont   les   «  forces   divines  »   les   ayant   aidés   dans   les   adversités   de   leur   science   encore  
embryonnaires  $GYHUVLWpVTXLOHVDXUDLHQWDPHQpVjXQHPRUWFHUWDLQH«  
 
Les   astronautes   auraient   peut-­être   préféré   ne   pas   revenir   sur   la   Terre,   où   une   humanité   aux  
connaissances  très  restreintes  les  attendait.  Ils  ont  été  suspectés  de  maladies  inconnues  possibles,  
et  mis  en  quarantaine  pour  «  lavage  »  PHQWDO«(QHIIHWXQERQQRPEUHG¶HQWUHHX[GHVFHQGXV
GX YDLVVHDX DYHF XQ VRXULUH DQJpOLTXH HW XQH MRLH UDGLHXVH FRPPH V¶LOV YHQDLHQW G¶DUULYHU GX
paradis,  pleins  de  volonté  à  communiquer,  furent  aperçus  après  leur  période  de  quarantaine  avec  
un  aspect  triste,  fatigué,  désespéré   ±   même  Aldrin,  qui  avait  dit  avoir  rencontré  Dieu.  Mais,  au  
juste,  qui  était-­il  donc  ce  Dieu  ?  
 
Comment  peuvent-­ils  nous  parler,  ces  frères  à  la  patience  sans  limites  ?  
/HXU DLGH DFFRPSDJQD WRXV OHV YROV VSDWLDX[ VDXYDQW VRXYHQW OHV DVWURQDXWHV G¶XQH PRUW
certaine.  
 
Le  21  juillet  1961,  Virgil  Ivan  Grissom  QLDDYRLUDFWLRQQpOHGLVSRVLWLIG¶RXYHUWXUHGX  portillon  
de  la  capsule.  Le  dispositif  explosa  mystérieusement  durant  la  phase  de  récupération,  sauvant  la  
YLHGHO¶DVWURQDXWH  
 
Le   20   février   1962,  John  Glenn  fut  accompagné  pendant  6.000  kilomètres  par  des  milliers  de  
particules   lumineuses   durant   son   retour   sur   Terre,   alors   que   la   capsule   risquait   de   glisser   sur  
O¶DWPRVSKqUHHWGHVHSHUGUHGDQVO¶HVSDFH  GHSXLVOHKXEORWSRVWpULHXUO¶DVWURQDXWHYLWXQJOREH
GHIHXVXLYUHODFDSVXOH6DGpFODUDWLRQIXWFHQVXUpHHWOXLYDOXWG¶rWUHpORLJQpGHVYROVVSDWiaux.  
Les  découvertes  archéologiques  en  différents  endroits  de  la  Terre  ont  démontré  clairement  que,  
depuis   les   temps   de   la   préhistoire,   des   êtres   avec   une   tenue   «  spatiale  »   atterrissaient   sur   notre  
planète,  et  les  peintures  que  nos  ancêtres  nous  ont  léguées  témoignent  de  cette  réalité.  La  science  
PRGHUQHV¶HVWLQVSLUpHSRXUOHVFRPELQDLVRQVGHQRVDVWURQDXWHVGHVVWDWXHWWHVGRJXUHWURXYpHV
DX -DSRQ OHVTXHOOHV FRPPH QRXV OH VDYRQV pWDLHQW PXQLHV G¶XQ JOREH j FKDUQLqUHV DGRSWpHV
DXMRXUG¶KXLSDUQRVSLORtes  spatiaux.  
 
 
0HVVDJHGHVPDvWUHVHWG¶$GRQLHVLVDX[VFLHQWLILTXHVGHOD1$6$  
(18  octobre  1970)  

 
185  
 
Attention   à   ce   que   vous   vous   proposez   de   faire   au   cours   de   votre   prochaine   expédition   sur   la  
Lune  «6LYRXVQHYRXOH]SDVYRXVH[SRVHUjXQHJUDQGHFDWDVWUophe,  nous  vous  prions  et  vous  
recommandons  de  reconsidérer  en  toute  responsabilité  les  avertissements  que  nous  vous  avons  
donnés  en  leur  temps,  au  sujet  de  vos  envois  sur  la  Lune.  
 
$GPHWWH] pJDOHPHQW FDU FHOD V¶LPSRVH TXH OHV FRQGLWLRQV FRVPR-­physiques   particulières   de  
votre  «  satellite  »  QHVHSUrWHQWSRLQWDXJHQUHG¶H[SpULHQFHTXHYRXVYRXVSURSRVH]GHIDLUH  
 
/¶pQHUJLH OLEpUpH SDU GHV H[SORVLRQV VXU OD VXUIDFH RX GDQV OH VRXV-­sol   de   ce   corps   céleste  
pourrait  causer  un  déséquilibre  tel  que  la  Lune  risquerait  de  sortir  de  son  orbite.  Votre  malheur  
GHYLHQGUDLW DORUV LUUpSDUDEOH 9RWUH +LVWRLUH LJQRUH WRXW G¶XQ ORLQWDLQ SDVVp GH O¶$WODQWLGH
continent  qui  a  été  complètement  détruit  par  une  Lune,  car  il  y  en  avait  alors  deux  sur  la  Terre,  
FHTXLSURYRTXDG¶pQRUPHVGpVDVWUHVHWOHGpSODFHPHQWGHO¶D[HGHOD7HUUHGHGHJUpVYHUV
O¶RULHQW 6L YRXV YRXV DPXVH] j ERXOHYHUVHU O¶pTXLOLEUH FRVPRORJLTXH GH YRWUH VDWHOOLWH FH
dernier  pourrait  «  signer  »  la  fin  de  votre  planète.  Prenez  bien  garde  à  ce  que  vous  allez  faire,  
DYDQWTX¶LOQHVRLWWURSWDUG  !  
Nous  pourrions  tout  aussi  bien  ne  pas  intervenir  et  permettre  votre  destruction  complète,  ce  qui  
supprimerait   de   notre   galaxie   toutes   les   forces   négatives   que   votre   génération   a   bâti   dans   la  
grande  famille  universelOH0DLVYRLOj«QRXVVRPPHV$0285(7/80,Ê5('(',(8  
 
1RV PR\HQV VRQW SUrWV j O¶DFWLRQ VL OHV pYpQHPHQWV H[LJHQW QRWUH LQWHUYHQWLRQ VRLW SRXU
LQWHUURPSUHYRVH[SpULHQFHVLQVHQVpHVGDQVO¶HVSDFHVRLWSRXUGRQQHUXQH «  juste  punition  »  à  
ceux  qui  ont  toujours  fait  la  sourde  oreille  aux  sages  exhortations  de  leurs  frères  cosmiques.  
 
)DLWHVELHQDWWHQWLRQjFHTXHYRXVIDLWHVPHVVLHXUVOHVVDYDQWVGHODSODQqWH7HUUH«&HODSRXU
YRWUHELHQSURSUHHWSRXUOHELHQGHO¶KXPDQLWp  !  
 
 
 
 
 
 
 
 

31  
LE  POINT  ZÉRO  APPROCHE  
 
 
Gregg  Braden  a  fait  une  tournée  des  médias  aux  États-­Unis,  donnant  la  preuve  scientifique  que  
la   Terre   est   en   train   de   passer   à   travers   une   ceinture   de   photons   et   de   ralentir   sa   rotation  
magnétique.  En  même  temps,  il  y  a  une  augmentation  de  la  fréquence  de  résonance  de  la  Terre  
(résonance   de   Schumann).   Selon   Gregg   Braden,   lorsque   la   Terre   arrêtera   sa   rotation,   la  

 
186  
fréquence  de  résonance  atteignant  13  cycles  par  seconde  et  nous  serons  arrivés  au  point  zéro  du  
champ   magnétique.   Dans   les   deux   ou   trois   jours   suivants,   elle   recommencera   à   tourner,   mais  
dans  le  sens  opposé.  Cela  produira  un  renversement  des  champs  magnétiques  autour  de  la  Terre  
et  au-­delà.    
 
Reprenant   un   article   de   Sciences   et   Avenir,   des   scientifiques   français   sont   venus   présenter   à   la  
télévLVLRQ OH PrPH W\SH G¶LQIRUPDWLRQ ,OV RQW GpFODUp TXH GHX[ VDWHOOLWHV GH VXUYHLOODQFH
PHVXUHQW HIIHFWLYHPHQW HQ SHUPDQHQFH OH FKDPS PDJQpWLTXH WHUUHVWUH HW TX¶LO HVW FODLU TXH
celui-­FL GpFURvW UpJXOLqUHPHQW 3RXU HX[ LO Q¶HVW SOXV TXHVWLRQ GH WHUJLYHUVHU   VXU OH IDLW G¶XQ
renversement  des  pôles  possible  ou  pas,  mais  seulement  de  savoir  quand  cela  se  produira.  
 
ÉVALUATION  DE  LA  FREQUENCE  PROPRE  PLANETAIRE  
 
3HQGDQWTXHOD7HUUHpOqYHVDIUpTXHQFHVDUpVRQDQFHGHEDVHF¶HVW-­à-­dire  son  «  pouls  »,  appelé  
résoQDQFHGH6FKXPDQQ 56 HVWHQWUDLQG¶DXJPHQWHUGHIDoRQVSHFWDFXODLUH%LHQTX¶HOOHYDULH
selon  les  régions  géographiques,  pendant  des  décennies  la  moyenne  mesurée  était  de  7,8  cycles  
par  seconde.  Cela  était  tenu  pour  une  constante.  Les  communications  militaires  globales  étaient  
calées   sur   cette   fréquence.   Des   rapports   récents   ont   fixé   le   taux   au-­dessus   de   11   cycles,   et   il  
DXJPHQWHHQFRUH/DVFLHQFHQ¶HQFRQQDvWSDVODFDXVHQLQHVDLWTXRLIDLUH  
 
Gregg   Braden   a   trouvé   des   données   recueillies   par   des   chercheurs   norvégiens   et   russes   à   ce  
sujet.  La  seule  référence  à  la  RS  trouvée  dans  la  bibliothèque  de  Seattle  est  liée  à  la  météo,  car  la  
science  considère   la  RS  seulement  comme  un   indicateur  sensible  des  variations  de  température  
et  des  conditions  météorologiques  mondiales.  Braden,  lui,  pense  que  la  fluctuation  de  la  RS  est  
un  facteur  à  prendre  en  compte  pour  expliquer  les  sévères  tempêtes,  les  inondations  et  le  temps  
de  ces  dernières  années.  
 
BAISSE  DU  CHAMP  MAGNETIQUE  PLANETAIRE  
 
Alors  que  le  pouls  de  la  7HUUHHVWHQDXJPHQWDWLRQODIRUFHGHVRQFKDPSPDJQpWLTXHGHO¶DXWUH
côté,  diminue.  Selon  le  Pr  BannerjeeGHO¶8QLYHUVLWpGH0H[LFROHFKDPSPDJQpWLTXHDSHUGX
la   moitié   de   son   intensité   par   rapport   à   il   y   a   quatre   mille   ans.   Cette   diminution   est   le   signe  
avant-­coureur   des   renversements   magnétiques   polaires.   Le   Pr   Bannerjee   SHQVH TX¶XQ DXWUH
renversement  est  imminent.  Braden  pense  lui  aussi  que  ces  changements  cycliques  sont  associés  
aux   renversements,   car   les   archives   géologiques   de   la   Terre   indiquent   des   renversements  
magnétiques   qui   témoignent   de   changements   antérieurs.   Et   il   y   en   a   eu   plusieurs   au   cours   de  
cette  vaste  échelle  du  temps.  
 
$LQVLJUkFHjO¶pWXGHGHGLIIpUHQWHVFRXFKHVIHUUXJLQHXVHVSULVHVGDQVODODYHOHVJpRORJXHVRQW
pu  voir  que  les  alignements  magnétiques  étaient  complètement  différents  en  fonction  des  pôles.  
Aussi,   il   a   pu   être   mis   en   évidence,   par   la   datation   au   carbone   14,   que   le   dernier   déplacement  
SRODLUHUHPRQWHjSHXSUqVjWUHL]H PLOOHDQVHWTXHO¶DQFLHQS{OH1RUGpWDLWFHntré  sur  Hawaï.  
Mieux,  un  autre  basculement  avait  eu  lieu  encore  treize  mille  ans  avant.  La  Société  de  géologie  
G¶$PpULTXHDSXEOLpXQVRPPDLUHGHVGpFRXYHUWHVWLUpHVGHVpFKDQWLOORQV FDURWWHV GHVROVVRXV-­
marins.  On  peut  y  constater  que  parfois  les  pôleV1RUGHW6XGV¶LQYHUVHQWFRPSOqWHPHQW  
   

 
187  
(QUHPRQWDQWGHVFHQWDLQHVGHPLOOLRQVG¶DQQpHVHQDUULqUHRQDWURXYpGHWUqVORQJXHVSpULRGHV
sans   changement   magnétique,   et   puis   en   vingt-­quatre   heures   le   nord   devenait   le   sud.   Mais,   en  
revenant   vers   notre   époque,   les   cycles   sont   devenus   de   plus   en   plus   rapprochés,   avec   des  
centaines  de  renversements.  
 
'¶DSUqV Drunvalo   Melchizedek,   dans   son   ouvrage   /¶$QFLHQ 6HFUHW GH OD IOHXU GH YLH,   la  
précession   des   équinoxes,   dont   le   cycle   est   une   trajectoire   ovale   se   bouclant   en   25.960   ans  
O¶DQQpHJDODFWLTXH VHGLYLVHHQGHX[SDUWLHVGHDQVO¶XQHRULHQWpHYHUVOHFHQWUHGHOD
JDOD[LHO¶DXWUHYHUVO¶H[WpULHXU6XUODILJXUHRQYRLWTXHOHVSRLQWV$HW&VRQWGHX[SRLQWVFOpV
GX F\FOH HW F¶HVW SUpFLVpPHQW Oj TXH se   produisent   les   renversements   des   pôles.   Nous   sommes  
DFWXHOOHPHQW SDUYHQXV DX SRLQW $ SRLQW GH EDVFXOHPHQW YHUV XQ UpYHLO GH O¶KXPDQLWp HWWHPSV
G¶pQRUPHVFKDQJHPHQWV  
 

 
 
LA  PRECESSION  DES  EQUINOXES  EN  CLAIR    
 
Si  nous  considérons  la  Terre  telle  une  toupie  non  stabilisée  qui  oscille,  nous  pouvons  concevoir  
TXHVRQD[HGHURWDWLRQGpFULWXQHHOOLSVHTXLVHUHIHUPHWRXVOHVDQV&¶HVWDXVVLVLPSOH
que   cela.   En   divisant   ce   cycle   par   douze,   nous  obtenons   douze   mois   galactiques   de   2.160   ans,  
TXHO¶RQDSSHOOHGHVqUHV GX%pOLHUGHV3RLVVRQVGX9HUVHDX«   
 
48¶(67-­CE  QUE  LA  RESONANCE  DE  SCHUMANN  ?  
 
Que   vous   le   croyiez   ou   non,   la   Terre   se   comporte   comme   un   énorme   moteur   électrique.  
/¶DWPRVSKqUHHVWHQIDLWXQFRQGXFWHXUIDLEOH,l  y  a  une  «  cavité  »  définie  entre  la  surface  de  la  
7HUUHHWOHERUGLQWpULHXUGHO¶LRQRVSKqUHTXLVHVLWXHNLORPqWUHVDX-­GHVVXV¬Q¶LPSRUWHTXHO
moment,  la  charge  totale  résidant  dans  cette  cavité  est  de  500.000  coulons.  Il  y  a  en  fait  un  flot  
verticaOHQWUHOHVROHWO¶LRQRVSKqUHGHjIRLV-­12  ampères  par  mètre  carré.  La  résistance  de  
O¶DWPRVSKqUH HVW GH  RKPV /H YROWDJH SRWHQWLHO HVW GH  YROWV ,O \ D HQYLURQ 

 
188  
orages  avec  éclairs  à  tout  moment  dans  le  monde.  Chacun  produit  0,5  à  1  ampère,  et  ils  comptent  
FROOHFWLYHPHQWSRXUOHVPHVXUHVGHO¶DFWXHOIORWGDQVODFDYLWppOHFWURPDJQpWLTXHGHOD7HUUH  
 
/D UpVRQDQFH GH 6FKXPDQQ UpYqOH O¶H[LVWHQFH G¶RQGHV pOHFWURPDJQpWLTXHV VWDWLTXHV GDQV FHWWH
cavité.  Telles   les  ondes  dans  une  source,  elles  ne  sont  pas  présentes  tout  le  temps   mais  doivent  
être   «  excitées  »   pour   pouvoir   être   observées.   Elles   ne   sont   pas   produites   par   quelque   chose  
G¶LQWHUQH j OD 7HUUH VD FUR€WH RX VRQ QR\DX (OOHV VHPEOHQW rWUH HQ UHODWLRQ DYHF O¶DFWLYLWp
électrique   de   O¶DWPRVSKqUH HQ SDUWLFXOLHU SHQGDQW OHV WHPSV G¶LQWHQVH DFWLYLWp RUDJHXVH (OOHV
surviennent  à  certaines  fréquences  entre  6  et  50  cycles  par  seconde  ;;  spécifiquement  7,8,  14,  20,  
26,  33,  39  et  45  hertz,  avec  une  variation  journalière  de  plus  ou  moins  0,5  hertz.  
 
Tant   que   les   propriétés   de   la   cavité   électromagnétique   de   la   Terre   restent   les   mêmes,   ces  
fréquences   le   restent   aussi.   Apparemment,   il   y   a   quelque   changement   dû   au   cycle   des   taches  
VRODLUHVFDUOHVFKDQJHPHQWVGHO¶LRQRVSKqUHGHOD7HUUHVHSURGXisent  en  réponse  au  cycle  des  
RQ]HDQVGHO¶DFWLYLWpVRODLUH/DUpVRQDQFHGH6FKXPDQQSHXWrWUHIDFLOHPHQWYXHHQWUHHW
2.200  UT.  
 
eWDQWGRQQpTXHO¶DWPRVSKqUHGHOD7HUUHHQWUDvQHXQHFKDUJHXQFRXUDQWHWXQYROWDJHLOQ¶HVW
pas  étonnant  de  trouver  ces  ondes  électromagnétiques.  Les  propriétés  résonantes  de  cette  cavité  
terrestre   ont   été   pressenties   en   premier   par   le   physicien   W.O.   Schumann   entre   1952   et   1957,  
puis   détectées   par   Schumann   et   Konig   en   1954.   La   première   représentation   spectrale   de   ce  
phénomène  a  été  faite  par  Balser  et  Wagner  en  1960.  La  plupart  des  recherches  menées  au  cours  
des   vingt   dernières   années   ont   été   dirigées   par   le   département   de   la   marine   qui   étudie   la  
communication  par  des  fréquences  extrêmement  basses  avec  les  sous-­marins.  
 
CE  QUI  RISQUE  DE  SE  PASSER  
 
/H WHPSV YD DYRLU O¶DLU GH V¶DFFpOpUHU ORUVTXH QRXV QRXV DSSURFKHURQV GX SRLQW ]pUR 8QH
journée  de  vingt-­quatre  heures  paraîtra  durer  environ  seize   heures,  ou  moins  encore.  Rappelez-­
vous   que   la   résonance   de   Schumann   (ou   pouls   terrestre   de   la   Terre   Mère)   a   été   pendant   des  
PLOOLHUVG¶DQQpHVGHF\FOHVSDUVHFRQGHPDLVTX¶HOOHDXJPHQWHUDSLGHPHQWGHSXLV(OOH
HVWDFWXHOOHPHQWGHF\FOHVHWV¶DUUrWHUDjF\FOHV  
 
Le  point  zéro,  ou  changement  des  temps,  a  été  prédit  par  les  peuples  anciens  il  y  a  des  milliers  
G¶DQQpHV ,O \ D HX SOXVLHXUV FKDQJHPHQWV LQFOXDQW FHOXL TXL VXUYLHQW WRXMRXUV WRXV OHV WUHL]H
mille  ans  au  milieu  des  vingt-­six  mille  années,  la  précession  des  équinoxes.  
,O HVW GLW TX¶DSUqV OH SRLQW ]pUR OH 6ROHLO VH OqYHUD j O¶RXHVW HW VH FRXFKHUD j O¶HVW 'HV
phénomènes  similaires  par  le  passé  ont  été  enregistrés  dans  les  anciens  récits.  
 
Le  changement  du  point  zéro  nous  amènera  probablement  dans  la  quatrième  dimension.  Là,  tout  
ce   que   vous   penserez   ou   désirerH] VH UpDOLVHUD LQVWDQWDQpPHQW &HOD LQFOXW OD SHXU HW O¶DPRXU
Notre  INTENTION  sera  de  la  plus  grande  importance  (merveilleuse  ou  catastrophique).  
 
La   plupart   des   technologies   que   nous   connaissons   ne   fonctionneront   plus.   Les   exceptions  
possibles  sont  les  WHFKQRORJLHVIRQGpHVVXUOHSRLQW]pURRXOHVWHFKQRORJLHVGHO¶pQHUJLHOLEUH  
 

 
189  
Notre   corps   physique   est   déjà   en   train   de   changer   alors   que   nous   approchons   du   point   zéro.  
Notre  ADN  passe  de  deux  à  douze  brins.  Un  nouveau  corps  de  Lumière  est  créé.  Nous  devenons  
plus  intuitifs  et  télépathes.  
 
Le   calendrier   maya   a   prédit   tous   les   changements   qui   se   passent   maintenant.   Il   dit   que   nous  
allons  au-­GHOjGHODWHFKQRORJLHHWUHYHQRQVDX[F\FOHVQDWXUHOVGHOD1DWXUHHWGHO¶8QLYHUV(Q
2012,   nous   devrions   être   entrés   dans   la   cinquième   dimension   (après   le   changement   de   la  
quatrième  dimension  au  point  zéro).  
 
Toutes  ces  informations  ne  sont  pas  alarmantes.  Soyez  préparés  aux  changements  qui  amèneront  
une   période   nouvelle   de   Lumière.   Nous   allons   aller   au-­GHOj GH O¶DUJHnt   et   du   temps,   où   les  
concepts  fondés  sur  la  peur  seront  éliminés  totalement.  
 
«  Inspirez  et  expirez  consciemment  LUMIÈRE  et  AMOUR  tous  les  jours.  »  
 
 
 
 
 
 
 
 
32  
 GIZEH  ET  LES  CRÂNES  DE  CRISTAL  
AKASHIQUES  
 
 
 
6L O¶RQHQFURLW Barbara  Marciniak,  auteur  de  MesVDJHUVGHO¶DXEH,  de  Famille  de  Lumière,  et  
channel  célèbre  aux  États-­Unis,  un  important  site  archéologique  aurait  été  mis  à  jour  en  2002  à  
*L]HK HW LPPpGLDWHPHQW FODVVp WRS VHFUHW HW HQWRXUp G¶XQ SpULPqWUH GH VpFXULWp SDU O¶DUPpH
égyptienne  en  raison  de  pressions  de  la  CIA.  Ce  site  apporterait  en  effet  des  preuves  irréfutables  
FRQFHUQDQWQRQVHXOHPHQWO¶H[LVWHQFHGHO¶$WODQWLGHPDLVDXVVLOHVUDLVRQVGHODILQWUDJLTXHGH
la  civilisation  atlante.  
 
Edgar  Cayce  IXWOHSUHPLHUjUpYpOHUO¶H[LVWHQFHGHFHWWH  VDOOHG¶DUFKLYHVVHFUqWHVHQeJ\SWHHWj
en   prévoir   la   découverte   à   notre   époque   (/HV 0\VWqUHV GH O¶$WODQWLGH UHYLVLWpH).   Dès   1933,   il  
DYDLWPrPHGRQQpVRXVYLVLRQPpGLXPQLTXHXQHGHVFULSWLRQSUpFLVHGHO¶HPSODFHPHQW  :  
«  En   terre   égyptienne,   dans   un   lieX R O¶RQ SpQqWUH j SDUWLU GH OD SDWWH GURLWH GX 6SKLQ[ VH
WURXYH OD VDOOH GHV DUFKLYHV GH O¶KXPDQLWp &HV DUFKLYHV YRQW GHSXLV OH FRPPHQFHPHQW GHV
WHPSV R O¶HVSULW SULW IRUPH HW FRPPHQoD j GHVFHQGUH VXU FHWWH 7HUUH (OOHV FRPSRUWHQW
O¶KLVWRLUH GH WRXWHV OHV QDWLRQV GH OD 7HUUH O¶KLVWRLUH GH OD GHVWUXFWLRQ ILQDOH GH O¶$WODQWLGH HW

 
190  
O¶KLVWRLUH GH OD FRQVWUXFWLRQ GH OD S\UDPLGH GH O¶,QLWLDWLRQ DYHF OHV QRPV GHV LQGLYLGXV GHV
OLHX[DYHFOHVGDWHVHWOHVWHPSVRFHVDUFKLYHVVHURQWjQRXYHDXRXYHUWHV«  
Car   «  DYDQW OH FKDQJHPHQW G¶pSRTXH  »   DYDQW OH SDVVDJH j O¶qUH GX 9HUVHDX  OD YpULWp VHUD
révélée.  On  retrouvera  ces  documents.  Mais  on  ne  pourra  pénétrer  dans  les  salles  souterraines  
en   partant   de   la   patte   du   Sphinx   que   lorsque   les   temps   seront   révolus   et   que   les   changements  
DXURQWpWpDFFRPSOLVGDQVFHWWHSKDVHGHO¶H[LVWHQFHKXPDLQH  »  
 
Sous  une  forme  un  peu  différente,  la  même  prophétie  fut  confirmée  trente  ans  plus  tard,  dans  un  
PRQDVWqUHGX7LEHWSDUFHOXLTXHOHVWKpRVRSKHVRQWSULVO¶KDELWXGHGHGpsigner  sous  le  nom  de  
«  Maître   tibétain  »,   le   Maître   D.K.   Il   annonça   à   Andrew   Tomas   (qui   le   retranscrit   dans   son  
Shambhala,   oasis   de   Lumière)   O¶DYqQHPHQW j QRWUH pSRTXH G¶XQH qUH PHLOOHXUH TX¶LO QRPPH
«  le  cycle  de  Tara  »,  avec  «  OHVLJQHGX&°XU  »  pour  HPEOqPHXQkJHRWRXWHO¶KXPDQLWpGRLWVH
UDVVHPEOHUDXWRXUGHO¶LGpHGHIUDWHUQLWp  
 
Après  avoir  exhorté  chacun  à  se  préparer  à  de  grands  bouleversements,  à  choisir  clairement  son  
FDPSHQWUHODOXPLqUHHWOHVWpQqEUHVODIUDWHUQLWpHWO¶pJRwVPHHWjV¶HQJDJHUGDQVOHFRPEDWHQ
vue  de  cet  avènement,  il  ajouta  :  
«  Gardiens  des  legs  culturels  des  civilisations  disparues,  nous  ouvrirons  les  caveaux  secrets  de  
O¶eJ\SWH HW GpPRQWUHURQV O¶H[LVWHQFH HQ XQ ORLQWDLQ SDVVp G¶XQH VFLHQFH HW G¶XQH WHFKQRORJLH
hautement   avancées.   Sur   leurs   écrans   de   télévision,   les   spectateurs   pourront   contempler   les  
EULOODQWHVUpDOLVDWLRQVGHO¶DQWLTXH$WODQWLGH,OVFRPSUHQGURQWTX¶LOVULVTXHQWGHVXELUODPrPH
destruction.  Dès  que  le  Sphinx  de  Gizeh  aura  lancé  son  avertissement,  soyez  prêts  à  de  grandes  
choses  «  »  
 
7UHQWHDQQpHVV¶pFRXOqUHQWjQRXYHDXDSUqVFHWWHSURSKpWLHMXVTX¶HQFHMRXUGH3kTXHVR
Monique  Mathieu  canalisa  à  son  tour  la  vision  suivante  :  
 
-¶DLGHYDQWPRLXQFUkQHGHFULVWDO,OPHSDUOHHWPHGLW  :  
«  Sur  Terre,  je  représente  ce  que  vous  pourriez  appeler  toutes  les  lois  spirituelles,  toutes  les  lois  
TXL IRQW TXH O¶KRPPH SXLVVH YLYUH SOHLQHPHQW VD YLH SDV VLPSOHPHQW j F{Wp GH VHV IUqUHV
KXPDLQVPDLVGDQVODFRQVFLHQFHGHO¶XQLWpSDUIDLWHDYHFWRXWHYLHVXUFHPRQGHHWjO¶H[WpULHXU
de  ce  monde.  »  
Il  me  dit  aussi  :  
«  2QHVWVXUOHSRLQWGHPHWURXYHUHQeJ\SWHSD\VVLFKHUDXF°XUGHFHFKDQQHOTXLV¶H[SULPH
Le  moment  est  venu,  je  vais  me  révéler  en  même  temps  que  tous  ces  outils  merveilleux  qui  ont  été  
implantés  en  ce  monde,  je  vais  révéler  ma  puissance  aux  êtres  humains,  à  ceux  qui  seront  à  ce  
moment-­là   en   mesure   non   seulement   de   me   comprendre,   mais   aussi   de   mettre   en   application  
O¶LPPHQVHFRQQDLVVDQFHTXLVHWURXYHHQPRL«  »  
 
Les   crânes   de   cristal   ont   GpMj IDLW SOXVLHXUV IRLV SDUOHU G¶HX[ DX FRXUV GX VLqFOH pFRXOp Chris  
Morton  et  Ceri  Louise  Thomas  en  ont  fait  un  livre,  Le  Mystère  des  crânes  de  cristal.  
 
En   1924,   Anna   Le   Guillon   Mitchell-­Hedges   avait   dix-­sept   ans   lorsque,   en   compagnie   de   son  
père  adopWLIO¶H[SORUDWHXUDQJODLV Frederik  Albert  Mitchell-­Hedges,  elle  découvrit  un  crâne  en  
FULVWDO GH URFKH GDQV OHV UXLQHV G¶XQ WHPSOH GH OD FLWp PD\D GLWH «  des   pierres   tombées  »,   à  
Lubaantùn,  au  Belize.  

 
191  
(Q GHKRUV GH O¶DEVHQFH GH VXWXUHV FUkQLHQQHV F¶HVW XQH UHSURGXFWLRQ TXDVL SDUIDLWH G¶XQ FUkQH
humain   féminin.   Il   pèse   5   kilos   et   est   composé   de   deux   morceaux,   la   mâchoire   inférieure  
V¶DMXVWDQWH[DFWHPHQWVXUODSDUWLHVXSpULHXUH  
 
Les  propriétés  optiques  du  crâne  sont  étonnantes  :  
-­  V¶LOHVWpFODLUpSDUOHGessous,  la  lumière  jaillit  par  les  orbites  ;;  
-­  V¶LOHVWIUDSSpjO¶DUULqUHSDUOHVUD\RQVGX6ROHLOXQIDLVFHDXOXPLQHX[LQWHQVH  
   (susceptible  de  mettre  le  feu)  jaillit  des  orbites,  du  nez  et  de  la  bouche.  
 
&HUWDLQH GH O¶DXWKHQWLFLWp GX FUkQH Anna   accepta   de   le   confier   à   une   équipe   de   scientifiques  
spécialisés  dans  la  cristallographie  de  la  société  Hewlett-­Packard.  
 
Après  six  mois  de  tests,  les  conclusions  tombèrent  :  
 
‡  &H FUkQH HVW FRQVWLWXp G¶XQ TXDUW] QDWXUHO H[WUrPHPHQW SXU GX GLR[\GH GH VLOLFLXP «  piézo-­
électrique  »  anisotrope.  
 
‡  Ses  deux  parties  sont  taillées  dans  le  même  bloc  de  cristal  de  roche.  
 
‡  ,OQHSUpVHQWHDXFXQHWUDFHG¶LQVWUXPHQWQLDXFXQHPDUTXHPLFURVFRSLTXHTXHOFRQTXH  
 
‡  Il  est  impossible  de  dater  sa  fabrication  (car  le  cristal  ne  vieillit  pas).  
 
‡  Avec  la  technologie  actuelle  de  travail  du  diamant,  il  faudrait  un  an  pour  reproduire  son  aspect    
H[WpULHXU HW LO \ DXUDLW GHV WUDFHV G¶XVLQDJH TXH FH FUkQH QH FRPSRUWH SDV  !   Quant   aux   effets  
prismatiques,  leur  reproduction  serait  encore  plus  difficile  à  obtenir.  
 
‡  Une   fabrication   artisanale   identique   aurait   sans   doute   requis   plus   de   trois   cents   années   de  
travail  continu  !  
 
Il  existe  onze  autres  crânes  de  cristal  aux  mêmes  propriétés  connus  et  répertoriés.    
 
En  1996,  trois  de  leurs  propriétaires  ont  accepté  de  prêter  leur  exemplaire  au  British  Museum,  à  
ILQ G¶H[SHUWLVH (W GHSXLV VLOHQFH  !   Les   autorités   du   British   Museum   refusent  obstinément   non  
seulement  de  livrer  leurs  conclusions,  mais  également  de  dire  pourquoi  !  
 
Une   légende   maya  est  attachée  à  ces  crânes  de  cristal,  qui  affirme  que  lorsque   les  treize  crânes  
seront   réunis   ils   révéleront   le   secret   de   la   vie.   Selon   la   tradition   maya,   ces   crânes   nous   ont   été  
transmis  par  les  Atlantes,  qui  les  tenaient  des  Initiateurs  venus  du  Ciel.  
 
Barbara   Marciniak   (Pleiadian   Sessions)   et   Anne   Givaudan   (Alliance)   ont   confirmé   la   récente  
GpFRXYHUWHj*L]HKGHSUHXYHVGHO¶H[LVWHQFHGHO¶$WODQWLGH  
 
Une   salle   secrète   aurait   effectivement   été   identifiée.   Elle   pourrait   abriter   le   treizième   crâne   de  
cristal  :  relié  à  la  mémoire  des  douze  autres,  ce  crâne  contiendrait  des  archives  relatant  en  détail  
WRXWHO¶KLVWRLUHGHODFLYLOLVDWLRQDWODQWHGHVDFUpDWLRQGHVRQDSRJpHSXLVGHVDGpFDGHQFHHWGH

 
192  
sa  chute.  Cette  mémoire  apporterait  la  preuve  irréfutable  de  la  supériorité  technologique  de  cette  
FLYLOLVDWLRQVXUODQ{WUHHWHOOHSHUPHWWUDLWG¶pWDEOLUGHPDQLqUHLQIDLOOLEOHTXHF¶HVWELHQjFDXVH
GHO¶RUJXHLOGHV$WODQWHVHWGHOHXUWUDQVJUHVVLRQSURJUHVVLYHGHODORLG¶DPRXUTXHOHXUFRQWLQHQW
fut  finalemeQWHQJORXWLORUVG¶XQHIIUR\DEOHFDWDFO\VPH  
 
/HFUkQHDSSRUWHUDLWpJDOHPHQW ODSUHXYHTXH OHV GLHX[GXSDQWKpRQpJ\SWLHQ Q¶pWDLHQWSDVGHV
«  divinités  »   DX VHQV R O¶HQWHQGHQW JpQpUDOHPHQW OHV VFLHQWLILTXHV GH QRV MRXUV PDLV ELHQ GHV
HQYR\pV G¶2ULRQ YHQus   initier   Thot   à   la   religion   solaire,   et   lui   transmettre   les   clés   de  
O¶DQWLJUDYLWDWLRQ HW GH OD GpPDWpULDOLVDWLRQUHPDWpULDOLVDWLRQ HQ YXH GH O¶pGLILFDWLRQ GHV
pyramides.  
 
Il  semble  que  les  Égyptiens  aient  été  en  contact  avec  de  nombreuses  civilisations  extraterrestres.  
/HV LQLWLDWLRQV TXL DYDLHQW OLHX GDQV OD *UDQGH 3\UDPLGH RXYUDLHQW DX QpRSK\WH O¶DFFqV j OD
PXOWLGLPHQVLRQQDOLWpHWDX[PRQGHVG¶RXWUH-­espace.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

33  
 LA  TERRE  :  UN  LABORATOIRE  COSMIQUE  
 
 
Jose  Trigueirinho  Netto  est  né  à  São  Paulo,  au  Brésil.  Il  a  vécu  en  Europe  pendant  des  années  et  
y   a   établi   des   contacts   avec   des   êtres   avancés,   parmi   lesquels   Paul   Brunton.   Il   demeure  
DXMRXUG¶KXL j OD Ferme   de   Figueira,   centre   spirituel   fondé   et   cordonné   par   lui   dans   le   Minas  
Gerais.   Cent   personnes   résident   dans   ce   centre   et   des   milliers   de   visiteurs   participent,   pour   la  
GXUpH GH OHXU VpMRXU DX[ WkFKHV HW pWXGHV TXL V¶\ GpURXOHQW /H WUDYDLO GH Trigueirinho   Netto  
LQFOXW O¶DVVLVWDQFH j OD SRSXODWLRQ SDXYUH GH OD UpJLRQ /HV DFWLYLWpV GX JURXSH VRQWWRWalement  
RULHQWpHV YHUV O¶HQVHPHQFHPHQW GX QRXYHO pWDW GH FRQVFLHQFH HQ YRLH G¶pPHUJHU GDQV
O¶KXPDQLWp  
 
Particularité  du  lieu  G¶LPPHQVHVYDLVVHDX[\WUDQVLWHQWHQSHUPDQHQFH  
 
/HVDXWRFKWRQHVQ¶\IRQWSOXVJXqUHDWWHQWLRQ/DKDXWHYLEUDWLRQDPELDQWHSHUmet  à  ceux  qui  se  
ODLVVHQWSRUWHUG¶HQWUHUHQFRQWDFWYLVXHORXWpOpSDWKLTXHDYHFFHV YpULWDEOHV YLOOHV IORWWDQWHVGH
O¶HVSDFHG¶RULJLQHH[WUDHWLQWUDWHUUHVWUH Trigueirinho  entretient  depuis  des  années  des  relations  
constantes  avec  les  civilisations  avancées  contrôlant  ces  «  vaisseaux  de  cristal  »  (appellation  des  
WpPRLQV RFXODLUHV  ,O D UHoX GHV rWUHV GH O¶HVSDFH GHV HQVHLJQHPHQWV TXL UHFRXSHQW GH
QRPEUHXVHVDXWUHVVRXUFHVG¶LQIRUPDWLRQVpPDQDQWGHVKLpUDUFKLHVJDODFWLTXHV  

 
193  
 
 
Pour   comprendre   la   situation   chaotique   qui   sévit   sur   la   Terre,   entre   les   hommes,   il   faut  
reconnaître   que   notre   planète   a   servi   de   réservoir   de   «  greffes   spatiales  » GRQW O¶RULJLQH HVW OH
cosmos.   Cela   signifie   que   des   humains   ont   été   transplantés   de   différentes   planètes,   différentes  
galaxies,   différents   mondes.   Par   conséquent,   la   Terre   a   servi   de   filtre   purificateur   à   toute   une  
région   du   cosmos.   Prenons   un   exemple   SURYHQDQW G¶XQ SRLQW GH O¶8QLYHUV OHV DEHLOOHV QRQ
VHXOHPHQW YLYHQW VDQV ULHQ GpWUXLUH PDLV SDUWLFLSHQW j O¶pSDQRXLVVement   des   plantes.   Venant  
G¶XQ DXWUH SRLQW GH O¶8QLYHUV LO \ D OHV IRXUPLV TXL GpWUXLVHQW WRXW VXU OHXU SDVVDJH Certains  
KRPPHV VH FRPSRUWHQW FRPPH OHV DEHLOOHV HW G¶DXWUHV FRPPH OHV IRXUPLV   et   la   Terre   est   un  
véritable  laboratoire  expérimental.  
 
/¶KRPPHGHYUDLWDYRLUODQRWLRQG¶XQLRQDYHFOHVDXWUHVHVSqFHVPDLVDXFRQWUDLUHLODVVDVVLQH
OHV DQLPDX[ SRXU V¶HQ QRXUULU $LQVL GHV PLOOLRQV G¶DQLPDX[ VRQW WXpV FKDTXH MRXU GDQV OHV
DEDWWRLUV'HSDUFHIDLWO¶KRPPHQHSHXWrWUHHQKDUPRQLHDYHFODQDture  et  il  ne  peut  accéder  à  
XQHFRQVFLHQFHVXSpULHXUHQLVXUOHSODQPHQWDOQLVXUOHSODQpPRWLRQQHO3DUFHTX¶LOPDQJHGHV
cadavres   qui   ont   souffert,   les   cellules   de   son   corps   gardent   des   mémoires   lourdes   et   négatives,  
qui  limitent  leur  fonctionnement  jGHVQLYHDX[TXLQHSHUPHWWHQWSDVG¶DWWHLQGUHOHVFRHIILFLHQWV
intellectuel  et  intuitif   corrects.  Ces  derniers  devraient  se  situer  entre  8%  et  12%,  mais  90%  des  
KXPDLQVDWWHLJQHQWjSHLQH(LQVWHLQIXWO¶XQGHVUDUHVjDWWHLQGUH LOpWDLWYpJpWDULen).  
 
LES  PASSAGES  «  NAISSANCES  /  MORTS  »  SONT-­ILS  
OBLIGATOIRES  ?  
 
Ceux  qui  continueront  à  manger  des  cadavres  resteront  prisonniers  de  deux  lois  de  base  propres  
aux  civilisations  peu  évoluées  :  la  naissance  physique  et  la  mort  physique.  
 
Ce   qui   arrive   actXHOOHPHQW F¶HVW OD WUDQVIRUPDWLRQ GHV ORLV PDWpULHOOHV HQ ORLV VXSUDSK\VLTXHV
Dans   leur   majorité,   les   êtres   humains   ne   peuvent   appréhender   les   lois   supraphysiques,   et   leurs  
concepts  de  la  pensée  courante  ne  peuvent  aller  au-­delà  des  choses  matérielles.  En  raison  de  leur  
PRGHGHYLHLOVQHSHXYHQWV¶RFFXSHUGHFKRVHVpYROXWLYHVG¶RUGUHVXSpULHXU  
 
LA  PLANETE  DU  LIBRE  ARBITRE  
 
1RXVMRXLVVRQVLFL RXSOXW{WQRXVVRPPHVYLFWLPHV G¶XQWRWDOOLEUHDUELWUHFHTXLQ¶H[LVWHFKH]
aucune   autre   humanité.   Ce   contrat   expérimental,   choisi   au   départ   et   qui   arrive   à   sa   fin,   ne  
SRXYDLWrWUHOHYpTX¶jVRQWHUPH7RXWHQRWUHFLYLOLVDWLRQGHSXLVGHVPLOOpQDLUHVDpWpIDoRQQpH
au  travers  du  libre  arbitre.  Le  constat,  hélas,  est  que  cette  expérience  aboutit  au  chaos.  En  effet,  
VHXOHPHQWGHO¶KXPDQLWpDUpXVVLjIDLUHOHSRQWDYHFOHSODQVXSpULHXUHWDpFKRXp  
 
(Q O¶RFFXUUHQFH LO HVW FODLU TXH OHV SUpVHQWHV LQIRUPDWLRQV QH FRQFHUQHQW TXH OHV  GH
O¶KXPDQLWpFDSDEOHVGHOHVDSSUpKHQGHU FHODIDLWWRXWGHPrPHVL[FHQWVPLOOLRQVG¶kPHV &HWWH
SDUWLHGH O¶KXPDQLWpWRXWHQXWLOLVDQWVRQOLEUHDUELWUHDQpDQPRLQVSXGpYHORSSHUGHVTXDOLWpV
WHOOHV TXH OH GLVFHUQHPHQW O¶pQHUJLH DPRXUHXVH O¶DFWLYLWp LQWHOOLJHQWH« (W F¶HVW SUpFLVpPHQW
cette  partie  (10%)  qui  est  désignée  sous  le  nom  de  «  rachetable  »,  parce  que  justement  son  état  
de  maturité  se  met  implicitement  au  service  de  la  volonté  supérieure.  

 
194  
 
'(6087$17648,6¶,*125(17  
 
À  partir  de  là,  comment  reconnaître  les  personnes  aptes  à  vivre  sur  la  nouvelle  Terre  une  fois   la  
planète  réorganisée  et  purifiée  ?  Qui  va  composer  la  nouvelle  race  humaine  ?  Ce  sont  ceux  qui,  
tout  simplement,  au  travers  de  leur  libre  arbitre,  ont  renoncé  à  leur  volonté  purement  matérielle  
et  psychologique  pour  se  rallier  à  une  volonté  spirituelle  sXSpULHXUHYHQDQWGHO¶LQWpULHXUDXSOXV
SURIRQGG¶HX[-­PrPHV,OVVRQWHWFHODDSHUPLVO¶LPSODQWDWLRQJUDGXHOOHG¶XQQRXYHDXFRGH
JpQpWLTXHGDQVOHXU$'13RXUG¶DXWUHVOHFRGHVHUDFKDQJpDXIXUHWjPHVXUHGHOHXUGpSDUWGH
la  surface  de   la  Terre.  3RXUO¶LQVWDQWPrPHFHX[TXLVRQWFKDUJpVGXQRXYHDXFRGHRQWHQFRUH
GHVGLIILFXOWpVH[LVWHQWLHOOHVFDULOVVRQWWRXMRXUVSRUWHXUVVLPXOWDQpPHQWGHO¶DQFLHQFRGHVDXI
quelques  exceptions.  
 
Ces  choses  ne  sont  pas  détectables  par  des  analyses  de  laboratoire,  et  le  nouveau  code  ne  pourra  
HQWUHUHQDFWLRQTX¶DSUqVODSXULILFDWLRQGHO¶KRPPH&HOOH-­ci  ne  se  fera  que  quand  il  ne  restera  
VXU OD 7HUUH TXH OD SDUWLH GH O¶KXPDQLWp «  rachetable  ».   Dans   le   cas   contraire,   on   risquerait   de  
faire   un   mauvais   emploi   du   QRXYHDX FRGH 1RXV YR\RQV ELHQ TX¶DFWXHOOHPHQW LO HVW IDLW
majoritairement  un  mauvais  usage  de  tout.  
 
/¶KRPPH OLp DX[ ORLV QDWXUHOOHV HVW REQXELOp SDU GH QRXYHOOHV DFTXLVLWLRQV HW SHQVH TXH OH
progrès   ne   passe   que   par   là.   En   revanche,   une   quête   de   conscience   élevée   dans   le   service   aux  
autres  crée  des  opportunités  de  situation  totalement  étonnantes.  
 
LE  BASCULEMENT  
 
/D IRQFWLRQ GH OD QRXYHOOH KXPDQLWp VHUD G¶DWWHLQGUH XQ pWDW G¶LQDOWpUDELOLWp 'H  QRV
coefficients   intellectuel   et   intuitif   devraient   passer   à   69%.   Des   continents   entiers   vont   être  
engloutis.   Il   y   aura   un   nouveau   règne   végétal   et   animal,   et   même   minéral.   Pendant   cette  
purification,  il  y  aura  une  alliance  particulière  entre  les  forces  telluriques  et  les  forces  solaires,  et  
ce  sera  la  fin  de  la  domination  des  lois  matérielles  et  physiques.  
 
Remarquez   que,   dès   que   vous   entrez   en   contact   avec   la   seule   idée   de   cette   réalité,   vous   vous  
sentez  immédiatement  vibrer  sur  une  planète  différente  tout  en  étant  toujours  dans  votre  contexte  
actuel,  car  vous  faites  déjà  le  pont  avec  les  niveaux  supraphysiques  qui  sont  en  action.  
 
ORIENTER  NOTRE  VIE  
 
Les   questions   de   base   que   beaucoup   de   personnes   conscientes   se   posent   sont  :    
 
Que  dois-­je  faire  ?  Où  dois-­je  aller  ?  Quelle  attitude  adopter  ?  
 
Ne  vous  souciez  pas  de  ces  choses,  car  elles  seront  résolues  par  des  lois  immatérielles.  En  cas  de  
catastrophe  nucléaire,  vous  ne  pourrez  pas  résoudre  les  problèmes  de  votre  survie  avec  des  lois  
matérielles.   Pour   que   vous   ne   soyez   pas   désintégré,   vous   devez   simplement   rester   relié   en  
conscience  aux  mondes  supraphysiques.  Si  vous  commencez  à  établir  et  à  entretenir  cette  liaison  

 
195  
permanente,   vous   verrez   que   vos   besoins   physiques,   matériels   et   psychologiques   seront  
entièrement  changés.  
 
Il  suffit  de  vouloir  être  le  meilleur  possible  
sans  trop  penser  à  soi.  Alors  on  est  automatiquement  relié.  
 
Y  a-­t-­il  des  exercices  à  effectuer  ?  Aucun.  
/HVHXOH[HUFLFHQpFHVVDLUHF¶HVWOHGRQGHVRL  
au  service  des  plans  supérieurs.  
 
Tous   ceux   qui   répondent   à   ces   critères   sont   connus   par   les   civilisations   supérieures  
extraterrestres  et  intraterrestres  qui  travaillent  avec  nous  pour  la  réorganisation  planétaire.  
 
&KDFXQGRLW°XYUHUVXUFHSDUTXRLLOHVWOHSOXVLQVSLUpHWGpWHFWHUOHVRSSRUWXQLWpVTXLOXLVRQW
offertes.  Pour  ceux  qui  choisissent  le  service,  rien  ne  leur  fera  défaut.  Dans  le  cas  où  tout  serait  
FRQWDPLQp IUXLWVOpJXPHVFpUpDOHV« ULHQQHOHXUPDQTXHUDHWLOVDXURQWFHTXLHVWQpFHVVDLUH
SRXUVDXYHUOHXUpTXLOLEUHHWDFFRPSOLUOHXU°XYUH  
 
 
Pour   ceux   qui   seraient   intéressés,   il   eVW SRVVLEOH G¶HIIHFWXHU GHV VpMRXUV j OD FDUWH GDQV OD FRPPXQDXWp GH
7ULJXHLULQKR1HWWR PqWUHVG¶DOWLWXGH  ;;  à  6  heures  de  voiture  de  São  Paulo).    
Ferme  de  Figueira  ±  José  Trigueirinho  Netto  
CP  29  ±  Carmo  du  Cachoeira  M.G.  
CEP  37.225.000  BRASIL  
Tél.  :  055-­35/3225-­1293  (après  15  heures  en  France)  
Fax  :  055-­35/3225-­1428  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

34  
/¶$9Ê1(0(17'(/$6,;,Ê0(5$&(  
 
 
Le   maître   bulgare   Peter   Deunov   IXW XQ rWUH G¶XQWUqV KDXW QLYHDX GH FRQVFLHQFH TXL D GRQQp
durant  toute  sa  vie,  un  exemple  de  pureté,  de  sDJHVVHHWG¶LQWHOOLJHQFHeWDEOLSHQGDQWGHVDQQpHV
SUqVGH6RILD LODSDUVRQUD\RQQHPHQWpYHLOOpjODVSLULWXDOLWpGHV PLOOLHUVG¶kPHVDXVVLELHQ
HQ %XOJDULH TXH GDQV OH UHVWH GH O¶(XURSH ,O IXW HQ O¶RFFXUUHQFH OH JUDQG PDvWUH j SHQVHU
G¶2PUDDP0LNKaël  Aïvanhov.    
 

 
196  
9HUV OD ILQ GH VD YLH F¶HVW-­à-­dire   dans   les   années   1940,   ce   grand   visionnaire   prédit   que   dans  
O¶pSRTXH GHWUDQVLWLRQ TXL DUULYDLW F¶HVW-­à-­dire   celle   que   nous   vivons   actuellement,   il   existerait  
GHX[FDWpJRULHVG¶kPHVTXLVHUDLHQW LQFDUQpHs  en  même  temps  G¶XQHSDUWFHOOHVTXLVRQWGpMj
SUrWHV j DFFXHLOOLU OH 9HUVHDX SDUFH TX¶HOOHV VRQW DX VHXLO GH O¶pYHLO HQ SDVVH GH IUDQFKLU XQ
QRXYHDXGHJUpGDQVODFRPSUpKHQVLRQGHO¶DPRXUHWGHVUHODWLRQVHQWUHOHVrWUHVHWG¶DXWUHSDUW
toutes   les   autres,   qui   représentent   la   quasi-­totalité   de   la   population   actuelle   de   la   Terre,   et   qui  
YLYHQWHQFRUHSORQJpHVGDQVO¶pJRwVPHHWO¶LOOXVLRQGXVpSDUDWLVPH  
 
,ODYDLWpJDOHPHQWSUpGLWTX¶DXGpEXWGXQRXYHOkJHFHVGHX[JURXSHVFRQWLQXHUDLHQWjFRH[LVWHU
penGDQWXQFHUWDLQWHPSVVDQVGRXWHSOXVLHXUVGL]DLQHVG¶DQQpHV  
 
Mais  dès  la  venue  de  la  nouvelle  ère,  et  contrairement  à  ce  que  nous  vivons  encore,  le  système  
GH JRXYHUQHPHQW HQ YLJXHXU DXUDLW G€ LPPpGLDWHPHQW FHVVHU G¶rWUH FHWWH RUJDQLVDWLRQ GH
nivellemenW SDU OH EDV TXH O¶RQ QRPPH GpPRFUDWLH HW TXL Q¶HVW DX IRQG TX¶XQH GLFWDWXUH
OXFLIpULHQQHGpJXLVpH&HWWHVLWXDWLRQV¶HVWSURORQJpHMXVTX¶jQRVMRXUVJUkFHjODSXLVVDQFHGHOD
Loge  Noire,  qui  a  toujours  réussi  à  empêcher   les   populations  de   la  Terre  de  se   prononcer  avec  
clarté  et  conviction  en  faveur  du  renouveau.  
 
Dès  que  la  période  de  purification  de  la  planète  sera  achevée,  le  changement  deviendra  réalisable  
en  quelques  mois.  
 
'DQV OH QRXYHDX V\VWqPH O¶DXWRULWp PRQGLDOH GHYUDLW rWUH FRQILpH QRQ SOXV j Xne   poignée   de  
marionnettes  manipulées  par  «  les  Gris  »,  mais  à  un  collège  de  grands  et  nobles  êtres  totalement  
GpYRXpVjOD/XPLqUHHWjO¶DPRXUGHOHXUSURFKDLQ$XGpEXWFHUWDLQVULVTXHURQWG¶DFFHSWHUFH
ERXOHYHUVHPHQWjFRQWUHF°XUPDLVWRXVGHYUDLHQWtrès  vite  réaliser  à  quel  point  il  est  salutaire  et  
bénéfique.  
 
LA  SYNARCHIE  ET  SAINT-­<9(6'¶$/9(<'5(  
 
/HV\VWqPHV\QDUFKLTXHUpJLWO¶8QLYHUVWRXWHQWLHUGDQVOHVDXWUHVGLPHQVLRQV(WLOH[LVWHDXVVL
une  synarchie  dans  le  plan  physique  en  Agartha  (monde  intraterrestre).  
 
Saint-­<YHV G¶$OYH\GUH   est   le   premier   à   en   avoir   décrit   les   rouages   institutionnels   en   détail.   À  
O¶pSRTXHGHODSDUXWLRQGHVRQOLYUH0LVVLRQGHO¶,QGHHQ(XURSH,  à  la  fin  du  XIXe  siècle,  il  ne  fut  
SDVSULVDXVpULHX[G¶DXWDQWTX¶LOSDVVDLt  souvent,  même  aux   yeux  de  ses  admirateurs,  pour  un  
RULJLQDO HW XQ UrYHXU 'H IDLW LO Q¶pWDLW SDV XQ UrYHXU PDLV XQ YR\DJHXU GH O¶DVWUDO FDU LO OXL
DUULYDLW IUpTXHPPHQWGHVHGpGRXEOHUFHTXL OXL SHUPHWWDLWGHYLVLWHUG¶DXWUHVPRQGHVGDQV OHV
dimensions  supérieures  HQSDUWLFXOLHULOHXWGHVFRQWDFWVDYHFFHOXLTX¶LODQRPPp «  le   roi  du  
monde  en  Agartha  »  (royaume  de  la  Terre  creuse).  
 
Omraam   Mikhaël   Aïvanhov   IXW OH SUHPLHU j DWWLUHU GH QRXYHDX O¶DWWHQWLRQ GX PRQGH VXU
O¶LPSRUWDQFHGHO¶°XYUHGHSaint-­<YHVG¶$OYH\GUH  HWODSURIRQGHXUGHFHUWDLQHVUpYpODWLRQVTX¶LO
DYDLW IDLWHV HQ VRQ WHPSV ORUV G¶XQH VpULH GH FRQIpUHQFHV TX¶LO GRQQD VXU O¶$JDUWKD GDQV OHV
DQQpHV/¶XQHG¶HOOHVHVWUHWUDQVFULWHGDQVOHOLYUH/H9HUVHDXHWO¶$YqQHPHQWGHO¶kJHG¶RU,  
où   il   écrit  :   «  /¶$JDUWKD LQWUDWHUUHVWUH  HVW XQ UR\DXPH WUqV VDJHPHQWRUJDQLVp HW JRXYHUQp R

 
197  
GHV PLOOLRQVG¶KRPPHVYLYHQWGDQVODSURVSpULWpODSDL[HWOHERQKHXUjO¶DEULGHV PDODGLHVHW
même  de  la  vieillesse.  »  
 
Malgré  ses  bonnes  relations  avec  les  milieux  et  les  courants  de  pensée  les  plus  divers,  malgré  ses  
QRPEUHX[ FRQWDFWV DXVVL ELHQ DYHF GHV SROLWLFLHQV GHV PLOLWDLUHV GHV PHPEUHV GH O¶eJOLVH
TX¶DYHF GHV DUWLVWHV RX GHV VSLULWXDOLVWHV GH WRXWHV WHQGDQFHV HW PrPH DYHF TXHOTXHV WrWHV
couronnées,  il   ne  réussit  jamais  réellement  à  être  pris  en  considération  de  son  vivant  autrement  
que  par  Papus,  qui  voyait  en  lui  son  maître.  
 
UNE  PROGRESSION  VERTIGINEUSE  
 
Peter  Deunov  a  prédit  que  la  mise  en  place  de  la  synarchie  produira  de  grandes  transformations.  
/¶KXPDQLWpSRXUUDHQWUHUUDSLGHPHQWHQUHODWLRQDYHFOHVrWUHVTXLSHXSOHQWOHV\VWqPHVRODLUHHW
PrPHDYHFG¶DXWUHVJDOD[LHV&HODSHXWUHVVHPEOHUjXQFRQWHGHIpHVSRXUFHUWDLQV&HSHQGDQW
imaginez   quel   effet   aurait   produit   sur   des   gens   vivant   au   début   du   XXe   siècle   un   clairvoyant  
prophétisant  la  banalisation  des  navettes  spatiales  quelques  décennies  plus  tard  !  
 
Le   maître   Hilarion   D H[SOLTXp TX¶LO H[LVWH GDQV O¶8QLYHUV GLIIpUHQWV QLYHDX[ RX SDOLHUV TXL
déterminent   et   fixent   le   niveau   technologiqXH DXWRULVp SRXU FKDTXH FROOHFWLYLWp G¶kPHV HQ
IRQFWLRQ GH VRQ GHJUp G¶pYHLO 6L[ QLYHDX[ RQW DLQVL pWp pWDEOLV j O¶LQWpULHXU GHVTXHOV OHV kPHV
ont  la  possibilité  de  se  répartir  selon  leur  tonalité  vibratoire  et  leur  fréquence  porteuse.  
 
-XVTX¶j SUpVHQW O¶KXPDQLWp TXL KDELWH OD VXUIDFH WHUUHVWUHRFFXSH GHSXLV OD FKXWH GX SDUDGLV OD
plus   basse   et   la   plus   mauvaise   de   ces   catégories.   /¶XWLOLVDWLRQ SDU OHV $WODQWHV GH FHUWDLQHV
technologies  très  évoluées,  qui  leur  permirent  notamment  de  se  rendre  sur  Mars  il  y  a  plus  de  dix  
PLOOH DQV Q¶pWDLW SDV FRQIRUPH j FH TXL HVW QRUPDOHPHQW DXWRULVp DX VWDGH GX GpYHORSSHPHQW
VSLULWXHODXTXHOFRUUHVSRQGDLWODIUpTXHQFHYLEUDWRLUHGHFHWWHUDFH(WO¶XWLOLVDWLRQSDUO¶KXPDQLWp
FRQWHPSRUDLQHGHO¶pQHUJLHDWRPLTXHHWQXFOpDLUHQ¶HVWHQSULQFLSHSDVQRQSOXVFRPSDWLEOHDYHF
QRWUHSDOLHUDFWXHOG¶pYROXWLRQ  
 
2U VL FHOD V¶DYpUDLW QpFHVVDLUH Aïvanhov   Q¶KpVLWHUDLW VDQV GRXWH SDV j SRXVVHU OHV KXPDLQV j
O¶XWLOLVDWLRQGHFHWWHIRUPHGHIHXFRVPLTXHDILQTXHOHWULDJHSUpGHVWLQpSXLVVHV¶HIIHFWXHUTXH
FH TXL GRLW rWUH GpVDJUpJp OH VRLW HW TXH FH TXL D SRXU YRFDWLRQ G¶rWUH VSLULWXDOLVp SXLVVH
UpLQWpJUHU OH FKHPLQ GH OD /XPLqUH &¶HVW SHXW-­être   la   seule   et   unique   raison   pour   laquelle  
O¶LQWHOOLJHQFH FRVPLTXH TXL Q¶HVW TXH SXU DPRXU,   pourrait   avoir   accepté   que   les   humains  
GLVSRVHQWjO¶KHXUHDFWXHOOHG¶HQJLQVGHGHVWUXFWLRQPDVVLYH  
 
4XHOTXHV DQQpHV DSUqV OD ILQ GHV WULEXODWLRQV SUREDEOHPHQW G¶LFL XQH GpFHQQLH O¶KXPDQLWp
pourrait  être  autorisée  à  accéder  au  deuxième  des  six   niveaux,  où  le  contact  et  la  collaboration  
DYHFOHVDXWUHVUDFHVTXLSHXSOHQWQRWUHJDOD[LHVRQWSHUPLVHWHQFRXUDJpV&¶HVWjFHVWDGHTXH
devrait  se  réaliser  une  coopération  étroite,  peut-­être  même  une  fusion  entre  la  race  agarthienne  et  
la  sixième  race  mère  naLVVDQWHGHO¶KXPDQLWpGHVXUIDFH  
 
*UkFH DX JpQpUHX[ FRQFRXUV GHV PDvWUHV GH O¶$JDUWKD GHV SURJUqV VWXSpILDQWV GHYUDLHQW rWUH
UpDOLVpVGDQVOHVGRPDLQHVGHVWUDQVSRUWVGHO¶DJULFXOWXUHGHODPpGHFLQHHWGDQVELHQG¶DXWUHV
encore.   Les   Agarthiens   expliqueront   aux   fondateurs   de   la   sixième   race   comment   voyager   dans  

 
198  
O¶HVSDFH HW GDQV OH WHPSV FRPPHQW FRPPXQLTXHU DYHF OHV GHYDV HW OHV DQLPDX[ GHV IRUrWV
comment   ressouder   ou   faire   repousser   en   quelques   semaines   des   membres   arrachés,   et   bien  
G¶DXWUHVFKRVHVSOus  extraordinaires  encore  !  Les  humains  deviendront  capables  de  contracter  ou  
GHGLODWHUOHWHPSVjYRORQWpHWVDQVHIIRUW&KDTXHIR\HUGLVSRVHUDG¶XQORJLFLHOUpYROXWLRQQDLUH
à   mémoire   akashique   intégrée,   permettant   de  restituer   fidèlement   et   en   un   clin   G¶°LO Q¶LPSRUWH
quel   espace-­temps   du   passé,   ou,   grâce   à   un   calcul   de   probabilité   appliqué   à   cette   mémoire,   de  
SURMHWHU LQVWDQWDQpPHQW VXU XQ pFUDQ O¶LPDJH WULGLPHQVLRQQHOOH G¶XQ PRPHQW VpOHFWLRQQp GX
IXWXU (Q G¶DXWUHV WHUPHV O¶KXPDQLWp GHYUDLW GLVSRVHU Uapidement   de   machines   à   explorer   le  
temps  capables  de  reconstituer  fidèlement  les  enregistrements  du  passé  et  de  les  retranscrire  sans  
DXFXQHDOWpUDWLRQRXELHQGHSUpVHQWHUXQHSURMHFWLRQGHVWHQGDQFHVSUpVHQWHVGDQVO¶DYHQLU  
 
Dans  son  livre  La  Nouvelle  &XOWXUHGHO¶qUHGX9HUVHDX,  le  Dr  Methodi  Konstantinov,  qui  fut  un  
proche   disciple   de   Peter   Deunov PHQWLRQQH XQ GpWDLO TXL O¶DYDLW SURIRQGpPHQW pWRQQp ORUVTXH
VRQPDvWUHOXLDYDLWGpFULWFHUWDLQVDVSHFWVGHODYLHTXRWLGLHQQHDXFRXUVGHO¶qUHGX9HUVHDu.  Il  
V¶DJLW GX IDLW TXH   WRXV OHV WUDQVSRUWV GHYUDLHQW V¶HIIHFWXHU GDQV XQ VLOHQFH WRWDO JUkFH DX[
GpFRXYHUWHVVXUO¶DQWLJUDYLWDWLRQDX[TXHOOHVO¶KRPPHGHODVL[LqPHUDFHSRXUUDDYRLUDFFqVGqV
TXHO¶RSSRUWXQLWpOXLVHUDRIIHUWHGHFROODERUHUDYHFOHV$Jarthiens.  /¶LPSUHVVLRQGHVLOHQFHHWGH
SDL[TXLUpJQHUDSDUWRXW\FRPSULVGDQVOHVJUDQGHVYLOOHVSHUPHWWUDjO¶rWUHKXPDLQG¶pYHLOOHU
SOXV IDFLOHPHQW VHV FRUSV VXEWLOV HW GH UHMRLQGUH DLQVL GHV SODQV GH FRQVFLHQFH TXL DXMRXUG¶KXL
sont  encore  inconnus  dHODPDMRULWpG¶HQWUHQRXV  
 
AUTRE  ALIMENTATION,  AUTRE  SOCIETE  
 
Selon   Peter   Deunov ORUVTXH VH SURGXLUD OH UHGUHVVHPHQW GH O¶D[H GH OD 7HUUH XQH QRXYHOOH HW
extraordinaire   végétation   devrait   sortir   du   sol,   dont   la   plus   étonnante   sera   certainement   ce  
giganWHVTXHDUEUHjEOpFDUWRXWHQpWDQWXQDUEUHIUXLWLHUGHODWDLOOHG¶XQFKrQHVHVIUXLWVDXURQW
exactement   les   mêmes   propriétés   que   le   blé   céréalier   actuel  ;;   ce   sera   toujours   du   blé,   mais  
présenté   et   offert   à   la   consommation   des   humains   sous   une   forme   nouvelle   et   encore   plus  
savoureuse.   '¶DLOOHXUV O¶DOLPHQWDWLRQ GH O¶KXPDQLWp GHYUDLW UDSLGHPHQW GHYHQLU QRQ SOXV
carnivore   ni   même   végétarienne,   mais   strictement   frugivore,   ce   qui   économisera   le   temps  
FRQVLGpUDEOH SDVVp DXMRXUG¶KXL j OD SUpSDUDWLRQ GH QRV Wrois   repas   quotidiens   (du   moins   pour  
ceux  qui  ont  la  chance  de  manger  à  leur  faim).  
 
La  civilisation  de  la  sixième  race  pourrait  ainsi  être  celle  du  temps  libre.  Mais  ce  temps  ne  sera  
SOXV JDVSLOOp QL SHUGX FRPPH LO O¶HVW HQFRUH VL VRXYHQW GH QRV MRXUV ,O   sera   consacré   à   des  
activités   spirituelles,   et   en   cela   la   nouvelle   culture   devrait   rejoindre   celles   qui   coexistent   déjà  
actuellement  sur  différentes  planètes  sur  le  plan  éthérique.  
Danièle  Michel,  voyante  et  disciple  méconnue  G¶2PUDDP0LNKDsO$wYDQKRY,  qui  quitta  le  plan  
SK\VLTXHDXGpEXWGHO¶DQQpHDYDLWYLVXDOLVpTXHles  Vénusiens,  qui  ±  soit  dit  en  passant  ±  
KDELWHQWGDQVODVSKqUHpWKpULTXHGH9pQXVHWTX¶DXFXQ°LOQLLQVWUXPHQWG¶REVHUYDWLRQKXPDLQV
ne  pourront  jamais  apercevoir  physiquement,  vivent  en  communautés  fonctionnant  selon  les  lois  
de  la  synarchie.  
 
2UWRXWFHODQ¶HVWSDVXQUrYHQLXQHILFWLRQ&DUF¶HVWYHUVFHPRGqOHGHFLYLOLVDWLRQVRODLUHHW
V\QDUFKLTXHTXHODVL[LqPHUDFHGHO¶KXPDQLWpGHYUDLWFRPPHQFHUjVHGLULJHUDSUqVODSériode  
GHSXULILFDWLRQHWDXIXUHWjPHVXUHGHVRQpWKpULVDWLRQ'¶DLOOHXUVODNDEEDOHLQGLTXHFODLUHPHQW

 
199  
TXH FH VRQW OHV (ORKLP RX 3ULQFLSDXWpV OHV $QJHV GH OD 6HSKLUD 1HW]DFK F¶HVW-­à-­dire   les  
9pQXVLHQV TXL RQW OD FKDUJH GH O¶pYROXWLRQ GH O¶KXPDQLWp   ce   qui   implique   et   sous-­entend  
nécessairement   que   le   modèle   de   société   vénusien   soit   appelé   à   devenir   une   réalité   pour  
O¶KXPDQLWpGHGHPDLQ  
 
Omraam   Mikhaël   Aïvanhov   DYDLW G¶DLOOHXUV SURQRQFp XQ MRXU FHV SDUROHV SURSKpWLTXHV  :   «  La  
nouvelle   vie   qui   se   prépare   dépassera   toute   imagination   par   sa   beauté,   sa   splendeur   et   son  
harmonie,  et  la  Terre  deviendra  un  jardin  de  paradis  où  les  hommes  vivront  en  frères.  »  
(WMXVTX¶jSUpVHQWWRXWFHTX¶LODDQQRQFpV¶HVWWRXMRXUVUpDOLVp  
 
Maintenant,  reste  le  problème  de  tous  ceux  qui  se  refuseront  à  intégrer  les  énergies  du  Verseau.  
La  Terre  pourrait  atteindre  des  niveaux  de  fréquence  tellement  élevés  que  ceux  qui  ne  seront  pas  
SUrWVjDFFXHLOOLUO¶pQHUJLHG¶DPRXUYpKLFXOpHHWGRQWODIUpTXHQFHSURSUHVHUDGHPHXUpHHQ  deçà  
G¶XQ FHUWDLQ VHXLO ULVTXHQW GH WRPEHU GDQV OD VRXIIUDQFH SK\VLTXH HW PRUDOH ,QFDSDEOHV
G¶DFFRPSDJQHU OH UHVWH GH O¶KXPDQLWp GDQV OD SKDVH DYDQFpH GX SURFHVVXV G¶pWKpULVDWLRQ LOV
Q¶DXURQW G¶DXWUH FKRL[ TXH G¶pPLJUHU YHUV G¶DXWUHV V\VWqPHV SODQpWDLUes   moins   évolués   que   le  
nôtre,  où  ils  pourront  maturer  dans  leur  propre  niveau  en  attendant  le  prochain  train  de  libération  
vers  des  mondes  supérieurs.    
 
 
Extraits  de  9LFWRLUHGH0LNKDsOVXUOHVGHX[DUPpHVGHO¶2PEUHG¶2OLYLHUGH5RXYUR\  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

35  
UNE  MAIN  CÉLESTE  TENDUE    
POUR  CONJURER  LE  DESTIN  ?  
 
 
4X¶LPSRUWH FHOXL TXL YRXV WUDQVPHW FH PHVVDJH LO GRLW UHVWHU XQ DQRQ\PH j YRV \HX[
/¶HVVHQWLHOHVWFHTXHYRXVIHUH]GXPHVVDJH&KDFXQGHYRXVGpVLUHH[HUFHUVRQOLEUHDUELWUHHW
vivre   le   bonheur.   Votre   libre   arbitre   dépend   de   la   connaissance   que   vous   avez   de   vos   propres  
SRXYRLUV9RWUHERQKHXUGpSHQGGHO¶DPRXUTXHYRXVGRQQH]HWUHFHYH]&RPPHWRXWHVOHVUDFHV
FRQVFLHQWHV j YRWUH VWDGH GH SURJUqV YRXV SRXYH] DYRLU OH VHQWLPHQW G¶rWUH LVROpV VXU YRWre  

 
200  
planète.   Vous   êtes   à   la   veille   de   grands   bouleversements   que   seule   une   minorité   connaît.   Il   ne  
QRXVDSSDUWLHQWSDVGHPRGLILHUYRWUHDYHQLUVDQVTXHYRXVO¶D\H]YRXV-­mêmes  choisi.    
 
&RQVLGpUH]FHPHVVDJHFRPPHXQUpIpUHQGXPjO¶pFKHOOHPRQGLDOH  !  
Et  votre  réponse  comme  un  bulletin  de  vote  !  
 
 
QUI  SOMMES-­NOUS  ?  
 
Ni  vos  scientifiques  ni  vos  représentants  religieux  ne  parlent  des  observations  inexpliquées  que  
O¶KXPDQLWpDIDLWHVGHSXLVGHVPLOOLHUVG¶DQQpHVGDQVYRVFLHX[3RXUFRQQDvWUHODYpULWpLOIDXW
la  regarder  en  face,  sans  le  filtre  de  ses  croyances,  aussi  respectables  soient-­elles.  
 
Un   nombre   grandissant   de   vos   chercheurs   anonymes   explorent   des   voies   nouvelles   de  
FRQQDLVVDQFH HW DSSURFKHQW GH WUqV SUqV OD UpDOLWp 9RWUH FLYLOLVDWLRQ HVW DXMRXUG¶KXL   plongée  
GDQV XQ RFpDQ G¶LQIRUPDWLRQV GRQW XQH LQILPH SDUWLH OD PRLQV GpUDQJHDQWH HVW QRWDEOHPHQW
diffusée.   Ce   qui,   dans   votre   Histoire,   vous   semblait   ridicule   ou   improbable   est   souvent   devenu  
réalisable,   puis   réalisé,   en   particulier   depuis   ces   cinquante   dernières   années.   Dites-­vous   que  
O¶DYHQLUVHUDSOXVVXUSUHQDQWHQFRUH9RXVGpFRXYULUH]OHSLUHFRPPHOHPHLOOHXU  
 
&RPPH GHV PLOOLDUGV G¶DXWUHV GDQV FHWWH JDOD[LH QRXV VRPPHV GHV FUpDWXUHV FRQVFLHQWHV TXH
certains  nomment  «  extraterrestres  »,  même  si  la  réalité  est  bien  plus  subtile.    
,O Q¶H[LVWH DXFXQH GLIIpUHQFH IRQGDPHQWDOH HQWUH YRXV HW QRXV VL FH Q¶HVW O¶H[SpULHQFH GH
FHUWDLQHV pWDSHV GH O¶pYROXWLRQ &RPPH GDQV WRXWH VWUXFWXUH RUJDQLVpH LO H[LVWH GDQV QRV
relations   internes   une   hiérarchie.   La   nôtrH HVW IRQGpH VXU OD VDJHVVH GH SOXVLHXUV UDFHV &¶HVW
DYHFO¶DYDOGHFHOOHV-­ci  que  nous  nous  adressons  à  vous.  
 
&RPPHODSOXSDUWG¶HQWUHYRXVQRXVVRPPHVHQTXrWHGHO¶H[SpULHQFHGHO¶ÇWUH6XSUrPH1RXV
ne   sommes   donc   pas   des   dieux   ni   des   demi-­dieux,   mais   bien   vos   égaux   dans   la   fraternité  
cosmique.  Physiquement,  nous  sommes  sensiblement  différents  de  vous,  mais,  pour  la  plupart,  de  
forme   humanoïde.   Nous   échappons   à   votre   entendement   car   nous   restons   généralement  
invisibles  à  vos  sens  et  instruments  de  mesure.  Nous  souhaitons  combler  ce  vide  à  ce  moment  de  
YRWUH +LVWRLUH 1RXV DYRQV SULV FHWWH GpFLVLRQ FROOHFWLYH PDLV FHOD Q¶HVW SDV VXIILVDQW 1RXV
avons  besoin  de  la  vôtre.  Par  ce  message,  vous  devenez  seuls  décideurs  !  
   
POURQUOI  NE  SOMMES-­NOUS  PAS  VISIBLES  ?  
 
¬ FHUWDLQV VWDGHV G¶pYROXWLRQ OHV KXPDQLWpV GX FRVPRV GpFRXYUHQW GH QRXYHOOHV IRUPHV GH
sciences   au-­delà   de   la   maîtrise   apparente   de   la   matière.   La   dématérialisation   et   la  
PDWpULDOLVDWLRQ VWUXFWXUpHV HQ IRQW SDUWLH &¶HVW FH TXH YRWUH KXPDQLWp D DWWHint   dans   certains  
ODERUDWRLUHV HQ FROODERUDWLRQ DYHF G¶DXWUHV FUpDWXUHV «  extraterrestres  »,   au   prix   de  
compromissions   hasardeuses   qui   restent   volontairement   cachées   par   quelques-­uns   de   vos  
représentants.  
 
En   dehors   des   phénomènes   et   objets   aériens   ou   spatiaux   connus   de   votre   communauté  
scientifique,   ce   que   vous   appelez   des   «  ovnis  »,   sont   des   vaisseaux   manufacturés  

 
201  
multidimensionnels  appliquant  ces  facultés.  De  très  nombreux  êtres  humains  ont  été  en  contact  
visuel,   auditif,   tactile   ou   psychique   avec   de   tels   appareils,   dont   certains   sont   aux   mains   de  
puissances   occultes   qui   vous   «  gouvernent  ».   La   rareté   de   vos   observations   est   due   aux  
DYDQWDJHV FRQVLGpUDEOHV TXH SURFXUH O¶pWDW GpPDWpULDOLVp GH WHOOHV QHIV (Q QH OHV YR\DQW SDV
vous-­mêmes,   vous   ne   pouvez   y   croire.   Nous   le   comprenons   aisément.   La   majorité   de   ces  
REVHUYDWLRQVVRQWIDLWHVjWLWUHLQGLYLGXHOSRXUWRXFKHUO¶kPHHWQRQSRXUPRGLILHUXQV\VWqPH
organisé.  Cela  est  tout  à  fait  volontaire  de  la  part  des  races  qui  vous  entourent,  mais  pour  des  
raisons  et  des  résultats  très  différents.  
 
3RXUOHVFUpDWXUHVPXOWLGLPHQVLRQQHOOHVQpJDWLYHVTXLSDUWLFLSHQWjO¶H[HUFLFHGXSRXYRLUGDQV
O¶RPEUH GH O¶ROLJDUFKLH KXPDLQH OD GLVFUpWLRQ HVW PRWLYpH SDU OH PDLQWLHQ HQ SODFH GH
O¶LJQRUDQFH GH OHXU H[LVWHQFH HW GH OHur   mainmise.   Pour   nous,   la   discrétion   est   motivée   par   le  
UHVSHFWGXOLEUHDUELWUHKXPDLQTXHO¶KRPPHSHXWH[HUFHUSRXUODJHVWLRQGHVHVDIIDLUHVDILQ
que,  seul,  il  puisse  parvenir  à  la  maturité  technique  et  spirituelle.  Son  entrée  dans  la  famille  des  
civilisations   galactiques   est   très   espérée.   Nous   pouvons   apparaître   au   grand   jour   et   vous  
SHUPHWWUHGHUpDOLVHUFHWWHXQLRQ1RXVQHO¶DYRQVSDVIDLWMXVTX¶jSUpVHQWFDUWURSSHXG¶HQWUH
YRXV O¶RQW GpVLUp VLQFqUHPHQW SDU PpFRQQDLVVDQFH SDU LQGLIIpUHQFH RX Sar   peur,   et   car   telle  
Q¶pWDLWSDVO¶XUJHQFHGHODVLWXDWLRQ%HDXFRXSGHFHX[TXLpWXGLHQWQRVDSSDULWLRQVFRPSWHQWOHV
OXPLqUHV GDQV OD QXLW VDQV pFODLUHU OD YRLH 6RXYHQW LOV UDLVRQQHQW HQ WHUPHV G¶REMHWV ORUVTX¶LO
V¶DJLWGHFRQVFLHQFHV  
 
QUELLE  EST  VOTRE  SITUATION  ?  
 
Nos  interventions  ont  toujours  eu,  sauf  accident,  de  très  faibles  incidences  sur  votre  capacité  à  
décider   collectivement   et   individuellement   de   votre   avenir.   Cela   est   motivé   par   notre  
connaissance  des  mécanismes  psychologiques  profonds.  Nous  sommes  parvenus  à  la  conclusion  
TXHODOLEHUWpVHEkWLWFKDTXHMRXUjPHVXUHTX¶XQrWUHSUHQGFRQVFLHQFHGHOXL-­même  et  de  son  
HQYLURQQHPHQWVHGpEDUUDVVDQWSURJUHVVLYHPHQWGHVFRQWUDLQWHVHWGHVLQHUWLHVTXHOOHVTX¶HOOHV
soient.  En  dépit  des  consciences  humaines  nombreuses,  volontaires  et  courageuses,  ces  inerties  
VRQW PDLQWHQXHV DUWLILFLHOOHPHQW DX SURILW G¶XQ SRXYRLU FHQWUDOLVDWHXU JUDQGLVVDQW -XVTX¶j
UpFHPPHQWO¶KXPDQLWpYLYDLWXQHPDvWULVHVDWLVIDLVDQWHGHVHVGpFLVLRQV0DLVHOOHSHUGGHSOXV
en   SOXV OH FRQWU{OH GH VRQ GHVWLQ SDU O¶XVDJH FURLVVDQW GH WHFKQRORJLHV DYDQFpHV GRQW OHV
FRQVpTXHQFHV QpIDVWHV VXU O¶pFRV\VWqPH SODQpWDLUH HW KXPDLQ GHYLHQQHQW LUUpYHUVLEOHV 9RXV
perdez  lentement  mais  sûrement  votre  extraordinaire  pouvoir  de  rendre  la  vie   désirable.  Votre  
FDSDFLWp GH UpVLVWDQFH YD V¶DPRLQGULU SDU GHV DUWLILFHV LQGpSHQGDPPHQW GH YRWUH YRORQWp
propre.  De  telles  technologies  existent,  affectant  autant  votre  corps  que  votre  psychisme.  De  tels  
plans  sont  en  marche  (projet  HAARP).  
 
Cela  peut  chaQJHUWDQWTXHYRXVDYH]FHSRXYRLUFUpDWHXUHQYRXVPrPHV¶LOFRKDELWHDYHFOHV
VRPEUHVGHVVHLQVGHYRVVX]HUDLQVSRWHQWLHOV&¶HVWSRXUTXRLQRXVUHVWRQVLQYLVLEOHV&HSRXYRLU
individuel  est  appelé  à  disparaître  si  un  sursaut  collectif  de  grande  magnitude  ne  survient  pas.  
/D SpULRGH j YHQLU HVW FHOOH GH OD UXSWXUH TXHOOH TX¶HOOH VRLW 0DLV IDXW-­il   attendre   le   dernier  
moment  pour  trouver  des  solutions  ?  Faut-­il  prévenir  ou  guérir  la  douleur  "9RWUH+LVWRLUHQ¶D
FHVVpG¶rWUHMDORQQpHGHUHQFRQWUHVHQWUHSHuples  qui  eurent  à  se  découvrir  dans  des  conditions  
souvent  conflictuelles.  Les  conquêtes  furent  presque  toujours  vécues  au  détriment  de  quelques-­

 
202  
uns.   La   Terre   est   devenue   pour   vous   un   village   où   tout   le   monde   se   connaît,   mais   les   conflits  
persistent  et  leVPHQDFHVGHWRXWHQDWXUHV¶DJJUDYHQWHQGXUpHHWHQLQWHQVLWp  
 
/¶rWUH KXPDLQ HQ WDQW TX¶LQGLYLGX ELHQ TX¶D\DQW GH QRPEUHX[ SRXYRLUV SRWHQWLHOV QH SHXW OHV
H[HUFHU GLJQHPHQW &HOD HVW OH FDV GH OD WUqV JUDQGH PDMRULWp G¶HQWUH YRXV SRXU GHV UDLVRQV
essenWLHOOHPHQW JpRSROLWLTXHV 9RXV rWHV SOXVLHXUV PLOOLDUGV /¶pGXFDWLRQ GH YRV HQIDQWV HW YRV
conditions   de   vie,   ainsi   que   celles   de   très   nombreuses   créatures   animales   et   végétales,   sont  
SRXUWDQWVRXVOHMRXJG¶XQSHWLWQRPEUHGHYRVUHSUpVHQWDQWVSROLWLTXHV  financiers,  militaires  et  
religieux.   Vos   pensées   et   vos   croyances   sont   modelées   selon   des   intérêts   partisans   pour   vous  
asservir   tout   en   vous   donnant   le   sentiment   que   vous   êtes   maîtres   de   votre   destin,   ce   qui,   en  
essence,   est   la   réalité.  Mais  il   y   a  loin   eQWUH XQ GpVLU HW XQIDLW ORUVTX¶RQ LJQRUH OHV YpULWDEOHV
UqJOHV GX MHX GH OD SDUWLH HQ FRXUV &HWWH IRLV YRXV Q¶rWHV SDV OHV FRQTXpUDQWV 2ULHQWHU
O¶LQIRUPDWLRQ HVW XQH VWUDWpJLH PLOOpQDLUH FKH] OHV rWUHV KXPDLQV ,QGXLUH HQ YRXV GHV SHQVpHV
des  émotions  ou  des  organismes  qui  ne  vous  appartiennent  pas,  par  des  technologies  adéquates,  
est  une  autre  stratégie  plus  vieille  encore.  
 
De   merveilleuses   opportunités   de   progrès   côtoient   de   grandes   menaces   de   soumission   et   de  
destruction.   Ces   opportunités   et   ces   menaces   sont   actuelles.   Vous   ne   percevez   pourtant   que   la  
SDUWLHTXHO¶RQYHXWELHQYRXVPRQWUHU/DILQGHVUHVVRXUFHVHVWSURJUDPPpHWDQGLVTX¶DXFXQ
SURMHWFROOHFWLIjORQJWHUPHQHYRLWOHMRXU/HVPpFDQLVPHVG¶pSXLVHPHQWGHYRWUHpFRV\VWqPH
ont   franchi   des   limites   irréversibles.   La   rareté   des   ressources   ainsi   que   leur   inéquitable  
UpSDUWLWLRQ GRQW OH SUL[ G¶DFFqV DXJPHQWHUD MRXU DSUqV MRXU LPSOLTXHURQW GHV FRQIURQWDWLRQV
IUDWULFLGHV j JUDQGH pFKHOOH PDLV DXVVL DX F°XU GH YRV YLOOHV HW GH YRV FDPSDJQHV La   haine  
JUDQGLW PDLV O¶DPRXU DXVVL &¶HVW FHOD TXL YRXVSHUPHW GH JDUGHU HVSRLU HQ YRWUH HIILFDFLWp j
trouver  des  solutions.  Mais  la  masse  critique  est  insuffisante  et  un  travail  de  sape  intelligemment  
PHQpHVWjO¶°XYUH/HVFRPSRUWHPHQWVKXPDLQVSpWULs  par  les  habitudes  et  les  apprentissages  
du  passé,  ont  une  inertie  telle  que  cette  perspective  vous  conduit  à  une  impasse.  Vous  confiez  ces  
difficultés   à   des   représentants   dont   la   conscience   du   bien-­rWUH FRPPXQ GH O¶KXPDQLWp V¶HIIDFH
peu   à   peu   devant   des   intérêts   corporatistes.   Nombreux   sont   leurs   débats   de   forme,   rares   sont  
OHXUVGpEDWVGHIRQG$XPRPHQWGXSDVVDJHjO¶DFWHGHVUHWDUGVQHFHVVHQWGHV¶DFFXPXOHUDX
SRLQWTXHYRXVGHYH]VXELUSOXW{WTXHFKRLVLU&¶HVWODUDLVRQSRXUODTXHOOHSOXVTXHMDPais  dans  
YRWUH +LVWRLUH YRV GpFLVLRQV G¶DXMRXUG¶KXL DXURQW XQ LPSDFW GLUHFW HW VLJQLILFDWLI VXU YRWUH
survie  de  demain.  
 
QUI  EST  LA  «  TROISIEME  PARTIE  »  ?  
 
Il   existe   deux   voies   pour   établir   un   contact   cosmique   avec   une   civilisation  :   par   ses  
représentants   au   pouvoir,   ou   directement   auprès   des   individus   sans   distinction.   La   première  
LQGXLWGHVOXWWHVG¶LQWpUrWODVHFRQGHXQHSULVHGHFRQVFLHQFH  
/DSUHPLqUHIXWFKRLVLHSDUXQJURXSHGHUDFHVPRWLYpHVSDUOHPDLQWLHQGHO¶KXPDQLWpGDQVOD
servitude,   contr{ODQW DLQVL OHV UHVVRXUFHV SODQpWDLUHV OH SDWULPRLQH JpQpWLTXH HW O¶pQHUJLH
émotionnelle  humaine.  
 
/D VHFRQGH IXW FKRLVLH SDU XQ JURXSH GH UDFHV DOOLpHV j OD FDXVH GH O¶HVSULW GH VHUYLFH 1RXV
avons,   pour   notre   part,   pris   le   parti   de   cette   cause   désintéressée   en   nous   présentant,   voici  
quelques  années,  à  des  représentants  du  pouvoir  humain,  qui  refusèrent  cette  main  tendue  sous  

 
203  
SUpWH[WH G¶LQWpUrWV LQFRPSDWLEOHV DYHF OHXU YLVLRQ VWUDWpJLTXH &¶HVW SRXUTXRL DXMRXUG¶KXL OHV
individus   sont   appelés   à   faire   eux-­PrPHV FH FKRL[ VDQV TX¶DXFXQ UHSUpVHQWDQW QH YLHQQH
interférer.   Ce   que   nous   avons   proposé   dans   le   passé   à   ceux   que   nous   pensions   en   mesure   de  
FRQWULEXHUjYRWUHERQKHXUQRXVOHSURSRVRQVGpVRUPDLVj«YRXVGLUHFWHPHQW  !  
 
Vous  ignorez,  pour  beaucoup,  que  dHVFUpDWXUHVQRQKXPDLQHVRQWSULVSDUWjO¶H[HUFLFHGHFHV
SRXYRLUVFHQWUDOLVDWHXUVVDQVTX¶HOOHVVRLHQWQLLQTXLpWpHVQLDFFHVVLEOHVjYRVVHQV&HODHVWVL
YUDLTX¶HOOHVHQRQWSULVWUqVVXEWLOHPHQWSUHVTXHOHFRQWU{OH(OOHVQHVRQWSDVQpFHVVDLUHPHQt  
VXUYRWUHSODQPDWpULHOHWF¶HVWSUpFLVpPHQWFHTXLGDQVXQSURFKHDYHQLUSRXUUDLWOHVUHQGUH
terriblement   efficaces   et   redoutables.   Comment,   dans   ces   conditions,   pourriez-­vous   exercer  
votre  libre  arbitre  quand  celui-­ci  est  manipulé  ?  De  quoi  êtes-­vous  vraiment  libres  ?  
 
/DSDL[HWODUpXQLILFDWLRQGHYRVSHXSOHVVHUDLHQWXQSUHPLHUSDVYHUVO¶KDUPRQLHDYHFG¶DXWUHV
FLYLOLVDWLRQVTXHODY{WUH&¶HVWFHTXHYRVPDQLSXODWHXUVGHO¶RPEUHYHXOHQWjWRXWSUL[pYLWHU
car  en  divisant  ils  règnent  !  Y  compris  sur  vos  gouvernants.  Leur  force  vient  de  leur  capacité  à  
induire  en  vous  la  méfiance  et  la  peur,  ce  qui  nuit  considérablement  à  votre  nature  cosmique.  
 
&HPHVVDJHQ¶DXUDLWDXFXQLQWpUrWVLOHWXWRUDWGHFHVPDQLSXODWHXUVQHSDUYHQDLWjVRQDSRJpH
et   si   leuUV GHVVHLQV WURPSHXUV HW PHXUWULHUV Q¶DERXWLVVDLHQW GDQV TXHOTXHV DQQpHV /HXUV
pFKpDQFHV VRQW SURFKHV HW O¶KXPDQLWp FRQQDvWUD GHV WRXUPHQWV MDPDLV pJDOpV SHQGDQW OHV GL[
prochains  cycles.  
 
Pour   se   défendre   de   cette   agression   sans   visage,   encore   faut-­il   posséder   toutes   les   données  
menant   à   la   solution.   Comme   chez   les   hommes,   il   existe   des   résistants   au   sein   de   ces   races  
GRPLQDWULFHV /j HQFRUH OD IRUPH QH VXIILUD SDV SRXU UHFRQQDvWUH OH GRPLQDWHXU GH O¶DOOLp ,O
vous  est  extrêmement  difficile  de  faire  lDSDUWGHVFKRVHVHQO¶pWDWDFWXHOGHYRWUHSV\FKLVPH$X-­
GHOjGHYRWUHLQWXLWLRQXQDSSUHQWLVVDJHVHUDQpFHVVDLUHOHMRXUYHQX&RQQDLVVDQWO¶LQHVWLPDEOH
valeur  du  libre  arbitre  authentique,  nous  vous  invitons  à  une  alternative.  
 
48¶$33257(5,216-­NOUS  ?  
 
1RXV SRXYRQV YRXV RIIULU XQH YLVLRQ SOXV JOREDOH GH O¶8QLYHUV HW GH OD YLH OH WpPRLJQDJH
G¶LQWHUDFWLRQV FRQVWUXFWLYHV O¶H[SpULHQFH GH UHODWLRQV pTXLWDEOHV HW IUDWHUQHOOHV GHV
FRQQDLVVDQFHV WHFKQLTXHV OLEpUDWULFHV O¶pUDGLFDWLRQ GH OD VRXIIUDQFH O¶H[HUFice   maîtrisé   des  
SRXYRLUV LQGLYLGXHOV O¶DFFqV j GH QRXYHOOHV IRUPHV G¶pQHUJLH HW HQILQ XQH SOXV JUDQGH
compréhension  de  la  conscience.  
 
Nous  ne  pouvons  pas  vous  apporter  le  dépassement  de  vos  peurs  individuelles  et  collectives,  des  
ORLVTXHYRXVQ¶DXULHz  pas  choisies,  le  travail  sur  vous-­PrPHVO¶HIIRUWLQGLYLGXHOHWFROOHFWLISRXU
EkWLUOHPRQGHTXHYRXVGpVLUH]O¶HVSULWGHTXrWHGHQRXYHDX[KRUL]RQV  
 
QUE  RECEVRIONS-­NOUS  ?  
 
6L YRXV GpFLGH] TX¶XQ WHO FRQWDFW DLW OLHX QRXV QRXV UpMRXLULRQV GH OD SUpVHUvation   de  
O¶pTXLOLEUH IUDWHUQHO GDQV FHWWH UpJLRQ GH O¶8QLYHUV GHV pFKDQJHV GLSORPDWLTXHV IUXFWXHX[ HW

 
204  
de   vous   savoir   unis   pour   réaliser   ce   dont   vous   êtes   capables.   Le   sentiment   de   joie   est   très  
UHFKHUFKpGDQVO¶8QLYHUVFDUVRQpQHUJLHHVWGLYLQH  
 
DESIREZ-­VOUS  NOUS  VOIR  APPARAITRE  ?  
 
/D YpULWp GH O¶kPH VH OLW SDU WpOpSDWKLH ,O VXIILW GRQF TXH YRXV YRXV SRVLH] FODLUHPHQW FHWWH
question  et  que  vous  répondiez  tout  aussi  clairement,  isolé  ou  en  groupe,  comme  il  vous  plaira  :  
Désirez-­vous  nous  voir  apparaître  ?  
 
4XH YRXV VR\H] DX PLOLHX G¶XQH YLOOH RX HQ SOHLQ GpVHUW FHOD QH FKDQJHUD SDV O¶HIILFDFLWp GH
votre  réponse,  OUI  ou  NON,  IMMÉDIATEMENT  APRÈS  VOUS  ÊTRE  POSÉ  LA  QUESTION  !  
Faites-­le  comme  si  vous  vous  parliez  à  vous-­mêmes  mais  en  pensant  au  message.  Cette  question  
est   universelle   et   ces   quelques   mots,   mis   dans   leur   contexte,   ont   une   signification   puissante.  
$XFXQH KpVLWDWLRQ QH GRLW YRXV WURXEOHU &¶HVW SRXUTXRL YRXV GHYH] \ UpIOpFKLU SRVpPHQW HQ
votre   âme   et   conscience.   Pour   parfaitement   associer   votre   réponse   à   la   question,   il   est  
UHFRPPDQGp G¶\ UpSRQGUH MXVWH DSUqV XQH DXWUH OHFWXUH GH FH PHVVDJH 6XUWRXW QH YRXV
précipitez  pas  pour  répondre.    
 
Respirez  et  faites  entrer  en  vous  toute  la  puissance  de  votre  libre  arbitre.  Soyez  fiers  de  ce  que  
vous  êtes  !  Les  difficultés  que  vous  traversez  vous  amoindrissent.  Oubliez-­les  quelques  minutes  
pour   être   vous-­mêmes.   Sentez   toute   la   force   qui   jaillit   en   vous.   Vous   êtes   maîtres   de   vous-­
mêmes  !  Une  seule  pensée,  une  seule  réponse  peut  bouleverser  votre  proche  avenir,  dans  un  sens  
comme  dans  un  autre.  Votre  décision  individuelle  de  demander,  en  votre  for  intérieur,  que  nous  
nous  manifestions  sur  votre  plan  matériel  et  au  grand  jour  nous  est  précieuse  et  indispensable.  
 
Bien   que   vous   puissiez   choisir   la   forme   qui   vous   conviendra   pour   le   faire,   il   est   inutile   de  
SUDWLTXHU XQ TXHOFRQTXH ULWXHO 8QH GHPDQGH VLQFqUH IDLWH DYHF YRWUH F°XU HW YRWUH YRORQWp
SURSUHVHUDWRXMRXUVSHUoXHSDUFHX[G¶HQWUHQRXVjTXLHOOHHVWDGUHVVpH  
 
'DQVO¶LVRORLUGHYRWUHYRORQWpVHFUqWH  YRXVGpWHUPLQHUH]O¶DYHQLU.  
 
48¶(67-­&(48(/¶())(7'(/(9,(5  ?  
 
&HWWH GpFLVLRQ GRLW rWUH OH IDLW GX SOXV JUDQG QRPEUH SRVVLEOH G¶HQWUH YRXV PrPH V¶LO SRXYDLW
sembler   très   minoritaire.   Il   est   recommandé   de   diffuser   ce   message,   sous   toutes   les   formes  
envisDJHDEOHVGDQVWRXWHVOHVODQJXHVSRVVLEOHVjFHX[TXHYRXVF{WR\H]TX¶LOVYRXVVHPEOHQW
UpFHSWLIVRXQRQjFHWWHQRXYHOOHYLVLRQGHO¶DYHQLU  
   
Faites-­OH VXU OH WRQ GH O¶KXPRXU RX GH OD GpULVLRQ VL FHOD SHXW YRXV DLGHU 0RTXH]-­vous  
ouvertement  et  publiquement  de  ce  message  si  cela  vous  libère,  mais  ne  soyez  pas  indifférents,  
car  au  moins  vous  aurez  exercé  votre  libre  arbitre.  Oubliez  les  faux  prophètes  et  les  croyances  
TXL YRXV RQW pWp WUDQVPLVHV j QRWUH SURSRV &HWWH UHTXrWH HVW O¶XQH GHV SOXV LQWLPHV Tui   puisse  
vous  être  faite.  Décider  par  vous-­PrPHVHQTXDOLWpG¶LQGLYLGXVHVWDXWDQWYRWUHGURLWTXHYRWUH
responsabilité  !