Vous êtes sur la page 1sur 55

Canal Radio et Modèles de

Prédiction de Propagation
Introduction
L’onde radioélectrique est sujette à de nombreuses
irrégularités de température, d’humidité, de
caractéristiques électromagnétiques, …
fluctuations en temps et en espace
média de communication incontrôlable

Problématique
Prévoir l’atténuation du signal en un point donné
Planifier et implanter un système radio
Gérer et optimiser un système radio
Modélisation de l’onde
électromagnétique
Onde progressive
Champ E et champ B

B
Fonction d’une antenne
Couplage de l’énergie de l'espace libre et un
équipement de guidage tel que ligne de
transmission (câble coaxial, guide d’onde,…)
Caractéristiques d’une antenne
Diagramme de rayonnement
Directivité
Gain et rendement
Diagramme de rayonnement
L’IEEE définit le diagramme de rayonnement comme
la représentation graphique des propriétés de
rayonnement en fonction des coordonnées spatiales
Puissance de rayonnement
Phase
Polarisation
Plusieurs types d’antennes:
Isotrope
Directives
Omnidirectionnelle
Diagramme de rayonnement d’une
antenne

Répartition du champ
de rayonnement en
fonction de r et de θ
Diagramme de rayonnement
Coupe horizontale/verticale
Détermine l’ouverture à 3dB
90 0.5 90 1 90 1.5
120 60 120 60 120 60
0.4 0.8
1
0.3 0.6
150 30 150 30 150 30
0.2 0.4 0.5
0.1 0.2

180 0 180 0 180 0

210 330 210 330 210 330

240 300 240 300 240 300


270 270 270

90 1 90 2 90 2.5
120 60 120 60 120 60
0.8 1.5 2
0.6 1.5
150 30 150 1 30 150 30
0.4 1
0.2 0.5 0.5

180 0180 0180 0

210 330 210 330 210 330

240 300 240 300 240 300


270 270 270
Antenne isotrope
Antenne théorique (fictive)
Source ponctuelle
Bien ce type d'antenne soit physique
irréalisable, elle est prise comme référence par
rapport aux antennes réelles
Antenne directive
Elle peut rayonner ou recevoir les ondes plus
efficacement dans certaine directions que dans
d’autres.
Mise en œuvre par des antennes réflecteurs
Utilisés pour extension de couverture
Gain entre 9 et 16dB
Antennes Omnidirectionnelle
Diagramme de rayonnement est directionnel en
hauteur
Non directionnel en azimut
Composée par dipôles magnétiques
Gain entre 9 et 16 dB
Le doublement du nombre du dipôle augmente la
puissance par 3dB
Utilisées dans les station mobiles pour pouvoir
émettre et recevoir les ondes dans toutes les
directions sans que l’usager positionne l’antenne dans
une direction particulière
Directivité
Notée « D »
Rapport entre puissance rayonnée vers une
direction et celle d’une antenne de référence
(isotrope).
Exprimé en dBi
Exprime la capacité à concentrer l’énergie
dans des directions spécifiques
Aire équivalente d’une antenne
Notée Ae
C’est la surface peu différente de l’ouverture
géométrique sur laquelle le champ n’est pas
négligeable
Gain d’une antenne
Exprimé en dB
Définit comme 4π fois le rapport entre
l’intensité moyenne de rayonnement par unité
d’angle solide et la puissance totale fournit à
l’antenne
G= 4π Ae/λ2
Propagation en espace libre
Antenne isotrope : puissance rayonnée

PT
Pr( R ) = W /m 2

4π .R 2

R
G=1
Propagation en espace libre
PT ⋅ GT (θ , ϕ )
Pr(R,θ , ϕ ) = W /m 2

4π .R 2

PT ⋅ GT ⋅ AR 4π
PR = Pd ⋅ AR = Watt GR = ⋅ AR
4π .R 2 λ2

PT ⋅ G T ⋅ G R ⋅ λ 2
PR = Watt
(4 π . R )2
Propagation en espace libre
λ2
PR = GR ⋅ ⋅ ⋅ = ⋅ ⋅ GT ⋅ PT
2
G P G T ( d , f )
(4π .d )2 T T R R

HE(f) Tr(d,f) HR(f)

Fonction de transfert
du canal radio
Bilan de liaison en espace libre
Objectif : déterminer le gain / l ’affaiblissement / les pertes

PL = AdB = −GdB = −20 log10 TR (d , f )

P (dBW)= 10.log10(P(W)/ (1W) )


Différentes P(dBm)=10.log10( P(mW)/(1mW))
unités...
PIRE= Pe.Go
Propagation en espace libre
Fonction de transfert de propagation en espace libre

λ2
TR (d , f ) =
2

(4π .d )2
Affaiblissement correspondant

d
AdB (d , f ) = 20 ⋅ log10 (4π ) + 20 ⋅ log10 ( )
λ

21.98
Propagation en espace libre

affaiblissement en espace libre à 900MHz


affaiblissement en espace libre à 900MHz
140
140

130
130

120
120

110

A (dB)
A (dB)

110

100
100

90
90

80
80

70
70 0.1 1 10 100
0 20 40 60 80 100
km km
Bilan de liaison (cas général)

Ge

Affaiblissement Ap

Duplexeur

Gr
Coupleur Coupleur E/R Lr
Le Pr
Pe
E E E R R R
Bilan de liaison (cas général)
Pr=Pe-Le+Ge-Ap+Gr-Lr
Exprimé en dB

P (dBW)= 10.log10(P(W)/ (1W) )


P(dBm)=10.log10( P(mW)/(1mW))
Propagation radio-mobile
Nombreuses dégradation:
Pertes dues à la distance
Effets de masque (Shadowing)
Évanouissements dus aux multitrajets
Brouillage du aux interférences avec le
système
Brouillage du au bruit ambiant
Mécanismes de la propagation (2)

d1
d1 d2 d2

d
Reflection Diffraction Multiple diffraction
d
d1
d2
d
d1
Scattering Absorption guided wave
Propriétés du canal radio-mobile
3 types de variations du canal radio-mobile:
Grande échelle : pertes de propagation dues à la
distance parcourue par l’onde radio
Affaiblissement de parcours (Pathloss)
Moyenne échelle : atténuations de puissance du
signal dues aux obstacles rencontrés
Effet de masque (Shadowing effect)
Petite échelle : liées aux trajets multiples
Évanouissement (fading rapide)
Dégradations subies par l’onde radio
Atténuation due à la distance parcourue (pathloss)
Effets de masques (shadowing effects)
Évanouissements (fadings)
Brouillages dus aux interférences (co-canal ou sur canal
adjacent)
Brouillages dus au bruit ambiant (provenant d’autres
systèmes par exemple)
Les caractéristiques de propagation dépendent:
Morphologie du terrain,
Hauteur, nature et densité des bâtiments,
Densité de végétation,
Conditions météorologiques, …
Effet de masque (Shadowing effect)
La plus forte atténuation subie par la puissance du
signal, elle est due aux obstacles :
naturels,
Artificiels.

Deux conditions de propagation entre émetteur et


récepteur
Propagation en vision directe (LOS : Line-of-Sight) :
aucun obstacle entre émetteur et récepteur
Propagation sans vision directe (NLoS : Non-Line-
of-Sight) : existence d’un ou plusieurs obstacles entre
émetteur et récepteur
Atténuation due à la végétation
Modèle de Weissberger:
L = 1,33 F 0 , 284 df 0 , 588
pour 14 ≤ df ≤ 400 m
L = 0 , 45 F 0.284 df pour 0 ≤ df ≤ 14 m

L: perte de propagation en dB, F: fréquence en GHz, df:


distance parcourue par l’onde à travers les arbres en mètres.
À F = 1 GHz, pour une rangée d’arbres de 5m de large
L(1GHz) = 52,25 dB
À F = 900 MHz L(900 MHz) = 50,71 dB
Atténuation due à l’atmosphère
Atténuation due à:
L’oxygène (fréquences comprises entre 60 GHz et 118 GHz)
Vapeur d’eau (fréquences 22 GHz, 183 GHz et 325 GHz)

La pluie est l’élément ayant l’effet d’atténuation le plus


important sur le signal (fréquences > 1.5 GHz)
Absorption de l’énergie par les gouttes d’eau
Diffusion de l’énergie dans les gouttes
la densité de la pluie
la fréquence d’émission utilisée
Diffraction et zones de Fresnel (1)

- Énergie dans l’ombre, ou « zone de Fresnel » : atténuation située sous le rayon direct

- Premier ellipsoïde de Fresnel = région de l’espace où est véhiculée la plus grande


partie de l’énergie du signal conditions de LOS
Diffraction et zones de Fresnel (2)
Premier ellipsoïde de Fresnel

d1 d2
d

λ ⋅ d1 ⋅ d 2
Rayon r de l’ellipsoïde : r≅
d1 + d 2
Exemple :

D = 20 km, au centre de l’ellipsoïde et pour la bande GSM 900 MHz, r = ?


Trajets multiples (multipath)
Réflexions multiples sur
les obstacles rencontrés
par l’onde radio

Plusieurs trajets entre


l’émetteur et le récepteur
MCOR
MC2D Effet Effet
positif négatif
Effet positif des multitrajets
Les ondes radio « contournent » les obstacles
(montagnes, bâtiments, tunnels,…)

Les communications peuvent avoir lieu dans


le cas où émetteur et récepteur ne sont pas en vision
directe

Certaine continuité de la couverture radio


Effets négatifs des multitrajets : Delay spread
Dispersion temporelle (Delay spread)
Les signaux provenant de la même émission arrivent
avec des retards différents au niveau du récepteur
dépend de: l’orientation, la réflectivité et la distance
entre les objets réfléchissants (montagnes, bâtiments, murs,
véhicules, …)
quelques dizaines de nanosecondes (en indoor) et
quelques microsecondes (en outdoor)

Problème d’interférence intersymbole (Inter-Symbol


Interference, ISI) : les signaux issus de la transmission d’un
symbole peuvent se superposer aux signaux issus de la
transmission du symbole précédents ou suivant
Calcul du delay spread
trajet le plus long − trajet le plus court c : vitesse de
Multipath spread =
c la lumière

Base station Trajet 1= 1 km ; Trajet 2= 1.6 km ; Trajet 3=2.5 km

t 2 − t1
Trajet 1 − Trajet 2 : ∆12 = = 2 µs
c
t3 − t1
Trajet 1 − Trajet 3 : ∆13 = = 5 µs
c

Mobile
Comparaison des Delay spread dans
différents environnements
Type d’environnement Delay spread en µs

Espace libre < 0.2

Zone rurale 1

Zone montagneuse 30

Zone suburbaine 0.5

Zone urbaine 3

Indoor 0.1
Effets négatifs des multitrajets :
Évanouissements (fading) de Rayleigh
Variations temporelles des phases qui varient aléatoirement dans le
temps
Les signaux multiples s’ajoutent de façon destructive au niveau du
récepteur signal reçu très faible ou presque nul
Les signaux multiples s’additionnent de façon constructive signal
reçu plus puissant que le signal du seul trajet direct

2r  r2  α/2 : moyenne de la puissance du signal,


f (r ) = exp  − 
α  α  r : enveloppe du signal (≥ 0)
Effets négatifs des multitrajets : Décalage
en fréquence (Doppler shift)
Variation dans la fréquence du signal reçu due à la mobilité de la
station mobile par rapport à la station de base
∆ν
Le décalage Doppler est : Doppler Spread = f 0 c
cos ΨD

∆ν : la vitesse relative de l’émetteur par rapport au récepteur,


f0 : la fréquence porteuse,
c : la célérité de la lumière
ΨD : l’angle entre le signal reçu et la direction du vecteur vitesse du
récepteur.
dépend de la direction de déplacement et de la vitesse du
récepteur par rapport à l’émetteur
Comportement du canal radio-
mobile
Outils de prédiction de propagation
Problématique
Comment déterminer le rayon des cellules
Ap=f(d,f,milieu, climat,…)
Essayer de modéliser Ap à une fréquence donnée,
pour un milieu bien déterminé.
Plusieurs modèles qui ont été proposés:
Okumura-Hata
Walfish-Ikegami
Lancer de rayons
Autres…
Modèles de prédiction de la
propagation
Les trajets multiples ne sont pas identifiés (temps,
environnement, véhicules, déplacement des personnes,…)
Pas de visibilité directe entre émetteur et récepteur
Pas de possibilité de prédire avec précision le niveau de
champ reçu en un point donné
prédiction des zones de couverture et des problèmes
d’interférences
modèles et méthodes de calcul de propagation
Typologie des modèles de prédiction de
propagation

Petite échelle (modélisation du comportement du canal au niveau


de la longueur d’onde du signal)
Rayleigh, Rice, Nakagami,…
Normalisation, conception de systèmes,…

Grande échelle (modélisation du comportement du canal au-delà


du mètre)
Okumura-Hata, Walfish-Ikegami,…
Planification de systèmes,…
Typologie des modèles à grande échelle
Exacts
Lancer de rayon
Equations de Maxwell
Optique géométrique
Complexes à mettre en œuvre

Empiriques : Mesures statistiques


Simples mais peu précis

Semi-empiriques : Combinaison des approches précédentes


Compromis entre précision et complexité
Modèle général à trois étages

1  1 
=   a s a f
l  pl ( f , d ) 

- pl : Atténuation médiane (affaiblissement de parcours)

- as : effet de masque (modélisé par une loi log-normale)

- af : évanouissement de Rayleigh
Modèle d’Okumura-Hata
Formule empirique dégagée à partir des statistiques sur des
mesures effectuées dans les environs de TOKYO
Elle est recommandé par le comité européen scientifique et
technique (COST 231)
Principe calculer l’atténuation en espace libre et y ajouter un
terme correctif
Paramètres:
Fréquence (150Mhz et 1500Mhz)
Hb: hauteur de la station de base (30m à300m)
Hm; hauteur du mobile(1 à 20 m)
D: distance entre l’émetteur et le récepteur (1 à 20 Km)
Formule
L0=69.55 +26.16 log (f) – 13.82 log (hb) + (44.9-6.55 log (hb)) log(d)
Pour une ville urbaine dense
Lurbain = L0 – a (hm) où
a(hm)=(1.1 log (f) – 0.7) hm –(1.56 log(f) – 0.8)
Pour une ville moyenne
Lurbain = L0 – a (hm)
a(hm)=8.29[ log(1.54 hm)]2 - 1.1 pour f ≤ 200 Mhz
a(hm)=8.29[ log(1.54 hm)]2 –4.97 pour f ≥ 200 Mhz
Pour un environnement banlieu
Lbanlieue = L0 – 2 [ log(f/28)]2 – 5.4
Pour un environnement rural dégagé
Lrural = L0 – 4.78 [[log(f)]2 + 18.33 log (f) – 40.94
Pour un environnement rural quasi dégagé
Lrural = L0 – 4.78 [[log(f)]2 + 18.33 log (f) – 35.94
Exemple

A(dB)=f(d)
160

140

120
Atténuation A(dB)

100

80 C2
C1 C3

60

40
Zone II Zone II

20
0 1 2 3 4 5 6

Distance d(Km)
Constations

Les mesures réelles sont loin par ceux données


par le modèle
Manque de précision surtout en absence de
visibilité directe avec l’émetteur
Nécessité de calibrage du modèle
Méthode de calibrage
Faire des mesures réelles
Estimer l’erreur entre le modèle et la réalité
A - Am =e Avec
A : atténuation donnée par les mesures
Am : atténuation données par le modèle
e : erreur entre les valeurs mesurées et les valeurs
définies par le modèle de prédiction.

1 n
E (e) = ∑ ei
n i =1
Méthode de calibrage
Ac = Am + E(e)
Corriger le modèle en tenant compte de
l’estimation de la moyenne de l’erreur qui peut
être introduite
Après calibrage
A(dB)=f(d)
140

Mesures
Atténuation A(dB) 135

130

125

120

115

Modèle
110 Modèle ±σ corrigé

105
1.5 2 2.5 3 3.5 4 4.5 5 5.5 6
Distance d(Km)
Calcul de rayon de la cellule
Se fait à partir de :
Bilan de la liaison
Modèle de l'atténuation
Mais il faut définir le type de la couverture
exigée!!!
Indoor
Outdoor
Incar
Types de couverture
Sensibilité du mobile =-102 dBm
Atténuation supplémentaires:
-7 dB qui traduisent les atténuations relatives au type du
milieu et caractérisent le fading et le shadowing
-3 dB due à l’utilisateur
-8 dB marge qui correspond à la monté en voiture
-15 dB correspondant au franchissement du premier mur
Types de couverture
outdoor –92 dBm
Incar –84 dBm
Indoor –77dBm
Ces valeurs correspondent aux seuils minimal de
puissance
Calcul du rayon des cellules
Ap=Pe-Pr+Ge+Gr-Lr-Le
On suppose que:
Le gain de l’antenne et les pertes dans les connexions du
terminal se compensent
Les pertes de connexion dans la station de base sont
négligeables
Le gain de l’antenne d’émission est 18.6 dBi
Puissance d’émission 30W