Vous êtes sur la page 1sur 18

1901-1935 :

LA LÉGION ÉTRANGÈRE AU MAROC1

Au Maroc, les xviiie et xixe siècles sont marqués par des désordres de


plus en plus graves aussi bien dans le domaine intérieur que sur le plan
international. L’Espagne et la France sont amenées à protéger leurs navires
de commerce circulant en vue des côtes marocaines contre les attaques des
pirates de Salé.
À partir de 1830, la France doit interdire l’accès de la frontière algéro-
marocaine aux pillards marocains et aux partisans d’Abd el-Kader réfugiés
au Maroc oriental. Les exactions de ces deux groupes sont sanctionnées
en août 1844 par le bombardement de Tanger et de Mogador par l’escadre
du prince de Joinville, pendant que le général Bugeaud inflige une sévère
défaite à l’armée marocaine sur l’oued Isly. Le problème de la sécurité de
la frontière algéro-marocaine n’en est pas, pour autant, résolu. L’insécurité
persiste jusqu’au xxe  siècle, même après la signature par la France et le
Maroc de la convention de Lalla-Maghnia portant sur ce que l’on a appelé
par la suite la « zone des confins algéro-marocains ». La convention ne défi-
nit pas avec précision les territoires relevant de chacune des deux nations.
Entériné par les nations européennes directement concernées par la sécurité
de la navigation dans le détroit de Gibraltar et en Méditerranée occiden-
tale, cet accord est contesté par l’Allemagne. Réputée se désintéresser des
problèmes du Maroc après les déclarations du chancelier Bismarck, celle-ci
n’a pas été consultée. L’empereur Guillaume  II, ne s’estimant pas lié par
ces accords, multiplie les incidents diplomatiques dirigés contre la France.
Le plus grave est la visite qu’il fait à Tanger en  1905 où il prononce, le
31 mars, un discours par lequel il se proclame seul défenseur désintéressé du
Maroc et signifie à la France, l’Espagne et l’Angleterre qu’il entend prendre

1.  ndlr L’auteur de cet article, Pierre Soulié, a rédigé son analyse à partir d’une source originale :
A. Bernard, Le Maroc, Paris, éd. Alcan, 412 p. ; de ses recherches personnelles faites dans les fonds du
shd ; P.  Soulié, Le Général Paul-Frédéric  Rollet, Paris, éd.  Italiques, 735  p. ; Revue historique des armées,
no spécial Maroc, 1981 ; J.-P. Mahuaud, L’Épopée marocaine de la Légion étrangère, 1903-1934, Paris, L’Har-
mattan, 2005, 284 p. ; P. Cart-Tanneur, La Vieille Garde, Paris, bip, 1979, 288 p. ; Le Troisième Étranger,
Paris, efm, 1979, 191 p. ; Le Quatrième Étranger, Paris, bip, 1979, 183 p.
Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 237/2010
8 Pierre Soulié

part aux discussions que ces États auront entre eux à propos du Maroc.
Simultanément, le Kaiser envoie à Fès un plénipotentiaire pour recomman-
der au sultan de refuser le programme d’assainissement des finances pro-
posé par la France en lui démontrant l’incompatibilité de celui-ci avec les
conventions existantes. Le sultan repousse donc les mesures préconisées et
invite les nations concernées, Allemagne comprise, à une conférence pour
définir un programme acceptable de réformes à introduire dans son pays.
Du 15  janvier au 7  avril 1906 se tient, à Algésiras, une réunion qui
aboutit à la signature de l’acte dit « d’Algésiras » par lequel les cosignatai-
res garantissent la paix et la prospérité du Maroc moyennant une refonte
de son administration. Ils chargent la France d’assister le maghzen dans la
définition et la mise en œuvre du plan de réformes conforme aux recom-
mandations de la conférence.
Le maghzen ne met aucune bonne volonté à se plier aux conclusions
de la conférence. Il encourage une campagne de xénophobie antifrançaise
et, dans la zone des confins, algéro marocains, il pousse au rassemblement
de harka (bandes armées) devant contrecarrer les mesures de sécurité prises
par la France.

1901-1907 — les débuts de l’intervention de la légion au maroc

Durant la période comprise entre  1901 et  1907, la France hésite à


adopter vis-à-vis du Maroc une attitude ferme et à utiliser le droit de
suite que lui a accordé le sultan en 1901. Les opérations lancées le long de
la frontière algéro-marocaine ne sont jamais poussées jusqu’à infliger une
défaite sévère aux Marocains, ce que ces derniers interprètent comme une
marque de faiblesse.
Quoi qu’il en soit, avant 1907, la Légion a participé à des opérations
de protection de la frontière. Sa contribution est assez difficile à cerner car,
de 1901 à la fin de la pacification en 1935, elle n’a reçu qu’exceptionnel-
lement une mission qui lui était propre. Le commandement n’éprouvait,
pourtant, aucune réticence à l’employer. Il cherchait une méthode et des
moyens pour riposter instantanément aux exactions des pillards. La créa-
tion des compagnies montées de la Légion répondait au moins en partie à
ce besoin. De plus, l’état-major mettait au point le concept de « colonnes
autosuffisantes ». Composées d’éléments prélevés sur les corps des diverses
armes, ces formations polyvalentes groupaient des unités d’infanterie, de
cavalerie, d’artillerie, du génie…, ensemble d’un maniement souple sur
le terrain. Dans le cadre de cette stratégie, les deux régiments étrangers
furent appelés à fournir aux colonnes soit un bataillon soit une ou plusieurs
compagnies qui constituaient le « noyau dur » des colonnes. Au début du
xxe siècle, c’est, le plus souvent, le 1er régiment étranger (re) qui détache
des éléments auprès des colonnes opérant à la frontière marocaine, alors
que le 2e re fournit renforts et relèves aux détachements de Légion d’In-
dochine et de Madagascar.
1901-1935 : La Légion étrangère au Maroc 9

La colonne d’Igli
Une des premières opérations de ce type fut « la colonne d’Igli », com-
mandée par le colonel Bertrand. Composée d’un bataillon de la Légion
renforcé de la compagnie montée du II/1er re, d’un bataillon du 2e régi-
ment de tirailleurs algériens, d’une section d’artillerie, d’un demi-peloton
de spahis et d’un demi-peloton de chasseurs d’Afrique, elle est rassemblée
à Zoubia et se met en route le 25 mars 1900 pour atteindre Igli le 5 avril.
Pour impressionner la population, la colonne, en arrivant, défile devant
l’agglomération, fanions déployés, aux sons de la nouba des tirailleurs
accompagnée par les clairons et les fifres de la Légion. Pour éviter tout
incident avec les autochtones, le défilé passe à mille mètres des premières
habitations.
La mission paraît être de préparer à Igli l’installation d’un bataillon de
la Légion qui y tiendra garnison pendant deux ans. Certains indices don-
nent, toutefois, à penser que le but visé est plus politique que militaire. La
colonne doit montrer sa force sans, sauf cas de nécessité absolue, s’en servir.
Elle doit, par sa présence, dissuader les Marocains d’aller piller en territoire
algérien. En fait, son seul résultat est d’obliger le Maroc à abandonner un
projet de mainmise sur la palmeraie d’Igli. La colonne quitte la zone le
9  novembre 1900 sans y laisser une formation de la Légion, et rentre à
Sidi-bel-Abbès.

Combat d’El-Moungar
Le 2 septembre 1903, le 2e peloton de la 22e compagnie/2e re escortant
un convoi de ravitaillement des postes des oasis présahariennes débouche
vers 9 heures du matin dans la plaine d’El-Moungar. Pris à partie par plu-
sieurs centaines de guerriers Doui  Mena et Ouled  Djerid, il combat de
9 heures 45 à 18 heures. En plus du capitaine Vauchez et de son adjoint, le
lieutenant Selchauhansen, officier danois servant à titre étranger, mortel-
lement blessés, les pertes s’élèvent à trente-quatre tués et quarante blessés.
Le combat d’El-Moungar est, pour le 2e  re, l’équivalent de ce qu’est le
combat de Camerone pour l’ensemble de la Légion. Chaque année, toutes
les formations du 2e re se recueillent en mémoire des héros d’El-Moungar
qui ont respecté jusqu’au sacrifice suprême la parole donnée de servir avec
« honneur et fidélité ». La nouvelle de ce combat provoqua en métropole
une émotion considérable, l’opinion publique jugeant inefficaces les opé-
rations sur la frontière algéro-marocaine et insuffisants les ordres donnés
par les divers gouvernements parisiens pour interdire le territoire algérien
aux pillards marocains.

Le colonel Lyautey commandant de la subdivision d’Aïn-Sefra


Le gouverneur général de l’Algérie, Charles  Jonnart, qui vient de
remplacer dans cette fonction le gouverneur général Laferriere, partage
10 Pierre Soulié

l’inquiétude de la nation. Il réclame au ministre de la Guerre la nomina-


tion au commandement de la subdivision d’Aïn-Sefra d’un officier éner-
gique ayant l’expérience des opérations de pacification, capable, en outre,
de créer une administration adaptée aux besoins de populations peu évo-
luées. Il suggère de confier ce commandement au colonel Lyautey qui, sous
l’autorité du général Gallieni, a obtenu de brillants résultats aussi bien à
Madagascar qu’en haute région du Tonkin. Le ministre se laisse persuader
que le colonel Lyautey est l’homme de la situation. D’ailleurs, ce dernier
souhaite obtenir un commandement plus actif que celui du 17e régiment
de hussards en garnison à Alençon où il se morfond. La suggestion du gou-
verneur Jonnart est adoptée sur-le-champ et, en septembre 1903, le colonel
qui vient d’être promu général de brigade rejoint Aïn-Sefra.
Le plan d’action qu’il met au point ne tient compte que de très loin des
instructions de « prudence » reçues du ministre de la Guerre. Ce dernier
lui a stipulé, qu’en aucun cas, les opérations militaires ne devraient don-
ner prétexte au déclenchement d’un incident diplomatique par l’une des
nations hostiles à l’implantation de la France au Maroc. Les missions fixées
par le général précisent, en effet, qu’en cas de nécessité, les troupes transi-
teront par des secteurs dépendant du Maroc et que, dans des cas extrêmes,
elles pourront s’installer « temporairement » sur des territoires plus maro-
cains qu’algériens.
Dès le mois de novembre  1903, ces opérations commencent. Les  2e
et 3e compagnies montées du 1er re intégrées dans la colonne du chef de
bataillon Pierron quittent Aïn-Sefra en direction de l’ouest/sud-ouest, et
arrivent en bordure du plateau dominant la palmeraie de Béchar. Un poste
est construit, et des travaux de piste reliant la position à Aïn-Sefra sont
entamés. Cette implantation provoque une vive émotion dans les milieux
gouvernementaux de Paris qui réclament des explications au général. Se
sachant couvert par le gouverneur Jonnart, il répond que ses troupes ne
sont pas à Béchar mais seulement à Colomb, lieu-dit inconnu de Paris mais
existant réellement à proximité de Béchar sous le nom de Tagda. Le nom
de Colomb, patronyme d’un officier français tué dans le secteur, sera, par
la suite, associé à celui de Béchar pour devenir jusqu’à nos jours Colomb-
Béchar.
Simultanément, le général fait construire des postes à Forthassa-Gharbia,
Bou-Aïech et Talzaza ; il fait réaliser l’embryon d’un réseau de pistes faci-
litant la surveillance du territoire et le cheminement des convois de ravi-
taillement. Des reconnaissances sont poussées vers la vallée du Guir et à
la périphérie de la hamada (plateau désertique délimité d’ouest en est par
les vallées des ouadi  Ziz et Guir). En  1904, un autre poste est implanté
à Berguent, en territoire marocain, à la limite nord des hauts plateaux.
Cette nouvelle installation provoque, comme l’arrivée à Colomb (Béchar),
une forte émotion au sein du gouvernement et une nouvelle demande
d’explications. Le général Lyautey répond sèchement en menaçant de
démissionner. Le gouverneur général Jonnart fait savoir, de son côté, qu’il
approuve totalement la stratégie du général, et souligne que le nouveau
1901-1935 : La Légion étrangère au Maroc 11

poste permettra de surveiller en permanence le débouché du col de Jerada,


point de passage obligé des rezzou lancés par les tribus marocaines noma-
disant près de la vallée de la Moulouya. La construction du nouveau poste
terminée, celui-ci est occupé par la 3e compagnie montée/1er re renforcée
d’un peloton de spahis. En 1907, une piste reliant Mecheria en Algérie à
Berguent sera réalisée sous la direction du lieutenant Rollet, alors officier
à la suite dans cette compagnie.
En 1905, des reconnaissances sont effectuées dans le nord-est du Maroc,
autour de la vallée de la Moulouya sur les zones de parcours des tribus
Beni Snassen, et au sud sur la hamada du Guir, au sud et autour de Colomb-
Béchar.
L’ensemble de ces mesures entraînent une diminution du pillage des
ressources algériennes, mais cette amélioration n’est le fait que des fractions
vivant près de la frontière. Les tribus plus éloignées de la frontière, doré-
navant coupées des ressources procurées par le pillage, cherchent à trouver
d’autres sources d’approvisionnement. Les informateurs de la subdivision
d’Aïn-Sefra et de la division d’Oran signalent qu’autour d’Oujda, dans le
nord-est du Maroc et dans les palmeraies du sud, des harka préparent des
expéditions en territoire algérien.
À l’intérieur de l’empire chérifien, la situation continue à se détériorer :
aucun effort n’est fait pour assainir les finances du pays ; les attentats contre
les étrangers, et plus spécialement contre les Français, se multiplient ; les
attaques d’établissements européens sont de plus en plus fréquentes.
La situation devenant intolérable, après l’assassinat à Marrakech du
docteur Mauchamp, ressortissant français, le gouvernement se décide à
autoriser, au début de 1907, le général Lyautey à entreprendre une action
militaire au Maroc oriental.

1907-1919 — la légion et les débuts de la pacification

Les opérations en territoire chérifien débutent en 1907 dans la zone


accessible depuis l’Algérie. Au mois de mars, des éléments de la division
d’Oran occupent Oujda, métropole du Maroc oriental, mais elles ont ordre
de ne pas pénétrer de plus de dix kilomètres à l’ouest de la ville. Le gouver-
neur général Jonnart préconise, au contraire, d’occuper, « dans la foulée »
Cheraâ, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest d’Oujda, pour enfermer
les Beni Snassen dans leur massif montagneux. Il fait valoir à Paris que la
demi-mesure autorisée par le gouvernement est, aux yeux des Marocains,
une preuve de faiblesse qui les incitera à s’opposer à l’occupation de leur
territoire. Il réussit à faire revenir sur sa décision le gouvernement qui finit
par autoriser l’isolement du massif.
La Légion étrangère participe à ce premier mouvement par des élé-
ments du V/1er re associés à des unités de tirailleurs algériens et de zoua-
ves. La majorité des légionnaires stationnés dans l’ouest du département
d’Oran, alors occupés à terminer la réalisation de diverses pistes constituant
12 Pierre Soulié

l’ébauche d’un réseau de communications routières avec le Maroc, ne


peut participer aux opérations. La 3e  compagnie montée/1er  re, basée à
Berguent, peut être envoyée le 1er décembre 1907 à Oujda où elle rejoint
dans la colonne du colonel Félineau les 1re, 4e, 17e et 19e compagnies du
1er re. Le 13 décembre, la colonne progresse vers l’ouest, traverse l’oued Isly
et va stationner, l’arme au pied, pendant trois heures, devant Ain-Sfa sans
riposter aux tirs sporadiques venus du douar, puis elle se retire sur le bord
de l’oued. Le 15 décembre, laissant leurs mulets dans la vallée de l’Isly, les
cinq compagnies de la Légion repartent en tête de la colonne en direction
d’Ain-Sfa. Elles avancent jusqu’à deux cents mètres des premières maisons.
Les tirs de soutien de l’artillerie tombant cinquante mètres derrière le front
des unités, le commandement fait replier celles-ci, geste de pacification
dans la ligne politique qu’appliquera le général Lyautey sur l’ensemble du
territoire marocain. Le résultat de cette mesure est la soumission sans com-
bat en quelques semaines de 30.000 Beni Snassen.
Le commandement peut alors, dès le début de 1908, déplacer la majeure
partie des unités présentes dans l’amalat d’Oujda vers le sud pour s’oppo-
ser à la marche des harka venant du Tafilalet et de la vallée du Guir. Trois
colonnes comptant chacune une des compagnies montées du 1er re mar-
chent vers la palmeraie de Bou-Denib où se trouve la harka de Moulay-
es-Sebaï, adversaire acharné de la France et du sultan. Le 14 avril 1908, la
3e compagnie montée/1er re atteint dans la palmeraie le ksar cœur de la
résistance. Une section de la compagnie tente de pénétrer dans le fort en
empruntant une brèche ouverte par un obus, mais elle est repoussée avec
des pertes importantes. Les légionnaires n’atteignent leur objectif qu’après
élargissement de la brèche par l’artillerie. Abandonnant ses morts, la
plupart de ses blessés, ses tentes et ses vivres, la harka s’enfuit vers l’ouest
dans les contreforts du Grand Atlas.
L’importance stratégique de Bou-Denib est telle que les compagnies
montées reçoivent l’ordre d’y construire, en deux mois, un poste pouvant
abriter 1 500 hommes et 550 animaux ainsi qu’une redoute abritant des
mitrailleuses et comportant des plateformes pour canons de 75 mm et de
80 mm de montagne. Le 30 août 1908, cet ouvrage, tenu par deux compa-
gnies montées du 1er re, est attaqué par une harka de 20 000 hommes qui,
après dix-huit heures d’assauts inefficaces, abandonne la partie en laissant
173 corps sur le terrain.

Le débarquement de Casablanca
Alors que le général Lyautey réussissait en  1907-1908 ses premières
opérations au Maroc oriental, la situation des Européens installés aux alen-
tours de Casablanca et dans la ville continuait à se dégrader. La construction
d’une jetée, embryon du port de commerce actuel, se heurtait à l’hostilité
des Marocains qui attaquaient le chantier et en détruisaient le matériel. Le
30 juillet 1907, ils assassinaient neuf Européens dont cinq Français, et assié-
geaient les consulats étrangers.
1901-1935 : La Légion étrangère au Maroc 13

Conformément aux accords d’Algésiras, la France, chargée d’assurer


la sécurité du territoire et de défendre la légitimité du sultan, mit à terre,
le 5 août, un détachement de fusiliers marins pour protéger les consulats.
Ce détachement perdit son chef et eut cinq hommes blessés en entrant en
ville. Le 7 août, un corps de débarquement de 2 000 hommes aux ordres
du général Drude releva les marins. Sa mission, bien que plus étendue que
celle des marins, est limitée par Paris à l’agglomération de Casablanca et
à sa banlieue immédiate ; il ne peut s’emparer de positions stratégiques
autour de la ville.
La Légion participe à cette opération par le VI/1er re débarqué le 7 août.
Ce bataillon, commandé par le chef de bataillon Provost, doit repousser
les assauts quasi quotidiens lancés par les Chaouia. Le 8 août, en défen-
dant la face nord du camp numéro 1 où il bivouaque, le bataillon déplore
son premier mort, le légionnaire Motz ; le 3 septembre, le commandant
Provost, menant son bataillon à l’assaut de la crête de Sidi-Moumen située
à moins de dix kilomètres à l’est de la ville, tombe à son tour. Le 2 sep-
tembre 1907, le corps de débarquement reçoit le renfort du VI/2e re suivi,
deux jours plus tard, par le I/2e  re. Installés au camp « Sud Ville », ces
deux formations groupées administrativement forment le 1er régiment de
marche/2e  re (1er  rm/2e  re) commandé par le colonel Boutegourd. Ils
repoussent, indépendamment l’un de l’autre, les attaques désordonnées
mais violentes des tribus contre le chantier de la jetée et la ville. Dès les
premiers combats, il est évident que respecter les ordres reçus de Paris et
abandonner immédiatement le terrain occupé pendant les sorties aboutit à
une situation absurde : Casablanca n’est qu’une position d’où il est de plus
en plus difficile de déboucher. Pour sortir de cette situation, le 1er janvier
1908, le général Drude, contrevenant aux prescriptions du ministre, fait
occuper Mediouna, agglomération distante de dix-huit kilomètres au sud
de Casablanca puis, au lieu d’évacuer la place et de revenir à Casablanca, il
y crée une garnison. Son successeur, le général d’Amade, adopte la même
attitude : après avoir occupé Berrechid, il progresse vers le sud et s’empare
de Settat après un dur combat mené par des éléments du 1er  rm/2e  re.
L’activité incessante des troupes, l’omniprésence sur le terrain des com-
pagnies montées de la Légion et l’action du service de santé auprès de la
population aboutissent à la soumission de la très grande majorité des tribus
Chaouia.
Les étapes de la pacification du Maroc, bien qu’encore peu discernables,
se précisent :
— soumettre, avec Casablanca comme base arrière, les tribus de la Chaouia
en assurant la couverture lointaine de la ville par la construction de
camps ou de postes à Boucheron, Ben-Ahmed et Ben-Slimane ;
— reconnaître la côte atlantique au sud-ouest de Casablanca jusqu’à l’em-
bouchure de l’Oum-er-Rebia ;
— étendre progressivement les territoires soumis jusqu’au piémont du
Moyen Atlas en refoulant les irréductibles dans la montagne.
14 Pierre Soulié

Une fois la sécurité assurée à l’intérieur du périmètre délimité par les


postes périphériques, les troupes commenceront à réaliser des infrastruc-
tures devant permettre l’évolution du Maroc vers la modernité  : réseau
routier, lignes télégraphiques, infirmeries, travaux d’irrigation…
À partir du mois d’août  1908, les opérations, au Maroc occidental,
visent, au sud de Casablanca, à consolider la position de Settat. Le succès
des actions entreprises permet au gouvernement de ramener en Algérie,
le 1er août le VI/1er re, puis le 29 octobre le IV/2e re. À Casablanca seul
reste le I/2e re qui, groupé avec le 4e régiment de zouaves, constitue un
régiment de marche chargé d’aménager, à l’intérieur de la zone contrô-
lée, des camps militaires, de construire un réseau de routes et de pis-
tes et d’assainir les secteurs insalubres. À Settat, limite sud de la zone, la
2e compagnie/1er rm/2e re du capitaine Rollet protège les travaux d’instal-
lation du bac de Mechra-ben-Abbou sur l’Oum-er-Rebia. Elle participe
ensuite à la colonne du Cba Aubert de l’infanterie coloniale qui doit bar-
rer la route de Fès à une harka rassemblée au sud d’Agadir, dans la région
de Tiznit, qui marche sur Fès pour déposer le sultan. La mission de la
2e compagnie/1er rm/2e re, du 5 juin au 11 juillet 1910, consiste à proté-
ger les convois de ravitaillement des unités combattantes. Le 5 août, une
colonne d’« observation » est rassemblée à Guisser à trente kilomètres au
sud/sud-est de Settat sous les ordres du Cba Forey. Elle comprend la com-
pagnie Rollet, la compagnie Arqui (4e compagnie/2e re), une compagnie
du 4e régiment de tirailleurs, un demi-escadron de spahis, une demi-batte-
rie de 75, la section de mitrailleuses du 2e re et une section d’ambulances.
En dépit de sa composition à but opérationnel, la colonne n’effectue que
des reconnaissances et des tournées de police autour de Guisser. Les popu-
lations ne lui manifestent aucune hostilité ; elles attendent le passage de la
colonne pour vendre aux militaires œufs et poulets, quémander du sucre
et de la farine, et surtout pour bénéficier des soins donnés par le médecin
et ses infirmiers, première manifestation de la politique de séduction des
autochtones du général Lyautey.

Hostilité de l’Allemagne
Cette politique irrite l’Allemagne qui souhaite établir des relations com-
merciales avec le Maroc indépendamment de la France avec laquelle les
rapports sont toujours aussi tendus. Le consulat d’Allemagne de Casablanca,
transformé en officine de désertion, facilite le retour en Allemagne de ses
nationaux « déçus de la Légion », et sert de refuge aux déserteurs avant leur
embarquement sur un navire allemand. Un soir de septembre 1908, le chan-
celier du consulat escorte des déserteurs jusqu’au bateau battant pavillon
allemand qui doit les rapatrier. Avant d’arriver au point d’embarquement,
le groupe est arrêté par une patrouille de légionnaires qui, reconnaissant les
déserteurs, les conduit au pc de la place et refuse de les remettre au consul.
Le 1er  juillet 1911, l’ambassadeur d’Allemagne à Paris annonce au
ministre des Affaires étrangères que son gouvernement va envoyer à Agadir
1901-1935 : La Légion étrangère au Maroc 15

un navire de guerre pour défendre les intérêts allemands menacés dans cette
zone par des Marocains révoltés. Il ajoute que, compte tenu de l’insécurité
en terre chérifienne, l’Allemagne considère que l’acte d’Algésiras est caduc.
De nouvelles discussions entre l’Allemagne et la France sont nécessaires
afin de régler entre les deux États les intérêts de chacun. Quatre mois de
tractations furent nécessaires pour régler tous les points litigieux et obtenir
l’abandon par l’Allemagne de ses revendications moyennant des compen-
sations territoriales en Afrique équatoriale. Enfin, la convention franco-
allemande du 4 novembre reconnaissait à la France le droit de conclure un
traité de protectorat avec le Maroc.

La révolte de Fès
Les mehalla chérifiennes, n’ayant plus été payées depuis des mois, se
révoltent, le 28  mars 1911. Elles entraînent avec elles les tribus berbères
de la périphérie de Fès et assiègent la ville. Le sultan demande à la France
d’intervenir en venant au secours de sa capitale.
Chargé de dégager Fès, le général Moinier rassemble à Kenitra un
groupement formé d’unités pouvant, sans risque majeur, être retirées des
opérations en cours pour marcher sur Fès. Ce groupement est scindé en
trois colonnes. L’une d’elles, aux ordres du colonel Gouraud, comprend
un bataillon du 4e zouaves, un bataillon du 3e tirailleurs, la 3e compagnie
montée/1er rm/2e re du capitaine Rollet et un convoi de ravitaillement.
Partie de Kenitra le 11  mai 1911, la colonne Gouraud est harcelée,
dans la nuit, à Lalla-Ito, par des Zemmour que repousse la compagnie
Rollet. Longeant la rive gauche de l’oued Sebou, elle traverse ensuite des
merja (marécages asséchés) couvertes d’herbes sèches d’une densité telle
que la marche des hommes et des mulets en est ralentie. La compagnie
Rollet, le plus souvent en avant-garde, n’a plus l’occasion de combattre,
les Marocains ne s’opposant pas au passage de la colonne. La traversée du
massif du Zegota ne rencontre pas de résistance et le 21 mai, après avoir
traversé la plaine du Zais, la compagnie montée va installer son bivouac en
face du palais du sultan à Fès-Jdid (Fès ville nouvelle). À partir du 25 mai,
elle escorte des convois de ravitaillement empruntant la piste de Kenitra à
Fès. Elle se heurte, dans la montagne, à des fractions des Beni M’Tir qui lui
causent quelques pertes. Pour contrôler la piste entre le col du Zegota et
le massif des Beni Ahmer, elle construit un poste à la N’Zala des Beni
Ahmer. Vers le sud, en direction d’El-Bhalil et de Sefrou, elle reconnaît
les premières pentes du Moyen Atlas en repérant les itinéraires praticables
pour les colonnes qui soumettront, à une époque encore indéterminée, les
Berbères du Moyen Atlas.
Le commandement, une fois la région de Fès pacifiée, détermine les
projets majeurs de mise en valeur des territoires que contrôlent ses unités.
Priorité est donnée au projet d’une route reliant directement Casablanca
et Rabat à Meknès et Fès en évitant le détour par Kenitra et la traversée
du Gharb. Ce projet est accueilli très favorablement par certaines fractions
16 Pierre Soulié

des Zemmour, et les premières reconnaissances sont lancées à partir de Fès


et de Meknès jusqu’à Tiflet, à cinquante kilomètres à l’est de Rabat. Une
piste est aménagée de Tiflet à Meknès avec le concours de la compagnie
montée Rollet. La chaleur qui s’ajoute à la fatigue des légionnaires, en opé-
rations sans interruption depuis le mois de mai, provoque une épidémie
de fièvre typhoïde dont les seules victimes sont le lieutenant Allote de La
Faye, décédé le 13 septembre à l’hôpital de Fès, et le légionnaire Kollsen,
mort trois jours plus tard.
À la fin de  1911 et dans les premiers mois de  1912, la compagnie
montée/1er rm/2e re reçoit une série de missions très diverses : chantier
d’amélioration de la piste Meknès-Fès au pont de l’oued Ouislam, opéra-
tion de police dans la vallée de l’oued El-Kell, escorte d’une reconnaissance
évaluant la possibilité d’approvisionner Fès par voie fluviale empruntant le
cours du Sebou, opération contre les Beni M’Tir et les Aït Youssi sur les
premières pentes du Moyen Atlas, destruction de la casbah du caïd Raho,
nettoyage du secteur de Sefrou et occupation de la ville le 12 janvier 1912.
L’ensemble de ces opérations, aussi impressionnant qu’il soit, ne répond
qu’à des besoins tactiques instantanés. Il ne s’inscrit pas dans une stratégie
d’ensemble, impossible à définir en raison du manque d’effectifs, car les
unités engagées dans une opération de pacification n’étaient pas en mesure,
dans la majorité des cas, d’occuper le terrain conquis.

Le protectorat et le général Lyautey, résident général de France au Maroc


Le 30 mars 1912, le gouvernement français, conformément à l’accord
franco-allemand du 4  novembre 1911, signe avec le sultan un traité de
protectorat par lequel la France prend en charge les relations du Maroc
avec les nations étrangères, les finances du pays, la police, l’armée, la santé
publique… Cet accord est très contesté par le maghzen et par l’armée.
Le 17 avril 1912, les tabors chérifiens (éléments de l’armée du sultan)
en garnison à Fès se mutinent. Ils massacrent leurs officiers et soulèvent
la population de la médina contre les Européens qui doivent se réfugier à
l’intérieur d’un périmètre de défense. La révolte gagne la montagne d’où
descendent 20 000 guerriers qui assiègent la ville.
Le gouvernement français auquel le traité de protectorat a confié la res-
ponsabilité de l’ordre public doit ramener le calme au Maroc. Il fait appel
au général Lyautey qu’il nomme, par décret du 28 avril, résident général
de France au Maroc. Arrivé à Fès le 23 mai, le Résident lance, avec le peu
de troupes dont il dispose, une série de petites opérations qui, en l’espace
de deux mois, rejette les révoltés en direction du nord dans le Rif et au
sud dans le Moyen Atlas. La compagnie montée Rollet commence par
chasser les maraudeurs des jardins situés en contrebas du secteur oriental
de la ville ; elle détruit les passerelles qu’ils ont lancées sur le Sebou. Les
insurgés défendent leurs positions avec un tel acharnement que la com-
pagnie doit donner l’assaut à un mamelon d’où partent des feux nourris
et ajustés. En juillet, l’action est orientée au nord de Fès sur la rive gauche
1901-1935 : La Légion étrangère au Maroc 17

de l’Ouerrha pour créer un glacis de protection lointaine de la ville ; le


6 juillet, les légionnaires livrent un combat à Souk-el-Tnine, et le lende-
main à Moulay-bou-Chta. Au cours de ces deux engagements, un caporal
et un légionnaire sont tués et quatre légionnaires blessés.
Revenue à Fès, la compagnie s’installe avec des unités de tirailleurs
nord-africains et sénégalais au camp de Dar-Mahrès où sera installée la
portion centrale du 3e rei en 1924. Les travaux d’aménagement du camp
qui lui sont assignés doivent être interrompus pour combattre une frac-
tion des Beni M’Tir retranchée au Djebel-Kandar, dans le Moyen Atlas, et
reconnaître le secteur d’Immouzer du Kandar.
Les objectifs fixés par le général Lyautey une fois atteints et l’insurrec-
tion domptée, les résultats doivent être consolidés par la mise en œuvre
d’un programme de présence sur le terrain en évitant de recourir à la force,
la faiblesse des effectifs ne le permettant pas.
La compagnie Rollet commence, en novembre 1912, la construction
de la piste reliant Fès à Petitjean et Kenitra par le col du Zegota. Entre le
6 novembre 1912 et le 14 avril 1914, date de l’ouverture de la piste à la
circulation, les travaux sont interrompus à plusieurs reprises pour procéder
à des opérations de pacification au nord, à l’est et au sud de Fès.

Liaison entre le Maroc occidental et oriental

Au Maroc oriental, les colonnes venant d’Oujda arrivent à Guercif après


avoir maîtrisé l’opposition des fractions occidentales des Beni Snassen. La
perspective d’un conflit armé avec l’Allemagne oblige à réaliser rapide-
ment la jonction à l’est et à l’ouest du Maroc, et à relier par voie terrestre
la Tunisie et l’Algérie à la côte atlantique du Maroc par suppression de la
solution de continuité entre Fès et Taza.
La compagnie montée du capitaine Rollet, intégrée dans le groupe-
ment du général Gouraud, quitte Fès, le 27 avril 1914. Détachée à l’avant-
garde en soutien de la cavalerie, elle participe à la reconnaissance du
terrain jusqu’à la crête dominant la vallée de l’Ouerrha. Les jours suivants,
toujours à l’avant-garde, elle progresse en direction de l’est et combat, le
10 mai, au djebel Tfazza contre les guerriers Rhiata. Le 12 mai, elle par-
ticipe à l’attaque contre les guerriers d’El-Hadj-Ami et contre les Tsoul,
puis va cantonner au camp de l’oued Amelil et fait, le 16 mai à 15 heures,
sa jonction à Meknassa-Tatania (à l’ouest de Taza) avec un élément du
groupement du général Baumgarten venant d’Oujda.
Le 17  mai, le groupement du général Gouraud rejoint Taza où le
général Lyautey, avant de passer en revue les deux groupements, constate
officiellement la continuité territoriale existant dorénavant entre Tunis,
Alger et Rabat/Casablanca.
À la fin mai 1914, le protectorat français du Maroc couvre :
— d’est en ouest, depuis la frontière algérienne jusqu’aux premiers contre-
forts de l’Atlas, et du nord au sud, depuis la côte de la Méditerranée
18 Pierre Soulié

jusqu’au parallèle de Colomb-Béchar, une zone de cultures puis de


hauts plateaux sur lesquels ne pousse que de l’alfa ;
— à l’ouest, entre la côte atlantique et le Moyen Atlas, et du nord au sud, de
la chaîne du Rif au piémont du Haut Atlas, un vaste territoire agricole
coupé de collines de faible altitude. Le Maroc oriental est relié au Maroc
occidental par le couloir de Taza qui culmine au col de Touahar.

Le programme du général Lyautey


Dans un rapport adressé au ministre de la Guerre, le Résident trace les
grandes lignes du plan de pacification du protectorat qu’il se propose de
réaliser. Passant en revue les zones encore dissidentes, principalement les
chaînes du Moyen et du Haut Atlas, il compare celles-ci à une besace. Le
sac septentrional, limité au nord par la ligne Meknès, Fès, Taza et Guercif,
est limité à l’est/sud-est par les hauts plateaux des confins algéro-maro-
cains et au sud/sud ouest par une ligne reliant Meknès à Ksar-es-Souk
(aujourd’hui Er-Rachidia). Le sac méridional comprend la partie sud/
sud-ouest du Moyen Atlas, le Haut Atlas et l’Anti-Atlas ; il est bordé à
l’ouest par les plaines des Beni Amir et des Beni Moussa et la plaine de
Marrakech ; enfin, à l’est, par les hamadas du Dra et du Guir. Soulignant
l’hétérogénéité ethnique de chacune de ces zones, il en déduit son pro-
gramme de pacification : dans un premier temps, isoler l’un de l’autre les
deux sacs, puis réduire, dans une deuxième période, le sac septentrional
occupé correspondant en gros à la tache de Taza qui menace le couloir
de liaison entre Algérie et Maroc ; la pacification du sac méridional fera
l’objet d’une troisième phase.
La déclaration de guerre de l’Allemagne à la France puis la campagne
contre Abd el-Krim dans le Rif retarderont jusqu’en 1926 la réalisation de
ce programme.

La Légion au Maroc pendant la Première Guerre mondiale


La déclaration de guerre d’août 1914 oblige le gouvernement à trans-
férer en métropole la quasi-totalité des troupes du Maroc. En ce qui
concerne la Légion, seuls sont envoyés en Algérie les légionnaires qui ne
sont pas citoyens allemands ou autrichiens, le gouvernement se refusant à
faire combattre ceux-ci contre leurs patries respectives.
Les formations de la Légion restées au Maroc, après les prélèvements
ordonnés par Paris, étaient les 1er, 2e et 6e bataillons du 1er re formant le
1er rm/1er re, 1es 3e et 6e bataillons du 2e re formant le 1er rm/2e re, auxquels
s’ajoutent deux compagnies montées du 1er re et la compagnie montée du
Maroc, la compagnie montée/1er rm/2e re. Toutes ces unités n’ont qu’un
effectif réduit. En compensation de ces prélèvements, la métropole envoya
quelques bataillons de territoriaux qui devaient démontrer aux Marocains
que la France restait présente au Maghreb.
1901-1935 : La Légion étrangère au Maroc 19

Par ailleurs, le ministère prescrivait de rassembler les forces restantes


à proximité de la côte atlantique et d’abandonner l’intérieur du pays. Le
général Lyautey, convaincu qu’un tel recul entraînerait, à brève échéance,
la perte de la totalité du pays, maintint, en dépit des ordres reçus, une pré-
sence militaire en bordure des zones dissidentes.
Les faits lui donnèrent raison. Les Tsoul, armés et soutenus financiè-
rement par l’Allemagne, attaquent le couloir de Taza le 9 août 1914. Le
6 septembre, la 1re compagnie montée/2e re est accrochée sur l’Innaouen.
Le 13  novembre, une reconnaissance dans le Moyen Atlas dirigée par
le colonel Laverdure contre Kenifra, capitale de Moha ou Hamou, caïd
des Zaian, tombe dans une embuscade. Elle est entièrement détruite, et
la colonne de secours ne peut qu’ensevelir les morts en subissant, elle-
même, des pertes. L’année 1915 est tout aussi agitée : le VI/1er rm/2e re
participe, le 16  janvier, à une opération contre M’Rirt et la vallée du
Guigou ; dans la vallée de l’oued M’çoun, le contrôle permanent du sec-
teur ne peut être exercé qu’en construisant le poste de Bou-Ladjeraf ; le
1er mai, la compagnie montée du Maroc nettoie la région de Si-Ahmed-
Zerouk et y construit un poste ; à la limite du Moyen Atlas, la tribu des
Branes, alliée aux Beni  Ouriaghel, harcèle convois et colonnes ; il faut
trois engagements violents pour en venir à bout. En 1916, les reconnais-
sances du versant occidental du Moyen Atlas se multiplient dans la région
d’Ifrane, dans le secteur du Tadla et en bled Zaian. Au printemps, la région
de Bou-Denib s’agite et doit être reprise en main, ce qui donne lieu à
plusieurs engagements mettant en jeu le VI/1er rm/2e re et la 1re compa-
gnie montée/rm/1er re. En 1917, dès le 2 janvier, le I/1er rm/1er re entame
dans le Tadla des opérations contre les Zaian, alors que commence la
séparation des deux sacs de la besace imaginée par le résident général. Le
17 juin 1917, le groupe mobile de Meknès se relie à celui de Bou-Denib.
Mais ils ne se sont rendus maîtres que d’un étroit couloir que les convois
ne parviennent à emprunter qu’en organisant de véritables opérations de
guerre.
Aucune grande opération n’a lieu en 1918. L’érosion des effectifs du
Maroc aggravée par les envois de renforts en métropole interdit la pour-
suite de la pacification. Le 11  novembre 1918, les effectifs très réduits
restés sur le sol marocain avaient réussi à conserver l’intégralité du pro-
tectorat français sur le Maroc. Les dissidents, toujours travaillés par la pro-
pagande allemande, refusèrent de croire à la défaite de l’Allemagne et
continuèrent leur combat. La libération des classes appelées pendant les
hostilités et le retour en métropole des territoriaux envoyés au Maroc
en 1914 provoquèrent une crise des effectifs européens et de l’encadre-
ment des troupes indigènes. Informé des problèmes que posait, alors, au
commandement la présence en Algérie du régiment de marche de la
Légion (rmle) qui, régiment de marche et non régiment organique de
l’armée française, risquait d’être dissous à brève échéance, le Résident
obtint du ministre le transfert de cette unité au Maroc afin de pallier, ne
fût-ce que partiellement, cette crise.
20 Pierre Soulié

la légion dans la pacification, 1920-1935

Le 27 octobre 1919, le rmle arrive à Oujda. Il rejoint Taza d’où, pen-


dant trois semaines, deux de ses compagnies pourchassent jusqu’aux abords
du Rif des bandes armées qui refusent le combat et se réfugient au Maroc
espagnol. Ces compagnies sont ensuite dirigées sur Meknès où doit sta-
tionner le régiment.
L’arrivée du rmle représente, en valeur absolue, un faible apport numé-
rique pour les formations européennes, son effectif de 994 officiers, sous-
officiers et militaires du rang est inférieur à l’effectif normal d’un bataillon.
Il permet d’augmenter de 85 % l’effectif de 1 200 légionnaires que comp-
tent les quatre bataillons formant corps du 1er et du 2e re et les trois com-
pagnies montées présentes au Maroc.
Sachant que seule la Légion parviendra à lui apporter les effectifs qui
lui sont nécessaires, le général Lyautey charge le lieutenant-colonel Rollet
d’étudier une réorganisation de la Légion au Maroc. Après des discussions
serrées, le ministère de la Guerre autorise :
— l’affectation aux formations du Maroc de plus de la moitié des engagés
volontaires au titre de la Légion ;
— la transformation du rmle en régiment organique des troupes du
Maroc ; il devient 3e régiment étranger d’infanterie (rei) et est affecté à
Fès ;
— le transfert d’Algérie au Maroc du 2e re qui devient 2e rei en garnison
à Meknès ;
— la création du 4e rei par groupement des bataillons formant corps des
1er et 2e re stationnés au Maroc avec implantation à Marrakech.
La création de ces régiments à effectif complet est rendue possible grâce
à l’afflux de volontaires russes fuyant le régime des Soviets et de germano-
phones auxquels leurs pays ne peuvent fournir un emploi.

La reprise de la pacification
Jusqu’en 1919, la pacification n’avait concerné que le « Maroc utile »
et les abords des Moyen et Haut Atlas. À partir de 1920, elle vise les tribus
berbères peuplant des zones montagneuses, forteresses naturelles où sont
organisés des embuscades contre les patrouilles et les convois militaires et
des raids contre les tribus ayant fait leur soumission.
L’année  1920 est consacrée à la mise en place des régiments et à
l’instruction des unités. Les recrues doivent être initiées aux particulari-
tés du combat au Maroc et être convaincues que la guerre n’y a rien de
commun avec ce qu’ils ont pu connaître entre 1914 et 1918 contre les
Alliés. Ils doivent comprendre qu’au Maroc, il est impossible de procéder
par chocs frontaux contre un adversaire très mobile qui a une connais-
sance approfondie du terrain. Il faut apprendre à manœuvrer en tirant
parti de la configuration du terrain et faire preuve de souplesse dans la
manœuvre.
1901-1935 : La Légion étrangère au Maroc 21

Pendant cette période, le 3e rei, premier régiment prêt à prendre part


aux opérations, a pour mission de compléter un réseau de postes orienté au
nord face à la chaîne du Rif et au sud face au Moyen Atlas, pour protéger la
piste et le chemin de fer à voie étroite de Fès à Taza. Il garde un bataillon en
réserve à Fès. Le 2e rei, après son transfert d’Algérie au Maroc, commence
par repousser, entre Fès et Taza, les Beni Ouarain vers le sud afin de mettre
le cordon ombilical entre Maroc occidental et Maroc oriental hors de por-
tée des Berbères du Moyen Atlas.
En 1921, les objectifs consistent, d’une part à en finir avec la dissidence
au Tadla et en bled Zaian qui menace encore les zones de cultures au pied
du Moyen Atlas, d’autre part à créer ensuite une liaison entre Meknès et
Fès d’un côté et Midelt de l’autre en passant par le col du Zad.
Le III/3e rei intégré dans le groupe mobile de Fès participe aux opé-
rations de Kesmat-el-Khamis et de Kassiona avant de rejoindre, en juillet,
le II/3e rei à Bekrit en limite nord du bled Zaian, puis de construire un
poste au djebel Ayhoum. Le I/3e rei conquiert le marabout de Si-Ahmed-
el-Monedden et construit un poste sur le lieu du combat. Un détachement
du 4e rei défait les dissidents sur l’oued Oughziat, et le IV/4e rei occupe
en avril Gheuder. À la fin de l’année, les objectifs fixés par le Résident
sont atteints : les Zaian ont fait leur soumission, et le poste de Bekrit qui
contrôle la zone à l’ouest de la piste Azrou/Midelt a été dégagé, mettant la
liaison Meknès-Midelt à l’abri des incursions d’insoumis.
En 1922, l’objectif prioritaire est la réduction de la tache de Taza. Deux
bataillons du 2e rei entrent, l’un (III/2e rei) dans la composition du groupe
mobile du général Decherf avec lequel il remonte le cours de la Moulouya
et occupe les postes du secteur d’El-Menzel. Le II/2e rei assure l’escorte
de convois avant de rejoindre le groupe du général Aubert qui, marchant
du nord au sud contre les Marmoucha, parvient à rejeter une partie des
dissidents vers le cœur du Moyen Atlas. Les II et III/3e rei rejoignent le
III/2e rei dans le groupement du général Decherf pour réduire le massif du
Tichoukt, forteresse des Aït Tseghouchen. Le III/3e rei enlève la position
de la Kelaa des Beni Alaham, puis combat au Tizi-Adni. Commandé par
le chef de bataillon Nicolas, le bataillon fait les frais d’une erreur initiale
du commandement qui refuse de tenir compte des suggestions du chef de
bataillon. Celui-ci estimait nécessaire, avant d’attaquer Skoura, de modi-
fier l’opération pour tenir compte des difficultés du terrain et remettre en
ordre les unités. Cette suggestion n’ayant pas été retenue, le III/3e rei doit
combattre dans des conditions défavorables entraînant la perte de 17 tués,
18 disparus et 64 blessés, pertes énormes par rapport à l’effectif des deux
compagnies mises en ligne. L’opiniâtreté du III/3e rei dans cette malheu-
reuse affaire fait l’objet d’une citation à l’ordre des troupes du Maroc.
Pendant la belle saison, d’avril à octobre, les Légionnaires combattent. Ils
pénètrent en zone dissidente, s’y établissent et construisent les postes dans
lesquels ils mènent pendant l’automne et l’hiver une existence monotone,
vivant sous la menace constante d’un coup de main des dissidents. La cor-
vée d’eau ne peut être faite que sous la protection d’un élément d’escorte
22 Pierre Soulié

prêt à riposter en cas d’embuscade. Les liaisons entre postes voisins ne se


font que par moyens optiques ; communiquer par estafettes ferait tomber
le messager dans un traquenard, les dissidents guettant en permanence l’oc-
casion de s’emparer de l’arme et des munitions d’un isolé.
En 1923, au nord de la tache de Taza, la situation se détériore. Les succès
d’Abd el-Krim contre l’armée espagnole incitent les tribus frontalières à se
rebeller et à attaquer convois, patrouilles et postes de la zone française. La
faiblesse des effectifs dont dispose le maréchal ne permet pas de protéger
la frontière du nord simultanément avec la poursuite au même rythme que
la pacification. Il faut, afin de pouvoir barrer la route de Fès aux Rifains,
arrêter les opérations dans la tache de Taza. Les 2e et 3e rei sont envoyés
dans le nord pour interdire aux rebelles l’approche des deux villes impé-
riales. Pendant plus de deux ans, les unités des deux régiments s’épuisent
à arrêter le déferlement des Rifains, à couvrir le repli des postes devenus
indéfendables, à escorter les convois de ravitaillement des postes, escortes
qui sont de véritables opérations de guerre nécessitant l’intervention d’un
et parfois plusieurs groupes mobiles.
Pour maîtriser la situation, le maréchal Lyautey réclame des effectifs
supplémentaires à Paris qui répond à ces demandes en n’autorisant le trans-
fert au Maroc que d’un nombre très insuffisant de bataillons de tirailleurs
algériens et sénégalais auxquels s’ajoutent, à diverses époques et à titre tem-
poraire, trois bataillons du 1er rei. Le VI/1er rei du chef de bataillon Kratzert
est envoyé au début du second trimestre 1923 au Maroc pour opérer contre
les Marmoucha. Il retourne en Algérie en janvier 1924 après avoir participé
à l’encerclement du massif du Tichoukt.
En 1924, le danger rifain se précisant, la couverture de la frontière entre
le protectorat espagnol et le protectorat français demande toujours plus
de troupes. Le VI/1er rei, maintenant commandé par le chef de bataillon
Cazaban, revient en territoire chérifien au mois d’avril ; il est affecté au
groupe mobile du général Freydenberg. Il participe, le 3 mai, au dégage-
ment du poste de Taounate. Le II/1er rei du Cba Deslandes, arrivé égale-
ment en 1924, escorte les convois de ravitaillement et les renforts destinés
aux postes. Il est dirigé, avec le II/2e rei, vers le massif du Bibane où les
deux formations dégagent, en juillet 1925, les postes de l’oued Hamdine et
de Bab-Hoceine.
Le 10  juin 1925, le VI/1er  rei est envoyé vers le poste de Mediouna
qui doit être évacué. L’ennemi a isolé le poste par un réseau de tranchées
occupées en permanence. L’évacuation du poste ne pourra se faire qu’en
montant une action de corps franc. Plus d’une centaine de volontaires
se présente pour faire partie de l’élément d’assaut dont l’effectif ne doit
être que de 60 hommes. À la nuit tombée, le corps franc se dirige vers le
poste. Il est rejoint en chemin par la plupart des volontaires dont la parti-
cipation avait été refusée. En combattant, le groupe parvient à arriver au
poste. Le retour vers le bataillon est dramatique : encerclé par un adver-
saire très nombreux, bien armé et abondamment pourvu de munitions, le
corps franc est anéanti, quatre officiers et 60 sous-officiers et militaires du
1901-1935 : La Légion étrangère au Maroc 23

rang sont massacrés par l’adversaire. Leur sacrifice fait l’objet d’une citation
du bataillon à l’ordre des troupes du Maroc. Le VII/1er  rei arrive à Taza
le 20  juillet 1925, venant de Sidi-bel-Abbès. Sous les ordres du chef de
bataillon Merlet, il commence par combattre les Branes, délivre les postes
de Bab-Moroudj, puis s’empare du piton d’Ashora avant de se tourner
contre les Tsoul.
L’année 1925 est une année de grands bouleversements. Le maréchal
Lyautey doit quitter définitivement le Maroc. Il est remplacé dans ses fonc-
tions de résident général de France au Maroc par Lucien Saint, fonction-
naire de l’État, et dans son commandement en chef des troupes du Maroc,
mais uniquement pour la durée de la campagne contre Abd el-Krim, par le
maréchal Pétain. Ce dernier obtient de Paris tous les renforts en hommes
et en matériel qui avaient été refusés au maréchal Lyautey. Débarquent à
Casablanca ou passent la frontière à Oujda des divisions métropolitaines,
de l’artillerie lourde, des chars Renault FT, des avions d’observation et de
bombardement, abondance de moyens qui fait dire à certains qu’on veut
écraser les Rifains avec un marteau pilon d’une puissance hors de propor-
tion avec l’objectif.
Ces renforts, une fois acclimatés, rejoignent le front du Rif et passent à
l’offensive au mois de mai 1926. Les I et III/3e rei groupés en un régiment
de marche de la 2e division d’infanterie du général Billotte sont dans le
secteur d’Aïn-Aïcha et participent à l’offensive générale qui amène Abd el-
Krim à se rendre, le 28 mai, au colonel Corap.
Immédiatement après la fin des combats dans le Rif, profitant de la
présence de troupes en bordure de ce qui reste de la tache de Taza, le com-
mandement termine la réduction du territoire insoumis par l’opération du
Tizi-Anzi.
À la fin de 1926, la zone de la dissidence ne compte plus que le second
sac de la besace imaginée par le maréchal Lyautey.

Fin de la pacification
Après le rapatriement en métropole des divisions prêtées aux troupes
du Maroc, le commandement doit réorganiser ses formations et déterminer
l’ordre des priorités à donner aux secteurs restant à pacifier. Pour accéder
aux confins algéro-marocains depuis Fès et Meknès au nord et Marrakech
au sud et immobiliser les rebelles, il faut disposer de pistes capables de
supporter la circulation de camions équipés de roues à bandages pleins.
Deux pistes principales sont mises en chantier : la première relie Meknès
et Fès à Ksar-es-Souk et au Tafilalet en passant par Midelt et la vallée du
Ziz ; la seconde va de Marrakech à Ouarzazate en passant par le col du
Tizi N’Tichka. Elle permettra d’accéder à la vallée du Draa au sud et, vers
le nord, en remontant la vallée du Dades, de rejoindre Ksar-es-Souk. Entre
Midelt et Ksar-es-Souk existait une piste praticable uniquement par des
fantassins et des convois d’animaux : passant par Rich, Gourrama et Bou-
Denib, elle avait une longueur de trois cents kilomètres, alors qu’en suivant
24 Pierre Soulié

le cours de l’oued Ziz, la distance n’est que de cent cinquante kilomètres,


mais il faut percer un tunnel dans la cluse du Foum-Zabel. La route de
Midelt à Ksar-es-Souk fut étudiée par la direction du génie de Meknès ; sa
réalisation fut l’œuvre d’unités des 2e et 3e rei. Quant au tunnel, il fut percé
entre le 24 juillet 1927 et le mois de mai 1928 par la compagnie de sapeurs
pionniers du 3e  rei (sur les cartes éditées par l’Institut géographique du
Maroc, ce tunnel est toujours appelé « tunnel du Légionnaire »).
La piste qui relie Marrakech à Ouarzazate donne accès à la vallée du
Draa en direction du sud. Elle permet, en remontant la vallée du Dades, de
rejoindre Ksar-es-Souk à partir du sud. Cette piste fut réalisée par le 4e rei,
aidé par des unités de tirailleurs qui fournirent la main-d’œuvre « pelles et
pioches ». Moins connue que la « route du Ziz », celle-ci passe par le col du
Tizi N’Tichka à 2 270 mètres d’altitude.
Ces pistes ayant été terminées, la réduction de la dissidence fut réactivée.
Les groupes mobiles de Meknès avec le 2e rei, de Fès dont faisaient partie
divers éléments du 3e  rei et de Bou-Denib, commencèrent, entre  1927
et 1929, par ramener le calme dans les secteurs de Bou-Denib et du Tafilalet
en utilisant des moyens beaucoup plus lourds que ceux dont avaient disposé
les unités avant 1925 : artillerie de calibre 155, chars Renault type FT 17,
aviation de bombardement… Il leur fallut ensuite réprimer une nouvelle
rébellion des Aït Haddidou et des Aït Yahia dans la région de Gourrama et
assiéger le ksar des Aït Yacoub.
En 1933, le djebel Sagho, dernier bastion de la dissidence, fut pris d’as-
saut par les compagnies montées des trois régiments étrangers d’infanterie
du Maroc après un blocus de quarante-deux jours. Les dernières opérations
eurent pour théâtre la vallée de l’Assif-Melloul et le plateau des Lacs dans
le Haut Atlas, auxquels participèrent des éléments des 2e, 3e et 4e rei. La
pénétration dans les territoires de l’extrême sud aux confins de la colonie
espagnole du Rio de Oro ne donna pas lieu à des opérations militaires
méritant d’être signalées. À la fin de 1934, la totalité du protectorat français
du Maroc était pacifié.
En conclusion, il est possible d’affirmer que la part prise par la Légion
dans les opérations de pacification du Maroc entre 1903 et 1934 est pri-
mordiale. Ses unités ont été l’épine dorsale des colonnes et des groupes
mobiles chargés de soumettre les dissidents. Aussitôt les combats terminés,
les légionnaires ont entrepris, avec des moyens réduits, la réalisation d’une
infrastructure routière qui a été l’un des facteurs essentiels du développe-
ment économique du Maroc.

Pierre Soulié
Chargé de recherches au centre de documentation de la Légion étrangère