Vous êtes sur la page 1sur 41

U.T.E.R -- G.V.E.

A
Unité Thématique d'Enseignement et de Recherche
Gestion et Valorisation de l'Eau – Assainissement.

ASSAINISSEMENT AUTONOME

LES LATRINES

Moussa OUEDRAOGO mise à jour : Novembre 2004


2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

AVANT-PROPOS

Objectifs du module

L’étudiant devra à l’issue de ce module, être capable de:

justifier de l’intérêt de l’assainissement autonome par rapport au


système de collecte des eaux usées par réseau

présenter les avantages et inconvénients de la latrinisation

choisir, concevoir et réaliser la latrine type appropriée à un milieu donné

donner les consignes d’exploitation et d’entretien d’une latrine

-2-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

TABLE DES MATIERES Pages

I – INTRODUCTION .............................................................................................................. 4
Qu’est-ce que l’assainissement ? .................................................................................................. 4
Le concept d’assainissement autonome....................................................................................... 4
a. Définition ....................................................................................................................................................4
b. Caractéristiques de l’assainissement autonome ....................................................................................4
Les latrines dans l’assainissement autonome ............................................................................................5
Définition d’une latrine ............................................................................................................................5
Critères de conception des latrines. ........................................................................................................6
Indicateurs clés .....................................................................................................................................6
Notes d'orientation ...............................................................................................................................7
Etude de quelques types de latrines .......................................................................................................8
PM – Les latrines traditionnelles. ................................................................................................. 9
PM.1 - La nature ..............................................................................................................................................9
PM.2 - La latrine traditionnelle à fosse sèche (fig.2). ......................................................................................9

II - LES LATRINES AMELIOREES .................................................................................... 11


II.1 - La latrine à fosse ventilée ( V.I.P. ).................................................................................... 11
II.1.1 - Composantes ....................................................................................................................................11
II.1.2 - Fonctionnement ...............................................................................................................................11
II.1.3 - Différents types de V.I.P. ................................................................................................................12
II.1.4 - Conception .......................................................................................................................................13
II.1.5 - Dispositions constructives ..................................................................................................................14
.1.6 - Les consignes d’utilisation des V.I.P. .................................................................................................17
.2 - La toilette à chasse manuelle ( T.C M.) ............................................................................. 21
.2.1 – Composantes ( fig.12) .....................................................................................................................21
.2.2 - Principe de fonctionnement ...........................................................................................................21
.2.3- Principaux types de T.C.M. .............................................................................................................22
.2.4 - Dimensionnement ...........................................................................................................................22
.2.5 - Dispositions constructives ..............................................................................................................24
.2.6 - Exploitation et entretien. ................................................................................................................25
.3 - Autres technologies .............................................................................................................. 30
.3.1 - Les cabinets d’aisance à compost ..................................................................................................30
.3.1 - Principe de fonctionnement général .........................................................................................30
.3.2 - Caractéristiques générales des cabinets à compost ................................................................30
.3.3 -.Principaux types ..........................................................................................................................31
.3.3.1 - Le cabinet d’aisance en continu(fig.3) ................................................................................31
.3.3.2 - Les cabinets d’aisance en discontinu .................................................................................32
.3.3.2.1 - Le cabinet à compost O.M.S.(fig.4) ..............................................................................32
.3.3.2.2 - Le « Biopot »(fig.5) ...........................................................................................................33
.3.2 - Le cabinet V.I.P. à puisard (fig.16) ...............................................................................................35
.3.3 - Les fosses à niveau constant (fig.17) .............................................................................................35
.3.4 - Le cabinet ATIR(fig.18) ..................................................................................................................35
.3.5 - Les feuillées (fig.2). ..........................................................................................................................37
II.4 - Inconvénients généraux des latrines. ............................................................................... 39
.5 – Comparaison de quelques latrines. .................................................................................. 41

-3-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

I – INTRODUCTION

La problématique de la qualité de vie, notamment celle de la pollution, plus qu’un refrain


de mode, se présente par-dessus tout, comme une mise à l’épreuve de la dignité humaine.
Depuis son existence, l’homme, par ses activités, ne cesse de produire des déchets solides,
liquides et gazeux qui, lorsque mal gérés, détériorent son cadre de vie et bouleversent les
équilibres écologiques.
Afin de contenir la diffusion de certains types de polluants, des technologies à usage
communautaire et individuel, influencées par des facteurs culturels, économiques,
institutionnels et politiques, sont développées et vulgarisées à travers le monde.
Dans le domaine de la gestion des eaux usées et excréta, les technologies sont multiples et
variées. Certains satisfont aux besoins en assainissement collectif, d’autres répondent à ceux
de l’assainissement autonome, objet de la présente étude.
Ainsi sera-t-il décrit dans les lignes qui suivent le concept d’assainissement autonome suivi
par la description de certains types de latrines.

Qu’est-ce que l’assainissement ?

Action d’assainir, l’assainissement concerne aussi bien la gestion des eaux usées et excréta
que celle des eaux pluviales, déchets solides et industriels. (6)
C’est l’ensemble des stratégies utilisées par des habitants, responsables officiels ou non,
pour pallier les problèmes posés par les excréta, les déchets solides et industriels et par la
circulation d’eau excluant la production et la distribution d’eau potable. (6)
Il est constitué de deux volets essentiels ; à savoir : le volet assainissement collectif, qui est
le type réalisé pour une exploitation à grande échelle sur la base d’étude de faisabilité
technique et économique surtout (réseaux d’égout, réseaux d’eaux pluviales, etc.) et le volet
assainissement autonome.

Le concept d’assainissement autonome

a. Définition

Se présentant comme une alternative, l’assainissement autonome est l’ensemble des


dispositifs à mettre en œuvre pour le traitement et l’élimination des eaux usées domestiques
qui ne peuvent être évacuées par un système d’assainissement collectif en raison de la faible
densité des habitants (guide technique de l’assainissement).

b. Caractéristiques de l’assainissement autonome

L’autonomie de l’assainissement autonome concerne implicitement le fonctionnement de


la technique (épuration des eaux), mais s’applique aussi à sa conception, à son financement,
à sa mise en œuvre et son entretien. (6)
Par son autonomie ainsi définie, l’assainissement autonome est souvent opposé à
l’assainissement collectif, bien que la limite entre les deux systèmes ne soit pas toujours
forcément bien identifiée.

-4-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Dans ce contexte, on parle:


d’assainissement autonome individuel (ou d’assainissement non collectif)
quand il s’agit de l’assainissement d’une maison individuelle qui utilise souvent le sol
comme élément épurateur (puisards, certaines latrines, etc.) ;
d’assainissement autonome groupé (ou d’assainissement semi-collectif) quand
il s’agit de plusieurs habitations individuelles drainées par un réseau aboutissant à un
système d’épuration, ou quand il s’agit de bâtiments collectifs ou de petites
collectivités ; l’assainissement groupé n’utilise pas toujours le sol comme élément
épurateur (le lagunage, le lit bactérien, la boue activée comme exemples de systèmes
d’épuration en bout de chaîne).
Cette classification est elle-même caractérisée par des bornes nécessairement floues.

Les latrines dans l’assainissement autonome

Les technologies à faible coût ?

Différentes appellations sont utilisées mais elles recoupent toutes plus ou moins la même
réalité. On parle habituellement de technologies à faible coût, de technologies appropriées,
de technologies simples ou de technologies adaptées. Plus spécifiquement, la disposition des
eaux usées et/ou des excréta passe par l'assainissement autonome, l'assainissement
individuel, l'assainissement simple ou l'assainissement décentralisé en technologies à faible
coût. Encore une fois, le niveau des technologies utilisées est une question de moyens et une
technologie donnée peut ne pas recouper les mêmes réalités d'une région à l'autre (exemple:
la fosse septique peut servir à une seule famille comme elle peut être appliquée à toute une
communauté, si on la dimensionne de manière correcte).

Définition d’une latrine


- lieux destinés à la satisfaction des besoins naturels.
- ouvrages de stockage de matières fécales en vue de leur digestion et de leur
évacuation hygiénique. C’est un lieu ou une construction, situé normalement à l’extérieur
d’une habitation ou de tout autre bâtiment, destiné à recevoir et emmagasiner des excréta et
quelquefois à en assurer le traitement. La latrine est le système d’assainissement le plus
utilisé dans le monde.

Différents types de latrines appropriées sont utilisées dans le cadre de l’assainissement


autonome. Ce type d’assainissement protège les espèces sensibles de la faune aquatique en
évitant les phénomènes de concentration des rejets dans les petits cours d’eau. Aussi il est
moins coûteux que l’assainissement collectif, puisqu’il rend caduque la construction des
stations d’épuration. Lorsqu’un (1) gramme de matière fécale peu contenir 10 millions de
virus, 1 million de bactéries, 1 millier de kystes de parasite et une centaine d’œufs de vers, il
va s’en doute dire qu’il faut trouver un système allant du stockage à l’élimination des
excréta.

-5-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Critères de conception des latrines.

Norme 2 relative à l'élimination des excréments : conception, construction et utilisation


des latrines

Les latrines sont situées, conçues, construites et entretenues de façon à être confortables,
hygiéniques et d'utilisation sûre.

Indicateurs clés
(à lire conjointement avec les notes d'orientation)

Les usagers (en particulier les femmes) ont été consultés et approuvent
l'emplacement et la conception des toilettes (Cf. notes d'orientation 1-3).
Les toilettes sont conçues, construites et situées de manière à ce qu'elles
présentent les caractéristiques suivantes :

- elles peuvent être utilisées par toutes les sections de la population, y compris les enfants,
les personnes âgées, les femmes enceintes et les personnes présentant des handicaps
physiques et mentaux (Cf. note d'orientation 1) ;

- elles sont situées de manière à réduire au minimum les menaces pesant sur les usagers,
en particulier les femmes et les filles, à n'importe quel moment de la journée ou de la nuit
(Cf. note d'orientation 2) ;

- elles sont suffisamment faciles à maintenir propres pour inciter à l'utilisation et ne pas
présenter de risques pour la santé ;

- elles donnent une mesure d'intimité conformément aux normes des usagers ;

- elles sont équipés d'un système permettant de jeter les serviettes et autres produits
hygiéniques féminins, ou donnent aux femmes l'intimité nécessaire pour laver et faire sécher
leurs serviettes hygiéniques en tissu (Cf. note d'orientation 4) ;

- elles réduisent au minimum la prolifération des mouches et des moustiques (Cf. note
d'orientation 7).

Toutes les toilettes construites qui utilisent une chasse d'eau ou un siphon
hydraulique sont approvisionnées en eau de manière adéquate et régulière (Cf. notes
d'orientation 1 et 3).
Les latrines à fosse et les puits perdus (pour la plupart des sols) se situent à au
moins 30 mètres de toute source de la nappe phréatique (source souterraine) et le fond

-6-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

des latrines est à au moins 1,5 mètres au-dessus du niveau hydrostatique. Les boues
drainées ou débordant des systèmes de défécation ne doivent pas s'écouler dans la
direction d'une source d'eau de surface ni d'une source (souterraine) peu profonde
(Cf. note d'orientation 5).
Les personnes se lavent les mains après la défécation et avant de manger et de
préparer des aliments (Cf. note d'orientation 6).
On fournit aux personnes des outils et du matériel pour la construction,
l'entretien et le nettoyage de leurs propres toilettes si c'est approprié (Cf. note
d'orientation 7).

Notes d'orientation
1. Installations acceptables: les programmes réussis d'élimination des excréments se basent
sur une bonne compréhension des besoins divers des personnes, ainsi que sur la
participation des usagers. Il ne sera peut-être pas possible de rendre toutes les toilettes
acceptables pour tous les groupes, et il faudra peut-être construire des toilettes spéciales
pour les enfants, les personnes âgées et les personnes handicapées, par exemple des pots, ou
des toilettes dotées de cuvettes plus basses ou de mains courantes. Le type de toilettes
construites dépendra des préférences et des habitudes culturelles des usagers prévus, des
infrastructures déjà en place, de la disponibilité d'eau (pour les chasses d'eau et les siphons
hydrauliques), des conditions du sol et de la disponibilité des matériaux de construction.

2. Installations sûres: si le choix de l'emplacement des toilettes n'est pas approprié, les
femmes et les filles courent de plus grands risques d'agression, surtout la nuit. Il faut donc
trouver des moyens de faire en sorte que les femmes se sentent, et soient, en sécurité
lorsqu'elles utilisent les toilettes fournies. Dans la mesure du possible, les toilettes communes
seront dotées d'un éclairage ou bien on fournira des torches aux familles. Il conviendra
d'encourager les familles à participer à la recherche de moyens permettant d'améliorer la
sécurité des usagers.

3. Toilette anale: il faut fournir de l'eau pour ceux qui s'en servent. Pour les autres, il s'agira
de fournir du papier hygiénique ou d'autres produits. Il faut consulter les usagers sur les
produits les plus appropriés sur le plan culturel et sur la manière de les éliminer sans risque.

4. Menstruation: les femmes et les filles qui ont leurs règles auront accès à des articles
appropriés pour l'absorption et l'élimination des menstrues. On consultera les femmes sur ce
qui est culturellement approprié (Cf. norme 2 relative aux articles non alimentaires).

5. Distance des systèmes de défécation des sources d'eau: les distances indiquées ci-dessus
peuvent être accrues pour les roches fissurées ou le calcaire, ou réduites pour les sols légers.
Lors de catastrophes, la pollution de la nappe phréatique ne sera peut-être pas une
préoccupation immédiate si cette eau n'est pas consommée. Dans les environnements
inondés ou affectés par une hausse du niveau de l'eau, il sera peut-être nécessaire de
construire des toilettes surélevées ou des fosses septiques afin de contenir les excréments et
de les empêcher de contaminer l'environnement.

6. Lavage des mains: on ne saurait surestimer l'importance de se laver les mains après la
défécation et avant de manger ou de préparer des aliments. Les usagers auront à leur
disposition des moyens de se laver les mains après avoir déféqué, avec du savon ou autre
(de la cendre, par exemple), et on les encouragera à le faire. Il y aura une source d'eau

-7-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

constante près des toilettes à cet effet.

7. Toilettes hygiéniques: si les toilettes ne sont pas maintenues propres, elles peuvent devenir
un foyer de transmission de maladies, et les personnes préféreront ne pas les utiliser. Elles
seront plus susceptibles de rester propres si les usagers ont le sentiment d'en être les
"propriétaires". On peut encourager ce sentiment au travers d'activités de promotion, en
installant les toilettes à proximité des lieux où dorment les personnes, et en faisant participer
les usagers aux décisions sur leur conception et leur construction, et sur les règles relatives à
leur fonctionnement, leur entretien, leur suivi et leur utilisation corrects. L'entretien et la
propreté des toilettes, la conception de latrines à aération améliorée (LAA) et à siphon
hydraulique ou, plus simplement, l'utilisation d'un couvercle au-dessus d'un trou de
défécation sont autant de mesures qui permettront de limiter la prolifération des mouches et
des moustiques.
Etude de quelques types de latrines
(Faq sur l’assainissement autonome, écrit par CREPA, Burkina Faso)

Il existe plusieurs types de latrines dont certaines sont adaptées et vulgarisées par des
institutions comme le CREPA, dans le but d’amélioration les conditions de vie des
populations et de résoudre les besoins en assainissement dans les pays en développement.
Les systèmes d’égout conventionnels dont le fonctionnement est basé sur l’eau ont prouvé
leur incapacité à résoudre les besoins en assainissement dans ces pays. Les technologies
d’assainissement les plus communément utilisées aujourd’hui sont les toilettes à fosse et les
toilettes à chasse d’eau.

Nous nous limiterons ici à l'étude de quelques latrines:

-8-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

PM – Les latrines traditionnelles.

PM.1 - La nature
Dans la majorité des villages, le milieu naturel reste préféré pour les défécations de
jour pour peu qu’il existe un buisson, une cachette, une ravine,(sinon on attend la nuit )...
Dans la majorité des quartiers périphériques des villes, on vit comme au village. Il
n’est pas rare de voir des excréta dans les caniveaux, sur la rue, sur les tas d’ordures sous les
ponts et à coté de certaines latrines publiques....

PM.2 - La latrine traditionnelle à fosse sèche (fig.2).


Comme dispositif d’assainissement, elle est très utilisée dans les pays en voie de
développement.

Elle a comme composantes principales:

-un trou de 80 à 90 cm de diamètre et 3 à 5 m de profondeur couvert soit d’une dalle,


soit de bois, soit de planches

-un abri assurant l’intimité de l’usager est nécessaire.

Ce type de latrine présente des inconvénients majeurs:

- aspect sanitaire: elle est malodorante et attire les mouches et autres vecteurs de
maladies qui se reproduisent dans la fosse
- elle est souvent mal construite et son utilisation dangereuse.
- une fois la fosse pleine, elle est abandonnée au profit d’une autre à construire;
- la fosse est généralement très profonde: risque de pollution de la nappe et difficulté
de vidange.

et quelques avantages:
- Ne coûte relativement pas cher;
- Réalisable par l’usager (surtout en milieu rural) ;
- N’a pas besoin d’eau pour fonctionner ;
- Facile à entretenir.

A cause de leurs handicaps et risques sanitaires, des études ont été engagées en vue
d’améliorer leurs performances.

-9-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Fig.1 - Latrines traditionnelles à fosses sèches

-10-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

II - LES LATRINES AMELIOREES

La conception de la latrine améliorée dérive de celle de la latrine rurale traditionnelle


ou de la toilette moderne (WC) avec une adaptation aux conditions de vie des zones semi-
urbaine et urbaine. Il en existe plusieurs types dans les zones défavorisées, à faibles
consommations spécifiques d’eau

II.1 - La latrine à fosse ventilée ( V.I.P. )

II.1.1 - Composantes

Une superstructure dotée de:


- un abri avec parfois un mur - écran pour l’usager ( protection contre les intempéries
et préservation de l’intimité de l’usager ).
- un tuyau de ventilation dont la partie supérieure porte un grillage moustiquaire

Une infrastructure comportant:


- une fosse couverte par différents types de dalles:
- dalle de vidange
- dalle d’aération ( portant l’évent )
- dalle de défécation ( portant le trou de défécation )
- dalle de couverture simple.

II.1.2 - Fonctionnement

Les principales caractéristiques du fonctionnement d’une V.I.P. résident dans les


rôles de l’évent et la conception de la fosse ( fig 7 ).

L’évent

Les principaux rôles du tuyau de ventilation:


illumination et aération de la fosse par l’évacuation de l’air nauséabond; l’air
favorisant la décomposition de la matière fécale. De ce fait un dépassement de la
toiture de 50 cm au moins doit être observé
rétention des insectes prisonniers qui, attirés par la lumière, montent dans le tuyau
pour se heurter au grillage moustiquaire. Ils meurent et retombent dans la fosse
les mouches, attirées les odeurs s’échappant du haut de l’évent,y tournoient et ne
peuvent entrer du fait de la présence du grillage moustiquaire.

La fosse

De l’utilisation de la fosse .

L’urine, l’eau d’entretien et de lavage des dalles sont admises dans la fosse. Cette
quantité doit être maintenue au strict minimum pour garder la fosse relativement sèche.
Les matériaux biodégradables et pas très encombrants utilisés pour le nettoyage anal
peuvent être admis dans la fosse.
Deux phénomènes importants se déroulent alors dans la fosse et réduisent sa vitesse de
remplissage:

-11-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

1. les parties solides sont décomposées par digestion biologique. Les parties solubles issues
de ce processus sont emportées dans le sol avec les liquides. Les gaz qui se forment, ainsi
qu’une partie de l’eau évaporée sont évacués par le tuyau de ventilation.
2. les parties liquides des excréments s’infiltrent dans le sol si sa perméabilité le permet.

II.1.3 - Différents types de V.I.P.

1. La latrine à fosse unique(fig.8) ou « SanPlat »(appellation anglaise) peut convenir aux


zones rurales et aux quartiers précaires des villes disposant d’espace: une fois la fosse
pleine, elle est abandonnée au profit d’une autre réalisation

2. La latrine à double fosses alternantes(fig.9) appropriée aux zones urbaines et aux


constructions définitives, permettant une vidange des excréta dans de meilleures
conditions sanitaires. Les fosses sont utilisées alternativement.. L’une des fosses est en
attente soit d’utilisation soit de vidange.

3. La latrine à fosses multiples(fig.10)( qui n’est autre qu’une série de V.I.P. à double fosses)
pour les établissements et lieux communautaires tels que: écoles, marché, établissement
sanitaire, grande famille.

Particularités d’une V.I.P.

La V.I.P. présente :

les avantages :

- absence d’odeurs nauséabondes dans la cabine


- nuisance minimum par les mouches et moustiques(vecteurs de maladies)
- pas besoin d’eau pour fonctionner
- reçoit tout matériau de nettoyage anal (solide comme liquide)
- construction et entretien faciles
- relativement bon marché
- moindres risques sanitaires

les inconvénients pouvant limiter son utilisation:

- risque de pollution de la nappe ( si elle est haute )


- difficulté de construire dans du roc ou dans un sous-sol chargé de grosses pierres
- n’assure pas l’évacuation des eaux ménagères
- obscurité indispensable à l’intérieur de la cabine pour lutter contre les mouches
- fonctionne bien lorsqu’elle est convenablement orientée au vent.
- aucun obstacle (arbre et bâtiment) environnant ne doit dépasser l’évent.

-12-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

II.1.4 - Conception

La superstructure

Nombre de cabines

A l’heure actuelle il n’existe pas de normes pour le calcul du nombre de cabines par
toilette.

Une étude doit permettre de déterminer le nombre d’usagers vivant en permanence sur le
site.

On a pu observer selon les régions les faits suivants:

- le chef de famille préfère bénéficier de sa cabine personnelle


- les hommes et les femmes d’une même communauté veulent des cabines distinctes
- des maisons de grand standing( 2 à 7 personnes ) avec 2 à 3 W.C. tandis que des
maisons économiques ( 10 à 20 personnes ), un seul W.C..
- effet de simultanéité dans les écoles pendant la recréation.

Dimensions d'une cabine

L’espace utile à l’intérieur d’une cabine doit permettre à l’usager de s’accroupir sans
gêne, en faisant face à la porte.

Tableau 2 - Dimensions intérieures de cabines

minimales usuelles moyennes grandes

Largeur( m ) 0,80 1,10 1*,20 1,30

Longueur( m ) 1,00 1,10 1,25 1,50

Hauteur( m ) 2,00 2,50 2,50 2,50

L’infrastructure

Volume de la fosse.

Le principe de dimensionnement de la fosse d’une V.I.P. dépend du type retenu.


Dans tous les cas, ce volume est fonction de trois paramètres essentiels:

a) le temps de remplissage ( t )
- Pour une fosse unique, ce temps est la durée de vie de l’ouvrage. Il est en général au moins
égal à 5 ans.
- Pour les fosses doubles et multiples, il correspond à la périodicité de vidange. Il ne doit pas
être inférieur à 2 ans, durée nécessaire pour la minéralisation et la destruction des germes
pathogènes.

b) - le nombre d’usagers ( U )

-13-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Le nombre à retenir est celui des usagers permanents dans* l’année. Cette condition
se traduit surtout dans le calcul des latrines communautaires par l’application d’un
coefficient réducteur « dit facteur de présence ou taux d’utilisation » au nombre
d’utilisateurs.

c) - le taux d’accumulation de boues ( A )


Ce taux varie de 0,030 m3 à 0,060 m3 . Selon les études du C.R.E.P.A. révisées en 2 000, la
valeur moyenne de : A = 0,045 m3 / an en R.C.I. et A = 0,035 m3 / an au BURKINA.

Si l’usager utilise des matériaux encombrants pour le nettoyage anal alors A’ = 1,50 x A
Le volume utile de la fosse ( ou volume de boues ) équivaut donc à:
pour une V.I.P. à fosse unique: Vb = U x A x t
pour une V.I.P. à double ou multiple fosses: Vu = 2 x A x U x t (volume utile total de la fosse)
Le facteur 2 caractérise l’alternance du fonctionnement des fosses dans les V.I.P.
N.B.: Pour les établissements scolaires, édifices publics et équipements collectifs, la formule
devient donc:
Vu = 2 x x A x U x t (si compartiments doubles alternants)
Ex: pour une école: = 30 semaines / 52 semaines = 0,58 pour des pensionnaires
= (30 semaines / 52 semaines ) x (5 jours / 7 jours ) x ( 8 h / 24 h )
= 0,14 pour des non pensionnaires

II.1.5 - Dispositions constructives

Les bonnes conditions de fonctionnement et d’exploitation d’une V.I.P. requièrent les


exigences suivantes à la réalisation de ses différentes composantes:

Les consignes d’implantation des V.I.P.

à côté de la maison d’habitation, attention aux fondations et au revêtement de la fosse


très loin de celle-ci, le cabinet pourrait ne pas être utilisé par toute la famille
loin des puits d’eau potable ( 35 m selon O.M.S.; 10 m suivant études récentes ), des
cuisines.
tenir compte du toit de la nappe en saison de pluies (de 1,50m à 3m suivant les sols).
ne pas collecter les eaux de pluies.

La superstructure

La cabine.
- Elle doit être ombragée à l’intérieur (les mouches n’aiment pas l’obscurité )
- La porte et les ouvertures d’aération doivent faire face aux vents dominants pour une
aération adéquate assurant un appel d’air frais dans la cabine.
- Pour sa forme, tenir compte des coutumes ou des préférences des usagers
- Les matériaux locaux peuvent servir à la construction ( disponibilité pour l’entretien )

L’évent.
il doit être situé le long du mur le plus exposé au rayonnement solaire et solidement fixé.
il doit être scellé à la dalle par un mortier de ciment ( cas des tuyaux ).
Du point de vue matériaux, peuvent être utilisés:
.les tubes en amiante-ciment, en P.V.C., en tôle roulée;
.les constructions en briques, parpaings, blocs de béton, claustras;
.les enduits de terre ou de ciment sur treillis métalliques, grillage, natte....

-14-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Fig.7 - Principe de fonctionnement d’une V.I.P

Air nauséabond
Grillage moustiquaire

Rayons solaires

Event Porte

Flux d’air

Remblai

Trou de défécation

Mouches

BOUES

-15-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Fig.11 - Orientation des tuyaux d'aération(hémisphère nord)

Orientation déconseillée

N
Orientation Orientation
acceptable O E acceptable

S
Trou d’aération

Trou de défécation

Orientation recommandée

Avant de commencer à construire la latrine:


1° - Il faut qu'elle soit orientée de façon à ce que les tuyaux d’aération captent le maximum
de lumière directe. Les jours sans vent, la ventilation des latrines se fait convenablement car
sous l'effet de la chaleur, l'air monte dans les tuyaux d'aération et aspire l'air nauséabond
vers le haut. C'est pourquoi les tuyaux d’aération doivent être placés de préférence au sud. Si
cela est difficile ou impossible, les évents seront placés à l'Est ou à l'Ouest, mais jamais au
nord.
2° - Il faut assurer l'intimité de l'usager en bien orientant la future porte.

Tableau 3 - les dimensions intérieures recommandées en fonction du type de ventilation


et de matériau:

ventilation moyenne bonne ventilation et exposition

Tubes diamètre intérieur = 150 mm diamètre intérieur = 100 mm

Enduits diamètre intérieur = 250 mm diamètre intérieur = 200 mm

Maçonneries côté du carré = 225 mm côté du carré = 200 mm

-les trous des mailles de l’écran anti - mouches ne doivent pas dépasser 1,50 mm2 de section
( en métallique ou en plastique ). De très petites mailles aussi nuiraient à la bonne
ventilation.

-16-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

L'infrastructure

La fosse./ compartiment.
- forme: généralement rectangulaire mais peut être aussi circulaire de section
- largeur recommandée 1,50 m
- profondeur 2,00 m si la vidange est prévue manuelle: tenir compte d’une garde
de 30 à 50 cm
- le matériau de revêtement ( consolidation )doit tenir compte de la durée de vie prévue pour
la toilette. ex: ne pas utiliser un revêtement en bois pour un cabinet permanent. Le
revêtement sera entier dans un sol meuble, dans la partie supérieure dans un sol stable
- si la nappe est éloignée, laisser des orifices dans la partie inférieure et ne pas revêtir le fond.

Les dalles
Qu’elles soient préfabriquées ou coulées sur place, elles ne doivent être ni trop
longues ni trop lourdes. Elles doivent cependant être robustes et facilement transportables.

TABLEAU 4 - Exemples de dimensions réalisées de dalles(L x l x e.)( cm )

R.C.I. BOTSWANA BURKINA

Dalle de défécation 130 x45 x 8 90 x 175 x 8 190 x 50 x 8 145 x 50 x 8 130 x 65 x 8

Dalle d’aération 130 x 45 x 8 190 x 35 x 8 130 x 65 x 8

Dalle de vidange 130 x 26 x 8 175 x 40 x 8 190 x 35 x 8 72,5 x 50 x8 130 x 50 x 8

Les dimensions des dalles sont essentiellement fonction du type de compartimentation adopté.

.1.6 - Les consignes d’utilisation des V.I.P.

réduire l’apport d’eau et de désinfectant dans la fosse tout en lavant régulièrement le sol.

ne pas jeter les ordures ménagères dans la fosse

ne pas utiliser les deux fosses à la fois( si doubles ou multiples )

garder le trou de défécation fermé

inspecter régulièrement le grillage moustiquaire et les dalles couverture

garder la superstructure propre

s’assurer que toute la famille utilise la latrine.

-17-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Fig.8 - V.I.P. à fosse unique

– Les latrines « SanPlat »

Son appellation « SanPlat » désigne une conception de dalle économique, facile à réaliser qui
rend la latrine traditionnelle plus sécurisante et hygiénique.

-18-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Plan d’une V.I.P. à fosse unique à 6 cabines Vue en élévation d’une V.I.P. à fosse
unique à une cabine

Fig.9 - V.I.P. à double fosses alternantes

Dalle de
Cabine couverture

Cabine

Trou de défécation Dalle de


défécation

Dalle d’aération
Trou de ventilation

Dalle de vidange
Compartiment n°2

Compartiment n°1

Fig.10 - V.I.P. à fosses multiples alternantes


Fosse

Compartiments

Cabines

-19-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

EXERCICES

N° 1 - Dimensionner une V.I.P. à fosse unique d’une durée de vie de 10 ans pour une famille de
10 personnes, avec un taux d’accumulation de boues de 0,040 m3 /an / usager.

- fosse cylindrique - fosse à base rectangulaire

N° 2 -Pour la même famille, une V.I.P. à double fosses alternantes ( base rectangulaire ) pour t =
3 ans.

N°3 -M. SANTORE, directeur du collège "Yolsi Tondo" souhaite équiper son école de 2 blocs de
latrines VIP à fosses multiples réparties en 2 points de l'enceinte de son établissement. Après
discussion avec le coordonnateur du programme UNICEF, les principes suivants sont retenus :
le nombre d'usagers est estimé à 328 pensionnaires complets et 214 demi
pensionnaires
le nombre de cabines est fixé à 6 par bloc
la vidange des fosses sera manuelle et une opération de vidange sera programmée
avec une périodicité de 3 ans
le terrain étant meuble, les fosses seront construites en parpaings de 15 x 20 x 40 cm,
avec une garde de 30 cm sous les dalles.
par souci d'économie, les évents seront amovibles (PVC 160 mm)
NOTA : dans la région, le taux d'accumulation des boues d'un usager "équivalent" permanent (365 jours
d'utilisation effective de la latrine par an) est fixé à 40 litres par an

Vous êtes chargé par le coordinateur UNICEF de réaliser le dossier technique de ce projet.

1) Déterminez le coefficient de présence de chaque catégorie d'élèves

2) Compte tenu de la réponse à la question précédente, déterminez :


- le nombre d'usagers "équivalents" (permanents) à prendre en compte
- le volume global des fosses par bloc, compte tenu de la périodicité des opérations de vidange

3) Déterminez le nombre de compartiments à réaliser par bloc et le volume utile correspondant à


chaque type de compartiment

4) le nombre optimum d'évents amovibles à prévoir pour l'ensemble des deux blocs, pour qu'ils
soient tous en fonctionnement, quelle que soit l'année (expliquez)

5) la vidange étant manuelle, on impose une profondeur maximale de 1,50 m. Quant à la largeur
d'une cabine elle sera fixée à 1,20 m. Déterminez
- la profondeur utile des compartiments - la largeur utile des deux types de compartiments
- la longueur utile des compartiments

6) en déduire les dimensions des fouilles à prévoir pour chaque bloc :


- profondeur - longueur totale - largeur totale

7) Représentez le schéma d'un bloc de latrines vu en plan en utilisant les conventions suivantes:
- trait gras : superstructure - trait fin : dalles, trous de défécation et trous de ventilation
- trait pointillé : infrastructure

-20-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

.2 - La toilette à chasse manuelle ( T.C M.)

La toilette conventionnelle avec réservoir de chasse présente 2 inconvénients:


- elle est très chère
- elle utilise de grandes quantités d’eau. Elle exige de ce fait une adduction d’eau courante
dans la maison et un système d’égout ou de fosse septique.
La toilette à chasse manuelle est une adaptation du W.C. classique au milieu rural
( disposant d’eau en faible quantité et à faibles revenus ).

.2.1 – Composantes ( fig.12)


Une TCM se compose d’une cuvette et d’un siphon installés dans une superstructure ou
cabine. Le syphon est relié à une fosse à l’aide d’une conduite. Dans certains cas, on peut
installer sur la latrine un siphon, qui constitue un joint d’étanchéité, et don on chasse les
excréments par une quantité d’eau suffisante pour expulser les solides dans la fosse et
rétablir le niveau du siphon.
La fosse peut être décalée de la cuvette au moyen d’un bout de tuyau ou d’une rigole
couverte qui les relie l’une à l’autre. La cuvette d’une latrine à chasse d’eau est posée sur le
sol au dessus du siphon pour recevoir les urines en offrant les conditions minimales
d’hygiène et de propreté. Pour ces types de latrines la fosse peut être déportée ou non.
Pour les détails et les agencements de ces différentes composantes, se référer à la
figure n° 12.

.2.2 - Principe de fonctionnement

A chaque utilisation une petite quantité d’eau est versée dans la cuvette. Elle entraîne
les excréta dans la fosse d’infiltration par l’intermédiaire du siphon et du tuyau d’amenée.

Deux processus importants se déroulent dans la fosse:


1. les matières solides sont digérées biologiquement. Les composantes solubles des
matières digérées sont emportées par les liquides s’infiltrant dans le sol. Les gaz
produits s’y diffusent également.
2. l’eau de chasse ( 1 à 2l ), de nettoyage de la latrine, et les parties liquides des
excréta s’infiltrent dans le sol.
Une fois la fosse pleine, si elle est mise hors service pendant environ deux ans, le
contenu devient un humus organique riche pouvant être manipulé en toute sécurité(peut
servir d'engrais).
D'une utilisation simple, la TCM est un système d'assainissement hygiénique et satisfaisant.
La fermeture hydraulique à siphon est l’essentiel du fonctionnement hygiénique et
sans nuisance de la latrine. Elle arrête les odeurs remontant de la fosse et empêche le passage
des insectes entre la toilette et la fosse.

- Avantages et inconvénients

De l’utilisation des T.C.M. on peut citer:

les avantages suivants:


- elles sont bon marché à la réalisation (mais plus chères que les VIP).
- elles offrent une solution à long terme au problème d’évacuation des excréta
- elles utilisent de faibles quantités d’eau(2 – 3 litres d’eau suffisent pour une chasse)
- le système est évolutif: possibilité de raccorder la toilette à un réseau d’égout

-21-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

- elles éliminent les odeurs et empêchent la reproduction d’insectes et de mouches


- leur construction est simple et l’entretien de la cuvette facile
- il est possible de les installer à l’intérieur des habitations
- le recyclage des ressources est possible

les inconvénients:

- elles exigent des dispositifs séparés d’évacuation des eaux ménagères


- il faut disposer de l’eau toute l’année (au moins 2l par jour et par personne ).: la cuvette
doit être systématiquement l’objet d’une chasse et entretenue.
- elles se bouchent facilement si l’on emploie des matériaux solides pour le nettoyage anal
- risque de pollution de la nappe
- la construction est plus chère et plus difficile dans les sites où la nappe est élevée, ou
dans les zones à sol imperméable ou à sol profond avec couche rocheuse sous-jacente.

.2.3- Principaux types de T.C.M.

Les conditions de fonctionnement des fosses et leur nombre exécuté définissent deux
grandes familles de T.C.M.:

1. Les T.C.M. à fosses humides


2. Les T.C.M. à fosses sèches
Dans chaque famille trois types de T.C.M. sont exécutables en fonction de l’espace
disponible, du site et du nombre d'usagers.

La T.C.M. à fosse unique( fig 13 )


La T.C.M. à fosse double alternantes( fig 14)
La T.C.M. à fosses multiples alternantes( fig 15)

.2.4 - Dimensionnement

La superstructure
Dimensions minimales internes déterminant l’espace pour l’usager: longueur =1,00m;
largeur = 0,80m ; hauteur 2,00m avec bien sûr des dispositifs d’aération suffisants.

La fosse
Note très importante
Le principe veut que soit dimensionnée(s) la ou les fosses à mettre en service : la ou les fosses en
attente seront exécutées à l’identique. Pour les différents paramètres, consulter les tableaux ci-après.

Son volume effectif ( Ve ) est le volume en dessous du tuyau d’entrée.

Ve = A x U x D avec A = taux d’accumulation de boues.


U = nombre d’usagers permanents par an (365 j / 365 j )
D = temps de remplissage ou périodicité de vidange

Tableau 5 - Valeurs recommandées de taux d’accumulation de boues( l / us / an )

Taux d’accumulation de boues( l / us / an.


Matériau de nettoyage anal.
Fosses sèches Fosses humides.
Eau. 30. 25.

-22-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Papier hygiénique. 40. 30.


La vérification de la seconde fonction(infiltration) de la fosse exige résolution de l’équation
ci-dessous:

Q = U . q = U . [ Np ( Vc + Va + Vf + Vu ) + a.Nu ( Vu + Vc ) ] pour:

Q = volume d’eau par jour à infiltrer( l / j )


U = nombre d’usagers permanents par jour ( 24 h / 24 h ).
q = charge hydraulique ou volume d’eau rejeté par jour et par usager ( l / j / us. )
Np = nombre de passages par jour et par usager à la toilette
Vc = volume d’eau de chasse( l )
Va = volume d’eau utilisé pur le nettoyage anal( l )
Vf = volume des fèces par usager( l / us ).
Vu = volume des urines par usager( l / us ).
Nu = nombre de fois où l’usager urine par jour au cabinet

a = 1 si l’usager procède à la chasse après urine


a = 0 si pas de chasse après

Connaissant la charge admissible (k) du sol, on déduit par Q la surface (Si)


nécessaire puis la hauteur d’infiltration des eaux( Hi ) de la fosse(en se fixant un diamètre
usuel).

Si = Q / k = DHi Hi = Si / D avec Si en m2 ; k en l/ m2/j et Q en l/ j

Tableau n° 6 - Capacités d'infiltration de certains sols.

Vitesse de percolation Charge hydraulique Aptitude à l'infiltration


(mm/min) Texture du sol admissible (l/m2/jour) en souterraine
conditions aérobies
Graviers 100
> 50 Sable grossier
"Trop favorable" pour être
5 à 50 Sable moyen 50 à 55 conseillé(1).

1.7 à2.5 Sable fin 30 à 50


0.8 à 2.5 Sable limoneux 20 à 30 Favorable
0.6 à 0.8 Limon 10 à 20
Limon argileux
0.3 à 0.6 Argile limoneuse 7 à 10 Moyennement favorable

< 0.4 Argile 6 Défavorable


Marne

< 0.1 Argile gonflante - Exclusion


(1)Le contact entre l'effluent et les particules du sol pendant un temps relativement court de percolation est
insuffisant au bon déroulement des réactions nécessaires aux mécanismes d'épuration.
Une infiltration trop rapide dans un sol de texture très grossière (macroporosité) peut provoquer une grave
pollution des eaux souterraines. La macroporosité peut être celle d'un sol graveleux, faillé ou fissuré mais aussi celle
d'un sol limoneux contenant des agrégats ou dans lequel des organismes vivants animaux végétaux établissent des
galeries.

-23-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Tableau 7 - Facteurs correctifs de volume de fosse humide

Périodicité de vidange( an ) Facteur correctif( )

2 1,96

3 1,70

4 1,12

5 0,91
N.B: Les valeurs données dérivent d’essais dans des sols de perméabilité de l’ordre 5.10 -3cm/s.
Des facteurs plus faibles pourront être appliqués dans les terrains à grande perméabilité.

Pour un diamètre fixé, la profondeur utile de la fosse( Hu )est égale à:

Tableau 8 - profondeur utile( Hu )de la fosse

Hu par type de T.C.M. Fosse unique Fosse double alternantes

Fosses sèches Hu = H b + H i Hu = max. ( Hb ; Hi )

Fosses humides Hu = H b + H i Hu = max. ( Hb ; Hi )


= facteur correctif dû à l’humidité de la fosse ; Hb = Hauteur de boues dans la fosse.

.2.5 - Dispositions constructives

La conduite:

liaison entre fosse et cuvette - siphon( préfabriquée ), elle doit avoir les caractéristiques
suivantes:
diamètre 75 mm( P.V.C. ).
longueur 15 m
pente 3 %
le tuyau doit avancer dans la fosse d’au moins 10 cm
si des coudes sont à poser, opter pour ceux à grands rayons
le regard d’embranchement doit être construit avec aménagement de cunette( fig 4 ).
Le radier doit être facilement accessible.

La fosse

En général le dimensionnement fournit les caractéristiques géométriques d’une fosse;


le type de latrine retenu imposera le nombre à réaliser.

L’implantation

Généralement circulaires elles doivent être près du cabinet, à une distance minimum
de 10 m des points d’eau potable, à au moins 1m des fondations avec une séparation
d’au moins 1m entre elles.

-24-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Revêtement

Les parois des fosses doivent être revêtues dans les sols instables ou saturés d’eau,
mais non étanches.

Un massif filtrant de sable de 50 cm sera posé autour des parois et les parties
immergées seront imperméabilisées si elle est construite dans la nappe phréatique( fig 3 ).

Couverture

La fosse est normalement couverte d’une dalle pour lutter contre les insectes, les
odeurs, et les eaux de pluies. La jonction dalle / fosse doit être étanche.

.2.6 - Exploitation et entretien.

La T.C.M. demande peu d’entretien:

1. Quotidiennement, laver le plancher de la latrine et nettoyer la cuvette avec un balai ou


une brosse à long manche avec une quantité minimum d'eau.

2. Dans la latrine, un seau d'eau d'une capacité de 2l environ sera plein en permanence. La
défécation se fera aussi près que possible du centre d'ouverture du siphon.
Avant chaque utilisation, la surface de la cuvette sera légèrement humidifiée avec de l'eau
afin que les excréments glissent doucement sans coller à la surface.

3. Les eaux usées provenant des bains ou de la cuisine ou les eaux de pluies ne devraient
pénétrer ni dans la fosse ni dans la cuvette. Pour éviter de boucher la cuvette ou le siphon,
aucun déchet solide n'y sera jeté.

4. Il ne faut utiliser qu'une seule des deux fosses à la fois pour assurer l'alternance de celles-
ci. Une fiche permettra de se remémorer les dates de début d'utilisation de chaque fosse,
de changement de l'une vers l'autre et de vidange.

5. Surveillance périodique de la superstructure.

-25-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Fig.12 - Eléments essentiels d’une T.CM.

Fig.12.1 - la cuvette Fig.12.3 - le regard de répartition

Fig.12.2 - Le siphon

Vers la fosse d’infiltration

Fig.13 - T.C.M.à fosse unique

Trou de vidange

Légende
A = Cuvette à siphon hydraulique avec coupe en S.
B = Tuyau d’évacuation conduisant à la fosse d’infiltration.
E = Fosse d’infiltration.
G = La distance entre la cuvette et la fosse doit être aussi courte que possible
Les cotes sont en cm

-26-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Fig.14 - T.C.M. à fosses doubles alternantes

Fig.15 - T.C.M. à fosses multiples alternantes

Fig.12.4 - Schéma recommandé pour une fosse d’infiltration


en zone de nappe haute ou saturée

-27-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

EXERCICES

DIMENSIONNEMENT DE FOSSES D’INFILTRATION

N° 1
Dimensionner une T.C.M. à fosses sèches double alternantes devant recevoir
une famille de 8 personnes, sachant que:

la cuvette requiert 2l par chasse


la quantité d’eau généralement utilisée à chaque nettoyage anal est de 2l;
chaque personne passe en moyenne 2 fois par jour à la toilette;
la cuvette est chassée en moyenne 3 fois / jour / personne après urine.
la production individuelle journalière d’excréta est de: excréments = 1 l urine = 0,5 l;
le sol est constitué de sable compact( perméabilité = 30 l / m2 / jour ) et la nappe
phréatique
est à 4 m au-dessous du sol;
pour l’épuration bactériologique, le fond de la fosse doit être à 1m du toit de la nappe;
les fosses doivent être vidangées tous les 2 ans.

N°2
Les données de l’exercice précédent restant les mêmes, dimensionner pour la dite
famille une T.C.M.à fosse unique sèche avec t = 15 ans.

N°3
El Hadj Mahomet GANEMTORE, Imam de MEDINA -KOURA souhaite équiper
son école Médersa de deux blocs de latrines à faible coût améliorées. Ces blocs seront
disposés en deux points opposés dans l’enceinte de son établissement.

Les informations recueillies pour ce projet sont les suivantes:

40 élèves sont pensionnaires complets;


90 élèves fréquentant cette école sont externes;
Il est souhaitable que les vidanges des fosses soient manuelles avec une
périodicité
de trois ans.
Le sol, homogène est essentiellement constitué de sable fin en permanence sec.
Les habitudes islamiques exigent de l’eau pour le nettoyage anal avec un volume
moyen de 2l;
Chaque élève passera une fois par jour à la toilette;
La toilette sera chassée en moyenne 3 fois par jour et par élève après urine;
Les volumes des fèces et des urines sont estimés respectivement à 0,75 l et 0,5 l
par élève;
L’année scolaire couvre 43 semaines ; les vendredis et Dimanches sont fériés.

Vous décidez de réaliser par bloc, une toilette communautaire de quatre fosses (alternance 2
à 2 ).

- Donnez les caractéristiques géométriques des fosses à réaliser

-28-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

RAPPELS ET OBSERVATIONS D’ORDRE GENERAL.

SUR LES LATRINES

Ne pas confondre :
Cabine et Cabinet (ensemble de la toilette dans un langage non technique).
Latrine et fosse

SUR LES LATRINES VIP.

1. Ne pas confondre au moment du dimensionnement.

La fosse et ses compartiments : par abus de langage, il existe des latrines à double ou multiples
fosses alternantes( il s’agit en réalité de compartiments alternants).

Le nombre de compartiments d’une fosse et le nombre de cabines d’une toilette.

2. Quelques astuces de dimensionnement.

Relation entre le nombre de cabines (n) et celui de compartiments (a)

Pour une VIP à fosse unique, suivant les exigences et contraintes du milieu : n a

Pour une VIP à double fosses alternantes : n a

Pour une VIP communautaire : a = n+1 en général.


La largeur utile d’une cabine est identique à celle d’un compartiment intermédiaire et le
volume d’un compartiment d’extrémité est la moitié de celui d’un compartiment
intermédiaire (respect de temps de remplissage oblige).

SUR LES LATRINES TCM.

Dimensionnement des fosses d’infiltration.

Quelque soit le type de latrine TCM les formules permettent de dimensionner la ou les fosses
à mettre immédiatement en service.

Il n’y a pas de relation entre le nombre de cabines et de fosses.

La surface d’infiltration est celle du terrain naturel même si la fosse est maçonnée. Par mesure
de prudence et de sécurité, elle équivaut à la surface latérale de la fosse.

-29-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

.3 - Autres technologies

.3.1 - Les cabinets d’aisance à compost

.3.1 - Principe de fonctionnement général

Compostage aérobie puis anaérobie des excréments mélanges aux déchets domestiques;
transformation d’une source de nuisances en un fertilisant.

La méthode est basée sur la décomposition des résidus organiques que l’on laisse au
repos pendant une période pour assurer la destruction des germes pathogènes.
On distingue deux types de compostage:

le compostage aérobie a lieu en présence d’oxygène: la chaleur dégagée par ce processus


augmente la température du compost et la vitesse de destruction des organismes
pathogènes contenus dans les excréta.

le compostage anaérobie est un processus beaucoup plus lent mais s’effectue sans
oxygène. Par conséquent il ne se produit que peu de chaleur et le compost doit être
stocké plus longtemps avant d’être utilisé sans risques sanitaires. En effet les organismes
pathogènes peuvent survivre plus longtemps à plus faible température.

Ces systèmes donnent satisfaction quand les usagers font preuve de beaucoup de
soin, ce qui est à priori le cas quand le besoin d’engrais est très important ou que les
préoccupations écologiques sont primordiales.

.3.2 - Caractéristiques générales des cabinets à compost

Pour que les dispositifs à compost puissent fonctionner efficacement, il faut que les
microbes qui assurent la digestion et la décomposition des matières organiques disposent
d’une base nutritive correctement équilibrée. Ces microbes ont besoin de carbone pour
couvrir leurs besoins énergétiques et d’azote pour former les protéines nécessaires à leur
croissance.

Par conséquent, pour équilibrer le rapport carbone / azote, un apport de carbone


organique sous forme de feuilles, d’herbes ou d’autres matériaux facilement compostables
est nécessaire.
Pour réduire l’acidité et les odeurs et accélérer le processus de compostage, de la cendre de
bois peut être ajoutée dans la fosse.

L’humus produit par les toilettes à compost fonctionnant correctement est un


matériau foncé, friable et inoffensif, ressemblant plutôt à une bonne terre organique
légèrement humide.

-30-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Avantages

Les toilettes à compost n’ont pas besoin d’eau pour fonctionner, car le compostage est plus
efficace si la matière organique est légèrement humide mais non mouillée: maintenir
l’humidité dans la fosse à sa valeur optimale de 40-60%.
Les fosses à compost ne doivent pas forcement être sous terre; c’est pourquoi on peut les
construire également sur du roc.
Le faible risque de pollution lié aux toilettes à compost, en particulier les unités étanches,
autorise leur utilisation sur des sites où il est important d’éviter toute contamination
d’une nappe souterraine sensible ou d’une source d’eau vulnérable.

Contraintes

Il faut disposer localement de quantités substantielles de matières organiques


biodégradables.

La toilette exige une maintenance très soignée, et les usagers doivent être intéressés à la
production et à l’utilisation du compost. A défaut , le contenu de la latrine peut
facilement devenir trop humide et favoriser la prolifération de mouches.

Si les déchets ne sont pas stockés pendant une durée suffisante, les agents pathogènes
persisteront dans le compost et menaçant la santé des personnes qui doivent le
manipuler.

Aspects sanitaires

La ventilation de la fosse réduit les mauvaises odeurs et la prolifération des mouches.


A condition que le siège à la turque soit maintenu propre, ils ne font courir aucun risque
appréciable à la santé.
Si la capacité de chaque fosse permet le stockage des excréta pendant un an, l’humus
obtenu peut être manipulé et utilisé en agriculture en toute sécurité car il ne contient qu’un
petit nombre d’oeufs d’ascaris viables.

.3.3 -.Principaux types

Il existe deux types de systèmes selon qu’ils fonctionnent en continu ou en discontinu

.3.3.1 - Le cabinet d’aisance en continu(fig.3)

Le fonctionnement des fosses à compostage continu est extrêmement sensible au soin


pris par l’utilisateur: il faut retirer l’humus à un rythme convenable, ajouter une quantité
correcte de matières organiques et limiter l’apport d’eau au minimum. Même quand ces
conditions sont bien remplies, il arrive que des « courts circuits » se produisent à l’intérieur
du système et que des agents pathogènes excrétés soient entraînés encore viables dans la
chambre à humus. Les résultats des essais pratiques montrent que ces cabinets ne sont pas
pour l’instant sans danger.

-31-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

.3.3.2 - Les cabinets d’aisance en discontinu

.3.3.2.1 - Le cabinet à compost O.M.S.(fig.4)

Description et fonctionnement

Le cabinet à compost type O.M.S. est extrêmement simple et s’accommode à toute les
dalles et superstructures

Par rapport au cabinet à fosse traditionnel, il suffit de creuser une fosse


supplémentaire. La décomposition anaérobie des résidus organiques qu’on laisse au repos
pendant au moins six mois, assure une destruction des germes pathogènes et des oeufs
d’helminthes(parasites).

Il faut:

1. creuser une fosse aux dimensions requises, dont le fond soit toujours au-dessus du
niveau de la nappe aquifère;
2. avant de poser la dalle, couvrir le fond de la fosse d’une couche de 50 cm d’herbes,
petites feuilles, ordures ménagères, papiers, etc. Eviter les ordures imputrescibles.
3. poser la dalle et terminer la superstructure en se souvenant que l’un et l’autre seront
périodiquement déplacés;
4. en plus des excréments humains, jeter dans la fosse les ordures ménagères
quotidiennes, les fumiers d’animaux.
5. Environ une fois par semaine, jeter dans la fosse quelques kilogrammes d’herbes
coupées et de petites feuilles. Après quelques essais, on peut parvenir à un mélange
donnant un bon engrais.
Quand le contenu de la fosse arrive à 50 cm du sol, creuser une deuxième fosse à
1,50 m ou 2 m de l’ancienne fosse et y transporter la dalle et la superstructure. Combler la
première fosse avec 15 cm d’herbes et de feuilles puis 35 cm de terre bien damée.
6. Quand la seconde fosse est à nouveau remplie, ouvrir la première et en extraire le
compost; il doit être stable, et formera un engrais que l’on peut soit conserver, soit
employer immédiatement.

Dimensionnement

Le volume de la fosse dépend des besoins en engrais et du nombre d’usagers du cabinet.


La proportion d’excréta qui peut être ajoutée aux déchets pour obtenir un
compostage satisfaisant est d’environ 1 pour 5 en volume.
Une famille de 5 personnes produit environ 1 m3 d’excréta partiellement digérés(dès
leur arrivée dans la fosse, les excréta subissent des transformations et en particulier
diminuent de volume) en 4 ans.
Sur cette base, le cinquième d’une fosse 1 m3 sera remplie d’excréta en 9 à 10 mois, ce qui
correspond à un bon cycle de compostage pour une telle fosse.
Pour éviter les va et vient de la superstructure et de la dalle d’une fosse à une autre,
on peut construire une « latrine à double fosse ». Ces fosses ne doivent pas être étanches.
L’un des inconvénients de l’installation est le risque d’utilisation simultanée des deux
compartiments, ce qui réduirait à néant leur utilité.

-32-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

.3.3.2.2 - Le « Biopot »(fig.5)

Description et fonctionnement

Le « Biopot » est un plus sophistiqué que le cabinet à compost O.M.S.


Théoriquement ses avantages sont d ’assurer une bonne épuration des liquides qui
s’infiltrent et de pouvoir être utilisé même dans le cas où la nappe phréatique est proche,
mais au prix d’une complexité accrue.
Le fond de la fosse est constitué par un triple filtre comprenant de haut en bas:
- une couche de sable grossier mélangé à des feuilles, qui agit comme un filtre mécanique;
cette couche est changée chaque fois que l’on vide la vide et mélangée au compost;
- une couche de calcaire concassée et de cendre, qui a pour but de neutraliser l’acidité des
effluents;
- une couche de sable mélangée à du charbon de bois qui a pour but d’achever la
purification.
Dans le cas où la nappe est proche, il est recommandé de creuser une fosse étanche
comprenant un bac étanche qui recueillerait les effluents purifiés qui y seraient évaporés
grâce à un courant d’air entretenu par deux tuyaux dont l’un serait chauffé lors de la
traversée du compost.
Le mode d’emploi du « Biopot » est le même que celui du cabinet à compost.

.3.3.2.3 - Le cabinet à compost africain(fig.6).

Le volume requis de la fosse est donné par la formule:

V = 1,33 .U.A .t . dans laquelle V = volume requis de la fosse

U = nombre d’utilisateurs permanents

A = taux d’accumulation de boue( m3 / personne / an )

t = période entre deux vidanges ( généralement un an )

N.B.: le facteur 1,33 permet de combler et d’obturer les fosses lorsque le niveau du contenu atteint les
¾ de la hauteur de la fosse; le taux d’accumulation varie entre 0,10 et 0,15m3/us/an.

Fig.3 - Cabinet d’aisance à compost en continu

-33-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Fig.4 - Cabinet d’aisance à compost Type O.M.S.


ou cabinet à compost à double fosse alternante

Fig.6 - Cabinets à compost africains

Fosses à compost à fond perméable Fosses à compost à fond imperméable

-34-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

.3.2 - Le cabinet V.I.P. à puisard (fig.16)

Les matières fécales fraîches arrivent dans la fosse au-dessus d’une couche de boues
flottantes, donnant ainsi un effluent clair et fluide.
Ce cabinet présente les avantages suivants:
- peut recevoir de plus grandes quantités d’eau
- la digestion des effluents se fait plus efficacement
- l’effluent est suffisamment liquide pour être évacué à l’aide d’une pompe
- l’on peut y intégrer une douche et le système est évolutif.

.3.3 - Les fosses à niveau constant (fig.17)

Les fosses à niveau constant sont constituées pour l’essentiel de petites fosses
étanches sous une dalle à la turque. Cette dalle est munie d’un tuyau de descente qui plonge
dans l’eau de la fosse pour former une fermeture hydraulique simple.
Le volume de la fosse est généralement calculé sur la base de 1,5l d’excréta , plus un
apport de 4,5l par personne et par jour pour le maintien du joint hydraulique.
L’accumulation de boues ( 0,03 à 0,04m3/an/personne ) est à vidanger lorsque la
fosse est pleine aux 2/3.

Avantages :
pas de danger de blocage par des matériaux de nettoyage anal encombrants ;
installation possible à l’intérieur de la maison ;
peu de problèmes d’odeurs et d’insectes ;
risques sanitaires minimum,
faibles coûts annuels,
possibilité d’améliorer le système et d’évacuation des eaux ménagères.

Inconvénients :
la construction de cette fosse requiert un savoir-faire à cause de son étanchéité
difficulté de maintenir continuellement la fermeture hydraulique.
disponibilité d’eau à proximité.

.3.4 - Le cabinet ATIR(fig.18)

Dans ce cabinet, les excréta sont évacués dans la fosse par une goulotte située sous
l’orifice de la dalle. Le cabinet est équipé d’un tuyau de ventilation afin de minimiser les
problèmes d’odeurs et d’insectes.

avantages:
- la fosse est plus grande et a donc une plus longue durée de vie que les V.I.P.
- la fosse est décalée et peut facilement être vidangée

inconvénient:
- la goulotte est vite encrassée par les excréments, qui dégagent des mauvaises odeurs et
attirent les insectes.

-35-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Fig.16 - Le cabinet V.I.P. à puisard

Fig.17 - Les fosses à niveau constant

La fosse à niveau constant La fosse à niveau constant à auto-fermeture

-36-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Fig.18 - Le cabinet A.T.I.R.

.3.5 - Les feuillées (fig.2).

Les feuillées sont de petits trous sanitaires de 40 cm de profondeur environ. Chaque


défécation est recouverte de terre. En huit semaines environ les fèces et la terre sont
transformées en humus qui pourra après un nouveau mélange avec quatre fois son volume
de terre, être utilisé pour les cultures du jardin familial.
Les trous de section carrée (30 cm x 30 cm) pourront recevoir chacun 100 à 150 défécations
recouvertes d’un volume égal de terre. Au besoin plusieurs feuillées seront construites les
unes à coté des autres à des distances de un mètre environ. Les urines seront ainsi drainées à
part. Si les matières solides et liquides étaient mélangées, la nappe putride devrait être
couverte de terre meuble en plus grande quantité.
Si les excréments ne sont pas recouverts d’une couche de terre suffisante, les mouches
pulluleront. Un système avec couvercle fermant l’ouverture de la feuillée peut être
facilement construit (fig.1’).
La feuillée remplie, le reste de terre extraite sera déposé dessus en monticule.
Creuser des feuillées dans des terres gorgées d’eau, près des cours d’eau par exemple est
formellement interdit. La bonne feuillée sera construite à l’abri des vents et sur un sol
meuble, en pente douce de préférence.
Si le sol est dur, donc impossible à creuser, des pierres correctement disposées constitueront
la feuillée.

Domaine d’utilisation

Les feuillées et tranchées feuillées peuvent être utiles dans les exploitations agricoles
et dans une moindre mesure être installées dans les champs de case. En aucun cas elles ne
peuvent être recommandées dans une concession.

-37-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

Fig.1 : la feuillée

Fig1’ : Amélioration d’une feuillée

-38-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

II.4 - Inconvénients généraux des latrines.

1. A l’exception des latrines à fosses étanches, toutes les autres présentent un risque de
pollution de la nappe phréatique (Tableau 10 et fig.19).

2. Difficulté de réalisation en terrain très dur.

3. Mauvais fonctionnement en terrain imperméable.

Tableau.10 - Paramètres de mesure de risque de pollution bactériologique de la nappe phréatique à


partir des latrines.
Importance Paramètres Risques
relative Désignation Spécifications.

Charge - Dépend du type de latrine et de son - Le risque augmente avec la charge


Latrine ++ superficielle mode d’utilisation. Pour une latrine spécifique
familiale utilisée normalement, une
charge de 150 mm/jour est une limite
supérieure.

Principaux faciès lithologiques. - D’une manière générale, le risque


augmente en passant du
- Sédimentaire plastique: sables, sables sédimentaire plastique(porosité
argileux, argiles et marnes, argiles d’interstice) aux formations
calcaires. fracturées ou fissurées (porosité de
fractures ou chenaux).
- Sédimentaires peu aptes aux
Structure déformations: grès, grès argileux, grès - On peut distinguer grossièrement
calcaires, calcaires, dolomites. 3 niveaux de risque liés à la
structure du réservoir:
Aquifère ++++ - Roches dures à « socle » cristallin: . risque minimal: sables, alluvions,
schistes, granites, quartzites, roches limons, argiles.
cristallophylliennes, roches volcaniques. . risque élevé: roches carbonatées
(calcaires, dolomites).
. risque intermédiaire: roches
compactes fissurées (granites,
schistes, gneiss, quartzites,
basaltes, grès, etc.).

Niveau - Profondeur minimum de la surface - Le risque augmente quand la


piézométrique piézométrique par rapport au niveau du profondeur diminue.
sol.
- Le risque augmente avec la
Climat + - Pluie Hauteur de pluie efficace hauteur de pluie efficace.

Emplacement des installations d’évacuation des excrétas

L’emplacement des installations d’évacuation des excrétas par rapport aux sources
d’approvisionnement en eau potable doit obéir aux règles suivantes:
1. éviter d’installer les latrines ou autres installations d’évacuation des excréta en amont d’un
puits;
2. prévoir entre le puits et la latrine une distance d’au moins 15 m;

-39-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

3. le fond de la latrine doit être situé à 1,5 m au moins au dessus de la nappe aquifère, à
condition que le sol soit homogène.
Mouvement de la pollution dans un sol sec

Dans un sol sec, il se produit une migration relativement faible de substances chimiques
et bactériennes.
Latéralement, il n’y a pratiquement aucun mouvement et, dans le cas d’une lixiviation
excessive (rare dans les cabinets), la pénétration verticale est d’environ 3 m seulement.
Lorsque la pollution n’atteint pas l’eau souterraine, li n’y a pratiquement aucun danger
de contaminer les réserves d’eau

Distribution des pollutions bactérienne et chimique dans le sol à partir d’une latrine
La distribution et la migration maximale de la pollution bactérienne et chimique du
sol en sens aussi bien vertical qu’horizontal, sont décrites dans les figures ci-contre

Fig.19 –Distribution et migration verticales de la pollution dans un sol sec

3m

Fig.20: - Distribution et migration horizontales des pollutions bactérienne et


chimique dans le sol à partir d’une latrine.

Distribution de la pollution bactérienne.

5m 6m

Toilette
e 25 m 70 m

Distribution de la pollution chimique du


sol Sens d’écoulement général de la nappe
phréatique
Fig.21: - Exemple de disposition de latrines par rapport à des points d’eau.

Légende
Latrine

Puits

-40-
2iE. / G.V.E.A. - Assainissement Autonome. - O.M. / Latrines - Janvier 1997

.5 – Comparaison de quelques latrines.

Types de latrines Cabinets V.I.P T.C.M. Fosses à


Désignation des critères d’aisance à niveau
compost constant

mise en oeuvre peu délicate assez simple peu délicate Délicate

Entretien et fonctionnement peu délicat simple peu délicat délicat

presque
Nécessité en eau (l/j/hab.) presque pas pas(nettoyage) peu(10 l) assez

non
Nettoyage anal à l’eau recommandé non compatible compatible
recommandée

milieu rural non non un peu un peu


Bouleverserait les périurbain non non très peu non
habitudes locales urbain oui oui un peu très peu

milieu rural oui oui oui oui


Suffisamment assez assez oui oui
périurbain très peu très peu peu peu
hygiénique urbain

milieu rural pas sûr oui pas sûr pas sûr


Coût et entretien oui oui oui oui
périurbain oui oui oui oui
acceptables urbain

milieu rural oui oui oui oui


Systèmes périurbain oui oui oui oui
envisageables urbain non non oui non

Systèmes évolutifs oui oui oui oui

-41-