Vous êtes sur la page 1sur 109

OUVRAGES CONSTITUTIFS DE SYSTEMES D'AEP

OUVRAGESooo
ADDUCTIONS - RESERVOIRS - RESEAUX DE DISTRIBUTION

Tirage avril 05

Bèga Urbain OUEDRAOGO


Ingénieur de l'Equipement Rural
DESS Génie Sanitaire

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 1
Titres Pages
SOMMAIRE
1 – Généralités
1.1- Différents ouvrages d'un système d'AEP
1.2 - Typologie des systèmes d'AEP équipant les différents centres urbains
1.2.1 - Contexte
1.2.2- Différents systèmes des différents centres

2- Les réseaux d'adduction


2.1- Adduction gravitaire sous pression
2.1.1- Principe
2.1.2- Dimensionnement des conduites
2.1.3- Ligne piézomètrique, pression maximale

2.2- Adduction par refoulement


2.2.1- Principe
2.2.2- Dimensionnement des conduites de refoulement
2.2.3- Etude du phénomène coup de bélier
2.2.3.1- Valeur maximale des surpressions et dépressions
2.2.3.2- Equipements de protection contre les effets du coup de bélier
2.2.3.3-Calcul des ballons anti-béliers

3- Les ouvrages de stockage: les réservoirs


3.1- Fonctions générales des réservoirs
3.1.1- Fonctions techniques
3.1.1.1- Fonction de régulation / Tampon entre la production
et la consommation
3.1.1.2- Fonction de sécurité d’approvisionnement
3.1.1.3- Fonction de mise en pression du réseau / Fonction de régulation
de pression
3.1.1.4- Fonction de simplification de l’exploitation
3.1.1.5 Fonction de réacteur participant au traitement

3.1.2- Fonctions économiques

3.2- Classification des réservoirs

3.3- Dimensionnement des réservoirs


3.3.1- Calcul de la capacité utile
3.3.2- Calcul de la capacité totale
3.3.2.1- Prise en compte de la réserve incendie
3.3.2.2- Vérification des temps de contact et de séjour du désinfectant

3.4- Equipements hydrauliques des réservoirs


3.4.1- Réservoir alimenté en refoulement simple
3.4.2- Réservoir alimenté par une conduite qui assure un service en route

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 2
Titres Pages
Les réseaux de distribution
4.1- Généralités
4.2- Tracé du réseau
4.3- Structure des réseaux de distribution
4.3.1- Réseaux ramifiés
4.3.2- Réseaux maillés

4.4- Mode de distribution


4.4.1- Distribution par branchements privés
4.4.2- Mode de distribution par points d'eau collectif -bornes fontaine: BF-

4.5- Dimensionnement des réseaux de distribution

4.5.1- Paramètres à prendre en compte

4.5.2- Calcul des réseaux ramifiés


4.5.3- Calcul des réseaux maillés

5- RAPPELS HYDRAULIQUES

5.1- Calcul des pertes de charge

6- DONNEES DE RAPPORTS TECHNIQUES D’EXPLOITATION

6.1- Rapports de production


6.2 – Rapports de distribution & vente
6.3- Rapports de contrôle et suivi de qualité de l’eau
6.4-– Rapports d’impact sanitaire
6.5- Indicateurs de performance

6.6- charges d'exploitation


6.6.1- Consommation en produits chimiques
6.6.2- Consommation en énergie électriques
6.6.3- Charges liées aux personnels

7- LE COMPTAGE
7.1- Classification des compteurs
7.1.1- classification métrologique
7.1.2- Classification suivant la nature de l'eau
7.1.3- Classification suivant la technologie
7.1.4 - Classification par mode d'utilisation
7.1.5- classification suivant le mode de lecture
7.1.6- Caractéristiques métrologiques des compteurs.
7.1.7- Eléments d'évaluation des débits pour le choix de compteur ou le calcul
des conduites intérieures des établissements publics

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 3
Titres Pages
7.3- Courbe de perte de charge
7.2- Conditions d'installation des compteurs
7.4- Exemple de présentation de caractéristique techniques de compteurs

8- TECHNOLOGIE - POSE DES CANALISATIONS

8.1- Technologie des canalisations


8.1.1- Matériaux
8.1.1.1- les canalisations en fonte et acier
8.1.1.2- les canalisations en plastic: Polychlorure de vinyle -PVC-
/ Polyéthylène -PE-

8.2- Pose des canalisations


8.2.1- Profil en long
8.2.2- Techniques de pose des canalisations
8.2.3- Nettoyage, désinfection et mise en service des canalisations
8.2.3.1- Nettoyage et désinfection des canalisations
8.2.3.2- Mise en service des canalisations
8.2.4- Dossier de recollement

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 4
1 – GENERALITES
Notion de système d’AEP
Le système d’Alimentation en Eau Potable est constitué de l’ensemble des ouvrages qui
participent à la mise à la disposition des utilisateurs une eau de bonne qualité en quantité
suffisante.
Objectifs des systèmes d’Alimentation en Eau Potable
Selon le contexte, le système doit fournir l'eau nécessaire soit:
Seulement à consommation domestique;
Aux besoins domestiques et aux besoins de développement économique et social
(besoin industriel, besoins récréatifs etc….).
Dans tous les cas le système mis place doit répondre aux préoccupations ci-après :

 Disponibilité de l’eau en quantité suffisante


- en tout moment et en toute saison,
- à tous les niveaux de la zone intéressée par le projet (sous certaine pression),

 La qualité de l’eau distribuée doit être de nature à préserver la santé des consommateurs et
à protéger les différents équipements.

 Cette eau doit revenir à l’usager le moins cher possible (prise en compte du pouvoir
d’achat des usagers)

 Le système réalisé doit être dynamique et ouvert pour permettre des modifications
ultérieures.

1.1- Différents ouvrages d'un système d'AEP


 Ouvrages de captage
- Eaux de surface: prise en rivière ou dans un lac
- Eaux souterraines: forage ou puits
- Eaux de source: aménagement
- Eaux de pluie: impluvium

 Ouvrages de traitement
- La clarification
. Pré traitement
. Coagulation/ floculation
. Décantation
. Filtration
- Désinfection
- Mise à l’équilibre calco-carbonique
- Traitements spécifiques : déferrisation, démanganisation etc

 Ouvrages de pompage
- Pompes / dispositifs anti-bélier
- Equipements annexes

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 5
- Sources d’énergie
 Ouvrages de stockage
- Bâches
- Réservoirs

 Réseaux et ouvrages d’adduction et de distribution


- Réseau : canalisations et robinetteries
- Bornes fontaines
- Branchements
- Appareils hydrauliques : purgeurs, ventouses, vidanges, clapets etc …

La nature et l’importance des ouvrages et équipements à mettre en place dans le cadre de la


réalisation d’un système d’AEP varient généralement avec la ressource (contrainte technique )
la taille et le niveau d’urbanisation de la ville (contrainte socio-économique). Il est toujours
conseillé de s’orienter en priorité vers les ressources qui engendrent le moins d’investissement
et de frais de fonctionnement.

1.2 - Typologie des systèmes d'AEP équipant les différents centres urbains
1.2.1 - Contexte
Le niveau d’urbanisation d’une ville peut être caractérisé par la concentration de populations
et d’activités dont la complexité détermine la taille et la nature des ouvrages à mettre en place.
En matière d’AEP il faut souligner que les économies d’échelle réalisées dans les grands
centres urbains ne le sont pas dans les centres de moindre importance où les besoins en eau et
les revenus des habitants sont relativement faibles.
C’est ainsi que dans l’équipement des centres en système d’AEP les autorités administratives,
techniques et financières font face à différents cas de figure.

 Les grandes villes à forte consommation: population > 100 000 habitants

 Les villes dites secondaires à moyenne consommation :


10 000 - 20.000 < population < 50.000 - 100 000 habitants

 Les gros villages ou gros centres ruraux ( lotis ou non ) à faible consommation :
2.000- 3.000 < population < 10.000 habitants.
N.B.
Les problèmes d'AEP de ces gros villages sont pratiquement identiques à ceux des quartiers
défavorisés, des habitats spontanés des grandes et moyennes villes.

 Les zones rurales.

1.2.2- Différents systèmes des différents centres


Le choix du type de système d’AEP à mettre en place varie suivant l’autorité à laquelle l’on se
réfère :

 Pour les autorités administratives et politiques il n’y a que le critère de dénomination


administrative;

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 6
 Pour les techniciens le choix relève d’un APS comportant un volet socio-économique;
 Pour les autorités financières (bailleurs de fonds ) le critère le plus déterminant reste la
capacité à rembourser ( soit à partir des recettes directes de vente d’eau, soit à partir
d’autres ressources du pays).

 Les gros centres ruraux s’avèrent trop petits pour développer un système de distribution
d’eau classique rentable, mais trop grands pour relever du domaine de l’hydraulique
villageoise;
 Les systèmes classiques d’AEP réalisés dans les centres urbains secondaires restent
économiquement peu viables en raison du faible nombre d’abonnés et des faibles
consommations. L’existence des points d’eau concurrents aggrave davantage la situation;
 Les quartiers non lotis des villes sont des zones d’occupation provisoire;
 Le raccordement des quartiers lotis périurbains coûtent souvent cher du fait de leur
éloignement des centres urbains. Les zones à faibles revenus présentent peu d’intérêt
économique : faible consommation d’eau et taux de raccordement réduit.

Aujourd’hui l’unanimité semble se faire autour des options ci-après :


 Système classique pour les grands centres et centres secondaires : les économies d’échelle
réalisées dans les premiers compensant les déficits engendrés dans les seconds.
Généralement en Afrique, ces centres relèvent des Sociétés nationales d'Eau.
 Les systèmes réduits / systèmes simplifiés d’AEP: Hydraulique Villageoise Améliorée
-HVA- en RCI, Adductions d’Eau Villageoises -AEV- au Bénin, Adductions d'Eau
Potable Simplifiées -AEPS- au Burkina, pour les gros villages, quartiers non lotis, certains
quartiers lotis périurbains ou défavorisés.
 Hydraulique villageoise pour les zones rurales (puits ou forage équipé de pompe
manuelle)

1.2.2.1 - Les systèmes simplifiés d’AEP


Les systèmes simplifiés d’AEP ne comportent que juste les ouvrages essentiels. Ils visent
essentiellement les objectifs ci-après :
- L’amélioration des conditions d’AEP par rapport à l’hydraulique rurale;
- La réduction des coûts d’investissement;
- La réduction des charges d’exploitation.

 Le poste d’eau autonome ne comporte que :


- La source d’énergie (groupe électrogène ou des installations solaires ou réseau
électrique);
- L’ouvrage de captage (forage ou puits) équipé d’un groupe électro-pompe immergé;
- Le réservoir ( 5 à 10 m3 ) situé juste au-dessus de l’ouvrage de captage;
- La robinetterie de puisage ( deux à trois robinets de puisage).
En raison de la dispersion de l’habitat en zone rurale le système a connu des améliorations
pour mieux rapprocher le point de distribution au consommateur.

 Les mini réseaux d’AEP ou AEPS ou HVA ou systèmes simplifiés d’AEP


Dans ce système il a été pris en compte le souci de rapprocher les points de desserte des
populations. On s'oriente vers un ou des points à fort débit.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 7
La production sera stocké dans un réservoir qui restituera en fonction de la demande des
population;
Un réseau de desserte permettra le transport de l'eau du réservoir vers les groupements
d'habitations;
Des points d'eau collectifs -bornes fontaines- serviront de point de livraison de l'eau aux
populations.

2- LES RÉSEAUX D’ADDUCTION


Ils sont généralement sous pression. L'écoulement se fait,
- A la faveur d'une dénivelée (énergie potentielle disponible), on parle d'écoulement
Gravitaire (sous pression en ce qui concerne le présent cours).
- A la faveur d'une puissance hydraulique fournie par une pompe, on parle
d'écoulement par refoulement.

2.1- Adduction gravitaire


Il s'agit d'amener l'eau d'un point haut vers un point bas et l'énergie potentille disponible est
suffisante pour le transport du débit souhaité au point bas.
La dénivelée et les limites techniques de vitesse imposent le diamètre.

2.1.1- Adduction d’un réservoir A vers un réservoir B


 Aucune pression résiduelle n’est exigée en B
La dénivelée H correspond aux pertes de charges disponibles pour le transport du débit Q sur
une longueur L, dans une canalisation dont le diamètre est à déterminé.

2
V2 V
Z A + PA + = Z B + PB + B + pdc .
2g 2g
V2
En négligeant les termes et sachant qu'on a PA = PB = Pression atmosphérique,
2g
l'équation devient Z A − Z B = pdc = H
Cela veut dire que l'on peut retenir un diamètre D qui laisserait passer le débit désiré en
engendrant des pertes de charge au plus égale à H.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 8
 Une pression minimale P est exigée en B, point d'utilisation. Les pertes de charge
disponibles sont dans ce cas égales à la dénivelée diminuée de la pression P.

2
V2 V
Z A + PA + = Z B + PB + B + pdc
2g 2g

 Z A − Z B = H + P
P = 0  → H + P − P = pdc = H = Z − ( Z + P )
 A  A B

 PB = P 

Ici la perte de charge disponible est Z−(+P). On retenir une canalisation de diamètre D qui laisse
BA

passer le débit Q désirer avec des pertes de charge au plus égales à H.


Dans les deux cas après avoir déterminé les pertes de charge disponible et connaissant le débit
Q(m3/s) à véhiculer au travers d'une canalisation de diamètre intérieur D(m) et de longueur L(m) ,
l'expression des pertes de charge par la formule Manning Strickler s'écrit:

( 3 / 16 )
4 (10 / 3) xQ 2 xL  10,29 xQ 2 xL   Q(m 3 / s)
= H → D =   avec  
π 2 xK s2 xD (16 / 3) 2
 K s xH   D, L ( m) 

Remarque
- Après le calcul du diamètre théorique, on se réfère aux catalogues des constructeurs pour
choisir le diamètre commercial existant. Ce diamètre commercial doit être supérieur ou
égal au diamètre calculé pour garantir des pertes de charge inférieures ou égale à H.
- Avec ce diamètre commercial on vérifie que Q s’écoule avec une vitesse comprise entre
Vmin et Vmax
Vmin tient compte du souci d’éviter des dépôts et/ou de garantir une auto curage ;
Généralement Vmin = 0,30m/s.
Vmax est une vitesse technique donnée par le constructeur : 1,00 à 1,20m/s pour le PVC et 1,50
à 1,75m/s pour la fonte. Vmax varie beaucoup avec les diamètres.

Les contraintes de pertes de charge influent beaucoup sur les vitesses maximales.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 9
 On s’assure qu’en tout point la ligne piézométrique est au-dessus de la conduite

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 1
 On s’assure qu’en tout point la pression maximale admissible donnée par le constructeur
n’est pas dépassée

2.2- Adduction par refoulement

2.2.1- Principe

VA
2
V
2
V2
Z A + PA + = Z B + PB + B + pdc . En négligeant les termes et en considérant PB = 0 , on
2g 2g 2g
peut écrire PA=(ZB−)A+pdc.
Il faut apporter de l'énergie en A pour vaincre la dénivelée et les pertes de charge.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 1
La dénivelée est constante et dépend de la topographie des lieux.
Le paramètre sur lequel on peut jouer reste les pdc qui, pour un débit donné varie en sens
inverse du diamètre.
L’adduction par refoulement intervient quand il faut transporter un débit Q d’un point A vers
un point B dans les cas ci-après :
 La côte du point B est plus élevée que celle de A : ⇒ il faut apporter de l’énergie pour
vaincre la dénivelée entre A et B et les pertes de charge engendrées par l’écoulement du
débit Q dans la canalisation de diamètre D
 La côte du pointe B est égale ou même plus basse que celle de A mais l’écoulement du
débit Q demandé dans la canalisation de diamètre D engendre des pertes de charge
supérieures à la dénivelée entre A et B : ⇒ il faut apporter de l’énergie pour vaincre la
différence entre dénivelée et perte de charge.

2.2.2- Dimensionnement des conduites de refoulement


La puissance développée par une pompe pour élever un débit Q à une hauteur fictive H + j est
P(W ) = ρ gQ( H + j )
Pour élever le débit Q à la hauteur géométrique H donnée on peut à priori donner à la
canalisation un diamètre quelconque car, en faisant varier la puissance du groupe élévatoire,
on peut toujours obtenir le débit Q imposé.
 Si on adopte un grand diamètre, le prix Pc de canalisation sera élevé; par contre j sera
réduit et la puissance du groupe sera faible. On économisera sur le prix Pg du groupe et
sur le prix Pe de l'énergie nécessaire au pompage.

 Si au contraire on adopte un petit diamètre, Pc (prix de canalisation) est plus faible, mais
Pg et Pe seront plus élevés.
Le choix d'un diamètre de refoulement relève donc d’un compromis entre, d’une part le souci
de réaliser le moins possible d’investissement (petit diamètre) et d’autre part le souci de
réduire les charges d’exploitation: faible HMT engendre moins de charges énergétiques.
Plusieurs approches de dimensionnement de la conduite de refoulement ont été proposées.

Toutes ces approches reposent sur les considérations ci-après:


Dans le cas d'une conduite refoulant un débit constant, la dépense pour élever un mètre cube
d'eau comprend:
1- celle relative à la hauteur géométrique d'élévation; elle est la même quelque soit le
diamètre de la canalisation de refoulement: il n' y a donc pas lieu d'en tenir compte dans
une comparative
2- Celle relative à l'amortissement de l'installation. Comme on peut se rendre compte, les
variations de l'amortissement du groupe élévatoire sont négligeables par rapport à celles de
la canalisation.
3- Celle relative à l'énergie dépensée pour les pertes de charge j

Seules les dépenses 2 et 3 sont fonction du diamètre

 Condition de Flamant: V(m/s) ≤ 0.60 + D (m)

Formule de Bresse: D( m ) = 1,5 xQ( m3 / s )


0,5

 Formule de Bresse modifiée

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 1
D( m ) = 0,8 xQ((m1 /33/)s )

0 ,154
 ne 
 Vibert (1948): D = 1,456 x  xQ 0, 46
 f 

 D(m); f prix du kg de conduite posée (en francs


 
 e : prix du kwh; Q : en m 3 /s; 
 n : durée du pompage en heure par jour 
 

 Formule simpliiée de Munier (1961):


D( m ) = (1 + 0,02n) xQ(0m,53 / s ) ; n : nbre dheures de pompage /jour

Remarque :
Pour les grands projets (grandes longueurs et diamètres importants) il est fortement
recommandé de procéder à une étude économique détaillée. Le diamètre retenu sera celui qui
correspond au minimal annuel (amortissement de l’investissement + frais de pompage).

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 1
2.2.3- Etude du phénomène coup de bélier
Un coup de bélier est un phénomène de variation de pression. Le coup de bélier
consiste en des oscillations de pression, surpressions et dépressions alternatives,
provoquées par une modification rapide du régime d’écoulement dans une conduite.
Ces oscillations parcourent la conduite d’une extrémité à l’autre en un mouvement
d’aller et retour périodique.
Les causes les plus fréquentes sont :
 L’arrêt brutal, par disjonction inopiné, d’un groupe d’électro-pompe alimentant
une canalisation de refoulement,
 La fermeture brutale d’une vanne sur une canalisation de refoulement.
De tels arrêts brusques peuvent provoquer la rupture de la canalisation ou un
ensemble de perturbations dans la conduites et sur les installations de pompage.
Aussi lors de la conception d’une station de pompage et de sa conduite de
refoulement, les risques éventuels de coups de bélier doivent être étudiés et
quantifiés afin de mettre en œuvre les protections qui s’imposent.

2.2.3.1- Valeur maximale des surpressions et dépressions


Des formules permettent de calculer dans des cas simples les maxima des
variations en plus ou moins de la pression par rapport au régime normal de
fonctionnement : surpression et dépression sont égales en valeur absolue. Deux cas
sont à distinguer :

 Variation instantanée de la vitesse d’écoulement dans la conduite : fermeture


rapide d’une vanne, arrêt brutal du fonctionnement du groupe d’électro-pompe.
a∆ U
Formule de Allievi ∆h=
g

- h (m) = valeur absolue de la surpression ou de la dépression


∆h

a(m/s) = vitesse de propagation, ou célérité, de l’onde de surpression ou de


dépression
- ∆U
(m/s) = valeur absolue de la différence entre les vitesses en régime
permanent avant et après le coup de bélier ; généralement on prend ∆U = U0

vitesse d’écoulement en régime permanent dans la canalisation (les vitesses


varient entre 0 et Uo
- g(m/s2) = accélération de la pesanteur

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 1
 Variation linéaire de la vitesse d’écoulement en fonction du temps : fermeture lente d’une vanne
2 L∆ U
∆h=
gT

L (m) = longueur de la conduite


T(s) = durée de la variation de vitesse (temps de fermeture d’une vanne sur la
conduite de refoulement).
Remarques sur la célérité
♦ PONT-A-MOUSSON recommande a = 1200m/s pour la fonte
♦ CARLIER M. « Hydraulique générale et appliquée » recommande:
. a = 1000m/s pour la fonte et
. a = 180m/s pour les canalisations en plastique.

♦ D’autres ouvrages recommandent a = 400 à 800m/s pour le PVC

♦ La célérité de l'onde peut être calculé avec des formules

1
a=
 1 D
ρ + 
 ε Ee 

a = Célérité de l'onde
= masse volumique de l'eau (1000kg/m3)
ρ

ε
= module d'élasticité de l'eau (2,05 109N/m2)
E = module d'élasticité du matériau
- Fonte: 1,7 1011N/m2, d'après PONT-A-MOUSSON
- PVC: 3,2x10kg/cm2 soit 32 105N/m2 d'après INTERPLAST Accra
- PVC: 3000N/mm2 d'après ITP Lomé
e = épaisseur de la canalisation (m)
D = diamètre intérieur de la canalisation (m)

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 1
 béton; k= 5
 PVC; k = 33
9900 
a=
D  PEHD; k = 83 
48,3 + k  
e
 Fonte; k = 1 
 Acier; k = 0,5

2.2.3.2- Equipements de protection contre les effets du coup de bélier


Ils sont nécessaires lorsque (H+ h ; H est la pression en en régime permanent)

est supérieur à la PMA - Pression Maximale admissible;


La PMA est la pression interne maximale, y compris le coup de bélier, qu'un
composant peut supporter de façon sûre en service.
La PFA (pression de fonctionnement admissible) est =la pression interne, non
compris le coup de bélier, qu'un composant peut supporter en toute sécurité de
façon continue en régime hydraulique permanent.
PMA et PFA sont données par les fabricants. PN – Pression Nominale- est une
définition numérique exprimée par un nombre arrondi à des fins de références.
Généralement PN = PFA, PMA = 1,2 et PN = 1,2PFA

N.B. Par mesure de sécurité ( H+ ∆


h ) est comparé à la PFA qui est égale à PN

Divers équipements anti-béliers


Appareils Fonction Rôle
Anti-bélier
Ballon anti-bélier Réserve de fluide Stockage puis restitution
- Avec diaphragme ou pouvant s'écouler dans d'énergie mécanique
vessie le réseau
- Sans diaphragme ou

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 1
vessie
(attention à la pression
de pré-gonflage)
Cheminée d'équilibre Transformer un coup de Stockage puis restitution
(pour les faibles HMT) bélier en phénomène d'énergie mécanique
d'oscillation en masse
Dispositifs d'entrée d'air Entrée d'air Lutter localement contre
(exemple: les ventouse) les pressions inférieures
à la pression
atmosphérique
Soupapes anti-bélier ou Evacuation d'un débit en Ecrêter les pressions trop
soupapes de décharge fonction du fortes
(attention à la pression dépassement de la
de tarage) pression de tarage
Dispositifs d'aspiration Remplissage de la Ecrêter les dépressions à
auxiliaire conduite depuis la bâche l'aval de la pompe
(pour les faibles HMT) d'aspiration par une
conduite en by-pass
Volants d'inertie Augmentation du temps Ecrêter les dépressions à
d'annulation du débit l'aval de la pompe

2.2.3.3- Calcul des ballons anti-béliers


Données :
D = 400mm ⇒ S = 0,126m2 ; Q = 0,126m3 /s ; L = 1000m ; Pression en régime
permanent Zo = 50m ; PMA (conduites et divers équipements) Zmaxi = 100m.

Calcul simplifié des réservoirs d’air

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 1
Abaque de Vibert- Calcul simplifié des réservoirs d’air

Démarche d’utilisation de l’abaque


• Evaluation de la nécessité d’un dispositif anti-bélier:
axV 1000 x1
La surpression ici est égale à g
=
10
= 100m ici a est prise égale à 1000m/s

⇒la pression varie entre 50m +100m et 50m - 100m


il faut un dispositif anti-bélier.

• Détermination du volume d’un réservoir anti-bélier

V02 h 0,051 Z max 100


h0 = = 0,051; 0 = = 0,001; = = 2
2g Z0 50 Z0 50

h0
Z0
On joint sur l’abaque le point 0,001 de l’échelle des avec le point 2 de l’échelle
Z max U0
des Z0
. On obtient sur l’échelle du milieu : LxS
= 5.10 − 3 . Ce qui donne un volume

de réservoir U 0 = 5.10 −3 sLxS = 0,65m 3

Z min
L’échelle Z0
donne 0,57 d’où une dépression de Z min = 0,57 x50 = 28,50m

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 1
3- LES OUVRAGES DE STOCKAGE : LES RÉSERVOIRS

3.1- Fonctions générales des réservoirs

Fonctions techniques Fonctions économiques


 Régulation de débits  Réduction des investissements
 Sécurité d’approvisionnement sur les ouvrages de production
 Régulation de la pression  Réduction des investissements
 Simplification de l’exploitation sur le réseau de distribution
 Réacteur participant au  Réduction des dépenses
traitement d’énergie

3.1.1- Fonctions techniques


Au point de vue technique, les fonctions fondamentales assurées par les réservoirs
sont au nombre de cinq :

3.1.1.1- Fonction de régulation / Tampon entre la production et la


consommation
Le réservoir est un ouvrage régulateur de débit qui permet d'adapter la production à
la consommation. La production est le plus souvent dimensionnée et prévue afin de
fournir, pour un temps journalier de fonctionnement généralement compris entre 20
et 24 heures, le volume correspondant à la consommation journalière totale de
pointe du réseau.
La consommation journalière présentant des fluctuations importantes, il est la plupart
du temps judicieux, au point de vue technique et économique, de faire jouer un rôle
d'appoint aux réservoirs pour la satisfaction des besoins instantanés de pointe.
Le réservoir joue un rôle tampon entre l’offre et la demande
 Quand l’offre est plus élevée que la demande, le surplus est stocké dans le
réservoir
 Quand la demande dépasse l’offre le complément est apporté par le réservoir

La présence de réservoirs diminue ainsi la capacité qui serait exigée des


équipements de production, si ceux-ci devaient assurer seuls l'alimentation du
réseau pendant les pointes instantanées de consommation.

3.1.1.2- Fonction de sécurité d’approvisionnement


Le réservoir assure une fonction de sécurité d'approvisionnement dans l'éventualité
d'un incident sur les équipements d'alimentation du réseau de distribution: pollution
de l'eau brute alimentant la station de traitement, défaillances d'origines diverses des
installations, rupture d'une canalisation d'adduction, interruption de l'alimentation en
énergie.

3.1.1.3- Fonction de mise en pression du réseau / Fonction de régulation de


pression
Du fait de sa position dominante du réseau de distribution il permet le maintien d’une
pression sur le réseau indépendamment du fonctionnement des pompes de
refoulement
Le réservoir assure une fonction de régulation de pression puisque le niveau ou la
charge du réservoir conditionne et stabilise, aux pertes de charge près, la cote
piézométrique sur le réseau de distribution.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 1
3.1.1.4- Fonction de simplification de l’exploitation
Cette fonction technique réside dans la simplification des problèmes d'exploitation en
permettant les arrêts pour entretien ou réparation de certains équipements ou
installations: ouvrages de production, stations de pompage, canalisations
maîtresses.

3.1.1.5 Fonction de réacteur participant au traitement


Les réservoirs disposés à l'aval immédiat d'une station de traitement jouent un rôle
de réacteur participant au traitement en assurant un temps de contact suffisant entre
l'agent désinfectant et l'eau, garantissant ainsi une désinfection adéquate de celle-ci
avant distribution.

3.1.2- Fonctions économiques


Outre la possibilité de limiter les investissements au niveau de la production, les
réservoirs peuvent conduire à des économies significatives sur les investissements à
réaliser sur le réseau de distribution, en réduisant le diamètre des canalisations
maîtresses (réservoirs dits d'équilibre desservant les extrémités de réseaux, cas des
refoulements -distributions, ...).
Par ailleurs, lorsque la distribution est alimentée à partir d'un pompage, l'existence
d'un réservoir en charge sur le réseau de distribution conduit à des économies au
niveau de divers aspects énergétiques: réduction de la puissance installée et de la
puissance souscrite en pointe pour la station de pompage, coûts des
consommations d'énergie proprement dites puisque par l'existence des divers tarifs
horaires de l'énergie, les réservoirs permettent de privilégier le pompage pendant les
heures de plus faible coût de l'énergie.

3.2- Classification des réservoirs


Les réservoirs peuvent être classés de différentes manières selon le critère retenu

Situation par Disposition par Rôle joué Pression d'air au- Matériaux de
rapport à la rapport au sol dessus du plan construction
distribution d'eau utilisés
- Réservoir en - Souterrain - Réservoir - pression - Maçonnerie
charge sur le principal atmosphériqu
réseau e
- semi- - Béton armé
enterré - Réservoir ou
- Réservoir d'équilibre - contre- précontraint
nécessitant une disposé pression d'air
- au sol
surpression sur le
- Acier
réseau
- surélevé

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 2
Quelques types de réservoirs préfabriqués
Les " GRP Hot Press moulded sectional Tanks Les " HB TANKS "

Ils sont fabriqués par le groupe HB www.deweywaters.co.uk


Ils sont fabriqués par BALIMORAL TANKS www.balmoral-group.com www.horseleybridgetanks.com

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 2
3.3- Dimensionnement des réservoirs

3.3.1- Calcul de la capacité utile


Le réservoir est un ouvrage qui un rôle de régulation entre les variations des
consommations et des débits d'adduction.
Il est très difficile d'adapter automatiquement les débits pompés aux débits de
consommation et ce malgré l'existence de nos jours de pompes équipées de
variateur de vitesse permettant des variations de débit.

Q(m3/h)

0 4 8 12 16 20 24
h (temps)

Variation du pompage
Variation des consommations

Il s'agit de déterminer une capacité qui puisse permettre


 Le stockage des excédents de pompage pendant les heures de faibles
consommations
Qa > Qc (Qa et Qc sont respectivement les débits d'adduction et les débits de
consommation)
 Une compensation du déficit entre le pompage et la consommation pendant
les heures Qc > Qa

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 2
 Méthode de calcul par le tableau

Période(h) 0 2 4 6 10 14 16 18 22 24
Qa (1)

Va (2)
Par tranche
Va cumulé

(3)

Qc (4)
Vc cumulé
par tranche(5)
Vc cumulé

(6)

Contenance
du réservoir
(7) = (3) - (6)

Remarques pour le remplissage du tableau:


Période: les heures qui sont portées ici sont un exemple. Dans la pratique il est
recommandé de porter seulement les heures représentant les variations des consommations
et des adductions.

Qa : Il s'agit de reporter dans les différentes tranches horaires délimitées par le report des
heures de variation des adductions et des consommations le débit d'adduction.
Si l'on dispose d'une seule pompe il y a généralement deux débits possibles pour Qa: le
débit d'adduction (pompe en marche) ou un débit nul (pompe à l'arrêt).
Si l'on dispose de plusieurs pompes Qa peut prendre plusieurs valeurs suivant le nombre de
pompes en marche.

Va cumulé par tranche: Volume envoyé au réservoir cumulé par tranches horaires = Qa x
nombre d'heures dans la tranche. Cette ligne facilite le remplissage de la ligne inférieure.

Va cumulé: Il s'agit de reporter verticalement à chaque représenté par une verticale le


volume adduction cumulé depuis le début.

Qc : Il s'agit des débits horaires de consommation. Qc est très variable et difficile à


maîtriser. Il est obtenu à partir de relevé de compteur à la sortie de réservoir de centre
semblable à celui en étude.
A partir de Qc on remplit les lignes Vc cumulé par tranches et Vc cumulé.

Contenance du réservoir: Les chiffres portés verticalement donnent les déficits et


excédents qu'il y aurait si le réservoir n'existait pas.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 2
Cu = déficitMax + ExcédentMax
 Méthode de détermination par le graphique
Il s'agit d'une traduction graphique des lignes (3) et (6) et la ligne (7) se déduit. Cela se fait
aisément sur feuille excel.

Exemple
Périodes (h) 0 6 7 9 10 11 16 18
22 24
Qsolaire 0,00 0,00 0,00 75,00 75,00 75,00 0,00 0,00 0,00
+ Qther 0,00 127,50 127,50 127,50 0,00 0,00 127,50 127,50 0,00
=Qp 0,00 127,50 127,50 202,50 75,00 75,00 127,50 127,50 0,00
Vp par période 0,00 127,5 255,0 202,50 75,00 225,00 255,00 510,00 0,00
QpxTp
Vp cumulé 0,00 127,50 382,5 585 660 1035 1290 1800 1800
Qd 9,375 79,50 225,0 225,00 225,00 49,50 150,00 49,50 9,375

Vd= QdxTd 56,25 79,50 450,0 225,00 450,00 247,50 300,00 198,00 18,75
Vd cumulé 56,25 135,75 585,75 810,75 1035,75 1283,25 1583,25 1781,25 1800
Vpcum -Vdcum -56,25 -8,25 -203,25 -225,75 -375,75 -248,25 -293,25 18,75 0,00

Cu = − 375,75 = 18,75 = 394,5m3

Périodes 0 6 7 9 10 11 16 18 22 24
Va cumulé 0 127,5 382,5 585 660 1035 1290 1800 1800
Vd cumulé 0 56,25 135,75 585,75 810,75 1035,75 1283,25 1583,25 1781,25 1800
2000
1800
1600
1400
1200 P
1000 V
800 V
600
400
200
0 0 6 7 9 10 11 16 18 22 24
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
3.3.2- Calcul de la capacité totale du réservoir
Des considérations techniques amènent à réaliser un réservoir de capacité supérieure à la
capacité utile qui ne prend en compte que la fonction régulation entre les consommations et
les apports.

3.3.2.1- Prise en compte de la réserve incendie


Pour tenir compte de la nécessité de toujours disposer d'une réserve non utilisable dans les
conditions normales d'exploitation du réservoir.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 2
Pour faire face à un sinistre incendie, les professionnels du feu - SAPEURS
POMPIERS- ont besoin de disposer d'un débit de 60m3/h pendant deux heures.
Théoriquement il faut ajouter à la capacité utile un volume incendie de 60 x 2 =
120m3.
Remarques:
Il existe une approche qui consiste à prendre en compte le débit d'adduction vers
le réservoir. Cette réflexion consiste à estimer que l'on peut se limiter une réserve
incendie de,
- 60m 3 + (60 − Qad ) si Q ad < 60m 3 /h

- 60m si Q ≤ 60m / h
3 3

La justification de cette approche est que avant que les sapeurs pompiers
n'épuisent les 60m3 disponibles en heure de temps, le délais est suffisamment
long et permet de prendre les dispositions nécessaires pour alimenter le réservoir.

3.3.2.2- Vérification des temps de contact et de séjour du désinfectant utilisé


Des désinfectants comme le chlore ont besoin d'un temps de contact pour que
leur effet soit effectif. Aussi on est amené à s'assurer que la capacité utile retenu
autorise un temps de séjour supérieur ou égale au temps de contact nécessaire
du désinfectant.
Dans le cas du chlore, ce temps de contact est de deux heures. Pour les
désinfectants comme l'ozone ou le rayonnement ultra violet -UV- ce temps de
contact est pratiquement nul.
Cas du chlore
 Vérification du temps minimale de contact
C
Ts = u ≥ 2heures
Qc

Des débats peuvent tourner autour de la nécessité de considérer le Qc (moyen) ou


Qc (de l'heure de pointe).

Remarque:

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 2
Dans les cas où la chloration se fait juste au point de départ vers le réservoir, on

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 2
Longuerdcit
peut être amené à prendre en compte le temps de séjour dans la conduite d'adduction ( );

vites
Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 2
de même si la conduite qui va du réservoir vers les consommateurs est suffisamment

 Vérification de la "durée d'efficacité" du désinfectant


Un des critères de choix du désinfectant est son pouvoir rémanent: existence d'un produit
résiduel pour la protection contre les pollutions ultérieures. Le chlore par exemple étant
volatile, il est établi qu'au bout de 48 heures le chlore résiduel dans l'eau, même si il n'est
utilisé sollicité pour combattre une pollution, se volatilise dans l'atmosphère.
Aussi on est amené à vérifier que la capacité utile n'autorise pas un temps de séjour
supérieure à deux jours (48 heures). Cette vérification peut se faire soit par rapport à la
consommation moyenne journalière soit par rapport à la consommation journalière de
pointe.

Cu (m3 )
Ts = ≤ 2 jours
Q( m3 ) / jour

Quelques valeurs pratiques de capacité de réservoir (statistique de centres d'AEP).


Conditions d'exploitation Capacité utile
Adduction nocturne 90% Vj
Adduction avec pompage solaire (environ 8h/j) 50% Vj
Adduction continue (24h/24h) 30% Vj
Adduction de jour, durant les périodes de consommation 10%Vj à 30%Vj

D'une façon générale on notera que plus la durée de pompage est élevée, moins la conduite
d'adduction et la capacité du réservoir seront grandes.

3.4- Equipements hydrauliques des réservoirs


3.4.1- Réservoir alimenté en refoulement simple

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 2
3.4.2- Réservoir alimenté par une conduite qui assure un service en route

3.5- Implantation des réservoirs


L'implantation des réservoirs est un compromis entre,
 Le souci de se rapprocher le plus possible des consommateurs. Ce qui revient à
rechercher une position d'équidistance par rapport aux consommateurs. Il y a alors une

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 2
réduction des longueurs des conduites principales de distribution par rapport au
réservoir. Cela présente des avantages économiques et techniques.

 Et le souci de se situer à un point dominant par rapport à l'ensemble des


consommateurs. Cela permet une réduction de la hauteur d'élévation.

3.6- Notion de réservoir d'équilibre

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 3
4- LES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION

4.1- Généralités
Le réseau de distribution est constitué de l'ensemble des canalisations, robinetteries,
appareils hydrauliques et ouvrages de génie civil qui participent au transport et à livraison
de l'eau de consommation soit chez le consommateur soit à un point collectif de
distribution.
La distribution doit satisfaire aux exigences ci-après:
 Alimentation en continu en toute saison et à toute heure
 Satisfaction aux conditions de pression minimale de service exigée au sol
Pminimal de service ≤ P ≤ PN
 Couverture de l'ensemble du territoire concerné
 Transport des débits de pointe en respectant les pressions minimales de service
 Les vitesses d'écoulement dans les canalisations de distribution doivent respecter les
conditions de vitesse minimale et maximale Vmin ≤ V ≤ Vmax .

Ces paramètres vont influer sur la structure et les dimensions du réseau.

4.2- Tracé du réseau


Il est effectué après identification des différentes catégories de consommateurs. Le réseau
peut être
 En ramifications: réseau ramifié
 En mailles: réseau maillé

4.3- Structure des réseaux de distribution


Sur un réseau de distribution on distingue
 Les conduites principales qui amènent l'eau dans les zones de consommation; il n'y a
généralement de branchement sur ces conduites.
 Les conduites de distribution qui amènent l'eau à proximité des points d'utilisation; les
branchements sont effectués sur ces dernières
 Les conduites de branchement qui desservent les appareils des ménages.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 3
4.3.1- Réseaux ramifiés
Les conduites se ramifient partant toutes de la conduite maîtresse. Le sens de l'écoulement
est unique.

4.3.2- Réseaux maillés


Des extrémités des conduites principales et conduites de distribution sont reliées entre
elles, formant des mailles.
La maille permet le bouclage et l'isolement d'un tronçon sans perturbation de la distribution
sur le reste du réseau.
Suivant la demande , l'eau peut s'écouler dans l'un ou l'autre sens, ce qui assure une certaine
sécurité dans la distribution.

Avantages et inconvénients comparés des deux types de réseaux:


Ramifié Maillé
Pertes de charge Elevées Faibles
Ecoulement Défavorable, risques de zones Satisfaisant même en

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 3
mortes en extrémités faible consommation.
Réparations La zone isolée peut être importante La zone affectée peut être
selon l'emplacement de réduite.
l'intervention.
Frais de pompage Elevés Faibles
Frais de mise de mise Faibles Elevés
en place

4.4- Mode de distribution


Généralement le réseau de distribution est alimenté par gravité à partir du réservoir.
Dans certains cas il peut être alimenté par refoulement et par gravité.
La distribution peut se faire par points d'eau collectif (borne fontaine) et/ou par
branchements.
4.4.1- Mode de distribution par branchements privés

4.4.2- Mode de distribution par points d'eau collectif -bornes fontaine: BF-
Le terme borne fontaine désigne un appareil hydraulique fabriqué en usine. Cet appareil
comporte un ou plusieurs robinets. Pour son installation il suffit de le raccorder au réseau.
De nos jours les bornes fontaines désignent également un aménagement comportant des
robinets et un abri.
La distribution par points d'eau collectif est recommandé dans les quartiers à faible revenu
des villes, dans les zones d'habitat spontané et les gros villages équipés de systèmes
simplifiés.
 Implantation des bornes fontaines
- Nombre de bornes fontaines
Pour une zone donnée, le nombre de bornes fontaines est définie par
. la taille de la population totale et du nombre d'usagers par BF
. la répartition spatiale des habitations: distance maximale à parcourir pour accéder
à une BF.
- Nombre de robinets par BF
Le nombre de robinets par BF est défini par
. la population desservie
. la consommation journalière de la population desservie
. le débit unitaire des robinets
. le coefficient de pointe horaire de la consommation (des puisages) de la
population
- Autres considérations
. Pour des raisons de sécurité on évitera les traversées des routes à fort trafic,
. On tiendra compte de l'accessibilité en toute saison,
. On peut être amené à prendre en compte la spécificité de certains lieux,
(marchés, lieux de culte, écoles et lycées etc…).
 Equipements et aménagement des BF
En terme d'équipement on notera les robinets et le compteur d'eau. En terme
d'aménagement on retrouvera une aire de dallage comportant des rigoles de drainage des
eaux perdues un puits d'infiltration. Il y a également un abri.

4.5- Dimensionnement des réseaux de distribution


Première approche de calcul des diamètres

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 3
Pour dimensionner les canalisations d’un réseau à créer on recherchera le diamètre qui
transitera le débit demandé avec V= 1.00m/s .
0,5
Vxπ xD 2  4 xQ 
Q = VxS = ⇒ D=  
4  π xV 

Diamètre (mm) PVC Q(l/s) pour V= 1m/s


33,6 0,9
42 1,4
53 2,2
63,2 3,1
75,8 4,5
92,4 6,7
112,4 9,9
125,8 12,4
143,2 16,1
179 25,2
201,8 32,0
Tableau pour le choix des diamètres des canalisations en pvc

4.5.1- Paramètres à prendre en compte

 Conditions de débit.
Le réseau est calculé avec les débits de l'heure pointe.
Cph = Consommation horaire Max / Consommation moyenne horaire
Cph peut être calculé à partir de formules empiriques.
2,5
C ph = 1,5 + 0,5 avec Q en m3 /h Q = débit moyen horaire du jour de pointe.
Q
N.B.
Il n'est ni techniquement, ni économiquement justifié de prendre en compte les pertes à la
distribution pour le calcul de Q.
 Conditions de vitesse
Les vitesses admissibles vont de 0,3 - 0,5m/s à 1,2-1,50m/s. Des vitesses élevées
traduisent de faibles diamètres donc des pertes de charge élevées entraînant un réservoir
élevé donc des pompes avec une HMT élevée.
Les vitesses 0,8 ≤ V ≤ 1,00m/s sont dites vitesses économiques
 Conditions de pression
Les pressions de service varient entre 10m et 50m au-dessus du sol. Il s'agit de la pression
de service à l'heure de pointe.
Généralement, les grands immeubles à plusieurs niveaux installent des sur presseurs
(station de relevage).
Dans les villes à relief très accidenté, on peut être amené à concevoir un réseau dit étagé
pour éviter des pressions trop élevées dans les zones basses.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 3
Les pressions maximales sont observées en période de faible consommation. Il convient de
vérifier qu'elles n'excèdent pas les PN des canalisations et des appareils et équipements
hydrauliques: compteurs, ventouses etc.

4.5.2- Calcul des réseaux ramifiés


4.5.2.1- Détermination des débits de dimensions des tronçons
 Cas des dessertes ponctuelles
On parle de desserte ponctuelle quand les points de prélèvement sont bien localisés et
suffisamment distants les uns des autres.

A B C D
Q2 Q1
qb qc qd

qb , qc , et qd sont dits débits ponctuels. AB, BC et CD sont des tronçons suffisamment


longs: L supérieur à 100 à 200m.
AB est dimensionné pour transporter Q2
BC est dimensionné pour transporter Q2 − qb

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 3
CD est dimensionné pour transporter
qQ− 2cb

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 3
Le tronçon en aval de D est dimensionné pour transporter

=−Qq dcb12
 Cas des dessertes réparties
On parle de dessertes réparties quand les prélèvements se font généralement à de faibles
débits à des points suffisamment rapprochés. Les points de prélèvement ne peuvent être
considérés comme des limites de tronçons.

A B C D

qb qc qd

Les diamètres des tronçons AB, BC et CD sont calculés pour transporter le débit
d'extrémité et la desserte en route.
Dimensionner ces tronçons en prenant compte la totalité du débit linéairement réparti serait
les sur dimensionner.
Ne pas du tout les prendre en compte reviendrait à sous dimensionner les tronçons
Il faut alors trouver un débit fictif.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 3
QAB , QBC et QCD sont linéairement consommé sur respectivement AB, BC, et CD.
Isolons CD

C M D

qs
qQ+=
1sdCD

qd
posons qd + qs = Q2

Q CD
En M (milieu de CD) on a Q M = Q1 − avec QCD = Q1 − Q 2
2
(Q − Q2 ) Q Q Q Q
⇒ QM = Q1 − 1 = Q1 − 1 + 2 = 1 + 2 = 0,50Q1 + 0,50Q2
2 2 2 2 2
La conduite est dimensionnée avec un débit fictif fixe Q f provoquant la même perte de
charge que le débit dégressif allant de C vers D.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 3
Par mesure de sécurité on prend
+=45,0Q
f21
On sait que Q1 = Q2 + QCD ⇒ Q f = 0,55(Q2 + QCD ) + 0,45Q2

Soit Q f = 0,55Q2 + 0,55QCD + 0,45Q2 = Q2 (0,55 + 0,45) + 0,55QCD

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 3
+=5,0Q
avlfrouten

4.5.3- Cas des réseaux maillés


Répartition des débits
On distingue deux groupes de tronçons
Les tronçons appartenant à des mailles et les tronçons en ramification
 Tronçons appartenant à une maille
On procède comme suit:
. Etablir les consommations linéaires sur les tronçons et les consommations ponctuelles
aux nœuds.
- Ramener les consommations linéaires en consommations ponctuelles aux
Q
nœuds à raison de en route (le sens d'écoulement n'étant pas à priori connu) à
2
chaque extrémité du tronçon.
- Ramener les consommations dans les ramifications en consommation
ponctuelle aux nœuds de départ de la ramification.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 4
- Indiquer les points d'alimentation du réseau (réservoirs et éventuellement
pompage direct dans le réseau).
R
qe

B E

qg

qc G
F
D C

qd qh

Consommations ramenées aux nœuds


R

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 4
D C

- Effectuer une répartition provisoire et arbitraire des débits dans les tronçons en
respectant la loi d'équilibre des nœuds: la somme des débits qui arrivent à un nœud =
somme des débits qui en partent + somme des débits prélevés à ce nœud.
- Calculer les diamètres des tronçons en fonction de la répartition arbitraire ci-dessus
- Donner un sens de circulation dans les mailles (garder le sens choisi au niveau de
toutes les mailles).

 Tronçon de ramification
La démarche est la même que dans un réseau ramifié.

Calcul des débits dans les différents tronçons des mailles

q1

Q A B Q'

q2 q'

Suivant le sens donné ici q1est compté négativement et q2 positivement.


Au nœud A Q = q1 + q2

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 4
'
Au nœud B
qQ+=
21

Si q1 engendre des pertes de charge ∆h1 sur son parcours différente de ∆h2 engendrée par q2
sur son parcours cela veut dire que la répartition n'est pas correcte, puisque il ne peut y
avoir qu'une pression identique en B.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 4
h∆ q=∆ ∑ ∆h
Il faut alors apporter une correction de débit d'une valeur

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 4
sur les différents débits s'écoulant dans les tronçons.

Cas des tronçons adjacents à deux mailles


Lorsque un tronçon est adjacent à deux mailles, il subit la corrections de chacune des
mailles.

q1
Maille I
Q q2 Q
Maille II
q3

Soit ∆q, la correction à apporter par rapport à la maille I sur q2 et ∆q' la correction à
apporter sur q2 par rapport à la maille II

Maille I II
Q2 corrigé q2 + ∆q - ∆q' -q2 - ∆q + ∆q'

En théorie les débits réels dans les tronçons sont atteints après des itérations successives
jusqu'à ∑ ∆ h = 0 dans chacune des mailles.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 4
Dans la pratique les itérations sont arrêtées dès que
∑ ≤∆mh30,
Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 4
Application: Tableau d'itérations pour le calcul de réseau maillé
Maille Tronçon L(m) Q(l/s) DN(mm) ∆h(m) ∆h ∆q Qc1 ∆h1(m) ∆ h1 ∆q1 Qc2
Q ère correction Qc1 2ème correction

II

III

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 4
Exemple
Maille Tronçon L(m) Q(l/s) DN(mm) ∆h(m) Σ∆h ∆h ∆h ∆q= Qc1 ∆h1(m) ∆ h1 ∆q1 Qc2
∑ ( )

ère correction 2ème correction
Q Q ∆h Qc1

∆h
2∑ ( )
Q
I AB 600 15 126,6 5,91 395 13,16
446 5,16
BC 400 7 99,4 3,12 556 -8,8404
5,14 1397 -1,84
AC 500 -7 99,4 -3,89

II AC 500 7 99,4 3,89 556 8,8404


288 -11,9994
AD 300 -12 113,0 -3,46 223 -6,9994
-1,13 1067
DC 200 -7 99,4 -1,56 0,0004

III

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 4
5- RAPPELS HYDRAULIQUES

5.1- Calcul des pertes de charge


Plusieurs formules ont été empiriquement mises au point pour le calcul des pertes de
charges. Les plus usuelles sont celles de Manning Strickler, Calmon Lechapt, Williams et
Hazen, et Colebrook.

MANNING STRICKLER

4(10/3) xQ 2 10,29Q 2
J(m/m) = ≈
π 2 xK s2 xD(16/3) K s2 xD(16/3)

WILLIAMS ET HAZEN

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 4
1,85
xDK 4,87'15 J(m/)= 10,65xQ

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 5
CALMON LECHAPT

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 5
n
D m mJ=)/(a Q

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 5
K a n m
x 10-3
2 1,863 2 5,33
1 1,601 1,975 5,25
0,5 1,400 1,96 5,19
0,25 1,160 1,93 5,11
0,10 1,100 1,89 5,01
0,05 1,049 1,86 4,93
0,025 1,010 1,84 4,88
0,00 • 0,916 1,78 4,78
0,00 •• 0,971 1,81 4,81

•• 0,25 ≤ D ≥ 1 Tableau des valeurs de a, n et m de la formule de Calmon Lechapt


• 0,05 ≤ D ≥ 0,2 en fonction de la nature et/ou de l’état du matériau

Formule Manning Strickler Colbrook Williams


Calmon Lechapt Hazen
Matériaux Ks k(mm) K’
PVC 120 0 150
Amiante Ciment 115 0,025 145
Mortier de ciment
centrifugé 110 0,05 140
Métal neuf 105 0,10 130
Béton centrifugé 100 0,25 125
Fonte/acier
revêtement ciment 90 0,5 110
Fonte acier non revêtu 80 1 100
Fonte acier non revêtu
(ancien) 75 2 90
Tableau de correspondance (des k): valable pour les diamètres inférieurs à 250 mm

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 5
6- DONNEES DE RAPPORTS TECHNIQUES D’EXPLOITATION
Les différentes installations ont été conçues et dimensionnées sur la base d’un certain
nombre d’hypothèses relevant souvent de statistiques et d’enquêtes socio-économiques
(population, volonté à payer, pouvoir d’achat etc. ).
La justesse de ces hypothèses est vérifiée après la mise en service des installations.
Pour cela il est nécessaire de produire un certain nombre de rapport reflétant,
d’une part, le fonctionnement des installations et d’autre part, l’impact du projet sur la
communauté

6.1- Rapports de production


• Productions journalières
• Productions mensuelles
• Productions annuelles
Elles sont obtenues par des relevés de compteurs placés sur les conduites d’adduction
Ces rapports devraient renseigner sur les productions des différents ouvrages et de
l’ensemble du système. Ils permettent une projection plus réaliste des tendances si la
ressource est disponible et autorise des productions qui couvrent la demande en eau.

6.2 – Rapports de distribution & vente


Ils sont réalisés à partir de relevés de compteurs placés à la sortie des réservoirs et des
bornes fontaines.
Très souvent des contraintes financières amènent des techniciens et/ou décideurs à
envisager la non prise en compte des appareils de mesure de débit dans le système.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 5
Les quelques rares fois où ils sont installés, quand ils présentent des défectuosités, ils ne
sont ni réparés ni remplacés

6.3- Rapports de contrôle et suivi de qualité de l’eau


Les ressources en eau ne sont jamais complètement à l’abri de contaminations d’origines
diverses. Il convient qu’avant toute utilisation un état de la qualité de la ressource soit
établi.
Au cours de l’exploitation des analyses périodiques seront réalisées conformément au
moins aux recommandations de l’ O.M.S..

6.4-– Rapports d’impact sanitaire


Un des objectifs des projets d’AEP est l’amélioration de la santé des populations. Il est
donc nécessaire d’évaluer le niveau de réduction des maladies d’origine hydrique.
Une collaboration avec le centre de santé de la localité est nécessaire pour un suivi de
l’évolution des maladies liées à l’hygiène, à l’AEP et à l’assainissement.

6.5- Indicateurs de performance


- Rendement de réseau: il traduit l'importance des pertes sur le réseau de distribution
- Pertes au km: m3 d'eau perdue sur le réseau de distribution par km de réseau: il traduit
l'importance des pertes par rapport à la longueur du réseau
- Charge du réseau: il donne le nombre de branchements par km de réseau
- Plage de variation des pressions sur le réseau de distribution
- Nombre et nature des plaintes de clients enregistrées
- Taux de couverture des besoins: il traduit l'écart entre la capacité de production et les
besoins réels des populations,
- Nombre d'abonnés (branchements privés)
- Nombre de bornes fontaines
population s' alimentant au réseau
- Taux de population raccordée au réseau: population totale
- Nombre d'échantillons analysés par mois (analyses bactériologiques)
volume d' eau traitée sortie de l' usine
- Rendement de l'usine de traitement
volume d' eau brute entrée dans l' usine

6.6- charges d'exploitation


6.6.1- Consommation en produits chimiques
 Floculant: g de floculant par m3 d'eau traitée et/ou par m3 d'eau brute,
 Désinfectant: g de désinfectant par m3 d'eau traitée et/ou par m3 d'eau brute,
 Chaux : g de chaux par m3 d'eau traitée et/ou par m3 d'eau brute,
 Etc….

6.6.1- Consommation en énergie


 Carburant (gas oil ou essence ) par m3 d'eau traitée et/ou par m3 d'eau brute: concerne
les centres qui produisent eux mêmes leur énergie,
 Kw par m3 d'eau traitée et/ou par m3 d'eau brute: concerne les centres raccordés à un
réseau public de distribution d'électricité,

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 5
Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 5
7- LE COMPTAGE
Pour des besoins de suivi de l'exploitation des installations de production et de distribution
d'eau, l'exploitant a recours à des volumes et/ou à des débits. Pour cela il est généralement
installé un compteur aux points ci-après du système d'AEP.
- A l'exhaure pour le suivi des volumes prélevés à la ressources
- A l'entrée de l'usine de traitement pour le suivi des volumes effectivement entrés en
traitement. Si l'exhaure et l'usine sont suffisamment rapprochés ce compteur n'est pas
nécessaire. Par contre si la distance est importante ce compteur peut fournir des
indications sur les éventuelles fuites sur la conduite d'adduction allant de l'exhaure à
l'usine de production d'eau potable -comparaison avec les données du compteur de
l'exhaure-.
- A la sortie de l'usine de production d'eau potable
- A la sortie du réservoir de distribution
- Au point de livraison de l'eau aux abonnés (branchements particuliers, bornes fontaines
poteaux d'incendie, etc….

7.1- Classification des compteurs


7.1.1- classification métrologique
Un compteur est un produit métrologique, il doit répondre à des normes internationales.
Sur le plan de la métrologie les compteurs sont classés en trois grandes classes. Ces classes
correspondent à des erreurs maximales tolérées.

Exemple : pour un compteur DN 15


Eau froide Eau chaude
Précision + ou – 5% Précision + ou – 2% Précision + ou – 5% Précision + ou – 2%
Classe A A partir de 60l/h A partir de 150l/h A partir de 60l/h A partir de 150l/h
Classe B A partir de 30l/h A partir de 120l/h A partir de 15l/h A partir de 120l/h
Classe C A partir de 15l/h A partir de 22,5l/h A partir de 15l/h A partir de 90l/h
Classe D A partir de 15l/h A partir de 22,5l/h

En matière d 'AEP les compteurs de la classe B sont les plus utilisés en Afrique.

7.1.2- Classification suivant la nature de l'eau


- Compteur eaux chargées
- Compteur eaux claires
- Compteur eaux froides
- Compteur eaux chaudes

7.1.3- Classification suivant la technologie


 Compteur volumétrique:
L’eau entraîne un piston rotatif qui délivre à chaque tour une quantité précise d’eau
- Peut être installé dans toutes les positions
- Excellente précision et excellente sensibilité à très faible débit.
- Supporte mal les vitesses élevées, la présence d'air ou le fonctionnement à sec.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 5
- Fort risque de blocage en présence de particules en suspension dans l'eau
- Peut présenter un fonctionnement bruyant à fort débit.
 Compteur de vitesse
L’eau entraîne les pales d’une turbine dont la vitesse de rotation est proportionnelle au
débit. Il en existe à jet unique et à jets multiples

- Compteur de vitesse à jet unique


S'installe généralement en position horizontale ou verticale mais existe également en
version toutes positions.
Injection latérale de l'eau créant un effort dissymétrique sur l'axe de la turbine d'ou risque
d'usure prématurée des pivots.
Très sensible aux conditions d'installation
Ne permet pas l'utilisation d'un filtre de tubulure mais seulement d'un filtre plat à larges
mailles.

- Compteur de vitesse à jets multiples:


Doit être installé horizontalement. Il comprend une boite d'injection qui permet:
- un mouvement ascensionnelle de l'eau, soulevant la turbine, permettant d'obtenir un
meilleur débit de démarrage.
- un effort réparti symétriquement sur la turbine.
Insensible aux conditions d'installation.
Possède deux filtres (tubulure + siège) pour une excellente résistance en présence de
particules (sable, fibres,…).

 Compteur à cadran sec


Le totalisateur est isolé de l'eau du réseau
Pas de dépôts possibles sur le cadran
Possibilité de condensation si le totalisateur n'est parfaitement sec
Engrenages protégés de toute particule présente dans l'eau.
Transmission magnétique : perte de sensibilité

 Compteur à cadran noyé


Le totalisateur est baigné par l'eau du réseau
Possibilité de dépôts sur le cadran
Les engrenages et rouleaux peuvent être endommagés par des particules en suspension.
Transmission directe: excellente sensibilité

 Compteur à cadran à rouleaux protégés


Le cadran et quelques engrenages sont protégés de l'eau du réseau
Lecture aisée du totalisateur
Condensation impossible
Transmission directe: excellente sensibilité

7.1.4 - Classification par mode d'utilisation


Les compteurs domestiques
Les compteurs industriels

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 5
7.1.5- classification suivant le mode de lecture
- Les compteurs à lecture directe,
- Les compteurs à lecture indirecte, il comporte un coefficient multiplicateur inscrit sur
le côté.

7.1.6- Caractéristiques métrologiques des compteurs.


Les fabricants présentent les caractéristiques techniques comme suit
DN
Diamètre Nominal (mm) ou calibre -DN-
Débit nominal (m3/h) Qn
Débit maximal (m3/h)
Classe" C "
Qmin (seuil d'exactitude:± 5%)(l/h)
Qt(seuil d'exactitude: ± 2%)(l/h)
Classe "B"
Qmin (seuil d'exactitude±5%)(l / h)
Qt (seuil d'exactitude: ±2%)(l / h )

Débit maximal (QMAX; )


Le débit maximal est le débit accidentel auquel le compteur doit pouvoir fonctionner sans
détérioration pendant des durées limitées, en respectant les erreurs maximales tolérées.

Le débit nominal (QN)


Le débit nominal est le débit pour un fonctionnement optimal du compteur. Il est
généralement égale à la moitié du débit maximal.
A ce débit le compteur peut fonctionner en régime permanent ou intermittent.

Le débit minimal (QMIN)


Le débit minimal traduit le seuil de sensibilité du compteur. C'est le débit en dessus duquel
le compteur doit respecter les erreurs maximales tolérées par la réglementation. En-dessous
de celui-ci, le compteur tourne mais le constructeur ne garantit aucune précision.

Le débit de transition (Qt)


Le débit de transition (Qt) partage l'étendue des débits comprise entre QMIN. et QMAX. en
deux étendues dans lesquelles les erreurs maximales tolérées prennent des valeurs
différentes.

Débit horaire admissible

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 5
Le volume qui peut passer par le compteur pendant une heure. Le temps de fonctionnement
journalier ne doit pas excéder 10 h.

7.1.7- Eléments d'évaluation des débits pour le choix de compteur ou le calcul


des conduites intérieures des établissements publics

Exemples de débits des appareils sanitaires


Appareil Q(l/s) Appareils Q(l/s)
Evier, timbre d'orifice 0,20 W.C. avec réservoir de chasse 0,10
Lavabo simple 0,10 W.C. avec robinet de chasse 1,50
Lavabo collectif 0,05 Urinoir avec robinet de chasse 0,005
Bidet 0,10 Urinoir avec robinet individuel 0,10
Baignoire 0,35 Robinet de cour ou bouche d'arrosage de
Douche 0,25 20mm 0,7

Source: catalogue canalisation de PAM édition 1985

Pour les immeubles collectifs, il convient d'appliquer à ces valeurs approximatives un


1
coefficient de simultanéité k définie par k = dans laquelle,
n− 1
- k: coefficient probable de simultanéité
- n: nombre d'appareils ( n ≥ 2)
Ainsi, pour assurer un débit Q correspondant à n appareils de débit q, on applique la
formule: Q = qxnxk

7.3- Courbe de perte de charge


La courbe de perte de charge donne la perte de pression due à l'écoulement d'eau à
l'intérieur du compteur. Elle dépend:
- des caractéristiques géométriques du compteur et de la tuyauterie.
- de la viscosité du fluide
- du débit du fluide

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 6
7.2- Conditions d'installation des compteurs
Tous les compteurs ne nécessitent pas de longueur droite de canalisation en amont ou en
aval. Toutefois il serait prudent d’en prévoir à chaque installation car très souvent la
précision du comptage et la durée de vie du compteur en dépendent largement.

Source: Catalogue SOCAM

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 6
7.4- Exemple de présentation de caractéristique techniques de compteurs

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 6
Source: Catalogue FLODIS

8- TECHNOLOGIE - POSE DES CANALISATIONS


Les canalisations sont caractérisées par,
- les matériaux dont elles sont faites: fonte ductile, acier galvanisé, béton, PVC, PEHD
etc….
- leurs diamètres nominaux, DN; le DN désigne le diamètre intérieur pour la fonte et
l'acier galvanisé; pour le PVC et le PEhD le DN désigne le diamètre extérieur.
- leurs pressions nominales (épaisseurs des parois )

8.1- Technologie des canalisations


8.1.1- Matériaux
8.1.1.1- les canalisations en fonte et acier
Les produits ferreux peuvent être classés en fonction de la teneur en carbone dans le métal
de base.
- Fer: 0 à 0,1% de carbone
- Acier 0,1 à 1,7% de carbone
- Fonte 1,7 à 5% de carbone
Au-dessus de 1,7% de carbone celui-ci ne peut être dissous en totalité dans la structure de
fer. Il se retrouve en solide sous forme de graphite: carbone pur.
Le terme fonte recouvre une large variété d'alliages Fe-C-Si. Les fontes sont classées en
familles selon l'état du graphite. Les grandes familles sont la fonte grise et la fonte ductile.

Fonte grise Fonte ductile


Dans les fontes grises, le graphite se présente Les recherches ont montré (1948) qu'avec une
sous forme de lamelles: on parle fontes à introduction de magnésium, on obtenait le
graphite lamellaire (FGL). Ces lamelles graphite se présentait sous forme de sphères. On
constitues des points potentiels d'amorce de parle de fonte à graphite sphéroïdal (FGS) ou
fissures. fonte ductile. Les lignes de propagation possible
De nos jours les canalisations en fonte grise ne des fissures sont ainsi éliminées.
sont pratiquement plus fabriquées. Caractéristiques mécaniques de la fonte GS:
- résistance à la traction et aux chocs,
- haute limite élastique
- allongement important.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 6
Selon la norme française NF EN 545 (décembre 1994), l'épaisseur nominale des tuyaux et

raccords est calculée en fonction du DN:


)01,5(DNKxe+=
- e = épaisseur nominale de paroi en mm
- DN = diamètre nominale en mm (désigne le diamètre intérieur)
- K = coefficient utilisé pour désigner la classe d'épaisseur. K est choisi dans la série des
nombres entiers 8, 9, 10, 11, 12, ….. Pour les tuyaux K= 9 et pour les raccords K = 12
selon la norme NF EN 545.

8.1.1.2- les canalisations en plastic: Polychlorure de vinyle -PVC- / Polyéthylène -PE-


Le PVC appartient à la famille des matières plastiques. Le plastic est un mélange de
matière première appelée "résine" et divers adjuvants. Les matières plastiques tirent leur
origine essentiellement du monde végétal (houille) et animal (pétrole).

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 6
Les matières plastiques peuvent être classées selon la matière (résine) de base. Ainsi on
distingue les matières plastiques dérivées par exemple du benzène, de l'acétylène, de
l'éthylène, du méthane, du propylène, etc….
Toutes ces matières plastiques sont classées en deux grandes classes:
- la classe des thermodurcissables: la forme donnée aux objets est définitive, ils ne se
ramollissent plus sous l'action de la chaleur.
- la classe des thermoplastiques, à l'inverse des thermodurcissables ils peuvent se
déformer à chaud.
Les PN du PVC et du PEhD sont PN4, PN6, PN10, PN16.
Contrairement à la fonte leur diamètre nominal correspond à leur diamètre extérieur.

♦ Les canalisations en polychlorure de vinyle - PVC-


Il appartient à la classe des thermoplastiques. Il est obtenu par polymérisation du chlorure
de vinyle (résine) qui est le monomère (gazeux) de base.
Le PVC est fabriqué à base de deux matières naturelles: le pétrole et le sel.
Les tuyaux sont PVC sont fabriqués en longueur de 6m.

♦ Les canalisations en polyéthylène haute densité -PehD-


Le polyéthylène est obtenu par polymérisation de l'éthylène qui la résine de base. Les
fabricants de tubes PE utilisent deux résines (une seule à la fois).

Classe de résine Contrainte minimale requise Résistance hydrostatique à


long terme
PE 100 10 Mpa 8,0 Mpa
PE 80 8 Mpa 6,3 Mpa

 Caractéristiques des pressions


Sous le terme pression il y a lieu de distinguer les terminologies,
- du concepteur de réseau
- du fabricant (liées aux performances des produits)
- de l'utilisateur du réseau (liées au service)

Les terminologies ci-dessous sont issues du projet de norme européenne pr EN 805-


Alimentation en eau, applicables à tous les matériaux
Terminologie
Abréviation Française Anglaise
Concepteur DP Pression de calcul en Design pressure
régime permanent
MDP Pression maximale de Maximum design
calcul pressure
STP Pression d'épreuve du System test pressure
réseau

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 6
Fabricant PFA Pression de Allowable operating
fonctionnement pressure
admissible
PMA Pression maximale Allowable maximum
admissible operating pressure
PEA Pression d'épreuve Allowable test
admissible pressure
Utilisateur OP Pression de Operating pressure
fonctionnement
SP Pression de service Service Pressure
Source: Saint-Gobain PAM canalisation édition 2000

Dimensionnement d'une canalisation et/ou d'un composant de réseau


Lors du choix d'une canalisation et/ou d'un composant, il faut s'assurer que les inégalités ci-
dessous sont respectées.
- DP ≤ PFA
- MDP ≤ PMA
- STP ≤ PEA

Terminologie du concepteur
 DP- Pression de calcul en régime permanent
Pression maximale de fonctionnement de la zone de pression, fixée par le projeteur mais
non compris le coup de bélier.

 MDP- Pression maximale de calcul


Pression maximale de fonctionnement de la zone de pression, fixée par le projeteur mais
comprenant le coup de bélier et tenant compte de développements futurs.
MDP s'écrit MDPa lorsque la part de coup de bélier est fixée forfaitairement,
MDP s'écrit MDPc lorsque le coup de bélier est calculé.

 STP- Pression d'épreuve du réseau


Pression hydrostatique appliquée à une conduite nouvellement posée de façon à s'assurer
de son étanchéité.
Terminologie du fabricant
 PFA- Pression interne de fonctionnement admissible
Pression interne, non compris le coup de bélier, qu'un composant peut supporter en toute
sécurité de façon continue en régime hydraulique permanent.
 PMA- Pression maximale admissible
Pression interne maximale, y compris le coup de bélier, q'un composant peut supporter de
façon sûre en service.

 PEA- Pression d'épreuve admissible


Pression hydrostatique maximale qui peut être appliquée sur site à un composant d'une
canalisation nouvellement installée.

Terminologie de l'utilisateur
 OP- Pression de fonctionnement

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 6
Pression interne qui a lieu à un instant donné et en un point déterminé du réseau
d'alimentation en eau.

 SP- Pression de service


Pression interne fournie au point d'écoulement au consommateur.

Autres définitions du fabricant


 PN- pression nominale (au sens de la norme NF EN 545 )
Désignation numérique exprimée par un nombre utilisé à des fins de référence .Tous les
composants à brides ayant un même DN et désignés par un même PN ont des dimensions
de raccordement compatibles.
La norme NF EN 545 établit pour les tuyaux et raccords à brides, la correspondance
suivante entre PN et PFA, PMA et PEA.

DN PN10 PN16 PN25 PN40


PFA PMA PEA PFA PMA PEA PFA PMA PEA PFA PMA PEA
40 à - -- - 40 48 53
50
60 à - 16 20 25 - 40 48 53
80
100 à - 16 20 25 25 30 35 40 48 53
150
200 à 10 12 17 16 20 25 25 30 35 40 48 53
300
350 à 10 12 17 16 20 25 25 30 35 - - -
1200
1400 10 12 17 16 20 25 - - - - - -
à
2000
Source: catalogue Saint-Gobain PAM Canalisation édition 2000

8.2- Pose des canalisations


8.2.1- Profil en long
L'air est néfaste au on fonctionnement d'une canalisation sous pression. Des poches d'air se
concentrent aux points. La présence de ces poches d'air peut entraîner,
- Une réduction du débit d' eau,
- Un gaspillage d'énergie,
- Des risques de coup de bélier.
Le tracé de la canalisation doit être établit de manière à faciliter le rassemblement de l' air
en des points hauts bien déterminés où sont installés les appareils assurant son évacuation.
Il convient de prendre les précautions suivantes:
 Donner de la pente à la canalisation pour faciliter la montée de l' air (la conduite idéale
est à pente constante: 2 à 3mm/m représente la pente minimale souhaitable).
 Eviter de multiplier à l'excès les changements de pente par suite du relief du terrain
surtout pour les grands diamètres nominaux.
 Quand le profil est horizontal, créer autant que possible des points hauts et des points
bas artificiels, afin d'obtenir une pente de:

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 6
- 2 à 3mm/m dans les parties montantes,
- 4 à 6mm/m dans les pentes descendantes.

Croquis page 144 PAM

Un tel profil, à montées lentes et descendantes rapides facilite le rassemblement de l'air aux
points hauts tout en s'opposant à l'entraînement éventuel des poches d'air. Le profil inversé
est déconseillé.
 Installer:
- Un appareil d'évacuation d'air à chaque point haut,
- Un appareil de vidange à chaque point bas.

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 6
8.2.2- Techniques de pose des canalisations
Définition des quatre types de pose selon catalogue Saint – gobain PAM 2001
Type de pose Type 1 Type 2 Type 3 Type 4
DN fonte DN ≤ 600 600 < DN ≤ 2000 DN ≤ 1400 DN > 1400 DN ≤ 600 DN > 600

Illustration de la
pose

Lit de pose Fond de fouille nivelé Fond de fouille nivelé Lit en matériaux sélectionnés Lit en matériaux sélectionnés

Zone de remblai(2)
-Groupe de sol 4 3 3 1
-Compactage Non compacté Compacté contrôlé Compacté contrôlé Compacté contrôlé
-Es(bar) <3 7 10 20
Choix des Les matériaux d'enrobage utilisés (sélectionnés ou non) directement en contact avec la canalisation doivent être exempts d'éléments
matériaux rocheux ou corrosifs.
Les cas définis ci-dessus s'entendent sans nappe phréatique ni blindage de tranchée.

Le modèle de calcul utilisé tient compte de :

- 6 groupes de sols, voir tableau 1,


- 3 niveaux de qualité du compactage, voir tableau 2 et (s'il y a lieu) de I'influence :
◊ .de la nappe phréatique sur les paramètres de sol
◊ .des conditions de retrait de blindage en fonction de la largeur de la tranchée,
◊ .des charges roulantes (système Bc : croisement de deux camions de 30 tonnes chacun sur 3 essieux).

Ouvrages constitutifs des ouvrages des systèmes d'AEP/ Adductions, réservoirs, distribution. - Tirage avril 2005 6
Tableau 1 : Caractérisation des sols dans la pose des conduites
Groupe de sol Description sommaire
1 Sables et graves propres ou légèrement silteux (éléments inférieurs à 50 mm)
2 Sables, graves, silteux ou moyennement argileux
Argiles à silex et à meulière. Eboulis. Moraines, roches altérées, alluvions
3 grossières avec pourcentage de fines élevé
4 Limons, sables fins, arènes, argiles, marnes plus ou moins plastiques (Ip < 50)
5a (*) Argiles et marnes très plastiques (Ip > 50). Matériaux organiques, solubles ou
Polluants
Roches évolutives: craie, grès, schistes... Sols composites (argiles à meulières et
5b (**) à 5 b (**) silex, éboulis, moraines, roches altérées, alluvions grossières, avec
éléments pouvant dépasser 250 mm. Graves propres, roches non évolutives
avec éléments > 50 mm.
(*) Ces matériaux ne sont utilisables ni dans la zone d'enrobage, ni dans la zone de remblai (I).
(**) Ces matériaux non utilisables dans la zone d'enrobage peuvent parfois être utilisés dans la
zone de remblai (1).

Tableau 2 : Module de réaction du remblai (Es)en fonction du compactage et du type de sol.


Non Compacté Compacté contrôlé et
compacté contrôlé vérifié
Groupe de Es Es Es
sol MPa Mpa Mpa
1 (+) 0.7 2 5
2 (+) 0.6 1.2 3
3 (+) 0.5 1 2.5
4 (+) < 0.3 0.6 0.6
5b (++) 0.7 2 5
(+) Zone d'enrobage ou zone de remblai (1).
(++) Uniquement pour la zone de remblai (1).

Exemples de dimensions de tranchée ( selon EDM – SA au Mali ):


Diamètre extérieur (mm) Largeur de la tranchée (m) Profondeur de la tranchée (m)
63 0.60 1.10
90 0.60 1.10
110 0.60 1.10
160 0.60 1.10
200 0.80 1.10
225 0.80 1.10
315 0.80 1.15

Exemple : Hauteurs de couverture admissible de tubes en fonte selon la norme ANSI A 21 – 50 – 81

7
Conditions de pose
Classe
DN Type 1 Type 2 Type 3 Type 4 Type 5
K SCR CRm CR SCR CRm CR SCR CRm CR SCR CRm CR SCR CRm CRM
M M M M
100 9 13.5 0.8 13.5 15.6 0.8 15.6 17.8 0.8 17.8 22.1 0.8 22.1 28.7 0.8 28.7
125 9 9.6 0.8 9.6 11.3 0.8 11.3 13.1 0.8 13.0 16.6 0.8 16.5 22.1 0.8 22.1
150 9 7.3 0.8 7.2 8.8 0.8 8.7 10.3 0.8 10.3 13.4 0.8 13.4 18.6 0.8 18.6
200 9 4.9 1.0 4.7 6.2 0.8 6.1 7.5 0.8 7.4 10.2 0.8 10.2 15.2 0.8 15.1
250 9 4.0 1.0 3.8 5.3 0.8 5.1 6.6 0.8 6.5 9.2 0.8 9.1 14.1 0.8 14.1
300 9 3.7 1.1 3.4 4.9 0.8 4.7 6.2 0.8 6.1 8.8 0.8 8.7 13.8 0.8 13.7
350 9 3.5 1.1 3.1 4.7 0.8 4.5 5.9 0.8 5.8 8.5 0.8 8.4 13.5 0.8 13.5
400 9 3.3 1.1 2.9 4.5 0.8 4.3 5.7 0.8 5.6 8.3 0.8 8.2 12.9 0.8 12.8
450 9 3.2 1.1 2.7 4.3 0.8 4.1 5.5 0.8 5.4 8.1 0.8 8.0 11.8 0.8 11.7
500 9 3.1 1.2 2.6 4.2 0.8 4.0 5.4 0.8 5.3 8.0 0.8 7.9 11.0 0.8 10.9

Légende :
SCR : Sans Charges Roulantes : hauteur de couverture maximale en mètres
CRm : Avec charges roulantes ( roue de 10 t ) : hauteur de couverture minimale en mètres
CRM : Avec charges roulantes ( roue de 10 t ) : hauteur de couverture maximale en mètres

8.2.3- Nettoyage, désinfection et mise en service des conduites


La pose est terminée. Grâce aux soins apportés aux travaux, la canalisation va devenir un outil de
transport sûr, économique et durable.
Malgré toutes les précautions prises, la propreté est insuffisante ; elle contient toujours de la terre ou
des pierres, qui en se déposant dans les appareils de robinetterie, de fontainerie peuvent gêner leur
manœuvre, détériorer les sièges et les clapets de retenue. Avant la mise en service définitive du
réseau d’eau potable, il convient donc d’effectuer correctement :

Nettoyage et désinfection des conduites


Les conduites neuves ou remaniées doivent être lavées intérieurement au moyen de procédés
adéquats.
Pour les conduites d’alimentation en eau potable, ces lavages sont répétés jusqu'à ce que la turbidité
de l’eau soit inférieure au minimum admis par les normes et règlements en vigueur pour la qualité
des eaux destinées à la consommation humaine. Il est ensuite procédé à la désinfection et au rinçage
des conduites, aux prélèvements d’eau pour le contrôle conformément aux instructions en vigueur.
La désinfection peut s’effectuer soit au chlore, soit au permanganate de potassium. Il faudra obtenir
aux extrémités une coloration violacée pour le permanganate de potassium ; une teneur de 5 mg/l
de chlore.
Il est impératif de respecter un temps de contact minimum pour l’opération de désinfection, fonction
du produit utilisé et de la dose introduite.

Doses de désinfectants en fonction du temps de contact

7
Désinfectant utilisé Temps de contact minimum en heures Dose correspondante(mg/l)

24 10
Chlore ou hypochlorite 1.2 50
0.5 150
instantané 10000

Permanganate de potassium 24 50

Lorsque le réseau désinfecté a été convenablement rincé, des prélèvements de contrôle sont faits
immédiatement par un laboratoire agrée. Si les résultats sont défavorables, l’opération est
renouvelée dans les mêmes conditions.

8.2.3.2- Mise en service des conduites


L’opération de désinfection terminée, il faut procéder au rinçage du réseau à l’eau claire et au
remplissage pour la mise en consommation.

8.2.3- Dossier de recolement


Les dossiers de récolement comprennent sous forme reproductible ( calque, document informatisé),
les documents suivants :

Le plan de recolement
Le plan de recolement est la restitution sur papier à une certaine échelle du réseau tel qu’il a été
réalisé. Il se doit d’être une copie conforme du chantier. Il est donc indispensable de posséder les
plans du réseau à différentes échelles :

 Le plan général du réseau à l’échelle du plan d’assemblage des plans cadastraux (1/10 000
ou 1/5 000), ou sur carte IGN au 1/25 000, suivant la taille du réseau, représentant le schéma
général du réseau avec les interconnections et les conduites principales.

 Les plans de réseau aux échelles cadastrales ( en utilisant pour les agglomérations les fonds
de plans fournis : plans à moyenne échelle(1/5.000ème ou 1/2000ème) représentant une partie
du réseau sur lesquels est représenté l’ensemble des conduites, les robinets vannes, les
ventouses, etc. avec la nature, le diamètre et l’année de pose des canalisations.

 Les profils en long mis à jour, ou la mention portée sur les plans ci-dessus des cotes NGF
des ouvrages et du sol pour les points singuliers ;

 Les croquis de repérage à grande échelle ( 1/500ème ou 1/200 ), avec triangulation comportant
les indications suivantes :
− distances des angles et points spéciaux par rapport à des repérages fixes ;
− emplacement des appareils de robinetterie, fontainerie, accessoires et appareils divers ;
− position des ouvrages existant au voisinage du tracé ;
− renseignements utiles sur les traversées spéciales.
Les repères retenus pour cette triangulation doivent être fixes et immuables
N.B.: il est recommandé à cette étape de procéder à une numérotation des points
particuliers(nœuds).

7
ETSHER 96-97 EXAMEN H.U (14pts) 2ème Partie date 14/12/96
21ème Promotion Durée 2h 30 Prof Bèga OUEDRAOGO

DOCUMENTS AUTORISES
EXERCICE Ι
Le réseau de distribution d’une ville est alimenté par une conduite de transport en fonte ductile
DN 250 mm, d’une longueur de 2500 m.
Suite à un accroissement de la consommation, il est constaté une baisse de pression en divers points.
L’analyse technique a montré qu’il fallait relever la pression de 5 m au point A, en tête de réseau.

Réservoir 360 m = Zmin.du plan d’eau

FD DN 250 mm
FD DN 150 mm

A( Z TN = 315m)

Les relevés du compteur placé à la sortie du réservoir ont donné (jour de pointe) la répartition
ci-après de la consommation
Heures Index du Heures Index du Heures Index du
3 3
compteur(m ) compteur(m ) compteur(m3)
0 570 12 1625
6 615 13 1735 19 2205
7 728 14 1853 20 2242
8 840 15 1931 21 2280
9 1065 16 2010 22 2318
10 1290 17 2089 23 2344
11 1515 18 2168 24 2370
1- Le réservoir est alimenté par refoulement: temps de pompage =20 heures/jour. Déterminez pour
le refoulement les diamètres commerciaux que donnent les différentes formules. Vous bénéficiez
d’un concours financier pour les investissements; quel diamètre retiendrez vous? Justifiez votre
choix.
2- Déterminer le coefficient de pointe horaire.
3- Quelle est la valeur de la pression en A à l’heure de pointe?

7
Pour relever cette pression, on pose une deuxième conduite (en parallèle) en fonte DN 150 mm sur
2500 m.
4- Quels sont les débits dans les différentes conduites, si l’on veut une pression de 31 m en A ?
N.B: Les conduites sont revêtues intérieurement de ciment centrifugé:
Ks de Manning Strickler = 100.
EXERCICE ΙΙ
1- Dimensionnez le réseau en aval du point A. Le réseau est constitué de canalisation PVC PN 6:
Ks=120; (les débits représentés sont ceux de l’heure de pointe)

2- Donnez les pressions aux différents noeuds.


0.60 m / s ≤ V ≤ 1.20 m / s
20 m ≤ Pression ≤ 60 m
Pression en A = 31 m

3- Donnez les vitesses dans les différents tronçons sachant que:

Tronçon R-A A-B B-C B-F C-D C-E

Cote TN point aval(m) 315 314 313 311 315 312

Longueur tronçon(m) 2500 500 450 475 400 425

70.00l / s

A
10 l / s D 3l/s

2l/s

3l/s
B C
4l/s

3l/s 3l/s
F

E 5l/s
Vers une cité

7
La répartition journalière de la consommation d’une ville celle représentée dans le tableau ci-dessous:
Période Débit instantané ( q/h )
0h à 6h 0.125
6h à 7h 1.060
7h à 11h 3.000
11h à 16h 0.660
16h à 18h 2.000
18h à 22h 0.660
22h à 24h 0.125

- q est le débit moyen distribué par heure;

Calculer le coefficient de pointe horaire

7
1- Déterminez par la méthode qui vous convient la capacité utile (Cu) du réservoir
2- Déterminez la capacité totale (Ct) du réservoir: vous prendrez Vinc =120m3 - Qadd x ∆t.
3- Vérifiez les contraintes de temps de séjour minimum et de temps de séjour Maximum.

N.B: Pour les questions 2 et 3 , justifiez le choix de Qadd.

REMARQUES
POUR L’EXERCICE I LA CONDUITE DE REFOULEMENT EST EN FONTE DUCTILE.

LES DIAMÈTRES NOMINAUX DE LA FONTE DUCTILE SONT ENTRE AUTRES (en mm )


:

----------------------------100 . 125 . 150 .200 . 250 . 300 . 350 .---------------------

ETSHER 97 - 98 22ème Promotion Professeur : B. OUEDRAOGO


SERIE D'EXERCICES D'EXAMENS

EXERCICE I
Le système d’AEP de l’ETSHER comporte un réservoir qui dessert essentiellement une cuisine et
un dortoir à un étage (point de desserte 3 ) d’une part et un dortoir à deux étages (point de desserte
4) d’autre part.
Côte minimale exploitable de plan d’eau Zmine dans le réservoir: 305.90m
Côte maximale exploitable de plan d’eau Zmaxe dans le réservoir: 307.60m
Tronçon 1-2 2 -3 2-4

7
Longueur (m) 100 65 12
TN extrémité (m) 296.50 294.75
PS extrémité (m) 7 9.80
La répartition de la consommation du jour de pointe est donnée par le graphique en annexe
1°/ Calculez le coefficient de pointe horaire et dimensionnez les tronçons 1 - 2; 2 - 3;
puis 2 - 4. pour Zmine
2°/ Dans quel cas observe t-on les pressions maximales aux points 3 et 4?
3°/ En réalité la côte TN au point 4 est de 295.50. A quelle côte dans le réservoir devrait-on caler
l’électrode de démarrage de la pompe alimentant le réservoir pour garantir une PS de 9.80m à
l’heure de pointe (au point 4 )? 1

3
Q 3Q/5

2 2Q/5
4
EXERCICE II
Le réseau schématisé ci-dessous alimente 4 points de desserte (4,5,6,7) à raison de 5l/s par point.
Les côtes TN de chaque nœud et les pressions de service minimales sont celles indiquées dans le
tableau ci-après. Les conduites sont en PVC
Tronçon 1-2 2-5 2-6 2–3 3-7 3-4
Longueur 500 500 1000 500 1000 500
TN extrémité 110 105 100 105 100 102
PS extrémité 5 10 10 5 10 10
Le réservoir est à construire au point 1 où la côte TN est 137.33m
1°/ Calculez les diamètres des canalisations dans les tronçons et proposez des diamètres standard;
donnez les vitesses qui en découlent.
2°/ Quelle côte retenez vous pour le plan d’eau minimal exploitable -Zmine-? Pourquoi?
3°/ Déterminez les pressions qui découlent de votre choix de Zmine

1
2
5 6

3
7
4

EXERCICE III
Pour l’alimentation en eau d’une ville dont les besoins journaliers de pointe sont de 3456m3
(écoulement en 24 heures), il est prévu le captage d’une source située sur un plateau.
L’aménagement de la source comporte un trop plein permettant une côte constante de plan d’eau de
363,27m. Le débit de la source est supérieur au débit capté.
Une canalisation en fonte revêtue -KS = 90- relie l’ouvrage de captage de la source à une bâche
L’eau de la bâche est ensuite refoulée vers un réservoir.
Tronçons S -A A–B B-C C-D
Côte T.N extrémité (m) 346.27 346.27 346.27 342.27
Longueur(m) 500 700 300 500

7
1- Dimensionner la conduite d’adduction et vérifiez la position de la ligne piézomètrique par
rapport au sol.
2- L'on dispose d'un important stock de canalisations fonte revêtue de diamètre 200 mm
sachant qu’en tout point la côte piézomètrique doit être supérieure ou égale à la côte du TN, quelle
est la longueur maximale de canalisation DN 200 mm qui puisse être utilisée en série avec du DN
250 mm.

EXERCICE IV
Le projet d’AEP de la ville de Sourgbila prévoit entre autres les installations ci-après.
. Une station de pompage qui refoule 150m3/h dans une tour de répartition
. Une conduite en fonte revêtement ciment (12 000m) qui relie la station de pompage à la tour
. Une tour de répartition qui dessert gravitairement deux décanteurs
. Deux conduites en fonte revêtement ciment qui relie chacune la tour à un décanteur
. Un décanteur de 100m3/h
. Un décanteur de 50m3/h

323,00m

∇305,00m ∇ 316,00m

100m3/h

∇315,00m

50m3/h

Il est demandé de dimensionner chacune des trois conduites ( retenir des diamètres commerciaux
après le dimensionnement). Pour les cas où il existe plusieurs voies de calcul, les utiliser toutes puis
commenter les résultats.

En raison des nombreuses pièces de raccord et des robinetteries les pdc singulières seront prises
égales à 10% des pdc linéaires.

7
EXERCICE VI
Un réservoir alimente un réseau de distribution suivant le schéma ci-après:

R
6
5l/s

4 7l/s
15l/s 5
1 2
10l/s

N.B. les débits ponctuels sont ceux de l’heure de pointe

Données:
La côte du plan d’eau dans le réservoir est supposée constante et égale à la minimale exploitable
-Zmine-
Quand la vanne installée immédiatement en aval du point 1 est complètement fermée, le
manographe (en 1) indique une pression de 32,50 m.
Conduite reliant le réservoir - R - au point 1 : PVC Di 294 mm de longueur 2000m ; elle n’assure
pas de service en route.

Tronçons L (m) Di (mm) TN aval


R–1 2000,00 294,0 280,00
1–2 500,00 294,0 278,00
2–3 600,00 75,8 275,00
2–4 400,00 224,8 270,00
4–5 200,00 92,4 268,00
4–6 450,00 92,4 242,70

Il n’y a pas de compteur sur le tronçon R - 1 . Toutefois, un manographe installé au point 1 a donné
le manogramme joint;
Le réseau de distribution comporte des consommations réparties proportionnelles aux longueurs des
tronçons et des consommations ponctuelles. Il est constitué de canalisations PN 6.
1°/ - déterminer à partir du manogramme le débit minimal et le débit maximal observés dans le
tronçon R-1. -A quoi correspond ce débit maximal?

Quel que soit le débit maximal trouvé, on prendra pour la suite un débit maximal de 70 l/s.

2°/ donner les pressions minimales et maximales aux points 2, 3, 4, 5 et 6;


Analyser les résultats (pressions) obtenus: quels risques court ce réseau ?

N.B: Les p d c singulières seront négligées.

7
EXERCICE VII

Les ouvrages de mobilisation des eaux souterraines pour l’AEP du village de Kindi sont représentés
sur le schéma ci-dessous.
Dimensionner les tronçons F2 – I , F1 – I, I – Bâche, Bâche – réservoir R , Réservoir R – Poteau
d’incendie

EXAMEN POUR ABSENTS EXCUSES / 98

EXERCICE I
Un système d’approvisionnement en eau potable comporte les installations ci-dessous.
1°)-a- donnez le plus petit diamètre commercial qui puisse assurer le transport du débit de 216m3/h;
Les pertes de charge singulières sont supposées nulles.
-b- pour ce diamètre et pour ce débit (216m3/h obtenu après réglage de la vanne placée à l’entrée de
la bâche) donnez la côte piezométrique immédiatement à l’entrée de la vanne.

2°) dimensionnez la conduite R2 - R3 (pour le débit de 216m3/h) pour l’installation de la pompe


dont la courbe caractéristique est jointe. Les pdc singulières sont prises égales à 10% des pdc
linéaires.
N.B.
Les conduites sont en béton centrifugé R1 - R2 : 3000m R2 - R3 : 9000m
Les plans d’eau sont supposés constants dans les réservoirs.

EXERCICE II
Un projet de système d’approvisionnement en eau d’une ville comporte entre autres les installations
ci-après.
.des ouvrages de captage d’une source;
.une conduite d’amenée gravitaire des eaux de la source vers des installations de traitement;
.des installations de traitement (aération, désinfection ) et de stockage (bâche) d’eaux traitées
.des installations de pompage des eaux traitées vers un réservoir
.une conduite d’adduction reliant l’usine au réservoir
.une conduite de distribution allant du réservoir vers le réseau de distribution

Les besoins journaliers (période de pointe) de la ville sont de 1800 m3 (il est supposé qu’il n’y a
pas de perte ni au traitement ni aux adductions, ni à la distribution).

Le pompage de la bâche vers le réservoir se fait en 18h 00: de 06h 00 à 24h 00.

La répartition prévisionnelle de la consommation est la suivante:

8
Période. Consommation. Période. Consommation.
00h - 06h 0,00q 14h - 18h 1,05q
06h - 08h 1,60q 18h - 22h 0,6q
08h - 11h 3,00q 22h - 24h 0,35q
11h - 14h 1,5q

1°) avec quel débit dimensionneriez vous la conduite reliant la source à l’usine de traitement?
2°) quel est le coefficient de pointe horaire de consommation de la ville?
3°) dimensionnez la bâche;
4°) dimensionnez le réservoir (sans prise en compte de la réserve incendie): vérifiez et commentez
le temps de séjour ;
5°) avec quel débit dimensionneriez vous la conduite de distribution (3km) allant du réservoir au
réseau de distribution?

ETSHER 1999 - 2000 EXAMEN H.U N°2 - 2ème Partie (14 pts) Date : 20/12/99
24 ème Promotion Durée 2h 30 mn Prof Bèga OUEDRAOGO

DOCUMENTS AUTORISES

EXERCICE N°I

R 5 l/s
5 6

3 4

1 2

7 9

Le réservoir R sur le schéma ci-dessus alimente un réseau de distribution composé comme suit :
. 5 km de conduites principales sur lesquelles aucun branchement n’est autorisé

8
. 20 km de conduites assurant la desserte des habitations (service en route).

Les consommations moyennes de la ville sont estimées à 24 000m3 / jour. 80 % de cette


consommation sont desservis le long des conduites comportant des branchements.
Les coefficients de pointe journalier et horaire sont estimés respectivement à 1,05 et 1,5
Il vous est demandé de calculer les débits de dimensionnement des tronçons
R - 1 ; 1 - 2 ; 1 - 3 ; 3 - 4 ; et 3 - 5.

Données :

Tronçons R-1 1–2 1-3 3 -4 3–5


Longueur (ml) 1500 600 700 800 550

EXERCICE N°ΙΙ
Les consommations en eau de la ville de BOBO-DIOULASSO sont estimées à 44 400 m3/j (jour de
pointe pour l'horizon 2007 ).
Le pompage vers les différents réservoirs se fait en 24 heures
La répartition horaire de la consommation est la suivante :

Période. Consommation. Période. Consommation


0h → 5h 0.19 q 16 h → 18 h 1.45 q
5h → 8h 1.25 q 18 h → 20 h 1.00 q
8h → 10 h 1.00 q 20 h → 24 h 0.80 q
10 h → 16 h 1.50 q
q est le débit moyen horaire de consommation

Après l’exécution du projet de renforcement du système actuel d’AEP la capacité totale de stockage
des différents réservoirs de la ville est de 10 500m3 ; vérifiez que même au-delà de 2007, la ville ne
connaît pas de problème de stockage

EXERCICE N°ΙΙΙ

PHE = 487.00 m

R1
478.50 m
PBE = 482.00 m
R2

473.50 m

∅ 600

8
Le réservoir R1 est relié au réservoir R2 par une canalisation en fonte ductile ∅ 600 mm d'une
longueur de 12 km avec ks = 105 k = 0.1
Un service en route est assuré

1. A quel débit maximal peut-on s'attendre à l'arrivée en R2 ?


2. A quelles périodes de consommation peut-on espérer ce débit ?
3. Que dit-on de R1 et R2 ?

8
PROBLEME
Il vous est demandé de dimensionner le réseau de distribution ( canalisation en PVC ks = 120 ) d’un
système simplifié d’AEP pour l’équipement d’un gros village de 3000 habitants. Les informations
disponibles sont celles ci-dessous.
• Il est retenu un mode de distribution par point d’eau collectif (Borne fontaine BF)
• Les plans des bornes fontaine montrent que les robinets de puisage sont à 1,00 m au-dessus du
sol
• Les enquêtes socio économiques prévoient qu’il faut en moyenne 30 litres d’eau par jour et par
habitant pour la couverture de l’ensemble des besoins moyens journaliers du gros village.
• La pression minimale exigée à la sortie des robinets est de 4,00 m
• Les bornes fontaines sont implantées sur la base de 500 habitants par borne fontaine
• En sus des BF. ci-dessus il sera construit une au marché du village
• Les besoins moyens journaliers seront fournis aux populations en 6,00 heures par jour
• Le coefficient de pointe journalier sera pris égale à 1,00

1°/ Donnez le débit minimal exigé à chaque B.F ( donner le résultat en l/s) : déduisez le nombre de
robinets de 0,50 l/s nécessaires à chaque B.F.
0.30 m/s ≤ V ≤ 1.00 m/s Le réservoir ne devrait pas être surélevé.

2)) - L’équipement minimal retenu pour chaque B.F. est


. un robinet de 0,50l/s pour les usagers prenant l’eau dans des seaux ou bassines
. un robinet de 0,80l/s pour les usagers et revendeurs prenant l’eau dans des fûts.

2°/ Dimensionnez le réseau alimentant les B.F. (le réseau doit permettre le fonctionnement maximal
et simultané des B.F. ).

3°/ Déterminez la côte minimale exploitable du réservoir


4°/ En raison de la topographie du terrain à l’emplacement du réservoir, Zmine sera élevée de
3,00m ; donnez la pression minimale qui sera observée sur le réseau. Z T.N en R = 330 m

Tronçons R- 1 1-BF1 1-BF2 BF2-BF3 BF2-BF4 BF3-BF5 BF2-BF6 BF6-BF7

Côte
TN(m)Aval 302 300 299 305 295 310 300 290

Longueur(m) 1000 1000 1200 1600 1200 1000 800 800

8
ETSHER / 26ème Promotion Examen H.U Date : 18 Juin 2001 Durée : 2 H Documents autorisés

Les installations d'AEP de Poura sont initialement conçues pour la couverture de la demande en eau
de Poura-Village et de Poura-Mine : la mine en eau brute et les cités en eau potable.
Depuis 1999 , la mine est fermée et le personnel licencié a quitté la zone. Cette situation a conduit à
une sous-exploitation des installations.
Les villes de Boromo et de Fara , situées respectivement à 30 223 m et 5.274 m de Poura manquent
de ressources. Aussi l'ONEA envisage une optimisation des installations de Poura en les utilisant
pour l’AEP de Boromo et de Fara jusqu'en 2 015.

Les études ont abouti aux besoins ci-après:

Horizon du Demande en eau du jour de pointe (m3/ j)


projet Boromo Fara Poura
2 015 630 510 660

Ι - Installations existantes:

Ι.1 - Exhaure ( prise sur le Mouhoun )


− Une pompe submersible de marque Flygt de 120 m3/h sous 25 m de Hmt.
− Une pompe submersible de marque Flygt de 90 m3/h sous 25 m de Hmt.
− Une conduite de refoulement en PVC PN 10 bars, diamètre intérieur 180.8 mm et longue
de 7 000 m.

Ι.2 - Traitement - refoulement


− Une bâche d'équilibre de 160 m3 ( mise en charge et régulation de débit du décanteur )
− Un décanteur statique à chicanes à flux horizontal conçu pour un débit maximal de 50
m3/h
− Une conduite de refoulement en PVC PN 10, diamètre intérieur 144.6 mm et longue de 2
500 m.

Ι.3 - Stockage pour la distribution:


− Un réservoir au sol d'une capacité utile de 160 m3.
♦ Ι.a - Etudiez les performances des installations actuelles par rapport à la couverture des besoins
en eau des trois villes en 2 015. Proposez des solutions techniques pour les cas de
dysfonctionnement.

ΙΙ - Nouvelles installations à réaliser pour l’horizon 2 015 (cf. schéma joint ).


ΙΙ.1 - Les réservoirs de Boromo et de Fara seront alimentés par celui de Poura.
♦ Déterminez les diamètres de conduites reliant le réservoir de Poura à celui de:
− Fara
− Boromo
ΙΙ.2 - A l'échéance de 2 015, on décide d'accroître la capacité de transport des conduites ci-dessus
retenues par la réalisation de bâches aux pieds des réservoirs ( cotes d’alimentation des bâches =
cotes T.N.). L'eau sera ensuite relevée dans ceux-ci.
♦ A quel débit maximal peut-on s'attendre dans chaque bâche ( Fara et Boromo )?

8
ΙΙΙ - Il existe à Fara un forage exécuté en 1990 dont le débit annoncé dans les banques de données du
M.E.E. est de 24 m3/h. Si l'on envisageait l'utilisation de ce forage pour l'AEP de la ville, quelles
sont les dispositions à prendre pour sa mise en exploitation?
Les statistiques de données de forages dans la zone montrent qu'en moyenne les débits sont de
l'ordre de 8 m3/h.

ΙΙΙ.1 - Pour une exploitation de 16 heures par jour, combien de forages supplémentaires devrait-on
réaliser si un débit de 10 m3/h était confirmé pour le premier?
ΙΙΙ.2 - Dimensionnez la conduite reliant un de ces nouveaux forages ( 8 m3/h ) au réservoir et
choisissez la pompe à installer sachant que:
 distance horizontale entre les deux ouvrages = 2 500 m
 forage : Cote T.N. = 260.29 m N.S. = 250.29 m N.Dmax. = 235.29 m
 Position pompe prévue = 230.29 m

N.B. :
∗ Il est prévu un fonctionnement en continu de l'ensemble des installations (Traitement -
distribution)
∗ Les vitesses d'écoulement dans les conduites ne devraient pas excéder 1.00 m/s
∗ Les conduites seront harmonisées en PVC PN 10 bars
∗ Les pertes de charge seront calculées avec la formule de Manning S. avec Ks = 120
∗ Les pertes de charge singulières seront négligées.

8
8
A . E . P . P O U R A – F A R A – B O R O M O : S C H E M A
H Y D R A U L I Q U E P R O J E T E

RESERVOIR DE POURA

T.P.: 337,08

R : 333,08

T.P. :305,29
Station de
R. :302 ;29 Traitement de POURA Exhaure
de POURA
Longueur 5 274 m
Longueur 30 223 m

T.N. : 296,29

Bâche projetée
RESERVOIR. RESERVOIR DE
DE FARA BOROMO.

T.P. :308,42

R. : 298,42

T.N. : 285,39
Légende :
T.P. = Trop - Plein Bâche projetée
R. = Radier
T.N. = Terrain Naturel
N.B. : Les cotes T.P. et les cotes d’alimentation des réservoirs peuvent être assimilées

8
LES RESEAUX DE DISTRIBUTION D'EAU: ETUDE DE CAS
Vous êtes responsable d’un centre de production et de distribution d’eau potable. Il a été décidé la
construction d’une cité à 2500m du réseau existant.
Vous devez étudier un réseau ramifié de distribution et les conditions de son alimentation à partir du
réseau existant.
Les infrastructures à réaliser sont:
- une école de 1000 élèves (externat: 5l/j/élève) comportant 4 robinets de jardin ( 0,5l/s/robinet);
-une infirmerie consommant 10m3/j à travers 4 robinets de jardin;
-un lycée de 400 élèves (externat: 10l/j/élève) comportant 6 robinets de jardin;
-trois poteaux d’incendie;
-deux mille logements comportant chacun en moyenne 7 personnes.

HYPOTHESES
. Chaque logement sera raccordé au réseau à mettre en place;
. Le coefficient de pointe journalier sera pris égal à 1,15
. La consommation moyenne sur l’année est estimée à 80l/j/personne;
. La répartition dans le temps de la consommation domestique est identique à celle ci-après;

Période Consommation Période Consommation


00h à 06h 0,1q 14h à 18h 1,05q
06h à 08h 1,5q 18h à 22h 0,5q
08h à 11h 3,0q 22h à 24h 0,35q
11h à 14h 1,5q

N.B. q est le débit moyen horaire


. La consommation domestique se fera sur les tronçons proportionnellement à leur longueur;
.L’emplacement des poteaux d’incendie est laissé à votre initiative;
. Le tracé du réseau de distribution est représenté par la figure ci-après;

I - RESEAU DE DISTRIBUTION
1 - Déterminez les débits en route des différents tronçons;
2 - Déterminez les différents débits ponctuels;
3 - Calculez les débits fictifs et les diamètres des tronçons 0,40m/s ≤ V ≤ 1,20m/s et D ≥
53mm;
4 - Après avoir retenu des diamètres commerciaux (PVC), déterminez la pression requise au point
-1- (point de raccordement au réseau existant) pour s’assurer une pression minimale de 10m en tout
point de la cité; l’altitude du point 1 étant de 310 m

II - MODE D’ALIMENTATION DU RESEAU


la pression requise au point -1- n’est pas satisfaite. Vous décider de réaliser une bâche au point -1- et de
pomper l’eau à un réservoir à construire en -A-.
Sachant que la bâche sera alimentée en continu (24h / 24h) et le pompage se fera en 16 heures,
1 - Déterminez les capacités utiles de la bâche et du réservoir (vous choisirez les périodes de
pompage);
2 - Déterminez la côte minimum -Zmine- du plan d’eau exploitable dans le réservoir
3 - Dimensionnez la conduite de refoulement par les différentes formules que vous connaissez.
Commentez les résultats.
4 - Si le réservoir était placé au point -1- ,quel diamètre proposeriez-vous entre -1- et -A? Quelle
serait alors Zmin.?

8
SCHEMA DU RESEAU DE DISTRIBUTION
1
Réseau existant

2500m
E 400m F

200m
B
A 540m 400m D 400m G

200m

330m K
C

200m

Infirmerie Ecole
H 400m I 330m 400m
J L
200m

Lycée
N 300m M 450m O

500m 350m

P 350m Q

R 400m S

450m

8
Données topographiques sur le réseau

Tronçons L(m) ZTN aval(m)

1 A 2500 305
A B 540 305

B C 200 301
B D 400 300
D E 200 295
E F 400 295
D G 400 299
A H 330 302
H I 400 301
I J 330 300
J K 200 302
J L 400 304
I M 200 295
M N 300 300
M O 450 294
M P 350 297
P Q 350 295
H R 500 296
R S 400 294
R T 450 292

9
EXERCICE SUR L’EVALUATION DES BESOINS ET DEMANDES EN EAU
Il vous est demandé de concevoir et de dimensionner les ouvrages d’un système d’AEP pour une
ville de 50 000 habitants au recensement de 1996. Les informations et hypothèses retenues pour
l’étude du projet sont:
- Échéance du projet : 10 ans comportant deux phases de 5ans chacune.
-Taux d’accroissement de la population entre 1986 et 1996 est de 3%; ce taux est supposé
constant durant l’échéance du projet;
-Date de réalisation : janvier 2005;
-Les enquêtes socio-économiques ont abouti aux conclusions ci-après:

1ère phase
60% de la population s’alimentent à la borne fontaine ( B.F)
30% de la population s’alimentent par branchement privé (B.P.)
10% de la population s’alimentent à d’autres ressources

2ème phase
55% de la population s’alimentent à la B.F
45% de la population s’alimentent par B.P

1°/ Evaluer Le besoin moyen journalier en eau: Qmj


2°/ Evaluer le besoin en eau du jour de pointe: Qpj
3°/ Déterminer le débit moyen journalier d’exploitation de la ressource: Qme
4°/ Déterminer le débit de dimensionnement de la conduite d’adduction et de l’usine de traitement:
pour 10 heures puis 20 heures de fonctionnement par jour.
5°/ Déterminer le débit Qph de dimensionnement de la conduite de distribution allant du réservoir à
l’entrée du réseau de distribution
6°/ Vérifier que la ressource constituée des eaux d’une retenue dont la courbe hauteur/volume est
jointe, peut faire face aux sollicitations du système d’AEP:

Caractéristiques de la retenue:

Courbe hauteur /volume -voir document joint

Mois Evaporation (cm) Mois Evaporation (cm)


Janvier 18 Juillet 20
Février 20 Aout 17
Mars 24 Septembre 17
Avril 26 Octobre 20
Mai 27 Novembre 19
Juin 25 Décembre 18

Les infiltrations seront négligées


La dernière pluie est observée le 30 septembre
La première pluie est observée le 15 juillet

9
T.D. sur le dimensionnement des réseaux de distribution
Soit le réseau de distribution dont la structure est représentée ci-dessous. La consommation du
jour de pointe est 1320m3 . La distribution comporte des dessertes ponctuelles et des dessertes en
route. en supposant la desserte en route uniformément répartie le long des conduites de
distribution, calculer les diamètres des tronçons et déterminer la pression minimale requise en P
si l’on veut assurer à l’heure de pointe une pression minimale de 10m en tout point du réseau..
Tronçons Longueur Côtes extrémité Qr = ql Qaval Qfictif
(m) (m) 0.55xQr + Qaval
P-A 200 205
A-B 350 205
B-C 300 204
C-D 450 204
B-E 420 203
E-F 480 204
E-G 310 203
A-I 300 204
I-J 500 204
I-K 250 203
La côte TN en P est 209m.
Cph sera pris égal à 2
P-A et R-P n’assurent pas de desserte en route
Les canalisations sont en PVC. Le diamètre minimum sera de 53mm

K 0,90l/s J

P
0,75l/s 0,75l/s

R
G 1,25l/s

F E
C

1,00l/s
0,75l/s

Nœuds D F G I J K
Prélèvement 0,75l/s 1,00l/s 1,25l/s 0,75l/s 0,75l/s 0,90 l/s
(débit moyen)

9
TRAVAUX DIRIGES

Dimensionnement des ouvrages et réseaux d'un système simplifié d'AEP

Un système simplifié d’AEP comporte, un forage 6’’, un réservoir, un réseau de distribution,


cinq bornes fontaines

1- Caractéristiques du forage:
Côte TN : 300,00m ; Côte niveau statique: 287,00m ; Profondeur du forage: 50m, Débit
d’exploitation: 6m3/h ; La partie crépinée va de la côte 265,00m à la côte 253,00m.

2- Caractéristique du réservoir:
Côte TN : 310m Cuve cylindrique de 2,50m de hauteur
Hauteur radier /sol: elle est souhaitée inférieure à 10m

3- Caractéristiques du réseau:
Canalisations en PVC Pression minimale exigée au sol de toute BF: 5,00m
Tronçons Côtes T.N. (m) Longueur BF (Nbre robinets)au
(m) point aval
Noeud Amt Noeud aval
1 - 2 310,00 303,00 500,00 BF1 2 robinets
2 - 3 303,00 302,00 1000,00 BF2 4 robinets
2 - 4 303,00 303,00 900,00 BF3 3 robinets
2 - 5 303,00 304,00 1000,00
5 - 6 304,00 304,00 900,00 BF4 2 robinets
5 - 7 304,00 303,00 800,00 BF5 4 robinets
N.B. Le débit d’un robinet est pris égal à 0,5l/s
1- Déterminer les diamètres des tronçons;

2- Déterminer la côte minimale exploitable du réservoir;

3- Calculer les pressions minimales au sol;

4- Déterminer la hauteur manométrique totale de refoulement- HMT-, sachant que la conduite


de refoulement d’un diamètre de 75,8 mm a un longueur de 700,00m. Les pertes de charges
singulières seront prises égales à 0,70m;

5- Déterminer le groupe électropompe immergé (marque Grundfos) qui convienne à


l’équipement de ce forage:
. donner la plage de variation du rendement de la pompe;
. donner la puissance utile de la pompe
. donner la puissance d’un groupe électrogène nécessaire à l’alimentation du groupe
électropompe. Cette puissance sera majorée de 20% pour tenir compte des usages connexes.

6 - Choisir le compteur à poser au niveau de chaque Borne Fontaine

7- Suite à un accroissement de la population, le débit de pompage passe à 10m3 /h. Un forage


F2 a été réalisé sur l’axe F1 - Réservoir à 300 m de F1.

9
SCHEMA DE PRINCIPE DE L’INSTALLATION ENVISAGEE

Vue en plan (non à l'échelle)

3
6

F1
F2 R 2
1 5

4 7

Légende : Forages

Réservoir

Borne Fontaine

Réseau de refoulement

Réseau de distribution

3 Numéro de nœud

9
TRAVAUX DIRIGES

DIMENSIONNEMENT DE RESEAU DE DISTRIBUTION ET D’ADDUCTION

Dans le cadre de l’AEP d’un quartier périphérique nouvellement loti de Ouagadougou,


l’ONEA a adopté pour la mise en place d’un système simplifié d’AEP.
Deux forages et un réservoir existants seront utilisés.

Les enquêtes socio-économiques menées auprès des populations ont permis :


• L’implantation de cinq (5) bornes fontaines : chaque borne fontaine comporte deux
robinets de 0,5 litre (chacun) par seconde et un robinet de 0,7 litre par seconde
• L’évaluation de la population à 6 200 habitants.

Les levés topographiques ont conduit aux données ci-après :

Nœuds F1 F2 BF1 BF2 BF3 BF4 BF5


Côtes TN 305 304 310 312 310 315 308
(m)

Tronçons F1 – I F2 – I I - R – BF1 BF1–BF2 BF1–BF3 BF3-BF4 BF3–BF5


A
L (m) 600 500 1000 600 700 600 600 600

Côtes de points caractéristiques :

Nœud A : 345,00 m (côte d’alimentation du réservoir)


Côte trop plein 344,40 m
Côte supérieure de la crépine de distribution 339,40 m : le plan
Côte minimale du plan d’eau dans le réservoir : 339,65 soit 25 cm au-dessus de la crépine de
distribution.
Côte au sol du réservoir : 33,00 m.

Caractéristiques des forage

Forage F1 : débit d’exploitation recommandé : 10 m3/heure avec un niveau dynamique à la


côte 275,00 m

Forage F2 : débit d’exploitation recommandé : 11 m3/heure avec un niveau dynamique à la


côte 280,00 m

1 – Il vous est demandé d’étudier les réseaux d’adduction et de distribution

• 1a – Le réseau d’adduction sera réalisé avec des tuyaux en PVC de la CLASSE 4. Il est
dimensionné pour le transport de l’eau dans des conditions de vitesse respectant la
condition de Flamand. Généralement, les pompes dans les deux forages fonctionnent
simultanément.
• 1b - Le réseau de distribution sera réalisé avec des tuyaux en PVC de la CLASSE 3.
. Il est dimensionné pour le transport de l’eau dans des conditions de
0,5m/s < vitesse < 1,00 m/s ;

9
. La pression au sol de toute borne fontaine doit être supérieure ou égale à 10 m même
dans la situation où tous les robinets de toutes les bornes fontaines sont simultanément
ouverts et où le plan d’eau dans le réservoir est à la côte minimale. Les pertes de charge
seront calculées avec la formule de Manning Strickler :

J (m/m) = 10,29 Q (m3 /s) / (K2s D(16/3) ) avec Ks = 120 pour le PVC et D en m

2- Il vous est demandé de déterminer les hauteurs manométriques permettant le choix des
groupes électropompes immergés devant équiper chacun des deux forages ;
Les pertes de charge seront calculées avec la formule de Manning Strickler.
Les pertes de charge sur la colonne montante allant de la pompe à la sortie du forage (point de
raccordement avec le PVC) seront prises égales à 3,00 m.

3a – La consommation au jour de pointe est évaluée à 40 litres par jour et par habitant ;
vérifiez que l’ensemble des bornes fontaine peuvent livrer la consommation en eau du jour de
pointe du quartier en moins de 10 heures.

3b – Vérifiez que pour un fonctionnement de moins de 15 heures par jour, les deux forages
peuvent livrer la consommation en eau du quartier.

Remarque :
Les pertes de charges singulières seront négligées dans tout l’exercice.

9
9
TECHNOLOGIE DES CANALISATIONS

1. Donnez les avantages et inconvénients comparés liés à l’utilisation du PVC ou de l a fonte


ductile.
2. Pour les tuyaux en PVC le DN correspond au diamètre intérieur – vrai ou faux ?
3. Pourquoi le profil en long des canalisations doit-il respecter des pentes minimales
montantes et descendantes ? donner les valeurs de ces pentes.
4. Donner les différentes opérations qui interviennent au cours et après la pose des
canalisations.
5. Vous êtes chargé du suivi et contrôle de l’exécution de travaux d’AEP, quelles seront vos
principales activités avant le commencement des travaux ?
6. Donnez un métré relatif à la réalisation de l’extension ci-après et donner des schémas des
nœuds. Donnez les différentes coupes transversales du profil de la canalisation (le terrain
est relativement meuble et homogène).

9
ETSHER 01- 02 EXAMEN H.U 2ème Partie (14pts) date 19 /06/02
27ème Promotion Durée 2h 30 Prof : Bèga OUEDRAOGO
Documents autorisés

EXERCICE I
Dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique de promotion immobilière, la commune de Zegue a
aménagé une zone de 1 200 parcelles d’habitation. Les services sociaux de base prévus dans cette zone
sont, deux écoles, un lycée avec internat, un centre médical, une garderie etc.
Pour la viabilisation de ladite zone, il vous est confié les études d’AEP.
Les informations et/ou hypothèses collectées pour la conduite de l’étude sont :
 Chaque parcelle recevra un logement abritant en moyenne huit (08) personnes
 L’ensemble des infrastructures ont une consommation équivalant à celles de cent (100) parcelles.
 La consommation au jour de pointe est de 60 litres par jour et par personne
 Le coefficient de pointe horaire est évalué à 2
 Le mode de distribution reste le branchement privé : chaque parcelle d’habitation et chaque
infrastructure seront raccordés au réseau de distribution

Le nouveau réseau de distribution de la zone sera raccordé au réseau existant par un piquage sur une
conduite en fonte DN 300mm située à 2000m
 Le nœud 1 (point de raccordement avec la conduite existante) est à une côte plus élevée de 5,00m que
le nœud 2 (point de raccordement au nouveau réseau de la zone à viabiliser).
 Les suivis de pression au nœud 1 indiquent une pression moyenne au sol de 30m aux heures de pointe
pendant les périodes de forte consommation.
 Le terrain est descendant à faible pente du réseau existant vers la zone à aménager. L’étude du réseau
montre qu’avec une pression de 20m au nœud 2 à l’heure de pointe, une pression minimale de 10m est
assurée en tout point de la nouvelle zone à l’heure de pointe.

Dimensionner la conduite d’adduction ( en PVC rigide) : préciser la PN, le DN puis les diamètres externe
et interne.
Pour le DN retenu et pour le débit de l’heure de pointe quelle est la pression attendue au nœud 2.

N.B.
. Les pdc seront calculées avec la formule de Manning Strickler :
J(m/m) = 10.29 x Q2(m3/s) / (Ks2xD(16/3) )
. Les pdc singulières seront négligées

- 99 -
EXERCICE II

Le projet d’équipement de la ville de Boussouma en ouvrages et réseaux d’AEP comporte entre autres, un
forage équipé d’un groupe électropompe refoulant l’eau dans un réservoir. La conduite de refoulement
longue de 3000m sera en PVC rigide CLASS4, DN 75mm.
Les besoins journaliers (période de pointe) de la ville sont de 90 m3 pour une population de 6000
habitants (il est supposé qu’il n’y a de perte ni aux adductions, ni à la distribution).
Le pompage du forage au réservoir se fait en 12h 00: de 05h 00 à 12h puis 14h 00 à 19h00.
La désinfection se fait par injection de chlore juste en tête de forage.

La répartition prévisionnelle de la consommation est la suivante:


Période. Consommation Période. Consommation.
m3 /h. m3/h
00h - 05h 0,00q 11h – 16h 0,2q
05h - 06h 2,00q 16h - 18h 4,0q
06h - 09h 3,00q 18h – 20h 1,5q
09h - 11h 0,5q 20h – 24h 0,00q

ZONE
1 2
AMENAGEE
q est le débit moyen horaire de consommation du jour de pointe (besoins = production = consommation)

1°/ quel est le coefficient de pointe horaire de consommation de la ville?

- 100 -
2°/ dimensionner le réservoir (sans prise en compte de la réserve incendie): vérifiez et commentez le
temps de séjour ;

EXERCICE III
Le système simplifié d’AEP du département de Kokologho a la configuration présentée sur le schéma ci-
dessous.
 Chaque borne fontaine est équipée de deux robinets de 20mm. Le débit prélevé à chaque BF est de
1litre par seconde
 La consommation du CEG est assimilée à celle de deux BF (2l/s)
 Les robinets de puisage de la BF 7 au nœud 9 sont à 1,50m au-dessus du TN
1°/ Dimensionner la conduite de d’adduction allant du forage au réservoir pour un débit d’exploitation
de 10m3 /h.
2°/ Que pensez vous de l’alimentation de la BF7 au nœud 9? ZTN en 9 = 107,24m
Dans les conditions actuelles d’équipement et d’exploitation qu’elle est la côte piezomètrique à la BF3 au
nœud 8 pour le plan d’eau au réservoir à la côte 107,60m : réservoir constamment à moitié plein.
Donner les conditions de côte du TN à la BF3 pour y avoir une pression de service ≥ 5m
N.B.
Les pdc singulières seront négligées.
Les pdc linéaires sont calculées avec la formule de Manning Strickler.

- 101 -
B
B
KOKOLOGHO
Plan de réseau d’eau

R E S E
B
B
F O

B
B
Légende :
PVC DN 90 PN 10
PVC DN 75 PN 10
PVC DN 63 PN 10
PVC DN 75 PN 10 (refoulement)

- 102 -
Z Trop plein = 108.60 m

Z Radier = 106.60 m
1

BF 1
104.10
3
m
BF 2 BF 3
9
6
8 BF 7
7
2
5 BF 5
100 m 12
13
BF 4
C.E.G.
N. 4
S.= 84.27 m BF 6
10
N 11
.D.=22.93 m
Qe = 10 m3/h

Tronçon 1 - 2 2 - 5 5 - 7 7 - 8
Longueur (m ) 6 542 492 855
DN PVC PN 10bars 90/81,4 90/81,4 90/81,4 75/67,8

- 103 -
CORRECTION

EXERCICE I
Consommation du jour de pointe
Population résidente + effet des infrastructures : (1200 +100) x8 = 10 400habitants
. Consommation du jour de pointe :
10 400 habitants x 60l/habitant = 624m3 / jour soit un débit moyen horaire de 26m3/h, soit
7,22l/s
. Débit à l’heure de pointe Qph = 7,22 x 2 = 14,44l/s
La conduite d’amenée de l’ancien réseau au nouveau réseau sera dimensionné pour le transport du débit de l’heure
de pointe.

Soit Z1 la côte TN au nœud 1 et Z2 la côte TN au point 2 : On a Z1 - Z = 5,00m


Soit P1 la pression à l’heure de pointe au nœud 1 et P2 la pression au nœud 2 à l’heure de pointe
Appliquons Bernouilli entre le Nœud 1 et le nœud 2
Z1+ (P1/ρg) + V2/2g = Z2 + (P2/ρg) + V2/2g +pdc
Z1- Z2 + 30 - 20 = pdc = 5 +10 = 15m
Le diamètre intérieur de la canalisation doit être tel que pour le débit de l’heure de pointe les pdc
n’excèdent pas 15m

Pdc ≤ (10.29xQ2 / (Ks2xD(16/3) )) x L

D ≥ (10.29xQ2 xL)/ (Ks2xpdc))(3/16) = 0,13135m = 131,35mm


Il sera retenu des canalisations PVC CLASS 3 ⇒ PN 6bars DN = 140 : Dext/Dint = 140/ 131,8

EXERCICE III

Tronçons L(m) D standard J(m) sur Somme des J Cote


tronçon depuis le Réservoir
au nœud aval

- 104 -
NOM PRENOMS
Tableau de calcul de diamètres et de la côte minimale exploitable - Calcul des pressions au sol

Tronçons L(m) Q Dth Dst J (m) R CôteTN(m) Pmine en X Z Mine (m) P en X (m) V
(l/s) (mm) (mm) Sur tronçon (extrémité aval) (m) (imposé par X) pour Max. des Zmine (m/s)
∑J
X
(1) (2) (3) (4) (5) (6)

- 105 -
- 106 -
- 107 -
DN / Dint des tubes de INERPLAST
Tubes PVC pression Tubes PE 100 Systèmes Eau
DIN 8062 / ISO 161 Din 8074 / ISO 4427
DN Dint (mm) Dint (mm)
(mm) PN6 PN10 PN16 PN6 PN10 PN16
50 46.4 45.2 42.6 - - 40.8

63 59.2 57.0 53.6 - - 51.4

75 70.6 67.8 63.8 69.2 66.0 61.4

90 84.6 81.4 76.6 83.2 79.2 73.6

110 103.6 99.4 93.6 101.6 96.8 90.0

125 117.8 113.0 106.6 115.4 110.2 102.2

140 131.8 126.6 119.2 129.2 123.4 114.6

160 150.6 144.6 136.2 147.8 141.0 130.8

180 ----- ------ ----- 166.2 158.6 147.2

200 188.2 180.8 170.2 184.6 176.2 163.6

225 211.8 203.4 191.6 207.8 198.2 184.0

250 235.4 226.2 212.8 230.8 220.4 204.4

280 ------ ------ ------ 258.4 246.8 229.2

315 296.2 285.0 267.4 290.8 277.6 257.8

355 ------ ----- ------ 327.6 312.8 290.6

400 376.6 361.8 340.6 369.2 352.6 327.2

450 ----- ----- -------- 415.4 396.6 368.2

500 ----- ----- ------ 461.8 440.8 409.0

560 ----- ------- ------ 517.2 494.0 458.2

630 ------ ----- ----- 582.0 555.8 515.4

- 108 -
BIBLIOGRAPHIE
SAINT-GOBAIN /PAM canalisation

Fascicule 71 du Ministère français

- 109 -

Vous aimerez peut-être aussi