Vous êtes sur la page 1sur 7

DdS n◦ 1 Devoir Surveillé de DdS

13/12/2004 P.A. Boucard, C. Kalck, N. Terrien


Devoir Surveillé de DdS
Durée : 2h - sans document, sans calculatrice

Thème : étude des freins V-Brake

1.1 Mise en situation


Ces vingt dernières années, les constructeurs de cycles ont cherché à destiner clairement un type de
vélo à une utilisation précise. On a ainsi vu arriver en France le Vélo Tout Terrain (VTT), puis le Vélo
Tout Chemin (VTC), et enfin le vélo Outdoor, hybride entre le VTC et le vélo de route. Parallèlement
les technologies utilisées sur les vélos classiques ont évolué. Ce contexte conduit naturellement à une
mutiplicité d’architectures de freins.
Nous allons ici nous intéresser à une architecture particulière : les freins V-Brake.

1.2 Les freins V-Brake


On donne sur la figure 1.1 une vue d’un frein V-brake monté, et sur la figure 1.2 un éclaté du système.

Jante

Fig. 1.1: Vue d’un frein V-brake assemblé

1.3 Modélisation
1.3.1 Étude d’un étrier
On étudie l’étrier 2 tel qu’il est modélisé sur la figure 1.3. Les liaisons sont parfaites, que le système
est plan et que les actions de la pesanteur sont négligeables. On considère que les actions mécaniques
du câble sur 2 sont représentées en L par :
−F −→
 
 x
T(Cable− →2) = →

0 L

1/7
DdS n◦ 1 Devoir Surveillé de DdS
13/12/2004 P.A. Boucard, C. Kalck, N. Terrien

1 - Bâti (fourche)
2 - Patin + étrier droit
3 - Patin + étrier gauche
4 - Vis d’attache du câble
5 - Tube coudé

1
5 2 2
3

1
3

Fig. 1.2: Éclaté du frein V-Brake

On suppose que la liaison entre la jante de la roue et l’étrier en M est modélisable par une liaison
ponctuelle de normale − →x . Déterminer le rapport entre les normes des résultantes des actions méca-
niques exercées en M et en L en fonction de h et c.
Déduire un résultat similaire pour l’étrier de gauche si l’on suppose qu’il est soumis à un glisseur d’axe


x à son extrémité supérieure.

3 2

c y
M

h α
N z x
1

Fig. 1.3: Schéma cinématique

2/7
DdS n◦ 1 Devoir Surveillé de DdS
13/12/2004 P.A. Boucard, C. Kalck, N. Terrien

1.4 Étude du câble et du coude


Sur les deux figures représentant le V-Brake, un tube coudé numéroté 5 est représenté. On se propose
d’étudier l’influence du coude sur le bon fonctionnement du système.

1.4.1 Cas d’un tube droit

x
Bâti (fourche)

Liaison sphère-plan
Câble Tube droit (étrier droit)
A
B C
D
Liaison sphère-plan
(étrier gauche)

Fig. 1.4: Cas d’un tube droit

On considère le cas de la figure 1.4. Le tube est supposé être en liaison sphère-plan avec le bâti à son
extrémité A et en liaison sphère-plan avec l’étrier gauche en B. Le câble est en liaison sphère-plan
avec l’étrier droit en C et soumis à une action horizontale en D, de telle sorte que :
−F −→
 
 x
T(Ext.−
→Cable) = →
− et F = 50 N
0 D
Hypothèses d’études : le système est plan, les liaisons sont parfaites et l’on néglige les actions de la
pesanteur.

Étude du câble
Déterminer les actions mécanique en C exercées sur l’étrier droit. Donner la norme de la résultante de
ces actions.

Étude du tube droit


Peut-on déterminer les actions mécaniques en B exercées sur l’étrier gauche ? Conclure sur le fonc-
tionnement du système de freinage (on pourra admettre pour répondre que les actions mécaniques en
B sont nulles, ou mieux, justifier qu’il est raisonnable de les prendre nulles).

1.4.2 Cas d’un tube coudé


On considère le cas de la figure 1.5. Les liaisons sont les mêmes que pour le cas du tube droit et les
hypothèses d’étude sont conservées.
L’action en D est alors verticale, de telle sorte que :
 −
F→

 y
T(Ext.−
→Cable) = →
− et F = 50 N
0 D
Du fait de la présence du coude, le câble et le tube coudé sont en contact. On suppose que l’action du
tube sur le câble est représentable par un glisseur au point E.

3/7
DdS n◦ 1 Devoir Surveillé de DdS
13/12/2004 P.A. Boucard, C. Kalck, N. Terrien

D y
A
Câble
Bâti (fourche)

Tube coudé

Liaison sphère-plan
E (étrier droit)

B C
Point de contact
câble/tube coudé
Liaison sphère-plan
(étrier gauche)

Fig. 1.5: Cas d’un tube coudé

Étude du câble
Déterminer les actions mécanique en C exercées sur l’étrier droit (effectuer le tracé sur le document
réponse, figure 1.9). Donner la norme de la résultante de ces actions.

Étude du tube coudé


Trouver de façon graphique les actions mécaniques en B exercées sur l’étrier gauche ? (effectuer le
tracé sur le document réponse, figure 1.9) Conclure sur le bon fonctionnement du système.

1.4.3 Bilan
À partir des deux études précédentes, conclure sur l’intérêt du coude et de la gaine reliant l’extrémité
supérieure du coude au bâti (s’il n’y a pas de gaine, la liaison sphère-plan en A n’a pas de raison
d’être...).

1.5 Matériau constituant l’étrier

Pli à 90°

Pli à 0°

Fig. 1.6: Assemblage de plis à 0◦ et 90◦

On souhaite, pour des raisons de poids, réaliser les étriers en carbone. Le choix se porte vers un stratifié
composé d’un empilage de plis unidirectionnels à 0◦ et 90◦ . Pour visualiser les plis, on présente sur la

4/7
DdS n◦ 1 Devoir Surveillé de DdS
13/12/2004 P.A. Boucard, C. Kalck, N. Terrien

figure 1.6 deux plis : en pratique, on empile jusqu’à une vingtaine de plis. Chaque pli unidirectionnel
est composé de fibres de carbone à haute raideur, noyées dans une matrice dont la raideur est plus
faible.
Ce matériau est considéré comme homogène élastique linéaire à l’échelle de la pièce pour lequel il est
utilisé.
• Quelle propriété doit encore vérifier ce matériau pour qu’il puisse être utilisé pour l’étude en RdM ?

10
-40
Z
0
-20
--10
1

0 40
X
20
20 0

-20 Y
40
-40

Fig. 1.7: Variation de la raideur en fonction de la direction


On a cherché à caractériser la raideur de ce matériau. Pour celà on imagine qu’il est constitué d’une
infinité de ressorts assemblés dans toutes les directions. On a tracé sur la figure 1.7 la variation de sa
raideur dans toutes les directions.
• Justifier la forme de la figure 1.7, en particulier, le fait que trois directions perpendiculaires soient
identifiables. Expliquer à quoi correspondent les trois directions X, Y, Z (une petite figure est la
bienvenue !).
• Ce matériau est dit orthotrope - ”ortho” venant de orthogonal. Expliquer cette dénomination.

1.6 Étude d’un patin


On considère que le patin, en contact avec la jante, peut être modélisé par une poutre au sens de la
RdM.

L (en m)

p (en N.m-1)
z
O x

Fig. 1.8: Modèle poutre pour un demi patin

• Rappeler les hypothèses géométriques que doit vérifier le patin pour être modélisé par une poutre
(on ne demande pas de valider ces hypothèses).

5/7
DdS n◦ 1 Devoir Surveillé de DdS
13/12/2004 P.A. Boucard, C. Kalck, N. Terrien

1.6.1 Modèle poutre


Compte tenu de la symétrie du patin, on modélise celui-ci par la figure 1.8. L représente la moitié de
la longueur du patin et p est la pression linéique, supposée constante, résultant de l’action de la jante
sur le patin.
• Proposer une allure de la déformée de la poutre.

1.6.2 Étude statique


Déterminer de manière analytique les actions mécaniques en O.

6/7
DdS n◦ 1 Devoir Surveillé de DdS
13/12/2004 P.A. Boucard, C. Kalck, N. Terrien

Document réponse, à rendre


Nom :
Prénom :
Groupe :

D
Câble

Tube coudé

E
B

Fig. 1.9: Construction graphique sur le câble et le tube

7/7

Vous aimerez peut-être aussi