Vous êtes sur la page 1sur 18

Génie énergétique

P. DAL ZOTTO
J.-M. LARRE
A. MERLET
L. PICAU
ex
tra
it
SOMMAIRE

1. Lois générales 5. Mécanique des fluides . . . . . . . . . . .71


en génie énergétique . . . . . . . . . . . . . .1 5.1. Statique des fluides . . . . . . . . . . . . . . . .71
1.1. Unités de mesure du système 5.2. Dynamique des fluides . . . . . . . . . . . .73

ait
international d’Unités . . . . . . . . . . . . . . .1 5.3. Circuits hydrauliques . . . . . . . . . . . . . .83
1.2. Lois générales en mécanique 5.3.1. Énergie fournie par la pompe au fluide . . . . .83
des fluides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 5.3.2. Énergie nécessaire pour la circulation
1.3. Lois générales en acoustique . . . . . . .5 du fluide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84
5.3.3. Point de fonctionnement d’une installation
1.4. Lois générales en électrotechnique . .7
hydraulique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87
1.4.1. Courant continu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7
5.3.4. Cavitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .92
1.4.2. Magnétisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8
1.4.3. Courant alternatif monophasé . . . . . . . . . . . . .9 5.4. Circuits aérauliques . . . . . . . . . . . . . . .92
1.4.4. Courant alternatif triphasé . . . . . . . . . . . . . . .10 5.4.1. Énergie fournie par le ventilateur au fluide . .92
1.4.5. Machines électriques . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 5.4.2. Énergie nécessaire pour la circulation
1.5. Erreurs et incertitudes . . . . . . . . . . . . .11 de l’air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .95
5.4.3. Point de fonctionnement d’une installation
1.5.1. Problème de la mesure d’une grandeur . . . .11
aéraulique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .96
1.5.2. Incertitude d’un résultat dépendant de diffé-
rentes mesures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11
6. Thermodynamique, cycle frigori-
2. Propriétés des solides, fique, fluide frigorigène . . . . . . . . .101
des liquides et des gaz . . . . . . . . . . .13 6.1. Principales lois
2.1. Caractéristiques et comportements 13 de thermodynamique . . . . . . . . . . . . .101

3.
tr
2.2. Tableaux récapitulatifs . . . . . . . . . . . . .15

Schémas et représentations
graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33
6.1.1.
6.1.2.
6.1.3.
6.1.4.
Définitions, généralités . . . . . . . . . . . . . . . .101
Échanges entre système et milieu extérieur .101
Équilibres thermodynamiques . . . . . . . . . .101
Travail relatif à la dilatation d’un fluide (travail
des forces de pression, travail volumétrique) 102
6.1.5. Travail total d’une machine . . . . . . . . . . . .102
3.1. Chauffage, froid et climatisation . . . .33
6.1.6. Chaleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .102
3.2. Régulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36 6.1.7. Énergie totale d’un système . . . . . . . . . . . .102
3.3. Électrotechnique . . . . . . . . . . . . . . . . . .37 6.1.8. Énergie interne d’un système . . . . . . . . . . .102
3.3.1. Symboles élémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . .37 6.1.9. Enthalpie d’un système . . . . . . . . . . . . . . .103
3.3.2. Appareillage et dispositifs de commande 6.1.10. Premier principe (principe de l’équivalence
et de protection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41
ex
ou principe de Mayer) . . . . . . . . . . . . . . . . .103
3.3.3. Appareils de mesure, lampes et dispositifs 6.1.11. Étude des gaz parfaits . . . . . . . . . . . . . . . .103
de signalisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .43 6.1.12. Deuxième principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . .108
3.3.4. Schémas et plans d’installation architecturaux
6.2. Machine frigorifique à compression
et topographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44
3.3.5. Opérateurs logiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44
monoétagée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109
6.2.1. Production de froid . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109
3.3.6. Schémas des installations électriques . . . . .45
6.2.2. Cycles frigorifiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111
6.2.3. Caractéristiques d’une installation
4. Thermique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49 frigorifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112
4.1. Transferts thermiques . . . . . . . . . . . . .49 6.2.4. Point de fonctionnement d’une installation
4.1.1. Rayonnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49 frigorifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115
4.1.2. Convection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51 6.3. Fluides frigorigènes . . . . . . . . . . . . . .117
4.1.3. Conduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53 6.3.1. Propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .117
4.1.4. Échange thermique mixte . . . . . . . . . . . . . . .54 6.3.2. Désignation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .117
4.1.5. Échangeurs de chaleur . . . . . . . . . . . . . . . . .57 6.3.3. Protection de l’environnement . . . . . . . . . .118
4.2. Combustion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61 6.3.4. Réglementation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119
4.2.1. Grandeurs caractéristiques 6.3.5. Remplacement des huiles. Remplacement
de la combustion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61 du R22 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121
4.2.2. Combustibles. Tableaux 6.3.6. Le CO2 : actualités et perspectives . . . . . .123
des caractéristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66 6.3.7. Propriétés des fluides frigorigènes . . . . . . .123

V
6.3.8. Récupération des fluides frigorigènes . . . .124 9.6.1. Moteurs asynchrones triphasés . . . . . . . . .227
6.3.9. Tables des caractéristiques 9.6.2. Moteurs monophasés . . . . . . . . . . . . . . . . .231
thermophysiques des fluides frigorifiques .126 9.6.3. Fonctionnement à régime variable . . . . . . .232
6.4. Manipulations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .147
10. Régulation en génie
7. Psychrographie. Traitement énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .235
de l’air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .151 10.1. Principe de la régulation . . . . . . . . . .235
7.1. Caractérisation de l’air . . . . . . . . . . . . . .151 10.1.1. La boucle de régulation . . . . . . . . . . . . . . .235
7.1.1. Caractéristiques des gaz parfaits . . . . . . . .151 10.1.2. Mesure et contrôle des grandeurs

ait
7.1.2. Caractéristiques de l’air sec . . . . . . . . . . . .151 physiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .238
7.1.3. Caractéristiques de la vapeur d’eau . . . . . .151 10.2. Les modes de régulation . . . . . . . . .239
7.1.4. Caractéristiques de l’air humide . . . . . . . . .151 10.2.1. La régulation « tout ou rien » (TOR) . . . . . .239
7.1.5. Grandeurs caractéristiques données 10.2.2. La régulation proportionnelle (P) . . . . . . . .240
par le diagramme de l’air humide . . . . . . . .152 10.2.3. Régulation proportionnelle en chauffage
7.2. Évolutions élémentaires . . . . . . . . . .155 et climatisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .241
7.3. Angle d’évolution d’un traitement 10.2.4. La régulation proportionnelle, intégrale
de l’air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159 et dérivée (PID) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .242
7.3.1. Détermination du point de soufflage . . . . . .159 10.2.5. Actions de sortie des régulateurs . . . . . . . .243
7.3.2. Cycles de base hiver . . . . . . . . . . . . . . . . .161 10.3. Régulation du chauffage à eau
7.3.3. Cycles de base été . . . . . . . . . . . . . . . . . . .164 chaude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .245
10.4. Régulation des équipements
8. Acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .169 de climatisation . . . . . . . . . . . . . . . . . .247
10.4.1. Évolution des grandeurs à régler . . . . . . . .247
8.1. Notions générales sur les phéno- 10.4.2. Régulation de température ambiante . . . . .248
mènes sonores . . . . . . . . . . . . . . . . . . .169 10.4.3. Régulation de température et d’humidité . .250
8.2. Transmission du son . . . . . . . . . . . . .173 10.5. Régulation des équipements de
chauffage électrique . . . . . . . . . . . . . .252
9.
tr
9.1.
9.1.1.
9.1.2.
Électrotechnique . . . . . . . . . . . . . . . .187
Production de l’énergie électrique .187
Centrales électriques . . . . . . . . . . . . . . . . .187
Les énergies renouvelables . . . . . . . . . . . .188
10.6. Régulation des équipements de froid 254

11. Réglementation thermique


et bilans énergétiques . . . . . . . . . .255
9.1.3. Autres moyens de production . . . . . . . . . . .189 11.1. Réglementation thermique 2012 . .255
9.2. Transport de l’énergie électrique . .190 11.1.1. Historique simplifié de la réglementation
9.2.1. Alimentation des installations électriques . .191 thermique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .255
9.2.2. Types de schémas de distribution . . . . . . .192 11.1.2. Indicateurs et exigences de la RT 2012 . . .256
9.3. Protection des personnes contre 11.1.3. Calculs réglementaires de la RT 2012 . . . .257
le risque électrique . . . . . . . . . . . . . . .194 11.1.4. Application et contrôle de la RT 2012 . . . .257
ex
9.3.1. Analyse du risque électrique . . . . . . . . . . .194 11.1.5. Quelques valeurs représentatives
9.3.2. Choix des mesures de protection . . . . . . . .197 de la RT 2012 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .258
9.3.3. Mesures de protection contre les contacts 11.1.6. Extraits des 5 fascicules TH-U . . . . . . . . . .259
indirects . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .201 11.1.7. Exemples d’applications . . . . . . . . . . . . . . .279
9.3.3.1. Dispositions constructives . . . . . . . . . . . . .201 11.2. Bilan de chauffage . . . . . . . . . . . . . . .281
9.3.3.2. Mise à la terre des masses métalliques 11.3. Bilan de climatisation . . . . . . . . . . . . .284
et coupure automatique par dispositif 11.4. Bilan frigorifique . . . . . . . . . . . . . . . . . .291
différentiel résiduel (DDR) . . . . . . . . . . . . .203
9.3.4. Habilitation électrique . . . . . . . . . . . . . . . . .205
9.4. Équipements électriques 12. Équipements de chauffage . . . . .303
des bâtiments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .211 12.1. Production . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .303
9.4.1. Les circuits électriques . . . . . . . . . . . . . . . .211 12.1.1. Chaudières fioul et gaz . . . . . . . . . . . . . . . .303
9.4.2. Installation électrique . . . . . . . . . . . . . . . . .212 12.1.2. Pompes à chaleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . .313
9.4.3. Détermination de la section 12.2. Émission . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .316
des conducteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .215 12.3. Eau chaude sanitaire . . . . . . . . . . . . .329
9.4.4. Sélectivité des dispositifs de protection . . .221
9.4.5. Protection contre la foudre . . . . . . . . . . . . .223
9.5. La compatibilité 13. Équipements de froid . . . . . . . . . . .333
électromagnétique . . . . . . . . . . . . . . .225 13.1. Compresseurs frigorifiques . . . . . . .333
9.6. Les moteurs électriques . . . . . . . . . .227 13.2. Évaporateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .345

VI
13.3. Condenseurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .357 17.1.1. Mesures de sécurité . . . . . . . . . . . . . . . . . .555
13.4. Détendeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .367 17.1.2. Les conducteurs et les câbles . . . . . . . . . .557
13.5. Réservoirs de liquide . . . . . . . . . . . . .371 17.1.3. Les canalisations électriques . . . . . . . . . . .559
17.2. Appareillages de protection
des circuits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .561
14. Équipements de ventilation . . . . .375
17.2.1. Commande et protection des départs . . . .561
17.2.2. Protection contre la foudre . . . . . . . . . .566
15. Équipements de climatisation . .387 17.3. Détermination des caractéristiques
des circuits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .567
15.1. Systèmes détente directe . . . . . . . . .387

ait
15.1.1. Climatiseurs individuels . . . . . . . . . . . . . . .387
17.4. Équipements de chauffage
15.1.2. Armoires de climatisation . . . . . . . . . . . . . .392 électrique des bâtiments . . . . . . . . . .569
17.4.1. Chauffage direct . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .569
15.2. Système tout air . . . . . . . . . . . . . . . . . .397
17.4.2. Chauffage rayonnant par le sol . . . . . . . . .572
15.2.1. Système à débit d’air constant . . . . . . . . . .397
17.4.2.1.Chauffage direct par câble chauffant . . . . .572
15.2.2. Systèmes à débit d’air variable . . . . . . . . .406
17.4.2.2.Chauffage mixte base + appoint . . . . . . . .574
15.2.3. Systèmes à deux conduits . . . . . . . . . . . . .406
17.4.3. Appareils de chauffage à accumulation . . .577
15.3. Systèmes tout eau . . . . . . . . . . . . . . .407 17.4.4. Chauffage par plafonds rayonnants . . . . . .578
15.4. Modules de traitement d’air . . . . . . .410 17.4.5. Chauffage par rayonnement infra-rouge . .582
15.5. Pompes à chaleur réversibles 17.4.6. Préparation de l’eau chaude sanitaire . . . .585
sur boucle d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . .413 17.5. Équipements d’alimentation
15.6. Débit réfrigérant variable (DRV) . .416 des moteurs électriques . . . . . . . . . .589
17.5.1. Les départs-moteurs . . . . . . . . . . . . . . . . .590
16. Équipements de distribution 17.5.2. Démarrage direct . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .593
des fluides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .421 17.5.3. Démarrage étoile-triangle . . . . . . . . . . . . . .595
17.5.4. Démarrage part-winding . . . . . . . . . . . . . . .597
16.1. Distribution de l’eau . . . . . . . . . . . . . .422 17.5.5. Moteurs à deux vitesses . . . . . . . . . . . . . . .598
16.1.1. Diamètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .422 17.5.6. Contrôle des démarrages
16.1.2. Pompes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .430 par gradation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .599
Vannes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .439
tr
16.1.3.
16.1.4.
16.1.5.
16.1.6.
16.2.
Schémas et réglages hydrauliques . . . . . .449
Systèmes d’expansion . . . . . . . . . . . . . . . .457
Équipements divers . . . . . . . . . . . . . . . . . .461
Distribution de l’air . . . . . . . . . . . . . . .468
17.5.7. Moteurs monophasés . . . . . . . . . . . . . . . . .600
17.6 Fonctionnement des moteurs
électriques à vitesse variable
17.6.1. La vitesse variable en chauffage, ventilation
. . . . .602

et climatisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .604
16.2.1. Diamètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .468 17.6.2. Choix des convertisseurs de fréquence . . . .605
16.2.2. Ventilateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .478 17.6.3. Pompes de circulation à débit variable . . . . .607
16.2.3. Filtres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .485
17.7. Armoires d’équipements
16.2.4. Diffuseurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .494
16.2.5. Équipements divers . . . . . . . . . . . . . . . . . .516
de puissance et de commande . . .610
17.7.1. Conception de l’équipement . . . . . . . . . . . .610
16.3. Distribution de la vapeur . . . . . . . . . .519 17.7.2. Choix de l’armoire électrique . . . . . . . . . . . .611
ex
16.3.1. Diamètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .520
17.7.3. Transformateur d’équipement . . . . . . . . . . .612
16.3.2. Équipements divers . . . . . . . . . . . . . . . . . .524
17.7.4. Appareillages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .613
16.4. Distribution des combustibles 17.7.5. Auxiliaires d’équipements . . . . . . . . . . . . . . .615
liquides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .526
16.4.1. Diamètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .527
16.4.2. Équipements divers . . . . . . . . . . . . . . . . . .531 18. Équipements de régulation . . . . .617
16.5. Distribution des combustibles 18.1. Équipements de régulation
gazeux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .533 pour le chauffage à eau chaude . .617
16.5.1. Diamètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .534 18.1.1. Régulation de la température ambiante . . .617
16.5.2. Équipements divers . . . . . . . . . . . . . . . . . .538 18.1.2. Régulation de la température de départ . . .619
16.6. Distribution des fluides 18.1.3. Fonctions de régulation en chauffage
frigorigènes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .540 à eau chaude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .622
16.6.1. Diamètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .541 18.1.4. Régulation de panneaux solaires . . . . . . . .626
16.6.2. Équipements divers . . . . . . . . . . . . . . . . . .551 18.1.5. Commande des chaudières en cascade . .627
18.1.6. Pompe à chaleur en relève de chaudière . .630
18.2. Équipements de régulation pour
17. Équipements
la climatisation et la ventilation . . . .632
d’électrotechnique . . . . . . . . . . .555 18.2.1. Centrales de traitement d’air . . . . . . . . . . .632
17.1. Mise en œuvre des installations 18.2.2. Régulateurs communicants . . . . . . . . . . . .634
électriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .555 18.2.3. Régulation d’unités terminales . . . . . . . . . .638

VII
18.3. Équipements de régulation en France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .675
pour installation de froid . . . . . . . . . .640 19.3.2. Les contraintes de production . . . . . . . . . .676
18.3.1. Régulation de la pression d’évaporation . .640 19.3.3. Moyens de production . . . . . . . . . . . . . . . .676
18.3.2. Régulation de la pression d’aspiration au 19.3.4. Coûts de production . . . . . . . . . . . . . . . . . .677
démarrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .646 19.3.5. Organisation générale de la tarification
18.3.3. Régulation de la pression de condensation 652 EDF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .677
18.3.4. Régulation de la puissance frigorifique 19.3.6. Les tarifs réglementés de vente . . . . . . . . .681
du compresseur (piston et scroll) . . . . . . . .660 19.4. Gestion de l’énergie électrique . . .684
18.3.5. Schéma d’une installation frigorifique . . . . .668

ait
20. Équipements complémentaires .689
19. Gestion technique du bâtiment .669 20.1. Énergies renouvelables . . . . . . . . . .689
19.1. La gestion technique 20.2. Récupération de chaleur sur
en génie énergétique . . . . . . . . . . . . .669 une installation frigorifique . . . . . . . .693
19.2. Conception d’une gestion technique 20.3. Tableau électrique de répartition . .697
pour équipement CVC (chauffage, 20.4. Gestion d’énergie électrique . . . . . .698
ventilation et climatisation) . . . . . . . .671
19.3. La tarification électrique . . . . . . . . . .675 Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .699
19.3.1. Fonctionnement du marché de l’électricité

tr
ex

VIII
1. Lois générales en génie énergétique
Pression absolue Pression partielle Mélange de n gaz à la pression par-
n tielle p i
LOI DE DALTON p = ∑ pi
i=1

Pa Pa

Puissance
Débit massique Variation Dh = h 2 – h1
du fluide frigo. d’enthalpie
PUISSANCE P = qm ⋅ Dh

it
D’UN COMPRESSEUR
kg J
W
s kg
Débit massique Variation
Puissance
du fluide frigo. d’enthalpie
PUISSANCE P = qm ⋅ Dh
D’UN ÉCHANGEUR
kg J
W
s kg
Débit Capacité calori- Si c = constante pour q ∈ [q1, q 2].

tra
PUISSANCE SENSIBLE

PUISSANCE LATENTE

EFFICACITÉ
D’UN ÉQUIPEMENT
Puissance

Puissance

W
=
massique fique massique
qm

Efficacité =

E =
=

kg
s

qm
c

Débit massique

kg
s
Température
(q2 – q1)
J
kg ⋅K
Chaleur latente
changement d’état changement d’état

Puissance obtenue
Lf

Puissance maximum possible


θ 2 – θ1
θ 3 – θ1
r –r
= 2 1 = 2 1
r 3 – r1
h –h
h 3 – h1
J
kg
K

Voir évolutions élémentaires.

Puissance utilisée
Rendement =
RENDEMENT Puissance absorbée
D’UN ÉQUIPEMENT
h =
[
qm h 2 – h1 ]
P
qm1 ⋅h1 + qm2 ⋅h 2 Voir chapitre 7.
h3 =
ex
qm 1 + qm 2
POINT DE MÉLANGE
DE DEUX AIRS qm1 ⋅r 1 + qm2 ⋅r 2
r3 =
q m1 + q m2

1.3. LOIS GÉNÉRALES EN ACOUSTIQUE


Période Longueur d’onde Célérité
1
T = l ⋅
PÉRIODE c
m
s m
s
Fréquence Période
1
f =
T
Hz s
FRÉQUENCE Fréquence Pulsation
ω
f =

rad
Hz
s
5
Lois générales en acoustique
Célérité Température
CÉLÉRITÉ DU SON c = 20 ⋅ T
DANS L’AIR m
K
s
Pression Masse
Intensité Célérité
efficace volumique
1
pe2 ⋅

it
INTENSITÉ ACOUSTIQUE I =
ρ ⋅c
W kg m
Pa
m2 m
3 s
Puissance Intensité Distance
PUISSANCE ACOUSTIQUE P = I ⋅ 4pr2
CHAMP LIBRE W
W m
m2
Niveau de pression Pression efficace Lg est le logarithme dans la base 10.

tra
NIVEAU DE PRESSION
ACOUSTIQUE

NIVEAU D’INTENSITÉ
ACOUSTIQUE

NIVEAU DE PUISSANCE
ACOUSTIQUE
LP

dB
Niveau d’intensité

LI

dB

Niveau de puissance

LW

dB
=

=
 p 
lg  e –5 
10 log
2⋅10 
Pa

10 log

lg 
10 log

W
Intensité
 I 
lg  –12 
10 

m2
Puissance
 P 
−12 
10 
2

Constante Surface totale Aire


d’absorption des parois d’absorption
CONSTANTE D’ABSORPTION S ⋅A
Rr =
DU LOCAL
S–A
m2 m2 m2
Aire
Coef. Surface Volume a i est le coefficient d’absorption.
ex
d’absorption
AIRE D’ABSORPTION
DU LOCAL A = S ai Si + 4m ⋅ V
m2 m2 m–1 m3
Niveau Niveau
Constante
d’intensité de puissance
RELATION ENTRE  Q 4
LI ET LW LI = LW lg 
+ 10 log + 
2
 4 π r R ρ 
dB dB
Indice Fréquence Masse surfacique Loi de Berger.
INDICE D’AFFAIBLISSEMENT R = 20 lg (f ⋅ m) – 48
ACOUSTIQUE kg
dB Hz
m2
Taux de Intensité Intensité
transmission reçue émise
1
TAUX DE TRANSMISSION t = I2 ⋅
ACOUSTIQUE I1
W W
m2 m2

6
1.4. LOIS GÉNÉRALES EN ÉLECTROTECHNIQUE
1.4.1. COURANT CONTINU
Quantité Intensité Temps Unité hors système :
ampère heure Ah.
QUANTITÉ D’ÉLECTRICITÉ Q = I ⋅ t 1 Ah = 3 600 C
C A s
Énergie Tension Quantité

it
W = U ⋅ Q
J V C
Énergie Tension Intensité Temps
ÉNERGIE W = U I t
J V A s
Énergie Puissance Temps Unité hors système :
watt heure Wh.
W = P t

tra
PUISSANCE ABSORBÉE
PAR UN RÉCEPTEUR

LOI D’OHM
J
Puissance
P
W
Tension
U
V

Résistance

R
=

=
W
Tension
U
V
Résistance
R

Résistivité

r


s
Intensité
I
A
Intensité
I
A
Longueur
Section
l
S
m
1 Wh = 3 600 J

r dépend de la nature du matériau


conducteur.

RÉSISTANCE D’UN CONDUCTEUR Ω Ω⋅m


m2
Résistance Résistance Coefficient Température Rq = résistance à la température q °C.
Ro = résistance à 0 °C.
Rq = Ro (1 + a ⋅ q) a est le coefficient de température.
Ω Ω °C
ex
Énergie Résistance Intensité Temps W est une énergie thermique.
Unité hors système :
LOI DE JOULE W = R ⋅ I2 ⋅ t calorie cal
J Ω A s 1 cal = 4,185 J
Charge Capacité Tension
CONDENSATEUR Q = C ⋅ U
C F V
Énergie Capacité Tension
ÉNERGIE EMMAGASINÉE 1
W = C ⋅ U2
DANS UN CONDENSATEUR 2
J F V
Tension Fem Résistance Intensité E est la force électromotrice du
TENSION AUX BORNES générateur.
U = E – r ⋅ I
D’UN GÉNÉRATEUR r est sa résistance interne.
V V Ω A
Tension Fcem Résistance Intensité E ′ est la force contre-électromotrice
TENSION AUX BORNES U = E′ + r ⋅ I
du récepteur de résistance interne r.
D’UN RÉCEPTEUR
V V Ω A

7
Lois générales en électrotechnique

1.4.2. MAGNÉTISME
Champ Nombre de Intensité H est le champ magnétique produit
magnétique spires Longueur
par un solénoïde (bobine) constitué
de N spires.
CHAMP MAGNÉTIQUE I
H = N ⋅
D’UN COURANT

it
A A
m m

Induction Perméabilité Champ mo est la perméabilité magnétique du


vide : mo = 4π ⋅ 10–7.
B = mo mr ⋅ H mr est la perméabilité relative du
INDUCTION MAGNÉTIQUE
A matériau.
T
m

Flux Induction Surface S

tra
FLUX D’INDUCTION
MAGNÉTIQUE

LOI DE LAPLACE
FORCE ÉLECTROMAGNÉTIQUE

TRAVAIL DES FORCES


ÉLECTROMAGNÉTIQUES

FORCE ÉLECTROMOTRICE
N
Wb

Force
F

Fem
e
f

Travail
W
J
=
=

Induction

=
B
T

=
B

Induction
B

A

Intensité
I

Flux
f
Wb


m2

Longueur
S

Longueur


m


cos a

⋅ sin a

Intensité
I
A
Vitesse
v
= distance 1.2
1
F

α
B
α

est la longueur d’un conducteur


coupant normalement une induction
I 2
B

INDUITE B à la vitesse v.
(FEM INDUITE) m
V T m
s

Force électromotrice Variation du flux


induite Variation du temps

ex
LOI DE LENZ e = –
dt
Wb
V
s
Flux Inductance Intensité
INDUCTANCE D’UNE BOBINE
f = L ⋅ I
SANS NOYAU
Wb H A

Fem Variation intensité


Inductance
auto-induction Variation du temps
FORCE ÉLECTROMOTRICE di
e = –L ⋅
D’AUTO-INDUCTION dt
A
V H
s
Énergie Inductance Intensité
ÉNERGIE EMMAGASINÉE 1
DANS UNE INDUCTANCE W = L ⋅ I2
2
J H A

8
Fluides frigorigènes

Frigorigène Formule Masse Tébullition Tcritique Pcritique Classe de Durée de vie ODP GWP
molaire °C °C Mpa sécurité ans 100 ans
Hydrocarbures
RC-270 CH2CH2CH2 (cyclopropane) 42,08 -33,5 125,2 5,58 0
R-290 CH3CH3CH3 (propane) 44,10 -42,1 96,7 4,25 A3 0  20
R-600 CH3-CH2-CH2-CH3 (butane) 58,12 -0,5 152 3,80 A3 0  20

it
R-600a CH(CH3)2-CH3 (isobutane) 58,12 -11,6 134,7 3,64 A3 0  20
R-170 CH3CH3 (éthane) 30,07 -88,6 32,2 4,87 A3 0  20
R-1270 CH3CH=CH2 (propylène) 42,08 -47,7 92,4 4,67 B3 0
Fluides inorganiques
R-718 H20 (eau) 18,02 100 374,2 22,10 A1 0 <1
R-744 C02 (dioxyde de carbone) 44,01 -78,4 31,1 7,38 A1 >50 0 1
R-717 NH3 (ammoniac) 17,03 -33,3 132,3 11,33 B2 0 <1

tra
6.3.8. RÉCUPÉRATION DES FLUIDES FRIGORIGÈNES
« À partir du 1er janvier 2010, l’utilisation d’hydrocholorofluorocarbures (HCFC) vierges est
interdite dans la maintenance et l’entretien des équipements de réfrigération et de conditionnement
d’air existant à cette date ; l’ensemble des hydrochlorofluorocarbures sont interdits à compter du
1er janvier 2015. » Extrait du règlement européen 2037/2000 paru au JOCE du 29 juin 2000, article 5.
Emballages spéciaux, systématiquement visités, nettoyés et tirés au vide.
Ils sont équipés de deux robinets (double phase) :
• 1 robinet phase gazeuse (niveau maximum de remplissage) ;
un emballage surrempli est très dangereux (les liquides ne sont pas compressibles) ;
• 1 robinet phase liquide (équipé d’un tube plongeur) ;
• 1 soupape de sécurité.

• Bouteille de récupération, bouteille de transfert


La bouteille de récupération est destinée à la récupération des fluides frigorigènes en vue de leur
régénération ou de leur destruction.
EMBALLAGES La bouteille de transfert est utilisée pour la vidange temporaire des systèmes avant remise du fluide
DE dans les installations.
RÉCUPÉRATION La masse totale de fluide frigorigène dans une bouteille occupe au maximum 80 % de son volume,
les 20 % restants permettent la dilatation du liquide.
Indications sur une bouteille :
– la tare : masse de la bouteille vide ;
ex
– le volume de la bouteille (exemple 12 l, 27 l…) ;
– la pression maximale d’utilisation : à ne pas dépasser (exemple 33, 45 bars) ;
– la masse maximale du fluide frigorigène : indiquée sur une collerette attachée à
la bouteille, en fonction du fluide.

Pour vérifier la place disponible dans une bouteille, il faut la peser.


Exemple :
Sur une bouteille de récupération de 12,5 l, on lit : tare = 7,2 kg, masse de
R134a = 10 kg. Tant que la masse de cette bouteille est inférieure à 17,2 kg
(7,2 + 10), on peut y ajouter du R134a.

• Précautions :
– Lorsque vous intervenez sur une installation, n’oubliez pas d’utiliser des gants et de porter des lunettes.
– En cas de fuite, ouvrez les portes, les fenêtres et mettez la ventilation des locaux en service.

TECHNIQUES • Performances :
DE – Préférez des flexibles, des voyants et des déshydrateurs de diamètre 3/8′′ (gain de débit d’environ
RÉCUPÉRATION 40 % par rapport au diamètre 1/4′′).
– Faites si possible un « pump down », afin d’accumuler le fluide frigorigène dans la bouteille réservoir.
– Préférez une récupération en phase liquide à une récupération en phase gazeuse, car bien plus
rapide ; mais n’oubliez pas qu’une récupération en phase gazeuse s’impose après celle en phase
liquide, afin de récupérer la totalité du fluide frigorigène. Doc. : Dehon Service

124
6. Thermodynamique, cycle frigorifique, fluide frigorigène

it
tra
ex

125
11. RÉGLEMENTATION THERMIQUE
ET BILANS ÉNERGÉTIQUES
11.1. RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012
11.1.1. HISTORIQUE SIMPLIFIÉ DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE

it
• L’évolution de la réglementation thermique au fil du temps a toujours eu pour objectifs de réduire les
consommations énergétiques des bâtiments (chauffage, eau chaude sanitaire, ventilation, climatisa-
tion, éclairage, auxiliaires, etc.), d’améliorer le confort des occupants et de lutter contre la pollution
(limiter les gaz à effet de serre).

• 1958 :
– Introduction du coefficient K (W/m2.K) permettant de définir les performances thermiques des
matériaux et des parois.

• 1974 :

tra – Suite à la première crise pétrolière mondiale de 1973, naissance en France en 1974 de la première
réglementation thermique afin de réduire la dépendance énergétique.
– La réglementation thermique de 1974 a permis de réduire la consommation énergétique en France
de 25 % par rapport à la fin des années 1950.
– Introduction des coefficients G et Gmax en W/m3.K permettant de définir les déperditions ther-
miques des bâtiments résidentiels (G ≤ Gmax).

• 1982 :
– Suite à la deuxième crise pétrolière mondiale de 1979, la réglementation thermique de 1982 a per-
mis de réduire la consommation énergétique en France de 25 % par rapport à 1974.
– Renforcement des coefficients G et Gmax en W/m3.K (G ≤ Gmax).
– Introduction des coefficients B et Bmax en W/m3.K permettant de définir les besoins thermiques
des bâtiments résidentiels en tenant compte des apports gratuits (ensoleillement, éclairage, per-
sonnes, machines, etc.) analysés grâce à des dispositifs de régulation (B ≤ Bmax).

• 1988 :
– La réglementation thermique de 1988 a permis de réduire la consommation énergétique en France
ÉVOLUTION
DE LA RT de 25 % par rapport à 1982.
DE – Transformations des coefficients G en GV en W/K (GV ≤ GVmax) et des coefficients B en BV en
1958 À 2012 W/K (B ≤ Bmax).
– Introduction du coefficient C en W/K permettant de définir la consommation d’énergie annuelle en
kWh/an de la production de chaleur pour chauffer les bâtiments (résidentiels et tertiaires) et produire
l’eau chaude sanitaire en tenant compte des rendements des équipements.
ex
• 2000 :
– La réglementation thermique de 2000 basée sur un nouveau concept a permis de réduire la
consommation énergétique en France de 20 % dans le secteur résidentiel et de 40 % dans le secteur
tertiaire par rapport à 1988.
– Les calculs réglementaires sont réalisés avec les règles Th-C, Th-E, Th-Bât qui regroupent les
règles Th-I, Th-U, Th-S.
– Règles Th-C : calcul du coefficient C en kWhEP/an qui définit la consommation d’énergie primaire
annuelle en utilisant les caractéristiques réelles du bâtiment et de ses équipements (économies
d’énergie avec C ≤ Créf). À noter que des performances minimales (valeurs garde-fous) sont
requises pour une série de composants (isolation, ventilation, chauffage, eau chaude sanitaire, etc.).
– Règles Th-E : calcul de la température intérieure conventionnelle Tic (confort en été avec Tic ≤ Tic-
réf).
– Règles Th-I : calcul de l’inertie du bâtiment.
– Règles Th-U : calcul du coefficient moyen de déperdition par transmission à travers les parois du
bâtiment (amélioration de l’isolation avec Ubât ≤ Ubât-réf).
– Règles Th-S : calcul du facteur solaire des parois du bâtiment.
– À partir de 2000, les bâtiments neufs doivent avoir une consommation énergétique inférieure à
190 kWhEP/(m2.an).

255
Réglementation thermique 2012

• 2005 :
– La réglementation thermique de 2005 s’inscrit dans la continuité de la réglementation thermique de
2000 avec des objectifs encore plus ambitieux et a permis de réduire la consommation énergétique
en France de 15 % par rapport à 2000.
– Les calculs réglementaires sont réalisés avec les mêmes règles qu’en 2000 (Th-C, Th-E, Th-Bât)
avec quelques modifications et compléments.
– Calcul du coefficient C en kWhEP/(m2.an) qui définit désormais la consommation d’énergie primaire
annuelle par m2 de surface pour une meilleure lisibilité des performances énergétiques (Cep ≤ Cep réf).

it
– En résidentiel, des valeurs garde-fous sont exigées pour les consommations de chauffage, de
refroidissement et de production d’eau chaude sanitaire des logements (Cep ≤ Cep max).
– Prise en compte et valorisation de la conception bioclimatique tant pour diminuer les besoins de
chauffage et de refroidissement que pour assurer un meilleur confort d’été.
ÉVOLUTION – Incitation au recours aux énergies renouvelables en particulier pour la production d’eau chaude
DE LA RT sanitaire.
DE – Limitation du recours à la climatisation avec une prise en compte dans les méthodes de calcul des
1958 À 2012 consommations de refroidissement.
(suite) – À partir de 2005, les bâtiments neufs doivent avoir une consommation énergétique inférieure à
150 kWhEP/(m2.an).

tra • 2012 :
– Le Grenelle de l’environnement (loi Grenelle du 03 août 2009) prévoit de diviser par 3 les consom-
mations énergétiques des bâtiments par rapport à 2005.
– Le plafond de 50 kWhEP/(m2.an) qui correspond à une valeur moyenne du label BBC (Bâtiments Basse
Consommation) de 2005 représente une référence pour les constructions neuves à partir de 2012.
– La réglementation thermique 2012 est applicable à tous les permis de construire depuis le 1er jan-
vier 2013 et permet d’envisager des bâtiments à énergie positive en 2020.
• Entre ces dates importantes de l’évolution de la réglementation thermique, différents labels ont été
mis en place avec des primes de l’état pour inciter à dépasser les limites des différentes réglementa-
tions en vigueur.

11.1.2. INDICATEURS ET EXIGENCES DE LA RT 2012


• La RT 2012 comporte 3 exigences de résultats relatives à la performance des bâtiments qui sont
exprimées en valeur absolue et non plus en valeur relative.
• « Bbio » :
– L’exigence d’efficacité énergétique est exprimée par le Bbio qui permet de caractériser l’impact de
la conception bioclimatique sur la performance énergétique du bâti du bâtiment considéré avec
Bbio ≤ Bbiomax.
– Cette exigence fixe une limite du besoin cumulé en énergie pour les composantes dépendant de la
conception du bâti (chauffage, refroidissement, éclairage artificiel).
ex
– Elle impose ainsi une optimisation du bâti indépendamment des systèmes énergétiques mis en
œuvre.
– Le Bbiomax est modulé en fonction du type de bâtiment, de sa localisation géographique, de son
altitude et de sa surface moyenne.

INDICES • « Cep »
« BBIO » – L’exigence de consommation conventionnelle maximale d’énergie primaire du bâti est exprimée
« CEP » par le « Cep » qui permet de caractériser la consommation d’énergie primaire du bâtiment considéré
« TIC » avec Cep ≤ Cepmax.
– Cette exigence porte sur les consommations énergétiques conventionnelles en énergie primaire
sur 5 usages (chauffage, refroidissement, production d’eau chaude sanitaire, auxiliaires, éclairage),
déduction faite de la production d’électricité à demeure.
– Le Cepmax est modulé en fonction du type de bâtiment, de sa localisation géographique, de son alti-
tude, de sa surface moyenne et de ses émissions de gaz à effet de serre des énergies utilisées.
• « Tic »
– L’exigence relative au confort d’été est exprimée par le « Tic » qui permet de caractériser la tem-
pérature intérieure conventionnelle du bâtiment considéré en été avec Tic ≤ Ticréf.
– Des catégories de bâtiments dans lesquels il est possible d’assurer un bon niveau de confort en été
sans avoir à recourir à un système actif de refroidissement sont définies et dépendent du type
d’occupation et de la localisation (zone climatique, altitude, zone de bruit).
– Pour ces bâtiments, la réglementation impose que la température la plus chaude atteinte dans les
locaux au cours d’une séquence de 5 jours très chauds d’été (Tic) n’excède pas une limite (Ticréf).

256
11. Réglementation thermique et bilans énergétiques

11.1.3. CALCULS RÉGLEMENTAIRES DE LA RT 2012


• La méthode de calcul Th-BCE est la nou- • Règles Th-Bât : elles ont pour objet principal de
velle méthode utilisée dans le cadre de la déterminer les données d’entrée relatives au bâti et
réglementation thermique 2012 et est totale- sont composées des :
ment différente de la précédente méthode – Règles Th-U : détermination des caractéristiques
Th-CE utilisée en 2005. thermiques utiles des éléments de construction pour

it
le calcul des déperditions par transmission à travers
• La méthode « Th-BCE » nécessite diffé- les parois du bâtiment (5 fascicules),
rentes informations d’entrée qui sont don- – Règles Th-I : détermination de l’inertie thermique
nées sous forme de règles de calcul ou de du bâtiment,
valeurs numériques. – Règles Th-S : détermination du facteur de trans-
mission solaire des parois du bâtiment,
• Bbio sans unité : – Règles Th-L : détermination du facteur de trans-
– Exigence : Bbio ≤ Bbiomax, mission lumineuse des parois du bâtiment,
– Bbiomax = Bbiomax moyen × (Mb géo + Mb alt + – Règles complémentaires : donnant les valeurs
Mb surf), tabulées des caractéristiques des parois vitrées et

tra
RÈGLES
DE LA
RT 2012
– Bbiomax moyen : valeur moyenne du Bbiomax
définie par type d’occupation du bâtiment et
par catégorie de bâtiments,
– Mb géo : coefficient de modulation selon la
localisation géographique,
– Mb alt : coefficient de modulation selon l’al-
titude,
– Mb surf : coefficient de modulation selon la
surface moyenne des logements.

• Cep en kWhEP/(m2.an) :
– Exigence : Cep ≤ Cepmax,
– Cepmax = 50 × Mc type × (Mc géo + Mc alt +
Mc surf + Mc GES),
– Mc type : coefficient de modulation selon le
type du bâtiment et sa catégorie,
– Mc géo : coefficient de modulation selon la
des correctifs associés aux baies.

• Détails des règles Th-U : elles comportent 5 fasci-


cules :
– Fascicule 1/5 « Généralités » : il est commun aux
4 autres fascicules et donne différentes informations
(références, définitions, symboles, grandeurs phy-
siques, unités, indices, conventions) et des
méthodes de calcul (caractéristiques utiles des
parois et ponts thermiques),
– Fascicule 2/5 « Matériaux » : il donne les caracté-
ristiques thermiques utiles des matériaux (conducti-
vité thermique, capacité thermique massique et fac-
teur de résistance à la vapeur d’eau),
– Fascicule 3/5 « Parois vitrées » : il décrit le prin-
cipe de calcul des caractéristiques thermiques utiles
des parois vitrées et fournit des valeurs par défaut
localisation géographique, calculées conformément aux normes correspon-
– Mc alt : coefficient de modulation selon l’al- dantes,
titude, – Fascicule 4/5 « Parois opaques » : il décrit le prin-
– Mc surf : coefficient de modulation selon la cipe de calcul des caractéristiques thermiques utiles
surface moyenne des logements, des parois opaques et des lames d’air et fournit des
– Mc GES : coefficient de modulation selon valeurs par défaut calculées conformément aux
les émissions de gaz à effet de serre des
ex
normes correspondantes,
énergies utilisées. – Fascicule 5/5 « Ponts thermiques » : il décrit le
principe de calcul des ponts thermiques et fournit des
• Tic en °C : valeurs tabulées des liaisons les plus courantes cal-
– Exigence : Tic ≤ Tic réf. culées conformément aux normes correspondantes.

11.1.4. APPLICATION ET CONTRÔLE DE LA RT 2012


• L’application de la RT 2012 permettra de • Le contrôle de l’application de la RT 2012 se fera
maîtriser les dépenses énergétiques des grâce aux dispositions suivantes :
bâtiments en portant une attention particu- – L’établissement d’une attestation de prise en
lière : compte de la RT 2012 à la demande du permis de
– au traitement des ponts thermiques, construire et à l’achèvement des travaux.
EXIGENCES – à l’étanchéité à l’air du bâtiment, – L’édition par les logiciels d’un récapitulatif standar-
DE MOYENS – aux protections solaires, disé d’étude thermique (méthode de calcul Th BCE
ET – au recours aux énergies renouvelables, 2012) qui pourra être exploité par le maître d’œuvre,
CONTRÔLE – aux surfaces minimales des baies vitrées le maître d’ouvrage, le diagnostiqueur de perfor-
(1/6 de la surface habitable). mance énergétique, les différents intervenants,
l’agent assermenté de l’État en charge du CRC
(contrôle des règles de construction).

257
19.3. LA TARIFICATION ÉLECTRIQUE
19.3.1. FONCTIONNEMENT DU MARCHÉ
DE L’ÉLECTRICITÉ EN FRANCE
Le marché de l’électricité est organisé autour de quatre grands pôles : la production, le transport, la
distribution et la commercialisation. Il est totalement ouvert à la concurrence depuis le 1er juillet
2007.

it
La production d’électricité
La production totale pour l’année
Production Transport Distribution Clients finals 2012 est de 541 TWh. EDF
(Electricité de France) pour sa
part en produit 90 % dont 82 %
Marché de gros Trading
d’origine nucléaire. Le reste de la
Commercialisation production est assuré par des
(gré à gré, Powernext…)
producteurs privés (entreprises
non nationalisées).
ORGANISA- Le transport de l’électricité

tra
TION DU
MARCHÉ
Il consiste à acheminer l’électricité jusqu’au lieu de distribution et à contrôler l’équilibre global du sys-
tème électrique. RTE (Réseau de Transport d’Electricité) est le gestionnaire du réseau public en
charge des infrastructures de transport.
La distribution de l’électricité
Elle consiste à approvisionner les clients finals. ERDF (Electricité Réseau Distribution France) et les
entreprises locales de distribution (ELD) en sont les acteurs, sous le contrôle des collectivités locales
organisatrices de la distribution publique d’électricité. ERDF gère 95 % du réseau de distribution du
territoire métropolitain. CRE (Commission de Régulation de l’Energie) est chargé de s’assurer du
comportement transparent et non discriminatoire des gestionnaires des deux réseaux (transport et
distribution).
La commercialisation de l’électricité
Elle consiste à vendre au détail aux clients finals, l’électricité produite ou achetée en gros de gré à
gré ou sur la bourse de l’électricité Powernext.

19.3.2. LES CONTRAINTES DE PRODUCTION


L’offre et la demande
Pour faire face à la demande des utilisateurs, le distributeur d’énergie (EDF) fait appel à des moyens
de production en fonction de l’heure et de la saison. La demande énergétique est caractérisée par l’ir-
régularité de la consommation qui est :
– supérieure le jour par rapport à la nuit ;
– beaucoup plus importante l’hiver que l’été, et liée à l’évolution de la température extérieure.
ex
Été Hiver
P Nuit Jour P Nuit Jour
(GW) Réservoirs
(GW) Réservoirs 100 hydrauliques
hydrauliques Turbinage
50 Fioul
Pompage
Charbon

PRODUCTION

Nucléaire
Nucléaire

10
Renouvelable 10
Autres EnR Renouvelable
0
22 h 6h 22 h 0 Autres EnR
22 h 6h 22 h

Analyse de la production journalière


Été : Nucléaire plus énergies renouvelables hydrauliques, éoliennes et solaires (photovoltaïque).
Hiver : Tous les modes de production sont utilisés suivant leur disponibilité pour faire face à la
demande des utilisateurs. Il est même parfois nécessaire d’acheter un complément d’énergie à des
pays voisins dont les pics de consommation ne sont pas simultanés aux nôtres.

675
La tarification électrique

19.3.3. MOYENS DE PRODUCTION

Puissances Énergies électriques produites


PRODUCTION D’ÉLECTRICITÉ
BILAN ÉNERGÉTIQUE installées en France par EDF Émissions
année 2012 de CO2
(MW) (%) (TWh) (%) (TWh) (%) (Mt)

it
Origine 128 660 100 541 100 500,4 100
75 % NUCLEAIRE 63 130 49 404,9 74,8 404,9 80,9 0
9% THERMIQUE (combustible fossile) 27 808 21 47,9 8,8 33,5 6,7 26,4
charbon 7 914 6 18,1 3,3 15,5 3,1 17,4

SOURCE DE dont fioul 9 374 7 6,6 1,2 6 1,2 2,3


PRODUCTION gaz 10 520 10 23,2 4,3 12 2,4 6,7
16 % RENOUVELABLE* 37 742 30 88,3 16,4 62 12,4 3,1
hydraulique 25 388 20 63,8 11,8 40 8 0

tra dont
éolien
photovoltaïque
autres EnR
*Obligation d’achat de l’électricité produite :

19.3.4. COÛTS DE PRODUCTION

200
7 449
3 515
1 390
6
3
1
14,9
4
5,6

Coûts variables (exploitation,


combustible, taxes, CO2 à 50 /t)
2,8
0,7
1,1
15

– à partir des énergies renouvelables et de la cogénération jusqu’à une puissance de 12 MW


– par EDF ou les distributeurs non nationalisés.
5
2
3
1
0,4

Analyse des coûts


de production :
0
0
3,1

– Nucléaire : c’est la filière la


plus compétitive pour la pro-
duction électrique de base.
– CCG : Cycle Combiné Gaz
100 Coûts fixes (investissement,
exploitation, taxes.)
– CPTF : Charbon Pulvérisé
avec Traitement des Fumées
– TAC : Turbine à Combus-
tion au fioul utilisée unique-
0
Nucléaire CCG CPTF ment pour les périodes de
pointe.
ex
Durée annuelle d’appel
– Nous pouvons comparer sur le graphique les coûts de production pour les trois types de centrales
MOYENS DE en fonction de la durée annuelle d’appel :
PRODUCTION • de 6000 h à 8760 h la production la plus compétitive est nucléaire.
CENTRA- • de 4700 h à 6000 h le charbon présente le coût de production le plus faible.
LISES • de 2000 h à 4700 h l’option gaz est la plus intéressante.

200

Nucléaire
100 CCG hors CO2
CPTF hors CO2
Indice 100 = référence
nucléaire en base

0
2 000 3 000 4 000 5 000 6 000 7 000 8 000 9 000
Durée annuelle d’appel (heures)

676
Véritable banque de données destinée aux étudiants (BAC PRO, BAC
STI2D, BTS, DUT, Licences et écoles d’ingénieurs), le Mémotech Génie
Énergétique regroupe les connaissances de base en thermique,
mécanique des fluides, froid, traitement de l’air, acoustique, électro-
technique, régulation. Il présente en complément des applications
industrielles à partir de documentations techniques constructeurs.
Cet ouvrage comporte également un index alphabétique, les lois
générales énergétiques, les propriétés des solides, liquides et gaz
ainsi que les principaux symboles utilisés dans la schématisation des
installations thermiques.
Cette cinquième édition actualisée tient compte en particulier des
dernières évolutions technologiques importantes dans le domaine
énergétique. Elle aborde les nouvelles réglementations concernant
la construction (RT 2012 applicable à tous les bâtiments depuis le
1er janvier 2013) et la manipulation des fluides frigorigènes.

ISBN : 978-2-206-10018-0
ISSN : 0986-4024

www.casteilla.fr