Vous êtes sur la page 1sur 60

iii

iv
PREFACE

L
e Guide National de Biosécurité et de Biosûreté en Laboratoires au Cameroun va servir
de boussole aux praticiens de Laboratoire sur les précautions à prendre lors de la
manipulation, l’acheminement ou l'entreposage des agents pathogènes touchant les
humains les animaux terrestres, des toxines voir des agents radioactifs au Cameroun. Il permet
aux laboratoires existant ou en cours de création de se conformer aux normes prescrivant les
exigences physiques en matière de confinement, opérationnelles et relatives aux essais de
vérification et de performance nécessaires.

Force est de reconnaitre qu’il s’agit ici, du premier document que le Cameroun se dote pour
réglementer les activités qui comportent la manipulation d'agents pathogènes, de toxines
et d’agents radioactifs.

Ce document met à la disposition de tous les acteurs impliqués et des chercheurs, des
renseignements dont ils ont certainement besoin pour assurer la biosûreté et le biosécurité
au sein de leurs laboratoires et dans leur environnement immédiat et lointain.

Sous la coordination du Professeur François-Xavier MBOPI KEOU, ce guide est le fruit d’une
étroite collaboration technique multisectorielle impliquant, les experts nationaux et les
partenaires au développement, notamment METABIOTA-JOHNS HOPKINS Cameroon avec un
appui financier du programme Global Health Security Agenda. Aussi, au nom du Gouvernement,
nous leur adressons nos sincères félicitations pour la détermination, et le dévouement qui
leur ont permis de produire un travail de qualité. Il est indéniable que ce guide constitue
désormais pour tous les acteurs nationaux ou extérieurs, le référentiel unique de toutes les
interventions en matière de biosécurité et de biosûreté en laboratoires au Cameroun.

v
SOMMAIRE

PREFACE.............................................................................................................................. iii
ACRONYMES ET ABBREVIATIONS.................................................................................. v
1. INTRODUCTION GÉNÉRALE...........................................................................................1
2. DEFINITION DES TERMES TECHNIQUES..................................................................... 3
3. BIOSECURITE ET BIOSURETE ENLABORATOIRES....................................................... 5
3.1. EVALUATION DES RISQUES.........................................................................................5
3.1.1. CLASSIFICATION DES MICROORGANISMES PAR GROUPE DE RISQUE............ 5
3.1.2. PROCESSUS D’EVALUATION DU RISQUE.............................................................6
3.2. CLASSIFICATION DES LABORATOIRES ..................................................................... 8
3.3. MESURES DE BIOSECURITE ET BIOSURETE.............................................................. 9
3.3.1. CONCEPTION DES INSTALLATIONS ....................................................................9
3.3.2. MESURES DE SECURITE AU LABORATOIRE ........................................................ 10
3.4. LABORATOIRE DE BASE (niveaux de sécurité 1 et 2) ...............................................10
3.4.1. ACCES.................................................................................................................... 10
3.4.2. PROTECTION INDIVIDUELLE ............................................................................... 11
3.4.3. MODES OPERATOIRES .........................................................................................11
3.4.4. ZONES DE TRAVAIL DU LABORATOIRE ...............................................................12
3.4.5. GESTION DE LA BIOSECURITE ........................................................................... 12
3.4.6. CONCEPTION ET AMENAGEMENT DU LABORATOIRE .....................................12
3.4.7. APPAREILS ET EQUIPEMENTS DE LABORATOIRE .............................................. 14
3.4.8. APPAREILS ET INSTRUMENTS ESSENTIELS DE SECURITE BIOLOGIQUE .......... 15
3.4.9. SURVEILLANCE MEDICO-SANITAIRE DANS DES LABORATOIRES DE NIVEAUX
DE SECURITE BIOLOGIQUE 1 et 2 ..................................................................................15
3.5. LABORATOIRE DE CONFINEMENT (niveau de sécurité biologique 3).....................16
3.5.1. CONCEPTION ET AMENAGEMENT DU LABORATOIRE......................................17
3.5.2. APPAREILS ET EQUIPEMENTS DE LABORATOIRE............................................... 18
3.5.3. SURVEILLANCE MEDICO-SANITAIRE DANS DES LABORATOIRES DE NIVEAUX
DE SECURITE BIOLOGIQUE 3......................................................................................... 19
3.6. LABORATOIRE DE CONFINEMENT A HAUTE SECURITE (niveau de sécurité biologique 4).... 21
3.6.1. CODE DE BONNES PRATIQUES............................................................................21

vi
3.7. REGLES DE SECURITE DES ANIMALERIES................................................................. 22
3.7.1. REGLES DE SECURITE............................................................................................ 22
3.7.1.1. ANIMALERIE – SECURITE BIOLOGIQUE NIVEAU 1.......................................23
3.7.1.2. ANIMALERIE – SECURITE BIOLOGIQUE NIVEAU 2.......................................23
3.7.1.3. ANIMALERIE – SECURITE BIOLOGIQUE NIVEAU 3.......................................23
3.7.1.4. ANIMALERIE – SECURITE BIOLOGIQUE NIVEAU 4.......................................25
3.8. REGLES DE SECURITE APPLICABLES AUX INVERTEBRES........................................ 26
3.9. RESSOURCES HUMAINES............................................................................................ 27
3.10. LES INFRASTRUCTURES.............................................................................................27
3.11. EQUIPEMENT ET MATERIEL DE BIOSECURITE ET BIOSURETE..............................27
3.12. ENCEINTES DE SECURITE BIOLOGIQUE..................................................................28
4. LES BONNES PRATIQUESEN LABORATOIRE............................................................... 31
5. PLANS D’URGENCE ET CONDUITE A TENIR EN CAS D’URGENCE.......................... 32
6. DESINFECTION ET STERILISATION............................................................................... 33
7. GESTION DES DÉCHETS ET CARCASSES D’ANIMAUX.............................................. 33
8. GESTION DES ECHANTILLONS..................................................................................... 34
9. SANTE AU TRAVAIL.........................................................................................................35
10. SECURITE DES DONNEES........................................................................................... 35
11. GESTION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS.................................................................36
12. SECURITE CHIMIQUE....................................................................................................36
13. SECURITE ET TECHNOLOGIES DE RECOMBINAISON D’ADN.................................37
14. AUTRES RISQUES.......................................................................................................... 39
15. BIOSECURITE, BIOETHIQUE ET RECHERCHE............................................................ 43
16. MANAGEMENT ET RESPONSABILITE.........................................................................44
17. SUIVI-EVALUATION DELA BIOSECURITE ET BIOSURETE EN LABORATOIRE........ 46
18. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES............................................................................ 47
19. ANNEXE: EQUIPE DE REDACTION ET LISTE DES CONTRIBUTEURS.................... 48

vii
ACRONYMES ET
ABBREVIATIONS
AIEA : Agence Internationale de LANAVET : Laboratoire National Vétérinaire
l’Énergie Atomique LNSP : Laboratoire National de Santé
ADN : Acide Désoxyribose Nucléique Publique
ANRP : Agence Nationale de Radio MINADER : Ministère de l’Agriculture et du
Protection Développement Rural
CPC : Centre Pasteur du Cameroun MINDEF : Ministère de la Défense
CDC : Centers for Disease Control MINEPDED :Ministère de l’Environnement,
and Prevention Protection de la nature et du
CRESAR : Centre pour la Recherche en Développement Durable
Santé des Armées MINSANTE : Ministère de la Santé Publique
E. coli : Escherichia coli OIE : Organisation Mondiale de la
EGPAF : Elizabeth Glaser Pediatric AIDS Santé Animale (Office International
Foundation des Epizooties)
EPI : Équipement de Protection In- OGM : Organisme Génétiquement
dividuelle Modifié
ESB : Enceinte de Sécurité Biologique OMS : Organisation Mondiale de la Santé
GHSA : Global Health Security Agenda ORSEC : Organisation des Secours
GR : Groupe de Risque PPE : Prophylaxie Post Exposition
HEPA : High Efficiency Particulate Air PSM : Poste de Sécurité Microbiologique
HGD : Hôpital Géneral de Douala RSI : Règlement Sanitaire International
HGOPED : Hôpital Gynécologique, Obs- SLMTA : Strengthening Laboratory Mana-
tétrique et Pédiatrique de gement Towards Accreditation
Douala SRAS : Syndrome Respiratoire Aigüe
IATA : International Air Transport As- Sévère
sociation The-IDA : The Institute for the Develop-
INRS : Institut National de Recherche ment of Africa
et de Sécurité VIH : Virus de l’Immuno Déficience
ISO : International Organisation for Humaine
Standardisation
NSB : Niveau de Sécurité Biologique

viii
LISTE DES FIGURES ET
TABLEAUX

LISTE DES FIGURES LISTE DES TABLEAUX

Figure 1. Tableau 1.
Pictogramme international de danger bio- Classification des microorganismes par
logique 10 groupe de risque. 6

Figure 2. Tableau 2.
Laboratoire classique de niveau de sécurité 1 Aspects à prendre en compte au cours de
13 l’évaluation du risque dans un laboratoire 6

Figure 3. Tableau 3.
Laboratoire classique de niveau de sécurité 2 Classification des laboratoires 9
13 Table 4.

Figure 4. Niveaux de confinement des animaleries:

Laboratoire classique au niveau 3 de sécurité pratiques et équipements de sécurité 23

biologique 19 Table 5.
Equipements et instruments de sécurité
Figure 5.
biologique 28
Modèle de carte médical employée pour la
Table 6.
surveillance médico-sanitaire du personnel
Les équipements de protection individuelle
20
Table 7. 30
Figure 6.
Choix d’une enceinte biologique de sécurité
Symbole international de risque d’irradiation
(ESB) en fonction du type de protection
42
recherchée 30
Table 8.
Règles générales d’incompatibilité chimique 36

ix
x
1. INTRODUCTION
GENERALE

L
e laboratoire est un environnement tributaire de la bonne technique microbio-
sensible et complexe dont les services logique et de l'utilisation judicieuse des
sont essentiels pour l’identification, équipements par un personnel convenable-
la confirmation des causes des maladies ment formé. Au terme de l’évaluation
courantes et en cas d’épidémie [1]. En effet, conjointe externe de la mise en œuvre du
il est un maillon important dans la Règlement Sanitaire International (RSI) de
recherche. Il peut être le point de départ 2005 menée en 2017 [2] et de l’analyse
d’une épidémie et le personnel qui y situationnelle des laboratoires lors de
travaille est exposé au risque biologique. Le l’élaboration du Plan Stratégique National
risque biologique est présent lorsque des de Développement des Laboratoires
personnes peuvent être exposées à des (PSNDL) en 2018 [3], des faiblesses ont été
agents biologiques infectieux notamment identifiées. Des mesures prioritaires ont été
les bactéries, les virus, les champignons et recommandées pour améliorer la sécurité et
les parasites ; les agents transmissibles non la sûreté biologique dans les laboratoires.
conventionnels. Ces agents sont susceptibles Par ailleurs, l'élaboration d'un guide national
de provoquer une infection, une allergie ou de biosécurité et de biosûreté des labora-
une intoxication. toires répond au besoin d'un code de
bonnes pratiques visant à réglementer la
Il s'avère nécessaire pour le Cameroun de
manipulation de matériels biologiques
se doter de documents techniques donnant
potentiellement infectieux dans des conditions
au personnel de laboratoire des directives
optimales de sécurité. Elle impose par
pratiques en vue de l’application des règles
conséquent une amélioration des techniques
de biosécurité et de biosûreté au laboratoire.
actuellement utilisées dans les laboratoires.
L’application de ces règles vise à réduire les
risques pour ses utilisateurs et à prévenir la Les recommandations contenues dans ce
propagation d'agents pathogènes dans guide reposent sur une évaluation des
l'environnement à l’occasion du transport risques liés aux différentes techniques
des spécimens, de leur stockage, de la d'analyses mises en œuvre dans divers
manipulation des germes et de l’analyse types de laboratoires. Les exigences de
proprement dite. En définitive, il s’agit de base auxquelles doivent répondre les instal-
protéger le personnel de laboratoire, lations et les pratiques de laboratoire peuvent
la communauté en général, la population cependant être adaptées aux évolutions de
animale et l’environnement des consé- la réglementation ou à la suite d'une
quences d’une exposition aux matières évaluation des risques. Cette évaluation
infectieuses, aux animaux infectés ou aux nécessite du discernement et de la circons-
produits chimiques/radioactifs et toxines pection puisqu'une sous-estimation de ce
manipulés dans les laboratoires. risque expose le personnel alors qu'une
estimation exagérée lui donne un surcroît
La sécurité biologique au laboratoire est

1
de travail inutile et entraine une élévation • de fournir les informations relatives à la
des coûts infrastructurels, d'entretien et sécurisation des manipulations, du transport
de fonctionnement du laboratoire. et de l’élimination du matériel et des
organismes comportant des risques
Ce guide est destiné à l’usage de l’ensemble
biologiques,
des acteurs du système de laboratoire.
• d’harmoniser les pratiques de laboratoire
Les objectifs de ce guide sont : actuelles au plan national.
• d’arrimer les pratiques de laboratoire
aux normes et aux nouvelles lignes
directrices de l'OMS et l’OIE en matière
de biosécurité,

2
2. DEFINITION DES
TERMES TECHNIQUES
Biosécurité : ensemble des mesures visant Risque biologique : il est lié à la présence
à prévenir et à contrer les dangers liés à la d’agents biologiques pathogènes en milieu
manipulation et à l'utilisation de matériels de travail.
biologiques dans les laboratoires de diagnostic, Situation dangereuse : situation dans
d’enseignement, de l'industrie et de laquelle une personne est exposée à un ou
recherche. plusieurs phénomènes pouvant entraîner un
Biosûreté : ensemble des principes, des dommage.
technologies et des pratiques opérationnelles Exposition : situation dans laquelle une
liés au confinement qui sont mis en application personne est soumise à un ou des agents
pour prévenir l’exposition délibérée à des chimiques ou biologiques, ou à un phénomène
agents pathogènes ou à des toxines. La physique (bruit, rayonnements, poussières,
biosûreté fait donc référence aux mesures etc.) pouvant entraîner un dommage à plus
de sécurité visant à prévenir la perte, le vol, ou moins long terme.
l’utilisation malveillante, le détournement et Prévention primaire : mesures qui permettent
la libération intentionnelle de matières d’éviter la survenue d’un risque en supprimant
infectieuses ou de toxines. Dans le domaine les causes. Ces mesures agissent sur les
agricole, la biosûreté se rapporte aux facteurs de risque avant l’accident.
mesures de prévention qui visent à réduire Prévention secondaire : mesures qui
au minimum le risque d’introduction d’une permettent d’éviter des dommages.
maladie au sein d’une population animale Prévention tertiaire : mesures qui permettent
ou végétale et le risque de propagation de limiter les dommages. En évitant la
d’un agent pathogène à l’intérieur d’un lieu survenue de complications, les séquelles,
déjà infecté. les récidives, les incapacités professionnelles
Les concepts "biosécurité" et "biosûreté" et favoriser la réinsertion.
sont essentiellement complémentaires ; en Substance dangereuse : matière présentant
effet, l’utilisation de bonnes pratiques de un danger physique ou pour la santé. Cela
biosécurité sert à renforcer les programmes inclut à la fois des produits chimiques et des
de biosûreté, et vice versa. agents biologiques.
Danger : propriété ou capacité intrinsèque Anti-infectieux : Agent qui tue les micro-or-
d'un équipement, d'une substance, d'une ganismes ou inhibe la croissance et la
méthode de travail, de causer un dommage multiplication.
pour la santé des travailleurs. Antimicrobien : Agent qui tue les micro-or-
Risque : combinaison de la probabilité et ganismes ou inhibe la croissance et la
de la (des) conséquence(s) de la survenue multiplication.
d’un événement dangereux spécifié. Antiseptique : Substance qui inhibe la
Agent infectieux : organisme capable de croissance et le développement des
provoquer des maladies chez l'homme, microorganismes sans nécessairement les tuer.
l'animal ou la plante. On applique en général les antiseptiques

3
sur le revêtement cutané. pas nécessairement de leurs spores.
Biocide : Terme général qui désigne tout agent Germicide : Substance chimique ou mélange
capable de tuer des micro-organismes. de substances utilisés pour tuer les micro-
Décontamination : Tout processus destiné organismes.
à éliminer ou tuer des micro-organismes. Ce Microbicide : Substance chimique ou
terme désigne également l’élimination ou mélange de substances chimiques destiné
la neutralisation de produits chimiques ou à tuer les micro-organismes. Ce terme est
radioactifs dangereux. souvent utilisé à la place de « biocide »,
Désinfectant : Substance chimique ou mé- « germicide » ou « anti-infectieux », dont il
lange de substances chimiques utilisés pour est synonyme.
tuer des micro-organismes, mais pas néces- Sporocide : Substance chimique ou mélange
sairement les spores. Ils sont généralement de substances chimiques destiné à tuer les
appliqués sur des surfaces ou objets inani- micro-organismes et leurs spores.
més. Stérilisation : Processus par lequel on tue
Désinfection : Destruction, par des moyens ou élimine les micro-organismes et les
physiques ou chimiques, de germes mais spores de toute nature.

4
3. BIOSECURITE ET BIOSURETE
EN LABORATOIRES
3.1. EVALUATION de souches pharmaco résistantes.

DES RISQUES Les agents biologiques sont classés en quatre


groupes en fonction de l’importance du
3.1.1. CLASSIFICATION risque d’infection qu’ils présentent [4,5] :
DES MICRO ORGANISMES Groupe de risque 1 (risque faible ou nul
PAR GROUPE DE RISQUE pour les individus ou la collectivité) : Micro-
Il existe une grande diversité de microorga- organisme qui, selon toute probabilité, ne
nismes, pathogènes ou non. L’établissement peut causer de maladie humaine ou animale.
de groupes de risques applicables aux Groupe de risque 2 (risque modéré pour
différents agents microbiens constitue l’un les individus, faible pour la collectivité) :
des outils les plus importants pour l’évaluation Germe pathogène capable de provoquer
du risque microbiologique. Cette classification une maladie humaine ou animale mais
prend en compte plusieurs paramètres, qui ne présente vraisemblablement pas
notamment : un sérieux danger pour le personnel
• La pathogénicité ; de laboratoire, la collectivité, le bétail ou
• Le mode de transmission et la gamme l’environnement. Une exposition en laboratoire
d’hôtes qui peuvent dépendre de est susceptible d’entraîner une infection
l’état immunitaire de la population grave, mais qui peut être traitée ou prévenue
locale, de la densité et de la mobilité des efficacement, par ailleurs le risque de
hôtes, de la présence de vecteurs et du propagation de l’infection est limité.
niveau d’hygiène de l’environnement ; Groupe de risque 3 (risque important pour
• La possibilité de prendre localement les individus, faible pour la collectivité) :
des mesures préventives efficaces, Germe pathogène qui cause habituellement
lesquelles peuvent comprendre une grave maladie humaine ou animale,
une prophylaxie par vaccination mais qui ne se transmet généralement pas
ou administration d’immuns sérums d’un individu à l’autre. Il existe un traitement
(immunisation passive), des mesures et des mesures préventives efficaces.
sanitaires concernant par exemple Groupe de risque 4 (risque important pour
l’hygiène des aliments et de l’eau, les individus comme pour la collectivité) :
l’élimination des réservoirs animaux Germe pathogène qui cause habituellement
ou des arthropodes vecteurs ; une grave maladie humaine ou animale
• La possibilité de disposer localement et peut se transmettre facilement d’un
d’un traitement efficace, immunisation individu à l’autre, soit directement, soit
passive, vaccination post-exposition, indirectement. Il n’existe généralement ni
utilisation d’anti-infectieux et d’agents traitement, ni mesures préventives efficaces.
chimiothérapiques ou antiviraux,
sans négliger le risque d’apparition

5
Tableau 1 : Classification des microorganismes par groupe de risque [6].

Existence d’une
Pathogénicité Danger pour le Propagation dans prophylaxie ou
Groupe
chez l’homme travailleur la collectivité d’un traitement
efficace

1 Non - - -
2 Oui Oui Peu probable Oui
3 Oui Oui Possible Oui
4 Oui Oui Risque élevé Non
Un classement des agents biologiques les plus connus a été élaboré par l’Institut National de la Recherche et de Sécurité
en Juin 2018.

3.1.2. PROCESSUS • Les caractéristiques des micro-orga-


D’EVALUATION DU RISQUE nismes sur lesquels on se propose
Les activités de laboratoire mettant en de travailler ;
œuvre des micro-organismes pathogènes • L’appareillage et les modes opératoires
ou des toxines présentant des risques de à mettre en œuvre ;
dommage potentiellement importants pour • Les modèles animaux qui pourraient
l’homme et son environnement. La sécurité être utilisés ;
biologique repose essentiellement sur une • Les systèmes de confinement et les
évaluation du risque. Plusieurs outils peuvent installations disponibles.
être utilisés dans le cadre de cette évaluation, L’évaluation du risque nécessite la prise en
mais le facteur le plus important reste compte des aspects relatifs à la biosûreté et
le jugement professionnel. L’évaluation à la biosécurité dont les principaux sont
du risque doit être confiée à ceux qui présentés dans le tableau 2 ci-dessous.
connaissent au mieux les facteurs à analyser,
notamment :

Tableau 2 : Aspects à prendre en compte au cours de l’évaluation du risque dans un laboratoire

Biosûreté Biosécurité

• Procédures de transport • Nature des agents biologiques manipulés


• La désinfection et la décontamination • Inventaire et informations sur les agents
• Les équipements, la maintenance, l’étalonnage pathogènes et les toxines
et la certification • La sécurité générale
• Les exigences des infrastructures (bâtiments, • Les ressources humaines et la compétence
installations) • Les bonnes techniques microbiologiques
• La gestion des incidents ou accidents • Vêtements et Equipement de Protection
• Les plans d’urgence et de contingence Individuelle(EPI)
• Les Soins de santé

6
Il est du devoir du responsable du laboratoire d’aérosols, centrifugation, etc.) ;
ou du chercheur principal de veiller à ce • Toute manipulation génétique
qu’une évaluation appropriée du risque soit du micro-organisme susceptible
effectuée périodiquement. Il doit collaborer d’étendre sa gamme d’hôtes ou de
étroitement avec le comité de sécurité de modifier sa virulence ou sa sensibilité
l’institution et le personnel chargé de la aux traitements reconnus comme
sécurité biologique pour que les équipements efficaces ;
et les installations requis par les travaux • La possibilité d’intervenir localement
envisagés soient mis à la disposition du à titre prophylactique ou curatif.
laboratoire. Une fois le risque évalué, il est
Les informations issues de l’évaluation du
nécessaire de procéder périodiquement à
risque permettent de déterminer le niveau
un réexamen systématique de la situation
de sécurité requis pour les travaux envisagés,
et réévaluer si nécessaire en tenant compte
de choisir les équipements de protection
des données nouvelles.
individuelle et d’établir les modes opératoires
L’établissement de groupes de risque applicables normalisés intégrant des mesures complé-
aux différents agents microbiens est l’un mentaires en vue d’assurer un maximum de
des outils les plus importants pour l’évaluation sécurité pendant les travaux.
du risque microbiologique. Néanmoins,
Echantillons pour lesquels les informations
connaître le groupe de risque auquel appartient
sont limitées
un agent pathogène donné ne suffit pas
pour évaluer le risque effectif. D’autres Si l’on ne dispose pas de données
éléments d’appréciation doivent être pris suffisantes pour apprécier correctement le
en compte, à savoir : risque (échantillons cliniques ou épidémio-
• La pathogénicité du germe et la logique prélevés sur le terrain), il est plus
dose infectieuse ; prudent de les manipuler avec précaution :
• L’issue possible d’une exposition au • Les précautions habituelles doivent
germe ; toujours être prises et des dispositifs
• Le mode de contamination naturel ; mécaniques de protection (gants,
• Les autres voies ou modes de conta- blouses, lunettes) utilisés lors du
mination résultant de manipulations prélèvement d’échantillons sur des
en laboratoire (voie parentérale, malades ;
particules aéroportées, voie digestive) ; • Les précautions habituelles doivent
• La stabilité du germe dans l’environ- toujours être prises et des dispositifs
nement ; mécaniques de protection (gants,
• La concentration du germe et le blouses, lunettes) utilisés lors du prélè-
volume de matériel biologique vement d’échantillons sur des malades,
concentré à manipuler ; • Les pratiques et modes opératoires
• La présence d’un hôte approprié prévus pour le niveau de sécurité
(humain ou animal) ; biologique 2 au minimum doivent
• Les informations tirées de l’expéri- être appliqués pour la manipulation
mentation animale, des rapports à des échantillons,
propos d’infections contractées en • Le transport des échantillons doit
laboratoire ou des rapports médicaux ; s’effectuer conformément à la régle-
• Le type d’opérations envisagées mentation nationale ou internationale.
(traitement par les ultra-sons, production Certaines données peuvent apporter un

7
complément d’information utile à l’évaluation infectés, les laboratoires développent des
du risque que représente la manipulation stratégies de prévention du risque de
de ces échantillons, à savoir : contamination et de propagation. Les labo-
• Le dossier médical du malade ; ratoires sont ainsi classés par niveau de
• Les données épidémiologiques sécurité biologique (NSB). Le niveau de
(statistiques de morbidité et de morta- sécurité biologique est un indice composite
lité, mode de transmission présumé, qui prend en compte le type d’organisation,
autres données fournies par l’étude le mode de construction, les moyens de
de la flambée épidémique) ; confinement, l’appareillage du laboratoire
• Données relatives à l’origine géogra- ainsi que les pratiques et modes opératoires
phique de l’échantillon. à observer pour travailler sur des agents
appartenant aux divers groupes de risque.
Lorsque surviennent des flambées d’une L’on distingue ainsi 4 niveaux de sécurité
maladie dont on ignore l’étiologie, des biologique regroupés en trois classes de
directives spéciales sont élaborées et diffu- laboratoires (tableau 3) ; sécurité de base
sées afin d’indiquer comment préparer les (NSB1 et NSB2), confinement (NSB3) et
échantillons pour l’expédition et préciser à confinement de haute sécurité (NSB4).
quel niveau de sécurité biologique les analyses
doivent être effectuées. Pour déterminer quel niveau de sécurité
biologique en laboratoire s’applique à un
3.2. CLASSIFICATION DES agent donné, il faut procéder à une évaluation
LABORATOIRES du risque. Pour cela, on doit prendre en
L’approche de classification des labora- compte non seulement le groupe de risque,
toires prend en compte des structures de mais aussi un certain nombre d’autres
trois types, suivant la nature des activités facteurs. Ainsi, un agent du groupe de
qui y sont menées ; les laboratoires de santé risque 2 nécessitera généralement une
humaine et animale (L), les animaleries (A) et nstallation, un appareillage, des pratiques
les serres (S). Les laboratoires de santé et des modes opératoires correspondant au
humaine et animale sont des structures où niveau de sécurité 2 si l’on veut que le
sont prélevés et analysés divers fluides et travail s’effectue avec le minimum de
tissus biologiques d'origine humaine ou risques. Cependant, si certaines manipula-
animale. Les animaleries sont des zones tions impliquent la production d’aérosols très
d’un laboratoire, où se trouvent les animaux concentrés, il vaudra mieux passer au niveau
utilisés à des fins expérimentales ou de de sécurité 3 pour que les conditions de
diagnostic. Elles peuvent être situées dans sécurité soient remplies, car à ce niveau, un
le laboratoire ou dans une pièce annexe. meilleur confinement des aérosols sera
Les serres quant à elles sont des structures assuré dans le laboratoire.
closes ou semi-ouvertes translucides, en
La détermination du niveau de sécurité
verre ou en plastique, soutenues par une
biologique exigé par une manipulation
structure métallique ou en bois, destinées à
donnée consiste donc à apprécier le risque
la culture des végétaux utilisés à des fins
« en professionnel », plutôt qu’à adopter
expérimentales.
automatiquement le niveau de sécurité
Afin de protéger les individus et collectivités correspondant au groupe de risque auquel
des dangers potentiellement graves appartient l’agent pathogène en cause.
auxquels exposent la manipulation des
agents pathogènes ou d’animaux et plantes

8
Tableau 3 : Classification des laboratoires [5].

Niveau de sécu- Descriptif de Type de Type d'agents Exemples de


rité biologique la sécurité laboratoire biologiques laboratoire

Agents biologiques ne
Sécurité de Formation de Les laboratoires
constituant pas un dan-
NSB1 ou P1 L1, les animaleries
base base ger de maladie pour
A1 et les serres S1
l’homme
Agents biologiques pouvant
Structures de présenter un risque de
santé de ni- maladie chez l’homme,
Les laboratoires
Sécurité de veau primaire; mais dont la propagation
NSB2 ou P2 L2, les animaleries
base laboratoires est peu probable. Des
A2 et les serres S2
d'analyses ou traitements existent pour
de recherche lutter contre ce type de
maladie

Agents biologiques
Laboratoire
pathogènes pour
l’homme avec possibilité Les laboratoires
menant des
de propagation. Des L3, les animaleries
NSB3 ou P3 Confinement diagnostics et
traitements existent, A3 et les serres
des recherches
généralement, pour S3
spécialisés
lutter contre ce type
de maladie.

Agents biologiques
pouvant constituer un
Laboratoire Les laboratoires
risque important de ma-
Confinement manipulant L4, les animale-
NSB4 ou P4 ladie pour l’homme et
à haute sécu- des germes
entraîner des maladies ries A4 et les
rité pathogènes
graves pour lesquels les
dangereux serres S4
traitements sont inexis-
tants ou inefficaces.

N .B : NSB1 ou P1: Niveau de Sécurité Biologique 1 :NSB2 ou P2: Niveau de Sécurité Biologique 2 :NSB3 ou P3: Niveau de
Sécurité Biologique 3 : NSB4 ou P4: Niveau de Sécurité Biologique 4 .

3.3. MESURES DE pratiques de travail sécuritaires. Tous les


dangers doivent être identifiés et une éva-
BIOSECURITE ET BIOSURETE luation des risques effectuée régulièrement.
Les mesures de biosécurité englobent la
conception appropriée des installations, la 3.3.1. CONCEPTION
disponibilité et l'utilisation appropriée de DES INSTALLATIONS
l'EPI, de l'équipement de sécurité et des La sécurité dans la conception des installations

9
doit être prise en compte lors de la planifi- des isolats de micro-organismes
cation initiale et de la mise en place d'un avec le niveau correspondant de
laboratoire et des évaluations continues contrôle d'accès et de maintenance
sont nécessaires pour garantir que le travail des stocks.
effectué est adapté. Sans être exhaustif les • Décontamination adéquate et
éléments à prendre en compte sont les élimination appropriée des matières
suivants : et déchets infectieux
• L’emplacement et l’agencement du
laboratoire ;
3.4. LABORATOIRE DE BASE
• Les exigences de circulation d'air (niveaux de sécurité 1 et 2)
et de ventilation ; Les principes les plus importants à appliquer
• Les matériaux des surfaces de sont indiqués ci-dessous :
travail, en fonction du type de travail
et de la désinfection considérée ;
3.4.1. ACCES
i. Le pictogramme international de danger
• Le mobilier en matériau approprié et
biologique (figure1) doit être apposé sur les
design ergonomique ;
portes des salles où des micro-organismes
• Les installations sanitaires et de
appartenant au groupe de risque 2 ou aux
lavage des mains.
groupes supérieurs sont manipulés.
3.3.2. MESURES DE SECURITE ii.Aucune personne étrangère au service y
AU LABORATOIRE compris les enfants ne doit être autorisée
Tout le personnel doit adopter les pratiques à accéder dans les zones de travail du
de sécurité suivantes : laboratoire.
• Adopter de bonnes techniques iii.Les portes du laboratoire doivent rester
microbiologiques. fermées.
• Maintenir l'hygiène personnelle. iv.Tout accès à l’animalerie doit être subordonné
• Précautions appropriées lors de à une autorisation spéciale.
manipulations microbiologiques, en v.La présence dans le laboratoire d’animaux
particulier lors de la mise en œuvre qui ne servent pas aux expérimentations
de procédures générant des aérosols. doit être interdite.
• Stockage correct des échantillons et

RISQUE
BIOLOGIQUE
DANGER BIOLOGIQUE

ACCES RESERVÉ AU PERSONNEL AUTORISÉ

Niveau de sécurité biologique :

Chergeur responsable :
Accès réservé
En cas d’urgence, appeler :

Téléphone du jour : au personnel autorisé


Téléphone privé :

L’autorisation d’entrée doit être demandée au chercheur


responsable désigné ci-dessus.

Figure 1 : Pictogramme international de danger biologique [5].

10
3.4.2. PROTECTION vii. Manger, boire, fumer, se maquiller ou
INDIVIDUELLE manipuler des lentilles de contact dans les
Les Equipements de Protection Individuelle zones de travail du laboratoire est interdit.
(EPI) et les équipements de sécurité constituent viii. Entreposer des aliments ou des boissons
une barrière pour minimiser les risques en quelque point que ce soit est interdit
d'exposition aux aérosols, aux éclaboussures dans des zones de travail du laboratoire.
et à l'inoculation accidentelle. Les équipements ix. Tous les EPI doivent être enlevés en cas de
de sécurité choisis devraient être basés contamination ou lorsque leur utilisation
sur la nature du travail effectué. Les EPI n'est plus nécessaire, avec une déconta-
comprennent notamment les vêtements de mination appropriée avant d'être réutilisés
protection, les gants, les lunettes de protection. ou éliminés.
Ils doivent être utilisés, entretenus, désinfectés x. Les vêtements de protection qui ont été
et stockés correctement. Les inventaires et portés au laboratoire ne doivent pas être
les registres de maintenance de ces équipements rangés dans les mêmes vestiaires ou
doivent être conservés. armoires que les vêtements de ville.
i. Le port de combinaisons, blouses, sarraus
3.4.3. MODES OPERATOIRES
ou uniformes est obligatoire pour le travail
au laboratoire. i. Le pipetage à la bouche est strictement
interdit.
ii. Le port de gants appropriés est obligatoire
chaque fois qu’un geste comporte un ii. Aucun objet ou matériel ne doit être
risque de contact direct avec du sang ou porté à la bouche; les étiquettes ne doivent
autres liquides biologiques, du matériel pas être humectées avec la langue.
potentiellement infectieux ou des animaux iii. Toutes les techniques mises en œuvre
infectés. Après usage, on devra se déganter doivent réduire au minimum la formation
aseptiquement et se laver les mains. d’aérosols et de gouttelettes.
iii. Le personnel doit se laver les mains après iv. L’utilisation d’aiguilles et de seringues
avoir manipulé du matériel infectieux ou des hypodermiques doit être limitée. Elles
animaux et avant de quitter le laboratoire. ne doivent en aucun cas remplacer les
iv. Le port de lunettes de sécurité, d’un écran dispositifs de pipetage ou servir à une
facial (visière) ou d’un autre dispositif autre fin que les injections par voie
de protection est obligatoire quand il est parentérale ou le prélèvement de liquides
nécessaire d’assurer la protection des yeux biologiques sur les animaux de laboratoire.
ou du visage contre les projections v. En cas d’accident d’exposition aux
de liquides ou l’impact d’objets ou le liquides ou matériels infectieux, le
rayonnement ultraviolet. responsable du laboratoire doit toujours
v. Le port des vêtements protecteurs (combi- être immédiatement avisé. Les accidents
naisons, blouses, sarraus ou uniformes) est et incidents survenus doivent être consignés
interdit hors du laboratoire, par exemple à et le rapport archivé.
la cantine, à la cafétéria, dans les bureaux, vi. Il est nécessaire d’établir par écrit une
la bibliothèque, la salle du personnel ou les procédure de nettoyage des produits de
toilettes. toute nature qui viendraient à être répandus.
vi. Porter des chaussures à bout ouvert vii.Les liquides contaminés doivent être
(babouches, samaras, "pieds-nus", etc.) décontaminés (par voie physique ou
dans le laboratoire est interdit. chimique) avant d’être jetés dans le

11
réseau d’égouts séparatif. Selon le résultat de biosécurité. Il doit également suivre
de l’évaluation du risque que représentent les instructions et protocoles normalisés.
le ou les agents manipulés, il pourra être Le responsable du laboratoire devra s’assurer
nécessaire de disposer d’un système de de la bonne compréhension et de
traitement des effluents. l’application de ce manuel. Le laboratoire
viii. Si des documents doivent sortir du doit disposer d’un exemplaire dudit manuel.
laboratoire, ils devront avoir été protégés iv. Il doit exister un programme de lutte
de toute contamination. contre les arthropodes et les rongeurs.
3.4.4. ZONES DE TRAVAIL v. Si nécessaire, tout le personnel doit être
DU LABORATOIRE examiné et suivi par un médecin, et un
dossier médical doit être ouvert pour
i. Le laboratoire doit être tenu propre, en
chacun.
ordre et exempt de tout produit ou objet
non nécessaire aux travaux. 3.4.6. CONCEPTION ET
ii. Les surfaces de travail doivent être AMENAGEMENT DU
décontaminées au début et à la fin du LABORATOIRE
travail. Ces surfaces doivent aussi être La conception d’un laboratoire et la définition
décontaminées si elles ont été souillées des tâches qui lui sont assignées doivent
par des produits potentiellement dangereux tenir compte des situations connues pouvant
pendant le travail. engendrer des problèmes, notamment :
iii. Tout matériel, échantillon et culture i. La formation d’aérosols
contaminés doivent être décontaminés ii. Le travail sur des volumes importants ou
avant d’être éliminés ou nettoyés pour des concentrations élevées de micro-or-
être réutilisés. ganismes
iv. L’emballage et le transport des échan- iii. Un personnel ou des appareils trop nom-
tillons sont soumis à la réglementation breux au regard de la place disponible
nationale ou internationale en vigueur. iv. L’infestation par des rongeurs ou des
arthropodes
v. Si les fenêtres peuvent être ouvertes,
v. L’entrée ou l’accès au laboratoire,
elles doivent être munies de grillages pour
vi. L’ordonnancement des tâches : utilisation
empêcher la pénétration des arthropodes.
d’échantillons et de réactifs particuliers.
3.4.5. GESTION DE Les figures 2 et 3 donnent des exemples
LA BIOSECURITE d’aménagement de laboratoires aux
i. Le responsable du laboratoire veille à niveaux de sécurité biologique 1 et 2. Dans
l’élaboration et à l’adoption d’un plan de sa conception, le laboratoire doit répondre
gestion de la sécurité biologique ainsi qu’un aux exigences ci-après.
manuel de procédures de biosécurité. i. Le laboratoire doit être suffisamment
ii. Le responsable du laboratoire doit veiller spacieux pour qu’on puisse travailler en
à ce que le personnel reçoive une formation toute sécurité et procéder facilement au
régulière en matière de sécurité au nettoyage et à la maintenance,
laboratoire. ii. Les murs, les plafonds et les sols doivent
iii. Le personnel doit être averti des risques être lisses, faciles à nettoyer, imperméables
particuliers liés aux activités du laboratoire aux liquides et résistants aux produits
et est tenu de lire le manuel de procédures chimiques et aux désinfectants normalement
utilisés dans le laboratoire. Les revêtements

12
du sol doivent être antidérapants, v. Le mobilier de laboratoire doit être solide.
iii. Les surfaces de travail doivent être Veiller à ce que les espaces libres, entre
imperméables à l’eau, résistantes aux et sous les surfaces de travail, les
désinfectants, aux acides, aux bases et enceintes et les divers appareils soient
aux solvants organiques et pouvoir accessibles au nettoyage.
supporter une chaleur modérée,
iv. L’éclairage doit être suffisant pour tous
types de travaux. Veiller à éviter les reflets
gênants et les lumières éblouissantes,

Figure 2 : Laboratoire classique de niveau de sécurité 1 [5].

Figure 3 : Laboratoire classique de niveau de sécurité 2 [5].

13
vi. Les espaces de rangement doivent pouvoir eau soit fiable et de bonne qualité. Il ne doit
recevoir le matériel courant, de manière à y avoir aucune interconnexion entre les
éviter l’encombrement des paillasses et des branchements destinés au travail du labo-
zones de passage. Prévoir également des ratoire et le réseau d’eau potable. Le réseau
espaces pour le stockage de longue durée, public d’adduction doit être protégé par un
qui devront être commodément situés, hors dispositif anti-retour.
des zones de travail. xvii.L’alimentation électrique doit être fiable et
vii. Prévoir la place et les moyens matériels de puissance suffisante ; il faut prévoir un
permettant de manipuler et d’entreposer éclairage de secours permettant de sortir
sans danger les solvants, les substances en cas de nécessité. Le laboratoire doit
radioactives ainsi que les gaz comprimés disposer d’un groupe électrogène ou toute
et liquéfiés. autre source d’énergie alternative pour
viii. Les vestiaires pour les vêtements de ville l’alimentation des équipements indispen-
et les objets personnels doivent se trouver sables.
en dehors des zones de travail. xviii.L’alimentation en gaz doit être fiable et
ix. Les zones prévues pour se restaurer, boire suffisante. Il est impératif d’assurer le bon
ou se reposer doivent également se trouver entretien de cette installation.
en dehors des zones de travail. xix. Il arrive que les laboratoires et les animaleries
x. Installer des lavabos, si possible avec l’eau soient la cible de vandales. L’installation de
courante, dans chaque salle du laboratoire, systèmes de protection physique et de
de préférence près de la porte. sécurité anti-incendie doit être envisagée. Il
xi. Les portes doivent être munies de panneaux est indispensable de renforcer les portes,
transparents, avoir une résistance au feu d’équiper les fenêtres de grillages et de
convenable et comporter de préférence limiter le nombre de clés. Le cas échéant,
un système de fermeture automatique. étudier et mettre en place toute autre
xii. Au niveau de sécurité biologique 2, il doit y mesure susceptible d’améliorer la sécurité.
avoir un autoclave ou autre moyen de
3.4.7. APPAREILS ET EQUIPEMENTS
décontamination à distance suffisamment
proche du laboratoire,
DE LABORATOIRE
xiii. Les systèmes de sécurité doivent couvrir Le responsable du laboratoire doit s’assurer que
les risques d’incendie, les accidents les appareils et équipements sont adéquats et
d’origine électrique et comporter une correctement utilisés. Ces derniers doivent être
douche de sécurité ainsi qu’un rince-yeux, choisis en fonction d’un certain nombre de
xiv. Prévoir des zones ou des salles de principes généraux tels que :
premiers soins, convenablement équipées i. Etre conçus pour empêcher ou limiter les
et facilement accessibles. contacts entre l’opérateur et le matériel
xv. Dans le plan de toute nouvelle installation, infectieux
il faudra prévoir un système de ventilation ii. Etre faits de matériaux imperméables aux
mécanique assurant un flux d’air dirigé vers liquides, résistants à la corrosion et
l’intérieur sans recyclage. A défaut, les conformes aux normes de solidité
fenêtres doivent pouvoir s’ouvrir et être iii. Etre dépourvus d’aspérités, de bords
munies d’un grillage anti-arthropodes. tranchants et d’éléments mobiles non
xvi. Il est indispensable que l’alimentation en protégés
iv. Etre conçus, réalisés et installés de façon à

14
être faciles à utiliser, à réviser, à nettoyer, à biologique sont conformes aux spécifications,
décontaminer et à soumettre aux essais de conformément aux instructions du fabricant.
conformité. Dans la mesure du possible,
3.4.9. SURVEILLANCE
éviter d’utiliser de la verrerie et autres
matériaux fragiles.
MEDICO-SANITAIRE DANS DES
LABORATOIRES DE NIVEAUX DE
Des spécifications détaillées portant sur la SECURITE BIOLOGIQUE 1 et 2
fabrication et le fonctionnement sont nécessaires
pour que les appareils soient conformes aux Il incombe à l’employeur, par l’entremise du
normes de sécurité. responsable du laboratoire, de veiller à ce
que la santé du personnel soit surveillée de
3.4.8. APPAREILS ET façon satisfaisante. Cette surveillance a pour
INSTRUMENTS ESSENTIELS objectif de dépister les maladies d’origine
DE SECURITE BIOLOGIQUE professionnelle. Pour y parvenir, il faut :
i. Dispositifs de pipetage pour remplacer le i. Assurer l’immunisation passive (vaccination)
pipetage à la bouche ; du personnel lorsqu’il y a lieu ;
ii. Enceintes de sécurité biologique, à utiliser ii. Faciliter le dépistage précoce des infections
systématiquement dans les situations contractées au laboratoire ;
suivantes : iii. Ne pas confier de manipulations à haut
• Manipulation de matériel infectieux. risque aux personnes particulièrement
• Existence d’un risque accru d’infection vulnérables (par ex. les femmes enceintes
aéroportée. ou les sujets immunodéprimés) ;
• Techniques comportant un risque iv. Prendre des mesures de protection
élevé de formation d’aérosols : par adéquates et veiller à l’efficacité des
exemple, centrifugation, broyage, dispositifs de protection
mélange, agitation ou mixage éner- Lignes directrices pour la surveillance des
giques, désagrégation par ultra-sons, travailleurs qui manipulent des microorga-
ouverture de récipients contenant du nismes au niveau 1 de sécurité biologique
matériel infectieux lorsque la pression i. Tous les candidats à un poste dans un
intérieure peut être différente de la laboratoire doivent passer une visite
pression ambiante, inoculation intra médicale d’embauche pour rechercher
nasale d’animaux et récolte de tissus les antécédents médicaux.
infectés sur des animaux ou des œufs. ii. Toute pathologie ou accident de laboratoire
iii. Anses de transfert jetables en matière doit être signalé sans délai.
plastique ou incinérateurs électriques pour iii. Tous les membres du personnel doivent
anses de transfert placés dans une enceinte mesurer combien il est important de
de sécurité biologique en vue de réduire la maintenir la qualité des techniques micro-
formation d’aérosols ; biologiques.
iv. Tubes et flacons à bouchon vissé.
Lignes directrices pour la surveillance des
v. Autoclaves ou autres dispositifs appropriés,
travailleurs qui manipulent des micro-orga-
pour décontaminer le matériel infectieux.
nismes au niveau de sécurité biologique 2
vi. Pipettes Pasteur jetables, en plastique si
i. Une visite médicale d’embauche s’impose
possible, plutôt qu’en verre ;
avant l’affectation à un poste dans un
Vérifier, par des essais appropriés, que les
laboratoire. Cet examen comportera une
divers équipements ou appareils tels
anamnèse à la recherche des antécédents
qu’autoclaves ou enceintes de sécurité
médicaux et un bilan médical spécifique

15
de l’aptitude professionnelle sera effectué. - Virus de la variole de singe (Monkey
ii. La direction du laboratoire devra tenir un pox) ;
registre des absences et des maladies du - Virus de la rage ou virus apparenté à la
personnel. rage (vaccination pré-exposition recom-
mandée) ;
iii. Les femmes en âge de procréer devront
- Virus de la fièvre de la vallée du Rift ;
être informées du danger que représente,
- Coronavirus du syndrome respiratoire
pour l’enfant à naître, l’exposition profes-
aigu sévère (SRAS) ;
sionnelle à certains micro-organismes,
- Virus du Nil occidental ;
comme le virus de la rubéole. Les mesures
- Virus de la fièvre jaune (vaccination
spécifiques à prendre pour assurer la
pré-exposition recommandée).
protection du fœtus varient selon la
Champignons
nature du germe auquel la future mère
- Blastomyces dermatitidis;
peut être exposée.
- Coccidioides spp. ;
3.5. LABORATOIRE - Histoplasma capsulatum ;
DE CONFINEMENT - Paracoccidioides brasiliensis;
(niveau de sécurité Le degré de confinement qu’implique le niveau
biologique 3) de sécurité 3 exige le renforcement des
programmes de travail et de sécurité par
Le laboratoire de confinement – niveau de rapport à ceux des laboratoires de base –
sécurité biologique 3- est conçu et prévu pour niveaux de sécurité biologique 1 et 2. Les
les travaux faisant intervenir des micro-orga- recommandations qui figurent dans la
nismes du groupe de risque 3 et des volumes présente section viennent en additif à celles
importants ou de fortes concentrations de qui concernent les laboratoires de base –
micro-organismes du groupe de risque 2 dont niveaux de sécurité biologique 1 et 2,
la manipulation risque davantage de provoquer lesquelles doivent donc être appliquées
la diffusion d’aérosols. avant les recommandations particulières aux
Les agents biologiques recommandés pour être laboratoires de confinement – niveau de
manipulés dans les laboratoires de niveau 3 sécurité biologique 3.
sont entre autres : Les additions et modification les plus impor-
Les bactéries tantes concernent :
- Bacillus anthracis ; • La conception et l’aménagement du
- Burkholderia pseudomallei ; laboratoire ;
- Brucella spp. (sauf B. ovis) ; • Le code de bonnes pratiques ;
- Clostridium botulinum ; • La surveillance médico-sanitaire.
- Francisella tularensis ;
- Complexe Mycobacterium tuberculosis ; Les laboratoires de cette catégorie doivent
- Yersinia pestis être agréés et répertoriés par les autorités
Les virus sanitaires compétentes, nationales ou autres.
- Virus de la dengue; LLe code de bonnes pratiques, définit pour les
- Hanta virus; laboratoires de base – niveaux de sécurité
- Virus grippal de type A (sous-types H2, biologique 1 et 2, s’applique moyennant les
H5 et H7…) ; modifications suivantes :
- Virus de l'encéphalite japonaise (vac- i. Le panneau de danger biologique (voir
cination pré-exposition recommandée) ; figure 1) apposé sur la porte du laboratoire

16
doit indiquer le niveau de sécurité biolo- par un vestibule (par exemple un sas à
gique et le nom du chef de laboratoire double entrée ou le laboratoire de base
responsable de l’accès aux locaux et préciser – niveau de sécurité biologique 2) délimitant
en outre les conditions particulières d’entrée une zone spécialement conçue pour
dans la zone, vaccination par exemple. maintenir une différence de pression entre
ii.Les vêtements protecteurs à porter obliga- le laboratoire et les espaces contigus. Le
toirement au laboratoire, doivent être du vestibule doit être aménagé pour la
type suivant : tabliers, blouses, sarraus, séparation des vêtements protecteurs
tenues de nettoyage, combinaisons, sales et propres et disposer d’une
coiffes et, le cas échéant, couvre-chaussures douche si nécessaire.
et chaussures spéciales. Les blouses ii. Les portes du vestibule doivent être à
ordinaires de laboratoire qui boutonnent fermeture automatique et à verrouillage
devant ne conviennent pas, de même que asservi de sorte qu’une seule porte
les manches qui ne couvrent pas entièrement puisse être ouverte à la fois. Un panneau
les avant-bras. Les vêtements de laboratoire à briser en cas d’urgence doit être prévu.
ne doivent pas être portés à l’extérieur et iii. La surface des murs, des sols et des
seront décontaminés avant le blanchissage. plafonds doit résister à l’eau et être facile
Il peut être justifié d’ôter ses vêtements de à nettoyer. Les orifices ménagés dans ces
ville pour revêtir une tenue de laboratoire surfaces (pour la tuyauterie par exemple)
appropriée lorsqu’on travaille sur certains doivent être scellés pour faciliter la
agents pathogènes (ravageurs ou agents décontamination des salles.
responsables de zoonoses par exemple). iv. Le laboratoire doit pouvoir être fermé
hermétiquement pour être décontaminé.
iii. Tout matériel potentiellement infectieux
Des gaines seront installées pour permettre
doit normalement être manipulé dans une
une désinfection gazeuse (fumigation).
enceinte de sécurité biologique ou tout
v. Les fenêtres doivent être fermées hermé-
autre dispositif de confinement primaire.
tiquement et résister aux chocs.
iv. Le port d’un masque respiratoire peut être vi. Un lavabo pouvant être commandé sans
nécessaire pour certaines manipulations l’aide des mains sera placé près de
ou lorsque on travaille sur des animaux chaque porte de sortie.
porteurs de certains germes pathogènes. vii.Le système de ventilation doit créer un
3.5.1. CONCEPTION ET courant d’air dirigé de la zone d’accès
AMENAGEMENT vers l’intérieur de la salle. Un dispositif de
DU LABORATOIRE contrôle visuel, muni ou non d’une
Les recommandations relatives à la conception alarme, doit être installé, de manière que
et à l’aménagement des laboratoires de base le personnel puisse s’assurer que le flux
– niveaux de sécurité biologique 1 et 2 s’ap- d’air est toujours correctement dirigé.
pliquent en plus de celles citées ci-dessous : viii. Le système de ventilation doit être
i. Le laboratoire doit être séparé des zones construit de manière à ce que l’air qui sort
de passage non réglementées, à l’intérieur du laboratoire de confinement (niveau de
du bâtiment. On peut compléter l’isolement sécurité biologique 3), ne soit pas recyclé
en plaçant le laboratoire au fond d’un dans d’autres zones du bâtiment. L’air
couloir sans ouverture sur l’extérieur, en peut être filtré (au moyen d’un filtre à
construisant une cloison munie d’une particules de haute efficacité (HEPA),
porte ou encore en n’ouvrant l’accès que reconditionné et recyclé à l’intérieur de

17
ce laboratoire. L’air évacué du laboratoire vide devront également être protégées
(autre que celui qui sort des enceintes de par des pièges et des filtres HEPA.
sécurité biologique) sera rejeté directement xiv. La conception d’un laboratoire de
à l’extérieur du bâtiment, de façon à être confinement et les techniques mises en
dispersé loin des bâtiments occupés et œuvre dans ce type de laboratoire doivent
des prises d’air. Selon les agents utilisés, s’appuyer sur une documentation appro-
on pourra évacuer cet air en le faisant priée (La figure 4 donne un exemple
passer au préalable à travers des filtres d’aménagement d’un laboratoire au
HEPA. Installer un système de régulation niveau de sécurité biologique 3).
du chauffage, de la ventilation et de la
3.5.2. APPAREILS ET
climatisation qui évite toute surpression
permanente dans le laboratoire. Envisager
EQUIPEMENTS DE LABORATOIRE
l’installation d’un dispositif d’alarme Le choix des appareils, des équipements,
acoustique ou visuelle parfaitement des matériels de laboratoire et des
distinct pour prévenir le personnel en cas enceintes de sécurité biologique repose sur
de panne du système de régulation. les mêmes principes que pour les laboratoires
ix. Les filtres HEPA doivent tous être installés de base (niveau de sécurité biologique 2).
de manière à permettre la décontamination Toutefois, dans un laboratoire niveau de
gazeuse ou les essais de fonctionnement. sécurité biologique 3, la manipulation de tous
x. Les enceintes de sécurité biologique les matériels potentiellement infectieux
doivent être situées hors des zones de (échantillon ou objet souillé) doit s’effectuer
passage et des courants d’air entre les dans une enceinte de sécurité biologique ou
portes et les systèmes de ventilation. avec tout autre dispositif de confinement
xi. L’air qui sort des enceintes de sécurité primaire. L’utilisation de certains appareils
de classe I et II, après passage au travers tels que les centrifugeuses nécessitent des
des filtres HEPA, doit être évacué sans dispositifs de confinement supplémentaires
perturber le flux d’air, ni dans l’enceinte, ni comme godets/ nacelles de sécurité ou
dans le système d’aération du bâtiment. confinement du rotor. Certaines centrifu-
xii.Il faut disposer, dans la salle même du geuses ou d’autres appareils comme les
laboratoire, d’un autoclave pour la trieurs de cellules qui sont prévus pour travailler
décontamination des déchets. Si les sur des cellules infectées, peuvent nécessiter
déchets infectieux doivent être transportés l’installation d’une ventilation supplémentaire
à l’extérieur du laboratoire de confinement avec filtre HEPA pour un confinement efficace.
pour décontamination et élimination, le
transport doit s’effectuer dans des
conteneurs incassables, hermétiquement
fermés et étanches, conformément à la
réglementation nationale ou internationale,
selon le cas.
xiii. L’alimentation en eau sera munie de
dispositifs anti-retour. Les conduites
d’aspiration (circuit de vide) devront être
protégées par des pièges à liquide
désinfectant, des filtres HEPA ou des
dispositifs équivalents. Les pompes à

18
Figure 4 : Laboratoire classique au niveau 3 de sécurité biologique
(Laboratoire séparé du lieu de passage général et accessible par un vestibule qui peut être soit une entrée à double porte,
soit le laboratoire de base –NSB2, ou par un sas à air. Le laboratoire est équipé d’un autoclave pour la décontamination des
déchets avant leur élimination ainsi que d’un évier à commande « mains libres ». L’air circule de l’extérieur vers l’intérieur et
toutes les manipulations sur du matériel biologique infectieux sont effectuées dans une enceinte de sécurité biologique –ESB) [5].

3.5.3. SURVEILLANCE à exercer ce type d’activité professionnelle.


MEDICO-SANITAIRE DANS DES ii.Si le bilan médical est satisfaisant, l’intéressé
LABORATOIRES DE NIVEAUX DE recevra une carte médicale (figure 5) attestant
SECURITE BIOLOGIQUE 3 qu’il est employé dans un établissement
où se trouve un laboratoire de confinement
Les objectifs des programmes de surveillance
– niveau de sécurité biologique 3. Cette
médico-sanitaire des laboratoires de base
carte, que le titulaire devra toujours porter
niveaux de sécurité biologique 1 et 2,
sur lui, comportera la photographie du
s’appliquent également aux laboratoires de
titulaire et devra pouvoir être rangée dans
confinement – niveau de sécurité biologique
un portefeuille ou un porte-cartes. Elle
3, moyennant les modifications suivantes :
devra également indiquer le nom de la
i. La visite médicale est obligatoire pour tout
ou des personnes à contacter en cas de
personnel qui travaille dans le laboratoire
problème. Ces personnes seront désignées
de confinement. Elle devra comporter une
dans la structure, mais pourraient être le
anamnèse à la recherche des antécédents
responsable du laboratoire, le conseiller
médicaux et un examen physique destiné
médical ou le responsable de biosécurité.
à vérifier si la personne est médicalement apte

19
Photo
du Titulaire

Figure 5 : Modèle de carte médicale employée pour la surveillance médico-sanitaire du personnel [5].

20
3.6. LABORATOIRE DE contact avec le Programme sur la sécurité
CONFINEMENT A biologique de l’OMS ou de l’OIE pour plus
HAUTE SECURITE de renseignements.
(niveau de sécurité biologique 4) 3.6.1. CODE DE BONNES
Le laboratoire de confinement à haute sécu- PRATIQUES
rité – niveau de sécurité biologique 4, est Les dispositions du code de bonnes pratiques
conçu pour les travaux sur des micro-orga- relatives au niveau de sécurité biologique 3
nismes du groupe de risque 4. restent valables, en plus de celles citées
Les agents recommandés pour être manipulés ci-après :
dans les laboratoires de niveau 4 sont entre i. Personne ne doit travailler seul dans le
autres : laboratoire à un moment donné ; la règle
• Virus de la fièvre hémorragique de du travail en binôme au moins doit être
Crimée-Congo ; strictement appliquée. Cette règle prend
• Virus Ebola ; toute son importance dans un laboratoire
• Virus Guanarito ; – niveau de sécurité biologique 4, où le
• Virus Hendra ; port de combinaisons de protection
• Virus de l'herpès simiae (virus B) ; individuelle pressurisées est obligatoire.
• Virus Junin ; ii. Le personnel doit changer complètement
• Virus de la maladie de la forêt de de vêtements et de chaussures avant de
Kyasanur ; pénétrer dans le laboratoire et avant de
• Virus de Lassa ; sortir. Une douche est obligatoire avant la
• Virus Machupo ; sortie.
• Virus de Marburg ; iii. Le personnel doit s’entraîner à la conduite
• Virus Nipah ; à tenir pour l’évacuation d’urgence de
• Virus de la fièvre hémorragique personnes blessées ou prises de malaise.
d'Omsk ; iv. Un système de communication doit être
• Virus Sabia ; mis en place entre les membres du per-
• Virus de l'encéphalite à tiques ; sonnel qui travaillent dans un laboratoire
• Virus de la variole. de confinement à haute sécurité – niveau
de sécurité biologique 4 et le personnel
Avant de construire et de mettre en service extérieur, que ce soit pour les contacts
un tel laboratoire, il convient d’ouvrir des habituels ou en situation d’urgence.
consultations approfondies avec des insti-
tutions ayant l’expertise et l’expérience du Il n’existe actuellement aucun laboratoire
fonctionnement de ce genre d’installation. de NSB-4 au Cameroun. Les organismes
Les laboratoires de confinement à haute vivants du groupe de risque 4 (GR4) ne doivent
sécurité opérationnels – niveau de sécurité pas être manipulés. Tout matériel suspecté
biologique 4 doivent être placés sous le de contenir des agents GR4 nécessitant des
contrôle des autorités sanitaires compé- tests de confirmation en laboratoire doit
tentes, nationales ou autres. Les informa- être emballé conformément aux recom-
tions qui suivent sont une simple mandations des Nations Unies [7-11] et aux
introduction. Toute personne ou institution qui directives de l'Association du Transport
souhaiterait mettre en place un laboratoire Aérien International (IATA) [7], et envoyé
de confinement à haute sécurité – niveau de aux laboratoires disposant des installations
sécurité biologique 4 est invitée à prendre de sécurité adéquates

21
3.7. REGLES DE SECURITE • La voie normale de transmission ;
DES ANIMALERIES • Les volumes et concentrations des
Les animaux sont souvent utilisés à des fins inoculums qui seront utilisés ;
expérimentales ou de diagnostic, l’utilisateur • La voie d’inoculation ;
a l’obligation morale de prendre toutes les • La voie possible d’excrétion.
mesures nécessaires pour éviter de les faire
Quant aux animaux d’expérimentation utilisés
souffrir inutilement (assurer le bien-être
au laboratoire, les facteurs suivants sont à
animal). Les animaux doivent être gardés de
prendre en compte :
manière confortable, hygiénique, et recevoir
• La sensibilité de l’animal au germe étudié ;
de l’eau et des aliments de bonne qualité
•L’âge et le sexe de l’animal ;
en quantité suffisante. Pour des raisons de
•La nature des animaux, à savoir leur
sûreté, l’animalerie doit être indépendante
agressivité et leur tendance à mordre
et séparée du laboratoire. Dans le cas
ou à griffer
contraire, elle sera conçue de manière à
•La nature de leurs ecto ou endoparasites ;
pouvoir être isolée des zones publiques du
•Les zoonoses auxquelles ils sont sensibles ;
laboratoire, et à pouvoir être décontaminée
•La propagation possible d’allergènes
et déparasitée facilement.
et germes pathogènes.
Les animaleries doivent être conçues en
fonction du groupe de risque auquel les
3.7.1. REGLES DE SECURITE
germes étudiés sur les animaux appartiennent. Comme dans le cas des laboratoires, les
Leur conception doit également prendre en exigences relatives à la conception, à l’équi-
compte l’évaluation du risque qu’ils pement et aux précautions à observer sont
représentent. d’autant plus rigoureuses que le niveau de
Les facteurs suivants sont à prendre en sécurité biologique est plus élevé. Elles sont
compte dans le cas des agents pathogènes résumées dans le tableau 4 ci-dessous.
utilisés dans un laboratoire d’expérimentation
animale :

22
Tableau 4 : Niveaux de confinement des animaleries: pratiques et équipements de sécurité, adaptée de [4].

Niveau de Pratiques de Laboratoire et Equipements de


Groupe de risque
confinement Sécurité

I NSBA-1 Accès limité vêtements protecteurs et gants.

En plus des recommandations de NSBA-1, in-


clure les panneaux de danger biologique: ESB de
II NSBA-2 classe I ou II pour les activités génératrices d’aé-
rosols. Décontaminer les déchets et les cages
avant le lavage.

En plus des recommandations de NSBA-2, noter


que l’accès est réglementé. ESB et vêtements
III NSBA-3
protecteurs spéciaux recommandés pour toutes
les activités.
En plus des recommandations de NSBA-3 noter
que l’accès strictement limités. Changer de vêle-
ments avant d'entrer. Utiliser un ESB de classe III
IV NSBA-4
ou combinaisons pressurisées. Prendre une
douche avant de sortir. Décontaminer tous les
déchets avant la sortie.
Les directives de sécurité biologique sont cumulatives, c’est-à-dire qu’à chaque niveau de sécurité s’appliquent toutes celles
qui valent pour les niveaux inférieurs.

3.7.1.1. ANIMALERIE – SECURITE • Un guide d’hygiène et sécurité ou un


BIOLOGIQUE NIVEAU 1 manuel pratique de sécurité doit
C’est le niveau qui convient pour conserver être rédigé et le personnel doit s’y
la plupart des animaux d’élevage après la conformer.
quarantaine (à l’exception des primates,
3.7.1.2. ANIMALERIE – SECURITE
à propos desquels il convient de consulter
BIOLOGIQUE NIVEAU 2
les autorités compétentes) et les animaux
inoculés volontairement avec des agents du C’est le niveau qui convient pour le travail
groupe de risque 1. A ce niveau les conditions sur les animaux inoculés volontairement
suivantes doivent être respectées : avec des agents appartenant au groupe de
• Une bonne technique microbiologique risque 2. Les mesures de sécurité suivantes
est indispensable ; sont applicables :
• Le responsable de l’animalerie doit i. Toutes les exigences relatives aux
déterminer la ligne de conduite animaleries – sécurité biologique
générale ; niveau 1, doivent être respectées.
• Les procédures et les protocoles ii. Des panneaux de danger biologique
applicables à l’ensemble des opérations (voir figure1) seront apposés sur les
et à l’accès au vivarium doivent être portes et autres endroits appropriés.
disponibles; iii. L’animalerie doit être conçue de manière
• Une surveillance médicale appropriée à pouvoir être nettoyée et entretenue
du personnel doit être instituée ;

23
facilement. xvii. Ces instruments doivent toujours
iv. Les portes doivent s’ouvrir vers l’intérieur être ramassés dans des conteneurs
et se fermer automatiquement. résistants munis d’un couvercle (boîtes
anti-piques) et traités comme du matériel
v. Les locaux doivent être convenablement
infectieux.
chauffés, ventilés et éclairés.
xviii.Le matériel destiné à l’autoclavage ou
vi. Si la ventilation est mécanique, le flux
à l’incinération doit être transporté en
d’air doit être dirigé vers l’intérieur.
toute sécurité dans des conteneurs
L’air vicié est évacué à l’extérieur et ne
fermés.
doit en aucun cas être recyclé, où que
ce soit dans le bâtiment. xix. Les cages des animaux doivent être
décontaminées après utilisation.
vii. L’accès doit être limité aux personnes
autorisées. xx. Les cadavres des animaux seront
incinérés.
viii. A part les animaux destinés à l’expéri-
mentation, aucun autre animal ne doit xxi. Le port de vêtements et d’équipements
être introduit dans les locaux. de protection est obligatoire dans
l’animalerie. Ils devront être retirés au
ix. Un programme de lutte contre les
moment de la sortie.
arthropodes et les rongeurs doit être
mis en place. xxii. Un lavabo doit être installé. Le personnel
doit se laver les mains avant de quitter
x. S’il y a des fenêtres, elles doivent être
l’animalerie.
sécurisées, résister aux chocs et si elles
sont susceptibles d’être ouvertes, com- xxiii.Toute blessure, même mineure, doit
porter des grillages pour empêcher le être traitée de manière appropriée.
passage des arthropodes. Elle doit être signalée et enregistrée.
xi. Les plans de travail seront décontaminés xxiv. Il est interdit de manger, de boire, de
avec des désinfectants efficaces après fumer et de se maquiller dans l’animalerie.
utilisation. xxv. Tous les membres du personnel doivent
xii. Des enceintes de sécurité biologique recevoir une formation appropriée.
(classe I ou II) ou des isolateurs disposant 3.7.1.3. ANIMALERIE – SECURITE
d’une alimentation spéciale en air et BIOLOGIQUE NIVEAU 3
d’une évacuation de l’air vicié après C’est le niveau qui convient pour le travail
filtration sur filtre HEPA doivent pouvoir avec des animaux inoculés volontairement
être utilisés pour les activités susceptibles avec des micro-organismes appartenant au
d’entraîner la formation d’aérosols. groupe de risque 3, ou si une évaluation du
xiii. Un autoclave doit être installé, soit sur risque l’indique pour une autre raison.
place, soit à proximité. Chaque année, tous les systèmes, pratiques
xiv. Lorsqu’on retire la litière des animaux, et modes opératoires doivent être réexaminés
il faut éviter au maximum la formation et faire l’objet d’un contrôle de conformité.
d’aérosols et de poussières. Les règles de sécurité suivantes sont appli-
cables :
xv. Tous les déchets et les litières doivent
i. Toutes les exigences relatives aux anima-
être décontaminés avant élimination.
leries – niveaux de sécurité 1 et 2 doivent
xvi. Autant que possible, on limitera être respectées ;
l’utilisation d’instruments pointus ou
ii. L’accès sera strictement réglementé.
tranchants.

24
iii. L’installation doit être séparée des autres 3.7.1.4. ANIMALERIE – SECURITE
laboratoires et animaleries par une pièce BIOLOGIQUE NIVEAU 4
formant vestibule, dotée d’une entrée à Le travail dans cette animalerie sera
double porte ; normalement associé aux manipulations du
iv. Un lavabo doit être installé dans ce laboratoire de confinement à haute sécurité
vestibule. – sécurité biologique niveau 4, et les dispo-
sitions réglementaires nationales et locales
v. Le vestibule doit également comporter
devront être harmonisées pour pouvoir
une douche ;
s’appliquer aux deux. Si des travaux doivent
vi. Les locaux doivent être dotés d’une être effectués dans un laboratoire où le port
ventilation mécanique assurant une de combinaisons pressurisées est obligatoire,
circulation continue de l’air dans toutes un certain nombre d’autres pratiques et
les salles. L’air vicié doit être évacué procédures sont à respecter en sus de celles
à travers des filtres HEPA avant d’être qui sont décrites ici :
rejeté sans recyclage dans l’atmosphère i. Toutes les exigences relatives aux animaleries
extérieure. Le système doit être conçu de niveaux de sécurité 1, 2 et 3 doivent être
manière à empêcher une inversion du sens respectées.
de circulation de l’air et toute surpres-
ii. L’accès sera strictement réglementé, seul
sion dans les locaux de l’animalerie ;
le personnel qualifié et désigné par le
vii.Un autoclave doit être installé dans un responsable de l’établissement doit être
endroit commode de l’animalerie où se autorisé à y accéder ;
trouvent les équipements de confinement.
iii. Personne ne doit travailler seul, la règle du
Les déchets infectieux doivent être passés
travail en binôme doit être appliquée ;
à l’autoclave avant d’être transportés dans
d’autres locaux de l’installation ; iv. Le personnel devra avoir reçu la formation
de microbiologiste la plus poussée possible
viii. Il faut disposer d’un incinérateur sur
et bien connaître les risques liés à son
place ou prendre d’autres dispositions
travail et les précautions à observer ;
en concertation avec les autorités
concernées ; v. Les secteurs où sont hébergés des animaux
porteurs d’agents pathogènes du groupe
ix. Les cages des animaux porteurs de
de risqué 4 doivent répondre en tout
micro-organismes appartenant au groupe
temps aux critères de confinement qui
de risque 3 doivent être placées dans
s’appliquent aux laboratoires de confinement
des isolateurs ou être disposées devant
à haute sécurité – sécurité biologique
des ventilateurs d’extraction ;
niveau 4 ;
x. Il faut veiller à un dépoussiérage maximum
vi. L’entrée dans l’animalerie doit se faire par
des litières ;
un vestibule formant un sas à air, dont le
xi. Tous les vêtements de protection devront côté propre doit être séparé du côté à
être décontaminés avant de passer au accès réglementé par un vestiaire et des
blanchissage ; douches ;
xii. Les fenêtres doivent être hermétiquement vii. Le personnel doit retirer ses vêtements de
fermées et résister aux chocs ; ville en entrant et mettre des vêtements
xiii. Le cas échéant, une vaccination sera protecteurs spéciaux. Après le travail, il doit
recommandée au personnel. enlever les vêtements protecteurs pour
que ceux-ci soient passés à l’autoclave, puis

25
se doucher avant de partir ; risque peut conduire à en décider autrement.
viii. L’animalerie doit être ventilée au moyen Des précautions complémentaires sont
d’un système d’évacuation d’air muni de nécessaires avec certains arthropodes,
filtres HEPA qui est conçu pour créer une notamment les insectes volants :
dépression (circulation de l’air vers i. Les invertébrés infectés et ceux qui ne le
l’intérieur). sont pas doivent être logés dans des
ix. Le système de ventilation doit être conçu pièces distinctes.
pour empêcher une inversion du sens de ii. Les pièces doivent pouvoir être fermées
circulation de l’air et toute surpression dans hermétiquement pour fumigation ;
les locaux de l’animalerie ;
iii. Des pulvérisateurs d’insecticides doivent
x. Il faut disposer d’un autoclave à deux être mis à disposition ;
portes pour l’échange de matériel, le côté
iv. Des systèmes de refroidissement doivent
propre s’ouvrant dans une pièce extérieure
être prévus pour réduire, si nécessaire,
aux salles de confinement ;
l’activité des invertébrés ;
xi. L’échange de matériel non autoclavable
v. L’accès se fera par un vestibule comportant
doit se faire à travers un sas à air, dont le
des pièges à insectes et dont les portes
côté propre doit s’ouvrir dans une pièce
seront munies de grillages pour empêcher
située en dehors des salles de confinement ;
le passage des arthropodes ;
xii. Toutes les manipulations sur des animaux
vi. Tous les conduits de sortie de ventilation
porteurs d’agents pathogènes appartenant
et les fenêtres susceptibles d’être ouvertes
au groupe de risque 4 doivent s’effectuer
seront obturés par un grillage empêchant
dans des conditions de sécurité corres-
le passage des arthropodes ;
pondant à celles d’un laboratoire de
confinement à haute sécurité – sécurité vii.Le siphon des éviers et des égouts ne
biologique niveau 4 ; doit jamais s’assécher ;

xiii.Tous les animaux doivent être hébergés viii.Tous les déchets seront décontaminés
dans des isolateurs ; par passage à l’autoclave, car certains
invertébrés résistent à tous les désinfectants ;
xiv.La totalité des litières et des déchets doit
être passée à l’autoclave avant de sortir de ix. On contrôlera le nombre de formes
l’animalerie ; larvaires et adultes des arthropodes
volants, rampants et sauteurs ;
xv. Le personnel doit être placé sous surveillance
médicale ; x. Les cages des tiques et des acariens seront
placées sur des plateaux contenant du
xvi.L’étiquette de certification des Enceintes
pétrole.
de Sécurité Biologique (ESB) doit être
affichée sur le devant de la hotte. xi. Les insectes volants infectés ou qui
pourraient l’être doivent être confinés
3.8. REGLES DE SECURITE dans des cages à double grillage ;
APPLICABLES AUX xii.Les arthropodes infectés ou qui
INVERTEBRES pourraient l’être doivent être manipulés
dans des enceintes biologiques de sécurité
Comme pour les vertébrés, le niveau de
ou des isolateurs ;
sécurité est déterminé par le groupe de
risque auquel appartiennent les agents xiii.On peut également manipuler les insectes
pathogènes étudiés, toutefois une évaluation du infectés ou qui pourraient l’être sur des

26
plateaux refroidis. compte des exigences fondamentales en
matière de travail de laboratoire, de
3.9. RESSOURCES HUMAINES
sécurité du personnel, d'accès sécurisé,
Les laboratoires du Cameroun doivent disposer
d'espace de travail approprié, de
de ressources humaines compétentes en
stockage du matériel, de flux de la gestion
biosécurité et biosureté. Pour ce faire :
des échantillons, d'élimination des déchets ;
i. Chaque laboratoire doit formellement
désigner un responsable biosécurité iii. Un plan structurel d’organisation du
/biosureté ; laboratoire doit être disponible dans
tous les laboratoires ;
ii. Des modules de formation standard
en biosécurité et biosûreté doivent être iv. L’infrastructure devrait être conçue et
développés. Ils devront comprendre les entretenue en fonction des risques
thèmes suivants : santé et sécurité au biologiques et menaces ;
travail et responsabilité des employés et v. Le laboratoire doit être modifié à la
de la structure ; causes et prévention des lumière des recommandations de l’entité
incendies ; utilisation des extincteurs ; compétente ;
évacuation en situation d’urgence ; premiers vi. Des mesures alternatives doivent être mises
secours ; conduite à tenir en cas d’écla- en place pour remédier aux coupures
boussure et de déversements ; les différents d’électricité et au manque d’eau ;
dangers et risques associés à leur pratique ;
vii.Un plan d’urgence doit être disponible
utilisation des EPI ; utilisation adéquate
pour répondre en cas d’incendies, de
des hôtes) ;
catastrophes naturelles, et d’évacuation
iii. En plus de la formation initiale, le personnel sécurisés ;
de laboratoire doit suivre des formations
viii.Des mesures de sécurité doivent
continues, afin de mettre à jour ses
être prises pour prévenir le vol des
connaissances et ses compétences en
échantillons et du matériel.
matière de biosécurité ;
iv. Des programmes d'évaluation des com- 3.11. EQUIPEMENT ET MATERIEL
pétences couvrant la biosécurité/biosurété DE BIOSECURITE ET BIOSURETE
doivent être menés périodiquement ; Des équipements liés à la prévention des
v. La description de travail du personnel risques biologiques (voir tableaux 5) doivent
doit inclure les responsabilités en matière être disponibles dans les installations ainsi
de biosécurité ; qu'une assurance de conseils techniques et
vi. Des vérifications sur les antécédents de santé de pièces de rechange ;
doivent être effectuées avant de recruter i. Il doit exister une procédure d’acquisition
du personnel pour des laboratoires des équipements bien définie au niveau
spécifiques (comme le laboratoire NSB-3). institutionnel conformément aux spécifi-
cations ;
3.10. LES INFRASTRUCTURES ii. Un entretien régulier et documenté de
Les infrastructures des laboratoires au tout le matériel doit être assuré ;
Cameroun doivent être sûres et sécurisées. iii. Les équipements doivent être certifié
A cet effet : selon les exigences du fabricant par les
i. L’infrastructure doit respecter les normes organismes compétents;
de construction des laboratoires ; iv. Chaque laboratoire doit disposer des
procédures opérationnelles standardisées
ii. La conception du laboratoire doit tenir

27
pour la décontamination; 3.12. ENCEINTES DE SECURITE
v. Le laboratoire doit systématiquement BIOLOGIQUE
disposer des équipements de protection
Les Enceintes de Sécurité Biologique (ESB)
individuels en fonction du niveau de
appelées aussi Postes de Sécurité Microbio-
risque (voir tableaux 6).
logique (PSM), sont conçues pour éviter
que l’opérateur, le local du laboratoire et le
matériel de travail ne soient exposés aux
aérosols ou éclaboussures infectieux qui
pourraient se produire lors de la manipulation
de matériels biologiques contenant des
agents pathogènes, comme les cultures
primaires, les souches pour les cultures et
les échantillons destinés au diagnostic.
En fonction du type de protection recherchée,
les laboratoires doivent utiliser les enceintes
biologiques de sécurité dont les spécifications
sont décrites dans le tableau 7 ci-dessous.

Tableau 5 : Equipements et instruments de sécurité biologique [5]

Equipements et
Risques Caractéristiques de sécurité
instruments

Bonne filtration de l’air évacué


- -
Pas de protection du produit

Flux entrant minimal (vitesse frontale) au niveau


ESB-Classe I Aerosols et projections
de l’ouverture frontale.

28
Flux entrant minimal (vitesse frontale). Bonne
ESB-Classe II Aerosols et projections
filtration de l’air évacué
Assure la protection du produit
ESB-Classe III Aerosols et projections Confinement a haute sécurité
Assure la protection du produit si flux laminaire
Isolateur à dépression
en feuille de plastique Aerosols et projections Confinement a haute sécurité
souple
Projections de produits Constitue un écran entre l’operateur et
Ecran anti-projections
chimiques la manipulation
Risques dus au pipettage
à la bouche : ingestion •Facilité d’utilisation
de germes pathogènes,
inhalation des aérosols •Pas de contamination de l’extrémité pour l’aspi-
produits par la succion ration, protection du pipetteur, de l’utilisateur et
Pipetteurs exercée sur la pipette, du circuit de vide (conduites d’aspiration)
expulsion de liquide ou •Stérilisation possible
chute de gouttes, conta- •Pas de fuite par la pointe de la pipette
mination de l’extrémité
de la pipette servant à
aspirer

•Protection par un tube fermé à une extrémité


Anse micro-incinérateurs, Projections provenant en verre ou en céramique, chauffé au gaz ou à
Anses jetables des anses de transfert l’électricité
•Jetables, chauffage inutile

Récipients étanches pour


recueillir et transporter le Aérosols, produits ré- •Construction étanche, munie d’un couvercle
matériel infectieux à sté-
pandus par suite de ren- •Résistance à l’usure
riliser dans une installa-
tion appropriée de versements ou de fuites •Autoclavables
l’établissement
Conteneurs pour objets •Autoclavables
Piqûres et coupures
pointus ou tranchants •Anti-piques, robustes

•Robustes
Conteneurs de transport Libération de micro-or-
•Conteneurs primaires et secondaires étanches à
d’un laboratoireou d’un ganismes dans l’environ-
l’eau(anti-fuites)
établissemement à l’autre nement
•Matériau absorbant retenant les liquides
Autoclaves, manuels ou Libération de micro-or- Objets et matériel contaminés (sécurisés en vue
automatiques ganismes dans l’environ- de leur élimination ou réutilisation)
Flacons à bouchon vissé nement Aérosols et produits répandus

•Un filtre à cartouche arrête les aérosols (diamè-


Contamination du circuit
tre des particules 0,45mm)
de vide ou des
Protection du circuit de •La fiole à trop-plein contient un désinfectant
conduites d’aspiration
vide ou conduites d’aspi- approprié. On peut utiliser un flotteur en caout-
par des aérosolsoule
ration chouc pour couper automatiquement la dépres-
débordement de
sion quand la fiole est pleine
liquides
•Le système peut être entièrement autoclavé

29
Tableau 6 : Les équipements de protection individuelle [5]

Equipement Risques Spécificité de sécurité

Blouses et sarraus de la- Contamination des * Boutonnage par l’arrière


boratoire vêtements * couvre les vêtements de vile
Contamination des
Tablier de plastique * Etanche a l’eau
vêtements
Contamination des
Chaussures * Bout fermé
vêtements
* Verres antichocs (doivent être correcteurs ou
Lunettes à coques Chocs et éclaboussures
portés au dessus des lunettes de vue)

Lunettes de sécurité Chocs * Verres anti-chocs (doivent être correcteurs

* Protègent entièrement le visage


Ecrans faciaux Chocs et éclaboussures
* S'enlève facilement en cas d’accident
* Différent modèles: Jetable à
usage unique; avec masque Complet ou demi-
Appareils et masques
inhalation d'aérosols masque et cartouche d’épuration de l’air; à ad-
respiratoires
duction d'air filtré à pression positive
intermittente ; à adduction d'air

* Jetables, certifiés de qualité


Contact direct avec des microbiologique. En PVC,
Gants micro-organisms latex ou polyacrytonitrile
Coupures * Protection des mains
* A mailles

Tableau 7 : Choix d’une enceinte biologique de sécurité (ESB) en fonction du type de protection recherchée [5]

TYPE DE PROTECTION ESB A UTILISER

Protection du personnel, micro-organismes des


Classe I, Classe II, Classe III
groupes de risque 1 à 3

Protection du personnel, micro-organismes du


Classe III
groupe de risque 4, laboratoire avec botte à gants

Protection du personnel, micro-organismes


du groupe de risque 4, port obligatoire de Classe II
combinaisons pressurisées
Protection du produit Classe II, Classe III uniquement si flux laminaire
Protection contre les radionucléides volatils/
Classe IIB1, Classe IIA2 a évacuation extérieure
protection chimique, quantités minimes
Protection contre les radionucléides volatils/
Hotte chimique, Classe IIB2, Classe III
protection chimique

30
4. LES BONNES PRATIQUES
EN LABORATOIRE

S
i les bonnes pratiques de laboratoire agitateurs secoueurs, des mélangeurs et
ne sont pas observées au cours des des générateurs d’ultrasons ;
phases pré analytiques, analytiques et x. Utilisation des broyeurs de tissus ;
post analytiques, il existe un risque d’infection
xi. Ouverture des ampoules contenant du
pour le personnel et pour l’environnement.
matériel infectieux lyophilisé ;
Les bonnes pratiques de laboratoire doivent
être définies dans un manuel de procédures xii.Stockage des ampoules contenant du
et diffusées. Parmi ces pratiques, figurent : matériel infectieux ;

i. Prélèvement et transport des échantillons xiii.Précautions d’usage pour manipuler du


à l’intérieur de l’établissement : utilisation sang et autres liquides biologiques, des
des conteneurs à échantillons; tissus et des excrétas ;

ii. Le triple emballage ; xiv.Récolte, étiquetage et transport d’échan-


tillons ;
iii. Réception des échantillons : les laboratoires
qui reçoivent un grand nombre d’échantillons xv. Ouverture des tubes à échantillon et
doivent réserver une pièce ou une zone échantillonnage ;
particulière à cet effet ; xvi.Manipulations des verres et objets tran-
iv. Ouverture des colis : le personnel qui reçoit chants ou pointus
et défait l’emballage des échantillons xvii.Préparation des frottis/gouttes épaisses ;
doit connaître les risques qu’il encourt et xviii.Préparation des tissus : fixation et coupe ;
on doit lui avoir appris à respecter les xix.Utilisation des EPI ;
précautions d’usage ;
xx.Techniques de décontamination et de
v. Utilisation des pipettes et des dispositifs désinfection ;
de pipetage ;
xxi.Tenue des registres
vi. Précautions en vue d’éviter l’ingestion de
xxii.Respect des règles d’hygiène et de
matériel infectieux et le contact avec la
sécurité.
peau et les yeux ;
vii.Précautions en vue d’éviter l’inoculation
accidentelle de matériel infectieux ;
viii.Séparation du sérum : la bonne utilisation
des centrifugeuses ;
ix. Utilisation des homogénéisateurs, des

31
5. PLANS D’URGENCE ET CONDUITE
A TENIR EN CAS D’URGENCE

L
e risque de contracter des infections v. Liste des moyens disponibles pour assurer
associées au laboratoire, les risques le traitement et l’isolement des personnes
d'accident, d'incendie, d'inondation, exposées ou contaminées
etc. est réel, toujours présent et fait partie vi. Transport des personnes exposées ou
intégrante du milieu de travail dans les contaminées
laboratoires de diagnostic en général
vii. Liste des sources d’immunosérums, de
et dans le laboratoire de microbiologie
vaccins, de médicaments, de matériel et
clinique en particulier. Les mesures de sécurité
de fournitures spécialisés
lors de la manipulation des germes et des
animaux doivent être prises dans tous les viii.Sources d’approvisionnement en
laboratoires. Le laboratoire ou l’animalerie équipements et matériel de secours : à
qui manipule et conserve les microorga- titre d’exemple vêtements protecteurs,
nismes, doit rédiger un plan d’urgence pour désinfectants, matériel et fournitures
faire face aux accidents qui pourraient pour la décontamination.
survenir. Ce plan d’urgence doit prévoir la Des exercices de simulation réguliers
conduite à tenir dans différentes situations : doivent être organisés pour familiariser le
i. Catastrophe, naturelle ou autre : incendie, personnel avec les procédures d’urgence.
inondation séisme ou explosion par Système d’alarme et d’information
exemple ;
En cas d’incendie ou catastrophe naturelle,
ii. Risque biologique ; les services de secours locaux ou nationaux
iii. Exposition accidentelle et de contamination ; doivent être informés des dangers potentiels
iv. Exposition du personnel et des animaux ; qui existent à l’intérieur ou au voisinage
des bâtiments. Ils ne pourront y pénétrer
Les points suivants doivent être pris en
qu’accompagnés d’un membre expérimenté
compte lors de l’élaboration de ce plan :
du personnel. Le matériel infectieux devra
i. Identification des micro-organismes à haut être recueilli dans des conteneurs étanches
risque ; ou des sacs jetables en matériau résistant.
ii. Localisation des zones à haut risque telles que Il appartient à l’équipe de sécurité de
laboratoires, aires de stockage, animaleries ; déterminer en fonction de la réglementation
iii. Identification du personnel et des popu- locale ce qui peut être récupéré et ce qui
lations à risque ; doit être détruit.
iv. Identification des responsables et de leurs Concernant les services de secours, les
responsabilités : délégué à la sécurité numéros de téléphone et adresses suivantes
biologique, équipe de sécurité, autorités seront placés bien en évidence dans les locaux
sanitaires locales, cliniciens, microbiologistes, de l’établissement :
vétérinaires, épidémiologistes, pompiers et • Nom, adresse et plan d’accès de
police entre autres l’établissement ou du laboratoire

32
(pas nécessairement connus par la (nom des divers centres de soins,
personne qui appelle ou le service cliniques, services ou du personnel
appelé) ; médical, si possible) ;
• Directeur de l’établissement ; • Police ;
• Responsable de laboratoire ; • Médecin ;
• Responsable biosécurité ; • Technicien responsable ;
• Service incendie/pompiers ; • Services des eaux, du gaz et de
• Hôpitaux, ambulances, personnel médical l’électricité.

6. DESINFECTION ET STERILISATION

L
a connaissance et le respect des principes Le temps de contact nécessaire avec un
de base de désinfection et de stérilisation désinfectant donné est propre à chaque
sont d’une importance cruciale pour la substance et à chaque fabricant. C’est pourquoi
sécurité biologique au laboratoire. Il est tout toutes les recommandations relatives à
aussi important de connaître les éléments de l’utilisation des désinfectants doivent être
base du nettoyage préalable à la désinfection conformes aux spécifications indiquées par
(pré nettoyage). le fabricant. Les protocoles ainsi que les
barèmes de stérilisation doivent être respectés

7. GESTION DES DÉCHETS ET


CADAVRES D’ANIMAUX
7.1. GESTION DES DÉCHETS en vigueur ;
• La sécurisation des sites d’entreposage
La gestion des déchets vise la manipulation, avant le transport pour la destruction
l’élimination sûre et fiable des déchets selon la réglementation en vigueur ;
biologiques produits dans le laboratoire. • La documentation de toutes les
Une bonne gestion des déchets garantit la étapes de gestion des déchets ;
sécurité des patients et des personnels, • La diminution de la production des
limite les impacts sur l'environnement et déchets ;
permet de maîtriser le budget d'élimination des • L’élimination des déchets et traçabilité
déchets. Tous les établissements manipulant des matériels éliminés ;
le matériel biologique doivent avoir un plan • La formation adéquate du personnel
efficace de gestion des déchets qui inclut : traitant les déchets, par les
• L’identification et la classification des instituts/laboratoires employeurs ;
déchets ; • La fourniture au personnel d’équipements
• Le respect des règles de tri et de protection individuelle appropriés
d’emballage selon la réglementation pour le traitement des déchets.

33
Le responsable du laboratoire doit s’assurer centrales d’équarrissage ou d’incinération.
de la crédibilité et de la compétence des Le prétraitement peut consister à broyer
prestataires sollicités pour le traitement des des cadavres d’animaux qui peuvent être
déchets générés dans le laboratoire. Un ensuite transportées dans des conteneurs
agrément et le contrat liant le laboratoire scellés ou être soumis à un processus
au prestataire de service de traitement des dé- de fermentation, de compostage ou de
chets doivent être documentés au laboratoire. congélation. Les différentes méthodes de
traitement [8] sont :
7.2. GESTION DES CADAVRES
D’ANIMAUX • Incinération dans une installation
La méthode adoptée d’élimination des spéciale, à ciel ouvert ou à rideau
cadavres doit prendre en compte les causes d’air
de mortalité de ces animaux, les dispositifs • Compostage ;
existants pour l’élimination de ces cadavres, • Equarrissage ;
de leurs capacités et de leurs rendements. • Enfouissement ;
Elle dépend aussi des conditions requises • Méthanisation ;
pour l’inactivation de l’agent pathogène.
• Hydrolyse alcaline ;
Pour certaines d’entre-elles, un prétraitement • Bioraffinage ;
est susceptible d’être requis sur l’exploitation
• Déversement des cadavres en mer.
avant d’envisager l’acheminement des
cadavres des animaux vers des installations

8. GESTION
DES ECHANTILLONS

L
e matériel biologique (microorga- • Les documents de transport doivent
nismes, spores, toxines et dérivés) doit être dument remplis ;
être conservé et sécurisé afin d’éviter • Les procédures d’emballage doivent
une utilisation à des fins de bioterrorisme. être respectées ;
La préparation, le conditionnement, le • Les structures doivent mettre en place
stockage et le transport sûrs et sécurisés les mesures pour la manipulation sans
des échantillons à l'intérieur des installations, danger (stockage, conditionnement et
dans tout le pays et à l'étranger doivent transport) y compris des accidents tels
être assurés. A cet effet : que des fuites et des déversements de
matériel biologique;
• Le personnel impliqué doit être formé ;
• Une documentation appropriée des
• La réglementation en vigueur dans
échantillons ainsi que leur traçabilité
le pays en matière de transport ou
doivent être disponibles ;
d’expédition des échantillons doit être
• Les règles nationales et internationales
respectée ;
doivent être respectées pour les envois
• La chaine de froid doit être maintenue
internationaux.
durant le transport ;

34
9. SANTE AU TRAVAIL

U
n programme de santé au travail • Un système doit être en place et
contribue au bien-être, (santé physique, documenté pour signaler les incidents
santé mentale et santé sociale) et prendre les mesures correctives ;
du personnel de laboratoire et assure un • Tout cas de maladie ou de décès
environnement sain. Pour ce faire : attribuable à l’exposition à un agent
biologique pendant le service doit
• Un dossier médical du personnel doit
être notifié par écrit à l’autorité com-
être disponible et un contrôle médical
pétente ;
annuel doit être réalisé pour tous les
• Le personnel désigné doit être
employés ;
formé à la fourniture des premiers
• Le personnel doit avoir accès à un
secours et des soins d’urgence et à
médecin de travail ;
l’utilisation des trousses de premiers
• Une politique de vaccination appropriée
secours mises à disposition ;
doit être établie, tout en assurant
• Tout laboratoire devrait souscrire
l’accessibilité aux vaccins requis
à une police d’assurance pour le la-
en fonction des risques identifiés
boratoire couvrant aussi le personnel ;
(Hépatites, Fièvre jaune, Tuberculose,
• Des orientations claires et des mesures
Ebola, etc.) ;
spécifiques doivent être mises en
• Un plan de prophylaxie post exposition
place pour traiter de la prévention
(PPE) doit être disponible en fonction
des risques biologiques;
du degré de risque ;
• Les problèmes liés à la grossesse, les
• En cas d’exposition, le personnel
personnels avec un statut immunitaire
doit avoir accès à la prophylaxie post
compromis ou un handicap doivent
exposition (PPE) 24H/24 et 7J/7 ;
être pris en compte ;
• Les équipements de protection
• L'ergonomie propice aux pratiques
individuelle doivent être disponibles
de biosécurité doit être dûment
en fonction du risque ;
prise en compte.

10. SECURITE DES DONNEES

L
’accès aux données doit être sécurisé et • L’archivage doit respecter la politique
réservé aux seules personnes autorisées. nationale ;
• Il est obligatoire de sécuriser les
données et d’élaborer une politique
A cet effet :
de gestion des données au niveau
• Les mesures de sécurisation des données
de la structure ;
doivent être prises et disponibles ;
• Les structures dotées d'un système
• Les mesures de confidentialité des
informatique centralisé doivent
données doivent être rigoureuses ;
s'assurer de la confidentialité des
• La sauvegarde des données doit être
données et de leur protection.
régulière et l’accès géré par les mots
de passe ;

35
11. GESTION
DES INCIDENTS ET ACCIDENTS

D
es procédures doivent être mises en • Les actions correctives doivent être do-
place pour gérer tout incident et ac- cumentées et revues périodiquement ;
cident qui surviendraient lors d’une • Un processus d'amélioration continue
manipulation dans un laboratoire.
doit être mis en place pour examiner et
Pour cela : améliorer le programme de sécurité ;
• Tous les accidents et incidents survenus • En cas de menace potentielle pour la
au laboratoire doivent être rapportés santé publique, la direction prend les
immédiatement et documentés ; mesures appropriées et en informe
• Une analyse des causes doit être sans délai le ministère de tutelle et le
menée pour tout incident ou accident réseau des laboratoires.
survenu au laboratoire ;

12. SECURITE CHIMIQUE

L
e personnel des laboratoires est • Il ne faut conserver au laboratoire que
exposé à des produits chimiques la quantité de produits nécessaire
dangereux tout autant qu’à des pour l’usage quotidien. - Les stocks
germes pathogènes [5]. A cet effet : doivent être entreposés dans une
• Le personnel doit être formé sur les réserve constituée d’une pièce ou
effets toxiques de ces produits, de d’un bâtiment conçu à cet effet ;
leurs voies d’exposition et des risques • Les produits chimiques doivent être
que comportent leur manipulation et rangés par compatibilité ;
leur stockage ainsi que la gestion Pour prévenir tout risque d’incendie ou
des fluides chimiques. ; d’explosion, les produits qui figurent dans
• Le personnel des laboratoires où de la colonne de gauche du tableau 8 doivent
tels produits sont utilisés doit avoir être entreposés et manipulés de façon à éviter
accès à la documentation traitant de tout contact avec les substances placées en
la gestion des produits chimiques ; regard, dans la colonne de droite.

Tableau 8 : Règles générales d’incompatibilité chimique [5].

Types de substance Substances incompatibles

Métaux alcalins, comme le sodium, le potas-


Dioxyde de carbone, hydrocarbure chlorés, eau
sium, le césium, ou le lithium

Halogènes Ammoniac, acétylène, hydrocarbures


Acide acétique, sulfure d’hydrogène, aniline, Oxydants, comme l’acide chromique, l’acide
hydrocarbures, acide sulfurique nitrique, les peroxydes ou les permanganates

36
13. SECURITE ET TECHNOLOGIES
DE RECOMBINAISON D’ADN
13.1. TECHNOLOGIES DE viraux sont cultivés dans des lignées cellulaires
RECOMBINAISON DE L’ADN capables de compenser ce défaut. Il existe
ET RISQUES BIOLOGIQUES cependant un risque de recombinaisons spon-
tanées suite à une contamination par des virus
Les technologies de recombinaison de l’ADN
capables de se répliquer ou à un défaut de
(génie génétique) consistent à associer du
purification de la souche virale. Ces vecteurs
matériel génétique de diverses origines
doivent donc être manipulés au même niveau
pour créer des organismes génétiquement
de sécurité biologique que les virus dont ils
modifiés (OGM) qui n’ont probablement
dérivent.
jamais existés dans la nature. En raison des
risques potentiels auxquelles exposent ces 13.2. ANIMAUX
manipulations, les travaux de génie géné- TRANSGENIQUES ET
tique doivent être effectués dans de ANIMAUX « KNOCK OUT»
bonnes conditions de sécurité, ce qui exige Les animaux porteurs de gènes étrangers
une évaluation correcte de risque et de (animaux transgéniques) doivent être manipulés
prise de mesures suffisantes de sécurité. à un niveau de confinement correspondant
Les techniques habituelles de génie génétique aux caractéristiques des produits de ces
peuvent être utilisées sans risque sur le gènes. Les animaux chez lesquels on a
système E. coli /pUC18 au niveau 1 de procédé à la délétion de certains gènes
sécurité biologique, aussi longtemps que particuliers (animaux "knock out")
les produits exprimés par l’ADN étranger ne présentent généralement pas de danger
inséré dans la bactérie ne nécessitent pas le sur le plan biologique. Parmi ces animaux
passage à un niveau supérieur. Néanmoins, transgéniques figurent ceux qui expriment
un niveau élevé de sécurité biologique est les récepteurs de virus normalement incapables
nécessaire lorsque : d’infecter l’espèce en question. S’il arrivait
i. L’expression des séquences d’ADN provenant que de tels animaux s’échappent d’un labora-
de germes pathogènes est susceptible toire et transmettent leurs gènes étrangers
d’augmenter la virulence de l’OGM ; à leurs congénères sauvages, il pourrait
ii. Les séquences insérées ne sont pas théoriquement se constituer au sein de la
parfaitement caractérisées ; population animale un réservoir pour ces
iii. Les produits géniques peuvent avoir une virus. Ainsi, pour chaque nouvelle lignée
activité pharmacologique ; d’animaux transgéniques, il faut procéder
iv. Les produits géniques codent pour des à des études minutieuses pour déterminer
toxines. par quelles voies ces animaux peuvent être
Lorsque des vecteurs viraux sont utilisés infectés, quel est le volume d’inoculum
pour le transfert de gènes dans d’autres cellules, nécessaire à l’infection et quelle proportion
ils doivent être dépourvus des gènes qui d’animaux infectés excrètent le virus. En
commandent la réplication. Ces vecteurs outre, il faut prendre toutes les mesures

37
nécessaires pour assurer un confinement Certaines modifications n’impliquant pas
rigoureux. des gènes dont les produits sont intrinsè-
quement nocifs peuvent néanmoins
13.3. PLANTES conduire à des effets indésirables par suite
TRANSGENIQUES de la modification des facteurs pathogènes
On utilise des plantes transgéniques exprimant ou non pathogènes existants. Pour reconnaître
des gènes d’origine humaine ou animale ces dangers potentiels, il faut se poser les
pour obtenir des produits d’intérêt médical questions suivantes :
ou nutritionnel. Il convient de procéder à i. Y a-t-il augmentation de l’infectiosité ou
une évaluation du risque pour déterminer à de la pathogénicité ?
quel niveau de sécurité biologique ces
ii. L’insertion du gène étranger peut-elle
plantes doivent être produites. Dans le
compenser une mutation incapacitante
cas de travaux sur des OGM, l’évaluation
chez le receveur ?
du risque doit prendre en compte les
caractéristiques des organismes donneurs iii. Le gène étranger code-t-il pour un facteur
et receveurs. de pathogénicité appartenant à un autre
organisme ?
13.3.1. DANGERS DIRECTEMENT iv. Si l’ADN étranger contient un tel facteur
LIES AU GENE INSERE de pathogénicité, peut-on envisager que
(ORGANISME DONNEUR) cela ait des conséquences pour la patho-
Une évaluation du risque est nécessaire génicité de l’OGM ?
dans le cas où le produit du gène inséré v. Existe-t-il un traitement ?
possède une activité biologique ou pharma- vi. La modification génétique aura-t-elle des
cologique reconnue qui pourrait se révéler conséquences pour la sensibilité de
nocive. On peut citer comme exemple, les l’OGM aux antibiotiques ou à d’autres
toxines, cytokines, hormones, régulateurs types thérapeutiques ?
de l’expression génique, facteurs de virulence vii.L’éradication de l’OGM est-elle possible ?
ou d’accroissement de la virulence,
L’utilisation d’animaux ou de végétaux
séquences oncogènes, facteurs d’anti-bio-
entiers à des fins expérimentales demande
résistance ou allergènes. Dans chaque cas, il également mûre réflexion. Les chercheurs
faut évaluer le niveau d’expression nécessaire doivent respecter la réglementation, les
pour qu’une activité biologique ou pharma- restrictions et les prescriptions relatives au
cologique se manifeste. travail sur les OGM en vigueur au Cameroun.
13.3.2. DANGERS LIES AU
RECEVEUR OU A L’HOTE
L’évaluation du risque sera basée sur les
éléments suivants :
i. La sensibilité de l’hôte ;
ii. La pathogénicité de la souche hôte, et
notamment sa virulence, son infectiosité
et sa production de toxines ;
iii. La modification de la gamme d’hôtes ;
iv. L’état immunitaire du receveur ;
v. Les conséquences d’une exposition.

38
14. AUTRES RISQUES

14.1. RISQUE D’INCENDIE issues de secours à emprunter ;


• Le matériel de lutte anti-incendie
Tout incendie présente un risque de perte
doit être placé à proximité des
matériel et en vie humaine, des blessures et
portes des salles et en divers points
dissémination de matériel biologique infec-
stratégiques des couloirs et des halls ;
tieux qu’il faut prendre en compte, éventuel-
• Le personnel doit être formé à
lement pour décider s’il est préférable
l’utilisation des extincteurs ;
d’éteindre l’incendie ou de le circonscrire. Il
• Les extincteurs doivent être réguliè-
est important de disposer des mesures de
rement vérifiés et entretenus et on
prévention et de gestion des incendies.
veillera à ce qu’ils ne soient pas
A cet effet :
périmés.
• Le personnel doit être formé sur les
mesures de prévention et de gestion 14.2. RISQUES ELECTRIQUES
des incendies ; • Toutes les installations et appareils
• Un plan de sécurité incendie doit électriques doivent être vérifiés et
être disponible au laboratoire ; contrôlés régulièrement, y compris la
• La liste des contacts (numéros prise de terre ;
standards) des services des sapeurs
• Tout l’appareillage électrique du
pompiers et des urgences, numéro
laboratoire doit être relié à la terre,
du responsable de biosécurité et
au moyen de prises de terre, de
celui du laboratoire doit être disponible ;
préférence ;
• Le matériel de gestion des incendies
• Des disjoncteurs et notamment des
tel que les extincteurs, les masques,
disjoncteurs différentiels doivent être
un système d’alarme etc., doit être
installés sur les circuits électriques
disponible ;
des laboratoires ;
• Les issues de secours doivent être
présentes et non encombrées ; • La totalité des appareils et circuits
• Un plan de laboratoire avec les sorties électriques du laboratoire doit être
visibles doit être disponible; conforme aux normes nationales de
• Le point de rassemblement doit être sécurité électrique ;
bien matérialisé ; • La position des disjoncteurs doit être
• Un programme de simulation doit connue par tout personnel des labo-
être documenté et disponible ; ratoires ;
• Des panneaux, judicieusement placés • Le laboratoire doit éviter le contact
bien en évidence dans chaque salle, de l’eau ou des produits chimiques
dans les couloirs et les halls, devront avec des câbles électriques.
mettre en garde le personnel et indiquer
NB : Les disjoncteurs ne protègent pas les
la conduite à tenir ainsi que les
personnes; leur rôle est de protéger les

39
circuits d’une surcharge et par conséquent, protection des techniciens contre l’exposition
d’éviter les incendies. Les disjoncteurs dif- aux rayonnements ionisants. La sécurité
férentiels sont eux destinés à protéger les quant à elle renvoie à la protection des
personnes des chocs électriques. substances radioactives ou autres sources
de rayonnements contre le vol, la destruction
14.3. RISQUES DE NUISSANCE ou l’utilisation à des fins malveillantes.
SONORE
Les rayonnements ionisants proviennent de
Les effets d’une exposition durable à un la radioactivité naturelle ou artificielle ; ils
bruit excessif sont insidieux. Quelques sont inodores, sans saveur, incolores, et
appareils de laboratoire, tels que certains invisibles à l’œil nu, pourtant ils sont doués
types de lasers ou encore les installations d’une très grande capacité de nuisance. Au
qui abritent des animaux, peuvent entraîner Cameroun, les rayonnements ionisants sont
une importante exposition de ce genre. On utilisés en médecine, dans l’industrie et dans
peut procéder à des mesures acoustiques les laboratoires de recherche.
pour déterminer le risque d’exposition au bruit.
Les effets des rayonnements ionisants sont
Si les données obtenues le justifient, on
de deux types notamment :
pourra envisager des mesures techniques
• Les effets immédiats ou déterministes,
telles que l’encoffrage des équipements
qui sont les brûlures radiologiques
bruyants ou la pose de barrières ou
(blessures graves très difficilement
d’écrans antibruit autour de ces équipe-
curables), et la mort lorsque la dose
ments ou entre les zones bruyantes et les
de rayonnements est élevée ;
autres zones de travail. Si l’on ne peut pas
réduire le niveau de bruit et que le personnel • Les effets à long terme, qui sont des
soit exposé en permanence à un bruit effets somatiques et héréditaires.
excessif, il faudra mettre en place un En laboratoire la probabilité de survenue
programme de protection auditive des effets à long terme est plus élevée, surtout
prévoyant le port d’oreillettes de protection lorsque les mesures de sûreté radiologique
pour les travaux en ambiance bruyante, ne sont pas respectées.
ainsi qu’une surveillance médicale du • Les effets somatiques, sont en particulier
personnel pour déterminer les effets de cette des cancers radio-induits, par exemple
nuisance [5]. L’utilisation des radios et des des leucémies ou encore des cancers
appareils de musique dans le laboratoire osseux, pulmonaires ou cutanés, qui
doit être contrôlée. L’utilisation des peuvent n’apparaître que plusieurs
téléphones portables n’est pas appropriée années après l’irradiation. D’autres
dans un laboratoire. effets moins graves peuvent consister
en petites lésions cutanées, alopécie,
14.4. SURETE ET SECURITE anomalies sanguines, lésions des voies
RADIOLOGIQUE digestives ou cataracte.
La sûreté et la sécurité radiologique sont
• Les effets héréditaires sont des
deux termes clés en radioprotection qui
symptômes qui s’observent dans la
sont définis comme étant l’ensemble des
descendance des sujets exposés. Par
dispositions prises pour protéger l’homme,
exemple les effets héréditaires de
l’environnement et les biens contre les
l’irradiation des gonades consistent
effets nocifs des rayonnements ionisants.
en des anomalies chromosomiques ou
En laboratoire, la sûreté radiologique est la mutations géniques. L’irradiation à

40
forte dose des cellules germinales les déchets radioactifs,
présentes dans les gonades peut • Passant le moins de temps possible
également entraîner la mort cellulaire, dans une zone du laboratoire où il y
avec pour conséquence des troubles a risque d’irradiation,
de la fertilité chez les deux sexes.
• S’exerçant à bien gérer et planifier
Une exposition du fœtus pendant
les manipulations de substances
son développement, en particulier
radioactives et leur durée.
entre la huitième et la quinzième
semaine de la grossesse, peut accroître « Moins on passe de temps dans le
le risque de malformations congénitales, champ d’irradiation, plus la dose reçue
d’arriération mentale ou de cancers individuellement est faible », comme le
radio-induits plus tard. montre l’équation suivante :

Pour limiter les effets nocifs des rayonne- Dose =Débit de dose x temps
ments ionisants, les quatre principes de
la radioprotection suivants devraient être Augmentation de la distance à la source
réglementés et appliqués : Une petite augmentation de la distance
i. Réduire le plus possible la durée d’exposition ; peut se traduire par une réduction non
ii. Se tenir le plus loin possible de la source négligeable du débit de dose.
de rayonnements ; 𝑫𝒆𝒃𝒊𝒕 𝒅𝒆 𝒅𝒐𝒔𝒆 = 𝑪𝒐𝒏𝒔𝒕𝒂𝒏𝒕𝒆 𝐱 𝟏/𝒅𝒊𝒔𝒕𝒂𝒏𝒄𝒆𝟐
iii. Placer un blindage autour de la source
Pour la plupart des rayonnements, le débit
de rayonnements ;
de dose est proportionnel à l’inverse du
iv. Substituer aux radionucléides d’autres carré de la distance à une source ponctuelle
techniques non radiométriques. : On voit donc que si on double la distance
14.4.1. MESURES DE PROTECTION EN entre la source de rayonnements et le
LABORATOIRE manipulateur, l’exposition sera divisée par
Au laboratoire, les mesures de protection quatre au cours de la même durée. On utilise
sont les suivantes : parfois des pinces à long manche ainsi que
des dispositifs pour le pipetage à distance
Réduction de la durée d’exposition
pour augmenter la distance entre le mani-
On peut réduire la durée d’exposition au pulateur et la source.
cours des manipulations de substances
radioactives en : Utilisation d’un blindage ou écran
• S’exerçant à pratiquer les techniques En plaçant entre la source et le manipulateur
nouvelles et non familières sans utiliser ou les autres personnels du laboratoire, des
de radionucléide jusqu’à ce qu’on écrans capables d’absorber ou d’atténuer
les maîtrise parfaitement, l’énergie rayonnée par la source, on peut
limiter l’exposition de ces personnes. Le
• Utilisant les radionucléides en temps voulu,
choix du type d’écran et de son épaisseur
avec prudence et sans précipitation,
dépend de la capacité de pénétration du
• Veillant à ce qu’une fois utilisées, rayonnement émis (c’est-à-dire de sa nature
toutes les sources radioactives et de son énergie). Des écrans en résine
soient immédiatement rangées dans acrylique, en bois ou en métal léger, d’une
leur lieu de stockage, épaisseur de 1,3 à 1,5 cm protègent contre
• Eliminant fréquemment du laboratoire la particule bêta moins énergétique ; mais

41
pour protéger contre le rayonnement à ce que le confinement, le nettoyage et la
gamma ou les rayon-X de haute énergie, il décontamination soient faciles et simplifiés.
est nécessaire d’utiliser des écrans en La zone de manipulation doit être située
plomb de densité élevée. dans une pièce contiguë du laboratoire
principal à distance des autres zones de travail.
Substitution
Des panneaux portant le symbole interna-
Il ne faut pas utiliser les radionucléides s’il
tional de risque d’irradiation (ci-dessous)
existe d’autres techniques alternatives pouvant
doivent être apposés à l’entrée de la zone
permettre d’atteindre le même but.
d’irradiation ou de manipulation. .
Et au cas où il n’existe aucune technique Règles concernant la paillasse où s’effectue
alternative, il faudra utiliser le radionucléide
dont le rayonnement soit le moins pénétrant
ou le moins énergétique possible lorsqu’un
choix s’offre.

14.4.2. REGLES DE MANIPULATION DES


SUBSTANCES RADIOACTIVES Figure 6 : Symbole international de risque d’irradiation

Il y a quatre règles pour le travail avec des


substances radioactives, à savoir celles qui la manipulation
concernent : • Utiliser des plateaux contenant des
• La zone d’irradiation ; matériaux absorbants jetables pour
• La paillasse où s’effectue la manipulation ; recueillir les liquides répandus ;
• La gestion des déchets ; • Limiter la quantité de radionucléide
• La conduite à tenir en situation utilisée ;
d’urgence. • Disposer d’un écran de protection
Règles concernant la zone d’irradiation séparant les sources de rayonne-
• Utiliser les substances radioactives ments posées sur la paillasse et les
dans les zones spécialement destinées secteurs où sont placés les déchets
à cet usage ; radioactifs ;
• Seul le personnel indispensable doit • Etiqueter les conteneurs de produits
être présent lors de la manipulation ; radioactifs en précisant la nature du
• Porter des équipements de protection radionucléide, son activité et la date
individuelle, notamment une tenue de la mesure.
de laboratoire appropriée, des lunettes Règles concernant la gestion des déchets
de sécurité et des gants jetables ; radioactifs
• Porter un dosimètre personnel pour • Eliminer fréquemment les déchets
le suivi dosimétrique des professionnels ; radioactifs de la zone de travail,
• Utiliser les radiodosimètres/débit- • Aménager un endroit sûr et sécurisé
mètres pour le contrôle des zones de pour le stockage des déchets radioactifs.
travail, des vêtements protecteurs et Règles concernant la conduite à tenir en
des mains une fois le travail achevé ; situation d’urgence
• Utiliser des conteneurs de transport • Tenir un registre exact de l’utilisation et de
correctement blindés. l’élimination des produits radioactifs ;
Les laboratoires où sont manipulés des • Mettre au point un plan d’intervention
radionucléides doivent être conçus de manière en cas de situation d’urgence et faire

42
procéder régulièrement à des exercices • En cas de nécessité, demander l’aide
de simulation ; des services de sécurité publique ;
• En cas d’urgence, s’occuper en premier • Rédiger un rapport à la suite d’un
lieu des victimes, incident/accident et l’archiver.
• Nettoyer à fond les zones contaminées ;

15. BIOSECURITE, BIOETHIQUE


ET RECHERCHE
Il est attendu du personnel de laboratoire population générale, des risques
qu’il : potentiels et de la qualité des
• Agisse de manière responsable mesures d’atténuation proposées
et n’expose pas la communauté au dans le protocole permettra de
biorisque ; déterminer si oui ou non, une
• respecte les pratiques de travail clairance éthique doit être délivrée.
sûres associées aux pratiques qui L’analyse des risques sera basée sur
vont permettre de garder leurs les critères développés dans les para-
échantillons de manière appropriée et graphes précédents ;
en sécurité (biosécurité) et à suivre un • cet élément est généralement un
code de déontologie (bioéthique). point essentiel de l’évaluation des
protocoles par les comités d’éthique
Il est de la responsabilité technique et morale
qui devraient mettre une emphase
du responsable du laboratoire et de son
sur la pertinence des mesures
personnel avec le soutien des autorités
prévues et sur leur application effective.
compétentes d’éclairer et de rassurer le pu-
Ces mesures visent à protéger les
blic sur l’intérêt que présente l’étude pour
participants, les membres de
la population.
l’équipe de recherche et le personnel
A cet effet :
impliqué dans le projet des risques
• les règles éthiques de la recherche
biologiques et d’assurer leur sécurité.
doivent être respectées ;
Certaines mesures essentielles à prévoir
• les travaux de recherche impliquant des
sont :
analyses de laboratoire et l’utilisation
i. Le port systématique des équipements
de modèles animaux et plantes doivent
de protection individuelle pour les mani-
respecter les normes de biosécurité
pulations qui le nécessitent ;
et biosûreté ;
ii. L’élimination des déchets selon les
• le protocole doit inclure dans la
normes, notamment les tranchants,
méthodologie un point sur les mesures
coupants, perforants et contondants ;
de biosécurité et biosûreté qui seront
iii. Le protocole de gestion des incidents et
appliquées dans le cadre de l’étude,
accidents, notamment l’exposition au
selon les manipulations prévues ;
sang et aux sécrétions susceptibles de
• pour des travaux utilisant des expé-
contenir des germes ;
rimentations nouvelles, l’analyse
iv. La prise de vaccins ou d’un traitement
approfondie des bénéfices pour la
prophylactique préalable lorsqu’ils sont
communauté scientifique, pour la
disponibles.

43
16. MANAGEMENT ET
RESPONSABILITE

16.1. MANAGEMENT DE règlement de sécurité et le plan d’amélio-


LA BIOSECURITE ET LA ration de la biosécurité et biosûreté soient
systématiquement respectés partout dans
BIOSURETE EN LABORATOIRE le laboratoire. Il remplit ces obligations au
Tout laboratoire doit avoir un règlement de nom du directeur de l’institution ou du
sécurité détaillé, un guide de biosécurité et laboratoire. Dans les petites unités, le
biosûreté et un plan d’amélioration continu responsable biosécurité peut être un micro-
de la biosécurité et biosûreté. La responsabilité biologiste ou un membre du personnel
en incombe normalement au directeur ou technique, qui assure ces fonctions. La
au chef de l’établissement, lequel peut personne ainsi désignée doit posséder les
cependant déléguer certaines tâches à un compétences professionnelles requises
responsable de la sécurité (responsable pour proposer, examiner ou approuver les
biosécurité) ou à d’autres membres compétents mesures à prendre dans le prolongement
du personnel. des opérations de confinement ou de sécurité
La sécurité au laboratoire est l’affaire de biologiques.
tous, qu’il s’agisse des chefs de service ou Le responsable biosécurité doit faire appliquer
des collaborateurs, et chaque membre du la réglementation et les directives nationales
personnel est responsable de sa sécurité et et internationales en matière de sécurité
de celle de ses collègues. Chacun (y compris biologique et aider le laboratoire à établir
le personnel d’entretien et de maintenance) des méthodes de travail normalisées. Il doit
est tenu de travailler dans le respect des avoir une formation technique en microbiologie
règles de sécurité et doit rendre compte à et en biochimie avec des connaissances de
son supérieur hiérarchique de toute action base en physique, en chimie et en biologie.
ou situation qui y contreviendraient ainsi Il est également souhaitable que le responsable
que de tout incident. biosécurité connaisse bien les pratiques et
Un audit des conditions de sécurité du la- les règles de sécurité au laboratoire et dans
boratoire doit être périodiquement mené le domaine clinique, notamment en ce
de préférence par des personnes externes qui concerne le confinement du matériel
au laboratoire. Les conclusions et recom- biologique, la gestion des déchets et
mandations de ces audits sont utilisées les principes techniques relatifs à la conception,
pour l’élaboration des programmes d’amé- au fonctionnement et à la maintenance des
lioration de la biosécurité et biosûreté. installations. Il doit également être capable
de communiquer efficacement avec le
16.2 . LE ROLE DU personnel administratif et technique, ainsi
RESPONSABLE BIOSECURITE qu’avec le personnel de maintenance et de
Il est le responsable de la sécurité biologique. nettoyage.
A ce titre, il est chargé de veiller à ce que le
Les tâches du responsable biosécurité

44
consisteront notamment à : xii. Sensibiliser le personnel aux attitudes
i. Procéder à des consultations sur la de la collectivité vis-à-vis des questions
conformité aux règles de sécurité et de touchant la santé et l’environnement ;
sûreté biologiques ainsi qu’aux impératifs xiii. Etablir la procédure à suivre appropriée
techniques ; pour l’importation et l’exportation par
ii. S’assurer de l’affichage et de la conformité le laboratoire de matériel biologique
des pictogrammes et autres visuels pathogène, en conformité avec la
d’alerte aux différents points du laboratoire ; réglementation nationale ;
iii. Organiser des audits de biosécurité xiv. Analyser, sous l’angle de la sécurité,
internes périodiques, sur les techniques, tous les plans, protocoles et modes
les modes opératoires et les protocoles, opératoires utilisés dans les travaux de
les agents biologiques, le matériel et recherche ;
l’équipement ; xv. Mettre en place un système pour faire
iv. S’entretenir avec les personnes concernées face aux situations d’urgence.
des infractions aux consignes et protocoles
de sécurité biologique ; 16.3 . LE COMITE
v. Vérifier auprès de tous les membres du DE BIOSECURITE
personnel que ceux-ci ont reçu une Il est nécessaire de mettre sur pied un
formation appropriée en matière de comité de biosécurité dont le rôle sera de
sécurité biologique et identifier les définir la politique de l’établissement en
besoins en formation ; matière de biosécurité et d’élaborer un
vi. Assurer une formation continue en matière code de bonnes pratiques. Ledit comité
de sécurité biologique ; doit également examiner les protocoles de
vii.Enquêter après tout incident dû à la recherche comportant la manipulation
dissémination éventuelle de matériel, d’agents infectieux, l’utilisation d’animaux,
potentiellement infectieux ou toxique, la mise en œuvre de techniques de recom-
rendre compte des résultats au directeur binaison de l’ADN ou l’utilisation d’orga-
du laboratoire et au comité de sécurité nismes génétiquement modifiés. Le comité
biologique en leur faisant des recom- pourra également avoir pour fonctions
mandations appropriées (investigation et d’évaluer les risques, d’élaborer un nouveau
documentation des incidents et accidents) ; règlement en matière de biosécurité et
viii. Coopérer avec le service médical touchant d’arbitrer les conflits sur les questions de
la possibilité d’infections contractées biosécurité.
par le personnel du laboratoire dans
La composition du comité de biosécurité est
l’exercice de ses activités ;
fonction du plateau technique du laboratoire.
ix. Veiller à ce que la décontamination soit
Elle doit être représentative des diverses
correctement effectuée après renver-
branches professionnelles de l’établissement
sement accidentel de liquides ou autres
ainsi que de ses spécialités scientifiques.
incidents survenus avec du matériel
infectieux ; Les personnels suivants peuvent selon les
x. Veiller à la bonne gestion des déchets ; cas être membres de ce comité :
xi. Veiller à ce que tout appareil ou i. Un ou plusieurs responsables de la
équipement soit convenablement biosécurité ;
décontaminé avant une réparation ou ii. Des scientifiques ;
un contrôle ; iii. Du personnel médical ;

45
iv. Un ou plusieurs vétérinaires (en cas 16.4. NIVEAU CENTRAL
d’expérimentation animale) ;
Tous les rapports de biosécurité élaborés
v. Des représentants du personnel technique ;
par les laboratoires du pays sont transmis à
vi. Des représentants de la direction du
la cellule en charge de la biosécurité. Il fait
laboratoire.
le point annuel de la biosécurité du Pays,
Le comité de biosécurité doit également définit les orientations en matière de biosécurité
prendre conseil auprès des experts en et biosûreté dans les laboratoires, publie le
sécurité des divers services (radioprotection, programme de supervision et audit de la
hygiène et sécurité industrielles, lutte contre biosécurité dans les laboratoires ; identifie les
l’incendie, etc.) et il pourra à l’occasion faire besoins en formation et communique le
appel à des spécialistes extérieurs de différents plan de formation du personnel.
domaines apparentés, aux autorités locales
et aux organismes nationaux de réglementation.
Lorsqu’un protocole particulièrement sensible
ou litigieux est en discussion, il peut égale-
ment être utile d’avoir l’avis des membres de
la communauté.

17 . SUIVI-EVALUATION DE
LA BIOSECURITE ET BIOSURETE
EN LABORATOIRE
Il est important de documenter toutes les • Rapport annuel.
activités réalisées dans le laboratoire, Ces éléments serviront de documents de
notamment : base pour les activités de suivi-évaluation
• Formation ; du laboratoire. Un plan de suivi-évaluation
• Inventaire et maintenance du matériel des activités de biosécurité et biosûreté
de sécurité ; doit être élaboré, disponible au laboratoire
• Inventaire actualisé des échantillons et mis en œuvre.
et des isolats entreposés ;
• Accidents et incidents ;
• Santé du personnel, y compris vacci-
nation et maladie ;
• Inspection et audit de sécurité ;
• Actions d'amélioration ;

46
18 . REFERENCES
BIBLIOGRAPHIQUES
1. Nkengasong JN, Mbopi-Keou FX, Ro- 6. Institut National de la Recherche et de
sanna W. Peeling, Katy Yao, Clement E. Sécurité (INRS). Classement des agents
Zeh, Miriam Schneidman, Renuka biologiques.
Gadde, Alash.le Abimiku, Philip Onyebu- 7. Organisation des Nations Unies, Conseil
joh, Deborah Birx, Shannon Hader. Labo- économique et social. (2013). Recom-
ratory Medicine in Africa in the last mandations relatives au transport des
decade: Then, Now, Future. Lancet In- marchandises dangereuses - Règlement
fectious Diseases 2018; 18:e362-e367. type, 18e éd., New York, NY, États-Unis
2. OMS (2017). Évaluation externe et Genève, Suisse: Organisation des Na-
conjointe des principales capacités RSI tions Unies.
(Règlement Sanitaire International) de la 8. Réglementation pour le transport des
République du Cameroun. Organisation marchandises dangereuses de l'IATA,
mondiale de la Santé, Rapport de mis- 56e éd. (2015). Montréal, QC, Canada:
sion, 25-29 septembre 2017. Association du transport aérien international.
https://apps.who.int/iris/bitstream/handl 9. Code sanitaire pour les animaux terrestres.
e/10665/259676/WHO-WHE-CPI-REP- Organisation mondiale de la santé
2017.60fre.pdf;jsessionid=8581B34ADC animale (OIE), Protéger les animaux,
BBD8DEF3673ACBCDCF0C44?se- préserver notre avenir; Volume 1, Dispo-
quence=1 , date d’accès 15 Octobre 2018) sitions générales, Vingt-septième édi-
3. Plan Stratégique National de Dévelop- tion, 2018, ISBN 978-92-95108-61-5, 534
pement des Laboratoires du Cameroun p a g e s . h t t p : / / w w w. r r-
(PSNDL, 2018). africa.oie.int/docspdf/fr/Codes/fr_csat-
4. Giorgio M-T. (2018). 4 groupes d’agents vol1.pdf, date d’accès 15 Octobre 2018).
biologiques.https://www.atousante.com 10. OIE Terrestrial Manual 2008. Collection
/risques-professionnels/groupes-agents- and shipment of diagnostic specimens.
biologiques, date d’accès 15 Octobre Chapter 1.1.1 page 8-9 ; 2008.
2018) 11. Normes de Sûreté, Principe Fondamen-
5. OMS (2005).Manuel de sécurité biolo- taux de Sûreté, N°SF-1, AIEA, 2007.
gique en laboratoire. – 3ème édition. Or-
ganisation mondiale de la Santé,
Genève, 2005, ISBN 92 4 254650 X, 219
pages. https://www.who.int/csr/re-
sources/publications/biosafety/LabBios-
Man3rdFrenchweb.pdf, date d’accès 15
Octobre 2018.

47
19 . ANNEXE : EQUIPE DE REDACTION
ET LISTE DES CONTRIBUTEURS
19.1 EQUIPE DE REDACTION CRESAR/MINDEF
Mr. ABDOULAY ABDOULRAZACK,
Sous la coordination du Prof MINSANTE
François-Xavier MBOPI KEOU Dr YAMBA BEYAS, METABIOTA-Johns
Prof. MBOPI KEOU François-Xavier, Hopkins Cameroon
MINSANTE et Université de Yaoundé I Dr MEBA M’EFOUA Arsène,
Prof ASSOB NGUEDIA Jules, MINEPIA
Université de Buea Prof ASSOB NGUEDIA Jules,
Pr NGABA Guy Pascal, HGOPED Université de Buea
Université de Douala Pr NGABA Guy Pascal,
Pr AKOACHERE Jane Francis, HGOPED et Université de Douala
Université de Buea Pr AKOACHERE Jane Francis,
Dr YAMBA BEYAS, METABIOTA-Johns Université de Buea
Hopkins Cameroon Pr OKOMO Marie Claire,
Dr NOUBOM MICHEL, MINSANTE et Université de Yaoundé I
Université de Dschang Dr NOUBOM MICHEL,
Dr MATSEZOU Jacqueline, Université de Dschang
METABIOTA et Johns Hopkins Cameroon Dr MATSEZOU Jacqueline,
Dr NWOBEGAHAY Julius, METABIOTA-Johns Hopkins Cameroon
CRESAR/MINDEF Dr MARIE Lydie Rose,
Dr MARIE Lydie Rose, ANRP
ANRP M.TIMOTHY NJUOH Tah,
Dr Abel WADE, GHSS
LANAVET Mr ATANGANA Flavien Nicaise,
MINADER
19.2. LISTE DES CONTRIBU- Mme NGEH FEJOI Linda,
TEURS MINSANTE
MACHE NJOUONWET Joseph Bertrand, Mme DONGMO NKENKEU Jose,
Préfet du Wouri ONSP
Prof MBOPI KEOU François-Xavier, Dr SADEUH MBA Serge Alain,
MINSANTE et Université de Yaoundé I CPC
Dr DISSONGO Jean II, Dr Abel WADE,
DRSP du Littoral et Université de Douala LANAVET
Prof MBOUDOU Emile Télesphore, Dr KOUINCHE Adélaïde,
HGOPED et Université de Yaoundé I GT LABO
Prof LUMA Henry, Dr ANDOSEH Victor,
HGD et Université de Yaoundé I EGPAF
Dr NWOBEGAHAY Julius, Mme PEDOUM MOFOLA Elizabeth,

48
MINSANTE Mr. AYUK Rolland AGBOR,
Dr NGUM NDZE Valentine, MINSANTE
METABIOTA et Johns Hopkins Cameroon Mr. ACHO Alphonse,
Dr TAZIEBOU Clément, MINSANTE
GHSS Mr AMOUGOU Justin,
Mme FONDA Cecilia, The-IDA
METABIOTA-Johns Hopkins Cameroon Mr. ARROGA NGOTOBO,
Mr. ZEMO Louis David, MINSANTE
MINSANTE Mme PIMAGHA Joséphine,
Mme ETONDE-TANGA Grâce, MINSANTE
CPC
Mr. UM DJON HENOCK Charles,
MINADER
Dr MANFO Faustin,
Université de Buea
M. TONGA Calvin,
MINSANTE
Mme FOSSOUO Viviane,
ONSP
Mr. KOUYABE MANTTHE Vincent,
LANAVET

49
50
51
Conception & Impression :
MOSS COMMUNICATION
B.P.: 15644 DLA CAMEROUN
TEL. :+237 699 33 28 46 - 674 04 39 18
E-mail: mosscommunication@yahoo.fr