Vous êtes sur la page 1sur 3

Les composants

électroniques
Réalisé par : Hajar
HAMMANI
N°22
Introduction :

Il est possible de définir un composant électronique comme un élément qui, une fois assemblé dans un
circuit électrique, permet d'effectuer une fonction spécifique. La fonction électronique d'un composant
est la raison pour laquelle il est utilisé. Le montage électrique est souvent composé de l'assemblage de
plusieurs composants, connectés les uns aux autres de manière très précise, pour correspondre à un
schéma électrique.

I- Types de composants :

 Composants actifs : définis les composants qui permettent d'augmenter la puissance d'un
courant et/ou d'une tension. L'une des spécificités étant que ces composants ont besoin d'une
source d'énergie pour fonctionner. Cette classification inclue notamment les diodes et transistors.
 Composants passifs : définis les composants qui ne permettent pas d'augmenter la puissance
d'un signal électrique. Ils n'ont pas besoin d'une source d'énergie pour fonctionner. Cette
classification inclue les condensateurs, les résistances ou encore les inductances.
II- Composants actifs :
1- Le Transistor :

Un transistor est un dispositif semi-conducteur à trois électrodes actives, qui permet de contrôler un


courant ou une tension sur l'électrode de sortie (le collecteur pour le transistor bipolaire et le drain sur
un transistor à effet de champ) grâce à une électrode d'entrée (la base sur un transistor bipolaire et la
grille pour un transistor à effet de champ).

Dans un transistor, une « grille » ou une « base » permet de contrôler ce qui passe entre le collecteur et
l’émetteur, ou le drain et la source, à l’image d’une vanne sur un tuyau. Il existe principalement 2 types
de transistor : la technologie bipolaire, et la technologie MOS (Metal-Oxyde Semidiconductor). Dans le
bipolaire, la grille injecte un peu de courant entre le collecteur et l’émetteur. Dans un MOS, la grille est
posée sur un oxyde de silicium parfaitement isolant, c'est le champ électrique qui fait l'effet de tunnel
pour faire passer les charges entre le drain et la source. Les charges restent sur la grille. L'absence
d'injection de charge change tout, au niveau de la consommation électrique.

2- La diode :

Les diodes sont fabriquées à partir de semi-conducteurs. Leur principe physique de fonctionnement est
utilisé dans de nombreux composants actifs en électronique. Elles sont créées en accolant un substrat
déficitaire en électrons c'est-à-dire riche en trous (semi-conducteur type P) à un substrat riche
en électrons libres (semi-conducteur de type N ou métal). C’est un dipôle à semi-conducteurs (jonction
P-N), qui possède deux régimes de fonctionnement : bloqué et passant. Ces régimes ne sont pas
contrôlables directement, mais dépendent de la tension VAK aux bornes de la diode et de l'intensité du
courant ID la traversant.
Diode bloquée : état de la diode quand VAK < Vseuil, ce qui empêche le passage du courant dans la
diode ; ID = 0.

Diode passante : état de la diode quand VAK ≥ Vseuil, ce qui entraîne ID ≠ 0.


III- Les composants passifs :
1- La résistance :
Une résistance est un bipède, qui n’a pas de sens de branchement, en théorie, mais aussi en pratique. Sa
grandeur principale se mesure en ohms (Ω). Elle va de quelques dixièmes d’ohms (mΩ) à quelques
gigaohms (GΩ). La petite équation bien connu est U = R x I. Cela veut dire qu’une résistance voit sa valeur
résistive augmenter avec la fréquence.

Par définition l'effet principal d'une résistance est son opposition au courant électrique ce qui entraîne
obligatoirement une chute de tension à ses bornes. Nous pouvons dire que la résistance est un bipôle
pour lequel la relation entre la tension et le courant
est du type : u(t) = R x i(t) 

2- Le condensateur :
Un condensateur est un bipède, qui a un sens de branchement la plupart du temps, selon la pratique et
non la théorie. Sa grandeur principale se mesure en farads (F). Elle va de quelques picofarads (pF) à
quelques centaines de farads (F). La petite équation est I=C. dU/dt , l’intensité est proportionnelle aux
variations de tension, ou Q = C.U, la quantité de particule électrique stocké (en Coulomb), est
proportionnel à la tension et la capacité. Les condensateurs, sont des petites réserves d’énergie
incontournables, sur une carte d’électronique numérique. On peut les voir comme des barrages, ou des
réservoirs d’eau sur un torrent. La taille du réservoir est proportionnelle à sa capacité.

3- La bobine :
Une bobine est un dipôle, qui n’a pas de sens de branchement. Sa grandeur principale se mesure en
henry (H), dont le nom est hérité du physicien américain Joseph Henry. Elle va de quelques picohenry
(pH), à quelques henry (H). La petite équation est U=L× di/dt . Elle est constituée d'un enroulement de fil
conducteur éventuellement autour d'un noyau en matériau ferromagnétique qui peut être un
assemblage de feuilles de tôle ou un bloc de ferrite. Elle est souvent appelée « inductance », ce terme
désignant la propriété caractéristique de la bobine, qui est son opposition à la variation du courant dans
ses spires. La partie la plus visible est un enroulement de fils conducteurs. L'espace au milieu de ces
spires s'appelle le noyau. Il peut être vide ou inclure une pièce en matériau ferromagnétique favorisant
l'induction électromagnétique, afin d'augmenter la valeur de l'inductance. Le noyau peut être un circuit
magnétique complètement ou partiellement fermé pour améliorer la linéarité de l'inductance .

Conclusion :
Un montage électrique est souvent composé de l’assemblage de nombreux de ces composants,
connectés les uns aux autres de manière très précise, pour correspondre à un schéma électrique. Ainsi le
fonctionnement optimal des appareils électroniques est surtout fonction des particularités et
caractéristiques portés par ses différents composants.

Vous aimerez peut-être aussi