Vous êtes sur la page 1sur 2

Fiche de lecture : Recherche Deakin en ligne

Mills, Anthony 2001, Une approche systématique de la gestion des risques pour la
construction, Relevé structurel, vol. 19, non. 5,
pages 245-252.
Mills est basé au Département d'architecture, de construction et de planification
de l'Université de
Melbourne, Victoria, Australie

Le texte :
L’article Il parle sur La gestion systématique des risques qui aide pour l’identifier et
l’organiser d’une manière formelle aussi que d’évaluer à tous les niveaux. Ce risque
généralement trouvé au domaine d’industrie de la construction parce que fortement
influencé par les variations des conditions météorologiques, la productivité du travail
et de l'usine, et la qualité des matériaux. Tout aussi souvent, les risques sont soit
ignorés, soit traités de manière complètement arbitraire. Le risque a toujours un’
impact néfaste sur la performance de l’entreprise. Le risque ne peut pas être
éliminé, mais il peut être minimisé, transféré ou conservé

Question qu’il en ressort majoritairement :


Quel est le risque ?

Les approches utilisées :


Approche systématique de la gestion des risques

Résumé :
L’auteur a fait une simple identification pour le projet et que l’analyse des risques
montre que les risques sont attribués aux différentes parties au contrat. Et qui sont
plutôt lié à la construction du projet, cela fait choisisse un contrat de construction
par conséquence les risques de temps et de coût du projet ont été attribués à un
seul contractant. Alors que tous augmentation du cout soit de possession du terrain
soit du cout de financement est lié au retard du temps de projet pour cela tous
retard dû à les actions revendicatives ont finalement été à la charge du
développeur. Et des autres risques ont été retenus sur la charge de propriétaire,
alors selon la recherche de Jaafari et Anderson en 1990 le bâtiment a été achevé en
1990 sans tout problème important (soit les conditio légale sont bien soit le cout de
financement du projet, ni retards ni conditions latentes). Mais Cependant, au début
de 1990 a connu un certain ralentissement économique, les bâtiments ne peuvent
pas vendus à cette période. Alors le chercheur Jaafari a concentré sur un certain
scénario qui montre les causes de celui-ci comme par exemple les déférents conflits
attribué au projet et les effondrements sur le marché immobilier, alors que les
analyse des années 80 montre y’a des attentes d’achat. Ceci montre que Si une
analyse de risque appropriée avait été effectuée au moment des études de faisabilité
du projet, Ceci montre que Si une analyse de risque appropriée avait été effectuée
au moment des études de faisabilité du projet, il y aura une connaissance de tous
ces risque ça peut être abandonné l’investissement à cette projet ou de résoudre les
problèmes et de prendre l'effondre immobilier comme une possibilité réelle et non
pas de prise seul l'analyse de l'offre.

 Conclusion :
la gestion du risque ne considère pas que le risque soit supprimé de façon finale du
projet mais tous simplement leur garanti est de les gérer d’une manière plus sensible
et efficace pour rendre plus utile au projet, et doit être considérée comme un
processus positif et peut être l’une des tâches créatives du chef de projet.