Vous êtes sur la page 1sur 4

ALGDGADL’UEAPDL’H

VM, Dignitaires qui siégez a l’Orient, et vous tous mes FFet mes SSen vos grades et qualités,

En tant que postulant, chacun de nous a passé un instant dans ce lieu symbolique connu sous le nom de
Cabinet de réflexion, avant d’être reçu Franc-maçon, le jour de son initiation.

Chacun de nous sait aussi que cette chambre symbolique avec ses murs intérieurs peints en noir, sur
lesquels sont écrits des maximes et des phrases tels que : “Si tu crains d’être éclairé sur tes défauts tu
seras mal parmi nous. Si c’est par curiosité que tu es ici, va-t-en ! etc…, est dotée d’une seule chaise et
d’une seule table sur laquelle sont posées des boîtes contenant chacune du Mercure, du Souffre, du Sel et
aussi, un crâne, une bougie blanche allumée, du pain, une cruche d’eau. Sur un des murs sont dessines
une faux, un sablier, un coq surmonté par les mots Vigilance et Persévérance et, toujours écrit mais dans
une graphie telle que les lettres sont toutes séparées par un point, pour indiquer qu’il ne s’agit pas d’un
nom, l’acronyme V.I.T.R.I.O.L.

C’est ainsi que j’ai découvert pour la première fois le sigle V.I.T.R.I.O.L. sur sa forme d’acronyme. Je n’y
comprenais rien, mais dans le silence qui régnait dans le Cabinet de réflexion, dans mon fort intérieur une
petite voix me disait, que cet acronyme avait quelque chose en commun avec la voie alchimique, que je
devais entreprendre. Que peut bien être ce lien en commun entre la voie alchimique et l’acronyme
V.I.T.R.I.O.L. ? Cette question sur laquelle je cogitais encore a suscité en moi, lorsque le Frère Deuxième
Surveillant m’a recommandé de plancher sur V.I.T.R.I.O.L., plusieurs autres questions telles que : d’ou
vient ce sigle ? Qui est a son origine ? Que peut bien signifier chaque lettre de cet acronyme ? Et pourquoi
sa présence dans le Cabinet de réflexion ?

Je vais essayer de répondre à certaines de ces questions dans cette planche que je vais vous présenter
aujourd’hui.

Vitriol en tant que nom commun masculin était donné jadis aux divers sulfates utilisés par les alchimistes  ;
actuellement dans le monde profane, c’est le nom donné à l’acide sulfurique concentré. Ce mot vient du
bas latin vitrioleum qui signifie “huile de verre” et si nous nous en tenions au fait que ce nom se referait
jadis aux divers sulfates tels que vitriol blanc, vitriol rouge, vitriol vert, il serait venu des Alchimistes et
Hermétistes du Moyen-âge et de la Renaissance; puisque ces divers sulfates s’attachaient a leurs divers
projets de transmutations.

Mais d’où vient alors le terme V.I.T.R.I.O.L sous sa forme d’acronyme telle que graphiée sur le mur noir
de Cabinet de réflexion ? Quel est sa définition ? A ces questions, le dictionnaire philosophique
alchimique dit clairement que la formule V.I.T.R.I.O.L. n’a rien a voir avec l’acide sulfurique et que les
lettres de cet acronyme sont encore attribuées aux anciens Rose-croix qui avaient pour maxime: “Visita
Interiorem Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem” ce qui signifie: “Visite l’Intérieur de la Terre
et en Rectifiant tu Trouveras la Pierre Occulte”.

Pour mieux comprendre la signification de la formule ci-dessus, je vais essayer de définir chaque mot de
cet acronyme en faisant une analyse complète de cette formule :

Visite l’intérieur de la terre : (cherche, fouille, vas voir, pénètre, examine) (en profondeur, dans les
entrailles), ici nous avons le verbe visiter à l’impératif. La formule nous exhorte d’aller fouiller en
profondeur dans la Terre (masse passive et sombre).
En rectifiant : (en changeant, en modifiant, en purifiant, en corrigeant, en rendant exact) nous avons ici
le participe présent du verbe rectifier sans complément d’objet direct, et j’ai cru trouver ici la clé de la
compréhension de cette formule. Cela suppose qu’en fouillant en profondeur dans la terre, on à découvert
quelque chose d’anormal qui nécessite une rectification.

Tu trouveras : (tu rencontreras, tu découvriras, tu apercevras, tu réveilleras en toi). Ici le verbe trouver
étant conjugué à la 2eme personne du singulier du futur simple, nous indique dans la forme de cette
formule, la certitude de parvenir à un résultat au fil du temps, si on persévère dans la fouille et la
rectification.

Cachée : (couverte, dissimulée, voilée, mise en secret, soustraite de la vue, invisible a l’œil). Cet adjectif
qualificatif qui vient du verbe cacher nous montre que le résultat de la fouille et de la rectification est
initialement invisible a tout un chacun.

Pierre : (matière minérale solide et dure trouvée sur la terre sous forme de masses compactes, et dont on
se sert notamment pour la construction). C’est la pierre philosophale des alchimistes.

Mais que signifie le mot Alchimiste ? Alchimiste vient du mot alchimie, et c’est le nom donné à
quiconque pratique l’alchimie, qui, selon Paracelse dans « Le ciel des philosophes », est une science qui
apprend à changer les métaux d’une espèce en une autre. Dans les cinq traites d’alchimie d’Albert
Poisson, concernant le but de l’alchimie, il nous dit ce qui suit : « le but principal de cette science est la
préparation d’un composé : la pierre philosophale, ayant la propriété de transmuer les métaux fondus en or
ou argent ». Par ailleurs, François Jolivet Castello dans « Le Grand-Œuvre Alchimique » dit que
« l’alchimie est plus et mieux que l’art ou la science de fabriquer les métaux précieux ».

Voyons sur quoi les alchimistes basaient leur connaissance : les alchimistes basaient leurs connaissances
sur le Quartenaire des Éléments et le Ternaire des spécifications actives des corps. Le Quartenaire
comprenait : la Terre, l’Air, l’Eau et le Feu ; puis le Ternaire comprenait : le Soufre, le Mercure et le Sel.
Mais ils n’entendaient nullement par la, designer les éléments ni les corps vulgaires. Ils considéraient les
quatre éléments comme des états différents ou des modalités diverses de la matière. C’est pourquoi ils les
appelaient les quatre éléments ou principes primaires constitutifs de toute chose ; le ternaire Sel, Mercure
et Soufre désignait pour eux des principes secondaires provenant des principes primaires.

A ce point, après une courte méditation sur la question de savoir le but de cette formule, du point de vue
maçonnique, c’est dans les « Vers dorés » de Pythagore que j’ai trouvé ce qui est à mon point de vue, la
réponse à ma question. Et pour mieux apprécier ce point de vue, je dois vous présenter ci-dessous en le
commentant progressivement par rapport a la formule V.I.T.R.I.O.L., cet extrait des « Vers dorés » que
Pythagore recommandait a ses disciples, et que j’ai intitulé V.I.T.R.I.O.L. à la pythagoricienne.

V.I.T.R.I.O.L. à la Pythagoricienne :

« Avant le sommeil le soir, ferme tes yeux et rappelles toi trois fois tes actions du jour. Considère les en
tant que juge impartial et demande toi : qu’ai-je fait de bon ? Qu’ai-je manqué de faire et qu’aurais-je
du faire ? Ainsi, revois tout ce que tu as fait tout au long de la journée. (Ici Pythagore recommande à
chacun de ses disciples de faire son propre examen de conscience chaque jour avant de s’endormir ; ce qui
correspond par rapport a la formule V.I.T.R.I.O.L. à la visite a l’intérieur de la terre). Et je continue avec
l’extrait des « vers dorés » ;

Reproche-toi sévèrement toutes tes mauvaises actions et sois heureux au sujet des bonnes. (Ici par
rapport à V.I.T.R.I.O.L., ceci correspond au processus de rectification).
Réfléchis sur ces instructions et mets-les en pratique. Avec leurs aides tu pourras t’approcher de la
perfection. (Par rapport a V.I.T.R.I.O.L., ceci correspond a la découverte de la pierre cachée). Et
Pythagore continue cet extrait comme suit : Le garant de cette vérité est Celui qui met en nous la
fondation pour la Réalisation Divine et les vertus plus élevées. Tiens-toi fermement sur cette voie, et tu
sauras tout au sujet des Dieux Immortels. (Comme pour dire a chacun de ses disciples qu’en persévérant
sur cette voie, et qu’en se connaissant soi même, il connaitrait l’Univers et les Dieux, comme le disait
Socrate. En d’autres termes, la formule V.I.T.R.I.O.L. est le symbolisme de la quête de notre être
intérieur, principe immanent de la divinité et de vie en nous.

Nous savons tous que le candidat qui se présente a l’entrée du Temple veut devenir Franc-maçon parce
qu’à un moment de sa vie profane, il s’est rendu compte qu’il était plongé dans les ténèbres et qu’il
désirait la Lumière. Mais le processus de réception de la Lumière - l’Initiation - passe par des purifications
qui doivent le dépouiller de la gangue qui obscurcit son esprit. La purification par les éléments
symboliques que sont : la Terre, l’Air, l’Eau et le Feu est donc indispensable. C’est ainsi que le candidat,
pour subir la première épreuve de purification qui est celle de la terre, descend dans les profondeurs de la
Terre ou de lui-même, symbolisé par le Cabinet de réflexion.

Il doit donc mourir symboliquement par le passage dans le Cabinet de réflexion, pour pouvoir prétendre à
la vie nouvelle que lui confère l’initiation, a travers laquelle il doit poursuivre sa purification par les
éléments Air, Eau et Feu, pendant les trois voyages, a fin de recevoir la Lumière et les outils. (Je trouve ici
du point de vue maçonnique, le cabinet de réflexion en lui même comme le début de l’application de
V.I.T.R.I.O.L.).

En pénétrant donc à l’intérieur de nous mêmes, nous pouvons, en utilisant le ciseau et le maillet,
transmuter nos dérives et vices pour les sublimer en vertus, tel qu’il nous est appris et recommandé.

Ceci démontre et confirme alors que le produit grossier de la nature ou la pierre brute que chaque apprenti
doit dégrossir, n’est en réalité que l’apprenti Franc-maçon lui-même.

En d’autres termes, l’Apprenti doit utiliser les outils en sa possession pour former son propre caractère et
se purifier a fin de se rapprocher progressivement de la Lumière Divine qui est en lui-même. Mais il est à
noter ici que parmi les deux outils de l’Apprenti Franc-maçon, aucun ne représente un outil pouvant le
servir pour descendre en lui- même ; d’où la question de savoir quel outil alors l’aide a descendre a
l’intérieur de lui-même ; cette question m’a fait réaliser après une courte méditation que le 2 e surveillant

porte comme bijou cet outil qui est le fil a plomb. Pour moi, par rapport à V.I.T.R.I.O.L., cette
perpendiculaire qui est d’ailleurs pendue au plafond de notre loge représente : la concentration, la
méditation, le silence et tout le travail que doit effectuer l’Apprenti Franc-maçon pour parvenir à cette
descente à l’intérieur de lui-même.

Vénérable Maitre, Dignitaires qui siégez a l’Orient et vous tous mes frères et mes sœurs en vos grades et
qualités, V.I.T.R.I.O.L. est a mon point de vue, la formule par excellence du Franc-maçon, et le cabinet de
réflexion, début de l’application de cette formule, doit constituer pour l’Apprenti, le retour a la source en
vue de son introspection régulière. V.I.T.R.I.O.L. c’est aussi à mon point de vue, tout le programme de
l’Apprenti Franc-maçon ; cette formule représente le travail que doit faire quotidiennement chaque
Apprenti maçon. C’est l’application de V.I.T.R.I.O.L. qui fait de chaque Franc-maçon, un alchimiste et
pratiquant de l’Art Royal. Je peux déjà à ce point de mon parcours dans la pratique de V.I.T.R.I.O.L., vous
dire que je suis très fier d’avoir emprunté cette voie ; parce que les quelques remarques de mon entourage
envers ma personne, m’encouragent à la pratique continue de cette formule afin qu’elle porte encore
beaucoup plus des bons fruits en moi.

J’ai dit !