Vous êtes sur la page 1sur 19

Un espace d’échange professionnel pour l’appropriation

de l’Eurocode 5 par les acteurs de la construction bois

www.plateforme-eurocode5.fr
contact@plateforme-eurocode5.fr

Document Technique
Calcul des profils reconstitué s
assemblé s mé caniquement

Version de travail V6

10/01/2013
Calcul des profils reconstitués version de travail V6

CALCUL DES PROFILS RECONSTITUES


ASSEMBLES MECANIQUEMENT

Sommaire
1 Introduction ................................................................................................................................2
2 Avertissement .............................................................................................................................2
3 Domaine d’utilisation ..................................................................................................................2
4 Profils en flexion .........................................................................................................................3
4.1 Cas des profils superposés ..................................................................................................3
4.2 Cas des profils « collés » .....................................................................................................4
4.3 Cas des profils assemblés mécaniquement..........................................................................7
5 Exemples de calculs................................................................................................................... 14
5.1 Renforcement d’une panne en bois lamellé-collé ............................................................... 14
5.2 Apport de rigidité par un panneau OSB cloué..................................................................... 16
6 Bibliographie ............................................................................................................................. 18
7 Auteur....................................................................................................................................... 18
8 Comité de lecture...................................................................................................................... 18

E. Sauvignet 10/01/2013 1/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

1 Introduction
L'article 9.1.3 « poutres assemblées mécaniquement » de l'Eurocode 5.1.1 [1] donne 3 indications
pour calculer ce type d’élément (prendre en compte la raideur des assemblages, utiliser une relation
linéaire entre effort et déplacement, limiter la variation du nombre de fixation le long de la poutre
entre 1 à 4). Enfin, il renvoie à l'annexe B « Poutres assemblées mécaniquement » (informative) pour
le calcul détaillé de quelques profils types. Le principe retenu, dans cette annexe, est de calculer les
paramètres mécaniques de la nouvelle section avec essentiellement la rigidité efficace en flexion
(EIef). Cette note se propose de détailler le calcul en flexion des profils reconstitués assemblés
mécaniquement, de préciser des points particuliers, de corriger quelques erreurs typographiques

2 Avertissement
Cette note explicative et complémentaire, ne se substitue en aucun cas aux textes de références
qu’ils soient règlementaires, normatifs, règles de l’art, etc.…. . Elle donne des pistes de solutions et
de réflexions mais ne saurait en aucun cas se substituer à une analyse mécanique appropriée pour
appréhender toutes les subtilités de chaque cas particulier.

3 Domaine d’utilisation
Les profils reconstitués mécaniquement sont utilisés depuis fort longtemps pour répondre à
différentes problématique :
Fabrication d’éléments cintrés (chevron, bandeau, poutre, etc…)
Fabrication de sections complexes et/ou importantes (poteau moisé, poutre jumelée, etc…)
Diminution de la hauteur d’encombrement de l’élément porteur (poutre caisson, etc…)
Renforcement d’éléments sous-dimensionnés (adjonction de prothèses bois, panneaux,
etc…)

Ils ont l'avantage d’une mise en œuvre aisée par rapport à des profils assemblés par collage :
-pas de temps de polymérisation
-pas de pression de serrage
-pas de température minimum de mise en œuvre
-pas de préparation de surface

Par contre, le calcul est plus complexe et le rendement mécanique de la section est plus faible qu’un
élément assemblé par collage, voire très faible si le mode de fixation est mal adapté (jeu, raideur,
type,…)

E. Sauvignet 10/01/2013 2/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

4 Profils en flexion
4.1 Cas des profils superposés
Dans le cas de profils superposés, c’est à dire des profils sans liaisons mécaniques entre eux, la
rigidité efficace en flexion est la somme des rigidités.
.
Avec Ei : module d’élasticité longitudinale moyen du profil i
Ii : moment d’inertie du profil i

Figure 1 - « Profils superposés »

4.1.1 Position de l’axe d’inertie


La position de l’axe d’inertie d’une section composée de profils superposés est identique à celle de
chaque profil pris individuellement. On peut prendre comme image « mécanique », une section
ayant des profils élémentaires superposés sur le même axe inertie ( cf figure a)

4.1.2 Calcul de la contrainte de flexion


La contrainte de flexion se calcule selon la théorie classique de la RDM, à partir de la rotation dα de
la section droite. La contrainte normale de flexion maximum se situe pour chaque section i, sur les
bords les plus éloignés de l’axe neutre.

. . .
,
2
⟹ . .
,
2 .
Avec hi : hauteur du profil i
M : moment fléchissant

4.1.3 Calcul de la contrainte de cisaillement maximum


La contrainte de cisaillement maximum doit être calculée individuellement pour chaque section à

.
l’axe d’inertie.

, .

Avec V : effort tranchant


bi : épaisseur du profil i à l’axe d’inertie
Si : moment statique de la section profil i au dessus (ou au dessous) de l’axe
d’inertie par rapport à l’axe d’inertie. Pour une section rectangulaire, on a:
"!
. . !
. . .
# 2 4 8

E. Sauvignet 10/01/2013 3/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

4.2 Cas des profils « collés »


Dans le cas de profils collés, c’est-à-dire des profils avec des liaisons dont la rigidité est supérieure ou
égale à celle du bois, la rigidité efficace est la rigidité de la section reconstituée. En utilisant le
théorème de Huyghens, on trouve:
' . ( . ) . *! +

Avec Ei : module d’élasticité longitudinal moyen du profil i


Ii : moment d’inertie du profil i
Ai : section du profil i
ai : distance entre l’axe d’inertie de la section composée et l’axe d’inertie du profil i

Figure 2 –« Profils collés »

4.2.1 Position de l’axe d’inertie

∑ .) .
La position de l’axe d’inertie de flexion de la section « collée » se détermine par l’équation suivante :

,
∑ .)

4.2.2 Calcul de la contrainte de flexion


La contrainte de flexion se calcule selon la théorie classique de la RDM, à partir de la rotation dα de
la section droite. La contrainte normale de flexion maximum se situe sur les bords les plus éloignés
de l’axe neutre.

( . . |* | ( .
,
2
⟹ ( . |* | ( .
,
2 .

E. Sauvignet 10/01/2013 4/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

4.2.3 Calcul de la contrainte de cisaillement maximum


La contrainte de cisaillement se calcule selon la théorie de la RDM à l’altitude zo :

.
/0,

/0 .
/0

Avec byo : largeur de la section à l’altitude z0 du calcul de τzx


(ES)zo,ef : rigidité statique efficace de la section au dessus de l’altitude z0 (ou au

/1 3678
dessous) par rapport à l’axe d’inertie.

/0, . . . . . .
23 45 /1

La contrainte de cisaillement maximum se situe à l’axe d’inertie de la section reconstituée (zo=0):

.
0,

0.
Avec bo : largeur de la section au niveau de l’axe d’inertie
(ES)o,ef : rigidité statique efficace de la section au dessus (ou au dessous) de

# 3678
l’axe d’inertie par rapport à l’axe d’inertie.

0, . . . . . .
23 45 #

Exemple de calcul des contraintes sur une section particulière

Figure 3 - Exemple de calcul de la contrainte de cisaillement des « Profils collés »

9 . )9 . *9 ( ! . ! . !,! . : ; <
!,!
2
. .
/0,

/0 . !.
/0

²
9 . )9 . *9 ( !. !. 2
. .
0,

0. !.

E. Sauvignet 10/01/2013 5/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

4.2.4 Calcul du cisaillement dans les joints de collage


La contrainte de cisaillement dans les joints de collage:

.
,

>


)3 ,

Avec bci : largeur du joint de collage du profil i (collage parallèle à l’axe d’inertie)
(ES)i,ef : rigidité statique efficace de la section au dessus du joint i (ou au
dessous) par rapport à l’axe d’inertie
Avi,ef, surface de cisaillement efficace du joint i

.) .*
Pour les joints les plus éloignés de l’axe d’inertie (i=1 et i=n) on a :
⟹ .
> .

4.2.5 Règles de vérification complémentaires

Les articles 9.1.1 et 9.1.2 de l'Eurocode 5.1.1 [1] donnes les règles de vérification complémentaires
normatives pour les poutres à âmes minces et à semelles minces collées.

E. Sauvignet 10/01/2013 6/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

4.3 Cas des profils assemblés mécaniquement


Dans le cas de profils assemblés mécaniquement, la rigidité efficace dépend de la raideur des
organes d’assemblage. Il est conseillé d’utilisé un seul type d’organe d’assemblage et de même
dimension pour avoir une bonne estimation de cette raideur. Dans le cas contraire, il convient de
vérifier la compatibilité des différents organes conformément à clause complémentaire 8.1.2(3) de
l’annexe nationale de l’Eurocode 5.1.1 [1] et de calculer une raideur équivalente.
La valeur de la rigidité efficace est donnée par l’équation (B1) de l’Eurocode 5.1.1 [1], avec une
limitation à l’assemblage mécanique de 3 profils maximum et l’élément doit être soumis à un
moment de flexion de forme sinusoïdale ou parabolique :
' . (? . ) . *! +

Avec Ei : module d’élasticité longitudinale moyen du profil i


Ii : moment d’inertie du profil i
Ai : section du profil i
ai : distance entre l’axe d’inertie de la section composée et l’axe de gravité du profil i

l’effet de réduction de la distance entre les axes d’inertie : * @ * . ?


γi : coefficient de glissement du profil i (i=1 ou 3). Ceci peut-être aussi traduit par

1
C! .) FGHI J 1 KL J 3
? A1 ( . E

1 FGHI J 2

éDéPKQL RJPFDK RHI 2 *FFHJR →D 1. D* FGILéK


l: longueur efficace NéDéPKQL SGQLJQH RHI Q *FFHJR →D 0,8. D* LI*VéK
éDéPKQLR KQ SGQRGDK →D 2. D* SGQRGDK
Avec

ki : module de glissement de la connexion (N/mm²)

Q
E W.
∑ RX
Avec Ki : raideur de l’assembleur (pointes, vis, boulons, etc…)
sj : espacement j entre 2 assembleurs, suivant l’axe longitudinal.
L’espacement sj est constant ou varie linéairement conformément à l’effort
tranchant, et dans la limite de 1 à 4.
n : nombre d’espacement

Figure 4 - profils assemblés mécaniquement

E. Sauvignet 10/01/2013 7/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

4.3.1 Position de l’axe d’inertie


La position de l’axe d’inertie de la section assemblée mécaniquement se détermine à l’altitude de

∑ .) .? .
référence z2=0, par l’équation suivante:

*!
,
∑? . .)
Nota : l’équation (B.6) de l’Eurocode 5.1.1 [1] n'est valable que pour les sections de type 1 (éléments
empilés).

4.3.1.1 Section en T

Figure 5 - Section en T

] ^]
YZ .[Z.\Z.: Z _ <
Pour le type 1 : ⟹ *! ∑ \ .Y .[
_

] `]
YZ .[Z.\Z.: _ Z <
Pour le type 2 : ⟹ *! ∑ \ .Y .[
_

4.3.1.2 Section en I

Figure 6 - Section en I

] ^] ] ^]
YZ .[Z.\Z.: Z _ <2Ya .[a.\a .: _ a<
Pour le type 1 : ⟹ *! _
∑ \ .Y .[
_

] `] ] `]
YZ .[Z.\Z.: _ Z <2Ya .[a.\a .: _ a<
Pour le type 2 : ⟹ *! _
∑ \ .Y .[
_

E. Sauvignet 10/01/2013 8/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

4.3.1.3 Section en caisson

Figure 7 - Section en caisson

] ^] ] ^]
YZ .[Z.\Z.: Z _ <2Ya .[a.\a .: _ a<
Pour le type 1 : ⟹ *! _
∑ \ .Y .[
_

] `] ] `]
YZ .[Z.\Z.: _ Z <2Ya .[a.\a .: _ a<
Pour le type 2 : ⟹ *! _
∑ \ .Y .[
_

4.3.2 Calcul de la contrainte de flexion


La contrainte normale de flexion maximum se détermine comme précédemment avec la rotation de
la section:
( . . |? . * | ( .
,
2
⟹ ( . |? . * | ( .
,
2 .

4.3.3 Calcul de la contrainte de cisaillement maximum

l’effet de réduction des distance entre les axes d’inertie : * @ * . ?


La contrainte de cisaillement se calcul de la même manière que pour les profils collés mais avec

.
/0,

/0 .
/0

La contrainte de cisaillement maximum se situe à l’axe d’inertie de la section reconstituée (zo=0):

.
0,

0.

²
Pour les sections en T, en I et en caisson

9 . )9 . ?9 . *9 ( !. !. 2
.
!.
!,

Avec h : hauteur suivant figure e, f et g


Nota : Il y a une erreur dans l’équation (B.9) de l’Eurocode 5.1.1 [1]. Il faut lire h au
lieu de h2.

E. Sauvignet 10/01/2013 9/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

4.3.4 Calcul de la charge par assembleur

? . .) .*
L’effort de cisaillement dans l’assembleur j des joints i (1 ou 3)
bX . .R X

⟹ bX . .R X
)3 ,

Avec sij : espacement des assembleurs du joint i au droit de l’effort


tranchant V considéré (en j).
Avi,ef, surface de cisaillement efficace du joint i

Cette valeur est à comparer à la valeur de la capacité latérale un organe d'assemblage isolé. En
d’autres termes, il n'y a pas à prendre en compte un nombre efficace : neff=n

4.3.5 Calcul de la raideur Kser de l’organe d’assemblage

4.3.5.1 Raideur transversale Kser,v


La raideur transversale de la plupart des organes d’assemblages est donnée par plan de cisaillement
et par organe de fixation dans l’Eurocode 5.1.1 [1] tableau 7.1 :

Figure 8 - Kser,v

E. Sauvignet 10/01/2013 10/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

4.3.5.2 Raideur axiale Kser,ax


La raideur axiale Kser,ax est un paramètre nécessaire pour le calcul des profils assemblés par des vis
inclinées par rapport au fil du bois. Actuellement, sa valeur est définie pour les vis sous ATE. La
plupart des grands fabricants de vis à bois ont une gamme sous ATE.

Figure 9 - Kser,ax

4.3.5.3 Raideur Kser,α


La raideur suivant un angle incliné α peut se déterminer par plan de cisaillement par l’équation

Wc d,3 . sin
suivante :
Wc d,e P* f
Wc d, . cos
Il convient de privilégier le travail des vis en traction. Dans le cas contraire, le joint a tendance à
s'ouvrir et il est nécessaire de vérifier les vis au flambement.

Figure 10 - Kser,αα

En traction, il existe 2 modes de fonctionnement du système :


mode 1 : traction de la vis et compression bois/bois du plan de cisaillement

b . cos PG K 1
mode 2 : traction et cisaillement de la vis
,l,m
bl,m P* A b ,l,m /cos
PJQ f PG K 2
b3,l,m /sin
En compression, il n’existe qu’un mode de fonctionnement : compression et cisaillement de la vis.
En cas d'efforts alternés, on peut croiser les vis. Ceci permet d'avoir toujours des vis en traction.

Figure 11 – Configuration pour « efforts alternés »

E. Sauvignet 10/01/2013 11/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

4.3.6 calepinage des organes d’assemblage


Selon l’Eurocode 5.1.1 [1] article B.1.2, l’espacement entre les organes d’assemblage est constant ou
varie uniformément conformément à l’effort tranchant (V) mais dans la limite de 1 à 4.

Pour un élément sur 2 appuis avec une charge uniforme constante, on a un diagramme des efforts
tranchants triangulaire :

Fig h : diagramme des efforts tranchants

4.3.6.1 Calepinage constant


Le calepinage constant est le plus simple à mettre en œuvre, mais le plus consommateur d’organes
d’assemblage.

Figure 12 - Calepinage constant

o
Nombre d’organe n
Q (1

Espacement moyen Smoy


0p

E. Sauvignet 10/01/2013 12/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

4.3.6.2 Calepinage uniformément variable


Le calepinage uniformément variable est le plus économique, mais assez complexe à mettre en
œuvre.

Figure 13 - Calepinage uniformément variable

q
X _.s
r2
Entre 0 et 3.L/8, Sj vaut :
t

Nombre d’organe n
9.v
w 2. o
Q 2. u 1; ( 1x ( ;1
# o 16.
17. o o
⟹Q ( 1 ≃ 0,55. ( 1
32.

32
Espacement moyen Smoy

. ≃ 1,9.
0p
17

4.3.6.3 Calepinage par palier


Le calepinage par palier est plus simple dans sa mise en œuvre et permet d’économiser 30%
d’organes de fixation par rapport à un calepinage constant.

Figure 14 - Calepinage par palier

o o o
Nombre d’organe n
Q 2. (1 ( ;1(
4. 16. 8.
11. o o
⟹Q ( 1 ≃ 0,70. ( 1
16.

. ≃ 1,5.
r~
Espacement moyen Smoy
0p rr

E. Sauvignet 10/01/2013 13/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

5 Exemples de calculs
5.1 Renforcement d’une panne en bois lamellé-collé
Le renforcement se réalise sur une panne non chargée de section 120mm x 550 mm en GL24h
(Emoy=11600MPa ; fm,k=24MPa, fv,k=2,7MPa). La prothèse, en bois lamellé collé GL24h, de section
120x90mm est fixée dessous par vissage inclinées à 45 avec un calepinage par pallier. Les vis utilisées
sont de longueur 245mm, de diamètre extérieur 8.2mm. La profondeur d’ancrage étant de 107 mm,
on obtient selon l’ATE du fabricant :
- une raideur axiale Kser=25x8,2x107=21935 N/mm
- un effort caractéristique en traction Fax,k=13,35x8,2x107x(380/350)0,8=12510 N

La poutre reconstituée est dimensionnée sous une charge qd uniformément répartie de 750 daN/m
(γm,blc=1,25 et Kmod,blc=0,9).

Figure 15: géométrie

5.1.1 Coefficient de glissement γ1


A1 = 9x12 = 108 cm²
E1 = 11600 Mpa
K1 = 21935 x cos(45°) x 2/3 = 10340 N/mm
Smoy = 100x1,5 = 150mm
⇒k1 = 10340/150 = 68.9 N/mm²

1 1
?r 0,89
C! .) C! 11600.108. 10!
1( . 1( .
D² E 12000² 68.9

5.1.2 Position de l’axe d’inertie a2


A2 = 55x12 = 660 cm²

( 9 ( 55
E2 = 11600 Mpa

r . )r . ?r . : < 108.0,89. : <


r !
2 2
*! 4,06 SP
∑? . .) 0,89.108 ( 660

E. Sauvignet 10/01/2013 14/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

5.1.3 Rigidité efficace (EI)ef


I1 = 93x12/12 x 104 = 729 x 104 mm4
I2 = 553x12/12 x104 = 166375 x 104 mm4
a1 = 55/2+9/2-4,06 = 27,94cm
' . (? . ) . *! +
11600. 729 ( 166375 ( 0,89.108. 27,94! ( 660. 4,06! . 10•
2,93 . 10r9 €. PP²

5.1.4 Contrainte de flexion maximum

9 13500. 10• 0,9


Md = 750 x 12²/8 = 13500 m.daN

( 11600. 0,89.27,94 ( . 10. 15,7 F* ‚ 24. 17,28 F*


•r ,r
2 2,93. 10r9 1,25
55 13500. 10• 0,9
( 11600. 4.06 ( . 10. 16,9 F* ‚ 24. 17,28 F*
•! ,!
2 2,93. 10 r9 1,25

5.1.5 Contrainte de cisaillement maximum


h = 55/2 + 4,06 = 31,56 cm

² 315,6!
Vd = 750 x 6 = 4500 daN

!. !. 2 11600.120. 2 0,9
. 45000. 0,89 F* ‚ 2,7. 1,94 F*
!. 120.2,93. 10r9 1,25
•!,

5.1.6 Charge par vis Fv,Ed

?r . r . )r . *r 0,89.11600.10800.279,4
S=150/1,5 = 100 mm
b3,Y• . . 45000. . 100 4784 €
2,93. 10r9
0,9
‚ 12510. cos 45° . 6124 €
1,3

5.1.7 Comparaison

Panne non renforcée Panne renforcée par collage Panne renforcée par vissage
EIef 1,93 x 1013 N.mm² 3,04 x 1013 N.mm² 2,93 x 1013 N.mm²
σd,max 22,1 Mpa 16,5 Mpa 16,9 Mpa
τd,max 1,01 Mpa 0,89 Mpa 0,89 Mpa

E. Sauvignet 10/01/2013 15/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

5.2 Apport de rigidité par un panneau OSB cloué


L’exemple porte sur le calcul de l’apport de rigidité d’un panneau OSB 3 de 16 mm
(E,0,moy=4930MPa ; fc,0,k=15,4MPa) cloué sur des chevrons en bois massif C24 (Emoy=11000MPa ;
fm,k=24MPa, fv,k=4 MPa, ρk=350 kg/m3) de section 60 x 80 mm, espacé tout les 50 cm. Le clouage est
réalisé par 2 pointes de section carré 2,5mm et de longueur 50 mm espacée en palier de 75mm.
Le profil reconstitué est dimensionnée pour une charge qd uniformément répartie de 115 daN/ml,
combinaison court terme en classe de service 2
Pour le panneau OSB3, on a γm=1,2 et kmod=0,9
Pour les chevrons C24, on a γm=1,3 et kmod=0,9

Figure 16 – géométrie

r,‹ r,‹
'ˆρŠr . ρŠ! + . d#,w '√550.420+ . 2,5#,w
5.2.1 Rigidité de glissement par plan de cisaillement d’une pointe de diamètre 2,5mm :

K …†‡ 731 N/mm


30 30
5.2.2 Résistance caractéristique latérale d’une pointe de diametre 2,5mm :
Portance locale du panneau osb3, t1= 16 mm
fh,1,k= 65.d-0,7.t0,1= 65.2,5-0,7.160,1= 45,16 Mpa
Portance locale du bois C24, t2=34 mm
fh,2,k= 0,082.ρk.d-0,3= 0,082.350.2,5-0,3= 21,80 Mpa
Moment d’écoulement plastique pour les pointes carrée
My,Rk=0,45.fu,k.d2,6 = 0,45.600.2,52,6 = 2924 N.mm
La valeur caractéristique de la capacité d’arrachement
Fax,Rk= 0 N

* → 1816 €
La résistance caractéristique en simple cisaillement


→ 1853 €

S → 761 €
b3,lm PJQ 689 €
’ → 689 €
‘ K → 817 €
• ” → 754 €

5.2.3 Coefficient de glissement γ1


A1 = 50x1,6 = 80 cm²
E1 = 4930 Mpa
K1 = 731 x 2/3 = 487 N/mm
Smoy = 37.5x1,5 = 56,25mm
⇒k1 = 487/56,25 = 8,66 N/mm²

E. Sauvignet 10/01/2013 16/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

1 1
?r 0,148
C! .) C! 4930.80. 10!
1( . r r 1( .
D² Er 2800² 8,65

5.2.4 Position de l’axe d’inertie a2


A2 = 6x8 = 48 cm²

( 1,6 ( 8
E2 = 11000 Mpa

r . )r . ?r . : < 4930.80.0,148. : <


r !
*! 2 2 0,48 SP
∑? . .) 0,148.4930.80 ( 11000.48

5.2.5 Rigidité efficace (EI)ef


I1 = 1,63x50/12 x 104 = 17,06 x 104 mm4
I2 = 83x6/12 x104 = 256 x 104 mm4
a1 = 1,6/2+8/2-0,48= 4,32cm
' . (? . ) . *! +
4930. 17,06 ( 0,148.80. 4,32! . 10• ( 11000. 256 ( 1.48. 0,48! . 10•
4,11 . 10r# €. PP²

5.2.6 Contrainte de flexion maximum

1,6 112,7. 10• 0,9


Md = 115 x 2,8²/8 = 112,7 m.daN

•r ( 4930. 0,148.4,32 ( . 10. 1,94 F* ‚ 15,4. 11,6 F*


,r
2 4,11. 10r# 1,2
8 117,6. 10• 0,9
( 11000. 0,48 ( . 10. 13,54 F* ‚ 24. 16,61 F*
•! ,!
2 4,11. 10 r# 1,3

5.2.7 Contrainte de cisaillement maximum


h = 8/2 + 0,48 = 4,48 cm

² 44,8!
Vd = 115 x 1,4 = 161 daN

!. !. 2 11000.60.
2 0,9
. 1610. 0,43 F* ‚ 4. 2,77 F*
!. 60.4,11. 10r# 1,3
•!,

5.2.8 Charge par pointe Fv,Ed

?r . r . )r . *r 0,148.4930.8000.43,2 0,9
S=56,25/1,5 = 37,5 mm
b3,Y• . . 1610. . 37,5 370 € ‚ 689. 477 €
4,11. 10r# 1,3

5.2.9 Comparaison
chevron seul OSB collé sur chevron OSB cloué sur chevron
EIef 2,81 x 1010 N.mm² 8,10 x 1010 N.mm² 4,11 x 1010 N.mm²
σd,max 16,7 Mpa 9,3 Mpa 13,5 Mpa
τd,max 0,48 Mpa 0,40 Mpa 0,43 Mpa

E. Sauvignet 10/01/2013 17/18


Calcul des profils reconstitués version de travail V6

6 Bibliographie

[1] Norme, NF EN 1995-1-1 - Calculs des structures en bois: règles générales et règles pour les
batiments, AFNOR, 2008.

[2] J. NATTERER, J.-L. SANDOZ et M. REY, Traité de Génie Civil - Vol 13 - Construction en bois -2ème
ed, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 2004.

[3] STEP, Structures en bois aux états limites - Volume 2, Eyrolles, 1997.

7 Auteur
Eric SAUVIGNET, Gérant du bureau d’études BE2S

8 Comité de lecture
Paul ADOLF, Responsable bureau d’études, Ets Mathis

Laurent BLERON, Professeur au département Génie Civil de l’université de Loraine.

François VARACCA, Responsable du marché assemblage bois chez SFS INTEC

E. Sauvignet 10/01/2013 18/18