Vous êtes sur la page 1sur 28

UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.

me/whatsnws

MERCREDI 26 AOÛT 2020


76E ANNÉE – NO 23523
3,00 € – FRANCE MÉTROPOLITAINE
WWW.LEMONDE.FR –
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

STANSALL/AFP
L’été des sciences – 2 PAGES LA SAGA DES ONDES GRAVITATIONNELLES · LE DILEMME DES PAPILLONS

Covid­19 : l’inquiétude remonte dans les Ehpad
▶ A l’heure où l’épidémie
montre des signes de
▶ Les directeurs sont
appelés à réactiver
▶ Depuis le 1er mars,
plus de 10 500 personnes
▶ Les personnels, très
marqués par ces décès 1 ÉDITORIAL
rebond à travers le pays, leurs cellules « Covid » sont mortes des suites et pour certains en état
certains établissements et à stocker du matériel, du Covid­19 dans d’épuisement, se plaignent
LES RISQUES DE LA 
remettent en place des afin de protéger au mieux les 7 500 Ehpad des manques d’effectifs COURSE AU VACCIN
mesures de confinement leurs 600 000 résidents que compte la France PAG E S 8 - 9 PAG E 2 8

L’OPPOSANT RUSSE NAVALNY A BIEN ÉTÉ EMPOISONNÉ Etats­Unis Colère après une nouvelle 
▶ Les analyses menées en Allemagne, où il est maintenu en coma artificiel, confirment
la thèse d’un empoisonnement subi en Russie. Angela Merkel dénonce un « crime ». PAG E S 2 - 3
affaire de violences policières
un père de famille noir de seoir au volant, un policier
Manifestation 29 ans a été blessé de plusieurs l’agrippe et sept coups de feu re­
à Khabarovsk (Russie), balles dans le dos, dimanche tentissent. Jacob Blake, dont les
le 22 août. 23 août, par des policiers blancs de trois enfants se trouvaient à l’ar­
Sur la pancarte : Kenosha, dans l’Etat du Wiscon­ rière du véhicule, a été hospitalisé
« Navalny a été sin. Sur les images filmées par des dans un état grave. Les policiers,
empoisonné, témoins et largement diffusées qui avaient, semble­t­il, été appe­
nous savons qui est ensuite, on peut voir deux poli­ lés sur place pour des violences
coupable ». ciers, l’arme au poing, qui, en domestiques, ont été suspendus.
IGOR VOLKOV/AP plein jour, cherchent à interpeller Cette affaire, qui fait l’objet d’une
cet homme non armé, alors qu’il enquête indépendante, a suscité
marche vers sa voiture. Au mo­ des manifestations dans cette
ment où il ouvre la portière et ville et ailleurs dans le pays.
amorce le mouvement pour s’as­ PAG E 4

Enquête Economie
La France  le bilan de Trump 
des antimasque ruiné par la 
Même si le phénomène récession
demeure limité en France,
les personnes hostiles au En début d’année, le prési­
port du masque s’activent dent américain pensait
de plus en plus sur divers pouvoir aborder la course
groupes Facebook, où à la réélection en présen­
certains développent tant un bilan économique
des thèses concluant positif. Mais la crise
à un « complot mondial » sanitaire a tout changé
PAG E S 1 0 - 1 1 PAG E 4

Commerce Nucléaire Santé CINÉMA


L80xP81xH101, pouf L38xP51xH39, coque en bois noyer, cuir vachette fleur corrigée pigmentée, piètement alu.

La stratégie de la La centrale de Les cabinets Ensemble


Une sortie très 
Ecopart incluse 10,50€. Fabriqué en Europe. Offre valable uniquement dans les colori et cuir présentés.

famille Mulliez Chooz mise à dentaires


pour sauver des l’arrêt pour éviter continuent attendue, « Tenet »,  Royal
Fauteuil inclinable

1990
magasins Alinéa d’épuiser la Meuse de subir la crise et une bonne  et son pouf
¤
PAG E 12 PAG E 1 3 PAGE 7
surprise française, au lieu de 3133¤
« Effacer l’historique »
L’été en séries après des mois de salles déser­
tées à cause de l’épidémie de Co­
Le courage vid­19, l’industrie du cinéma
de la nuance guette la sortie de son premier
blockbuster mondial, « Tenet »,
Hannah Arendt, de Christopher Nolan. Mais, en
le génie de l’amitié mélangeant tous les genres, le ci­
néaste américain égare son pu­
PAGE 2 4 blic dans l’espace­temps et ne LE PLUS GRAND ESPACE RELAXATION À PARIS
permet pas à ses personnages
Deneuve d’exister.
La bonne surprise de ce mer­
Catherine et sa credi 26 août est une comédie
sœur Françoise française, « Effacer l’historique »,
de Benoît Delépine et Gustave
PAGE S 2 2 - 2 3
Kervern. Critique de la domina­
tion des mastodontes du numéri­ Paris 15e • 7j/7 • M° Boucicaut • P. gratuit
Mes œuvres cultes que, le film suit trois « gilets jau­ Canapés & fauteuils : 63 rue de la Convention, 01 45 77 80 40
« La Bataille nes » qui se révoltent contre l’in­ Literie : 66 rue de la Convention, 01 40 59 02 10
telligence artificielle. Entretien Armoires lits : 58-60 rue de la Convention, 01 45 71 59 49
d’Alexandre » avec ses deux réalisateurs. Kartell Shop : 60 bis rue de la Convention, 01 45 71 59 49
PAGE 2 6
En salle également, « Petit Dressing et gain de place : 143 rue St-Charles, 01 45 79 95 15
La philosophe pays », adaptation du roman de Calligaris Store : 145 rue St-Charles, 01 45 75 02 81
en 1944. PHOTO12 Gaël Faye. Mobilier contemporain : 147 rue St-Charles, 01 45 75 02 81
www.topper.fr
PAG E S 1 4 À 1 7
Algérie 220 DA, Allemagne 3,70 €, Andorre 3,50 €, Autriche 3,80 €, Belgique 3,20 €, Canada 5,80 $ Can, Chypre 3,20 €, Danemark 36 KRD, Espagne 3,50 €, Gabon 2 400 F CFA, Grande-Bretagne 3,10 £, Grèce 3,50 €, Guadeloupe-Martinique 3,30 €, Guyane 3,50 €,
Hongrie 1 440 HUF, Italie 3,50 €, Luxembourg 3,30 €, Malte 3,20 €, Maroc 22 DH, Pays-Bas 3,80 €, Portugal cont. 3,50 €, La Réunion 3,30 €, Sénégal 2 400 F CFA, Suisse 4,40 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 4,10 DT, Afrique CFA autres 2 400 F CFA
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

INTERNATIONAL
0123
2| MERCREDI 26 AOÛT 2020

A F FA I R E   A L E X E Ï   N AVA L N Y

Navalny : Berlin dénonce un empoisonnement
Tandis que l’opposant est soigné en Allemagne, Mme Merkel demande à la Russie d’« enquêter sur ce crime »

berlin, moscou ­ correspondants

L
es médecins allemands
ont livré leur diagnostic,
et celui­ci confirme la
thèse de l’empoisonne­
ment avancée depuis le début par
les proches d’Alexeï Navalny : « Les
résultats cliniques révèlent une Des policiers
intoxication par une substance du allemands
groupe des inhibiteurs de la choli­ surveillent
nestérase », a annoncé, lundi l’entrée
24 août, l’hôpital berlinois de la des urgences
Charité, deux jours après que le de l’hôpital
principal opposant au président de la Charité,
russe, Vladimir Poutine, y eut été où Alexeï
transféré depuis la ville sibé­ Navalny
rienne d’Omsk, à bord d’un avion est soigné,
médicalisé affrété par l’ONG alle­ à Berlin,
mande Cinema for Peace. le 24 août.
M. Navalny « se trouve dans une MARKUS SCHREIBER/AP
unité de soins intensifs et il est tou­
jours dans un coma artificiel »,
précise le communiqué de l’hôpi­
tal, ajoutant que « son état de
santé est grave » mais que « sa vie
n’est pas en danger ». Pour la suite,
les médecins restent toutefois
très prudents. Indiquant que la
substance précise qui a intoxiqué
le malade « n’a pas encore été iden­
tifiée », ils reconnaissent que « des
séquelles à long terme, en particu­
lier dans le domaine du système
nerveux, ne peuvent être exclues à
ce stade ». Son coma dure depuis
plus de cinq jours.
Le gouvernement allemand n’a
pas attendu le verdict des méde­
cins berlinois, rendu public lundi
après­midi, pour se prononcer sur
la cause de l’état de M. Navalny, vic­
time d’un malaise, jeudi 20 août, à
bord d’un vol commercial en Sibé­ présents depuis samedi matin. ter sur ce crime dans les moindres attaque contre le Bundestag, lundi soir. Le silence était aussi de
rie. « Le soupçon ne porte pas sur le Un tel dispositif est exception­ détails et ce, en toute transpa­ en 2015, et d’avoir ordonné le « DES SÉQUELLES À LONG  mise du côté du ministère des af­
fait que M. Navalny se soit empoi­ nel : selon une loi de 2017, seuls rence », a déclaré Mme Merkel meurtre d’un citoyen géorgien faires étrangères.
sonné lui­même, mais que quel­ les membres des « organes cons­ dans une déclaration conjointe d’origine tchétchène dans un
TERME, EN PARTICULIER  Les médias, dont certains
qu’un ait empoisonné M. Navalny, titutionnels » allemands – gou­ avec son ministre des affaires parc de Berlin, en août 2019. DANS LE DOMAINE DU  avaient diffusé ces derniers jours
et le gouvernement prend ce soup­ vernement et Parlement – peu­ étrangères, Heiko Maas, lundi « Comme à chaque fois, l’Allema­ des théories fumeuses sur l’al­
çon très au sérieux », a ainsi déclaré vent jouir d’une protection du soir. Le chef de la diplomatie gne réagit en rappelant son atta­ SYSTÈME NERVEUX, NE  coolisme d’Alexeï Navalny ou son
Steffen Seibert, le porte­parole de BKA, ainsi que, « dans des cas très européenne, Josep Borrell, a rapi­ chement aux règles de l’Etat de régime minceur, jouent désor­
la chancelière Angela Merkel, particuliers », des personnalités dement fait de même. droit et en apportant un soutien PEUVENT ÊTRE EXCLUES »,  mais les équilibristes. « Navalny
lundi matin, face à la presse. étrangères « invitées » par l’Etat symbolique aux forces libérales en SELON LES MÉDECINS s’est finalement empoisonné »,
Signe supplémentaire du « sé­ fédéral. Contentieux très lourds Russie, mais elle se garde de s’im­ titre le site d’informations russe
rieux » avec lequel Berlin consi­ Sans surprise, la confirmation En recueillant Alexeï Navalny, miscer trop directement dans les Vesti, pendant que l’agence de
dère cette affaire : la mise à dispo­ par les médecins berlinois de l’Allemagne se retrouve toutefois affaires intérieures russes, car au manœuvres dilatoires menées presse RIA fait preuve d’une pu­
sition d’agents de l’Office fédéral l’empoisonnement de M. Navalny en première ligne pour gérer les fond ni Berlin ni Moscou n’ont in­ par Moscou pour tenter de con­ deur singulière en signalant que
de police criminelle (BKA) pour a conduit les autorités alleman­ conséquences de cet empoison­ térêt à une escalade », tempère tenir l’affaire. Un fait significatif : Berlin demande la lumière « sur
assurer la protection de M. Na­ des à appeler de nouveau Moscou nement. A ce stade, les suites di­ Alena Epifanova, chercheuse à la après avoir été saisie dès le matin la dégradation de l’état de santé
valny. « Etant donné qu’il s’agit à faire la lumière sur cette tenta­ plomatiques de l’affaire n’en res­ DGAP, un think tank berlinois du 20 août par les proches de d’Alexeï Navalny ».
vraisemblablement d’une attaque tive d’assassinat et à en juger les tent pas moins difficiles à mesu­ spécialisé dans l’étude des rela­ M. Navalny, la justice russe n’a La réaction la plus ferme est ve­
au poison, sa protection est néces­ responsables. rer. Celle­ci s’ajoute certes à tions internationales. toujours pas ouvert la moindre nue des médecins qui se sont oc­
saire », a justifié M. Seibert. « Compte tenu du rôle éminent d’autres contentieux très lourds Les conclusions de l’hôpital de enquête. Une grande partie de cupés de M. Navalny à Omsk.
Lundi après­midi, de nouveaux joué par M. Navalny dans l’opposi­ entre Berlin et Moscou, quelques la Charité apportent toutefois un l’énergie déployée par les autori­ Lundi soir, ils ont assuré avoir
renforts policiers ont ainsi été tion politique en Russie, les autori­ mois seulement après que l’Alle­ démenti cinglant non seulement tés dans les premiers jours cherché sur leur patient « un large
déployés autour de l’hôpital de la tés sur place sont désormais invi­ magne eut accusé la Russie aux affirmations des médecins suivant l’empoisonnement a éventail de stupéfiants, substances
Charité, s’ajoutant à ceux déjà tées de manière urgente à enquê­ d’avoir été à l’origine d’une cyber­ russes, et laissent à voir les consisté à tenir à l’écart la famille synthétiques, psychodésiques et
et les proches de l’opposant et médicinales, y compris les inhibi­
à diffuser, dans la presse, une teurs de la cholinestérase », et que
Une substance neurotoxique aux effets redoutables multitude de versions alternati­
ves des faits.
les résultats avaient été négatifs.
Plus tôt dans la journée, ils
avaient déjà assuré n’avoir subi
la thèse de l’empoisonnement des zones rebelles a été documentée par sions… Jusqu’à la mort par asphyxie. Deux Silence aux affaires étrangères « aucune pression » extérieure au
d’Alexeï Navalny, l’opposant russe à Vladi­ l’Organisation pour l’interdiction des armes anticonvulsivants, l’atropine et le diazé­ « Cela veut dire qu’Alexeï aurait pu cours de leur travail.
mir Poutine, prend une consistance supplé­ chimiques (OIAC). La famille des organo­ pam, peuvent alléger les symptômes, en être sauvé beaucoup plus vite, a Si cette position, qui revient à
mentaire. Lundi 24 août, l’hôpital de la phosphorés, dont sont tirés ces neurotoxi­ complément de la pralidoxime, molécule réagi l’une de ses médecins per­ traiter de manière suspecte les
Charité de Berlin (Allemagne), où il a été ques, a été découverte par des scientifiques réactivatrice des cholinestérases. Faute sonnels, Anastassia Vassilieva. résultats obtenus à Berlin, était
transféré samedi depuis la Sibérie après un allemands après la première guerre mon­ d’une réaction rapide, les dégâts neurolo­ Nous avions évoqué avec les mé­ reprise au niveau officiel, cela ris­
malaise survenu l’avant­veille, a fait savoir diale et diffère de vésicants tels que le gaz giques peuvent s’avérer irréparables. decins l’hypothèse des inhibiteurs querait d’ajouter encore à la ten­
dans un communiqué que « les résultats moutarde ou ypérite, utilisée pendant De tels agents sont aussi dangereux pour de la cholinestérase. » sion née de cette affaire dans les
cliniques indiquent une intoxication par une celle­ci. Les organophosphorés ne seront ceux qui veulent en faire usage que pour Plusieurs sources, confirmées relations entre Berlin et Moscou.
substance du groupe des inhibiteurs de la pas employés comme gaz de combat lors du leur cible. « Une goutte de VX sur la peau tue par le témoignage d’un des mé­ Lundi soir, la directrice de la
cholinestérase ». En d’autres termes, d’une second conflit mondial. Dans le monde ci­ un homme de 100 kg », rappelle Julien Le­ decins envoyés en renfort de chaîne RT estimait ainsi que « la
classe de molécules organophosphorées vil, on en tirera des pesticides tandis que le gros. Leur fabrication nécessite des installa­ Moscou, affirment toutefois que clinique de la Charité ne pouvait
dont font partie des neurotoxiques puis­ développement d’agents innervants se tions et des moyens gouvernementaux. « Il M. Navalny a été traité dès les pas dire autre chose que ce qu’on
sants tels que le sarin, le soman, l’agent VX poursuivra pendant la guerre froide. faut pouvoir travailler avec des combinai­ premières heures avec de l’atro­ attendait d’elle ».
ou le Novitchok. sons avec respirateurs intégrés dont aucun pine, soit précisément l’antidote Un autre article a été très re­
Cette dernière molécule avait été mise en Dangereux pour la cible et l’utilisateur laboratoire académique ou même industriel que les médecins allemands marqué en Russie, paru celui­là
cause dans la tentative de meurtre en Leurs effets redoutables reposent sur l’in­ ne dispose », précise Julien Legros. ont depuis indiqué utiliser. dimanche dans le quotidien
mars 2018 de l’ex­agent double russe Ser­ hibition quasi irréversible de l’activité En France, seuls les laboratoires militaires L’hôpital d’Omsk a toutefois re­ Moskovski Komsomolets. Il pré­
gueï Skripal et de sa fille Ioulia à Salisbury, d’une enzyme, l’acétylcholinestérase, im­ sont autorisés à manipuler ce type de pro­ fusé de communiquer à la fa­ sente de manière extrêmement
au Royaume­Uni. Londres avait estimé pliquée dans l’influx nerveux et muscu­ duits, dont le développement est interdit mille de M. Navalny les traite­ détaillée l’emploi du temps
qu’ils avaient été empoisonnés avec cet laire. Concrètement, son inactivation se depuis une convention internationale de ments pratiqués. d’Alexeï Navalny à Tomsk, où il
agent de conception soviétique. Le VX a, lui, traduit par une contraction musculaire ir­ 1997. Saura­t­on précisément quel produit a Le silence assourdissant gardé aurait pu être empoisonné. La di­
été employé en 2017, lors de l’assassinat à répressible, « une excitation de tous les neu­ intoxiqué Alexeï Navalny ? Plus le temps par la partie russe est le signe vulgation de ces informations,
l’aéroport de Kuala Lumpur d’un demi­frère rones et de tous les muscles », résume Julien passe, plus les métabolites présents dans d’un embarras profond, et du qui n’ont pu être compilées que
du dictateur nord­coréen Kim Jong­un, Kim Legros, directeur de recherche CNRS au la­ son organisme seront dégradés et la piste caractère inédit des derniers dé­ par les services de sécurité, a été
Jong­nam. Le 20 mars 1995, un attentat au boratoire Cobra à Rouen, spécialisé dans difficile à remonter. « Si Navalny s’en remet, veloppements. Les députés ou sé­ interprétée par les observateurs
sarin dans le métro de Tokyo, fomenté par la l’étude des antidotes de tels agents. Avec, à c’est que ce n’était pas un tel agent neurotoxi­ nateurs, qui réagissent d’ordi­ comme une façon pour ces der­
secte Aum, avait fait 13 morts et plus de la clé, rétrécissement de la pupille, sécré­ que. Sinon, c’est sûr qu’il y aura des séquel­ naire avec célérité aux moindres niers de clamer leur innocence. 
6 000 blessés. L’utilisation de cette même tions diverses, faiblesse musculaire, para­ les », estime Julien Legros.  développements de l’actualité benoît vitkine
molécule par le pouvoir syrien en 2013 dans lysie, confusion, coma, apnée, convul­ hervé morin internationale, restaient muets, et thomas wieder
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020 international | 3

Mali : dialogue difficile entre la


La violence politique, junte et les médiateurs africains
inhérente Les militaires ont assoupli les modalités de détention du président
au système Poutine déchu, Ibrahim Boubacar Keïta, mais temporisent sur la transition
Depuis vingt ans, les meurtres d’opposants
ou de journalistes restent impunis bamako ­ correspondance
Le rétablissement res représentent plus d’un mil­ Car, outre les va­et­vient des né­
liard de dollars soit près de 7 % du gociations et discussions dans

A
près trois jours d’âpres d’« IBK » dans PIB malien. Un calcul qui ne prend lesquelles sont engagés les mem­
discussions, les mili­ pas en compte les transferts clan­ bres du CNSP, ces derniers de­
ses fonctions,
ANALYSE s’est­elle à ce point imposée dans
la sphère politique ou comme
taires maliens et les
émissaires de la Com­ réclamé par la
destins avec lesquels cette manne
dépasse largement les 10 %
vront intégrer toutes les parties
prenantes à la société civile et po­
moscou ­ correspondant
mode de règlement des conflits ? munauté économique des Etats Pour convaincre l’organisation litique malienne avant d’esquis­
Cédéao, semble
L’ empoisonnement d’Alexeï
Navalny confirmé, une
nouvelle question se pose :
qui est coupable ? Elle risque d’agi­
ter longtemps les observateurs de
L’exemple de Boris Nemtsov est
emblématique, là encore. Certains
y ont vu le signe d’une spécificité
tchétchène, un territoire à part
dans lequel le droit russe ne s’ap­
de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao),
arrivés samedi 22 août à Bamako
pour « rétablir l’ordre constitution­
nel », se sont mis d’accord sur
un point. Le président Ibrahim
désormais exclu

emmenée par l’ancien président


ouest­africaine de lever l’em­
bargo, la junte a invoqué les ef­
forts de « compromis » qu’elle a
consentis. Mais « il faudra atten­
dre la conférence des chefs d’Etat
ser les premières lignes d’une
feuille de route. « Et il faut leur
laisser le temps pour cela, il y a un
temps de structuration en interne
puis un temps d’intégration », ob­
la Russie et tous ceux qu’un tel pliquerait pas – échec criant de la Boubacar Keïta, dit « IBK », arrêté nigérian Goodluck Jonathan, de mercredi » pour savoir si ce serve le médiateur.
crime ne laisse pas indifférents. verticale du pouvoir bâtie par M. le 18 août, pourra « aller se soigner achoppent en effet toujours sur sera suffisant, affirme un média­ Le pouvoir d’Ibrahim Boubacar
Certains montreront du doigt les Poutine. La logique est en réalité dans l’endroit qu’il veut et quand il les modalités de la transition poli­ teur. Les émissaires, ajoute­t­il, Keïta était en effet contesté depuis
tours du Kremlin, arguant qu’une inversée : ce sont bien les mœurs veut », a annoncé lundi 24 août le tique. Une seule chose est cer­ « n’avaient pas de pouvoir de déci­ trois mois par une coalition hété­
attaque aussi sérieuse ne peut être violentes de la Tchétchénie kady­ colonel­major Ismaël Wagué. taine : le rétablissement d’Ibra­ sion ». La mise en place d’une roclite rassemblée sous la ban­
commise sans l’aval des plus hau­ rovienne qui ont contaminé Mos­ D’après le porte­parole des mili­ him Boubacar Keïta dans ses fonc­ « transition politique civile », ame­ nière du M5­RFP (Mouvement du
tes autorités. D’autres hausseront cou. taires, la junte, connue sous le tions, réclamé par la Cédéao, sem­ nant à des élections crédibles 5 juin­Rassemblement des Forces
les épaules : comment croire que Sur les télévisions russes ou dans nom de Comité national pour le ble désormais exclu. L’intéressé a « dans les plus brefs délais », selon Patriotiques). Les manifestations,
Vladimir Poutine pourrait être im­ ce qui tient lieu de débat politique, salut du peuple (CNSP), est favora­ assuré aux envoyés qu’il ne « vou­ les mots des putschistes, pourrait dont certaines se sont soldées par
pliqué dans un acte qui nuit à son la violence est omniprésente. Elle ble à ce que « ses conditions de sé­ lait plus jamais retourner au pou­ donc venir plus tard que prévue. des morts lors du week­end du
image – supposant ainsi que l’éta­ prend la forme, en particulier de­ curisation soient allégées et qu’il voir » et « qu’il avait démissionné 10 juillet, réclamaient en bloc la
lon de la politique russe est le juge­ puis 2014, d’incessants appels à la puisse être sécurisé dans un en­ de façon volontaire, sans pres­ « Un temps de restructuration » démission du chef de l’Etat et de
ment qu’en ont les Occidentaux. haine, d’une dénonciation des en­ droit de son choix ». La Cédéao « a sion », a déclaré le porte­parole Sous quelle forme ? La durée de la son gouvernement. Une mobili­
En réalité, la question des res­ nemis et des traîtres. Alexeï Na­ garanti son retour en cas de be­ des militaires. Des propos confir­ transition et qui, civil ou mili­ sation parachevée par l’action des
ponsabilités est à la fois majeure et valny était l’un d’eux. Même em­ soin, ce n’est donc pas un pro­ més par Goodluck Jonathan. taire, dirigera le pays pendant militaires la semaine dernière, sa­
secondaire. Sur les réseaux pêché de se présenter à la moindre blème ». En d’autres termes, le Ce dernier doit remettre ses con­ celle­ci, opposent les négocia­ luée par la population.
sociaux, de nombreux Russes élection, l’opposant représentait président déchu est libre de ren­ clusions aux chefs d’Etat ouest­ teurs. « Des discussions ont eu Pour mener à bien la transition,
n’ont pas attendu le transfert à une menace pour le régime, avec trer chez lui ou de se faire soigner africains qui ont prévu de se con­ lieu sur le modèle à suivre, cer­ la junte devra également se rap­
Berlin d’Alexeï Navalny pour son obstination à faire battre les à l’étranger s’il le souhaite. certer mercredi 26 août pour déci­ tains évoquaient le Burkina Faso procher des anciens groupes re­
proclamer : #NousSavonsQuiEst­ candidats du pouvoir. La sur­ Dans l’immédiat, les autres der de renforcer ou d’alléger les quand d’autres préféraient le Ni­ belles du Nord, avec qui le prési­
Coupable. Un ambassadeur de veillance et le harcèlement dont il hauts fonctionnaires en déten­ mesures prises à la suite du coup ger – qui ont respectivement dent sortant Ibrahim Boubacar
France, celui pour les droits de faisait l’objet disent assez son im­ tion et l’ancien premier ministre d’Etat. Annoncées le 20 août, ces vécu des coups d’Etat en 2015 et Keïta avait posé les jalons du pro­
l’homme, leur a emboîté le pas. portance. Boubou Cissé, arrêté au même sanctions ont imposé la ferme­ 2010 contre les présidents Blaise cessus de paix acté par l’Accord
Derrière ces mots, il y a une vérité moment que l’ex­chef de l’Etat, ne ture des frontières des Etats voi­ Compaoré et Mamadou Tandja –, d’Alger en 2015. Si aucune com­
simple : la violence politique est « Chiens de garde » du régime pourront pas bénéficier des mê­ sins du Mali membres de la Cé­ c’est un échange de point de vue », munication officielle n’a été faite
inhérente au système Poutine. Les raisons de cette brutalisation, mes conditions d’élargissement. déao et l’arrêt de tous les flux fi­ explique le médiateur. « Rien n’a à ce sujet, une source au sein de
La responsabilité de celui­ci de cette banalisation de la vio­ Selon Ismaël Wagué, « l’état actuel nanciers et commerciaux, à l’ex­ été décidé », confirme le colonel­ ces groupes affirme que les sol­
porte un nom : l’impunité. Identi­ lence, ne relèvent pas seulement de la situation nécessite qu’ils ception des produits de première major Wagué, « mais son archi­ dats du CNSP « rencontreront les
fier et punir les coupables impli­ de l’opportunisme. Elles tiennent soient sécurisés et leur relaxe dé­ nécessité ou de lutte contre le Co­ tecture finale devra être décidée mouvements le moment venu ». 
que de s’en remettre à la justice. Ce aussi à l’histoire de ceux qui sont pendra de l’évolution des choses ». vid­19. Une situation qui pèse sur entre nous et toute décision rela­ paul lorgerie
réflexe naturel dans un Etat de aux manettes de l’Etat, autour de Après trois jours de rencontres le quotidien des nombreux Ma­ tive à la taille de la transition, au
droit est, en Russie, un cul­de­sac : l’ancien officier du KGB Vladimir et de discussions, les négociations liens qui vivent grâce aux trans­ président de transition, à la for­
la justice n’y a pas pour rôle d’éta­ Poutine. Le traumatisme de la entre les militaires et la commis­ ferts de fonds. Selon la Banque mation du gouvernement, se fera
blir la vérité. Dans les affaires sen­ violence politique commise à sion de médiation de la Cédéao, mondiale, ces transferts monétai­ entre Maliens. » Retrouvez en ligne l’ensemble de nos contenus
sibles encore plus qu’à l’ordinaire, l’époque soviétique n’a jamais été
elle n’est qu’un outil dans les assimilé, digéré, en Russie ; il est
mains des services de sécurité. désormais, de plus en plus relati­
Résultat : depuis vingt ans, les visé, justifié. Les silovikis (hom­
agressions et meurtres à carac­
tère politique commis en Russie
(contre des responsables politi­
mes des structures de force) au
pouvoir se revendiquent volon­
tiers comme les héritiers des di­
En Inde, l’autorité de la famille Gandhi
ques ou des journalistes) ont en verses polices politiques.
commun de rester sans coupable.
Pour ceux qui disposent des bons
appuis, la violence létale est
Ils ont amené avec eux, au som­
met de l’Etat, des méthodes poli­
cières désormais indissociables
contestée au sein du Parti du Congrès
quasiment légalisée. de la conduite des affaires de La principale force d’opposition au premier ministre Modi traverse une crise de leadership
La réaction de Vladimir Poutine l’Etat, qui voient en l’opposant un
à l’assassinat de Boris Nemtsov, en ennemi. A cet héritage s’ajoute
février 2015, a été relatée par de celui des années 1990 mafieuses,
nombreux témoins. Le président
aurait, dit­on, été sincèrement
choqué par le meurtre de cet an­
cien vice­premier ministre, qu’il
connaissait bien, qui plus est sous
durant lesquelles la violence
touchait chaque pan de la vie pu­
blique, de l’économie, des rela­
tions sociales.
Ces dernières années, le pouti­
S onia Gandhi, 74 ans, la
veuve de Rajiv Gandhi, l’an­
cien premier ministre as­
sassiné en 1991, va continuer à as­
surer la présidence du Congrès,
travailleur et dirigeant du Congrès
aujourd’hui est de combattre l’as­
saut pernicieux du gouvernement
Modi contre la démocratie, le plu­
ralisme et la diversité de l’Inde ».
La presse
indienne
a l’habitude
que et tenter de reconquérir le
pouvoir n’a toujours pas claire­
ment exprimé ses intentions
pour l’avenir. Reprendra­t­il la
présidence du parti ? Sera­t­il de
ses fenêtres. Pour autant, la justice nisme a aussi inventé une autre mais un nouveau chef devra être En août 2019, malgré une santé de décrire nouveau candidat en 2024 ? Ac­
russe n’ira jamais plus loin que manière d’utiliser la violence, en la élu dans les six prochains mois. fragile, Sonia Gandhi avait ac­ cusé de dilettantisme, de manque
quelques exécutants, tous venus déléguant à des acteurs « privés » Le plus vieux parti de l’Inde, qui cepté d’assurer l’intérim après la
le Congrès d’investissement personnel et de
de Tchétchénie, sans interroger la ou à des groupes au sein des servi­ dirigea le pays à partir de l’indé­ démission de son fils Rahul. Ce­ « en état de coma charisme, le député a gagné en sé­
responsabilité des autorités de ces secrets pouvant agir en marge pendance et durant des décen­ lui­ci avait décidé de se mettre en rieux ces dernières semaines et
Grozny. Dans le cas de M. Navalny, de leur hiérarchie. Ces « chiens de nies, vient de connaître une retrait après son humiliante dé­
profond » étrille, chaque jour, Modi pour sa
le comité d’enquête, saisi aux pre­ garde » du régime, comme les ap­ énième crise, révélatrice de faite face à Narendra Modi aux gestion calamiteuse du coronavi­
mières heures du 20 août, n’a pelle la politiste Tatiana Stano­ l’ambivalence des membres du élections législatives. Déjà après rus, la crise au Ladakh avec la
même pas annoncé l’ouverture vaya, permettent aux autorités de parti à l’égard de la famille la mort de son mari, Sonia rendra Modi. Le BJP dispose de Chine et l’effondrement de l’éco­
d’une enquête. ne pas se salir les mains, notam­ Gandhi, tiraillés entre leur vo­ Gandhi avait repris en 1998 les rê­ moyens financiers considérables nomie. S’il est en retrait, c’est lui
L’impunité est plus qu’une déci­ ment lors d’opérations à l’étran­ lonté de capitaliser sur ce nom nes du parti et l’avait mené à la et disproportionnés, de la puis­ qui a approuvé la plupart des no­
sion politique, elle est un mode de ger. En échange de leur loyauté et populaire et prestigieux et celle victoire en 2004 et 2009. Pressen­ sance des réseaux sociaux et de minations aux postes­clés du
fonctionnement. Par principe, on de leur utilité, ils peuvent se sentir de s’émanciper. tie pour devenir première minis­ l’influence sur les médias. Il a dé­ Congrès ces derniers mois et le
ne lâche pas « les siens », « svoi » libres de régler leurs propres Dimanche, le quotidien Indian tre, elle avait dû renoncer face aux pensé dans la dernière campagne quadra n’a guerre l’intention de
– ceux des services ou de l’élite po­ comptes, ou d’interpréter la vo­ Express avait fait fuiter une lettre coups portés par le Bharatiya Ja­ de Narendra Modi, en avril 2019, faire place à la vieille garde, bien
litique. Lorsque le Royaume­Uni, lonté du chef à leur façon. signée par 23 dirigeants du parti nata Party (BJP), le parti nationa­ plus que tous les autres concur­ représentée parmi les signataires
en 2007, désigna les responsables Des observateurs rappellent et adressée le 7 août à Sonia liste, sur ses origines italiennes. rents. Même lorsque le Congrès de la lettre. Sa sœur Priyanka, que
de l’assassinat de l’ancien agent qu’en dénonçant la corruption des Gandhi, demandant des réformes Manmohan Singh avait accédé au parvient à gagner dans les urnes certains imaginent en recours,
Alexandre Litvinenko, la réponse élites, Alexeï Navalny s’est consti­ radicales, notamment un « lea­ poste de premier ministre et avait des élections régionales, il n’est sera candidate aux élections ré­
de Moscou fut d’offrir un fauteuil tué une longue liste d’ennemis dership à plein temps et efficace », formé pendant dix ans un vérita­ pas à l’abri de perdre le pouvoir gionales dans l’Uttar Pradesh
de député au chef du commando. personnels. Parmi eux, certains de « visible » et « actif sur le terrain » ble tandem avec Sonia Gandhi, quelques mois plus tard. Le BJP est en 2022, face au chef de gouverne­
Le cas de Sergueï Magnitski, avo­ ces hommes. Le plus connu de ces et la mise en place d’une direction présidente du Congrès. régulièrement accusé de retour­ ment sortant, Yogi Adityanath,
cat tué en prison pour avoir dé­ oligarques de la violence est plus collective. Les auteurs ner des députés en promettant ar­ un moine nationaliste, extré­
noncé une fraude au fisc, est un Evgueni Prigojine, associé aux usi­ avaient souligné la perte de con­ Rahul Gandhi, candidat en 2024 ? gent, postes ou effacement de miste, proche de Narendra Modi.
autre cas d’école : il ne relève pas nes à trolls ou aux mercenaires de fiance des jeunes dans le parti, L’arrivée de Narendra Modi au procédures judiciaires. Quatre Depuis plusieurs mois, des voix,
de l’affaire d’Etat mais de la simple Wagner. Dans le passé, son nom a privé de leader. Sonia Gandhi a pouvoir, qui n’a de cesse de ternir Etats gagnés (Karnataka, Madhya parmi les intellectuels, s’élèvent
avidité de policiers et membres été cité dans un empoisonne­ alors proposé d’être relevée de ses l’héritage de la dynastie Nehru­ Pradesh, Goa, Manipur) par le pour demander au Congrès de
des services corrompus. Les punir ment, celui du mari d’une proche fonctions. Après une réunion de Gandhi et de ramener Sonia Congrès lui ont ainsi échappé. La s’émanciper des Gandhi et d’élire
serait allé dans le sens de l’intérêt collaboratrice de M. Navalny. sept heures en vidéoconférence, Gandhi à un statut d’étrangère, a dernière manœuvre opérée par le un président n’appartenant pas à
public et de celui des citoyens, Cela ne dédouane en rien Vladi­ les dirigeants ont finalement pro­ tout changé. La presse indienne a parti de Modi, en août, pour faire la dynastie. Le spécialiste de l’Inde
mais ces considérations pèsent mir Poutine. Il y a même fort à pa­ longé, lundi, son intérim. l’habitude de décrire le Congrès tomber le gouvernement du Ra­ Christophe Jaffrelot estime au
peu face à la cohésion du clan, de la rier que la violence politique qu’il Un communiqué publié à l’is­ « en état de coma profond ». En jasthan a finalement échoué. contraire que le Congrès, seule al­
caste. Les responsables de la mort a contribuée à installer dans les af­ sue de la réunion indique que fait, le principal parti d’opposition Sous l’emprise de la famille, le ternative au BJP, ne peut pas « sur­
du juriste ne furent jamais inquié­ faires de l’Etat lui survive. Se dé­ « personne ne sera ou ne peut être est victime à la fois d’une crise de Congrès est affaibli par l’incerti­ vivre » sans les Gandhi et tombe­
tés, et dès que l’Ouest s’en mêla, ils barrasser de ce cancer si profondé­ autorisé à saper ou à affaiblir le leadership et d’organisation et des tude que laisse planer Rahul rait immédiatement dans un fac­
furent promus. Reste une autre ment enfoui sera, un jour, vital.  parti et sa direction » et affirme assauts peu loyaux du BJP, la for­ Gandhi. A 40 ans, le fils désigné tionnalisme fatal. 
question : comment la violence benoît vitkine que « la responsabilité de chaque mation du premier ministre, Na­ pour entretenir l’héritage politi­ sophie landrin
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
4 | international MERCREDI 26 AOÛT 2020

Donald Trump voit la pandémie Nouvelle affaire de


violence policière contre
ruiner son bilan économique un Noir aux Etats­Unis
Le président a rompu, bien avant le virus, avec le libéralisme de Reagan Un homme de 29 ans a été grièvement blessé
dans le Wisconsin. Son état est jugé critique
new york ­ correspondant que ses idées n’avaient aucune co­ le magnat immobilier new­yor­ américains par Pékin tandis que

E
n février, tout semblait si
simple. Donald Trump
allait vendre son bilan
économique pour l’élec­
hérence. La réalité est plus subtile.
En quatre ans, M. Trump a dé­
boulonné la statue de la figure
tutélaire du Grand Old Party
(GOP), le père fondateur de la « ré­
kais est depuis toujours protec­
tionniste. Le Parti républicain était
pro­immigration ; M. Trump la ju­
gule avec efficacité, ses électeurs
ne voulant pas que les nouveaux
la guerre commerciale avec l’Eu­
rope n’est que partie remise.
Côté social, l’affaire est plus am­
biguë. Trump n’a pas remonté le
salaire fédéral minimum, figé à
L a scène, filmée dimanche
23 août sur un téléphone
portable, a un air tragique­
ment familier. Un Afro­Améri­
cain en short noir et en débardeur
Les deux policiers, intervenus
dans le cadre d’une affaire de vio­
lence domestique, ont été sus­
pendus de leurs fonctions et une
enquête a été ouverte. « Si je tuais
tion présidentielle de novembre : volution conservatrice » : Ronald venus métissent leur culture. 7,25 dollars de l’heure (6,15 euros) blanc se dirige vers sa voiture, quelqu’un, je serais condamnée et
un chômage au plus bas depuis Reagan (1981­1988). Passant du Reste en commun la politique depuis 2009, mais, avant le suivi par deux policiers blancs, traitée comme une meurtrière. Je
cinquante ans, y compris pour les conservatisme au nationalisme de baisse des impôts, notamment Covid­19, les salaires les plus fai­ l’arme au poing. L’homme essaie pense que ce devrait être la même
Afro­Américains, une croissance et au populisme, parce que les pour les plus riches et les entrepri­ bles augmentaient en pourcen­ de rentrer dans sa voiture ; les po­ chose pour la police », a dit à
supérieure à celle de l’Europe, électeurs blancs et ouvriers ses dans un pays perclus d’inégali­ tage plus que les autres, à cause liciers l’entourent. L’un attrape l’Agence France­Presse Sherese
Wall Street qui jubilait et des ar­ étaient de plus en plus dubitatifs tés et un amour de la dérégulation du plein­emploi et parce que les son débardeur. Sept détonations Lott, 37 ans, venue défiler à
mistices commerciaux – signés face aux bienfaits de la mondiali­ – financière sous Reagan, environ­ Etats fédérés avaient augmenté le retentissent. Jacob Blake, 29 ans, Kenosha, ville de 170 000 habi­
avec le Canada et le Mexique, puis sation. C’est l’analyse de Ge­ nementale chez Trump. Mais faire salaire minimal local. grièvement blessé, est transporté tants au bord du lac Michigan.
la Chine – qui permettaient d’ho­ rald Seib, éditorialiste au Wall de ces sujets le fil rouge unique du M. Trump a baissé fin 2017 les en hélicoptère à l’hôpital de Ben Crump, l’avocat de la fa­
norer le slogan « America First ». Street Journal (WSJ), dans son livre GOP, c’est occulter une évolution impôts des plus riches et des en­ Milwaukee (Wisconsin), où il a été mille de Jacob Blake – qui repré­
Tout cela se faisait au prix d’un We Should Have Seen It Coming : majeure, qui s’amplifiera si treprises, mais a aussi approuvé le opéré d’urgence dans un service sentait également celle de George
déficit budgétaire jugé alors in­ From Reagan to Trump – A Front­ M. Trump l’emporte et ne sera pas plan de relance du Congrès : in­ de soins intensifs. Son état est Floyd –, a affirmé que les trois fils
soutenable, proche de 5 % du Row Seat to a Political Revolution remise en cause à 100 % en cas demnité chômage fédérale de jugé critique, mais en voie d’amé­ de ce dernier se trouvaient dans la
produit intérieur brut (PIB) du (« Nous aurions dû le voir venir. d’avènement des démocrates. 2 400 dollars par mois jusqu’en lioration, selon des témoignages voiture, et que l’homme avait
pays et d’une politique monétaire De Reagan à Trump, aux premiè­ juillet, prise en charge des salaires de proches à des médias locaux. tenté de s’interposer dans une
accommodante, mais le grief était res loges d’une révolution politi­ Envolée du déficit budgétaire des PME en difficulté, au point que « Pas de justice, pas de paix ! », dispute entre deux femmes.
politiquement inaudible. Trump que », Random House, 304 p., Sur la politique économique, l’or­ le gouvernement américain a été scandaient le millier de manifes­ « Alors qu’il s’éloignait pour aller
pouvait l’emporter. 37 dollars, non traduit). thodoxie est enterrée. Le déficit accusé de gaspiller l’argent public. tants défilant autour d’un tribu­ voir ses enfants, la police a tiré à
Puis est survenue l’épidémie de Il y eut pourtant des signes budgétaire devrait atteindre un Pour la première fois depuis qua­ nal de Kenosha, la ville où a eu plusieurs reprises dans son dos à
Covid­19 qui a ruiné ce récit. avant­coureurs, avec la présence quart du PIB. M. Trump est aidé rante ans, les autorités antitrust se lieu le drame, à une quarantaine bout portant », a déclaré l’avocat
M. Trump essuie la plus grande de Sarah Palin, gouverneure par la Réserve fédérale (Fed, ban­ remettent au travail. Donald de kilomètres au sud de Milwau­ dans un communiqué. « Les trois
récession de l’histoire, le déficit d’Alaska, sur le ticket malheureux que centrale), qui fait marcher la Trump combat les GAFA (Google, kee. La colère grandissait aux fils de M. Blake étaient juste à côté
budgétaire le plus grave des Etats­ de John McCain en 2008 face à planche à billets et a sauvé les en­ Amazon, Facebook, Apple), à l’ori­ Etats­Unis après cette nouvelle et ont vu la police tirer sur leur
Unis en temps de paix et un chô­ Barack Obama, puis l’émergence, treprises en faillite en rachetant gine pour des raisons politiques, affaire de violence policière dont père », a­t­il ajouté.
mage inédit depuis les années après la crise financière, du leur dette. Avant la crise, l’institu­ mais le débat a aussi tourné sur un homme noir a été victime. Elle
1930, tandis que la fortune des Tea Party, mouvement antifisca­ tion présidée par Jerome Powell l’abus de monopole, avec l’appui survient un peu plus de trois « Ce n’était pas une bavure »
milliardaires s’envole avec la liste qui harcela la présidence avait baissé ses taux d’intérêt des élus démocrates. Le président mois après la mort de George Tony Evers a annoncé lundi la
Bourse. Le voilà acculé, tel son Obama à partir de 2010. pour créer une surchauffe écono­ a aussi tenté de détruire l’Obama­ Floyd, étouffé par le genou d’un convocation d’une session extra­
lointain prédécesseur George H. Donald Trump a raflé la mise, mique riche en emplois. care, l’assurance­santé mise en policier blanc à Minneapolis, qui ordinaire du Parlement local, la
W. Bush, président d’un seul man­ assumant la bascule populiste. Cette souplesse est aux antipo­ place par son prédécesseur, mais a suscité un énorme mouvement semaine prochaine, afin d’adop­
dat, terrassé en 1992 par la réces­ Reagan combattait le « big govern­ des de la rigueur de son lointain essaie de lutter contre le prix exor­ de protestation en faveur des ter une série de mesures sur « la
sion. « It’s the economy, stupid » ment », M. Trump n’a pas de scru­ prédécesseur Paul Volcker, qui in­ bitant des médicaments. Et il ser­ Noirs aux Etats­Unis et dans le responsabilité et la transparence »
(« C’est l’économie, idiot ! »), avait pules à intervenir. Le « grand com­ fligea à M. Reagan une récession monne les industriels qui ne pro­ reste du monde, appuyé par le des forces de police. « On nous
lâché un conseiller de son adver­ municateur » portait un message en 1982­1983 pour terrasser l’in­ duisent pas américain. mouvement Black Lives Matter. rappelle une fois de plus que le ra­
saire démocrate, Bill Clinton. optimiste, quasi messianique, sur flation. Ainsi semble révolue la sa­ « M. Trump, avec des airs plus Comme pour George Floyd, la cisme est une crise de santé publi­
l’Amérique ; le président actuel est gesse qui voulait qu’on engrange proches de Teddy Roosevelt [1901­ tentative d’interpellation de ce que. Il n’y a pas de temps à per­
Réalité subtile négatif, présente les Etats­Unis en en période de vaches grasses des 1909, qui lança le démantèlement père de famille a été filmée par un dre », a­t­il écrit sur le réseau so­
M. Trump n’entend pas perdre victime et veut se retirer des munitions (excédents budgétai­ de l’empire Rockefeller] que de témoin. Les images, tournées cial Twitter.
sans combattre, qui vante à son affaires du monde, dans un pays res et/ou taux d’intérêt relevés) Ronald Reagan, a tourné le dos à avec un téléphone portable, sont Son adjoint Mandela Barnes, un
électorat le plus grand rebond éco­ fatigué par la guerre. L’acteur de pour les temps de récession. un capitalisme de pur laisser­faire vite devenues rapidement virales. Afro­Américain, a estimé de son
nomique jamais constaté sur le Californie était libre­échangiste, Sur le plan commercial, pour s’attaquer à des business ré­ Des protestations ont eu lieu côté que le drame « n’était pas un
front de l’emploi, de la consomma­ même s’il cherchait à protéger M. Trump a sabordé l’Organisa­ putés », commente dans le WSJ dans la nuit de dimanche à lundi, accident ». « Ce n’était pas une ba­
tion et des marchés financiers. La Detroit de l’automobile japonaise ; tion mondiale du commerce Bobby Jindal, ancien gouverneur puis de lundi à mardi. vure. C’est une violence ordinaire
reprise est laborieuse, en forme de (OMC) et engagé une désimbrica­ républicain de Louisiane. Un couvre­feu avait été décrété pour beaucoup d’entre nous », a­
racine carrée inversée √ : un V dont tion fondamentale avec l’écono­ En réalité, le seul président pour la nuit de lundi à mardi, à t­il dénoncé.
la deuxième barre est trop courte, mie chinoise qui fait plutôt con­ auquel M. Trump entend se com­ partir de 20 heures, après les dé­ Le candidat démocrate à l’élec­
avec une remontée insuffisante Donald Trump sensus à Washington. Le phéno­ parer est le républicain Abraham bordements de la veille. Une tion présidentielle du 3 novembre
pour résorber le chômage. Les pro­ mène sera long, une firme Lincoln (1860­1865), qui abolit heure après son entrée en vi­ Joe Biden a exigé « une enquête
chaines semaines et l’élection di­ a déboulonné comme Apple ayant l’essentiel de l’esclavage : « J’ai fait plus que tout gueur, les manifestants ont été vi­ immédiate, poussée et transpa­
ront ce qu’il en est. L’intérêt est la statue de la ses usines en Chine, mais semble autre président pour la commu­ sés par des tirs de gaz lacrymo­ rente et que les policiers répondent
ailleurs : la crise devrait renforcer irrémédiable, incarné par le boy­ nauté noire, et je m’abstiens sur gène de la police, vers qui des bou­ de leurs actes ». « Le pays se réveille
les convictions de Donald Trump figure tutélaire cott de Huawei, leader mondial de Abraham Lincoln », a­t­il très sé­ teilles ont été lancées. Des véhicu­ encore une fois plongé dans la
et, s’il l’emporte, consacrer la mue du Grand la 5G, ou la vente forcée à des inté­ rieusement déclaré mi­juin après les ont été incendiés. Appelant à douleur et l’indignation qu’un
idéologique du Parti républicain. rêts américains de l’application la mort de George Floyd, étouffé manifester de façon pacifique, le homme noir américain ait de nou­
Au début, les détracteurs de Old Party, chinoise TikTok qui se dessine. par un policier blanc de Minnea­ gouverneur démocrate Tony veau été victime d’un abus poli­
M. Trump, à l’instar du Prix Nobel Ronald Reagan, Les relations entre les deux blocs polis (Minnesota), tout en van­ Evers avait annoncé que 125 mili­ cier », a regretté M. Biden, accom­
d’économie (2008) Paul Krug­ prennent parfois des airs de tant son bilan économique pour taires de la garde nationale se­ pagnant son message du mot
man, ont expliqué que son élec­ assumant une guerre froide, avec l’achat de les Afro­Américains.  raient déployés dans la ville afin « Assez » sur fond noir. 
tion conduirait à la catastrophe et bascule populiste produits agricoles aux farmers arnaud leparmentier d’y faire respecter l’ordre. service international

Les républicains se déchaînent contre Joe Biden et les démocrates


L’électorat trumpiste a été chauffé à blanc, lundi, lors de la première journée de la convention d’investiture républicaine

washington ­ correspondant caine pour perpétuer les divisions, berté ». Patricia et Mark McClos­ maisons ». Les démocrates « veu­ surprise, et assurant une nouvelle nistration a obtenu la libération.
pervertir les souvenirs de nos Pères key, un couple de Saint Louis lent détruire ce pays et tout ce pour fois que Joe Biden ne pourrait rem­ Donald Trump s’est montré sou­

L e Parti républicain avait


annoncé une convention
d’investiture placée sous le
signe de l’optimisme. La première
soirée, lundi 24 août, n’a pas tenu
fondateurs américains et dénigrer
nos vertus judéo­chrétiennes ».
Inlassablement, un péril « socia­
liste », sans doute le terme qui est
revenu le plus souvent au cours de
(Missouri) qui a défrayé la
chronique en pointant des armes,
parce qu’il se sentait menacé,
contre les manifestants qui pro­
testaient contre les violences po­
quoi nous nous sommes battus et
qui nous importe. Ils veulent voler
votre liberté, votre liberté. Ils veu­
lent contrôler ce que vous voyez,
pensez et croyez afin de pouvoir
porter l’élection qu’en trichant.
La prise de parole du fils aîné du
président, en fin de soirée, aurait
pu donner l’occasion, comme
c’est souvent le cas avec un mem­
riant, aimable et attentionné,
mais cet exercice est apparu de
manière trop évidente comme
une séance de rattrapage.
Auparavant, le Parti républicain
cette promesse. Seules les inter­ la soirée, mais aussi « marxiste » licières, ont assuré que « votre fa­ contrôler votre vie », a­t­elle as­ bre de la famille d’un candidat, avait tenté une opération délicate :
ventions de l’ancienne ambassa­ ou « révolutionnaire », a été dé­ mille ne sera pas en sécurité dans suré, hurlant presque, en l’ab­ d’un portrait intime et empathi­ celle de transformer en succès la
drice aux Nations unies Nikki noncé que seul un homme pour­ l’Amérique de gauche radicale des sence pourtant de public. que, comme pour Joe Biden une gestion de l’épidémie qui vaut au
Haley et du sénateur de Caroline rait empêcher, Donald Trump, démocrates », accusés de vouloir semaine plus tôt. Le déficit président des jugements très sévè­
du Sud Tim Scott, plus fidèles au qualifié de « garde du corps de la ci­ « la fin des zones pavillonnaires », Discours revanchard qu’accuse Donald Trump en la res. Une infirmière puis un méde­
thème reaganien de la « cité vilisation occidentale » par Charles sous­entendu blanches, du fait Donald Trump avait donné lui­ matière rendait l’exercice encore cin ont vaillamment défendu les
brillante sur la colline », ont Kirk, un jeune et influent conser­ d’une politique du logement fa­ même le ton en milieu de journée plus nécessaire. Mais l’occasion mesures positives prises par son
échappé à la noirceur. vateur proche de Donald Trump vorable à la mixité raciale. au cours d’un déplacement à n’a pas été saisie et un nouveau administration, avant qu’une vi­
Rien n’a manqué pour chauffer Jr, le fils aîné du président sortant. Le réquisitoire le plus enflammé Charlotte, en Caroline du Nord, discours revanchard et virulent déo dresse un récit littéralement
à blanc la base trumpiste, pas Ce péril s’est parfois curieuse­ a été prononcé par l’amie du fils siège initial de la convention, où s’est ajouté aux précédents. révisionniste des mois écoulés.
même un émigré cubain qui a mis ment combiné avec une dénon­ aîné du président, Kimberly seule une poignée de délégués Le président sortant s’est efforcé Le contraste ne pouvait pas être
en garde, des sanglots dans la ciation en vogue il y a quatre ans, Guilfoyle, qui travaille au sein de républicains, pour cause de lui­même de corriger ce défaut plus grand avec le procès en
voix, contre les promesses du lorsque les républicains assimi­ l’équipe de campagne de Donald Covid­19, avaient voté pour qu’il d’image, accentué par sa réponse incompétence qui avait été ins­
Parti démocrate. Elles lui rappel­ laient la candidate démocrate Trump. Sur un ton particulière­ devienne officiellement le candi­ glaciale (« C’est comme ça ») lors­ truit une semaine plus tôt au
lent, a­t­il dit, celles « de Fidel Hillary Clinton à une oligarchie ment véhément, elle a pris dat du Grand Old Party à la prési­ qu’il avait été interrogé, le 4 août, cours de la convention démocrate.
Castro », et « ceux qui ont souffert élitiste favorable au libre­échange l’exemple de la Californie – dont le dentielle du 3 novembre. sur le nombre de victimes de l’épi­ Les deux rassemblements se sont
et qui sont morts pour les avoir et aux délocalisations. gouverneur démocrate, Gavin Dans un discours décousu de démie de Covid­19. Deux séquen­ pourtant fait écho chaque fois que
crues ». Une enseignante en Le représentant républicain de Newsom, est son ex­mari –, deve­ plus d’une heure, le président ces filmées au sein de la Maison l’hypothèse d’une victoire du
guerre contre l’éducation publi­ Floride Matt Gaetz a évoqué « un nue selon elle, « une terre avait répété ses griefs du moment, Blanche l’ont placé en présence de camp adverse a été présentée
que a dénoncé de même les syndi­ film d’horreur » dans lequel, après d’aiguilles d’héroïne jetées dans les stigmatisant les chaînes de télévi­ personnels en première ligne comme la garantie d’un crépus­
cats, coupables d’avoir « intention­ une victoire de Joe Biden, « il parcs, d’émeutes dans les rues et de sion qui n’avaient pas retransmis dans la lutte contre le virus, puis cule américain. 
nellement réécrit l’histoire améri­ n’y aura pas de refuge pour la li­ pannes d’électricité dans les intégralement ce vote sans d’anciens otages dont son admi­ gilles paris
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

vous souhaite une belle rentrée,


en toute sécurité !
Ces derniers mois, plus que jamais, la santé et la
sécurité de vos enfants ont été au cœur de vos pensées.
Chez Pampers®, la sécurité et la qualité des produits
sont notre priorité car nous souhaitons que tous les
bébés puissent grandir heureux et en bonne santé.
C’est la promesse que nous vous faisons à travers des
engagements concrets.

Des couches 100% sûres

Le laboratoire indépendant GALAB


confirme l’absence de substances
Nos couches en rayon sont indésirables – dont le formaldéhyde
certifiées par le label indépendant – dans nos couches Baby-DryTM, Les autorités ont confirmé
Standard 100 par Oeko-Tex®, Premium ProtectionTM et Harmonie. que les couches Pampers®
l’une des certifications les plus Les résultats sont publiés sur notre site sont conformes au seuil
exigeantes au monde. internet www.pampers.fr. sanitaire qu’elles ont défini.

Procter & Gamble France SAS – 391 543 576 RCS Nanterre – Capital social de 152 400 € - 163/165 quai Aulagnier
Des processus de fabrication sans cesse améliorés

Nos couches
en rayon
Testées dermatologiquement
Approuvées par Depuis 3 ans, Nous fabriquons nous-mêmes
les dermatologues de nos couches.
la Skin Health Alliance nous avons réalisé
1,250,000 tests, 2000 tests par jour

l’équivalent de près de
500 capteurs
35,000 tests par mois. sur notre ligne de production.
Derma
approved

Une démarche de transparence continue

0 %
Composition de nos Vous pouvez nous joindre
couches disponible depuis à ce numéro si vous souhaitez
en savoir plus :
2016 sur notre
site internet
0 800 94 51 30
2017 sur nos
paquets
des 26 allergènes de parfum
listés par l’U.E.
Service & appel gratuits
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
6 | international MERCREDI 26 AOÛT 2020

A Beyrouth,
les ONG sur
tous les fronts
humanitaires
L’explosion du 4 août a amplifié
les souffrances des Libanais et met
encore à l’épreuve la société civile

beyrouth, envoyées spéciales mobile – un minibus spéciale­


ment équipé − des blessés venus

D
es travaux de réhabili­ vérifier des points de suture, des
tation ont commencé malades chroniques en quête de
à la Quarantaine, un médicaments qu’ils ne peuvent
quartier attenant au plus se procurer. « L’explosion a
port de Beyrouth, un de ceux les renforcé les besoins et le déses­
plus touchés par la double explo­ poir, dans un pays déjà en crise »,
sion survenue le 4 août. Dans une note le docteur Ali Ghassani.
rue, des échafaudages ont été ins­ Plus de la moitié de la popu­
tallés, et des équipes de l’associa­ lation se retrouve désormais
tion Offrejoie − des ingénieurs « dans le piège de la pauvreté », se­ Dans une clinique mobile de l’ONG Amel, dans le quartier de la Quarantaine, à Beyrouth, le 9 août. DALIA KHAMISSY POUR « LE MONDE »
volontaires, des contremaîtres lon la commission économique
salariés, des bénévoles − sont à et sociale des Nations unies pour
pied d’œuvre pour un chantier l’Asie occidentale (CESAO), dont pour la reconstruction de Bey­ taux et écoles − et mobilise Le secteur privé (scolarisant de­
qui durera plusieurs mois. le siège est à Beyrouth. routh, regroupant plusieurs syn­ d’autres acteurs, en plus des
Quelque deux puis des décennies la majorité
Dans ce quartier populaire, une Plus de quinze jours après la dicats professionnels – comme ONG. A Gemmayzé et Geitawi, cent mille foyers des élèves) a déjà été affecté par la
vingtaine d’immeubles vont être double explosion, « on n’est plus l’Ordre des avocats ou celui des deux autres quartiers particuliè­ crise financière : des familles ne
remis en état par l’association en­ dans la première urgence, mais ingénieurs et architectes –, a été rement touchés par la double
ont été affectés sont plus capables d’assumer les
gagée dans le vivre­ensemble et dans une transition vers une annoncée, jeudi 20 août. Il vise à explosion, trois hôpitaux privés par l’explosion frais de scolarité, et les inscrip­
mobilisée à de multiples reprises action plus pérenne », explique organiser les efforts de la société (le secteur compte le plus de lits tions dans le public ont bondi.
dans le pays pour réparer les dom­ une humanitaire. Mais la coordi­ civile, ainsi que « des autorités et au Liban) sont hors service à
au port de Paris avait annoncé, en juillet,
mages et les destructions, notam­ nation manque encore : dans des donateurs », pour plus d’effi­ cause des destructions. Beyrouth, entre une aide de 15 millions d’euros
ment après des combats qui se une autre partie de la Quaran­ cacité et de transparence. De destinée aux écoles francopho­
sont produits à Tripoli (Nord). taine, près du jardin public, di­ son côté, le Bureau de la coordi­ Autres urgences
dommages et nes – qui comptent de nombreux
Investies sur le terrain depuis verses ONG distribuent de la nation des affaires humanitaires L’hôpital des Sœurs du Rosaire, destructions établissements religieux, scola­
des années, les ONG locales ont nourriture, selon leurs listes. Des (OCHA), l’organisme humani­ géré par une congrégation de re­ risant 120 000 Libanais de toutes
été parmi les premières à répon­ disputes éclatent, certains habi­ taire des Nations unies (ONU), ligieuses chrétiennes maronites, confessions – à surmonter la
dre à l’urgence humanitaire, en tants se sentant lésés. « On ne centralise une partie de la ré­ est le plus grand de Gemmayzé, fond en larmes. Une infirmière crise économique. A ces besoins
même temps que des Libanais, de comprend pas qui fait quoi », re­ ponse (agences ONU, ONG loca­ avec deux cents lits et des servi­ a été tuée et une dizaine d’autres s’ajoutent désormais les coûts de
façon individuelle et spontanée, grette un acteur associatif. les ou internationales). ces comme celui consacré au ont été blessées. reconstruction des écoles tou­
retroussaient leurs manches Quelque deux cent mille foyers « La fulgurance de la crise est cancer du sein qui accueille des La réhabilitation de l’hôpital, chées par l’explosion.
pour déblayer gravats et verre ou ont été affectés, entre dommages une gageure. Comme humani­ patients de tout le pays. Achevé estimée à 10 millions de dollars Alors que la crise humani­
distribuer des repas aux sinistrés. et destructions. Pour répondre taires libanais, on a acquis une en 2012 avec des investisse­ avec l’appareillage par le direc­ taire provoquée par la double
au défi de la coordination, la expertise dans la crise, ments de 40 millions de dollars teur financier Nabil Alam et explosion concentre les efforts,
« Désespoir » création d’un comité national énorme mais graduelle, des réfu­ (34 millions d’euros), appa­ qui pourrait durer plusieurs différents acteurs appellent à ne
« Le Liban est le pays le plus riche giés syriens [ils sont près de reillage compris, il était bâti pour mois, nécessitera l’intervention pas relâcher l’attention face aux
en ONG locales par habitant, dit 1,5 million au Liban] », observe supporter un séisme de niveau 8 de plusieurs organisations et do­ autres urgences. « Ne pas occul­
Kamel Mehanna, président de Patricia El­Khoury, coordinatrice sur l’échelle de Richter. nateurs privés. L’association ter les problèmes de fonds qui
l’association Amel, active dans la « L’explosion de programmes chez Himaya, « Tout a été détruit, il ne reste chrétienne française L’Œuvre existaient déjà », exhorte Vin­
santé, et coordinateur du collec­ une ONG active dans la qu’un squelette de l’hôpital et d’Orient, active au Liban, a of­ cent Gelot, responsable Liban
tif d’ONG libanaises. Cela fait
a renforcé protection de l’enfance, qui aucun service n’est plus opéra­ fert à l’hôpital son aide pour et Syrie pour L’Œuvre d’Orient.
cinquante ans qu’on vit dans les besoins s’occupe notamment d’aider à tionnel. Il n’y a plus d’électricité, remettre en route en priorité les « Il ne faut pas que la réponse
l’urgence. La force de la société faire face aux traumatismes plus d’eau ni d’air conditionné, services des urgences et de nécessaire à Beyrouth entame
civile avait déjà évité l’effon­
et le désespoir, − ainsi, 100 000 enfants comp­ des appareils médicaux sont chirurgie ambulatoire. l’aide nécessaire, dans les régions
drement du tissu social pendant dans un pays tent parmi les personnes deve­ endommagés. On n’avait jamais L’Œuvre d’Orient collabore libanaises pauvres, et auprès des
la guerre [1975­1990]. » nues sans­abri, selon l’Unicef. vu ça même pendant la guerre », aussi avec l’ambassade de France réfugiés syriens », ajoute une
Sur un parking de la Quaran­
déjà en crise » La réponse à la catastrophe explique sœur Nicolas Akiki, à Beyrouth pour dresser une éva­ humanitaire. 
taine, une équipe médicale ALI GHASSANI comprend aussi la répara­ directrice de l’hôpital, blessée à luation des dommages dans les hélène sallon
d’Amel reçoit dans une clinique médecin tion d’infrastructures − hôpi­ la cheville dans l’explosion, qui écoles touchées par l’explosion. et laure stephan

La propagation du nouveau coronavirus s’accélère au Liban


Le pays a mis en place un couvre­feu pour tenter de limiter la contagion, mais l’urgence humanitaire a désorganisé le système de soin

beyrouth ­ envoyée spéciale coronavirus parmi la population tieuses à l’université américaine secteur médical libanais est bien traçage est débordé face à l’afflux prises par des aides. Depuis le dé­
libanaise. « Le nombre des conta­ de Beyrouth (AUB). moins préparé qu’en France et, de cas. On ne peut, de toute fa­ but de la crise économique, à

A la nuit tombée, quelques


Libanais arpentent la cor­
niche de Beyrouth et les
rues du centre­ville. Las, des offi­
ciers de sécurité observent, d’un
minations augmentait déjà avant
cela, mais l’explosion a aggravé les
choses à tous les niveaux : c’était le
chaos », explique le docteur Firas
Abiad. Il décrit, le soir de l’explo­
Plus de 300 000 habitants des
quartiers dévastés par l’explosion
se sont retrouvés à la rue. « La plu­
part sont allés vivre chez des pro­
ches et cette promiscuité rend diffi­
avec la crise du dollar, il dépend
de l’aide internationale pour im­
porter le matériel médical. L’aide
internationale devrait permettre
d’augmenter les capacités en réa­
çon, pas continuer à tester tout le
monde au vu du coût des tests »,
déplore le docteur Kanj. Les
camps de réfugiés, vulnérables
car densément peuplés, sont en­
l’automne 2019, le taux de pau­
vreté est passé de 28 % à 55 % mi­
2020, selon les Nations unies.
Alors que des milliers de com­
merces ont déjà mis la clé sous la
œil passif, des véhicules traverser sion, des scènes apocalyptiques cile le respect de la distanciation nimation, qui étaient de 80 lits core épargnés. « Il y a un travail de porte sous l’effet conjugué de la
les grandes artères de la ville, aux urgences de l’hôpital public sociale », poursuit Mme Kanj. Des environ avant le 4 août. dépistage et d’isolation des cas crise économique, de la pandé­
plongées dans le noir par les cou­ Rafic­Hariri, qu’il dirige, face à milliers de volontaires et de Plus de 10 % des tests réalisés très efficace qui est fait par les mie et de l’explosion, un reconfi­
pures d’électricité. Le couvre­feu l’afflux de blessés. Quatre hôpi­ membres d’ONG, jeunes et moins sont désormais positifs, avec de ONG », poursuit la médecin. nement prolongé pourrait être fa­
nocturne, qui a été rétabli du taux ont été détruits dans la dé­ jeunes, venus des quatre coins du nombreux cas chez les enfants et tal à d’autres. Certains commer­
21 août au 7 septembre, pour jugu­ flagration, dont l’hôpital Saint­ pays, se sont joints aux habitants les victimes de l’explosion. De Impératif économique ces, notamment d’alimentation,
ler une flambée sans précédent George qui accueillait 20 % des pour déblayer et reconstruire, pal­ plus en plus de cas sont détectés « Le Liban s’est déconfiné trop tôt sont autorisés à ouvrir, d’autres
de contaminations au Covid­19, patients atteints de Covid­19 au liant l’absence flagrante de l’Etat, chez les 20­40 ans, avec des symp­ et les Libanais ont été noncha­ s’en arrogent le droit. Lundi, le
n’est respecté que par défaut. Liban, et d’autres ont été sérieu­ exception faite de son armée. tômes modérés. Et les autorités lants. On a vu des fêtes à la plage, président de l’association des
Dès 18 heures, dans les quartiers sement endommagés. Tout cela a convergé en une sanitaires sont incapables de re­ des mariages et des enterrements, commerçants de Beyrouth, Nico­
habituellement animés du cen­ inflexion nette de la courbe tracer l’origine d’un quart des cas sans aucune mesure de distancia­ las Chammas, a demandé la réou­
tre­ville, il n’y a guère plus de Plus de 400 cas quotidiens des contaminations. Depuis le de contamination. « Le système de tion sociale », déplore M. Abiad. verture des commerces, quali­
commerces – ni de bars et de res­ « On a dû donner des places en 16 août, le pays enregistre plus de Le pays a entamé son déconfine­ fiant d’« injustes pour le secteur
taurants – ouverts pour justifier réanimation à des blessés », pour­ 400 cas quotidiens, avec des pics ment dès juin, sous la pression commercial » les mesures de fer­
une sortie. Mais rares sont les suit le docteur Abiad, qui précise à plus de 600 cas. Ces chiffres économique. L’aéroport de meture. Même parmi les profes­
Libanais à se soucier encore de la que les 23 lits en réanimation sont inédits au Liban, qui n’avait,
« L’explosion Beyrouth a rouvert le 10 juillet sionnels de santé, on privilégie le
pandémie, qui a fait 126 morts, de l’hôpital Hariri sont actuelle­ jusque début juillet, que quel­ a aggravé les pour permettre le retour des respect des mesures barrières à
tant ils sont éprouvés par ment occupés. « Certains patients ques dizaines de cas par jour, expatriés libanais et l’injection un reconfinement. Mais, déplore
neuf mois de crise économique atteints du Covid­19 sont morts grâce à un confinement précoce,
choses à tous de dollars. Dès le 22 juillet, le le docteur Firas Abiad, « il y a un
et, surtout, par le choc traumati­ parce qu’ils n’ont pas eu accès, plutôt bien respecté. « Six cents les niveaux : nombre des contaminations réel problème de respect des mesu­
que causé par la double explosion pendant des heures, à des res­ cas par jour parmi une popula­ s’est emballé. L’impératif écono­ res de distanciation après l’explo­
au port de Beyrouth, le 4 août. pirateurs après leur transfert tion de 5 millions, c’est l’équiva­
c’était le chaos » mique a toutefois prévalu dans sion. Les gens sont en colère contre
Le drame humanitaire, qui a fait hors des hôpitaux détruits », dé­ lent de 7 000 cas quotidiens pour FIRAS ABIAD un Etat au bord de la faillite, le gouvernement et ne veulent plus
au moins 181 morts et 6 500 bles­ plore le docteur Souha Kanj, un pays comme la France », souli­ directeur de l’hôpital public incapable de compenser les tra­ suivre ses recommandations ». 
sés, a accéléré la propagation du professeure en maladies infec­ gne le docteur Firas Abiad. Or, le Rafic-Hariri vailleurs, commerçants et entre­ hé. s.
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020 planète | 7

Covid: les cabinets des dentistes méconnaissables


Le protocole très strict mis en place pour éviter les contaminations perturbe l’accès aux soins

D
es délais pour obtenir
un rendez­vous plus « On est obligé
longs, des détartra­
ges et des visites de
de sélectionner
contrôle repoussés de plusieurs les patients par
mois… Près de quatre mois après
le déconfinement, les règles sa­
degré de douleur,
nitaires imposées par l’épidémie on ne fait plus
de Covid­19 ont modifié en pro­
fondeur le fonctionnement des
que du curatif »
cabinets dentaires. PATRICK SOLERA
A l’aune du protocole sanitaire chirurgien-dentiste à Toulouse
drastique édicté sous l’égide de
l’ordre national des chirurgiens­
dentistes, les cabinets sont deve­ peuvent prévaloir sur la santé, in­
nus méconnaissables. Les ta­ siste Serge Fournier, son prési­
bleaux ont été retirés des murs, dent. On commence depuis juillet à
les plantes décoratives ont dis­ constater des cas de contamina­
paru. Les patients sont souvent tions chez quelques confrères
priés de déposer leurs affaires et leur personnel, donc nous re­
dans des bacs à l’entrée. Ces der­ commandons de ne pas baisser
nières semaines, des salles d’at­ la garde. » « Le protocole est juste,
tente ont pu rouvrir mais avec il ne pouvait pas être autre, recon­
beaucoup de limitations. naît Anne Achard. Le souci, c’est
De façon générale, « la chaîne de que nos surcoûts sont importants
stérilisation est beaucoup plus et ne sont absolument pas com­
lourde, c’est digne de condi­ pensés. Il était question d’un forfait
tions d’hôpital », souligne Anne Covid, on n’en entend plus parler.
Achard, chirurgienne­dentiste à Les chiffres, on évite de les regarder,
Altkirch (Haut­Rhin). « On nous l’année va être catastrophique. »
recommande de désinfecter les Les indemnités de l’Assurance­
murs et le sol. On le fait midi et maladie reçues durant le confi­
soir », témoigne un confrère ins­ nement n’ont pas permis à cette
tallé à Freyming­Merlebach (Mo­ praticienne de 38 ans qui exerce
selle). Au cours d’une interven­ dans un cabinet de campagne de
tion, il est désormais impossible réussir à payer toutes ses char­
au dentiste d’ouvrir un tiroir ges, l’obligeant à faire un em­
pour y chercher un instrument Une dentiste soigne un patient, derrière une protection en Plexiglas, à Toulouse, le 7 juillet. GEORGES GOBET/AFP prunt de 20 000 euros. Elle s’in­
destiné à un acte non prévu, pour quiète déjà d’une potentielle
ne pas risquer la contamination deuxième vague qui inciterait les
du contenu de ce tiroir. oblige les professionnels à opérer bale des actes de 8 % entre plore le praticien de Freyming­ patients à moins venir se faire
Un délai de des choix. « Il y a des choses qu’on juin 2019 et juin 2020, les chirur­ Merlebach, qui estime la perte de soigner, et de devoir ainsi subir
Consultations reportées quinze à vingt ne peut plus faire, comme les giens­dentistes ayant, selon elle, son chiffre d’affaires « entre 40 % un nouveau creux d’activité.
Blouse, surblouse, calot, lunettes, détartrages ou les visites de con­ « étendu leurs plages horaires et le et 50 % ». « Si on n’arrive pas à re­ Alors que de nouvelles mesures
visière… Les exigences de protec­
minutes est trôle. Alors que cela représentait nombre de jours travaillés pour trouver notre activité d’ici à la fin compensatoires vont être de­
tion ont transformé les chirur­ imposé entre entre trois et cinq patients par prendre en charge les patients de l’année, ça va être compliqué. mandées à l’Assurance­maladie
giens­dentistes en « astronautes », jour, ces consultations sont repor­ après la période de confinement ». Certains confrères disent retra­ à la rentrée, la FSDL estime que
décrit Anne Achard. Même si la
chaque patient, tées et remplacées par des soins », vailler presque normalement, je les cabinets ont enregistré une
troisième version du protocole, le temps d’aérer explique Eliane Fontmorin, chi­ Surcoûts « pas compensés » pense qu’ils doivent prendre des perte moyenne de 4 000 à
en vigueur depuis la mi­juillet, al­ rurgien­dentiste à Versailles. Les délais pour obtenir un ren­ risques très inutiles et ne pas res­ 5 000 euros par mois.
lège les contraintes à la marge. Le
la pièce « On est obligé de sélectionner les dez­vous s’allongent. « Les pro­ pecter le protocole… » Le protocole actuel risque d’être
document de 37 pages autorise patients par degré de douleur, on chains rendez­vous sont pour no­ Malgré quelques assouplisse­ pérennisé au moins jusqu’à la fin
notamment les praticiens à ne ne fait plus que du curatif », ajoute vembre. On a deux fois plus de tra­ ments, le message du conseil na­ de l’année. « Ce qui est certain,
plus changer systématiquement deux heures et demie de « non­ Patrick Solera qui craint un sur­ vail et la possibilité d’accueillir tional de l’ordre n’a pas changé. c’est que je ne donnerai plus l’or­
de tenue entre deux patients si consultation » chaque jour. croît de caries « dans les deux à moitié moins de patients », dé­ « Les conditions économiques ne dre de refermer les cabinets quoi
elle n’a pas été souillée. « Ce n’est Conséquence, selon la CNSD : une trois ans à venir ». qu’il arrive », assure le prési­
pas confortable, surtout lorsque la baisse de 20 à 30 % du nombre de A la Caisse nationale d’Assu­ dent du conseil de l’ordre. Pour
chaleur est très contraignante sans
climatisation, mais un tel proto­
patients pris en charge. « Dans
mon cabinet, je suis passé de
rance­maladie (CNAM), on cons­
tate une baisse d’environ 6 % du
Pendant le confinement, le recours Thierry Soulié, les changements
apportés par l’épidémie de Co­
cole est une nécessité sanitaire », quinze à huit patients par jour, volume de soins conservateurs aux soins « considérablement perturbé » vid­19 sont durables. « On ne re­
estime Thierry Soulié, le président mais avec qui les temps de soins effectués entre juin 2019 et Signe que les mesures de confinement mises en place entre le viendra pas en arrière, assure­t­il.
de Confédération nationale des sont plus longs, d’une à trois heu­ juin 2020, une diminution en 16 mars et le 10 mai ont « considérablement perturbé le recours On assouplira probablement cer­
syndicats dentaires (CNSD), l’un res », détaille Patrick Solera, prati­ partie due à une baisse de près de aux soins » des Français, la Caisse nationale d’Assurance-mala- taines mesures, peut­être qu’on re­
des deux principaux syndicats de cien dans le centre­ville de Tou­ 20 % du nombre de détartrages die (CNAM) a annoncé, lundi 24 août, dans un communiqué mettra les tableaux aux murs,
chirurgiens­dentistes. louse et président de la Fédé­ facturés, même si, selon elle, qu’au cours des sept premiers mois de l’année les rembourse- mais les grandes mesures de pro­
Un délai de quinze à vingt mi­ ration des syndicats dentaires li­ « compte tenu des volumes de cet ments de soins avaient reculé de 8,9 % chez les médecins géné- tection resteront, comme sont res­
nutes est imposé entre chaque béraux (FSDL), l’autre grand acte, il en reste beaucoup d’effec­ ralistes, de 12,8 % chez les médecins spécialistes et de 19,6 % tées celles mises en place face à
patient, le temps d’aérer la syndicat de la profession. tués ». A contre­courant des esti­ chez les dentistes. Ces dépenses sont toutefois de nouveau l’hépatite C ou au sida. » 
pièce, ce qui peut représenter, se­ Cette diminution du nombre mations syndicales, la CNAM en nette augmentation en juillet, en hausse de 7 % chez les françois béguin
lon des calculs syndicaux, près de de patients vus dans la journée relève également une hausse glo­ dentistes et de 6 % chez les médecins spécialistes. et élisabeth pineau

Chez les professionnels de santé, une nouvelle « charge mentale »


Kinésithérapeutes, sages­femmes ou encore gynécologues doivent s’adapter à un cadre très contraignant et repenser la prise en charge de leurs patients

A érer quinze minutes en­


tre deux consultations,
désinfecter le matériel et
les poignées de porte entre cha­
que patient…. Prises séparément,
centrer sont devenues un temps de
ménage », témoigne Marie Miller,
une kinésithérapeute âgée de
30 ans installée depuis peu dans
la région lyonnaise. Entre le souci
vent désormais réservés au do­
micile ou organisés au cours de
plages spécifiques en fin de jour­
née dans les cabinets.
Pour dispenser des cours de pré­
davantage sollicitée par mes pa­
tientes, qui ont plus besoin d’être
rassurées, je fais plus d’actes,
plus de visites, et cela se traduit
par des journées plus longues », té­
l’une des mesures de précaution
les plus spectaculaires. « S’il y a
des reprises épidémiques, il n’est
pas exclu qu’on limite de nouveau
la présence des familles, mais on
ce­maladie pendant la durée du
confinement. « Ça nous change la
vie et ça nous permet d’avoir plus
de temps pour assurer la sécurité
sanitaire », lance, enthousiaste,
les mesures sanitaires pour limi­ de respecter les gestes barrières et paration à la naissance, l’Ordre moigne­t­elle. n’ira pas jusqu’à un isolement, on Bertrand de Rochambeau. Dans
ter la propagation de l’épidémie la vigilance sur le bon approvi­ national des sages­femmes re­ Chez les gynécologues, on évo­ pourra tester patientes et con­ son cabinet, 20 % des rendez­
de Covid­19 dans les cabinets des sionnement en équipements de commande de disposer d’au que le ralentissement des inter­ joints », assure Bertrand de Ro­ vous sont désormais en télécon­
professionnels de santé peuvent protection et en produits ména­ moins quatre mètres carrés par ventions chirurgicales. En raison chambeau. « Il n’est pas impos­ sultation, mais « ça peut repré­
sembler modestes. Mises bout à gers, « il y a une charge mentale personne. Un seuil « très limita­ d’un important renforcement sible de revenir en arrière, ce sera senter 30 % à 40 % chez certains
bout, elles ont, en quelques mois, qui n’est pas la même. Ce n’est pas tif », reconnaît­on à l’ordre. Avec des protocoles de désinfection, fonction de l’évolution de la si­ confrères », précise­t­il.
profondément modifié le quoti­ aussi serein que ça pouvait l’être il un local de 15 m2, Catherine Trapé, « l’accès au bloc est plus lent, les fi­ tuation », estime pour sa part « Même si tous les thèmes ne s’y
dien des soignants. Par rapport à y a un an », estime­t­elle. sage­femme à côté de Foix les d’attente qui se sont créées pen­ Georges Haddad, le président du prêtent pas, la télépréparation à
avant le confinement, « ça n’a plus (Ariège), ne peut, par exemple, dant les deux à trois mois d’arrêt Collège français d’échographie la naissance peut permettre à des
rien à voir », estime Pascale Ma­ « Des journées plus longues » plus proposer ses formations ont beaucoup de mal se résorber », fœtale, au sujet de l’interdiction femmes qui habitent loin d’avoir
thieu, la présidente de l’ordre na­ De manière générale, les kinési­ qu’à un couple au lieu de trois si­ explique Bertrand de Rocham­ faite au conjoint ou à la conjointe un rythme plus tranquille », ajoute
tional des kinésithérapeutes, qui thérapeutes ont repensé la façon multanément, comme elle le fai­ beau, le président du Syngof, un d’assister à l’échographie d’une Catherine Trapé, dans l’Ariège.
évoque la nécessité « terriblement dont ils prenaient en charge leurs sait jusque­là. « Comme je suis syndicat de gynécologues. Pour femme enceinte. « Cette interdic­ La prorogation du dispositif de
contraignante » de « tout net­ patients. « Beaucoup ont aug­ lui, les nouvelles règles sanitaires, tion est encore appliquée dans remboursement des téléconsul­
toyer », mais aussi le choix qu’ont menté les prises en charge à domi­ prévoyant qu’un patient soit ex­ quelques CHU, mais en ville, on l’a tations et la prise en compte des
dû faire tous les professionnels de cile, à la fois parce que c’était trop tubé en salle d’opération et non pratiquement tous levée depuis le surcoûts générés par la crise due
« diminuer le nombre de patients contraignant au sein de leur cabi­ Beaucoup, plus en salle de réveil, se tradui­ 2 juin », dit­il. au Covid devraient être au menu
vus ou d’augmenter le nombre net et aussi pour ne pas faire pren­ sent par 50 % de patients pris en Beaucoup de professionnels de des discussions que les responsa­
d’heures travaillées ». dre de risque à leurs patients »,
parmi eux, disent charge en moins chaque jour. santé disent avoir découvert les bles syndicaux entendent ouvrir
« Ce sont les entre­deux qui sont relate Pascale Mathieu. Les exer­ avoir découvert Pendant le confinement, l’inter­ vertus de la téléconsultation, dès septembre avec Thomas Fa­
plus chargés qu’avant : les deux cices physiques intenses ou de diction faite au conjoint par cer­ dont les conditions de rembour­ tome, le nouveau directeur de
minutes de pause que j’avais avant kiné respiratoire, générateurs de
les vertus de la taines maternités d’être présent sement ont été – provisoire­ l’Assurance­maladie. 
entre chaque patient pour me re­ particules dans l’air, sont sou­ téléconsultation en salle de naissance avait été ment – assouplies par l’Assuran­ fr. b.
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

FRANCE
0123
8| MERCREDI 26 AOÛT 2020

SANTÉ

Inquiétude grandissante dans les Ehpad
La plupart des
établissements craignent
de devoir affronter de
nouveaux cas de Covid­19
avec des effectifs réduits.
De nombreuses familles
refusent l’idée d’un
nouveau confinement

S
amedi 15 août, Claudine Guit­
tienne, 82 ans, pleure au télé­
phone dans sa chambre de la
maison de retraite des Palmiers à
La Seyne­sur­Mer (Var). « On est
incarcérés, on est pires que des pri­
sonniers », sanglote­t­elle auprès de sa fille
Valérie. La veille, un mail a été envoyé aux fa­
milles, un cas de Covid­19 ayant été décou­
vert dans l’établissement.
La réaction de la direction est alors immé­
diate : reconfinement total. Fini, les repas
collectifs, les visiteurs extérieurs, et même
les balades dans le couloir. Claudine a pour­
tant pour consigne médicale de marcher le
plus possible, car il faut lutter contre la ré­
duction de sa mobilité. « Déambuler de la
salle de bain au fauteuil dans une chambre de
18 m2, ça n’a aucun sens, s’insurge Valérie
Guittienne. C’est comme pour le téléphone,
elle ne sait plus raccrocher ou décrocher de­
puis le premier confinement, c’est devenu très
compliqué de communiquer avec elle. »
Cette ancienne journaliste de 56 ans, désor­
mais élue (divers droite) au conseil munici­
pal de La Seyne­sur­Mer, a vu sa mère régres­
ser de jour en jour avec l’isolement du prin­
temps. Elle craint des dégâts irrémédiables
si un deuxième confinement se profile.
« Est­ce que ça vaut le coup de les enfermer
comme ça ? Je ne paye pas 2 800 euros par
mois pour que mes parents soient en prison.
On ne va pas mettre tout le monde dans du co­
ton, moi je serais prête à prendre le risque du
Covid », explique­t­elle. L’établissement d’hé­
bergement pour personnes âgées dépendan­
tes (Ehpad) de Claudine fait partie des quel­
ques dizaines de structures qui remettent en
place des mesures restrictives face à la pro­
gression de la circulation du virus.
Entre le 1er mars et le 18 août, 10 511 person­
nes sont mortes des suites du Covid­19 en peu. « Ma mère n’a pas peur du Covid, sa ment de ces établissements est de 63 équi­ Depuis le déconfinement, elle passe dans
Ehpad, selon le dernier bilan hebdomadaire seule joie, ce sont les visites, vous lui enlevez valents temps plein pour 100 personnes. les locaux, et affirme n’avoir jamais vu un
de la Direction générale de la santé, publié le ça, il n’y a plus rien. » Depuis deux semaines Marie­France, par exemple, infirmière tel désarroi en douze ans de métier : « Les
20 août. Le document pointe dans ces éta­ et un visiteur testé positif, l’Ehpad est par­ syndiquée à la CGT dans une maison de re­ filles pleurent, tout le temps, elles travaillent
blissements un frémissement des nouvelles tiellement reconfiné. traite de la banlieue parisienne, est en arrêt même en pleurant. Elles ont perdu leurs rési­
contaminations. Entre le 11 et le 18 août, Valérie Guittienne et Danielle Cabrera qua­ maladie. Au plus fort de la crise du prin­ dents, alors, oui, il faut garder le côté profes­
18 nouveaux « clusters » ont été observés, lifient « d’antidémocratiques » ces décisions temps, il y a eu dans sa structure 28 morts sionnel, mais c’est dur pour elles, elles sont
pour une moyenne de cinq lors des quatre prises sans consulter les habitants ou leurs en quelques semaines, jusqu’à deux décès en plein syndrome de stress post­trau­
semaines précédentes. proches. « Le modèle Ehpad n’est pas un mo­ par jour : « Imaginez un mort à 8 heures, un matique. » Des centaines d’arrêts maladie
Tout le secteur (en France, plus de 7 500 Eh­ dèle démocratique, c’est un modèle sécuri­ « EST­CE QUE ÇA VAUT mort à midi, et on nous a juste donné un sont délivrés, et toujours l’impossibilité de
pad accueillent plus de 600 000 résidents) taire dans lequel les libertés sont mises à mal, LE COUP DE LES  numéro à appeler pour gérer le choc », racon­ remplacer. « On est naufragés, si la
s’inquiète d’un éventuel retour du confine­ et ça a explosé aux yeux des familles avec la te­t­elle. Elle a tenu, puis explosé il y a une deuxième vague arrive, elle va être dan­
ment, souvent qualifié de « traumatisant ». crise due au Covid », abonde Pascal Cham­ ENFERMER COMME ÇA ?  semaine, quand tout est remonté d’un gereuse, on a de grosses difficultés de recru­
Des agences régionales de santé (ARS) ont pvert, président de l’Association des direc­ coup. « La DRH m’a dit : “Je comprends, tement », prévient­elle.
envoyé des consignes aux directeurs d’éta­ teurs au service des personnes âgés (AD­PA). JE NE PAYE PAS  prenez votre jeudi pour vous reposer, vous Xavier Relandeau s’inquiète presque
blissements, les enjoignant à réactiver leurs Selon lui, ces enjeux de reconfinement et avez été là pendant la crise.” J’ai répondu : autant du retour du Covid­19 que de
cellules Covid et à stocker du matériel pour de deuxième vague posent à nouveau la
2 800 EUROS PAR MOIS  “Vous ne comprenez pas, vous étiez dans vos son manque de personnel. Ce directeur
plusieurs semaines. question fondamentale de la citoyenneté POUR QUE MES PARENTS  petits bureaux pendant qu’on passait nos d’Ehpad à Nantes (Loire­Atlantique) a plutôt
des très âgés, dans une société profondé­ journées dans la mort, vous ne savez pas ce bien traversé la crise : aucun cas à déclarer,
« SURHUMAIN » ment « âgiste ». « On dit d’un “vieux” qu’il n’a SOIENT EN PRISON » qu’on a vécu.” Elle m’a dit : “Ok, ok, mais vous il a réussi à éviter un confinement strict
Dans ce sillage, le débat entre protection ou plus toute sa tête – l’expression est intéres­ VALÉRIE GUITTIENNE
revenez vendredi ?” » en maintenant des activités en petit
liberté, entre vie biologique ou sociale des sante, essayez de vivre sans votre tête. On dit fille d’une résidente en Ehpad groupe. Il a reçu le mail de l’ARS des Pays de
personnes âgées résidant en Ehpad refait qu’il est dépendant, c’est un terme tortion­ DIFFICULTÉS DE RECRUTEMENT la Loire lui demandant de se tenir prêt, mais
à La Seyne-sur-Mer
surface. Olivier Véran, le ministre de la santé, naire. Notre société, les familles, refusent la Le médecin traitant de Marie­France voulait il se fait plus de souci pour les trous dans
s’est positionné, vendredi dernier, lors d’un mort. Tout le monde est très ambivalent : on l’arrêter un mois, mais elle prévoit de revenir son planning de septembre.
déplacement en Lozère : « Chez les personnes veut qu’il n’arrive rien à nos vieux, alors on au bout de dix jours, car elle le sait, il n’y aura « Les remplaçants de l’été sont partis, et
les plus fragiles, les dégâts peuvent être consi­ les met dans des Ehpad. Du coup, il ne leur ar­ personne pour la remplacer, et ses collègues l’intérim est absorbé par les grands hôpi­
dérables, et moi je préfère encore, à choisir, rive vraiment rien, et ils sont des dizaines, à ne pourront pas absorber sa charge de travail taux, alors on passe en mode dégradé : les
protéger les gens, quitte à les isoler, mais en l’entrée des établissements, dont la seule acti­ trop longtemps. L’éventualité d’une douches sont décalées, les résidents qui ne
les accompagnant toujours avec humanité, vité est de regarder les gens passer. » deuxième vague terrorise l’infirmière de marchent plus, on n’a plus le temps de les
plutôt que de prendre le risque de les voir Pour Pascal Champvert, le modèle Ehpad Boulogne­Billancourt (Hauts­de­Seine). mettre en fauteuil », décrit­il.
mourir par dizaines, parfois dans des condi­ de sécurité et de protection auquel se con­ « Dans les services, tout le monde est sur les Face à la détresse des familles et du per­
tions très difficiles. » Il a pris soin de préciser frontent les familles et les résidents avec la dents, on ne peut pas revivre ça, c’est surhu­ sonnel, Pascal Champvert, lui, tente de ras­
qu’un confinement généralisé en Ehpad crise liée au Covid­19 est adossé à une pro­ main, ça serait trop dur. » surer : « On ne va pas revivre l’horreur de la
n’était pas d’actualité. messe, celle d’avoir assez de personnel soi­ Dans cet autre Ehpad de l’est de la France, première vague, on connaît mieux le virus.
« On est traités comme des petits chiens, gnant pour s’occuper des personnes âgées. « on est tous sous antidépresseurs, on fait 2 % des résidents en Ehpad sont morts, c’est
comme un troupeau », répond Arlette, Mais, là aussi, le coronavirus a aggravé une des cauchemars, on n’arrive pas à dépasser dramatique, mais il ne faut pas oublier les
88 ans, dans son Ehpad de La Garde (Var). situation déjà tendue – en 2018, un rapport la souffrance des décès », décrit cette secré­ 98 % restants. Ce qui est sûr, c’est que le per­
Avec les quatre mois « d’enfermement », elle de la direction de la recherche, des études, taire qui a préféré rester anonyme. Au Ha­ sonnel a été confronté à un grand trauma­
a perdu 15 kg. Sa fille, Danielle Cabrera, est de l’évaluation et des statistiques (Drees), vre (Seine­Maritime), Tatiana Dubuc, aide­ tisme, et qu’il va falloir que ça bouge, ça ne
« descendue » dans le Sud pendant l’été. Tous rattachée au ministère de la santé, alertait soignante et représentante CGT, accompa­ va pas se régler à coup, d’antidépresseurs ou
les jours, elle est venue donner à manger à sur les 44 % d’Ehpad rencontrant des diffi­ gne le personnel des six maisons de re­ de prime de 1 000 euros. » 
Arlette et, avec, le goût de tenir encore un cultés de recrutement. Le taux d’encadre­ traite publiques de la ville. lorraine de foucher
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020 france | 9

« Un vaisseau en perdition dans la tempête due au


virus » : la Rosemontoise, établissement à la dérive
« Le Monde » a consulté le rapport « accablant » des administrateurs provisoires de cet Ehpad de Valdoie
Dans un Ehpad
près de Montpellier,
le 7 mai.
GUILLAUME BONNEFONT/IP3 ENQUÊTE « LES TOITURES NE SONT 
qui préside depuis cinq ans le con­
seil qui représente les familles et
d’atteinte à leur sécurité et à leur
bien­être [et] constitu[e] une situa­
quentes. Les bâtiments sont « vé­
tustes » : « Les toitures ne sont plus

L es plaintes déposées contre


les Ehpad à la suite des
nombreux décès liés au
Covid­19 ont­elles des chances
d’aboutir, et des responsables
PLUS ÉTANCHES, 
LA VMC EST EN PANNE 
DEPUIS DES MOIS, CE QUI 
les résidents de la Rosemontoise,
abonde : « Oui, il y aurait même eu
des affiches dans l’ascenseur selon
lesquelles le masque était in­
terdit. » Quant aux salariés qui
tion d’urgence », commentent les
administrateurs dans ce rapport,
que Le Monde a pu consulter. S’en
suivent une soixantaine de pages
que Florian Bouquet, le président
étanches, les ouvrants fuient, la
VMC est en panne depuis des mois
ce qui rend l’atmosphère malsaine,
la cuisine est hors normes, les sal­
les à manger mal dimensionnées
d’être désignés ? Pour l’instant, travaillent malgré leurs arrêts du conseil départemental, quali­ (…) les lingeries d’un autre
l’unique information judiciaire
REND L’ATMOSPHÈRE  maladie, Marie explique : « Une fiait lui­même de « glaçantes » monde… », pour une chambre fac­
de France ouverte concerne l’Eh­ MALSAINE », PEUT­ON LIRE  soignante a été testée positive, elle dans la presse régionale, dé­ turée plus de 2 000 euros par
pad de la Rosemontoise, pour a appelé le dimanche, la directrice but août. « Lors de leur arrivée, les mois par résident.
des faits d’« homicide involon­ DANS LE RAPPORT lui a dit de venir quand même, elle AP [administrateurs provisoires]
taire par violation manifeste­ est venue le lundi, et après son constatent que les personnels de Budgets « anormaux »
ment délibérée d’une obligation médecin l’a engueulée. » l’établissement sont dans un grand L’état de la Rosemontoise pose la
de sécurité ou de prudence », et Les sœurs de Patricia Boulak ra­ Selon la plainte, Patricia Boulak désarroi et une grande souffrance question de ses finances, et celles
d’« abstention volontaire des me­ content que l’aide­soignante se a été forcée de faire la toilette qui les laissent totalement désem­ du siège de Servir. Pour l’année
sures destinées à combattre un si­ sentait « maltraitante », en rai­ d’une résidente atteinte du Covid, parés (…). La Rosemontoise ressem­ 2020, le conseil départemental a
nistre dangereux pour les person­ son du manque de personnel, sans aucun matériel de protec­ ble à un vaisseau seul en perdition versé 315 494,82 euros au titre des
nes ». Trente personnes âgées et avant même l’irruption du virus. tion. « La direction a contraint les dans la tempête due au virus. » frais de gestion du siège : « Nous
une aide­soignante sont mortes Le Covid est arrivé dans l’établis­ soignants à faire des toilettes de Les données chiffrées font res­ avons pu constater l’impossibilité
au printemps dernier dans cet sement dès la fin février, ramené personnes très malades ou décé­ sortir un « taux d’attaque » de 42 % de l’association Servir à gérer l’éta­
établissement de Valdoie (Terri­ par des membres du personnel dées, sans rien », approuve Gene­ du Covid dans l’établissement au blissement, alors même que le
toire de Belfort). qui ont participé au rassemble­ viève Chevrolat. Le 22 mars, Patri­ printemps. Le rapport fait état siège est très fortement abondé
ment évangélique de Mulhouse, cia est clouée au lit, sa tempéra­ d’un absentéisme endémique du (…). On pourrait dire que le conseil
Une quarantaine de plaintes considéré comme l’un des pre­ ture supérieure à 39 degrés. Qua­ personnel : 75 % de l’équipe a été départemental paie deux fois une
Dans ce dossier, il y a quatre miers clusters de France. tre jours plus tard, elle est testée absente entre mars et mai 2020. prestation mal ou peu réalisée (…).
plaignants : Sébastien Lévêque, Le confinement n’est décidé positive. Le 31 mars, sa sœur dé­ « Le déficit du management est L’association Servir semble orga­
dont le père Bernard a été em­ que le 14 mars, et le 17 mars se barque chez l’aide­soignante in­ identifié dès 2014. Peu de présence niser le suivi financier non pas
porté à 73 ans par le Covid, sans tient une réunion de soins. Au capable de manger ni de respirer. du cadre infirmier, des aides­soi­ dans l’intérêt de la maison de re­
explication ni rite funéraire ; les cours de celle­ci, des consignes Le SAMU l’évacue en urgence en gnantes affectées à des résidents en traite mais dans l’intérêt de ses
deux sœurs de Patricia Boulak, auraient été données par la direc­ réanimation à l’hôpital de Tréve­ fonction de leur bon vouloir, des er­ propres finances ».
aide­soignante depuis 1989 à la tion : « Le port du masque de nans. Le 24 avril, à 5 heures du ma­ reurs de planning montrent à quel Le nouveau directeur général de
Rosemontoise, décédée à 53 ans ; protection était proscrit afin d’évi­ tin, Patricia Boulak s’éteint. point l’association Servir connaît l’association Servir, Philippe Favre,
ainsi que l’ancienne maire de la ter toute situation de psychose au peu le management des maisons trouve l’enquête administrative
ville Corinne Coudereau. Fabien sein de l’établissement. Les salariés « Déficit du management » de retraite », peut­on lire. La mau­ « à charge » : « On affirme, mais où
Arakelian, leur avocat, a déposé bénéficiant d’un arrêt maladie Depuis le 6 avril, devant la gravité vaise gestion des ressources hu­ est le factuel ? » Sur les budgets, il
en tout une quarantaine de étaient invités à reprendre leur de la situation, le conseil départe­ maines serait due au fait que « le précise : « Le conseil départemental
plaintes contre des Ehpad (à Cla­ poste avant même la fin dudit mental (CD) du Territoire de Bel­ siège est géré comme une entre­ les a validés, pourquoi est­ce qu’on
mart, dans les Hauts­de­Seine, à arrêt. Aucune mesure spécifique fort ainsi que l’agence régionale prise commerciale, tout est axé sur découvre maintenant qu’ils sont
Mougins, dans les Alpes­Mariti­ n’était prise concernant les salariés de santé Bourgogne­Franche­ la rentabilité, pas adaptée à la mis­ anormaux ? » Il se dit « serein » face
mes…) et en a refusé autant, car présentant des pathologies », est­il Comté ont décidé le placement sion sociale d’un Ehpad, paradoxe à l’ouverture de l’information judi­
« le lien de causalité est difficile écrit dans la plainte. sous tutelle de l’Ehpad, géré jus­ avec les valeurs véhiculées ». ciaire, « soulagé qu’on puisse enfin
à faire » entre la gestion des éta­ Marie, une soignante qui sou­ que­là par l’association Servir. Les administrateurs décrivent rentrer dans du factuel », au­delà
blissements et le nombre des vic­ haite conserver son anonymat, L’enquête commence à peine au ensuite des dossiers de soins de « la tempête médiatique » et
times. Toutes ont donné lieu à n’a cessé d’alerter sur la situa­ plan judiciaire, mais sur le volet brouillons, dans lesquels man­ « des accusations infondées ». Sur
l’ouverture d’enquêtes prélimi­ tion. Elle corrobore ces accusa­ administratif, elle est éloquente, quent des informations de base les masques proscrits et les arrêts
naires. « Tous ces dossiers sont tions. « Oui, le masque proscrit, je selon un rapport produit par les sur la santé des résidents. Aucune maladie contournés, Philippe Fa­
horribles, mais dans le dossier de me souviens bien. La directrice administrateurs provisoires. attention n’est portée aux risques vre n’a pas d’éléments factuels,
la Rosemontoise, il n’y a aucun passait et disait : « le masque, ça « Le cumul des défaillances ex­ de dénutrition. L’accompagne­ mais, « si c’est le cas, on marche sur
débat. Si vous voulez un guide de sert à rien, ne les gaspillez pas », pose les personnes âgées dépen­ ment de l’hygiène et de l’inconti­ la tête, il y a des têtes qui vont tom­
ce qu’il ne fallait pas faire, il est elle en a même fait enlever un à dantes accueillies au sein de l’éta­ nence des pensionnaires est erra­ ber », promet­il. 
là », accuse­t­il. Patricia. » Geneviève Chevrolat, blissement à des risques sérieux tique, les mauvaises odeurs fré­ lorraine de foucher

Face au Covid, le bilan catastrophique des maisons de retraite belges


La moitié des 10 000 décès du pays ont eu lieu dans les maisons de repos. Manque de masques, établissements négligés... Les causes sont multiples

bruxelles ­ correspondance Les autorités rappellent que la Au départ, on ne s’inquiétait pas et le caractère collectif inhérent à résidents, âgé de 75 ans, qui dési­
Belgique a choisi d’incorporer des asymptomatiques. Dans des la vie en maison de repos, le virus
« CERTAINES PERSONNES  rait être soigné. C’était au mois de

L a maison de repos Les Pléia­


des accueille une centaine
de personnes âgées à Wo­
luwe­Saint­Lambert, à l’est de
Bruxelles. Des résidents en fau­
dans sa comptabilité des décès
« Covid » les morts qui n’étaient
que « suspectes ». « La Belgique a
été très transparente à ce sujet, je
pense que beaucoup d’autres pays
consignes distribuées au mois de
mars, les autorités régionales
bruxelloises expliquaient qu’il
était possible pour des porteurs de
symptômes, sans fièvre, de tra­
s’est glissé dans les établissements
et répandu comme une traînée de
poudre. A Bruxelles, 90 % des mai­
sons de repos ont été touchées.
AURAIENT DÛ ÊTRE 
HOSPITALISÉES, MAIS 
ELLES NE L’ONT PAS ÉTÉ »
mars. « Il a été refusé partout. On
m’a dit : “Et si quelqu’un de 45 ans a
besoin d’une place ?” Mais si des hô­
pitaux bruxellois étaient saturés,
des transferts auraient pu être
teuil roulant sont répartis, à ont minimisé l’impact du Covid vailler auprès de résidents, à Absentéisme du personnel VINCENT FREDERICQ organisés. » L’homme est mort.
bonne distance, autour d’une ta­ dans leurs statistiques », lâche condition de porter un masque. L’autre virus, très contagieux, fut secrétaire général de Femarbel Philippe Leroy, directeur du CHU
ble, et participent à une anima­ Alain Maron, ministre du gouver­ En Wallonie, l’Agence pour une celui de la peur. Peur de donner le Saint­Pierre à Bruxelles, rappelle
tion sur l’actualité. Un peu plus nement de la région Bruxelles­Ca­ vie de qualité spécifiait dans une virus. Peur de l’attraper. Un que les soins intensifs sont « une
loin, Michel Weyers broie du noir. pitale chargé de la santé. Mais la brochure qu’en l’absence de symp­ membre du personnel de la rési­ calorique qui fragilisent l’état de expérience très dure physique­
Il respire avec difficulté. Agé de force du choc qui a frappé les mai­ tômes un professionnel n’avait dence Tillens, à Uccle, au sud de santé des résidents ». Pendant le ment. Il est inutile d’y accepter des
79 ans, ce pensionnaire est encore sons de repos belges interroge sur pas besoin de porter une telle pro­ Bruxelles, en témoigne : « Un jour confinement, les maisons de re­ personnes trop fragiles ». Mais la
meurtri par la perte de sa femme, l’état de ces lieux de fin de vie, sur tection. « Nous savions pourtant un test est positif, deux jours après pos ont vécu en vase clos. « Nous question est plus vaste. Sophie
Viviane, morte dans son lit, en les réponses apportées à la crise, très bien que le port du masque di­ le résident et mort. Puis il y en a pensons que, dans certaines d’en­ Spiers l’explique : « Des ambulan­
avril, des suites du Covid­19. ainsi que leur timing. Pour Sophie minuait la circulation du virus », af­ deux qui meurent. Puis cinq, puis tre elles, ces dérives se sont poursui­ ciers se déplaçaient, demandaient
« On l’a emballée de manière mili­ Spiers, de MSF, ces établissements firme, amère, une infirmière sept, puis douze. Tout va très vite. vies, voire aggravées. » à la maison de repos s’ils avaient de
taire, elle n’aurait pas aimé », mur­ « étaient livrés à eux­mêmes ». d’une maison de repos wallonne. C’est très stressant, comme dans Le rapport aux hôpitaux a aussi l’oxygène ou de la morphine, si la
mure­t­il. Viviane fait partie des « A l’époque, les autorités sanitaires un film d’horreur. » été compliqué. « Certaines person­ réponse était “oui”, il arrivait qu’ils
6 228 pensionnaires de maisons Protection insuffisante belges ne recommandaient le mas­ Dans certains établissements, nes auraient dû être hospitalisées, ne prennent pas le patient. »
de repos morts pendant la pandé­ Aux Pléiades, 12 résidents sont que que dans les cas de Covid avé­ les taux d’absentéisme du person­ mais elles ne l’ont pas été, d’autres Le pic de la crise est bien passé.
mie – sur un total d’environ morts en avril. « C’est beaucoup rés, se défend Christie Morreale, nel ont touché des sommets. La ré­ ont subi des retours prématurés », Les maisons de repos se prépa­
10 000 décès dans le pays. Une hé­ en très peu de temps, explique ministre wallone de la santé. Fina­ sidence Jean Van Aa, à Ixelles, en a relate Vincent Fredericq, secré­ rent, plus sereinement, à une pos­
catombe. Parmi eux, 4 900 per­ Steve Piraux, le directeur de lement, cette protection était insuf­ fait les frais. L’armée y est interve­ taire général de Femarbel, fédé­ sible deuxième vague. Aux Pléia­
sonnes ont perdu la vie au sein de l’établissement. Le plus dur, c’est fisante car des cas asymptomati­ nue pour aider à affronter la crise. ration des opérateurs privés de des, Michel Weyers peut revoir sa
ces institutions, sans aller à l’hôpi­ que nous appliquions les règles ques avaient une charge virale. » Pour la Ligue des usagers des ser­ maisons de repos. Aurait­on laissé famille. L’une de ses filles vit à
tal, « dans des conditions parfois ef­ d’isolement, qu’il n’y avait pas de La Belgique, à l’instar de nom­ vices de santé (LUSS), la propaga­ mourir les personnes âgées pour Bruxelles avec ses petits­enfants.
froyables » que décrit Médecins visites, ni d’activités, mais la si­ breux pays, subissait une pénurie tion hyper­rapide du virus a été fa­ éviter l’engorgement ? La confé­ « Pendant le confinement je leur
sans frontières (MSF) dans un rap­ tuation ne s’améliorait pas. » A de matériel de protection, qui cilitée par des défaillances ancien­ rence interministérielle « Santé parlais à travers la fenêtre de la
port de clôture d’une mission de l’époque, les tests manquaient n’était pas sans lien avec la déci­ nes. Selon Sophie Wellens, char­ publique » a réfuté l’existence salle de bains », dit­il. L’un des
soutien « Covid » à 135 maisons de cruellement. « Nous ne les avons sion de Maggie De Block, ministre gée de projet à la LUSS, « certaines d’instruction en ce sens. grands drames des résidents, pen­
repos et de soin (MRS). Ces établis­ eus qu’à la fin du mois d’avril. fédérale de la santé, de détruire le maisons de repos présentent des Mais les cas concrets sont nom­ dant le confinement, « ce n’était
sements étaient transformés « en Grâce aux tests et aux mesures stock stratégique de masques en­ manquements récurrents en ma­ breux. Steve Piraux, par exemple, pas la mort, mais bien l’isolement »,
hôpitaux de fortune, mais man­ prises en interne, nous n’avons tre 2015 et 2018. Vu l’âge, la fragilité tière d’hygiène ou de propreté, a contacté lui­même plusieurs hô­ relate Sophie Spiers. 
quant de tout », relate MSF. plus eu de cas depuis. » des résidents, le manque de tests ainsi que des problèmes d’apport pitaux de la région pour l’un de ses cédric vallet
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
10 | france MERCREDI 26 AOÛT 2020

C R I S E   S A N I TA I R E

Le discours
antimasque, terreau
complotiste
Sur le Web, l’opposition au port du masque
se greffe à la défiance envers les institutions
politiques et scientifiques

N
ON AU MAS­ minisme biologique. Ils ont un rap­
QUE ! je suis un LES ARGUMENTS PSEUDO­ port à l’Etat et à la “soumission”
être libre, ja­ SCIENTIFIQUES PULLULENT  aux discours institutionnels mar­
mais je ne me qué par la défiance. La diffusion de
laisserai bâil­ DANS NOMBRE DE VIDÉOS  discours antimasque peut donc
lonner » : 4 200 participer de leur rhétorique et est
membres. « Anti masque obliga­ PARTAGÉES PAR étroitement liée à leur projet politi­
toire » : 6 900. « Stop à la “mas­ que. » Un « mouvement » antimas­
que­arade” » : 4 200. Sans attein­
LES ANTIMASQUE que structuré n’existerait donc pas
dre l’ampleur des Etats­Unis ou en soi en France, mais il semble
de l’Allemagne, les antimasque plutôt se superposer, se greffer à
français comptent leurs troupes blanc ou nul et 10 % n’étant pas ins­ d’autres problématiques.
sur des réseaux sociaux devenus crits sur les listes électorales). « Si ce discours prend, c’est sur
plates­formes de diffusion de Parmi les votants, 27 % ont opté quelque chose qui était déjà là, ana­
leur contre­discours. pour Marine Le Pen et 19 % pour lyse Sebastian Dieguez, chercheur
En plongeant dans le foison­ Jean­Luc Mélenchon. en neurosciences à l’université
nement des groupes Facebook Mais la conclusion la plus politi­ de Fribourg et auteur de Total
contre le port du masque, on que est peut­être ailleurs : 36 % Bullshit ! Au cœur de la post­vérité
croise ainsi une page « Zemmour d’entre eux sont cadres ou issus de (PUF, 2018). Cette année de “gilets
2022 » transformée en « Non aux professions intellectuelles supé­ jaunes” n’est pas anodine, tout
masque » (sic) ; des conspiration­ rieures, soit près du double de leur comme la montée des populismes
nistes radicaux croyant en l’exis­ part dans la population française. dans le monde. Un mouvement de
tence d’un complot mondial caché « Ceux qui se revendiquent de ces fond plus global les favorise. » Le
derrière l’épidémie de Covid­19 et groupes sont ceux qui se mobili­ discours antimasque surfant sur
auquel le gouvernement français sent, analyse Antoine Bristielle, les inquiétudes entourant l’épidé­
participerait ; des profils se reven­ c’est­à­dire ceux qui ont une idéolo­ mie de Covid­19 n’est, selon lui,
diquant « gilets jaunes » et honnis­ gie politique à promouvoir et qui qu’un « opportunisme pour des
sant le « diktat du masque », inu­ sont donc à différencier de la sous­ gens qui y voient un moyen d’agré­
tile, selon eux, ne servant qu’à dé­ couche de défiance très importante ger les ressentiments et de donner
cupler la peur et donc la « soumis­ dans la population française. » corps à d’autres suspicions sur un
sion » du peuple. Sans oublier les En bref : une bonne partie des motif politique ou identitaire ».
habituels militants issus de antimasque visibles et actifs D’où la place prise par les complo­
l’Union populaire républicaine aujourd’hui sur les réseaux so­ tistes dans le phénomène.
(UPR), de la sphère antivaccins, des ciaux ont un agenda politique. Dans l’étude menée par An­
milieux catho conservateurs… toine Bristielle, 52 % des interrogés
Un fourre­tout de « super­dé­ « AGRÉGER LES RESSENTIMENTS » croient aux Illuminati (contre 27 %
fiants », comme les qualifie An­ Magali Della Sudda, chercheuse en dans la population française), 56 %
toine Bristielle, chercheur à Scien­ sciences politiques au CNRS, ac­ au « grand remplacement » (25 %
ces Po Grenoble. Le professeur quiesce : « Les groupes que l’on voit dans la moyenne française) – ren­
agrégé en sciences politiques aujourd’hui s’emparer de ce dis­ gaine de l’extrême droite selon la­ parce que, quand les autorités cher­ date ni contexte des extraits d’in­ Cet agrégat d’« anti » exploite un
mène depuis plusieurs semaines cours – qu’ils soient issus du monde quelle une « population française chent à imposer quelque chose, il terviews de certains membres du même ferment : la défiance gran­
une étude (à paraître) auprès d’une écolo­radical avec l’argumentaire traditionnelle », « de souche » dis­ est facile pour eux de l’agréger à gouvernement – du ministre de dissante envers les institutions,
douzaine de ces groupes sur Face­ de “la nature nous a suffisamment paraîtrait à la faveur de son « rem­ d’autres suspicions », explicite la santé au premier ministre en qu’elles soient ici politiques ou
book. Plus de 800 membres de ces bien dotés”, de la droite radicale placement » par une autre, extra­ Sebastian Dieguez. passant par le directeur général scientifiques. « La défiance imprè­
plates­formes ont répondu à son ou de groupes religieux – s’accapa­ européenne –, 52 % à un « complot de la santé et la porte­parole du gne notre société, elle est de plus en
questionnaire sociologique. Résul­ rent très aisément ce thème qui sioniste » (22 % en France)… ORDONNANCES MÉDICALES gouvernement – affirmant au plus prégnante. Le discours anti­
tat : 42 % n’ont pas voté pour un donne à voir leur rapport spécifi­ « Le complotisme est un phéno­ D’autant plus après les allers­re­ début de la crise que le port du masque et antivaccins est une dé­
candidat au premier tour de l’élec­ que au politique. Ils s’inscrivent mène effervescent, une vaste ma­ tours du gouvernement français masque n’était « pas nécessaire » rive de plus de cela », résume l’his­
tion présidentielle en 2017 (18 % dans des courants de pensée indivi­ chine à inclure tout ce qui passe. sur la question, les antimasque ou n’avait « aucun intérêt pour torienne Valérie Igounet. Pour
s’étant abstenus, 14 % ayant voté dualistes, acquis à l’idée du déter­ Aujourd’hui, ce sont les masques, ne se privant pas de relayer sans le grand public ». autant, aucune figure tutélaire de

« L’enjeu, c’est que les 95 % qui mettent le masque l’utilisent bien »


Pour le chercheur en psychologie sociale Jocelyn Raude, il faut que les arguments restent scientifiques et pas idéologiques

ENTRETIEN teurs ». Les données recueillies,


notamment par Santé Publique
bli dans d’autres études de santé
publique sur les problèmes de pré­
les arguments ne sont plus scien­
tifiques mais idéologiques, et la
vous envoyez vos particules dans
l’atmosphère. Nous avons égale­
rité de Français jugent « très effi­
cace » le port du masque, alors que

J ocelyn Raude, chercheur en


psychologie sociale à l’Ecole
des hautes études en santé
publique, est associé à plu­
sieurs programmes de recherche
France, permettent de dresser
leur portrait­robot.
Tout d’abord, il s’agit d’une pe­
tite minorité : 3 % à 5 % de la popu­
lation. Contrairement à ce qu’on
vention.

Comment expliquez­vous
que cette minorité suscite tant
de crispations ?
santé publique devient un sym­
bole de la façon dont on soutient
ou non le gouvernement en place.

La réaction des autorités


ment constaté qu’une part
non négligeable de Français pla­
cent leur masque sous le nez,
tandis que près des deux tiers dé­
clarent le manipuler, et moins de
le discours des pouvoirs publics
sur le sujet a été quelque peu erra­
tique. Preuve que les Français
ont été coopératifs, les 3 % à 5 %
de non­utilisateurs est un taux
nationaux et internationaux sur entend beaucoup ces dernières C’est une singularité française. vous semble­t­elle adéquate ? la moitié se désinfectent les mains comparable à celui de Hongkong
les comportements des Français semaines, ce ne sont pas forcé­ La généralisation de l’obligation J’ai bien peur que l’on fasse avant de le poser. au plus fort de l’épidémie, où il
face à l’épidémie de Covid­19. Il ment des jeunes, mais des per­ du port du masque à l’extérieur fausse route. On se focalise sur la était de 2 %, alors que les Chinois
dévoile au Monde le portrait­ro­ sonnes de tout âge, jusqu’à 65 ans. – une mesure qui divise les ex­ non­utilisation du masque, alors Quel regard portez­vous sur portent, eux, le masque depuis des
bot des 3 % à 5 % d’antimasque et Au­delà, la plupart sont large­ perts scientifiques eux­mêmes − a que l’enjeu porte sur les 95 % des la façon dont les Français décennies.
insiste sur la « marge de progres­ ment favorables aux masques. entraîné ce raidissement. Mais je Français qui mettent le masque, se sont approprié cet objet ?
sion » liée aux mauvais usages. Ce sont surtout des hommes suis surpris que le débat public mais pas toujours de manière C’est le changement le plus mas­ Comment expliquez­vous
(deux fois plus nombreux que les se focalise sur ces 3 % à 5 % de appropriée − ce qui diminue son sif et rapide qu’on ait observé ces ce changement si rapide ?
Que nous apprennent femmes) issus de catégories défa­ Français, alors que c’est un taux ré­ efficacité. Avec ces utilisateurs, qui cinquante dernières années sur Le moteur le plus puissant d’un
vos enquêtes sur le profil vorisées (ceux qui ont un niveau siduel classique. font preuve de civisme, il y a une des mesures de prévention publi­ changement de comportement,
des antimasque ? de diplôme inférieur au bac sont Il y a un risque politique à stig­ vraie marge de progression pour que, et pourtant personne ne le c’est la peur. Mais ce sentiment fi­
Nous n’utilisons pas cette ex­ deux fois plus nombreux). Ils sont matiser cette partie de la popula­ un bon usage de cet outil. Cela dit. Depuis le début de l’épidémie, nit toujours par s’atténuer. Il fau­
pression parce que cela préjuge également très défiants envers les tion, parce qu’elle peut se trans­ demande de la pédagogie. en mars, on est passé de 75 % de dra donc remplacer ce moteur
que ces personnes y sont oppo­ institutions, pensent que la mala­ former en minorité active. On l’a non­utilisation (surtout parce que émotionnel par autre chose. Sortir
sées, alors que leurs motivations die n’est pas grave, ne se sentent vu avec la vaccination : jusque Quels sont ces mauvais les masques n’étaient pas disponi­ du registre du dénigrement en va­
peuvent être très différentes : cer­ pas vulnérables et sont fatalistes, dans les années 2000, il y avait usages ? bles) à 4 % fin juillet. C’est impres­ lorisant l’altruisme et la responsa­
taines dénoncent le coût écono­ avec la conviction qu’ils ne peu­ consensus, puis le débat s’est Les enquêtes montrent qu’un sionnant : en cinq mois, les Fran­ bilité de chacun peut être une
mique des masques, d’autres vent pas modifier le cours de crispé. Ma grande inquiétude, tiers des utilisateurs l’enlèvent çais se sont approprié le masque bonne motivation. 
doutent de leur efficacité… Nous l’épidémie. Ce portrait est cohé­ c’est que la question des masques pour discuter ou téléphoner. Or, si de façon massive. Depuis le début propos recueillis par
préférons parler de « non­utilisa­ rent, car il coïncide avec celui éta­ devienne politique. Car, dès lors, vous êtes dans le bus ou le train, de l’épidémie, une grande majo­ faustine vincent
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020 france | 11

Darmanin annonce sa démission


de la mairie de Tourcoing
En Espagne, le port du Critiqué par l’opposition, le ministre met fin à la situation de cumul

masque s’est vite imposé lille ­ correspondance


« On dénonce (...) les » liées à l’épidémie de Covid­19,
à condition de ne pas cumuler les

L’épidémie progresse, notamment à Madrid F in d’une séquence trop


longue pour les Tourquen­
nois ? Après plusieurs se­
maines de flou, le ministre de
l’intérieur, Gérald Darmanin, a fi­
la gouvernance
de quelqu’un qui
n’est pas présent
rémunérations. Gérald Darmanin
s’était pour cela engagé à ne pas
toucher son indemnité de maire.
Pourtant, le 9 juillet, il confiait
au micro de RTL que « la sécurité
nalement annoncé lundi soir à
mais qui dirige des Français demande un ministre
madrid ­ correspondance « Tout le monde s’est mis à porter paces publics et privés. Dans la ré­ l’Agence France­Presse (AFP) et à tout depuis Paris » à 100 % ». Et, s’il avait bien démis­
le masque tout de suite, ça m’a gion de Murcie (sud­est), ce seuil a La Voix du Nord qu’il démission­ sionné du conseil régional des

L
FRANCK TALPAERT
a Catalogne avait été la étonné. Je pensais que les gens n’al­ été limité à six personnes. nerait samedi 29 août de son Hauts­de­France dès le 8 juillet, il
conseiller municipal
première à l’imposer, le laient pas prendre les consignes Ces mesures sont notamment mandat de maire de Tourcoing semblait moins pressé de quitter
d’opposition
9 juillet, suivie des îles de sécurité au sérieux », dit Jorge destinées à éviter les botellones, (Nord) pour ne plus cumuler les son hôtel de ville. Au début de
Baléares et de l’Andalou­ Vazquez, garçon dans un café du ces beuveries publiques entre jeu­ deux fonctions. Selon l’AFP, sa dé­ l’été, il avait tout d’abord annoncé
sie, puis de Madrid, le 30. Au fur quartier madrilène de Salamanca, nes, qui posent problème depuis mission sera remise samedi pour les Tourquennois qui ont be­ la nomination d’un nouveau
et à mesure que de nouveaux dont le masque noir dénonce le le déconfinement. Ces fêtes, plus après la célébration de son ma­ soin d’un maire investi », estimait maire d’ici fin juillet. Finalement,
foyers de contamination réappa­ « maudit virus ». « Je crois que ou moins spontanées, considé­ riage en secondes noces en mai­ Katy Vuylsteker. La conseillère le 31 juillet, il écrivait dans un
raissaient, les dix­sept régions nous avons été très traumatisés rées comme des foyers de conta­ rie. Son entourage a confié au municipale Europe Ecologie­Les Tweet que « le conseil municipal
d’Espagne s’y sont mises. L’archi­ par toutes ces semaines d’enferme­ gion, se sont multipliées un peu Monde que le conseil d’installa­ Verts (EELV) était persuadée que d’installation du nouveau maire
pel des Canaries leur a emboîté le ment, quand on n’entendait que le partout, notamment sur les pla­ tion de son successeur pourrait l’élu, visé par des accusations de de Tourcoing se tiendra après la
pas, le 3 août. Désormais, le port bruit des sirènes dans les rues dé­ ges. Dans le port de Santa María se tenir le 7 septembre. viol, attendait de voir si Jean Cas­ période estivale, fin août », préci­
du masque est obligatoire sur la sertes », ajoute­t­il. (Cadix), les autorités locales en Nommé ministre le 6 juillet, tex allait le maintenir au sein de sant qu’il continuera de siéger au
voie publique dans tout le pays, « On a tout de suite senti une forte ont dénoncé plus de cent en M. Darmanin n’avait pas tout de son gouvernement. La cour d’ap­ sein du conseil municipal.
même si les mesures de distancia­ pression sociale, ajoute Emma moins de deux mois. En Catalo­ suite quitté son fauteuil de maire pel de Paris a en effet ordonné, Qui lui succédera à Tourcoing ?
tion sont respectées. Gonzalez, qui travaille comme gne, les organisateurs de ces ras­ de Tourcoing, ville où il avait été mardi 11 juin, la reprise des investi­ Gérald Darmanin devrait annon­
Ces dispositions concernent caissière dans une pâtisserie du semblements peuvent écoper réélu avec 60,89 % des voix au gations au sujet d’une accusation cer le nom de son favori début
« les personnes de 6 ans et plus » quartier de Chueca, même quand d’amendes pouvant aller jusqu’à premier tour des élections muni­ de viol, harcèlement sexuel et septembre : son premier adjoint,
qui se trouvent également dans il était impossible de trouver des 15 000 euros. cipales, le 15 mars. Ce qui provo­ abus de confiance qu’il aurait Jean­Marie Vuylsteker, son ad­
des espaces publics fermés, masques en pharmacie, tout le quait les critiques de l’opposition commis en 2009. joint aux finances, Salim Achiba,
comme des magasins, ou sur cer­ monde a réussi à s’en procurer, Manifestation condamnée municipale. « C’est assez inaccep­ ou la jeune adjointe multicas­
taines plages – comme en Anda­ je ne sais pas trop comment. Dès Phénomène nouveau et très mar­ table pour une ville de 100 000 ha­ « Ministre à 100 % » quette et vice­présidente au
lousie et en Galice, mais pas en qu’on a pu sortir, on était prêts. » ginal, le mouvement antimasque bitants d’être politiquement en Elu maire de Tourcoing par son conseil départemental du Nord
Catalogne et aux Baléares. Sont Pourtant la pandémie avance a gagné un peu de terrain, grâce stand­by, soupirait Franck Tal­ conseil municipal le 23 mai, Doriane Becue ? Quel que soit le
exemptés les espaces naturels, s’il toujours. Lundi 24 août, le minis­ en partie au soutien de person­ paert, conseiller municipal d’op­ Gérald Darmanin avait jusqu’ici nom de son successeur, M. Dar­
n’y a personne, ou les terrasses, tère espagnol de la santé a fait état nalités célèbres comme Miguel position, à la tête du groupe Ambi­ conservé les deux casquettes, manin n’a pas l’intention d’aban­
pour les clients. Ceux qui refusent de 19 300 cas supplémentaires Bosé, un chanteur populaire. Le tion commune. On a besoin d’un contrairement à la pratique en donner totalement sa ville. « Mon
peuvent se voir infliger une par rapport à vendredi, ce qui 16 août, un peu plus de 2 500 per­ maire qui prépare la rentrée. » vigueur pour tous les ministres. cœur reste à Tourcoing : je suis tou­
amende de 100 euros, voire de porte son total à 405 436. Fer­ sonnes ont manifesté sur la place Même lassitude chez les élus Le président de la République et le jours élu de notre ville et je rede­
600 euros en cas de récidive. nando Simón, l’épidémiologiste Colón, au centre de Madrid, pour écologistes qui lui reprochaient premier ministre l’avaient en ef­ viendrai maire dès ma mission
en chef du ministère, et le respon­ critiquer des mesures sanitaires son absence : « Il laisse traîner car il fet autorisé à exercer ses deux nationale terminée. #Tourcoing »,
« Traumatisés » sable du centre d’alertes sanitaires jugées excessives. Criant « li­ a peur de se faire démissionner de fonctions « pendant un temps et a­t­il écrit sur Twitter lundi. 
En fait, le port du masque était ont insisté sur l’augmentation berté » et brandissant des inscrip­ Beauvau, mais c’est méprisant vu les circonstances exceptionnel­ laurie moniez
déjà obligatoire depuis le 21 mai des cas à Madrid qui pourrait tions « Le virus n’existe pas » ou
lorsqu’une distance d’au moins conduire à l’adoption de « mesures « Les masques tuent », elles ont dé­
deux mètres entre deux person­ drastiques », par exemple des noncé une exagération des chif­
nes ne pouvait être respectée. Les confinements ponctuels ou des fres de la pandémie.
régions, compétentes en matière limitations à la mobilité de la La manifestation a suscité une
de santé, ont décidé de durcir le dé­ population. sévère condamnation de la part
cret du gouvernement, après l’ap­ Dans la capitale, les autorités des autorités et des médecins.
parition, fin juin, de deux foyers ont conseillé aux résidents des José Manuel Franco, le préfet de
de contagion – en Galice et à Lérida zones où le nombre de cas de Co­ Madrid, a déclaré qu’il ouvrirait
(Catalogne) – qui avaient mené au vid­19 est élevé, en particulier les une enquête et prendrait des HORS-SÉRIE
confinement de plusieurs com­ quartiers pauvres du sud, de res­ mesures. « Il y a toujours des gens
munes. Dans un pays où, en été, ter chez eux. En Catalogne, elles sans cervelle qui, malheureuse­
les températures peuvent dépas­ ont renforcé les mesures contre le ment, ne respectent pas la loi »,
ser les 35 °C, l’instauration d’une virus et interdit les réunions de a­t­il déploré. 
telle mesure n’était pas évidente. plus de dix personnes dans les es­ isabelle piquer

ce « mouvement » disparate ne
semble émerger, si ce n’est cer­
tains témoignages récoltant da­
vantage d’audience, aidés par la
« IL EST TRÈS DANGEREUX 
DE HAUSSER LES ÉPAULES 
ET DE LAISSER FAIRE 
timasque ou la formation impro­
bable d’un parti antimasque, mais
dans le nombre de gens qui vont se
dire : “En fait, ils ne savent rien, je n’y
L’ATLAS
DES
boucle des réseaux sociaux. crois plus, j’arrête tout” ».
Comme cette vidéo dans laquelle Des indécis, qui sont au cœur de 6000 ANS 200
Maxime Nicolle, l’un des visages PARCE QUE CELA FINIT  la bataille en cours, comme l’a D’HISTOIRE CARTES

AFRIQUES
du mouvement des « gilets jau­ montré une étude publiée en
nes », tient à démontrer l’inutilité
PAR ATTEINDRE mai 2020 dans Nature. En analy­
de cette protection en soufflant la VOTRE ONCLE » sant « la croissance explosive » des
fumée de sa cigarette à travers le mouvements antivaccins sur Face­
« bout de tissu ». SEBASTIAN DIEGUEZ book, les auteurs concluent que
Si la séquence peut prêter à sou­ chercheur en neurosciences à « ces vues domineront dans une dé­
rire, elle interroge surtout Valérie l’université de Fribourg cennie ». Comment ? Précisément
Igounet sur ce qu’elle raconte de la parce que les « nœuds antivaccins »
quête de crédibilité de ces sphères, offrent « un large éventail de récits
et de leur façon toujours plus En attendant, dans des vidéos potentiellement attrayants qui mê­
poussée de la construire. Les argu­ diffusées en direct sur Facebook, lent des sujets tels que les problè­
ments pseudo­scientifiques pullu­ la médecin toujours en exercice mes de sécurité, les théories du
lent dans nombre de vidéos parta­ évoque ce qu’elle nomme les complot, la santé, la médecine al­
gées par les antimasque, qualifiées « mensonges » liés à l’épidémie de ternative, et aussi maintenant la
ici de « vérifiables » ou développant Covid­19, et relaye nombre de cause et le remède du Covid­19 ».
là des démonstrations « basées sur théories conspirationnistes con­ Des contenus de plus en plus
des études » introuvables de « pro­ cernant des vaccins qui modifie­ commentés et relayés, non plus
fesseurs » autorevendiqués. raient l’ADN ou encore des réseaux seulement dans les sphères
Parfois, des médecins assermen­ pédocriminels d’Etat qui enlève­ convaincues, mais par des scepti­
tés viennent même valider ce dis­ raient des enfants à leur famille ques moins radicaux mais de
cours. C’est le cas d’Eve Engerer, sous prétexte de Covid­19, le tout plus en plus nombreux. Une L’Afrique sans masque
docteur généraliste du Bas­Rhin bardé de références à un « complot forme de complotisme « soft » se L’Afrique habite nos imaginaires mais son histoire reste méconnue. Ce récit
qui a publié sur le Web des certifi­ sioniste » mondial. répand ainsi, qu’il faut continuer
cats médicaux pour permettre à déconstruire pour éviter le bas­ passionnant court de l’aube de l’humanité au XXIe siècle et fait revivre les
aux internautes de s’affranchir du L’ENJEU MAJEUR DES INDÉCIS culement de la majorité indécise pharaons noirs, les richissimes royaumes médiévaux, les temps tragiques
port du masque pour « contre­indi­ Jérôme Fourquet, directeur du dé­ et un désaveu démocratique, se­ de l’esclavage et de la colonisation, l’enthousiasme des indépendances...
cation médicale ». Un acte salué partement Opinion de l’IFOP, rap­ lon le chercheur en neuroscien­ jusqu’à s’arrêter sur les grands enjeux d’une Afrique émergente qui
par les antimasque, qui ont décu­ pelle que le phénomène est ultra­ ces Sebastian Dieguez : « La force retrouve peu à peu sa place dans le monde.
plé la visibilité de ces ordonnan­ minoritaire en France, les sonda­ d’un mouvement de colère et de
ces, sur lesquelles ne restait plus ges soulignant que deux tiers des ressentiment, c’est qu’il est très vi­ Servi par une cartographie inédite, cet atlas met enfin en lumière,
qu’à ajouter le nom du patient, en Français sont favorables à l’obliga­ vace, très impliqué. Il est très dan­ par-delà les clichés, ce continent devenu incontournable.
les postant sur leurs groupes. tion du port du masque dans l’es­ gereux de hausser les épaules et de
Retrouvez le débat en ligne
Le conseil départemental de
l’ordre des médecins a lancé une
pace public. Ce qui laisse donc un
tiers de sceptiques… « Mais, entre
laisser faire, parce que cela finit
par atteindre votre oncle, qui il y a « Dessine-moi ton Afrique » L’ATLAS DES AFRIQUES
procédure, qui pourrait aboutir être contre parce que vous pensez une semaine encore ne savait pas sur lemonde.fr/afrique
à sa radiation. Quant à l’agence que ça ne sert à rien et en faire une ce qu’était la 5G, mais en a fait tout
Un hors-série
régionale de santé, elle affirme motivation de vote, il y a un gouf­ à coup le combat de sa vie en 188 pages - 12 €
En partenariat avec
avoir « saisi le procureur (…) fre », estime M. Fourquet, pour qui voyant passer une vidéo sur les ré­ Chez votre marchand de journaux
dans le cadre de poursuites judi­ « l’effet majeur ne risque pas tant de seaux sociaux. »  et sur laboutiquelavie.fr
ciaires, à la mi­août ». se voir dans des manifestations an­ lucie soullier
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

ÉCONOMIE & ENTREPRISE
0123
12 | MERCREDI 26 AOÛT 2020

Alinéa, le plan de la dernière chance
L’enseigne d’ameublement, en redressement judiciaire, devrait être reprise par ses ex­actionnaires, les Mulliez

L
e tribunal de commerce
de Marseille doit exami­
ner, lundi 31 août, les of­
fres de reprise de l’ensei­
gne française de meubles et d’ob­
jets de décoration Alinéa, placée
en redressement judiciaire le
13 mai. « Mais il n’y a pas trop de
suspense », lance Eddy Chhlang,
délégué syndical CGT chez Alinéa.
Car si les repreneurs avaient jus­
qu’au 30 juin pour déposer une
offre, un seul d’entre eux propose
de conserver l’enseigne et de pé­
renniser un maximum d’em­
plois. Les cinq autres (Intersport,
Leroy­Merlin, Gifi, Foir’fouille et Dans
Fresh, l’enseigne du groupe le magasin
Grand Frais) ne souhaitant récu­ Alinéa
pérer que certains magasins pour de Rosny­
compléter leur réseau. sous­Bois
Cette offre, soutenue par les ad­ (Seine­Saint­
ministrateurs judiciaires d’après Denis),
les syndicats, émane… des action­ le 6 août.
naires actuels : Alexis Mulliez, le ERIC TSCHAEN/REA
PDG qui détient 15 % du capital, et
l’Association familiale Mulliez
(AFM), qui possède les 85 % res­
tant. Cette organisation, très se­
crète, permet à l’ensemble de la
famille Mulliez de détenir, par le
biais d’un enchevêtrement de
holdings, une multitude de socié­
tés dans la distribution (Auchan,
Decathlon, Leroy­Merlin…). Ce
duo d’actionnaires avait racheté
Alinéa en 2017 à… Auchan.

Déplacement du centre de gravité


Autant dire que certains y ont vu
un nouveau tour de passe­passe,
destiné à imputer la responsabi­
lité d’une profonde cure d’amai­ gnac, Avignon, Grenoble, Blagnac, Le projet des actionnaires pour montrer que juridiquement, moyenne gamme qu’ont con­
grissement de l’enseigne à une Montpellier, auxquels se sont conserverait moins de la moitié on faisait toujours partie du
D’après le projet nues Fly et Conforama. Elle perd
décision du tribunal. L’entre­soi ajoutés Nancy et Limoges. de la masse salariale, soit près de groupe Auchan », raconte de rachat, moins de l’argent depuis 2012 (300 mil­
au sein des sociétés de la galaxie Le magasin de Villars (Loire) et 900 postes sur 1 974. Environ M. Chhlang. En définitive, 650 of­ lions d’euros entre 2012 et 2019),
Mulliez avait déjà permis à Alinéa ses 75 salariés ne faisant pas partie 1 000 emplois seraient donc sup­ fres de postes dans le groupe Au­
de la moitié de selon la CGT. Un déséquilibre que
de se libérer de sa gestion immo­ du projet de reprise, le maire de primés. Sans compter ceux d’un chan ont été promises aux syndi­ la masse salariale l’AFM n’a cessé d’éponger réguliè­
bilière en 2017, la privant Saint­Etienne, Gaël Perdriau (LR), a des deux entrepôts actuels, sis à cats − beaucoup pour des direc­ rement : « Ces trois dernières an­
aujourd’hui de cette marge de écrit mi­août au gouvernement Nanteuil­le­Haudouin (Oise). Il teurs opérationnels ou de maga­
serait conservée. nées, les actionnaires ont refi­
manœuvre financière. Elle avait pour dénoncer l’offre de rachat. Ils serait abandonné après fé­ sin − sous forme de reclassement Soit près de 1 000 nancé Alinéa à hauteur de plus de
cédé les murs de 13 magasins à tireraient profit, selon lui, d’un dé­ vrier 2021 au profit d’un agrandis­ interne. 130 millions d’euros », indique la
Nodi, une entité immobilière de cret du 20 mai permettant aux sement de celui de Saint­Martin­
postes supprimés direction de l’entreprise. 305 mil­
la famille Mulliez fusionnée propriétaires d’une société de la de­Crau (Bouches­du­Rhône). Il Concurrence accrue de l’Internet lions d’euros de trésorerie ont été
en 2020 avec une autre, Ceetrus reprendre après un dépôt de bilan. générerait, d’après la direction, « Pour les offres d’emploi en reclas­ injectés sur 10 ans par les action­
(ex­Immochan). En contrepartie, D’après cet élu, « le risque est que plus de 100 emplois indirects. sement externe chez Decathlon, ville. Et arrêterait d’ouvrir des em­ naires, souligne un rapport com­
Alinéa devait chaque année lui les actionnaires d’une entreprise Les dirigeants d’Alinéa assurent Norauto, Leroy­Merlin…, c’est en placements géants. Les magasins mandé par les syndicats.
verser un loyer de près de 9 mil­ soient tentés, en cas de difficultés que « pour les magasins qui ne se­ cours. Mais on attend toujours la du réseau font actuellement en Malgré une nouvelle stratégie
lions d’euros, selon un rapport déjà anciennes, de déposer le bilan. ront pas repris, plusieurs centaines mise en place de la plate­forme in­ moyenne 6 000 m² chacun et jus­ depuis 2017, le mouvement des
d’expertise comptable. Puis, de profiter de ce nouveau dé­ d’offres d’emploi dans leur bassin formatique qui nous a été promise qu’à 10 000 m² pour certains. « gilets jaunes » puis les grèves et
Aujourd’hui, la contraction de cret pour racheter leur boîte ». géographique seront proposées pour que les salariés puissent se Alexis Mulliez veut développer de le blocage du port de Marseille,
périmètre sera plus sévère. L’offre « Cette possibilité existait déjà dans les sociétés de l’AFM ou dans projeter », indique le syndicaliste. nouveaux concepts, plus petits qui achemine 50 % de ses mar­
de reprise déposée initialement avant. Elle était juste plus lourde d’autres entreprises ». Une pre­ En repositionnant Alinéa dans le autour de 900 m², en centre­ville, chandises, ont achevé de fragili­
auprès du tribunal prévoyait le car il fallait une autorisation préa­ mière dans la galaxie Mulliez, où sud de la France, le projet stratégi­ et commencerait par le cœur de ser le distributeur, qui a plongé
maintien de 7 magasins sur les 26 lable du Tribunal de commerce », les passerelles pour l’emploi entre que des actionnaires serait ainsi Lyon si le tribunal entérinait son avec l’épidémie de Covid­19 et la
que le groupe possède en France se défend la direction d’Alinéa. les différentes sociétés de l’AFM, d’« opérer la bascule d’une ensei­ offre de reprise. Il accélérerait le fermeture de ses magasins. Le
(hors franchisés). Elle a été amé­ La CGT s’interroge sur le carac­ réclamées de longue date par les gne de grande distribution vers la développement des ventes sur In­ 6 mai, Alinéa s’est déclarée en ces­
liorée dans le courant de l’été, por­ tère prémédité du déplacement syndicats d’Auchan, n’ont jamais construction durable d’une mar­ ternet, afin de passer de 20 % du sation de paiement. En 2019, l’en­
tant à 9 le nombre de magasins du centre de gravité du groupe existé. « On s’est battu pour l’obte­ que lifestyle », non concurrente du chiffre d’affaires réalisé sur le Web seigne, toujours discrète sur ses
repris ayant des perspectives de dans le sud de la France au vu no­ nir car au départ, on nous disait géant Ikea, indique la direction de en 2019 à 37 % en 2023. chiffres, avait réalisé 257 millions
rentabilité. A l’exception de Her­ tamment du « changement de qu’il était hors de question de re­ l’entreprise. Face à une concurrence accrue d’euros de chiffre d’affaires pour
blay (Val­d’Oise), ils sont essen­ siège social de Roubaix (Nord) vers classer les gens dans les entités de Elle abandonnerait aussi ses bu­ de l’Internet, l’entreprise n’a pas 62 millions d’euros de pertes, in­
tiellement situés dans la moitié Aubagne (Bouches­du­Rhône) qui l’AFM parce que nous étions dans reaux d’Aubagne pour installer échappé aux difficultés du sec­ dique le jugement du tribunal. 
sud de la France : Aubagne, Meri­ a été réalisé le 1er septembre 2019 ». la société Alinéa SAS. On a bataillé son siège dans le magasin de la teur de l’ameublement de cécile prudhomme

La filiale française de Facebook va verser 106 millions d’euros au fisc


L’accord trouvé entre le réseau social américain et le gouvernement français doit mettre fin à un contentieux qui couvre la période 2009­2018

F acebook a annoncé, lundi


24 août, avoir conclu un ac­
cord fiscal avec le gouver­
nement français sur un redresse­
ment de 106 millions d’euros
En cause, les pratiques de ces
sociétés qui déclarent leurs reve­
nus (issus de la publicité ou de la
vente en ligne) dégagés en France
dans d’autres pays moins exi­
territoire sur lequel la valeur ajou­
tée est produite ».
Dans ce combat de longue ha­
leine, le fisc français n’obtient
gain de cause qu’au bout de plu­
En septembre de la même an­
née, Google accepte de verser près
de 1 milliard d’euros pour solder
l’ensemble de ses contentieux
avec le fisc français, somme qui se
Désormais, tous les revenus de la fi­
liale produits par les équipes qui
sont installées ici, à Paris, sont dé­
clarés en France. » « Nous compre­
nons qu’il y ait de la frustration sur
treprise qui a réalisé 70 milliards
de dollars (59,3 milliards d’euros)
de chiffres d’affaires en 2019.
Sous le quinquennat d’Emma­
nuel Macron, la lutte contre les
d’impôt sur les sociétés, confir­ geants sur le plan fiscal, tels que sieurs années. En février 2018, répartit à parts presque égales la manière dont les entreprises de pratiques fiscales des géants amé­
mant une information divulguée l’Irlande ou le Luxembourg. Amazon trouve un accord avec entre le rattrapage fiscal exigé et la tech sont imposées en Europe », ricains du numérique – qu’il avait
quelques heures plus tôt par le l’administration pour 200 mil­ l’amende infligée au moteur de a lui­même déclaré le PDG Mark qualifiés, dès 2017, de « passagers
site Capital.fr. Un compromis qui Combat de longue haleine lions d’euros, avant que, début recherche. S’agissant de Face­ Zuckerberg, en février. clandestins du monde contempo­
doit permettre d’enterrer un con­ A l’époque déjà, la France s’émeut 2019, Apple consente à régler book, sur le montant total à ré­ Facebook France aurait payé rain » en matière de fiscalité – a
tentieux entre le réseau social de l’évasion fiscale à laquelle se 500 millions d’euros pour solder gler, 22 millions sont attribuables 8,46 millions d’euros d’impôt sur été une promesse récurrente.
américain et l’administration fis­ livrent ces grands acteurs du dix ans d’arriérés d’impôt. aux pénalités, selon des docu­ les sociétés pour l’année 2019, En 2019, le Parlement français a
cale sur la période 2009­2018. numérique. Sous la présidence de ments consultés par Capital. soit une hausse « de près de 50 % adopté une mesure proposant de
C’est l’épilogue d’un feuilleton François Hollande, la porte­pa­ Depuis des années, la société par rapport à l’année précédente ». taxer les mastodontes du Web à
engagé en 2012, quand le fisc role du gouvernement Ayrault, essaie de convaincre qu’elle Une somme qui reste cependant hauteur de 3 % de leur chiffre d’af­
français s’est attaqué à plusieurs Najat Vallaud­Belkacem, déplore Ce compromis s’adapte aux réglementations na­ très réduite : d’après l’estimation faires. Depuis, son application a
géants du numérique installés ainsi, en novembre 2012, que « les tionales dans les pays où elle établie par Capital, ce ne sont pas toutefois été suspendue, dans
sur le territoire. Sont alors ciblés activités [de ces entreprises] en­
constitue opère. En 2020, Laurent Solly, le moins de 150 millions d’euros l’attente du dénouement de dis­
Amazon, Google et Microsoft, trent difficilement dans les notions l’épilogue patron de la filiale française, insis­ d’impôts sur les bénéfices que la cussions élargies au sein de l’Or­
mais aussi Facebook, dont les habituelles d’impôts sur les socié­ tait sur BFM­TV qu’« en 2017, [Face­ société californienne aurait dû ganisation de coopération et de
locaux parisiens sont perquisi­ tés que nous connaissons ici (…) et
d’un feuilleton book avait] décidé de changer [son] acquitter. Cela reste dans tous les développement économiques. 
tionnés à l’été. qui impliquent de déterminer le engagé en 2012 système de déclaration de revenus. cas une goutte d’eau pour une en­ vincent fagot
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020 économie & entreprise | 13

Les cheveux, arme insolite pour L’accès au crédit facilité


pour les jeunes
lutter contre les marées noires ayant eu un cancer
Collecté afin d’absorber les fuites d’hydrocarbures du vraquier échoué près Si le traitement est fini depuis au moins cinq
ans, les maladies survenues avant 21 ans
de l’île Maurice, ce matériau intéresse le secteur de l’économie circulaire n’auront plus à être déclarées à l’assureur

A A
l’île Maurice, des ex­ « Les cheveux font mieux qu’ab­ rencontrés pendant leurs études l’heure de souscrire un avec un risque aggravé de santé),
perts japonais et des
« Les cheveux sorber, ce sont des adsorbants de commerce à Clermont­ prêt, une disposition lé­ qui est négociée entre les établis­
spécialistes de l’uni­ font mieux oléophiles et hydrophobes qui re­ Ferrand. « On a toujours voulu gale permet, dans cer­ sements financiers et les associa­
versité de Maurice, tiennent les hydrocarbures entre faire quelque chose qui ait du sens, tains cas, de ne pas déclarer qu’on tions représentant les patients.
entre autres, ont fait savoir, di­
qu’absorber, leurs écailles, expose M. Taylor. Ils exercer une activité dans l’écono­ a souffert d’un cancer. Donc de se « Il faut noter que la mesure ne
manche 23 août, qu’il était temps ce sont sont ultra­efficaces et peuvent re­ mie circulaire, résume M. Baldel­ voir traiter par l’assureur du cré­ vise pas seulement les prêts immo­
de retirer les barrages artisanaux tenir jusqu’à huit fois leur poids. En lou. On a cherché quel déchet valo­ dit comme si l’on n’avait jamais biliers – qui intéressent, il est vrai,
réalisés par des centaines de vo­
des adsorbants théorie, on pourrait même les es­ riser, c’est comme ça que nous en été malade, et de ne pas subir de peu souvent les plus jeunes – mais
lontaires mobilisés après le nau­ oléophiles sorer après les avoir utilisés et ré­ sommes arrivés aux cheveux. » surcoûts ou d’exclusions de ga­ aussi les crédits professionnels,
frage du MV Wakashio, et de leur cupérer ainsi les huiles et les hy­ Jusqu’ici, ils ont travaillé avec ranties liés à cette affection. C’est renchérit Marc Morel, directeur
substituer d’autres matériaux ab­
et hydrophobes » drocarbures. » deux cents coiffeurs désireux de le fameux « droit à l’oubli ». général de France assos santé. Un
sorbants. Des opérations de net­ JAMES TAYLOR recycler cette matière première En jouissent pour l’instant ceux jeune artisan qui se lance pourra
toyage de la marée noire se pour­ cofondateur de la société « Eco-enthousiastes » abondante. « Rien qu’en France, les dont le traitement du cancer est par exemple en profiter s’il y a be­
suivent, notamment avec l’entre­ clermontoise Capillum Les pionniers en la matière se professionnels jettent en moyenne terminé depuis au moins dix ans. soin d’acheter des machines. »
prise spécialisée Le Floch Dépol­ trouvent aux Etats­Unis. En Cali­ 4 000 tonnes de cheveux par an, Pour les cancers survenus avant Les contrats d’assurance
lution et des pêcheurs locaux. fornie, l’organisation Matter of soit 70 millions de mètres cubes, de l’âge de 18 ans, le délai est plus concernés par le droit à l’oubli
Du navire vraquier échoué sur coupés sont arrivés pour nourrir Trust, spécialisée dans le recy­ quoi remplir 400 000 baignoi­ court, cinq ans. Un assouplisse­ sont ceux qui couvrent les prêts
un récif le samedi 25 juillet, bat­ la collecte organisée par Capil­ clage de toutes sortes de maté­ res… », rapportent­ils. A raison de ment doit toutefois entrer en immobiliers et professionnels
tant pavillon panaméen et ex­ lum. Cette jeune société de riaux et déchets, s’est d’abord 8 grammes en moyenne, 125 cou­ vigueur le 1er septembre pour les (achat de locaux ou de matériel),
ploité par un armateur nippon, il Clermont­Ferrand (Puy­de­ illustrée en 2007 après qu’un pes permettent de recueillir un jeunes emprunteurs : pourront mais aussi les crédits à la consom­
ne reste plus que l’arrière. La Dôme) répondait ainsi elle­même cargo, le Cosco­Busan, avait kilo de « la seule fibre qui ne néces­ aussi bénéficier du délai réduit de mation dits « affectés », consacrés
proue, elle, a été remorquée pour à un appel à la solidarité, lancé de­ heurté un pilier du pont de San site pas d’eau pour pousser ». cinq ans les personnes dont la à un achat précis. A condition,
être coulée au large, par 3 000 mè­ puis l’île Maurice par une adh­ Francisco. Des troupes de bénévo­ Le recyclage capillaire intéresse maladie s’est déclarée entre leurs dans tous les cas, que l’assuré ait
tres de fond. Une partie des érente de l’association Project les avaient alors roulé patiem­ aussi des syndicats d’assainisse­ 18 et 21 ans. moins de 71 ans à la fin du contrat.
3 200 tonnes de fioul et 200 ton­ Rescue Ocean. ment ses boudins, coussins et ment. Tous ces cheveux abandon­ Assureurs et banquiers ont ac­
nes de diesel que contenait le na­ « Nous en avons reçu… des ton­ autres éponges capillaires pour nés dans les lavabos ou jetés par « Petits pas en avant » cepté cet assouplissement du
vire a pu être pompée. nes. Certains se sont rasé la tête », éponger les fuites d’hydrocarbu­ les salons de coiffure finissent par Une extension surtout symboli­ droit à l’oubli en février 2020, au
annoncent en chœur James Tay­ res dans la célèbre baie. former des bouchons résistants que car s’adressant à un public cours de négociations menées
« Certains se sont rasé la tête » lor et Clément Baldellou, soit Ces « éco­enthousiastes des res­ dans les réseaux de canalisation. jeune ? « Non », répond Mehdi dans le cadre d’Aéras. Il a fait l’ob­
Selon le communiqué des ex­ l’équipe au complet de la start­up sources renouvelables », comme Les deux fondateurs de Capillum Aslam, conseiller « Aidéa », le ser­ jet d’un consensus parmi les si­
perts, les efforts des volontaires clermontoise qu’ils ont fondée il ils se présentent, sont de nouveau ont d’autres ambitions pour leur vice d’accompagnement des em­ gnataires de la convention, mo­
n’ont pas été vains, dans la me­ y a un an. Tous deux n’en revien­ intervenus lors de la catastrophe précieuse moisson : ils visent la prunteurs de la Ligue contre le tivé notamment par une étude de
sure où les coraux de la réserve nent toujours pas de l’engoue­ de la plate­forme Deepwater création d’une filière diversifiée cancer. « Certes, les emprunteurs l’Institut national du cancer qui
naturelle de l’île aux Aigrettes ment suscité par leur initiative et Horizon, le 20 avril 2010, dans le avec non seulement des produits qui nous appellent ont souvent montre que pour les cancers sur­
auraient été jusqu’à présent sont bien en peine d’évaluer les golfe du Mexique. En France, l’as­ contre les pollutions des eaux, plus de 30 ans et le nombre de per­ venus entre 18 et 21 ans, la proba­
épargnés. Dans leur enthou­ volumes collectés. sociation Coiffeurs justes pour le mais aussi l’extraction de la kéra­ sonnes concernées sera peut­être bilité de survie varie peu entre les
siasme, certains sauveteurs mau­ Les cheveux continuent d’af­ recyclage des cheveux, fondée tine qui compose l’essentiel de la réduit. Cette mesure est toutefois cinq ans et les dix ans qui suivent
riciens s’étaient… coupé les che­ fluer en métropole dans les dix­ par Thierry Gras, qui tient notam­ chevelure pour le soin de la peau importante. Sur ces dossiers, ce la fin du traitement.
veux. Non pas en signe de déses­ sept entrepôts de la société Urby, ment un salon à Brignoles (Var), et des innovations destinées à sont ces petits pas en avant qui L’impact du changement de
poir, mais pour utiliser leur toi­ avec qui Capillum a noué un par­ exploite la même veine depuis l’agriculture qu’ils ne détaillent permettent de faire de grands borne sur les dépenses des assu­
son comme absorbant afin tenariat. Des toiletteurs propo­ 2015. Réalisés grâce à la récolte pas pour l’heure. sauts », dit­il. reurs s’annonce donc marginal,
d’arrêter les fuites d’hydrocarbu­ sent aussi des poils d’animaux. qu’il organise, des boudins sont Quant à la collecte organisée par Et de souligner l’étendue des d’autant que le nombre de bénéfi­
res qui noircissent la surface de Par précaution sanitaire, ces toi­ actuellement utilisés pour épon­ la start­up clermontoise pour progrès ainsi enregistrés au fil des ciaires devrait être limité. Pas
l’océan Indien. sons ne sont pas acceptées. Il est ger les fuites d’hydrocarbures traiter la pollution du Wakashio, années en matière d’accès au question en revanche pour l’ins­
Ils ne sont pas les seuls à miser prévu de stocker les sacs pleins de dans le port de plaisance de elle n’a pas convaincu les autori­ crédit des emprunteurs touchés tant de généraliser le délai de cinq
sur ce matériau insolite. De toute cheveux humains au moins Cavalaire­sur­Mer (Var). tés mauriciennes. Celles­ci n’ont par une pathologie, notamment ans à tous les cancers, sans dis­
la France, mais aussi d’Allemagne, vingt­quatre heures pour être cer­ C’est aussi l’esprit qui anime les toujours pas autorisé l’envoi du grâce aux évolutions des prati­ tinction d’âge – les négociations
de Belgique, du Luxembourg, de tains qu’ils ne portent aucune deux entrepreneurs de Capillum. stock de cheveux sur leur île.  ques actées dans la convention sur ce sujet n’ont pas abouti. 
Suisse, du Portugal, des cheveux trace de SARS­CoV­2. Agés de 25 et 26 ans, ils se sont martine valo Aéras (s’assurer et emprunter aurélie blondel

Dans les Ardennes, la centrale nucléaire


de Chooz mise à l’arrêt à cause de la chaleur 100 MILLIARDS
C’est le montant, en dollars (soit 84,7 milliards d’euros), de la baisse
des dividendes versés aux actionnaires des grandes entreprises
mondiales au deuxième trimestre 2020, sous l’effet de la crise sanitaire
Le groupe EDF se trouve contraint d’interrompre la production des deux réacteurs, et des pressions des régulateurs. Ce recul de 22 %, par rapport à la
parmi les plus puissants de France, pour éviter de pomper trop d’eau dans la Meuse même période de 2019, représente une chute sans précédent depuis
2009, selon une étude du gestionnaire d’actifs britannique Janus
Henderson, présentée lundi 24 août. Cette situation pourrait perdurer

C’ est une première : en


raison d’un débit d’eau
insuffisant dans la
Meuse, la centrale nucléaire de
Chooz a été entièrement arrêtée à
sans mal, mais la réglementation
l’en empêche tant que le débit de
l’eau est trop bas.
L’arrêt de la centrale ne devrait
pas provoquer de perturbations,
sites nucléaires, de faire face au
changement climatique. Depuis
plusieurs années, EDF est con­
traint, chaque été, d’arrêter quel­
ques jours certaines centrales
carbone et ne contribue pas au ré­
chauffement de l’atmosphère.
Cela explique que l’atome soit
souvent présenté par l’industrie
comme un atout pour l’Hexa­
dans les secteurs les plus touchés. – (AFP.)

CONJONCTURE
L’Etat promet un soutien
teurs en raison du Covid­19.
Le numéro un du secteur au
partir du lundi 24 août au soir, et selon le Réseau de transport pour respecter les réglementa­ gone dans la lutte contre le chan­ durable aux PME, au- Royaume­Uni va recruter no­
probablement jusqu’à début sep­ d’électricité. A cette période de tions environnementales. gement climatique. delà des prêts garantis tamment 10 000 personnes
tembre, selon les informations l’année, la consommation d’élec­ Toutefois, les centrales sont de Les petites et moyennes en­ pour préparer les comman­
publiées sur son site Internet. Si­ tricité est bien en deçà de la capa­ Températures extrêmes plus en plus vulnérables à la treprises bénéficieront d’un des, ainsi que 3 000 chauf­
tuée dans les Ardennes, elle est cité de production installée. Et la En août, celle de Golfech (Tarn­et­ hausse de la température des fleu­ soutien durable de l’Etat, non feurs pour les livrer. Ces
composée de deux réacteurs ré­ France est globalement exporta­ Garonne) a ainsi dû interrompre ves. Or les étés vont devenir plus seulement par une extension nouveaux postes viennent
cents, d’une puissance de 1 500 trice pendant l’été. son réacteur en activité pour chauds et les températures extrê­ des délais de rembourse­ s’ajouter aux 4 000 déjà créés
mégawatts, parmi les plus puis­ Néanmoins, cette perte est non éviter que la température de la mes vont se multiplier, y compris ment des actuels prêts garan­ depuis le début de la pandé­
sants de France. Ils ont été mis en négligeable : les 3 000 mégawatts Garonne dépasse les 28 0C, limite dans des zones qui, jusqu’ici, tis, mais également par mie. – (AFP.)
service en 1996 et 1997. représentent près de 10 % de la ca­ maximale exigée par les autori­ étaient préservées de ce type de un nouveau système d’em­
La baisse du débit de la Meuse pacité de production nucléaire de tés. La production d’électricité à phénomène. En 2018, la Finlande prunts à très long terme, a LOGICIELS
pourrait poser des difficultés de cette fin de saison. Cet arrêt met partir de centrales nucléaires est a dû ralentir la production d’un annoncé Bruno Le Maire Aveva, filiale de
long terme au site. En effet, pour en lumière les difficultés, pour les très peu émettrice de dioxyde de réacteur, qui rejetait dans la mer dans un entretien aux Echos, Schneider Electric,
assurer le refroidissement des de l’eau à 32 degrés. mardi 25 août. Selon le mi­ va racheter OSIsoft
réacteurs, une centrale nucléaire Pierre­Franck Chevet, président nistre de l’économie, les ban­ L’éditeur britannique de logi­
fonctionne en pompant dans une
source d’eau. Elle rejette ensuite
Des députés LRM contre l’ouverture de l’Autorité de sûreté nucléaire
de 2012 à 2018, avait dressé, il y a
ques accepteront de prolon­
ger ces prêts au­delà de la
ciels industriels Aveva, filiale
du groupe français Schneider
cette eau, à une température légè­ des barrages à la concurrence deux ans, une liste des centrales première année, avec des Electric, a annoncé, mardi
rement plus élevée. Une quarantaine de députés de la majorité parlementaire (LRM) françaises les plus concernées : taux d’intérêt relativement 25 août, avoir trouvé un ac­
Si elle puise trop d’eau, elle peut a rendu publique, vendredi 21 août, une lettre adressée à la mi- « Les sites en bord de rivière identi­ cléments, puisque compris cord afin de racheter son
perturber l’écosystème ou nuire à nistre de la transition écologique, Barbara Pompili, pour plaider fiés comme les plus sensibles sont entre 1 % et 3 %. concurrent américain OSI­
d’autres usages. C’est le cas à en faveur d’une solution 100 % publique concernant les barrages ceux de Civaux, Bugey, Saint­Al­ soft pour 5 milliards de dol­
Chooz, où la centrale est implan­ hydroélectriques. Ils dénoncent « l’incertitude juridique » dans ban, Cruas, Tricastin, Blayais, Gol­ DISTRIBUTION lars (4,2 milliards d’euros).
tée à proximité de la frontière laquelle se trouve EDF. En 2018, la Commission européenne a fech et Chooz. » Tesco va créer Aveva explique dans un com­
belge et où un accord transfron­ mis en demeure la France d’ouvrir à la concurrence les barrages A l’avenir, explique­t­on chez 16 000 emplois dans muniqué que cette opération
talier fixe les seuils de débit de la dont les concessions sont arrivées à échéance. Le gouvernement EDF, les centrales ne pourront ses activités en ligne doit lui permettre de se ren­
Meuse pour permettre aux utili­ d’Edouard Philippe avait alors répondu qu’il travaillait à ce scé- plus se trouver près de cours Le groupe britannique de su­ forcer à l’échelle internatio­
sateurs belges (industriels, ac­ nario pour près de 150 sites, mais aucune mesure concrète n’a d’eau dont le débit est trop faible permarchés Tesco a annoncé, nale et dans le secteur du
teurs du tourisme, collectivités été prise. Depuis, le gouvernement s’est prononcé à plusieurs et devront privilégier une locali­ lundi 24 août, la création de cloud (informatique à dis­
locales, etc.) d’avoir de l’eau en reprises pour la création d’une structure publique. Le courrier sation en bord de mer. C’est no­ 16 000 emplois, afin de sou­ tance), activité en forte crois­
quantité suffisante. est notamment signé par l’ancien ministre de la transition écolo- tamment le cas de l’EPR de Fla­ tenir la forte croissance de sance et qui a tiré son épingle
Sur le plan technique, Chooz gique et solidaire François de Rugy, ainsi que par la députée des manville (Manche).  ses activités en ligne, plébis­ du jeu pendant la pandémie
pourrait continuer à fonctionner Yvelines Aurore Bergé. nabil wakim citées par les consomma­ de Covid­19. – (AFP.)
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

CULTURE
0123
14 | MERCREDI 26 AOÛT 2020

 CHEF­D'ŒUVRE           À  NE  PAS  MANQUER           À  VOIR           POURQUOI  PAS           ON  PEUT  ÉVITER

« Hélas, il n’y a pas de Grolandais à Cupertino »
Avec « Effacer l’historique », Benoît Delépine et Gustave Kervern s’en prennent aux géants du numérique

ENTRETIEN « On a quand

S
eize ans et neuf longs­mé­ même un peu
trages que ça turbine en­
tre eux. Benoît Delépine
l’impression que
et Gustave Kervern, sexa­ nous creusons
génaires originaires du Groland,
seront parvenus à introduire
nous-mêmes
quelque chose du mauvais esprit notre tombe »
de cette émission « hara­kiries­
BENOÎT DELÉPINE
que » de Canal+ dans le septième
cinéaste
art. De fortes personnalités leur
ont prêté leur concours : Yolande
Moreau, Corinne Masiero, Bouli
Lanners, Gérard Depardieu, montré: on pille sans vergogne
Benoît Poelvoorde, Albert Dupon­ nos données, y compris les
tel... Aujourd’hui, dans Effacer plus intimes, qui sont ensuite
l’historique, aux côtés de Masiero, utilisées par la National Security
Blanche Gardin et Denis Podaly­ Agency (NSA)…
dès entrent dans la danse de ces B. D. : C’est comme la Chine qui
deux anars, qui s’en prennent récupère les données des oppo­
frontalement aux GAFA. sants de Hongkong. Ce n’est plus
la peine de torturer, on sait ce que
Voici bientôt vingt ans que vo­ chacun a fait depuis vingt ans.
tre œuvre attaque les puissan­
ces d’argent et de pouvoir. Eu N’y a­t­il pas aussi un problème
égard au médiocre résultat de générationnel face à ces muta­
ce combat, ne ressentez­vous tions technologiques ?
pas une sorte d’usure ? B. D. : Complètement. Notre
Benoît Delépine : Les films ont film est en partie autobiographi­
toujours un rapport avec la réa­ que. On a le droit d’être vieux, ce
lité. Notre héros du Grand Soir, in­ qui ne veut pas dire qu’on est con
terprété par Benoît Poelvoorde, pour autant…
occupait bien avant les « gilets
jaunes » le rond­point d’un centre Vous avez montré le film
commercial. Et en écrivant la pre­ à la Berlinale en février, puis
mière version d’Effacer l’histori­ le Covid­19 nous a engloutis.
que, nous décrivions sans le sa­ Comment avez­vous vécu cette
voir ce mouvement à venir. Lors­ pandémie, qui a exacerbé
qu’il s’est réellement produit, le confinement et la solitude
nous avons dû tout réécrire parce que vous y stigmatisez ?
que nous racontions quelque G. K. : Il y a eu d’abord la joie de
chose qui était en train de se pas­ montrer le film devant des salles
ser dans l’actualité. Nous nous de mille personnes puis de ga­
sommes rabattus sur les GAFA. gner l’Ours d’argent, ce qui nous a
Gustave Kervern : C’est vrai que permis de nous confiner avec nos
c’est un peu fatigant de se battre Ours. Après, comme tout le
pour rien. Mais nous, on fait des monde, nous avons été sidérés,
films, et le bonheur de la création tétanisés. Avec cette impression,
nous fait oublier ce que peut avoir en même temps, que c’est une
de frustrant le peu d’impact de maladie ridicule.
cette création sur le cours des B. D. : On dirait qu’on découvre
choses. En plus, il y a toujours la mort avec cette maladie. Vous
dans nos films une dimension ab­ savez qu’on ne trouve plus de
surde qui se superpose à la pure et poules? Tout le monde s’en est
simple dénonciation. Nous nous acheté une pour avoir des œufs.
en prenons aux GAFA, mais nous­ G. K. : Et des vaches pour avoir
mêmes nous sommes accros ! du lait ?
Tout ça est très ambigu.
B. D. : On a quand même un peu L’industrie du cinéma est
l’impression que nous creusons à la peine. Les distributeurs
nous­mêmes notre tombe. Tout Gustave Kervern et Benoît Delepine, à Paris, le 24 août 2020. RUDY WAKS POUR « LE MONDE » hésitent à sortir les films.
va dans le sens de rester seul chez Le choix de sortir le vôtre
soi derrière un écran à comman­ aujourd’hui a­t­il été simple
der des pizzas et des films. C’est ça à faire ?
qui fait peur. Ce sont nos travers de responsabilité, nous l’avions B. D. : Si nous avions pris le ris­ Alto. C’est insensé. Même les mas­ fusé, jusqu’au moment où quel­ G. K. : On avait reporté la sortie à
qu’il faut commencer à regarder. déjà rencontrée à l’époque de que de citer nommément Apple ques des hackers d’Anonymous, qu’un de haut placé, qui est un fan décembre mais comme le film fait
Louise­Michel. Les personnages y ou Amazon, et nous en avions empruntés à un film de la Warner, de Groland, nous donne l’autori­ l’ouverture du Festival d’Angou­
Ces puissances qui dominent cherchaient en vain les responsa­ l’intention, une nuée d’avocats sont la propriété de la firme. Nous sation. Hélas, il n’y a pas de Gro­ lême, le 28 août, on en a profité…
désormais notre vie n’ont pas bles d’une entreprise délocalisée, nous aurait demandé de flouter. les avons utilisés dans le tour­ landais à Cupertino… B. D. : A un moment, il faut bien
de visage. Pour vous, cinéastes, allant d’une boîte aux lettres à un Qui a les moyens de se lancer nage, mais nous avons été obligés ressortir. Les hommes, depuis le
n’est­ce pas un problème ? paradis fiscal. Pour les GAFA, il y a dans une bataille juridique avec de les enlever image par image. Et pourquoi nous laissons­ temps des cavernes, ont besoin de
B. D. : On a d’ailleurs craint de ne au moins des sièges sociaux. ces géants ? Même la ville qui Mais c’est pareil en France : dans nous faire, selon vous ? se projeter le monde et de se re­
montrer que des gens au télé­ abrite le siège d’Apple, Cupertino, Le Grand Soir, le personnage d’Al­ G. K. : C’est le mystère de la na­ trouver devant le spectacle.
phone. Ce n’est pas très graphique. Qu’on ne peut ni filmer ne peut pas être nommée, nous bert Dupontel devait se suicider ture humaine et de la servitude propos recueillis par
G. K. : La question de l’absence ni citer, à ce que vous dites… avons dû la remplacer par Palo dans un Carrefour. On nous l’a re­ volontaire. Snowden l’a bien jacques mandelbaum

Trois « gilets jaunes » en guerre contre l’intelligence artificielle


Blanche Gardin, Corinne Masiero et Denis Podalydès interprètent des habitants d’un lotissement des Hauts­de­France, victimes des GAFA

chauffeur VTC, grande gueule et déjà été confiée à son père, de dé­ tes à qui de droit sur la raison de pondeurs, extorsion des données L’œuvre entière de la créature
EFFACER L’HISTORIQUE ex­addict aux séries qui enrage choir plus encore à ses yeux. La sa stagnation, et Bertrand, censé personnelles, intrusion dans la bicéphale Delépine­Kervern est
 de voir la note que lui attribuent voici à cet effet introduite par se rendre en Irlande, s’envole su­ vie privée, surveillance perma­ centrée autour de cet axe, avec un

C ontempteurs de la stupi­
dité systémique, peintres
de la misère techno­men­
tale contemporaine, apôtres d’un
anarcho­surréalisme vigoureux,
ses clients stagner et grever sa
nouvelle carrière. Bertrand (De­
nis Podalydès), enfin, serrurier
aux abois et à perruque rousse,
proie naïve des mirages du Net,
Christine auprès d’un vieux geek
(Bouli Lanners, clandestin à pied
d’œuvre à l’abri d’une éolienne).
Avouant son incapacité devant
la puissance du cloud, le pirate in­
brepticement vers La Réunion
pour se déclarer à « Miranda »,
dont la voix le tient sous son
charme depuis des mois.
nente, arnaques légales exponen­
tielles, prolifération ubuesque
des mots de passe, notation géné­
ralisée des produits et des hom­
mes. Soit une réduction algorith­
faible pour le geste dadaïste. Mar­
chant sur le fil de la satire, avec les
risques qu’elle implique : se mo­
quer ici facilement des pauvres
hères, exagérer là les maux d’un
Benoît Delépine et Gustave Ker­ dont la fille est victime de harcè­ formatique évoque toutefois les Maux d’un nouveau monde mique du monde et des hommes système dont on taira les bien­
vern partent en guerre contre lement sur Facebook. data centers qu’il importerait, N’en disons pas plus. La conjonc­ menée au nom d’une raison éco­ faits. Mais sous la transfiguration
l’intelligence artificielle. Ils réu­ Les trois se sont connus de fraî­ dans l’idéal, d’investir. Aussitôt tion de ces trois destins donne par nomique dont on ne voit que trop carnavalesque et la folie expres­
nissent pour ce faire trois spéci­ che date, sur un rond­point où ils dit, aussitôt fait. Les trois mous­ incidence l’occasion de lister avec bien qu’elle ne se soucie en réalité sive, affleure chez eux en perma­
mens d’un lotissement des partageaient l’habit jaune, la can­ quetaires se chargent chacun humour les maux d’un nouveau ni de l’un ni des autres. nence un humanisme profond,
Hauts­de­France ayant maille à nette de bière et leur commune d’une mission susceptible de ré­ monde, le nôtre, reclus, atomisé, On sait la viscérale sympathie vital, qui nous emporte.
partir avec ladite réalité. Marie solitude. Ils vont donc tenter de soudre leur problème particulier. infantilisé, plus que jamais ex­ que peut procurer le combat in­ j. ma.
(Blanche Gardin) – divorcée, al­ s’entraider et partir en guerre, Tandis que Marie prend l’avion ploité pour ceux qui n’ont pas les cessamment perdu, même quand
coolique, dépressive – victime rien moins, contre les GAFA. Am­ pour San Francisco, réclamant moyens d’en atténuer la nocivité, il est symboliquement gagné, des Film français de Benoît Delépine
d’un chantage à la sextape par un bitieux projet mené tambour bat­ une « sextape des Hauts­de­ où l’homme n’aurait d’autre misérables contre les puissants. et Gustave Kervern. Avec Blanche
étudiant en business school, suivi tant par Marie, qui craint, si la sex­ France » au seuil d’un hangar choix que de se rendre à la ma­ Bien des films ont fait leur ce Gardin, Corinne Masiero, Denis
aux confins d’une nuit d’ivresse. tape tombait sous le regard de son mieux gardé que le Pentagone, chine et au système qui la pro­ combat par le rire, depuis Chaplin Podalydès, Vincent Lacoste,
Christine (Corinne Masiero), fils adolescent, dont la garde a Christine va demander des comp­ gramme. Heures d’attente aux ré­ jusqu’à Tati en passant par Capra. Benoît Poelvoorde (1 h 46).
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020 culture | 15

Deux générations unies


pour leur émancipation
Stéphane Riethauser poursuit son dialogue
intime avec sa grand­mère disparue en 2004

l’humour accompagne les confi­


MADAME dences les plus crues, les plus
 douloureuses. Le viol d’un mari,

L e dialogue s’était inter­


rompu en 2004, quand
Caroline, 95 ans, s’en est
allée. Son petit­fils, Stéphane, son
« chouchou », auquel elle avait
la solitude d’un accouchement, la
mise au ban d’une société qui l’a
toujours considérée comme une
pestiférée (parce que libre) et une
mauvaise mère (car divorcée et
porté durant toute sa vie une at­ occupée à un métier). Caroline n’a
tention de louve, ne s’y est pas ré­ honte de rien et ne tait rien, sou­
solu. Devenu adulte et réalisateur, cieuse de transmettre à son petit­
il a voulu reprendre la causerie, fils ce qui l’avait aidée à se cons­
histoire de préciser à la vieille truire « contre » : l’exigence, la
dame deux ou trois choses qui lui curiosité et la légèreté.
tenaient à cœur et qu’il n’avait osé Stéphane Riethauser, enfant
dire à temps. Expliquer notam­ puis adolescent, s’y est reconnu.
ment pourquoi il avait tant tardé Le petit garçon modèle, qui avait
à (s’)avouer son homosexualité, répondu comme un soldat au mo­
et combien lui avait été difficile dèle patriarcal et bourgeois auquel
de se libérer du rôle auquel l’avait son père l’avait conditionné de­
assigné son père. A savoir être un puis sa naissance, avait lui aussi
homme courageux, bagarreur (si tout fait voler en éclats. Louve­
nécessaire), séducteur auprès des teau, officier, garçon à filles… en
femmes avant d’en épouser une tout point conforme aux règles in­
qui soit douce. culquées jusqu’à ce qu’à 20 ans, il
s’autorise enfin à ne plus jouer la
Confidences crues comédie, à admettre puis à révéler
Stéphane Riethauser s’est re­ son homosexualité. Partant en
plongé dans les photographies, croisade contre l’homophobie et
Robert Pattinson et John David Washington. WARNER BROS. ENTERTAINMENT, INC. les films de famille en Super­8, et le sexisme, il avait alors mené sa
le journal intime rempli durant propre bataille. Sa grand­mère et
de longues années. Il s’est plié à lui étaient faits du même bois.
des choix drastiques, tant sur le Madame en témoigne, unissant
tri que sur le montage de ces ima­ leurs portraits dans le mouve­

Christopher Nolan égare ges d’archives, pour accéder au


matériau le plus à même de ra­
conter son histoire, celle de sa
grand­mère et le fil ténu, parfois
ment des images heureuses qui
défilent et qu’accompagne la mé­
lancolie de la voix off. Celle du réa­
lisateur dont le commentaire ne

son public dans l’espace­temps


invisible, qui les avait liés l’un à vise pas à nous raconter une his­
l’autre. C’est ainsi que Madame a toire (à cela les images suffisent),
pris la forme d’un film romanes­ mais plutôt à interroger la façon
que, débordant de vie, de passions dont se définissent ou se contra­
et de drôlerie. A l’image de son hé­ rient un genre et une identité. Le
Emargeant à tous les genres, le très attendu nouveau film du cinéaste roïne, Caroline – Madame dans le parti pris a pour vertu d’éclairer
titre –, fille d’immigrés italiens d’une lumière plus dense et plus
s’asphyxie et ne permet pas à ses personnages d’exister promise, dans les années 1920, à profonde les vies et les person­
une vie domestique et soumise, nages ayant réellement existé
très jeune, à un mariage forcé. auxquels le film (et non l’album
Mais qui, à force d’intelligence et photo, comme on pouvait le crain­
avec une maîtrise impeccable, en­ néaste pour qu’il perde à ce point de pugnacité, s’émancipa et de­ dre) rend honneur sans ostenta­
TENET levé avec un goût de la distorsion
Le film le cœur narratif de son cinéma, vint l’une des femmes les plus ri­ tion. Avec une grâce et une ten­
 et de la virtuosité qui vaut effet de ambitionne est­on tenté de se demander. ches de la bourgeoisie genevoise. dresse qui vont droit au cœur. 

L
e voici, le voilà, Tenet, de signature. Coups de force narra­ Jamais encore on n’avait vu, Carrure imposante, esprit étin­ véronique cauhapé
Christopher Nolan. Soit le tifs, paradoxes temporels, diffrac­
de faire coexister chez lui, la démonstration de celant, regard malin et d’une
premier blockbuster tion de l’écriture et de l’action, deux force conceptuelle phagocyter à élégance dingue, Caroline est un Documentaire suisse
attendu comme le Messie récits parallèles, brouillage entre ce point l’art du récit et l’intelli­ personnage. Une femme dont de Stéphane Riethauser (1 h 34).
depuis le règne obscur de la réalité et fiction, manipulation
temporalités gence de la fable. Le film souffri­
pandémie, celui qui doit montrer démiurgique du spectateur, contraires, l’une rait donc de surpoids. Il émarge
l’exemple, sauver l’industrie du autant de traits qui caractérisent le tout à la fois aux genres de l’es­
qui avance,
cinéma de la morosité et de la
faillite, rédimer les spectateurs en
leur redonnant l’envie de la salle.
style de Nolan.
Ainsi que cette volonté de mêler
le cinéma grand public et l’ambi­
l’autre qui recule
pionnage, de la science­fiction et
du film de guerre. Il ambitionne
de faire coexister, parfois dans le
La fable écolo de l’abeille,
Petit exemple de la fièvre qui
l’accueille : l’UGC Ciné Cité Les
Halles, baromètre de la fréquenta­
tion conceptuelle, qui lui permet
de gagner sa liberté de super­
auteur au sein de l’empire
de nom comme d’affectation
explicite, associé à un acolyte
même plan, deux temporalités
contraires, l’une qui avance,
l’autre qui recule. Il aspire à
du rat et du chat espion
tion française, a programmé vingt hollywoodien. Quelques motifs guère plus identifiable (Robert marier le minimalisme de La Un film d’animation plein d’humour
séances pour ce film le jour de sa récurrents marquent de fait son Pattinson), tente d’empêcher un Jetée, de Chris Marker (ou encore
sortie, mercredi 26 août. De quoi œuvre (l’angoisse de la rupture milliardaire et marchand d’armes 2001 : l’Odyssée de l’espace, de
de Guillaume Ivernel, avec un drôle de trio
faire revoir leur copie aux poètes dans la transmission familiale, le russe par coïncidence psychopa­ Kubrick, ou Stalker, de Tarkovski)
confinés du « monde d’après ». pessimisme moral, l’apocalypse the (Kenneth Branagh), lequel a avec le maximalisme en Jet­Ski et
Contrairement à Disney, qui sort comme horizon), de même qu’un visiblement passé un pacte faus­ bikini de James Bond, ou les sance avec son coéquipier,
directement Mulan sur sa plate­ positionnement d’esthète old tien avec la civilisation du futur, grandes orgues cosmiques de SPYCIES Hector, un rat plutôt rêveur
forme Disney +, la Warner joue en style définit la persona du de déclencher l’apocalypse. Ils Blade Runner.  amoureux d’une star du petit
effet Tenet en salle, sinon à domi­
cile du moins partout où c’est
possible dans le monde. C’est
donc à Christopher Nolan qu’in­
combe cette lourde tâche, lui
créateur : refus du numérique,
costume et tasse de thé en toute
occasion, la cinéphilie active et
revendiquée.
comptent pour ce faire sur l’aide
de sa femme (Elizabeth Debicki),
qui n’a plus pour lui que mépris,
mais qu’il retient prisonnière en
menaçant de lui retirer leur fils.
Surdéterminé par cette logique
de la prolifération, le film semble
en revanche inhabité par ses per­
sonnages, réduits à la fonction de
pièces mécaniques. John David
V oir Spycies, c’est comme
faire un tour de grand
huit. Mais le film d’ani­
mation de Guillaume Ivernel – co­
réalisateur avec Arthur Qwak de
écran, Mia, séduisante abeille qui
fera parler d’elle. Le tandem est
sur le point de s’endormir lorsque
d’étranges créatures s’infiltrent et
dérobent une substance classée
l’Anglo­Américain à la stature Confins métaphysiques Au­delà de ces banales certitu­ Washington et Robert Pattinson, Chasseurs de dragons (2008) – ré­ top secret et cruciale dans la
« néo­spielbergienne », qui sauve C’est fort de ces acquis et de cette des, ornementées de quelques re­ faute de savoir dans quel sens de serve un petit « plus » : les joyeux gestion de la crise climatique.
de l’usinage super­héroïque le réputation, mais moins que marquables scènes d’action – un l’histoire ils courent, paraissent retournements de situation Voilà qui réveille le duo d’enquê­
cinéma hollywoodien à très grand jamais épargné par le risque du véritable avion employé comme souvent se demander ce qu’ils procurent aux spectateurs quel­ teurs, lequel retourne illico en
spectacle. maniérisme qui les menace, que bélier pour un casse, le braquage font là. Kenneth Branagh, teint ques loopings et pirouettes sup­ ville. Les premiers indices les
Normalement, comme ama­ l’auteur de Tenet se présente de haute voltige d’un fourgon en roux, grimace tant qu’il peut plémentaires. Il faut donc atta­ mènent dans un grand hôpital.
teurs de cinéma, vous ne connais­ aujourd’hui à nous. Le titre de son blindé sur l’autoroute –, le film mais campe un méchant qui ne cher sa ceinture et, pour le jeune Derrière les murs se cache un
sez que lui. Memento (2000), la tri­ nouveau film est programmati­ dérive vers des confins métaphy­ fait pas peur à grand monde, à public, bien ouvrir ses yeux. autre monde peuplé d’animaux
logie « batmanienne » Dark Knight que, c’est un palindrome siques que votre serviteur, en part à Elizabeth Debicki, qui n’est La production franco­chinoise en voie de disparition… Que ma­
(2005­2012), Inception (2010), indéchiffrable. Un mot qui se lit plein désarroi « spectatoriel », là que pour ça. Il est enfin pi­ commence comme un James nigancent les chauves­souris
Interstellar (2014), Dunkerque dans les deux sens (à l’instar de serait en peine de vous expliquer. quant – comme si Christopher Bond, avec une scène d’action à dans les couloirs ? A quelle espèce
(2017), pour ne citer que ses films l’intrigue du film) mais dont le Deux hypothèses, dès lors, Nolan s’inquiétait confusément couper le souffle, visant à décou­ animale appartiennent les poils
les plus notables. Du cinéma de sens nous échappe, sans pour s’offrent à l’exégèse. La première de l’abscondité de son film – que vrir un héros hors norme : l’agent de la créature malfaisante cachée
genre (polar, science­fiction, opéra autant que cette échappée du voudrait que Nolan ait signé un les mots de passe suffisamment secret Vladimir, un chat fuselé sous son armure ? Mia, la sublime
spatial, film de guerre…), mené sens nous subjugue par son chef­d’œuvre philosophico­quan­ vagues pour tout et ne rien dire à dans sa combinaison futuriste comédienne qui subitement fait
mystère (voir Jean­Luc Godard, tique dont les arcanes ne la fois fleurissent céans. « On vit auquel l’acteur et dessinateur son apparition, serait­elle de
Andreï Tarkovski, David Lynch, sauraient être pénétrés que par dans un monde clair­obscur » re­ Davy Mourier prête sa voix. Sur la mèche ? Le duo d’agents secrets
Apichatpong Weerasethakul…). quelques rares élus. Pourquoi tentit à plusieurs reprises. Quant planète de Spycies, tous les prota­ devient vite trio, Mia ayant plus
Kenneth Résumons ce qui peut l’être. pas ? La seconde, plus triviale, au fameux « Tenet », le héros est gonistes sont des animaux qui d’un tour dans son sac : la belle
Branagh, teint Une menace venue du futur, plus c’est qu’il s’est légèrement pris les avisé qu’il « ouvre bien des portes, cachent bien leur jeu. dispose en effet d’une armée
précisément de nos propres pieds dans le tapis de l’espace­ mais en ferme aussi ». On en est d’abeilles à sa botte talon aiguille
en roux, grimace descendants visiblement peu temps. Nous penchons, là.  Animaux en voie de disparition pour sauver le monde… 
tant qu’il peut satisfaits de l’état dans lequel avouons­le avec le doute et l’hu­ jacques mandelbaum Après une mission qui explose en clarisse fabre
nous avons laissé la planète, pèse milité requis, pour cette seconde vol, Vladimir se voit puni comme
et campe sur notre monde. Quatre person­ solution. Quelle stérile fureur Film américain de Christopher 007 : son chef maussade, le capi­ Film d’animation chinois et
un méchant qui nages principaux gravitent d’incidentes narratives, quelle Nolan. Avec John David taine Kotor (un mammouth), français de Guillaume Ivernel.
autour de cette vertigineuse intri­ trouble passion des apories, Washington, Robert Pattinson, l’envoie sur une plate­forme per­ Avec les voix de Davy Mourier,
ne fait pas peur gue. Le protagoniste principal quelle gloutonnerie de vaines so­ Kenneth Branagh, Elizabeth due en pleine mer. Sur l’immense Monsieur Poulpe, Aurélie Konaté,
à grand monde (John David Washington), dénué phistications ont donc saisi le ci­ Debicki, Michael Caine (2 h 30). vaisseau, Vladimir fait connais­ Karine Foviau (1 h 39).
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
16 | culture MERCREDI 26 AOÛT 2020

La guerre à hauteur d’enfant


 À VOIR

L E S   A U T R E S   F I L M S   D E   L A   S E M A I N E
Grand frère
Film chinois de Liang Ming (1 h 44).
Scénariste et acteur dans Nuit d’ivresse printanière (2009), du
cinéaste chinois Lou Ye, Liang Ming, né en 1984, signe un
Il manque à cette adaptation fidèle la voix qui faisait la force de son récit premier long­métrage en forme d’essai littéraire, à l’écriture
contemplative et nerveuse, dont les ellipses aiguisent l’intri­
gue qui se noue dans le nord­est glacial de la Chine. Gu Xi,
employée comme femme de chambre dans un hôtel, vit très
modestement avec son frère Gu Liang, pêcheur de métier.
PETIT PAYS Si âpre soit­il, ce quotidien est adouci par la relation tendre
qui lie le frère et la sœur – intensément incarnés par les
 comédiens Lu Celeste et Wu Xiaoliang. Lorsqu’une femme
coréenne, et fille d’un patron mafieux, entre dans la vie du

P
etit pays est probable­ grand frère, et qu’une marée noire compromet les activités de
ment la meilleure adap­ pêche, cette fragile harmonie se fissure. Un thriller mental,
tation cinématographi­ remarquablement filmé.  cl. f.
que qui pouvait être
faite du très beau roman du rap­  POURQUOI PAS
peur auteur­compositeur Gaël Pompéi
Faye (Grasset, Prix Goncourt des Film belge, canadien et français de John Shank
lycéens 2016). C’est tout à la fois et Anna Falguères (1 h 30).
son point fort et sa limite. De ce Dans un paysage âpre et désertique, Victor et Jimmy, deux
récit, évocation personnelle de la frères, vivent de petits larcins, fument des cigarettes, atten­
guerre civile qui a déchiré le dent dans la poussière et déterrent sous le sable d’étranges
Rwanda et le Burundi entre Hutu vestiges d’une civilisation perdue, entourés d’une bande
et Tutsi au début des années 1990, d’enfants qui fait figure de chœur antique. Pompéi puise abon­
il reste l’essentiel : l’enfance, l’Afri­ damment dans un imaginaire américain pour en extraire une
que, la violence. série de visions : grands espaces, chaleur écrasante, rebelles
Un jeune garçon, Gaby (Djibril sans cause, beauté de la marginalité. Un jour, une voiture
Vancoppenolle), voit son univers passe avec une fille à l’intérieur, Billie, adolescente instable et
exploser sous l’effet du divorce vite électrisée par le regard de Victor. Un jour elle revient, ils
de ses parents et de la guerre. Ef­ s’aiment. Pompéi fait du surplace et s’il revendique son
fondrement de la cellule fami­ erratisme, c’est au risque de paraître hors sol et de ne convo­
liale et carnage à coups de ma­ quer qu’un travail plastique et maniériste sécrétant des images
chette se conjuguent pour lui in­ trop lisses et qui peinent à vibrer. Dans son échec à nous faire
diquer son expulsion du paradis épouser son tempo et sa fièvre, Pompéi témoigne de cette
terrestre où les mangues se dé­ grande différence qu’il y a entre ouvrir un imaginaire
crochent des arbres. « Si tu veux et produire une imagerie.  m. jo.
vivre ici, tu dois choisir son
camp », lui lance un des amis avec À L’AFFICHE ÉGALEMENT
lesquels il se réfugie dans un Les Nouveaux Mutants
Combi VW déglingué pour pro­ Film américain de Josh Boone (1 h 33).
téger ce qui leur reste d’insou­ Gaby (Djibril Vancoppenolle) et son père (Jean­Paul Rouve) s’apprêtent à fuir le Burundi. PATHÉ Une barque sur l’océan
ciance. Gaby ne veut pas choisir. Film français d’Arnold de Parscau (1 h 35).

Une affaire de nez rundi ne subsistait que ses consé­ Cependant, les films de fiction
Eric Barbier (réalisateur de La Pro­ quences tragiques sur les âmes,
De cette retraçant ce génocide et ses
messe de l’aube, en 2017) parvient dont celle d’Yvonne, littéralement évocation de la conséquences incommensura­ LES MEILLEURES ENTRÉES EN FRANCE
à tisser une trame de ces deux fils. anéantie par l’horreur dont elle a bles sont suffisamment rares
Michel (Jean­Paul Rouve) est un été témoin. Plus suggérée qu’ex­
guerre civile entre pour éviter de chercher des poux Nombre
Evolution
par rapport Total
père de famille débordé de tous posée, la guerre restait lointaine : Hutu et Tutsi, dans la tête de celui­ci. Tout de semaines Nombre Nombre à la semaine depuis
côtés par la gestion de son entre­ un cadavre ici ou là, l’obligation de comme ceux qui montrent l’Afri­ d’exploitation d’entrées (1) d’écrans précédente la sortie
prise de construction, sa double rester chez soi, un flash sur RFI, la
il reste l’essentiel : que dans toute sa complexité. Il y
vie sentimentale et le soin qu’il tension qui monte imperceptible­ l’enfance, l’Afrique, a des moments sinon de grâce,
Les Blagues de Toto 3 142 920 600 ↓ – 26 % 611 555
prend de ses deux enfants. Sa vi­ ment entre des gens qui jus­ du moins de vérité dans ce long­ Enragé 1 116 355 269 116 355
sion de l’Afrique est plutôt baba qu’alors avaient parfaitement co­
la violence métrage. La recherche de la bicy­ Belle-Fille 1 108 785 472 108 785
cool, éloignée de celle du colon habité, jusque dans le Combi. clette BMX volée à Gaby à travers
moyen, même s’il peine à s’inté­ Pour le réalisateur, le dilemme les villages et les chemins de laté­ Greenland… 3 77 321 637 ↓ – 37 % 428 895
resser à ce qui fonde la haine en­ était donc le suivant : devait­il lui Pourtant, il manque à ce long­ rite permet, en quelques minu­ Bigfoot Family 3 50 066 607 ↓ – 18 % 216 900
tre les belligérants, renvoyant aussi faire le choix de cette mise à métrage une part essentielle du tes, d’anticiper cette tension qui
l’origine de leur querelle à une af­ distance de la violence ou la mon­ livre de Gaël Faye. Sa voix singu­ bientôt va tout emporter. De
Yakari 2 47 893 543 ↓ – 21 % 130 337
faire de nez que les un auraient trer ? En filmant un char à travers lière, son flow, comme disent les Protée, Pacifique, Godefroy, Jean­ The Rental 1 33 860 274 33 860
plus long et effilé que les autres. Il l’interstice d’un mur ou le ventre rappeurs. Récit à la première per­ Bosco, Mathias, il ne restera bien­ T’as pécho ? 4 28 979 401 ↓ – 41 % 273 613
se plaît au Burundi ; son épouse d’un hélicoptère survolant la sonne, il ficelait naturellement le tôt que des noms. Même pas une
rwandaise, Yvonne (Isabelle Ka­ maison familiale dans la nuit, il lecteur au destin de son héros. sépulture.  Scooby ! 7 27 501 435 ↓ – 25 % 703 518
bano), à la fois lasse et frivole, s’y choisit une forme d’évitement. Devenu un film, et bien que l’ac­ philippe ridet Mignonnes 1 27 254 164 27 254
sent comme « une réfugiée ». En revanche, il affronte la vio­ tion semble être racontée par
Dans son récit, l’auteur avait fait lence paroxystique de la fin et Gaby, de tous les plans, cette voix Film français d’Eric Barbier.
AP : Avant­première * Estimation
le choix d’une forme de litote. Du l’obligation pour le jeune héros de précise et poétique fait défaut et Avec Jean­Paul Rouve, Isabelle Source : « Ecran total » Période du 19 au 23 août inclus
déchaînement de violence inte­ prendre parti dans un conflit. prive l’œuvre d’un ton et d’un vé­ Kabano, Djibril Vancoppenolle,
rethnique au Rwanda et au Bu­ Contrat largement rempli. ritable point de vue. Dalya de Medina (1 h 52).
En attendant Tenet, de Christopher Nolan, le film censé « sauver » les
salles, Les Blagues de Toto, de Pascal Bourdiaux, reste sur la première
marche du podium, avec plus de 140 000 spectateurs en troisième se­
maine d’exploitation, tandis que deux nouveaux venus se hissent

Des retraités romains en quête d’une nouvelle vie dans le trio de tête : L’Enragé, de Derrick Borte, un film à suspense
américain avec des scènes de violence à répétition (interdit aux moins
de 12 ans avec avertissement), puis Belle­Fille, de Méliane Marcaggi, co­
Cette fable légère, merveilleusement interprétée, a le mérite de rendre la vieillesse visible médie française avec Alexandra Lamy et Miou­Miou. Notons aussi la
percée d’un autre blockbuster d’épouvante américain, The Rental, de
Dave Franco, à la septième place, et le classement, en dixième posi­
motte de beurre sur la plage d’Os­ ne pourrait pas trouver un lieu rides, de leurs poches sous les tion, de Mignonnes, film français de Maimouna Doucouré. Rétrogradé,
CITOYENS DU MONDE tie. Une fois payée l’ardoise du plus proche ? Comme ça, si ça ne yeux, de leur corps flasque, des Tout simplement noir, de Jean­Pascal Zadi, continue tout de même
 bar, quelques gratta­vinci (jeux à nous plaît pas, on peut revenir », désirs qui les tenaillent. d’enregistrer 20 000 entrées supplémentaires. Enfin, parmi les autres
gratter), le loyer et les impôts, il veut croire Giorgetti qui n’a ja­ Mais l’exode des retraités vers films français qui résistent plutôt bien, citons Terrible jungle, de Hugo

T ous les chemins mènent à


Rome mais bien peu per­
mettent d’en sortir. Le pro­
fesseur qui a enseigné le latin et
le grec toute sa vie au Liceo Clas­
ne reste rien. On dit, dans la ville,
que certains s’en sortent bien
à Saint­Domingue. Le cousin de
l’oncle de la marchande de tabac,
par exemple… Après avoir fait
mais passé les limites de l’ancien
mur d’Aurélien qui tient la ville.
Citoyens du monde est une fable
italienne (voire romaine) mer­
veilleusement interprétée par En­
des destinations fiscalement
plus supportables n’est qu’une
facette d’un problème bien plus
grave : le lent mais certain dépeu­
plement de la Péninsule. Selon
Benamozig et David Caviglioli, et le dernier François Ozon, Eté 85.

CINÉMA 11 au 21 février 2021, se


sico, Giorgetto qui n’a pas fait faire une étude de marché fondée nio Fantastichini, Giorgio Colan­ une étude de l’institut italien de La Berlinale ne veut tiendrait « physiquement »,
grand­chose et Attilio, brocanteur sur la qualité de la démocratie et geli et Gianni Di Gregorio, égale­ la statistique Istat de 2019, le pays plus séparer les prix malgré la pandémie
qui porte des chemises à fleurs du système de soin, les règles fis­ ment réalisateur. Déjà auteur a, en cinq ans, perdu un demi­ d’interprétation par sexe de Covid­19. – (AFP.)
et roule en Triumph Bonneville cales et le prix de la bière en bou­ en 2008 du Déjeuner du 15 août, million d’habitants, « entraînant La Berlinale, l’un des princi­
1965, ont, à 70 ans, des envies teille, les trois amis décident de qui s’attachait à décrire la soli­ un vieillissement démographique paux festivals de cinéma au Timide redémarrage
d’ailleurs. Célibataires, ils n’ont mettre le cap vers les Açores. Il tude de quatre vieilles dames accentué », dont le film est l’illus­ monde, ne récompensera des salles aux Etats-Unis
d’attaches que leur quartier : faut alors retirer ses économies dans une Rome plombée de cha­ tration légère mais implacable. désormais plus les acteurs Les Etats­Unis ont connu leur
Trastevere pour les deux pre­ de la banque, trouver un place­ leur, ce dernier a eu l’idée de son Faute de naissances et de nou­ séparément selon leur sexe, a premier vrai week­end de
miers, Tor Tre Teste, en périphé­ ment pour le chien et se deman­ film au cours d’une conversation veaux arrivants en mesure de annoncé sa direction, lundi redémarrage des projections
rie, pour le troisième. der si ça vaut vraiment le coup… avec Matteo Garrone (Gomorra) compenser le faible taux de nata­ 24 août. A partir de l’année en salle, avec l’entrée en jeu
« Envie » serait trop dire. A dire Partir n’est pas si facile. Les côte­ pour qui il fut scénariste. lité, l’Italie se vide comme une prochaine, des récompenses des poids lourds AMC et
vrai, ils ne sont pas si mal. Leur ac­ lettes panées, la porchetta (porc baignoire qui fuit. Citoyens du d’Ours d’argent seront décer­ Regal, mais les spectateurs
cent romain à couper au couteau, au fenouil), le guanciale (lard de Illustration implacable monde est aussi un film à thèse. nées pour les meilleures per­ ne sont revenus que timide­
le nombre de « haho » dont ils joue de cochon), la pastèque cro­ Le sort des retraités italiens n’a A leur manière douce, ironique formances dans un rôle prin­ ment. Lors de ce premier
ponctuent leur conversation, leur quée à pleines dents n’ont jamais rien à envier à celui de leurs équi­ et craintive, les trois amis sur le cipal et secondaire, au lieu week­end test, dans un
ironie, cette faiblesse de croire semblé aussi délicieux. Rome n’a valents européens, loin de là. départ participent, contre leur des « meilleure actrice » et nombre de salles réduit,
qu’ils sont descendants des pre­ jamais paru aussi grande. Et dire Nombreux sont ceux qui ne vi­ gré, à ce dépeuplement en cours. « meilleur acteur ». « Ne plus le box­office au Canada et
miers empereurs, leur immense qu’aucun n’a jamais mis les pieds vent que du minimum vieillesse Réussiront­ils à mener à bien leur séparer les prix en fonction du aux Etats­Unis a dépassé,
culture et leur tranquille igno­ à Terracine, station balnéaire au (500 euros par mois environ). Un périple ? Franchiront­ils les limi­ sexe des acteurs est un signal pour la première fois depuis
rance désignent leur apparte­ sud de la capitale qu’une heure de film de vieux ? Oui, incontesta­ tes de l’Urbs ? Finalement, on pour une prise de conscience le 15 mars, les 5 millions de
nance à cette ville où, depuis train suffit à rejoindre. blement. Tout le mérite de ce aimerait qu’ils échouent.  plus équitable des genres dans dollars de recettes, selon
deux mille ans au moins, rien ne Abou, jeune migrant malien long­métrage est de rendre la ph. r. l’industrie du cinéma », ont Box Office Mojo, à 6,6 mil­
marche vraiment mais tout fonc­ qui croise leur route à plusieurs vieillesse visible. Cette vieillesse expliqué les deux directeurs lions. En temps ordinaire, les
tionne. Alors pourquoi partir ? reprises, pourrait le leur rappe­ d’anciens jeunes qui avaient Film italien de Gianni du festival, Mariette ventes de billets ne descen­
Par nécessité. Ils n’y arrivent ler au besoin : tout départ, même 20 ans en 1968 et qui en ont gardé Di Gregorio. Avec Gianni Rissenbeek et Carlo Chatrian. dent que rarement au des­
plus. A peine encaissée, leur pour des raisons de vie ou de l’esprit. Lucides et entreprenants. Di Gregorio, Ennio Fantastichini, Les organisateurs ont assuré sous des 100 millions de dol­
maigre retraite fond comme une mort, est un arrachement. « On La caméra ne cache rien de leurs Giorgio Colangeli (1 h 32). que la prochaine édition, du lars sur un week­end. – (AFP.)
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020 culture | 17

RÉTROSPECTIVE Vivre sa vie comme


D
evant le cruel dilemme
que fait peser la crise
sanitaire sur l’été des
événements culturels,
une cérémonie de thé
le festival Il Cinema ritrovato (« le Le film de Tatsushi Omori donne à voir avec
cinéma retrouvé ») à Bologne, en
Italie, qui d’ordinaire débute fin grâce la transmission de gestes ancestraux
juin, a déplacé sa 34e édition à
l’autre bout de la saison, du 25 au
31 août. Célébrant l’histoire du ci­
néma à travers l’actualité des Henry DANS UN JARDIN Sur le visage
restaurations et les trouvailles Fonda de la comédienne
des cinémathèques mondiales, la dans « Que QU’ON DIRAIT ÉTERNEL
manifestation affiche un pro­ le meilleur  se lisent
gramme foisonnant. Une profu­ l’emporte » magnifiquement
sion d’œuvres exhumées et resti­
tuées dans leur lustre d’origine,
où perce cette année une lueur
intense, celle du regard bleu acier
d’Henry Fonda (1905­1982).
(1964), de
Franklin J.
Schaffner.
COLLECTION
PARTICULIÈRE
I l y a quelque chose du poéti­
que Paterson (2016) de Jim
Jarmusch dans le long­mé­
trage de sagesse que nous livre le
cinéaste japonais Tatsushi Omori
les micro-
changements de
son personnage
Le festival consacre à l’acteur (né en 1970), Dans un jardin qu’on
américain, inoubliable interprète dirait éternel – son premier film
des Raisins de la colère (1940) ou qui sort en salle en France. Ici, qui s’avère non pas la plus douée,
de L’Etrange Incident (1943), une point de chauffeur de bus et ama­ mais la plus attentive et assidue.
rétrospective en douze films, teur de haïkus (Adam Driver), D’autres femmes vont quitter
coiffée d’un titre malicieux à l’ap­ mais une dame qui enseigne l’art l’enseignement lorsqu’elles se ma­
proche des élections américaines du thé comme une philosophie rient, font des enfants ou se font
(« Henry Fonda for President ») de la vie, Mme Takeda, incarnée par muter ailleurs. Noriko, elle, per­
– d’autant plus quand on connaît l’inoubliable Kirin Kiki, icône du siste tout en prenant le temps de
les sympathies démocrates que cinéma japonais morte en 2018 à faire ses choix. Alternant scènes
celui­ci affichait.

Pilier de l’âge d’or hollywoodien


Henry Fonda, dont la carrière à
Le festival de Bologne l’âge de 75 ans, muse de Naomi
Kawase et de Hirokazu Kore­eda.
L’actrice au regard facétieux fait
sa dernière apparition au cinéma
d’intérieur dans le pavillon de thé
et scènes d’extérieur durant les­
quelles Noriko vit ses premières
expériences, celles d’une femme

célèbre Henry Fonda


l’écran traverse près de cinq dé­ dans le rôle d’une « maîtresse de renonçant au mariage, menant sa
cennies (des années 1930 aux an­ thé », maniant le bol en cérami­ vie amoureuse librement, conti­
nées 1970), fut l’un des piliers de que et le petit fouet pour le mat­ nuant de visiter ses parents
l’âge d’or hollywoodien, l’un de cha devant ses apprenties éba­ vieillissants, etc., Tatsushi Omori
ces modèles presque parfaits que hies. Pour un peu, la bienveillance filme le fragile devenir d’une per­
le système des studios sut faire La manifestation italienne, consacrée au film et la puissance de son personnage sonne sur plus de vingt ans.
émerger, comme une incarna­ la feraient passer pour un alter Plus qu’un film gracieux, Dans
tion à la fois réelle et idéale du restauré, revient sur la carrière de l’acteur américain ego féminin de maître Yoda dans un jardin qu’on dirait éternel ren­
peuple américain, c’est­à­dire Star Wars… L’art du thé, c’est toute voie à l’acte de création, celui par
aussi bien de l’homme de la rue une aventure. lequel la maîtresse de thé trans­
que des plus hautes potentialités met son art à ses élèves et insuffle
démocratiques. Dans Douze hommes en colère raciaux conduiront à prendre de Une certaine poésie le mouvement. Métronomique et
Sa présence à l’écran, prisée par
Le comédien est (1957), film de procès de Sidney mauvaises décisions, menant sa Un matin, dans sa maison tradi­ chorégraphique, le film donne à
les plus grands réalisateurs (John l’incarnation aussi Lumet, il se retrouve cette fois de garnison au désastre. tionnelle à Yokohama, Mme Takeda voir la répétition des gestes et leur
Ford, Fritz Lang, William Well­ l’autre côté du prétoire : dans la La suite de sa carrière confir­ aux cheveux d’argent reçoit la vi­ infime variation au fil des saisons,
man, King Vidor, Alfred Hitch­
bien de l’homme peau d’un juré qu’un doute rai­ mera Fonda dans sa capacité à en­ site de deux étudiantes désireuses car on n’effectue pas le même ri­
cock, Sidney Lumet), était en elle­ de la rue que sonnable empêche de céder dosser des rôles explicitement de s’initier, Noriko (Haru Kuroki) tuel au printemps et à l’automne.
même tout un poème : une haute aux évidences et de conclure la politiques, où l’intégrité intrinsè­ et sa cousine Michiko (Mikako Dans son éternel recommence­
taille qui défiait toute verticalité,
des plus hautes condamnation à mort d’un ac­ que de son personnage le dispute Tabe). La première ne sait trop ment, la cérémonie du thé s’appa­
une agilité de jeu tout en retenue, potentialités cusé. A chaque fois, le comédien aux errements et avanies du pou­ quoi faire de sa vie et se projette rente à une leçon d’humilité en
une voix d’une douceur envelop­ se charge d’être le grain de sable voir : en président des Etats­Unis vaguement dans l’édition, sans même temps qu’à une perpé­
pante, un visage aux lignes
démocratiques qui grippe la machine institution­ confronté à une grave crise nu­ grandes illusions ; la seconde se tuelle mise au point sur le temps
contrariées, le tout exhaussé par nelle, expose ses imperfections, cléaire dans Point Limite (1964), rêve dans l’import­export, décou­ qui passe. Sur le visage de la comé­
un regard d’une clarté surréelle. rappelle à la faillibilité d’une jus­ de Sidney Lumet, ou en secrétaire vrant le monde et sautant d’un dienne Haru Kuroki se lisent ma­
S’il est vrai que tout grand ac­ prète en bête traquée, de plus en tice rendue par les hommes. d’Etat pressenti mais soup­ avion à l’autre. C’est autour de ces gnifiquement les microchange­
teur construit une œuvre à tra­ plus acculée au crime, que la so­ çonné de sympathies communis­ trois femmes que se noue le scéna­ ments de son personnage : Noriko
vers ses rôles, ceux d’Henry ciété veut absolument voir en lui. Incarner ou dévoyer la loi tes dans Tempête à Washington rio, inspiré de l’ouvrage de Noriko n’est jamais tout à fait la même
Fonda, qui fit ses débuts sur les Le motif de l’erreur judiciaire le Les huit films que le comédien a (1962), d’Otto Preminger. Morishita, La Cérémonie du thé ou que celle qu’elle était la veille. Et
plateaux en 1935 sous les auspices poursuit jusqu’au Faux coupable tournés avec John Ford entre 1939 Ici ou là, le regard tantôt éperdu, comment j’ai appris à vivre le c’est peut­être pour cette raison
du « New Deal » et du cinéma roo­ (1956), l’un des films les plus secs et 1962 ne l’exempteront pas plus tantôt inflexible du comédien, moment présent (Marabout, 2019). qu’elle se sent commencer à vivre.
seveltien, eurent toujours à voir et cliniques d’Alfred Hitchcock. de la question de la loi, qu’il toujours fascinant, est le dernier Ce titre qui fleure le manuel d’épa­ Quand les mains de Noriko se
avec la notion de justice, à la­ L’acteur y interprète un humble s’agisse de l’incarner ou de la dé­ rempart d’un droit qui semble de nouissement personnel pouvait mettent à bouger toutes seules,
quelle ses personnages étaient père de famille arrêté pour sa voyer. Dans le magnifique Vers sa plus en plus déserter les desti­ laisser craindre une adaptation un pliant virtuosement le carré de
souvent confrontés, et dont son ressemblance avec un braqueur destinée (1939), il prête vie, avec un nées humaines, individuelles ou peu prévisible sur la quête de la serviette, plongeant la louche au
jeu s’est imprégné des plus pro­ récidiviste et jeté contre son gré mimétisme éblouissant, à la fi­ collectives. On a beau dire que la zénitude. fond de la bouilloire d’un geste ca­
fondes contradictions. dans une machine judiciaire im­ gure d’Abraham Lincoln faisant justice est aveugle : elle trouve Tel n’est pas le projet de Tatsushi libré, l’héroïne quitte enfin le
Dès J’ai le droit de vivre (1937), de placable, qui menace de l’englou­ ses débuts d’avocat, amené à pren­ dans le regard d’Henry Fonda son Omori, qui s’attache tout particu­ stade laborieux de l’apprentissage
Fritz Lang, Fonda joue un repris tir. Fonda oppose aux grandes dre la défense de deux hommes témoin le plus intransigeant et lièrement à brosser le portrait de par cœur pour le plaisir pur de la
de justice que les préjugés so­ effusions de l’innocence bafouée injustement accusés de meurtre. son reflet le plus pur.  Noriko, et de son indécision. Ne se pratique. Elle ne fait plus « à la ma­
ciaux empêchent de se réinsérer, un minimalisme incroyable­ Dans Le Massacre de Fort Apa­ mathieu macheret décidant à embrasser aucune car­ nière de », elle fait à sa façon. 
sa réputation lui collant à la peau. ment culotté, composant un per­ che (1948), il interprète au rière du monde dit moderne, la clarisse fabre
Le comédien aurait facilement pu sonnage pétrifié, figé en lui­ contraire une figure tyrannique : Rétrospective « Henry Fonda jeune fille va trouver dans ce ri­
faire du héros une victime univo­ même et comme incapable de se celle d’un lieutenant­colonel dé­ for President », du 25 au 31 août, tuel du thé un lieu pour accéder à Film japonais de Tatsushi
que, mais lui accorde néanmoins défendre – ce qui rend la situa­ pêché dans un bastion en diffi­ au Festival Il Cinema Ritrovato une certaine poésie de la vie. De Omori. Avec Kirin Kiki, Haru
le bénéfice de l’âpreté et l’inter­ tion d’autant plus angoissante. culté, que ses préjugés sociaux et de Bologne (Italie). toutes les élèves, Noriko est celle Kuroki, Mikako Tabe (1 h 40).

Sa caméra se bloque, et Georges Méliès découvre le trucage


ACCIDENTS CRÉATIFS 2|6 En 1896, place de l’Opéra, à Paris, le cinéaste et illusionniste français réalise le premier effet spécial de l’histoire du cinéma

L e 28 décembre 1895, quand


s’achève au Grand Café du
boulevard des Capucines à
Paris la première représentation
publique du Cinématographe
La première est celle qu’il passe,
de 1968 à 1879, au lycée Michelet, à
Vanves où, dès l’âge de 7 ans, il se
fait particulièrement remarquer
– et punir – pour les dessins, por­
niste David Devant. Il croit son
avenir tracé : il rentre à Paris, avec
la ferme intention de se former à
tous les secrets de la magie. Il y
travaille d’arrache­pied, apprend,
Georges Méliès
voit l’omnibus
soudain changé
C’est place de l’Opéra à Paris,
en 1896, que se produit ce hasard.
Méliès s’y trouve alors pour réali­
ser quelques vues de plein air. Il a
commencé à filmer quand sou­
bilités qu’il met immédiatement
à profit.
Méliès exécute, grâce à ce pro­
cédé, ses premières métamor­
phoses et disparitions subites de
des frères Auguste et Louis Lu­ traits, caricatures, paysages et scè­ observe, met au point et perfec­ en corbillard dain se bloque l’appareil dont il personnages. Il réalise ses pre­
mière, les spectateurs sont en dé­ nes fantaisistes dont il couvre ses tionne des « trucs », commence à se sert depuis ses débuts. Une mi­ mières féeries (Le Manoir du dia­
lire. Présent dans la salle, Geor­ cahiers de latin et de littérature. se produire lui­même dans quel­
et des hommes nute s’écoule avant que ne soit re­ ble, Le Diable au couvent,
ges Méliès ne fait pas exception. Méliès aime « griffonner », ne s’en ques cafés. En 1888, il est un jeune changés lancée la pellicule. Une minute Cendrillon…). Apparaissent alors
Ebloui par ce qu’il vient de voir prive pas et souhaite, dès son ser­ homme de 26 ans « tourmenté – durant laquelle les passants et sur les écrans les trucs de têtes
(L’Arrivée d’un train en gare de La vice militaire terminé, intégrer les par le démon de l’invention »
en femmes les véhicules ont changé de coupées (L’Homme à la tête en
Ciotat, Bébé mange sa soupe, L’Ar­ Beaux­Arts. C’est hélas ignorer la quand il rachète le théâtre d’illu­ place – dont Méliès est loin caoutchouc, 1901), de dédouble­
roseur arrosé…), il ne perd pas volonté du père, grand industriel sions parisien Robert­Houdin d’imaginer la portée. ment ou de multiplication de
une minute et, dès la fin de la de la chaussure, qui oblige son fils dont il a été un fervent specta­ servira pour dessiner les décors, Laquelle ne lui échappera pas personnages (L’Homme­orches­
séance, propose 10 000 francs à à entrer dans l’entreprise fami­ teur. Il va y créer ses propres spec­ celui de mécanicien, pour fabri­ lorsque, un peu plus tard, en pro­ tre, 1900s). Plus rien n’arrêtera
Antoine Lumière, le père, pour liale. Le jeune Méliès apprend à ré­ tacles de prestidigitation. quer ses premières caméras, et jetant la bande ressoudée au Méliès qui, en dix­sept ans d’acti­
l’acquisition d’un de ses appa­ parer et perfectionner les machi­ celui de prestidigitateur pour in­ point où s’était produite la rup­ vité dans le cinéma, usera de tous
reils qui a permis ce petit mira­ nes, devient en quelques années Coup du destin venter de nouveaux procédés. ture, il voit l’omnibus Madeleine­ les trucs (arrêts, fondus, caches…)
cle. Il refuse. Méliès ne se dé­ un mécanicien accompli. Au moment où il découvre la Sur ce dernier point, cependant, Bastille soudain changé en cor­ et ficelles du métier pour épater,
monte pas. Il fabriquera lui­ Lors d’un séjour à Londres, où il projection des frères Lumière, en Méliès ignore encore qu’il va bé­ billard et des hommes changés surprendre et emmener les spec­
même le sien. Car il n’en doute s’est rendu pour perfectionner ce jour de décembre 1895, Méliès néficier d’un coup du destin qui en femmes. Le jeune débutant tateurs dans la Lune. 
plus : le cinéma, auquel il consa­ son anglais, Georges Méliès se s’emballe soudain, conscient que contribuera à le hisser au rang sait qu’il détient là un trésor. Le véronique cauhapé
crera désormais le reste de sa vie, met à fréquenter assidûment le cet art va lui permettre d’utiliser d’une des figures les plus excep­ « truc par substitution » ou « truc
est ce vers quoi l’a dirigé chaque théâtre de l’Egyptian Hall, dont la toutes ses connaissances acqui­ tionnelles et inventives des pre­ à arrêt » qui vient de lui être ré­ Prochain article Le « sillon
étape de sa jeune existence. vedette est le célèbre illusion­ ses. Son talent de dessinateur lui miers temps du cinéma. vélé lui ouvre un champ de possi­ fermé » de Pierre Schaeffer
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

18 | télévision 0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020

Ecouter lire Keylia, Manaé, Lou… et croire en l’avenir VOTRE


SOIRÉE
TÉLÉ
Douze lycéens et collégiens sont les premiers finalistes du concours de lecture à haute voix de « La Grande Librairie »

FRANCE 5 des contraintes sanitaires. Dans la


MERCREDI 26 - 20 H 50 salle, les professeurs accompa­ M E RC R E D I   2 6   AOÛ T
ÉMISSION LITTÉRAIRE gnants. Sur scène, les douze fina­
listes lisent de nouveaux extraits, TF1

L
es jeunes ne lisent pas… », différents de ceux présentés lors 21.05 The Resident
entend­on souvent dans des sélections. Ils seront départa­ Série. Avec Matt Czuchry,
les médias ou les repas de gés par un jury composé de la co­ Emily VanCamp (EU, 2019).
famille. Vraiment ? La pre­ médienne Isabelle Carré, d’Eric­ 22.50 Chicago Med
mière finale de lecture à haute Emmanuel Schmitt, de Cécile Cou­ Série. Avec Nick Gehlfuss,
voix présentée mercredi par Fran­ lon et d’Alain Mabanckou. Yaya DaCosta (EU, 2019).
çois Busnel, dans une « Grande Li­ Des invités surprises sont an­
brairie » d’exception, devrait faire noncés. D’autres (les comédiens France 2
évoluer bien des jugements : sur Naidra Ayadi, Pierre Arditi et Loïc 21.05 Nina
les centres d’intérêt des jeunes, Corbery) font une apparition dans Série. Avec Annelise Hesme (Fr., 2017).
au­delà des six collégiens et six ly­ une vidéo pleine d’humour dans 23.40 Nina
céens finalistes ; sur leurs capaci­ laquelle ils livrent leurs « conseils Série. Avec Annelise Hesme (Fr., 2017).
tés à aborder des auteurs dits « dif­ de lecture à voix haute ».
ficiles » ; sur leur niveau ; sur les François Sans rien déflorer de la soirée France 3
enseignants, également. Une pi­ Busnel mais pour se faire une idée, les vi­ 21.05 Des racines et des ailes
qûre de rappel réjouissante à une et Manaé, déos des six collégiens et six ly­ Magazine présenté
semaine de la rentrée scolaire. l’une céens finalistes, qui ont servi lors par Carole Gaessler.
Le producteur et animateur de des six des sélections, sont disponibles Mon village en Aveyron
l’émission littéraire hebdoma­ finalistes sur Lumni.fr. Les thèmes abordés 23.05 Conversation dans
daire de France 5 a eu l’idée de ce collégiens. peuvent être difficiles – peine de le désert avec Pierre Michon
concours en 2019. « Mais je ne N. GUYON/ mort, camps d’extermination, Documentaire de Sylvie Blum
voulais pas que ce soit simplement FRANCE 5 femmes battues. Sur la forme, (Fr., 2020, 2 × 55 min).
une émission », explique­t­il. Il « certains sont dans le stand­up,
souhaitait faire participer les en­ d’autres dans l’esprit Fabrice Canal+
seignants, parce qu’« on a tous en “30 000 jeunes, c’est bien.” On a eu Marie Darrieussecq (Prix Médi­ étaient accros. Une demi­journée Luchini ; d’autres encore peuvent 21.05 Yves
tête un prof qui a changé notre plus de 140 000 inscrits », de la 6e à cis 2013), Leïla Slimani (Goncourt dans une classe de 3e avec un Prix se mesurer à la Comédie­Fran­ Film de Benoît Forgeard.
vie ». Il s’adresse donc au ministre la terminale. Mais pas un cen­ 2016), Eric­Emmanuel Schmitt Goncourt, cela peut créer des voca­ çaise ! », assure François Busnel. Avec William Lebghil, Dora Tillier
de l’éducation, Jean­Michel Blan­ time de budget. Les professeurs (Goncourt de la nouvelle 2010) ou tions ! », souligne François Busnel. Un dernier conseil ? « Ne cher­ (Fr., 2019, 107 min).
quer, « un doux utopiste dont l’am­ prendront donc une heure cha­ Jean­Christophe Rufin (Goncourt chez ni à plaire ni à vaincre : sur­ 22.50 Victor et Célia
bition est de faire de ce pays une que semaine sur leurs cours pour du premier roman 1997, Goncourt Invités surprises prenez­nous ! »  Film de Pierre Jolivet.
nation de lecteurs et non seule­ « coacher » les élèves et les faire 2001) acceptent ainsi de se rendre Les éliminatoires finies de justesse catherine pacary Avec Arthur Dupont, Alice Belaïdi
ment d’électeurs : si vous lisez, lire « librement » ce qu’ils veulent, dans les établissements scolaires avant le confinement, la finale de­ (Fr.-Bel., 2019, 90 min).
vous n’êtes plus manipulable ! » une des rares exigences de Fran­ pour animer des rencontres, vra, elle, être reportée. L’émission Si on lisait à voix haute !,
Le ministre approuve. L’opéra­ çois Busnel. En parallèle, celui­ci bénévolement. « On a commencé a été enregistrée le 21 août à Paris, émission présentée par François France 5
tion est lancée. « On s’était dit : fait jouer ses contacts. en septembre [2019]. Les jeunes au studio Gabriel, dans le respect Busnel (Fr., 2020, 120 min). 20.50 Si on lisait à voix haute
Magazine présenté
par François Busnel.
23.00 C dans l’air
Magazine présenté

Le frigo­robot, un ami qui vous veut du bien par Caroline Roux.

Arte
Dans le quatrième long­métrage de Benoît Forgeard, un réfrigérateur intelligent fait irruption dans la vie d’un rappeur 20.55 Un beau soleil intérieur
Film de Claire Denis. Avec Juliette
Binoche, Xavier Beauvois
(Fr., 2017, 95 min).
CANAL+ accepte de tester un frigo intelli­ quo, du vaudeville, en même marche l’animait dans son précé­ Le film séduit par ses inventions 22.30 Quand l’imam
MERCREDI 26 – 21 H 05 gent, le « fribot », qu’une char­ temps qu’il livre une réflexion sur dent film, Gaz de France (2016), scéniques, l’intelligence des dialo­ est une femme
FILM mante chef de produit, étrange­ les nouvelles technologies et sur une plongée visionnaire dans le gues et la folie douce des acteurs. Documentaire de Marie Skovgaard
ment prénommée So (Doria la tyrannie de la célébrité. cabinet d’un président de la Ré­ Le frigo, héros du film, loin (Dan., 2019, 60 min).

F ini les pense­bête sur le


« frigo » : dans Yves, de
Benoît Forgeard, le réfrigé­
rateur parle, commande les cour­
ses et se mêle des histoires de son
Tillier), vient lui livrer un beau
matin. L’artiste y voit une solu­
tion à ses fins de mois, car les cour­
ses lui seront livrées gratuite­
ment. Mais Yves fait du zèle, prend
Intelligence des dialogues
La marque de fabrique de Benoît
Forgeard tient dans son aptitude
à mêler, dans ses scénarios, le
publique au plus bas dans les
sondages (Philippe Katerine).
Réussir sa vie (2012), son pre­
mier « long », était, quant à lui, un
éclat de rire nerveux sur l’entre­
d’éclipser les comédiens, les ma­
gnifie. Il faut voir William Lebghil
faire un battle contre Yves ou
s’énerver contre cet ami trop in­
telligent : « Je préfère être dans la
M6
21.05 Les Aventuriers
de l’Arche perdue
Film de Steven Spielberg.
propriétaire. Nous voici plongés des initiatives en faisant tourner réel de la société et son imagi­ prise qui impose sa loi, achète lose toute ma vie que de devoir Avec Harrison Ford, Karen Allen
dans un futur proche où les pro­ ses algorithmes (Antoine Gouy lui naire débordant : profond et lé­ tout, à commencer par la préca­ mon succès à un frigo… »  (EU, 1981, 135 min).
duits électroménagers sont des prête sa voix doucereuse). ger, agitateur de comédies, For­ rité des artistes. Yves prolonge clarisse fabre 23.20 Coast Guards
personnages à part entière. L’ami qui veut du bien va semer geard pourrait être un sociolo­ cette critique du capitalisme Film d’Andrew Davis.
Dans ce quatrième long­mé­ la zizanie : de bug professionnel gue qui juge plus utile de monter comptable, où le succès d’une Yves, de Benoît Forgeard. Avec Kevin Costner,
trage de Benoît Forgeard, Jérem, en dispute amoureuse, le scénario une performance dadaïste que œuvre musicale se mesure au Avec William Lebghil, Doria Tillier Ashton Kutcher
un rappeur en mal d’inspiration, puise dans les ressorts du quipro­ de rédiger sa thèse. La même dé­ nombre de « vues » sur Internet. (Fr., 2019, 107 min). (EU, 2006, 155 min).

0123 est édité par la Société éditrice


HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société :

I. Ne laissât aucune chance de survie.


SUDOKU 99 ans à compter du 15 décembre 2000.
Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 20 - 198 II. Agréable au palais, dangereuse N° 20­198 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
PAR PHILIPPE DUPUIS pour la couronne. Aux bouts du la- 8 4 7 6 2 1 9 3 5 Rédaction 67-69, avenue Pierre-Mendès-France,
9 1 3 5 8 4 6 7 2 75013 Paris. Tél. : 01-57-28-20-00
voir. III. Veille sur les jeunes Espa- 5 2 6 7 3 9 8 1 4
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Abonnements par téléphone au 03 28 25 71 71
gnoles. Très souvent employé. IV. Ac- 3 1 7 9 8 3 5 2 4 6 1
(prix d’un appel local) de 9 heures à 18 heures.
I
cord du Sud. Ont longtemps mis leur 3 6 4 9 1 7 2 5 8
Depuis l’étranger au : 00 33 3 28 25 71 71.
nez partout. Mesures de la Grèce an- 6 9 1 5 2 8 4 6 3 9 7 Par courrier électronique :
2 7 5 4 6 3 1 8 9 abojournalpapier@lemonde.fr.
II tique. V. Maman des grands dieux de 4 3 9 1 7 8 5 2 6 Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
l’Olympe. Peut sauver en cas de crise.
8 5 6 8 1 2 9 5 7 4 3
Courrier des lecteurs
III
Alimente le bétail. VI. La huitième 6 8 7 5 Par courrier électronique :
Facile courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
reste à trouver. Négation. VII. Peuple
IV Complétez toute la
des îles Salomon. Les autres chez 9 2 4
grille avec des chiffres
Médiateur : mediateur@lemonde.fr

V Jean-Paul. VIII. Conjonction. Qui allant de 1 à 9. Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;


pourrait causer de gros dommages.
2 9 8 Chaque chiffre ne doit Emploi : www.talents.fr/

VI être utilisé qu’une Collection : Le Monde sur CD-ROM :


IX. Protège le homard en mer, pas au 3 4 5 1 seule fois par ligne, CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
four. Pouah. Astringent et caustique. Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60
VII
X. Feraient preuve de confiance. 8 4 3 2 par colonne et par
carré de neuf cases. La reproduction de tout article est interdite
VIII VERTICALEMENT Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget) sans l’accord de l’administration. Commission
paritaire des publications et agences de presse
1. Particulièrement ennuyeuse. n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
IX
2. Vont rarement plus loin que le
X bout du lit. 3. Libre et ouverte à tous, Surexploitée, privatisée,
en principe. Temps historique. Un polluée, l’eau est en danger.
peu d’espoir. 4. N’arrange pas la cir- Tour du monde des enjeux Présidente :
Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE
SOLUTION DE LA GRILLE N° 20 - 197 constance. 5. Big, à l’origine. Opérées en plus de 30 cartes 67-69, avenue
Pierre-Mendès-France
en plein cœur. 6. Dégagée. Au plus
HORIZONTALEMENT I. Echographies. II. Crémières. Ta. III. Larigots. Cri.
et infographies 75013 PARIS
haut degré. 7. Chef de gang. Note. Tél : 01-57-28-39-00

IV. Aye (aye-aye). Ruelles. V. Bossais. Iasi. VI. On. Are. Ami. VII. Unirent.
dans notre hors-série. Fax : 01-57-28-39-26
Occupe beaucoup d’espace. 8. Sans
L’Imprimerie, 79, rue de Roissy,
Ergs. VIII. Ses. St. Or. Ne. IX. Suse. Espadon. X. Eructeraient. emploi ni intérêt. 9. Causa du tort. 93290 Tremblay-en-France

VERTICALEMENT 1. Eclaboussé. 2. Crayonneur. 3. Hères. Issu. 4. OMI. Sar.


Maîtrisai le sauvageon. 10. Rouge EN VENTE CHEZ VOTRE MARCHAND Montpellier (« Midi Libre »)
dans le bassin. Un peu frappé. 11. As- DE JOURNAUX Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
Ec. 5. GIG. Arès. 6. Réorientée. 7. Artus. Sr. 8. Pèse. OPA. 9. HS. Limerai. Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
sure le remplacement. Ouverture de durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
10. Clair. Dé. 11. Etres. Gnon. 12. Saisissent.
compte. 12. Montèrent en réseaux. Tirage du Monde daté mardi 25 août : 134 748 exemplaires Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier

20 - 198 daté mercredi 26 août.indd 1 18/08/20 14:57


UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020 carnet | 19
Jean et Annie Radvanyi Liliane Pinto, Marie, Jules et Aimé,
et leurs enfants, Netty et Tibor, son épouse, ses enfants, Commémoration
Cléo et Camila, Eric et Elisabeth Pinto, Les familles Sontag, Gabet et Manzo,
Francis et Christine Pinto, L’association « Les Fils et Filles des
Le Carnet ses arrière-petites-filles,
en vente Le professeur Emmanuel Pinto ont l’immense tristesse de faire part Déportés Juifs de France »,
et Isabelle Pinto, du décès de Beate et Serge Klarsfeld,
actuellement font part du décès de ses enfants,
Fredrik SONTAG,
Merci de nous adresser Gabrielle, Sarah, Hélène, Benjamin, rappellent qu’à partir du 26 août 1942
K En kiosque vos demandes par mail Odette LOISEAU, Esther, Margaux et Clara,
ses petits-enfants,
survenu à Naples, le 12 août 2020, eut lieu dans la zone dite « libre », où
née SABATÉ à l’âge de quarante-six ans. le gouvernement de l’Etat Français
en précisant impérativement Le docteur Jean-Marc Fischer, était souverain et où il n’y avait
(2 août 1924 - 20 août 2020),
votre numéro son beau-frère, son épouse et ses La cérémonie religieuse sera pas d’Allemands, la grande rafle
UNE VIE, UNE ŒUVRE
de téléphone personnel, enfants, célébrée le 28 août, à 10 heures, des Juifs considérés comme apatrides
résistante, en l’église Notre-Dame-de-la-Croix,
votre nom et prénom, (allemands, autrichiens, polonais,
chevalier de la Légion d’honneur. ont la grande tristesse de faire part Paris 20e. russes, tchèques et indéterminés).
adresse postale et votre du décès de
Cette rafle a entraîné l’arrestation
Émile
Zola éventuelle référence Elle sera incinérée le jeudi 27 août, Justine Landau, puis la déportation de 6 500 Juifs
L’indigné
à 15 h 30, au cimetière du Père- Gilbert PINTO,
d’abonnement. licencié en Droit, sa fille, hommes, femmes et enfants (500).
Lachaise, Paris 20e. Amr Taher Ahmed, Elle a été marquée par l’hostilité de la
ancien élève
L’équipe du Carnet son gendre, population française à ces mesures
de Sciences-Po et du CPA, Annie Vilmont,
Vu par Clemenceau, Jaurès, Aragon, Mendès-France, Taubira...
reviendra vers vous Quimper. Évry. sa sœur, anti-juives décidées par le chef
dans les meilleurs délais. survenu le 21 août 2020, Jean-Pierre Vilmont, du gouvernement Pierre Laval et
Hors-série au CHU de Liège. son frère, approuvées par le Chef de l’Etat,
Nous avons la tristesse de faire
part du décès de Les familles Vilmont, Landau et Philippe Pétain ainsi que par
Il n’y aura pas d’obsèques. Ahmed, le sauvetage par les « Amitiés
carnet@mpublicite.fr chrétiennes » de la centaine d’enfants
FIA
HORS-SÉRIE JEUX

M me
Geneviève LUGUERN, Les marques de sympathie peuvent ont la douleur de faire part du décès
l’ARGOT
MARC ELLE RATA
LULU D’ARD IS •
Juifs de la région préfectorale de Lyon
née LE NOACH, être adressées à l’adresse suivante : de rassemblés au camp de Vénissieux.
JEU X ET QUIZ Z
POU R TOU S AU CARNET DU «MONDE» ancienne directrice des services souvenirgp@orange.fr
de la ville nouvelle d’Évry, Julie VILMONT,
Quizz,
comédienne, FFDJF,
Décès Jean-Luc et Catherine Roualdès, 32, rue la Boétie,
mots croisés,
mots cachés,
mots fléchés,
jeux de l’oie,

Brigitte et Michel Darnaud,


coloriages et
points reliés,
rebus,
anagrammes, survenu le 18 août 2020, survenu le 19 août 2020. 75008 Paris.
Bruno et Yvonne Roualdès,
version, etc.

M. et Mme Alain Barois à l’âge de quatre-vingt-treize ans.


et leurs enfants, Véronique et Philippe Tailleur, Les obsèques auront lieu le jeudi
Mme Cathy Barois, ses enfants, 27 août, à 15 h 30, au cimetière Communication diverse
De la part de Matthieu et Marine Roualdès, parisien de Pantin.
Michel et Jackie,
ses neveux, Michelle Darnaud, Hugues et Laetitia
Odile, Roualdès, Arthur Darnaud, Lucas Cet avis tient lieu de faire-part.
Hors-série jeux Mme Jeanine Lamoureux,
sa fille, et Meriem Roualdès,
M. Laurent Lamoureux, justine.landau@wanadoo.fr
Gérard Cristau, ses petits-enfants,
son gendre, Elliot, Cléophée, Sasha, Estéban,
ont la tristesse de faire part du décès, Lana,
HORS-SÉRIE
survenu dans sa quatre-vingt-dix- Julien et Claire et François,
ses arrière-petits-enfants,
Souvenir
huitième année, de ses petits-enfants,
Il y a vingt ans,
L’ATLAS Roland BAROIS,
officiel
Pierre-Yves Hicher et Lika Lee,
Brigitte Hicher et Daniel Mathieu,
ont la tristesse de faire part du décès
de Pauline
Envie d’être utile ? Rejoignez-nous !
6000 ANS
D’HISTOIRE DES 200
CARTES Annick Le Gall, Jean-Paul et Léa Le GORDON-ABOULKER, Les bénévoles de SOS Amitié
de l’ordre national du Mérite, Mme Lucette ROUALDÈS,
AFRIQUES officiel
Gall, Hélène Le Gall, Guy et Nicole
née MIQUEL-CAMBOULIVES,
pianiste, écoutent
Saliou, par téléphone et/ou par internet
de l’ordre des Arts et des Lettres. quittait cette terre.
Toute la famille survenu à son domicile de Versailles, ceux qui souffrent de solitude,
Et ses amis. le 12 août 2020, à l’âge de cent ans. Comme Swann, elle tenait les de mal-être et peuvent avoir
Il a été incinéré le 22 août 2020.
motifs musicaux pour de véritables des pensées suicidaires.
Ses cendres rejoindront celles de Les obsèques ont été célébrées La cérémonie religieuse a été idées d’un autre monde...
Hors-série Nous recherchons des écoutants
son épouse, le vendredi 21 août, en l’église Saint- célébrée le 17 août, en l’église de
Bozouls (Aveyron). En recherche spirituelle constante, bénévoles
Alor d’Ergué-Armel, à Quimper. elle eut une grande influence sur toute la France.
Collections Yvette BAROIS,
née COGREL, odile.luguern@wanadoo.fr
Une pensée pour son époux, le sur toutes celles et ceux qui
l’approchèrent.
L’écoute peut sauver des vies
et enrichir la vôtre !
Colonel ROUALDÈS, Une pensée aussi pour, Choix des heures d’écoute,
disparue le 28 mars 1994.
Mens (Isère). formation assurée.
décédé en 2003. Pierre ABOULKER,
M Lamoureux,
me

33, boulevard René-Dubois, Baudelaire, Rimbaud et Apollinaire urologue, En IdF RDV sur
La famille remercie Seraphina et
44500 La Baule. vous informent que Assetou. www.sosamitieidf.asso.fr
notre père, disparu en 1976, tant
Alain Barois, aimé et admiré. En région RDV sur
64, rue de Montgeron, Le chat qui s’en allait tout seul est 3 bis, rue Jean-Mermoz, www.sos-amitie.com
91800 Brunoy. parti vers la voie lactée. « Sœur 78000 Versailles. Leurs enfants.
lumineuse des blancs ruisseaux de
Nathalie et Jean-Michel, Canaan Comment faire pour être
Emmanuelle et Jean-Pierre, heureux comme un petit enfant
Séverine, candide. »
ses enfants,
Audrey, Nicolas, Titouan, Loé, Thais,
ses petits-enfants,
François MANESSE.
Dès mercredi 26 août, Jean-Michel et Elise, Muriel,
le volume n° 3 LOKI son beau-frère et ses belles-sœurs, Pour ceux qui l’aimaient un dernier
Anaïs, Aurélie, Sarah, au revoir avec des roses ou des fleurs
ET LA PROPHÉTIE DU RAGNARÖK
ses nièces, des champs, le mardi 25 août 2020,
à 15 heures, en l’église de Mens.
ont la douleur de faire part du décès
LE MONDE DE du
Anne, Le journal papier livré chez
MAIGRET docteur
Maurice ENJOLRAS,
sa femme,
Emma et Mathilde, vous et le numérique
LE MONDE DE
pédiatre. ses filles,
MAIGRETGeorges Simenon

Il nous a quittés, serein et apaisé, s’unissent pour faire part du décès de


Le Charretier
de « La Providence »
entouré des siens, à Clamart,
le 20 août 2020, à l’âge de quatre- Luc NONY,
169 € pour 6 mois
vingt-cinq ans. psychanalyste,
La cérémonie religieuse sera
célébrée le mercredi 26 août, à survenu le 15 août 2020, à Paris.
15 heures, en l’église Saint-Martin,
45, rue de la République, à Meudon. Tous les collaborateurs
Dès jeudi 27 août, Et les administrateurs
le volume n° 6 LE CHARRETIER L’inhumation aura lieu à 16 heures, de la Fondation François Schneider,
DE LA « PROVIDENCE » au cimetière des Longs Réages,
à Meudon.
ont la tristesse de faire part de la
« Chaque homme dans sa nuit s’en va disparition de
vers sa lumière. »
Victor Hugo. M. Dominique OGER,
administrateur depuis 2006.
Martine Jacolin,
son épouse, Ce passionné de musique laissera
Etienne, Valentine et Henri, à tous le vivant souvenir d’un homme Abonnez-vous en ligne sur :
ses enfants et leurs conjoints, Emilie, chaleureux, vif, plein d’humour et
Francis et Lucile, promo.lemonde.fr/quotidien-numerique-6-mois
d’une grande générosité.
Ses dix petits-enfants, leurs
conjoints et enfants,
Sa famille Ses immenses compétences
Et ses amis, professionnelles ont largement BULLETIN D’ABONNEMENT 173EMQAD6M
A compléter et à renvoyer à : Le Monde - Service Abonnements - A1100 - 62066 Arras Cedex 9
contribué à la création et au
ont la tristesse de faire part du décès développement de la Fondation
de Je m’abonne à l’offre Quotidien + numérique du Monde Nom :
Actuellement en vente, François Schneider. pendant 6 mois pour 169€ au lieu de 481€ (prix de vente au numéro).
Prénom :
le volume n° 4 Pierre JACOLIN,  6 quotidiens + tous les suppléments + « M le magazine du
LES MISÉRABLES II Nous adressons nos très sincères Monde » + l’accès à tous les contenus numériques sur le site Adresse :
condoléances à sa famille et à ses et sur l’application + les archives du Monde depuis 1944
survenu le 19 août 2020, Code postal :
+ Le Monde événements abonnés.
dans sa quatre-vingt-douzième année. proches.
Nos services Je règle par : Localité :
*Sous réserve de la possibilité pour nos porteurs de servir votre adresse

Chèque bancaire à l’ordre de la Société éditrice du Monde E-mail :


Société éditrice du « Monde » SA
Carte bancaire (paiement sécurisé)
Lecteurs
Président du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus @
Directeur du « Monde », directeur délégué de la publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio en appelant le 03 28 25 71 71 (tarif d’un appel local) J’accepte de recevoir des offres du Monde OUI NON
Directeur de la rédaction Luc Bronner ou de ses partenaires OUI NON
K Abonnements Directrice déléguée à l’organisation des rédactions Françoise Tovo
Direction adjointe de la rédaction Grégoire Allix, Philippe Broussard, Emmanuelle Chevallereau, Alexis Delcambre,
Bulletin à compléter et à renvoyer à :
Le Monde - Service Abonnements - A1100 - 62066 Arras Cedex 9 Tél. :
Sur abo.lemonde.fr Benoît Hopquin, Marie-Pierre Lannelongue, Caroline Monnot, Cécile Prieur, Emmanuel Davidenkoff (Evénements)
Directrice éditoriale Sylvie Kauffmann IMPORTANT : VOTRE JOURNAL LIVRÉ CHEZ VOUS PAR PORTEUR*
Par tél. au 03 28 25 71 71 Rédaction en chef numérique Hélène Bekmezian
de 9 h à 18 h (prix d'un appel local) Rédaction en chef quotidien Michel Guerrin, Christian Massol, Camille Seeuws, Franck Nouchi (Débats et Idées)
Maison individuelle Badge Vigik : oui non Dépôt chez le gardien/accueil Dépôt
Directeur délégué aux relations avec les lecteurs Gilles van Kote
Immeuble Boîte aux lettres : Bât. N° spécifique
K Le Carnet du Monde Directeur du numérique Julien Laroche-Joubert
Chef d’édition Sabine Ledoux Digicode N° Nominative Collective Escalier N° le week-end
carnet@mpublicite.fr Directrice du design Mélina Zerbib
Direction artistique du quotidien Sylvain Peirani
Photographie Nicolas Jimenez SOCIÉTÉ ÉDITRICE DU MONDE SA - 67/69, AVENUE PIERRE-MENDÈS-FRANCE - 75707 PARIS CEDEX 13 - 433 891 850 RCS Paris - Capital de 124 610 348,70€. Offre valable jusqu’au
Infographie Delphine Papin 31/12/2020. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 06/01/1978 modifiée et au RGPD du 27/04/2016, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement,
d’opposition, à la portabilité des données et à la limitation des traitements, que vous pouvez exercer à l’adresse suivante, en joignant une photocopie de votre pièce d’identité :
Directrice des ressources humaines du groupe Emilie Conte LE MONDE – DPO – 67/69, avenue Pierre-Mendès-France - 75707 Paris Cedex 13. Pour plus d’informations, consultez notre Politique de confidentialité sur le site www.lemonde.fr ou sur
Secrétaire générale de la rédaction Christine Laget le site de la CNIL www.cnil.fr
Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président, Sébastien Carganico, vice-président
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

20 |
L’été des sciences 0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020

LA SAGA DES ONDES GRAVITATIONNELLES  6 | 6
Sous terre et jusque sur la Lune, les projets
pour capter ces ondulations remontant aux
origines de l’Univers se multiplient. Mais ils
exigent des moyens astronomiques et, parfois,
une collaboration inédite entre chercheurs

Les rides de l’espace­temps traquées tous azimuts

RÉCIT

N
ous l’avons fait ! » Ce 11 fé­ Philippe
vrier 2016, à Washington, David Bouyer,
Reitze savoure les applaudisse­ de l’Institut
ments déclenchés par cette ex­ d’optique de
clamation. Ils saluent un exploit attendu Bordeaux,
depuis un siècle, réalisé par une vaste règle le
collaboration internationale de quelque prototype
mille physiciens. MIGA. J-F DARS
Le porte­parole de LIGO comme ses collè­
gues de Virgo – du nom des instruments qui
ont capté, les premiers, des ondes gravita­
tionnelles, en septembre 2015 – ont bien l’in­
tention de récidiver. Tout le monde a donc
déjà commencé à s’activer pour imaginer
les futures antennes qui enregistreront des
signaux extraterrestres témoins du passage
d’une infime ondulation de l’espace­temps
causée par des explosions ou des rotations
d’objets excessivement massifs comme des
trous noirs ou des étoiles à neutrons. Ou
d’autres surprises.
A Bordeaux, à l’Institut d’optique, Philippe
Bouyer et Benjamin Canuel sont prêts à as­ bout, l’objectif est d’identifier de nouvelles D’autres instruments encore permettront de nouveaux terrains de jeux. « Les systèmes
sembler leur prototype, MIGA, à 500 mètres sources d’ondes gravitationnelles, plus len­ de traquer les ondes toujours plus loin. En binaires très asymétriques avec un petit objet
de profondeur, dans l’ancienne base mili­ tes que celles « vues » jusqu’alors par LIGO/ Europe, c’est l’Einstein Telescope. Aux Etats­ tournant autour d’un très gros sont des situa­
taire du plateau d’Albion, en Provence. Là où Virgo, car engendrées par des objets de dix à Unis, Cosmic Explorer. Le premier serait en­ tions parfaites de test de la relativité. Le petit
la France avait installé ses missiles nucléai­ cent fois plus lourds. A condition que les terré, avec trois bras en triangle de 10 kilomè­ cartographie l’environnement gravitationnel
res de défense. Depuis 1998, le centre a été moyens suivent. Car MIGA est soutenu par tres et des miroirs « congelés » pour les em­ du plus gros », apprécie Antoine Petiteau.
récupéré par le CNRS pour devenir le LSBB, les investissements d’avenir de l’Etat, qui ar­ pêcher de vibrer sous l’effet de la chaleur du Le 1er juillet, dans Nature, une équipe du
laboratoire souterrain à bas bruit, où diver­ rivent bientôt à échéance. laser. Le second se contenterait d’allonger les MIT a mesuré que le gros miroir de LIGO de
ses expériences de géologie, géophysique ou Un autre projet fou a déjà franchi une pre­ deux bras de LIGO jusqu’à 40 kilomètres, dix plus de 40 kilos bouge imperceptiblement à
même en électromagnétisme sont menées. mière étape : LISA, ou l’interférométrie opti­ fois plus qu’actuellement… « Soyons honnê­ cause des fluctuations quantiques du laser
Une nouvelle galerie y a été percée dans les que dans l’espace. Trois satellites en configu­ tes, le coût est un vrai problème », rappelle qui le frappe… La relativité générale et la
premiers mois de 2020 pour installer MIGA, ration triangulaire s’enverraient des fais­ Marie­Anne Bizouard, de l’Observatoire de la mécanique quantique, les deux théories fon­
qui veut sentir le souffle d’une onde gravita­ ceaux laser sur plus de 2,5 millions de TROIS SATELLITES  Côte d’Azur. On parle de plus d’un milliard et damentales – et pour l’instant irréconcilia­
tionnelle par un tout autre procédé que ce­ kilomètres. Historiquement, les pionniers, EN CONFIGURATION  demi d’euros pour une mise en route après bles –, qui décrivent la matière et l’Univers,
lui, dit de première génération, qui a permis dans les années 1970, avaient même pensé à 2030. Les prochaines semaines risquent se rapprochent donc de façon inattendue.
la captation de septembre 2015 par les deux l’espace avant la Terre. Puis entre 1997 et TRIANGULAIRE  d’être décisives pour l’avenir du projet. A l’inverse, d’autres rêvent de renverser
instruments géants LIGO, aux Etats­Unis. 2011, ils relancent le sujet. La NASA s’associe « L’Einstein Telescope aidera à cartographier la table. « Nous découvrons un nouveau
« Nous utilisons des atomes qui représen­ à l’ESA, l’Agence spatiale européenne, avant S’ENVERRAIENT DES  l’ensemble des systèmes binaires, avec monde, estime Nathalie Deruelle, cher­
tent la masse de test idéale car ils sont plus de quitter le projet, puis de revenir en 2015 notamment des trous noirs de plusieurs cen­ cheuse émérite rattachée à l’APC. Il devient
faciles à isoler des vibrations », rappelle comme partenaire « junior » dans cette mis­
FAISCEAUX LASER  taines de masses solaires. Leur formation intéressant de bâtir des théories concurren­
Benjamin Canuel. S’affranchir de toutes ces sion à environ 1,3 milliard d’euros. LISA de­ SUR PLUS DE  pose des questions importantes dans l’évolu­ tes de la relativité générale et de voir si elles
vibrations parasites est en effet l’obsession vrait partir en 2034, si elle est confirmée par tion de nos galaxies », insiste Marie­Anne expliquent les données. »
des traqueurs d’ondes gravitationnelles, qui les agences. Réponse en 2023. 2,5 MILLIONS  Bizouard, qui voudrait bien aussi sentir l’arri­ Outre ces grandes théories, Stavros Katsa­
apparaissent comme des clapotis dans une En 2017, une étape rassurante a été fran­ vée des ondes gravitationnelles en prove­ nevas veut rapprocher des domaines plus
mer déchaînée. Dans LIGO ou Virgo, l’ondu­ chie. La mission spatiale LISA Pathfinder a DE KILOMÈTRES  nance directe du Big Bang. « Avec les photons, inattendus. « Ce qui me tient à cœur, c’est
lation spatio­temporelle allonge et contracte montré qu’il était possible de contrôler la nous ne pouvons pas remonter au­delà de d’attirer tout spécialiste de l’environnement.
les distances entre deux miroirs suspendus. position de deux masses dans l’espace au 300 000 ans après le Big Bang. Avec les ondes Pour fonctionner, Virgo doit parfaitement
Ces variations de longueur sont mesurées nanomètre près. Car, même si les satellites gravitationnelles, cette barrière disparaît. Tout connaître son environnement en le mesurant
par la technique de l’interférométrie opti­ sont en apesanteur, le vent solaire ou des le monde rêve de les voir. C’est une science très par divers capteurs ou en y étant sensible
que, qui compare les distances parcourues particules perturbent les trajectoires qu’il risquée mais à haut gain. » grâce à notre instrument très précis. Nous
par deux faisceaux laser empruntant deux faut corriger. “sentons” les marées, les vagues, les orages,
chemins distincts. « Il y a beaucoup de travail en ce moment car CONSOLIDER LA COMMUNAUTÉ les gros nuages… J’aime à dire que nous dé­
nous finissons les plans, attendus pour 2021, A la tête de l’European Gravitational Obser­ montrons ici que, pour comprendre l’Univers,
FONTAINE ATOMIQUE indique Antoine Petiteau, un des coresponsa­ vatory (observatoire gravitationnel euro­ il faut d’abord comprendre la Terre. » Adepte
MIGA entend faire de même mais sur un bles de LISA au Laboratoire astroparticules et péen), dans son bureau avec vue sur les des rapprochements en tous genres, il a
seul faisceau laser. Sa sonde est une fon­ cosmologie (APC) à Paris. En 2017, nous étions tunnels de Virgo qu’il chapeaute, Stavros aussi imaginé une exposition mêlant art et
taine atomique, une nuée d’une centaine de environ 200. Désormais le consortium qui gra­ Katsanevas garde la tête froide. Il a d’autres science, rêve d’un centre d’accueil sur le site
millions d’atomes de rubidium très froids vite autour de LISA dépasse les 1 200 person­ idées à l’esprit, moins prestigieuses peut­ associant les deux domaines, promeut les
(quelques millièmes de degrés au­dessus du nes. » Avec l’espoir d’attraper là aussi des être, mais vitales. Il s’attache à construire sciences collaboratives…
zéro absolu). Juste après leur lancement en sources lentes et très massives comme des des « églises » et des « ponts », c’est­à­dire Et comme on ne se refait pas, il vient de
l’air comme des boulets de canon, la popula­ trous noirs faisant jusqu’à 10 millions de qu’il tente de consolider la communauté rédiger un brouillon de proposition de dé­
tion des atomes est divisée en deux groupes masses solaires. « Ou alors les mêmes trous autour de ce nouveau domaine de recher­ tecteur d’ondes gravitationnelles… sur la
légèrement différents, puis mélangée à nou­ noirs que LIGO/Virgo mais dix secondes avant che. Fini les rivalités initiales entre astrono­ Lune. Il s’agirait de poser des fibres opti­
veau lors de la retombée des atomes en leur fusion », espère Antoine Petiteau. mes et physiciens des ondes. Ou entre opti­ ques sur le satellite naturel de la Terre que
parabole. Si le laser de test se dilate ou se Ce dernier est aussi engagé dans une autre ciens et physiciens des particules. Le défi des ondes gravitationnelles viendraient
contracte, sous l’effet d’une onde gravita­ expérience de patience, la chronométrie des technique, motivation première, a été re­ pincer imperceptiblement. Mais suffisam­
tionnelle, le mélange se fera plus ou moins réseaux de pulsars. Ces derniers sont des levé et les astrophysiciens sont maintenant ment pour que la propagation de la lumière
bien. Il suffit de compter combien il reste étoiles à neutrons, l’équivalent d’un ou deux convaincus de l’intérêt de tels instruments. à l’intérieur soit affectée et mesurée. Après
d’un groupe d’atomes par rapport à l’autre soleils concentré dans une boule de quel­ « C’est comparable au moment où Galilée a tout, des géologues repèrent ainsi déjà des
pour estimer la force de la perturbation gra­ ques kilomètres de diamètre, qui émettent pointé sa lunette vers le ciel, il y a quatre tremblements de terre sous nos océans.
vitationnelle. Cette technique dite d’interfé­ des ondes radio de façon très stable toujours cents ans. Nous ouvrons une nouvelle fenêtre « En plus je viens de voir que d’autres avaient
rométrie atomique sera appliquée en trois selon le même axe. Le passage d’une onde d’observation sur l’Univers », a indiqué David la même idée. C’est donc prometteur ! »,
points des 150 mètres de long du bras de gravitationnelle perturbe cependant la belle Reitze lors de sa conférence du 11 fé­ s’amuse le physicien.
MIGA, à raison de deux mesures par se­ régularité de ces phares cosmiques. D’où la vrier 2016. Ces ondes font voir des phéno­ Idées folles. Petites équipes qui veulent
conde. Elgar, le successeur espéré par collecte par plusieurs équipes de longues mènes jusqu’ici invisibles, et apportent des grandir. Incertitudes sur les financements.
l’équipe bordelaise, possédera 160 interfé­ séries d’enregistrements de dizaines de pul­ compléments à d’autres observations dans Rêve de Nobel. L’histoire des ondes gravita­
romètres sur 32 kilomètres de long. sars dans l’espoir de voir vaciller une de ces le visible, les ondes radio, ultraviolettes ou tionnelles se répète. 
« C’est un pari !, estime Philippe Bouyer. On chandelles, preuve du passage d’un vent infrarouges… Mieux, les cosmologistes, les david larousserie
a déjà démontré le principe en laboratoire et gravitationnel. Des années d’observation physiciens des particules, les relativistes et
ça marque le début d’une aventure. » Au seront encore nécessaires. même les physiciens quantiques y trouvent FIN
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020

L’été des sciences | 21

Migrer loin ou pondre 
sur place, le dilemme 
des papillons
Une étude indienne comparant la physiologie
d’espèces de lépidoptères décortique
les compromis induits par les contraintes
migratoires et reproductives. Avec
des observations parfois contre-intuitives

M
igrer loin pour mieux pro­ désavantage en vol », souligne Krushna­
créer ? Ou rester sur place megh Kunte. La femelle papillon porte
pour procréer à moindre donc littéralement le poids de ses tissus
risque ? Ce dilemme, plu­ reproducteurs. « Le mâle, lui, investit da­
sieurs espèces animales l’éprouvent vantage dans le vol. Même quand il ne mi­
dans leur chair. En témoignent les pa­ gre pas, c’est toujours le mâle, à la recher­
pillons étudiés par une équipe indienne. che des femelles, qui a le vol le plus actif »,
Voyager loin, bien sûr, impose un gros relève Mathieu Joron, lépidoptériste au
investissement énergétique. Procréer CNRS à l’université de Montpellier, qui
aussi, du moins pour les femelles. Alors, n’a pas participé à l’étude.
comment les lépidoptères parviennent­ Un représentant de l’espèce « Catopsilia pomona », présente en Inde, qui se disperse en essaims. KRUSHNAMEGH KUNTE
ils à concilier ces deux nécessités, vu Des femelles rusées
leurs ressources limitées en énergie ? Eh Mais les femelles rusent. Elles contrôlent, une échelle locale ou régionale, sur plu­ larves : deux légumineuses, le cassier et Mais au terme de leur vol, cette accumu­
bien, il leur faut choisir ou adopter un selon leur mode de déplacement, le nom­ sieurs dizaines de kilomètres (jusqu’à le séné. Car les chenilles déjà écloses, chez lation se muerait en avantage, une fois
compromis. Ce choix dépend des modes bre d’ovules qu’elles fabriquent. Com­ 200 au maximum). Mais surtout, la di­ ces papillons, dépouillent ces plantes un site de ponte déniché. Il s’agit d’être
de déplacement de chaque espèce, mençons par Euploea sylvester et rection et la distance de leurs vols restent nourricières de leurs feuilles. Pour les lar­ vif : premier arrivé, premier servi ! « La
montre l’étude publiée dans Biology Tirumala septentrionis, les deux espèces imprévisibles, au contraire du vol des ves à venir, ces goulues ne laissent rien à sélection naturelle favoriserait alors les
Letters le 19 août. Elle est signée de qui accomplissent de véritables migra­ papillons migrateurs. se mettre sous les mandibules ! « Cela femelles qui portent beaucoup d’œufs,
Vaishali Bhaumik et Krushnamegh tions, sur 350 et 500 kilomètres, entre les Comment ces espèces dispersives font­ force les adultes à se disperser sur des dis­ prêts à être pondus. » Au prix, il est vrai,
Kunte, du Centre national des sciences deux chaînes de montagnes qui bordent elles face au fameux dilemme ? C’est là tances incertaines, à la recherche de nou­ d’une charge plus élevée lors du vol – et
biologiques à Bangalore. le continent indien, les Ghats occiden­ que réside la surprise. Les auteurs ont velles parcelles où poussent des plantes d’un risque accru. « Ce qui me frappe, c’est
Les auteurs ont comparé chez neuf es­ taux et orientaux. Eh bien, ces pa­ étudié deux espèces de papillons avec assez de feuilles pour nourrir leurs de voir deux stratégies de ponte si
pèces de papillons d’Asie du Sud les inves­ pillons­là ont vite résolu le dilemme. C’est connues en Inde pour se disperser en larves », explique Krushnamegh Kunte. contrastées, chez les femelles d’une même
tissements énergétiques dans le vol et simple : le temps d’accomplir leur long pé­ essaims, rassemblant des dizaines, voire Une fois cette parcelle dénichée, les fe­ espèce », ajoute Mathieu Joron.
dans la reproduction : parmi ces insectes, riple, ils stoppent toute activité reproduc­ des centaines de milliers d’individus : melles y pondent leurs œufs après l’ac­ Plus subtil encore : chez les femelles
deux espèces migrent loin, deux se dépla­ trice, confirme cette étude – ils se mettent Catopsilia pomona, aux ailes d’un jaune couplement. qui se dispersent, le nombre d’œufs dé­
cent à une échelle plus locale, et cinq sont en « diapause » reproductive. Les femelles, très doux, et Catopsilia pyranthe, aux cline rapidement à mesure que la taille
sédentaires (elles servent de contrôle). en particulier, cessent de fabriquer des ailes blanches parfois tachetées de noir. Davantage d’ovules en vol du thorax augmente, montre aussi ce
Pour cela, les scientifiques ont capturé ovules : elles voyagent ainsi plus léger. La première se disperse avant la mous­ Mais au sein de ces deux espèces, cer­ travail. Selon les auteurs, ce serait une
– au bon vieux filet – un total de 591 spé­ Cet arrêt reste toutefois temporaire : son d’été (de mars à juin) ; la seconde, tains individus se dispersent et d’autres, réponse adaptative à une carence nutri­
cimens représentatifs de ces neuf espè­ dès qu’elles parviennent à destination, après (en octobre­novembre). non : les sédentaires sont ceux qui ont tive des femelles au stade larvaire. Ce
ces. Puis ils ont mesuré le poids et la taille les femelles réactivent leurs ovaires, Ce qui déclenche leur départ, c’est la pé­ trouvé sur place de rares sites disponi­ déficit alimentaire déclencherait une
du thorax et de l’abdomen de chaque in­ s’accouplent et pondent leurs œufs. A nurie des plantes qui nourrissent leurs bles pour pondre. Et l’on en vient au ré­ croissance renforcée du thorax, qui as­
dividu. Le poids du thorax, où se trouvent noter : ces deux espèces sont cousines sultat le plus étonnant : les femelles qui sure les longs vols imposés par la quête
les muscles qui actionnent les ailes, re­ du papillon monarque (sous­famille des se dispersent portent plus d’ovules que de ressources alimentaires.
flète l’investissement dans le vol. Celui de Danainae), célèbre pour ses migrations leurs congénères sédentaires. C’est Ces résultats font craindre une menace
l’abdomen, où mûrissent les ovules (et les de grande ampleur en Amérique. Du LE TEMPS D’ACCOMPLIR LEUR  contre­intuitif : ces ovules alourdissent accrue sur ces espèces. Certes, leurs fe­
œufs, une fois ceux­ci fécondés) ainsi que Mexique au Canada, il se déplace sur LONG PÉRIPLE, LES PAPILLONS  les femelles, ce qui accroît leur dépense melles peuvent se disperser d’un habitat
les spermatozoïdes, reflète l’investisse­ des distances pouvant atteindre énergétique en vol ! à un autre, même s’il est fragmenté. Mais
ment dans la reproduction. Chaque pa­ 4 000 kilomètres, par nuées rassem­ MIGRATEURS STOPPENT TOUTE  Pour expliquer ce paradoxe, les cher­ point trop longtemps : contrairement
pillon pesant entre 20 mg et 400 mg, il a blant jusqu’à des millions d’individus. cheurs émettent deux hypothèses. « Les aux femelles migratrices, elles restent
fallu une balance très sensible. Quand il migre, lui aussi se met en dia­ ACTIVITÉ REPRODUCTRICE. femelles restant sur place pondraient lestées du poids de leurs œufs. « Avec la
Premier constat : toutes ces espèces pause reproductive. leurs œufs au fur et à mesure qu’elles perte et la fragmentation de leurs habi­
présentent un gros dimorphisme sexuel. A l’opposé de ces papillons migrateurs,
LES FEMELLES CESSENT DE  trouveraient des sites de ponte », résume tats liées à la crise climatique, les femelles
C’est toujours la femelle qui investit le il y a les papillons sédentaires : pour eux, FABRIQUER DES OVULES : ELLES  Mathieu Joron. De leur côté, les femelles de Catopsilia subissent un stress crois­
plus d’énergie dans l’abdomen, pour le dilemme ne se pose pas. Et puis, il y a qui se dispersent, ne trouvant pas de si­ sant », concluent les auteurs. 
fabriquer les ovules. « Pour elle, c’est un les papillons qui « se dispersent », sur VOYAGENT AINSI PLUS LÉGER tes de ponte, accumuleraient leurs œufs. florence rosier

Les sauts déroutants du positronium IMAGERIE
Un algorithme
accélère les IRM
Le comportement de cette particule diffère de ce que prédit la théorie. De quoi réviser l’électrodynamique quantique ? Une équipe de Facebook
et de la New York University
Grossman School of Medi­
cine a mis au point une

D es chercheurs de l’Uni­
versity College de Lon­
dres ont­ils trouvé un
nouvel os à ronger pour la com­
munauté des physiciens ? C’est­à­
périence, sans trouver de faute
“stupide”. » Alors, ils ont publié
dans Physical Review Letters, le
12 août, leur étonnante trouvaille.
Leur particule se comporte dif­
positron, qui tournent autour de
leur centre de gravité. Leur ma­
nège est bref, quelques nanose­
condes, mais c’est assez pour pou­
voir l’étudier en détail. « Ce sys­
britanniques ont observé qu’un
des barreaux est plus haut que ce
que prévoit la théorie.
Pour ce faire, ils ont amélioré la
fabrication des positroniums, ob­
tion, puis à constater l’anomalie.
« Il faut confirmer ce résultat, mais
c’est un drapeau rouge agité de­
vant les physiciens pour leur dire
qu’il y a peut­être quelque chose à
technique pour diviser par
deux le temps passé dans un
appareil moderne d’image­
rie par résonance nucléaire.
De quoi baisser le coût
dire un indice qu’il y aurait une féremment de ce que prévoit la tème est le plus simple qu’on puisse tenus en plus grand nombre et à trouver », apprécie Paul Indelicato. de l’examen, et éviter les
faille inexpliquée dans l’une des théorie. Pas de beaucoup, 0,015 % imaginer, purement régi par l’élec­ plus faible vitesse (donc plus faci­ « Cela va stimuler des recherches problèmes liés aux mouve­
théories les mieux établies, l’élec­ seulement, mais la précision de la trodynamique quantique. L’hydro­ les à sonder). La recette ? Un pa­ pour étudier d’autres transitions ments du patient. La techni­
trodynamique quantique, ou le mesure est telle – sept fois gène, autre système simple, est plus quet de positrons est envoyé sur énergétiques du positronium », que utilise l’apprentissage
mariage de l’électromagnétisme meilleure que la précédente expé­ complexe à cause de la grande une mince couche de silice songe Allen Mills, de l’université profond, pour reconstruire
et de la mécanique quantique, rience, en 1993 – que cet écart est taille du proton », rappelle Paul trouée qui génère un jet d’un mil­ de Californie (Riverside). des images complètes à
apte à décrire le comportement jugé significatif statistiquement. Indelicato, chercheur CNRS au La­ lion de positroniums en retour. Les physiciens identifieront partir de moins de données.
de bon nombre de particules. Et « Notre motivation initiale était boratoire Kastler­Brossel, à Paris. Un éclairage aux UV fait grimper peut­être une nouvelle théorie, Six médecins ont comparé, à
donc qu’une nouvelle théorie d’améliorer les mesures précéden­ Mécanique quantique oblige, les positroniums sur un barreau donc probablement aussi une l’aveugle, les images produi­
pourrait être nécessaire. tes », complète David Cassidy. l’énergie du positronium est de l’échelle, puis un rayonnement nouvelle particule, qui pourrait tes en IRM classique et celles
« Nous restons prudents, mais le La particule qui pourrait cham­ quantifiée, c’est­à­dire que la par­ micro­onde fait monter plus ou être la pièce manquante expli­ « reconstruites ». Leur dia­
résultat était inattendu et nous a bouler la physique est une vieille ticule monte en énergie par pa­ moins de particules sur le bar­ quant bien des mystères cosmi­ gnostic a été le même et ils
surpris, rappelle David Cassidy, le connaissance, le positronium, mis quets, sautant d’un barreau d’une reau suivant en fonction de ques. Elle aura été trahie en ten­ n’ont pas vu de différence.
responsable de l’équipe. Nous en évidence en 1951. C’est une échelle à un autre, mais n’ayant l’énergie envoyée. Reste à comp­ tant de faire la courte échelle au > Recht et al., « American
avons d’abord pensé à une erreur paire de particules chargées, un pas le droit de se reposer entre ter les positroniums en dénom­ positronium.  Journal of Roentgenology »,
et avons refait plusieurs fois l’ex­ électron et son antiparticule, le deux barreaux. Or les physiciens brant leurs morts par désintégra­ d. l. 18 août.
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

22 |
L’été en séries 0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020

Catherine
et son double
CATHERINE DENEUVE, DERRIÈRE L’ÉCRAN 2 | 6
La carrière de l’a ctrice est indissociable de celle de sa sœur
Françoise Dorléac, morte dans un accident de voiture en juin 1967.
« A nous deux, nous ferions une femme parfaite »,
ont-elles coutume de dire, au début des années 1960

C
ela fait déjà une bonne heure Françoise Dorléac. « C’était une danseuse
que Jean­Paul Rappeneau sensationnelle, se souvient Rappeneau, pres­
patiente dans ce restaurant de que toujours accompagnée de Jean­Pierre
la rue Lincoln où le milieu pari­ Cassel, le seul acteur de sa génération qui sa­
sien du cinéma a ses habitu­ che enchaîner bossa­nova, rock et madison. »
des, à deux pas des Champs­ Avec son air mutin et sa voix grave, on ne
Elysées. A la table voisine, son ami, le jeune voit et on n’entend qu’elle. Françoise n’est
réalisateur Claude Sautet, déjeune avec le pas seulement jolie. Elle est aussi spectacu­
documentariste Marcel Ophuls. Plus loin se laire. Extravagante, elle rit trop fort, parle
tiennent des producteurs et des scénaristes. trop haut, cherche le grand amour, la célé­
Des amis de la Nouvelle Vague et des gens du brité, la fête et des amis. Pas tout à fait le
« cinéma de papa », comme les premiers même genre que Catherine, d’un an et demi
disent des seconds. Tout le restaurant devine sa cadette, qui préfère fumer sur une
qui ce grand escogriffe de Rappeneau espère. banquette, à deux pas du bar, plutôt que de se
Pour le rôle principal de son premier long­ jeter sur la piste du night­club.
métrage, La Vie de château, ce fan de comédie
américaine clame partout qu’il n’imagine UNE JEUNE BRUNE RÉSERVÉE
personne d’autre que « la Katharine Hepburn C’est donc cela, le point de départ. Une jeune
française : Françoise Dorléac ! ». Nous som­ brune réservée qui laisse sa sœur sur le
mes au tout début de l’année 1964, et le 7e art devant de la scène. Personne ne peut douter
ignore encore notre héroïne, Catherine que Françoise Dorléac rêve d’être actrice.
Deneuve. Il n’y en a que pour sa sœur. « Pas la deuxième ou la troisième… la
Depuis le 5 février, les spectateurs font la première ! », a­t­elle lancé à la radio, dès ses
queue devant les salles pour voir les cascades débuts. Mais Catherine ? Veut­elle vraiment
de Jean­Paul Belmondo dans L’Homme de faire carrière au cinéma ? Partout, elle répète
Rio, un film signé Philippe de Broca, mais qu’elle a fait ses premiers pas devant la
dont Rappeneau a coécrit le scénario. caméra à 17 ans, en 1960, pour une seule et
L’actrice de 22 ans qui donne la réplique à unique raison : le réalisateur Jacques Poitre­
Belmondo, c’est Françoise Dorléac et le naud cherchait pour Les portes claquent une Ferrari 250 GT couleur argent et sa façon de sublime, elle l’affame, le talque soigneuse­
moins que l’on puisse dire, c’est que les criti­ actrice capable de jouer la sœur… de laisser dire qu’il « façonne » les actrices pour ment mais ne le juge jamais à son goût.
ques et le public l’ont remarquée. Elle est Françoise. Dans l’aventure, elle a abandonné en faire des stars. En réalité, le Pygmalion de Catherine affirme l’avoir vue s’évanouir
ravissante, drôle, pétulante dans les scènes le lycée Lafontaine, dans ce 16e arrondisse­ « BB » vaut mieux que les caricatures. Il est d’angoisse dans la salle de bains tant elle se
d’action, avec ce petit quelque chose de ment où elle a passé son enfance. « De toute beau, intelligent, drôle. Observateur, aussi. trouve « épouvantable ». A Pascal Thomas, le
moderne et d’émancipé qui plaît tant aux manière, la plupart des gens oublient ce qu’ils C’est ce qui plaît tant aux femmes : comme futur cinéaste des Zozos, Françoise avoue un
jeunes femmes des années 1960. Rappeneau ont appris à l’école, c’est ça qui me console. Les Don Juan, il sait leur parler d’elles­mêmes, en jour : « De ma sœur, on disait toujours “Oh,
adore son débit de mitraillette et son côté femmes surtout… », explique­t­elle benoîte­ faisant mine de s’oublier. Vadim s’est qu’elle est ravissante !” et de moi jamais rien,
très « fille », lui qui a quatre sœurs. Il cherche ment à Ciné Télé Revue qui vient de publier, d’ailleurs choisi deux amis de la même bien entendu. Un vrai pou, un pou dansant. »
un rythme à son histoire, celle d’une famille en 1962, sa première interview. Ce n’est pas étoffe : l’acteur français Christian Marquand Il y a parfois un peu d’agacement entre
de châtelains partagés entre la séduction Françoise qui se présenterait ainsi ! Elle est et la plus grande star hollywoodienne du elles. Mais pas de vraie jalousie. D’ailleurs,
d’un beau résistant et la soumission aux tellement plus affirmée. D’ailleurs, c’est elle moment, Marlon Brando. Lorsque leur trio dans la famille, les quatre sœurs sont
officiers nazis occupant leur demeure. qui a conservé le patronyme de la famille, déambule nonchalamment boulevard Saint­ soudées, surtout les trois dernières. Leur
Françoise Dorléac sera parfaite. Dorléac. Puisqu’il était convenu que Cathe­ Germain, on croirait de jeunes loups en aînée, Danielle, née en 1936 d’une précé­
D’ailleurs, la voilà enfin. Il faut voir cette rine n’était que de passage dans le cinéma, repérage. Avec eux, la vie paraît facile et dente union de Renée avec le comédien
entrée théâtrale dans le restaurant ! Essouf­ leur mère, Renée, a proposé pour nom de AVEC SON AIR MUTIN  pleine d’aventures dont le cinéma offre le Aimé Clariond, est partie dès ses 18 ans vivre
flée, en jean blanc, les cheveux savamment scène le sien : Deneuve. fabuleux décor. dans un studio du boulevard Exelmans, dans
décoiffés, un minuscule chien sur le bras, « Dès qu’elle sort de la piste de danse, elle ET SA VOIX GRAVE, le 16e, mais Françoise, née en 1942, Catherine,
juste au­dessus de son sac Kelly, comme devient transparente. Les regards convergent LA RÉPUTATION AMOUREUSE DE VADIM en 1943, et Sylvie, trois ans plus tard, ont vécu
Grace Kelly… « Je ne peux pas rester… On m’at­ tous vers sa sœur, passant à travers elle
ON NE VOIT ET ON  Quand il a aperçu Catherine, Roger Vadim dans la même chambre. Il y a entre elles des
tend… Cinq minutes à peine… Je suis désolée… comme si elle était transparente », a immé­ N’ENTEND QU’ELLE.  n’a pas seulement été frappé par sa façon de milliers de confidences, échangées depuis
C’est fou, cette vie parisienne… » On croirait diatement noté Roger Vadim, en croisant se tenir en retrait, presque recroquevillée les lits superposés, dans cet appartement
tout à fait que Cary Grant, James Stewart et Catherine, un soir de septembre 1960, à l’Epi FRANÇOISE N’EST PAS  « comme un bernard­l’hermite ayant perdu HLM qu’une amie de la famille leur a trouvé,
tout le Hollywood des comédies dont raffole Club. A l’époque, Catherine n’a pas encore sa coquille ». « J’ai aussi été le seul à la trouver boulevard Murat, à deux pas de la porte de
Rappeneau vont surgir dans son sillage. 17 ans. Le réalisateur en affiche le double et SEULEMENT JOLIE.  plus belle que sa sœur », écrira­t­il plus tard Saint­Cloud.
Françoise s’assied à peine. Réclame un café semble fait pour séduire toutes les femmes. ELLE EST AUSSI  dans ses Mémoires du diable (Stock, 1975). Jamais Maurice et Renée Dorléac
crème et des chips pour tremper dans le café, Attardons­nous un instant sur la longue Sur les photos de l’époque, elle est d’une déli­ n’auraient cru que les difficultés viendraient
de l’eau pour son chien. Annule sa silhouette de cet homme aux yeux gris, alors SPECTACULAIRE catesse absolue en effet avec sa peau de Catherine, habituellement si pondérée.
commande. « Dans le scénario, votre Marie, qu’il descend sur la piste de danse. De tous diaphane sous une masse de cheveux bruns, Françoise, oui, leur paraît rebelle. Du reste,
c’est une fille proche de la nature… Moi je la ceux qui se pressent ce soir­là dans la boîte son nez fin et droit de statue antique, ses elle a été virée du lycée. Catherine, même
vois pieds nus… Bon, il faut que je me sauve… » du boulevard du Montparnasse, il est sans yeux verts pailletés d’or. La pureté divine lorsqu’elle a voulu se fiancer à 15 ans avec un
Elle est déjà partie. aucun doute le plus célèbre. Pour le cinéma d’un Botticelli, parfaite et inatteignable. Dès garçon de Seine­Port, cette petite station au
Avant même de faire connaissance avec français, Roger Vadim est une sorte de qu’on voit les sœurs « en vrai », cependant, bord de la Seine où la famille part se baigner
Catherine, il faut donc se laisser étourdir par compagnon frôlant la Nouvelle Vague sans Françoise a indéniablement plus d’éclat, pa­ l’été, a toujours été la plus retenue. Et voilà
Françoise. Et d’abord descendre à l’Epi Club, en être. Aux yeux du grand public, il est bien raît plus vivante. soudain qu’elle menace de se tuer s’ils ne la
une minuscule boîte de nuit tenue par Jean mieux que cela : le découvreur et accessoire­ Seule Catherine peut savoir combien sa laissent pas vivre avec Roger Vadim…
Castel, boulevard du Montparnasse. Au rez­ ment l’ex­mari de Brigitte Bardot, starifiée en sœur, qui entre deux essais joue les manne­ Ce n’est pas le saltimbanque qui inquiète
de­chaussée, une épicerie vend des fruits et quelques pas de mambo par le film qu’il lui a quins chez Féraud, est complexée. Des les Dorléac. Maurice est lui­même comédien,
légumes. Au sous­sol, un bar et une piste de dédié, Et Dieu créa la femme. Avec ses vestes heures durant, Françoise Dorléac s’examine directeur de doublage des films de la Metro­
danse. En ce début des années 1960, Rappe­ en daim et son regard rieur, il semble incar­ devant les miroirs, toujours déçue de ce Goldwyn­Mayer distribués en France. Quant
neau y va souvent avec ses copains Claude ner l’insouciance des « trente glorieuses », la qu’elle y voit. Son œil gauche est trop petit, sa à Renée, elle fait encore de la « synchro » pour
Sautet, Alain Cavalier et Pierre Schoendoerf­ liberté sexuelle avant Mai 68, la dolce vita bouche trop grande, ses cheveux impossi­ la télévision et le cinéma. Non, leur
fer, qui rêvent tous de percer dans le cinéma. version Saint­Tropez. bles à coiffer. Elle peut parfaitement renon­ inquiétude tient avant tout à la réputation
C’est là, bien avant qu’elle n’explose sur On pourrait facilement peindre ce fils de cer à une soirée parce qu’elle « ne peut vrai­ amoureuse de Vadim. S’il a épousé Bardot
grand écran, que la petite bande a découvert Russes blancs en play­boy un peu fat, avec sa ment pas sortir avec cette tête­là ! ». Son corps dès qu’elle a eu 18 ans, en 1952, Vadim en a
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020

L’été en séries | 23

reconnaît Roger Vadim, comme s’il ne sup­


portait pas le triomphe de sa compagne. Le
cinéaste ne cache plus qu’il aime
ailleurs. Françoise Dorléac, qui jouait un
rôle mineur dans son nouveau film, La
Ronde, n’a pu que le voir s’éprendre de la
belle Américaine Jane Fonda.
Est­ce elle, Françoise, qui a rapporté à sa
sœur la rumeur du tournage ? Quoi qu’il en
soit, cette humiliation les a rapprochées. A
nouveau, elles sortent ensemble dans les
boîtes de nuit, l’une sur la piste de danse,
l’autre fumant sur une banquette. « On était
comme un couple, j’étais comme son mari », a
dit Catherine Deneuve, interrogée par Laure
Adler pour « A voix nue », sur France Culture,
en 2004. « Elle, c’est la tête, moi, les jambes »,
s’amuse à l’époque Françoise Dorléac. « A
nous deux, nous ferions une femme parfaite »,
rient­elles de concert. Elles ne croient pas si
bien dire : c’est comme si le cinéma était
tombé amoureux des deux sœurs. Michel
Deville, Roman Polanski, Philippe de Broca,
François Truffaut, les réalisateurs ayant en­
gagé Dorléac se tournent désormais égale­
ment vers Deneuve et réciproquement.

« SI C’EST MA SŒUR, ÇA VA »
Jean­Paul Rappeneau, lui, n’a jamais réussi à
revoir Françoise après le fameux rendez­
vous expédié de la rue Lincoln. Nicole
A gauche, l’actrice Stéphane, sa productrice pour La Vie de châ­
en 1970. ROMANO teau, lui propose alors : « Et pourquoi pas sa
GENTILE/A3/CONTRASTO cadette ? Elle est jolie, parle avec le même débit
de mitraillette et depuis Les Parapluies, c’est
Ci­contre, dans les elle qui a du succès. » Lorsque le réalisateur
« Les Demoiselles appelle Françoise Dorléac pour lui apprendre
de Rochefort », avec la nouvelle, elle rétorque simplement « Si
Françoise Dorléac. c’est ma sœur, ça va. » Pour la première scène,
RUE DES ARCHIVES/CINE-TAMARIS où Catherine apparaît, étendue dans un ha­
mac, le réalisateur se souvient cependant du
conseil de Françoise qui voyait son héroïne
jouer pieds nus : « Pourriez­vous enlever vos
espadrilles ? » C’est comme si l’esprit de Dor­
En ce début des années 1960, presque tou­ Alors que la critique a rangé Catherine léac flottait sur Deneuve…
tes les filles de son âge se coiffent ainsi et Deneuve dans la catégorie des jolies utilités, Evidemment, le subtil Jacques Demy ne
adoptent les robes vichy. Mais tout de même. Jacques Demy l’a repérée dans un film peut qu’être frappé par la complicité de leur
Françoise affirme sa personnalité, quand aujourd’hui oublié, L’Homme à femmes duo et cette façon qu’a l’une de terminer la
Catherine brouille son identité. « Vous avez (1960) de Jacques­Gérard Cornu. Elle y jouait phrase commencée par l’autre. Après le suc­
un handicap, tout le monde vous compare à un tout petit rôle, mais c’était celui de la nièce cès des Parapluies, il s’est lancé dans l’écri­
quelqu’un d’autre… », note cruellement le de Danielle Darrieux, l’idole du cinéaste. ture d’une autre comédie musicale. Sa pre­
journaliste François Chalais qui interroge Pour sa Geneviève, il a d’abord pensé à la mière version des Demoiselles de Rochefort
en 1962 pour la télévision ce « petit person­ chanteuse Sylvie Vartan, mais en 1963, main­ devait s’intituler Boubou, le nom du petit
nage », comme il l’appelle méchamment. tenant qu’il a réuni l’argent nécessaire, il re­ frère des jumelles du film, mais plus il voit
Elle proteste, bien sûr. Alors, il lui assène de vient vers Catherine Deneuve. les sœurs Dorléac­Deneuve, plus il est clair
sa voix légèrement traînante cette vérité Plus de maquillage trop appuyé, a­t­il in­ qu’elles domineront son histoire. Tous les
terrible : « Ce qu’il y a avec vous, Catherine sisté. Sur la suggestion de son épouse, la ci­ dialogues ont été écrits pour le rythme et le
Deneuve, c’est qu’on a l’impression que vous néaste Agnès Varda, il a aussi demandé à Ca­ phrasé si particulier du duo.
cherchez un style. On voit beaucoup de photos therine d’abandonner sa frange et sa coiffure Ce tournage est un moment précieux.
de vous et vous n’êtes jamais pareille. Pardon­ choucroute. Elle doit redevenir ce qu’elle est, Après avoir passé plusieurs semaines à répé­
nez­moi l’expression, mais vous n’êtes pas une fille de 20 ans qui ne ressemble pas à Bar­ ter ensemble à Londres, sous la direction du
tout à fait finie. » dot mais aux demoiselles de province rêvant chorégraphe irlandais Norman Maen, Cathe­
Françoise Dorléac n’aime pas Vadim juste­ d’amour. Comme son personnage, Cathe­ rine et Françoise se sont installées dans le
ment pour cette raison. « Jamais je ne lui par­ rine est enceinte, justement. Avoir un enfant même hôtel, au bord de la mer, à la sortie de
donnerai ce qu’il lui a fait. Il lui a enlevé l’âme hors mariage, même Bardot n’avait pas osé. Rochefort. C’est presque comme si elles se re­
du corps et il l’a remplacée par une autre. « Une fille dans votre position ne devrait­elle trouvaient dans les lits superposés de leur
Maintenant, elle ressemble plus à Brigitte pas se préoccuper de régulariser sa situa­ chambre d’enfant, au temps où elles étaient
Bardot et à Annette Vadim qu’à elle­même », tion ? », lui demande­t­on en interview. C’est les filles Dorléac. Des moments d’autant plus
confie­t­elle devant un journaliste. C’est vrai, dire si le scénario des Parapluies raconte précieux qu’ils seront les derniers et éclatants
Deneuve est encore dans sa chrysalide. l’époque… Le 18 juin 1963, « mademoiselle De­ témoignages de leur tendresse partagée.
Vadim l’a propulsée en 1963 dans son nou­ neuve », comme le souligne la presse, a ac­ Que ce serait­il passé si, le 27 juin 1967, dix
veau film, Le Vice et la vertu, adaptation libre couché d’un garçon que Roger Vadim a tenu mois après la fin du tournage des Demoisel­
divorcé au bout de deux ans : Brigitte était des œuvres du marquis de Sade, coécrit avec à prénommer Christian, comme son ami les, Françoise n’était pas morte à 25 ans, dans
tombée amoureuse de son partenaire d’Et l’écrivain Roger Vailland. Marquand et comme le fils de Brando. Deux un terrible accident de voiture ? Aurait­elle
Dieu créa la femme, Jean­Louis Trintignant. mois plus tard, le tournage des Parapluies de plu « de plus en plus », comme le prédisait
Nouveau mariage avec Annette Stroyberg, LES INJUSTICES DE LA VIE Cherbourg a débuté. Truffaut, qui voyait en « Framboise », comme
une charmante Danoise, lancée dans une C’est un navet d’un érotisme kitsch où des Pareil projet aurait pu faire peur à Cathe­ il l’appelait, « un visage et un corps construits
adaptation moderne des Liaisons dangereu­ jeunes filles sont livrées aux désirs d’officiers rine Deneuve : après tout, on n’y entend ja­ en dur et pour durer » ? Catherine aurait­elle
ses de Choderlos de Laclos. Deux ans plus nazis. Annie Girardot y incarne le vice, Ca­ mais sa voix, elle est entièrement doublée. Il mené la même carrière ? « Si elle était là, il y a
tard, elle l’a quitté. Un soir de première, alors therine, la pureté vertueuse. A l’écran, elle est faut minuter chaque scène afin que les ac­ des films que je n’aurais pas faits… », a­t­elle
qu’un dîner était prévu chez Maxim’s, elle raide comme une jolie poupée. « J’ai fait de teurs et leur doublure « chant » soient dit un jour, comme si les cinéastes l’avaient
s’est levée de table avant le dessert, a Brigitte et d’Annette ce qu’elles sont et je ferai synchrones. Mais le tournage est un enchan­ parfois choisie pour « remplacer » son aînée,
demandé discrètement son manteau et a la même chose pour Catherine. J’agis ainsi en tement. « Un état de grâce », d’après Cathe­ ce double d’elle­même.
rejoint son amant, le chanteur Sacha Distel, partie pour m’affirmer moi­même et en partie rine. La productrice du film, Mag Bodard, Pendant longtemps, cette douleur, ce senti­
qui l’attendait au coin de la rue Royale, dans pour affirmer mon amour pour elles », pro­ n’est pas seulement intelligente et auda­ ment d’usurpation qui pèse sur les épaules
une voiture de sport blanche. Tous les maga­ JACQUES DEMY clame Vadim dans Ciné Revue comme s’il cieuse. Elle est aussi la maîtresse tout ce qu’il des survivants ont littéralement rendu im­
zines à sensation de l’époque racontent que parlait d’un cheptel… Moyennant quoi, seule y a de plus officiel de Pierre Lazareff, le très possible toute évocation de Françoise par Ca­
les deux jeunes femmes – BB et Annette NE PEUT QU’ÊTRE  Annie Girardot, déjà sacrée en 1960 par influent patron de France­Soir, le plus puis­ therine. Elle était comme assommée. Incapa­
Stroyberg – s’étaient lassées des multiples Rocco et ses frères de Visconti, paraît émou­ sant quotidien de l’époque. Grâce à lui, les ble de parler de cette « déchirure » au cœur
aventures de leur mari. Comment leur sage FRAPPÉ PAR LA  vante. « Catherine Deneuve est une “vertu” problèmes de financement ont été réglés en même d’un duo si soudé. Sur les photos pri­
Catherine pourrait­elle donc être heureuse plutôt pâlotte » juge le critique du Monde. quelques mois, et Demy et son actrice princi­ ses sur le tournage de Benjamin ou les mé­
avec un tel séducteur ?
COMPLICITÉ DE LEUR « Positivement inexistante tant elle est fade », pale bénéficient de la meilleure exposition moires d’un puceau, le réalisateur Michel De­
DUO ET CETTE  assènent Les Lettres françaises. médiatique possible. ville voit encore aujourd’hui les marques
ENCORE DANS SA CHRYSALIDE Nous en sommes donc là. Des deux sœurs, Jusque­là, jamais les deux sœurs ne d’« infinie tristesse » sur le visage de Cathe­
Lorsqu’on plonge dans les journaux de l’épo­ FAÇON QU’A L’UNE  l’une multiplie les rôles au théâtre et au s’étaient vraiment retrouvées en compéti­ rine Deneuve. C’est là qu’elle a appris la mort
que, Françoise Dorléac apparaît dans les pa­ cinéma pour bâtir la carrière dont elle rêve, tion. Mais en cette année 1964, Les Parapluies de sa sœur. « Le deuil est asphyxiant, et les im­
ges théâtre dès 1960 – elle joue alors Gigi, de DE TERMINER l’autre saisit en dilettante les chances qui de Cherbourg remporte la Palme d’or au pératifs de production ne lui ont pas laissé le
Colette – et dans la foulée à la rubrique LA PHRASE  passent. C’est peu de dire que le destin est gé­ Festival de Cannes. Catherine est partout, sur temps de reprendre son souffle. Elle ne l’a
cinéma. « La fiancée numéro trois de Roger néreux avec elle en mettant sur sa route Jac­ la Croisette et dans les journaux. A l’inverse, d’ailleurs pas demandé, se souvient le ci­
Vadim », c’est ainsi que la presse surnomme COMMENCÉE ques Demy. Depuis 1961, le réalisateur de La Peau douce, de François Truffaut, dont néaste. Peut­être que les contraintes du tour­
au même moment la jeune Deneuve. On ne 29 ans travaille avec son « frère de création », Françoise Dorléac est l’héroïne avec Jean nage et l’obligation de jouer l’ont tenue au
la remarquait pas derrière sa sœur si extra­ PAR L’AUTRE le compositeur Michel Legrand, sur un pro­ Desailly, est éreinté par la critique. Françoise bord du précipice. »
vertie. Cette fois, elle disparaît carrément jet de comédie musicale. L’histoire doit se n’a pourtant jamais eu de rôle si profond. Deneuve s’est noyée dans le travail. La lon­
derrière une ombre plus écrasante encore. dérouler à Cherbourg, sur fond de guerre Truffaut, qui, comme souvent avec les actri­ gue liste de films des dix années suivantes –
Car ce « numéro trois » dont elle se retrouve d’Algérie, et mettre en scène une jeune fille, ces, en est tombé amoureux, n’a pas seule­ 26 longs­métrages, enchaînés les uns à la
affublée dissimule la véritable gageure : Geneviève, et son amoureux, Guy, bientôt ment filmé sa sensualité et son exubérance, suite des autres –, c’est le deuil de Françoise.
succéder à la numéro une, Brigitte Bardot. appelé du contingent dans les Aurès. il a aussi saisi un peu de la fêlure de son âme. Quelques mois après le drame, son agente,
Déjà, Annette Stroyberg était constamment Enceinte de lui, Geneviève renonce à l’atten­ C’est l’apprentissage des injustices de la Giovannella Zannoni, lui avait demandé :
comparée à celle qui l’avait précédée. Le jeu dre pour un mariage de convenance qui vie. Que Catherine connaisse le succès sans « Ne pensez­vous pas que vous pourriez re­
des ressemblances reprend avec la « nouvelle légitimera son enfant. l’avoir voulu provoque chez Françoise une prendre votre nom ? » Elle y a renoncé. Sur ses
découverte de Vadim ». Catherine, elle­ Autant dire que Demy entend aborder meurtrissure profonde. « Cela a terni mon papiers d’identité figure bien le nom de la fa­
même, a décidé « par amour », dit­elle, de se deux des tabous de la société : cette guerre plaisir », confiera plus tard Catherine De­ mille. Mais, pour le cinéma, Catherine reste
teindre en blonde et d’adopter la coiffure dans laquelle la France s’enlise, et les neuve. Mais ce chagrin ne les fâche pas. Trop Deneuve. Dorléac désigne à jamais sa sœur. 
« choucroute » lancée par BB. Comment contraintes qui pèsent sur la plupart des jeu­ de complicité et de souvenirs d’enfance les raphaëlle bacqué
mieux proclamer que pour Vadim toutes les nes gens dans ce pays conservateur où la lient. Et puis, si Deneuve est heureuse
femmes sont interchangeables, pourvu pilule n’est pas autorisée et l’avortement professionnellement, sa vie privée bat de Prochain article
qu’elles ressemblent à Bardot ? proscrit. Une sorte d’anti­Vadim… l’aile. « J’aime les chenilles, pas les papillons », L’obscur objet de leur désir
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

24 |
L’été en séries 0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020

FLORENCE WOJTYCZKA

Hannah Arendt,
L
ors d’une visite sur le front de avant de s’évader et de s’exiler aux Etats­
la Grande Guerre, l’empereur Unis, en 1941. Dès lors, à travers les années

le génie de l’amitié
allemand, Guillaume II, aurait de précarité matérielle, morale et juridi­
fait cette déclaration, au mi­ que (elle reste apatride pendant dix ans),
lieu des cadavres : « Je n’ai pas Arendt va envisager l’amitié comme l’uni­
voulu cela. » Trente ans plus que espace où peut se déployer « l’antique
tard, en 1945, commentant ces mots avec, vertu de modération », le seul lieu qui fait
à l’esprit, un autre carnage mondial, la droit à cette pluralité où elle discerne le
philosophe Hannah Arendt écrivait : « Ce
qu’il y a d’effroyablement comique, c’est LE COURAGE DE LA NUANCE 2 | 6  Contre la pensée dogmatique, certaines figures cœur de notre condition humaine : « Exer­
cer une influence, moi ? Non, ce que je veux,
que c’est vrai. » Encore vingt ans plus tard,
à l’occasion d’un entretien à la télévision,
du XX siècle ont incarné l’a udace de l’incertitude. Pour la philosophe, la bêtise
e c’est comprendre, et lorsque d’autres gens
comprennent eux aussi, je ressens alors
elle trouvera le même effet comique chez
d’autres « responsables irresponsables »
se combat par le dialogue sincère, où se déploie « l’antique vertu de modération » une satisfaction comparable au sentiment
que l’on éprouve lorsqu’on se retrouve en
qui ont provoqué des massacres, à com­ terrain familier », dit­elle.
mencer par le criminel de guerre nazi Arendt refuse de se dire philosophe, pré­
Adolf Eichmann. « J’ai lu son interroga­ férant se présenter comme « écrivain poli­
toire de police, soit 3 600 pages, de très tique ». Et de même que sa prudence est
près, et je ne saurais dire combien de fois tout sauf théorique, puisqu’elle s’enracine
j’ai ri, ri aux éclats ! », confiait­elle. A ceux qui l’accusent d’avoir relativisé ironie déstabilise ses interlocuteurs, ce cesse avide de rencontres. A 6 mois, « elle dans les années de fuite et la « patience ac­
Ce rire­là est resté en travers de quel­ l’horreur en affirmant que chacun de n’est pas pour les paralyser, mais au con­ est en très bons termes avec n’importe qui, tive » des parias, de même son effort
ques gorges. Il ne fut pas pour rien dans nous cache un génocidaire, Arendt ré­ traire pour les obliger à s’arrêter une se­ à quelques exceptions près, et adore l’effer­ d’imagination se porte moins sur les
la vaste controverse qui suivit la paru­ pond ceci : « Eichmann n’était pas stupide. conde, à faire un retour sur eux­mêmes, à vescence », note sa mère, Martha, dans le idées que sur les personnes, leur honneur
tion d’Eichmann à Jérusalem (1963 ; Galli­ C’est la pure absence de pensée – ce qui renouer avec la liberté. Pas de pensée sans journal quotidien qu’elle tient sous le vulnérable, leur dignité possible.
mard, 1966), réflexion en forme de repor­ n’est pas du tout la même chose – qui lui a dialogue, avec les autres et, pour com­ titre Unser Kind (« Notre enfant »), publié En ce sens, quiconque voudrait décou­
tage pour le magazine américain The permis de devenir un des plus grands cri­ mencer, avec soi. « Parler avec soi­même, dans A travers le mur. Un conte et trois pa­ vrir l’œuvre d’Arendt devrait commencer
New Yorker, qui avait envoyé Arendt minels de son époque. Cela est “banal” et c’est déjà, au fond, la pensée », souligne­t­ raboles, d’Hannah Arendt (Payot, 2017). A non par tel ou tel volume théorique, mais
suivre le procès. Rédigé d’une plume sar­ même comique : avec la meilleure volonté elle. Avoir une conscience aux aguets, se 3 ans, tout en manifestant le désir de se par la correspondance si sensible, si com­
donique, ce texte dépeint Eichmann non du monde, on ne parvient pas à découvrir montrer capable d’entrer dans une dissi­ forger une langue à soi, Hannah apparaît plice, avec Heinrich Blücher, son second
pas comme un monstre sanguinaire, en Eichmann la moindre profondeur dia­ dence intérieure, voilà le contraire du mal « extrêmement vive, toujours impétueuse ; mari, ou par le recueil d’hommages émus
mais comme un clown grotesque. Tout bolique ou démoniaque. Mais cela ne re­ dans sa banalité : pour Arendt, la pensée et très chaleureuse avec les étrangers ». intitulé Men in Dark Times (« Des hommes
en regrettant que ce ton narquois ait pu vient pas à en faire un phénomène ordi­ est un héroïsme ordinaire. D’où son insis­ dans les temps sombres ») et traduit en
blesser certains lecteurs, Arendt n’en re­ naire. Il n’est pas donné à tout le monde de tance sur le « manque d’imagination » UNE PRUDENCE TOUT SAUF THÉORIQUE français sous le titre Vies politiques (Galli­
vendiquera pas moins la nécessité. « Je ne pouvoir évoquer, en montant sur l’écha­ d’Eichmann, l’impossibilité qui était la Plus tard, elle gardera ces traits de mard, 1974). On y trouve notamment des
continue à penser qu’on doit pouvoir rire, faud, que les phrases toutes faites que l’on sienne de se mettre à la place des autres. caractère : parfois cassante et même textes magnifiques consacrés à la « poli­
parce que c’est en cela que consiste la sou­ prononce à tous les enterrements. » C’est aussi la raison pour laquelle cet vacharde, elle ancrera son impatience tesse du cœur » qui distinguait le roman­
veraineté, et que toutes ces objections On l’aura compris, Arendt ne confond héroïsme de la pensée se confond large­ dans une générosité exigeante. En 1914, cier Hermann Broch, à la bouleversante
contre l’ironie me sont d’une certaine ma­ pas l’intelligence avec l’érudition, ni ment, chez elle, avec le génie de l’amitié : alors que son père vient d’être emporté solitude du critique Walter Benjamin, qui
nière très désagréables, au sens du goût, l’audace avec la culture – elle connaît « C’est seulement parce que je peux parler par la maladie, la fille de 7 ans console sa s’est donné la mort, en 1940, à Port­Bou
c’est un fait », précisera­t­elle à la radio. assez d’intellectuels pour savoir que avec les autres que je peux également mère à la manière d’une vieille cama­ (Pyrénées), pour échapper à l’arrestation,
beaucoup d’entre eux, y compris parmi parler avec moi­même, c’est­à­dire pen­ rade : « Tu sais, maman, cela arrive à beau­ ou encore au politologue Waldemar Gu­
LA PENSÉE, UN HÉROÏSME ORDINAIRE les plus prestigieux, sont aussi médiocres ser. » Le parcours intellectuel de la philo­ coup de femmes. » Dès lors, elle qui n’aura rian, à propos duquel Arendt écrit : « Il
Afin d’expliquer ce goût tenace, on peut que dociles. « Je pouvais constater que sophe est structuré par cet idéal de l’ami­ jamais d’enfant s’adressera toujours en avait accompli ce qui est notre tâche à
mentionner une sentence du drama­ suivre le mouvement était pour ainsi tié, à la fois explication avec l’autre et élu­ amie à ses proches, parents, maris, tous : établir sa demeure en ce monde et la
turge allemand Bertolt Brecht, qu’Arendt dire la règle parmi les intellectuels, alors cidation de soi. amants ou même présumés ennemis. bâtir sur la terre grâce à l’amitié. »
aimait citer : « Il faut écraser les grands que ce n’était pas le cas dans les autres mi­ Toute jeune déjà, la petite Hannah, qui En 1933, après avoir été arrêtée à Berlin Même quand elle semblera péremp­
criminels politiques : et les écraser sous le lieux. Et je n’ai jamais pu oublier cela », se est née à Hanovre, en 1906, de parents pour « propagande mensongère », toire, comme elle le fut parfois dans sa
ridicule. » Mais, aux yeux de la philoso­ souvient cette juive allemande qui avait socialistes et cultivés, se montre sans Arendt tombe sur un policier apparem­ manière de prendre position contre la
phe, ce parti pris constitue bien plus dû fuir son pays après la prise du pouvoir ment mal à l’aise avec le nouveau pou­ guerre du Vietnam ou pour les droits civi­
qu’une arme politique. Il engage tout un par Hitler. voir nazi, et qui lui inspire d’emblée con­ ques aux Etats­Unis, Arendt restera fidèle
rapport à la liberté de juger. L’ironie intro­ Pour elle, la « bêtise » désigne plutôt un SI SON IRONIE DÉSTABILISE  fiance. De fait, il lui permettra de sortir et à cette conception de l’amitié comme dé­
duit du jeu là où la pensée étouffe, elle re­ certain rapport à soi, une manière de donc de quitter le pays : « Cet homme qui sir de la confrontation sincère. Opposer
met le langage en mouvement. Or, pour coller à ses propres préjugés, jusqu’à deve­ SES INTERLOCUTEURS,  m’avait arrêtée avait un visage si ouvert, si l’idéologie à l’idéologie et les slogans aux
l’autrice des Origines du totalitarisme nir sourd aux vues d’autrui. Vous vous honnête », se souviendra Arendt. Au slogans, lui apparaîtra toujours comme
(1951 ; Gallimard, 2002), l’expérience tota­ adressez à quelqu’un et vous avez l’im­ CE N’EST PAS POUR  même moment, elle verra se fermer bien un signe de lâcheté. A ses yeux, les certitu­
litaire est d’abord celle d’une langue vitri­ pression de parler à un mur ? A coup sûr, d’autres faces, et cette déception orien­ des des « sectes » intellectuelles seront
fiée. La « banalité du mal », cette formule vous touchez du doigt la bêtise. Celle qui
LES PARALYSER, MAIS  tera désormais son rapport au monde : bien moins éclairantes que la « lumière in­
d’Arendt qui a provoqué tant de polémi­ permet à un homme de faire fonctionner AU CONTRAIRE POUR  « Vous savez ce que c’est qu’une mise au certaine, vacillante et souvent faible » des
ques, concerne moins les individus que une immense machine de mort sans pas. Cela signifiait que les amis aussi êtres chers. Lire ses textes, en hériter
leur discours. L’homme du mal ne dit que éprouver le moindre scrupule, parce que LES OBLIGER À S’ARRÊTER  s’alignaient ! Le problème, le problème aujourd’hui, c’est relancer un art de la
des banalités ; Eichmann est « incapable son entendement tourne à vide, et que ce personnel n’était donc pas tant ce que nuance qui se confond avec la revendica­
de prononcer une seule phrase qui ne fût pur fonctionnement le comble. UNE SECONDE, À FAIRE UN  faisaient nos ennemis que ce que faisaient tion de l’ironie et l’exigence de l’amitié. 
pas un cliché ». Peu importe qu’il soit ou En cela, Arendt s’enracine profondé­ RETOUR SUR EUX­MÊMES,  nos amis », se souvenait cette réfugiée qui jean birnbaum
non un pauvre type, l’essentiel est qu’il ment dans la philosophie antique, et avait gagné la France, où elle fut internée
débite de misérables stéréotypes. d’abord dans l’héritage socratique. Si son À RENOUER AVEC LA LIBERTÉ au camp de Gurs, dans les Pyrénées, Prochain article Raymond Aron
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020

L’été en séries | 25

LE DUO JAKOB-MACFARLANE ET LA MAISON


DE CONSTANTIN MELNIKOV À MOSCOU
RÊVES D’ARCHITECTES 2 | 6 Les créateurs de l’a gence Jakob + MacFarlane reviennent sur leur visite, en 2000, de la demeure de l’a rtiste russe

F
ondateurs en 1992 de l’agence B. McF. : Il avait été mis sur la touche en
Jakob + MacFarlane, la Française tant que formaliste, dès les années 1930…
Dominique Jakob et le Néo­ La maison, elle, a été construite entre
Zélandais Brendan MacFarlane 1927 et 1929. C’étaient les golden years.
développent ensemble une architecture Sur les plans, on voit qu’il a commencé
inventive et décomplexée, tout en formes avec le carré, pour dériver vers le cercle. Il
« blobuleuses » et en couleurs pop. Le y a quelque chose de mécanique dans
Georges, le restaurant du Centre cette idée que deux géométries imbri­
Pompidou, la Cité de la mode et du design, à quées en créent une troisième, qui
Paris, ou le FRAC Val de Loire comptent entraîne tous ces jeux entre la transpa­
parmi leurs réalisations les plus célèbres. rence et l’opacité, la profondeur et le
Dominique Jakob : En 2000, le Musée mouvement…
d’architecture de Moscou nous a invités à D. J. : Le travail d’imbrication continue
faire une exposition sur le Georges, le jusque dans les menuiseries…
restaurant du Centre Pompidou, qu’on B. McF. : … Superbe ! Cette fascination
venait de finir. On ne connaissait pas qu’il avait pour l’esthétique industrielle,
Moscou : on en a profité pour visiter. qu’on retrouve dans ses garages, dans ses
J’avais eu la chance, dans mes premières centres des congrès, il l’amène vers une
années d’école d’architecture, d’avoir architecture de l’habitat, très intime…
Jean­Louis Cohen comme prof, sur le Pour l’Exposition internationale des arts
constructivisme russe. Et toi, Brendan, tu et techniques de Paris, en 1937, il avait fait
l’avais eu comme enseignant à Boston… deux projets de garages de voitures – ja­
Du coup, on est un peu allés voir tous les mais réalisés –, qui partaient eux aussi
projets. On voulait visiter la maison de d’un travail sur le cercle. Dans l’un des
Constantin Melnikov [1890­1974 ; figure projets, il y en avait neuf ! L’idée était que
majeure de l’avant­garde architecturale les voitures devaient avancer tout le
russe], mais on ne savait pas si elle était temps, ne jamais revenir en arrière. C’est
toujours là. Elle était bien là, on a frappé à extrêmement formel, mais c’est d’une
la porte, une personne est venue… beauté effroyable.
Brendan MacFarlane : … C’était Viktor… D. J. : C’était un fou de géométrie…
D. J. : … Le fils de Melnikov ! Il a hésité B. McF. : … C’est clair. Dans ce garage, le
avant de nous ouvrir la maison… cercle a une raison d’être. Dans la maison,
B. McF. : Il nous a dit : « On ne fait pas de au contraire, la géométrie paraît sans
visite. La maison appartient à la famille, rapport avec le site.
c’est privé, thank you very much. » La maison de l’artiste D. J. : Ça va avec le côté modulaire, préfa­
D. J. : Il habitait là. Il devait avoir 70 ans. Constantin Melnikov, briqué. On peut transporter la maison
Mais était extrêmement vif… à Moscou, vue de l’intérieur ailleurs. L’avantage du cercle, c’est que ça
B. McF. : Très enthousiaste ! Entre notre (en 2015) et de l’extérieur s’adapte partout…
enthousiasme et le sien, hop, il nous a (en 2016). DENIS ESSAKOV B. McF. : Il n’y a pas de sens. Si on
laissés entrer. n’avait pas coupé une tranche pour faire
D. J. : Le fait qu’on soit étrangers a peut­ une façade sur la rue, une tranche qui lui
être joué. Il s’est peut­être dit que ça pou­ l’endroit où ces grands volumes s’imbri­ murs étaient jaunâtres. Les parties habi­ comme il se l’imaginait, mais en s’en te­ donne son ancrage, son échelle, ce serait
vait être intéressant de parler avec des ar­ quent, et presque étriquée ailleurs. Au tat sont presque trop intimes… L’espace nant aux techniques qu’il avait le droit alors volatil, flottant. Depuis le jardin,
chitectes qui venaient de France. Il avait rez­de­chaussée, les espaces deviennent de travail, au contraire, est très grand, très d’utiliser à l’époque. Je crois qu’il ne pou­ on est vraiment sans échelle. C’est in­
peur de perdre sa maison à l’époque. Ça très intimes, presque bourgeois, cachés… lumineux, ouvert sur une immense baie vait utiliser que de la brique et du bois, compréhensible. Ce côté caché est le
pouvait valoir le coup de valoriser un peu C’est là qu’il y a la cuisine, la pièce de vie, vitrée et sur une grande terrasse qui est qu’il les a ensuite recouverts d’un enduit plus radical. Mais cette géométrie ren­
ce patrimoine. avec un poêle du XIXe siècle pour chauf­ elle­même reliée à un des toits. donnant l’impression que c’est du béton. voie aussi à des motifs folkloriques rus­
B. McF. : La parcelle qui s’étendait der­ fer ! C’est presque une datcha pour moi. B. McF. : C’est une maison atelier. C’est B. McF. : Cette pauvreté des matériaux ses. Ces formes hexagonales, c’est Andreï
rière la maison était très grande au mo­ Toute l’esthétique un peu lourde, byzan­ là qu’il travaillait, dans ce grand espace où était imposée, sans doute pour des Roublev, Tarkovski… C’est presque reli­
ment de la construction, en 1925. Ce tine, du folklore rouge. arrive toute cette lumière – pour un ar­ raisons de pénurie. Le low­tech créait une gieux… La maison est à la fois ancrée
n’était pas la campagne, mais la ville était D. J. : Il y a un côté maison cocon, refuge, tiste, c’est extraordinaire ! Avec ces murs image presque high­tech : la maison dans le passé, dans quelque chose de très
assez étalée. Depuis les années 1950­ avec du parquet au sol. A l’époque, les courbes qui réverbèrent encore la lu­ évoque quelque chose comme un silo de vernaculaire, et totalement moderne. Et,
1960, elle n’avait cessé d’être rognée et, mière à l’intérieur… Il n’y a pas de cloison métal percé de trous… en 2000, quand on la découvre, on est en
en 2000, le terrain était assez petit. Pour entre les pièces, seulement des dénivelés. D. J. : Il fallait de toute évidence une plein dans le paradigme de la révolution
Viktor, c’était évident, la prochaine étape, L’escalier, qui est le cœur de la maison, re­ énorme force de caractère pour arriver à digitale. On y a vu, en plus, un précur­
c’était la démolition. lie entre eux les différents niveaux. construire ce rêve dans de telles seur de toutes les capacités de cette révo­
D. J. : Ce qui était vraiment intéressant, « LA GÉOMÉTRIE RENVOIE D. J. : C’est une maison machine. Un conditions. lution !
pour nous, c’est qu’on a pu faire toute la prototype. Elle n’a pas les codes de la mai­ B. McF. : A un moment, on est arrivés D. J. : Les variations autour d’un même
visite avec lui, qui nous racontait com­ À DES MOTIFS  son, plutôt un côté recherche, test… C’est face à un grand tiroir en bois. Et dedans, thème… Il y a un côté artistique, cubiste, à
ment ils vivaient là en famille quand il FOLKLORIQUES RUSSES. ça que j’aime bien ! C’est presque comme couchés les uns sur les autres : tous les la Malevitch, et, en même temps, c’est
était enfant. un exercice géométrique… On pourrait dessins du papa ! C’était un moment in­ comme un codage. Des zéros et des un. Et
B. McF. : Ce n’était pas simple apparem­ CES FORMES HEXAGONALES,  continuer à construire des dizaines de cy­ croyable ! On n’était pas dans un musée, puis c’est extrêmement moderne.
ment. Son père avait cette idée que tout le lindres comme ça, les uns dans les autres. même pas dans une collection privée, on Aucune nostalgie. On sent le travail d’un
monde vivrait dans le même espace, une C’EST “ANDREÏ ROUBLEV”,  Il y a un côté répétitif, qu’on retrouve entrait dans la vie de quelqu’un, au cen­ architecte – d’un artiste – qui crée
philosophie que traduisait parfaitement dans l’agencement des fenêtres hexago­ tre du vortex d’un architecte de génie ! vraiment une œuvre ex nihilo. 
la structure de cette maison qui est cons­
TARKOVSKI… » nales, et des menuiseries… La maison a D. J. : Dans la deuxième partie de sa vie, recueilli par isabelle regnier
tituée de deux cylindres imbriqués l’un BRENDAN MACFARLANE un côté visionnaire, utopiste, extrême. Melnikov a beaucoup peint. Il ne
dans l’autre. Elle est à la fois ouverte, à architecte L’architecte l’a construite exactement construisait plus vraiment. Prochain article Stéphanie Bru

L’ALBUM QUI M’A FAIT AIMER… MOTOWN


Ce « M » majestueux, marque les… –, je suis transporté par peu à peu recomposée : régnaient Bach, Mozart, Jean Stanley Clarke, bossait et en
jaune stylisée par deux penta­ cette beauté radieuse et mé­ Marvin, Stevie, Smokey, The Ferrat et le pop­rock années voulait, au point qu’il aban­
gones et un petit triangle, je lancolique : la complainte in­ Supremes, The Four Tops, The 1970 des aînés. Pas de jazz ni donnera la fac pour se consa­
l’avais aperçu sur les disques troductive du saxophone sur Temptations, The Jackson 5… de blues, juste un recueil de crer pleinement à la musique.
de Stevie Wonder et ceux un tapis de percussions, les Jusqu’à en chercher des mem­ spirituals de Louis Armstrong. Complice plus tard de Faudel
des Commodores, mais sans y lignes groovy imprévisibles bres moins illustres, Tammi Tout un monde à découvrir, ou de Matthieu Chedid, Gérald
prêter plus d’attention. Con­ du bassiste James Jamerson, Terrell, Jimmy Ruffin ou The dont l’écho qui domine alors Toto a depuis publié six
trairement à cet après­midi­là les violons, les voix célestes… Spinners. Et, derrière ce beau est le funk de Michael Jackson albums, dont deux en trio avec
quand mon ami Gérald tend la Et, bien sûr, ce falsetto à monde, le groupe maison, les et d’Imagination. J’ai rapide­ Richard Bona et Lokua Kanza.
pochette de What’s Going On, frissons qui ouvre la porte fabuleux Funk Brothers. ment appris que What’s Going Pour le dernier en date, Sway
chef­d’œuvre de Marvin Gaye, d’un éden musical, Motown. On était le Sgt. Pepper de la (2018), il fut l’invité d’« En sol
de la soul et de l’histoire de la Le nom accolé à ce « M », im­ Eternelle gratitude soul, c’était donc bien par lui majeur », émission de Radio
musique, après avoir déposé primé en marge du visage de C’est avec Motown que se ma­ qu’il fallait commencer. France Internationale, et fit un
« WHAT’S l’album sur la platine. Marvin Gaye s’exposant à la nifeste une nouvelle En conséquence, éternelle choix de cinq chansons. Il
GOING ON » « What’s Happening, pluie, col de l’imper relevé, pathologie : le fétichisme gratitude à Gérald, connu à avait retenu What’s Going On
Brother ? » Il se passe, frangin, l’est aussi, cette fois, dans ma pour un label, qui s’étendra à l’école primaire. A Saint­Cloud pour le don qu’avait Marvin
(1971) qu’en ignorant tout du mémoire. Il sera désormais Atlantic (Ray Charles, Aretha (Hauts­de­Seine), ville grand­ Gaye de « spiritualiser la
MARVIN GAYE contexte de ces chansons pu­ synonyme de magnificence. Franklin), Stax (Otis Redding, bourgeoise et ennuyeuse, avec sensualité ». Pas mieux. 
bliées en 1971 – les addictions Le lien est établi avec ce son Sam & Dave) et Hi Records (Al deux autres collégiens, on bruno lesprit
de l’auteur, que son pasteur jubilatoire, qui fait danser ou Green, Ann Peebles) en ce qui avait monté un groupe alors
de père tuera le 1er avril 1984, pleurer, et dont les radios concerne la soul. Mot que je qu’on savait à peine jouer. Ce Edition originale
le frère rentré brisé du n’ont jamais cessé de se délec­ n’avais jamais entendu dans Martiniquais venait d’acheter Tamla­Motown.
Vietnam, les émeutes racia­ ter. Celui d’une grande famille un cercle familial où sa première basse en rêvant de Régulièrement réédité en CD.
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

26 |
L’été en séries 0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020

LE CHAMP DE MORTS
D’ALBRECHT ALTDORFER
MES ŒUVRES CULTES 2 6  Notre collaborateur Philippe Dagen, critique d’a rt, revient sur six créations
qui l’o nt marqué. Aujourd’hui « La Bataille d’A lexandre » du peintre allemand de la Renaissance
CELIA CALLOIS

U
n éblouissement. Du plus
loin qu’on l’aperçoit,
l’œuvre aspire le regard.
Non l’œuvre dans sa tota­
lité, mais sa partie haute : le ciel, l’ins­
LA MORT cription flottant dans l’air, dans son
cadre qui semble soutenu comme par
« AGITÉE » des ailes par deux draperies rouge et
rose, et, plus que tout, le soleil, le soleil

DE FÉLIX FAURE comme un œil aux paupières de nua­


ges et de montagnes bleus. Il se couche
sur la vallée de l’Issos, alors qu’Alexan­
dre met en déroute l’armée du roi
perse Darius III et fait prisonnière la fa­
SEXE ET POUVOIR mille de ce dernier. C’était en 333 av.
J.­C. En 1529, Albrecht Altdorfer (vers
1480­1538) peint ce tableau, universel­
lement connu sous son titre abrégé, La
« Le président de la République a Bataille d’Alexandre.
succombé alors qu’il était penché sur les Le ciel donc. Plutôt un théâtre cé­
affaires de l’Etat. » Publié par Le Petit leste. Au centre, en partie caché par le
Journal à côté d’une illustration mon­ panneau volant, une arène ovale de
trant le chef de l’Etat étendu sur le ca­ ciel limpide, bordée par des courbes à
napé du salon bleu de l’Elysée, ce com­ peu près symétriques de nuées. Elles
mentaire qui rit sous cape est l’un des sont de plusieurs nuances de gris, clair
plus sobres spécimens du feu d’artifice et ourlé de blanc du côté où la lumière
de gauloiseries qui accompagnent l’an­ solaire les éclaire par en dessous, som­
nonce de la mort de Félix Faure. Rendre bre du côté de la nuit qu’illumine plus
l’âme dans les bras de sa maîtresse, la faiblement un croissant de lune. Une
plantureuse Marguerite Steinheil, dite écharpe de nuages bleu sombre des­
« Meg » mais qui passera à la postérité sine des entrelacs au­dessus de l’œil
comme « la pompe funèbre », voilà qui solaire, et ce contraste accentue l’éclat
s’inscrit bien en ligne avec les traditions de celui­ci. Cet éclat, blanc en son cen­
d’un pays où le vaudeville est roi. tre, se reflète sur la mer en deux en­
L’après­midi du 16 février 1899 avait droits. L’un, à droite, semble un golfe
paru bien long à Félix Faure, alors âgé profond. L’autre, au centre, est une
de 58 ans. L’appariteur, qui devait faire étendue plus vaste de mer, qui s’en­
tinter deux fois la sonnette lorsque sa fonce jusqu’à la ligne d’horizon. L’es­
bonne amie arriverait, était une tête pace est en effet incommensurable,
en l’air et au lieu de Marguerite, c’est le chaîne de montagnes, estuaire à plu­
cardinal Richard, archevêque de Paris, sieurs bras, cours d’un fleuve qui sem­
qui s’annonça. Trop tard : le président ble scandé de lacs. Ce qu’Altdorfer
avait avalé une de ces pilules – à base de peint, c’est l’Egypte et, au sud, l’Afrique,
quinquina ou de cantharide officinale, la mer Rouge, les montagnes du Sinaï,
on ne sait – qui lui donnaient du cœur la côte de la péninsule Arabique et,
à l’ouvrage. Son chef de cabinet l’avait, plus proche, au milieu de la mer, une
ensuite, rattrapé in extremis pour qu’il île hérissée de monts – Chypre, si l’on
honore son rendez­vous avec le prince se fie à la géographie.
Albert Ier de Monaco, venu plaider la C’est extravagant et incontestable : il
cause de Dreyfus. y a dans ce tableau une vue de la Médi­
Enfin débarrassé des importuns, Félix terranée orientale, de l’Asie mineure
Faure aurait absorbé une seconde jusqu’à la rive égyptienne et bien au­
pastille aphrodisiaque, quitte à forcer delà. Le regard peut se perdre dans
la dose. Emporté par une hémorragie l’examen de ces reliefs et des côtes. « La Bataille d’Alexandre »(1529), d’Albrecht Altdorfer. BPK,BERLIN/ RMN-GRAND PALAIS / IMAGE BSTGS
cérébrale, ce modéré, qui n’en était pas Que l’estuaire aux sept bras soit le
moins mégalomane et n’a guère brillé delta du Nil, on ne le comprend que
par ses qualités de visionnaire, plus tard, mais cette identification ne les unes et les autres appartiennent, rité de sa parole, autant d’exemples de Sur les étendards portés par les soldats,
aura droit, entre deux bons mots rend que plus manifeste l’ambition de en dépit des grands drapeaux mar­ vertus publiques ou privées. le peintre a aussi inscrit, en allemand
graveleux, à ce jugement de l’artiste. Il est le peintre des espaces cé­ qués de raies, de symboles ou d’écritu­ Le tableau d’Altdorfer est également abrégé, les chiffres des pertes : des
Clémenceau : « Faure est retourné lestes et de l’immensité du monde. res qui semblent d’abord illisibles. une leçon de morale, mais plus cryp­ 32 000 fantassins et 4 000 cavaliers
au néant, il a dû se sentir chez lui. » Pour que son œil puisse embrasser Cette mêlée est prise entre une mon­ tée. Darius est identifiable à son nom d’Alexandre, 300 des uns et 150 des
l’un et l’autre, il faudrait qu’il soit en lé­ tagne où un château a été bâti, des rui­ inscrit sur le disque doré fixé à son char autres ; des 300 000 hommes à pied et
Défense républicaine vitation, aussi haut que les nuages. Ce nes et, plus loin encore, un camp de que tirent trois chevaux blancs. 100 000 hommes à cheval de Darius,
Cette disparition tragicomique prodige ne peut que produire une stu­ tentes coniques blanches établi près Alexandre l’est aux deux disques atta­ 12 000 et 10 000.
intervient dans un contexte politique peur et une attraction violentes. Dans d’une ville portuaire. Les anachronis­ chés aux harnais de son cheval, blanc Altdorfer semble avoir pris ces préci­
tendu. Destinataire du « J’accuse » de cette partie, la peinture tient de la mes abondent. Cette cité a plusieurs lui aussi : Alexander Magnus. Il pour­ sions à son contemporain l’historien
Zola en 1898, Félix Faure, conservateur mappemonde, mais sans rien des si­ églises à clochers et coupoles ; l’archi­ suit Darius qui s’enfuit tout en se re­ Johann Turmair (1477­1535), dit Aventi­
fidèle à l’armée, n’a cessé de s’opposer à gnes propres aux cartographes. tecture du château sur la montagne tournant pour voir son vainqueur. Jus­ nus, né, comme lui, à Rastibonne, pré­
la révision du procès, malgré des doutes est plus de style renaissance qu’anti­ qu’ici, il n’y a rien qu’une scène de cepteur des fils du duc de Bavière et
grandissants sur la culpabilité du Les anachronismes abondent que ; les cuirasses et les casques sont guerre. Mais un groupe de femmes, lecteur savant des historiens latins.
capitaine Dreyfus dont atteste son Dans son autre partie, elle tient de aussi modernes, semblables à ceux près de leurs chariots, regardent fuir Les chiffres qui figurent sur les ban­
journal, publié en 2009. Sa mort fait l’épopée à portée universelle. Darius que produisent les armuriers de Nu­ Darius, et les historiens y reconnais­ nières ne sont pas conformes à ceux
voler en éclats le statu quo. Organisée s’enfuit, Alexandre et les Grecs triom­ remberg – ou ceux de Ratisbonne, cité sent sa famille, qui est faite prisonnière du panneau volant, dont le texte latin
en seulement deux jours – un record –, phent des Perses. Autrement dit, l’Oc­ natale de l’artiste. Altdorfer peint­il la lors de la bataille, et qu’Alexandre traite a remplacé, dès le XVIe siècle, un texte
l’élection de son successeur Emile cident triomphe de l’Orient. L’histoire bataille d’Issos ou une bataille comme alors avec magnanimité. Se montrer en allemand plus long, qui n’est plus
Loubet, proche de la gauche, met en tourne à la légende. il s’en livre de son temps, à Marignan aussi généreux que courageux, épar­ visible à l’œil nu.
émoi la droite antisémite. C’est encore une vue d’en haut, à par exemple, quatorze ans plus tôt, ou gner et protéger les innocents, telle est Ce ne serait que détails d’érudition si
Certains soutiennent que le bon peine moins impossible que celle qui plus récemment, à Pavie, en 1525 ? la leçon morale de l’œuvre. le peintre n’avait pas décidé de rappe­
président Faure aurait été assassiné. s’étend jusque vers le Soudan : le C’est bien pourtant la victoire ler avec tant d’insistance le nombre de
L’activiste ultranationaliste Paul champ de bataille, à l’instant où Da­ d’Alexandre qu’il doit représenter par Un carnage morts. S’il n’avait pas parsemé le ta­
Déroulède improvise un coup d’Etat. rius s’enfuit pour échapper à son vain­ contrat, puisque l’œuvre est l’un des Du moins est­ce ainsi qu’elle est expli­ bleau de ruines, de chevaux et de bé­
De retour des funérailles présidentielles, queur. Le peintre serait placé sur un éléments d’un cycle commandé par le quée d’ordinaire, en se fondant sur la tail mort. Et, plus encore, si les cava­
il saisit la bride du cheval du général promontoire. Au pied de la pente, duc Guillaume IV de Bavière et son présence de ce groupe féminin et sur la liers au premier plan ne piétinaient
Roget, anti­dreyfusard notoire, alors que deux cavaleries s’affrontent, char­ épouse, Marie­Jacobée, margrave de fin du texte inscrit sur le panneau vo­ pas un lit de cadavres, dont les cuiras­
celui­ci regagne avec sa troupe la geant, lances à l’horizontale. Plus loin, Bade. Pour leur résidence muni­ lant aux ailes rouges. Celui­ci raconte, ses, les cimiers et les armes, brisées ou
caserne de Reuilly. En vain, il l’exhorte une autre troupe de cavaliers s’avance choise, ils demandent à des peintres en latin et avec nombre d’abrévia­ abandonnées, sont nettement visi­
à marcher sur l’Elysée. En juin, en triangle. Plus loin encore, là où che­ d’Allemagne du Sud d’exécuter seize tions : « Alexandre le Grand vainc le der­ bles. Au centre, Altdorfer place un fan­
au lendemain de l’annulation de la vaux et cavaliers forment des masses tableaux – sinon plus, car plusieurs se nier Darius après que dans les rangs des tassin mort, couché sur le dos, la peau
condamnation de Dreyfus, le haut­de­ compactes, des colonnes se précipi­ sont perdus – représentant des faits Perses 100 000 hommes de la piétaille déjà grise : représentation simple et
forme du président Loubet est aplati tent et dessinent des boucles. On ne héroïques des histoires grecque, ro­ et plus de 1 000 cavaliers ont été tués. Le crue de la vérité de la guerre.
par un coup de canne nationaliste lors sait à quelle armée, grecque ou perse, maine, juive, et des premiers temps roi Darius et 1 000 cavaliers seulement Rien ne permet de savoir si
d’un steeple­chase à Auteuil. du christianisme. purent se sauver en prenant la fuite, tan­ Guillaume IV a été offusqué par ces ir­
Pour sortir de la crise, se constitue un A Hans Burgkmair sont échus la vic­ dis que sa mère, son épouse et ses en­ ruptions du tragique le plus macabre,
cabinet « de défense républicaine ». Pré­ toire d’Hannibal sur les Romains à fants furent faits prisonniers. » qui contrarient le grand lyrisme épi­
sidé par Waldeck­Rousseau, ce gouver­ LA PEINTURE TIENT  Cannes et le moment où la reine Es­ Etrange commentaire du tableau par que des charges et celui, cosmique, de
nement, qui établira le record de longé­ ther implore son époux, le roi Ahasvé­ lui­même. Alexandre ne se venge pas l’immensité des terres et des cieux. Le
vité (trois ans) de la IIIe République, va DE LA MAPPEMONDE,  rus, de sauver les Juifs de son royaume. sur la famille de Darius, soit. Mais la soleil se couche sur le monde, et la
réhabiliter Dreyfus et accentuer la laïci­ D’autres se voient attribuer pour su­ victoire est un carnage de dizaines de lune se lève sur un champ de morts. 
sation de la société française. En trépas­ MAIS SANS RIEN  jets la mort de Lucrèce, la résistance milliers de morts. Ce serait bien assez philippe dagen
sant en pleine pâmoison, Felix Faure a DES SIGNES PROPRES  acharnée d’Horatius Coclès défendant pour faire hésiter sur le sens que l’ar­
accéléré le cours de l’histoire.  un pont ou Mucius Scaevola mettant tiste donne à son œuvre. A mieux la re­ Prochain article « Casino »,
jean­michel normand AUX CARTOGRAPHES sa main dans le feu pour attester la vé­ garder, d’autres éléments se révèlent. d’Annette Messager
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
MERCREDI 26 AOÛT 2020

L’été des idées | 27

L
orsque le moine Luther affiche
ses « 95 thèses », le 31 octo­
bre 1517, sur le portail de l’église
de Wittemberg (Saxe), l’Europe
chrétienne est, depuis la fin du
XVe siècle, régulièrement saisie
de frayeurs eschatologiques. Les catas­
trophes naturelles, les épidémies, le pas­
sage de comètes, la naissance d’enfants
difformes sont perçus par la population,
mais aussi par les intellectuels de l’épo­
que, comme les signes annonciateurs de
la fin des temps, de l’arrivée du Jugement
dernier, qui punira ceux qui ont vécu
dans le péché, et rassemblera les autres,
élus de Dieu, dans une cité céleste où ils
vivront le bonheur pendant mille ans. A POÏPOÏ
vrai dire, ces frayeurs n’ont rien de nou­
veau : de telles prophéties ont régulière­
ment surgi au Moyen Age, qui n’a pas été

AU XVI SIÈCLE, LA RÉFORME,E


avare de pestes, de guerres et de famines.
Mais au tournant des XVe et XVIe siècles, du prince ou des magistrats qui dirigent
elles prennent une autre ampleur, pour la cité – celle de Zürich, par exemple, où il
essentiellement deux raisons. applique son idée – est de faire respecter

POUR ÉVITER L’APOCALYPSE


L’invention de l’imprimerie, tout cette éthique vertueuse par tous ses su­
d’abord, qui répand comme une traînée jets (ou ses citoyens). Ce programme de
de poudre images sataniques et libelles « confessionnalisation » du pouvoir poli­
prophétiques. Le Pronosticon (vers 1480) tique et social facilitera le ralliement à la
de l’astrologue Johannes Lichtenberger, Réforme des bourgeoisies et des nobles­
prévoyant une conjonction désas­ ses du Nord de l’Europe, prompts à la fois
treuse des planètes pour les décennies à à profiter de l’occasion pour confisquer
venir, est diffusé dans toute l’Europe.
Les quinze planches de L’Apocalypse
RÉINVENTER LE MONDE 2 | 6 Dans une Europe chrétienne confrontée les richesses du clergé et des monastères
et à réprimer les révoltes paysannes…
(1498) de Dürer connaissent le même
succès. Qu’une inondation catastrophi­
aux catastrophes naturelles et aux épidémies, dans Luther lui­même parcourt l’Allemagne
pour prêcher la soumission et dénoncer
que frappe Rome (1495) ou qu’une « bête lesquelles elle voit l’annonce de la fin des temps, une série les anabaptistes, ce qui le fait qualifier à
monstrueuse » surgisse à Ravenne (1512), son tour d’Antéchrist par Müntzer !
images et textes interprétant ces « si­ de « programmes », notamment ceux de Luther et de Calvin, Ulrich Zwingli meurt en 1531 dans la
gnes » se répandent dans toute l’Europe. guerre qui oppose les cantons suisses
A l’hiver 1524, la conjonction entre une s’emploie à réconcilier Dieu et son peuple catholiques aux cantons luthériens. Son
météo européenne pluvieuse et l’an­ idée est reprise et instaurée à Genève
nonce par les astrologues d’un nouveau par Jean Calvin, un autre prêtre réformé
déluge pousse une partie de la popula­ qui avait gagné les magistrats de la ville
tion de Londres à se réfugier dans à sa cause. C’est finalement sous cette
les hauteurs environnantes, les Ro­ forme calviniste que la Réforme se ré­
mains à s’installer dans les étages supé­ réinventions, des opportunités et des dan­ quant la justice de Dieu et le « pur Evan­ pandra à partir de 1555, quand Calvin en­
rieurs, des seigneurs rhénans et des ma­ gers nouveaux, des vengeances et des vio­ gile », appellent à l’annulation des dettes, verra ses « ministres » en France, puis en
gistrats toulousains à faire construire lences, des premières négociations, des à l’abolition du servage, au partage des Angleterre (dans sa variante anglicane).
des arches de Noé… compromis immédiats et des tentatives terres et à la participation des paysans à A la religiosité individuelle de Luther,
de rétablissement d’un ordre stable ». NOUS SOMMES BIEN la décision politique. Les paysans de Calvin ajoute un objectif de réformation
LE SORT PERFECTIBLE DE L’HOMME Les violences, en effet, ne manqueront Souabe, en révolte à partir de 1523 contre politique, beaucoup moins radical, il est
Les penseurs de la Renaissance et de l’hu­ pas. Non seulement ces « programmes »
DANS L’UN DE CES l’impôt et les corvées alors que sévit une vrai, que celui des utopistes ou des révo­
manisme, ensuite, sont passés par là. La sont concurrents mais, rapidement, « JOURS D’APRÈS », crise économique frappant toute l’Eu­ lutionnaires.
traduction des textes bibliques, de la ils s’opposeront, débouchant sur la lon­ rope, écoutent les prêches de Thomas Au terme d’une longue et terrible lutte
science des Arabes (l’astronomie) et des gue et sanglante séquence des guerres UN DE CES TEMPS Müntzer (Lettre aux gens d’Allstedt, 1525), au nom du rétablissement de la « vraie
Anciens, grecs et romains, autorise de de religions, avant le « retour à l’ordre » qui préconise l’établissement d’un foi », ce programme « cujus regio, ejus re­
nouvelles interprétations dépassant les sous la coupe des princes et des mo­ DE L’HISTOIRE OÙ royaume de Dieu sur Terre. La richesse ligio » (la religion du prince est celle de
dogmes et les prêches de l’Eglise qui ap­ narques absolus. S’OUVRE « UN CHAMP serait abolie. Les seigneurs, bourgeois et ses sujets) finira également par satisfaire
pellent à la repentance et à la soumis­ N’anticipons pas : la gamme des pro­ moines impies seraient passés au fil de le pape de Rome. Auparavant, la Réforme
sion face à la punition divine. L’idée que grammes qui éclosent alors – essentielle­ DES POSSIBLES POUR l’épée, car travailler au bénéfice des ri­ ayant été rejetée par les « papistes », l’Eu­
l’homme puisse se rapprocher de Dieu et ment en Europe du Nord, où la volonté ches éloigne les hommes du service de rope avait été ravagée pendant plus d’un
de sa perfection par la connaissance et la de secouer la domination politique du LES SOCIÉTÉS » Dieu. Les utopies ont une fin : Müntzer siècle par une terrible et sanglante
foi pour échapper aux malheurs du pape romain est la plus forte – va de périt à la tête de son armée de paysans guerre civile. Epuisé, sans vainqueurs ni
monde fait son chemin dans la pensée l’Utopie (1516) de l’Anglais Thomas More, sous les coups des princes luthériens à la vaincus, le continent n’avait retrouvé la
occidentale. Dieu est de miséricorde et où les hommes éclairés par la sagesse de bataille de Frankenhausen (15 mai 1525). paix qu’à la faveur du traité de Westpha­
de bonté, pas le cruel vengeur de nos pé­ Dieu vivent en liberté dans un pays idéal, lie (1648), prévoyant un partage des terri­
chés. Le sort de l’homme n’est pas fixé à la sélection, par les prêcheurs anabap­ « CONFESSIONNALISATION » DU POUVOIR toires entre princes catholiques, au sud,
une fois pour toutes par une obscure vo­ tistes Jan Matthijs et Jean de Leyde, du Les « programmes » qui finirent par rem­ et princes réformés, au nord. La condi­
lonté divine, mais il est perfectible par « peuple élu de Dieu ». Ces derniers s’em­ porter cette compétition entre « réfor­ tion sociale et les libertés politiques
l’action et le savoir. A condition, bien sûr, parent de la municipalité de Münster (Al­ mations » seront, d’une part, ceux de de ceux – paysans, bourgeois, clercs et
d’être guidé par la vraie parole de Dieu, lemagne du Nord) en 1533 pour attendre Luther (1483­1546) et Calvin (1509­1564), érudits humanistes – qui avaient mené
celle de la Bible et des Evangiles – enfin le retour du Christ mort sur la Croix d’autre part celui de la Contre­Réforme la révolte religieuse ne s’étaient guère
traduits en langue vulgaire et diffusés mille cinq cents ans plus tôt. Ils y instau­ catholique. Pour Luther, nul besoin de ra­ réellement améliorées. Si la paix fut ré­
par les libraires – et non plus celle de rent une vie communautaire sans argent ¶ cheter ses péchés en payant des indul­ tablie, écrivent David Chaunu, Séverin
l’Eglise de Rome. ni mariage et massacrent leurs oppo­ « “Le jour d’après” : comment gences au clergé de Rome et en se pliant Duc et Antoine Sénéchal, c’est parce que
Ainsi éclot, dans les deux premières dé­ sants – avant d’être massacrés à leur tour s’établit une nouvelle domina- à ses rituels. Il importe avant tout de re­ « le consentement de la société politique à
cennies du XVIe siècle, une série de pro­ par une coalition de princes catholiques tion », dossier coordonné par David cevoir individuellement la grâce divine être gouvernée forme le moment clé
grammes de « désangoissement », pour et luthériens venus assiéger la ville. Chaunu, Séverin Duc et Antoine Séné- et de suivre les préceptes de l’Evangile. Si de la résorption de la crise ». Le « jour
reprendre l’expression de l’historien De­ L’historienne Marion Deschamp cons­ chal, Mefrim no 132-1, juillet 2020 la réalité du fameux affichage de ses thè­ d’après » est autant l’histoire d’une rup­
nis Crouzet, avec, en ligne de mire, la ré­ tate également, mais au sud de l’Allema­ Dieu en ses royaumes. Une histoire ses, marquant le début officiel de la « Ré­ ture que celle de la construction du re­
conciliation entre Dieu et son peuple. gne, une flambée d’écrits utopiques des guerres de religion, de Denis forme », est parfois contestée par les his­ tour à la normale, lorsque l’Etat et les
Nous sommes bien dans l’un de ces (comme le Wolfaria (1521) de Johann Crouzet (Champ Vallon, 2008) toriens, il est en revanche certain qu’elles hiérarchies sociales et économiques re­
« jours d’après », un de ces temps de l’his­ Eberlin von Günzburg, qui décrit une Les Guerriers de Dieu. La Violence sont aussitôt imprimées et largement prennent leur place. 
toire où, pour reprendre la définition des cité idéale chrétienne), de complots (les au temps des troubles de religion, diffusées dans toute l’Allemagne. antoine reverchon
historiens David Chaunu, Séverin Duc et « Bundschuh ») et d’écrits collectifs révo­ de Denis Crouzet (Champ Vallon, 1990) Un des luthériens de la première heure,
Antoine Sénéchal, s’ouvre « un champ des lutionnaires – les 14 articles du « pauvre Les Fanatiques de l’Apocalypse, de Ulrich Zwingli (1484­1531), ajoute à cet in­ Prochain article Louis XVI guillotiné,
possibles pour les sociétés » : « le temps des Conrad » (1512), par exemple – qui, invo­ Norman Cohn (Julliard, 1962) dividualisme religieux l’idée que le rôle place au peuple souverain
UPLOADED BY "What's News" vk.com/wsnws TELEGRAM: t.me/whatsnws

0123
28 | 0123 MERCREDI 26 AOÛT 2020

Olivier Hassid COVID­19 : 

Médiatisée et
LES RISQUES 
activités à l’étranger pour tester deux vac­ risation d’urgence pour l’hydroxychloro­
DE LA COURSE  cins. Quelque 20 000 personnes en Améri­ quine, qu’elle a dû suspendre depuis.

polymorphe, la violence
AU VACCIN que latine, au Maroc, dans les Emirats ou en
Russie sont actuellement soumises à ces
Selon le Financial Times, M. Trump envi­
sage aussi de faire pression sur la FDA pour
essais. La Chine promet d’approvisionner accélérer le projet de vaccin du groupe
les pays dont elle veut s’assurer la clientèle pharmaceutique suédo­britannique Astra­

donne l’impression
politique, notamment en Asie du Sud­Est. Zeneca. Là encore, il reste à ce produit un
La surprise est venue de Moscou, lorsque long chemin à parcourir avant qu’il soit
le président Vladimir Poutine a annoncé, le opérationnel, probablement au­delà de la

d’augmenter
11 août, que le premier vaccin contre le Co­ date fatidique du 3 novembre, jour de l’élec­
vid­19 venait d’être enregistré en Russie, au tion présidentielle américaine. L’espoir
grand étonnement des experts internatio­ ainsi suscité a cependant dopé les Bourses
naux, pour lesquels les travaux des labora­ européennes et Wall Street lundi.
toires russes en étaient toujours au stade La Commission européenne, elle, a con­

L‘évocation d’un « ensauvagement d’une partie


de la société » par le ministre de l’intérieur laisse
A partir du moment où la pandémie
de Covid­19 a pris une dimension
géopolitique, la recherche d’un
vaccin devenait, inévitablement, l’objet de
rivalités entre puissances. Le pays qui, le
des essais préliminaires. M. Poutine entend
livrer 1 milliard de doses précommandées
dans vingt pays, à partir de janvier 2021. Un
second vaccin est supposé être prêt à être
enregistré en septembre – sans le proces­
clu, au nom des Vingt­Sept, des accords
avec cinq entreprises pharmaceutiques tra­
vaillant sur le vaccin anti­Covid pour s’as­
surer que l’ensemble des Etats de l’Union
européenne pourront être approvisionnés
à penser que la violence est en hausse en France. premier, offrira le moyen d’immuniser les sus d’essais internationalement reconnu. rapidement et en quantité suffisante, dès
Or les statistiques policières ne démontrent populations contre ce virus dévastateur Donald Trump ne pouvait pas être en qu’un vaccin sera jugé efficace. Plusieurs de
pourra en tirer un avantage aussi en termes reste, à trois mois de l’élection présiden­ ces vaccins étant en phase III des essais cli­
aucun embrasement, note l’expert de soft power, quelles que soient les erreurs tielle. Sans attendre le vaccin, le président niques, la dernière avant commercialisa­
précédemment commises dans la gestion américain a annoncé dimanche une « per­ tion, cette perspective pourrait se concréti­
de la crise sanitaire. cée historique » dans le traitement du Co­ ser dans les prochains mois.

L
L’Organisation mondiale de la santé vid­19, avec l’autorisation de la transfusion L’approche européenne est unitaire, plus
a crise sanitaire de ces der­ (OMS) suit plus de 170 projets de vaccin du plasma sanguin de personnes guéries à sage et plus respectueuse des procédures.
niers mois, et notamment contre le SARS­CoV­2 à travers le monde. La des patients hospitalisés – un traitement Une course effrénée au vaccin peut certes
l’obligation croissante du Chine, d’où est partie la pandémie, se de­ dont l’efficacité laisse encore de nombreux apporter quelques satisfactions politiques
port du masque, a fait re­ vait de mettre de gros moyens dans ces re­ experts sceptiques. C’est l’agence améri­ au pays qui la remportera. L’avantage sera
surgir le spectre de la violence. cherches : elle affirme être déjà bien avan­ caine du médicament (FDA) qui a procédé à cependant de courte durée si, en brûlant
De l’agression mortelle du CES PHÉNOMÈNES cée. En juin, Pékin a fait appel à des volon­ cette « autorisation d’urgence ». La même les étapes, il a été acquis au détriment de la
chauffeur de bus à Bayonne, le DE VIOLENCE, taires au sein des sociétés d’Etat ayant des FDA avait, au printemps, accordé une auto­ santé de ses ressortissants. 
5 juillet, au passage à tabac, quel­
ques jours plus tard, de l’infir­ POURTANT SI
mière dans un bus qui deman­
dait à deux jeunes personnes de DIFFÉRENTS,
mettre leur masque, l’insécurité
CRÉENT, QUAND

Antoine Bristielle Les antimasque


refait la « une » des médias et
des discours politiques. Le ILS SONT ASSOCIÉS
ministre de l’intérieur, Gérald
Darmanin, va jusqu’à évoquer LES UNS

et les théories du complot


« l’ensauvagement d’une partie
de la société ». Deux France sem­ AUX AUTRES,
blent s’opposer : l’une inquiète, UNE IMPRESSION
abasourdie par le déchaînement
de cette violence au cours de D’HYPERVIOLENCE
l’été, et l’autre, que l’on pourrait
qualifier de « sereine », qui fait le ET SUSCITENT
Le chercheur analyse les résultats d’une enquête sur les motivations de ceux qui refusent
constat froid que les statistiques
policières ne démontrent aucun
UNE ÉMOTION VIVE le port du masque, qui s’inscrivent dans une défiance plus générale envers les institutions
embrasement de notre pays. La
situation n’est pas aussi apoca­

A
lyptique que certains le pensent, des d’aujourd’hui sont moins de
mais pas aussi stable que nature économique, mais da­ lors que, depuis plusieurs cation assez élevé (bac + 2). En cela, ils soit près de 30 points de plus que ce que
d’autres le prétendent. vantage liés à d’autres facteurs semaines, les cas de contamina­ ressemblent assez fortement aux sou­ l’on observe dans le reste de la popula­
(communautaires, psychologi­ tion au Covid­19 sont en aug­ tiens du professeur Raoult s’étant tion – selon différents sondages d’opi­
Délicat à exploiter ques…). Or une telle évolution mentation et que la crainte manifestés sur les réseaux sociaux au nion sur des échantillons représentatifs
Premièrement, la France n’est, générale de la délinquance en d’une seconde vague épidémique est printemps dernier. Cette proximité de l’ensemble de la population, notam­
heureusement, pas les Etats­ France n’est pas forcément cor­ plus actuelle que jamais, de nombreux entre les antimasque et les soutiens de ment le Baromètre 2020 de la confiance
Unis, mais n’est, malheureuse­ rectement reflétée par une ap­ gouvernements ont renforcé les mesu­ Didier Raoult se retrouve lorsque l’on politique du Cevipof.
ment, pas l’Allemagne ou l’Italie proche statistique qui ne res obligeant au port du masque. En demande aux premiers d’exprimer Si la communication fluctuante du
non plus. Les statistiques poli­ s’adapte pas, elle, aussi rapide­ l’absence de traitements efficaces et leur opinion concernant le chercheur gouvernement concernant les mas­
cières sont des données déli­ ment que le phénomène qu’elle dans l’attente d’un vaccin encore hypo­ marseillais : plus de 80 % d’entre eux ques, d’abord déconseillés au début de
cates à exploiter. Une partie des entend mesurer. thétique, le port du masque semble en ont une bonne opinion. D’ailleurs, la crise sanitaire, puis fermement
crimes et des délits ne sont pas Enfin, même si les calculs être le meilleur moyen de freiner la ils ne sont pas moins de 95 % à estimer recommandés, voire, dans certains cas,
reportés à la police et il existe démontraient de manière impa­ propagation de l’épidémie. qu’une personne contaminée par le rendus obligatoires, n’a pu que renfor­
par conséquent « un chiffre rable une baisse des faits de Pourtant, cette mesure est loin de Covid­19 devrait être libre de décider si cer la défiance, le refus du masque a des
noir » difficile à estimer. Les seu­ délinquance, ils n’ont que peu faire l’unanimité. En témoigne, par elle veut ou non être traitée à l’hy­ racines plus profondes. L’adhésion aux
les données fiables se résument d’importance si l’ambiance exemple, le fait que 20 000 personnes droxychloroquine, le traitement­phare différentes théories du complot en est
à celles qui sont relatives aux ho­ d’insécurité est élevée. Face à un ont manifesté à Berlin, le 1er août, pour recommandé par Didier Raoult. un trait caractéristique : 52 % des indivi­
micides intentionnels, tant aux acte d’une violence inouïe, protester contre cette obligation. En La mise en avant de la liberté indivi­ dus interrogés croient par exemple en
Etats­Unis qu’au sein de l’Union aucune démonstration scientifi­ France, si 64 % des citoyens souhaitent duelle est le premier élément expli­ l’existence d’un « complot sioniste » à
européenne. Si le taux d’homici­ que n’aura de poids. Ces actes bel et bien que le port du masque soit quant largement le refus de porter le l’échelle mondiale, contre « seulement »
des est quasiment cinq fois plus sont choquants et traumati­ obligatoire même dans les lieux publics masque. Les contraintes, en particulier 22 % des Français, et 56 % adhèrent à la
élevé aux Etats­Unis qu’en sants. Or ces actes apparaissent ouverts, indiquait un sondage IFOP pu­ lorsqu’elles émanent de l’Etat, sont théorie du « grand remplacement », soit
France, celui­ci est nettement au grand public plus nombreux. blié le 9 août par Le Journal du diman­ massivement rejetées par les person­ plus du double de ce que l’on constate
plus haut en France (1,4 homi­ D’une part parce qu’ils sont che, il n’en demeure pas moins qu’une nes de notre échantillon : 92 % des in­ au sein de la population française.
cide pour 100 000 habitants) médiatisés, mais aussi et peut­ riposte des antimasque s’organise. Sur dividus interrogés considèrent que le Lorsqu’on leur demande d’expliquer
qu’en Allemagne (0,8 pour être surtout parce que ces actes Facebook, de nombreux groupes se gouvernement s’immisce trop dans les raisons de leur refus du masque,
100 000 habitants), d’après les extrêmes sont polymorphes et sont créés afin de revendiquer leur re­ notre vie quotidienne et 57 % d’entre beaucoup justifient leur décision en
données Eurostat. L’Italie a, elle, donnent donc à penser qu’ils fus du port du masque. eux se disent d’accord avec l’idée que, avançant que l’épidémie de Covid­19
un nombre d’homicides deux augmentent. Meurtres multi­ Mais qui sont ces individus et d’une manière générale, chacun serait terminée, voire qu’elle n’aurait
fois moins importants que la ples, actes terroristes, rixes entre pourquoi refusent­ils une telle mesure devrait être libre de faire ce qu’il veut jamais existé, et que les différents gou­
France pour un nombre d’habi­ communautés, rixes entre ban­ de santé publique ? C’est à cette face au risque sanitaire. Le masque ne vernements mentiraient en voulant
tants quasi identique. des, agressions, viols… question que nous répondons à partir serait ainsi que la nouvelle « muse­ nous faire croire le contraire.
Deuxièmement, la délin­ Ces phénomènes de violence, d’une enquête menée par question­ lière » imposée par les gouvernements, La crise sanitaire met en pleine
quance s’est transformée au pourtant si différents, créent, naire auprès de plus de 800 individus, selon l’expression fréquemment utili­ lumière les fragilités de nos démocra­
cours des dernières décennies. quand ils sont associés les uns membres de groupes Facebook anti­ sée par les antimasques. ties. Si, en temps normal, nos institu­
Schématiquement, nous som­ aux autres, une impression d’hy­ masque. Majoritairement féminins tions peuvent fonctionner malgré un
mes passés, en moins de qua­ perviolence et suscitent une (60 %), ils ont, en moyenne, une cin­ Refus de se faire vacciner niveau de défiance extrêmement
rante ans, des hold­up et prises émotion vive. Il est évidemment quantaine d’années et un niveau d’édu­ Chez ces derniers, la défiance envers les important, elles peuvent en pâtir beau­
d’otage à des « rançongiciels », plus agréable et moins risqué de institutions dont émanent ces con­ coup plus gravement dans les périodes
d’une délinquance acquisitive vivre en France que dans traintes est exacerbée et nourrit la mo­ de crise, où les mesures exceptionnelles
violente à une délinquance nu­ d’autres parties du monde. bilisation. Plus de 9 personnes interro­ qui sont prises nécessitent une large
mérique qui laisse peu de tra­ Notre pays n’en connaît pas gées sur 10 n’ont ainsi confiance ni dans approbation de la population. Sans trai­
ces. La délinquance n’a certai­ moins des phénomènes de vio­ les partis politiques ni dans l’institution tement en profondeur des causes de ce
nement pas baissé, mais elle lence qu’il est à la fois nécessaire présidentielle. En 2017, pas moins de manque de confiance dans les institu­
s’est adaptée, et il est probable de mieux appréhender, mais 40 % des antimasque interrogés n’ont tions, il est probable que d’autres épiso­
que cela ait eu des incidences
sur le nombre d’homicides glo­
aussi auxquels il est nécessaire
d’apporter de nouvelles répon­
LES MEMBRES d’ailleurs pas voté au premier tour de
l’élection présidentielle. Chez ceux qui
des de cette nature se présenteront. Et le
prochain est peut­être plus proche
baux. Les homicides liés à la dé­ ses. Face aux phénomènes des DE GROUPES se sont exprimés, les deux candidats qu’on ne le pense : 94 % des antimasque
linquance acquisitive ont cer­ violences conjugales, et même si « antisystème », Marine le Pen (27 %) et interrogés disent qu’ils refuseront de se
tainement diminué, ce qui des marges de progrès impor­ FACEBOOK Jean­Luc Mélenchon (19 %), sont arrivés faire vacciner contre le Covid­19 le jour
laisse supposer que les homici­ tantes restent à faire, juges et en premier dans leurs choix. où un vaccin sera disponible. 
policiers ont vu leur travail for­
ANTIMASQUE Ce rejet des partis politiques classiques
tement modifié et remis en RESSEMBLENT et des institutions conduit ces individus
question au cours des dernières à adopter des attitudes populistes, privi­
années. On est en droit de se ASSEZ FORTEMENT légiant le pouvoir direct du peuple au
demander si les acteurs de la pré­ détriment de celui des élites politiques.
Olivier Hassid, consultant vention et de la répression ne AUX SOUTIENS Ainsi, 84 % des antimasques s’accordent Antoine Bristielle est professeur
en sécurité, est notamment doivent pas également repenser DU PROFESSEUR à dire que c’est le peuple, et non les res­ agrégé de sciences sociales, doctorant
chargé de cours à Paris-X leur mode d’action face à l’en­ ponsables politiques, qui devrait pren­ en science politique, Sciences Po
Ouest-Nanterre semble des actes de violence.  RAOULT dre les décisions les plus importantes, Grenoble, laboratoire Pacte