Vous êtes sur la page 1sur 47

MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR RÉPUBLIQUE DU MALI

ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Un Peuple -Un But -Une Foi

MINISTERE DE L’AGRICULTURE
INSTITUT DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE INSTITUT D’ECONOMIE RURALE
ET SOCIAL

BPE 3485
B.P : 258 ; Rue Mohamed V ; Tél : (223)
Tél : +223 – 20 7765 08 / 223- 7649 93 70 20222606/20223775 ; Fax : (223) 20223775 ;
ides@afribonemali.net Email : direction@ier.gouv.ml ;Site web :
www.ier.gouv.ml
Sotuba ACI- BAMAKO

La perception du changement climatique au Mali : cas des


producteurs céréaliers dans le sous-secteur de Kobala dans
l’Office du Périmètre Irrigué de Baguinéda (OPIB) Koulikoro.

Mémoire de fin de cycle


Présenté par
Bogoba TOGOLA pour l’obtention du diplôme de MASTER 2 en Economie de l’environnement à
l’institut de développement économique et social.

Spécialité : Economie de l’environnement

Directeur de stage Co – Directeur


M. Bandjoucou DEMBELE
Agro-économiste/Chercheur à l’IER/ECOFIL
Dédicace................................................................................................................................................ii

Remerciements....................................................................................................................................iii

Sigles et abréviations..........................................................................................................................iv

Liste des Tableaux...............................................................................................................................v

Liste des figures...................................................................................................................................vi

Résumé................................................................................................................................................vii

INTRODUCTION...............................................................................................................................1

I. MILIEU D’ÉTUDE ET STRUCTURE D’ACCUEIL...............................................................2

a. Présentation du milieu d’étude...............................................................................................2

b. Description du site et structure d’accueil :.............................................................................2

c. Organigramme de l’IER au niveau national :...........................................................................3

d. Présentation du programme de recherche en Economie des Filières (ECOFIL) :.....................4

II. Problématique et ses fondements théoriques ;...................................................................5

a. Méthodologie de travail..........................................................................................................8

b. Collecte, saisie, traitement et analyse des données primaires................................................9

c. Résultats obtenus....................................................................................................................9

III. CONCLUSION ET SUGGESTIONS................................................................................29

a. Conclusion............................................................................................................................29

b. Suggestions...........................................................................................................................29

c. RÉFÉRENCES......................................................................................................................ix

ANNEXES............................................................................................................................................x

i
Dédicace

Je dédié ce mémoire à :


A mon très cher père Mr Fousseyni TOGOLA qui me soutient
toujours dans mes études et qui me prodigue de précieux conseils.
A ma mère Agaïcha TANGARA pour sa patience et son soutient
continue qu’elle ne cesse de m’apporter au cours de ma formation.
J’espère qu’ils trouveront satisfaction dans ce travail.

ii
Remerciements

J’adresse mes vifs remerciements à la Direction générale de L’institut


d’économie rural (IER) et le programme de recherche économie des filières
(ECOFIL).
A mon directeur de stage M. Bandjougou DEMBELE, Agroéconomiste et
chercheur en économie des filières qui a bien voulu diriger mon travail de
recherche.
Au directeur des études de l’institut développement économique et social de
Sotuba.
A l’ensemble du corps professorale l’institut développement économique et
social de Sotuba.
de sans oublier Mr Almami KONIPO.
Et aussi toutes les personnes de loin et de prêt qui m’ont aidée dans la
réalisation surtout les stagiaires de l’ECOFIL pour leur soutien moral,
intellectuel Diallo et les autres.
Mes sincères remerciements à toute ma famille pour leur soutien durant tout
mon cursus.

iii
Sigles et abréviations
AGR : Activités Génératrices De Revenus,
CRRA : Centre Régional de Recherche Agronomique,
DNA : Direction Nationale de l’Agriculture,

ECOFIL : Economie des Filières,

EPST : Etablissement Public à caractère Scientifique et Technologique,

IER : Institut d’Economie Rurale,

ONG : Organisation Non Gouvernemental.

iv
Liste des Tableaux
Tableau 1 : Répartition de l’échantillon par village.............................................................................................10
Tableau 2 : Moyenne personne dans l’exploitation et actifs.................................................................................11
Tableau 3 : Moyenne culture secondaire..............................................................................................................12
Tableau 4 : Moyenne culture primaire..................................................................................................................13
Tableau 5 : Moyenne autre activité agricole qui rapport de l’argent...................................................................13
Tableau 6 : Moyenne activité secondaire..............................................................................................................14
Tableau 7 : Moyennes équipements.....................................................................................................................14
Tableau 8 : MOYENNE ELEVAGE............................................................................................................................15
Tableau 9 : Erosion des parcelles en pourcentage %............................................................................................16
Tableau 10  : Erosion hydrique en pourcentage %.................................................................................................17
Tableau 11  :Erosion éolienne en pourcentage %..................................................................................................17
Tableau 12  : Changement climatique lié au sécheresse en pourcentage %..........................................................18
Tableau 13  : Changement climatique lié aux inondations en pourcentage %......................................................18
Tableau 14  :Changement climatique lié à la diminution de la productivité en pourcentage %...........................19
Tableau 15  :Changement climatique lié à l’augmentation de la productivité en pourcentage %........................19
Tableau 16  : Changement climatique lié aux changements de date de semis en pourcentage %.......................20
Tableau 17  : Le changement climatique est un phénomène négligeable en pourcentage %...............................20
Tableau 18  : Le changement climatique est dû à quoi en pourcentage %............................................................21
Tableau 19  : Les productions sont attaquées par de nouveaux insectes en pourcentage %................................21
Tableau 20  : Les productions sont attaquées par de nouvelles maladies en pourcentage %...............................22
Tableau 21  :Reboisement en pourcentage %........................................................................................................24
Tableau 22  : Nouvelle technique de culture en pourcentage %............................................................................25
Tableau 23  : Nouveaux types de semences en pourcentage %.............................................................................26
Tableau 24  : Engrais chimique en pourcentage %................................................................................................26
Tableau 25  :Engrais organique en pourcentage %................................................................................................26
Tableau 26  :Techniques de gestion d’eau en pourcentage %...............................................................................27
Tableau 27  : Si oui technique de gestion d’eau en pourcentage %.......................................................................27

v
Liste des figures
Figure 1  : Le statut matrimonial............................................................................................................................11
Figure 2  : Niveau d’instruction..............................................................................................................................11
Figure 3  : Exode rural.............................................................................................................................................16
Figure 4  : observation état de la chaleur c'est 5 dernières années.......................................................................22
Figure 5  : observation état de la froid c'est 5 dernières années...........................................................................23
Figure 6  : observation état des pluies c'est 5 dernières années............................................................................24
Figure 7  : Si oui technique de culture....................................................................................................................25
Figure 8: Utilisations insecticides..........................................................................................................................28
Figure 9: Utilisations herbicides.............................................................................................................................28
Figure 10 : Calendrier agricole..............................................................................................................................29

vi
Résumé
Le Mali est un pays à vocation agro-sylvo- pastorale dont 90%de la population dépend
directement de l’agriculture (IER, 2010) dans lequel se trouvent plusieurs filières agricoles
parmi lesquelles la filière maraichère. La production céréalière est une activité socio-
économique très importante en général au Mali et en particulier pour les régions sud et ouest.
La production céréalière occupe une place de choix dans la diversification des revenus qu’au
niveau des producteurs ainsi que des commerçants. Les principales zones de production sont
les bassins de Sikasso, Koulikoro, Ségou et Mopti. L’atout principal repose sur l’existence
d’un grand nombre de périmètre irrigable.
Parmi ces produits, on constate que le maraichage constitue une bonne source de revenu pour
des exploitations agricoles.
Le but de ce travail est de voir la perception du changement climatique : cas des producteurs
céréaliers du sous-secteur de Kobala dans l’office du périmètre irrigué de baguinéda OPIB
Koulikoro MALI.
La démarche adoptée pour la réalisation de l’étude a consisté à faire une revue de littérature
assortie d’outils de collecte des données (questionnaires). Une collecte des données a été
effectuée auprès des producteurs dans les zones retenues par l’étude. Ces données ont été
saisies, traitées et analysées à l’aide du logiciel SPSS.
Les résultats des analyses montrent que les paysans du sous-secteur de Kobala perçoivent le
changement climatique sous plusieurs angles. En effet ils développent des stratégies pour
s’adapter à ce dérèglement qui a des conséquences grave sur la vie humaine, animal et sur
notre environnement.
Au regard des résultats quelques recommandations ont été formulées qui sont entre autres :
- Une meilleure organisation et renforcement de capacité des producteurs sur le plan
éducatif ;
- La mise en place des programmes de sensibilisations sur changement climatique et de
la bonne gestion de l’environnement ;
- Le renforcement des capacités des producteurs dans la maîtrise des nouvelles
techniques agricole adapté,
- Le renforcement des capacités des organisations de la filière pour favoriser la mise en
marché des produits céréaliers. Il est à présent nécessaire, de préparer la filière enfin de
pouvoir répondre aux exigences plus poussées en matière de qualité et d’hygiène alimentaire
des produits transformés en passant par l’amélioration de la technologie et le respect des

vii
bonnes pratiques d’hygiène. Pour cette activité, il est nécessaire de capitaliser le savoir-faire
acquis avec l’appui de la recherche sur le développement de la technologie.

viii
INTRODUCTION
Le Mali est un vaste pays sahélien enclavé au cœur de l'Afrique de l'Ouest avec une
superficie de 1 241 238 Km2, dont près de 60 % appartiennent à la zone subsaharienne ou
désertique. Le climat, de type intertropical continental, est caractérisé par une longue saison
sèche et une saison des pluies, allant de 2 mois au Nord à 5-6 mois au Sud. La pluviométrie
moyenne varie de moins de 100 mm au Nord à plus de 1100 mm au Sud. On observe ainsi
une tendance à un climat de plus en plus aride, caractérisé par une diminution globale des
pluies utiles et à un déplacement des isohyètes de 200 Km (100 mm) vers le Sud avec les
sécheresses successives.

Le Mali recèle un potentiel naturel riche et varié avec d'importantes ressources agro-sylvo-
pastorales. Il est traversé par les fleuves Sénégal et Niger à l'Ouest sur 900 Km et d’Ouest en
Est sur 1.700 Km respectivement. Il compte des vastes zones inondables telle que le Delta
intérieur du Niger qui s’étend sur plus de 30.000 Km² et aussi un potentiel irrigable estimé à
peu près à 2 millions d'hectares.

Le changement climatique, phénomène global, affecte sans doute les modes de vie des
sociétés à des niveaux et formes divers. D’un pays à un autre, d’une société à une autre, les
effets des changements climatiques sont variables car les vulnérabilités politiques,
économiques et sociales sont différentes. Les réponses influencées par le capital
technologique et social des communautés et la force des institutions locales et politiques sont
multiples.

L’Afrique subsaharienne a besoin davantage de recherches sur l’adaptation au changement


climatique en raison notamment de la multiplicité des vulnérabilités, comme les crises
politiques, la dégradation des écosystèmes et des ressources naturelles, les économies faibles
et l’absence de données actualisés sur la question.

Dans les pays sahéliens en général et au Mali en particulier, les perturbations climatiques se
manifestent depuis 1973 par des fréquentes sècheresse affectant le milieu rural et par des
inondations dans les villes , mais aussi par un dérèglement perceptible des conditions
climatiques se manifestant par des vagues de chaleurs et des pluies hors saison, une
diminution des rendements agricoles et par conséquent une fragilisation de l’équilibre
précaire des économie domestiques et des écosystèmes soumis aux catastrophes et désastres.

1
En effet la production est composée essentiellement de maïs, de riz, de mil, et du sorgho. La
répartition par culture donnée fait 36,1% de maïs, 30,7% de riz, 17% de mil, 15,5% de
sorgho. Par ailleurs, l’analyse régionale montre que la production reste concentrée entre les
régions de Sikasso (28,33%), Ségou (25,89%), et Koulikoro (22,01%) soit un total de
76,23%. Ces trois régions doivent leurs performances respectivement au maïs à Sikasso
(71,37% de la production nationale) au riz de Ségou (58,52% de la production nationale) qui
abrites les grands offices de production irriguée. Ainsi, ajoute la cellule, le bilan céréalier
prévisionnel dégage une disponibilité apparente de 439,69kg/habitant/an et un excédent de
4130000 tonnes. Par ailleurs, elle note une légère baisse des stocks paysans par rapport à la
campagne précédente. Les spécialistes expliquent que les facteurs ayant favorisé le niveau de
production portent sur : les appuis apportés par l’état et ses partenaires en intrants et matériels
agricoles notamment de semences, engrais, pesticides, tracteurs et accessoires à des prix
subventionnés aux paysans.

A ceux-ci s’ajoutent la mise en œuvre de l’opération pluies provoquées, la mise en valeur des
aménagements hydro-agricoles (grande irrigation dans les offices, petite irrigation dans des
bas-fonds et des périmètre maraichers) et surtout l’utilisation des technologies agricoles
performantes (Tjikan 2016).

Le développement des productions céréalières avec ce changement climatique nécessite de


disposer des informations fiables et actualisées, c’est ainsi que nous avons entamé ce travail
sur la perception du changement climatique au Mali : cas des producteurs céréaliers dans le
sous-secteur de Kobala dans l’Office du Périmètre Irrigué de Baguinéda (OPIB) Koulikoro.

I. MILIEU D’ÉTUDE ET STRUCTURE D’ACCUEIL

a. Présentation du milieu d’étude

b. Description du site et structure d’accueil :


L’Institut d’Economie Rurale « IER », créé en 1960, est une institution de recherche ayant
pour mission de contribuera la productivité agricole par des recherches mieux adaptées aux
besoins du monde rural, de préserver les ressources naturelles, d'accroître la sécurité
alimentaire et le revenu des agriculteurs et d'assurer un développement rural durable faisant le
secteur du développement rural, le moteur de la croissance économique du pays. Pour mener
à bien cette mission, l’IER a établi un partenariat avec les organisations nationales et

2
internationales telles que les utilisateurs, les universités, les ONG, les centres de recherche,
les services agricoles, les agro-industries et le secteur privé.
L’IER, érigé en 2001 Etablissement Public à caractère Scientifique et Technologique (EPST)
est doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière et administrative. L’IER
dispose d’un budget annuel d’USD 4.0 millions, représentant les contributions de nombreux
partenaires au développement dont la Banque Mondiale, l'USAID, la France, les Pays-Bas et
la Suisse. L'IER également a conclu des accords de collaboration avec des partenaires
nationaux et internationaux.
 Les missions assignées à l’Institut d’Economie Rurale sont les suivantes :

- Contribuer à la définition et à la mise en œuvre des moyens de recherche et d'étude au


service du développement agricole ;
- Assurer un appui technique au développement agricole et effectuer des études ;
- Procéder à la mise au point de technologies appropriées en vue de l'accroissement de
la production et de l'amélioration de la productivité ;
- Diffuser les résultats de recherche et d'études et l'information scientifique et technique
du personnel de la recherche et du développement agricole ;
Fournir des prestations de service dans les domaines de sa compétence.
La formation et le développement institutionnel sont des instruments de travail essentiels.
L’IER juge la coopération institutionnelle permanente indispensable au développement
durable et effectif. Il est convaincu qu'une coopération efficace repose sur la complémentarité
des partenaires au développement. Compte tenu de son nouvel statut d’EPST, l’IER cherche à
établir un équilibre entre sa mission de service public et la gestion des activités génératrices
de revenus (AGR) ; Il s’agit d’ajuster l'offre à la demande et de s'adapter d'une manière
flexible aux besoins de la clientèle.

c. Organigramme de l’IER au niveau national :


DG

DGA

3
BDIP DSAT DS DRF BRF BCG
CENTRE REGINAUX DE RECHERCHE AGRONOMIQUE

SIKASSO GAO
KAYES NIONO SOTUBA MOPTI

d. Présentation du programme de recherche en Economie des


Filières (ECOFIL) :
DIRECTION DU CENTRE

Créé en 1994, le programme économie des filières de l’IER est rattaché au centre régional de
PROGRAMME
recherche agronomique Sotuba. Les activités COMPTABILITE
(CRRA) deGESTIONNAIRE de recherche relatives à l’analyse et
l’évaluation de performances des différents aspects du secteur de développement rural
constituent les éléments de taches du Programme de recherche en Economie des Filières.
Les objectifs du Programme sont les suivant :
Mieux comprendre les relations et interdépendance entre les différents acteurs intervenant
dans le système agroalimentaire, de manière à pouvoir évaluer les divers choix possibles
concernant l’approvisionnement en intrant, les prix et l’organisation des marchés, la
transformation, la consommation, ainsi que leur potentiel ;
Contribuer à l’identification des domaines prometteurs pour l’amélioration de la productivité
des filières et aux diagnostics des contraintes qui se posent à l’amélioration de la performance
de l’ensemble du système alimentaire ;
Mener les activités de recherches sur ces contraintes en vue d’une meilleure prise de décision
de politique ou d’évaluer l’efficacité d’une mesure ou d’un ensemble de mesure politique ;
Mieux orienter les activités de rechercher aux programmes par le développement d’un
système de feed-back.

4
II. Problématique et ses fondements théoriques ;

Le changement climatique désigne l'ensemble des variations des caractéristiques climatiques


en un endroit donné, au cours du temps : réchauffement ou refroidissement. Certaines formes
de pollution de l’air, résultant d’activités humaines, menacent de modifier sensiblement le
climat, dans le sens d’un réchauffement global. Ce phénomène peut entraîner des dommages
importants : élévation du niveau des mers, accentuation des événements climatiques extrêmes
(sécheresses, inondations, cyclones, ...), déstabilisation des forêts, menaces sur les ressources
d’eau douce, difficultés agricoles, désertification, réduction de la biodiversité, extension des
maladies tropicales, etc. Actu-Environnement Reproduction 2019.

Le climat a toujours évolué depuis la formation de la Terre, il y a 4,5 milliards d’années. Les


fluctuations du climat passé (appelé paléoclimat) sont donc normales et naturelles. Il y a eu
des périodes glaciaires très froides et très longues (d’une durée de 80 000 à 100 000 ans),
suivies par des périodes interglaciaires plus chaudes mais plus courtes (durée de 10 000 ans
environ). Les changements du climat sont dus à deux facteurs naturels : les variations de la
quantité d’énergie solaire reçue à la surface de la Terre et les variations de la trajectoire
(orbite) de la Terre autour du Soleil. Mais en plus de cette évolution naturelle, le climat est de
plus en plus influencé par les activités polluantes des hommes (Microsoft Encarta 2009), du
monde entier sachant que l’Afrique est le continent plus touché par ce phénomène.
Les conséquences de la désertification sont très graves, puis qu’elle entraîne une disparition
des terres à cultiver, donc une diminution des productions agricoles. Ainsi, dans les
années 1960 au Sahel (une région d’Afrique), le surpâturage conjugué à une période de
grande sécheresse ont provoqué une famine sans précédent. Si le phénomène de la
désertification se poursuit, il n’y aura un jour plus assez de terres cultivables, donc de
nourriture, pour nourrir l’ensemble de la population mondiale (Microsoft Encarta 2009).

Le Mali pays de la soudano sahélienne est constamment menace par la sécheresse depuis
plusieurs décennies les effets du changement climatique se font sentir plus de 2/3 du territoire
est désertique et l’Agriculture étant l’activité principale de la population Malienne occupant
plus de 80% de la population est une activité qui a besoin constamment d’eau devient un
véritable problème .Cette avancée du désert Malien est due par l’accumulation des actions
contre nature de l’Homme envers son environnement (déforestation, pollution etc…) .

5
L’agriculture représente la source majeure de revenu et d’emploi dans toutes les zones rurales
des pays pauvres. Le changement climatique altère significativement la structure de la
pluviométrie et de la température qui affecte négativement la production agricole, en
particulier la production céréalière. A l’échelle mondiale les cultures céréalières occupent une
place primordiale dans les programmes de recherche agricole. Au Mali les céréales occupent
une place beaucoup plus importante dans la nutrition humaine. On constate que la culture
céréalière reste toujours dépendante des conditions climatiques étant soumise à des
sécheresses très fréquentes.

L’agriculture au Mali est pratiquée de façon traditionnelle par la majorité plus précisément
par la population de Baguineda, est tributaire des aléas climatiques. Le périmètre irrigué de
Baguinéda, qui constitue notre site d’étude, est un aménagement hydro-agricole géré par
l’Office du Périmètre Irrigué de Baguinéda (OPIB). Les coordonnées GPS du site sont :
7°46’30’’ Longitude Ouest et 12°37’45’’ Latitude Nord. Il est situé dans la commune rurale
de Baguinéda-Camp, à 30 km au Sud Est de Bamako, la capitale du Mali, en rive droite du
fleuve Niger et couvre 22 villages. La commune de Baguinéda-Camp, avec une superficie
d’environ 990 km², est limité au Nord par les communes de Tienfala et de Koulikoro, au Sud
par les communes de Mountougoula et de N’Goubara, à l’Est par la commune rurale de
Binko et à l’Ouest par la commune de Kalaban-coro et la commune VI du district de Bamako
(Héritier RUTABARA).

Un périmètre irrigué, géré par l’office du périmètre irrigué de Baguinéda (OPIB) permet la
culture du riz. En 2018/2019, 13 061 tonnes de riz paddy ont été produits, soit un rendement
de 5 223 kg/ha. Le sorgho et le mil sont aussi cultivés. Baguinéda est également une zone de
production de mangues. Les habitants pratiquent également le maraichage et l’arboriculture.
L’élevage, la pêche et le commerce sont largement pratiqués. (Balla moussa mariko 2019).

Cette situation exige la recherche de solutions adéquates et durables. Pour contribuer à


l’amélioration des conditions de production des producteurs céréaliers de l’OPIB, nous nous
sommes posé des questions qui nous ont guidées dans l’élaboration d’enquêtes à Baguineda.

- Notre question principale ;

Comment les producteurs céréaliers de l’OPIB arrivent à s’adapter au changement


climatique ?

6
Quels sont les répercussions du changement climatique sur l’agriculture dans la zone OPIB ?

- Nos questions de recherche spécifique ;

- Quelles sont les systèmes de production agricole de la zone OPIB .


- Quelles sont les perceptions des producteurs céréaliers de l’OPIB du changement
climatique sur les activités agricoles ?
- Quelles stratégies d’adaptation faut-il développer face aux impacts du changement
climatique sur les activités agricoles dans la zone de l’OPIB ?

-  Notre hypothèse principale ;

Les répercussions du changement climatiques sur les activités agricoles de l’OPIB sont à la
fois environnementaux et socio-économique.

Cette hypothèse permet de vérifier les hypothèses spécifiques.

- Nos hypothèses spécifiques ;

-Les systèmes de production agricole de la zone OPIB peuvent être multiples pour faire au
changement climatique.

-les producteurs céréaliers de l’OPIB perçoivent les manifestations des changements


climatiques sur les activités agricoles.

- les producteurs céréaliers de l’OPIB recourent à plusieurs stratégies pour s’adapter aux
effets négatifs des changements climatiques.

- Notre objectif principal ;

L’objectif général de cette étude est d’analyser les répercussions du changement climatique
les activités agricole des producteurs céréaliers de l’OPIB.

-Nos objectifs spécifiques ;

7
- Caractériser les systèmes de production agricole de la zone OPIB.

-Analyser la perception des producteurs céréaliers de l’OPIB sur les changements


climatiques.

-Identifier les stratégies et les mesures en vue d’accroitre la productivité des spéculations
dans l’OPIB.

a. Méthodologie de travail

Pour ce travail, il a été utilisé la base de données de notre enquête conçue lors d’une étude sur
la perception du changement climatique par les producteurs céréaliers de l’Office du
Périmètre Irrigué de Baguinéda (OPIB).

La méthodologie de l’étude est basée sur les composantes suivantes : la revue


bibliographique (donnée secondaire), la collecte, la saisie, le traitement et l’analyse et le
traitement des données primaires.

Revus de la littérature
Elle a consisté à consulter les mémoires d’étude, les rapports de thèse, les livres et articles
scientifiques relatifs avec le sujet. Ces documents ont été recueillis auprès des services
techniques, des bureaux d’étude de l’Institut Développement Economique et Social (IDES).
Quelques données ont été recueillies sur l’internet.

Cette phase nous a permis d’avoir beaucoup d’informations concernant le changement


climatique au Mali et dans le monde et quelques stratégies misent en place par le paysan
d’Afrique.

Choix des zones d'enquêtes


Justification
Pour la réalisation de ce travail, nous avons choisi le secteur 1 qui est composé de 2 sous-
secteur ( Kobala et Dougoulakoro ) trois villages dans le sous-secteur de Kobala ont été
choisies compte tenu de leur importance des cultures ciblées et enfin de l’importance des
disponibilités des producteurs. La zone de l’Office du Périmètre Irrigué de Baguinéda OPIB
a été choisis dû à sa proximité au district de Bamako, et le secteur 1 dû à sa proximité à la
direction générale de l’OPIB et à la disponibilité des producteurs à cette période (juin).

Echantillonnage

8
Trois villages ont été retenu dans le secteur1 plus précisément dans le sous-secteur de
Kobala. Compte tenu de la disponibilité au niveau des sites 65 producteurs ont fait l’objet
d’enquête. La répartition de l’échantillon des producteurs au niveau des différents villages est
présentée dans le tableau ci-dessous.
Tableau 1 : Répartition de l’échantillon par village.

Nom du village Nombres de personnes


Nimzate 15
Kobala courra 20
Kobala koro 30

b. Collecte, saisie, traitement et analyse des données primaires


Les données ont été collecté sur la base d’un questionnaire adressé aux producteurs de la
zone OPIB.

La saisie et l’analyse des données ont été réalisés en utilisant du logiciel SPSS. Les analyses
ont porté sur les statistiques descriptives.

Le traitement de texte a été fait à l’aide du logiciel Microsoft Word.

c. Résultats obtenus
- Caractériser les systèmes de production agricole de la zone OPIB.

Statut matrimonial

La Figure 1 : Le statut matrimonial fait ressortir la situation matrimoniale de l’ensemble des
producteurs qui ont fait l’objet d’enquête dans le sous-secteur de kobala dans l’Office du
Périmètre Irrigué de Baguinéda montrant qu’il n’y a pas de divorce dans le sous-secteur de
Kobala et que 80% de ses producteurs sont marié, 14% sont des célibataires ,6% sont des
veuves.

9
6%
14%
marié
célibataire
divorcé
veuve

80%

Figure 1 : Le statut matrimonial 

Situation démographique

La Figure 2 : Niveau d’instruction illustre l’ensemble des producteurs qui ont fait l’objet
d’enquête dans le sous-secteur de Kobala dans l’Office du Périmètre Irrigué de Baguinéda
montrant qu’aucun de ses producteurs n’est arrivé à un niveau supérieur dans les études par
ce que l’agricultures est leurs activités principale et que 43% ne sont pas scolarisé , suivi de
17% pour ce qui se sont arrêté à un niveau primaire, ensuite à un niveau secondaire 25% , et
enfin ceux qui sont allé à l’école coranique ferme la marche avec 15%.

25%
Supérieur
43% secondaire
primaire
coranique
17%
pas scolarisé
15%

Figure 2 : Niveau d’instruction

Situation démographie

10
Le Tableau 2 : Moyenne personne dans l’exploitation et actifs , fait ressortir de façon
spécifique la moyenne et l’écart-type des personnes dans les exploitations , et celle des actifs
hommes et femmes dans les différents villages du sous-secteur de Kobala, nous pouvons
observer que nous avons en moyenne 10 personnes dans les exploitations de Nimzate et
Kobala courra à Kobala koro 9 personnes et que c’est à Nimzate que nous n’enregistrons
moins de personne active dans les exploitations par rapport aux deux autres villages soit une
moyenne de 2 hommes actifs dans les 3 villages et de 2 femmes actifs à Kobala koro et
Kobala courra qui influe sur le volume de travail mais à Nimzate nous avons 0 actif femme.

Tableau 2 : Moyenne personne dans l’exploitation et actifs

VILLAGES Personnes dans Actifs hommes Actifs femmes


l’exploitation
Moyenne Ecart-type Moyenne Ecart- Moyenne Ecart-
type type
Nimzate 10 7 2 3 0 0
Kobala 10 9 2 2 2 3
courra
Kobala koro 9 5 2 2 2 3

Moyenne superficie emblavée

Culture secondaire

L’analyse du Tableau 3 : Moyenne culture secondaire nous donne la superficie moyenne et
l’écart-types des cultures secondaires dans les différents villages du sous-secteur de kobala, la
culture du niébé demeure la plus importante et la plus cultivé par rapport aux autres cultures
dans les différents villages avec une moyenne de 0,82 hectare à Nimzate, 0,58 hectare en
moyenne à kobala Koro et 0,76 hectare en moyenne à kobala courra , ses cultures qui sont
pour la plupart destinée pour la vente.

Tableau 3 : Moyenne culture secondaire

Sup Niébé Sup Arachide Sup Maraichage


Villages Moyenn Moyenn Moyenn
Ecart-type Ecart-type Ecart-type
e e e
Nimzate 0,8257 1,18777 0 0 0,38 0,13038
Kobala Koro 0,58 0,54571 0 0 0,4071 0,13048
Kobala
0,7619 0,54975 0,6938 0,6372 0,4643 0,22654
courra

11
Culture primaire

L’analyse de ce tableau de nous donne la superficie moyenne et l’écart-types des cultures


primaires dans les différents village du sous-secteur de kobala , sachant que le riz et le maïs
sont la base de l’alimentation des exploitants, nous constatons qu’a kobala courra les
producteurs de riz ont une superficie plus importante en moyenne par rapport aux autres
villages mais dans la production du mais c’est le village de kobala Koro qui domine en
moyenne en superficie à retenir que la production de riz et de maïs dépasse en moyenne 0,50
hectare dans le sous-secteur de kobala et qui sont la principale source d’alimentation.

Tableau 4 : Moyenne culture primaire

Sup Riz Sup Maïs Sup Sorgho Sup Soja


Villages Ecart- Ecart- Ecart- Ecart-
Moyenne Moyenne Moyenne Moyenne
type type type type
Nimzate 0,8215 0,86955 0,55 0,56347 0 0 0 0
Kobala
0,6807 0,50848 0,95 1,18345 0,5 0 0,5 0
Koro
Kobala
0,8954 0,54822 0,8294 0,6369 0 0 0 0
courra

ACTIVITE PROCURANT DES REVENUES

ACTIVITE AGRICOLE

En plus de la production des cultures céréalières les producteurs font d’autres activités
agricoles qui leur rapport de l’argent tel que la production de mangue, orange, banane,
anacarde, pomme cannelle ; l’observation est que c’est la commercialisation de mangue qui
rapport le plus d’argent dans les 3 villages du sous-secteur de kobala dû à ce que la
production de mangue est plus sollicité dans la zone.

Tableau 5 : Moyenne autre activité agricole qui rapport de l’argent

Nom du Vente Vente de Vente de Vente Vente de pomme


village mangue l'orange banane d'anacarde cannelle

Nimzate 25000,00 0,00 0,00 0,00 0,00

12
Kobala 48000,00 0,00 12500,00 40000,00 15000,00
Koro

Kobala 140384,62 212500,00 42857,14 ,00 ,00


courra

Total 86785,71 80952,38 21250,00 21052,63 7894,74

ACTIVITE NON AGRICOLE

En plus de l’agriculture les producteurs exercent d’autres activités secondaires tel que le
métier de soudeur, mécanicien, commerçant, maçon, infirmier et nous constatons que c’est la
maçonnerie qui rapporte le plus financièrement par ce que les prestations sont fréquent à ce
niveau et c’est le métier de soudeur qui rapporte le moins en moyenne dans le sous-secteur de
Kobala dû à un manque de prestation et moins couteux.

Tableau 6 : Moyenne activité secondaire

Nom du Montant du Montant du Montant du Montant du Montant de


village soudeur mécanicien commerçant maçon l’infirmier

Nimzate 0 0 311363,64 500000,00 0

Kobala 0 750000,00 359615,38 712000,00 0


Koro

Kobala 500000,00 925000,00 1245500,00 3508333,33 800000,00


courra

Total 500000,00 866666,67 750227,27 1340416,67 800000,00

EQUIPEMENT AGRICOLE

L’analyse du Tableau 7 : Moyennes équipements nous fait ressortir la moyenne des
équipements des producteurs par village dans le sous-secteur de kobala, tous les producteurs
ont en moyenne une charrette, une daba, un pulvérisateur et une motopompe seuls les
producteurs de kobala courra ont en moyenne un motoculteur donc qui sont les plus équipé et
dépense moins financièrement dans les activités agricoles.

Tableau 7 : Moyennes équipements

13
Nom du Nombre Nombre de Nombre Nombre Nombre de Nombre de
village de pulvérisateur de daba de motoculteur motopompe
charrette charrue
Nimzate 1 1 6,27 1,50 0 1,50
Kobala 1 1,06 4,60 1 0 1, 33
Koro
Kobala 1 1,10 5 1,50 1 1,30
courra

SYSTEME D’ELEVAGE

En plus de la production céréalière les producteurs du sous-secteur de kobala font aussi de


l’élevage des bœufs, des taureaux, des taurillons, des vaches, des veaux, des génisses, des
ovins, des caprins, volaille ; nous constatons que c’est l’élevage des volailles qui est le plus
sollicité à cause de leurs matières organique (fientes) suivis de ceux des bœufs pour les
travaux champêtres.

Tableau 8 : MOYENNE ELEVAGE

Nom du Nbre Nbre Nbre de Nbre Nbre Nbre Nbre Nbre Nbre
village de de taurillon de de de d'ovins caprins volaille
bouf taureau vache veau génisse
de
labour
Nimzate 0,64 0,36 0 0,14 0 0 0,79 0 7,86
Kobala 0,89 0,37 0,26 0,05 0,05 0,05 2,05 0,11 9,11
Koro
Kobala 0,55 0,10 0,03 0,03 0,03 0 1,10 0,66 17,14
courra

Exode rural

Cette figure fait ressortir l’observation de l’exode rural dans le sous-secteur de Kobala dans
l’Office du Périmètre Irrigué de Baguinéda par les producteur qui on fais l’objet d’enquête
nous constatons que 75% des producteurs n’observent pas l’exode rural et les 25% qui
assistent à ce phénomène disent que les jeunes qui sortent pour faire de l’orpaillage .

14
25%

Oui
Non

75%

Figure 3 : Exode rural

-Analyser la perception des producteurs céréaliers de l’OPIB sur les changements


climatiques.

PERCEPTION DES PRODUCTEURS

EROSION DES PARCELLES

L’analyse de ce tableau nous montre qu’a Nimzate 47% des producteurs converge vers l’idée
que l’érosion des parcelles est dû au changement climatique et dont 53% sont divergent, mais
à Kobala courra 70% des producteurs disent que l’érosion est du changement climatique et
30% sont contre et à Kobala koro 53% des producteurs voient l’érosion des parcelles lié au
changement climatique et dont 43% sont contre.

Tableau 9 : Erosion des parcelles en pourcentage %

VILLAGE
Oui Non
S
Nimzate 47 53
Kobala
70 30
courra
Kobala
53 47
koro

EROSION HYDRIQUE

15
Nous pouvons observer suite à l’analyse ce tableau que la plupart des producteurs du sous-
secteurs de Kobala observent l’érosion hydrique qui appauvrisse les sols et qui entrainent les
éléments nutritifs dont 73% contre 27% à Nimzate, 75% contre 25% à Kobala courra et 93%
contre 7% à Kobala koro.

Tableau 10 : Erosion hydrique en pourcentage %

VILLAGE
Oui Non
S
Nimzate 73 27
Kobala
75 25
courra
Kobala
93 7
koro

EROSION EOLIENNE

En plus de l’érosion hydrique, l’érosion éolienne est un phénomène que la plupart des
producteurs des 3 villages observent (à Nimzate 87% contre 13%, à Kobala courra 75%
contre 25%, à Kobala koro 97% contre 3%) et qui entraine les éléments nutritifs.

Tableau 11 :Erosion éolienne en pourcentage %

VILLAGE
Oui Non
S
Nimzate 87 13
Kobala
75 25
courra
Kobala
97 3
koro

CHANGEMENT CLIMATIQUE LIE A LA SECHERESSE

Après le phénomène de l’érosion la plupart des producteurs approuvent l’idée que la


sécheresse est liée au changement climatique (à Nimzate 80% contre 20%, à Kobala courra
90% contre 10% et à Kobala koro 73% contre 27%) et en plus on constate une mauvaise
répartition des pluies par rapport au période culturale.

16
Tableau 12 : Changement climatique lié au sécheresse en pourcentage %

VILLAGE
Oui Non
S
Nimzate 80 20
Kobala
90 10
courra
Kobala
73 27
koro

CHANGEMENT CLIMATIQUE LIE AUX INNONDATIONS

En plus de la sécheresse, l’inondation est liée au changement climatique selon les producteurs
des 3 villages (à Nimzate 73% contre 27%, Kobala courra 80% contre 20% et à Kobala koro
70% contre 30%) dû à la répartition des pluies dans le temps et dans l’espace au période
d’après semis un ralentissement des pluies est senti qui joue sur beaucoup sur les productions
et les pluies sont abondant au moment des périodes de récolte.

Tableau 13 : Changement climatique lié aux inondations en pourcentage %

VILLAGE
Oui Non
S
Nimzate 73 27
Kobala
80 20
courra
Kobala
70 30
koro

CHANGEMENT CLIMATIQUE LIE A LA DIMITION DE LA PRODUCTIVITE

L’analyse de ce tableau nous illustre qu’a Nimzate et kobala Koro l’ensemble des
producteurs sont unanime à l’idée que le changement climatique est lié à la diminution de la
productivité mais à kobala courra une minorité (95% contre 5%) ne partage pas cet avis par
ce que le changement climatique apparait comme un couteau à double tranchant.

Tableau 14 :Changement climatique lié à la diminution de la productivité en


pourcentage %

VILLAGE Oui Non

17
S
Nimzate 100 0
Kobala
95 5
courra
Kobala
100 0
koro

CHANGEMENT CLIMATIQUE LIE A L’AUGMENTATION DE LA


PRODUCTIVITE

Nous constatons dans ce tableau aussi qu’a Nimzate 33% contre 67% et kobala Koro 30%
contre 70% les paysans partagent les mêmes idées que le changement climatique n’est pas lié
à l'augmentation de la productivité mais à kobala courra 60% contre 40% nous constatons le
contraire du fait que le changement climatique apparait comme un couteau à double
tranchant.

Tableau 15 :Changement climatique lié à l’augmentation de la productivité en


pourcentage %

VILLAGE
Oui Non
S
Nimzate 33 67
Kobala
60 40
courra
Kobala
30 70
koro

CHANGEMENT CLIMATIQUE LIE AUX CHANGEMENTS DE DATE DE SEMIS

Dans les 3 villages les changements de date de semis due au changement climatique est une
idée ou un raisonnement partagé par la majorité des producteurs à Nimzate 80% contre 20%,
Kobala courra 90% contre 10% et à Kobala koro 97% contre 3% et qui provoque une
instabilité de la production.

Tableau 16 : Changement climatique lié aux changements de date de semis en


pourcentage %

VILLAGE Oui Non

18
S
Nimzate 80 20
Kobala
90 10
courra
Kobala
97 3
koro

CHANGEMENT CLIMATIQUE EST UN PHENOMENE NEGLIGEABLE

Le majeur parti des producteurs du sous-secteur de kobala affirme que le changement


climatique n’est pas un phénomène négligeable principalement à Nimzate et Kobala courra
car sa entraine une instabilité de la productivité et sachant que l’agriculture est leur activité
principale il serait difficile de faire face à la famine mais à Kobala koro une minorité
n’approuvent pas cette idée 27% contre 73%.

Tableau 17 : Le changement climatique est un phénomène négligeable en pourcentage


%

VILLAGE
Oui Non
S
Nimzate 0 100
Kobala
0 100
courra
Kobala
27 73
koro

CAUSES DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Nous constatons dans ce tableau que l’idée du changement climatique est un phénomènes
naturelle prime dans le village de Nimzate 53% contre 47% et kobala courra 55% contre 45%
dû à leur croyance religieuse et à kobala Koro c’est le contraire car il observe une
déforestation progressive qui est dû à l’activité humaine.

Tableau 18 : Le changement climatique est dû à quoi en pourcentage %

VILLAGE L’activit
Phénomèn
S é
e naturel
humaine
Nimzate 47 53

19
Kobala
45 55
courra
Kobala
53 47
koro

LES PRODUCTIONS SONT ATTAQUEES PAR DE NOUVEAUX INSECTES

La plupart des producteurs du sous-secteur de Kobala perçoivent que les productions sont
attaquées par de nouveaux insectes principalement à Kobala courra et Kobala koro dû à
l’apparition des nouvelles conditions climatique mais une minorité à Nimzate vont à
l’encontre de cette idée 80% contre 20%.

Tableau 19 : Les productions sont attaquées par de nouveaux insectes en pourcentage
%

VILLAGE
Oui Non
S
Nimzate 80 20
Kobala
100 0
courra
Kobala
100 0
koro

LES PRODUCTIONS SONT ATTAQUEES PAR DE NOUVELLES MALADIES


La plupart des producteurs dans le sous-secteur Kobala épouse l’idée que les productions sont
attaquées par de nouvelle maladies principalement (à Kobala koro et Kobala courra) dû à
l’apparition des nouvelles conditions climatique mais à Nimzate une minorité 67% contre
33% disent le contraire.

Tableau 20 : Les productions sont attaquées par de nouvelles maladies en pourcentage
%

VILLAGE
Oui Non
S
Nimzate 67 33
Kobala
100 0
courra
Kobala 97 3

20
koro

OBSERVATION DE LA CHALEUR SES 5 DERNIERES ANNEES

Nous constatons dans cette figure 94% des producteurs observent une augmentation de la
chaleur dû à la déforestation progressif, à l’arrêt précoce des pluies qui a une influence
négative sur les productions et a une avancé progressif du désert sur la côte Ouest Africaine,
juste 5% observent un sans changement dans l’état de la chaleur et 1% observent une
diminution.

5% 2%

94%

diminuée augmentée sans changement

Figure 4 : observation état de la chaleur c'est 5 dernières années

OBSERVATION DU FROID SES 5 DERNIERES ANNEES

Nous constatons que 36% des producteurs du sous-secteur observent une diminution de l’état
du froid ,31% observent un sans changement et 33% observent une augmentation dans l’état
du froid du au changement climatique.

21
31%
36%
diminuée
augmentée
sans changement

33%

Figure 5 : observation état de la froid c'est 5 dernières années

OBSERVATION DE LA PLUIES SES 5 DERNIERES ANNEES

Nous constatons que 60% des producteurs du sous-secteur de Kobala observent une
diminution de la durée des pluies c’est 5 dernières années qui des conséquences très grave sur
l’environnement sur les productions et sur le couvert végétal de la zone ;ce phénomène est
très fréquent dans la zone de l’Afrique de l’Ouest par ailleurs 29% observent une
augmentation et 11% observent un sans changement dans l’état des pluies du au changement
climatique.

22
11%

diminuée
29% augmentée
60% sans changement

Figure 6 : observation état des pluies c'est 5 dernières années

L’ETAT DE LA BIOMASSE

On constate que c’est à Nimzate qu’on fait moins de reboisement 27% contre 73% dû à ce
qu’il y’a moins de déboisement et on pratique plus le maraichage, dans les autres villages
Kobala courra 55% contre 45% et Kobala koro 53% contre 47% il y’a plus de reboisement
par ce que la déforestation se fait sentir et la production de riz y est plus effectué.

Tableau 21 :Reboisement en pourcentage %

VILLAGE
Oui Non
S
Nimzate 27 73
Kobala
55 45
courra
Kobala
53 47
koro

-Identifier les stratégies et les mesures en vue d’accroitre la productivité des


spéculations dans l’OPIB.

TECHNIQUE DE CULTURE

Dans cette figure nous constatons que la plupart des paysans utilise de nouvelle technique

23
De culture (à Nimzate 87% contre 13%, Kobala courra 70% contre 30% et à Kobala koro
80% contre 20%) pour mieux faire face aux intempéries et pour plus de production.

Tableau 22 : Nouvelle technique de culture en pourcentage %

VILLAGE
Oui Non
S
Nimzate 87 13
Kobala
70 30
courra
Kobala
80 20
koro

Nous constatons dans cette figure que parmi les techniques culturales 63% des producteurs
font la culture irrigué ,19% font la culture intégré ,15% font la culture intercalaire et 3% font
le semis direct la culture irriguée est le plus sollicité car la zone de baguineda est très propice
pour la culture du riz.

3%
18% 15%

semi direct
culture intercalaire
culture irrigué
culture intégré

63%

Figure 7 : Si oui technique de culture

METHODE POUR BOUSTER LE RENDEMENT


UTULISATION DE SEMENCES
La plupart des paysans utilisent de nouvelle semence pour plus de rendement et pour faire
aux aléas climatiques à Nimzate et Kobala courra l’ensemble des producteurs en utilisent
mais à Kobala koro une minorité n’en utilisent pas 93% contre 7%.

24
Tableau 23 : Nouveaux types de semences en pourcentage %

VILLAGE
Oui Non
S
Nimzate 100 0
Kobala
100 0
courra
Kobala
93 7
koro

UTULISATION D’ENGRAIS
ENGRAIS CHIMIQUE
La plupart des paysans utilisent des engrains chimiques pour booster le rendement à Nimzate
et Kobala courra l’ensemble des producteurs en mettent mais à Kobala koro une minorité
n’en mettent pas 97% contre 3%.

Tableau 24 : Engrais chimique en pourcentage %

VILLAGE
Oui Non
S
Nimzate 100 0
Kobala
100 0
courra
Kobala
97 3
koro

ENGRAIS ORGANIQUE
La plupart des paysans utilisent des engrains organiques (à Nimzate 93% contre 7% , Kobala
courra 95% contre 5% , à Kobala koro 97% contre 3%) car elles sont plus durables, plus
nutritif et pour booster le rendement.

Tableau 25 :Engrais organique en pourcentage %

VILLAGE
Oui Non
S
Nimzate 93 7
Kobala
95 5
courra
Kobala
97 3
koro

25
TECHNIQUE DE GESTION D’EAU
Les techniques de gestion d’eau ne sont pas très développées dans le sous-secteur de kobala à
Nimzate 40% contre 60%, à Kobala courra 30% contre 70%, à Kobala koro 13% contre 87%
mais malgré tous des paysans en font avec la collecte d’eau de pluie et de canal dans les puits
et bassin.

Tableau 26 :Techniques de gestion d’eau en pourcentage %

VILLAGE
Oui Non
S
Nimzate 40 60
Kobala
30 70
courra
Kobala
13 87
koro

L’utilisation des puits est plus import par rapport aux bassins par les paysans à Nimzate 40%
contre 7%, à Kobala courra 15% contre 15% et à Kobala koro 37% contre 7% par ce que, les
puits retiennent plus d’eau que les bassins.

Tableau 27 : Si oui technique de gestion d’eau en pourcentage %

VILLAGES Puit Bassin


Nimzate 40 7
Kobala
15 15
courra
Kobala
37 7
koro

TECHNIQUES DE PRESERVATION DES SPECULATIONS


UTULISATION D’INSECTICIDES
La majeure partie des paysans du sous-secteur de Kobala 97% utilisent des insecticides pour
faire face aux ravageurs juste 3% n’en n’utilisent pas.

26
3%

Oui
Non

97%

Figure 8: Utilisations insecticides

UTULISATION D’HERBICIDES

La majeure partie des paysans du sous-secteur de Kobala 98% utilisent des herbicides pour
détruire les mauvaises herbes malgré qu’il y’apparition de nouvelle espèce juste 2% n’en
n’utilisent pas.

2%

Oui
Non

98%

Figure 9: Utilisations herbicides

CALENDRIER AGRICOLE

27
Nous constatons dans la Figure 10 que 69% des paysans se réfère au calendrier agricole pour
la culture du riz et ceux qui ne reçoivent pas représente 31% font pas la culture du riz ou
refuse d’assisté aux réunions saisonnières qui est dirigé par le chef secteur et son équipe.

31%

Oui
Non

69%

Figure 10 : Calendrier agricole

DISCUSSIONS

La perception du changement climatique par les populations du centre nord du Burkina à


travers la baisse et l’irrégularité des pluies , l’arrêt précoce des pluies la fréquence plus élevée
des séquences sèche confirme les travaux antérieur (Sarr et al., 2015 ; Nielsen et
Reenberg,2010 ; Ouedrago et al., 2010 ; West et al., 2008). Les pauses pluviométrique
ordinaire moyenne (8 à 14 Jours) et majeur (15Jours) sont plus fréquente dans les zones
soudaniennes et sahéliennes de l’Afrique de l’ouest (Salack et al., 2012). La période 1994-
2015 est caractériser par une alternance des années sèches et des années humides, traduisant
une variabilité interannuelle plus forte de la pluviométrie dans la région (Kabore et al., 2017).

Le niveau d’éducation influence (figure 2) la perception paysanne du changement des


précipitations. La perception d’un changement dans la configuration des précipitations
augmente le niveau d’éducation du producteur dans la localité de Yanfolila au sud du Mali
(Sanogo et al., 2016).

Chez les éleveurs Turkana au Nord-Ouest du Kenya, la possession du bétail (tableau 7) et le


taille du troupeau influence la perception du changement climatique (Opiyo et al., 2016).

28
Les producteurs ont majoritairement constatée une baisse des rendements céréaliers (tableau
13). L’arrêt brutale des pluies empêches les cultures de boucler leur cycle. En effet, les
agriculteurs Ouest-Africains soulignent que la baisse des pluies, les hausses des températures
et les vents violents expliquent entre 30 et 50% de la diminution de la production agricole en
fonction des cultures et des zones (Mertz et al., 2010). De même, les séquences sèches qui
surviennent au cours de la phase de remplissage des grains affectent sensiblement le
rendement (Gnoumou et al., 2017 ; Sultant et al., 2005). Dans la zone aride du Nord-Ouest du
Benin, les paysans ont aussi constaté une baisse de rendement de l’igname (culture vivrière
de grande importance) imputable au changement climatique (Loko et al., 2013). Nos enquêtes
ont montrée que certain producteur observe plutôt une hausse des rendements céréaliers
principalement due à l’utilisation des techniques de cultures et des variétés améliorées.

Pour s’adapter au récents effets négatifs du changement climatique, les producteurs ont mis
en place des stratégies et des pratiques les plus importantes sont l’irrigation, l’adaptation
variétale, technique de gestion d’eau (figure7, et tableau 25). Les sècheresses requérantes et
la déforestation ont provoqué une réduction du couvert végétale, exposant le sol à l’érosion
hydrique et éolienne. L’augmentation du gaz carbonique va potentiellement stimuler la
photosynthèse des couverts végétaux et améliorer l’éfficience de l’eau par l’augmentation de
la resistance stomatique, en créant des conditions permettant d’augmenter la production de
biomasse de l’ordre de 20% (Amigues et al., 2006).

La possession d’outillage et de mains d’œuvres agricole (tableau 1 et 6) influence


significativement le volume de travail et sur la production. Dans la zone OPIB au Mali la
possession de charrues de motoculteurs de tracteurs et la disponibilité des terres sont des
déterminants socio-économiques de l’adaptation des producteurs agricoles au changement
climatique.

III. CONCLUSION ET SUGGESTIONS

a. Conclusion

b. Suggestions

29
- Meilleure organisation de la production agricoles avec services technique tant du secteur
public que du secteur privé ;
- Motivation, mobilisation, encouragement vers la recherche ;
- Création d’une filière céréalière pour un meilleur accès au marché ;
- Procéder au renforcement des capacités des producteurs avec l’apprentissage de nouvelles
techniques de cultures ;
- Programmation des programmes de sensibilisation sur le changement climatique adressé à
toute la population ;
- Mise en place d'un système d'information adéquat pour les producteurs ;
- Amélioration des conditions au niveaux de l’éducation dans la zone,
- Mis au point des technologies adaptées à la culture d'hivernage et à la culture de contre
saison,
- Mise en place d'un mécanisme pour la subvention des intrants et des équipements
agricoles.

30
c. RÉFÉRENCES

ix
ANNEXES (éventuellement)
Section Caractéristiques du répondant
Prénom de l’enquêté………………………………………………………
Nom de l’enquêté………………………………………………………….
Nom du Village……………………………………………………………
Nom du chef de Famille :…………………………………………………..
Sexe 1=Homme/____/2=Femme /_____/
Quel âge avez-vous? ______/______/____/
Statut matrimonial (1=marié(e), 2=célibataire, 3=divorcé(e), 4=veuf ,5=(ve) /________/
Avez-vous été à l’école?1= Oui/___/ 2= non/ _____/
Si oui, quel est votre niveau ?(1=sup/____/ 2=sec /____/ 3=pri/____/ 4=coranique/____/
5=autre/_________/
Vous exercez l’activité agricole depuis combien d'années? _____/_____/
Quel est votre activité principale ? 1=agriculture/_____/ 2=salarie/_____/ 3=Electricien/_____/
4=commerce/_____/ 5=soudeur/_____/ 6=autre)/_________/
Quel est votre activité secondaire ? 1=agriculture/_____/ 2=salarie/_____/ 3=Electricien/_____/
4=commerce/_____/ 5=soudeur/_____/ 6=autre)/_________/

1. Combien de personnes y compris vous sont dans votre famille?


2. Nombre d’actifs hommes dans votre famille?
3. Nombre d’actives femmes dans votre famille?

Quelle est la superficie totalede votre terre? /_________/

Louez-vous des terres ? (oui ou non) /_________/

Si oui quelle est la superficie /_________/

Avez-vous utilisé une terre communautaire? (Oui, Non) /_________/

Si oui quelle est la superficie /_________/

 Le changement climatique est-il le facteur clé de l’exode rural dans la zone


OPIB ? (1 :oui, 2 :non) /_________/
 Depuis quand l’exode rural a commence dans l’OPIB /_________/ans
 Avez-vous d’autre source de revenue en dehors de l’agriculture ?

x
Activité Montants
Boulanger
Cordonnier
Forgérons
Soudeur
Ménuisier
Transaction orange money
Rétraite
Enseignant
Mécanicien
Commercant
Orpaillage
Plombérie

Faites-vous d’autre production agricole qui vous rapporte de l’argent ?


Productions Montants
Mangue
Orange
Banane
Annacade
Karité
Maraichage
Goyave
Pommecannelle

Section Les biens et équipements de l’exploitation

 Lequel des éléments suivants votre exploitation possède?

Elements Nombre
Charrette
Vélo
Moto
Pulvérisateur
Daba
Charrue
Motoculteur

xi
Motopompe

 Quels sont les animaux possédés par l’exploitation

Animaux Nombres
Beouf de labour
Taureau
Touarillon
Vache
Veau
Genisse
Bovins
Ovins
Caprins
Volaille

 Parmi les produits suivants, lesquels avez-vous produit dans votre champ ( 1=
cultivé , 2= non cultivé)

Produits ( 1= cultivé , 2= non cultivé)

Mil
Sorgho
Maïs
Riz
Fonio
Soja

xi
i
 Superficie des cultures

cultures Superficies
Mil
Sorgho
Maïs
Riz
Fonio
Soja

Section perceptions

 Le changement climatique est-il un phénomène négligeable ? (1 : oui, 2 : non)


/_________/

Si non pourquoi……………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………..

 Le changement climatique est-illié à la sécheresse ?(1 : oui, 0 : non)/_________/


 Le changement climatique est-il lié aux inondations ? (1 : oui, 0 : non)/_________/
 Le changement climatique est-il lié aux changement de date de semis ? ( 1 : oui , 2 :
non ) /_________/
 Le changement climatique est-il lié à la diminution de la productivité ? ( 1 : oui , 2 :
non ) /_________/
 Le changement climatique est-il lié à l’augmentation de la productivité ? ( 1 : oui , 2 :
non ) /_________/

 Le changement climatique est-il due à quoi ?( 1 : l’activité humaine ,2 : phénomène
naturel)/_________/
 Le changement climatique joue-t-il sur vos périodes de culture ?( 1 :oui , 2 :non)
/_________/
 Vos productions sont-ils attaqué par de nouvelles maladies ? (1 :oui , 2 :non)
/_________/

xi
ii
 Si oui quels sont les maladies les fréquents :

Maladie 1 :……………………………Maladie 2 :………………………….

Maladie 3 :……………………………Maladie 4 :…………………………..

 Vos productions sont-ils attaqué par de nouveaux insectes ? (1 :oui , 2 :non)


/_________/
 L’érosion de vos parcelles est-il lié au changement climatique? ( 1 :oui , 2 :non)
/_________/
 L’érosion éolienne est il un phénomène que vous observez ?(1 :oui , 2 :non)
/_________/
 L’érosion hydrique est il un phénomène que vous observez ?(1 :oui , 2 :non)
/_________/
 Avez-vous fait du reboisement pendant ses 5 dernières années ?(1 :oui ,
2 :non)/_________/
 et l’espèce d’arbre planté………………………………….
 Si oui quels est le nombre…………………….
 Comment observez-vous la durée des pluiesc’est 5 dernières années ?( 1 : diminuée ,
2 :augmentée 3 : sans changement /_________/
 Comment observez-vous l’état de la chaleurc’est 5 dernières années ?( 1 : diminuée ,
2 :augmentée 3 : sans changement /_________/
 Comment observez-vous l’état du froid c’est 5 dernières années?1 : diminué ,
2 :augmenté 3 : sans changement /_________/

Section stratégies

 Utilisez-vous de nouvelle technique de culture ? ( 1 :oui , 2 :non)/_________/


 Si oui lesquelles (1 : semi direct, 2 : culture intercalaire, 3 : culture intégré, 4 : culture
irrigué) /_________/

 Utilisez-vous de nouvelle types de semences ? (1 : oui, 2 : non) /_________/

Si oui pour quel type de


culture…………………………………………………………………………

xi
v
…………………………………………………………………………………………..

 Utilisez-vous des engrais chimique ? ( 1 :oui ,2 :non ) /_________/

Si oui lesquelles …………………………………………………………………………

 Utilisez-vous des engrais organique ? ( 1 :oui ,2 :non ) /_________/

Si oui lesquelles ………………………………………………………………………

 Utilisez-vous des techniques de gestion d’eaux ? ( 1 :oui , 2 :non ) /_________/

Si oui lesquelles………………………………………………………………………….

 Utilisez-vous des insecticides ? ( 1 :oui , 2 :non ) /_________/

Si oui les quelles………………………………………………………………………..

 Utilisez-vous des pesticides ? (1 : oui ,2 :non ) /_________/

Si oui lesquelles………………………………………………………………………..

 Referiez-vous a un calendrier agricole pour vos productions ? (1 :oui,2 : non)


/_________/

Si oui la source………………………………………………………………………….

 Etes-vous membres d’un groupement pour faire face au changement climatique ?


( 1 :oui ,2 :non ) /_________/

Si oui à préciser…………………………………………………………………………

 Recevez-vous des fonds pour faire face au changement climatique ? ( 1 :oui,


2 :non) /_________/

Si oui source…………………………………….montant……………………………….

x
v
x
v
i