Vous êtes sur la page 1sur 31

Royaume du Maroc

Ministère du Commerce Extérieur

Aspects juridique, fiscal et comptable des


Groupements d’Intérêt Economique
(GIE)

Etude réalisée par Issam El Maguiri,


Expert comptable

Projet UEMOR04127

Décembre 2007
Groupements d’Intérêt Economique

L’intérêt d’une entreprise à faire partie d’un Groupement d’Intérêt


Economique (GIE) ne peut être constitué que par la recherche d'une
amélioration, d'une rationalisation ou d'un développement de sa propre
activité.

Les membres du GIE sont, en principe, responsables solidairement et


indéfiniment des dettes du groupement sur leurs propres patrimoines ce
qui représente une très lourde responsabilité.

Aussi, le choix du GIE, dans le cadre d’un projet, doit se faire avec
précaution : il limite les possibilités de diversification ultérieure en cas de
besoin et, de plus, les coûts d’une éventuelle transformation en société
commerciale seront généralement prohibitifs sur le plan fiscal.

Il y a lieu de préciser que le GIE bénéficie de règles juridiques très souples


tant au niveau de son financement que de son fonctionnement.

Cependant, cette forme intermédiaire entre l’association et la société reste


encore mal connue par les entreprises, d’où l’intérêt de ce guide qui traite
les différents régimes régissant les GIE en mettant l’accent sur leurs
avantages et inconvénients.

2
Groupements d’Intérêt Economique

SOMMAIRE

INTRODUCTION……………………………………………………………………... 2
SOMMAIRE………………………………………………………………………….. 3
I. GROUPEMENTS D’INTERET ECONOMIQUE : GENERALITES…………………… 4
I.1. DEFINITION ……………………………………………………………………………………………… 4
I.2. FORME JURIDIQUE……………………………………………………………………………………… 4
I.3. ACTIVITE…………………………………………………………………………………………………… 4
I.4. TYPES DE GIE……………………………………………………………………………………………… 4
II. LE REGIME JURIDIQUE DES GIE……………………………………………….. 5
II.1. LA CONSTITUTION D’UN GIE……………………………………………………………………… 5
II.2. L’ ADMINISTRATION DU GIE………………………………………………………………………… 8
II.3. LA RESPONSABILITE DES MEMBRES………………………………………………………………. 8
II.4. ENTREE ET RETRAIT DES MEMBRES………………………………………………………………. 9
II.5. LES RESULTATS ET CONTROLE DES GIE ………………………………………………………… 10
III. LE REGIME FISCAL DES GIE……………………………………………………… 11
III.1. IMPOT SUR LES SOCIETE……………………………………………………………………………. 11
III.2. TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE……………………………………………………………………. 13
III.3. IMPOT DES PATENTES………………………………………………………………………………… 14
III.4. TAXE URBAINE …………………………………………………………………………………………. 14
IV. LE REGIME COMPTABLE ET FINANCIER DES GIE……………………………… 15
IV.1. LES CONCOURS FINANCIERS………………………………………………………………………… 15
IV.2. L’ASPECT COMPTABLE…………………………………………………………………………………. 16
V. ANNEXE…………………………………………………………………………… 18

3
Groupements d’Intérêt Economique

I. GROUPEMENTS D’INTERET ECONOMIQUE : GENERALITES

I.1. DEFINITION

L'article premier de la loi n° 13–97 définit le groupement d'intérêt


économique comme étant une entité constituée de deux ou plusieurs
personnes morales pour une durée déterminée ou indéterminée, en vue de
mettre en œuvre tous les moyens propres à faciliter ou à développer
l'activité économique de ses membres et améliorer ou accroître le résultat
de cette activité.

N'ayant pas pour but la réalisation de bénéfices pour lui-même, le


groupement ne peut exercer qu'une activité à caractère auxiliaire par
rapport à celle de ses membres.

I.2. FORME JURIDIQUE

Aux termes de l'article 4 de la loi n° 13 – 97, le groupement d'intérêt


économique jouit de la personnalité morale à dater de son immatriculation
au registre du commerce, quel que soit son objet.

I.3. ACTIVITE

En vertu de l'article 2 de la loi instituant les groupements d'intérêt


économique, l'activité du groupement doit être exercée à titre principal,
pour le compte de ses membres dans le but de promouvoir et de
développer l’activité de ces derniers.

Le groupement ne peut :
- « se substituer à ses membres dans l'exercice de leur activité, ni exploiter
leurs fonds de commerce sous quelle que forme que ce soit; il peut
cependant, à titre accessoire, exploiter certains éléments de ces fonds ou
créer un fonds accessoire;

- exercer, directement ou indirectement, un pouvoir de direction ou de


contrôle de l'activité propre de ses membres ni détenir, de quelle que
manière que ce soit, des parts ou actions dans une entreprise-membre;

- détenir, sauf dans la mesure nécessaire à la réalisation de son objet et


pour le compte de ses membres, de quelle que manière que ce soit, des
parts ou actions dans une société ou entreprise tierce».

I.4. TYPES DE GIE

 GIE de services : On parle de GIE de services lorsque le groupement


agit comme un fournisseur de services pour ses membres.

4
Groupements d’Intérêt Economique

 GIE d’achats : On parle de GIE d’achats lorsque le groupement


achète pour revendre à ses membres.
 GIE de ventes : On parle de GIE de ventes lorsque le groupement
achète les produits de ses membres pour les revendre.

En plus de la différence au niveau de l’activité, chacun de ces trois types de


GIE nécessite un traitement comptable spécifique que l’on détaillera par la
suite (voir 2 chapitre VIII).

Un consortium d'exportation est l'alliance volontaire d'entreprises dont


l'objectif est de promouvoir les biens et services de leurs membres à
l'étranger et de faciliter l'exportation de ces produits grâce à des actions
communes.

Il existe deux types de consortiums d’exportation : consortiums de


promotion ou de vente.

Un consortium de promotion agit comme un fournisseur de services, il est


un groupement de services.

Un consortium de ventes s’occupe, à la fois, de l’activité de promotion,


éventuellement des achats, du contrôle de la qualité et de la vente des
produits des entreprises membres. Il peut être qualifié d’un groupement de
ventes.

II. LE REGIME JURIDIQUE DES GIE

L’avantage majeur que présente en définitif le G.I.E, c’est d’avoir un régime


juridique très souple. Les fondateurs sont, en effet, dotés d’une très grande
liberté dans l’organisation et le fonctionnement du Groupement.

II.1. LA CONSTITUTION D’UN GIE

Le groupement d'intérêt économique est créé en vertu d'un contrat soumis


aux règles générales de formation des contrats.

Le contrat de groupement d'intérêt économique détermine l'organisation du


groupement et les droits et obligations de ses membres.

Il est établi par écrit et doit être déposé au greffe du tribunal du lieu du
siège du groupement dans les trente jours de sa date.

Dans le mois de la signature du contrat constitutif d'un G.I.E., un extrait de


ce contrat doit être publié dans un journal d'annonces légales et au Bulletin
officiel.

5
Groupements d’Intérêt Economique

Toutes les modifications du contrat sont établies et publiées dans les


mêmes formes et conditions que le contrat lui-même. Elles ne sont
opposables aux tiers qu'à dater de cette publicité.

Le contrat de groupement d'intérêt économique doit contenir notamment


les indications suivantes :
1) la dénomination du groupement ;
2) l'objet du groupement ;
3) la durée pour laquelle le groupement est constitué ;
4) l'adresse du siège du groupement ;
5) la raison sociale ou dénomination sociale, la forme juridique, l'adresse
du siège social de chacun des membres du groupement, l'indication du
numéro d'immatriculation au registre du commerce, s'il y a lieu, de chacun
de ses membres, ainsi que la date de leur entrée dans le groupement s'ils y
ont été admis après sa constitution, avec mention, le cas échéant, de
l'exonération qui leur a été consentie de toute responsabilité relative aux
dettes du groupement antérieures à leur admission.
6) le cas échéant, le montant et la nature des apports devant constituer le
capital ainsi que le montant de celui-ci.

Ainsi, Le contrat de groupement d'intérêt économique peut être complété


par un règlement intérieur qui fixe les modalités de fonctionnement du
groupement; ce règlement n'est pas soumis à publicité.

Le GIE peut se constituer avec ou sans capital :


Avec capital : aucun montant minimum n'est exigé.
Les modalités de souscription et de libération des apports sont librement
fixées par les statuts.

Le capital présente une garantie vis-à-vis des tiers et limite la


responsabilité de chaque membre

Sans capital : le groupement fonctionne comme une association. Il perçoit


des cotisations de ses membres si la facturation de ses services et les
réserves qu'il a pu constituer, s'avèrent insuffisantes.

La constitution sans capital permet d’éviter les formalités administratives à


accomplir dans les cas de retrait d’un membre ou d’admission d’un nouveau
membre.

6
Groupements d’Intérêt Economique

FORMALITES DE CREATION DU GIE

Demande du certificat négatif

OMPIC

Etablissement des Experts Comptables,


statuts / contrat fiduciaire, avocats,
cabinets
Etablissement du PV
juridiques…
de nomination des
Hors CRI administrateurs du
GIE

Publication au
journal d’annonces Journaux
légales

Formulaire unique
Publication BO Pièces jointes+ publication
BO+ frais

Attribution de :
Subdivision des impôts N° de patente
Identification fiscale CRI
Entre 2 et 5
Tribunal de commerce Immatriculation au RC jours

Affiliation à la CNSS
CNSS

Déclaration à l’inspection du
Inspection de Travail travail

7
Groupements d’Intérêt Economique

II.2. L’ADMINISTRATION DU GIE

Le contrat de groupement d'intérêt économique, ou l'assemblée des


membres à défaut de stipulation par le contrat, organise librement
l'administration du groupement et nomme le ou les administrateurs
(membres ou non) dont il détermine notamment les attributions, les
pouvoirs et les conditions de révocation.

Une personne morale peut être nommée administrateur sous réserve


qu'elle désigne un représentant permanent qui est soumis aux mêmes
conditions et obligations et qui encourt les mêmes responsabilités civile et
pénale que s'il était administrateur en son propre nom, sans préjudice de la
responsabilité solidaire de la personne morale qu'il représente.

Dans les rapports avec les membres, tout administrateur peut faire tous
actes de gestion dans l'intérêt du groupement, sauf s'il en est stipulé
autrement par le contrat.

Dans les rapports avec les tiers, le ou les administrateurs engagent le


groupement par les actes entrant dans l'objet de celui-ci. Toute limitation
de pouvoirs est inopposable aux tiers.

Le groupement est engagé même par les actes qui dépassent son objet, à
moins qu'il ne prouve que le tiers savait que l'acte dépassait cet objet ou
qu'il ne pouvait l'ignorer compte tenu des circonstances, la seule publicité
du contrat ne suffisant pas nécessairement à constituer cette preuve.

Le ou les administrateurs sont responsables, individuellement ou


solidairement, selon le cas, envers le groupement ou envers les tiers, soit
des infractions aux dispositions légales applicables aux G.I.E., soit de la
violation du contrat de groupement, soit des fautes commises dans leur
gestion.

II.3. LA RESPONSABILITE DES MEMBRES :

Les membres du groupement sont tenus des dettes de celui-ci sur leur
patrimoine propre. Ils sont solidaires, sauf convention contraire avec le
tiers contractant. Si ce dernier accepte de diviser ses poursuites, les
membres du groupement sont tenus par parts égales, lorsqu'il n'en a pas
été disposé autrement par la convention avec le tiers.

Cependant, Les créanciers du groupement ne peuvent poursuivre le


paiement des dettes contre un ou plusieurs membres qu'après avoir
vainement mis en demeure le groupement, au terme d'un délai de quinze
jours suivant la date de ladite mise en demeure.

8
Groupements d’Intérêt Economique

Les personnes physiques associés ou actionnaires d’une personne morales


membre d’un groupement d’intérêt économique ne seront pas concernés
par les dettes dudit GIE que dans la mesure ou la forme juridique dudit
membre est non limitative de responsabilité.

En cas de son retrait, la responsabilité d’un membre du groupement reste


engagée pour les dettes antérieures.

Toute convention d’exonération totale ou partielle n’a d’effet qu’entre les


membres. Elle n’est pas opposable aux tiers. L’exonération d’un nouveau
membre des dettes nées antérieurement à son entrée dans le groupement
doit être expressément prévue par l’acte constitutif ou décidée à
l’unanimité par les membres ayant approuvé l’exonération.

Outre les dettes du GIE, les membres sont tenus de :

libérer l’apport éventuellement prévu,


se conformer à ce que prévoit le contrat,
régler les éventuelles cotisations.

II.4. ENTREE ET RETRAIT DES MEMBRES

Le groupement peut accepter de nouveaux membres dans les conditions


fixées par le contrat. Hors le cas de cession de parts existantes, un
nouveau membre peut, si le contrat le permet, être exonéré des dettes
antérieures à son entrée dans le groupement, sous réserve que la décision
d'exonération ait été prise par l'assemblée des membres et publiée dans les
conditions prévues au chapitre XII de la loi 13-97 relative aux groupements
d'intérêt économique.

Selon l’article 17 de la loi n° 13-97, tout membre du groupement peut se


retirer dans les conditions prévues par le contrat, sous réserve qu'il ait
exécuté ses obligations.

Ainsi, tout membre du groupement peut céder sa participation dans ledit


groupement ou une fraction de celle-ci, soit à un autre membre, soit à un
tiers dans les conditions prévues par le contrat.

La cession visée à l'alinéa précédent doit être constatée par écrit et n'est
opposable au groupement qu'après qu'elle lui ait été notifiée ou acceptée
par lui dans un acte ayant date certaine.

Toutefois, la notification de la cession peut être remplacée par le dépôt


d'une copie de l'acte de cession au siège du groupement contre remise par
l'administrateur d'une attestation au déposant.

La cession n'est opposable aux tiers qu'après accomplissement des


conditions et formalités prévues précédemment et après accomplissement
9
Groupements d’Intérêt Economique

des mesures de publicité conformément aux dispositions relatives à la


publicité des actes du groupement d'intérêt économique.

Le cédant doit avoir exécuté toutes ses obligations à l'égard du


groupement.

Tout membre du groupement peut être exclu pour des motifs énumérés
dans le contrat de groupement et, en tout cas, lorsqu'il contrevient
gravement à ses obligations ou lorsqu'il cause ou qu'il est susceptible de
causer des troubles graves dans le fonctionnement du groupement.

Cette exclusion ne peut avoir lieu que sur décision du tribunal compétent
prise à la demande de l'un des autres membres, à moins que le contrat de
groupement n'en dispose autrement.

Lorsqu'un membre cesse de faire partie du groupement pour une cause


autre que la cession de ses droits, la valeur des droits qui lui reviennent ou
des obligations qui lui incombent est déterminée sur la base du patrimoine
du groupement tel qu'il se présente au moment où ce membre cesse d'en
faire partie.

La valeur des droits et obligations du membre sortant ne peuvent être


fixées forfaitairement à l'avance.

II.5. LES RESULTATS ET LE CONTROLE DES GIE

Au niveau du résultat, Les membres du groupement ont toute la liberté


pour déterminer les bases de répartition des bénéfices et des pertes. A
défaut, cette répartition se fait par parts égales.
S'il existe des bénéfices, il peut être stipulé que les apporteurs en capital
auront droit à une part prioritaire de ces bénéfices proportionnellement au
montant libéré de leur apport, et que le solde sera réparti en fonction du
volume d'affaires réalisé avec chaque membre du groupement.

Il en est de même des pertes et des charges de frais de fonctionnement.

La même règle peut être appliquée à la répartition du solde de liquidation


et pour le calcul de la contribution finale de chaque membre au passif à
l'égard des tiers.

Les bénéfices, déduction faite des frais généraux et autres charges, y


compris les amortissements et provisions, sont, s'il en existe, considérés
comme propriété des membres du groupement au terme de chaque
exercice du seul fait de leur constatation et au prorata des droits de
chacun. La quote-part de chaque membre dans le résultat net bénéficiaire
du groupement est considérée comme un produit accessoire ou financier.

10
Groupements d’Intérêt Economique

Toutefois, en présence de pertes antérieures qui n'auraient pas été


couvertes par les cotisations de fonctionnement, ils sont obligatoirement
affectés à la résorption de ces pertes.

Dans le cas de bénéfices fictifs et de restitution par les membres du


groupement des sommes perçues, ceux-ci disposent d'un recours contre le
ou les administrateurs pour obtenir réparation du préjudice subi, le cas
échéant.

Les pertes sont mises à la charge des membres du groupement, au prorata


de leurs obligations, à moins qu'il ne soit décidé â titre exceptionnel de les
inscrire provisoirement en report à nouveau conformément aux dispositions
de l'article 38 de la loi relative aux GIE. Dans ce cas, ces pertes sont
obligatoirement imputables sur le premier bénéfice réalisé avant sa
répartition (article 37 de la loi n° 13–97).

Les membres du groupement ne sont pas tenus en cas de perte de reverser


dans le patrimoine du groupement les bénéfices réels distribués lors
d'exercices antérieurs.

Le groupement a le choix de désigner ou non un commissaire aux comptes.


Toutefois, il est tenu d’en désigner un ou plusieurs lorsqu’il émet des
obligations.

Les dispositions de la loi n° 17-95 sur les SA relatives aux conditions de


nomination des commissaires aux comptes sont applicables aux G.I.E.

III. LE REGIME FISCAL DES GIE

La loi n° 13 – 97 relative aux groupements d'intérêt économique


promulguée par le dahir n° 1.99.12 du 18 chaoual 1419 (5 février 1999) ne
prévoit pas de traitement fiscal spécifique auxdits groupements. Il s’ensuit
que l’imposition était établie au nom des groupements dans les conditions
de droit fiscal, en raison de la personnalité morale dont ils jouissent, en
matière d’impôt sur les sociétés, d’impôt des patentes, de taxe urbaine et
de taxe sur la valeur ajoutée.

III.1. IMPOT SUR LES SOCIETES

Dans le but de consacrer le principe de la transparence fiscale, les articles 3


(4ème alinéa) et 8 (5ème paragraphe) du code général des impôts prévoient
respectivement:

- la non soumission des groupements d'intérêt économique à l’impôt sur les


sociétés;
- l’assujettissement des membres du groupement à raison de leur part
dans les résultats réalisés par ledit groupement.

11
Groupements d’Intérêt Economique

a) Non soumission du groupement d'intérêt économique à l’impôt


sur les sociétés.

Dans le but d'adapter la loi n° 24 – 86 instituant un impôt sur les sociétés à


celle des groupements d'intérêt économique qui consacre le principe de la
transparence juridique, les dispositions de l’article 2 de ladite loi, telles que
modifiées et complétées par l’article 7 de la loi de finances pour l’année
2001, ont prévu la non imposition des groupements d'intérêt économique
audit impôt ; cependant, le résultat de leur activité est à appréhender au
niveau des membres.

b) Imposition des résultats du groupement d'intérêt économique au


niveau des membres

L’article 8 du Code Général des Impôts dispose que le résultat fiscal de


chaque exercice comptable des personnes morales, membres du
groupement d'intérêt économique, est déterminé comme prévu au
paragraphe I dudit article et comprend, le cas échéant, leur part dans les
bénéfices réalisés ou dans les pertes subies par ledit groupement.

A cet effet, chaque membre du groupement est personnellement imposé à


l’impôt sur les sociétés pour la part des bénéfices correspondant à ses
droits dans le groupement. Corrélativement, si le groupement subit des
pertes, leur montant constitue une charge déductible au prorata des parts
de chacun des membres à moins qu’il ne soit décidé, à titre exceptionnel,
de les inscrire provisoirement en report à nouveau au niveau du G.I.E.,
conformément aux dispositions de l’article 38 de la loi relative aux
groupements d'intérêt économique.

Dans ce cas, ces pertes sont obligatoirement imputables sur le premier


bénéfice réalisé avant sa répartition (article 37 de la loi n° 13 – 97).
La quote-part de chaque membre dans le résultat net bénéficiaire du
groupement est considérée comme un produit accessoire ou financier à
inclure, le cas échéant, dans la base de calcul de la cotisation minimale.

c) Exercice de rattachement du résultat du groupement d'intérêt


économique

En vertu des dispositions des articles 37 et 38 de la loi n° 13 – 97 précitée,


les résultats réalisés par le groupement d'intérêt économique sont imputés
aux membres du groupement au terme de chaque exercice du seul fait de
leur constatation. Ainsi, les bénéfices réalisés ou les pertes subies par le
groupement sont comptabilisés chez le membre à partir de leur
constatation au niveau dudit groupement.

Si l’exercice comptable du membre coïncide avec celui du groupement


d'intérêt économique, les bénéfices ou les pertes sont rattachés audit
12
Groupements d’Intérêt Economique

exercice. Si leurs exercices comptables ne coïncident pas, le résultat du


groupement est rattaché à l’exercice du membre clos après celui du
groupement d'intérêt économique.

Par ailleurs, les pertes du groupement d'intérêt économique peuvent être à


titre exceptionnel inscrites provisoirement en report à nouveau
conformément aux dispositions de l’article 38 précité. Dans ce cas, si la
décision d’inscrire la perte en report à nouveau intervient après la date de
constatation et de dépôt de déclaration, le membre est tenu de procéder à
la reprise de ladite perte au titre de l’exercice suivant.

d) Obligations déclaratives des membres

Les membres du groupement d'intérêt économique produisent, en même


temps que la déclaration de leur résultat fiscal, les documents comptables
suivants, concernant le groupement d'intérêt économique :
- le bilan ;
- le compte de produits et charges ;
- l’état des informations complémentaires (ETIC) ;
- l’état de répartition du résultat entre les membres faisant ressortir pour
chacun d’eux :
§ La raison sociale ;
§ L’adresse ;
§ Le numéro d’identification fiscale ;
§ La quote-part du résultat net comptable réalisé par le groupement
d'intérêt économique (bénéfices ou pertes).

Les G.I.E ne sont pas soumis aux obligations déclaratives en matière d’IS
notamment la déclaration de résultat et de chiffre d’affaires.

III.2. TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE

La qualité d’assujetti à la TVA résulte de l’exercice d’une activité


économique de manière indépendante. Les personnes qui agissent de
manière indépendante sont celles qui exercent une activité sous leur propre
responsabilité et jouissent d’une totale liberté dans l’organisation et
l’exécution des travaux qu’elle comporte.

Tel est le cas, des personnes qui exercent une activité professionnelle en
vertu d’un contrat d’entreprise ou d’un contrat de mandat.

Les GIE étant dotés d’une responsabilité morale distincte de celle de leurs
membres, les opérations qu’ils réalisent avec leurs membres sont
imposables dans les conditions de droit commun.

Dans le cas où le groupement agit comme un mandataire de ses membres,


le contrat conclu doit énumérer tous les membres du groupement, avec
l’indication générale des catégories de travaux qui leur sont spécialement
13
Groupements d’Intérêt Economique

confiés. Par ailleurs, la responsabilité directe et personnelle de tous les


membres vis-à-vis du mandataire doit être mentionnée dans le contrat, le
mandataire étant solidairement responsable avec eux de tous les travaux
qu’ils réalisent.

Dans cette hypothèse, le mandataire est redevable de la taxe sur la valeur


ajoutée sur sa rémunération en tant qu’intermédiaire. Néanmoins, le
remboursement de ses débours et ses avances et frais n’est pas soumis à
la TVA, à la condition que 1:
1. Le remboursement ne soit pas effectué sur une base forfaitaire et qu’il
en soit justifié au mandant ;
2. Les avances en question soient mentionnées à part, au prix coûtant ;
3. Ces avances ne soient pas soumises à la TVA qui a été facturée.

Chaque membre n’est responsable que des travaux qu’il réalise et doit
acquitter les mêmes taxes sur la part lui revenant.

Concernant les subventions d’exploitation reçues de l’état, la circulaire de


l’instruction générale de la TVA stipule : « Au titre général, il y’a lieu de
considérer que les subventions reçues par un assujetti ne sont pas
imposables à la taxe sur la valeur ajoutée quand elles représentent le
caractère d’une libéralité, c’est à-dire quand elles sont accordées sans
contrepartie. ».

Etant donné que les G.I.E reçoivent de l’état des subventions qui
présentent un caractère d’une libéralité, ces dernières sont considérées par
le groupement comme un produit non taxable2.

III.3. IMPOT DES PATENTES

Toute personne ou société de nationalité marocaine ou étrangère qui


exerce au Maroc une profession, une industrie ou un commerce non
compris dans les exceptions prévues par dahir, est assujettie à l'impôt des
patentes.

N'étant pas visés par les exceptions précitées, les GIE sont assujettis à
l'impôt des patentes dans les conditions de droit commun. De ce fait, ils
bénéficient des avantages fiscaux prévus par le droit commun ainsi que
ceux prévus par les textes particuliers.

III.4. TAXE URBAINE

Conformément aux dispositions de l'article 1 de la loi n° 37 – 89 relative à


la taxe urbaine, sont imposables les établissements de production de biens

1
Sous réserve de toute position différente de l’administration fiscale ;
2
Sous réserve de toute position différente de l’administration fiscale
14
Groupements d’Intérêt Economique

ou services y compris les immeubles bâtis et terrains affectés à


l'exploitation, ainsi que les machines et appareils faisant partie intégrante
de ces établissements.

Les dispositions de l'article 3 de la loi précitée n'excluent pas du champ


d'application les immeubles, machines et appareils appartenant au GIE. Par
conséquent, ces derniers sont assujettis à la taxe urbaine, conformément
aux dispositions en vigueur.

Traitement fiscal des GIE


DESIGNATION GIE
Personnalité morale Oui
IS / Résultat Non soumis / Imposable chez
les membres
TVA Assujetti en cas d’opérations
taxables
Impôt sur les revenus Redevable

Impôt retenu à la source sur les produits Non redevable


d’actions
Déclaration d’existence Par le GIE
Déclaration de dividende Par le GIE
Déclaration d’intérêts de Par le GIE (s’il a y lieu)
comptes courants
Déclarations En matière d’IS
Déclaration du CA Par les membres en matière
Déclaration du résultat d’IS
En matière de TVA Par le GIE En matière de TVA
pour les assujettis
En matière d’IR/salaires Obligatoire en cas de
versement de salaire
Patente Imposable
Taxe urbaine/taxe d’édilité Imposable
Droits d’enregistrement Imposable (200dh dans le cas
où le GIE est constitué sans
capital)

IV. LE REGIME COMPTABLE ET FINANCIER

IV.1. LES CONCOURS FINANCIERS

Sans préjudice des apports pouvant être effectués en cas de constitution


avec capital, le contrat de G.I.E. peut prévoir la perception d'un droit
d'entrée lors de la constitution d'un G.I.E, ou lors de l'entrée d'un nouveau
membre.

15
Groupements d’Intérêt Economique

Ledit contrat peut également prévoir que des cotisations destinées à couvrir
les frais de fonctionnement du G.I.E. seront dues périodiquement selon des
échéances préétablies ou appelées selon les besoins de fonctionnement du
groupement.

Les membres peuvent consentir au groupement des prêts ou avances en


compte courant ; ils peuvent également décider que tout ou partie des
bénéfices réalisés, s'il en existe, seront laissés à la disposition du
groupement, sous forme d'avances.

IV.2. L’ASPECT COMPTABLE

Selon l’article 1 de la loi n° 9-88 relative aux obligations comptables des


commerçants «toute personne physique ou morale ayant la qualité de
commercant au sens du code de commerce est tenue de tenir une
comptabilite… ».

La comptabilisation de l’exploitation du GIE présente les particularités


suivantes :

a. GIE de services :

Les cotisations dues par les membres sont portées à un compte de


produit «prestation de services » avec éventuellement régularisation en fin
d’exercice pour la fraction correspondant à des services non encore rendus
par le GIE.

Si ces cotisations sont versées sous forme d’abonnement ou de provision


une régularisation est effectuée en fin d’exercice par l’intermédiaire du:

Compte n°3427 « Clients–factures à établir » dans le cas d’un


complément dû,
Ou du compte n°4491 « Produits constatés d’avance » dans le cas
d’un trop versé.

b. GIE d’achats:

Le groupement achète pour revendre à ses membres, les opérations avec


ses clients membres sont comptabilisées comme suit :

3421 Clts/Clts membres du groupement X


7111 Compte de produits Y
4455 TVA facturée Z

Lorsque le groupement est le mandataire des membres, les opérations sont


débitées au compte courant ouvert au nom de chaque membre et créditées
16
Groupements d’Intérêt Economique

au compte « 4488 divers créanciers » ouvert au nom de chaque


fournisseur.

c. GIE de ventes:

Le groupement achète les produits des membres pour les revendre, les
opérations avec les fournisseurs membres du GIE sont comptabilisées
comme suit :

6111 Compte de charges X


3455 TVA récupérable Y
4411 FRS/Frs membres du groupement Z

Lorsque le GIE agit en tant que mandataire de ses membres, l’opération est
portée à un compte
« 3488 divers débiteurs » par le crédit des comptes courants de ses
membres.

17
Groupements d’Intérêt Economique

V. ANNEXES

Modèle d’un contrat d’un GIE

GROUPEMENT D’INTERET ECONOMIQUE


SANS CAPITAL

Siège social :........ - Casablanca

STATUTS
*************
Les soussignés :

1° La Société....., société (forme juridique) au capital de ..... DH, domiciliée à Casablanca –


....... et immatriculée au registre du commerce de Casablanca sous n° ...., représentée par M.
....., agissant en qualité de ...., et spécialement habilité à l'effet des présentes ;

2° La Société ..

3° La société

4° la société

5° la société

Ont établi ainsi qu'il suit le contrat constitutif d'un groupement d'intérêt économique devant
exister entre eux et qui sera régi par la Loi 13-97 relative aux groupements d’intérêt
économique et par les présents statuts.

TITRE PREMIER
DENOMINATION –OBJET – SIEGE - DUREE

Article 1 - Dénomination
La dénomination du groupement est «…….. » G.I.E

Article 2 – Objet
Le groupement, dont le but est de faciliter et de développer l'activité économique de ses
membres dans le domaine du textile de maison, d'améliorer et d'accroître les résultats de cette
activité, est le suivant :

Article 3 – Siège
18
Groupements d’Intérêt Economique

Le siège du groupement est fixé à Casablanca –.................

Il pourra être transféré en tout autre lieu de la même ville sur simple décision du conseil
d'administration.

Le siège pourra être transféré en tout autre endroit sur décision de l'assemblée générale
extraordinaire des membres du groupement.

Article 4 - Durée
La durée du groupement est de 99 ans à compter de son immatriculation au Registre du
Commerce.

TITRE DEUXIEME
FINANCEMENT DU GROUPEMENT

Article 5 - Capital

Le Groupement d’Intérêt Economique est constitué sans capital


Cependant les membres du Groupement réunis en Assemblée Générale Extraordinaire, peuvent
à tout moment décider la constitution d’un capital et en fixer le montant.

Article 6 - Financement

Le financement du Groupement est assuré par :

1- des cotisations dont le montant et les modalités de répartition et de perception sont fixées
par le Conseil d’Administration ;
2- des apports en compte courant effectués par tous les membres suivant les décisions du
conseil d’Administration, et ce, dans la limite d’un montant maximum annuel fixé à
l’unanimité des membres. La durée du blocage des sommes placées en compte courant sera
déterminée par le Conseil d’Administration, ainsi que les conditions de leur retrait.
3- un droit d’entrée dont le montant et les modalités seront fixés par le Conseil
d’administration.
TITRE TROISIEME
DROITS ET OBLIGATIONS DES MEMBRES - ADMISSION -
CESSION - RETRAIT - EXCLUSION

Article 7 - Parts

La répartition des parts entre les membres est égale.

Les droits des membres résultent exclusivement du présent contrat, des actes modificatifs dont
il fera l'objet et des cessions de parts régulièrement effectuées.

Les parts sont indivisibles à l'égard du groupement qui ne reconnaît qu'un seul titulaire pour
chacune.

19
Groupements d’Intérêt Economique

Article 8 - Droits et obligations des membres

Les membres du groupement ont les droits et les obligations qui résultent des dispositions
légales en vigueur et du présent contrat.

8.1 Droits des membres

Chaque membre du groupement a le droit, dans la proportion du nombre de ses parts qu’il
détient :

1 - de participer, avec voix délibérative, aux assemblées des membres,


2 - de participer aux répartitions de bénéfices, qui apparaissent à la fin de chaque exercice et
lors de la liquidation.

Nonobstant les informations qui lui sont données lors de l'Assemblée Générale Ordinaire
Annuelle et sans s’immiscer dans la gestion, chaque membre a le droit d'être informé à tout
moment sur l'activité du groupement. Il peut prendre connaissance des livres et documents
comptables lui permettant d’apprécier la situation financière.

8.2 Obligations des membres

L'adhésion au Groupement implique l'obligation de respecter, dans sa lettre et dans son esprit,
le présent contrat, de se soumettre à toutes ses dispositions ainsi qu'aux décisions prises par les
assemblées générales et par le conseil d'administration dans le cadre de ses pouvoirs et
notamment à acquitter les cotisations prévues.

8.3 Dettes du groupement

Les membres du groupement sont tenus des dettes de celui-ci sur leur patrimoine propre. Sauf
convention contraire avec le tiers cocontractant, ils sont solidaires.

Dans leurs rapports entre eux, les membres du groupement sont tenus des dettes de celui-ci
proportionnellement à leurs parts dans le Groupement, sauf dispositions contraires acceptées
par eux.

Chaque membre du groupement doit contribuer aux charges de fonctionnement ainsi qu'au
financement des pertes du groupement dans la proportion indiquée ci-dessus.

Les ayants cause et les créanciers d'un membre du groupement ne peuvent requérir l'apposition
des scellés sur les biens du groupement, en demander le partage ou la liquidation ni s'immiscer
en aucune manière dans les actes de son administration ; ils doivent, pour l'exercice de leurs
droits, s'en rapporter aux inventaires du groupement et aux décisions de l'assemblée générale.

Article 9 - Admission de nouveaux membres

Le groupement peut, au cours de son existence, admettre de nouveaux membres, personnes


morales.

20
Groupements d’Intérêt Economique

Seules seront admises à présenter leur candidature les personnes morales exerçant leur activité
dans le domaine visé à l'article 2 ci-dessus.

Toute candidature, présentée par deux membres du groupement au moins, devra être remise par
écrit au président du conseil d'administration accompagnée de tous documents justificatifs de
l'activité professionnelle du candidat. Il sera donné accusé de réception de la remise de la
candidature.

Dans les trois mois de cette remise, une assemblée générale des membres sera réunie à l'effet de
se prononcer sur la demande d'admission.

La candidature ne sera admise que si l'unanimité des membres du groupement se prononce en


sa faveur lors de cette assemblée.

Toute décision d'admission ou de rejet de candidature est notifiée par au postulant. Elle est
souveraine, sans recours, et n'a pas besoin d'être motivée.

L'assemblée générale qui a statué sur la candidature subordonne l'admission au versement d'un
droit d'entrée tel que fixé par l’article 6.

Tout nouveau membre doit acquitter la cotisation en vigueur au moment de son admission au
prorata du nombre de mois pleins qui séparent la date de l'assemblée de la fin de l'exercice.

L'admission devient définitive vis-à-vis des autres membres du groupement à l'issue de


l'assemblée la prononçant, sous réserve que les conditions posées par elle et par le présent
contrat soient respectées.

Elle ne devient opposable aux tiers qu'après sa publication au Registre du Commerce dans les
conditions prévues par les articles 48 et suivants de la loi n°13-97 relative aux groupements
d’intérêt économique.

Hors le cas de cession de parts existantes prévue au paragraphe avant dernier de l’article 10 ci-
après, un nouveau membre peut être exonéré des dettes antérieures à son entrée dans le
groupement, sous réserve que la décision d’exonération ait été prise par l’assemblée des
membres et publiée dans les conditions prévues par l’article cité ci-dessus.

Article 10 - Cession des parts

Le membre qui désire céder ses droits doit notifier le projet de cession en indiquant les nom et
qualités du cessionnaire envisagé au président du conseil d'administration par lettre
recommandée avec accusé de réception. Dans le mois de cette notification, le président doit
réunir une Assemblée Générale Extraordinaire des membres.

Si la cession envisagée a lieu au profit d'un autre membre du groupement, et si elle n'entraîne
pas le retrait du membre cédant, l'assemblée statuera aux conditions habituelles.

Si la cession entraîne le retrait du cédant ou si elle a lieu au profit d'un tiers étranger au
groupement, l'assemblée ne pourra l'accepter qu'à l'unanimité des voix des membres du
groupement. Le membre qui désirerait céder tout ou partie de ses droits ne dispose d'aucun

21
Groupements d’Intérêt Economique

recours contre la décision de l'assemblée qui n'a pas à être motivée et ne peut être génératrice
de dommages-intérêts.

La cession de la totalité des parts appartenant à un membre équivaut à son retrait du


groupement.

Si dans les trois mois de sa demande, son auteur n'a pas reçu notification de la réponse de
l'assemblée par lettre recommandée avec accusé de réception, l'accord du groupement est
réputé acquis sur la cession projetée.

Si l’autorisation de céder est refusée par l’assemblée générale extraordinaire, le membre cédant
peut se retirer du groupement dans les conditions fixées par l’article 11.

La cession des parts doit être constatée par écrit.

La cession n'est opposable aux tiers qu'après accomplissement des formalités prévues par la loi
n°13-97 relative aux groupements d’intérêt économique et publication de l'acte de cession au
Registre du Commerce.

En tout état de cause, le cédant reste tenu vis-à-vis des tiers des dettes contractées par le
groupement antérieurement à la publication de la cession au Registre du commerce.

Cependant, le groupement sera tenu d'indemniser le membre sortant des obligations qui lui
incomberaient de ce fait au titre d'actes passés ou d'obligations contractées entre la date
d'opposabilité de sa cession au groupement et celle de son opposabilité aux tiers, à la condition
que le membre considéré n'ait pas participé à la réalisation de l'acte ou à la naissance de la
responsabilité incriminée.

Article 11 - Retrait

Chaque membre du groupement peut, à tout moment, se retirer, sous réserve de faire connaître
sa décision au président du conseil d'administration quatre mois au moins avant la date
souhaitée pour le retrait, par lettre recommandée avec accusé de réception. Ce retrait ne peut
toutefois prendre effet qu'après que le membre intéressé ait satisfait à toutes ses obligations
envers le groupement.

Dès la notification de son intention de se retirer, le membre sortant ne peut avoir recours aux
services du groupement.

La valeur de la quote-part du membre démissionnaire dans l’actif net du groupement est


déterminée d’un commun accord entre lui et le groupement.

A défaut d’accord, cette valeur sera déterminée par un expert désigné par le Président du
Tribunal du commerce du siège social à la requête de la partie la plus diligente.

Cette valeur sera versée au membre qui s’est retiré dans les trois mois de la date de prise d’effet
du retrait ou de celle du dépôt du rapport de l’expert.

Le retrait d’un membre entraîne l’annulation de ses parts.

22
Groupements d’Intérêt Economique

Le membre qui se retire reste tenu solidairement des engagements du groupement, vis-à-vis des
créanciers qui n'ont pas renoncé à cette solidarité, et contractés antérieurement à la mention de
son retrait au Registre du Commerce.

Vis-à-vis du groupement, et de ses membres, le retrait est réputé accompli à compter de la


réception par le groupement de la lettre du membre l'informant de son intention.

En conséquence, le groupement devra indemniser, le cas échéant, le membre sortant, des


versements qu'il serait amené à faire de ce fait, au titre d'actes passés ou d'obligations
contractées entre la date de la manifestation de sa volonté et celle de sa publication au Registre
du commerce, à la condition que le membre considéré n'ait pas participé à la réalisation de
l'acte ou à la naissance de la responsabilité incriminée.

Lorsqu’un membre cesse d’exercer l’activité économique qui justifiait son adhésion au
groupement, il est considéré comme démissionnaire d’office.

Article 12 - Exclusion

Tout membre déclaré en redressement ou liquidation judiciaire, cesse de plein droit de faire
partie du groupement.

L'exclusion d'un membre pour une cause autre que celle énoncée ci-dessus ne peut avoir lieu
que sur décision de l'assemblée générale extraordinaire des membres, pour les motifs et selon
les modalités ci-après :

12.1 Motifs

1. Non respect des dispositions légales régissant le GIE, des stipulations du présent contrat
et des décisions de l'assemblée générale ou du conseil d'administration.
Tout manquement deviendra un motif d'exclusion s'il subsiste plus de 15 jours après un
avertissement adressé au membre défaillant par le président du conseil d'administration
par lettre recommandée avec accusé de réception ou remise en main propre ;
2. Non paiement de tout ou partie de ses cotisations après mise en demeure comme ci-
dessus, restée sans effet ;
3. Refus de répondre à un appel de fonds dans les délais fixés ;
4. Adhésion à un groupement ou à une société quelconque dont l'activité serait
concurrente de celle du groupement ou dont les objectifs seraient préjudiciables aux
siens, le tout selon le jugement de l'assemblée ;
5. De façon générale, pour tout motif jugé grave par l'assemblée.

12.2 Modalités

Dans tous les cas où l'assemblée générale doit se prononcer sur l'exclusion, le membre
susceptible d'être exclu y est convoqué par le président du conseil d'administration un mois au
moins à l'avance, par lettre recommandée avec accusé de réception.

Il est procédé à l'examen de son exclusion tant en sa présence qu'en son absence.

23
Groupements d’Intérêt Economique

S'il est présent, il pourra donner toutes explications qu'il jugera utiles.

La régularisation de sa situation devant l'assemblée peut ne pas être considérée par elle comme
susceptible d'éviter l'exclusion.

Lors de cette assemblée, les voix de l'intéressé et la personne de l'intéressé lui-même ne sont
prises en considération ni pour le calcul du quorum ni pour celui de la majorité.

L'intéressé ne peut donner ni recevoir aucun mandat à cette assemblée.

Le vote sur l'exclusion aura lieu en l'absence de l'intéressé.

La décision de l'assemblée n'est susceptible d'aucun recours et ne peut en aucune façon


entraîner l'allocation de dommages-intérêts de la part du groupement.

L'exclusion prend et produit ses effets dans les mêmes conditions et sous les mêmes réserves
que le retrait.

Le membre exclu reste engagé dans les mêmes conditions que le membre qui se retire, il a droit
au versement des mêmes sommes.

De plus, le membre exclu doit indemniser le groupement de tout préjudice qu'il aurait pu lui
causer.

Dans tous les cas d'exclusion énoncés au présent article et sauf décision contraire de
l'assemblée générale extraordinaire, le groupement continuera d'exister entre les autres
membres, s'ils sont au moins deux.

TITRE QUATRIEME

ADMINISTRATION DU GROUPEMENT

Article 13 - Administration

Le groupement est administré par un Conseil d’Administration, composé obligatoirement de


tous les membres groupement.

Chaque membre lors de sa désignation en qualité d’Administrateur, doit désigner un


représentant permanent qui est soumis aux mêmes conditions et obligations et qui encours les
mêmes responsabilités civiles et pénales que s’il était Administrateur en son propre nom, sans
préjudice de la responsabilité solidaire de la personne morale qu’il représente.

Les Administrateurs sont nommés pour une durée égale à celle de leur qualité de membres.

Les premiers Administrateurs sont désignés par le présent contrat, et les nouveaux membres
administrateurs seront nommés par l’Assemblée Générale Ordinaire.

24
Groupements d’Intérêt Economique

Les Administrateurs n’ont droit à aucune rémunération dans l’exercice de leurs fonctions,
néanmoins, ils ont droit au remboursement de leurs frais de déplacement et de représentation
dans les conditions et montants arrêtés par le Conseil d’Administration.

Article 14 – Organisation

Le conseil d'administration élit son président choisi parmi les membres du conseil pour une
durée de deux ans renouvelable.

Le président du conseil d'administration préside les séances. Il peut se faire assister par un
secrétaire désigné séance tenante, chargé d’établir les procès-verbaux des délibérations. En son
absence, les membres présents désignent un président de séance.

Le conseil d'administration se réunit sur convocation par simple lettre de son président ou de
deux de ses membres, aussi souvent que l'intérêt du groupement l'exige et au moins une fois par
trimestre.

L'ordre du jour est arrêté par le ou les auteurs de la convocation.

Tout administrateur peut donner, même par lettre ou e-mail, pouvoir à l'un de ses collègues de
le représenter à une séance du conseil, mais chaque administrateur ne peut être investi que d'un
mandat.

La présence des trois quarts des administrateurs et la présence effective de la moitié des
administrateurs sont nécessaires pour la validité des délibérations.

Les décisions sont prises à la majorité des trois quarts des voix des membres présents ou
représentés. Chaque administrateur présent ou représenté disposant d'une voix.

Les délibérations du conseil sont constatées par des procès-verbaux inscrits sur un registre
spécial et signés par les administrateurs présents et par le secrétaire.

Article 15 - Pouvoirs du conseil d'administration

Le conseil d'administration est investi des pouvoirs les plus étendus pour agir collégialement,
en toute circonstance, au nom du groupement. Il les exerce dans la limite de l'objet du
groupement, sous réserve de ceux attribués par la loi et le présent contrat aux assemblées
générales et dans le cadre des résolutions adoptées par ces assemblées.

Sans que cette liste soit exhaustive, le conseil d'administration :

 Prépare le budget annuel du groupement ;


 Prépare le plan d’action et veille à son exécution ;
 Arrête les inventaires et les comptes à soumettre à l'assemblée générale annuelle et décide
de faire toutes propositions de répartition des résultats aux membres du groupement ;
 Convoque les assemblées générales dont il fixe l'ordre du jour.

La révocation du président avec ou sans motif, ne peut donner lieu à aucune indemnisation.

25
Groupements d’Intérêt Economique

Article 16 - Pouvoirs du président et des administrateurs

Sous réserve des pouvoirs attribués expressément aux assemblées générales et au conseil
d’administration, le président du conseil d'administration met en œuvre les décisions prises par
le Conseil d’Administration et assure sous sa responsabilité la direction générale du
groupement.

Il représente le groupement dans ses rapports avec ses membres et avec les tiers.

Il consent les délégations de pouvoirs nécessaires pour l'exécution des décisions prises par le
Conseil d’Administration et pour lesquels un accord préalable au sein du Conseil a été donné.

Cependant, les délégations ne peut, sans autorisation préalable du conseil d’administration


statuant à l’unanimité, donner la caution, l’aval ou la garantie du groupement ni contracter tout
emprunt par voie d’ouverture de crédit ou autrement.

Le conseil d'administration peut également conférer à l'un de ses membres tel ou tel pouvoir
spécial qu'il jugera utile de conférer.

A titre de disposition d'ordre interne, mises à part les délégations ci-dessus visées, chaque
administrateur n'est investi d'aucun pouvoir propre pour engager le groupement.

Au cas où un administrateur viendrait à dépasser les limites de son mandat, sa responsabilité


personnelle serait engagée vis-à-vis du groupement et des autres membres, nonobstant la mise
en œuvre de toute procédure d’exclusion et de révocation conformément aux dispositions des
articles 25 et suivants de ka Loi 13-97 relative aux GIE.

Article 17– signature

Les actes concernant le groupement et tous les engagements pris en son nom, ainsi que les
retraits de fonds et valeurs, les mandats sur tous banquiers, débiteurs et dépositaires, sont
valablement signés conjointement par le Président et un des administrateurs nommément
désignés à cet effet.

Article 18 - Contrôle des comptes

Un commissaire aux comptes peut être nommé par l’assemblée générale ordinaire réunie
extraordinairement. A ce propos les dispositions les dispositions de la loi 17-95 relative à la
société anonyme trouveront application.

Article 19 - Règlement intérieur

Les dispositions du présent contrat peuvent être complétées par un règlement intérieur précisant
certaines de ses modalités d'application ainsi que les droits et obligations des membres. Le
règlement intérieur est adopté et modifié par l'assemblée générale extraordinaire des membres.

26
Groupements d’Intérêt Economique

TITRE CINQUIEME

ASSEMBLEES

Article 20 - Règles générales

Les décisions collectives sont prises en assemblées générales des membres du groupement.

L'assemblée générale se compose de tous les membres du groupement, à jour de leurs


cotisations, sauf les exceptions prévues au présent contrat.

Les membres y sont représentés par leurs représentants légaux ou par des mandataires désignés
par eux.

Article 21 - Tenue de l'assemblée

L'assemblée générale est convoquée par le conseil d'administration quand il le juge utile et
quand les présents statuts lui en font l'obligation. En outre, l'assemblée générale est
obligatoirement réunie par le conseil d'administration à la demande du quart au moins des
membres du groupement.

Enfin, l'assemblée générale est réunie, en cas d'urgence, par le mandataire désigné par le juge
des référés à la demande d'un membre du groupement.

En cas de liquidation, l'assemblée est convoquée par le ou les liquidateurs.

Les convocations sont faites par lettre recommandée avec accusé de réception adressée au
moins 15 jours francs avant la date de l'assemblée à chacun des membres.

Néanmoins, dans tous les cas où la totalité des membres est réunie et accepte formellement
cette procédure, une assemblée peut être constituée sur-le-champ et statuer valablement sans
convocation. Cette règle ne vaut pas pour l'assemblée générale annuelle statuant sur les
comptes.

L'ordre du jour est arrêté par l'auteur de la convocation.

Toute assemblée ne peut délibérer valablement que sur les questions portées à l'ordre du jour.

Aux convocations sont joints l'ordre du jour, ainsi que tous documents nécessaires pour que les
membres soient parfaitement à même de statuer en connaissance de cause sur les résolutions
qui leur sont proposées.

Tout membre empêché peut se faire représenter par un autre membre du groupement en vertu
d'un pouvoir écrit adressé au président du conseil d'administration.

En cas de convocation par le conseil d'administration, l'assemblée est présidée par le président
du conseil d'administration ou par un administrateur délégué par le conseil.

Dans tous les autres cas, l'assemblée est présidée par l'auteur de la convocation.

27
Groupements d’Intérêt Economique

Lors de chaque assemblée, une feuille de présence est tenue à la disposition des membres qui
doivent l'émarger lors de leur entrée dans le lieu de réunion.

Lors de chaque assemblée, celle-ci désigne deux scrutateurs, choisis parmi ses membres ainsi
qu’un secrétaire choisi parmi ses membres ou en dehors d'eux.

Chaque membre de l'assemblée dispose d'autant de voix qu'il possède ou qu'il représente de
parts.

Toutes les décisions, prises aux conditions de quorum et de majorité requises, engagent les
membres du groupement, présents, absents ou dissidents ; elles sont souveraines, sans recours,
et n'ont pas à être motivées.

Article 22 - Assemblée Générale Ordinaire

L'assemblée générale ordinaire se réunit au moins une fois par an, dans les six mois qui suivent
la clôture de l'exercice.

La convocation à cette assemblée est accompagnée du rapport du conseil d'administration sur


l'activité et la situation du groupement au cours et à la clôture de l'exercice précédent ainsi que
sur les perspectives d'avenir. Elle est également accompagnée le cas échéant du rapport du
commissaire aux comptes.

A cette assemblée annuelle, il est fait lecture des rapports ci-dessus, de même, les comptes
annuels sont examinés.

Ainsi informée, l'assemblée statue sur les comptes qui lui sont présentés, qu'elle discute,
approuve ou redresse. Elle détermine le montant des sommes qui doivent, éventuellement, être
versées par les membres en compte courant. Elle donne quitus au conseil de sa gestion.

Cette même assemblée fixe le montant des cotisations annuelles et vote le budget de l'année.

L'assemblée générale ordinaire peut être réunie extraordinairement à tout autre moment de
l'année à l'effet de :

1. Nommer ou révoquer les administrateurs, le ou les commissaires aux comptes et fixer


leur rémunération ;
2. Décider de l'émission de tous emprunts auprès de tiers, et fixer leurs conditions et
modalités ;
3. Décider de donner l'aval ou la caution du groupement, pour des sommes déterminées ;
4. Délibérer sur toutes propositions de résolutions portées à l'ordre du jour et ne relevant
pas de la compétence de l'assemblée générale extraordinaire.

L'assemblée générale ordinaire doit, pour délibérer valablement, être composée de la moitié au
moins des membres existants au jour de la réunion de l'assemblée.

Les décisions sont prises à la majorité des voix exprimées.

28
Groupements d’Intérêt Economique

Article 23 - Assemblée Générale Extraordinaire

L'assemblée générale extraordinaire, statuant à une majorité spéciale, a compétence pour :


– apporter toutes modifications aux termes du présent contrat ;
– établir et modifier un règlement intérieur ;
– décider la dissolution anticipée du groupement ;
– décider de l'admission ou de l'exclusion de tout membre ;
– autoriser la cession des parts à des tiers étrangers au groupement ;
– fixer les modalités de la liquidation du groupement et désigner un ou plusieurs
liquidateurs.

L'assemblée générale extraordinaire, pour délibérer valablement, doit être composée des trois
quarts au moins des membres existants au jour de la réunion de l'assemblée. Les décisions sont
prises à la majorité des suffrages exprimés.

Dans les cas de vote sur l'admission de nouveaux membres, l'assemblée doit être composée des
trois quarts des membres du groupement et les décisions sont prises à l'unanimité.

Article 24 - Procès-verbaux

Il est tenu un procès-verbal des délibérations des assemblées, consigné par le secrétaire sur le
registre tenu spécialement à cet effet. Ces procès-verbaux sont signés par le président de
séance, le secrétaire et les deux scrutateurs.

TITRE SIXIEME

EXERCICE – COMPTES - RESULTATS

Article 25 - Exercice social

L'exercice du groupement commence le 1er janvier et finit le 31 décembre de chaque année.

Exceptionnellement, le premier exercice commencera le jour de l'immatriculation du


groupement au Registre du Commerce, pour se terminer le 31 décembre N.

Article 26 - Comptes sociaux

Les opérations du groupement font l'objet d'une comptabilité qui est tenue en conformité de la
loi n°9-98 relative aux obligations comptables des commerçants.

Il est établi, chaque année, en fin d'exercice, un inventaire et des comptes annuels, lesquels sont
communiqués au commissaire aux comptes le cas échéant, et aux membres du groupement dans
les conditions énoncées plus haut.

Article 27 – Résultats

Les résultats, positifs ou négatifs, de l'exercice, tels qu'ils apparaissent à la clôture de celui-ci,
deviennent la propriété ou la charge de chaque membre, dès leur constatation, dans la
proportion de la part de chacun dans le Groupement.

29
Groupements d’Intérêt Economique

L'assemblée peut décider que les membres laisseront à la disposition du groupement tout ou
partie de la somme qui leur reviendrait dans les résultats positifs.

Article 28 - Dissolution du GIE

Le groupement peut être dissous par :

 La réalisation ou l'extinction de son objet ;


 La décision de ses membres prise par l'assemblée générale statuant à une majorité
spéciale ;
 Par décision judiciaire pour de justes motifs ;
 Au cas où, pour quelque cause que ce soit, le groupement viendrait à ne plus
comprendre qu'un seul membre.

La dissolution, le redressement ou la liquidation judiciaire de l'un des membres du groupement


n'entraînent pas la dissolution dudit groupement qui continue d'exister entre les autres
membres.

Article 29 - Liquidation

La dissolution du groupement entraîne sa liquidation.

Les pouvoirs des administrateurs prennent fin à compter de la date de la dissolution du


groupement. Néanmoins, la personnalité de ce dernier subsiste pour les besoins de sa
liquidation.

Un ou plusieurs liquidateurs, désignés par l'assemblée qui a prononcé la dissolution ou par


décision judiciaire, sont chargés de réaliser la liquidation.

Le ou les liquidateurs ont les pouvoirs les plus étendus à l'effet de réaliser l'actif du
groupement, d'acquitter le passif et de mener à leur terme toutes les opérations engagées par le
groupement.

Les modalités de la liquidation sont fixées par la décision qui nomme les liquidateurs.

A la fin des opérations de liquidation, les membres du groupement sont réunis en assemblée à
l'effet de statuer sur les comptes de la liquidation, de donner quitus au ou aux liquidateurs et de
déclarer la clôture de la liquidation.

Après paiement des dettes, l'excédent éventuel d'actif est réparti entre les membres. En cas
d'insuffisance d'actif, l'excédent du passif est supporté dans la même proportion, par les
membres du groupement.

TITRE SEPTIEME
CONTESTATIONS – IMMATRICULATION

30
Groupements d’Intérêt Economique

Article 30 - Contestations

Toutes les contestations qui pourraient s'élever pendant la durée du groupement ou lors de sa
liquidation, soit entre les membres, les administrateurs et le groupement, soit entre les membres
eux-mêmes et relatives à des affaires liées à l'existence du groupement lui-même, seront
soumises à l’arbitrage conformément aux dispositions prévues par le Dahir des obligations et
contrats et le code de procédure civile.

Article 31 – Désignation des premiers Administrateurs

Sont désignés comme premiers administrateurs du Groupement :

- la société ( ), représentée par Monsieur, ( ) président directeur général;


- la société ( ), représentée par Monsieur, ( ) co-gérant;
- la société ( ), représentée par Monsieur, ( ) co-gérant;

Article 32 – Pouvoirs Particuliers

Les membres du groupement, confèrent tous pouvoirs à Monsieur ( ) co-gérant, à l’effet de


procéder à toutes les formalités légales requises en pareille matière, avec faculté de substituer,
notamment :
Signer toutes pièces, tous documents nécessaires à la constitution;
Demander ou requérir toute déclaration ou demander toute inscription soit à la patente ou pour
toute contribution, ou tous impôts, devant toute administration fiscale;
Procéder à tout dépôt légal au secrétariat greffe de tout tribunal et y faire immatriculer ledit
groupement au registre de commerce, y signer toute déclaration et procès-verbaux.

Et généralement faire tout le nécessaire auprès de toute administration public ou privée.

Article 32 – Publication

Tous pouvoirs sont conférés aux administrateurs à l’effet de signer l’extrait des présentes, dont
la publication est prescrite par la loi, et au porteur d’originaux des présentes pour effectuer
toutes autres formalités légales et de publicité.

Faits à Casablanca, le....

La société ( ) représentée par Monsieur La société ( ) représentée par Monsieur

La société ( ) représentée par Monsieur La société ( ) représentée par Monsieur

31

Vous aimerez peut-être aussi