Vous êtes sur la page 1sur 14

Chapitre V

I. Introduction :

La plus part des colonnes de fractionnement utilisées dans l’industrie du pétrole et


dans les industries chimiques et pétrochimiques fonctionnent en discontinu.
L’industrie offre rarement l’occasion de distiller un véritable mélange binaire. Cependant
l’étude de cette opération est particulièrement intéressante. En effet, la simplicité des
équations utilisées permet une analyse précise de l’opération, mettant en valeur des
relations générales entre les paramètres.
Ainsi il sera possible ultérieurement de généraliser ces lois à la rectification des mélanges
complexes ou encore d’établir une équivalence entre ces derniers et un mélange binaire,
représentatif, constitué par deux constituants clés du complexe.
La colonne de rectification est décomposée en étage théorique d’où s’échappent un liquide
et une vapeur en équilibre . Pour obtenir une séparation donnée à partir d’un mélange
donné, le calcul nous renseigne alors sur le nombre d’étages théoriques nécessaires en
fonction des conditions opératoires choisies, pression, reflux …. Etc.
La colonne de benzène ( 200C7 ) est une colonne de distillation ( rectification ) permettant
de récupérer le maximum de benzène commercial à 99,99% de pureté.

Le but de cette partie est le dimensionnement de la colonne de benzène ( 200C 7 ) et


de comparer les résultats obtenus avec ceux donnés par le design.
II. Le Calcul
Les données de départ :
Composition design de la colonne de benzène :
La charge de la colonne de benzène est constituée essentiellement de benzène,
toluène et de xylènes en très faible concentration, il existe d’autres constituants tel que le
Napha C7, l’éthylbenzène. Cependant vue leur faible concentration ( voir tableau 1 ), il
seront cependant négligés dans les calculs car leur influence est très faible, donc on peut
considérer que notre charge est un mélange binaire.

42
Chapitre V

Surface Facteur de Surface


Composant % en poids
indiquée corrélation corrigée
Iso C6 44 0,96 42,24 0,0012
Benzène 2.996.000 0,89 2.666.440 78,35
Toluène 792.105 0,93 736.657,65 21,65
NC7 35 1 35 0,0010
Tableau – 1 –
Tableau - 2 : Composition de la charge :
% pds
Charge Kg/h Mi Kmol/h Pds/Mi Xi’
( Xi )
Benzène 7521,34 0,54 78 96,42 0,0069 0,58
Toluène 6394,64 0,4599 92 69,507 0,0049 0,42
Xylènes 0,98 3,79 . 10-5 106 0,00627 0,0357 .10-5 2,85. 10-5
 13916,96 0,9999 165,942 0,0118 1

Tableau - 3 : Composition du distillant :

K
Charge % pds Mi Kmol/h Pds/Mi Xi’
g/h

Benzène 7515,92 0,9998 96,358 0,0128 0,9999


78
Toluène 1,84 0,0002 0,02 1,92. 10-6 0,0001
92
Xylènes 0,243 2,46 . 10-5 0,0023 2,32. 10-7 1,81.10-5
106
 7518,0 1 96,378 0,0128 1

Tableau - 4 : Composition du résidu:

K
Charge % pds Mi Kmol/h Pds/Mi Xi’
g/h

Benzène 5,421 0,001 78 0,0695 1,282.10-5 0,0012


Toluène 6392,8 0,9989 92 69,487 0,0109 0,9987
Xylènes 0,74 0,0001 106 0,007 9,434.10-7 0,0001
 6398,96 1 69,564 0,019 1

Et d’après les données des ouvrages nous avons :


Hydrocarbures Teb à 1 atm.
Benzène 80,1
Toluène 110 ,7

43
Chapitre V

Tableau - 5 –

Tension de vapeur du benzène Tension de vapeur du


N° T °C
( mm Hg ) toluène ( mm Hg )
1 80,1 760 300
2 85 880 342
3 90 1010 408
4 95 1180 475
5 100 1350 556
6 105 1535 650
7 110 1750 744
8 111 1760 760

Tableau - 6 –
Puisque le benzène bout à 80,1 °C et le toluène à 110,7 °C , donc le système sera équilibré
entre ces deux températures.
I-Construction des graphes TV = f ( T ) du benzène et toluène à partir du tableau -6- :
Voir figure 8.
II. Calcul des concentrations des constituants dans le mélange :
II-1. Le constituant le plus volatil ( Benzène ) :
a. La phase liquide :
Pour toutes les températures les concentrations molaires sont calculées d’après l’équation
d’isotherme de la phase liquide :

X b'  P TVT
TVb TVT
avec :
P : pression totale ou pression de service.
TVT: tension de vapeur du toluène.
X’b : concentration molaire du benzène.
TVb : tension de vapeur du benzène.
b. La phase vapeur :
Pour toutes les températures les concentrations molaires sont données par la loi de
DALTON :
A l’équilibre : Pbv  PbL  TVb..X b'  P.Yb'
Avec :

PbL : Pression partielle du benzène dans la phase liquide.


Pbv : Pression partielle du benzène dans la phase vapeur

44
Chapitre V

Yb’ : Concentration molaire du benzène dans la phase vapeur.


II-2. Le constituant le moins volatil : Toluène
a. Dans la phase liquide :
Soit : X’T : concentration molaire du toluène dans la phase liquide.
On a : Xb’ + XT’ = 1  XT’ =1- Xb’

b. Dans la phase vapeur:


Soit : YT’ : concentration molaire du toluène dans la phase vapeur.
D’après : Yb’ + YT’ = 1  YT’ = 1- Yb’
AN :
Les résultats de tout le calcul sont :

N T °C Xb’ XT’ YT’


Yb’
1
80,1 1 1 0 0
2
85 0,78 0,9 0,22 0,1
3
90 0,58 0,77 0,42 0,23
4
95 0,4 0,62 0,6 0,38
5
100 0,26 0,46 0,74 0,54
6
105 0,12 0,24 0,88 0,76
7
110 0,01 0,02 0,99 0,98
8
111 0 0 1 1

Tableau – 7-
III. Conversion des concentrations molaires en massiques :
III-1. Le constituant le plus volatil (Benzène) :
a. Dans la phase liquide :
D’après la relation : X b.M m  X b' .M b
Où :
Xb : Concentration massique du benzène
Mm : masse moléculaire moyenne du mélange.

M m  X'i.M i  1
Xi
Avec :
M i

Mb : masse moléculaire du benzène.

45
Chapitre V

Mt : masse moléculaire du toluène.


b- Dans la phase vapeur :

Yb  Yb.M b
'
D’après :
Mm
Avec : Yb : concentration massique du benzène dans la phase vapeur. Et
Mm = Yb’.Mb + YT’.Mt
III-2. Le constituant le moins volatil ( Toluène ) :
a. Dans la phase liquide :
D’après la formule : XT = 1 –Xb.
XT : concentration massique du toluène dans la phase liquide.
b. Dans la phase vapeur : YT = 1-Yb
YT : concentration massique du toluène dans la phase vapeur.
AN : Les résultats de calcul sont :

N T °C Xb XT YT
Yb
1 80,1 1 1 0 0
2 85 0,75 0,88 0,25 0,12
3 90 0,54 0,73 0,46 0,27
4 95 0,36 0,58 0,64 0,42
5 100 0,23 0,42 0,77 0,58
6 105 0,1 0,21 0,9 0,79
7 110 0,0084 0,01 0,99 0,99
8 111 0 0 1 1

Tableau - 8 –

IV. Construction de diagramme d’isobare T= f ( Xb’,Yb’ ) : Voir figure 9


V. Bilan de matière :

D, XD

l0 S , YD
L.X
L.XLL

46

R, XR
Chapitre V

Soit L, D, S , R les débits respectifs de l’alimentation, distillat, soutirage et résidu, XL , XD,
YD, XR leurs compositions respectives. En régime établi, on peut ecrire :

L=D+S+R
D : débit du distillat ( nul ), en effet à partir du 7eme plateau ou se fait le soutirage
dans la colonne, cette dernière fonctionne à reflux total. Donc D=0.
On aura :
L = S + R………………………………………….…………….(1).

Par rapport au constituant le plus volatil :


L.X’L = S YD’ + R XR’................…...............................................(2).

On combinant les équations (1) et (2), on trouve :


S = L(X’L – X’R ) / ( Y’D –X’R )....................................................(3)
R = L(X’L – Y’D ) / (X’R – Y’D )....................................................(4)
AN:
L = 165,934 kmol/h.
X’L = 0,58
Y’D = 0,9999
X’R = 0,0012

 S= 96,3782 kmol/h
R= 69,564 kmol/h
Donc pour 165,934 kmol/h de la charge, on obtient une quantité de 96,3782 kmol/h
du soutirage et 69,564 kmol/h du résidu.
D’après le diagramme figure n°9 nous avons :
X0 =0,36
Y0 = 0,58

47
Chapitre V

XL = 0,54 Concentration massique du benzène dans la charge, résidu et le distillat


XR = 0,001 respectivement.
YD = 0,9998
1. Le taux de vaporisation :
0,540,36
e X L  X O   e = 0,81
Y0  X 0 0,580,36
donc pour 100kg de matière première il y a : 85 kg de vapeur et 15 kg de liquide.
Donc
G0 = 81kg
G0 = 19kg
2. Distillat :
0,540,001
D  L. X L  X R 100.  D = 54 kg
YD  X R 0,99980,001
R= L-D = 100 – 54 = 46 kg  R= 46kg
VI. Détermination du taux de reflux minimal:

rf min  L0  S
S
avec : L0 : la quantité renvoyée à la colonne
S  : la quantité soutirée.
AN : L0 = 225,52 kmol/h
S = 96,378 kmol/h
225,5296,378
rf min  1,34  rfmin =1.34
96,378

VI-a. Le reflux optimal :


rfopt = rfmin .  avec  = 1,1 – 1,5
rfopt = 1,34 . 1,5 = 2,01  rfopt = 2,01

VI- b. La quantité minimal du reflux de la colonne:


gdmin = D. rfmin = 54 . 1,34 = 72,36
gdmin = 72.36 kg

Il est nécessaire d’avoir une quantité de reflux réelle plus grande que la quantité minimale
c’est à dire :
gdopt > gdmin  gdopt = D. rfopt = D. rfmin .  = 72,36 . 1,5

48
Chapitre V

 gdopt = 108,54kg

VI-c. La quantité de vapeur qui monte:


GC = gdopt + D = 108,54 +54 = 162,54
GC = 162,54 kg

VII- Les equations des droites opératoires: D


VII-a. La zone de concentration :
Pour tracer la ligne de reflux de la zone de concentration
Gd,
De la colonne, on peut utiliser l’équation du bilan P+1 xp+1
matière :
GC = gd + D
Où :
GC , Y P
P

GC : débit de vapeur quittant le plateau P.


gd : débit du liquide descendant le plateau ( P+1)
D : débit du distillat
Pour un constituant « i » le plus volatil ( benzène ) le bilan s’établit comme suit :
GC . Y P = gd . XP+1 + D.YD.
D’où :

Y P = (gd/ GC ). XP+1+ ( D/ GC). YD.


Ou bien : Y P = (rf/ rf+1). XP+1+ YD/( rf +1).
Avec :
gd/D = 2,01 ( taux de reflux ).

g0
AN :
L’ , XP+1’ P+1
rf = 2,01 , YD = 0,9998 donc :
YP = 0,67. XP+1 +0 ,33 équation de la droite opératoire relative au benzène.

VII-b. Dans la zone d’épuisement :


On a : P V0 , YP’
L’ = V0 +R

49
R , XR
Chapitre V

L’ : débit du liquide quittant le plateau ( P+1).


V0 : debit de vapeur quittant le plateau ( P ).
R : débit du résidu.
Pour le constituant le plus volatil , le bilan s’établit comme
suit :
L’ . XP+1’ = V0 .YP’ + RXR
Soit : L’ = Ge +R = V0 +R.
Avec : Ge = V0 : Le débit de vapeur quittant le plateau ( P) .
Sur le plateau supérieur ( P+1 ) de la zone d’épuisement gc est mélangé à la partie
Liquide des matières premières g0.
Donc on aura : L’ = g0 + gc L’ = Ge + R
Ge = g0 + gc -R

AN :
g0 = 19kg, gc = gd = 108,54 kg, R = 46kg,
donc : Ge = 81,54 kg

donc on aura :
L’ . XP+1’ = V0 . YP’ + RXR d’où : XP+1’ =( V0 .YP’ )/ L’ +( RXR )/ L’
Avec = V0/R = 1,59 ( taux de vaporisation )
Donc : XP+1’ = 0,6138 . YP’ +0,003 équation de la droite opératoire de la zone

d’épuisement pour le benzène .


Pour tracer les deux droites opératoires, il suffit de prendre deux points quelconques de
ces deux droites :

a- ligne opératoire de la zone de rectification :


Le premier point k : YP = 0,67 XP+1 +0,33
Admettons que : xd = YD = 0,9998
Donc k = ( 0,9998 ; 0,9998 ) ( coordonnées du point k )
Le deuxième point L : YP = 0,67 XP+1 +0,33
Soit : xd = 0  YD = 0,33 donc : L = ( 0 ; 0,33)

b. ligne opératoire de la zone d’épuisement :

50
Chapitre V

Le premier point M :
Admettons que : Y’d = XR  YP’ = XR = 0,001
 M = ( 0,001 ; 0,001 )
Le deuxième point N : YP’ = 1  XP+1’ = 0,6138 + 0,003 = 0,62
 N = ( 0,62 ; 1)

VIII- Construction du diagramme d’équilibre de phase :


Y= f (x ) voir figure 10.
VIII-a. le nombre de plateau théorique dans la zone d’épuisement :
D’après le diagramme d’équilibre on a le nombre de plateau théorique dans la zone
d’épuisement est : Nthé = 17
VIII-b. Le nombre de plateau théorique dans la zone de rectification :
D’ après la figure – 10 Nthr = 17
IX- Calcul du nombre de plateaux réels :
IX- a. Dans la zone de rectification :

N r  Nthr 2
E
avec E : l’efficacité du plateau.
Soit : E% = 0,5  Nr = (17/0,5 ) – 1 = 33 plateaux
Nr = 33
IX-b. Dans la zone d’épuisement :
Soit : E% = 0,5 Né =( 17/0,5 ) - 1 = 33 plateaux

Né = 33

Donc le nombre de plateaux réels dans la colonne est Nr c = Nr + Né = 66 plateaux

Nr c = 66
D’après le design on a 67 plateaux.

X- Bilan thermique :
Le calcul est effectué pour 100kg de matière première à 95,6 °C.
A la température de fonctionnement de la colonne c’est à dire de 80,1 °C à 110,1 °C on a :

51
Chapitre V

Le bilan thermique suivant :


QE = QS
QE : Les quantités de chaleur à l’entée QC
QS : Les quantités de chaleur à la sortie.
 QE = QL+ QF QL Q’S
QL : La quantité de chaleur portée par la
charge à 95,6 °C.
QF La quantité de chaleur cédée par le four. QF
QL = G0 . qt0v + g0. qt0L
q10v : 119,32 kcal/kg , G0 = 81kg QR
q10L : 44,94 kcal/kg , g0 = 19kg
 QL = 81. 119,32 + 19.44,94
QL = 9664,92 + 853,86 = 10518,78
QL = 10518,78 kcal

QF = GF . qW.vap
qW.vap : Chaleur latente de vaporisation du toluène
QF = GF .132,30
qW.vap  = 132,30 kcal/kg
On a aussi : Qs = Qc + Qs’ + QR
Qc : quantité de chaleur emportée par le flux total à 81 °C.
Qc = gd. qW.vap 
Avec : qW.vap : Chaleur latente de vaporisation du constituant le plus volatil : benzène
qW.vap : 113,05 kcal/kg.
Gd = 108,54 kg  Qc = 12270,447 kcal
Qs’ : quantité de chaleur emportée par le distillat ( soutirage ) à 80 °C :
Qs’ = D. qTDL
Avec
qTDL = 36,5 kcal/kg.
Qs’ = 54.36,5  Qs’ =1971kcal
QR : quantité de chaleur emportée par le résidu à 109° C.
QR  = R. qtrL
qtrL = 99,29 kcal/kg

52
Chapitre V

R = 46 kg.
 QR  = 4567,34 kcal
On a : QE = QS
 QL + Qf =Qc + QS’ + QR
 Q f = Q c + Q S’ + Q R - Q L
 Qf = 12270,477 + 1971 + 4567,34 – 10518,78
 Qf = 8290 kcal

On a : Qf = Gf . 132,30
Gf =8290/ 132,30 = 62,66 kg Gf = 62,66 kg

XI- Dimensionnement de la colonne:


La plus grande partie de vapeur aura lieu en tête de la colonne, par ce que la valeur de la
masse moléculaire est plus petite :
MY( D+gy ) = 78
La productivité de la colonne est : 13916,96 kg/h
Alors la quantité des vapeurs en tete de colonne est de :
Dtotal + gd total = 13916,96/100 . 162,54
= 22620,63 kg/h
= 6,28 kg/s
 Dtotal + gd total = 6,28 kg/s

1. Le volume de la vapeur en tête de la colonne:


Vsec = 62,4 ( 237+TD/760). (Dtotal + gd total / MY( D+gy )
 Vsec = 62,4 ( 237+80/760) . 6,28/ 78

 Vsec = 2,1 m3/sec.


2. Masse volumique des vapeurs :
V = Dtotal + gd total / Vsec = 6,28/2,1 = 2,99 kg/m3
V = 2,99 kg/m3

3. Vitesse optimale des vapeurs dans la colonne :

5  v   L.
Wad 8,47.10 .C.
v

53
Chapitre V

avec : Wad : vitesse admissible des vapeurs ( m/s)


C : coefficient empirique qui dépend du type des plateaux et la distance entre les plateaux,
il est déterminé d’après le tableau suivant :
Hp distance entre 2
0,4 0,6 0,8
plateaux
Vide 400 580 680
C
P1 520 760 900

On a : P = 1 atm.

Hp = 0,6 m  C = 760
V = 2,99 kg/m3
avec :
V : masse volumique des vapeurs
80L : masse volumique moyenne du mélange ( à l’état liquide ) à 80° c.
soit : 80L  = 860 kg/m3
Wad  = 8,47 . 10-5 . 760 = 1,089
860-2,99/2,99

 Wad  = 1,09 m/s

4. La surface de la section droite de la colonne:


2
S  Vsec D d’où : D 1,13 V sec
Wad 4 Wad
avec : Vsec = 2,1 m3/s
Wad  = 1,09 m3/s

 D 1,13 V sec = D 1,13 1,09


2,1
D = 1,559 m
Wad
D’après le design on a 1,55 m.
5. La hauteur de la colonne :
La hauteur totale de la colonne est calculée par l’équation :
H= 2(Hf + Hr )+H1+( NC –1)HP + (Ne’ –1) HP + H2 + H3 + H4 + Hth
Où :
Hf : hauteur des fonds supérieur et inférieur.
Hr : hauteur des fonds rebord ( partie cylindrique du fond )

54
Chapitre V

Puisqu’on a des fonds elliptiques donc :


Hf/ DC = 0,25 ainsi
Hf = 0,25 . 1,55 = 0,388 m
La hauteur du rebord du fond :
Hr = 0,05 m
 H1 : la distance entre le premier plateau et le fond varie entre ( 0,9 1,2 ) m.
H1 = 0,9 m

 Hp : distance entre les plateaux : Hp = 0,6 m

 H2 : Hauteur de la zone d’alimentation : H2 = 2. Hp = 1,2 m


H2 =1,2 m
 H3 : distance entre le dernier plateau et le fond inférieur : H3 = ( 1  1,5)m
Soit : H3 = 1,33 m

 H4 : La hauteur du support de la colonne :


H4 = 1,6 m

 On ajoute aussi la hauteur des trous d’homme ; soit : Hth = 0,6 m


 H = 2(0,39 + 0,05) + 0,9 + 32.0,6 + 1,2 +32.0,6 + 1,33 + 1,6 +0,6
 H= 44,906 D’après le design on a : H = 45,5 m

55