Vous êtes sur la page 1sur 4

Introduction :

Le e-commerce généralement connu comme le marketing électronique


consiste à acheter et vendre des biens et services via un système
électronique tel que l’Internet. L’e-commerce est l’achat, la vente et
l’échange de biens et services sur un réseau informatique à travers
lequel les transactions ou termes de vente sont effectués
électroniquement. Un consommateur utilise un navigateur Web pour se
connecter au home page d’un site marchant sur l’Internet le
consommateur parcours le catalogue des produits disponibles sur le
site et en sélectionne certains à acheter. Les produits sélectionnés sont
placés dans l’équivalent électronique d’un panier. Quand le
consommateur est prêt à valider sa commande de produits, il donne
une adresse de facturation et de livraison pour l’achat. Quand le
numéro de carte de crédit est validé et que la commande est
complétée sur le Serveur de Commerce, le site marchand affiche un
reçu confirmant l’achat du consommateur. Le serveur de commerce
envoie ensuite la commande au Réseau de Traitement pour paiement
et complétion de la commande.

Les gouvernements, le secteur privé, les médias et le milieu


universitaire qualifient tout le commerce électronique de moyen
révolutionnaire pour les citoyens et les consommateurs de dialoguer et
de faire des affaires. Comme dans l'application de toute technologie
nouvelle, notre compréhension du commerce électronique évolue sans
cesse. A travers cette exposition nous parlerons spécifiquement des
librairies, les librairies en ligne s’occupent de toute une série d’actions
le long de la chaîne logistique, qui incluent l’approvisionnement, la
gestion des stocks et le traitement des commandes. Au cœur de leur
fonctionnement se trouve l’idée de rendre disponible l’offre la plus large
possible, le plus vite possible. En 2010 90% des livres en lignes étaient
réalisées par la Fnac et l’Amazon.

On remarque que les consommateurs sont toujours attaches à l’expertise


du professionnel du livre. Par ailleurs, il apparaît que beaucoup d’entre
eux commandent sur Internet des livres qu’ils ont choisis à l’avance.
Parallèlement à cette logique de consommation planifiée, certains clients
confient toutefois être influencés par les informations qui circulent sur les
sites, comme la description des livres, les avis des lecteurs ou les
moteurs de recommandation.

Dans tous les cas on traite aussi ce qui implique de mieux connaitre et
comprendre les consommateurs du marché or afin de mieux connaitre les
consommateurs les librairies utilisent une technique qui se situe au cœur
du marketing contemporain, soit la segmentation du marché. Les clients
qui ont été regroupés selon leur besoin et leur comportement d’achats,  « 
Mieux les connaître pour mieux les fidéliser ». Cette étude vise à mieux
connaitre la clientèle de la librairie, dans toute sa diversité, ses
comportements, ses attitudes, ses attentes et de s’appuyer sur cette
connaissance pour nourrir une réflexion sur les moyens d’optimiser la
politique commerciale des librairies. L’âge est également un facteur
intéressant à noter. L’enquête Pratiques culturelles fait ressortir une
influence décroissante de l’âge sur la proportion de personnes ayant lu
au moins un livre dans l’année. En revanche, l’âge ne semble pas
exercer une influence directe sur la probabilité d’être un grand lecteur
(20 livres ou plus), Les femmes sont surreprésentées parmi les clients
lecteurs de plus de 10 livres par an (43 % contre 36 % chez les
hommes). Aussi Le rapport au prix du livre joue un rôle il s’avère que 58
% des clients de la librairie indépendante estiment trop élevés les prix
auxquels les livres sont vendus, contre 37 % qui considèrent qu’ils sont
vendus à un prix juste. Le libellé de la question, ainsi que la présence
d’une perception générale du caractère « injuste » du prix des produits
de consommation, aurait pu laisser attendre un pourcentage beaucoup
plus élevé de personnes considérant que le prix des livres est excessif.
Enfin, une attention particulière est accordée aux conditions d’achat en
ligne. Organisée autour d’une base de données bibliographique,
l’expérience de navigation de l’internaute est encadrée par des
commentaires et des évaluations publiés par les clients, mais aussi par
des moteurs de recommandation qui suggèrent des idées de lecture
(« Les clients ayant acheté cet article ont également acheté… »).

Problématique
Fnac aurait-elle pour but de fidélisé les clients et contrer
Amazon ?

Sous-question

L’e-commerce a-t-il révolutionné le marché du livre ?

S'agit-il d'un monde bipolaire où règnent la Fnac et Amazon ?

Hypothèse :

 En 2015, 19% des livres vendus en France ont été achetés en


ligne. L'e-commerce a donc pris une importance considérable dans
le secteur du livre.  En France, ce nouveau mode de
consommation prend ses racines dans les années
1990, quand plusieurs entreprises se sont lancées sur le marché de
la librairie en ligne. Mais les succès de ces sociétés étaient
variables et c'est réellement en 2009 que l'on constate une véritable
démocratisation de la vente de livres en ligne.
 Cela s'explique notamment par l'introduction des
marketplaces qui ont permis à une multitude de vendeurs de
pouvoir commercialiser des livres neufs ou d'occasions sur des
sites comme Amazon ou la Fnac. Ces derniers pouvaient alors
proposer un choix plus large de produits aux consommateurs. Un
an après, en 2010, Amazon et la Fnac réalisaient 90% des ventes
de livres en ligne. Un chiffre qui a vite fait des envieux et a donné
des idées à certains. Des sites comme Decitre.fr qui propose tout
type de livre, ou comme Omaké Book qui commercialise des
Mangas et BD, sont rapidement apparus sur le marché.