Vous êtes sur la page 1sur 2

Chapitre 4 : Séries entières.

Résolution de certaines équations différentielles.


Dans toute la suite, I désigne un intervalle de R qui contient 0.

1 Les équations différentielles du type y 0 (x)+ay(x) = 0 (a constante)


y 0 (x) x
y 0 (t) x
Z Z  
y(x)
On a = −a, donc dt = − a dt, c’est-à-dire ln = −ax et
y(x) 0 y(t) 0 y(0)
y(x) = y(0)e−ax .

y 0 (x) + ay(x) = 0

Proposition 1 Le système admet une unique solution définie sur R par
y(0) = y0
y(x) = y0 e−ax .

2 Les équations différentielles du type y 0 (x)+a(x)y(x) = 0 (a fonction


continue sur I)
x
y 0 (t) x x
Z Z  Z 
De même, dt = − a(t) dt pour x ∈ I et donc y(x) = y(0) exp − a(t)dt .
0 y(t) 0 0

y 0 (x) + a(x)y(x) = 0

Proposition 2 Le système avec a continue sur I admet une unique solu-
y(0) = y0
 Z x 
tion définie sur I par y(x) = y0 exp − a(t)dt .
0

3 Les équations différentielles du type y 0 (x)+ay(x) = f (x) (a constante,


f fonction continue)
On utilise la méthode de variation de la constante. Si f = 0, d’après la proposition 1, la solu-
tion vaut y(x) = y(0)e−ax . On ”fait varier la constante” y(0) en la remplaçant par une fonction.
On cherche donc la solution sous la forme y(x) = z(x)e−ax . En remplaçant cette expression dans
l’équation différentielle y 0 (x) + ay(x) = f (x), on obtient que z 0 et z doivent vérifier l’équation

z 0 (x)e−ax − az(x)e−ax + az(x)e−ax = f (x)


Z x
qui se simplifie en z 0 (x) = eax f (x). Cette dernière équation se résout en z(x) = z(0) + eat f (t)dt.
Z x 0
−ax −ax −ax
On revient à la fonction y et donc y(x) = z(x)e = z(0)e +e eat f (t)dt.
0

y 0 (x) + ay(x) = f (x)



Proposition 3 Le système avec a constante et f continue sur I admet
y(0) = y0 Z x
une unique solution définie sur I par y(x) = y0 e−ax + e−ax eat f (t)dt.
0

4 Les équations différentielles du type y 00 (x) + by 0 (x) + cy(x) = 0 (b


et c constantes)
On considère l’équation caractéristique
√ r2 + br + c = 0, on calcule le discriminant ∆ = b2 − 4c et
−b ± ∆
les racines valent r± = (elles sont éventuellement complexes).
2

1
Si ∆ 6= 0, ce qui est équivalent au fait que r+ et r− sont distinctes, les solutions de l’équation
différentielle sont alors de la forme y(x) = α+ er+ x + α− er− x , où α+ et α− sont des constantes à
calculer en fonction de y(0) et de y 0 (0).
Si ∆ = 0, l’équation caractéristique admet une unique racine r et les solutions de l’équation
différentielle sont de la forme y(x) = (α+ x + α− )erx , où α+ et α− sont des constantes à calculer en
fonction de y(0) et de y 0 (0).

y 00 (x) + by 0 (x) + cy(x) = 0



Proposition 4 Le système avec b et c constantes admet une unique
y(0) = y0 , y 0 (0) = y1
solution définie sur R. √
r+ x r− x −b + b2 − 4c
Si b2
− 4c 6= 0, la solution est définie par y(x) = α+ e + α− e , avec r+ = ,
√ 2
−b − b2 − 4c y 0 r+ − y1 y0 r− − y 1
r− = , α− = et α+ = .
2 r + − r− r− − r+
−b
Si b2 − 4c = 0, la solution est définie par y(x) = (α+ x + α− )erx , avec r = , α− = y0 et
2
α+ = y1 − ry0 .

5 Les équations différentielles du type y 00 (x) + b(x)y 0 (x) + c(x)y(x) =


f (x) (b, c et f fonctions continues)
Il existe deux constantes α1 et α2 et deux solutions y1 (x) et y2 (x) de l’équation différentielle telles
que la solution s’écrive y(x) = α1 y1 (x) + α2 y2 (x). Les deux constantes se calculent en fonction des
données initiales y(0) et y 0 (0). Il suffit donc de trouver deux solutions indépendantes de l’équation
différentielle, qui seront alors y1 et y2 . Ces solutions se trouvent parfois à l’aide des séries entières.

6 Exemples
6.1 y 0 + y = 0 et y(0) = 2
On est dans le cas du paragraphe 1 avec a = 1, donc la solution vaut y(x) = 2e−x .

6.2 y 0 + y = x et y(0) = 1
On est dans le cas du paragraphe
Z x 3 avec a = 1 et f (x) = x, d’après
Z la méthode de variation
Z x de la
x  t x
−x −x t t
constante y(x) = e + e e t dt. Or par intégration par parties, e t dt = e t 0 − et dt =
x 0 0 0
e t − et 0 = xex − ex + 1. Finalement, la solution vaut y(x) = 2e−x + x − 1.
 t

6.3 y 00 − 2y 0 − 3y = 0, y(0) = 0 et y 0 (0) = 4


On est dans le cas du paragraphe 4 avec b = −2 et c = −3. L’équation caractéristique s’écrit
r2 − 2r − 3 = 0 et admet pour solutions r+ = 3 et r− = −1. Donc y(x) = e3x − e−x .

6.4 y 0 + x2 y = 0 et y(0) = 1
 Z x 
x2 t dt = exp −x3 /3 .
2

On est dans le cas du paragraphe 2 avec a(x) = et y(x) = exp −
0