Vous êtes sur la page 1sur 18

Antennes et Lignes de transmissions

Sommaire du chapitre II:


Caractéristiques de l'antenne: Application au dipôle électrique

II-1- Introduction
II-2- Champ rayonné par une antenne isotrope
II-3- Potentiel retardé de Lorentz
II- 3- 1- Calcul du potentiel vecteur
II- 3- 2- Calcul du potentiel scalaire
II-4- Calcul du champ électromagnétique du dipôle
II- 4- 1- Champ magnétique
II- 4- 2- Champ électrique
a) Calcul de la composante Er
b) Calcul de la composante Eθ
II- 4- 3- Les composantes du champ électromagnétique en coordonnées sphériques
II- 4- 4- Détermination du champ électromagnétique à grande distance
II-5- Distribution angulaire du champ dans l'espace
II-5- 1- Fonction caractéristique
a) Antenne isotrope
b) Antenne dipolaire élémentaire
II-5- 2- Diagramme de rayonnement
a) Antenne isotrope
b) Antenne dipolaire élémentaire
II-5- 3- Caractéristiques de rayonnement électromagnétique
a) Description des différents lobes de rayonnement
b) Différentes étapes de l'étude d'une fonction caractéristique
c) Angle d'ouverture
II-6- Puissance électromagnétique rayonnée
II-6- 1- Cas de l'antenne isotrope
II-6- 2- Cas de l'antenne dipolaire: Calcul de la résistance de rayonnement
Dr. A. Khodja

Antennes et Lignes de transmissions


Chapitre II: Caractéristiques de l'antenne:
Application au dipôle électrique

II-1- Introduction
Nous entamons dans cette partie les différentes caractéristiques de l'antenne nécessaires pour le
calcul du rayonnement des champs EMs à l'émission ou à la réception. En effet, ces caractéristiques
dépendent de la forme du rayonnement dans l'espace libre en l'occurrence dans la zone des champs
lointains. Cependant, il existe plusieurs manières de classer les antennes selon la source rayonnante
(provenant des courants variables ou des ouvertures), la polarisation, les dimensions, le gain, la
bande passante, etc.…Pour notre cas, et afin de mieux cerner l'étude du rayonnement de l'antenne,
nous nous intéressons aux calculs des champs EMs créés par l'antenne dont la source de
rayonnement provient uniquement des courants oscillatoires. Pour cela, nous optons pour l'étude du
dipôle électrique élémentaire isolé dans l'espace appelé également doublet de Hertz et qui servira de
base pour l'étude des propriétés des autres types d'antennes à rayonnement engendré par les
courants.

II-2- Champ rayonné par une antenne isotrope


L'étude de l'antenne dipolaire fait intervenir l'antenne isotrope considérée comme étant une
antenne de référence lors du calcul de certaines caractéristiques, en l'occurrence le calcul du gain.
En effet, l'antenne isotrope est une source fictive car du point de vue pratique, elle est impossible
à fabriquer. Cette antenne est supposée émettre une puissance EM répartie de façon uniforme dans
toutes les directions de l'espace. Dans ce cas, on se contente d'exploiter ses propriétés théoriques qui
serviront de référence aux antennes réelles.
Pour ce faire, nous démontrons dans cette partie le champ EM créé par l'antenne isotrope isolée
dans l'espace (représentée par une source ponctuelle) où l'on fait intervenir dans la figure suivante
un système de coordonnées sphériques défini par un repère mobile au point M.

r
eΦ r
z er
M
r

θ r
Plan d'onde sphérique
O
y
φ
x θ
r'= rsinθ
M'

Fig. II-1: Choix d'un système de coordonnées sphériques pour l'étude de l'antenne isotrope

θ représente l'angle d'élévation appelé également angle de site ou angle de zénith.


φ représente l'angle de révolution appelé également angle d'azimut.
-21-
Dr. A. Khodja
D'après cette figure, on déduit que:
r r r
● Les vecteurs unitaires er , eθ et eΦ qui constituent la base orthonormée de ce système forment
un trièdre direct.
r
● Le vecteur er est parallèle à OM .
r r
● Le vecteur e θ est perpendiculaire à er dans le plan M'Oz et est orienté selon le sens de θ.
r r
● Le vecteur eΦ est perpendiculaire à er dans le plan xOy et est orienté selon le sens de φ.

Etant donné que cette antenne isotrope à symétrie sphérique rayonne de l'énergie EM de façon
identique quelle que soit la direction de propagation, le champ associé à cette énergie dépend
uniquement de la distance "r" qui n'est autre que le rayon du plan d'onde sphérique sur lequel le
champ est constant. En supposant que l'antenne rayonne dans le vide dépourvu de charge et de
courant, l'équation d'onde du champ EM s'écrit:
r r
r r 1 ∂ 2 E ( ou H ) r
∆ E ( ou H ) − 2 =0 (II-1)
c ∂t 2
r r
En posant ψ = E (ou H ) , l'équation d'onde appliquée au scalaire ψ s'écrit:
1 ∂ 2ψ
∆ψ− 2 =0 (II-2)
c ∂t 2
En coordonnées sphériques, l'équation (II-2) devient:
1 ∂  2 ∂ψ  1 ∂ 2 ψ
r − =0 (II-3)
r 2 ∂r  ∂r  c 2 ∂t 2
1
Faisons le changement de variable ψ(r, t ) = s(r, t ) , dans ce cas:
r
∂ψ 1 1 ∂s ∂ψ ∂s ∂  2 ∂ψ  ∂s ∂ s ∂ 2s ∂ 2s
=− 2 s+ ⇒ r2 = −s + r ⇒  r  = − + + r = r , d'où:
∂r r r ∂r ∂r ∂r ∂r  ∂r  ∂r ∂r ∂r 2 ∂r 2
1 ∂  2 ∂ψ  1 ∂ 2 s ∂ψ 1 ∂s ∂ 2 ψ 1 ∂ 2s
 r  = . D'autre part = ⇒ = .
r 2 ∂r  ∂ r  r ∂r 2 ∂t r ∂t ∂t 2 r ∂t 2
Ainsi l'équation d'onde (II-3) devient:
1 ∂ 2s 1 1 ∂ 2s 1  ∂ 2s 1 ∂ 2s  ∂ 2s 1 ∂ 2s
− = 0 ⇒  −  = 0 , d'où − = 0 qui admet comme solution:
r ∂ r 2 c 2 r ∂t 2 r  ∂r 2 c 2 ∂t 2  ∂r 2 c 2 ∂t 2
r r 1 r 1 r
s(r, t ) = f ( t − ) + g ( t + ) , d'où ψ(r, t ) = f ( t − ) + g ( t + ) .
c c r c r c
En supposant que la propagation s'effectue dans l'espace infini, la solution de l'équation d'onde
1 r
devient ψ(r, t ) = f ( t − ) qui n'est autre que l'onde incidente.
r c
En régime oscillatoire, l'onde sphérique est définie par:
r
r r 1 S jω(t − c ) S0 j(ωt −kr)
ψ(r, t ) = E(r, t ) (ou H(r, t) ) = s(r, t ) = 0 e = e , où k=ω/c et S0 est une cte ∀ θ et φ, d'où:
r r r
r
( )
r r S 0 j( ωt − kr )
E ( t ) ou H(t) = e (II-4)
r r
S r r
Où 0 = E 0 (ou H 0 ) est le vecteur contenant les amplitudes de l'onde en coordonnées sphériques.
r
-22-
Dr. A. Khodja
II-3- Potentiel retardé de Lorentz
Les potentiels retardés de Lorentz constituent des éléments majeurs dans l'élaboration des
équations des champs EMs rayonnés à partir de la distribution de courant au niveau de l'antenne, de
sorte qu'en régime variable, les champs EMs s'expriment en fonction des potentiels comme suit;
r
r r r
∂A et B r r r
E = −grad Φ − = rot A où A et Φ désignent respectivement le potentiel vecteur et scalaire.
∂t
r 1 ∂Φ
Compte tenu de la jauge de Lorentz ( divA = − 2 ), les équations de Maxwell permettent
c ∂t
d'aboutir aux équations de propagation du potentiel vecteur et scalaire telles que:
r
r 1 ∂ 2A r
∆ A − 2 2 = −µ 0 J (II-5)
c ∂t
1 ∂ 2Φ ρ
∆Φ− 2 2 = − (II-6)
c ∂t ε0
r
J et ρ représentent les densités de courant et de charge issues de l'antenne rayonnant dans
l'espace infini. Les solutions de ces deux équations (II-5) et (II-6) constituent les potentiels retardés
de Lorentz dont l'effet permet d'atteindre le point d'observation avec un certain retard.
rr r r
r r µ J ( r0 , t − r − r0 /c)
A( r , t ) = 0
4π ∫∫∫ V0
r r
r − r0
dv 0 (II-7)

r r r
r 1 ρ( r0 , t − r − r0 /c)
Φ( r , t ) =
4πε0 ∫∫∫
V0
r r
r − r0
dv0 (II-8)

L'intégration porte sur le volume v0 de la source rayonnante contenant le courant.


L'étude du rayonnement du dipôle représente une meilleure application dans la théorie des
potentiels retardés. En effet, cette étude constitue une étape importante pour le calcul des champs
EMs rayonnés à partir des antennes filaires (ou filiforme) de longueur non négligeable.
Pour cela, on considère dans la fig. II-2 une antenne filaire de longueur infinitésimale dl
parcourue par un courant oscillatoire de la forme I(t) = I0 e jωt où l'amplitude est supposée constante.
En raison de la symétrie axiale de cette antenne et afin de simplifier le calcul des potentiels,
l'étude sera menée dans un premier temps dans un système de coordonnées cylindriques ou l'on tient
compte des variables r', φ et z, sachant que r' représente la projection de r sur le plan xOy.

z M
θ R

P r
I(t) r0
dl
O y
φ
x r'= rsinθ
M'
Fig. II-2: Antenne dipolaire électrique

-23-
Dr. A. Khodja
II- 3- 1- Calcul du potentiel vecteur

On suppose que les densités de courant et de charge se situent au niveau de la source de


rayonnement repérée au point P qui est distant de r0 par rapport à l'origine O, tandis que le point
d'observation se trouve au point M qui est distant de r par rapport à l'origine O.
r r
A noter que la distance R = r − r0 obtenue à partir de PM = OM − OP permet de repérer le
point d'observation par rapport à la source. Dans ce cas, la densité de courant traversant le dipôle
r r r r r jω( t − rr − rr0 /c) r
s'écrit: J ( r0 , t − r − r0 /c) = J 0 ( r0 )e ez .
r r
Etant donné que la longueur du dipôle (dl) est très petite (dl << λ), donc r >> r0 et r − r0 ≈ r , d'où
r r r r r r
J 0 ( r0 ) = J0= Cte. Dans ce cas J ( r0 , t − r − r0 /c) = J 0 e jω( t − r/c) e z .
Par conséquent, le potentiel vecteur décrit par l'expression (II-7) devient:
r dl r dl r
r r µ J 0 e jω( t −r/c) e z µ e jω( t −r/c) e z µ I e jω( t −r/c) e z
A( r , t ) = 0
4π ∫∫∫
V
r
dv 0 = 0
4π ∫∫
S

J 0 dS
0
r
dz 0 = 0 0
4π ∫
0
r
dz 0

dl
r r µ I e jω( t − r/c) r µ I dl r ω
A( r , t ) = 0 0
4πr ∫
e z dz 0 = 0 0 e jω( t − r/c) e z . En posant k = , le potentiel devient:
0
4πr c

r r µ I dl r
A( r , t ) = 0 0 e j(ωt −kr ) e z (II-9)
4πr
r r r µ I dl j(ωt −kr )
Où A( r , t ) = A z e z avec A z = 0 0 e .
4πr
k et c représentent respectivement le nombre d'onde et la célérité de la lumière.

II- 3- 2- Calcul du potentiel scalaire


r 1 ∂Φ
Le calcul du potentiel scalaire nécessite l'utilisation de la jauge de Lorentz ( divA + 2 = 0 ).
c ∂t
∂Φ r jω jc 2 r jc r
En régime harmonique, = jωΦ , donc divA + 2 Φ = 0 , d'où Φ = divA = divA .
∂t c ω k
r
Soit à déterminer divA en coordonnées cylindrique sachant que les composantes Ar' = Aφ = 0 et
µ I dl r ∂A z r ∂A z ∂r
A z = 0 0 e j(ωt −kr ) . Par conséquent, divA = , que l'on peut écrire divA = .
4πr ∂z ∂r ∂z
∂r z r ∂A z µ 0 I 0 d l ∂ e j( ω t − kr )
Or r = x2 + y2 + z2 , donc = = cos(θ) , d'où divA = cos(θ) = cos( θ ) ( ).
∂z r ∂r 4 π ∂r r
r µ I dl  1 jk  jc  µ I dl  1 jk  
divA = cos(θ) 0 0 − 2 −  e j(ωt −kr) . Dans ce cas, Φ =  − cos(θ) 0 0  2 +  e j(ωt −kr)  .
4π  r r k 4π  r r 
Finalement:
r jµ cI dl cos(θ)  1 jk  j(ωt −kr )
Φ( r , t ) = − 0 0  r 2 + r  e (II-10)
4πk

-24-
Dr. A. Khodja
II- 4- Calcul du champ électromagnétique du dipôle

II- 4- 1- Champ magnétique


r
Le champ à induction magnétique est obtenu en utilisant rot A en coordonnées cylindriques, d'où:
r r r
e r' (− ) r' e φ ez

r r r 1 ∂ ∂ ∂ . Notons que Az ne dépend pas de φ, donc ∂A z = 0 .


B = ro t ( A ) =
r ' ∂r' ∂φ ∂z ∂φ

0 0 Az
r 1 r ∂A z ∂A r ∂A ∂r r
Ce qui implique que rot A = (−r' e Φ ) = − z eΦ = − z eΦ .
r' ∂r' ∂r' ∂r ∂r'
∂r r'
Or r' = x2 + y2 et r = r'2 +z 2 , d'où = = sin(θ) . Dans ce cas:
∂r' r
r r r ∂A r µ I dl ∂ e j(ωt −kr) r µ I dl  1 jk  r
B = rot A = − sin(θ) z e φ = − sin(θ) 0 0 ( )e φ = sin(θ) 0 0  2 +  e j(ωt −kr) e φ ,
∂r 4π ∂r r 4π  r r
r r µ I dl sin(θ)  1 jk  j( ωt −kr ) r
d'où: B( r , t ) = 0 0 r2 + r  e eφ (II-11)
4π  
r
On constate que le champ B possède une seule composante Bφ. Ainsi, le champ magnétique
r r r
H obtenu à partir de B = µ 0 H peut être exprimé en coordonnées sphériques comme suit:
Hr = 0 (II-12)
r
H= Hθ = 0 (II-13)
I dl sin(θ)  1 jk  j(ωt −kr )
Hφ = 0  r 2 + r  e (II-14)

II- 4- 2- Champ électrique
r r r
Pour déterminer le champ électrique, on utilise E = −grad Φ − jωA en régime harmonique.
r
Pour cela, nous devons déterminer les composantes de A en coordonnées sphériques représentées
r r
dans la figure ci-dessous, sachant que A = A z ez possède qu'une seule composante dirigée selon l'axe
Oz. r
eΦ r
z M r er
r
A eθ
r r
Aθ θ r
Ar
O y
φ
x r'= rsinθ
M'
r
Fig. II-3: Représentation des composantes de A en coordonnées sphériques

D'après la fig. II-3, les composantes du potentiel vecteur s'expriment comme suit:

-25-
Dr. A. Khodja
Ar=Az cos(θ). (II-15)
r
A= Aθ=−Az sin(θ). (II-16)
Aφ=0. (II-17)
r ∂Φ r 1 ∂Φ r 1 ∂Φ r
Sachant qu'en coordonnées sphériques grad(Φ) = er + eθ + eφ .
∂r r ∂θ r sin(θ) ∂φ
Vu que le potentiel Φ ne dépend pas de φ et vu que Aφ=0, le champ électrique s'écrit:
∂Φ
Er = − − jωA r (II-18)
∂r
r 1 ∂Φ
E= Eθ = − − j ωA θ (II-19)
r ∂θ
1 ∂Φ
Eφ = − − jω A φ = 0 (II-20)
r sin(θ) ∂φ
a) Calcul de la composante Er

jµ 0 cI 0 dl cos(θ) ∂   1 jk  j(ωt − kr )  µ I dl
Er =   2 +  e  − jω cos(θ) 0 0 e j(ωt − kr )
4πk ∂r   r r   4πr

µ 0 cI 0 dl cos(θ)  j 1
Apres calculs, on trouve E r =  − 3 + 2  e j(ωt − kr ) , d'où:
2π  kr r 

η 0 I 0 dl cos(θ)  j 1
Er =  − 3 + 2  e j(ωt − kr ) (II-21)
2π  kr r 

Avec ω=kc et µ0c=η0=120π qui est l'impédance d'onde du vide.

b) Calcul de la composante Eθ

jµ 0 cI 0 dl sin(θ)  1 jk  j(ωt − kr ) µ I dl
Eθ = −  + e + jω sin(θ) 0 0 e j(ωt − kr )
4πkr r 2
r  4πr
µ 0 cI 0 dl sin(θ)  j 1 jk 
Apres calculs, on aboutit à E θ =  − 3 + 2 +  e j(ωt − kr ) , d'où:
4π  kr r r 
η 0 I 0 dl sin(θ)  j 1 jk 
Eθ =  − 3 + 2 +  e j(ωt −kr ) (II-22)
4π  kr r r 

II- 4- 3- Les composantes du champ électromagnétique en coordonnées sphériques

Sachant que k=ω/c=2π/λ0, les composantes de champ électrique et magnétique deviennent:


η 0 I 0 dl cos(θ)  jλ 1  j(ωt −kr )
Er =  − + e (II-23)
2π  2πr 3 r 2 
r
E= η 0 I 0 dl sin(θ)  jλ 1 j2π  j(ωt −kr )
Eθ =  − + 2 + e (II-24)
4π  2πr 3
r λr 
Eφ = 0 (II-25)

-26-
Dr. A. Khodja
Hr = 0 (II-26)
r Hθ = 0 (II-27)
H=
I 0 dl sin(θ)  1 j2π  j(ωt −kr )
Hφ =  r 2 + λr  e (II-28)

On constate que les champs électrique et magnétique créés par le dipôle sont orthogonaux.

II- 4- 4- Détermination du champ électromagnétique à grande distance

A grande distance, c-à-d dans le cas où l'on se place dans la zone de champ lointain, les
expressions des champs électrique et magnétique deviennent plus simples du fait qu'on ne garde que
les termes qui varient en 1/r. Les termes qui décroissent en 1/r2 et en 1/r3 deviennent alors
négligeables, par conséquent, E r << E θ . Ainsi ces expressions se réduisent à:

Er = 0 (II-29)
r η 0 I 0 dl sin(θ) j(ωt − kr )
E= Eθ = j e (II-30)
2λ r
Eφ = 0 (II-31)

Hr = 0 (II-32)
r Hθ = 0 (II-33)
H=
I 0 dl sin(θ) j(ωt −kr)
Hφ = j e (I I-34)
2λr
A grande distance, le champ électromagnétique rayonné à partir d'un dipôle vérifie les propriétés
suivantes:
● Les champs électrique et magnétique varient en 1/r comme une onde sphérique. Mais dès que
r r
la distance r devient très grande, l'amplitude de E et H a tendance à se stabiliser. L'onde
devient pratiquement plane.
● Les champs électrique et magnétique sont en phase et se propagent à la vitesse de la lumière.
r r
● Les champs électrique et magnétique sont perpendiculaires entre eux du fait que E = E θ e θ et
r r
H = H φ e ϕ . Dans ce cas, le plan M'Oz contenant le champ électrique est appelé le plan-E,
tandis que le plan xOy contenant le champ magnétique est appelé le plan-H.
r r r
● E , H et k vérifient un trièdre direct.
● Ces champs sont perpendiculaires à la direction de propagation, d'où le mode de propagation
est de type TEM.
r r
● E / H = E θ / H φ = η 0 = 120π .

Remarque: Ces potentiels retardés, qui tiennent compte du phénomène de propagation de l'onde
EM, se déduisent à partir des expressions (I-24) et (I-25) évoquées dans le 1er chapitre tout en en
supposant que les densités de charge et de courant situées au point P transmettent leur influence au
r r
point M à τ plus tard où τ = r − r0 / c . Dans le cas statique, on retrouve les formules établies dans le
chapitre précédent mettant en évidence les deux équations de Poisson ainsi que leurs solutions.
-27-
Dr. A. Khodja
II-5- Distribution angulaire du champ dans l'espace
La distribution du champ lointain rayonnant dans la direction privilégiée de l'espace (où le
champ est maximal) permet d'exploiter au maximum les performances de l'antenne vis-à-vis de ses
caractéristiques de rayonnement. En effet, la répartition angulaire du champ émis par l'antenne est
décrite par sa fonction caractéristique de rayonnement.

II-5- 1- Fonction caractéristique

L'étude de variation du champ dans l'espace libre vis-à-vis des angles θ et φ est effectuée soit
dans le plan-E, soit dans le plan-H en fixant tout d'abord la distance "r" qui sépare le point
d'observation de la source rayonnante. Par la suite, on détermine l'amplitude de la résultante du
champ électrique IEI représenté dans le plan-E (ou bien dans le plan-H) en fonction de θ où φ=cte
(ou bien en fonction de φ où θ=90°) dans le cas où l'on suppose que E (ou bien H) se trouve dans le
plan vertical (ou bien dans le plan horizontal).
Notons qu'en étant suffisamment loin de la source, la surface d'onde sphérique devient plane,
2
d'où IEI = Eθ + Eφ 2 désigne l'amplitude de la résultante du champ électrique puisqu'on considère
r
que la propagation s'effectue dans le sens de e r .
La fonction caractéristique (relative au champ) est définie comme étant l'amplitude de IEI
normalisée par rapport à sa valeur maximale pour θ et φ quelconques, c.à.d:
E(θ, φ)
F(θ, φ) = (II-35)
E max

La fonction caractéristique (relative à la densité de puissance) peut aussi être représentée comme
étant le rapport de IEI2 sur IEmaxI2, dans ce cas:
2 2
E(θ, φ)  E(θ, φ) 
F(θ, φ) = =  (II-36)
2  E 
E max  max 
En fait, la fonction caractéristique en puissance peut être déduite à partir du carré de la fonction
caractéristique en champ.
Pour ce qui suit, on se place dans la zone de champ lointain où l'on suppose que Er = 0.

a) Antenne isotrope
r r r S r S r
D'après (II-4), on suppose que E = E θ e θ + E φ e φ = 0 θ e j ( ω t − kr ) e θ + 0 φ e j ( ω t − kr ) e φ .
r r
2 2 2 2 S te
Dans ce cas E = Eθ + Eφ =  S0θ  +  S0φ  = 0 où S0 = S02θ + S02φ = c >0. Or E = E max , donc:
  r
 r   r 
E (θ, φ)
F(θ, φ) = =1 (II-37)
E max
b) Antenne dipolaire élémentaire
η I dl η 0 I 0 dl
D'après (II-30), E = E θ = 0 0 sin( θ) et E θ = , d'où:
2λ r max
2λ r
E θ (θ, φ)
F(θ, φ) = = sin( θ) (II-38)
Eθ max

-28-
Dr. A. Khodja
II-5- 2- Diagramme de rayonnement

Le diagramme de rayonnement consiste à tracer en 2D ou 3D à distance "r" fixe de l'antenne, la


fonction caractéristique de rayonnement F(θ,φ) en champ lointain de l'espace vis-à-vis des variables
angulaires θ et φ. Néanmoins, le diagramme de rayonnement en 2D permet de représenter graphi-
quement l'évolution du champ électrique (ou de la densité de puissance) rayonné(e) normalisé(e)
dans le plan-E ou dans le plan-H de l'espace libre en fonction des angles θ ou φ dans un format
rectangulaire ou polaire bien que les champs EMs soient exprimés en coordonnées sphériques.
Dans le cas d'une répartition non-uniforme du champ EM, ce diagramme permet de trouver pour
l'antenne les directions privilégiées de l'espace (θ0,φ0) dans lesquelles la puissance rayonnée (ou
reçue) est maximale.
On dit que l'antenne est directive lorsque celle-ci émet ou reçoit au maximum de la puissance
dans une direction donnée (ou privilégiée) du milieu de propagation.
Cependant l'antenne est dite omnidirectionnelle dans le cas où la repartions du champ est
uniformément distribuée dans un plan bien défini du milieu de propagation.
Généralement, on choisi une antenne omnidirectionnelle dans le plan horizontal à l'émission.
Tandis qu'à la réception, on utilise plutôt une antenne directive orientée vers l'émetteur afin de
recevoir au maximum la puissance EM transmise à partir de l'antenne d'émission.
Et enfin, l'antenne est dite isotrope si la puissance EM transmise ou captée est identique dans
tous les plans ou bien si cette antenne est omnidirectionnelle dans toutes les directions de l'espace.

Remarque: La représentation en 3D du diagramme de rayonnement n'est pas suffisante pour une


analyse rigoureuse. On opte plutôt à des coupes (en 2D) du diagramme qui sont tracées le plus
souvent dans le plan horizontal (θ=90°) en faisant varier φ ou bien dans le plan vertical (φ=0° ou
90°) en faisant varier θ.

a) Antenne isotrope

On représente dans la fig. II-4 le digramme de rayonnement de l'antenne isotrope à partir de


laquelle l'onde EM émise est équirépartie dans toutes les directions (F(θ,φ)=1). Son diagramme
décrit une sphère de rayon égale à l'unité.
z

O y

Fig. II-4: Diagramme de rayonnement de l'antenne isotrope

Cette antenne sert de référence pour l'étude des performances des autres types d'antennes.

-29-
Dr. A. Khodja
b) Antenne dipolaire élémentaire

On constate que la fonction caractéristique en champ du dipôle élémentaire ( F(θ, φ) = sin θ ) ne


dépend pas de l'angle φ, ainsi on peut écrire F(θ,φ) = F(θ). D'où on représente dans le tableau
suivant les valeurs de F(θ) pour quelques valeurs de θ les plus usuelles comprises entre 0 et 360°.
A noter que la fonction caractéristique en puissance est déduite à partir de F(θ)2.

Tab. II-1: Tableau de valeurs de la fonction caractéristique du dipôle élémentaire


180 225 270 315 360
θ 0 45 90 135
(ou -180) (ou -135) (ou -90) (ou -45) (ou 0)
F(θ) 0 1/ 2 1 1/ 2 0 1/ 2 1 1/ 2 0

Le tracé de la fonction caractéristique du dipôle est illustré dans la figure suivante, où l'on
distingue dans la fig. II-5-a la variation de F(θ, φ) dans le plan vertical (xOz) pour φ = 0° en
coordonnées polaires. Son diagramme est le plus simple par rapport à celui des autres antennes
directives puisqu'il représente deux cercles (de rayon 0.5) symétriques par rapport à l'axe Oz. La fig.
II-5-b représente la répartition du champ en trois dimensions décrivant un tore de révolution.
z
M" M Dipôle
θ r
θ
-θ θ
π-θ
θ
O 1
0.5
x
M' y
φ

a) Tracé en deux dimensions b) Tracé en trois dimensions


Fig. II-5: Diagramme de rayonnement du dipôle élémentaire

D'après l'allure du diagramme de rayonnement, on constate que F(θ) du dipôle présente une
symétrie par rapport à l'axe Oz, autrement dit F(θ) = F(−θ), ce qui permet de restreindre le domaine
d'étude à l'intervalle [0°, 180°]. De plus, F(θ) présente également une symétrie par rapport au plan
horizontal vérifiée par l'égalité F(θ) = F(π−θ), dans ce cas, l'intervalle d'étude se réduit à [0°, 90°].
En effet, en tenant compte des symétries et afin d'éviter les calculs inutiles représentés dans le
tableau ci-dessus, ce dernier se réduit uniquement au tableau suivant:

Tab. II-2: Tableau de valeurs en tenant compte des symétries

θ 0 45 90

F(θ) 0 1/ 2 1

D'après le tracé de la fonction caractéristique, le rayonnement est maximal dans le plan


horizontal (θ = ± 90°) et nul selon l'axe Oz (θ = 0° ou 180°). On dit que l'antenne est directive dans
le plan xOy, c'est-à-dire pour θ = ± 90°.
-30-
Dr. A. Khodja
Cette antenne peut être également considérée comme étant une antenne omnidirectionnelle dans
le plan horizontal (xOy) vu que son diagramme décrit un cercle de rayon 1 (voir fig. II-6-b).

y 1
z

φ 1
x
O

a) Tracé dans le plan vertical (xOz) b) Tracé dans le plan horizontal (xOy)
Fig. II-6: Diagramme de rayonnement du dipôle dans les deux plans

II-5- 3- caractéristiques de rayonnement électromagnétique

Les caractéristiques de rayonnement EM sont déterminées graphiquement à partir du diagramme


de rayonnement de la puissance EM dans la zone du champ lointain (ou zone de Fraunhofer).
En effet, certaines antennes directives possèdent un diagramme de rayonnement plus complexe
en raison de l'apparition de plusieurs lobes de différentes tailles englobant forcement un lobe
principal dans une direction privilégiée de rayonnement dans laquelle le champ EM est plus
concentré (ou intense), ainsi que des lobes secondaires (latéraux + arrières) considérés comme étant
des lobes parasites à atténuer car l'énergie EM rayonnée est perdue dans leurs directions.

a) Description des différents lobes de rayonnement

A titre d'exemple, nous représentons dans la figure suivante le diagramme de rayonnement en 2D


de la densité de puissance EM d'une antenne en cordonnées cartésiennes et en coordonnées polaires
incluant un lobe principal et des lobes secondaires où l'on suppose que le maximum est égal à 1.
1 0dB
Lobe principal
Lobe principal
Zéro A -3dB Zéro
A ∆θ1 B ∆θ 1 B
0.5 0.5
Lobe latéral θ1 Lobe latéral
∆θ 2
Lobe arrière
Lobe arrière ∆θ2 Lobe latéral
θ2 Lobes
Lobe latéral
O θ secondaires
Lobes secondaires Zéros O
Lobes secondaires
Lobes arrières

a) Représentation en coordonnées cartésiennes b) Représentation en coordonnées polaires


Fig. II-7: Diagramme de rayonnement en puissance selon les deux types de coordonnées dans
le plan vertical

• La plus grande partie du diagramme est occupée par le lobe principal qui indique la direction
du rayonnement maximal. Par conséquent, l'antenne est plus directive dans cette direction.
• Les zéros représentent les directions dans lesquelles le rayonnement est nul.
-31-
Dr. A. Khodja
• Les lobes secondaires indiquent les directions où le rayonnement est très faible. Ces lobes
occupent une petite partie du diagramme et sont généralement indésirables car ils peuvent nuire aux
performances de l'antenne. Ils englobent les lobes latéraux et arrière qui se trouvent respectivement
dans la partie avant et arrière du diagramme représenté en coordonnées polaires (voir fig. II-7-b).
Généralement, le système de coordonnées polaires reste le moyen le plus utilisé pour déterminer
convenablement les propriétés de rayonnement de la puissance EM, eu égard au système de
coordonnées cartésiennes (ou rectangulaires). Cependant, il existe deux façons de tracer la fonction
caractéristique dans un système de coordonnées polaires; système linéaire et système logarithmique.
Dans le système de coordonnées linéaires, les cercles concentriques sont équidistants et sont
gradués de 0 à 1 comme l'indique la fig. II-8-a. Toutefois, les graduations peuvent être remplacées
par leurs valeurs équivalentes en décibels de sorte que le cercle externe de valeur "1" est référencé à
0dB. Dans les systèmes en coordonnées logarithmiques, les cercles concentriques sont espacés entre
eux selon un pas logarithmique (voir fig. II-8-b). Ainsi, on associe à chaque cercle sa valeur en
décibel sachant que le 0dB est affecté au cercle le plus externe.
0° 0°

315° 45° 315° 45°

0dB
-10dB
-20dB
270° 0
90° 270° 90°

225° 135° 225° 135°

180° 180°
a) Système linéaire b) Système logarithmique
Fig. II-8: Diagramme de rayonnement dans un système en coordonnées polaires

A titre d'exemple, on représente le diagramme de rayonnement d'une antenne en cordonnées


polaires où l'on utilise les deux échelles; linéaire et logarithmique.

a) Echelle linéaire b) Echelle logarithmique


Fig. II-8: Diagramme d'une antenne en en coordonnées polaires
-32-
Dr. A. Khodja
On constate que le diagramme de rayonnement subit des déformations au niveau de la taille des
lobes lorsqu'on passe de l'échelle linéaire à l'échelle logarithmique.

Remarque: F(θ,φ) peut être exprimé en décibel en écrivant F(θ,φ)dB = 10 LogF(θ,φ) lorsqu'il s'agit
de la fonction caractéristique en puissance et F(θ,φ)dB=20 LogF(θ,φ) lorsqu'il s'agit de la fonction
caractéristique en champ.

b) Différentes étapes de l'étude d'une fonction caractéristique

Cependant, le tracé de la fonction caractéristique de rayonnement F(θ) nécessite au préalable une


étude de celle-ci qui s'effectue en plusieurs étapes résumées comme suit:
1) − Trouver le domaine d'étude global défini dans le domaine des réels tout en évitant
l'indétermination (en appliquant la règle de l'Hospital ou bien le théorème des accroissements finis).
2) − Tenir compte de la périodicité de la fonction afin de définir le domaine de définition.
3) − Etudier les symétries afin de restreindre le domaine de définition.
4) − Rechercher les zéros pour lesquels F(θ)=0.
5) − Rechercher le(s) maximum(s) F(θ)max (en résolvant dF(θ)/dθ = 0 sinon par tâtonnement).
6) − Dresser un tableau de valeurs incluant quelques points usuels, le(s) zéro(s), le(s) maximum(s)
(et quelques points intermédiaires si c'est nécessaire) puis tracer la fonction F(θ).

Remarque1: Dans le cas où le maximum dépasse l'unité ( F(θ)max > 1), et pour des raisons de
commodité liées au tracé du diagramme, on calcule puis on représente dans le tableau les valeurs de
F(θ)
la fonction normalisée F(θ)N = . On trace dans ce cas la fonction normalisée F(θ)N.
F(θ)max
Remarque2: Si la fonction caractéristique vérifie uniquement l'égalité suivante à savoir F(θ) =
F(−θ), dans ce cas le diagramme présente uniquement une symétrie par rapport à l'axe Oz, d'où
l'intervalle d'étude est déterminée dans [0°, 180°]. Si cette fois-ci la fonction vérifie uniquement
F(θ) = F(π−θ), dans ce cas la diagramme présente uniquement une symétrie par rapport au plan
horizontal (xOy), d'où l'intervalle d'étude devient [−90°, 90°].

c) Angle d'ouverture

• D'après la fig. II-7, l'angle A O B =∆θ1=2θ1 est l'angle d'ouverture à -3dB ou (à mi-puissance) qui
correspond à l'écart angulaire (ou à la largeur) du lobe principal limité par F(θ,φ) (en puissance)
= 1 F(θ,φ)max ou bien par F(θ,φ) (en champ) = 1 F(θ,φ)max. Cet écart ∆θ1 couvre au moins la moitié
2 2
de la puissance maximale relative au lobe (ou faisceau) principal du plan vertical.
Cet angle d'ouverture peut être aussi déterminé dans le plan horizontal où l'on remplace θ par φ.
On dit que l'antenne est d'autant plus directive que l'angle d'ouverture à -3dB est plus petit.
Cependant, pour certaines applications liées à la détection des objets (ou cibles), l'angle
d'ouverture détermine la résolution angulaire de l'antenne.

• ∆θ2=2θ2 désigne l'angle d'ouverture du lobe principal séparant deux zéros consécutifs (voir fig.
II-7).

-33-
Dr. A. Khodja
Remarque: Selon la forme de la variation temporelle de l'onde EM, on peut définir également
l'angle d'ouverture à –XdB, sinon on le prend par défaut à -3dB.

II-6- Puissance électromagnétique rayonnée


Le calcul de la puissance rayonnée d'une antenne fait intervenir la densité de puissance EM
r
surfacique décrite par le vecteur de Poynting P [W/m2] qui est déterminé à partir du produit
vectoriel du champ électrique avec le champ magnétique.
Ainsi, en régime sinusoïdal, le vecteur de Poynting instantané est donné par:
r r r
P (t) = E( t ) ∧ H(t ) (II-39)
r
La puissance rayonnée instantanée [W] est obtenue en intégrant P (t) sur une surface fermée,
r r
d'où:
∫∫
P(t ) = P (t) dS
S
(II-40)

r r r
Sachant que dS = ndS où n est un vecteur unitaire normal à la surface infinitésimale dS.
Par conséquent, la puissance rayonnée moyenne Pmoy noté <P> est définie comme suit:
1
<P >=
T ∫ P(t) dt
(T)
(II-41)

Lorsqu'on se place dans la zone de champ lointain, l'onde EM sphérique se comporte comme une
r
onde plane se propageant dans la direction du vecteur d'onde k , de sorte que le champ magnétique
r r r r
r 1 k r r r  k r 
H= ( ∧ E) , d'où P (t) = E( t ) ∧ H( t ) = E( t ) ∧  ∧ E( t )  .
µ0 ω  µ0ω 
v r r
En exploitant l'égalité suivante qui stipule que pour trois vecteurs A, B et C quelconques
r r r
r r k 
( )
v r r r r r r r r k r r
A ∧ (B ∧ C) = B(A . C) − C(A . B) , on peut écrire P(t) = E( t ) . E( t ) − E( t ) E( t ) . .
µ0ω  µ 0 ω 
r r r
r k 
( )
r r k r r
Pour une onde plane, E ⊥ k , donc  E( t ) .  = 0 , d'où P (t) = E ( t ) . E (t ) .
 µ 0 ω  µ0ω
r
En supposant que l'onde se propage dans la même direction que le vecteur unitaire e r (voir fig.
r
( )
r r k r r r k r 1 r
II-9), le vecteur d'onde s'écrit k = ke r , d'où P (t) = E(t) . E(t) e r = E(t) 2 er = E(t) 2 er ,
µ0ω µ0ω µ0 c
r 1 r
d'où: P (t) = E(t ) 2 e r (II-42)
η0
Où η0 = µ 0 c = µ 0 / ε 0 =120πΩ désigne l'impédance d'onde du vide.
A noter que le nombre d'onde "k" est réel car le milieu de propagation est supposé sans pertes.
r r
r n
er k (dS)

O r
Fig. II-9: Direction de propagation de la puissance EM selon le vecteur dS
-34-
Dr. A. Khodja
Compte tenu des expressions (II-39), (II-40) et (II-42), il en ressort:

....
r r r r
∫∫ ( )
r r r 1 r r r r
∫∫
P( t ) = P (t) dS =
S
E( t ) ∧ H( t ) dS =
S
η0 ∫∫
E( t ) 2 e r dS . Avec dS = ndS et n = er , d'où:
S
r r
1 1 1
P( t ) =
∫∫
S
η0
E( t ) 2 dS , où
η0
E ( t ) 2 désigne le module de P (t) , c-à-d P (t) =
η0
E( t ) 2 .

r r
Ainsi dans la cas où P(t) est parallèle au vecteur dS :
r
P(t ) =
∫∫ P (t) dS S
(II-43)

D'après (II-41) et (II-43), la puissance EM moyenne est définie en régime sinusoïdal comme suit:
 r     
 1 1 2  1 E 02
(t) dS dt =  E(t ) 2 dS dt =
1 1 1
<P> =
T ∫ 
( T) 
∫∫ P 

T ∫ ∫∫

(T) 
η0 

∫∫ ∫ T η E(t ) dt dS =
 (T ) 0  ∫∫ ( )dS ,
2 η0
S S S   S

où E 02 = E 01
2
+ E 02
2
+ E 03
2
et ( E 01 , E 02 , E 03 ) désignent les amplitudes respectives des composantes
r r
r 1 E 02 P
(E1, E2, E3) de E en coordonnées curvilignes, sachant que ( ) représente noté < P > .
2 η0 moy
r r
Finalement, lorsque P (t) // drS , la puissance rayonnée moyenne est déduite à partir de la densité
de puissance EM moyenne < P > telle que:
r
∫∫
< P > = < P > dS
S
(II-44)

En régime sinusoïdal:
r 1 r r 1 E 2 + E 02
2
+ E 03
2
1 E0
2
< P >=
T ∫
(T )
E ( t ) ∧ H ( t ) dt = ( 01
2 η0
) =
2 η0
(II-45)

Tandis qu'en régime harmonique:


r r r 2 2 2 2
E (t) ∧ H (t) * 1 E 01 + E 02 + E 03 1 E0
< P >= = ( ) = (II-46)
2 2 η0 2 η0
2 2 2 2
Avec E 0 = E 01 + E 02 + E 03 et ( E 01 , E 02 , E 03 ) désignent les modules des composantes
r
(E1, E2, E3) de E en coordonnées curvilignes sachant que le symbole "*" représente le conjugué.
r r r * r
E(t) ∧ H(t)* 1 r  k r 
En effet, = E( t ) ∧  ∧ E( t )  =
k r r
E(t ) . E(t )* =
k r
(
r
E( t ) . E(t )* . ) ( )
2 2  µ0ω  2µ 0 ω 2µ 0 ω
r
( ) ( )
2
1 1 1 E0
Ce qui implique que < P > =
2 2 3 2 2 2
E1 + E 2 + E 3 = E 01 + E 02 + E 03 = .
2η0 2η 0 2 η0

Remarque: En régime harmonique, r c-à-d dans le cas où l'onde vibre en fonction du temps selon la
r
fonction ejωt, et dans le cas où P (t) n'est pas parallèle à dS , la puissance EM moyenne active est
déterminée à partir des expressions (II-39) et (II-40) où l'on prend la partie réelle du champ
r r
∫∫( )
r r r
électrique et du champ magnétique telle que < P > = < P (t) dS > = <
∫∫
Re[E(t)] ∧ Re[H(t )] dS > .
S S

-35-
Dr. A. Khodja
II-6- 1- Cas de l'antenne dipolaire: Calcul de la résistance de rayonnement

La puissance rayonnée à partir de l'antenne dipolaire est déterminée en utilisant les équations des
champs EMs du dipôle données par les expressions (II-30) et (II-34) telles que:
r r η I dl sin(θ) j(ωt −kr ) r r r I dl sin(θ) j(ωt −kr ) r
E = E θ eθ = j 0 0 e e θ et H = H φ e φ = j 0 e eφ .
2λ r 2λr
On constate que ces deux équations sont données en coordonnées sphériques en champ lointain.
Par conséquent, la puissance EM est déterminée à partir de l'intégral de la densité de puissance
par rapport à une surface élémentaire (dS) d'une sphère représentée dans la figure ci-dessous.

(dS) r r
n = er
dlθ

θ
dθ dlφ
r
O φ
dφ y
r'
dlφ

Fig. II-10: Représentation de la surface élémentaire dS en coordonnées sphériques

Le vecteur de Poynting moyen est donnée en régime harmonique par:


r
r Er (t) ∧ Hr (t)* E θ er θ ∧ H *φ er φ r
2
η 0  I 0 dl sin(θ)  r
< P >= =
*
= E θ H φ er =   er .
2 2 2  2λr 
r r r
On constate que < P > est parallèle au vecteur dS qui est orienté selon le vecteur unitaire n , puisque
r r
e r // n (voir fig. II-9). D'où, la puissance moyenne est déduite à partir de la densité de puissance telle que:
r r η0  I 0 dl sin(θ) 
2 2
 I dl sin(θ) 
∫∫
< P > = < P > dS , sachant que < P > =
S

2  2λr 
 = 15π 0
 λr
 .

D'après la fig. II-10, le petit élément de surface dS en coordonnées sphériques s'écrit:
dS = (dlθ).(dlφ) = (rdθ).(r'dφ) = (rdθ).(rsinθdφ)
D'où: dS = r2sinθ dθ dφ. (II-47)
2π π
I2dl 2 I 20 dl 2 I 02 dl 2
Donc < P > = 15π 02 2
∫∫sin(θ) r sin θ dθ dφ = 15π ∫∫sin(θ) dθ dφ = 15π ∫ dφ∫ sin(θ) dθ.
2 2 3 3
λr λ 2
λ 2
S S 0 0
π 2
Avec sin(θ)3 dθ = , d'où: < P > = 40π2   I 02 qui peut se mettre sous la forme < P > = RI 02 .
4 dl 1

0
3 λ 2

-36-
Dr. A. Khodja
Par identification, on déduit la résistance équivalente de l'antenne dipolaire isolée dans l'espace
appelée résistance de rayonnement telle que:
2
 dl 
R = 80π 2   (II-48)
λ
Ainsi, d'après la figure ci-dessous, l'antenne dissipant de l'énergie active sous forme d'une
puissance réelle, se comporte vis-à-vis du générateur d'impédance interne zg comme une résistance
équivalente "R" qui est la résistance de rayonnement de l'antenne.

.
zg
≈ R

Fig. II-11: Résistance de rayonnement de l'antenne dipolaire

Remarque: On peut introduire la valeur efficace des champs électrique et magnétique ainsi que du
r r r r r
< P > E(t) ∧ H(t)* E(t) H(t) * r r 1
courant de sorte que = = ∧ = E(t)eff ∧ H(t)*eff et < P > = RI02 = RIeff
2
.
2 2 2 2

II-6- 2- Cas de l'antenne isotrope


r
r S 0 j( ωt − kr ) r r
Notons que le champ EM de l'antenne isotrope est décrit par E = e = E θ eθ + E φ eφ =
r
S 0θ j(ωt −kr ) r S 0φ j(ωt −kr ) r r
e φ , d'où d'après (II-46), < P > =
1  1
 E0θ + E0φ  =
2 2 2
e eθ + e E0 =
r r 2η0   2η0
2 2 2 2
1  S0  2 S   S0φ   S0 
  . Avec E 0 = E 0θ + E 0φ =  0θ  +   =   , sachant que S 02 = S 02θ + S 02φ = cte.
2 2

2η0  r  
 r   r   r 
r 1  S0 
2

∫∫
Dans ce cas < P > = < P > dS =
S
∫∫ S
  dS. Comme dS = r2sinθ dθ dφ, on déduit donc:
2η0  r 
2 π 2π
1  S0  2 S 02 S02 2 πS 02
<P> =
∫∫
S
  r sinθ dθ dφ =
2η 0  r  2η 0 ∫
0

sin θ d θ dφ =
0
2η0
(4π) =
η0
.

Remarque: On constate que pour le cas de l'antenne isotrope, la puissance moyenne peut être
obtenue directement à partir de la densité de puissance où l'on multiplie cette dernière par 4πr2.
<P> 2πS 02 S02
r
En effet, r =( )/( ) = 4πr2, ce qui implique que < P > = 4ππr
2
< P >.
<P > η 0 2η 0 r
2

-37-