Vous êtes sur la page 1sur 146

DÉDICACE

Ma mère TROUMBA

&

Mon grand frère Hamadou MALAYE

Vous, qui contre vents et marrées avez toujours été là pour moi.

i
REMERCIEMENTS

Ce mémoire a été réalisé grâce à la participation de plusieurs personnes à qui nous


adressons des remerciements.

Á ALLAH SOUBHANA WATA’ALA pour nous avoir accordé la vie et la bonne santé
au long de ce travail.

Á mon encadreur, le professeur WAKPONOU Anselme d'avoir accepté de diriger ce


travail, malgré ses multiples occupations.

Á tous nos enseignants : Pr IYA Moussa Pr Joseph-Pierre NDAME, Pr TCHOTSOUA


Michel, Dr Sylvain AOUDOU DOUA, et le Dr Éric Joël FOFIRI, pour leurs enseignements et
leurs encouragements.

Á M. ANABA BANIMB Robert Christian, M. YAPHET et Mme MABOULOM Anne-


Marie, pour leur soutien, et conseil.

Á Mme ANNAVAÏ Nathalie, pour son investissement depuis les prémices de ce travail
jusqu’à son aboutissement.

Nous remercions également tout le personnel de la Préfecture de Poli, de la Sous-


Préfecture de Béka, de la DDADER de Poli pour leur compréhension, encouragement et la
mise à disposition des documents nécessaire à la réalisation de notre travail.

Merci aux lamibé et chefs traditionnels de Poli et de Béka pour leurs accueils et soutiens
tout au long de nos travaux de terrain.

Un merci à tout le personnel du CMA de Béka, et en particulier le laborantin TEMWA


Albert et Mme OURATOU pour leurs aides et leurs déplacements sur le terrain.

Nos remerciements vont aussi de manière individuelle à toute la famille : mon cher
papa Oumarou massay, qui a planté un arbre, l’a bien arrosé, mais s’en est allé vers le repos
éternel, sans voir vu les fruits de ces efforts fournis, merci papa. ; Ma mère Troumba à qui un
merci ne suffit pas pour ce qu’elle a donné, mais c’est tout ce que j’ai maman ; mes frères et
sœurs : MALAYE, FANTA, BAIMA, GANDAF, TONGOU, DOUBBLA, ANNA.

ii
Á vous tous mes amis et camarades : DOUMINA, SAMIR, ABOUKAKAR,
TESSOUBO, GAELLE, RAZAK, WANIGA, SOULEYMANOU, IDI, ZAKARIYAOU,
AHIJO, BABIC, MADI, KOUMAI…

Á toi aussi HAWAOU Abdoulaye, pour avoir activement participé d’une façon ou d’une
autre à la réalisation de ce travail.

Je remercie le personnel de Plan International (Garoua) et en particulier la CUP Mme


TAMBE Edith et le coordonnateur de GF M. Ibrahim BABA pour leurs encadrements et
enseignements. Un merci à M. Stéphane pour m’avoir donné accès à l’internet de Plan.

La liste n’étant pas exhaustive, je dis merci! A tous ceux qui de loin ou de près ont
participé à la réalisation de ce travail.

iii
SOMMAIRE

DEDICACE .............................................................................................................................................................. i
REMERCIEMENTS ............................................................................................................................................... ii
SOMMAIRE .......................................................................................................................................................... iv
LISTE DES FIGURES ............................................................................................................................................ v
LISTE DES TABLEAUX ...................................................................................................................................... vi
LISTE DES PHOTOS ........................................................................................................................................... vii
LISTE DES PLANCHES ..................................................................................................................................... viii
LISTE DES SIGLES ET ACRONYMES .............................................................................................................. ix
RESUME ................................................................................................................................................................ ix
ABSTRACT ........................................................................................................................................................... xi
INTRODUCTION GENERALE ............................................................................................................................. 1
PREMIERE PARTIE : CARACTERISTIQUES PHYSIQUES ET HUMAINES DU FARO ET LES FACTEURS
EN CAUSE DES INONDATIONS ...................................................................................................................... 18
INTRODUCTION DE LA PREMIERE PARTIE ................................................................................................. 19
CHAPITRE 1. CARACTERISTIQUES PHYSIQUES ET HUMAINES DU DEPARTEMENT DU FARO ...... 20
INTRODUCTION ................................................................................................................................................. 20
CONCLUSION ..................................................................................................................................................... 32
CHAPITRE 2. CONJONCTION DE PARAMETRES VECTEURS DES INONDATIONS ............................... 33
INTRODUCTION ................................................................................................................................................. 33
CONCLUSION ..................................................................................................................................................... 64
CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE ..................................................................................................... 65
DEUXIEME PARTIE : MANIFESTATIONS ET CONSEQUENCES DES INONDATIONS DANS LE BASSIN
VERSANT DU FARO INFERIEUR, DU MAYO FARDA ET DU MAYO. ...................................................... 66
INTRODUCTION ................................................................................................................................................. 67
CHAPITRE 3. MANIFESTATIONS DES INONDATIONS DANS LE BASSIN DU FARO INFERIEUR ET LE
BASSIN DU MAYO BOKI SUPERIEUR............................................................................................................ 68
INTROTUCTION ................................................................................................................................................. 68
CONCLUSION ..................................................................................................................................................... 80
CHAPITRE 4. CONSEQUENCES DES INONDATIONS ET LES STRATEGIES DE LUTTE ET
D’ADAPTATION ................................................................................................................................................. 81
INTRODUCTION ................................................................................................................................................. 81
CONCLUSION ................................................................................................................................................... 111
DISCUSSION DES RESULTATS ..................................................................................................................... 112
CONCLUSION GENERALE ET SUGGESTIONS ........................................................................................... 115
BIBLIOGRAPHIE .............................................................................................................................................. 117
ANNEXES .......................................................................................................................................................... 121
TABLE DES MATIERES ................................................................................................................................... 132

iv
LISTE DES FIGURES

Figure 1. Carte de localisation de la zone d’étude ...................................................................... 8

Figure 2. Le relief du Faro ........................................................................................................ 22

Figure 3. Répartition annuelle des précipitations ..................................................................... 26

Figure 4. Occupation du sol...................................................................................................... 31

Figure 5. Distinction entre bassin versant réel et bassin versant topographique ...................... 34

Figure 6. Bassins versants ........................................................................................................ 36

Figure 7. Model 3D du bassin versant du Faro inférieur .......................................................... 38

Figure 8. Relief du Faro inférieur ............................................................................................. 39

Figure 9. Pentes du bassin versant du Faro inférieur ................................................................ 41

Figure 10 : Model 3D du bassin versant du Mayo Farda/Mayo Balché ................................... 44

Figure 11 : Le relief du bassin versant du M. Farda et du M. Balché ...................................... 46

Figure 12. Profils topographiques dans les bassins versants du M. Farda et du M. Balché .... 48

Figure 13. Pentes du bassin versant du Mayo Farda et du Mayo Balché ................................. 50

Figure 14. Exposition des versants du bassin de Maya Farda et Mayo Balché ........................ 51

Figure 15. Répartition des précipitations annuelles enregistrées à la station de Poli en 2011 56

Figure 16. Pluviométries comparées dans le Faro entre 2001 et 2015 .................................... 58

Figure 17. Écart à la moyenne .................................................................................................. 58

Figure 18. Le profil transversal du lit du fleuve (Tumbindé) ................................................... 69

Figure 19 . Le torrent ................................................................................................................ 70

Figure 20. Simulation numérique des inondations de 2012 dans le Bassin versant du Faro
inférieur .................................................................................................................................... 74

Figure 21. Comparaison des superficies des cultures décimées en 2012. ................................ 88

Figure 22. Evolution des superficies et productions des céréales ............................................ 89

Figure 23. Comparaison des animaux décimés par arrondissements et par espèces ............. 90

Figure 24. Etat de ponts en pourcentage................................................................................... 95

v
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1. Nombre d’animaux par espèce ............................................................................... 30

Tableau 2. Données pluviométries de 2001 à 2015 .................................................................. 57

Tableau 3. Superficie des cultures décimées en 2012 .............................................................. 87

Tableau 4. Superficies et productions des céréales ................................................................ 89

Tableau 5 Récapitulatif des animaux décimés lors des inondations de 2012. .......................... 90

Tableau 6. Etat des ponts .......................................................................................................... 94

vi
LISTE DES PHOTOS

Photo 1. Bassins de réception dans le massif de Poli ............................................................... 43

Photo 2. Arbre et arbustes dévastés après passage du feu ........................................................ 61

Photo 3. Un radier complètement enseveli. .............................................................................. 63

Photo 4. bassins de réception sur le flanc nord du massif de Poli ........................................... 71

Photo 5. Route inondée entre Ouro Bornu et Béka .................................................................. 73

Photo 6. Traces de l’inondation torrentielle de 2003 à Poli .................................................... 76

Photo 7. Masse des matériaux charriés ..................................................................................... 77

Photo 8. Érosion de berge du Fleuve Faro à Béka ................................................................... 84

Photo 9. Menace de l’avancé de berge du fleuve Faro à Pomla .............................................. 85

Photo 10. Sol limoneux dans la plaine alluviale de Béka......................................................... 86

Photos 11. Une voiture piégée sur la route de Tchamba ......................................................... 92

Photo 12 : Le MINATD et les autorités de Poli ...................................................................... 93

Photo 13. Pont Pinchoumba emporté ....................................................................................... 94

Photo 14. Fibre optique coupée ................................................................................................ 98

Photo 15. Disposition des murs en dur dans les secteurs bas de Béka ................................... 101

Photo 16. Pratique de la polyculture à pitao ........................................................................... 103

Photo 17 : Variété du riz Er Chouaibou, ................................................................................ 105

Photo 18 : Variété du riz Er Sa’ada ........................................................................................ 106

Photo 19. Production du maïs de décrue ................................................................................ 107

Photo 20. Curage de calebasse ............................................................................................... 109

Photo 21. Maïs de contre saison ............................................................................................. 110

vii
LISTE DES PLANCHES

Planche 1. Ouvrage mal construit. ............................................................................................ 62

Planche 2. Manifestation des inondations par remontée de la nappe phréatique ..................... 78

Planche 3. Vestiges du village Ouro-Bei .................................................................................. 83

Planche 4. Affleurements rocheux sur les Alantika . 99

Planche 5. Maïs de décrue ...................................................................................................... 107

viii
LISTE DES SIGLES ET ACRONYMES

BUCREP Bureau central des recensements et des populations


CAMTEL Cameroon Telecommunication
CMA Centre Médical d’Arrondissement
CVUC Communes et Villes Unies du Cameroun
DDADER Délégation Départementale d’Agriculture et de Développement Rurale
ETM Enhanced Thematic Mapper Plus
FALSH Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines
GPS Global Positioning System
INS Institut National de la Statistique
IUCN Union Internationale pour La conservation de la Nature
MINADER Ministère de l'Agriculture du Développement Rural
MINATD Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation
MINEPAT Ministère de l’Economie de la Planification et de l’Aménagement du Territoire
MNT Modèle Numérique de Terrain
NASA United States National Aeronautics and Space Administration
NJ Nombre de Jour
OMS Organisation Mondiale de la Santé
ONR Observatoire National des Risques
PAM Programme Alimentaire Mondial
PANGIRE Plan d’Action Nationale de Gestion Intégrée des Ressources en Eau
PC Protection Civile
PN2RNC Plan National des Risques Naturels au Cameroun
PNC Plan National de Contingence
PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement
PPR Plan de Prévention des Risques
PPRNi Plan de Prévention des Risques Naturels d'inondation
QGIS Quantum Gis

ix
SONEL Société Nationale d’Electricité
SRTM Shuttle Radar Topography Mission
UNCPIE Union Nationale des Centres Permanents d’Initiative pour l’Environnement
UNICEF Fonds des Nations Unies pour l’Enfance
USGS United State Geological Survey

x
RESUMÉ

Le présent travail traite des inondations dans les bassins versants du Faro1 inférieur, du
Mayo Farda et du Mayo Balché. Ces bassins versants ont connu dans le passé des inondations
lentes et rapides ou torrentielles qui ont fait plusieurs victimes et d’importantes pertes
économiques. Pour expliquer le processus de ces inondations, nous nous sommes basés sur les
facteurs physiques et humains en cause, les manifestations et les conséquences qui en résultent.
La démarche hypothético-déductive a été adoptée, les outils d’analyse reposent sur le
questionnaire et les fiches d’entretien, qui sont administrés auprès des populations, des autorités
administratives et locales. Les outils de la cartographie ont permis la géolocalisation de la zone.
Les résultats obtenus révèlent que les causes des inondations dans les différents bassins versants
sont les paramètres physiques et les actions humaines. Ces inondations se manifestent lentement
dans le bassin versant du Faro inférieur et de façon brutale dans le bassin du Mayo Farda et du
Mayo Balché, situés dans le massif de Poli. Cependant, les conséquences sont nombreuses, on
enregistre des pertes en vie humaines et des dégâts matériels.
Mots clés : Bassin de réception, Fleuve Faro, Massif de Poli, Piémont, Vallée du Faro.

ABSTRACT
This work deals with flooding in the basins of Lower Faro, Mayo Farda and Mayo Balché.
These watersheds have in the past experienced slow and rapid or torrential floods that have
resulted in several casualties and significant economic losses. To explain the process of these
floods, we have relied on the physical and human factors involved, the manifestations and the
consequences that result. The hypothetico-deductive approach has been adopted, the analysis
tools are based on the questionnaire and the interview sheets, which are administered to the
populations, the administrative and local authorities. The mapping tools allowed the
geolocalisation of the area. The results obtained reveal that the causes of the floods in the
different watersheds are the physical parameters and the human activities. These floods occur
slowly in the lower Faro watershed and sharply in the Mayo Farda and Mayo Balche Basins in
the Poli Massif. However, the consequences are numerous, there are losses in human life and
material damage.

Key words: Faro River, Faro Valley, Piedmont, Poli Massif, Receiving basin

1
Nom d’un fleuve. Ce nom désigne à la fois le fleuve et le département drainé par ce dernier
xi
INTRODUCTION GÉNÉRALE

Les catastrophes naturelles ont toujours posé des problèmes à travers le monde, car
elles touchent un grand nombre de personnes. Les inondations figurent parmi les catastrophes
naturelles ayant chaque année l'impact le plus significatif à l'échelle mondiale (Anh Tuan,
2012). En 2011, elles représentaient un désastre naturel sur deux et ont causé 57,1% du total
de victimes de catastrophes naturelles dans le monde (Guha-Sapir et al, 2012).

Particulièrement au Cameroun, plusieurs régions sont soumises à ce problème, parmi


lesquelles : la région du Centre, du Littoral, de l’Extrême-Nord, du Nord...

Le Département du Faro est situé dans la Région du Nord-Cameroun et a une superficie


de 11778 km², pour une population estimée à 100 537 habitants (BUCREP, 2015). Il se situe
entre les coordonnées 7°35’ et 9°18’ de latitude Nord et 12°14’ et 13° 30’ de longitude Est. Il
est subdivisé en deux arrondissements. Le relief du Faro est varié, l’altitude la plus élevée
culmine à 2049 m au niveau du Hosséré Vokré2 sur le massif de Poli, alors que la plus basse se
situe à 164 m dans le cours aval du fleuve Faro. Ce département est soumis à un climat
soudanien qui se caractérise par des précipitations plus ou moins abondantes. Il est composé de
plusieurs bassins versants parmi lesquels trois sont confrontés aux problèmes d’inondations,
notamment le bassin du Faro inférieur, du Mayo Farda et le Mayo Balché. Ces derniers
appartiennent au bassin hydrographique de la Bénoué.

Ces sites ont connu dans le passé plusieurs inondations : fluviales, torrentielles et par
remontée de la nappe, dont les plus marquantes pour la période de 2001 à 2015 sont celles des
années 2003 et 2012. Des facteurs naturels et humains tels que la morphologie du terrain et
les activités des populations sont à l’origine de ces inondations qui se manifestent dans les
différents bassins versants. Ainsi, les conséquences sont nombreuses. On enregistre des pertes
en vies humaines, des terres agricoles submergées, des biens emportés, des habitations et des
infrastructures détruites. Le but de ce travail, organisé en deux parties, est d’expliquer le
processus des inondations, en nous basant sur l’analyse des facteurs en cause, les manifestations
et les conséquences qui résultent de ces inondations.

2
Hosseré Vokré signifie : la montagne de Vokré.
1
PROBLÉMATIQUE

L’inondation se définit comme une submersion temporaire, par l’eau, de terres qui ne
sont pas submergées en temps normal. Cette notion recouvre les inondations dues aux crues de
rivières, des torrents de montagne, des cours d’eau de plaine, et des inondations dues à la montée
de la mer dans les zones côtières. C’est un phénomène naturel pouvant provoquer des pertes en
vie humaine, le déplacement des populations et des perturbations des activités économiques.
Les milieux riverains qui, par la qualité de leurs terres arables et la disponibilité de leurs
ressources en eau courante, ont toujours attiré les peuples qui s’y installent en communautés
pour pratiquer des activités diverses. Certes, vivre près d'un cours d'eau est un avantage, mais
on court aussi un grand risque. Ainsi, les peuples du monde en général et ceux du Cameroun en
particulier sont confrontés à ce problème.
Le Faro est l’un des quatre départements de la région du Nord, il Compte deux
arrondissements: Béka et Poli. Il est situé à la frontière du plateau de l’Adamaoua et de la plaine
du Nord. Cette zone est parsemée de massifs montagneux de tailles variables. Le relief est
complexe : il est accidenté dans la zone de montagne (le cas du massif de Poli et des monts
Alantika3), et relativement plat dans la vallée du fleuve Faro et la plaine d’inondation de Béka.
L’influence orographique crée dans cette zone un climat particulier par rapport au reste
de la région. Ce climat se caractérise par des fortes précipitations et une longue saison de pluie,
allant du mois d’Avril au mois d’Octobre. La végétation dominante est la savane arborée et
arbustive.
Dans le Faro, on assiste fréquemment aux inondations, qui ne cessent de menacer les
populations. Dans la zone des montagnes et particulièrement les bassins du Mayo Farda et du
Mayo Balché, la montée des eaux est rapide et brutale, et présente un véritable danger pour la
population riveraine. Le débordement des cours d’eaux inonde les quartiers situés à proximité
en quelques heures seulement et. Par contre dans le bassin du Faro inférieur, par opposition à
la zone de montagne, la population fait face aux inondations fluviales et par remontée de la
nappe phréatique. Les débordements lents s’étalent parfois sur une très grande superficie avec
des stagnations nettement longues, suite à la remontée en surface de la nappe d’eau souterraine
ou à la montée des eaux du fleuve Faro.
Ces évènements se produisent généralement aux mois d’Août et Septembre. Elles peuvent
durer des heures, voire un (1) jour dans le secteur de Poli et de quelques jours à une ou deux

3
Nom dérivé de l’appellation des massifs montagneux par le peuple Koma « Allah tikam » qui signifie : ‘’seul
Dieu peut nous atteindre’’.
2
semaines dans le bassin inférieur du Faro. Ainsi, les enjeux sont humains et matériels. On
enregistre des pertes en vie humaine par noyade, dues à la destruction soudaine des habitations
se trouvant à proximité des cours d’eau ; la destruction des infrastructures telles que les ponts
emportés fréquemment par les courants au moment des débordements, la destruction des
cultures, les pertes des récoltes, des animaux.
Ainsi, nous nous interrogeons sur la problématique des inondations qui se manifestent
dans le Faro.

QUESTIONS DE RECHERCHE

Les problèmes soulevés par la problématique de ce thème de recherche nous


emmènent à nous poser les questions suivantes, organisées en principale et spécifiques.
Question principale

- Quel est le processus des inondations dans les bassins versants du Faro inférieur, du
Mayo Farda et du Mayo Balché ?
Questions spécifiques

- Comment se manifestent les inondations dans les bassins du Faro inférieur, du Mayo
Farda et du Mayo Balché ?
- Quelles sont les principales causes des inondations dans les bassins du Faro inférieur,
du Mayo Farda et du Mayo Balché ?
- Quelles sont les conséquences des inondations dans les bassins du Faro inférieur, du
Mayo Farda et du Mayo Balché ?

3
CONTEXTE SCIENTIFIQUE

Très peu de travaux concernant les inondations ont été menés dans le département du
Faro. Or, dans le monde, les études concernant les inondations ne datent pas d’aujourd’hui.
Plusieurs travaux ont été menés dans d’autres villes du Cameroun, en Afrique et partout dans
le monde. Les risques naturels tels que les inondations peuvent avoir des caractères différents
d’une zone à une autre mais les travaux effectués par d’autres auteurs montrent que les causes
et les conséquences de ces phénomènes sont presque les mêmes, mais leurs manifestations
varient d’une zone à une autre.
Tchotsoua (2007) mentionne que les inondations sont des phénomènes naturels mais
celles d’origine pluvio-torrentielles dans la ville de Yaoundé et de Douala, sont exacerbées par
le sous dimensionnement des ouvrages de drainage, leur non curage périodique, le grand
nombre de coudes dans les réseaux et surtout l’urbanisation anarchique des versants.
Allant dans le même sens, Hagnon et al (2015), travaillant sur les inondations dans la
ville de Ouagadougou, avaient en vue de tester l’hypothèse selon laquelle les inondations sont
plus liées aux défaillances dans l’aménagement urbain qu’aux précipitations extrêmes. Après
avoir procédé à plusieurs analyses telles que les pluies journalières. Les résultats qu’ils ont
obtenus révèlent que les précipitations qui engendrent les inondations sont souvent normales et
que la décennie 1990 durant laquelle des épisodes pluvieux supérieurs au seuil normal (62
mm) n’ont guère provoqué des inondations. Ainsi, ils arrivent à conclure que les causes
naturelles expliquent moins le risque d’inondation à Ouagadougou. Les inondations sont plutôt
liées à un développement urbain mal maîtrisé et au détriment des orientations décrites dans les
documents de planification urbaine.
Contrairement aux auteurs cités plus haut, Leumbe Leumbe et al. (2015), menant une
étude sur les inondations dans la zone de Maga et ses environs, trouvent que les conditions
naturelles sont à l’origine des inondations dans la zone. Ils mettent donc l’accent sur la
morphologie du site et la nature des sols. Le site laisse apparaître une vaste plaine bordée de
part et d’autre par des reliefs élevés. Les types de sols dominants du milieu sont sableux et
argileux. Ces caractéristiques sont particulièrement propices au processus d’inondation. Ce
milieu est d’autant plus sensible soulignent t’ils que les sols sont imperméables, la couverture
végétale faible, la pente forte en amont (mont Mandara) du bassin versant et très faible
(2‰) dans la plaine ; et les précipitations violentes et concentrées sur quatre mois
seulement. Ces auteurs mettent l’accent sur les facteurs naturels responsables des inondations
à Maga car pour eux l’influence des activités anthropiques est négligeable.

4
Pagney (1994), à travers ses études sur les villes de piémont à risques d’inondations,
démontre que les paramètres vecteurs des inondations est un ensemble de facteurs historiques
et physiques qui, agissant conjointement dans les installations en terrain inondable qui entraine
des inondations. Pour cet auteur, les constructions aux pieds de montagnes sur des terres
basses inondables, édifiées par des cours d’eau à caractère torrentiel rend vulnérable le site.
L’exiguïté des bassins-versants, de quelques dizaines de km² seulement, et les dispositions
orographiques amplifient les mouvements verticaux, et donc l’instabilité, et les processus de
condensation de la vapeur d’eau. Ce qui entraîne des précipitations orageuses et torrentielles,
qui s’abattent sur des versants à pente raide. Ainsi, l’auteur soutient l’hypothèse selon laquelle
la morphologie du site explique le déclenchement très rapide des crues et l’impossibilité de
mettre en place, à l’heure actuelle, tout système d’alerte. Ce qui rend alors les sites de piémonts
très sensibles aux inondations brutales.
Salomon (2009), traitant des inondations torrentielles en zones montagneuses afférentes
au golfe du Mexique, s’interroge sur la question du réchauffement climatique global. Car ce
changement climatique dit-il, ne se pose plus en terme de réalité, mais plutôt en terme de
conséquences. Le réchauffement climatique global favorise théoriquement l’évaporation des
océans et donc les formations nuageuses pluviotées. Ainsi il arrive à la conclusion que les
inondations sont dues avant tout à de fortes précipitations, soit concentrées dans le temps, soit
étendues dans l’espace, soit encore les deux en même temps, mais la recrudescence des
inondations torrentielles en zones montagneuses, suite aux pluies intenses, sont les
conséquences des changements climatiques. Ces derniers par le réchauffement des surfaces des
océans et mers, puis engendrent des phénomènes météorologiques tels que les pluies intenses
ou les cyclones, qui sont capables de déverser plus de 300 mm d’eau en moins de 12h. Celles-
ci se résultent par des inondations catastrophiques. Cet auteur regarde les causes des inondations
sous un autre angle. Il part plus loin pour soulever la responsabilité des changements
climatiques sur la manifestation d’un phénomène qui est de plus en plus récurent.

Le Lay et Riviere-Honnegger (2009), Menant leur études sur les inondations


torrentielles, soulignent que ce phénomène violent et difficile à prévoir, est récurent dans les
piémonts. Ils démontrent que c’est un phénomène qui se manifeste sur des petits bassins
versants à la faveur d’un épisode orageux localisé, notamment pendant la saison estivale ; il
s’accompagne des fortes érosions et de charriage des matériaux, surtout lorsque la pente et
l’imperméabilisation stimulent le ruissellement. Se basant sur l’étude des cas, en un temps
déterminé. Sur 111 événements qui se sont produit entre 1882-2005 dans les alpes et leurs

5
piémonts, ils arrivent à la conclusion que la majorité des inondations étudiées procèdent des
crues torrentielles.
Dubert (2016), dans l’analyse de la vulnérabilité aux inondations en région PACA :
l’apport des observatoires, Une étude menée en partenariat avec l’Observatoire Régional
des Risques Majeurs en Région PACA, qui avait pour but d’établir un diagnostic de la
vulnérabilité du département du Var au risque d’inondation à partir des indicateurs produits
par l’ONRN et d’informations fournies par des acteurs locaux. Cette étude a permis de
mettre en regard la situation du territoire et les efforts de prévention, et a vocation à terme à
constituer un outil d’aide à la décision aux politiques publiques de gestion du risque
d’inondations. Il procède par le croisement des indicateurs d’exposition, sinistralité et de
prévention tend à mettre en exergue, sur le périmètre du territoire étudié, la ou les
communes qui ressortent au titre de l’exposition et/ou de la sinistralité récente avant de
mettre en regard les dispositifs de prévention sur les communes identifiées. Il conclue
qu’il n’y a pas nécessairement de lien entre sinistralité et exposition. Car 12 communes
sont fortement exposées mais leur sinistralité récente, tous indicateurs de sinistralité confondus,
est faible. Par ailleurs la majorité des communes exposées ainsi que toutes les communes
dont la sinistralité est élevée disposent d’un PPRi approuvé ou prescrit. Toutefois, l’étude
a pu mettre en évidence que certaines communes très exposées au risque d’inondation
ont un PPRi prescrit depuis plus de 4 ans, voire aucun PPR ni PAPI.

Ces auteurs d’une manière générale expliquent les facteurs en cause ou les conséquences
des inondations. Quant-à-nous, dans ce travail, nous avons en vue d’expliquer le processus des
inondations dans le Faro.

OBJECTIFS DE RECHERCHE

Ce travail vise un objectif principal qui se décompose en trois objectifs spécifiques.

Objectif principal

Notre objectif principal est d’expliquer le processus des inondations dans les bassins du
Faro inférieur, du Mayo Farda et du Mayo Balché.

6
Objectifs spécifiques

Comme objectifs spécifiques, il s’agit :

- Expliciter les manifestations des inondations dans les bassins versants du Faro inférieur,
du Mayo Farda et du Mayo Balché.
- Déterminer les principales causes des inondations.
- Evaluer les conséquences des inondations dans le bassin du Faro inférieur et le Bassin
du Mayo Farda et du Mayo Balché.

HYPOTHÈSES DE RECHERCHE

Le présent travail s’appuie sur une hypothèse principale autour de laquelle s’articulent
trois hypothèses spécifiques.

Hypothèse principale

Les pluies intenses et prolongées enregistrées dans le Faro humectent, et saturent les
sols à la longue, puis déclenchent un transfert important des eaux à l’échelle des bassins
versants, qui conduit aux crues plus ou moins rapides des cours d’eau engendrant des
inondations.

Hypothèses spécifiques
- Les inondations se manifestent par une montée lente des eaux dans la plaine et par une
montée rapide des eaux dans la zone de montagne.
- L’intensité des précipitations, les caractéristiques morpho-pédologique du terrain et
l’impact des activités anthropiques expliquent les inondations dans les bassins versants
du Faro inférieur, du mayo Farda et du mayo Balché.
- Les conséquences des inondations dans les bassins versants du Faro inférieur, du M.
Farda et du M. Balché sont des pertes en vie humaines et des dégâts matériels.

CADRE GÉOGRAPHIQUE

Le Faro est l’un des quatre départements de la région du Nord, formé de deux
arrondissements : Béka et Poli. Il couvre une superficie de 11778 km² et une population estimée

7
à 100537 habitants (BUCREP, 2011). Les installations humaines se localisent au nord du
département. Ainsi, le terrain d’étude se localise dans cette partie habitée.

Source : Carte routière du Cameroun, Base de données SOGEFI Réalisation : Troumba Bello, 2017

Figure 1. Carte de localisation de la zone d’étude


8
CADRE CONCEPTUEL ET MÉTHODOLOGIE

Cadre conceptuel

 Massif
Le dictionnaire Larousse 2010 définit un massif comme étant un ensemble de hauteurs,
présentant un caractère montagneux. Le massif est un ensemble de montagnes, d’où
l’expression de massif rocheux en géomorphologie, pour désigner un ensemble rocheux
homogène à un relief élevé et très imposant de par sa taille et sa masse. Brunet et al. (2006)
définissent par ailleurs un massif comme étant une « masse en relief ayant une certaine unité
et se distinguant aussi des autres », soulignant ainsi la variété de taille que peut présenter une
unité morphologique. Toutefois, dans ce travail, le massif désigne un relief de chaîne de
montagnes très imposant.

 Bassin versant
Le bassin versant est une surface hydrologiquement close, c’est-à-dire qu’aucun
écoulement n’y pénètre de l’extérieur et que tous les excédents des précipitations s’évaporent
et s’écoulent par une seule section, l’exutoire. (Musy, 2004).

La délimitation en surface (topographique) du bassin versant naturel n’est pas suffisante.


En effet, lorsqu'un sol perméable recouvre un substratum imperméable, la division des eaux
selon la topographie ne correspond pas toujours à la ligne de partage effective des eaux
souterraines. Le bassin versant est alors différent du bassin versant délimité par la topographie.
Il est appelé bassin versant réel ou géologique par certains auteurs comme Brunet (2006). De
toutes ces définitions, nous comprenons qu’il existe deux (2) types de bassin versant,
néanmoins, quelle que soit leur nature ceux-ci comportent deux (2) éléments essentiels : les
versants inclinés vers les vallées et les talwegs qui collectent les eaux de ruissellement.
Dans le cadre de ce travail le terme bassin versant utilisé, désigne la surface de ruissellement
des eaux pluviales délimitée par les lignes de crête (c'est-à-dire par les lignes de partage des
eaux), il s’agit donc d’un bassin versant topographique.

 Inondations rapides ou torrentielles

Les inondations torrentielles sont définies comme les conséquences du transit rapide
d’eau de pluies, dû à la forte pente des cours d’eau et à l’intensité pluviométrique (Tahar, 2013).
Les inondations rapides ou torrentielles, désignent le débordement soudain et brutal des cours
9
d’eau. Elles concernent des bassins versants très réactifs, souvent de petite superficie, ayant
une dimension allant de quelques km² à quelques centaines de km², ou encore le lit de torrents
à forte pente (> 6°). Elles sont le plus souvent dues à des pluies orageuses extrêmes localisées
sur des surfaces petites à moyennes (jusqu’à quelques centaines de km² pour des temps de
réaction du bassin versant de l’ordre de quelques heures), et se caractérisent par une montée des
eaux rapide, d’une durée souvent inférieure à 12 heures, par une charge alluviale élevée et
par un fort pouvoir érosif et destructif.

 Inondations lentes ou fluviales


Les inondations lentes ou fluviales désignent le débordement lent des cours d’eau. Elles
concernent des bassins versants moyens à grands. Elles sont causées par des précipitations
sous forme de pluies successives et prolongées saturant les sols, et se caractérisent par une
montée des eaux et une décrue lentes et progressives. Les durées de submersion sont ainsi
longues, et les quantités d’eau écoulées sont importantes. Ces inondations sont aussi désignées
sous le terme d’inondations de plaine.

 Torrent
Le torrent est défini par le dictionnaire « Petit Larousse illustré » comme un cours d’eau de
montagne, rapide et irrégulier, de faible longueur, plus ou moins à sec entre des crues violentes
et brusques. Il est défini plus clairement par Bernard, 1927 in Richard, 1997, comme un cours
d'eau de faible longueur, à forte pente, supérieur à 6%, présentant des débits irréguliers et des
écoulements très chargés. Cependant le torrent peut être défini comme un cours d’eau des zones
montagneuses, avec un bassin comportant trois parties : un bassin de réception, un chenal
d’écoulement et un cône de déjection, caractérisé par des crues rapides et brutales.

Cadre méthodologique

 méthodologie

Grawitz (1996) définit la méthodologie comme l’ensemble des opérations intellectuelles


par lesquelles une discipline ou une branche de connaissance atteint les vérités qu’elle poursuit,
les démontre et les vérifie. Ainsi, afin d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés dans
le cadre de ce travail, nous avons opté pour la démarche hypothético-déductive.

Nous organisons dans le cadre de cette étude notre méthodologie sur deux (2) grands
axes : les travaux de terrain et de laboratoire.
10
 Travaux de terrain (collecte des données)

 Données secondaires

Pour ce qui est de la collecte des données secondaires, elle a plusieurs sources
notamment les bibliothèques, l’internet et lors de nos travaux de terrain. Elle a consisté à :

- Recherche documentaire
Les thèses et mémoires, les articles scientifiques ont été utilisés dans le cadre de ce travail
afin de savoir ce qui a déjà été fait dans ce domaine et d’avoir des informations générales sur
les inondations. Nous avons fait recours aux bibliothèques des universités de Ngaoundéré
(FALSH, Anthropos), et visité plusieurs sites internet pour la réalisation de ce travail. Par
ailleurs, les rapports des autorités administratives nous ont été d’une importance capitale. Ils
nous ont permis d’avoir une idée plus claire sur les facteurs en cause, les manifestations et les
conséquences des inondations dans le Faro. Pour ce faire, nous avons eu à consulter les archives
de la préfecture de poli, de la sous-préfecture de Béka et la DDADER du Faro, photocopier tous
les documents ayant un rapport avec notre thème de recherche.

- Acquisition des cartes, photos et images satellitaires


Il est à noter que les travaux de recherche traitant des inondations dans le Faro sont très
peu dans la littérature. Mais quelques cartes obtenues à l’internet, via le lien cartothèque de
l’IRD, nous ont été d’une importance considérable. Nous avons téléchargé la carte
hydrogéologique du Nord, la carte pédologique, et la carte de groupement ethnique…
Nous avons par ailleurs obtenu la carte du réseau routier à la délégation départementale du
Transport du Faro.
Pour réaliser les différentes cartes de dérivation (Pente, exposition des versants courbes
de niveaux …), nous avons fait recours aux MNT et aux images Lansat 7. En l'absence de ces
données au niveau des administrations, notre choix s’est orienté vers les données SRTM
(Shuttle Radar Topography Mission) de l'USGS (NASA). En effet, ces dernières sont
relativement simples à acquérir et à traiter, elles demeurent également les plus utilisées.

- Acquisition des données statistiques


Plusieurs données statistiques ont été recueillies. Les données concernant les
précipitions ont été obtenues auprès de la DDADER du Faro, et ont servi à l’analyse de la
pluviométrie de la zone. Ces données proviennent des stations météorologiques de Poli. Nous
avons préféré utiliser les données de la DDADER par rapport à celles fournies directement par
la station météorologique à cause de la nature du document. Certes les données sont identiques,
11
mais celles de la délégation de l’agriculture étaient mieux conservées dans un document relié.
En plus elles étaient complètes. Les données statistiques concernant les dommages des
inondations sur les personnes, leur cadre de vie et le secteur économique ont été obtenues à la
préfecture de Poli, et dans les rapports publiés concernant les risques naturels au Cameroun à
l’instar du Rapport National de Contingence du Cameroun de 2011. Les données sur l’évolution
des superficies des cultures et la production de 2005 à 2014 ont été obtenu, à la DDADER de
Poli.
 Collecte des données primaires

- Exploration
Elle a été une phase exploratoire au cours de laquelle les données contenues dans la
documentation ont été vérifiées sur place par l'observation directe sur le terrain et par les
échanges avec les autorités et les personnes ressources. Ces échanges et observations ont permis
d'identifier les pistes de recherche et ont également permis d'améliorer le questionnaire afin de
mieux l'affiner pour la phase de l'enquête proprement dite. Cette phase a eu lieu au mois d’Avril
2016.
Par ailleurs, nous avons menés des enquêtes par observation directe, ce qui a permis
d’obtenir des informations sur l’état des infrastructures de franchissement. Les statistiques sur
ces derniers proviennent de nos propres travaux de terrains. Nous avons recensé les ponts en
les classant en fonction de leur état de dégradation (ponts coupés, ponts en mauvais état, pont
en bon état, et pont en construction).

- Entretiens et questionnaires
Les entretiens et les interviews ont été d’une importance capitale pour la collecte et la
confirmation des informations déjà obtenues. Pour la réalisation de ce travail, des descentes
sur le terrain en saison pluvieuse et sèche ont permis à bien mener les enquêtes auprès des
populations cibles et les chefs de services. L’échantillonnage a tenu compte de l’historique des
inondations en nous intéressant aux sites ayant déjà connus des inondations dans le passé, ainsi
que ceux situés à proximité d’un cours d’eau.
Des entretiens libres ont été effectués auprès des autorités administratives et locales.
Ces entretiens ont été utiles pour la collecte des informations sur le problème d’inondation,
les facteurs en cause, les manifestations, les conséquences et les techniques mises sur pied pour
accroitre la résilience des paysans.
Le questionnaire a été administré directement par interview afin d’obtenir des informations
sur les inondations. Nous avons administré 120 questionnaires à la population. Vue la

12
dispersion des habitats et l’occupation des chefs de ménage par les travaux champêtres,
l’administration du questionnaire se fait de façons aléatoire et individuelle. Par ailleurs, dans
certains village, le chef réunissait quelques notables et chefs de ménages généralement ceux qui
sont plus âgés, avant de commencer à répondre aux questions. Tous réunis dans le Djaoulérou4,
le débat est souvent animé, ce qui nous fait un « focus group » très riche en information.

- Levées de terrain
Les descentes sur le terrain se sont déroulées munies d’un GPS pour les relevées des
points. Le GPS Garmin a servi d’obtenir la position en coordonnées X, Y, Z, des points de
localisation des différentes zones affectées. Nous avons aussi fait le relevé des points GPS au
niveau des infrastructures endommagées, des champs décimés ou des maisons détruites ayant
fait l’objet d’une prise de vue. Les points GPS dans des secteurs inondés sont pris et classés en
fonction de la hauteur maximale des crues observées. Bref, cet outil a été nécessaire durant
toutes les phases de notre travail sur le terrain.

 Travaux de laboratoire

La seconde phase a consisté à l’analyse de données collectées et à leur traitement.

 Traitement des données

Il a été question pour nous de faire un traitement des données qualitatives et quantitatives.
Les données qualitatives c’est-à-dire celles dérivant des entretiens et des travaux
bibliographiques. Pour ce faire, la relecture des fiches d’entretien a été effectuée plusieurs fois
avec beaucoup d’intérêt afin d’obtenir des amples informations sur les inondations. Quant aux
données quantitatives issues du questionnaire d’enquêtes, nous les avons codifiés. Le
dépouillement systématique a consisté à faire correspondre chaque réponse au code.
L’introduction des variables dans l’ordinateur s’est effectué en saisissant le code correspondant
à chaque question. Ce qui nous a servi dans la rédaction.

- Evolution interannuelle de précipitations

Pour apprécier l’évolution interannuelle des précipitations, nous avons utilisé les
indices d’anomalie standardisée définis et employés par Nicholson (1988). La formule de
l’indice d’anomalie standardisée : I.A = Xi – X / σ(x).

4
Nom en langue peuls, désignant une salle d’accueil dans les chefferies traditionnelles ou les ménages.
13
I.A est l’indice d’anomalie ;

Xi est la valeur annuelle du paramètre et ;

X la moyenne interannuelle ;

σ (x) est l’écart type du paramètre climatique annuel donné.

L’analyse a été faite sur les cumuls pluviométriques annuels de la série chronologique
2001-2015.

Pour calculer ces indices d’anomalie standardisée il faut :

• La moyenne (X) : X =∑Xi/n Xi la valeur du paramètre climatique d’une année donnée


et n allant de 1 à n (la série chronologique 2001-2015 pour les précipitations) ; ∑= Somme
; n= nombre d’années ; i = année de la série

• L’écart type : v = ∑ (Xi –X) ² /n or σ est la racine carrée de la variance(v) donc σ = √v.
Il donne une mesure de la dispersion autour de la moyenne.

Ces indices permettent d’identifier les augmentations ou les diminutions des


précipitations par rapport à la moyenne.

- Réalisation des graphiques

La réalisation des graphiques (diagrammes, camemberts) et les calculs ont été produits à
l’aide du logiciel Microsoft Excel.

- Réalisation des cartes

Pour atteindre les objectifs visés par cette étude, nous nous sommes appuyés sur
l'utilisation des systèmes d'information géographique (SIG). En effet, plusieurs traitements
cartographiques et d'analyse spatiale ont été effectués.

Pour ce faire, nous avons téléchargé six images SRTM qui ont couvert tout le département
du Faro, puis fusionné dans ‘’Global Mapper’’5 pour obtenir une seule image. La base des
données SOGEFI a aidé dans le découpage de l’image SRMT et à complété les données
obtenues sur le terrain.

5
Nom anglais désignant un logiciel de cartographie
14
Á base de ces modèles numériques de terrain, nous avons réalisé avec le logiciel ‘’Global
Mapper’’ version 17.0 les différentes cartes, notamment les cartes géomorphologiques en
courbe de niveau, la carte des pentes, la carte d’exposition des versants, les modèles numériques
d’altitude, les modèles numériques de terrain en 3D...

Par ailleurs, la délimitation supervisée des bassins versants topographiques et l’extraction


du réseau hydrographique, a été réalisée via l’outil ‘’watershed’’ de Global Mapper 17.0, afin
d’identifier les bassins versants qui couvrent notre zone d’étude. Puis nous avons géoréférencé
la carte hydrogéologique du Nord comme support pour les vérifications et l’attribution de noms
des différents cours d’eau de notre terrain d’étude.

La carte de l’occupation du sol a été réalisée à partir de l’image ETM+ (Enhanced


Thematic Mapper Plus) du satellite Landsat 7. Ces images ont été téléchargées gratuitement,
sur le serveur Earth Explorer 13 du United State Geological Survey.

- Simulation numérique

Pour réaliser la carte des terrains inondés en 2012, nous avons d’abord procédé à la prise
des coordonnées des points GPS sur le terrain et ensuite mesuré la hauteur des crues, afin de
calculer la profondeur des inondations et considérer la profondeur maximale comme référence.

On appelle dH (x,y) la valeur de profondeur d'inondation d'un point localisé par ses
coordonnées (x ,y). La profondeur dH (x ,y) est calculée par la différence entre la hauteur
du niveau d'inondation H inondation (x ,y) et la hauteur topographique H élévation (x,y):

dH (X , Y)= H inondation (x ,y) - H élévation (x,y)

H élévation (x,y) : élévation de terrain est extraite de MNT

H inondation (x, y) : altitude d’inondation mesurée sur le terrain lors de nos travaux de
terrain.

A partir de la carte topographique, la carte du réseau hydrographique et l’image SRTM,


nous avons tracé le cours d’eau dans ‘’Global Mapper’’ version 17.0,

Après avoir tracé le cours d’eau, dans ‘’Global Mapper’’, il a été question d’afficher le
bassin versant concerné et les images SRTM correspondantes, puis dans l’onglet ‘’Analysis-
15
Simulate Water Level Rise/Floodind, nous avons fait entré les données obtenues des calculs,
notamment la hauteur maximale de inondation de 2012, puis simuler l’inondation sur toute la
section du cours d’eau. Le résultat nous a permis de ressortir les différentes zones atteintes lors
de ces inondations.

 Matériels et logiciels
 Matériels de terrain
Plusieurs matériels de terrain et logiciels ont été utilisés pour la réalisation de ce travail,
ce sont :
- L’appareil photo numérique de marque Samsung utilisé pour les différentes prises
de vues (des maisons inondées, les infrastructures endommagés…), lors des travaux de
terrain;
- Le GPS de marque GARMIN utilisé pour des relevés de points;
- Le mètre ruban a servi à mesurer la hauteur des inondations précédentes grâces à la
marque de limon sur certains bâtiments ;
- Les questionnaires et les fiches d’entretiens, ont été d’une importance capitale pour la
récolte des informations sur l’inondation.
 Matériels de laboratoire
Au laboratoire, nous avons utilisé un certain nombre de matériels pour l’analyse des
données collectées :
- Le traitement et l’analyse des données statistiques, la réalisation des tableaux et
graphiques ont été effectuées à l’aide du programme Microsoft Excel ;
- Le traitement de texte est réalisé à l’aide du logiciel Microsoft Word version 2013;
- La gestion des bases de données et la cartographie sont les fruits de Système d’Information
Géographique, de télédétection et de Cartographie assistée par ordinateur à savoir : Global
Mapper, Quantum GIS 2.12.
- les traitements des images numériques pour leur part ont été réalisés à l’aide du programme
Adobe Photoshop.
INTÉRET DU SUJET

Le présent travail traitant des inondations dans les bassins du Faro inférieur, du Mayo
Farda et du Mayo Balché, trouve sa place car les inondations dans le Département du Faro,
n’ont pas été étudiées. Il s’agit de faire sonner l’alarme au danger auquel les populations du
Faro sont exposées et de faire de ce travail un outil d’aide à la prise de décision dans la gestion
des inondations.

16
Sur le plan méthodologique, l’utilisation du logiciel ‘’Global Mapper’’ pour l’analyse
hydrogéomorphologique nous a donné des résultats assez satisfaisants, qui correspondent aux
observations faites sur le terrain, ce qui n’était pas le cas avec Quantum Gis. En outre les
analyses peuvent s’effectuer en utilisant des simples images, comme des images SRTM.

PLAN DE RÉDACTION

Ce travail est divisé en deux grandes parties, avec chacune deux (02) chapitres.

La première partie est consacrée à la présentation de la zone du Faro et l’analyse des


facteurs en cause des inondations.

Le chapitre 1 : intitulé les caractéristiques physiques et humaines du département du


faro consiste à présenter le milieu physique du département et les caractéristiques des personnes
qui le peuplent. Quant au chapitre 2, intitulé conjonction de paramètres vecteurs des
inondations, il vise à déterminer les facteurs qui concourent à l’apparition des inondations.

La deuxième partie de ce travail, traite des manifestations et des conséquences des


inondations dans les bassins versants du Faro inférieur, du Mayo Farda et du Mayo Balché.

Le chapitre 3 : manifestations des inondations dans les bassins du faro inferieur, du mayo farda
et du mayo balche démontre la particularité des inondations dans le Faro, avec des inondations
à montée lente d’une part et par crue brutale d’autre part.

Le dernier chapitre est consacré aux conséquences des inondations sur l’homme et ses activités
et les efforts fournis par les populations locales pour faire face à ce problème.

17
PREMIÈRE PARTIE. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET HUMAINES DU
FARO ET LES FACTEURS EN CAUSE DES INONDATIONS

18
INTRODUCTION DE LA PREMIÈRE PARTIE

Dans la région du Nord Cameroun, le climat qui règne est de type tropical. Il se
caractérise par des précipitations peu abondantes, mais concentrées sur une courte période de
l’année (environ 5 à 6 mois). Ainsi, en cette période, on enregistre une pluviométrie assez
importante. La région est confrontée aux aléas climatiques en générale et aux inondations en
particulier. Le département du Faro situé au Sud-Ouest de la région, se démarque du reste par
ses caractéristiques physiques et humaines. Il est soumis à un climat soudanien qui se
caractérise par des précipitations abondantes étalées sur une longue période de l’année. Le
relief est contrasté : calme d’une part est très accidenté d’autre part. Les habitants sont des
peuples diversifiés, avec des traditions particulières. Ils pratiquent l’agriculture intensive
comme activité principale. Ces caractéristiques physiques et sociales ont une influence sur le
déclanchement des inondations qui ne cessent de frapper le département. Ces dernières
engendrent dans la zone différents types d’inondations.

Trois types d’inondations sont identifiés dans cette zone : les inondations rapides ou
torrentielles, les inondations fluviales et les inondations par remontée de la nappe phréatique.

Les facteurs en cause de ces inondations ne sont pas les mêmes, ils varient d’une zone
à une autre. Ce sont : les précipitations, la morphologie du terrain, la nature des sols et l’impact
des activités des hommes sur le milieu... qui concourent pour générer des inondations.

Il est question pour nous dans cette partie de présenter les caractéristiques physiques et
humaines du département du Faro, et d’expliquer les facteurs responsables des inondations.

19
CHAPITRE 1. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET HUMAINES DU
DÉPARTEMENT DU FARO

INTRODUCTION

Le Département du Faro couvre une superficie de 11778 km², avec une population
estimée à 100 537 habitants (BUCREP, 2015). Il se localise entre les coordonnées 7°35’ et
9°18’ de latitude Nord et 12°14’ et 13° 30’ de longitude Est.

Il est limité au Nord par l’arrondissement de Touroua, de Tchéboa et de Lagdo ; au


Sud par l’arrondissement de Koncha, de Mayo-Baléo, Tignère et de Martap ; à l’Est par Mbé
et Lagdo ; à l’Ouest par Koncha et l’Etat du Nigéria.

La première unité administrative fut créée en 1924 par les colonisateurs sous le nom de
« subdivision du Faro », deviendra « subdivision Namchi Alantika » en 1927, puis « subdivision
de Poli » en 1936. Poli est érigé en arrondissement en 1960 après l’Independence. Ensuite, en
département du Faro en 1983 avec Poli comme chef-lieu. Le 26 juin 1992, Poli se divise en
deux pour donner naissance à l’arrondissement de Poli et de Béka (Milvidi, 2011).

La population se localise tout au long du fleuves Faro, les piémonts du massif de


Poli, des Alantika, ainsi que les terrains encaissants. Le relief est accidenté dans des zones
montagneuses et relativement calmes dans la plaine alluviale de Béka.

L'activité principale est l’agriculture, suivie de l’élevage. Le commerce est assuré par
les musulmans allogènes.

La morphologie du site et le climat qui y règne soumettent la population au problème


d’inondation.

1.1. Caractéristiques physiques du Faro

1 .1.1 un relief complexe

Le département du Faro à un relief formé de basses terres et de massifs montagneux. D’une


manière générale, le relief du département correspond à la pénéplaine précambrienne formée
de vieux granites et de schistes cristallins (Stauch, 1966). L’altitude varie de 164 m à
2000 m environ. Le pic est situé à 2049 m au niveau du Hosséré Vokré sur le massif de Poli.

20
Cette pénéplaine est dominée par d’importants massifs montagneux qui couvrent une grande
partie de la superficie totale.

Les massifs se dressent dans les environs de Poli, le secteur de Godé, de Voko, et le longue
du fleuve Faro. On note la chaîne des Alantika, le mont Godé et le massif de Poli, comme les
plus importants. La pente s’adoucie au fur et à mesure que l’on avance vers le Nord. Dans la
zone de Béka, le relief est relativement calme avec une altitude plus ou moins 200 m et laisse
apparaitre une vaste plaine : c’est la plaine inondable de Béka. Elle est bordée à l’Est par les
monts Alantika, une gigantesque chaîne de montagne de 80 km de long et à l’Ouest par les
contreforts du massif de Poli.

Les zones montagneuses sont réparties comme suit : Le massif de Poli se dresse comme un
croissant, fait environ 70 km de long et 15 km de large (Stauch, op. cit.). Il est situé au sud-
est du département, d’orientation sud-nord ; à l’ouest, une longue chaîne de montagnes de 80
km environ : ce sont les monts Alantika d’orientation sud-ouest-nord-est (Perrois et Dieu ND) ;
enfin au Sud, à la frontière de l’Adamaoua, se localise le massif Tchabbal Gandaba. Par sa
hauteur, sa largeur et sa localisation, ce massif à une image de l’avancée du plateau de
l’Adamaoua dans le département du Faro (figure 2). Les points culminants sont situés à 1838
m sur les monts Alantika, 1960 m à Tchabbal Gangdaba et de 2049 m au niveau du H. Vockré
sur le massif de Poli. Les collines d’altitude variant entre 500 et 700 m, sont dispersées sur tout
l’étendu du département.

21
Source : DB SOGEFI, Image SRTM Réalisation : Troumba Bello, 2017

Figure 2. Le relief du Faro

22
La figure 2 est la représentation du relief du département du Faro. Elle nous donne des
informations générales et simplifiées sur les différentes formes du relief. En fait cette carte
illustre les différences d’altitudes en mètre de la zone d’étude. Il ressort que la zone d’altitude
inférieure à 250 m représente la vallée du Faro. La grande superficie, située entre 250 et 500 m,
autour des massifs, caractérisant la pénéplaine, parsemée des collines d’altitude située entre
500 et 700 m. Les altitudes supérieures à 700 m sont les domaines montagneux. Au Sud, nous
avons le Tchabbal Gandaba, à l’Est le massif de Poli et à l’Ouest la chaine des Alantika.

1.1.2. Une hydrographie dense

Le département du Faro appartient au bassin hydrographique de la Bénoué. Le bassin


du fleuve Faro à une superficie de 24000 km² (Olivry, 1986) et s’étend sur quatre départements :
la Vina, le Faro et Déo, la Bénoué et le Faro. La grande partie de sa superficie se localise dans
le département du Faro. Le réseau hydrographique édifié par un relief accidenté est très dense
mais dominé par des cours d’eau d’importance variable. Le cours d’eau le plus important est
le fleuve Faro, il est suivi du mayo Déo son principal affluent. Les autres cours d’eau sont à
majorité de rivières intermittentes qui prennent leurs sources dans le massif de Poli, des monts
Alantika ou du plateau de l’Adamaoua.

Le Faro, fleuve qui a donné son nom au département, représente le cours d’eau le plus
important en apport solide que liquide du bassin supérieur de la Bénoué (Olivry, op.cit). Ce
fleuve prend sa source vers 1 500 m en plein cœur de l’Adamaoua dans la région de
Tignere et draine l’essentiel du plateau situé entre Ngaoundéré et Tignere. A 100 km de
sa source, après avoir reçu le Mbakana, le Manang et le Ro, le Faro s’enfonce dans le plateau
en une vallée profonde. La pente est donc très forte sur le bief amont de la Réserve
d’Hippopotames qui s’achève par des chutes, qui suivent et marquent le débouché du Faro
dans la pénéplaine. La direction de la rivière passe du Nord à l’Ouest.

Au cours de sa descente de l’Adamaoua, le Faro a reçu en rive gauche la Mere qui


draine les flancs sud et est du Tchabal Gangdaba (1 960 m), puis les mayos Bigoe et Life issus
des flancs nord du Gangdaba et les affluents de rive droite, mayos Doukoua et Bantadje qui
drainent les régions sud du Massif de Poli. Avant d’atteindre la zone de confluence avec le
Mayo Déo, le Faro a reçu le Mayo Nial et le Fel qui draine le parc national du Faro.

Le confluent du Faro et du Déo est situé à 20 km en amont de Tchamba. Le Faro reçoit


vers sa rive gauche, le mayo Lampté et le mayo Taparé issus du versant Ouest du massif de Poli
et le Mayo Ilou du Hosséré Godé. Le Faro est alors un puissant fleuve de 800 m de large; il

23
coule au pied des Monts Alantika qui le dominent de plus de 1 000 m tout au long de
cette parue du cours d’eau. 40 kilomètres en aval de Tchamba et de la station hydrologique de
Djelepo (qui a remplacé celle de Safaï, peu en amont), la vallée du Faro s’élargit encore.
De larges zones d’inondation apparaissent. La côte du Fleuve passe en dessous de 200 m,
le cours d’eau reçoit le mayo Pounko qui prend source du hosséré Borongo de côté de Touroua.
Le Faro se divise d’abord en deux bras, puis en trois ; son lit majeur fait jusqu’à 7 kilomètres
de large.

Le Mayo Déo né au flanc nord du Tchabal Mbabo (2 460 m). I1 dévale rapidement de
l’Adamaoua et reçoit en rive droite comme affluents les mayos Nolti et Oulti. Le Déo n’est déjà
plus qu’à 356 m au confluent avec le Mayo Oulti. Le Mayo Déo reçoit en rive gauche de
courts affluents venus du Nigéria entre Toungo et Gamu. En rive droite, il reçoit encore
le Mayo Isselou (Parc national du Faro).

La partie Nord et Est du massif de Poli sont drainées par des rivières et torrents
d’inégales importances. Les principaux sont le M. Sala, M. Kong, le M. Farda et le M. Balché.
Ces cours d’eau prennent source dans le massif de Poli et draine la ville de Poli et ses localités,
ainsi que le secteur Pintchoumba.

En amont du bassin versant du M. Farda, coule le Kong, un puissant torrent qui prend
sa source vers 2000 m d’altitude au niveau du H. Vokré, au cœur du massif de Poli. Il draine la
ville de Poli et ses localités. Le sous-bassin de Kong est dominé par des montagnes qui se
dressent tout au bord comme une barrière. Ainsi les cours d’eau dévalent les versants raides et
convergent vers la ville de Poli pour confluer avec le Kong le rendant en un puissant cours
d’eau qui découpe la ville de Poli en deux secteur, avant de frayer son chemin vers 418 m entre
H. Riga et H. Balché, puis atteint son exutoire et se jette dans le M. Farda.

Le versant Est du massif de Poli est drainé par le M. Sala et le M. Balché et leurs
affluents. Le sous-sous-bassin du Mayo Balché, a une configuration de relief presque identique
que celle du mayo Farda. Avec une supefie de 401km². Le cours d’eau principal reçoit plusieurs
affluents qui prennent source vers 750-1000 m d’altitude. Il coule vers le Nord-est et draine le
secteur de Pintchoumba, avant de se confluer au M. Farda pour former le mayo Boki, affluent
de la Bénoué.

24
1.1.3. Climat et végétation

Le département du Faro est situé au nord du plateau de l’Adamaoua. Le climat est de


type soudanien à tendance humide (Olivry op. cit.). Les données sur la pluviométrie annuelle
révèlent qu’elle est supérieure à la moyenne régionale. Mais il est à noter que le climat est
moins humide dans la zone de Béka et relativement doux dans le secteur de Poli, Konglé et
Mango. Poli constitue un cas particulier : il définit un régime presque humide au sein de
la zone tropicale. La saison des pluies s’étend sur 7 mois, avec des pluies qui débutent
généralement au mois d’Avril et finissent en Octobre. Août et Septembre sont les mois le plus
pluvieux.

Les températures moyennes mensuelles (températures minimales moyennes mensuelles


et températures maximales moyennes mensuelles) montrent une amplitude de 2,4 °C à Poli.
Les maxima des températures moyennes mensuelles s’observent dès le mois de mars et avril :
Poli (29,6 °C). Ceci marque la fin de la saison sèche. (PANGIRE, 2009)

 Les précipitations

Les données pluviométriques dans le département du Faro, relevées à la station


météorologique de Poli, obtenues à la Délégation Départementale de l’Agriculture et de
développement Rural de Poli sont importantes. Les valeurs annuelles s'élèvent à environ
1500 mm. Pour les données annuelles de la série 2001-2015, la moyenne des précipitations
est de 1516,25mm.

La saison des pluies dure environs 7 mois (fig.3), on y enregistre en moyenne 90 jours
de pluies. Ces dernières sont souvent longues et intenses entraînant des inondations causant
de grands dégâts socio-économiques et environnementaux.

25
450
400
350
300
hateur en mm 250
200
150

100
50
0
Jan Fèv Mar Avr Mai Juin Juill Aoùt Sept Oct Nov Dec
mois

Source : DDA de Poli.

Figure 3. Répartition annuelle des précipitations

Le graphique ci-dessus illustre la répartition des pluies au cours d’une année. Il ressort
que les mois les plus pluvieux sont les mois d’Août et Septembre, d’où la localisation des
inondations durant cette période.

 Une végétation assez importante

La formation végétale est diversifiée dans le département du Faro. Ceci s’explique par la
variation notable de l’altitude allant de moins 200m dans la plaine de Béka, jusqu’à 2049 m au
niveau H. Vokré sur le massif de Poli ; du type de climat ; de l’importance des cours d’eau ;
et des différentes activités de l’homme.
Selon (Letouzey, 1983 et Aubreville, 1985 in CVUC, 2014), on distingue dans cette zone
trois ensembles : la savane soudanienne à nuance guinéenne, la savane soudanienne pure et la
savane soudano-sahellienne.
Dans la partie Sud de la zone, (Gangdaba, Mana, Voko, Bantadjé), c’est la savane
soudanienne à nuance guinéenne. La marque anthropique sur la végétation est très faible en
raison de la situation dans et autour du parc national du Faro. Cette végétation a l’aspect par
endroit d’une forêt claire. Ici, on voit l’apparition d’une espèce très caractéristique : Zyzygium
guineensis var guineensis.
Dans la partie Nord du massif de Poli (Godé, Tété, Djoumté), c’est la savane
soudanienne pure ou arborée à Anogeissus leiocarpus. Par endroit on observe des formations
monospécifiques pures d’Anogeissus leiocarpus. Considérée dans son ensemble, cette zone
26
regorge de nombreuses espèces dont Anogeissus leiocarpus, Borassus aethipium, Vitellaria
paradoxa, Khaya senegalensis, Crossopterix februfiga, Terminalia laxiflora, Pterocarpus
lucens, Hymenocardia acida. Dans ce secteur, les marques de l’anthropisation sont perceptibles
par endroit.
Au Nord vers la zone de Béka, la végétation la plus rencontrée est la savane soudano-
sahellienne ou arbustive. Ces formations connaissent à des fréquences peu régulières, le passage
des feux de brousse. Ainsi, on y rencontre des espèces lianescentes. Les espèces les plus
courantes sont : Piliostigma thoningii, Vitellaria paradoxa, Anogeissus leocarpus, combretum
negricans, annona senegalensis. (Martin, 1969)
A l’Est et au Nord-est (Poli, secteur Doupa, Sirdjam) domine une savane soudano-
sahélienne ou arborescente à faciès dégradés. La prédominance des Combrétacées dans cette
zone est un indicateur de la dégradation du milieu. En effet, la forte densité de la population
observée à l’Est de la Commune est à l’origine d’une installation des formes arbustives.
La disponibilité des terres de cultures a créé une attraction qui a porté sur ses ailes une masse
de migrants venus de l’Extrême-Nord-Cameroun, à l’instar du village Sirjam composé des
Toupouri.
Pendant la saison sèche, les paysans pratiquent le feux de brousse pour les besoins
de la chasse ou la préparation des terres des cultures. Ces pratiquent comme le souligne
Stauch, 1966., dégradent considérablement la végétation arbustive. Cette dégradation du
couver végétale accélère le ruissellement des eaux de pluies.

1.2. Caractéristiques socio-économiques des populations

Le département du Faro présente un caractère rural prédominant, et est composé de


plusieurs ethnies. L’agriculture représente l'essentiel des activités des populations. Mais
l’exploitation végétale est la base de l’économie. On y cultive principalement des céréales.

1.2.1. Les groupes ethniques

Les principales ethnies qui occupent le Département du Faro sont : les Doayo au Nord
et au centre du massif de Poli, les Doupa-Panon à l'Est, les Kolbilla, Koma et les Voko
au sud et au Sud-ouest.

Les Doayo, appelés "Namchi", constituent le groupe majoritaire. On les trouve


dans les cantons des Doayo du nord, de Djoumté Manga, de Godé-Garé, de Konglé
et de Louggéré Téré. les villages Doayo se sont installés au nord du mayo Punko . Ils

27
vont presque jusqu'au Faro à l'ouest et on en trouve quelques centaines dans les cantons
de Voko et de Mayo Bantadjé. Les Doupa occupent la partie nord-est du massif de Poli et le
piémont qui l'entoure. Leur économie est dominée par la culture du mil, dont la production
polarise l'ensemble du système économique et social. Ils sont aussi éleveurs de taurins. Les
Voko Occupent le canton qui porte leur nom au sud-ouest de Poli et sont très peu nombreux.
Les Kolbilla Groupe ethnique de faible ampleur également. Les Tchamba, Koma et Véré
habitent dans et aux pieds des Alantika. Les Tchamba sont essentiellement installés dans le
lamidat de Tchamba. Ils seraient originaires du Birguirmi et les premiers habitants des
rives du Faro peu de temps après leur installation ils subirent sans graves inconvénients
l'arrivée des Bata. Les Tchamba avaient construit leur capitale au niveau de l’actuel
Tchamba. Les Foulbé les soumettent sans de grandes difficultés. Les Koma, sont
essentiellement dans le canton de Wangai, leur origine est controversée. Pour certains ils
seraient venus du Bornou au moment de la conquête de leur pays par les Kanembou.
Ils s'appelaient alors "Magoumi". Ils gagnèrent les massifs dans lesquels se trouvaient
déjà les Tchamba. Massifs auxquels ils donnèrent le nom de "Alantika" (Allah Tikam,
ce qui signifierait seul Allah peut nous atteindre).

A l' appui de cette hypothèse on peut relever que les Foulbé les appellent "Koledjo"
"gens de Bornou". Pour d'autres, les Koma seraient une fraction des Bata qui s'établit sur
les sommets des massifs à l'arrivée des Foulbé. Le mot "Komai' signifie fugitif en Bata
et les Koma ont de nombreuses coutumes en commun avec les Bata (même tambour
sacré utilisé à l'occasion des enterrements et des fêtes rituelles, mêmes cloches sacrées et
mêmes sagaies lestées d'une boule de cuivre creuse remplie de cailloux).

1.2.2. Le secteur économique

Les populations du département du Faro tirent leurs économies de trois principales


activités : l’agriculture, l’élevage et le commerce.

L’agriculture dans le département du Faro est considérée comme la base de l’économie


dudit département. D’après les données de l’enquête de terrain plus de 90% de la population
active pratique l’agriculture comme activité principale.

La culture vivrière, céréales et légumineuses est dominante. Le coton subventionné par


la SODECOTON, constitue la principale culture destinée à la vente.

Dans le secteur de Poli, on y cultive, le maïs, le riz, le sorgho, les arachides, le haricot
blanc, le coton … Ces cultures se pratiquent généralement sur des petites parcelles et destinées

28
à l’alimentation. Quant à la zone de Béka, les terrains sont moins accidentés et des sols très
fertiles. On y cultive majoritairement des céréales, dont trois spéculations dominent : le riz, le
maïs et le sorgho. Les légumineuses sont peu pratiquées et le coton reste la seule culture qui
n’est pas pratiquée.

Quant à l’élevage, il est à noter que le département du Faro dispose d’un potentiel
considérable de la production animale. Le cheptel est dominé par les ruminants notamment, les
bovins les caprins, les ovins, les équins ... L'espèce porcine est moins développée. L’espèce
bovine est dominante avec deux variétés : la variété traditionnelle appelée taurin (Bovis
tauranus) qui revêt un caractère sacré chez les Namchi et la variété « zébu» qui constitue
l’essentiel du cheptel chez les Bororos.

Le type d’élevage est extensif, basé sur des techniques traditionnelles. Les animaux
élevés utilisent un pâturage naturel tributaire des aléas climatiques. Les bergers se contentent
des zones de pâturages naturelles généralement le long du fleuve Faro et les terrains encaissants
du massif de Poli. Les résidus de récoltes principalement celui du riz constituent les aliments
complémentaires connus dans ces systèmes. On peut distinguer trois systèmes d’élevage : le
système transhumant, le système sédentaire et le système semi – sédentaire.

Les transhumants ou éleveurs purs, encore appelés Bororos, sont une classe de
population qui font de l’élevage leur principale activité. Les zones convoitées sont celles de la
plaine du Faro et le secteur de Bantadjé. Car dans ces zones la végétation est presque pérenne.
Les déplacements vers ces zones s’effectuent en saison sèche lorsque le pâturage se raréfie. Les
troupeaux regagnent les secteurs d’origine respectifs lorsque les herbes poussent pendant la
saison pluvieuse. Ainsi, on compte plus de 60 familles d’éleveurs purs. (MINEPAT, 2013).

Le système d’élevage semi-sédentaire par contre est pratiqué par les Bororos qui se sont
installés ou sédentarisés autour des villages, dont Godé, Waté, Djoumté, Voko, Konglé, Mango.
L’espace pastorale est située dans la périphérie des villages durant la saison de pluie. Ils sont
en même temps des agriculteurs. En saison sèche, le milieu naturel (pâturage) se dessèche et
l’herbe se raréfie. Ces conditions contraignent donc la plupart des éleveurs à effectuer les
mouvements vers la plaine de Béka où l’herbe est presque pérenne après le retrait des eaux, et
souvent pour pratiquer l’émondage ( une technique qui consiste à rabattre les branches hautes
d'arbres ayant une bonne valeur fourragère (par exemple les acacias) pour les mettre à portée
de leur troupeau) ou les feux de brousse pour favoriser les jeunes pousses qui sont d’ailleurs
appétées par le bétail, durant cette période de soudure.

29
Le système de l’élevage sédentaire quant à lui connait une taille réduite du cheptel,
l’éleveur est ici à la fois un agriculteur. La taille du troupeau varie selon les éleveurs et
l’importance est particulièrement accordée aux bœufs de traction. Les éleveurs sont
généralement des autochtones ou quelque fois les Bororos définitivement sédentarisés. Les
bœufs conduits dans les pâturages sont ramenés en fin de journée et claustrés dans le
Lambourou6. Ici, l’avantage est celui du travail de la terre car la culture attelée constitue une
forme du machinisme observable dans le système agraire local.

En saison sèche, lorsque les récoltes sont terminées, les animaux surtout les ovins et
caprins, sont en divagation dans le village.

Tableau 1. Nombre d’animaux par espèce


Arrond. Bovins Ovins Caprins Porcins Equins Volailles
Poli 23406 4628 7122 2700 104 8862
Béka 9363 1728 2989 301 24 3457
Total 32769 6356 10111 3001 128 12319
Source : RADEC Nord 2013.

 Le commerce

Le commerce occupe une place moins importante dans l'économie du département, du fait
de l’impraticabilité des routes, cette activité n’attire pas les commerçants des villes extérieurs.
Le marché hebdomadaire de Poli qui a lieu tous les Samedis n’a pas une image d’un marché
convoité.

1.2.3. Occupation du sol

Dans le département du faro, la population est estimée à 100537 habitants en 2011


(BUCREP, 2015). Ces personnes sont inégalement réparties dans l’étendue du territoire. Elles
sont concentrées dans un seul secteur, notamment le nord et le Nord-Ouest du département.
Le secteur sud, le centre, ainsi que le Parc National du Faro, d’une superficie de 330000 ha sont
quasiment non habités. Cette forte concentration de la population paysanne dans un seul secteur
dégrade l’environnement. Car la principale activité de la région, est le travail de la terre, basé
sur un système de culture extensif. Ainsi, la végétation tend toujours à disparaître de plus en
plus dans des zones d’installation humaine. En outre, les sols exposés à l’érosion et sous la

6
Nom Haoussa désignant l’enclos
30
pression des travaux agricoles, perdent davantage leurs capacités d’infiltration. Ce qui
augmente donc l’écoulement de surface et les crues de rivières qui en découlent.

Figure 4. Occupation du sol

31
CONCLUSION

Le département du Faro, situé dans la région du nord, se distingue du reste de la région


par ces caractéristiques physiques et sociales particulières. Il a un climat doux avec des
précipitations abondantes et un relief complexe. Ce dernier est accidenté dans le massif de Poli,
des Alantika et relativement plat dans la vallée du Fleuve Faro, plus précisément dans la partie
Aval du cours d’eau. Cette zone est donc soumise à différents types d’inondations.

32
CHAPITRE 2. CONJONCTION DES PARAMÈTRES VECTEURS DES
INONDATIONS

INTRODUCTION

Les causes des inondations sont très nombreuses, et varient d’une zone à une autre.
Définis comme un phénomène naturel, les débordements des eaux, sont une résultante des aléas
climatiques saisonniers dans le monde en général, et principalement des pluies intenses dans la
zone intertropicale. Ces pluies intenses et violentes lorsqu’elles s’abattent sur une grande
superficie ou dans des zones montagneuses, les caractéristiques physiques des bassins versants
et les activités des hommes peuvent accentuer la montée rapide des eaux et engendrer des
inondations parfois dévastatrices. La fréquence des inondations est donc due à un croisement
de plusieurs paramètres. Ainsi il est pour nous dans cette partie de déterminer et analyser les
différents paramètres responsables des inondations dans la Faro.

2.1. L’influence des caractéristiques physiques sur la montée des eaux

Les causes des inondations sont largement naturelles, car l’aléa est l’eau,
principalement pour la zone intertropicale, celle de pluie, qui conjuguée à des caractéristiques
topographiques et la nature du sol, agissent ensemble. Le processus hydrologique conduisant
aux inondations se déroule à l’intérieur d’un bassin versant. La réaction de ce dernier à une
sollicitation des précipitations est influencée par diverses caractéristiques morphologiques : la
taille du bassin (sa surface), sa forme, sa pente, le type de sol, le couvert végétal et les
caractéristiques du réseau hydrographique. D’où l’importance de la notion de bassin versant
dans l’analyse hydrogéomorphologique.

2.1.1. Notion de bassin versant

Les unités géomorphologiques tels que les bassins versants n’épousent pas fidèlement
les contours des découpages administratifs. Certes le département du Faro est l’unité
administrative dans laquelle se localisent nos sites d’enquêtes, mais l’analyse du cycle
hydrologique et de ses effets, (telles que les inondations) doit se baser sur les unités
géomorphologiques tels que les bassins versants. C’est une surface hydrologiquement close,

33
c’est-à-dire qu’aucun écoulement n’y pénètre de l’extérieur et que tous les excédents des
précipitations s’évaporent et s’écoulent par une seule section, l’exutoire. (Musy, 2004).

On distingue deux types de bassins versants : le bassin versant réel et le bassin versant
topographique (figure 5). Ce dernier est délimité par une ligne de crête ou ligne de partage
des eaux, mais celui-ci, ne tenant compte que des écoulements de surface, diffère du bassin
versant réel à cause des circulations souterraines qui ne sont pas prises en considération.
Ainsi la délimitation des bassins versants sur lesquels nous allons mener nos analyses ne peut
correspondre qu’à la délimitation faite par des lignes de crête. Chaque goutte d’eau tombant à
l’intérieur de cette ligne se dirigera vers l’exutoire du bassin versant. Si elle tombe de l’autre
côté de la ligne, elle se dirigera vers l’exutoire d’un autre bassin versant (UNCPIE, 2014). Ce
sont donc des bassins versants topographiques.

Versant

Source : Roche modifié

Figure 5. Distinction entre bassin versant réel et bassin versant topographique

La figure ci-dessus est la présentation en plan et en coupe de deux bassins versants. Il


ressort sur cette figure que les bassins versants topographiques sont délimités par des lignes de
crête. Les eaux de ruissellement de surface qui dévalent les versants se collectent dans le talweg
et sont évacuées par l’exutoire. Ils ne correspondent donc pas aux bassins versants réels, pour
lesquels leurs délimitations ne tiennent pas toujours compte des lignes de partage des eaux. Sur
la représentation en coupe des bassins versants ci-dessus, on observe que les eaux souterraines
de la montagne située au centre s’écoulent du versant gauche vers le versant droit. Donc
l’inclinaison de la pente du versant ne définit pas le sens d’écoulement.
34
Le département du Faro est composé de plusieurs bassins versants. Le bassin versant du
fleuve Faro, occupe la quasi-totalité du territoire. Il peut être décomposé en trois sous bassins :
le bassin du Faro supérieur, le bassin du Faro inférieur et le bassin du M. Déo.

Aux trois sous bassins versants du fleuve Faro, s’ajoutent le sous bassin du M. Farda et
du M. Balché (figure 5). Les cours d’eau drainent les parties Nord et Est du massif de Poli et
se jettent dans le M. Boki Affluent de la Bénoué.

Sur les cinq sous bassins versants cités plus haut, ceux du Faro supérieur et du Déo,
localisés au sud, ne sont pas concernés par le problème d’inondation et sont faiblement habités.
Pour ce faire, nous avons orienté nos analyses vers le bassin inférieur du Faro, les bassins du
mayo Farda et du mayo Balché, qui sont fréquemment touchés par les inondations.

35
Source : image SRMT, Carte hydrogéomorphologique du Nord Réalisation : Troumba Bello, 2017

Figure 6. Bassins versants

36
2.1.2. L’influence des facteurs géomorphologiques sur les différents types d’inondations

Plus concentrées au nord, dans les terrains encaissant, les piémonts du massif de Poli, et la
vallée du Faro, les populations du département du Faro sont prédisposées à différents types
d’inondations. Des inondations lentes dans le bassin versant du Faro inférieur et celles dites
rapides ou torrentielles dans la zone de montagne, notamment le bassin versant du Mayo Farda
et du Mayo Balché.

 Facteur de prédispositions aux inondations lentes

 Une topographie favorable à l’inondation fluviale et par remontée de la nappe


phréatique

Le bassin versant du Faro inférieur est l’unité géomorphologique dans laquelle se


manifestent des inondations lentes ou fluviales. Cette zone présente un relief complexe. Il
apparaît une vaste zone avec un relief assez plat, d’une altitude variant entre 164 et 250 m :
c’est la plaine alluviale du fleuve Faro. Cette vaste plaine est alors bordée à l’Ouest par
l’immense chaine des Alantika, le point le plus élevé culmine à 1786 m et à l’Est par le
contrefort du massif de Poli. Ces reliefs montagnards changent l’image de la plaine de Béka, la
rendant comme une large vallée. Ainsi, l’altitude moyenne du bassin versant s’élève à 975 m.
Cette zone est drainée par plusieurs cours d’eau de tailles variables, qui se jettent dans le fleuve
Faro : principal cours d’eau de la région. Les villages sont localisés entre la rive gauche du
fleuve et la chaine des Alantika ; et entre la rive droite et le contrefort du massif de Poli. Cette
configuration topographique limite les ruissellements diffus. Les cours d’eau qui drainent des
versants pentus se collectent dans le fleuve Faro. Ceci entraine parfois une concentration rapide
des eaux qui inondent les villages situés dans les basses terres.

37
Tchamba Pomla Béka

Source : image SRTM, Réalisation : Troumba Bello, 2017

Figure 7. Model 3D du bassin versant du Faro inférieur

On observe sur le model numérique 3D ci-dessus la configuration du relief du bassin


versant du Faro inférieur. Il ressort de ce model que la vallée du fleuve Faro a un relief
relativement plat. Alors que le bassin versant du Faro inférieur en général, bordé des massifs
montagneux, présente un relief contrasté avec une altitude moyenne assez élevée.

38
Source : image SRTM, DB SOGEFI Réalisation : Troumba Bello, 2017

Figure 8. Le relief du Faro inférieur

39
La figure ci-dessus est la représentation du relief en courbes topographiques. Elle vient
appuyer les caractéristiques du relief du bassin versant du Faro inférieur. Il ressort que le bassin
versant est une large vallée bordée par des massifs montagneux. L’espacement des courbes de
niveau dans la vallée dénote d’un terrain à faible pente favorable à la stagnation des eaux.

 Des pentes favorables à la stagnation des eaux

La platitude de terrain est une condition de stagnation des eaux. Cette platitude de terrain
s’exprime en géographie par la valeur des pentes.

La pente est définie comme la déclivité, inclinaison d’un terrain, d’une surface. (Le Petit
Larousse Illustré, 2010). La pente topographique est définie comme la tangente de l’inclinaison
entre deux points d’un terrain, donc de son angle vis-à-vis de l’horizontal. Il s’agit dont du degré
d’inclinaison d’une surface donnée. Les écoulements pluviaux ou fluviaux, comme tout autre
corps liquide, sont conditionnés par l’effet gravitaire, ce qui les oblige toujours à rechercher
un état d’équilibre pour stagner. Cependant, les plaines sont des excellentes zones de refuge.

Dans le bassin du Faro inférieur, les pentes sont faibles en général, très faibles dans la
plaine alluviale. Les valeurs des pentes se situent entre 0 et 4°, mais par endroits, sur les
versants des monts Alantika, la partie nord-ouest du massif de Poli et du mont Godé, elles
apparaissent plus importantes (figure 9). Et atteignent 50° sur les versants des Alantika. Ainsi,
les cours d’eau se confluent les unes aux autres pour se collecter dans la partie basse de la
plaine, drainée par le fleuve. Ce dernier réagit par des débordements qui inondent des terrains
bas.

40
Source : image SRTM, DB SOGEFI Réalisation : Troumba Bello, 2017

Figure 9. Les pentes du bassin versant du Faro inférieur

41
 Facteurs de prédispositions aux inondations torrentielles

 Une topographie favorable à l’inondation par crue torrentielle

Les milieux montagnards se distinguent par leur relief marqué, et des cours d’eau à pente
moyenne. Ces zones en général sont peu confrontées au problème d’inondation.

Toutefois la morphologie de terrain et la violence des pluies localisées peuvent soumettre


certaines zones de montagne aux inondations rapides suite au débordement des torrents ou
rivières torrentielles. Les crues torrentielles observées en zone de montagne se caractérisent par
leur soudaineté et leur violence. Elles se caractérisent aussi par une forte variabilité entre deux
torrents voisins mais aussi entre deux épisodes sur un même torrent (Richard, 2006). La taille
des bassins de réception dans ces zones de montagne, contribue à l’apparition rapide et brutale
des inondations, même pour une pluie qui n’est pas exceptionnelle, car ces formes de relief, en
cas de formation d’embâcles, collectent un volume d’eau de pluie important, puis les libèrent
de façon brutale. Dans le bassin versant du mayo Farda et du mayo Balché, les lignes des crêtes
sont majoritairement situées au-dessus de 1000 m (figure 10) et ce relief d’altitude se dressent
comme un croissant à la limite des bassins versants. Les cours d’eau qui prennent source au
niveau de ces lignes de partage, se confluent les uns aux autres, et convergent vers les
collecteurs principaux, qui sont le mayo Balché drainant le secteur Pintchoumba et le mayo
Kong qui draine la ville de Poli et ses environs. Cette forme de relief participe à la formation
des inondations torrentielles qui se manifestent dans ces bassins versants. La population
installée sur les terrains encaissant et les piémonts, sont donc prédisposées aux inondations
soudaine et brutale.

42
Bassins de réception

X : 08° 28’ 33’’ Y : 13°14’16 Z : 546 m cliché Troumba

Photo 1. Bassins de réception sur le flanc nord du massif de Poli

Cette image montre une partie du flanc nord du massif de Poli sur lequel nous observons
deux bassins de réception. Ces bassins réceptionnent les précipitations, qui alimentent les
torrents à l’exemple du Kong.

43
Pintchoumba Poli

Source : image SRTM, DB SOGEFI Réalisation : Troumba Bello, 2017

Figure 10. Model 3D du bassin versant du Mayo Farda/Mayo Balch

44
Ce model numérique 3D expose le relief des bassins versants du M. Farda et du M.
Balché. Un observateur placé au Nord a une meilleure vue sur le relief particulièrement dressé
comme un réceptacle. Cette forme de relief explique l’apparition des inondations par crues
torrentielles car lors des grandes sollicitations, les cours d’eau principaux collectent les eaux
qui dévalent les versants et débordent de façon soudaine. En outre, juste après avoir traversé la
ville de Poli, le Kong (collecteur principal) va frayer son passage en formant un coude entre le
Hosséré Farda et le Hosséré Niga (figure 11). Ce qui rend difficile l’évacuation des eaux lors
des grandes pluies, et favorise par conséquent la montée rapide des eaux en amont.

45
Source : image SRTM, DB SOGEFI Réalisation : Troumba Bello, 2017

Figure 11. Le relief du bassin versant du M. Farda et du M. Balché 46


La figure 11 est la représentation du relief en courbes topographiques de bassins versants
du mayo Farda et du mayo Balché. Le point le plus haut culmine à 1934,75 m d’altitude au
niveau du Hosséré Vokré et le point le plus bas est à 293 m et se localise à la confluence du M.
Balché et du M. Farda. La configuration des courbes de niveau dénote que le relief est accidenté,
il apparaît même par endroit des estompages qui dénotent la raideur des versants. L’influence
des pentes sur l’écoulement des eaux de surface se traduit par une réponse hydrologique très
courte lors des pluies intenses et localisées. Ceci explique davantage la soudaineté et la brutalité
des inondations qui se manifestent dans ces bassins versants.

 Des pentes fortes

Les bassins versants du Mayo Farda et du Mayo Balché ont respectivement une superficie
de 406,59 et 399,51 km². Pour caractériser le relief du bassin versant, il est important pour nous
de faire les calculs des pentes. Ces dernières en fonction des caractéristiques sont regroupées
en trois classes : faibles, moyennes et fortes. Le calcul des pentes s’effectue grâce à la formule
générale qui se présente comme suit :

Dénivellation
P= x 100
𝐷𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒 ℎ𝑜𝑟𝑖𝑧𝑜𝑛𝑡𝑎𝑙𝑒

Dénivellation = différence d’altitude (altitude la plus élevée — l’altitude la plus basse).


C’est ainsi que les pentes du bassin versant du mayo Farda et du Balché sont fortes sur
les flancs de montagnes et plus ou moins faibles dans les parties aval (figure 12). Les pentes
générales moyennes sont d’environ 15%.

47
A

Poli

B
Bagdonko

Pintcoumba

Source : image SRTM Réalisation : Troumba Bello, 2017

Figure 12. Profils topographiques dans les bassins versants du M. Farda et du M. Balché

Ces profils topographiques ont été réalisés sur les bassins versants du M. Farda et du M.
Balché. Le profil A réalisé sur le trait de coupe : Hosséré Vokré-Hosséré Farda, en passant par

48
la ville de Poli, fait 14 km de long. La pente maximale du trait de coupe est de 37°, observée
sur une distance de 1 km (annexe 4). De même, sur le profil B, le trait passe du Hosséré Vockré
au quartier Bagdonko, faisant 15 km de long. La pente maximale est 31°, sur une distance de 3
km (1/5 du profil). Quant au profil C le trait de coupe relie le Hosséré Balché et Pintcoumba.
La pente maximale est 32° pour une longueur de 880 m (Annexe 4).

Ces profils en général présentent une pente forte en amont et faible en aval. Cette
configuration du relief se résulte par une vitesse des ruissellements forte et une accumulation
importante d’eau en aval, d’autant plus que les ruissellements sont convergents. Ceci entraine
les crues soudaines des cours d’eau. Comme le souligne Pagney (1994) une telle configuration
du relief explique le débordement soudain des cours d’eau.

Les pentes générales de bassins versants du mayo Farda et du mayo Balché sont
importante en amont et faible en aval. Elles varient de 0 à 50° (figure 13).

49
Source : image SRTM, DB SOGEFI Réalisation : Troumba Bello, 2017

Figure 13. Pentes de bassins versants du Mayo Farda et du Mayo Balché

50
L’analyse de la figure donne des informations générales sur la valeur des pentes de ces
bassins versants. Les pentes sont concentrées entre 0 et 10° dans les parties aval et les secteurs
à très fortes pentes (50°) représentent les versants des montagnes

Aux altitudes et aux pentes s’ajoutent les orientations des versants pour caractériser le
relief d’un territoire (Kaouass et al., 2011). Dans la zone de montagne du massif de Poli, les
versants dominants sont exposés au nord et au sud.

Versants nord Versants est Route principale

Versants sud Versants ouest Localisation de village

Source : image SRTM, DB SOGEFI Réalisation : Troumba Bello, 2017

Figure 14. Exposition des versants de bassins de Mayo Farda et Mayo Balché

Sur cette carte d’exposition des versants, chaque facette du relief est représentée par
une couleur correspondant à une orientation. On constate donc que les versants dominants sont
51
ceux représentés par la couleur verte et rouge, respectivement les versants exposés au nord et
au sud. Ce qui rend cette zone comme un couloir.

2.2.3. L’influence des Facteurs pédologiques, hydrologiques et météorologiques

 Les facteurs pédologiques

Le sol est un milieu poreux dans lequel vivent des micro et macro-organismes du
monde végétal et animal. C’est un réservoir car il peut stocker de l’eau en remplissant
partiellement ou totalement sa porosité. Cette capacité de stockage dépend de la composition
granulométrique des éléments solides du sol (texture), du mode d’arrangement de ces éléments
avec la matière organique (structure) et de leur nature minéralogique (Montoroi, 2012). L’eau
non stockée s’écoule en profondeur (verticalement ou latéralement) pour alimenter les
nappes souterraines, les lacs et les rivières. L’infiltration de l’eau dans le sol dépend de la
porosité de celui-ci. Lorsque que l’infiltration devient lente, une stagnation en surface est
possible. Si ce phénomène se produit dès la surface, l’eau ne pourra pas s’infiltrer et s’écoulera
par ruissellement en suivant la pente topographique. Au-dessus d’une nappe phréatique plus
ou moins mobile latéralement, l’eau qui s’infiltre depuis la surface remplit progressivement la
porosité et sature le sol en remontant vers la surface. Le manque d’absorption de l’eau par
les sols est l’une des principales causes des inondations. Lorsque l’intensité des pluies est
supérieure à la capacité d’infiltration de la surface du sol, on parlera de ruissellement «
hortonien ». En revanche, un sol, partiellement ou totalement saturé en eau par une nappe
souterraine superficielle, génèrera du ruissellement « par saturation ». La répartition des sols
varie avec, le substratum et le relief.

D’après les travaux de Martin et al. (1996), la partie nord et ouest du département du
Faro sont formées principalement : des lithosols ou sols peu évolués et des sols hydromorphes.
Dans la zone des montagnes, notamment dans le massif de Poli et les Monts Alantika, c’est le
domaine des sols minéraux bruts et peu évolués, nous avons les sols lithosoliques. Définis
comme des antis sols pauvres en strate en raison des pentes escarpées ou des matériaux
dégradable qui les constituent, les orthents, nommés lithosol dans classification des sols de la
FAO, sont des sols extrêmes superficiels. La plupart de ce sol se trouve dans la région
montagneuse et escarpée comme le massif de Poli et les Alantika. Ainsi, l’humectation rapide
de ces sols à cause de leur faible épaisseur, conduit à un transfert important à l’échelle des
versants lors des pluies intenses et prolongées.

52
Á l’ouest de Poli et dans toute la vallée du Faro, on trouve des sols hydromorphes à
pseudo-gley, dont la formation dépend d’un des processus importants de la pédogenèse :
L’hydromorphie de surface caractéristique des vertisols. Celle-ci consiste en un engorgement
temporaire de l’horizon supérieur. Deux facteurs principaux interviennent :

- présence d’un minéral argileux gonflant, la montmorillonite, qui diminue très fortement la
perméabilité de l’horizon considéré dès que l’eau s’y infiltre, pouvant conduire à une
asphyxie totale pendant une grande partie de l’année ;

- insuffisance quantitative du fer dont le rôle dans les sols rouges tropicaux est justement
d’empêcher le gonflement de la montmorillonite, conservant ainsi au sol un excellent
drainage.

En début de saison humide, l'humectation concerne toute l'épaisseur du sol, les


fentes de retrait et la structure prismatique, facilitant la pénétration de l'eau. La prise en
masse de ces horizons, suite au gonflement limite le drainage vertical, facilite l'établissement
de la saturation dans les horizons superficiels poreux, puis l'accumulation des eaux en surface
et l'inondation de la partie basse de la séquence (Vizier, 2010).

Ainsi, le rôle du sol hydromorphe à pseudo-gley dans la genèse des inondations est dû
au changement des caractéristiques de ce dernier au fil de la saison. Entre Avril-Juillet, c’est la
phase de l’humectation et de gonflement ; Août-Septembre : phase de saturation et Octobre-
Novembre : la phase de dessèchement (annexe 5).

 Influence du réseau hydrographique

Le Département du Faro, compte tenu de son relief particulièrement accidenté, les multiples
montagnes disséminées sur les 11778 km² ont édifié un réseau hydrographique très dense. En
ce qui concerne les sites enquêtés, connaissant les problèmes d’inondation, les bassins versants
réactifs et les principaux cours d’eau sont : le fleuve Faro, le mayo Balché et le Kong. La forme
des bassins versants, la densité de drainages et la typologie des cours d’eau déterminent la
réponse hydrologique lors d’une sollicitation.

 Caractéristiques géométriques

La forme d'un bassin versant influence la vitesse de montée des eaux dans les rivières
et fleuves lors des périodes pluvieuses intenses (Musy, op. cit). Par exemple, une forme allongée
favorise, pour une même pluie, les faibles débits de pointe de crue, ceci en raison des temps
d'acheminement de l'eau à l'exutoire plus important. Ce phénomène est lié à la notion de temps

53
de concentration. En revanche, les bassins en forme d'éventail, présentant un temps de
concentration plus court, auront les plus forts débits de pointe. Il existe différents indices
morphologiques permettant de caractériser le milieu ou de comparer la forme des bassins
versants entre eux. Prenons l'indice de compacité de Gravelius (1914) KG défini comme le
rapport du périmètre du bassin au périmètre du cercle ayant la même surface :

Avec :

KG est l'indice de compacité de Gravélius,

A : surface du bassin versant [km2],

P : périmètre du bassin [km].

Cet indice fut déterminé à partir des calculs du périmètre et de la surface de bassins
versants, sur ‘’Globbal Mapper’’ via l’outil ‘’Feature info tool’’. Il est proche de 1 pour un
bassin versant de forme quasiment circulaire et supérieur à 1 lorsque le bassin est de forme
allongée.

Il ressort que les bassins versants du Faro inférieur, M. Farda et du M. Balché ont des indices
de compacités supérieurs à 1. Ceci nous permet de confirmer que la forme des bassins versants
n’explique pas la montée des eaux.

 Densité de drainage

Sous un climat soudanien et un relief accidenté, dominé par des massifs montagneux, les
cours d’eau dans les bassins du mayo Farda et du mayo Balché sont très denses. Ce qui favorise
une concentration rapide dans les collecteurs principaux et engendre de débordements.

 Topologie : structure du réseau et ordre des cours d'eau

Par topologie, on entend l'étude des propriétés géométriques se conservant après


déformations continues. Par extension, la topologie étudie les notions de voisinage et de limite.
Appliquée à l'hydrologie, la topologie s'avère utile dans la description du réseau hydrographique
notamment en proposant une classification de ceux-ci. Dans le Faro, on y trouve les réseaux
dendritiques c’est-à-dire que les cours d’eau sont ramifiés comme les branches d’un arbre. Ils
sont de type chêne dans les bassins versants du Mayo Farda et du Mayo Balché, alors que dans
le bassin versant du Faro inférieur, plus allongé et vaste, le réseau est de type peuplier.

54
L'ordre des cours d'eau est donc une classification qui reflète la ramification du cours
d'eau. Il existe plusieurs types de classifications des tronçons des cours d'eau, dont
la classification de Strahler (1957) qui est la plus utilisée.

Elle se base sur les règles suivantes :

- Tout cours d'eau dépourvu de tributaires est d'ordre un ;


- Le cours d'eau formé par la confluence de deux cours d'eau d'ordre différent
prend l'ordre du plus élevé des deux ;
- Le cours d'eau formé par la confluence de deux cours d'eau du même ordre est augmenté
de un.

Conformant à la classification de Strahler, les bassins versants du mayo Farda et du mayo


Balché atteignent le quatrième (4ème) ordre, car de l’amont à l’exutoire, la confluence entre les
cours d’eau importants va croitre jusqu’atteindre le 4e ordre. Mais quant au bassin du Faro
inférieur il est d’ordre 2, le réseau peuplier n’a visiblement qu’un seul cours d’eau principal.
Cette classification permet de décrire sans ambiguïté le développement du réseau de drainage
d'un bassin de l'amont vers l'aval et donne une idée sur la probabilité d’apparition des crues lors
d’une sollicitation. Ceci explique donc le pourquoi les inondations dans le Faro inférieur sont
lentes et celles de bassins du Mayo Farda et du Mayo Balché sont violentes.

 L’influence des facteurs météorologiques


Bien qu'il s'agisse d'une évidence, il est crucial de rappeler que la cause quasi unique des
inondations au sens de facteur déclenchant, sont les précipitations. La transformation de la pluie
en débit dépend de facteurs nombreux et complexes, mais en dernière analyse l'eau vient
presque toujours de la pluie, que ce soit directement, par le ruissellement, ou indirectement, en
gonflant les cours d'eau et les nappes phréatiques.

 Variation annuelle des précipitations


Sont dénommées précipitations toutes les eaux météoriques qui tombent sur la surface de la
terre, tant sous forme liquide que sous forme solide et les précipitations déposées ou occultes.
Le Faro est soumis à un climat de type soudanien avec deux saisons : une saison sèche et
une saison pluvieuse. La saison pluvieuse s’étale d’Avril à Octobre et la saison sèche quant
à elle, débute en Novembre et fini en Mars. Les précipitations sont inégalement réparties sur

55
les 07 mois pluvieux. Le mois d’Août et septembre sont les plus pluvieux (figure 15). On
enregistre en moyenne 90 jours de pluie par an7.

450 409,7
400
350
298,3
300
hateur en mm

249,1
250
175,5 176,5 187,6
200
150
100
50 7,6
0 0 0 0
0
Jan Fèv Mar Avr Mai Juin Juill Aoùt Sept Oct Nov Dec
mois

Précipitations

Source : DDADER Poli Réalisation : Troumba Bello

Figure 15. La répartition des précipitations annuelles enregistrées à la station de Poli en 2011

Cette figure illustre la répartition des précipitions annuelles dans le département du Faro.
La pluviométrie varie de 0 mm (Décembre, Janvier, Février, Mars) à 409,7 mm (Août). Il
ressort de cette figure que les plus importantes quantités pluviométriques mensuelles sont
réparties entre les mois de Juillet, Août et Septembre. Ces trois mois concentrent l'essentiel du
cumul saisonnier. La quantité d’eau précipitée au mois de juillet, Août et septembre, est de
957,1 mm, soit 63, 62% du total annuel. Ce qui peut saturer le sol. Ce dernier en cas de
saturation réagit en laissant ruisseler une bonne partie des eaux de pluies qui gonflent
rapidement les cours d’eau. Ce qui explique les manifestions des inondations toujours au mois
Août et/ou Septembre.

 Variabilité interannuelle des précipitations

L’analyse annuelle des précipitations constitue un facteur clé pour comprendre la


dynamique des écoulements en rivière et la fréquence des inondations assujetties aux
conditions du régime hydrologique (Hangnon, 2009). Cette étude des précipitations annuelles

7
La moyenne calculée à partir de la série 2001-2015
56
présente l'avantage de décrire et de caractériser leur distribution dans le temps et dans l'espace.
Elle permet également d'apprécier l'ampleur des déficits et des excédents (les années sèches et
les années humides). Dans le département du Faro, quant à la série 2001-2015, l’année la moins
pluvieuse a 1270,8 mm de précipitations (Tableau 2). La moyenne des précipitations dans le
Faro est nettement supérieure à la moyenne de la région du Nord.

Tableau 2 : des données pluviométries de 2001 à 2015


Années HT NJ
2001 1480,9 84
2002 1496,3 99
2003 1536,5 113 HT : volume d’eau tombée en mm
2004 1631,5 108
2005 1525,4 107 NJ : nombre de jours de pluies
2006 1656,3 101
2007 1522,3 98
2008 1394,8 97
2009 1403,2 74
2010 1394,8 88
2011 1504,2 80
2012 2064,4 96
2013 1270,8 73
2014 1316,9 65
2015 1545,3 61
Source : DDADER de poli

57
2500

2000

1500

1000

500

0
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Années

Précitations Jours pluie

Source : DDADER de Poli Réalisation : Troumba Bello, 2017

Figure 16. Pluviométries comparées dans le Faro entre 2001 et 2015

Ce graphique présente la répartition annuelle des précipitions et le nombre des jours de


pluies. Il en ressort que les précipitations et le nombre des jours de pluies sont importants. La
variation des précipitations au cours des années est observable, mais la série ne connait pas des
années sèches.

3,5
3 2,964
2,5
2
1,5
1
0,757
0,5 0,623

0,109 0,049 0,032 0,157


0 -0,106 -0,065
-0,191
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
-0,5
-0,656 -0,611 -0,656
-1 -1,077
-1,327
-1,5
-2

Source : DDADER Poli Réalisation : Troumba Bello, 2017

Figure 17. L’écart à la moyenne

58
Cette courbe montre les écarts à la moyenne des précipitations couvrant la période de
2001 à 2015 en fonction des seuils de la pluviométrie de la station météorologique de Poli.
Sous un climat soudanien, la pluviométrie présente une importante variabilité interannuelle.
Sur les 15 années d'analyse de la pluviométrie, la moyenne interannuelle est de 1516,25
mm avec un écart type de 184,93 mm, et divise la série en deux : 07 années excédentaires
et 08 années déficitaires. Le minimum pluviométrique est intervenu en 2013 (1270, 8 mm),
année au cours de laquelle on a enregistré un déficit de -245,45 mm. Le maximum, pour sa part
est survenu en 2012 (2064,4 mm) avec un excédent de 548,14 mm (soit 36, 15%) par rapport
à la moyenne interannuelle.

Durant cette période, se distinguent les phases suivantes:

- une courte période légèrement déficitaire, les années 2001 et 2002 ;

- une longue période pluvieuse de 2003 à 2007 avec l’année 2006 considérée comme la plus
pluvieuse;

- une longue période déficitaire de 2008 à 2011;

- après ces longues périodes, la saison a évolué en dents de scie alternant saison
pluvieuse et saison déficitaire sur la période allant de 2012 à 2015, avec un pic des précipitions
en 2012, suivie d’un déficit remarquable en 2013, puis un autre déficit en 2014 et enfin la courbe
croit.

En somme, bien que les années déficitaires semblent plus nombreuses que les années
pluvieuses, il est à noter que la somme des écarts à la moyenne nous donne un résultat supérieur
à 1. Ce qui signifie que l’ensemble de la série est donc une période pluvieuse.

La responsabilité relative aux causes des inondations est partagée car loin de tout fonder
sur les modifications physiques des phénomènes, il faut admettre la part de responsabilités
des sociétés.

2.2. Les facteurs anthropiques d’aggravation des inondations

L’implantation des sociétés répond à des logiques stratégiques de ressources, elles


se sont installées à proximité des cours d’eau, sur les flancs fertiles des volcans…Aussi, les
sociétés qui subissent les conséquences du risque et des catastrophes, peuvent en être la cause
ou du moins un facteur aggravant ( Defossez, 2009).

59
2.2.1 Une occupation non contrôlée de l’espace

En réalité les inondations sont restées récurrentes sous l’effet conjugué des facteurs
topographiques, hydrogéologiques et climatiques précédemment décrits. Mais elles sont
ressenties de façon plus prononcée ces derniers temps, du fait de l’extension des
établissements humains dans les plaines d’inondation jadis colonisées uniquement pour leurs
fertilités agricoles pour les cultures de décrues. Cette forme d’utilisation saisonnière de ces
espaces riches en limons a cédé, au fil des ans, la place à un habitat implanté de façon non
contrôlée et surtout non adaptée au milieu inondable. Les villages dans le bassin du Faro
inférieur sont repartis dans la plaine alluviale sans se soucier du risque qu’ils courent. C’est le
cas du village Ouro-Bei, Ouro-Kessum, Wouro Bornu…. Qui sont situés dans des zones basses
inondables.

D’autre part certains villages se sont installés dans des îles créées par la division du
fleuve Faro en plusieurs bras. En fait le fleuve Faro dans sa partie aval se divise en deux bras,
puis en trois pour donner naissances au Mayo Hesso8. Cependant, les villages tels que
Toumbidé, Pitoa, Roumdé… se localisent dans des îles formées par ces bras. Ce qui les expose
davantage aux inondations.

Par ailleurs dans la ville de Poli, certaines habitations se localisent à proximité des
rivières torrentielles, Or ces secteurs ont connu dans le passé des inondations brutales.

2.2.2 Impact des activités agricoles

La destruction du couvert végétal à des fins agricoles et/ou d’installation humaine


contribue à la genèse des inondations. En effet, la végétation joue un rôle important dans
l’infiltration; elle retient l’eau qui tombe en diminuant la vitesse de ruissellement et protège le
sol. La destruction de la végétation naturelle au profit des champs, et des zones de pâturage,
favorise la propagation des crues et inondations. Les habitants du département du Faro ont pour
principale activité l’agriculture. Une agriculture extensive basée sur des techniques agricoles
traditionnelles. Les techniques agricoles utilisées pour la prédation de champs sont le défrichage
et le feu de brousse répétitif (Photo 2). Ces techniques accélèrent le processus de dégradation
du couvert végétale, et expose le sol, qui accentue la vitesse de ruissellement.

8
Nom en langue peuls du bras Ouest du fleuve Faro, mayo Hesso signifie nouveau cours d’eau. D’après les dires
des vieillards, le cours d’eau fût tracé en pleine saison sèche à l’aide d’un bâton par le chef traditionnel de Béka
puis l’eau a emprunté le tracé la saison suivante.
60
X : 08° 34’11’’ Y : 13° 03’11’’ Z : 294 m Cliché Troumba

Photo 2. Arbre et arbustes dévastés après passage du feu

Sur cette photo, on observe des arbres et arbustes totalement dévastés par le feu, cette
pratique fragilise le couvert végétal, qui ne peut plus jouer son rôle de tapis naturel, puis qu’un
sol nu est exposé à l’érosion par la violence des gouttes de pluies (effet splash) et les
écoulements. Ceci augmente par conséquent la vitesse du ruissellement des eaux, qui
contribuent à la montée des eaux dans les cours d’eau et la naissance des inondations.

2.2.3 Les aménagements infrastructurels non adaptés

La réalisation non maîtrisée de certains ouvrages d’art de franchissement, participe à la


montée rapide de niveau d’eau dans les rivières, en ce sens que ces ouvrages se présentent
comme des embâcles, encombrent le lit du cours d’eau et limitent l’évacuation des eaux. C’est
le cas du radier construit en 2015 sur le M. Balché au niveau de Pintchoumba. Après plusieurs
échecs des ponts qui sont emportés respectivement par les crues de 2007 et de 2014, le pont fut
remplacé par un radier en vue de contrecarrer la violence des crues, laissant passer l’eau chargée
des matériaux solides par-dessus.

61
B
A

X : 08° 29’ 30’’ Y : 13°26’16’’ Z : 327 m X : 08° 29’ 30’’ Y : 13°26’16’’ Z : 327 m

Cliché Troumba

Planche 1. Un ouvrage mal construit.

Cette planche illustre un ouvrage construit sans tenir compte du danger que peuvent
courir les enjeux situés en amont. Cet ouvrage est réalisé au niveau du mayo Balché, l’un des
plus brutaux cours d’eau de Poli. Comme on l’observe sur la photo A, celle de la partie amont
du cours d’eau, les matériaux charriés sont bloqués par le radier, et le cours d’eau est entrain de
combler son lit. Or sur la photo B, le cours d’eau est en train de creuser son lit davantage.

La réalisation de tels ouvrages augmente la probabilité de débordement en amont,


surtout que le cours est alimenté par plusieurs torrents qui prennent source dans le massif de
Poli et du Hosséré Balché.

Parfois, la construction des radiers à travers les cours d’eau importants conduit à
l’obstruction des canaux par les volumes des matériaux charriés, le lit amont du cours se comble
au fur et à mesure. Ceci peut conduire à l’ensevelissement total du radier. Parfois, il arrive que
le cours d’eau change de passage par défluviations (photo 3).

62
X : 08° 31’ 15’’ Y : 13°26’16’’ Z : 227 m Cliché Troumba

Photo 3. Un radier complètement enseveli.

Sur cette photo, on observe un radier totalement enseveli, avec un tas de quartz en
avant plan. Les encerclés rouges que nous voyons au second plan, indiquent les Poteaux en
béton coulé au-dessus du radier. Sans ces poteaux, on ne saurait l’existence d’un radier à cet
endroit. Ce cours d’eau, comme on le remarque, a complétement comblé son lit, ce qui l’oblige
à changer de direction en dévastant une partie d’un champ de maïs en arrière-plan.

2.2.4 La question de la responsabilité humaine sur les dérèglements climatiques

Nous avons peut être su bien divisé la terre en plusieurs pays indépendants, mais nous
ne pourrons jamais diviser l’atmosphère. Nos actions, où qu’elles soient, ont de répercussion
dans le monde entier.

Les causes humaines indirectes liées aux modifications climatiques globales par
émissions de gaz à effet de serre qui entraînent la fonte des glaciers et qui provoquent une
montée du niveau des océans, des cours d'eau, et qui entrainent des pluies intenses, sont de nos
jours des réalités incontestables. Selon plusieurs auteurs, la fréquence et la gravité des
inondations dans le monde actuel, a pour principale cause le changement climatique, dû à l’effet
de serre additionnel. Au fil des années, des inondations suite aux pluies intenses touchent de
plus en plus les populations situées en bordure des cours d’eau ou dans des zones accidentées
ou mal drainées.

63
« D’après les simulations de la GIEC, 2007, il est probable que dans les années 2080 des
millions de personnes supplémentaires seront inondées chaque année à la suite de l’élévation
du niveau de la mer et des pluies exceptionnelles. Les zones très peuplées et de faible altitude
où la capacité d’adaptation est relativement faible et qui sont déjà confrontées à d'autres défis
tels que la pauvreté et la sous scolarisation sont particulièrement en danger. Le nombre de
personnes touchées sera plus grand dans les villes d'Asie et d’Afrique.

Toutefois, la libération des gaz dans l’atmosphère par les différentes activités des
hommes, contribue au réchauffement climatique et aux pluies intenses qui s’en suivent et
provoquent des inondations.

CONCLUSION

En somme, il est à noter que plusieurs facteurs sont à l’origine des inondations dans le
Faro. Ce sont les facteurs physiques et humains agissant conjointement qui génèrent les
inondations. Il est certain que les pluies intenses sont les événements déclencheurs des
inondations dans les bassins versants du Faro inférieurs, Mayo Farda et du Mayo Balché. Le
relief est un facteur déterminant responsable des inondations dans la zone de montagne et le sol
dans la zone de plaine. L’impact des activités de l’homme sur l’environnement comme un
facteur aggravant.

64
CONCLUSION DE LA PREMIÈRE PARTIE

Les bassins versants du Faro inférieur, du Mayo Farda, et du Mayo Balché, font face à
trois types d’inondations bien distincts dont deux sont les plus importants : des inondations
rapides et brutales, qui concernent les bassins du Mayo Farda et du Mayo Balché ; des
inondations Fluviales. Les inondations par remontée de la nappe phréatique, rencontrées dans
le bassin versant du Faro inférieur sont peu étendues. Cependant, plusieurs éléments
concourent au déclenchement de ces inondations dans les différentes zones. Ce sont : les
caractéristiques physiques et les actions humaines.

65
DEUXIÈME PARTIE. MANIFESTATIONS ET CONSÉQUENCES DES
INONDATIONS DANS LES BASSINS VERSANTS DU FARO INFERIEUR, DU MAYO
FARDA ET DU MAYO BALCHÉ.

66
INTRODUCTION DE LA DEUXIÈME PARTIE

Les inondations dans les bassins versants du Faro inférieur, du mayo Farda et du mayo
Balché, sont identifiés plusieurs types d’inondation qui se manifestent de façon différente. Par
crue brutale d’une part et par crue lente d’autre part. Comme tout accident naturel, les
inondations, laissent toujours des traces et reste en mémoire des populations touchées, qui ne
tardent pas à trouver des solutions au problème, pour accroitre leur résilience en cas du retour
du phénomène. Dans cette partie, il est question pour nous d’expliciter comment les inondations
se manifestent et d’estimer les conséquences des inondations et de présenter les différentes
techniques de lutte et d’adaptation mises sur pied par les populations.

67
CHAPITRE 3. MANIFESTATIONS DES INONDATIONS DANS LES BASSINS DU
FARO INFERIEUR, DU MAYO FARDA ET DU MAYO BALCHÉ

INTROTUCTION

Dans le monde, on rencontre plusieurs types d’inondations : des inondations pluviales,


par submersion marine, par remontée de la nappe phréatique, fluviales, torrentielles... Ces
différentes inondations ne se manifestent pas de la même manière. Dans les bassins versants du
Faro inférieur, du Mayo Farda et du Mayo Balché, on rencontre principalement trois types
d’inondations. Il est question dans ce chapitre de présenter les différents types d’inondations
afin de mieux expliciter leurs manifestations.

3.1. Différents types d’inondations rencontrées

Le département du Faro a des caractéristiques orographiques distinctes. Il a été dans


le passé victime de plusieurs épisodes d’inondations dont les différents types dépendent
largement des violences des précipitations et des réponses hydrologiques des bassins versants
concernés. On enregistre trois types d’inondations dans ces bassins versants : les inondations
fluviales, torrentielles et par remontée de la nappe phréatique.

3.1.1. Inondations fluviales

On parle des inondations fluviales ou de plaines lorsque le cours d’eau sort lentement de
son lit mineur et inonde la plaine pendant une période relativement longue. La rivière occupe
ensuite son lit moyen et éventuellement son lit majeur, en fonction de l’intensité des crues.

Les inondations d’origine fluviale proviennent pour une faible part des précipitations
tombées dans la zone en question. Elles ont pour principale cause la montée des eaux en amont
des bassins versants provoquée par les fortes pluies qui se déversent sur une grande
superficie. Les crues, nourries par des écoulements importants qui dévalent de l’amont,
inondent les berges bien au-delà des plaines d’inondation (Qazi Kholiquzzaman, 2006).

Le bassin versant du fleuve Faro, vaste de 24000 km² collecte des précipitations tombées
dans la région de l’Adamaoua située plus en altitude et celles de la région du Nord. Subdivisé
en trois bassins versants, les inondations se font ressentir dans la partie aval, dont dans le bassin
du Faro inférieur. Il s’étend sur une superficie de 4258,7 km² et son lit majeur fait plus de 7 km
68
de large. Ainsi, l’inondation fluviale lorsqu’elle se manifeste, l’eau qui déborde submerge les
terres agricoles et les habitations.

Lit majeur

Figure 18. Le profil transversal du lit du fleuve Faro (Tumbindé)

Le profil transversal ci-dessus illustre la largeur du lit fluvial du Faro. Comme nous
l’observons, le lit majeur du Faro traversant le village Tumbindé fait environ 6 km. Il se
présente comme une large vallée bordée de part et d’autre.

3.1.2. Inondations rapides ou torrentielles

Les torrents sont des cours d'eau de faible longueur, à forte pente, supérieure à 6% (Bernard,
1927 in Richard, 1997). Ils présentent des débits irréguliers et des écoulements très chargés.
Ils sont générateurs des inondations accompagnées de phénomènes d'érosion,
d'affouillement et d'accumulation massive de matériaux (PPR Pierre-vert, 2012). Elles
concernent des bassins versants de taille modeste. Un torrent comporte généralement trois
parties : un bassin de réception, un canal d’écoulement et un cône de déjection (figure 19). Ces
inondations se localisent dans le secteur de Poli, précisément dans les bassins de Mayo Farda
et de Mayo Balché.

69
Figure 19 . Le torrent

La figure ci-dessus illustre les différentes parties d’un torrent de montagne. On observe de
l’amont vers l’aval : un bassin de réception sous forme d’un entonnoire, recepteur des eaux de
pluies ; un chénal d’écoulement qui se caractérise par un transport des eaux et des matériaux
solides et enfin un cône de déjection caractérisé par le dépôt des matériaux érodés.

Dans le massif de Poli, plusieurs bassins de reception accumulteurs des eaux de pluies sont
observables (photo 4). Les cours d’eau alimentés par ces bassins se caractérisent par des
débordements brutaux et violents lors des orages qui se déplacent lentement.

70
X : 08° 32’ 19’’ Y : 13°03’12 Z : 383 m Cliché Troumba

Photo 4. Bassin de reception sur le massif de Poli

La prise de vue ci-dessus, illustre un système torrentiel dans le massif de Poli, plus
précisement dans le village fignolé. Elle démontre les composantes du système torentiel, avec
les mêmes caractéristiques déjà décrites au niveau de la figure 19. Nous observons en avant-
plan des cases témoins de l’installation humaine dans ces zones.

3.1.3. Inondations par remontée de la nappe phréatique

On parle d’inondation par remontée de la nappe phréatique, lorsqu’après une ou plusieurs


années pluvieuses, la nappe (masse d’eau contenue dans le sol) affleure le terrain et provoque
une inondation spontanée. Ce phénomène concerne surtout les zones basses ou mal drainées.
Elles sont lentes et peuvent perdurer plusieurs semaines. Peu étendues dans la zone, mais elles
sont ressenties dans certains quartiers bas comme Coussilé et Laisse-Ouro.

3.2. Manifestation des différents types d’inondations


3.2.1. Inondation fluviale

L’inondation fluviale se manifeste par un débordement lent d’un cours d’eau principal à
faible pente. Les bassins versants dans lesquels se produisent des débordements fluviaux sont

71
de grandes superficies, avec un réseau hydrographique bien dense. Lorsque des pluies intenses
tombent sur tout le bassin versant, les ruissellements se concentrent dans les cours d’eau et les
cours d’eau se jettent dans les collecteurs principaux tels que les fleuves. Les charges de
sédiments transportées de l’amont par les cours d’eau se déposent et réduisent la capacité
de drainage du fleuve et favorisent par conséquent le débordement des eaux. L’occupation des
lits des rivières à des fins agricoles ou d’habitation dans la plaine alluviale limite l’écoulement
des flots et augmentent la susceptibilité des inondations. Ainsi, les crues s’étalent sur une
très grande surface avec une longue durée de stagnation.

 Expansion des crues et la hauteur de submersion

Le débordement du fleuve Faro, compte tenu de la faible dénivellation, se caractérise


par le déversement d’eau sur une grande superficie. Ces eaux s’étalent sur plusieurs hectares
engendrant beaucoup des pertes agricoles.

En Août 2012, suite aux précipitations intenses qui se sont abattues dans toute la région
du Nord, le fleuve Faro a connu un débordement lent qui a inondé environ 32200 hectares de
terres (figure 20), touchant des cultures et des villages situés à proximité. Les crues du fleuve
Faro se caractérisent par une hauteur de submersion plus ou moins faible. Elle dépasse
difficilement 50 cm dans le lit majeur périodique, où sont installées les populations. Mais le lit
moyen qui est convoité pour ces terres fertiles, connait de longue période de submersion avec
des hauteurs qui dépassent un (1) mètre.

A la différence des crues torrentielles, les débordements fluviaux ne causent pas trop
d’impacts physiques sur les enjeux. Les dégâts sont dus à la durée de submersion pouvant faire
plusieurs jours. Les routes desservant les différentes localités sont inondées presque chaque
année (photo 5). Ce qui rend très difficile la circulation.

72
X : 09° 03’ 16’’ Y : 12°52’49’’ Z : 288 m Cliché Troumba

Photo 5. Route inondée entre Ouro Bornu et Béka

Cette image a été prise près du village Ouro Bornu, c’est une route inondée reliant le
canton de Béka à la République Fédérale du Nigeria. On dirait un cours d’eau, cette route est
submergée à 40 cm et sur plus de 400 m de long. D’après les témoignages des enquêtés, le
débordement du fleuve Faro a inondé cette route en 2012 sur plusieurs kilomètres. Ainsi les
échanges entre l’arrondissement de Béka et les villes nigérianes s’effectuaient qu’en pirogue,
pour une bonne partie du trajet. En général, le transport automobile avait entièrement fait place
à la pirogue. Ceci pour les entrées et sorties dans l’arrondissement de Béka, ou pour se rendre
dans un autre village. Les trois bras du fleuve Faro se sont presque touchés. Les villages-îles à
l’instar de Tumbidé, Pitoa et Roumdé ont été presque submergés.

73
Figure 20. Simulation numérique des inondations de 2012 dans le Bassin versant du Faro
inférieur

74
3.2.2. Manifestation des inondations rapides ou torrentielles

Les inondations par crue de torrent concernent des zones montagneuses, avec des cours
d’eau à fortes pentes, qui prennent source dans des larges bassins de réception. Ainsi, lorsque
des précipitations intenses et localisées, telles des orages violents, tombent sur un bassin
versant modeste, les eaux de ruissellement se concentrent rapidement dans le cours d’eau
collecteur, engendrant des crues torrentielles, brutales et violentes, car le cours d’eau transporte
de grandes quantités de sédiments et de flottants (bois morts…) et se traduit par une forte
érosion du lit et un dépôt de matériaux transportées.

Dans les bassins versants du mayo Farda et du mayo Balché, on observe des nombreux bassins
de réception sur les flancs des massifs montagneux qui se dressent tout autour comme un
réceptacle. Les torrents qui prennent source dans ces massifs se concentrent et convergent vers
les collecteurs principaux et occasionnent les crues. Ceci explique les manifestations brutales
et soudaines des inondations. Le temps de concentration est inférieur à 12h ce qui rend parfois
difficile voire impossible d’alerter la population.

Ainsi, la nuit du 03 au 04 septembre 2003, des intenses pluies se sont déversées dans les
bassins versants du Mayo Balché et du Mayo Farda, et ont entrainé des crues violentes et
soudaines. Le Kong cours d’eau qui draine la ville de Poli et ses environs, a connu en cette
période la plus haute eau. D’après les témoignages, le cours d’eau n’a jamais connu une telle
hauteur de submersion. Plusieurs quartiers furent inondés, des maisons et des infrastructures
totalement détruites. Il a fallu des motopompes pour évacuer l’eau de l’intérieur de certains
bâtiments, à l’instar de l’église protestante de Poli. De laisses de crues encore visibles sur
certains bâtiments qui ont résisté à la violence de ces inondations font plus d’un (1) mètre
d’hauteur (photo 6).

 Hauteur de submersion
La hauteur de submersion est le niveau atteint par l’eau lors d’une inondation. Elle varie en
fonction du type d’inondation et de l’intensité de débordement. L’une des principales
caractéristiques des débordements torrentiels est la hauteur de submersion qui est généralement
importante. Les crues des torrents et des rivières torrentielles engendrent des inondations
pouvant atteindre trois mètres (3 m) de hauteur voire plus. En 2003, les marques de limons sur
les bâtiments, témoins du niveau de la crue du Kong dans la ville de Poli, ont atteint 1,53 m de
hauteur.

75
1,53 m

X : 08° 28’ 34’’ Y : 13°14’13’’ Z : 853 m Cliché Troumba

Photo 6. Traces de l’inondation torrentielle de 2003 à Poli

Cette photo illustre la hauteur des inondations suite à la crue du Kong en 2003. La photo
a été prise à la limite du quartier Loumou-Dôlé9, en allant vers le quartier Bagdonko premier
pont. Sur ce bâtiment, on observe encore les laisses de crues (les marques de limons) atteignant
1,53 m, témoins de la hauteur des inondations torrentielles de 2003 à Poli. Ce bâtiment a pu
résister par ce qu’il est construit en matériau définitif et est situé à environ 70 m de la berge du
cours d’eau. Plusieurs cases construites en terre battue dans le secteur furent détruites par le
caractère brutal de ces inondations.

 Violence des crues torrentielles


Contrairement à l’inondation fluviale, celle dite rapide se distingue par sa charge en
matériaux solides et sa vitesse de submersion. L’absence de stations météorologiques capables
de fournir des informations sur le débit des cours d’eau torrentiels dans la zone de Poli, rend
difficile la détermination exacte de la vitesse d’écoulement de ces cours d’eau. Toutefois, les

9
Expression en langue peuls qui veut dire ‘’le marché obligatoire’’. Cette expression a été adoptée parce que
dans ce marché, le vendeur oblige l’acheteur à payer l’emballage
76
dégâts causés par les torrents et rivières torrentielles nous permettent d’avoir une idée sur leur
violence, et d’estimer leur pouvoir destructif.

Plusieurs cases ont été totalement ou partiellement détruites par les courants lors des
inondations de 2003. Mais la nature des matériaux de construction de ces cases (terre battue)
ne nous permettent pas de tirer une conclusion sur le caractère violent des inondations
torrentielles. Mais les dommages sur les infrastructures illustrent la violence de ces crues
(photo 7).

Les dommages sur les infrastructures de franchissement qui sont totalement emportés lors
de ces crues peuvent nous servir de preuve concernant la violence de crues. C’est le cas de la
taille des matériaux transportés tels que la dalle et les pieds des ponts détruits par les courants,
sont charriés à plusieurs dizaines de mètres.

X : 08° 29’ 33’’ Y : 13°26’21’’ Z : 226 m Cliché Troumba

Photo 7. Masse des matériaux charriés

Cette photo, a été prise au niveau du pont sur le Mayo Balché. Elle illustre le caractère
destructif de ce cours d’eau alimenté par de torrents. On observe en avant plan, une partie de
la dalle du pont qui est transporté à une trentaine de mètre, après destruction. Dans le cercle,
c’est le pied du pont qui est transporté plus loin et enfoui à moitié. Toutefois, il est à noter que

77
les crues des torrents et rivières torrentielles se manifestent de façon violente avec un pouvoir
destructif élevé, ce qui fait d’eux, des phénomènes redoutables.

Les inondations par crues torrentielles sont donc des phénomènes à cinétique rapide
qui se manifestent dans les zones montagneuses, principalement dans les torrents, mais
aussi des rivières alimentées par ces torrents. Elle est un accident naturel redoutable.

3.2.3. Manifestation des inondations par remontée de la nappe phréatique

L’inondation par remontée de la nappe phréatique se produit dans des terrains bas ou
mal drainés. Elle se manifeste généralement entre le mois d’Août et septembre, lorsque le sol
est suffisamment saturé. Elle peut durer plusieurs semaines. Les dégâts sont dus à l’humidité
qui se résulte par la fragilisation et l’écroulement des maisons construites en matériaux
précaires.

Le quartier Laisse-Ouro à Béka est le plus touché par ces inondations. Les habitants de
ce quartier sont, chaque année confrontés à ce problème. Certaines familles vivent dans des
conditions très difficiles, voire insupportables. Il est difficile de circuler dans le quartier et
même dans sa propre cour, car la quasi-totalité des ménages vivant dans ce quartier voient leurs
cours inondées. Ils sont contraints d’aligner des morceaux de parpaings pour accéder dans les
concessions et même dans les chambres. Ces manifestations des inondations connaissent des
accidents graves ou des décès en cas d’écroulement des maisons.

A B

X : 09° 03’ 04’’ Y : 12°53’62’’ Z : 182 m X : 09° 03’ 02’’ Y : 12°53’63’’ Z : 182

Cliché Troumba

Planche 2. Manifestation des inondations par remontée de la nappe phréatique

78
Les photos de la planche ci-dessus ont été prises dans le quartier Laisse-Ouro dans le canton de
Béka. Elles illustrent la manifestation de l’inondation par remontée de la nappe phréatique à
Béka. On observe sur la photo A la concession de vieille Mariam complétement inondée. Elle
est contrainte de poser quelques morceaux de parpaings pour se déplacer dans sa cour. Quant à
la photo B nous voyons les alentours des maisons inondées. Ceci démontre l’étendue de
l’inondation suite par la remontée de la nappe souterraine.

79
CONCLUSION

Les bassins versants du Faro inférieur, du Mayo Farda et Mayo Balché sont confrontés
à différents types d’inondations : les inondations fluviales, les inondations torrentielles et par
remontée de la nappe phréatique. Ces types d’inondations se manifestent différemment. Les
inondations fluviales et par remontée de la nappe phréatique sont vécues dans le bassin versant
du Faro inférieur et se manifestent par le débordement lent du Fleuve Faro ou par la remontée
en surface de la nappe d’eau souterraine. Les bassins du Mayo Farda et du Mayo Balché,
contrairement au bassin du Faro inférieur, ces sites sont confrontés aux inondations
torrentielles, caractérisées par leur apparition soudaine et brutale.

80
CHAPITRE 4. LES CONSÉQUENCES DES INONDATIONS ET LES STRATÉGIES
DE LUTTE ET D’ADAPTATION

INTRODUCTION

À l'échelle mondiale les inondations comptent parmi les phénomènes naturels les
plus fréquents et dangereux. Les inondations représentent un risque réel dans les régions
sahariennes et subsahariennes, où elles ont laissé des dégâts humains et/ou matériels (Hafnaoui,
2013). Les inondations de 2012 ont touché 26/45 Arrondissements et ont submergé environ
27975 hectares des cultures dans la région du Nord et de L’Extreme-Nord10. Partout où elles se
manifestent, elles entraînent généralement des dommages socio-économiques considérables.
Mais elles sont aussi des sources de vie car les terres inondables des plaines alluviales,
limoneuses et humides, comptent parmi les plus fertiles, les conséquences des inondations dans
le faro sont nombreuses et dans la plupart négatives. Elles touchent le secteur social,
économique et fonctionnel. On enregistre des pertes en vie humaine, des destructions des
habitations, des cultures, des récoltes et la perturbation du fonctionnement des activités. Ainsi,
les habitants de ces secteurs ne restent pas les bras croisés, ils déploient leurs forces et moyens
pour faire face à ce phénomène. Il est question pour nous dans ce chapitre d’évaluer les
conséquences des inondations et les stratégies de lutte et d’adaptation mises sur pied par les
populations pour résilier.

4.1. Conséquences directes des inondations

Les conséquences directes des inondations sont les dégâts, directement causés par l’aléa
sur les enjeux exposés. Elles se résultent par de pertes en vies humaines, la destruction des
maisons, des ponts, de cultures…

4.1.1. Conséquences des inondations sur les personnes et leur cadre de vie

Les conséquences des inondations sur des personnes et leur cadre de vie se traduisent
par le nombre de personnes blessées par la vitesse du courant ou noyées suite à la violence et
la montée rapide des eaux, la destruction ou la fragilisation des habitations.

10
Rapport du MINADER/DESA, 2012
81
Les noyades sont d’autant plus fréquentes que les hauteurs et les vitesses de
submersion sont importantes et que les phénomènes se produisent de manière soudaine et
surtout dans un environnement où les personnes ne disposent ni clôture, ni des maisons en
matériaux définitifs, comme c’est le cas des villages du département du Faro. On y trouve en
grande partie des cases traditionnelles construites en des matériaux précaires (mur en terre
battue et toiture en paille).

En septembre 2003, la crue du Kong suite à une intense pluie, qui avait surpris les
riverains de Poli et ses environs, une inondation à montée rapide et brutale a causé d’énormes
dégâts dans l’arrondissement de Poli. D’après le témoignage des riverains, la panique était
totale et le bilan était très lourd. Le nombre des victimes fût de 5 morts et 5 disparus, des
bâtiments publics détruits, 76 maisons détruites, 536 familles et 8720 personnes déplacées
(Cameroun, 2011).

En 2012, les précipitations abondantes qui se sont abattues dans toute la région du Nord
et de l’Extrême-Nord ont engendré d’énormes dégâts. Le département du Faro qui a toujours
connu des inondations n’est pas épargné. Une pluviométrie de 2064,4 mm a été enregistrée. Ces
violentes et intenses pluie vont engendrer des inondations fluviales et torrentielles avec
d’importantes conséquences tant sur la vie directe de l’homme que son milieu. Plusieurs
villages du département du Faro sont victimes de cet aléa climatique. Le bilan social est aussi
lourd. Le nombre de victimes enregistrées s’élève à 05 morts de suite de noyade : dont 04
personnes à Béka et 01 personne à Poli. Le nombre des sinistrés est de 5585 âmes, soit 5001 à
Poli et 584 à Béka. Quant à l’habitat, les inondations de 2012 ont fait 105 sans-abris (Préfecture
de Poli).

82
A B

X : 08° 36’ 02’’ Y : 12°49’08 Z : 217 m X : 08° 36’ 02’’ Y : 12°49’08 Z : 217 m Cliché Troumba

Planche 3.Vestiges du village Ouro-Bei

Les photos A et B nous montrent quelques cases dans le village Ouro-bei, dans le canton
de Tchamba. Les cases sont partiellement (A) ou totalement détruites (B). Tout le village a été
inondé suite au débordement du Fleuve Faro en 2012. Les habitants de ce village se sont sauvés
en pleine nuit pour regagner le canton Tchamba. L’espace du village est actuellement
transformé en terrain d’exploitation agricole.

4.1.2. Conséquences des inondations sur l’environnement naturel

Les inondations, phénomènes naturels, ont dans la plupart des cas des conséquences
positives sur l'environnement. Les dégâts au milieu naturel sont dus à l’érosion, à l’arrachage
des arbres par des courants, aux déplacements du lit ordinaire, et aux dépôts de matériaux
qui peuvent ensevelir la faune végétale et animale.

Dans le secteur de Poli, où les inondations sont généralement brutales, le dégât au niveau
de l’environnement s’observe par l’arrachage des grands arbres se trouvant à proximité des
cours d’eau. Lors de ces événements, des matériaux solides à dominance d’arbres et arbustes
qui sont souvent déposés au niveau de la rive ou bloqués par les pieds des infrastructures de
franchissement, témoignent des dégâts des crues violente sur l’environnement naturel.

De même la montée des eaux accélère l’érosion des berges. Les berges constituent en
fait une frontière naturelle entre le lit mineur et le champ d’expansion des crues. Lorsque
le niveau d’eau monte, la berge est soumise à l’humectation sur toute sa hauteur atteinte par
l’eau. Les matériaux du corps de talus glissent et sont emportés par charriage, la berge
présente alors un surplomb. Ce surplomb se rompre à la longue sous l’effet de pesanteur.

83
La berge atteint un nouvel état d'équilibre après avoir subi une récession de tête et
le processus recommence.

X : 09° 02’ 50’’ Y : 12°54’14’’ Z : 178 m cliché Troumba

Photo 8. Érosion de berge du Fleuve Faro à Béka

Comme nous l’observons, le polygone rouge sur la photo ci-dessus met l’accent sur une
portion de terre. Cette portion humectée s’est détachée et est sur le point de glisser. Ce qui
diminuera probablement la rive d’environ 50 cm à cet endroit.

Ce phénomène d’érosion des berges, suite aux crues des cours d’eau se fait ressentir
presque dans tous les villages riverains et menace certaines localités à l’instar du village Pomla.
Lors de nos enquêtes de terrain, les habitants affirmaient que toutes les années pendant
lesquelles se sont produites les inondations, se résultaient par une avancée d’environ 1m de la
berge. Certaines pistes sont sur le point de disparaitre (photo 9).

84
X : 08° 46’ 03’’ Y : 12°52’27 Z : 205 m Cliché Troumba

Photo 9. Menace de l’avancée de berge du fleuve Faro à Pomla

Prise dans le village Pomla, la photo 9 montre la menace de l’avancée des berges. Les
habitations ne se trouvent qu’à quelques mètres du fleuve comme nous l’observons sur le quart-
supérieur gauche de l’image. Sur le quart-inférieur droit, s’observe une piste qui n’est plus qu’à
quelques mètres de la berge. Sur la moitié droite, c’est le fleuve Faro et sa berge visiblement
érodée. Cette situation risque de faire disparaître ce village à l’échelle humaine.

Les conséquences des inondations sur l’environnement ne sont pas toutes négatives.
Lors du débordement fluvial, à part la recharge de la nappe phréatique, la stagnation de l’eau
mélangée au débris d’origine organique, dans la plaine d’inondation est un apport en fertilisant.
Ainsi, les sols limoneux dans la plaine alluviale de Béka, sont épais et fertiles. Ils participent
donc au rendement agricole qui peut contribuer à la sécurité alimentaire dans cette région.

85
X : 09° 03’ 55’’ Y : 12°55’00’’ Z : 170 m Cliché Troumba

Photo 10. Sol limoneux dans la plaine alluviale de Béka

La photo ci-dessus nous montre sol après le retrait d’eau dans la plaine de Béka. Ce sol
est donc formé des dépôts des débris organiques et de limon. Comme on l’observe, il est
préparé pour la culture de contre saison.

4.1.3. Conséquences des inondations sur la pratique agricole

Plus de 90% de la population du département du Faro pratique l’agriculture. Il constitue


la base de l’économie de la région. Ainsi, l’agriculture est le secteur le plus touché par les
inondations et celui dont les pertes se répercutent le plus sur l’économie. Le secteur agricole
est touché dans toutes ses composantes, c’est-à-dire sur les activités qui consistent à la
production végétale et animale. Autrement dit, lors des inondations, on assiste à la destruction
des cultures, la perte des récoltes et la disparition de certains animaux claustrés à proximité des
cours d’eau, ou ceux en divagation, souvent surpris par les crues. C’est surtout dans la zone de
Poli que l’on enregistre plus de pertes d’animaux à cause de la violence et de la soudaineté des
inondations se produisant dans ce secteur. Dans la vallée du Faro par contre, les dégâts sont dus
à la submersion des cultures par la montée des eaux du fleuve et l’ensevelissement des plantes
par les alluvions. La submersion suite au débordement du fleuve Faro est parfois de longue
durée. Elle peut persister jusqu’à plus d’une semaine. Les cultures comme le maïs, le mil rouge,
le sorgho, ne supportant pas ces conditions se trouvent menacer. Ce qui entraine leur asphyxie
qui s’observe par le jaunissement des feuilles. Le riz par contre a la capacité de prospérer les

86
pieds dans l’eau, mais ses terrains d’exploitation se trouvent dans les bas-fonds. Ce qui entraine
alors une submersion totale des champs de riz conduisant au pourrissement des plantes.

L’année 2003 a connu une forte pluviométrie, 1536,5 mm de précipitations et 113 jours
de pluie enregistrés à la station météorologique de Poli. Suite à une pluie intense qui s’est
abattue dans la nuit du 4 au 5 Septembre, sur un sol déjà saturé, Le Kong a connu un
débordement historique. La montée des eaux fût soudaine et brutale. « Je dormais avant qu’un
bruit ne me réveille, j’entendais un grondement dehors, quand je me suis levé de mon lit, j’ai
directement plongé mes pieds dans l’eau… » Explique M. Nassourou, victime des inondations
de 2003 à Poli. Cette catastrophe a fait d’énormes dégâts dans la ville de Poli et ses périphéries.
Lors de ce désastre, Environ 178 tonnes de nourritures (récoltes) ont été perdues et 285 ha de
cultures confondues ont été détruites. (Cameroun, op. cit.).

En 2012, le département du Faro, a été une fois de plus victime de ces calamités
naturelles. Les inondations ont fait ravage dans la quasi-totalité du Département. Le dégât dans
le secteur agricole est sans précédent. La situation des inondations dans l’arrondissement de
Poli est très alarmante, la quasi-totalité des surfaces cultivables dans cette unité administrative
est inondée et les agriculteurs en souffrent. Quant à la l’arrondissement de Béka, elle n’est guère
reluisante. Elle est semblable à celle de Poli à bien des égards mais, elle est plus criarde et
poignante. « Tous les mayo sont sorties de leur lit naturel, le fleuve Faro est en sur crue »,
déclare NOMA DISSO (Préfet Adjoint), à la réunion du comité mixte de crise de l’Etat-major
régional chargé de la gestion des crues vendredi, 31 Août 2012.

Le bilan des dégâts causés par les inondations en 2012 est de 170,25 ha de cultures
décimées à Poli et 664 ha à Béka, (Préfecture de Poli). Le riz, le maïs et le sorgho sont les
principales cultures dévastées lors de ces inondations.

Tableau 3. Superficie des cultures décimées en 2012

Arrondissements Riz (ha) Maïs (ha) Sorgho (ha)

Poli 56,5 70,75 43

Béka 321,75 242 100,25

Total 378,25 321,75 143,25

Source : Préfecture de Poli

87
350 321,75

300
242
250

Superficie (ha)
200

150
100,25
100 70,75
56,5
43
50

0
Riz (ha) Maïs (ha) Sorgho (ha)

Poli Béka

Source : préfecture de Poli. Traitement de données, Troumba, 2017.

Figure 21. Comparaison des superficies des cultures décimées en 2012

Ce graphique présente les superficies des cultures décimées lors des inondations de
2012. Le riz, le maïs et le sorgho, sont les principales cultures de la région et par conséquent
celles qui ont été le plus touchées. Il ressort que sur les 878,75 ha de superficie totale des
cultures détruites, les parcelles du riz viennent en première position avec 321,75 ha et
représentent 45,34% ; le maïs en deuxième avec 38,56% ; et en dernière le sorgho avec 17,17%
des superficies totales. En observant cette figure, on remarque que la zone de Béka est la plus
affectée par l’inondation en terme de superficie. Ceci s’explique par le fait que les inondations
dans le bassin du Faro inférieur, où se localise l’arrondissement de Béka, se manifestent par un
débordement lent du fleuve Faro et se caractérisent par une longue durée de submersion, surtout
dans la plaine alluviale de Béka. Ainsi cette Basse terre qui accueille la grande partie des
cultures pratiquées dans la zone est restée longuement inondée en 2012 et a occasionné
d’énormes pertes en termes de culture dévastées. Or dans la zone de Poli, la faible superficie
des cultures détruites se justifie par le fait que les crues sont généralement soudaines et brutales,
mais ne s’étendent pas sur une grande superficie. La zone connaît toujours une courte durée de
submersion. Les cultures dévastées sont donc celles qui se trouvent à proximité des cours d’eau.
Les cultures sont détruites par l’énergie cinétique des courants, et non par la submersion de
cultures.

En somme les inondations de 2012 ont énormément impacté sur le rendement agricole
de la population du Faro. Le rendement des cultures céréalières du département en général a

88
baissé par rapport aux années antérieures. En fait de 2008 à 2011, la superficie des cultures et
la production ont connu une progression. Mais le dégât causé par les inondations en 2012, a
changé cette tendance (figure 22).

Tableau 4. Superficies et productions des céréales

Année Superficie Production

2008 30395 40670

2009 31065 42705

2010 32610 59580

2011 35965 78572

2012 37610 74380

90000
78572
80000 74380
70000
59580
60000
50000 42705
40670
35965 37610
40000 32610
30395 31065
30000
20000
10000
0
2008 2009 2010 2011 2012

Superficie (ha) production (t)

Source : DDADER Poli traitement de données, Troumba

Figure 22. Evolution des superficies et productions des céréales

En observant le diagramme ci-dessus, on remarque une augmentation progressive de la


superficie des cultures et de la production, sur la période allant de 2008 à 2011. Mais, quant à
l’année 2012, les superficies des cultures ont augmenté de 1645 ha par rapport à l’année
précédente : elles sont passées de 35965 à 37610. Cependant, la production quant à elle, bien

89
que les superficies aient augmenté, elle a connu un baisse, car elle est inférieure à celle de
l’année 2011 avec 4192 tonnes de différence.

Quant à l’élevage, il n’est non plus épargné lors de ces inondations. Les pertes d’animaux
sont signalées chaque année suite aux crues des cours d’eau. De nombreuses espèces sont
touchées : de la volaille jusqu’au gros bétail. En 2012, le nombre d’animaux emportés par les
inondations dans le département du Faro est de 1110 têtes reparties en 5 espèces.

Tableau 5. Récapitulatif des animaux décimés lors des inondations de en 2012

ESPECES Ovins Caprins Volailles Bovins Porcins Total


Poli 209 363 111 54 58 795
Béka 63 52 200 00 00 315
Total 272 415 311 54 58 1110

Source : préfecture de Poli

Poli Béka

400
363
350

300

250
209 200
200

150
111
100
63 52 54 58
50
0 0
0
OVINS CAPRINS VOLAILLES BOVINS PORCINS

Figure 23. Comparaison des animaux décimés par arrondissements et par espèces

Il ressort sur cette figure que le secteur de Poli est le plus touché. Il enregistre 795
animaux emportés, dont les bovins, caprins et ovins… contre 315 à Béka, (composé
majoritairement de la volaille : 200 têtes). Ceci s’explique une fois de plus par le fait que les
inondations à Poli sont violentes et soudaines. Les animaux, surpris par les crues sont alors
emportés. Or la montée lente des eaux à Béka induit peu de dégât sur le cheptel, c’est la raison
pour laquelle on note une faible perte d’animaux.
90
4.1.4. Conséquences des inondations sur les infrastructures routières et le transport

Le département du Faro compte environ 346 km de routes réparties en 149 km de routes


en terre prioritaires, 65km de routes en terre non prioritaires, 132 km de routes rurales classées.
Le réseau routier du faro est à 80% dans un état très déplorable. La route régionale P34 reliant
Pana-Poli-Fignolé-Tchamba-Béka est la seule route qui relie le département du Faro à la région
du Nord. Sur la P34, l’axe Fignolé-Tchamba (T18) comporte d’importants bourbiers et
ravinements ; la route rurale Voko-Fignolé-Bantadjé (T15) est fréquemment inondée et
l’axe Tchamba-Béka est infranchissable pendant toute la saison des pluies (MINEPAT, op.
cit.).

La morphologie du terrain dans le Faro a une influence directe sur l’édifice du réseau
hydrographique. Les cours d’eau sont en général des rivières alimentées par des torrents ayant
parfois en amont des grands bassins de réception. Le réseau routier, plusieurs fois découpé par
ces cours d’eau, se caractérise par une multitude d’ouvrages d’arts de franchissement.
Cependant, ces ouvrages connaissent presque chaque année des ruptures pendant la saison
pluvieuse, lorsque des fortes pluies diluviennes ou orageuses s’abattent dans le département,
le débit des rivières torrentielles augmente rapidement et il s’en suit alors un débordement de
façon soudaine et brutale. Ces cours d’eau charrient une importante charge des matériaux
solides tels que des troncs d’arbres ce qui leurs confère un pouvoir destructif (photo 11).

91
X : 08° 34’ 57’’ Y : 12°45’38’’ Z : 236 m Cliché Troumba

Photos 11. Une voiture piégée sur la route de Tchamba.

La photo ci-dessus, prise près de Tchamba, illustre l’impraticabilité des routes. Nous
observons à l’avant-plan de cette photo un tronc d’arbre derrière lequel, un véhicule sur le point
de couler et le chauffeur apeuré, en train d’appeler le secours. L’ouvrage de franchissement fût
emporté par les crues précédentes, ce chauffeur tentait de traverser le cours d’eau jugé peu
profond, et ce geste courageux a failli lui couter la vie.

Ainsi, les conséquences des inondations sur les infrastructures routières se résument à
la destruction des ouvrages d’art de franchissement, lors des inondations torrentielles et les
stagnations lors des inondations lentes. Le Préfet Adjoint NOMA DISSO, affirme dans son
rapport portant sur l’état de dégradation des infrastructures dues aux inondations incessantes
dans le département du Faro que « la route desservant le département du Faro est dans un état
de délabrement avancé. Les routes sont dégradées, voire impraticables, ainsi que plus de la
moitié des ouvrages d’arts. Les entrées et sorties ne sont pas aisées, ce qui peut isoler le
département du reste du pays ». Les ponts dans le Faro sont dégradés ou entièrement détruits
par la violence des crues génératrices des inondations. En 2003, après les violentes inondations
de Septembre qui avaient affecté le Département, le MINADT s’est personnellement déplacé
pour constater les dégâts causés par ces inondations (photo 12).

92
Photo 12. Le MINATD et les autorités de Poli Cliché MINATD

La photo ci-dessus est extraite de l’agenda du MINATD de 2004, dans l’introduction


sur la protection civile au Cameroun. Elle illutre la violence des crues de 2003 sur les ouvrages
d’arts de franchissement. Le Préfet, le Sous-préfet, le Maire, le Lamido et bien d’autres
autorités de Poli ont accompagné le Ministre de l’Administration Térritoriale et de la
Décentralisation, Mr Marafa Hamidou Yaya habillé en Boubou Bleu, pour observer les dégâts
causés par les crues brutales sur les infrastructures de franchissement et apporter son soutien
morale aux familles qui ont perdu des proches lors de ce drame. On observe que, malgrè la
hauteur de ce pont, il a été submergé et une partie détruite.

Parfois l’ouvrage de franchissement est totalement emporté, et isolant le département


du reste du pays, comme ce fût le cas en 2014, lorsque le pont pinchoumba, le seul cordon
ombilical du département, fût emporté. Reconstruit en 2007 après avoir été emporté par les
crues, le pont de Pinchoumba n’a servi que pendant 7 ans.

93
X : 08° 29’ 33’’ Y : 13°26’21’’ Z : 226 m Cliché Troumba

Photo 13. Pont Pinchoumba emporté

L’image ci-dessus est celle du pont Pintchoumba sur la route régionale P34. Le pont
est totalement emporté par les crues, isolant le département du reste du Cameroun. La rupture
de ce pont a engendré des conséquences sur d’autres secteurs comme l’énergie, le commerce
et le transport.

Lors de nos travaux de terrain, nous avons enregistré 56 ponts et environ 226 radiers sur
la route reliant et dans nos sites d’étude, sur environ 200 km de route, allant du carrefour-Pana,
jusqu’à Béka en passant par Tchamba. Sur les 56 ponts recensés, on a 35 ponts en mauvais état,
09 ponts coupés, 5 en construction et seulement 7 en bon état. Quant aux 266 radiers recensés,
ils sont presque tous en bon état.

Tableau 6. L’état des ponts


ETAT DE PONT NOMBRE DE PONT
BON 07
MAUVAIS 35
COUPE 09
CONSTRUCTION 05
TOTAUX 56
Source : travaux de terrain

94
CONSTRUCTION BON
12%
9%

COUPE
16%

MAUVAIS
63%

Figure 24. Etat de ponts en pourcentage

Le camembert ci-dessus nous donne une information sur l’état des infrastructures de
franchissement dans le Faro. Il ressort que 63 % des infrastructures sont en mauvais état, 16%
d’ entre elles sont coupées, 9% en construction et seulement 12% sont en bonne état.

4.2. Conséquences indirectes des inondations

4.2.1. Conséquences des inondations sur la santé humaine

Les inondations, surtout lorsque l’eau qui déborde stagne pendant une longue période,
ont des conséquences indirectes sur la santé humaine. Les décès des personnes
indirectement induits en représentent la forme la plus dramatique. Cependant, d'autres décès
peuvent aussi être enregistrés, y compris lors des inondations lentes, engendrées par des
accidents liés à la situation de crise (chutes, écroulement des maisons, etc...).

En outre, en post-crise, à la suite d'un événement majeur, des épidémies peuvent


se déclarer, notamment à cause de l'accumulation de cadavres d'animaux qui n'auraient pu être
traités à temps ou de problèmes d'assainissement.

La stagnation de l’eau à la surface pendant une longue période provoque la


prolifération des agents pathogènes, vecteurs de maladies hydriques. Il s’agit notamment
du paludisme, du choléra, des affections dermatologiques ou cutanées (gales, acnés, etc.),
des affections gastro-intestinales, des infections respiratoires aigües.
95
Dans le secteur de Béka, on note une forte prévalence du paludisme. Le paludisme
humain, encore appelé malaria, est une maladie parasitaire grave, souvent mortelle chez le jeune
enfant, caractérisée par des fièvres périodiques et un affaiblissement progressif du sujet. Il est
dû à la présence dans le sang de parasites du genre Plasmodium. En effet l’agent vecteur du
paludisme est l’insecte appelé Anophèle, plus précisément, la femelle de ce dernier. Cet
anophèle se reproduit par la ponte des œufs dans des zones humides. Ces œufs peuvent résister
plusieurs années et n’éclosent que si les conditions sont réunies, notamment la disponibilité de
l’eau de surface. Une fois éclos, les œufs donnent des larves, qui se transforment en quelques
jours en nymphe et en fin en insecte appelé moustique. Un anophèle infecté par un Plasmodium
transmet ce parasite à l’homme par piqûre lors d’un repas de sang. Les Plasmodiums se
multiplient chez l’homme et terminent leur cycle reproductif dans le tube digestif d’un autre
anophèle qui les a absorbés lors d’un repas de sang ultérieur. Ce dernier insecte devenu
infectieux peut de nouveau transmettre le parasite à l’homme.

Cette forte prévalence du paludisme pendant ou quelques temps après les inondations,
s’explique par le fait que la stagnation de l’eau remplit les conditions de reproduction qui
favorisent le développement de gîtes larvaires et le pullulement des anophèles, vecteurs de la
maladie. Même si les autres affections sont moins développées, le choléra et les affections
gastro-intestinales traduisent une prévalence relativement élevée. En 2012, après les
inondations, le choléra et les affections gastro-intestinales ont frappé la population de Béka
faisant plusieurs victimes, signale M. Temwa Albert (laborantin du CMA de Béka). La présence
de l’eau de surface, l’humidité, ainsi que la consommation de l’eau de qualité douteuse
expliquent respectivement les unes et les autres. Ces maladies d’origine hydrique invalident
de façon temporaire la population active exposée, car au cours de la maladie, l’organisme
humain est affaibli et les efforts humains inhibés. Cette situation affecte le système
productif et partant le développement socio-économique.

4.2.2. Impact des inondations sur les réseaux de transport, d’énergie et de


télécommunication

 Transport

Les dommages au secteur des transports ont été particulièrement graves pour le sous-secteur
prédominant dans les transports routiers, isolant le département et paralysant presque
complètement l'économie. L'impact sur le secteur des transports s’étend au commerce et à
l'accès aux biens de base et aux services. Il se résulte par l’effondrement de plusieurs ponts

96
affaissés lors de ce phénomène, ce qui représente une menace assez sérieuse pour les
populations, car même si on déploie des services de secours, l’accès dans ces zones sera
quasiment impossible. Les entreprises de transport, notamment les agences s’intéressent moins
au département du Faro.

 Energie

Le département du Faro n’est pas vraiment électrifié. Seul le chef-lieu du département


dispose d’une centrale électrique thermique. La centrale électrique de Poli, alimentée par un
groupe électrogène, qui consomme du gasoil est souvent sevrée du carburant en cas de rupture
des ouvrages de franchissement.

En Août 2014, les débordements brutaux des cours d’eau n’ont pas atteint les
habitations, mais ils ont causé la rupture du pont Pintchoumba : le cordon ombilical du
Département en général et de la ville de Poli en particulier, le Directeur Régional de la SONEL,
Robert Chauffeur Malli, déclare que «le service électrique connaitra, en conséquence, des
perturbations dans la ville de Poli jusqu’à la remise en service du pont, surtout que la centrale
ne dispose que d’un stock de 21 956 litres de gasoil pouvant tenir 15 jours» et il n’est pas du
tout certain que le pont rompu soit refixé dans le délai de 15 jours. Entre temps, l’énergie
électrique était donc servie en compte goute à la population de Poli: de 6h à 12h et de 18h à
24h. Ceci a impacté donc non seulement sur les revenus électriques de la société, mais aussi
sur la conserve des aliments destinés à la vente et/ou ceux à la consommation des ménages.

 Télécommunication

Quant aux apériteurs de réseaux de télécommunications, en vue de couvrir le maximum


de superficie par le réseau, ils préfèrent les terrains surélevés pour implanter leur antenne. Ainsi,
ils ne ressentent pas trop les méfaits des inondations, sauf le cas de Camtel et en particulier la
fibre optique qui est prévu pour un passage souterrain, la ligne de Poli n’est pas facilement
réalisable. Elle a été plusieurs fois coupée lors de la destruction des ponts, la fibre optique a
emprunté la voie aérienne dans certains secteurs.

97
Fibre optique

X : 08° 30’ 36’’ Y : 13° 16’02’’ Z : 378 m Cliché Troumba

Photo 14. Une fibre optique coupée

Cette photo met en évidence la difficulté que la société de télécommunication Camtel a


rencontrée lors du passage souterrain de la fibre optique. Le fil noir que nous observons est la
fibre optique, coupé lors des destructions des ouvrages de franchissement. Les réseaux (de
transport, d'énergie et de télécommunication), au-delà de leur vulnérabilité physique à
l'inondation, sont le plus souvent fortement touchés étant donnée leur interdépendance.

4.2.3. Impacts des inondations sur le commerce et le tourisme

Le commerce dans le département du Faro se limite à l’approvisionnement en aliments


de base par les ménages. A cause de l’impraticabilité des routes, cette activité n’attire pas les
commerçants de l’extérieur. Le marché hebdomadaire de Poli qui a lieu tous les Samedis, ne
représente pas l’image d’un marché du département. Il est souvent difficile de voir des sacs de
100 kg de produits vivriers en vente sur le marché, car les ventes se font en détail. Par ailleurs,
on rencontre quelques têtes de bétail et produits de première nécessité. Mais le secteur de Béka,
sa proximité aux villes nigérianes lui donne un avantage, car il réunit chaque mercredi des
commerçants venus du Nigéria à la recherche des produits agricoles.

Quant au tourisme, le secteur n’est non plus épargné. Il souffre tout de même des
dommages infligés aux infrastructures : routes et ponts détruits, par les crues. La coupure
totale de l’électricité qui s’en suit toujours, pendant plusieurs jours aggrave la situation. Ainsi,
bien que les dommages directs aux infrastructures touristiques sont peu conséquents, car elles
sont d’ailleurs moins nombreuses. A présent, seul l’hôtel Mocto est considéré comme étant
celui qui remplit les conditions minimales pour recevoir les touristes (MINEPAT, op. cit.). Bref,
l’activité touristique est peu considérée, alors que le département possède d’importants sites

98
écotouristiques, notamment les Alantika et le Parc National du Faro. Environ 2000 touristes
se rendent chaque année dans le parc National du Faro et les Monts Atlantika, (UICN, 2011).

‘’…il est malaisé de ne pas s'abandonner à un lyrisme échevelé. De ma vie je n'ai vu un pays
aux dimensions aussi gigantesques, aux formes aussi bizarres et aussi curieuses, que ce massif
montagneux….’’ (H. RELLY, décrivant les Alantika en 1953).

A B

Planche 4. Les affleurements rocheux sur les Alantika


Cliché Christophe

La planche que nous observons illustre la forme pittoresque de quelques affleurements


rocheux sur la chaine des Alantika. Les photos A et B sont prises dans le canton Wangai, dans
l’arrondissement de Béka. Sur la photo A, On observe une roche qui affleure, au-dessus
laquelle on remarque une forme semblable à un statut humain et sur la photo B, on observe une
montagne qui a affleuré à moitié et en formant un seul immense bloc rocheux. Cette chaine de
montagne se dresse sans interruption sur environ 80 km de long à la limite de l’arrondissement
de Béka et de l’Etat Fédéral du Nigéria.

Ces sites attrayants accueillent aujourd’hui de moins en moins les touristes à cause de
l’accès difficile dans le département et dans les sites touristiques.

4.2.4. Conséquences des inondations sur le fonctionnement des activités.

Lors des inondations, certaines activés sont freinées, d’autres bloquées. Plusieurs écoles
primaires et secondaires sont souvent non fonctionnelles pendant plusieurs jours. Il est pareil
pour le transport et le commerce. En fait lors de ces phénomènes, les routes sont totalement
inondées et parfois même le lieu de travail, ou encore il arrive que les ouvrages d’art de

99
franchissement soient emportés. Ce qui bloque donc la circulation et les échanges entre les
différents quartiers, l’arrondissement de Poli et celui de Béka ou même entre le département
du Faro et le reste du Cameroun, comme ce fût le cas en en 2007 et 2014.

En 2003, lors des crues du Kong, la ville de Poli était divisée en deux, à cause de la
rupture du premier pont de Bagdonko, l’unique pont qui reliait ces deux secteurs : Poli centre
d’un côté où sont localisés les grandes boutiques, le petit marché, le lycée technique et toutes
les écoles primaires ; et le quartier Bagdonko premier et deuxième de l’autre côté, où se trouvent
le lycée d’enseignement général et le marché hebdomadaire.

Cette rupture avait énormément impacté sur les activités car même après le retrait des
eaux, la situation est restée inchangée pendant longtemps, car l’ouvrage avait céder et à chaque
fois qu’il pleuvait, il était impossible de traverser.

4.3. Techniques de lutte et d'adaptations développées par les populations pour faire
face aux inondations

Les populations vivant dans des zones à risque, plusieurs fois victimes, sont conscientes
des dangers auxquels elles sont exposées. Pour être résilient dans un tel environnement,
plusieurs techniques sont développées autant pour prévenir que pour confronter les risques
lorsqu'ils surviennent.

4.3.1. Elévation des clôtures en matériaux définitifs sur les terrains basses

L’absence d’une digue le long du fleuve Faro, expose la population à l’inondation.


Plusieurs fois victime, la population a adopté l’élévation des clôtures en matériaux définitifs
comme une technique individuelle de lutte contre les inondations. Les habitants de Béka et plus
précisément ceux du quartier Laisse-Ouro l’un des quartiers les plus menacés par les
inondations, adoptent cette pratique. Compte tenu de la montée lente des eaux du fleuve Faro,
construire un mur en matériau définitif, notamment en ciment, permet de se mettre à l’abri des
méfaits des inondations. En fait, le mur en ciment ne s’écroule pas facilement en cas
d’inondation et ne permet donc pas à l’eau d’atteindre directement l’intérieur des maisons. Par
contre, lorsqu’on fait une clôture en terre battue, en tiges de mil ou en Seko, on est plus exposé
aux inondations car ces matières ne peuvent pas retenir l’eau.

100
X : 09° 03’ 10’’ Y : 12°53’58’’ Z : 180 m Cliché Troumba

Photo 15. Disposition des murs en dur dans les secteurs bas de Béka

La photographie ci-dessus est prise au quartier laisse-ouro, à Béka. On observe en


arrière-plan un alignement de clôtures faites en matériaux définitifs. En avant plan, s’observe
une surface d’eau libre, atteignant parfois le pied du mur. Ce secteur bas est toujours le premier
à ressentir la crue du fleuve Faro.

4.2.2. Fuite du danger

Souvent difficile de s’opposer à la nature, la fuite est une autre forme de défense. Dans
certains secteurs des piémonts du massif de Poli et de la vallée du fleuve Faro, la fréquence et
la brutalité des inondations ne laissent guère le choix à la population. La seule solution
soutenable est la fuite. C’est le cas des habitants du village Ouro-Bei dans l’arrondissement de
Béka et du quartier Loumou-Dolé à Poli où les habitants ont abandonné leur maison à cause
des inondations de plus en plus dangereuses qui ont déjà couté la vie à plusieurs personnes. Ces
sinistrés se déplacent et regagnent des familles hôtes qui sont généralement des amis, des
voisins ou les membres de la famille.

D’après les témoignages lors de nos enquêtes de terrains, ces sinistrés ne sont pas logés
dans un camp de refuge approprié. Ils sont hébergés dans des salles de classes pendant quelques
jours, puis regagnent des familles hôtes.

4.2.3. Des pratiques agricoles adaptées aux inondations

Les zones d’exploitations agricoles surtout dans la plaine alluviale du Faro sont susceptibles
d’être inondées car le terrain est plat. Cependant, la population n’a que ces espaces pour

101
pratiquer l’agriculture. Ainsi, l’envahissement de ces espaces agricoles est probable, mais
parfois l’on peut faire deux à trois ans sans débordement. La situation encourage alors la prise
du risque. Pratiquer l’agriculture sur ces espaces reste un enjeu majeur témoignent les paysans
car, il n’est pas certain de voir ses cultures arriver à maturité, mais il est aussi insupportable de
baisser les armes et abandonner ces territoire. Pour pallier à ces problèmes, la population a mis
sur pied plusieurs méthodes réactives et préventives pour exploiter ces espaces.

Quant à la zone de Poli, vue la violence des inondations qui se produisent, il est difficile de
mettre sur pied des techniques locales efficaces. Le seul moyen c’est d’éviter de pratiquer
l’agriculture à proximité des cours d’eau car les crues des torrents ne couvrent pas une grande
superficie mais peuvent dévaster même les plantations comme ce fût le cas en 2003.

Néanmoins, le secteur de Béka, vue la nature des inondations auxquelles la population fait
face, des techniques de lutte et d’adaptations mises sur pied sont plus ou moins efficaces, et
permettent à la population de résister dans cet environnement.

 Le rôle des haies vives

Consciente de la probabilité d’occurrence des crues du Faro, la population pratiquant


l’agriculture à proximité du fleuve a semé une espèce de plante le long de leurs espaces
agricoles, en vue de mettre sur pied une barrière naturelle. Cette haie vive est constituée d’une
plante appelée localement ‘’bowerguédeng’’ : une plante annuelle à tige très solide et resserré.
Ces plantes se renouvellent chaque année dès les premières pluies. L’objectif n’étant pas
d’empêcher les débordements mais plutôt de filtrer l’eau qui déborde, l’eau qui déborde
traverse, mais ces plantes ne laissent passer aucun débris. Elles bloquent tous les alluvions
susceptibles d’ensevelir les cultures. La population paysanne adopte alors leurs cultures aux
conditions hydriques.

 Les semailles précoces

Les inondations se produisent généralement en fin du mois d’Août et début Septembre. Ce


calendrier permet à la population de faire le possible afin que les cultures arrivent à maturité
avant la période des crues. Ainsi, ils adoptent les semailles précoces, ce qui leur permettra de
faire la récolte avant la montée des eaux. De manière générale, c’est le maïs que l’on sème le
plus vite possible. Il arrive alors que la population fasse la récolte à bord des pirogues, ou du
moins les membres inférieurs totalement dans l’eau.

102
 Développement de la polyculture

Il est impossible de déterminer à l’avance s’il va beaucoup pleuvoir ou non. Car les saisons
sont variables ainsi que la quantité des précipitations reçues. Ainsi, il est alors difficile de
décider sur quelle culture pratiquer dans tel ou tel endroit. Par exemple le riz nécessite une
abondance d’eau, le sorgho et le maïs préfèrent moins d’eau.

Ainsi, de peur de perdre leur culture à cause du déficit hydrique ou alors de l’asphyxie en cas
d’abondance, les paysans adoptent donc la méthode de la polyculture. C’est une technique qui
consiste à semer sur une même parcelle plusieurs types de cultures. Dans la plaine de Béka, on
associe plus le maïs et le riz (Photo 16). En cas d’inondation, le riz peut résister et en absence
d’inondation le maïs prospère. Dans certains cas l’on peut aussi récolter les deux cultures
associées.

X : 09° 02’ 30’’ Y : 12°56’06’’ Z : 186 m Cliché Troumba

Photo 16. Pratique de la polyculture à Pitoa.

Cette prise de vue a été effectuée dans le village Pitoa, elle montre une parcelle sur
laquelle l’on a semé le maïs et le riz. Il est à noter que, bien que le champ de maïs ne soit pas
envahi par l’inondation, le riz non plus ne manifeste le déficit hydrique. D’après le paysan,
propriétaire du champ, le maïs a déjà produit et il est certain de récolter le riz car en cette période
de l’année il n’y aura plus des crues pouvant atteindre son champ, encore moins l’endommager.

103
 Sélection des variétés adaptées

Pour faire face aux inondations, plusieurs variétés de riz ont été choisies comme des espaces
les plus adaptées. Ces differentes espaces ont des caractéristiques distinctes. Nous pouvons citer
Er Chouaibou, Er Sa’ada, et Eddounga…

Er Chouaibou est la variété la plus sollicitée par la population paysanne de la plaine


alluviale de Béka. Cette variété venue du Nigéria, pays voisin a des caractéristiques qui lui
permettent de résister en période d’inondation. Elle est semée dès le début de la saison
pluvieuse, généralement sur les terrains susceptibles d’être inondés car c’est une variété de riz
qui croit rapidement, avec des tiges robustes et solides. Semée sur un sol très fertile, elle peut
grandir à plus de deux (2) mètres d’hauteur, avec un appareil aérien très dense.

Cette variété de riz a donc la capacité de résister en période d’inondation en ce sens qu’elle
croit en fonction de la hauteur des crues. Mais elle peut aussi être vaincue en cas de crues
rapides et prolongées ou lorsqu’on la sème avec retard, par ce que si son appareil aérien est
totalement englouti, elle n’a plus de force.

L’une des conditions de cette espèce est d’être pratiquée en zone de grande eau. Car elle ne
supporte pas le déficit hydrique.

104
X : 09° 03’ 03’’ Y : 12°54’21’’ Z : 178 m Cliché Troumba

Photo 17. Variété du riz Er Chouaibou

La photo 17 ci-dessus met en exergue la taille du riz Er Chouaibou. Les mains levées que
nous voyons sont celles du propriétaire du champ. La taille de ce riz comme nous l’observons
est importante. Elle fait environ deux mètre de hauteur alors que le cycle n’est pas encore
terminé.

Quant à la variété Eddounga, elle a presque les mêmes caractéristiques que celle appelée Er
Chouaibou. Sauf qu’Eddounga supporte plus le déficit hydrique qu’Er Chouaibou. Mais en
termes de taille et de rendement les deux sont sensiblement semblables.

Contrairement à la variété Er Chouaibou et Eddounga, Er Sa’ada est sollicitée par des


agriculteurs qui ont un terrain dans des secteurs moins bas. C’est une variété de petite taille
donc le cycle végétatif est court, ce lui permet d’arriver à maturité avant le départ des pluies.
La qualité de cette espèce est qu’elle résiste en cas de déficit hydrique. Par ailleurs, elle
nécessite beaucoup de main d’œuvre pour enlever les mauvaises herbes et demande aussi la
fertilisation du sol. Alors que le rendement est inférieur à celle appelée Er Chouaibou.

105
X : 09° 02’ 55’’ Y : 12°52’47’’ Z : 192 m Cliché Troumba

Photo 18. Variété du riz Er Sa’ada

Le riz Er Sa’ada, comme nous l’observons sur la photo ci-dessus prise près du village Ouro
Bornu, a une très pétite taille. L’appareil aérien mesuré du sol jusqu’à l’épi, fait environ 50 cm
d’hauteur alors que le cycle végétatif est terminé car voyons déjà des épis. Ceci confirme le fait
que ce riz a un cycle végétatif très court.

 Culture de décrue

La culture de décrue est celle que l’on pratique lorsqu’une eau qui stagne pendant une
certaine période sur une surface donnée se retire. Elle se distingue de la culture de contre saison
par le fait qu’elle ne demande pas d’irrigation. Seule l’humidité du sol suffit à la plante pour
terminer son cycle végétatif.

Ainsi, les paysans qui possèdent des champs dans ces secteurs périodiquement inondés sont
contraints à pratiquer la culture de décrue pour assurer leur sécurité alimentaire ou pour
compenser leur rendement lorsque les inondations détruisent les cultures pluviales. En saison
de pluie, sur ces terrains on y pratique uniquement le riz, plus précisément la variété Er
Chouaibou pour ses capacités à résister aux inondations. Cependant, après le retrait d’eau l’on
peut faire toute sorte de culture. On y pratique généralement le maïs, la calebasse, les légumes…

Le maïs de décrue est semé dès que l’eau se retire, généralement entre le mois de Novembre
et Décembre, en fonction de la localisation de la zone. D’après les enquêtes de terrain, ces
champs de maïs sont cultivés sans fertilisant ni arrosage jusqu’à la récolte.
106
A B

X : 09° 02’ 55’’ Y : 12°55’00’’ Z : 178 m X : 09° 02’ 55’’ Y : 12°55’00’’ Z : 178 m

Planche 5. Le maïs de décrue


La planche ci-dessus nous montre deux champs de maïs. Ces photos ont été prises à la fin
du mois de Février à Béka. Sur la photo A nous observons à l’arrière-plan les plantes du maïs
qui ont déjà jauni symbolisant la fin du cycle végétatif et à l’avant-plan, un paysan en train de
faire la récolte. Alors que sur la photo B, nous avons un autre champ de maïs avec de feuilles
encore vertes, témoignant un cycle végétatif en cours.

La production du maïs de décrue est satisfaisante, témoignent les paysans. Les fertilisants
ne sont pas utilisés, mais la récolte est dans la plus part des cas bonne

X : 09° 02’ 55’’ Y : 12°55’00’’ Z : 178 m Cliiché Troumba

Photo 19. La production du maïs de décrue

107
En observant la photo 19, on remarque que les épis du maïs sont bien gros, ce qui nous
laisse deviner la production. Sur une parcelle d’environ de 30 x 30 m, nous avons compté après
la récolte 17 sacs de maïs non égrainés.

La culture de la calebasse parmi les cultures de décrue, vient en deuxième position après
le maïs, on observe des hectares de champs de calebasse qui s’étalent dans la plaine de Béka.
La calebasse est semée après le retrait d’eau. Dans certains endroits qui sont peu inondés, elle
est semée juste après la récolte du riz. Tout comme le maïs, l’humidité du sol suffit à la
calebasse d’arriver à maturité.

La calebasse, certes n’est pas comestible, mais elle est d’utilité indispensable pour les
populations locales. En plus d’être un ustensile de ménage, elle est aussi une source de devises.
La calebasse est destinée à la vente, les tous premiers clients sont les commerçants en
provenance du Nigeria. D’autre part, ces calebasses sont utilisées par les bororo pour la vente
du lait et les paysans pour vanner la céréale en période de récolte.

Par ailleurs, la calebasse est un outil de sauvetage en cas d’inondation, et est aussi
quotidiennement utilisée comme un flotteur servant aux paysans de traverser les cours d’eau
pour atteindre leurs champs ou pour se rendre dans les villages voisins. Pour ce faire, la
calebasse n’est plus fendue en deux, mais plutôt juste perforée un tout petit peu, permettant de
vider l’intérieur de celle-ci. Une fois l’intérieur vidé, on obtient un super flotteur capable de
supporter le poids d’un homme.

108
X : 09° 03’ 02’’ Y : 12°54’31’’ Z : 176 m Cliché Troumba

Photo 20. Curage de calebasse

Sur la photo ci-dessus, nous voyons un paysan en train de curer l’intérieur des calebasses,
qui servent à diverses utilisations. On observe deux types de transformation de calebasse : celles
fendues en deux et d’autres sur lesquelles on a fait juste un trou. Celles qui sont fendues en
deux servent des ustensiles dans les ménages locaux et sont aussi destinées à la vente. Par
contre, celles qui possèdent juste un trou sont utilisées comme un flotteur pour traverser les
cours d’eau afin d’accéder dans des différents champs ou pour se rendre dans les villages-îles
voisins.

 Développement des cultures de contre saisons


Les cultures de contre saison ou culture d’irrigation se pratiquent à proximité des cours
d’eau ou alors d’un puits de pompage. L’apport en eau utilisable par les plantes se fait
généralement par la mise en place des canaux d’irrigation.

La culture de contre saison est une méthode adoptée par les populations du Faro. Cependant,
il faut investir car cette culture nécessite beaucoup de moyens financiers, techniques et
humains. Il faut tout d’abord les moyens techniques pour la mise en place des canaux
d’irrigation, qui permettront de servir l’eau sur toute l’étendue du champ, ensuite, il faut aussi
un motopompe pour le pompage d’eau de la source vers le canal principal, et en fin il faut
déployer la main d’œuvre, pour désherber et des personnes pour la garde puisqu’en cette
période les animaux sont en divagation.

109
Parmi les cultures de contre saison, on y rencontre principalement le maïs et une grande
variété de légumes.

Le maïs de contre saison est pratiqué à partir du mois de Février. On observe des hectares
de champ de maïs le long du fleuve Faro. La production du maïs de contre saison est aussi
semblable à celle de décrue, mais avec de revenu plus important. Ceci parce que le maïs de
saison sèche est vendu frais. Ce qui permet à la population de pallier le problème économique
de la zone accentué par les méfaits des inondations incessantes.

X : 09° 02’ 55’’ Y : 12°55’00’’ Z : 176 m Cliché Troumba

Photo 21. Maïs de contre saison

Cette photo laisse observer des jeunes plantes de maïs sur de terrains disposés en
carreaux, quadrillés des canaux d’irrigation. Les besoins en fertilisants du maïs de contre saison
sont satisfaits car la circonférence des tiges est importante et la couleur des feuilles bien noire.

Il n’y a pas une seule saison pendant laquelle les légumes frais n’inondent pas les
marchés du monde. Les légumes frais sont sollicités par tous les ménages pour leur richesse
nutritive. Ainsi, parmi les cultures de contre saison pratiquées dans le bassin du Faro inférieur,
les légumes sont aussi comptés. On y cultive plusieurs espèces de légumes, qui sont destinés à
la consommation domestiques et aussi à la vente. Les femmes vendeuses viennent souvent des
villes voisines du Nigéria à la recherche de ces légumes.

110
CONCLUSION

En définitive, il est à noter que les conséquences des inondations dans le bassin versant
du Faro inférieur, du mayo Farda et du mayo Balché sont considérables. Elles ont couté la vie
à 15 personnes, et ont fait d’importants dégâts matériels, des pertes de récoltes, la destruction
des cultures et la perturbation des activités. Les dommages infligés par les inondations dans
cette zone impactent énormément sur l’économie du département en général et par conséquent
sur le bien-être des populations. Toutefois, ces dernières n’ont pas baissé les bras, ils ont mis
sur pied plusieurs techniques et pratiques de lutte et d’adaptations pour accroître leur résilience.

111
CONCLUSION DE LA DEUXIÈME PARTIE

En somme, La deuxième partie traitant des manifestations et conséquences des


inondations dans les bassins versants du Faro inférieur, du Mayo Farda et du Mayo Balché, met
le point sur 3 types d’inondations auxquels est soumise la zone. Ce sont des inondations
fluviales, torrentielles et par remontée de la nappe phréatique. Observées entre Août et
Septembre, ces inondations se manifestent lentement dans la zone de plaine et de façon brutale
dans la zone de montagne. Ces inondations ont fait d’importantes conséquences sur les
personnes, des infrastructures et le déroulement des activités. Il ressort que la population a une
bonne connaissance de l’aléa inondation, car les villages enquêtés ont été touchés à plusieurs
reprises. Mais les populations déplacées prennent le risque d’y retourner encore, probablement
par manque de moyen, acceptation, ou par attachement à la terre de leurs ancêtres. Il est par
ailleurs intéressant de noter que les habitations construites en dur sont résistantes et sont prises
comme une barrière de protection contre les inondations. Par contre, les habitations
construites en matériaux traditionnels extrêmement sensibles à l’eau ne peuvent pas
jouer ce rôle. Dont, l’inégalité économique des ménages se traduit fortement dans la capacité à
faire face à un aléa naturel.

112
DISCUSSION DES RÉSULTATS

Au terme de notre analyse sur les inondations dans les bassins versant du Faro inférieurs,
du mayo Fada et du mayo Balché, nos résultats se rapprochent avec ceux obtenus par certains
auteurs, mais avec quelques points particuliers.

En ce qui concerne les facteurs en causes des inondations dans les différents bassins
versants, les résultats obtenus montrent que c’est l’union de plusieurs paramètres qui engendre
ces phénomènes. Ces paramètres n’ont pas le même poids dans le processus d’inondation.

Le processus des inondations est la succession de plusieurs évènements (la durée de la saison
pluvieuse, l’intensité des pluies, l’infiltration des eaux dans le sol…) qui conduisent à la
submersion des zones normalement libres d’eau. Cependant, le climat et en particulier les
précipitations sont les facteurs déclenchant les inondations, car les inondations sont liées à des
pluies anormalement intenses. Ainsi, les résultats montrent que les années, ayant connu des
graves inondations dans notre zone ont enregistré des précipitations supérieures à la moyenne
de la série étudiée. Nos résultats se comparent à ceux obtenus par (Hagnon, 20009).

La transformation des pluies en crue responsable des inondations, exige un certains nombres
des paramètres. Comme c’est le cas pour Leumbe Leumbe et al. (2005), la morphologie et la
nature des sols sont des facteurs déterminants en cause des inondations dans le Faro. Ainsi, dans
la plaine de Béka, le terrain est relativement plat et formé des sols hydromorphes à pseudo-
gley. Ces sols, caractérisés par la présence d’un minéral argileux gonflant : la montmorillonite,
et l’insuffisance quantitative du fer, dont le rôle est d’empêcher le gonflement de la
montmorillonite, favorisent la stagnation en surface de l’eau lors du débordement du fleuve ou
de la remontée de la nappe phréatique.

Par ailleurs, dans le bassin versant du M. Farda et du M. Balché, le déclenchement rapide et


brutal les inondations torrentielles observées sont préjudiciables aux dispositions orographiques
qu’à la nature des sols. Ces bassins versants sont marqués par des massifs montagneux à fortes
pentes, ce qui augmente la vitesse de ruissellement lors des sollicitations. Ces conditions
expliquent la soudaineté des inondations qui ont survenu dans ces zones. La nature du sol ne
joue pas un grand rôle parmi les facteurs en cause des inondations. Nos résultats se rapprochent
à ceux de Pagney (1994).

Pour ce qui est de l’action humaine, les activités de l’homme sont des facteurs aggravant des
inondations car la destruction du couvert végétal à des fins diverses expose le sol à l’érosion et
augmente par conséquent son imperméabilité, ce qui se traduit par des transferts important lors
113
des sollicitations, ou indirectement par la responsabilité des hommes sur le dérèglement du
climat.

Quant aux manifestations et conséquences des inondations, nos résultats sont un peu
différents de ceux des autres auteurs. La population est soumise à deux aléas d’inondations :
une inondation par crue torrentielle dans la zone de montagne et une autre par crue lente dans
la zone de plaine. Ainsi les conséquences varient en fonction de l’intensité et la soudaineté de
crue.

L’inondation rapide ou torrentielle, se manifestant de façon soudaine et brutale, cause le plus


des dégâts, en terme des pertes en vie humaine, des pertes d’animaux et la destruction des
infrastructures et des habitations ce qu’on n’observe pas trop dans les autres régions du
Cameroun.

Par contre, l’inondation lente ou de plaine, se caractérisant par une montée progressive et une
vaste étendue des terres submergées (32200 ha en 2012 dans le bassin du Faro inférieur). Elles
sont responsables des pertes des cultures et des récoltes quelques fois des pertes en vie humaine.
Les conséquences de cette derrière sont semblables à celles qui se manifestes dans la zone de
Maga à l’Extrême-Nord Cameroun et dans la Vallée de la Bénoué.

114
CONCLUSION GÉNÉRALE ET SUGGESTIONS

Les inondations sont des catastrophes naturelles ayant le plus d’impacts directs sur la
société humaine. Dans le Faro, la population a fait face à plusieurs épisodes d’inondations
mémorables avec d’importantes conséquences sur les personnes et leurs activités.

La problématique des inondations nous a amené à nous poser la question de


savoir « quel est le processus des inondations dans les bassins versants du Faro inférieur, du
M. Farda et du M. Balché ».

Dans le but d’expliquer le processus des inondations, nous avons émis des hypothèses
concernant les facteurs déterminants en causes, les manifestations et les conséquences, que nous
sommes allés vérifier sur le terrain pour les confirmer ou les infirmer. Il ressort que la
population fait face à trois types d’inondations : des inondations à montée rapide ou
torrentielle, des inondations fluviales et des inondations par remontée de la nappe phréatique.
Cependant les déterminantes biophysiques, à savoir les pluies intenses, la morphologie du
terrain et les structures hydrogéologiques des différents bassins versants, conjuguées aux
actions humaines sont la cause des inondations saisonnières observées dans la zone du Faro.
Ces inondations se manifestent par un débordement soudain et violent dans la zone des
montagnes, et plus ou moins lent dans la zone de plaine (plaine alluviale de Béka). Elles sont
observées entre le mois d’Août et Septembre. Ainsi, elles ont couté la vie à 15 personnes entre
2001 et 2015, et ont fait d’importants dégâts matériels, des pertes de récoltes, la destruction des
cultures et la perturbation des activités. Face à cette situation, les populations ont mis sur pied
plusieurs techniques et pratiques de lutte et d’adaptations pour résilier.

La gestion du risque dans le monde en général et au Cameroun en particulier reste un


défi majeur pour les décideurs.

Pour maitriser le problème inondations dans le département du Faro, la mobilisation du


gouvernement, des autorités locales, communales et les acteurs privés, en collaboration
avec la population rurale, est envisageable , car le danger n’est plus à l’échelle locale.

Vue le nombre de personnes ayant perdu la vie suite aux inondations, il est impératif
que les autorités locales et le gouvernement trouvent des solutions pour pallier ce problème.
Pour ce faire, nous suggérons la construction d’une digue le long du fleuve Faro, surtout dans
la partie aval, où les débordements sont fréquents.

115
Dans le même sens, le bétonnage des berges dans certaines zones serait aussi d’une
importance capitale, car l’érosion, suite à la crue du Faro menace de disparition plusieurs
villages à l’instar du village Pomla.

Quant aux bassins versants du Mayo Farda et du Mayo Balché, où se localisent la ville
de Poli et ses localités, vue la brutalité et la hauteur de submersion des inondations qui se sont
produites, il est souhaitable de déplacer toutes les installations en bordure des torrents et des
rivières torrentielles. De même, l’aménagement des lits des cours d’eau serait envisageable,
afin de dégager les obstructions de ces lits.

Quant aux infrastructures, compte tenu de leurs états actuels, nous interpellons les
différents acteurs d’étudier d’amont en aval les caractéristiques des cours d’eau en saison
pluvieuse avant la réalisation de tout ouvrage de Franchissement, afin d’adapter l’ouvrage à
l’importance du cours d’eau.

116
BIBLIOGRAPHIE

ANH TUAN LUONG., 2012. Évaluation des risques d'inondations dans le bassin du fleuve
Huong, province de Thua Thien Hue, centre du Vietnam. Université du Québec à Montréal,
303p.
Bani Samari S., 2011. Implications des facteurs physiques dans les risques
d’inondation à Ouagadougou : cartographie des zones à risques et mesures de préventions,
Institut International d’ingénierie en eau et de l’environnement, Ouagadougou, Burkina Faso,
45 p.

Boulet J., 1972. Les pays de la Bénoué, O.R.S.T.M. Yaoundé, 140 p.

BUCREP., 2011. Projections démographiques ; 3e RGPH.

BUCREP., 2014. 3e RGPH: Mesure et cartographie de la pauvreté à partir des de


vie. Rapport d’étude, Cameroun, Vol II Tom 14, 241 p.

BUCREP., 2015. Rapport sur les populations vulnérables dans les situations d’urgence, regard
sur les régions affectées par les situations d’urgence au Cameroun, 36p.

Dansou B. S. et Odoulami L., 2013. Impacts socio-économiques des inondations dans la


dépression d’issaba (commune de Pobè au bénin), Laboratoire Pierre PAGNEY, Climat, Eau,
Ecosystème et Développement (LACEEDE) Département de Géographie et Aménagement
du Territoire Faculté des Lettres Arts, Sciences Humaines Université d’Abomey-Calavi (UAC),
pp157-171.

Dauteloup J., 1971. Carte hydrogéologique du Cameroun : Garoua, O.R.S.T.O.M, Yaoundé, 1


p.

de Garine E., ND. Contribution à l'ethnologie du taurin chez les Duupa (Massif de Poli, Nord-
Cameroun), pp123-181.

Dubert G et al., 2016. L’analyse de la vulnérabilité aux inondations en région PACA : l’apport
des observatoires, la Houille Blanche, n° 3, paris, pp. 18-21.

Eleutério J. et al., 2012. Evaluation des dommages potentiels liés aux inondations - Impact des
stratégies utilisées pour modéliser l'aléa inondation et caractériser la vulnérabilité des enjeux
sur les résultats des évaluations de dommages potentiels liés aux inondations, Rapport final
d’étude pour la Fondation Maif, 40 p.

117
Gaume E., 2002. Eléments d’analyse sur les crues éclair, Sciences of the Universe, ENGREF
(AgroParisTech), 360 p.

Gilles H. & Ledoux B., 1999. Le Coût du risque ... l’´évaluation des impacts socio-
économiques des inondations. Presses de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, 240 p.

Grawitz, M., 1996. Méthodes des sciences sociales, Dalloz, pp 43-68.

Guha-Sapir D., Vos F., Below R., Withponserre S., 2012. Annual disaster statistical review
2011: The numbers and trends. CRED. Brussels.

Hafnaoui M. A., 2013. Vulnérabilité aux inondations dans les régions sahariennes -cas de
Doucen, Université Badji Mokhtar Annaba, pp148-158.

Hangnon H. et al., 2015. Précipitations extrêmes et inondations à Ouagadougou : quand le


développement urbain est mal maîtrisé. Université de Liège, pp-497-502.

INS., 2014. Rapport sur la Présentation des premiers résultats de la quatrième enquête
camerounaise auprès des ménages (ECAM 4) de 2014, 8 p.

Leumbe Leumbe O. et al., 2015. Cartographie des zones à risques d’inondation en


zone soudano-sahélienne : cas de Maga et ses environs dans la région de l’extrême-nord
Cameroun. Afrique science, Vol 11, pp 45–61.

Martin D., 1969. Les sols hydromorphes à pseudo-gley lithomorphes du Nord-Cameroun


(1” partie), Centre O.S.T.O.M, Libreville (Gabon), vol. VII, N° 2, pp 237-281.

Michaux M., 2008. Les mots-clés de la géographie, Éditions Eyrolles 61, Bd Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05, 175 p.

MINADER/DESA., 2012. Early warning information flash / flash d'informations et d'alerte


rapide n°027 sept. 2012, 5p.
MINEPAT., 2013. Rapport sur le Dévelopement Economique du Cameroun : Région du Nord,

Nicholson E., 1988. Long-term changes in African rainfall, weather 44, pp 47-56.

Olivry J-C., 1986. Fleuves et Rivières du Cameroun, Collection « Monographies


Hydrologiques » O.R.S.T.O.M, n° 9 Paris, 781 p.

Pagney F., 2004. Villes de piémont à risques d’inondations en îles tropicales : exemple des
Antilles françaises. Université des Antilles et de la Guyane – Géode Caraïbe, pp 45-57.

PANGIRE., 2009. Plan d’Action Nationale de Gestion Intégrée des Ressources en Eau

118
Qazi Kholiquzzaman A., 2006. Changement climatique, inondations et gestion des crues : le
cas du Bangladesh, 93 P.

République du Cameroun., 2011. Plan National de Contingence du Cameroun, livre premier,


38 p.

Richard D., 1997 Crues torrentielles ou crues des torrents ?, Cemagref Risques Infos n°8 –
Avril 3 p.

Richard D., 2006. Zonage du risque lié aux crues torrentielles Cemagref, Grenoble (France),
8 p.

Roche., 1963. Hydrologie de surface, Ed. Gauthier-Villars, Paris, pp 23-54.

Stauch A., 1966. Le bassin camerounais de la Bénoué et sa pèche, 0. R. S. T. 0. M., Paris 159
p.

Stephanie Defossez., 2009. Evaluation des mesures de gestion du risque inondation.


Application au cas des basses plaines de l’Aude. Geography. Université Paul Valery
Montpellier III, 462p.
TAHAR Samira., 2013. Impact des inondations sur l’espace urbain : le cas de Wilaya Sidi Bel
Abbes. 152p.
Tchotsoua M., 2007. Les risques morpho-hydrologiques en milieu urbain tropical : cas de
Yaoundé au Cameroun. in « Actes des JSIRAUF », Hanoi, 6-9 novembre, 9 p.

Thouret J-C & D’Ercole R., 1996. Vulnérabilité aux risques naturels en milieu urbain : effets,
facteurs et réponses sociales, pp 407-422.

UINC., 2011. Rapport sur l’évaluation de l’efficacité de la gestion des aires protégées : Parc
National du Faro Cameroun, 20 p.

Union Nationale des Centres Permanentes d’Initiatives pour l’Environnement


(UNCPIE)., 2014. Les inondaations, Baubourg, Paris, 28 p.

Veyret Y. & Magali‑Reghezza., 2005. Aléas et risques dans l’analyse géographique, pp 61-
69.

Veyret Y. & Magali‑Reghezza., 2005.Vulnérabilité et risques : l’approche récente de la


vulnérabilité, Laboratoire Gecko, Université de Paris X-Nanterre, pp 09-15.

119
VIZIER J-F., 2010. Les phénomènes d’hydromorphie en régions tropicales à saisons
contrastées : Application à une meilleure caractérisation des concepts de gley et de pseudogley,
pp. 225-238.

120
ANNEXES

121
Annexe1 : questionnaire d’enquête

QUESTIONNAIRE D’ENQUÊTE

Date / /

Mr/Mme/Mlle Bonjour/bonsoir ! Je suis un étudiant de master II à l’université de


Ngaoundéré. Dans le but de rédiger mon mémoire de recherche, dont le thème est : les
inondations dans le bassin versant du Faro inférieur, le bassin du Mayo Farda et du Mayo
Balché, je mène une enquête auprès des populations concernées. Cette enquête a pour objectif
d’obtenir des informations sur les inondations et de comprendre les facteurs qui augmentent la
sensibilité de la population face à ce phénomène. Je vous prie de bien vouloir m’accorder un
peu de votre temps.

 Identification de l’enquêté (e)


1-Village……………………………………….Ethnie…………………………………………

3-Genre : Féminin Masculin

2-Situation matrimoniale : Célibataire Marié(e)

4-Tranche d’âge en années : 20-30 30-40 40-50 50-60 +60ans

5-Profession : Cultivateur Eleveur Pécheur


Autres à préciser……………………………………………………………………………..

6-Niveau d’étude : Ecole coranique Primaire Secondaire


Universitaire Autres à préciser…………………………………………………….

 Causes et manifestation des inondations


7-Depuis combien d’années êtes-vous installés dans le village ? ……………….

8-Avez-vous été témoins oculaire d’une inondation ? Oui Non

9-Si oui, comment l’eau est-elle montée ? Soudainement Lentement

10-Selon vous, que-ce qui peut être à l’origine de ces inondations ?


Le relief Les précipitations Le sol

La colère de Dieu
Autres à préciser…………………………………………………………………………..

122
11-A quel moment de l’année se produisent généralement les inondations ? Juillet-Août
Août-septembre septembre-octobre

12-Quelle est la fréquence ? Chaque année Tous les 2 ans Tous les
3ans Très rare

 Connaissance du risque et vulnérabilité

13- Saviez-vous que vous êtes exposés au risque d’inondation ? Oui Non
D D

14-si oui, pourquoi vous êtes toujours installés ? Raison financière D

Raison culturelle D Raison religieuse Autres …………………..

15-En cas d’inondation, êtes-vous secourus ? Oui Non D

16-Si oui, par qui? Autorité Voisins Famille

Autres………………………………………………………………………………

 Question sur les Conséquences


17-quelles est la durée maximale de submersion ? 6 et 12h 1 et 3 jrs
4 et 6 jrs 1 semaine et plus

18-quelles est l’intensité des inondations dans votre village ? Violente Moyenne

Faible

19-Quelle est la hauteur maximale de submersion ? 1 et 25 cm 25 et 50 cm

0,5 et 1 m 1 m et plus

20-Lors des inondations, quelles sont les conséquences ? Décès par Noyade
Destruction des infrastructures et des maisons Destruction des cultures
Autres ……………………………………………………………………….………………

21-En période d’inondation, y-a-t-il des conséquences liées, comme des maladies ?
Oui Non

123
22 Si oui citez-les

…………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………..

23-Avez-vous été victime des inondations ? Oui Non

24-Si Oui, en Quelles années ?

25-qu’avez-vous perdu ?..............................................................................................................

 Question sur l’adaptation


26-Avez-vous des techniques qui vous permettent de protéger votre famille, ainsi que vos
activités contre les inondations ? Oui Non

27-Si oui, citez les différentes techniques que vous connaissez.


…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………..……………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………..………………………..

28-vos techniques marchent-elles toujours ? Oui Non

124
29-Si non pourquoi ?

…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………

30-Avez-vous bénéficié d’une quelconque aide pour la réalisation des ouvrages de lutter
contre les inondations ? Oui Non

31-Si oui par qui ? L’Etat La commune ONG

Autres

125
Annexe 2 : fiche d’entretien

Fiche d’entretien avec les Chefs et les personnes ressources

Majesté, Mesdames/ Messieurs bonjour, Je m’appelle Troumba Bello, étudiant en


master II Géographie physique à l’Université de Ngaoundéré. C’est avec un grand
honneur que me présente auprès de votre personnalité avec ce document, qui s’inscrit dans le
cadre des travaux de terrain pour la rédaction d’un mémoire de Master II. Je viens vers vous,
solliciter votre aide pour l’élaboration de mon travail de recherche.

En effet, mon thème de recherche porte est intitulé : «les inondations dans le bassin versant
du Faro inférieur, du Mayo Farda et du Mayo ».

Je vise dans cette étude à analyser la vulnérabilité des piémonts et celle de la


vallée du Faro au risque d’inondation.

Je vous prie de bien vouloir m’accorder un peu de votre temps.

- Identification

Date de l’enquête : ----------/---------/-----------

Village : ------------------- Chef du village: -------------------------

1. Depuis quand votre village existe –il ?

2. Votre village compte combien d’habitants environ?

3. Quel type d’inondation se manifeste dans votre village?

4. Quelle peut être la principale cause de cette inondation?

5. Ces inondation impactent-elles sur la vie sociale et économique de votre village ?

6. Si oui, comment ?

7. Ces inondations engendrent-ils d’autres problèmes à la population ? Si oui, citez-les.

8. Quelles sont les techniques utilisées pour faire face ?

9. Sont-elles modernes ou locales ?

126
12. votre village a déjà bénéficié des aides extérieures ? Si oui, citez-les

127
Annexe 3 : guide d’entretien

Guide d’entretien avec les chefs de services

Majesté, Mesdames/ Messieurs bonjour, Je m’appelle Troumba Bello, étudiant en


master II Géographie physique à l’Université de Ngaoundéré. C’est avec un grand
honneur que je me présente auprès de votre personnalité avec ce document, qui s’inscrit dans
le cadre des travaux de terrain pour la rédaction d’un mémoire de Master II. Je viens vers
vous, solliciter votre aide pour l’élaboration de mon travail de recherche.

En effet, mon thème de recherche porte est intitulé : «les inondations dans le bassin versant
du Faro inférieur, le bassin du Mayo Farda et du Mayo». Je vise dans cette étude à
analyser l’exposition des populations des piémonts et celles de la vallée du Faro au risque
d’inondation.

Je vous prie de bien vouloir m’accorder un peu de votre temps.

- Identification

Date de l’enquête : ----------/---------/-----------

Structure : ------------------- Chef de service: -------------------------

1. Selon vous, qu’est-ce que l’inondation?

2. Les populations de votre circonscription connaissent-ils ce problème?

3. Quelle est la situation actuelle?

4. Comment la population réagit-t-elle face à ce problème?

5. Comment expliquez-vous la manifestation des inondations?

6. A quand remonte ce problème?

7. Quelles sont les réalisations effectuées par votre structure pour réduire les effets?

8. A votre avis, solutionner ce problème nécessite l’intervention de qui ?

128
9. Cette fiche est anonyme, et sera utilisée que pour la rédaction de notre mémoire de
recherche. Avez-vous des informations supplémentaires concernant les inondations, les
interventions de l’état à nous donner ?

129
Annexe 4. Le détail des profils topographique

130
Annexe 5

131
TABLE DES MATIERES

DEDICACE ................................................................................................................................. i

REMERCIEMENTS .................................................................................................................. ii

SOMMAIRE .............................................................................................................................. iv

LISTE DES FIGURES ............................................................................................................... v

LISTE DES TABLEAUX ......................................................................................................... vi

LISTE DES PHOTOS .............................................................................................................. vii

LISTE DES PLANCHES ........................................................................................................viii

LISTE DES SIGLES ET ACRONYMES ................................................................................. ix

RESUME ................................................................................................................................... ix

ABSTRACT .............................................................................................................................. xi

INTRODUCTION GENERALE ................................................................................................ 1

PROBLEMATIQUE ............................................................................................................................2

QUESTIONS DE RECHERCHE.........................................................................................................3

Question principale ..........................................................................................................................3

Questions spécifiques .......................................................................................................................3

CONTEXTE SCIENTIFIQUE .............................................................................................................4

OBJECTIFS DE RECHERCHE ..........................................................................................................6

Objectif principal..............................................................................................................................6

Objectifs spécifiques ........................................................................................................................7

HYPOTHESES ....................................................................................................................................7

Hypothèse principale ........................................................................................................................7

Hypothèses spécifiques ....................................................................................................................7

CADRE GEOGRAPHIQUE ................................................................................................................7

CADRE CONCEPTUEL ET METHODOLOGIE...............................................................................9

Cadre conceptuel ..................................................................................................................................9

Cadre méthodologique .......................................................................................................................10

INTERET DU SUJET ........................................................................................................................16

132
PLAN DE REDACTION ...................................................................................................................17

PREMIERE PARTIE : CARACTERISTIQUES PHYSIQUES ET HUMAINES DU FARO


ET LES FACTEURS EN CAUSE DES INONDATIONS ..................................................... 18

INTRODUCTION DE LA PREMIERE PARTIE ................................................................... 19

CHAPITRE 1. CARACTERISTIQUES PHYSIQUES ET HUMAINES DU


DEPARTEMENT DU FARO .................................................................................................. 20

INTRODUCTION .................................................................................................................... 20

1.1. Caractéristiques physiques du Faro .............................................................................................20

1 .1.1 un relief complexe ................................................................................................................20

1.1.2 Une hydrographie dense .......................................................................................................23

1.1.3. Le climat et la végétation .....................................................................................................25

1.2. Caractéristiques socio-économiques des populations .................................................................27

1.2.1. Les groupes ethniques ..........................................................................................................27

1.2.2 Le secteur économique .........................................................................................................28

1.2.3 Occupation du sol .................................................................................................................30

CONCLUSION ........................................................................................................................ 32

CHAPITRE 2 : CONJONCTION DE PARAMETRES VECTEURS DES INONDATIONS 33

INTRODUCTION .................................................................................................................... 33

2.1. L’influence des caractéristiques physiques sur la montée des eaux ............................................33

2.1.1. Notion de bassin versant .....................................................................................................33

2.1.2. L’influence des facteurs géomorphologiques sur les différents types d’inondations .........37

2.1.3. L’influence des Facteurs pédologiques, hydrologiques et météorologiques .......................52

2.2. Les facteurs anthropiques d’aggravation des inondations ...........................................................59

2.2.1 Une occupation non contrôlée de l’espace ............................................................................60

2.2.2 Impact des activités agropastorales .......................................................................................60

2.2.3 Les aménagements infrastructurels non adaptés ...................................................................61

2.2.4 La question de la responsabilité humaine sur les dérèglements climatiques .........................63

CONCLUSION ........................................................................................................................ 64

CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE ........................................................................ 65

133
DEUXIEME PARTIE : MANIFESTATIONS ET CONSEQUENCES DES INONDATIONS
DANS LE BASSIN VERSANT DU FARO INFERIEUR, DU MAYO FARDA ET DU
MAYO. ..................................................................................................................................... 66

INTRODUCTION .................................................................................................................... 67

CHAPITRE 3. MANIFESTATIONS DES INONDATIONS DANS LE BASSIN DU FARO


INFERIEUR ET LE BASSIN DU MAYO BOKI SUPERIEUR ............................................. 68

INTROTUCTION .................................................................................................................... 68

3.1. Les différents types d’inondations rencontrées ...........................................................................68

3.1.1. Les inondations fluviales .....................................................................................................68

3.1.2. Les inondations rapides ou torrentielles ...............................................................................69

3.1.3. Les inondations par remontée de la nappe phréatique..........................................................71

3.2. Manifestation des différents types d’inondations .......................................................................71

3.2.1. L’inondation fluviale ...........................................................................................................71

3.2.2. Manifestation des inondations rapides ou torrentielles .......................................................75

3.2.3. Manifestation des inondations par remontée de la nappe phréatique ...................................78

CONCLUSION ........................................................................................................................ 80

CHAPITRE 4. LES CONSEQUENCES DES INONDATIONS ET LES STRAEGIES DE


LUTTE ET D’ADAPTATION ................................................................................................. 81

INTRODUCTION .................................................................................................................... 81

4.1. Les conséquences directes des inondations .................................................................................81

4.1.1. Les conséquences des inondations sur les personnes et leur cadre de vie ............................81

4.1.2. Conséquences des inondations sur l’environnement naturel ...............................................83

4.1.3. Conséquences des inondations sur la pratique agricole .......................................................86

4.1.4. Les conséquences des inondations sur les infrastructures routières et le transport ..............91

4.2. Les conséquences indirectes des inondations ..............................................................................95

4.2.1. Les conséquences des inondations sur la santé humaine......................................................95

4.2.2. Impact des inondations sur les réseaux de transport, d’énergie et de télécommunication ...96

4.2.3. Impact des inondations sur le commerce et le tourisme ......................................................98

4.2.4. Conséquences des inondations sur le fonctionnement des activités. ....................................99

134
4.3. Les techniques de lutte et d'adaptations développées par les populations pour faire face aux
inondations .......................................................................................................................................100

4.3.1. L’élévation des clôtures en matériaux définitifs sur les terrains basses .............................100

4.3.2. La fuite du danger ..............................................................................................................101

4.3.3. Des pratiques agricoles adaptées aux inondations..............................................................101

Conclusion .............................................................................................................................. 111

DISCUSSION DES RESULTATS ........................................................................................ 112

CONCLUSION GENERALE ET SUGGESTIONS .............................................................. 115

BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................. 117

ANNEXES ............................................................................................................................. 121

TABLE DES MATIERES ...................................................................................................... 132

135

Vous aimerez peut-être aussi