Vous êtes sur la page 1sur 3

Les influences des facteurs Individuels sur la formation de la personnalité du

délinquant :

À la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle, de nombreux professionnels, chacun dans
leur spécialité (droit, médecine, statistiques, etc.), se sont intéressés au phénomène
criminel. Leurs travaux forment le terreau à partir duquel les fondateurs de la criminologie
ont posé les premiers jalons de la discipline que nous connaissons aujourd'hui.

La criminologie c'est un champ interdisciplinaire qui étudie le phénomène criminel et qui fait
appel à nombreuses disciplines allant de la psychologie, au droit en passant par la sociologie.
Il s'intéresse également à l'étude des facteurs de la criminalité. Mais dans notre sujet nous
aborderons la question des facteurs Individuels qui influe sur la formation de la personnalité
du délinquant.

Et pour répondre à cette question on doit mettre un plan pour faciliter le traitement de ce
sujet :

I- Les antécédents héréditaires :

A- Etudes généalogiques :
B- Etude statistiques :
C- Etude dite des jumeaux :

II- Les antécédents personnels :

A- Antécédents antérieurs à la naissance :


B- Antécédents concomitants à la naissance :
C- Antécédents postérieurs à la naissance :
I- Les antécédents héréditaires :

Parmi les divers traits de la personnalité des individus en général, il en est certains qui
proviennent de la transmission par le jeu de l’hérédité. à ce niveau là des recherches ont été
faites dans ce domaine : les études généalogiques, statistiques et de l’étude dite des jumeaux.

A- Etudes généalogiques :

Les études généalogiques reposent sur la composition de tables de descendance ou d’arbres


généalogiques permettant d’établir ce qu’il est advenu des descendants d’un individu
déterminé et de calculer combien de cas de délinquance et quels types de délits se
reproduisent de génération en génération.

B- Etude statistiques :

Les études statistiques reposent sur l’observation d’un groupe de criminels en recherchant à
propos de chacun d’eux combien de fois les ascendants ont été eux-mêmes des criminels.

C- Etude dite des jumeaux :

L’étude dite des jumeaux, consiste à comparer les comportements respectifs de jumeaux
univitellins ou « vrais jumeaux » et de bivitellins ou « faux jumeaux ». Elle repose sur l’idée
que les univitellins ayant exactement le même patrimoine génétique, si l’hérédité de l’un le
prédispose au crime, celle de l’auteur doit également l’y inciter.

Les comparaisons effectuées ont permis de constater qu’il y avait concordance de


comportements chez les univitellins dans près des 2/3 des cas, tandis que cette concordance
n’existait que dans 1/3 des cas chez les bivitellins.

II- Les antécédents personnels :

A- Antécédents antérieurs à la naissance :

Il ressort des études effectuées en cytogénétique que certains hommes possèdent un ou


plusieurs chromosomes sexuels (gonosomes) supplémentaires dans leur caryotype. Ces
aberrations gonosomiques peuvent en premier lieu consister dans la présence d’un ou plusieurs X
supplémentaires (syndrome de Klinefelter). Nombre des recherches effectuées sur la question de ce
syndrome confirment que ce phénomène est rare.

Les aberrations gonosomiques peuvent en second lieu résulter d’un ou plusieurs Y supplémentaires
qui donnent des sujets de grande taille et des personnalités dont la description rejoint celle des
psychopathes. Ici encore, nombre d'études ont établi que ce phénomène est rare.

B- Antécédents concomitants à la naissance :

La médecine attache une grande importance au traumatisme obstétrical que l’on considère
comme l’une des causes les plus fréquentes de la débilité mentale.
C- Antécédents postérieurs à la naissance :

Ces antécédents sont nombreux et variés : troubles du premier développement, maladies


infectieuses à ralentissement encéphalique, acquisition de l’habitude de l’alcoolisme,
existence de moments dangereux, en particulier la puberté.

Conclusion :

Vous aimerez peut-être aussi