Vous êtes sur la page 1sur 5

Chapitre 4 : Well

Logging

IV.1. Introduction 
Une diagraphie (en anglais Well Log) est l’enregistrement, en fonction de la profondeur,
des caractéristiques géologiques des roches et pétro-physiques des fluides d’une formation.
Elle permet d’estimer les saturations d’eau et d’hydrocarbures et le pendage des couches. Elle
permet également d’effectuer une corrélation des couches d’un gisement en utilisant les
données recueillies depuis plusieurs puits.
Dans l’industrie pétrolière, la vie d’un gisement commence dès que celui-ci devient une
perspective d’exploitation. Pour confirmer les indices décelés lors de l’exploration
préliminaire (techniques géophysiques de prospection telle que la sismique), nous avons
recours aux diagraphies.
Cette étape de l’exploration est clé afin de recueillir le plus de données possibles sur un
réservoir pour pourvoir le modéliser, ce qui permettra une meilleure compréhension des
caractéristiques de la roche et des fluides de formation.
En d’autres termes, les diagraphies offrent la possibilité de programmer correctement
l’ensemble des processus ultérieurs liés à l’exploitation du gisement en question et assurer une
récupération optimale des hydrocarbures.

Figure IV.1. Diagraphie différée interprétée contenant des informations de porosité et de


densité.

IV.2. Classement des diagraphies  


Il existe deux modes de classements, en l’occurrence :
IV.2.1. Premier classement 
 Logging While Drilling (LWD) : appelées également diagraphies de forage, elles
sont effectuées en cours de forage de puits. Elles permettent de faire une synthèse

12
Chapitre 4 : Well
Logging

 Diagraphies différées : Ce type de diagraphies enregistrent, pour la plupart, des


mesures après le forage et avant le cuvelage du puits. Les outils de diagraphies sont
descendus avec un train de sonde lors d’un travail au câble (wireline logging).
 Measuring While Drilling (MWD) : Elles consistent à enregistrer différents
paramètres (mesures de pression, température, déviation, densité, RPM, …) au cours
du forage.

IV.2.2. Deuxième classement 


 Diagraphies en cours de forage : Elles regroupent toutes les diagraphies effectuées
avant la mise en service du puits (CBL, Gamma Ray, Sonic Log, Density-Neutron
Log, …)
 Diagraphies en cours de production : Elles regroupent toutes les diagraphies
effectuées pendant la production (PLT, mesure de température & pression de fond, …)

IV.3. Diagraphies géométriques 


Les diagraphies géométriques permettent d’enregistrer les paramètres liés au
dimensionnement et orientation du puits, tel que le diamètre du trou, sa déviation et son
azimut.

Figure IV.2. Outils calibreurs (calipers) mesurant le diamètre

IV.4. Diagraphies de résistivité 


Ce type de diagraphies mesure la résistivité des formations en créant un champ électrique
ou d’induction depuis une électrode/bobine descendue en profondeur. La résistivité de la
formation à cette stimulation électrique est traduite en données, qui seront utilisées pour
estimer les saturations des fluides, ainsi que les dimensionnements des zones d’invasion. Les
diagraphies de résistivité permettent aussi, dans le cas de l’existence des hydrocarbures,
d’estimer leur mobilité dans le milieu poreux.
Il est à noter qu’il n’est pas possible d’effectuer la majorité des diagraphies de résistivité
électriques en casedhole, c’est pour cela qu’on s’arrange pour opérer dès la fin du forage.
Après filtration du fluide de forage dans les zones perméables, on constate la formation de
plusieurs zones d’intérêt :

13
Chapitre 4 : Well
Logging

 Zone lavée (Flushed Zone) : Cette zone perméable a été entièrement balayée par le
filtrat de la boue de forage, ce qui a expulsé les fluides de formation vers l’extérieur du
puits. Elle est caractérisée pas son diamètre et sa résistivité Rxo.
 Zone envahie (Invaded Zone) : Cette zone inclut la partie perturbée dans laquelle les
fluides de forage et de formation coexistent à des saturations en fonction du diamètre
d’invasion Di correspondant à la portée maximale du filtrat.
 Zone vierge (Uninvaded Zone) : Cette zone est la partie de la formation perméable
encore intacte suite à l’invasion. C’est la zone qui contient les saturations initiales des
fluides de formations.
Le phénomène d’invasion joue un grand rôle dans l’acquisition des résistivités des
différentes zones mentionnées ci-dessus.

Figure IV.3. Modèle d’invasion du fluide de forage

IV.5. Diagraphie Gamma Ray 


Ce type de log a pour but de mesurer la densité de la formation en se basant sur la
radioactivité naturelle du milieu ou « Gamma Ray ». Elle apporte des informations
lithologiques en mettant en évidence les charbons, les évaporites et surtout les niveaux
d'argiles qui constituent souvent les limites des réservoirs dans le sous-sol.
De très nombreux isotopes naturels sont radioactifs. Seuls trois d'entre eux jouent un rôle
notable dans la radioactivité naturelle des minéraux et des roches : l'uranium, le thorium et le
potassium 40. Ces éléments émettent des rayons de type Gamma, et donc, plus la formation
est dense, plus les mesures de Gamma Ray sont conséquentes. Inversement, si les mesures

14
Chapitre 4 : Well
Logging

indiquent un faible taux de Gamma Ray, cela indique une formation moins dense, et
probablement poreuse, ce qui nous permet de délimiter les couches réservoirs.

Figure IV.4. Corrélation entre forages en utilisant les logs de


Radioactivité Gamma naturelle.

IV.6. Density Log 


Si d’une part les diagraphies Gamma Ray exploitent la radioactivité naturelle de la
formation étudiée, les logs de densité provoquent la formation en la bombardant avec des
rayons Gamma. Une sonde contenant des éléments radioactifs, généralement du Césium 137,
est descendue par wireline dans le puits. Des rayons gamma sont émis de l’élément radioactif
et heurtent la formation, qui interagie avec ce bombardement : les rayons gammas mettent les
atomes de la roche dans un état instable. Pour s’équilibrer, ces atomes libèrent à leur tour des
rayons gamma atténués. L’analyse de ce phénomène est la suivante :
Si les lectures de rayons gamma atténués sont élevées, cela signifie que la roche contient
plus d’atomes. La formation est donc moins poreuse. Par contre, les lectures faibles sont une
indication d’une formation poreuse.
L’interprétation des diagraphies de densité procure une appréciation quantitative de la
porosité des formations subjacentes.

IV.7. Neutron-Neutron Log 
Lorsque l'on soumet une formation à un bombardement de neutrons rapides à partir d’une
sonde, plusieurs types d'interactions neutrons noyaux peuvent prendre naissance. Ces neutrons
à haute énergie incidente pénètrent et interagissent avec les formations et perdent une partie
de leur énergie. Dans cet état, ils sont appelés neutrons thermiques. Plus la masse atomique
des atomes percutés se rapproche de la masse des neutrons, plus ces derniers perdent en
énergie. Ce sont donc les atomes d'hydrogène qui sont les plus responsables de cette perte
d'énergie.

15
Chapitre 4 : Well
Logging

L'évaluation de ces phénomènes peut renseigner sur le contenu atomique de la formation,


et donc sur sa densité. Sachant que les atomes d’eau, d’huile et de gaz contiennent le plus de
neutrons respectivement, les lectures enregistrées seront le plus faible dans la présence d’un
aquifère et faible dans la présence d’hydrocarbures.

Figure IV.5. Principe de fonctionnement d’une sonde neutron

Le couple Density-Neutron Log est l’un des meilleurs moyens de délimiter les interfaces
de fluides de formation. Les deux logs permettent d’identifier ce qu’on appelle les cross-over
qui indique la présence des hydrocarbures ou d’un aquifère.

Figure IV.6. Interprétation du Neutron Density Crossover

IV.8. Sonic Log


La diagraphie acoustique est une diagraphie visant à mesurer la vitesse de propagation du
son dans les formations géologiques, en utilisant un outil de puits composé d’un système
émetteur et d’un système récepteur.
A l’origine utilisée à des fins d’investigation sismique, les diagraphies acoustiques
(acoustic-velocity logs) sont, de nos jours principalement, effectuées pour déterminer la
porosité et identifier la lithologie d’une formation avec la formule empirique de Wyllie. Elle
permet aussi d’évaluer la qualité de la cimentation, ainsi que repérer les formations à pression
anormale. La grandeur mesurée est le temps de parcours de l’onde dans la formation. Plus ce
dernier est grand, plus la formation est poreuse car le son se propage plus aisément dans une
formation dense.

16