Vous êtes sur la page 1sur 1

Examinez comment Joffo présente l’enfance des deux frères Jo et Maurice.

L’enfance des deux protagonistes du livre <<Un Sac de Billes>>, disparaît au


cours de l’histoire autobiographique de Joseph Joffo. Ecrit sur un plan de la
deuxième guerre mondiale, l’auteur nous présente une enfance qui n’est pas
typique et qui sert à enseigner le lecteur moderne des effets et dangers du
racisme.

Au début du récit, Jo et Maurice ont 10 et 12 ans. Ils habitent en famille à Paris au


temps de l’occupation allemande. De plus ils sont juifs. Par conséquent, la loi
raciale force toute la famille à porter l’étoile jaune et elle empêche les juifs d’aller
au cinéma ou de prendre le train. L’école est devenue difficile et l’auteur nous
raconte plusieurs exemples de discrimination. Joseph remarque:
<< J’ai compris que pour moi, l’école était finie.>>
Bien que les frères aient connu des difficultés en raison de leur religion, en même
temps Joffo nous décrit les moments d’humeur qui rendent les garçons heureux.
Par exemple Joseph fait sa première affaire en échangeant son étoile contre un
sac de billes, car leur ami Zérati pense que <<c’est comme une décoration>>! En
dépit de cette enfance difficile et souvent dangereuse, l’auteur arrive toujours a
présenté d’une manière comique un aspect de leur aventure.

Normalement les enfants vivent sous la protection des parents mais les Joffos
sont obligés à se séparer de leurs enfants en raison de la menace nazie. Il m’est
évident que les deux frères ont aimé leurs parents et autres frères. Ainsi Joseph a
toujours l’espoir qu’ils vont se réunir:-
<<nous nous retrouverions après la guerre qui ne durerait pas toujours>>.
Je pense qu’il est incroyable que des parents pourront donner leurs enfants de
l’argent et un sac à dos pour s’enfuir tout seul, cependant je comprends qu’à cette
époque c’était une décision nécessaire pour la survie des enfants.

L’histoire raconte les aventures des deux frères pendant leur périple en zone
libre. Par moments, ils sont audacieux et courageux car ils arrivent à gagner de
l’argent pour survivre. De nos jours, il est impensable qu’en France un enfant de
dix ans devrait travailler pour pouvoir manger et s’enfuir en raison de leur
religion. Le récit témoigne la vraie peur des frères pendant leur emprisonnement
par le Gestapo à Nice. Les garçons doivent surmonter la plus grande épreuve de
leurs vies en niant leur identité juive. Quant à Maurice, il lui fallait aussi trouver
de faux papiers de baptême par l’aide d’un prêtre. Cet épisode est long et
effrayant, le lecteur craint que les garçons ne réussiront pas à s’échapper.
L’auteur crée du suspens à chaque page. Pourtant il est surprenant qu’après leur
libération de l’hô tel Excelsior, les frères décident immédiatement de mettre les
pieds nus dans la mer ce qui nous rappelle qu’ils sont encore des enfants.

Pour conclure, ces moments tristes suivis par des moments heureux reflètent le
fait que leur aventure est difficile et dangereux mais parfois comique ou positive.
Je dirais que l’auteur démontre que leur enfance est finalement perdue et finie à
la fin de l’histoire quand Joseph découvre que son père est mort et qu’il voit son
reflet dans la vitrine du magasin. Le lecteur comprend que Joseph est devenu
adulte et il déclare: <<c’est vrai, j’ai grandi>>.