Vous êtes sur la page 1sur 4

• Définir le travail à chaud;

• Identifier les risques du travail à chaud;

• Identifier les mesures préventives appropriées;

• Connaître la réglementation applicable, notamment le Règlement sur la santé

et la sécurité du travail (RSST) et le Code National de Prévention des

Incendies (CNPI);

• Appliquer la procédure de travail à chaud;

• Comprendre et appliquer les consignes du permis de travail à chaud.


Difinition
« travail à chaud» : tout travail qui exige l’emploi d’une flamme ou qui peut produire une source
d’inflammation. Code national de prévention incendie (CNPI) Domaine d’application (5.2.1.1.1) Tous
les travaux utilisant une flamme nue ou produisant de la chaleur ou des étincelles, notamment le
découpage, le soudage, le brasage, le meulage, la fixation par collage, la métallisation à chaud et le
dégel des canalisations

• Quelques statistiques et faits divers :

– Les travaux par points chauds sont la 3e cause d’incendie (de

source humaine) en importance.

– Les incendies causés par des travaux par points chauds débute

rarement à l’intérieur même de l’atelier prévu pour ces travaux.

– Les pertes causées par ces incendies :

• ont entraîné la fermeture de l’établissement dans 3 cas sur 4

• furent causées dans 58% des cas par des entrepreneurs externes

– Le type de procédé et le genre d’équipement affectent le

potentiel de perte. Le soudage à l’arc et le découpage produisent

des milliers de sources d’inflammation sous forme d’étincelles ou

de globules en fusion qui « voyagent » dans l’air.

– Les meuleuses portatives sont autant impliquées dans les

accidents que les postes de soudage

4 modes de propagation de la chaleur

• Contact direct ou rayonnement

– inflammation des matières non

protégées situées au voisinage

de la source de chaleur

• Étincelles et gouttelettes de métal

en fusion

– atteignant 1 000 à 2 000°C

– elles s’insinuent partout et

peuvent être projetées à plusieurs


mètres de distance

– une attention particulière sera

portée aux fentes, trous rainures,

faux-plafond et faux-plancher
• Conduction thermique

– Transmission de la chaleur le

long d’un élément chauffé

(tuyauterie, gaines, parois,…)

pouvant embraser les matériaux à

son contact

• Transferts de gaz chauds imbrûlés

– Les gaz chauds dégagés

s’élèvent et se propagent aux

niveaux supérieurs

– Prévention :

• Essai de détection de fuite

• Vérification des connexions des boyaux

• Inspection des boyaux pour détecter les brûlures, coupures,

fendillements ou autres défauts

• Aucune réparation temporaire à l’aide de ruban

• Réparation de chalumeau ou de régulateur effectuée par

personne qualifiée

Protection personnelle

• Porter des vêtements ininflammables, sans poches ni revers

• Porter les EPI appropriés : lunettes, protection respiratoire, etc.


– Mesures de sécurité en cas d’urgence

Plan d’évacuation

Dans tout établissement, un plan d’évacuation en cas d’urgence doit

être établi et mis en application, le cas échéant.

Exercices

Des exercices de sauvetage et d’évacuation doivent être tenus au

moins une fois l’an. Ces exercices sont adaptés aux risques que

présente l’établissement ainsi qu’à la nature des activités qui y sont

exercées.