Vous êtes sur la page 1sur 17

Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

I. Introduction 

L’objectif de ce chapitre est d’apporter une connaissance sur les matériaux composites
par une description de leurs constitutions, de leurs propriétés et de leurs structures. Etant
donné l’importante diversité de ces matériaux. Dans ce chapitre, nous présentons une partie
bibliographique qui est divisée en deux. La première est consacrée aux généralités des
matériaux composites et leurs caractéristiques principales permettant de connaitre ces
derniers. La seconde partie serait dédiée aux composites sandwichs.

I.1.Introduction 

Dans cette partie, on se consacre à la présentation des différents constituants des


matériaux composites. Les matériaux composites disposent d’éventualités importantes par
rapport aux matériaux traditionnels. Ils possèdent de nombreux avantages fonctionnels,
légèreté, résistance mécanique et chimique, maintenance réduite, libertés de formes. Ils
permettent d’augmenter la durée de vie de certains équipements grâce à leurs propriétés
mécaniques et chimiques. Il offre une meilleure isolation thermique ou phonique et une bonne
isolation électrique.

I.2.Définition d’un matériau composite

Un matériau composite est un matériau résultant de l’association de deux matériaux à


natures différentes, dans le but d’avoir à la fin un matériau présentant des caractéristiques que
les deux matériaux utilisés n’avaient pas seuls.

Il subsiste des matériaux composites naturels, comme le bois ou les os. Les matériaux
composites de synthèse, ont connu un essor épouvantable depuis le XXème siècle. Des
différents secteurs tels que l’aéronautique, l’industrie nautique, le sport et le bâtiment, pour
leur  légèreté et leur résistance mécanique et d’autres qualités.
Les deux matériaux constituant le matériau composite sont le renfort et la matrice (Figure I.1):

→ Le renfort n’est qu’un squelette ou une carcasse sur laquelle va s’exercer des contraintes
mécaniques.
Son implication est d’améliorer la solidité du matériau composite.

→ La matrice est un emballage autour du renfort. Son rôle consiste à:


• transmettre et répartir les efforts mécaniques au renfort, le plus uniformément possible.
• assurer la cohésion du matériau.
• donner sa forme au matériau composite.
• protéger le renfort contre les agressions du milieu extérieur : corrosion, etc.

3
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

Fibre

Matrice
re

Figure I.1 : matériaux composite

Il existe aujourd'hui une grande variété de matériaux composites que l'on répartir
généralement en trois familles en fonction de la nature de la matrice :
 Les composites à matrices organiques (CMO).
 Les composites à matrices céramiques (CMC).
 Les composites à matrices métalliques (CMM).

Les composites trouvent leurs principales applications dans le transport aérien,


maritime et ferroviaire, le bâtiment, l'aérospatial ainsi que les sports et loisirs, notamment
grâce à leur bonne tenue mécanique comparable aux matériaux homogènes comme l'acier et à
leur faible masse volumique.

On distingue deux types de composites: les composites grandes diffusions et les composites
hautes performances.

I.2.1 Grande diffusion 


Les matériaux composites à grande diffusion offrent des avantages essentiels, qui sont
l’optimisation des coûts par diminution des prix de revient, sa composition de résine
organique et des fibres longues ou courtes (sous forme de mat ou tissu) et la simplicité du
principe d’élaboration du matériau.

I.2.2.Hautes performances 
Les matériaux composites à hautes performances sont utilisés dans le domaine
d’aéronautique où le besoin d’une grande performance déduite des hautes valeurs ajoutées.
Les renforts sont plutôt des fibres longues. Le taux de renfort est supérieur à 50%.

I.3.Constituants des matériaux composites 

4
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

Dans cette section, les différents matériaux utilisés pour les matrices et les renforts sont
présentés dans les ouvrages de Bathias et Berthelot ; il convient de noter que tous les types de

matériaux ne peuvent être associés et que la qualité de l’adhésion entre la matrice et les
renforts est un point essentiel dans le choix des constituants. (Figure I.2.3)

Composite

Charges et
Renfort Additifs
Matrice

Figure I.2 : constituant d’un composite


Matrice

Renfort

Figure II.3. Constituants d’un matériau composite


I.3.1.La matrice 
La matrice permet de lier les fibres du renfort fibreux entre elles, ainsi que de répartir
les efforts (résistance à la compression ou à la flexion). La matrice est facilement déformable
et assure la protection chimique des fibres. Généralement, c’est un polymère ou une résine
organique. On peut retrouver dans l’organigramme ci-dessous, les différentes familles de
matrices :
Matrice

Organique Minérales

Thermodurcissable
Thermodurcissable Thermoplastique
Thermoplastique Elastomères
Elastomères Céramique
Céramique Métallique
Métallique

Figure I.4 : différentes familles des matrices.


II.3.1.1.Les matrices organiques 

5
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

Les composites à matrices organiques (CMO) formés de résines faites de matières


plastiques (polymères), en raison de leur bonne caractéristique variante. Les matrices
polymères peuvent contenir des charges plus aux moins renforce. Aujourd’hui, ils
représentent le volume le plus important à l’échelle industrielle. La matrice d’un matériau
composite organique peut apparaître sous différents types de polymères. Les résines les plus
employée sont les résines thermodurcissables (TD) et les résines thermoplastique (TP), ce
sont elles qui ont les meilleures propriétés mécaniques et une résistance chimique intéressante
(voir figure I.2.3).

 Les résines organiques les plus employées dans les matériaux composites sont les
résines thermodurcissables et les résines thermoplastiques.

a)Les résines thermodurcissables

Les résines thermodurcissables sont des polymères, qui, après un traitement thermique
ou physico-chimique (catalyseur, durcisseur), se transforment en des produits essentiellement
infusibles et insolubles. Ces résines ont donc la particularité de ne pouvoir être mises en forme
qu’une seule fois.

Résines T°(C) ρ (Kg/m3) εRƒ(%) σƒR(MPa) E(GPa)

Polyesters 60 a100 1120 2à5 50 à 85 2,8 à 3,6

Phénoliques 120 1140 2,5 40 3à5

Epoxydes 290 1100 à 1500 2à5 60 à 80 3à5

Tableau II.1:caractéristique des résines thermodurcissables

b) Les résines thermoplastiques 

Les résines thermoplastiques sont des solides généralement solubles, formés de


chaines distinctes bien compactées, liées entre elles par des seules liaisons secondaires (force
de van der Waal, liaisons d’hydrogène) et mis en forme par chauffage et refroidissement.

Tableau II.2: caractéristique des résines thermoplastiques.


Résine T°(C) ρ (Kg/m3) σƒR(MPa) E(GPa)

Polyamide 65 à 100 1140 60 à 85 1,2 à 2,5

Polypropylène 900 1200 20 à 25 1,1 à 1,4

Le tableau ci-dessous caractéristique des résines thermodurcissables et des résines


themoplastiques.

6
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

Tableau II.3 : Principales différences entre matrices TP et TD

Matrices Thermoplastiques Thermodurcissables

Etat de base Solide prêt à l’emploi Liquide visqueux à polymériser

Stockage matière de base illimité Réduit

Mouillabilité des renforts difficile Aisée

Moulage Chauffage+refroidissement Chauffage continu

Cycle long Court

Tenue au choc Assez bonne Limitée

Tenue thermique réduite Meilleure

Chute et déchets recyclables Perdus ou recyclés en charge

Conditions de travail propreté Emanation pour « méthode humide »

I.3.1.2.Les matrices minérales 


Les matrices minérales peuvent être constituées de carbure ou carbone dans le cas des
matrices céramiques ou d’aluminium, de magnésium, dans le cas de matrices métalliques.
Ces matrices de nature métallique ou céramique sont utilisées pour des applications à haute
température (entre 500° et 1000°C), ce qui explique leur coût de fabrication très élevé et la
difficulté de l’élaboration de cette catégorie de matériaux.
Elles sont employées fréquemment dans les domaines du spatial, du militaire, et des
dispositifs de freinage, ainsi qu’aéronautique.

a) Les matrices céramiques 


Les composites à matrices céramiques (CMC) réservés aux applications de très haute
technicité et travaillant à haute température comme dans les domaines spatial, nucléaire et
militaire, ainsi que le freinage.
b) Les matrices métalliques 
Les composites à matrices métalliques (CMM) intéressent les concepteurs des
industries automobiles, électroniques et de loisirs pour répondre à des exigences mécaniques
spécifiques.

I.4.Les renforts
Les renforts contribuent à améliorer la résistance mécanique et la rigidité des
matériaux composites et se présentent sous forme filamentaire, allant de la particule de forme
allongée à la fibre continue qui donne au matériau un effet de résistance orientée.

Les différents types de renforts sont cités dans l’organigramme ci-dessous.

7
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

Renfort

Organique Minéral

Artificiel Végétal Céramique Métallique

Polyester Aramide Bois Coton Verre Carbone Bore

Figure I.5: Les différents types de renfort de base.

I.4.1.Les fibres 

Les fibres utilisées se présentent soit sous forme continues (fibres longues), soit sous
forme discontinues (fibres courtes) (Figure I.6).

I.4.a) Fibres longues : Elles sont coupées au moment de la fabrication du matériau


composite, ou qui peuvent être utilisées telles quelles ou bien tissés.

I.4.b) Fibres courtes : Elles sont à quelques centimètres, ou fractions des millimètres, ou on
distingue les feutres et les mats (particules).

Figure I.6: Différents types de fibres

I.4.2 Natures des fibres

I.4.2.1 Les fibres végétales

Les fibres végétales sont des structures biologiques fibrillaires composées de cellulose,
hémicelluloses et de lignine. En proportion relativement faible d’extractibles non azoté, de
matière protéique brute, de lipide et de matières minérales. Les proportions de ces constituants
dépendant énormément de l’espèce, de l’âge et des organes de la plante.

8
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

I.4.2.1.1 Composition chimique des fibres végétales

La biomasse végétale est constituée de plusieurs macromolécules étroitement liées entre elles
au sein de la paroi végétale. Leur composition chimique influe énormément sur leur durabilité
et spécialement dans les milieux alcalins.

A l’exception de la fibre de coton, La composition chimique des fibres végétales est de la


cellulose, l’hémicellulose, de lignine, de la pectine, cire et solubles dans l’eau des substances.

Avec la cellulose, l’hémicellulose et de la lignine comme les composants de base qui


procurent aux fibres leurs propriétés physiques.

Tableau I.6 Composition chimiques de quelques plantes a fibres


Types de fibres Cellulose Hemicellulose Lignine

Cotton 82.7 5.7 -

Jute 65.4 12 11.8

Zostre 57 28 5

Ramie 68.6 13.1 0.6

Sisal 65.8 12 9.9

Chanvre 57-77 14-17 9-13

Kenaf (écore) 44-60.8 20.3-23 10-19

Kenaf (bois) 37-49 18-24 15-21

Résineux 48.0 15 25.3

 La Cellulose 

C’est la principale composante des fibres végétales. C’est un polymère naturel. Généralement,
les fibres végétales sont constituées par une chaine de fibres en cellulose, c’est le seul
constituant à présenter une forme cristalline conférant à la fibre des propriétés
thermomécaniques intéressantes.

 Hémicellulose

L’hémicellulose présente dans toutes les parois de ces fibres, est un polysaccharide a chaine
courte ramifiée et repliée sur elle-même. C’est le constituant responsable de l’élasticité des
fibres et qui permets aux parois de s’allonger pendant la croissance.

 Lignine
9
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

La lignine constitue la colle qui lie les fibres végétales entre elles ainsi que leurs parois. C’est
un polymère tridimensionnel provenant de la copolymérisation de trois alcools phenyl-
propénoïques.

 Pectine

Un nom collectif pour hétéro-poly-saccharides, qui consistent essentiellement en poly-


galacturonacid. La pectine est soluble dans l’eau seulement après une neutralisation partielle
avec de l’hydroxyde alcalin ou d’ammonium.

 Cires

Composer la partie des fibres qui peuvent être extraits des solutions organiques. Ces
matériaux cireux sont constitues de différents types d’alcools, qui sont insolubles dans l’eau
ainsi que dans plusieurs acides (l’acide palmitique, l’acide oléagineuse, l’acide stéarique) [19]

Classification des fibres végétale

Il existe plusieurs critères de différentiation des fibres :


Suivant l’organe de la plante dont elles sont issues, les fibres végétales peuvent êtres classée
en :

 Fibres de tiges (Kenaf, jute, lin, ramie).


 Feuilles (Sisal, paille de graminée).

Suivant leur teneur en cellulose, hémicellulose et en lignine, on peut distinguer :

 Les fibres ligneuses (dures et rigide provenant de matériels ligneux tels que le bois
d’œuvre, les résidus de l’industrie du bois).

 Les fibres non ligneuses (douces, souples, issues de végétaux non ligneux souvent
annuels relativement moins riches en lignine tels que le kenaf, le chanvre, le sisal, le
jute et le lin). Suivant leur longueur, les fibres végétales peuvent êtres groupées en
deux catégories :

1) Fibres longues, dites libérienne, provenant des tiges et d’écorce de tiges de plantes
annuelles. Elles sont douces.

2) Fibres longues issue de feuilles ou de troncs d’arbre sont plus dures et plus rigides à
cause de leur richesse en lignine. Et fibres courtes leurs sont associées aux fibres
longues.

A. Les fibres du jute et l’avantage pour environnement

10
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

La fibre de jute est longue, douce et brillante. Sa longueur va de 1 à 4 mètres et son diamètre
de 17 à 20 microns. Elle est essentiellement composée de cellulose végétale et de lignine, qui
sont respectivement les principaux composants de la fibre végétale et de la fibre de bois. Les
méthodes de rouissage utilisées pour séparer l’écorce filamenteuse d'avec la tige peuvent être
biologiques ou chimiques, mais les premières sont plus répandues compte tenu du coût des
produits chimiques. Le rouissage biologique englobe plusieurs techniques consistant à lier les
tiges en faisceaux avant de les faire tremper afin de séparer plus facilement les fibres de la
tige. On gratte ensuite la matière non fibreuse, ce qui permet enfin d’arracher les fibres.

Totalement biodégradable et recyclable, la fibre de jute est respectueuse de l’environnement.


Un hectare de jute consomme environ 15 tonnes de dioxyde de carbone et relâche 11 tonnes
d’oxygène. La rotation des cultures permet par ailleurs d’améliorer la fertilité des sols au
profit de la récolte suivante. De surcroît, le jute ne produit pas de gaz toxique lorsqu’il est
brûlé. 

Figure I.7 Fibres de jute

Constitution %
La Cellulose 60-62
Hémicellulose 22-24
Lignine 12-14
Autres 1-2

Les caractéristiques mécaniques générales de fibre de jute sont dans le tableau ci-dessous

Tableau I.7 Les compositions chimiques de jute et du coton.


Fibre Densité (g / cm3) Module de Resistance a la Elongation à la
Young ( GPa) traction (MPa) rupture (%)
Jute 1.3 26.5 393-773 1.5-1.8

Cotton 1.5-1.6 5.5-12.6 287-597 7-8

11
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

Tableau I.8 Les caractéristiques mécaniques générales de fibres de jute

A. domaine d’utilisation des fibres végétales

Les fibres végétales sont traditionnellement utilisées dans le secteur du textile pour
l’habillement, dans l’industrie du papier, dans l’agriculture pour le paillage des cultures, dans
l’emballage pour la sacherie, et dans l’ameublement pour le rembourrage des matelas et des
meubles et dans l’élaboration des matériaux composites. Des applications des fibres végétales
existent également dans le secteur des fibres et absorbants, dans l’isolation avec les tissus ou
panneaux de particules agglomérai.

I.4.1.1.Les fibres minérales 


a)Les fibres métalliques ou céramiques 
Elles sont les plus onéreuses, en raison de leur difficulté de fabrication (de l’ordre de 1000
euros/kg). Les fibres de bore sont obtenues par réduction à 1100°C de chlorure de bore, qui se
dépose sur un fil de tungstène de 10 à 15mm de diamètre.

Le diamètre résultant est de 100 à 200mm pour la fibre. La même procédure expérimentale est
utilisée pour produire des fibres de carbure de silicium (SiC). Leur longueur est de quelques
millimètres, pour un diamètre d’environ 1mm. Elles approchent les propriétés d’un cristal
parfait.

Les fibres de verre 


Le terme fibres de verre désigne à la fois les fibres utilisées comme isolant thermique et celles
utilisées comme renforts associées à des matrices organiques pour donner des composites. La
principale application des fibres de verre textile est le renforcement des plastiques. Ce
pendant leur champ d’applications s’est élargi à d’autres matrices (ciment, plâtre, bitume…)
et à d’autres utilisations.

Figure 1.7 : fibre de verre

Fibre de bore 
Fibres de haut module et insensibles à l'oxydation à hautes températures, elles sont obtenues
par dépôt en phase gazeuse sur un substrat en tungstène.

Les fibres de carbone 

12
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

La fibre de carbone est obtenue à partir de la pyrolyse d’une fibre organique appelée
précurseur. Les fibres de carbone se différencient par le taux de carbone plus ou moins élevé.
Ces fibres sont utilisées en tant que carbone pour les propriétés de cet élément et en tant que
fibre flexible et qui convient à toutes les formes de produits finis.

Figure 1.8 : fibre de carbone

I.4.1.2.Les fibres organiques 


Fibre d’aramide 

La fibre d'aramide est issue de la chimie des polyamides aromatiques. Il est possible de
trouver deux types de fibres d'aramide de rigidités différentes :

- Les fibres bas module : utilisées pour les câbles et les gilets pare-balles ;
- La fibre haute module : employées dans le renforcement pour les composites
hautes performances.

Figure 1.9 : fibre d’aramide


Fibre de silice (ou de quartz) 

Elles sont produites comme le verre, par fusion, et sont essentiellement utilisées pour leur
haute tenue chimique et thermique dans les tuyères pour la motorisation de fusée.

I.5.Les charges et additifs

Caractéristiques particulières ou en réduire le coût. La quantité des produits ajoutés peut


varier de:

— quelques dizaines de % dans le cas de charges,

— à quelques % et moins dans le cas d'additifs.

13
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

L'addition de ces produits a pour fonction soit d'améliorer les caractéristiques mécaniques et
physiques du produit fini, soit d'en faciliter la mise en œuvre. Nous donnons dans ce
paragraphe des exemples de charges et d'additifs.

I.5.1.Les charges 

On désigne sous le nom général de charge toute substance inerte, minérale ou végétale qui,
ajoutée à un polymère de base, permet de modifier de manière sensible les propriétés
mécaniques, électriques ou thermiques, d’améliorer l’aspect de surface ou bien, simplement,
de réduire le prix de revient du matériau transformé.

a)Charges renforçant : L'objet de l'incorporation de charges renforçant est d'améliorer les


caractéristiques mécaniques de la résine.

b) Charges non renforçant  Les charges non renforçant ont pour rôle soit de diminuer le
coût des résines en conservant les performances des résines, soit d'améliorer certaines
propriétés des résines.

I.5.2.Les additifs 

Sont introduits pour obtenir certaine propriétés physiques, chimiques et/ou mécaniques, pour
répondre aux exigences technico-économiques. Parmi ces ajouts, nous avons les charges
minérales, catalyseurs, plastifiants ou diluants, Colorants

a)Charges minérales  : Ces charges permettent d’améliorer les propriétés particulières du


polymère. Elles sont ajoutées sous forme de particules (sphériques ou lamellaires) au mélange
de base pré-polymère/durcisseur, avec un diamètre moyen de l’ordre de 15 µm, et avec un
taux de charge qui peut aller jusqu’à 65 % en masse. Ces charges permettent d’augmenter la
viscosité de la résine non réticulée, ainsi que la tenue thermique et les propriétés mécaniques
du réseau réticulé. Enfin, elles baissent fortement le prix de la résine.

b) Catalyseurs 

Les Catalyseurs servent à augmenter la vitesse de réticulation. Leur nature dépend des


constituants de la résine.

c)Plastifiants ou Diluants

Employés modérément, de l’ordre de quelques pour cent, ils permettent de réduire la viscosité
sans trop diminuer les caractéristiques mécaniques.

d) Diluants réactifs Incorporés à faible teneur dans une résine, ils font chuter la viscosité
dans un rapport de 10 sans trop amoindrir les caractéristiques mécaniques. Ainsi, avec une
amine aromatique en solution, la température de transition vitreuse baisse de 120 C° à 100 C°.

14
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

Cependant, la chute des propriétés mécaniques est importante si l’on dépasse 10 % de diluant
dans la résine.

e)Colorants  Ce sont, soit des pigments minéraux comme le dioxyde de titane (blanc), soit
des pigments organiques. Il est possible d’avoir à peu près tous les coloris, mais on ne peut
pas obtenir des teintes vraiment claires avec les résines époxydes, surtout lorsqu’elles sont
chargées de silice.

I.6.L’intérêt des composites 

Les matériaux composites, en fonction de leurs constituants, présentent un grand nombre


d’intérêts.
- D’un point de vue mécanique, ils offrent d’excellentes propriétés en traction, flexion,
compression, cisaillement plan et transverse ainsi qu’une excellente absorption aux chocs.
Leur résistance mécanique combinée à leur faible densité en fait un élément incontournable
des conceptions actuelles qu’elles soient structurelles ou non.
- D’un point de vue physico-chimique, ils s’adaptent parfaitement à différents milieux
ambiants et peuvent être très performants en termes de résistance aux produits chimiques, au
feu, ou à la corrosion.
Néanmoins, leur plus grand intérêt réside dans la possibilité de pouvoir intégrer plusieurs
fonctions en une seule opération réduisant de fait et de façon conséquente, le nombre de
pièces d’un ensemble mécanique ou d’une conception et par là même son coût de revient.
Bien que leur fabrication nécessite des investissements parfois lourds en termes d’outillages
de moulage, ils constituent un compromis technico-économique intéressant lorsqu’ils sont
fabriqués en série.
I.7.Les types des matériaux composites 

La rigidité d’un composite est conditionnée par le nombre et l’empilement des couches, leur
nature et leur séquence d’empilement. Les structures des matériaux composites peuvent être
classées en trois types:

 Les monocouches ou pli


 Les stratifiées
 Les sandwichs

I.7.1.Monocouches ou pli
Les monocouches représentent l'élément de base de la structure composite. Les différents
types de monocouches sont caractérisés par la forme du renfort : à fibres
longues(unidirectionnelles UD, réparties aléatoirement), à fibres tissées, à fibres courtes

Monocouches

15
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

Figure1.10 : composite monocouche


I  .7.2 Les stratifiées 

Un stratifié est constitué d'un empilement de monocouches ayant chacun une orientation « θ »
propre par rapport à un référentiel commun aux couches et désigné comme le référentiel du
stratifié. Le choix de l'empilement et plus particulièrement des orientations permettra d'avoir
des propriétés mécaniques spécifiques.

Stratifié

Couches

Figure II.14: composites stratifié

I.7.3.Les sandwichs 

Les matériaux composites de types sandwichs sont principalement constitués de deux


composants nommés : peau et âme (Fig.29)

Figure 1.12 : composite sandwich

Les propriétés de ce type de matériaux dépendent de celles de l’ame et des peaux, de leurs
épaisseurs et des caractéristiques de liaison entre elles.

a)L’âme  

Il existe un grand nombre de matériaux qui peuvent être utilisé comme noyau. Ces matériaux
sont devisés en trois classes :

- Matériaux solide à faible densité : balsa et d’autres types de bois.

- Matériaux à haute densité augmentés en forme cellulaire : nid d’abeilles.


16
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

- Matériaux à haute densité augmentés sous la forme ondulée : feuilles ondulées.

b) La peau 

Une large variété de matériaux est utilisée comme peau, par exemple : les feuilles de métaux
comme l’aluminium, le titane,…etc. Le choix des matériaux utilisés comme peau est
important du point de vue de l’environnement de travail, car la présente partie entre en contact
direct avec ce dernier.

I.8.Les secteurs d’utilisations des matériaux composites 

Les composites sont largement utilisés dans l’industrie, parce qu’ils présentent de bonnes
caractéristiques telles la rigidité, légèreté et résistance à des contraintes d’origine mécanique
ainsi qu’à celles d’origine thermique. .(figure II.13).

Figure 1.13 : Evolution du pourcentage d'utilisateurs des matériaux composites

I.8.1.Constructions aérospatiale 

En aéronautique, les matériaux composites ont connus des applications courantes surtout dans
la construction des pièces de structure primaires, les gouvernes et l’habillage extérieur ainsi
de l’intérieur de l’aéronef.
L’utilisation de matériaux composites dans les constructions aéronautiques entraine un gain
de poids substantiel dont les gains de masse varient de 10 à 20%. Le poids de l’avion moyen-
courrier BOEING 767 a été réduit, par l’emploi des composites, de 921 Kg par rapport a la
solution métallique conventionnelle. De tels gains de poids sont déterminants pour optimiser
la consommation de carburant d’appareils soumis à des cycles quotidiens élevés de décollages
et d’atterrissages.
17
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

I.8.2.Constructions automobile 
L’utilisation des composites dans le secteur automobile remonte à des origines relativement
anciennes (fin des années 1980), mais ne s’est généralisé que très récemment, chez les grands
constructeurs étrangers (Volvo, Mercedes) pour développer des coffres et hayons.
Les composites sont choisis pour la conception de ressorts à lames, Ce sont des pièces de
suspension routières très sollicitées, utilisées par les véhicules de gros tonnage et dont la lame
secondaire, assurant 80% de la fonction suspension en évitant des ruptures brutales.

I.8.3.Secteur du bâtiment 
Hormis le béton, les composites ont relativement peu pénétré le secteur du bâtiment,
notamment du fait :
 d’un prix élevé comparé aux matériaux traditionnels (6 €/kg contre 3 €/kg pour l’acier
et 1€/kg pour le bois),
 d’une relative méconnaissance des architectes et bureaux d’études vis-à-vis des
composites,
 d’un manque d’information sur le cycle de vie (recyclabilité, durabilité).
Les qualités des composites (légèreté, résistance au feu, résistance mécanique et chimique),
permettent de prévoir un développement prometteur. Les fournisseurs de solutions composites
(Acome, Uniject, Gimm Menuiseries, Owens Corning, etc.) Ont développé de nombreux
produits présentés au salon JEC d’avril 2000, Fenêtres, Portes, Substituts d’ardoise, Renforts
de poutres, …etc.
I.8.4.Loisirs et sports 
De part leur légèreté, leur bonne tenue à la fatigue statique et dynamique et leur stabilité
dimensionnelle, les matériaux composites sont des matériaux idéaux pour la fabrication et la
conception de très nombreux articles de sports et de loisirs tel que les raquettes de tennis, les
cannes à pêche et de hockey,…
Les constructeurs de matériels de sport et loisirs ont depuis longtemps adopté les composites,
ces nouveaux matériaux leur ont permis de faire preuve d’une grande créativité, tout en
présentant des propriétés mécaniques intéressantes qui ont, dans une large mesure, été à
l’origine du développement récent des sports de glisse modernes. (Skis moulés et non
stratifiés).
I.8.5.Autres domaines d’utilisations des composites 
Les matériels ferroviaires présentent de nombreuses possibilités d’utilisation des matériaux
Composites comme le montrent. L’adaptation de composites, dans l’industrie maritime,
permet de diminuer le poids des structures de bateaux rapides (patrouilleurs, bateaux
d’intervention ou de service) tout en ayant une résistance suffisante afin d’avoir pour résultat
soit une augmentation de la vitesse pour une puissance donnée, soit une meilleure rentabilité
pour la même vitesse ou soit l’utilisation d’une motrice moins puissante et moins onéreuse.
L’équipement industriel (boîtes de stockage, isolation) et l’équipement électronique,
représentent déjà 26% du marché des composites à matrice organique. Le potentiel
plurifonctionnel des composites (alliant par exemple étanchéité et propriétés électriques) y est

18
Chapitre I Généralités sur les matériaux composites

important. En électronique, les boîtiers céramiques pour microprocesseurs d’Egide,


récemment introduits au Nouveau Marché, sont utilisés dans le monde entier.(figure II.14).

Figure 1.14 : Exemples d’applications composites dans l’aéronautique, l’aérospatiale,


l’offshore et l’automobile.

19

Vous aimerez peut-être aussi