Vous êtes sur la page 1sur 7

1 Introduction

Un tensioactif ou agent de surface (surfactant en anglais) est un composé qui modifie la tension


superficielle entre deux surfaces.

Les composés tensioactifs sont des molécules amphiphiles, c'est-à-dire qu'elles présentent deux
parties de polaritédifférente, l'une lipophile (qui retient les matières grasses) et apolaire,
l'autre hydrophile (miscible dans l'eau) et polaire.

Ils permettent ainsi de solubiliser deux phases non miscibles, en interagissant avec l'une apolaire par
sa partie hydrophobe tandis qu'avec l'autre phase qui est polaire, il interagira par sa partie
hydrophile.
Les propriétés des tensioactifs sont dues à leur structure amphiphile. Cette structure leur confère
une affinité particulière pour les interfaces de type huile/eau et eau/huile et donc, par là même, leur
donne la capacité d'abaisser l'énergie libre de ces interfaces.

On distingue quatre types de composés tensioactifs ;

tensioactifs anioniques 
tensioactifs cationiques 
tension actifs zwitterioniques ou amphotères 
tensioactifs non ioniques 

La propriété principale des tensioactifs est de pouvoir s'auto-organiser4. Cette tendance est
d'habitude caractérisée par la concentration micellaire critique (CMC)3,5. En dessous de la CMC, le
tensioactif forme une couche en surface du liquide et le reste est dispersé dans la solution. Lorsqu'on
augmente la quantité de tensioactif, sa concentration augmente de manière proportionnelle jusqu'à
atteindre une valeur limite: la CMC. À partir de cette dernière le tensioactif ajouté forme des micelles
sphériques3, 6Les micelles peuvent ne pas être purement sphériques et on se place dans l'hypothèse
où la température de kraft est atteinte. La CMC est donc la concentration totale en tensioactif pour
laquelle un nombre constant et petit de molécules de surfactant sont sous forme agrégées, selon
Corin7. Il existe d'autres manières de définir cette concentration:
C'est également la concentration de tensioactif libre en solution en équilibre avec du tensioactif sous
forme agrégé (concentration maximale) 3.
William l'a posée comme étant la concentration de tensioactif en solution telle que lorsqu'on
représente l'évolution d'une propriété en fonction de cette concentration, les tangentes avant et
après la CMC se coupent
2 Généralités

-Conductimètre : Un conductimètre, ou conductivimètre, est un appareil


permettant de mesurer une propriété de conductivité.

-Conductance électrique : La conductance est la capacité d'un corps,


soumis à une différence de potentiel, à laisser passer une certaine quantité
de courant électrique.
Elle est donc l'inverse de la résistance La conductance s'exprime dans
le Système international en siemens (symbole : S)

-Tension actif : Un tensioactif ou agent de surface (surfactant en


anglais) est un composé qui modifie la tension superficielle entre deux
surfaces.
Les composés tensioactifs sont des molécules amphiphiles, c'est-à-dire
qu'elles présentent deux parties de polarité différente, l'une lipophile (qui
retient les matières grasses) et apolaire, l'autre hydrophile (miscible dans
l'eau) et polaire.
Ils permettent ainsi de solubiliser deux phases non miscibles, en
interagissant avec l'une apolaire (c'est-à-dire lipophile donc hydrophobe),
par sa partie hydrophobe ; tandis qu'avec l'autre phase qui est polaire, il
interagira par sa partie hydrophile

- Concentration micellaire critique: En chimie la concentration


micellaire critique CMC est la concentration en tensioactif1 dans un milieu
au-dessus de laquelle des micelles se forment spontanément2, dans un
modèle d'association fermé. C'est une caractéristique importante d'un
tensioactif pur en solution
3 But

Déterminer la CMC de la solution SDS par la mesure conductimetrie

4 Matériels et produits

Matériels Produits
Eprouvette SDS
Bécher Eau distillé
Burette
Agitateur magnétique
Conductimètre

5 Mode opératoire

Remplir une burette graduée avec une solution mère S0 SDS de


concentration molaire 0 ,04 M
Les verser dans un bécher de 50 ml eau distille à l’aide d’une
éprouvette. Plonger la cellule conductimétrique.
Placer le bécher sur l’agitateur magnétique et la burette au-dessus
du bécher, de façon à ce que la solution qu’elle contient puisse
s’écouler dans le bécher sans obstacle.
Mesurer la conductivité âpre ajout de 1 ml de solution S0 jusqu'à
25 ml d’ajout
6 Résultats et calcules
V (ml) 1 2 3 4 5 6 7 8

σ(μS/cm) 56.2 97.4 129.1 163.2 193.7 219 246 269

CSDS (mol/l) 7.8*10-4 15.4*10-4 22.6*10-4 29.6*10-4 37*10-4 42.9*10-4 49.1*10-4 55.2*10-4

V (ml) 9 10 11 12 13 14 15 16

σ(μS/cm) 293 313 331 351 363 384 400 419

CSDS (mol/l) 61*10-4 66.7*10-4 72.1*10-4 77.4*10-4 82.5*10-4 87.5*10-4 92.3*10-4 97*10-4

V (ml) 17 18 19 20 21 22 23 24

σ(μS/cm) 432 446 462 475 488 499 510 521

CSDS (mol/l) 101.5*10-4 105.9*10-4 110.4*10-4 114.3*10-4 118.3*10-4 122.2*10-4 126*10-4 129.7*10-4

V (ml) 25

σ(μS/cm) 533

CSDS (mol/l) 133.3*10-4

- Graphe f ( c ) = σ
600

500

400

300
σ(μS/cm)
200

100

0
0 20 40 60 80 100 120 140

C * 10-4 M

La courbe représentée correspond à la fonction σ = f(C) donc la conductivité σ de la solution


(μS/cm) est en ordonnée et la concentration molaire de la solution (mol.L-1) est en abscisse.
Les unités sont données dans le tableau de mesures.
- Valeur de la concentration micellaire critique: 70*10-4 M

- Explication de la variation de la conductivité:


Dans une solution aqueuse, la conduction du courant est assurée par les ions. Tant que la
concentration des ions n’est pas trop grande, il y a proportionnalité entre cette
concentration et la capacité de la solution à conduire le courant (conductivité). On obtient
donc, au départ, une portion de droite passant par l’origine.

A partir d’une certaine concentration en ions dodécylsulfate, nommée concentration


micellaire critique, ceux-ci forment des micelles et ne sont donc plus aussi disponibles pour
conduire le courant ; Les micelles elles mêmes sont de grosses entités peu mobiles en
solution et donc participent peu au transport des charges. Il n’y a donc plus proportionnalité
entre concentration des ions et conductivité de la solution, et on observe une rupture de
pente (changement de coefficient directeur).

L’abscisse du point où a lieu cette rupture de pente correspond à la concentration micellaire


critique (CMC), concentration limite à partir de laquelle les micelles se forment.

Tête hydrophile contenant des atomes S et O donc des liaisons polarisées.et Longue queue
hydrophobe contenant des atomes C et H donc apolaire.

Le SDS dans l’eau ; Positions prises par les ions dodécylsulfate à la surface de l’eau : les têtes
hydrophiles plongent dans l’eau alors que les queues hydrophobes restent hors de l’eau, dans l’air.

Les têtes hydrophiles sont dirigées vers l’extérieur de la micelle et donc au contact des molécules
d’eau polaires, alors que les queues des molécules tensioactives sont regroupées entre elles et
forment l’intérieur de la micelle afin de ne pas avoir de contact avec les molécules d’eau.
Si l’on verse 0,5 g de SDS dans 250 mL
d’eau distillée, la concentration
massique est :

= m/C*M = 0.5/0.25*288,= 69.44 * 10-


4
M

La valeur est inferieure à la


concentration micellaire critique donc
il y’a pas de micelles dans la solution à cette concentration.

- Méthodes de mesures de la CMC :

Méthode d’arrachement

Méthode de goutte ou bulle

Méthode de tube capillaire

-Les facteurs d’influence de la CMC


-Longueur de chaine : À même tête polaire et dans les mêmes conditions, un tensioactif
avec une plus grande chaîne alkyle (queue hydrophobe) aura une CMC plus faible. Selon
Klevens (1953), la relation empirique suivante relie le nombre d'atomes de carbone de la
chaîne hydrophobe 

-Influence de la tète hydrophile : En général, la CMC des tensioactifs ioniques est plus
grande que celles des tensioactifs neutres.
-Point de Krafft : La température de Krafft, ou point de Krafft, est la température à
laquelle la concentration micellaire critique est égale à la limite de solubilité.
Les tensioactifs ioniques présentent généralement un point de Krafft, mais pas tous. La
CMC augmente avec la température mais si la température est trop basse, un tensioactif
possédant une température de Krafft ne forme plus de micelles, même au-dessus de la
CMC. En dessous de la température de Krafft, le tensioactif précipite au lieu de former
des micelles.
Les tensioactifs non ioniques de type alcools éthoxylés présentent un point trouble, cette
fois ci par augmentation de la température. Il y a démixtion à température trop
importante.
Certains tensioactifs non ioniques peuvent également présenter un point de Krafft, qu'il
s'agisse d'alcools éthoxylés ou même d'alkylpolyglycosides
-Effet de sel : L'ajout de sel (augmentation de force ionique) dans le milieu écranté les
charges d'un tensioactif ionique et la micellisation survient plus tôt (diminution de la
CMC).

7 Conclusion

Un bon nombre de facteurs tels que la longueur de chaîne du tensioactif ou la


température ont uneinfluence sur la CMC et l’efficacité du produit.

Bien que certains changements peuvent être subtils (tel que l’ajout d’un
atome sur la queue hydrophobe), il est tout de même important de tester
chaque combinaison et d’effectuer une série de tests pour déterminer les
caractéristiques de chacun.

C’est donc un domaine où il faut être patient et méthodique mais où


l’importance des débouchés industriels et la pression de la politique
environnementale en font un domaine très intéressant car il est et restera un
domaine en sans cesse évolution et perfectionnement.