Vous êtes sur la page 1sur 2

SOINS INFIRMIERS

TENSION ARTÉRIELLE ET POULS

I - LA TENSION ARTÉRIELLE (TA)


1) DÉFINITION

À chaque contraction, le cœur envoie dans les vaisseaux une certaine quantité de sang, avec une
vigueur ± grande.
Ce sang se heurte à l’élasticité des parois vasculaires.
Il règne de ce fait à l’intérieur des artères une certaine pression : c’est la tension artérielle.

2) CARACTÉRISTIQUES

Au moment de la systole ventriculaire, la tension artérielle s’élève.


Le chiffre qu’elle atteint est la tension systolique, ou maxima.
Pendant la diastole, la tension artérielle ne tombe pas à 0 car il reste du sang dans les vaisseaux.
Mais elle diminue.
Son chiffre dépend alors du tonus des parois artérielles et de la quantité de sang qu’elles contiennent.
Ce chiffre représente la tension diastolique, ou minima.

La tension différentielle est la différence entre le maxima et le minima.


On la dit pincée, donc trop faible, quand elle est inférieure à 4.

3) VARIATIONS DE LA TENSION

Elles dépendent de 3 facteurs :

a) Le débit cardiaque
Il représente la quantité de sang que le ventricule gauche envoie lors de chaque systole dans le
réseau artériel.
Au repos : 5 l de sang par minute (il y a 5 l de sang en moyenne dans le corps d’un adulte).

Il peut atteindre 30 litres en cas d’effort intensif.


Cette augmentation du débit résulte d’une accélération du rythme cardiaque et d’un accroissement du
volume de l’éjection ventriculaire.

b) Le calibre vasculaire.
La vasodilatation tend à faire baisser la tension artérielle.
La vasoconstriction tend à la faire monter.

c) Le volume de la masse totale du sang


Toute diminution de cette masse (hémorragie) entraîne une chute tensionnelle.
Toute augmentation de la masse (transfusion) entraîne ne élévation de la tension.

Remarques :

La tension artérielle s’exprime :


 En centimètres de mercure : cmHg
 Ou en millimètres de mercure : mmHg

La régulation de la tension est assurée par le système Rénine-Angiotensine-Aldostérone (RAA).

On commence par prendre le pouls avant la tension artérielle afin que celui-ci ne soit pas modifié par
la pression du brassard.

II - LE POULS
Sensation de choc que perçoit le doigt lorsqu’il comprime légèrement une artère contre un plan
résistant.
Elle est due à la transmission, le long des parois artérielles, du choc du sang contre l’aorte au moment
de son éjection du ventricule gauche, et non pas à l’arrivée du flux sanguin dans les vaisseaux.
Celle-ci est plus lente.

La palpation du pouls nous renseigne sur la vigueur et le rythme du cœur.

Nombre de pulsations par minute :


 Homme : 70 à 80
 Femme : 80 à 85
 Sportif : < 60
 Enfant à la naissance : 140 à 160
 Diminue en vieillissant.

Vous aimerez peut-être aussi