Vous êtes sur la page 1sur 36

ARCHITECTURE

ISLAMIQUE

Chapitre II

Chapitre 2 :

Dans ce cours nous allons répondre aux questions suivantes:


- Qu’est-ce-que l’architecture islamique ?
- Quels sont les matériaux de l’architecture islamique ?
- Quelles sont les techniques de construction ?
- Quelles sont « les possibilités spatiales » et les particularités ?

HCA. L1. Architecture islamique Acte II. Mme Boudinar.


L'expansion du califat

On nomme architecture islamique, l’art de construire, développé dans une région s’étendant de l’Espagne à l’Inde, entre
622 et le XIXe siècle. On appelle cette région Dar El Islam.
L’une des caractéristiques de cette civilisation est sa faculté d’intégration des éléments d’architecture des pays conquis et
leur adaptation aux besoins et traditions locales

2
HCA. L1. Architecture islamique Acte II. Mme Boudinar.
•2.1 Matériaux
•2.2 Éléments architecturaux
•2.2.1 Arcs
•2.2.2 Supports
•2.2.3 Coupoles
•2.2.4 Iwans
•2.2.5 Pishtak
•2.2.6 Moucharabiehs et fenêtres à jalousie
•2.3 Éléments décoratifs
•2.3.1 Éléments architecturaux à vocation décorative 2. 1 Matériaux :
•2.3.2 Mosaïque Il existe cinq types de matériaux utilisés dans
•.3.3 Terre cuite la construction en Islam, sans compter le bois
que l'on retrouve partout, et notamment dans
les charpentes :

-a- Le pisé
-b- Le banco
-c- La brique crue
-c’-La brique cuite
-d- Le moellon
-e- La pierre

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


3
Mme Boudinar.
-a- Le pisé :
c’est un mélange de terre, de chaux et de chamotte (argile cuite pilée) ou
de petits cailloux. Pressé entre deux planches de bois (encaissement), ce
matériau est utilisé principalement pour les habitations.

Yémen.Terre, désert, torchis, pisé, mur élevé !

http://lachaux.canalblog.com/albums/les_carrieres_d_ocre/index.html

4
HCA. L1. Architecture islamique Acte II. Mme Boudinar.
Ksar à Timimoun

Préparation du pisé

Ferme construite en Pisé , l’Isère, France HCA. L1. Architecture islamique Acte II. Mme Boudinar.
5
http://immobilier.lefigaro.fr/article/trois-bonnes-raisons-de-redecouvrir-les-maisons-en-terre_d2fdb8fe-2408-11e5-a6f5-fe8889612088/
Projet d’une maison d’hôtes en adobe, pisé et pierre
dans la palmeraie de Timimoun

Villa Janna dans le complexe hôtelier


entièrement en briques d’adobe à Marrakech HCA. L1. Architecture islamique Acte II.
6
Mme Boudinar.
La brique d’adobe et le pisé
La matière première essentielle utilisée pour la fabrication de la brique d’adobe ainsi que du pisé, est constituée par
le sable et l’argile qui se trouvent dans la terre et auxquels on ajoute de l’eau pour obtenir une boue modelable. On
peut aussi lui ajouter d’autres éléments comme de la paille et des branches pour augmenter la cohésion. La technique
utilisée pour la préparation de la terre déterminera les différences entre la brique et le pisé.

Mur en briques d’adobe

Les briques d’adobe sont des blocs de terre élaborés


dans des moules, d’une taille légèrement supérieure à celle
d’une brique creuse moderne. Pour élever les murs, on
superpose les briques d’adobe et pour les unir, on utilise de
l’argile ou de la chaux et du sable.

Briques d’adobe
HCA. L1. Architecture islamique Acte II. 7
Mme Boudinar.
Le pisé est un mur massif construit avec de l’argile et du sable entassé
et compressé. Pour former le mur et éviter qu’il s’écroule et pour
faciliter le pressage, on utilise un coffrage que l’on appelle banche.
Lorsque la banche est installée sur la fondation, on verse la terre à
l’intérieur et on procède au pressage. Lorsque le mur est formé, on
retire la banche, et on le laisse sécher à l’air libre. Le pisé peut
conformer le mur entièrement, ou être installé entre des piliers d’un
autre matériel.

Maison construite en pisé à Bercianos del Real Camino León Espagne, origine de
l’image : www.joseluisluns.com

Gravure du XIXème siècle représentant la structure


de la Banche pour former le pisé

HCA. L1. Architecture islamique Acte II. 8


http://www.sitiosolar.com/fr/la-construction-en-terre-crue-la-brique-dadobe-et-le-pise/ Mme Boudinar.
-b- Le banco : c’est un mélange de terre crue et de paille, la Mosquée Djingareyber de Tombouctou
est en banco. Appelé aussi "architecture du takour " (architecture soudanaise, sahélienne,,,) se
trouve aussi à Timimoun

Minaret de la grande mosquée d'Agadez


Tombeau des Askia.
Le site composé du tombeau pyramidal et d’une
mosquée, a été construit en 1495 par l’empereur
Songhoy Askia Mohamed
HCA. L1. Architecture islamique Acte II.
9
Mme Boudinar.
https://whc.unesco.org/fr/list/1139/

HCA. L1. Architecture islamique Acte II. 10


Mme Boudinar.
L’espace intérieur

Couverture

HCA. L1. Architecture islamique Acte II. 11


Mme Boudinar.
http://www.arcade-vivre.asso.fr/les-actions/recherche-integration/constructions-en-terre
Grande mosquée de Djenné, XIIVè
s, reprise en 1907

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


Mme Boudinar.
12
http://alesk.canalblog.com/archives/2008/01/22/7623518.html
la ville de Djenné classée patrimoine en péril par l'Unesco

Au Mali, la ville de Djenné vient d'être classée patrimoine


en péril par l'Unesco. Djenné a perdu son « grade » de
patrimoine classé, notamment en raison de l'insécurité,
qui affecte les sites.
Le site de Djenné avait été inscrit en 1988 sur la Liste du
patrimoine mondial de l'Unesco.

Mosquée Senkor XIVe s, Tombouctou,Mali

Mosquée Larabanga, 1421, Ghana, Patrimoine universel


HCA. L1. Architecture islamique Acte II.
13
Mme Boudinar.
-c- La brique crue (Toub) : elle a l'avantage d'être facile à trouver et à utiliser, et peu coûteuse.
Son grand défaut réside dans sa très mauvaise conservation : l'eau lui est fatale.

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


14
http://www.participez.com/contenu/reportage/122 Mme Boudinar.
-c’- La brique cuite (ajurr) :
large utilisation, de l'Irak jusqu'à l'Inde, elle a été aussi le matériau de prédilection en Égypte
jusqu'aux XIIe et XIIe siècles. Elle est présente dans tous types de monuments, des plus simples
aux plus importants (mosquées, madrasas, tombeaux...). Peu chère, elle se conserve bien.

Appareils

Four à briques du XIXè s en Sologne

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


15
Mme Boudinar.
Temple Tamil Nadu, Inde

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


Mme Boudinar. Porte d’Ishtar, musée Pergamon 16
-d- Le moellon : il se constitue de pierres mal aguerries qui tiennent
grâce à un mortier de chaux et de sable, auquel ont parfois été
ajoutés du charbon et de la chamotte.

Appareils

Porte du salut, palais Topkapi à Istanbul

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


17
Mme Boudinar.
-e- La pierre : elle est en usage depuis
l'Espagne jusqu'à l'Irak. La nature des
pierres utilisées varie selon les régions.
En général, les marbres sont utilisés
pour leurs propriétés décoratives
(couleurs).

Arc outrepassé ornant une des portes de la Grande


mosquée de Cordoue

HCA. L1. Architecture islamique Acte II. 18


Mme Boudinar.
2.2 Éléments architecturaux
- 2.2.1. Arcs
Éléments majeurs dans l'architecture islamique (comme dans l'architecture occidentale). Certains sont courants en orient comme en
occident : arc en plein cintre, arc brisé, mais d'autres sont plus spécifiques au monde islamique, comme l'arc persan, au profil caréné,
l'arc polylobé, l'arc à lambrequins ou encore l'arc outrepassé (souvent dit "en fer à cheval"), les trois très employés en Espagne et au
Maghreb.

Arc outrepassé Arc polylobé

HCA. L1. Architecture islamique Acte II. 19


https://www.meubliz.com/definition/arc_surhausse/
Mme Boudinar.
Salle de prière de la mosquée de Cordoue

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


20
Mme Boudinar.
Façade de la mosquée de Cordoue

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


21
Mme Boudinar.
- 2.2.2. Supports
Les architectes islamiques ont combiné les piliers et les colonnes.
La colonne est un support cylindrique. Dans les premiers siècles de l'Islam, les colonnes utilisées proviennent souvent
de remplois de bâtiments antiques, mais au bout d'un certain temps, les matériaux antiques se faisant rares, les
ouvriers islamiques apprirent à en tailler eux-mêmes.
Un pilier est un élément maçonné, le plus souvent carré, rectangulaire ou cruciforme.

Mosquée de Kairouan

Alhambra. Architecture maure (1333–1353) HCA. L1. Architecture islamique Acte II.
22
Mme Boudinar.
- 2.2.3 Coupoles
Une coupole est un mode de couvrement hémisphérique, qui repose sur une
zone de transition octogonale (le plus souvent) elle-même posée sur quatre
piliers. La zone de transition est le grand problème des architectes islamiques. Il
peuvent se servir de pendentifs, c’est-à-dire de triangles convexes posés sur la
pointe, (comme dans l’archi Byzantine) ou de trompes (des petites niches),
comme dans l’archi Persane.

Les nervures et les muqarnas qui remplissent souvent les coupoles dans le
monde islamique n'ont en général pas de véritable fonction architectonique.

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


23
Mme Boudinar.
On appelle dôme l'extérieur d'une coupole. À partir du XVe siècle, les coupoles
sont très souvent doubles, c’est-à-dire qu'il existe un espace plus ou moins
important entre la coque interne et la coque externe. Cette technique permet de
réaliser des monuments plus hauts.

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


24
Mme Boudinar.
HCA. L1. Architecture islamique Acte II.
25
Mme Boudinar.
cette coupole, datée de la première moitié du IXe siècle (vers 836), comprend extérieurement une
calotte hémisphérique côtelée reposant sur un tambour octogonal aux faces légèrement concaves qui
se dresse sur une base carrée ornée de niches. Intérieurement, la calotte hémisphérique est ornée de
24 cannelures concaves rayonnant autour de la clef de la coupole

L'une des plus anciennes et des


plus remarquables coupoles sur
trompes du monde musulman,
est la coupole élevée au-dessus
du mihrab de la Grande
mosquée de Kairouan

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


26
Mme Boudinar.
Mihrab, Great Mosque of Cordoba, c. 786
(photo: Bongo Vongo

HCA. L1. Architecture islamique Acte II. 27


Mme Boudinar.
2.2.4 Iwans
Les iwans sont nés en Perse bien avant l'arrivée de
l'Islam, sous la dynastie sassanide. Un iwan est une
salle voûtée ouverte sur un côté par un grand arc
inclus dans un encadrement rectangulaire

Un des quatre iwans de la HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


mosquée du vendredi à Ispahan 28
Mme Boudinar.
2.2.5 Pishtak
Le pishtak est également un élément provenant de la Perse. Il s'agit d'un portail en
forme d'arc qui fait saillie sur la façade où il se trouve. En général, il est cantonné
de deux minarets, mais ce n'est pas systématique.

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


29
Mme Boudinar.
2.2.6 Moucharabiehs et fenêtres à jalousie
:La fermeture des fenêtres et autres
ouverture est un élément traité de Les moucharabiehs, des sortes de grillages
différentes manières dans le monde en bois tourné (ou d'autres matériaux:le
islamique. marbre en Inde) sont fréquemment utilisés

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


30
Mme Boudinar.
Eléments décoratifs

Il existe mille et une manières de décorer un bâtiment en terres d'Islam: La céramique, la sculpture, la peinture, la
mosaïque sont quelques unes des techniques les plus couramment utilisées.
Certains éléments architecturaux ont également une vocation ornementale.
Les édifices à vocation religieuse, ne peuvent théoriquement comporter de représentations humaines ni animales.

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


31
Mme Boudinar.
2. 3. 1. Éléments architecturaux à vocation décorative
Évidemment, le décor d'un bâtiment passe tout d'abord par les composants de son
architecture. Matériaux, arcs, supports, coupoles sont autant de médiums de décor,

Un élément assez caractéristique du monde islamique illustre l'importance des éléments


architecturaux à vocation décorative : le muqarnas. Il s'agit en fait de petites niches
associées géométriquement et formant une composition en trois dimensions. On les
trouve fréquemment dans les coupoles et les zones de transition, mais aussi sur certains
chapiteaux, dans des voûtes, etc.

Cet élément a une origine obscure : on pense souvent qu'il serait né en Iran oriental vers
le Xe siècle, mais d'autres hypothèses circulent (Égypte, occident, Bagdad...). Quoi qu'il en
soit, il est répandu dans l'ensemble du monde islamique, et les splendides voûtes à
muqarnas de l'Alhambra de Grenade n'ont rien à envier à celles des Timurides.

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


32
Mme Boudinar.
Plusieurs matériaux sont utilisés pour les
créer, selon les régions et les périodes :
stuc et faïence en Iran, pierre en Égypte
et en Syrie.

L'ablaq est également une techique islamique, principalement répandue en Syrie et en


Égypte, mais qui se retrouve également parfois en Anatolie. Elle consiste en l'incrustation de
pierres de couleurs différentes (marbre le plus souvent) dans le mur. Le chef d'œuvre de
cette technique est le mihrab de la madrasa Firdaws, à Alep, qui date de la période
ayyubide, mais les mamelouks utilisèrent également cette technique de manière expansive.

2. 3. 2. Mosaïque
La mosaïque est utilisée à plusieurs époques : Califat des Omeyyades, califat des Omeyyades d'Espagne,
califat des Abbassides, sultanat mamelouk. Dans les trois premiers cas, on note une forte influence
antique et byzantine (mosaïque à fond d'or). On sait d'ailleurs que des artistes byzantins ont travaillé
dans le monde islamique à ses débuts. Pour les mosaïques mameloukes, le cas est un peu différent, car il
s'agissait cette fois d'un retour aux sources. Elles sont donc fortement influencées par les mosaïques à
fond d'or du Dôme du Rocher et de la Grande mosquée des Omeyyades de Damas.

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


33
Mme Boudinar.
HCA. L1. Architecture islamique Acte II.
34
Mme Boudinar.
2. 3. 3. Terre cuite
La terre cuite est extrêmement utilisée pour décorer tous types de bâtiments, dans le monde perse notamment, mais
également dans tout le reste du mode islamique. On peut utiliser deux types d'éléments : des éléments structurels,
c’est-à-dire des briques, glaçurées ou décorées de quelque manière que ce soit, et des éléments purement décoratifs, à
savoir des carreaux de revêtement en céramique.

Les principales techniques utilisées sont les suivantes :


• avec des briques

• Les jeux sur des motifs dans les briques non


glaçurées, comme par exemple au Bab
Mardum, à Tolède ;
• Le hazerbaf, qui signifie "mille tissages" en
persan : un travail sur le contraste entre
brique glaçurées et non glaçurées,
(technique dans l'architecture il-khanide et
timuride=. Parfois, les briques dessinent des
mots en calligraphie kufique (répétition du
nom d'Allah, par exemple).

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


35
Mme Boudinar.
• avec de la céramique décorative

• Les carreaux de revêtement. Selon l'époque, ils peuvent être en forme


d'étoile, de triangles, d'octogones qui s'imbriquent ou plus sagement
carrés, formant des panneaux. Les techniques de décor sont variées :
carreaux moulés sous glaçure monochrome, lajvardina, cuerda seca, etc.

• La mosaïque de céramique est assez spécifique à l'art timuride. Il s'agit en fait de


formes découpées dans des carreaux de céramiques de couleurs diverses. Cette
technique, extrêmement délicate, sera remplacée sous les Safavides par celle de
la cuerda seca, moins complexe et moins coûteuse mais qui permet des effets
assez similaires.

HCA. L1. Architecture islamique Acte II.


36
Mme Boudinar.

Vous aimerez peut-être aussi