Vous êtes sur la page 1sur 11

LES LUXATIONS DE LA HANCHE

Cours destinés aux étudiants 5emme année de médecine


module « appareil locomoteur »
La faculté de médecine de Blida
2019/2020

Luxation traumatique de la
hanche

Le plan

1- Définition
2- Intérêt de la question
3- Rappelle anatomique
4- Etude anatomo-pathologique
5- Diagnostic
6- Traitement
7- Evolution
8- Conclusion

Assuré par docteur

Allache kaci

1
LES LUXATIONS DE LA HANCHE

1- Définition

C’est la perte totale et permanente de tout contact entre la tête fémorale et la


cavité acétabulaire de l’os iliaque.

2- Intérêt de la question

- Gravité liée au traumatisme violent,


- C’est une urgence de réduction avant les 06 heures,
- Pronostic fonctionnel est mis en jeu, avec risque de nécrose de la tête
fémorale et de coxarthrose.

3- Rappelle anatomique

L’articulation de la hanche est une enarthrose qui unie la tête fémorale à une
cavité creusée dans l’os iliaque, appelé cavité acétabulaire qui est agrandi par
le Labrum qui est un fibro-cartilage, pour former un ½ sphère qui maintien
mécaniquement la tête fémorale.

2
LES LUXATIONS DE LA HANCHE

Figure : L’articulation coxo-fémorale.

La tête fémorale forme un 1/3 de sphère assurant une congruence entre la tête
fémorale et la cavité acétabulaire, qui est très stable et cette stabilité est
renforcée par les moyens d’union puissants qui sont :
- L’épaississement capsulaire en forme de sablier,
- Le ligament ilio-fémoral de Bertin (qui renforce la capsule en haut et en
avant)
- Le ligament pubo-fémoral (qui renforce la capsule en bas et en avant)
- Le ligament ischio-fémoral (qui renforce la capsule en arrière)

3
LES LUXATIONS DE LA HANCHE

Figure : Les ligaments de la hanche

4- Etude anatomo-pathologique

La luxation traumatique de la hanche nécessite un traumatisme violent,


cependant la position de la hanche au moment du traumatisme et le point
d’application des contraintes qui déterminent le sens de déplacement de la
tête fémorale par rapport à la cavité acétabulaire.

4.1. Mécanisme de la luxation traumatique de la hanche :


4.1.1. Mécanisme de la luxation postérieure

Par un syndrome de tableau de bord : choc antérieur sur le genou fléchi alors
que la hanche est en flexion, adduction (en dedans) et en rotation interne.
4.1.2. Mécanisme de la luxation antérieure

Dans ce cas le choc est appliqué sur la face interne du genou en flexion, la
hanche étant en flexion, abduction (en dehors) et en rotation externe, le grand
trochanter s’appuyant sur l’ilion va luxer la tête fémorale en avant.

4
LES LUXATIONS DE LA HANCHE

4.2. Classification :
4.1. Classification selon le déplacement (classification de Bigelow)

Selon l’état du ligament de Bertin, on oppose les luxations régulières et les


luxations irrégulières.
Les luxations régulières : (dans ce cas ce ligament est intègre) Les luxations
postérieures représentent 75% de l’ensemble des luxations (50% sont
supérieures ou iliaques et 25% sont inférieures ou ischiatiques). Les luxations
antérieures représentent 25% (15% sont inférieures ou obturatrice et 15% sont
supérieures ou pubiennes).

Figure : Les différentes types de luxation de hanche


Les luxations irrégulières :
Dans ce cas le ligament de Bertin est lésé et la luxation peut se faire dans
toutes les directions.
4.1. Classification selon la stabilité et les lésions associées

La classification de Levin classe les luxations de la hanche en 5 types :


- Type I : luxation de hanche pure stable après réduction.
- Type II : luxation irréductible sans fracture de la tête ou du cotyle.
- Type III: luxation instable après réduction ou incarcération.
5
LES LUXATIONS DE LA HANCHE

- Type IV : luxation de hanche associée à une fracture du cotyle.


- Type V : luxation associée à une fracture de la tête ou du col du fémur.

5- Diagnostic

5.1.1. L’interrogatoire :
- Le mécanisme lésionnel (syndrome du tableau de bord et la position
du membre au moment du choc).
- Impotence fonctionnelle (impossibilité de se relever en positon
debout).
- Douleurs vives au niveau de la hanche et lors des mouvements du
membre traumatisé.
- Les antécédents médico-chirurgicaux.
- L’heure exacte de l’accident.
- L’heure du dernier repas.

Figure : Le syndrome du tableau de bord

5.1.2. L’inspection :

-Patient souffrant sur une civière.

-Le membre traumatisé est en attitude vicieuse caractéristique : « cas de la


luxation postéro supérieure la plus fréquente »

 Raccourcissement du membre par rapport au membre controlatéral,

6
LES LUXATIONS DE LA HANCHE

 Rotation interne du membre,


 Adduction du membre traumatisé (passe en dedans de l’axe du
corps),
 Extension du membre traumatisé.

-Chercher par l’inspection d’autres anomalies : l’état cutané, la coloration


du membre traumatisé).

Figure : l’attitude vicieuse lors d’une luxation de la hanche postérieure

5.1.3. La palpation :

- Doit être prudente pour ne pas accentuer la souffrance du patient.


- La palpation des pouls périphérique de manière comparative (cherche
une compression d’un axe vasculaire).
- L’appréciation de la sensibilité du membre traumatisé au chaud et au
froid (éventuelle lésion nerveuse du territoire du nerf sciatique).

7
LES LUXATIONS DE LA HANCHE

5.1.4. Le reste de l’examen :

Le reste de l’examen locomoteur:

Chercher une lésion osseuse associée (le cas de fracture occasionné par un
accident violent ou une association lésionnelle est possible, par exemple
association avec une fracture de la diaphyse fémorale, de la tête fémorale,
de cotyle ou de la rotule homolatérale).

Le reste de l’examen somatique :

En éliminant une urgence thoraco-abdominale et neurochirurgicale, avec


une mise en condition et lancement d’un bilan préopératoire.

Figure : Les différents types de luxation de hanche

5.2. Radiologie 

8
LES LUXATIONS DE LA HANCHE

Le bilan radiologique comporte :

Radiographie du bassin de face

Radiographie de la hanche traumatisée de face.

La radiographie de hanche de profil permet de vérifier la position antérieure


ou postérieure de la luxation.

Le bilan radiographique permet de confirmer le diagnostic, de classer la


luxation et chercher des lésions osseuses associées.

Figure : La radiographie d’une luxation postéro-supérieure de la hanche

6- Traitement

6.1. But du traitement


- La réduction urgente de la luxation de la tête fémorale avant les 06
heures.
- La cicatrisation des éléments anatomiques capsulo-ligamentaires.

9
LES LUXATIONS DE LA HANCHE

- Eviter les complications.

6.2. Méthodes : la réduction de la luxation ce fait au bloc opératoire sous


anesthésie. La réduction peut etre faite par plusieurs méthode, la manœuvre
de Boehler est souvent utilisée.

Manœuvre de Boehler : traction dans l’axe du fémur et le genou en flexion à


90°, un claquement est audible synonyme de la réduction.
Puis vérifier la mobilité et la stabilité de la hache ainsi que la longueur du
membre traumatisé puis réaliser une radiographie de hanche de face pour
s’assurer de la réduction et de l’absence d’une lésion osseuse associée.

Figure : La manœuvre de réduction

7- Evolution

7.1. Favorable :

10
LES LUXATIONS DE LA HANCHE

Si le patient est pris en charge rapidement par une réduction correct sans
complication, la cicatrisation des éléments capsulo-ligamentaires est assuré
par une mise en décharge de 03 semaines.

7.2. Défavorable :
En cas de luxation irréductible (se reluxe juste après la réduction) ou
incoercible (réduction impossible à réaliser par la réduction), dans ce cas une
incarcération est suspectée (par interposition d’un fragment osseux ou
tissulaire). Dans ces cas la chirurgie s’impose et la réduction est sanglante.
La luxation de la hanche peut se compliquée à long terme par une
ostéonécrose de la tête fémorale qui est souvent due à une lésion de l’artère
circonflexe postérieure (qui vascularise la majeure partie de la tête fémorale.
La coxarthrose (arthrose de la hanche) n’est pas écarter comme complication
d’une luxation de hanche à long terme.

8- Conclusion

La luxation de la hanche représente une urgence de réduction avant les 06


heures.
Elle est grave car le pronostic fonctionnelle d’un membre portant (porte le
corps) peut être touché, et ceci en cas de complications.
La prise en charge des patient victime d’accident de la circulation ou accident
sportif doit être correcte.

11