Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre 1 : L’écoulement dans les terrains poreux.

La perméabilité
Introduction :

Les milieux poreux naturels sont essentiellement les alluvions constituées par du
matériel granuleux, ou bien par des roches compactes fissurées. Les milieux poreux
artificiels sont des remblais, dont les plus importants sont les barrages en terre.

On dit qu'un milieu poreux est homogène quand, en n'importe quel point, la
résistance à l'écoulement est la même, par rapport à une direction donnée. Le concept
d'homogénéité est fondamental pour l'étude théorique. Le milieu poreux est appelé
isotrope, si, quelle que soit la direction considérée, la résistance à l'écoulement, ou toute
autre propriété, est la même dans toutes les directions. La plupart des milieux poreux
naturels sont anisotropes, autrement dit, ne sont pas isotropes.

I. Milieu poreux. Structure et propriété physique:

Considérons un volume élémentaire de terrain important pour que les propriétés du


terrain ne varient pas quand on augmente le volume de l'échantillon, mais suffisamment
petit pour être caractéristique des propriétés locales. On distingue deux grands types
morphologiques de vides : les pores et les fissures.

I.1 La porosité d'interstices (intergranulaire) : les pores

C'est l'ensemble des vides compris entre les différentes particules d'un terrain ; elle
sépare les "grains". La porosité peut être ouverte ou fermée (cas de certaines laves
volcaniques) selon que les vides communiquent ou non les uns avec les autres. Suivant
la taille des pores, il sera possible de distinguer une porosité d'interstices réticulaire
(entre les cristaux des roches magmatiques et métamorphiques), colloïdale (argiles), une
microporosité et une macroporosité.

Porosité d’interstices

II.2 La porosité de fissure

Il existe plusieurs sortes de "fissures". Nous pourrons distinguer plusieurs types de


porosités de fissures en fonction de la nature de ces dernières.
porosité de fissure

I.3 Porosité, indice des vides, densité apparente :

Porosité avec : n = e / (1+e)

avec e = n / (1-n)

Masse volumique sèche

Masse volumique apparente

Masse volumique totale

I.4 Surface spécifique, et surface spécifique pondérale:

S (m-1) =

Et la surface spécifique pondérale s’exprime par:

Sp (m2/kg) =

Le tableau suivant montre quelque valeurs de la surface spécifique de quelque milieux


poreux.

II Loi de Darcy:
Expérimentalement, Le Chevalier Henry Darcy (vers 1856) trouve la relation suivante :

S : section du massif sableux

K est un coefficient qui dépend du fluide et du terrain. Il a la dimension d'une vitesse (L


T-1). Ce coefficient est le coefficient de perméabilité de Darcy encore appelé coefficient
de perméabilité.

On trouve V = K.I

V est la vitesse apparente moyenne, encore appelée vitesse de Darcy ou vitesse


hydraulique ou vitesse de filtration. Le terme "vitesse de percolation" est aussi parfois
utilisé.

(en toute rigueur si ∆ H = Hsortie – Hentrée l'écoulement s'effectuant dans le sens des
charges décroissantes il faudrait écrire V = - K.I)

V = -K (H2- H1) / L si la différence de charge (H2- H1) et la distance L deviennent très


petite, à la limite la loi de Darcy peut être écrite sous la forme différentielle :

V = -K
Chapitre 1 : Serie de TD

Exo N1 :

Montrer les relations suivantes :

Exo N2 :

On entasse 5.51 kg de sable de densité de 2.7 dans une colonne de 7.5 cm


de diamètre et 63 cm de longueur. Calculer la porosité n ?

Exo N3 :

Les échantillons provenant d’un sondage carotté dans la région de la


Soukra, nous ont fournis les résultats suivants :

γ = 19.1kN/m3 ; ω = 33.56% ; γs=26.8KN/m3 ; ωL= 42.2% ωp= 18.3%

Déterminer le poids volumique sec, l’indice des vides et le degré de


saturation du sol.

Exo N4 :
Calculez le gradient hydraulique d'eau souterraine circulant dans une nappe captive
pour: h1 = 97.5 m, h2 = 89 m, L = 1.2 Km.