Vous êtes sur la page 1sur 8

Cpge Coubertin

Français philosophie

DS1 démocratie / corrigé du résumé

Thèse de Mendès-France : parce qu’elle n’est jamais pleinement acquise, la démocratie exige un
engagement citoyen.

Que signifie la formule suivante lignes 24-26 : « Car il est vrai que les déceptions accumulées
depuis des années et les illusions perdues ont détourné beaucoup de jeunes gens de
l’idéologie abstraite et des discussions sur les principes, en faveur des positions réalistes
tournées vers les faits et les démonstrations concrètes. »

Dans une concession, Pierre Mendès-France explique pourquoi le civisme s’est transformé chez
les nouvelles générations. Pour comprendre cette stratégie, il faut tenir compte d’un implicite, les
préjugés négatifs sur les jeunes gens : on leur reproche une indifférence coupable au débat politique
et leur désinvestissement. Mendès-France les réhabilite, d’une part, en niant la disparition de l’esprit
civique, cet esprit a seulement changé de forme car les jeunes préfèrent l’action aux discussions
théoriques, en renversant les perspectives d’autre part, les jeunes ne sont pas décevants mais déçus.

On découpe le texte en deux parties :


1. La démocratie est d’abord un état d’esprit (l1-23)
2. Or l’engagement citoyen peut combler une jeunesse appelée à maintenir ce régime
(l24-48)

Plan du texte :
1. La démocratie est d’abord un état d’esprit
- Les institutions d’une démocratie ne peuvent rien sans la volonté et l’esprit civique des
individus.
- Qu’est-ce ? L’implication dans le destin collectif, la conscience de son importance et de la
nécessité d’œuvrer à un monde meilleur, et que Montesquieu appelait vertu.
- Quand le citoyen n’est pas replié sur lui, il y consacre temps et effort.
- La réduction du temps de travail le permet désormais.
- Cela permet de s’affirmer et de se sentir utile. Voilà comment le civisme se manifeste chez
les jeunes.

2. Or l’engagement peut combler une jeunesse appelée à maintenir ce régime


- Or, les jeunes, déçus par l’approche théorique de leurs aînés, sont plus pragmatiques : ils se
passionnent pour des problèmes concrets.
- Il faut composer avec et y voir une solution à l’ennui des contemporains.
- Un individu engagé participe à l’exaltant combat pour construire l’avenir.
- En effet, la démocratie, fragile, exige du citoyen qu’il ne se repose pas sur les autres.
- Imparfaite, la démocratie demeure à l’horizon.
- Elle est aussi toujours menacée par ses ennemis et surtout par le manque d’action solidaire.

11 idées à restituer en 100 mots.


Résumé en 100 mots avec une marge de +/- 10 % :

Dans une démocratie, il est fondamental de s’engager dans la vie publique pour améliorer
la société. Le vertueux de/ Montesquieu se voue à cette cause maintenant qu’il a du temps libre et
qu’il peut s’accomplir ainsi./ Voilà comment les jeunes s’engagent désormais.

Mais désabusés par l’approche théorique de leurs aînés, ils sont pragmatiques. Acceptons/
cette probable solution à la torpeur contemporaine puisque construire le futur est un excitant
combat. Justement, la démocratie n’a/ rien de définitif et elle exige qu’on s’implique. Elle reste par
essence un objectif lointain car ses adversaires/ et, particulièrement, le désinvestissement des
citoyens la mettent en péril.

Total : 110 mots


*

Dissertation :
« Il n’existe pas de démocratie atteinte et accomplie une fois pour toutes. Elle est ce vers
quoi on tend, ce qui demeure à l’horizon. » (l 42-43)

Analyse du sujet :
Les discussions pour reconstruire la démocratie après la seconde guerre mondiale ne passionnent
plus les citoyens. Mendès-France en prend acte et s’adresse à la jeunesse d’un régime enlisé dans la
guerre d’Algérie. On peut faire ces hypothèses d’après la date de publication du texte, 1962.

Deux affirmations composent le sujet, d’abord une réécriture de la thèse du texte, la démocratie ne
peut pas se réaliser pleinement, puis une définition justifiant cette impossibilité, le gouvernement
du peuple chemine continuellement vers son avenir.

Le problème est que Mendès-France ne précise pas ce vers quoi la démocratie s’oriente, il
présuppose – l’image de « l’horizon » est belle et rassurante – qu’elle tend vers un avenir meilleur,
un achèvement se dérobant sans cesse.

Mais n’est-ce pas parce que l’horizon probable de la démocratie est la servitude qu’elle demeure
inatteignable ?

Aussi, on se demandera si la démocratie est un horizon. N’est-ce pas dans l’asservissement du


peuple qu’elle s’accomplit ?

1. La démocratie ne s’accomplit pas, elle tend vers cet horizon


2. Mais la servitude du peuple n’est-elle pas son horizon le plus probable ?
3. En réalité, la démocratie existe parce qu’elle questionne à chaque fois ce vers quoi
elle tend
Dissertation rédigée :
« Si tous les peuples sont entraînés instinctivement vers la centralisation du pouvoir, ils y
tendent d’une manière inégale ». Les peuples empruntent peut-être des allures sensiblement
différentes, mais pour Tocqueville, tous tendent vers leur servitude. On peut alors s’étonner de la
relative confiance affichée par Pierre Mendès-France lorsqu’il déclare (La république moderne, 1962)
: « Il n’existe pas de démocratie atteinte et accomplie une fois pour toutes. Elle est ce vers quoi on
tend, ce qui demeure à l’horizon. » Deux affirmations composent le sujet, d’abord une réécriture
de la thèse du texte, la démocratie ne peut pas se réaliser pleinement, puis une définition justifiant
cette impossibilité, le gouvernement du peuple chemine continuellement vers son avenir. Le
problème est que Mendès-France ne précise pas ce vers quoi la démocratie s’oriente, il présuppose
– l’image de « l’horizon » est belle et rassurante – qu’elle tend vers un avenir meilleur, un
achèvement se dérobant sans cesse. Mais n’est-ce pas parce que le gouvernement du peuple tend
plus probablement vers la servitude que l’horizon démocratique demeure inatteignable ? Aussi, on
se demandera si la démocratie est un horizon. Nous traiterons ce problème à l’aide du programme :
Les Cavaliers et L’Assemblée des femmes d’Aristophane, De la démocratie en Amérique de Tocqueville et
Le Complot contre l’Amérique de Philip Roth. Nous verrons que si la démocratie n’est jamais atteinte
une fois pour toutes, c’est parce qu’elle tend à s’accomplir dans la servitude du peuple, et que c’est
finalement la critique de cet horizon qui la fait pleinement exister à chaque fois.

1. La démocratie ne s’accomplit pas, elle tend vers cet horizon


Après avoir soutenu que les jeunes s’impliquaient dans la vie politique, Mendès-France
rappelle quelle sera leur responsabilité : maintenir une démocratie jamais acquise car toujours
perfectible.
A) Il n’existe pas de démocratie atteinte et accomplie une fois pour toutes
Si Roth peut écrire une uchronie Or, si aucune démocratie n’atteint la Le bilan de la démocratie athénienne
comme Le Complot contre perfection une fois pour toutes c’est est même désastreux dans L’Assemblée
l’Amérique, c’est parce l’une des probablement parce que les des femmes : « C’est donc vous, ô
plus grandes démocraties du citoyen.ne.s ne s’impliquent pas Peuple, qui êtes la cause de ses
monde ne peut pas prétendre assez : « La vie privée est si active maux. Les deniers publics sont une
s’être pleinement accomplie : « À dans les temps démocratiques, si source de revenus pour vous.
cette époque où l’on imposait agitée, si remplie de désirs et de Chacun se soucie de son intérêt
sans le dire des quotas pour travaux, qu’il ne reste presque particulier et du gain à réaliser ;
limiter de façon draconienne plus d’énergie ni de loisir à l’État se traîne péniblement
l’accès des Juifs à l’université et chaque homme pour la vie comme Ésimos. » (p 176). Une telle
aux grandes écoles, où une politique. » (p 98) Tocqueville sait faillite pousse Praxagora à prendre des
discrimination incontestée leur que la démocratie américaine n’est mesures radicales pour redresser la
interdisait toute promotion pas définitivement acquise. Le faible situation. La démocratie antique n’est
significative dans les grandes investissement dans la vie citoyenne donc pas plus accomplie que la
firmes, et où ils étaient exclus qui caractérise à ses yeux un tel démocratie américaine.
de milliers de cercles et régime confirme la thèse de Mendès-
d’institutions, Peterfreund France : la démocratie est
faisait partie des rares pionniers perfectible.
juifs à occuper un poste de
directeur chez Metropolitan
Life. » (p 26) La démocratie tend
à égaliser les individus, ce qui
implique de les traiter de la même
façon. C’est pourtant une histoire
de discrimination, celle d’une
communauté juive se heurtant à
un plafond de verre qui l’empêche
de s’élever que l’écrivain raconte
dans ses pseudo-mémoires.

B) Elle est ce vers quoi on tend


Si Mendès-France est si Cette croyance en une démocratie Tocqueville prend plus de hauteur
catégorique, c’est parce que la solidement arrimée à la voie du mais il décrit le même cheminement de
démocratie implique un progrès est si forte que le jeune la démocratie, celui que Roth décrivait
cheminement, une tension, elle ne narrateur du Complot contre l’Amérique de son point de vue d’enfant : « À
se confond pas avec un état figé. écarte ses craintes de voir Lindbergh mesure que les conditions
Praxagora entend réaliser un tour élu dès que Roosevelt s’exprime à la s’égalisent chez les peuples, les
inédit, donner le pouvoir aux radio : « Lorsqu’il s’adressait à individus paraissent plus petits et
femmes afin de sortir de la crise : nous, dans notre séjour, en nous la société semble plus grande, ou
« Aussi, ma parole, par le jour nommant ses « concitoyens », plutôt chaque citoyen, devenu
qui approche, osons, par un tel FDR manifestait une autorité qui semblable à tous les autres, se perd
trait d’audace, essayer de fondait nos vies avec la sienne. dans la foule, et l’on n’aperçoit plus
mettre la main sur les affaires Que les Américains puissent que la vaste et magnifique image
de la cité pour lui faire ainsi un préférer Lindbergh, ou d’ailleurs du peuple lui-même. » (p 89-90) La
peu de bien. » (p 168) Le n’importe qui d’autre, à ce métaphore est frappante, le peuple
mauvais bilan politique de la cité président élu et réélu, alors que sa émerge à l’issue d’un processus
n’est qu’une étape, une épreuve voix disait à elle toute seule sa historique grandiose. Le philosophe
s’inscrivant dans le temps plus maîtrise sur le tumulte des nous invite à partager cette vision, celle
long de l’histoire de la démocratie. affaires humaines…non, c’était d’une trajectoire qui mène
impensable, en tout cas pour un irrésistiblement vers la démocratie.
petit Américain comme moi qui
n’avais jamais connu d’autres
voix présidentielle. » (p 50) La
voie semble toute tracée, comme si
la démocratie suivait une orientation
précise pour tendre vers un avenir
rassurant sans que la candidature de
Lindbergh n’y change rien.

C) Ce qui demeure à l’horizon


En effet, Tocqueville considère Cette vision commune, les Roth Aristophane met cette vision de
que la démocratie est l’horizon des tentent de la retrouver afin de l’avenir à l’épreuve. Il fait exister sur
sociétés occidentales, notamment s’assurer que l’élection de Lindbergh scène un fantasme qui demeure le plus
de la France, lorsqu’il rédige son n’a pas remis en question leur statut souvent à l’horizon tant les réticences
essai. Il réfute donc les arguments de citoyen.nes : « Sans l’avoir individuelles sont fortes : « Voici ce
des contre-révolutionnaires qui cherché, nous venions de plonger que je voulais dire : je mettrai tout
discréditent une démocratie ne au cœur de l’histoire de notre d’abord la terre en commun, et
reposerant que sur des liens pays ; et sans nous l’être formulé l’argent et tous les biens de chaque
faibles : « Les hommes de nos clairement, nous comptions bien particulier. Puis, avec tous ces
jours sont donc bien moins sur cette histoire de l’Amérique, biens communs, nous vous
divisés qu’on ne l’imagine ; ils ici représentée sous sa forme la nourrirons, nous qui en serons les
se disputent sans cesse pour plus exaltante, pour nous gérantes économes et attentives. »
savoir dans quelles mains la protéger de Lindbergh. » (p 90) (p 205) Praxagora donne une
souveraineté sera remise ; mais Le tourisme historique est surtout interprétation littérale au bien
ils s’entendent aisément sur les l’occasion de vérifier que la commun. Elle prétend remplacer le
devoirs et sur les droits de la démocratie demeure intacte, qu’elle paternalisme nocif des hommes par
souveraineté. Tous conçoivent est le passé mais aussi l’horizon de une gouvernance généreuse et
le gouvernement sous l’image cette famille juive installée sur le sol nourricière. La pièce devrait en toute
d’un pouvoir unique, simple, américain. logique s’achever par le triomphe
providentiel et créateur. » (p 93) d’une démocratie presque accomplie,
Si l’avenir est à la démocratie, c’est pourtant la mécanique comique se met
parce qu’une multitude d’individus en place et d’importants
nourrit une même vision du dysfonctionnements pointent déjà à
pouvoir. l’horizon.

T : Mendès-France présuppose que la démocratie s’achemine vers un état meilleur, mais le corpus
nous invite à craindre l’horizon.
2. La servitude du peuple n’est-elle pas son horizon le plus probable ?
Certes, la démocratie suppose un processus historique dont il est possible de dégager une
logique, mais soutenir que cette logique est celle du progrès est problématique.
A) L’horizon dont parle Mendès-France est problématique
Si nous considérons plus Tocqueville tente lui aussi de conjurer Aristophane traite cette question
attentivement des motifs qui ses craintes pour l’avenir de la sur le mode de la comédie, mais ce
poussent les Roth à entreprendre démocratie : « Je remonte de siècle qu’il met en scène est passablement
leur voyage, nous comprenons en siècle jusqu’à l’Antiquité la plus inquiétant. Dans Les Cavaliers, deux
qu’ils se tournent vers le passé car reculée ; je n’aperçois rien qui serviteurs du peuple interprètent un
l’horizon s’obscurcit : « Si mes ressemble à ce qui est sous mes oracle d’une façon qui les arrange
parents décidèrent de réaliser yeux. Le passé n’éclairant plus mais ils connaissent déjà le tour que
leur vieux projet de visiter l’avenir, l’esprit marche dans les prendront les affaires de la cité au
Washington, ce fut entre autres ténèbres. » (p 186) Certes, il ne fond : « Il gouvernera jusqu’à ce
raisons pour nous convaincre, faudrait pas forcer le trait et donner qu’on trouve un individu plus
Sandy et moi, quoi qu’ils en aient une couleur gothique aux ténèbres répugnant que lui. » (1er serviteur
pensé eux-mêmes, que seul le qu’il convoque. Tocqueville sait que p 59) Cet horizon ne les désole pas
président avait changé. sa démarche est celle d’un moderne car, en vrais cyniques, ils ne
L’Amérique n’était pas un pays qui doit conjecturer sans compter sur cherchent pas le bien commun
fasciste et ne le serait jamais, l’éclairage du passé. Toutefois, il y a avant tout. Ils souhaitent échapper
malgré les prédictions d’Alvin. Il loin entre cette vision tâtonnante de au Paphlagonien pour des raisons
y avait un nouveau président, l’esprit et le progressisme de Mendès- personnelles. Aussi, rien ne les
une nouvelle assemblée, mais France. L’horizon heureux dont parle prédispose à aider la démocratie à
l’un comme l’autre étaient tenus ce dernier semble de plus en plus atteindre un bel horizon.
de respecter la loi exprimée par problématique.
la Constitution. » (p 87) Le
discours indirect libre révèle bien
l’artificialité des paroles destinées à
rassurer les enfants en niant
l’évidence : la démocratie que les
Roth idéalisaient n’existe plus, peut-
être n’a-t-elle jamais existé que sous
cette forme des monuments aux
grands hommes qu’ils dotent d’un
pouvoir protecteur.
B) Car la démocratie tend à s’accomplir une fois pour toutes
Le corpus nous fournit une C’est pourquoi, la démocratie tend à Le gouvernement du peuple tend
explication : l’horizon de la s’accomplir au détriment de la liberté donc à s’accomplir, mais il ne tend
démocratie ne saurait se confondre et du respect des minorités : « C’était pas un plus haut degré de
avec le progrès car le peuple est le plus beau panorama qu’il m’ait démocratie comme Mendès-France
toujours susceptible de céder à la été donné de voir, un Éden le prétend : « L’égalité produit, en
démagogie : « Voire, comment patriotique, un paradis terrestre effet, deux tendances : l’une
pourrait-il exister, Démos, un américain qui s’étendait à nos mène directement les hommes à
citoyen qui t’aimât plus que pieds, et dont, blottis les uns l’indépendance et peut les
moi ? D’abord, c’est moi qui, contre les autres, nous venions pousser tout à coup jusqu’à
lorsque j’étais membre au d’être chassés en famille. » (p 102) l’anarchie, l’autre les conduit par
Conseil, ai fait rentrer de grosses Philip Roth raconte de manière un chemin plus long, plus secret,
sommes dans le trésor public, poignante cette prise de conscience mais plus sûr, vers la servitude. »
torturant les uns, étranglant les alors que les incidents antisémites (p 85) Tocqueville ne postule pas
autres, importunant le reste, sans démentent les rassurants propos de que la démocratie chemine
faire cas des particuliers, pourvu son père durant leur séjour à nécessairement vers le progrès, il
que je te satisfisse. » (p 106) À Washington. L’écrivain réécrit prévoie plutôt deux écueils à
travers le Paphlagonien, l’histoire sur un mode mythique : l’horizon, deux voies menant à
Aristophane brocarde Cléon, un l’horizon d’une vie pacifiée est chaque fois à la servitude du peuple.
homme politique très écouté par le brutalement renvoyé dans les limbes
peuple. Le personnage s’assume en du passé, tandis que la famille Roth
tortionnaire et se déresponsabilise, il subit un terrible châtiment sans
n’a agi que pour plaire à Démos. Un qu’aucune faute ne le justifie.
tel tour le discrédite. Mais cela
montre aussi que le peuple s’en
remet à des ambitieux pourvu qu’il
y trouve un intérêt privé. Aussi, les
citoyens ne veulent pas
nécessairement atteindre plus de
démocratie.
C) Or elle cesse d’exister en s’accomplissant
Si la démocratie peut s’accomplir de Un des incidents survenus à Aristophane radicalise la critique
la sorte, si elle peut arrêter sa course Washington révèle le potentiel d’une démocratie enfin accomplie
vers le progrès pour s’abîmer dans tyrannique du peuple : « - Ça vous dans L’Assemblée des femmes. L’amour
la démagogie et la tyrannie, c’est gêne, ce que la dame vient de devient un bien commun auquel
parce qu’elle modifie profondément dire ? chacun.e doit accéder. Or cette
les désirs des individus : « Cette -Non, monsieur, on est en mesure s’avère liberticide : « C’est
haine immortelle, et de plus en démocratie. » (p 99) Un homme trop dur pour un homme aimant
plus allumée, qui anime les intimide le père Roth afin qu’il ne sa liberté ! (Un jeune homme p
peuples démocratiques contre réponde pas à une injure antisémite. 236) Le jeune homme voit ses
les moindres privilèges, favorise Les Roth sont donc sommés de se désirs contrariés alors que la jeune
singulièrement la concentration taire tandis que la violence à leur femme qu’il souhaite rejoindre la
graduelle de tous les droits égard tend à s’institutionnaliser. Une nuit le désire aussi. Si le
politiques dans les mains du seul minorité perd son droit à être renversement du modèle sexiste est
représentant de l’État. » (p 101) respectée au nom de cette liberté de traité sur un mode comique, on
Selon Tocqueville, les citoyens parole que la démocratie garantit, une frôle la tragédie : « Tu n’as pas ta
finissent par renoncer à la liberté à liberté dévoyée dans ce cas. raison ! Car il n’est pas d’âge à
force d’exiger un traitement coucher avec toi, il est trop
parfaitement égalitaire. C’est cette jeune. Tu pourrais être plutôt sa
tension vers une égalité de mère que sa femme. Aussi, en
condition toujours plus accomplie imposant cette loi, vous
qui risque mécaniquement de remplirez la terre entière
favoriser la centralisation du d’Œdipes ! » (p 245). La jeune fille
pouvoir. dévoile quels crimes se profilent à
l’horizon de ce régime qui tend à
abolir la liberté de chacun.e au nom
de la démocratie.

T : La démocratie tend à abolir la liberté du peuple et à se renverser en servitude, mais ce danger


est chaque fois perçu avec acuité.

3. En réalité, la démocratie existe parce qu’elle questionne à chaque fois


ce vers quoi elle tend
La démocratisation demeure un processus vivant car le gouvernement du peuple libère les
esprits et la parole critique de celles et ceux qui scrutent son horizon.
A) Chaque fois qu’elle pense s’accomplir
Dans L’Assemblée des femmes, Aussi, les auteurs du corpus tendent Ce que l’on accomplit au nom de la
Praxagora expose un séduisant à prendre du recul sur les avancées démocratie mérite donc d’être
projet, la cité deviendrait une seule démocratiques. Tocqueville réfléchit questionné à chaque fois : « Cher
maison pour un peuple totalement aux conséquences d’une éducation Monsieur Roth,
unifié : « Je prétends faire de uniformisée : « L’éducation, aussi Conformément à la loi de
notre ville une seule habitation, bien que la charité, est devenue, peuplement Homestead 42, et
en renversant toutes les chez la plupart des peuples de pour répondre à une demande
séparations jusqu’à la dernière, nos jours, une affaire nationale. conjointe du Bureau
de façon qu’on puisse se rendre L’État reçoit et souvent prend d’assimilation et du ministère de
les uns chez les autres. » (p 213) l’enfant des bras de sa mère pour l’Intérieur, notre société offre des
Mais la pièce tourne rapidement en le confier à ses agents ; c’est lui possibilités de relocalisation à ses
dérision ce désir démesuré d’un qui se charge d’inspirer à chaque employés chevronnés qui, comme
accès égalitaire de tout.e.s à l’amour. génération des sentiments, et de vous-même, ont été retenus pour
Le rêve d’un espace décloisonné est lui fournir des idées. participer à la nouvelle initiative
rapidement remplacé par le L’uniformité règne dans les audacieuse du BA dans tout le
spectacle tragi-comique de la études comme dans tout le reste ; pays. » (p 295) Le projet de
tyrannie des amoureux. Aristophane la diversité, comme la liberté, en relocalisation est présenté à la famille
reste vigilant sur la question des disparaissent chaque jour. » (p Roth comme l’occasion de
libertés individuelles. 122) Si la démocratisation de s’accomplir. Mais cela implique
l’éducation apparaît comme un d’abord de renoncer à tout ce qu’elle
horizon souhaitable, elle implique a déjà accompli.
un formatage potentiellement
nuisible. Tocqueville avertit ses
lectrices et lecteurs des dangers du
prêt-à-penser.

B) Elle tend vers cet exercice critique


Plus précisément, la démocratie Roth se sert du récit pour raconter Par d’autres moyens, ceux de
tend à favoriser l’exercice critique librement une histoire alternative à l’analyse, Tocqueville exerce son
autant qu’elle tend à uniformiser les des fins critiques : « Il y a bien un esprit critique pour inviter le peuple
esprits. Dans Les Cavaliers, le peuple complot, en effet, conclut le engagé dans le processus de la
est pris à parti une fois que le maire La Guardia, et je vais me démocratisation à s’interroger sur
Paphlagonien a quitté la scène : « Ô faire un plaisir de vous nommer l’avenir qu’il pourrait construire :
Démos, tu possèdes en vérité un les forces qui l’animent : ce sont « Les peuples démocratiques
splendide pouvoir ; l’humanité l’hystérie, l’ignorance, la haïssent souvent les dépositaires
tout entière te craint tout comme malveillance, la bêtise, la haine et du pouvoir central ; mais ils
un tyran. Hélas ! On te mène la peur. Notre pays offre aiment toujours ce pouvoir lui-
facilement et tu aimes les aujourd’hui un spectacle même. » (p 103) La formule est
flatteries qui te dupent. Tu restes répugnant ! Le mensonge, la piquante, les lectrices et lecteurs sont
toujours bouche bée devant les cruauté et la folie sont partout, et les artisan.e.s aveugles de leur
beaux parleurs ; ton bon sens dans la coulisse, la force brute asservissement. Mais mettre à jour
alors t’abandonne et te plante sur guette le moment de nous les ambiguïtés du peuple est
place. » (p 135) Le chœur fait le achever. » (p 451) Alors qu’il met l’occasion de se prémunir contre ce
bilan de la situation dans une pièce en scène la parole d’un maire, qu’il y a de plus obscur à l’horizon
où la satire est un pharmakon. Le l’écrivain ne raconte pas le combat peut-être.
public est invité à reconnaître ses des politiques comme un simple
travers. Il le peut car dans une querelle de personnes, un
démocratie il accepte de contempler affrontement clanique. La Guardia
son reflet dans le miroir critique que ne cible pas un ou des individus mais
le théâtre lui tend. des passions aveugles qui
concernent tout le monde.
C) C’est ce qui la fait exister
Aussi, la démocratie existe sous une Tocqueville le formule clairement à Roth pointe lui aussi le rôle central
forme accomplie, elle atteint ce but la fin de son essai : « La presse est, du journalisme présenté comme le
à chaque fois que la critique s’exerce par excellence, l’instrument moyen de s’éduquer en des temps
librement à son encontre. Cela se démocratique de la liberté. (p difficiles : « Les week-ends où Mr
traduit par la possibilité de traiter 172) La presse contribue à la bonne Tirschwell travaillait, mon père
l’actualité politique avec une santé de la démocratie. Alors que la nous emmenait Sandy et moi
certaine férocité « Nous avons un majorité tend à renoncer à la liberté compléter notre éducation au
maître ; c’est un caractère mal au nom d’une égalité parfaite, la Newsreel. » (p 263). La presse et
embouché, un grignoteur de presse vient rétablir une forme ses avatars à la radio ou au cinéma
fèves, facilement irritable. Il d’équilibre. font exister la démocratie sous une
s’appelle Démos, il est originaire forme accomplie en rapportant les
de Pnyx. C’est un vieux faits qui permettent à chacun.e de
bonhomme atrabilaire, à moitié s’emparer de son histoire autrement
sourd. Au dernier marché de la qu’à travers la grille de lecture que les
nouvelle lune, il a fait démagogues tentent d’imposer.
l’acquisition d’un esclave
tanneur, un Paphlagonien, une
espèce de génie dans le domaine
de la fourberie et de la
calomnie. » (1er serviteur, p 51).
Dans Les Cavaliers, Cléon fait l’objet
d’un portrait charge qui prouve que
la démocratie existe alors bel et bien.

CC : Si Mendès-France a raison de prétendre que la démocratie atteinte et accomplie


n’existe pas une fois pour toutes, on ne saurait croire que c’est parce que le gouvernement du
peuple est sans cesse engagé sur la voie du progrès. Le politique souhaite que ce soit là l’horizon
d’un tel régime mais les œuvres au programme nous invitent à craindre les tendances souterraines
qui conduisent un peuple à instaurer un régime de servitude au nom de plus de démocratie. Il serait
donc plus juste de dire que la démocratie existe, qu’elle trouve une forme d’accomplissement, à
chaque fois que la critique qu’elle fait naître s’exerce à son encontre.