Vous êtes sur la page 1sur 5

Infection et états septiques

I. Définitions :
Les micro-organismes :
 Organismes invisibles à l'œil nu, nécessitants l’utilisation de microscopie.
 Incriminés dans la genèse des pathologies infectieuses.
- Ils peuvent être :  Parasites ; Champignons ; Bactéries ; Virus ;  Prions
La colonisation :
 La colonisation est la simple présence de micro-organismes vivants  dans les  cellules ou des tissus
concernés.
 Ces microorganismes ne manifestent pas d'agressivité .
L’infection :
Une infection est une maladie provoquée par l'envahissement et la destruction de tissus vivants par
des micro-organismes.
On doit distingué entre deux types d’infection:
- Infection liée aux soins ou nosocomiale :
infection contractée à l’hôpital ou suite aux soins invasifs.
- Infection communautaire:
Infection contractée en ville.
Les états septiques  :
L’état septique= Une infection documentée + des signes de la réponse inflammatoire.
1- SIRS (syndrome de réponse inflammatoire systémique) :
Au moins 02 signes:
- Température >38 ou <36.
- FC > 90/min.
- FR > 20 /min.
- Hyperleucocytose> 12 000/mm³.
2- Sépsis : SRIS + infection (preuve microbiologique)
3- Sépsis sévère: Sépsis + hypotension artérielle+ défaillance viscérale.
4- Choc septique: Sépsis sévère + hypotension réfractaire ne répondant pas au remplissage.
II. Rappel physiologique  :
La flore microbienne normale :
la flore microbienne ou la flore physiologique normale:
C’est l'ensemble des microbes  et bactéries présents dans un milieu,( système digestif par exemple).
La relation hôte bactérie  :
 Flore commensale:
Germe qui colonise la peau ou les muqueuses, avec un rôle de protection ,d’équilibre ou digestion qui se
développe sans manifestation pathologique chez l’hôte.
 Flore saprophyte:
Germe qui se retrouve dans l’environnement ou sur la peau sans être pathogène.
 Flore pathogène:
Germe responsable de l’ infectieuse.
 Germe opportuniste:
Germe qui devient pathogène dans un organisme dont les défenses immunitaires sont affaiblies.
Mécanismes de défenses de l’hôte :
Les défenses immunitaires de l'hôte qui protègent contre l'infection comprennent:
1. Les barrières naturelles .
2. Les réponses immunitaires non spécifiques des cellules.
3. Les réponses immunitaires spécifiques .
1. Mécanismes de défenses naturels:
 La peau .
 Muqueuse respiratoire : les cils bronchique, mucus, la toux.
 Muqueuse digestive : flore naturelle , diarrhée, vomissement.
 Muqueuse génitale : acidité
2. L’immunité aspécifique:
Le processus inflammatoire :
Permet apport de macrophage, monocyte et phagocyte …
3. Immunité spécifique :
Permet de   détruire le micro-organisme par :
 Identification de l’agent causal : antigène.
 Fabrication d’anticorps spécifiques.
 Mémorisation.
 Intervention des lymphocytes( permet la production des anticorps).
III. La chaine épidémiologique :
A. Les agents infectieux:
Micro organismes responsables d’infection et de maladies infectieuses : Bactéries ; Virus ; Champignons ;
Parasites.
Autres : Prions…
1. Les bactéries:
- Microorganisme unicellulaires procaryotes (0,3 à 5 μ).
- Aérobies Anaérobies Aéro-anaérobie
- Gram + Gram -
- Différentes espèces: Cocci ; Bacille ; Vibrion Spirille

Vibrion cholérique lésionnelle BK

2. Les virus:
100 x < bactéries (0,1 à 0,01 μ).
Microscope électronique.
Deux types ARN ou ADN.
Microorganisme non autonome.
Selon la structure: Cubique ; Hélicoïdal ; Enveloppé ; nu
3. Les parasites : Animal ou végétal : vit aux dépends d'un individu.
- Pouvoir pathogènes : Effets mécaniques ; Effets toxiques ; Irritations tissulaires ; Réactions
inflammatoires ; Allergies.
4. Les champignons : Végétaux microscopiques ; Matières organiques en décomposition ; Parasitisme
fongique ; Mycoses.
5. Le prion :
C’est une protéine cellulaire infectieuse présente essentiellement dans le système nerveux
B. Les réservoirs microbiens :
- L’environnement où le micro-organisme peut survivre ou bien se conserver à l’état vivant et se
multiplier.
- Il permet la dissémination de l’infection chez un sujet réceptif.
- Il peut s’agir d’un : Réservoir humain ; animal ; hydrique ; phyto-tellurique ; Mixtes.
C. Le vecteur ( Hôte intermédiaire):
 - un organisme qui ne provoque pas en lui-même une maladie.
- Il permet le développement et la transmission des agents pathogènes d'un hôte à l'autre .
D. Les modes de contamination
 Contamination endogène : le malade se contamine avec ses propres germes.
 Contamination exogène :
les germes responsables de la maladie ont été apportés par un agent extérieur à savoir : 
 La transmission direct : si le contact avec le réservoir.
 La transmission indirect : contamination par l’intermédiaire d’un vecteur
E. Les portes d’entrée:
- La porte d’entrée= foyer.
- Siège principal d ’une maladie.
- Lieu de rayonnement de la maladie infectieuse
IV. Physiopathologie  :
1. Mécanisme physiopathologique de l’infection:
 Pathogénécité du microorganisme:
- Virulence : Aptitude à se développer , coloniser, ou provoquer des altérations tissulaires.
- Toxicité: Capacité à tuer par la libération des toxines .
2. Dépassement des mécanismes de défenses :
- Iatrogène: Corticothérapie ,immunosuppresseurs, anti inflammatoires.
- Déficit immunitaire constitutionnel ou acquis: Diabète, SIDA, déficit congénitale en Ig…..

V. Diagnostic positif  :
1. Manifestations cliniques de l’infection
Les manifestations peuvent être locales et/ou systémique.
Des manifestations peuvent se développer dans de multiples organes.
Les infections sévères généralisées peuvent entraîner des manifestations qui mettent en jeu le pronostic
vital .
 Les signes généraux:
La fièvre ( dénominateur commun de l’infection):++++
Température normale fièvre
t° centrale : 36,4°C 37,9°C 38,3°c
t° buccale : 35,6°C 37,5°C 37,6°C
t° axillaire : 34,7°C 37,3°C 37,4°C
t° rectale : 36,6°C 38°C 38,2°C
 Signes spécifiques :
1.ORL/Respiratoires:
Expectoration, Toux, Cyanose, douleurs, thoraciques, Obstruction nasale, Rhinorrhée, otalgie, écoulement
d’oreille, sinusite, angines.
2. Signes urinaires:
oligurie, Urines concentrées, pyurie odeur fétide, douleurs lombaires dysurie, pollakiurie.
3. Signes digestifs:
anorexie, vomissements, hépatomégalie, diarrhée, douleurs abdominale, défense ou contracture
abdominale.
4.Signes neuropsychiques:
Asthénie, Céphalées, Confusion, torpeur, obnubilation, Tuphos, syndrome méningé.
5. infections cutanées :
exanthème et énanthèmes
2. Les examens complémentaires:
1. Le syndrome infectieux biologique:
Hyper leucocytose : Leucocytes :
- Neutrophiles bactéries Femme Homme
- Hyper éosinophilie parasites 3 200 à 9 500 3 500 à 10 500
- Lymphocytose virus Mononucléaires
- Lymphopénie V.I.H - Monocytes : 10 %
- Monocytose endocardite tuberculose - Lymphocytes : 25 %
Polynucléaires
- Neutrophiles : 60 à 65 %
- Eosinophiles : 1 à 2 %
- Basophiles : 0,5 à 1 %
2. Marqueurs de l’inflammation:
 La vitesse de sédimentation (VS) N = < 20 mm à la 1ere heure.
 Electrophorèse des protéines sanguines: IgM, IgA, IgG, albumine, fraction C3 du complément.
 C-réactive protéine CRP.
 Pro calcitonine.
3. Prélèvements microbiologiques:
1. Hémoculture : à la recherche d’une septicémie.
2. Prélèvement du : pus, crachats, urines, LCR ……
3. Copproparasitologie des selles.
4. Examen para-cliniques radiologiques:
1. Radiographie du thorax.
2. Echographie abdominopelvienne.
3. Echocardiographie trans œsophagienne.
4. TDM cérébrale , abdominale……
VI. Traitement  :
1. Traitement symptomatique: Antipyrétique ; Moyens physiques.
2. Traitement spécifique:
 Antibiotique si infection bactérienne.
 Antiviraux si infection virale.
 Antifongique si infection parasitaire.
La prévention ++++
L’hygiène : lavage des mains++++++ , lavage des fruits et légumes…
- Vaccination.
- Eradication des vecteurs.
- Lutte contre les réservoirs.
- Déclaration obligatoire de certaines pathologie infectieuses.