Vous êtes sur la page 1sur 10

GENETIQUE

DETERMINISME DE L'HEREDITE DU SEXE ET DU GROUPE SANGUIN (A B O) CHEZ L'HOMME


OBJECTIF GENERAL NIVEAU : TLE A

Comprendre le déterminisme de l’hérédité DUREE : 2 séances de 2H chacune

Du sexe et du groupe sanguin chez l’homme

OBJECTIF SPECIFIQUES TERMINAUX MATERIEL

OST 1 : Interpréter un croisement relatif au déterminisme du sexe

OST 2 : Interpréter un arbre généalogique relatif au système ABO


DEROULEMENT DE LA LECON

MOTIVATION : PROBLEME BIOLOGIQUE

Présentez dans la maison un couple avec ses enfants COMMENT DETERMINE-T-ON L’HEREDITE DU SEXE ET DU

GROUPE SANGUIN CHEZ L’HOMME ?

OST/OSI ACTIVITE DU ACTIVITE DE CONTENU DU CAHIER DE L’ELEVE DUREE


PROFESSEUR L’ELEVE
COMMENT DETERMINE-T-ON L’HEREDITE DU SEXE ET DU GROUPE SANGUIN CHEZ
L’HOMME ?

Dans un couple, on constate que l’enfant a soit le sexe du père, soit celui de la mère.
On peut supposer que :
- Le mâle détermine le sexe dans l’espèce humaine.
- La recherche de la paternité à partir du système ABO a des limites.

I- LE MALE DETERMINE-T-IL LE SEXE DANS L’ESPECE HUMAINE ?


1- Exploitation de résultats d’expériences
Le daltonisme est une anomalie héréditaire de la vision des couleurs. Le daltonien ne distingue
pas les couleurs, principalement la couleur verte et la couleur rouge. Voici l’arbre généalogique
d’une famille.

I
1 2

II
1 2 3 4
Homme normal Femme normale

Homme daltonien Femme daltonienne

1- Démontrer que l’allèle de l’anomalie est dominant ou récessif.


2- Montrer que l’allèle de l’anomalie est porté par un chromosome sexuel ou par
un autosome.
3- Écrire les génotypes des individus :
I1; I2; II1; II2; II3; II4

RESOLUTION

1. Les parents I1 et I2 apparemment sains ont donné un enfant II1daltonien. Ces deux
parents portent donc l’allèle de l’anomalie à l’état masqué. L’allèle du daltonisme est donc
récessif.

Choix des symboles


Daltonien: d
Normal: D
Le couple d’allèles est donc D/d

2. Supposons que l’allèle responsable du daltonisme est porté par un chromosome sexuel X
Si l’allèle est porté par un chromosome sexuel, le couple I1 et I2 donnera:

Phenotypes [D] x [D]

XDXD
Genotypes
Xd
Gametes50%XD50%XD

50%Xd50%

Echiquier de croisement


50% XD 50%

XD XD
50% XD 25% [D] 25% [D]
XD
XD Xd
50% Xd 25% [D] 25% [d]
Xd

Bilan :50% [D]
25% [D]
25% [d]

Un tel couple ne peut donner naissance à des filles malades. On obtient des garçons [d]
présentant l’anomalie, des garçons sains [D] et des filles apparemment saines [D]. Ces résultats
théoriques concordent avec les résultats expérimentaux. En effet cette anomalie affecte des
individus de sexe masculin. L’allèle de l’anomalie est donc porté par un chromosome sexuel X.

3. Les génotypes des individus :


XDXDXD
I1: ; II2 et II4 : ou
XdXdXD
XD Xd
I2  et II3 : et II1 :
Conclusion partielle
Le mâle détermine le sexe dans l’espèce humaine.

2ème proposition d’exercice


Exercice
On croise deux drosophiles de race pure différant par la couleur des yeux, l’une à yeux blancs
(mutant) et l’autre à yeux rouges (sauvage).
Lorsqu’on croise des mâles aux yeux blancs avec des femelles aux yeux rouges, on obtient en F1
des drosophiles aux yeux rouges (sauvages).
Lorsqu’on croise des mâles aux yeux rouges avec des femelles aux yeux blancs, on obtient en
F1 :
- 51 drosophiles mâles aux yeux blancs
- 49 drosophiles femelles aux yeux rouges
Analysez et interprétez ces résultats.

Résolution
 Observation
Le caractère considéré dans ce croisement est le caractère « couleur des yeux »
présentant deux phénotypes : rouge et blanc.

 Analyse
Le résultat de la F1 dépend du sens du croisement.
 Premier sens
Yeux rouges x Yeux blancs

F1 : 100% Yeux rouges


 Interprétation
*La F1 est homogène, les drosophiles croisées sont homozygotes ; le phénotype
rouge qui s’exprime dans la descendance est dominant et le phénotype blanc est
récessif.
*Choix des symboles :
Blanc : b
Rouge : b+
 Deuxième sens
Yeux blancs x Yeux rouges

F1 : 51 drosophiles aux yeux blancs


49 drosophiles aux yeux rouges

 Interprétation
La F1 est hétérogène ; les résultats (obtenus à l’issue des croisements dans les deux
sens) s’expliquent très bien si on considère que le couple d’allèles b +/b qui détermine la
couleur de l’œil est porté par le chromosome sexuel X.

 Vérification : Interprétation chromosomique


 Le croisement dans le premier sens :

Phénotypes : [b+] x [b]

Génotypes  : X b+ Xb
X b+
+
Gamètes : 100% Xb 50% Xb
50%
Echiquier de croisement :
[b] 50% Xb 50%

[b+]
100% Xb+ 50% Xb+ 50% Xb+
[b+] [b+]
Xb
On obtient 100% de [b+] (les deux sexes confondus).
 Le croisement dans l’autre sens :
Phénotypes : [b] x [b+]

Génotypes  : Xb X b+
Xb

Gamètes : 100% Xb 50% Xb +


50%
Echiquier de croisement :
[b+] 50% Xb+ 50%

[b]
100% Xb 50% Xb+ 50% Xb
+
[b ] [b]
Xb
On obtient : 50% [b+] ; 50% [b]
 Conclusion :
Les résultats théoriques sont statistiquement identiques aux résultats expérimentaux.
Le caractère « couleur des yeux » est gouverné par un couple d’allèles portés par les
chromosomes sexuels.

2- Conclusion partielle
Le mâle détermine le sexe dans l’espèce humaine.

II- LA RECHERCHE DE LA PATERNITE A PARTIR DU SYSTEME ABO A6T-ELLE DES LIMITES ?


1- Exploitation des résultats d’expériences
Exercice
Les groupes sanguins existent chez tous les êtres humains. Deux types d’antigènes (A et B)
peuvent se trouver à la surface des hématies humaines. Suivant les sujets, les antigènes A et B
peuvent être présents, isolement A ou B ou simultanément A et B ; mais parfois ils sont
absents. On distingue ainsi quatre types de groupes sanguins (A, B, AB, O)
Soit la transmission des groupes sanguins dans une famille (voir l’arbre généalogique suivant) :
I A B
1 2

II AB O A B
1 2 3 4

1- Démontrer que les allèles mis en jeu sont dominants ou récessifs.


2- a-Ecrire les génotypes de la mère I 1, du père I2, de la fille II1, du garçon II2, du
garçon II3, de la fille II4.
b- Justifier
3- Un enfant a le phénotype [A], montrez qu’il peut être l’enfant de la mère I1 de
l’arbre généalogique.
NB : Les groupes sanguins ne sont pas une affection héréditaire.

RESOLUTION

1. Dans la descendance des parents de groupe A et de groupe B, deux nouveaux phénotypes


apparaissent : le groupe AB et le groupe O.


le groupe AB, phénotype intermédiaire, montre qu’il n’y a pas de dominance de
l’allèle A sur l’allèle B et inversement ; les allèles A et B sont codominants.
 Le groupe O est apparu chez les enfants, car les parents possédaient
dans leurs génotypes un allèle O qui était masqué, soit par l’allèle A chez le parent du groupe A
A, soit par l’allèle B chez le parent du groupe BB
O
O
L’allèle O est donc récessif vis-à-vis de A et B. Les individus du groupe O sont forcément
homozygotes.

2. a-Les génotypes
A B
La mère I1 et le garçon II3 : ; La fille II 4 et le père I2 :
O O

AB O
La fille II1 : ou ; Le garçon II 2  :
BA O
b-Justification
Le couple I1 et I2 donnera :
Phénotypes : [A] X [B]
Génotypes : A B

O O

Gamètes : ½A ½B

½O ½O

[B] [A] A O
½ ½
B A B
½ ¼ [AB] ¼ [B]
B O
O A O
½ ¼ [A] ¼ [O]
O O

Bilan : ¼ [AB]; ¼ [A]; ¼ [B]; ¼ [O]


D’après l’échiquier, on remarque que chaque phenotype correspond à un type de
genotype.

3-Un enfant de phénotype [A] a deux génotypes A ou A


O A
Il est l’enfant de la mère I1 s’il a le génotype A ; dans le cas contraire, ce n’est pas
l’enfant de la mère I1. O

Conclusion partielle
La recherche de la paternité à partir du système ABO a des limites. En effet un
phénotype peut donner lieu dans certains cas à plusieurs génotypes.

Conclusion générale
Chez l’homme, le déterminisme du sexe se fait àpartir des gamètes émis par le mâle.
C’est donc le mâle qui détermine le sexe.

Vous aimerez peut-être aussi