Vous êtes sur la page 1sur 55

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET

METIERS

CHAIRE DE TRAVAUX PUBLICS & BATIMENT

COURS CCV004

« ELEMENTS DE BETON ARME »

___________

COURS THEORIQUE ET EXERCICES DE COURS


Murs de soutènement

Responsable de l’enseignement : F. GUILLEMARD janvier 2007


CNAM CCV109 – Béton armé 2

Sommaire
17. DIFFERENTS TYPES DE MUR DE SOUTENEMENT. ............................................................. 4
17.1. MUR EN T RENVERSE ............................................................................................................... 4
17.2. MUR EN L................................................................................................................................. 4
17.3. MUR AVEC UNE BECHE .............................................................................................................. 5
17.4. MUR A CONTREFORTS............................................................................................................... 5
17.5. MUR POIDS .............................................................................................................................. 5
17.6. PRE DIMENSIONNEMENT RAPIDE D'UN MUR EN T RENVERSE OU EN L ........................................... 6
17.6.1. Mise hors gel de la semelle........................................................................................... 6
17.7. PRE DIMENSIONNEMENT RAPIDE D'UN MUR-POIDS....................................................................... 6
17.7.1. Mise hors gel de la semelle........................................................................................... 6
18. JUSTIFICATION D’UN MUR DE SOUTENEMENT .................................................................. 7
18.1. DETERMINATION DES ACTIONS EN POUSSEE-BUTEE.................................................................... 8
18.1.1. Forces agissantes. ........................................................................................................ 8
18.1.2. Principe des calculs - coefficients de poussée.............................................................. 9
18.1.3. Mur en T avec talus incliné finis .................................................................................. 12
18.1.4. Prise en compte d'une charge uniforme infinie sur le talus......................................... 13
18.1.5. Prise en compte d'une charge uniforme finie sur le talus. .......................................... 14
18.1.6. Prise en compte d'une surcharge ponctuelle sur le talus............................................ 15
18.1.7. Prise en compte d'une nappe phréatique.................................................................... 16
18.1.8. Prise en compte de la cohésion. ................................................................................. 17
18.2. EFFET VERTICAL D'UNE SURCHARGE LOCALISEE OU PONCTUELLE.............................................. 18
18.2.1. Surcharge localisée. .................................................................................................... 18
18.2.2. Surcharge ponctuelle. ................................................................................................. 20
19. JUSTIFICATION DE LA STABILITE EXTERNE..................................................................... 22
19.1. LES DIFFERENTES ACTIONS QUI AGISSENT SUR UN MUR ............................................................ 22
19.2. LES ACTIONS QUI AGISSENT SUR UN MUR EN T RENVERSE ........................................................ 23
19.3. LES ACTIONS QUI AGISSENT SUR UN MUR EN L ......................................................................... 23
19.4. LES ACTIONS QUI AGISSENT SUR UN MUR-POIDS OU UN MUR A REDANS ...................................... 24
19.5. VERIFICATION DU NON-POINÇONNEMENT DU SOL DE FONDATION ............................................... 25
19.5.1. Actions favorables au non-poinçonnement du sol de fondation ................................ 25
19.5.2. Actions défavorables au non-poinçonnement du sol de fondation ............................. 26
19.5.3. Combinaisons d'actions............................................................................................... 26
19.5.4. Vérification du non-poinçonnement du sol de fondation ............................................. 26
19.6. VERIFICATION DU NON-GLISSEMENT DU MUR SUR LE SOL DE FONDATION.................................... 35
19.6.1. Actions favorables au non-glissement du mur ............................................................ 35
19.6.2. Actions défavorables au non-glissement du mur ........................................................ 35
19.6.3. Combinaisons d'actions............................................................................................... 35
19.6.4. Vérification du non-glissement du mur ........................................................................ 35
19.7. VERIFICATION DU NON-RENVERSEMENT DU MUR ....................................................................... 38
19.7.1. Actions favorables au non-renversement du mur ....................................................... 38
19.7.2. Actions défavorables au non-renversement du mur ................................................... 38
19.7.3. Combinaisons d'actions............................................................................................... 38
19.7.4. Vérification du non-renversement du mur ................................................................... 38
20. EXEMPLES DE CALCUL. ....................................................................................................... 40
20.1. EXEMPLE 1 : MUR EN T AVEC UNE COUCHE DE TERRAIN ET UN TALUS DROIT. ............................ 40
20.1.1. Description de la couche de terrain............................................................................. 40
20.1.2. Calcul des coefficients de poussée Ka et Kaq ........................................................... 40
20.1.3. Calcul des forces de poussée sur l’écran fictif. ........................................................... 41
20.1.4. Calcul des forces de poussée sur le mur de soutènement. ........................................ 41
20.1.5. Stabilité externe........................................................................................................... 42
20.2. EXEMPLE 2: MUR POIDS AVEC UNE SURCHARGE INFINIE. ........................................................... 44
20.2.1. Description des couches. ............................................................................................ 44
20.2.2. Calcul des coefficients de poussée Ka et Kaq ........................................................... 44
20.2.3. Calcul des forces de poussée. .................................................................................... 45
20.2.4. Diagramme de poussée. ............................................................................................. 48
CNAM CCV109 – Béton armé 3

20.3. EXEMPLE 3: MUR EN T AVEC TALUS INCLINE ET SURCHARGE INFINIE. ........................................ 49


20.3.1. Calcul des poussées. .................................................................................................. 50
20.3.2. Diagramme de poussée résultant. .............................................................................. 51
20.4. EXEMPLE 4: MUR POIDS AVEC UNE SURCHARGE INFINIE. ........................................................... 52
20.4.1. Hypothèses :................................................................................................................ 52
20.4.2. Poussée des Terres .................................................................................................... 52
20.4.3. Poids du mur ............................................................................................................... 53
20.4.4. Surcharges infinies sur talus - Application de la méthode du coefficient Kqa : .......... 54
20.4.5. Poids des terres........................................................................................................... 54
CNAM CCV109 – Béton armé 4

17.Différents types de mur de soutènement.

Il existe différents types de mur de soutènement que l’on peut classer dans deux catégories :
 Les murs poids, qui équilibrent la poussée des terres par leur simple poids propre : pour cette
famille de mur, seule une justification de la stabilité externe du mur sera exigée.
 Les murs travaillant en console : ce sont des murs qui nécessitent la mise en place
d’armatures pour reprendre l’ensemble des poussées : pour cette famille de mur, il faudra
étudier la stabilité externe et interne.

Parmi ces deux familles, on distingue plusieurs types de mur.

17.1. Mur en T renversé


C'est la forme classique pour un mur en béton armé. Il est économique sans contreforts, tant que sa
hauteur n'excède pas 5 à 6 mètres. Il peut-être réalisé sur un sol de qualités mécaniques peu élevées.
En effet, par rapport à un mur-poids de même hauteur, il engendre des contraintes sur le sol plus
faibles pour une même largeur de semelle.

17.2. Mur en L
C'est un mur en "T renversé" dont on a tronqué la partie avant ou arrière de la semelle.

Ce type de mur est couramment utilisé lorsque l’on est, par exemple, en bord de propriété.
CNAM CCV109 – Béton armé 5

17.3. Mur avec une bêche


On rajoute une bêche à la semelle lorsque la stabilité au glissement du mur n'est pas assurée. Elle
peut être soit à l'avant, soit à l'arrière de la semelle, soit dans le prolongement du voile :

⇒ à l'avant : ce cas est déconseillé car à l'ouverture de la fouille de la bêche, il y a un risque de


décompression du sol dans la zone où il est le plus sollicité et il y a aussi un risque de voir après
la construction du mur, la butée devant la bêche supprimée par des travaux de terrassement ([1]
p 219).
⇒ dans le prolongement du voile : ce cas est peu employé mais peut être néanmoins très
intéressant car il permet de réaliser facilement le ferraillage de l'encastrement du voile sur la
semelle en prolongeant dans la bêche les treillis soudés formant armatures en attente.
Conseillé surtout dans un terrain rocheux.
⇒ à l'arrière : disposition classique et recommandée

17.4. Mur à contreforts


Lorsque la hauteur du mur devient importante (supérieure à 5-6 m) ou
que les coefficients de poussées sont élevés, le moment
d'encastrement du voile sur la semelle devient grand. Alors les
contreforts permettent de raidir le voile. Ils sont encastrés sur la
semelle et ils sont disposés, soit à l'arrière (remblaiement difficile), soit
à l'avant du voile. Ils sont généralement espacés de 2,5 à 5 m.
La présence de contreforts fait travailler le voile et sa semelle en
plaque sur 3 côtés.

17.5. Mur poids


C'est un mur dont la partie verticale s'élargit progressivement jusqu'à
sa base et dont la semelle est quasiment inexistante en comparaison
avec un mur en L ou en T renversé. Sa stabilité est uniquement due à
son poids, d'où son nom de mur-poids. Ce type de mur ne convient
évidemment pas pour des sols de fondation ayant des qualités
mécaniques peu élevées.
CNAM CCV109 – Béton armé 6

17.6. Pré dimensionnement rapide d'un mur en T renversé ou en L

min( H/24 ; 0,15 m )

D
H/12

H/8 à H/5 H/12

0,45.H + 0,20 m

17.6.1. Mise hors gel de la semelle

D ≥ 0,50 m en pays tempéré


D ≥ 1,00 m en site montagneux

17.7. Pré dimensionnement rapide d'un mur-poids

min ( H/12 ; 0,30 m )

0,10.H
H
à 0,15.H 0,10 à 0,15 m

D
H/8 à H/6

0,3.H + 0,20 m

17.7.1. Mise hors gel de la semelle

D ≥ 0,50 m en pays tempéré


D ≥ 1,00 m en site montagneux
CNAM CCV109 – Béton armé 7

18. Justification d’un mur de soutènement


Lors du calcul d'un mur de soutènement, il convient de considérer plusieurs étapes:
 Calcul des actions en prenant en compte les phénomènes de poussée-butée.
 Justification de la stabilité externe du mur.
 Justification de la résistance interne du mur.

Selon que l'on fait une vérification interne ou externe, les poussées ne sont pas déterminées au même
endroit:
 Pour une vérification en stabilité externe:
o Dans la cas d'un mur en L, en T ou à redans, les poussées sont appliquées sur un
écran fictif vertical passant par le coin de la semelle.
o Dans le cas d'un mur poids, l'écran à considérer est celui du parement du mur.

 Pour une vérification en stabilité interne: dans ce cas, les poussées sont appliquées
directement sur le parement du mur:
CNAM CCV109 – Béton armé 8

18.1. Détermination des actions en poussée-butée.


Les actions exercées sur un mur de soutènement dépendent de l'équilibre du terrain situé derrière ce
mur. On distingue trois possibilités:
 Sol au repos: on suppose que le terrain est en équilibre élastique, il peut donc supporter de
petites déformations sans qu'il y ait risque de rupture. Dans ce cas, la pression qu'il exerce
sur le mur est dite "pression du sol au repos".
 Calcul en poussée: lorsque le mur s'écarte du terrain, on constate une certaine
décompression du sol qui augmente la poussée sur l'écran de soutènement, on est alors
dans le cas d'un phénomène de poussée. Si on note H, la hauteur du mur de soutènement,
on peut considérer un calcul en poussée lorsque les déplacements du mur sont de l'ordre de
H/1000.
 Calcul en butée: lorsque le mur offre une certaine résistance à la décompression du terrain,
on peut supposer un état de butée. Pour cela, les déplacements doivent être de l'ordre
H/100 afin de pouvoir mobiliser la butée. Etant que ce déplacement nécessaire est environ
10 fois plus grand que celui nécessaire pour mobiliser la poussée, on néglige les efforts de
butée dans le calcul des murs de soutènement.

18.1.1. Forces agissantes.


Les différentes forces qui agissent sur un mur de soutènement en dehors de la présence d'eau, sont :
• la résultante P1 de la poussée des terres soutenues,
• la résultante P2 de la poussée due aux charges d'exploitation sur le terre-plein,
• le poids propre G du mur ,
• la résultante Pb de la butée du terrain devant le mur ,
• la réaction R du sol sous la base du mur .

Comme nous l'avons vu précédemment, par sécurité, il est d'usage de négliger l'action de la butée à
l'avant d'un mur de soutènement. En effet, les déplacements nécessaires à la mobilisation de la butée
sont importants et sont incompatibles avec l’esthétique et la destination future de l'ouvrage. De plus, la
butée peut toujours être supprimée par des travaux de terrassements ultérieurs (pose de canalisations
par exemple). Il serait dangereux de la prendre en compte dans les calculs.
CNAM CCV109 – Béton armé 9

18.1.2. Principe des calculs - coefficients de poussée.


La poussée unitaire qui s'exerce sur un écran de poussée en un point M situé à une distance z de
l'arête supérieure de l'écran est de la forme :

où :
• γ est le poids volumique des terres
• ka est le coefficient de pression active (coefficient de poussée) .

Ce coefficient dépend:
• de l'angle β que fait le talus avec l'horizontale,
• de l'angle λ d'inclinaison de l'écran sur la verticale.
• de l'angle de frottement interne ϕ du terrain situé en arrière de l'écran.
• de l'angle δ d'inclinaison de la poussée unitaire sur la normale à l'écran.

La convention des signes doit être la suivante:


 L'inclinaison βde la surface libre est positive lorsque la pente est orientée vers l'écran.
 L'inclinaison λ de l'écran sur la verticale est positive lorsque l'écran a du fruit et négative
lorsque l'écran est en surplomb.
 L'inclinaison δ de la poussée est positive dans le même sens que λ.
 L'angle de frottement doit être tout le temps positif.
CNAM CCV109 – Béton armé 10

Cette convention se traduit par le schéma suivant:

L'angle δ dépend de l’état de rugosité du parement, lui-même fonction du type de coffrage utilisé pour
la réaction de l’écran. Par exemple, pour un écran vertical (λ = 0° ) on prend en général :
• δ = 2/3 ϕ, si le parement est parfaitement lisse (coffrage métallique ou en contreplaqué) ou
dans le cas où le tassement général du mur peut être supérieur à celui du remblai.
• δ = ϕ pour un parement rugueux (coffrage en planches)
• δ = β pour un écran fictif vertical

La résultante p des poussées unitaires, sur la longueur « L » de l'écran, s'applique au tiers inférieur du
parement avec l'inclinaison δ et l'intensité :

pa = ka * γ * L² / 2

On peut décomposer la poussée en


• une composante unitaire horizontale
λ + δ) = kaH * γ * z
PH (M ) = Pa(M ) * Cos (λ
• une composante unitaire verticale :
λ + δ) = kaV * γ * z
PV (M ) = Pa(M ) * Sin (λ
avec
λ+δ)
kaH = ka * Cos (λ
λ+δ)
kav = ka * Sin (λ
CNAM CCV109 – Béton armé 11

On peut représenter la variation de PH et de PV en fonction de la cote de profondeur z du point M par


deux diagrammes. Si δ est constant sur la distance L, ces deux diagrammes se déduisent l'un de
l'autre par affinité.

Le coefficient Ka est défini par les formules suivantes:

cos ²(ϕ − λ )
Ka = 2
 sin(ϕ + δ ) sin(ϕ − β ) 
cos ² λ cos(δ + λ ) 1 + 
 cos(δ + λ ) cos( β − λ ) 
Coefficient de poussée selon le SETRA

On peut également définir K0, qui correspond au coefficient du sol au repos.


K 0 = 1 − sin ϕ

Dans le cas d'une surcharge uniforme appliquée sur le talus, on défini un coefficient de
poussée noté Kqa:
cos λ cos β
K qa = Ka
cos(λ − β )
CNAM CCV109 – Béton armé 12

18.1.3. Mur en T avec talus incliné finis

Ce cas est très fréquemment rencontré. Le talus, d'inclinaison β sur l'horizontale, est limité par un
terre plein horizontal infini.
La poussée réelle est définie par deux diagrammes de poussée :
• la poussée due à un remblai horizontal infini passant par le point D' : coefficient de poussée
Kao (β = 0°).
• la poussée due à un massif limité par un talus infini d'angle β sur l'horizontale : coefficient de
poussée Kaβ.

Pour la détermination du diagramme des composantes unitaires (horizontale ou verticale)


correspondant au cas du mur avec talus incliné fini, on considère que le diagramme de poussée réelle
correspond au minimum des deux diagrammes définis ci-apès. La cote du terre-plein est prise comme
origine des cotes de profondeur .
CNAM CCV109 – Béton armé 13

18.1.4. Prise en compte d'une charge uniforme infinie sur le talus

Pour prendre en compte les effets d’une charge uniforme infinie sur le talus, on distingue deux
méthodes possibles :
 La méthode dite du « coefficient Kqa ».
 La méthode dite de la « couche de terrain fictive ».

18.1.4.1. Méthode du coefficient Kqa.


Le diagramme de poussée due à une charge uniforme infinie sur le talus est un diagramme
rectangulaire.

La poussée due à cette surcharge se traduit par le schéma suivant:

La composante horizontale se déduit de la même façon que les composantes de la poussée du


remblai, à savoir:
Pqah = Pqa × cos(λ + δ ) = K qa × q × l × cos(λ + δ )

18.1.4.2. Méthode de la couche de terrain fictive.


Une autre méthode consiste à prendre en compte la surcharge comme une nappe de terrain
équivalente.
Cette méthode est issue de l'ouvrage "Dimensionnement d'un mur de soutènement" édité par
l'ADETS.
Attention, cette méthode n'est valable que dans le cas des surcharges infinies.

La théorie de Coulomb montre que l'effet d'une charge uniforme infinie q est le même que celui d'une
épaisseur h’’ de sol supplémentaire.
Si γ est le poids volumique du sol, on a :

h’’ = q / γ

On admet que la charge se diffuse dans le terrain suivant des directions faisant l’angle ϕ avec
l’horizontale. Pour un mur avec un talus fini on obtient ainsi la construction suivante du diagramme de
poussée :
CNAM CCV109 – Béton armé 14

On constate que le diagramme théorique obtenu présente un décrochement.


En effet, l'influence de la poussée due à la charge q sur le terre-plein ne se fait « sentir » qu'à partir du
point E',
La prise en compte de la charge q est donc fonction de la distance du bord de la charge à l'écran et
de l'angle de frottement interne ϕ du terrain.

18.1.5. Prise en compte d'une charge uniforme finie sur le talus.


La construction est identique à celle du paragraphe 4 ci-dessus. L'effet de la charge d'exploitation est
comprise entre les deux droites d'influence inclinées sur l'horizontale de ϕ et de ϕ/2 + π/4 .

On obtient donc le schéma suivant:


CNAM CCV109 – Béton armé 15

18.1.6. Prise en compte d'une surcharge ponctuelle sur le talus.


Une surcharge ponctuelle d'intensité Q induit sur l'écran une pression maximale qui s'exerce
normalement à l'écran (donc δ=0).
Cette surcharge induit un diagramme de poussée triangulaire qui est défini par le diagramme suivant:

La valeur Pmax de ce diagramme est définie par la formule suivante:


CNAM CCV109 – Béton armé 16

18.1.7. Prise en compte d'une nappe phréatique.

Dans le cas d’une nappe aquifère de niveau constant, le diagramme des poussées unitaires à partir
du niveau supérieur de la nappe est la somme de :
• La poussée hydrostatique :
Ph = γw * he avec γw (γw =10KN/m3) poids volumique de l’eau
• La poussée unitaire du sol de poids volumique apparent égal au poids volumique déjaugé γ’
(γ’=γsat - γw):
CNAM CCV109 – Béton armé 17

Dans le cas où il existe une différence de niveau de nappe entre les deux côtés de l'écran, la poussée
hydrostatique ne s'arrête pas au niveau du côté le plus bas, mais agit au contraire jusqu'au pied de
l'écran avec une valeur constante:

Remarque :
 Si la nappe aquifère a un niveau variable, la représentation précédente doit être adaptée en
fonction des coefficients de pondération des actions.
 La poussée de l'eau est toujours perpendiculaire à 1'&cran. Lorsque celui-ci est vertical, elle
n'intervient donc pas dans le diagramme des composantes verticales de la poussée.

18.1.8. Prise en compte de la cohésion.

Les méthodes d'évaluation de la poussée développée ci-après concernent des massifs de sols
pulvérulents.
En effet, toutes les théories ont été établies pour ce type de sol. Pour un sol cohérent (de cohésion C
et d'angle de frottement interne ϕ) , le théorème des états correspondants permet de ramener l'étude
de ce type de sol à celui d'un milieu pulvérulent soumis à son contour à une pression hydrostatique :

C * cotgϕ

Mais l'expérience montre que le rôle de la cohésion qui varie dans le temps, est mal connu et
difficilement mesurable.
Le fait de négliger la cohésion allant dans le sens de la sécurité, tous les calculs relatifs aux ouvrages
de soutènement seront menés en considérant un sol sans cohésion.
CNAM CCV109 – Béton armé 18

18.2. Effet vertical d'une surcharge localisée ou ponctuelle.


Les effets des surcharges localisées, que nous avons vu précédemment, concernaient les poussées
horizontales.
En ce qui concerne l'effet vertical d'une charge localisée ou ponctuelle située à proximité du mur, on
admet une diffusion verticale de 27° environ (arctg 1/2 précisément), dans les deux directions par
rapport à la verticale.
Les effets de cette charge sur la semelle vont dépendre de sa position par rapport au nu du rideau. Il
est indispensable de bien estimer ces effets, en vue de vérifier la stabilité externe de la semelle.

On distinguerons donc 2 cas de figure:


 Les effets d'une surcharge localisée.
 Les effets d'une surcharge ponctuelle.

18.2.1. Surcharge localisée.

La détermination des effets d'une surcharge localisée va dépendre de sa position.

18.2.1.1. Cas où a ≥ H/2.


La charge se diffuse dans le terrain suivant un angle α à partir de l'extrémité de la zone d'application.
Son effet sur la semelle se produit sur une longueur notée b".
Après diffusion, l'intensité de la surcharge est notée q'.
Le but est donc de déterminer b" et q'.

Cela se traduit par le schéma suivant:

 Dans le cas général de la figure ci-dessus, on obtient alors pour la valeur de q':
b
q' = q ×
b'

 Détermination de b'
b' = b + H
CNAM CCV109 – Béton armé 19

 Détermination de la longueur d'application de q' sur la semelle

 H H
L −  a −  si (a + b + )>L
 2 2
Si on note b" cette largeur, on a b =
"
ou
 H
b' si  a + b +  ≤ L
 2

18.2.1.2. Cas où a < H/2.


Dans ce cas, on a le schéma suivant:

Dans le cas général de la figure ci-dessus, on obtient alors pour la valeur de q', effet vertical de q
après diffusion, la valeur suivante:
b
q' = q ×
b'
A partir de q', on en déduit l'intensité q" à prendre en compte dans les calculs:

(b " + x) H
q =q ×
" '
" avec x = −a
b 2
 Détermination de b':
b' = b + H

 Détermination de la largeur d'application de q" sur la semelle

 H
L si  a + b +  > L
 2
Si on note b" cette largeur, on a b" = ou
 H
(b ' − x) si  a + b +  ≤ L
 2
CNAM CCV109 – Béton armé 20

18.2.2. Surcharge ponctuelle.

Les effets d'une surcharge ponctuelle sont très similaire à ceux d'une surcharge localisée en prenant
b=0.
On distingue également 2 cas de figure en fonction de la position de la charge par rapport au rideau.

18.2.2.1. Cas où a ≥ H/2.


Dans ce cas, on a le schéma suivant:

Dans le cas général de la figure précédente, on obtient alors pour la valeur de q', effet vertical de Q
après diffusion, la valeur suivante:
Q
q' =
b'
 Détermination de b':

b' = H
 Détermination de la largeur d'application de q' sur la semelle:

 H  H
L −  a −  si  a +  > L
 2  2
Notons b" cette largeur, on a b" = ou
H
b' si (a + ) ≤ L
2
CNAM CCV109 – Béton armé 21

18.2.2.2. Cas où a < H/2.


Dans ce cas, on a le schéma suivant:

Dans le cas général de la figure précédente, on obtient alors pour la valeur de q', effet vertical de Q
après diffusion, la valeur suivante:
Q
q' =
b'

Puis on obtient la valeur de l'intensité q" à prendre en compte dans les calculs:

(b"+ x) H
q" = q '× avec x = −a
b" 2
 Détermination de b':
b' = H
 Détermination de la largeur d'application de q" sur la semelle:

 H
L si  a +  > L
 2
Si on note b" cette largeur, on a b" = ou
 H
(b'− x) si  a +  ≤ L
 2
CNAM CCV109 – Béton armé 22

19.Justification de la stabilité externe.


La justification de la stabilité externe d'un mur de soutènement consiste à vérifier la stabilité du mur
vis-à-vis:
 Du poinçonnement.
 Du glissement.
 Du renversement.

Afin de mener à bien toutes ces vérifications, il est impératif que les résultantes de chaque force
agissante sur le mur soient correctement déterminées.

19.1. Les différentes actions qui agissent sur un mur


Les différentes actions qui agissent sur un mur de soutènement sont :
 - G0 : le poids propre du mur,
 - G1 : le poids propre du remblai surmontant la fondation à l'amont (remblai amont),
 - G2 : le poids propre du remblai surmontant la fondation à l'aval (remblai aval),
 - C1 : la surcharge sur le remblai amont,
 - C2 : la surcharge sur le remblai aval,
 -V : la charge verticale concentrée sur le mur,
 - H : la charge horizontale concentrée sur le mur,
 - Mt : le moment en tête de mur,
 - PG1 : la poussée due au remblai amont,
 - PW1 : la poussée due à l'eau en amont du mur,
 - PC1 : la poussée due à la surcharge sur le remblai amont,
 - PG2 : la butée due au remblai aval,
 - PW2 : la butée due à l'eau en aval du mur,
 - PC2 : la butée due à la surcharge sur le remblai aval,
 - Pb : la butée du terrain prise sur la hauteur de la bêche,
 -S : la sous-pression due à la nappe phréatique (poussée d'Archimède),
 - R : la réaction du sol sous la base du mur,

Toutes ces actions se traduisent par le schéma suivant:

Mt

C1
V
H
PC1

G1 PW1
C2 PG1
G0

PW2 G2
PC2
PG2 R S
Pb
CNAM CCV109 – Béton armé 23

19.2. Les actions qui agissent sur un mur en T renversé


Toutes les actions citées précédemment agissent sur un mur en T renversé ayant une bêche.
Si la bêche est supprimée, alors l'action Pb l'est aussi.

Mt

C1
Actions sur un mur en T V

Actions verticales Actions horizontales H


PC1
G 0 - G 1 - G 2 - C1 - C2 - V H PW1
G1
C2 PG1
PG1V - PW1V - PC1V PG1H - PW1H - PC1H
G0
PG2H - PW2H - PC2H
PW2 G2
S Pb PC2
PG2 S
R
Pb

19.3. Les actions qui agissent sur un mur en L


Le mur en L n'ayant pas de patin, il n'y a pas d'action G2 .

Mt

Actions sur un mur en L


C1
V
Actions verticales Actions horizontales
H
G 0 - G 1 - C1 - C2 - V H PC1

PG1V - PW1V - PC1V PG1H - PW1H - PC1H G1 PW1


C2 PG1
PG2H - PW2H - PC2H G0

S Pb PW2
PC2
PG2 S
R
Pb
CNAM CCV109 – Béton armé 24

19.4. Les actions qui agissent sur un mur-poids ou un mur à redans


En général, les mur-poids et les murs à redans n'ont ni talon, ni patin, ni bêche.
On ne peut donc plus considérer le prisme de remblai situé au-dessus de ce talon ou de ce patin.
Ainsi, la plus part du temps et dans le cas d'un mur-poids ou d'un mur à redans , on ne tiendra pas
compte de G1 , G2 et Pb .

Mt
Actions sur un mur à redans ou un mur-poids
C1
Actions verticales Actions horizontales V

G 0 - C1 - C2 - V H H
PC1
PW1
PG1V - PW1V - PC1V PG1H - PW1H - PC1H
C2
PG2H - PW2H - PC2H PG1

S G0
PW2

PC2
PG2
R S

Mur-poids

En ce qui concerne le mur à redans, les poussées s'appliquent sur un écran fictif vertical passant par
l'arête extrême arrière du mur. Alors dans ce cas, on doit tenir compte de G1.

Mt

C1
V

H
PC1
G1
PW1
C2
PG1

PW2 G0

PC2
PG2
R S

Mur à redans

Par contre, en ce qui concerne le mur-poids, c'est le seul cas où l'on ne considère pas d'écran fictif
vertical. Les poussées s'exercent directement sur le parement du mur.
CNAM CCV109 – Béton armé 25

19.5. Vérification du non-poinçonnement du sol de fondation


NOTA :Suivant la position de la ligne d'action de la résultante des forces extérieures, on aura des
forces horizontales qui seront tantôt favorables tantôt défavorables.

19.5.1. Actions favorables au non-poinçonnement du sol de fondation


-V : la charge verticale concentrée sur le mur ( V montant ↑ ),
-S : la sous-pression due à la nappe phréatique (poussée d'Archimède).

b −b
0 < eG < < eG < 0
2 2
-H : la charge horizontale concentrée sur le mur - H : la charge horizontale concentrée sur le mur
( H rentrant → ), ( H sortant ← ),
- Mt : le moment en tête de mur (Mt ), - Mt : le moment en tête de mur (Mt ),
- PG1H : la résultante horizontale de la poussée due
- PG2H : la résultante horizontale de la butée due au
au remblai amont,
remblai aval,
- PW1H: la résultante horizontale de la poussée due
- PW2H: la résultante horizontale de la butée due à à l'eau en amont du mur,
- PC1H : la résultante horizontale de la poussée due
l'eau en aval du mur,
à la surcharge sur le remblai amont,
- PC2H : la résultante horizontale de la butée due à
la surcharge sur le remblai aval,

- PbH : la résultante horizontale de la butée du


terrain prise sur la hauteur de la bêche.

Avec eg qui représente l'excentricité de la composante verticale par rapport au centre de gravité de la
semelle.
CNAM CCV109 – Béton armé 26

19.5.2. Actions défavorables au non-poinçonnement du sol de fondation

- G0 : le poids propre du mur,


- G1 : le poids propre du remblai surmontant la fondation à l'amont (remblai amont),
- G2 : le poids propre du remblai surmontant la fondation à l'aval (remblai aval),
- C1 : la surcharge sur le remblai amont,
- C2 : la surcharge sur le remblai aval,
-V : la charge verticale concentrée sur le mur ( V descendant ↓ ),
- PG1V : la résultante verticale de la poussée due au remblai amont,
- PW1V: la résultante verticale de la poussée due à l'eau en amont du mur,
- PC1V : la résultante verticale de la poussée due à la surcharge sur le remblai amont.

b −b
0 < eG < < eG < 0
2 2
-H : la charge horizontale concentrée sur le mur - H : la charge horizontale concentrée sur le mur
( H sortant ← ), ( H rentrant → ),
- Mt : le moment en tête de mur (Mt ), - Mt : le moment en tête de mur (Mt ),
- PG1H : la résultante horizontale de la poussée due
- PG2H : la résultante horizontale de la butée due au
au remblai amont,
remblai aval,
- PW1H: la résultante horizontale de la poussée due
à l'eau en amont du mur, - PW2H: la résultante horizontale de la butée due à
- PC1H : la résultante horizontale de la poussée due
l'eau en aval du mur,
à la surcharge sur le remblai amont,
- PC2H : la résultante horizontale de la butée due à la
surcharge sur le remblai aval,

- PbH : la résultante horizontale de la butée du


terrain prise sur la hauteur de la bêche.

19.5.3. Combinaisons d'actions


Les combinaisons d'actions se font à l'état-limite de service

19.5.4. Vérification du non-poinçonnement du sol de fondation


Pour la vérification du non-poinçonnement du sol de fondation, on applique normalement la méthode
de MEYERHOF, dans laquelle la réaction σref du sol est considérée comme uniforme, et s'exerce sur
une aire dont le centre de gravité est confondu avec le point de passage de la résultante des forces
extérieures dans la section de base de la semelle.
Toutefois le DTU n°13.12 laisse la liberté de cons idérer une variation linéaire des contraintes sur le
sol, déterminée de sorte que le centre de gravité du "volume des contraintes" soit situé sur la ligne
d'action de la résultante générale des forces extérieures, ce qui conduit, selon le cas, soit à un
diagramme trapézoïdal soit à un diagramme triangulaire. Dans l'un et l'autre de ces deux cas, on
adopte alors conventionnellement, comme valeur représentative σref , la contrainte normale qui
s'exerce au quart de la zone comprimée.
CNAM CCV109 – Béton armé 27

19.5.4.1. Cas du diagramme de contraintes uniforme - diagramme


de MEYERHOF
Le diagramme des contraintes est rectangulaire et il est aussi appelé diagramme de MEYERHOF.
Il faut dissocier deux cas : celui où la ligne d'action de la résultante des forces extérieures passe par la
moitié "aval" de la semelle (1er cas) et celui où elle passe par la moitié "amont" de la semelle (2ème
cas).

Premier cas : la résultante des forces extérieures passe par la moitié "aval" de la semelle

Dans ce cas, on a : b b
0 < eA ≤ 0 ≤ eG <
2 2

une largeur de sol comprimé b' = 2.eA b' = b - 2.eG


sous la semelle b'

une contrainte constante Rv. b Rv


σ ref = σ ref =
2.S. eA S.(1 - 2
eG
)
b

Deuxième cas : la résultante des forces extérieures passe par la moitié "amont" de la semelle

Dans ce cas, on a : b −b
< eA < b < eG < 0
2 2

une largeur de sol comprimé b' = 2.(b - eA) b' = b + 2.eG


sous la semelle b'

une contrainte constante Rv. b Rv


σ ref = σ ref =
2.S.( b − eA ) S.(1 + 2
eG
)
b

Premier cas Deuxième cas

eG
RV
eA eG eA RV

σref σref

b'/2 b'/2 b'/2 b'/2


CNAM CCV109 – Béton armé 28

19.5.4.2. Cas du diagramme de contraintes linéaire


Le sol de fondation est supposé élastique et la semelle infiniment rigide. Il en résulte que le
diagramme des contraintes sur le sol peut être supposé linéaire.

Selon l'intensité et la direction de la résultante R, ce diagramme peut être soit trapézoïdal soit
triangulaire.

 RV : composante verticale de la résultante R des forces appliquées sur la semelle de


fondation,
 RH : composante horizontale de la résultante R des forces appliquées sur la semelle de
fondation,
 MA: moment résultant de toutes les forces autour de l'arête A du patin,
 MG: moment résultant de toutes les forces autour de G, centre de gravité de la section de
base de la semelle,
 b : largeur de la semelle,
 S : surface de la semelle (S = a×b mais généralement, on prend a = 1 m).

On a les excentricités suivantes :

MA
eA =
Rv
MG
et eG =
Rv

(+)
RH

Rv
R δR

A
G
b
CNAM CCV109 – Béton armé 29

En fonction de la valeur de ces excentricités, on distingue quatre cas de figures:

b b b
♦ Premier cas : 0 < eA ≤ ou ≤ eG <
3 6 2
Dans ce cas, la ligne d'action de la résultante des forces extérieures passe à l'extérieur ou sur le
bord du tiers central (dans le tiers aval) de la semelle.
Alors, le diagramme des contraintes est triangulaire et la largeur de sol comprimé b' ainsi que les
contraintes sont données dans le tableau suivant.

b b b
0 < eA ≤ ≤ eG <
3 6 2

Largeur b' de sol comprimé b' = 3.eA b


sous la semelle b' = 3 ( − e G )
2
Contrainte 2. Rv. b 4. Rv
σ= σ =
3. S. eA 3.S.(1 - 2
eG
)
b

La contrainte de référence σ
ref est :
Rv. b Rv
σ ref = σ ref =
σ ref =
3
σ 2.S. eA S.(1 - 2
eG
)
4 b

diagramme triangulaire

RV
eA eG

σ
σref
b'/4
b'

b/3 b/3 b/3


CNAM CCV109 – Béton armé 30

b b b
♦ Deuxième cas : < eA ≤ ou 0 ≤ eG <
3 2 6
Dans ce cas, la ligne d'action de la résultante des forces extérieures passe à l'intérieur du noyau
central (tiers central) de la semelle, tout en restant dans la moitié "aval" de celle-ci.
Alors, le diagramme des contraintes est trapézoïdal, la largeur de sol comprimé est b' = b , et les
contraintes sont données dans le tableau suivant.

b b b
< eA ≤ 0 ≤ eG <
3 2 6

Contrainte maximale Rv e Rv e
σ max = (4 − 6 A ) σ max = (1 + 6 G )
S b S b
Contrainte minimale Rv e Rv e
σ min = ( −2 + 6 A ) σ min = (1 - 6 G )
S b S b

La contrainte de référence σ
ref est :
Rv 5 e Rv e
σ ref = ( - 3 A) σ ref = (1 + 3 G )
3. σ max + σ min S 2 b S b
σ ref =
4
diagramme trapézoïdal

RV
eA eG

σmin
σmax

σref
b/4
b

b/3 b/3 b/3


CNAM CCV109 – Béton armé 31

b 2b −b
♦ Troisième cas : < eA < ou < eG < 0
2 3 6
Dans ce cas, la ligne d'action de la résultante des forces extérieures passe à l'intérieur du noyau
central (tiers central) de la semelle, en étant dans la moitié "amont" de celle-ci.
Alors, le diagramme des contraintes est trapézoïdal, la largeur de sol comprimé est b' = b , et les
contraintes sont données dans le tableau suivant.

b 2b −b
< eA < < eG < 0
2 3 6

Contrainte maximale Rv e Rv e
σ max = ( −2 + 6 A ) σ max = (1 - 6 G )
S b S b
Contrainte minimale Rv e Rv e
σ min = (4 - 6 A ) σ min = (1 + 6 G )
S b S b

La contrainte de référence σ
ref est :
Rv −1 e Rv e
σ ref = ( + 3 A) σ ref = (1 − 3 G )
3. σ max + σ min S 2 b S b
σ ref =
4
diagramme trapézoïdal

eG

eA RV

σmax
σmin

σref
b/4
b

b/3 b/3 b/3


CNAM CCV109 – Béton armé 32

2b −b −b
♦ Quatrième cas : ≤ eA < b ou < eG ≤
3 2 6
Dans ce cas, la ligne d'action de la résultante des forces extérieures passe à l'extérieur ou sur le
bord du tiers central (dans le tiers amont) de la semelle.
Alors, le diagramme des contraintes est triangulaire et la largeur de sol comprimé b' ainsi que les
contraintes sont données dans le tableau suivant.

2b −b −b
≤ eA < b < eG ≤
3 2 6

Largeur b' de sol comprimé b' = 3.(b - eA) b


sous la semelle b' = 3 ( + eG )
2
Contrainte 2. Rv. b 4. Rv
σ = σ =
3.S.(b − eA ) 3.S.(1 + 2
eG
)
b

La contrainte de référence σ
ref est :
Rv. b Rv
σ ref = σ ref =
σ ref
3
= σ 2.S.(b − eA ) S.(1 + 2
eG
)
4 b
diagramme triangulaire

eG

eA
RV

σref σ
b'/4
b'

b/3 b/3 b/3


CNAM CCV109 – Béton armé 33

Remarques :
−b b
 Les cas où : e A ≤ 0 , eA ≥ b , eG ≤ , eG ≥ sont des cas impossibles.
2 2
Il convient alors de redimensionner le mur afin d'obtenir des intervalles corrects pour les
−b b
excentricités eA et eG. Rappelons que ces intervalles sont 0 < eA < b et < eG < .
2 2
 Bien qu'une répartition triangulaire de la contrainte soit admise, il est préférable, dans la
mesure du possible, de dimensionner la semelle pour avoir une répartition trapézoïdale.
- Si le mur repose sur un sol de fondation normal, on demande que RV soit situé dans
le tiers central
b
- Si le mur est fondé sur du rocher, on est un peu moins sévère : e G ≤
4
-Par contre, si le sol de fondation est très compressible, on évitera l'existence d'un
tassement différentiel en limitant la valeur de la différence (σmaxi - σmini). Pour cela, il faut
que la composante RV tombe au voisinage immédiat du centre de gravité G de la
semelle, c'est-à-dire que eG soit négligeable.

19.5.4.3. Vérification du non-poinçonnement


Quelque soit le choix du diagramme des contraintes (uniforme ou linéaire), la vérification est la même.
La justification du non-poinçonnement consiste à s'assurer que la contrainte verticale de référence σref,
prise au quart de la largeur comprimée (b ou b'), est au plus égale à la contrainte admissible du sol de
fondation σser .

Condition à vérifier ⇒ σref ≤ σser

La valeur de la contrainte admissible du sol de fondation σser doit être déterminée à partir d'essais
en laboratoire ou sur site et doit être corrigée de façon à tenir compte de l'inclinaison de la résultante
R par rapport à la verticale :
σser = q ser . [e-(1 - 0.156.C).δR]
avec :
RH
• tg δ R = (δR en radians)
RV
• C : la cohésion du sol de fondation (ici en t/m2)

• q ser : la résistance du sol de fondation. Elle est déterminée soit à partir d'essais
pressiométriques, soit à partir d'essais en laboratoire.

- Cas des essais pressiométriques :


K
qser = qo + ( pl − po)
3
avec :
 qo : pression verticale totale des terres au niveau de la fondation envisagée, après
remblaiement.
 K : facteur de portance défini à l'annexe B.1. du Fascicule 62 titre V [2].
 pl: pression limite du sol déduite de la courbe d'essai pressiométrique, définie à l'annexe
E.2. du fascicule 62 titre V [2].
 po: pression horizontale totale des terres au moment de l'essai.
CNAM CCV109 – Béton armé 34

- Cas des essais en laboratoire :


1 1
 qser = qo + ( . γ . Nγ . Be + qo. ( Nq − 1) + C. Nc)
3 2
 avec :
 Be = b - 2.eG MEYERHOF
2 π ϕ π.tg ϕ
 N q = tg ( + ). e
4 2
( N q − 1)
 Nc =
tg ϕ
 N γ = 2.( N q − 1). tg ϕ. f ( ϕ )
o f (ϕ ) = 0, 9 si ϕ < 30°
ϕ°
o f (ϕ ) = 0, 8 + - 0,01.sin(24. ϕ° − 720)
300
(d'après "Conception et calcul des structures de bâtiment" d'Henri THONIER, 1992)
CNAM CCV109 – Béton armé 35

19.6. Vérification du non-glissement du mur sur le sol de fondation


19.6.1. Actions favorables au non-glissement du mur
- G0 : le poids propre du mur,
- G1 : le poids propre du remblai surmontant la fondation à l'amont (remblai amont),
- G2 : le poids propre du remblai surmontant la fondation à l'aval (remblai aval),
- C1 : la surcharge sur le remblai amont,
- C2 : la surcharge sur le remblai aval,
-V : la charge verticale concentrée sur le mur ( V descendant ↓ ),
-H : la charge horizontale concentrée sur le mur ( H rentrant → ),
- Mt : le moment en tête de mur (Mt ),
- PG1V : la résultante verticale de la poussée due au remblai amont,
- PW1V: la résultante verticale de la poussée due à l'eau en amont du mur,
- PC1V : la résultante verticale de la poussée due à la surcharge sur le remblai amont,
- PG2H : la résultante horizontale de la butée due au remblai aval,
- PW2H: la résultante horizontale de la butée due à l'eau en aval du mur,
- PC2H : la résultante horizontale de la butée due à la surcharge sur le remblai aval,
- PbH : la résultante horizontale de la butée du terrain prise sur la hauteur de la bêche

19.6.2. Actions défavorables au non-glissement du mur


-V : la charge verticale concentrée sur le mur ( V montant ↑ ),
-H : la charge horizontale concentrée sur le mur ( H sortant ← ),
- Mt : le moment en tête de mur (Mt ),
- PG1H : la résultante horizontale de la poussée due au remblai amont,
- PW1H: la résultante horizontale de la poussée due à l'eau en amont du mur,
- PC1H : la résultante horizontale de la poussée due à la surcharge sur le remblai amont,
-S : la sous-pression due à la nappe phréatique (poussée d'Archimède).

19.6.3. Combinaisons d'actions


Les combinaisons d'actions se font à l'état-limite de service.

19.6.4. Vérification du non-glissement du mur


Pour la vérification au glissement, il faut distinguer:
 Les murs de soutènement avec une bêche.
 Les murs de soutènement sans bêche.

19.6.4.1. Mur sans bêche


En l'absence de bêche d'ancrage, la composante horizontale RH , correspondant à la plus défavorable
des combinaisons d'actions, doit vérifier que :

RV.tg ψ + C.b' RV R
RH ≤
γg δR
avec :

RH RH
RH = R.sin δR tg δR =
RV
RV = R.cos δR

R : résultante des actions qui s'exercent sur le mur,


Rv : composante verticale des actions de calcul correspondant à la combinaison pour laquelle RH
a été déterminée,
δR : angle que fait la résultante R avec la verticale,
CNAM CCV109 – Béton armé 36

b' : largeur de sol comprimé sous la semelle (b' = b dans le cas d'un diagramme trapézoïdal des
réactions du sol),
ψ : angle de frottement interne du sol non remanié ; il est lié à ϕ l'angle de frottement interne du
π
sol de fondation, mesurable par des essais de laboratoire, par la relation empirique ψ= ϕ
2
C : cohésion du sol de fondation,
γg : coefficient de sécurité vis-à-vis du glissement :
- γg doit être au moins égal à 1,5 si on néglige la butée devant le mur. Si on tient compte de
cette butée, il faut être plus sévère et exiger un coefficient au moins égal à 2.
- γg peut varier de 1,2 à 1,5 selon les hypothèses de calcul faites sur les poussées active et
passive. Mais lorsque C ≠ 0 , il faut que γg ≥ 1,5.

19.6.4.2. Mur avec bêche


La stabilité au glissement des murs de
soutènement peut être améliorée au moyen
d'une bêche d'ancrage (disposée de préférence A' δ' R
à l'extrémité du talon).
Dans ce cas, la vérification au glissement peut
être conduite en ne considérant que le bloc
compris entre le plan fictif de poussée active et
un plan de rupture AB passant par la base de
la bêche, la butée sur le plan AA' étant toujours A
négligée par mesure de sécurité.
B

Dans le cas où le plan de rupture n'est pas horizontal, les valeurs de


RH et RV sont respectivement remplacées par les composantes
tangentielle Rt et normale Rn de la résultante des forces R. Rn

δ' est l'angle que fait la résultante R avec la normale au plan de δ' R
rupture.

Rt = R.sin δ'
Rn = R.cos δ'
Rt

Par conséquent dans le cas où le plan de rupture n'est pas horizontal, la stabilité du mur vis-à-vis du
glissement est vérifiée si :

R.cos δ'.tg ψ + C.AB


R.sin δ' ≤
γg
CNAM CCV109 – Béton armé 37

Etude de l'influence de l'inclinaison du plan de rupture sur le coefficient de sécurité γg .

Rappels :
- δR est l'angle que fait la résultante R des actions sur
le mur avec la verticale (valeur constante), δAB
- δ' est l'angle que fait la résultante R des actions sur le δ'
mur avec la normale au plan de rupture (valeur R
variable suivant δAB ) δR
- δAB est l'angle que fait le plan de rupture avec A δAB
h
l'horizontale (valeur que nous faisons varier).
B
Les valeurs constantes sont : ψ, C, R ,et δR .
Seuls δ' , AB et γg varient suivant l'inclinaison δAB du plan de rupture.
Or δAB = δR - δ'
Plus le plan de rupture s'incline, plus la valeur de δAB augmente et donc plus la valeur de δ' diminue.
Alors Rt diminue , Rn augmente et AB augmente.
En écrivant :

Rn.tg ψ + C.AB
γg =
Rt

on remarque alors que le coefficient de sécurité vis-à-vis du glissement γg augmente lorsque le


plan de rupture s'incline.

Valeur limite de l'inclinaison δAB du plan de rupture

ATTENTION !!!
Il faut absolument δ' ≥ 0 afin que Rt ≥ 0 .
Sinon, si Rt < 0 , le mur glisse dans l'autre sens !!!
Alors δ' ≥ 0 si et seulement si δAB ≤ δR
(avec 0° < δR < 90°)
Il faut donc respecter la condition suivante :
δAB ≤ δR
soit tg δAB ≤ tg δR

h RH
soit ≤
b − e RV
A δAB
Cette équation nous donne les valeurs limites à ne h
pas dépasser pour la hauteur de la bêche h et sa
largeur e. B
e
b

Notons que la largeur e de la bêche aura une valeur minimale de 0,20 m afin de faciliter le ferraillage
et qu'elle pourra être déterminée en vérifiant la contrainte de cisaillement au niveau de l'encastrement
de la bêche sur la semelle.
Par la suite, on pourra rechercher la hauteur h de la bêche pour obtenir une certaine valeur du
coefficient de sécurité γg vis-à-vis du glissement du mur sur sa base.
CNAM CCV109 – Béton armé 38

19.7. Vérification du non-renversement du mur


19.7.1. Actions favorables au non-renversement du mur
Dans le cas d'un mur sur sol de fondation rocheux, les forces stabilisantes sont :
- G0 : le poids propre du mur,
- G1 : le poids propre du remblai surmontant la fondation à l'amont (remblai amont),
- G2 : le poids propre du remblai surmontant la fondation à l'aval (remblai aval),
- C1 : la surcharge sur le remblai amont,
- C2 : la surcharge sur le remblai aval,
-V : la charge verticale concentrée sur le mur ( V descendant ↓ ),
-H : la charge horizontale concentrée sur le mur ( H rentrant → ),
- Mt : le moment en tête de mur (Mt ),
- PG1V : la résultante verticale de la poussée due au remblai amont,
- PW1V: la résultante verticale de la poussée due à l'eau en amont du mur,
- PC1V : la résultante verticale de la poussée due à la surcharge sur le remblai amont,
- PG2H : la résultante horizontale de la butée due au remblai aval,
- PW2H: la résultante horizontale de la butée due à l'eau en aval du mur,
- PC2H : la résultante horizontale de la butée due à la surcharge sur le remblai aval.

19.7.2. Actions défavorables au non-renversement du mur


Dans le cas d'un mur sur sol de fondation rocheux, les forces renversantes sont :
-V : la charge verticale concentrée sur le mur ( V montant ↑ ),
-H : la charge horizontale concentrée sur le mur ( H sortant ←),
- Mt : le moment en tête de mur (Mt ),
- PG1H : la résultante horizontale de la poussée due au remblai amont,
- PW1H: la résultante horizontale de la poussée due à l'eau en amont du mur,
- PC1H : la résultante horizontale de la poussée due à la surcharge sur le remblai amont,
- PbH : la résultante horizontale de la butée du terrain prise sur la hauteur de la bêche,
-S : la sous-pression due à la nappe phréatique (poussée d'Archimède).

19.7.3. Combinaisons d'actions


Les combinaisons d'actions se font à l'état-limite ultime

19.7.4. Vérification du non-renversement du mur


On distingue:
 Les murs sur sol de fondation rocheux.
 Les murs sur sol de fondations non-rocheux.
CNAM CCV109 – Béton armé 39

19.7.4.1. Mur sur sol de fondation rocheux


M R/A M S/A

Dans le cas d'un sol de fondation rocheux et d'une semelle rigide


la justification du non-renversement du mur autour de son arête
aval A consiste à montrer que le moment stabilisant MS/A est très
supérieur au moment de renversement MR/A :

MS / A
≥ γr
M R/A

avec :
-MS/A : le moment des forces stabilisantes par rapport à l'arête
aval A du patin,
A
-MR/A : le moment des forces renversantes par rapport à l'arête aval
A du patin,
-γr : coefficient de sécurité vis-à-vis du renversement. Ce coefficient ne doit pas descendre au-
dessous de 1,5.

19.7.4.2. Mur sur sol de fondation non rocheux


Dans le cas d'un sol de fondation non rocheux, un mur de soutènement ne peut guère basculer sans
poinçonner simultanément le sol. Il en résulte que, dans ce cas, la vérification du non-
poinçonnement du sol de fondation tient lieu de vérification du non-renversement.

Par conséquent, les actions favorables et défavorables au non-renversement du mur sont celles qui
servent à vérifier le non-poinçonnement du sol de fondation.

Il faut alors vérifier que la contrainte verticale de référence σref, prise au quart de la largeur comprimée (b
ou b'), est inférieure à la contrainte ultime qu .

La contrainte ultime q u du sol de fondation est déterminée à partir d'essais en laboratoire ou sur site :

- Cas des essais pressiométriques :


K
q u = qo + ( pl − po)
2
- Cas des essais en laboratoire :
1 1
q u = qo + ( . γ . Nγ . Be + qo. ( Nq − 1) + C. Nc)
2 2
avec Be = b - 2.eG MEYERHOF

Cette vérification complète donc la vérification du non-poinçonnement à l'état-limite ultime.


CNAM CCV109 – Béton armé 40

20.Exemples de calcul.

20.1. Exemple 1 : Mur en T avec une couche de terrain et un talus droit.


Le but de cet exemple est de faire un calcul simple de poussée et de vérifier la stabilité externe du
mur.

La géométrie du mur est la suivante :

20.1.1. Description de la couche de terrain

Les propriétés de la couche de terrain sont les suivantes :


 Epaisseur : 2,80m
 Angle de frottement interne : ϕ= 30°.
 Poids du terrain γ= 16KN/m3

20.1.2. Calcul des coefficients de poussée Ka et Kaq

Les coefficients de poussée sont calculés à partir des formules suivantes:

cos ²(ϕ − λ )
Ka = 2
 sin(ϕ + δ ) sin(ϕ − β ) 
cos ² λ cos(δ + λ ) 1 + 
 cos(δ + λ ) cos( β − λ ) 

cos λ cos β
et K qa = Ka
cos(λ − β )

On considère un écran parfaitement lisse, on aura donc :


 Pour le calcul des poussées sur l’écran fictif : δ= β = 0°
 Pour la stabilité interne du mur : δ= 2/3 ϕ= 20°
CNAM CCV109 – Béton armé 41

Sur l’écran fictif :

cos ²(30 − 0)
Ka = 2
= 0,333
 sin(30) sin(30) 
1 + 
 1 

cos 0 cos 0
K qa = × 0,297 = 0,333
cos(0 − 0)

Sur le mur :

cos ²(30)
Ka = 2
= 0,297
 sin(30 + 20) sin(30) 
cos(20) 1 + 
 cos(20) 

K qa = 0,297

20.1.3. Calcul des forces de poussée sur l’écran fictif.

Poussée des terres:


P1 = K a1 × l1 × γ 1
L1 représente la longueur le long de l’écran fictif correspondante à la couche 1. Attention, L1 incluse
l’épaisseur de la semelle.
On a donc L1= 2,80 + 0,35= 3,15 m
P1= 0.333*16*3,15= 16,78Kpa

Etant donné que δ=0°, on a Ph1=P1

Poussée due aux surcharges:


q1= Kaq*q= 0.333*(40)= 13,32 Kpa =qh1

La poussée horizontale due à la surcharge est constante sur toute la hauteur de l’écran fictif moins la
hauteur de la semelle.

20.1.4. Calcul des forces de poussée sur le mur de soutènement.

Le calcul est le même que précédemment, simplement en mettant à jour les valeurs de δ= 2/3ϕ .

Poussée des terres:


P1 = K a1 × l1 × γ 1
L1 représente la longueur le long de l’écran de soutènement correspondante à la couche 1. Attention,
il ne s’agit pas de la même valeur que le calcul précédent, car on ne doit pas prendre en compte
l’épaisseur de la semelle.
On a donc L1= 2,80 m
P1= 0.297*16*2,80= 13,30Kpa

Ph1= P1*cos(λ+δ)= 13,30*cos(20) = 12,50Kpa


CNAM CCV109 – Béton armé 42

Poussée due aux surcharges:


q1= Kaq*q= 0.297*(40)= 11,88 Kpa

qh1= q1*cos20= 10,30 Kpa

La poussée horizontale due à la surcharge est constante sur toute la hauteur de l’écran de
soutènement.

20.1.5. Stabilité externe


La vérification de la stabilité externe du mur consiste à vérifier :
 La condition de non-renversement.
 La condition de non-glissement.
 La condition du non-poinçonnement.

20.1.5.1. Vérification de non-renversement.


On se place dans le cas d’un sol rocheux, on doit donc vérifier :

MS / A
≥ γr
M R/A

Le coefficient de sécurité vis-à-vis du renversement ne peut pas être inférieur à 1,5.

Charges V eh H ev M Moment Moment


renversant stabilisant
(kN) (m) (kN) (m) (kNm) (kNm) (kNm)
GO 52.7 1.531 80.70
GT 72.6 2.420 175.6
PHT -26.5 1.050 -27.8
Q4 64.8 2.420 156.8
PHQ4 -37.3 1.75 -65.27
Total (ELU) -135 465.90
Rapport 3.45 Vérifié

Avec les conventions suivantes :


 Go : poids du mur
 GT : poids du remblais sur le talon
 PHT : composante horizontale de la poussée des terres
 Q4 : incidence de la charge d'exploitation sur remblai répartie ou/et ponctuelle
 PHQ4 : composante horizontale de la poussée due à la charge d'exploitation sur remblai
répartie ou/et ponctuelle
 PVQ4 : composante verticale de la poussée due à la charge d'exploitation sur remblai répartie
ou/et ponctuelle

Pour la détermination de Q4, on applique les formules vues au chapitre 15.2.1. On a donc :
CNAM CCV109 – Béton armé 43

20.1.5.2. Vérification au glissement


La vérification au glissement se traduit par :

RV.tg ψ + C.b'
RH ≤
γg
Dans notre cas :
 On a pas de terme de cohésion.
 ϕ= 30°, ce qui nous donne 0,52 Rad => tg ψ= tg(π/2 * 0,52)= 1,07

En simplifiant, notre vérification au glissement nous donne :

RH
≤γg
RV

On se fixera une limite à 0,5 (valeur usuelle)

Charges V H
(kN) (kN)
GO 52.7
GT 72.6
PHT -26.5
Q4 64.8
PHQ4 -37.3
Total (ELU) 210 -83.5
H/V 0.40
La vérification au glissement est OK.

20.1.5.3. Vérification au poinçonnement


ATTENTION, on fait la vérification du poinçonnement à l’ELS, en considérant un diagramme de
répartition linéaire.

eh : bras de levier horizontal de l'action par rapport au cdg de la sous face de la semelle
ev : bras de levier vertical de l'action par rapport au cdg de la sous face de la semelle

Charges V eh H ev M Moment CDG/semelle


(kN) (m) (kN) (m) (kNm) (kNm)
GO 52.7 -0.084 -4.4
GT 72.6 0.805 58.4
PHT -26.5 1.050 -27.8
Q4 64.8 0.805 52.16
PHQ4 -37.3 1.75 -65.3
Totaux 190.1 13.06

On a donc eg=13.06 / 190.1= 0.069m

b
On est dans le cas ou 0 ≤ eG < d’où :
2

Rv 190,01
σ ref = = = 61,48kpa
eG 0,069
S .(1 - 2 ) 3,23(1 - 2 × )
b 3,23
Le taux de travail maxi du sol est de 300 kpa (3 bars), la vérification de non-poinçonnement est
donc satisfaite.
CNAM CCV109 – Béton armé 44

20.2. Exemple 2: mur poids avec une surcharge infinie.


Le but de cet exemple est de calculer le diagramme des poussées s'exerçant sur le parement du mur
décrit ci-dessous:

Q= 20kpa
A

B Couche 1

Couche 2
C
10 m
Couche 3
D λ= 10°
Couche 4 Nappe phréatique
E
λ
F Couche 5

20.2.1. Description des couches.

Couche1 (A-B):
 Epaisseur: 2 m
 ϕ1=35° , γ1=18 KN/M3
Couche2 (B-C):
 Epaisseur: 1 m
 ϕ2=35° , γ2=16 KN/M3
Couche3 (C-D):
 Epaisseur: 2.5 m
 ϕ3=20° , γ3=18 KN/M3
Couche4 (D-E):
 Epaisseur: 1.5 m
 ϕ4=35° , γ4=18 KN/M3
Couche5 (E-F):
 Epaisseur: 3 m
 ϕ1=35° , γ'5=11 KN/M3 (poids déjaugé)

20.2.2. Calcul des coefficients de poussée Ka et Kaq


Les coefficients de poussée sont calculés à partir des formules suivantes:
cos ²(ϕ − λ )
Ka = 2
 sin(ϕ + δ ) sin(ϕ − β ) 
cos ² λ cos(δ + λ ) 1 + 
 cos(δ + λ ) cos( β − λ ) 

cos λ cos β
et K qa = Ka
cos(λ − β )

On considère un écran rugueux, on prendra donc δ=ϕ


CNAM CCV109 – Béton armé 45

Les résultats sont regroupés dans le tableau suivant:

Couche n° ϕ (°) λ (°) Ka Kaq


1 35 10 0.334 0.334
2 35 10 0.334 0.334
3 20 10 0.508 0.508
4 35 10 0.334 0.334
5 35 10 0.334 0.334

20.2.3. Calcul des forces de poussée.

On est dans le cas d'un massif stratifié (formé d'une superposition de couches horizontales
homogènes). Pour calculer la poussée exercée sur un tel massif, on admet que les contraintes
exercées par chacune des couches sur l'écran sont égales aux contraintes que chaque couche
exercerait si elle était seule et si sa surface supportait une surcharge égale au poids des couches
supérieures augmentées éventuellement de la surcharge réellement appliquée sur la surface libre.

Au niveau de chaque couche, il faut donc prendre en compte le poids des terres ainsi que les effets
des surcharges.

20.2.3.1. Couche 1
Poussée des terres:
P1 = K a1 × l1 × γ 1
L1 représente la longueur le long du parement correspondante à la couche 1.
On a donc L1= 2/cosλ= 2/cos10= 2.03m
P1= 0.334*18*2.03= 12.20Kpa
Ph1= P1*cos(λ+δ)= 12.20*cos(45) = 8.6Kpa
Poussée due aux surcharges:
q1= Kaq*q= 0.334*20= 6.68 Kpa
qh1= q1*cos45= 4.72 kpa

Poussée totale horizontale:


 Au point A: Pa= 4.72 kpa
 Au point B: Pb= 4.72+8.6= 13.32 kpa

20.2.3.2. Couche 2
Poussée des terres:
P2 = K a 2 × l 2 × γ 2
L2 représente la longueur le long du parement correspondante à la couche 2.
On a donc L2= 1/cosλ= 1/cos10= 1.015m
P2= 0.334*16*1.015= 5.42 kpa
Ph2= P2*cos(λ+δ)= 5.42*cos(45) = 3.83 kpa

Poussée due aux surcharges:


En ce qui concerne les poussées dues aux surcharges, il faut prendre en compte la charge q ainsi
que le poids propre de la couche précédente (attention, cette fois-ci, on doit prendre l'épaisseur
de la couche et non pas la longueur le long du parement):

q2= Kaq*(q+γ1h1)= 0.334*(20+18*2.00)= 18.70 kpa


qh2= q2*cos45= 13.22 kpa

Poussée totale horizontale:


 Au point B: Pb= 13.32 kpa
 Au point C: Pc= 3.83+13.22= 17.05 kpa
CNAM CCV109 – Béton armé 46

20.2.3.3. Couche 3
Attention, entre la couche 2 et la couche 3, il y a un changement de coefficient Ka, ce qui a
pour effet de créer une discontinuité de diagramme.
Dans ce cas particulier, il faut donc déterminer au point C (appartenant à la couche 3) la
poussée due aux surcharges (valeur de q + poids propre des couches au-dessus) en prenant
Kaq3.

Poussée des terres:


P3 = K a 3 × l3 × γ 3
L3 représente la longueur le long du parement correspondante à la couche 3.
On a donc L3= 2.5/cosλ= 2.5/cos10= 2.54m
P3= 0.508*18*2.54= 23.22 kpa
Ph3= P3*cos(λ+δ)= 23.22*cos(30) = 20.11 kpa

Poussée due aux surcharges:


En ce qui concerne les poussées dues aux surcharges, il faut prendre en compte la charge q ainsi
que le poids propre de la couche précédente (attention, cette fois-ci, on doit prendre l'épaisseur
de la couche et non pas la longueur le long du parement):

q3= Kaq*(q+γ1h1+γ2h2)= 0.508*(20+18*2+16*1)= 36.58 kpa


qh3= q3*cos(30)= 31.68 kpa

Poussée totale horizontale:


Attention, comme nous l'avons précédemment, il y a une discontinuité de poussée en C due au
changement de la valeur du coefficient Ka.
 Au point C: Pc= 31.68 kpa
 Au point D: Pd= 20.11+ 31.68= 51.79 kpa

20.2.3.4. Couche 4
Poussée des terres:
P4 = K a 4 × l 4 × γ 4
L4 représente la longueur le long du parement correspondante à la couche 4.
On a donc L4= 1.5/cosλ= 1.5/cos10= 1.52m
P4= 0.334*18*1.52= 9.14 kpa
Ph4= P4*cos(λ+δ)= 9.14*cos(45) = 6.46 kpa

Poussée due aux surcharges:


En ce qui concerne les poussées dues aux surcharges, il faut prendre en compte la charge q ainsi
que le poids propre de la couche précédente (attention, cette fois-ci, on doit prendre l'épaisseur
de la couche et non pas la longueur le long du parement):

q4= Kaq*(q+γ1h1+γ2h2+γ3h3)= 0.334*(20+18*2+16*1+18*2.5)= 39.08 kpa


qh4= q4*cos(45)= 39.08*cos(45)= 27.63 kpa

Poussée totale horizontale:


Attention, comme nous l'avons précédemment, il y a une discontinuité de poussée en C due au
changement de la valeur du coefficient Ka.
 Au point D: Pd= 27.63kpa
 Au point E: Pe= 6.46+27.63= 34.09 kpa
CNAM CCV109 – Béton armé 47

20.2.3.5. Couche 5
Au niveau de la couche 5, il faut prendre en compte le poids propre déjaugé de la couche ainsi que la
poussée hydrostatique.

Poussée des terres:


P5 = K a 5 × l5 × γ '5
L5 représente la longueur le long du parement correspondante à la couche 5.
On a donc L5= 3/cosλ= 3/cos10= 3.05m
P5= 0.334*11*3.05= 11.20 kpa
Ph5= P5*cos(λ+δ)= 11.20*cos(45) = 7.92 kpa

Poussée due aux surcharges:


En ce qui concerne les poussées dues aux surcharges, il faut prendre en compte la charge q ainsi
que le poids propre de la couche précédente (attention, cette fois-ci, on doit prendre l'épaisseur
de la couche et non pas la longueur le long du parement):

q5= Kaq*(q+γ1h1+γ2h2+γ3h3+γ4h4)= 0.334*(20+18*2+16*1+18*2.5+18*1.5)= 48.10 kpa


qh5= q5*cos(45)= 48.10*cos(45)= 34.01 kpa

Poussée hydrostatique:
U5= γ0*h5= 10*3.05= 30.5 kpa.
Uh5= 30.5*cos(10)= 30.04 kpa.
Attention, dans le cas d'une nappe phréatique, la poussée est toujours considérée normale à
l'écran, on a donc uniquement λ qui intervient (δ=0).

Poussée totale horizontale:


Attention, comme nous l'avons précédemment, il y a une discontinuité de poussée en C due au
changement de la valeur du coefficient Ka.
 Au point E: Pe= 34.09 kpa
 Au point F: Pf= 7.92+34.01+30.04= 71.97 kpa
CNAM CCV109 – Béton armé 48

20.2.4. Diagramme de poussée.


Le diagramme de poussée qui en résulte est donc le suivant:

4.72 kpa
Couche 1
13.32 kpa

Couche 2
17.05 kpa 31.68 kpa

Couche 3
27.63 kpa 51.79 kpa

Couche 4
34.09 kpa

Couche 5

71.97 kpa
CNAM CCV109 – Béton armé 49

20.3. Exemple 3: mur en T avec Talus incliné et surcharge infinie.


Le but de cet exemple est de déterminer les diagrammes de poussées concernant le mur de
soutènement en T défini par les schémas suivants:

 Le talus derrière le mur est incliné de 24° sur l'h orizontale. Le terre-plein horizontal
commence 5 mètres derrière le voile (DD' = 5 m).
 Le plan vertical fictif coupe le talus au point C.
 Une charge uniforme de 20KN/m² est appliquée à partir de 3.50 de la tête du talus.
 Une nappe phréatique commence à 3m du sommet du rideau.
 Epaisseur de la semelle =0.30m
CNAM CCV109 – Béton armé 50

20.3.1. Calcul des poussées.


Le sol a les propriétés suivantes:
 γh=20 KN/m3.
 ϕ= 30°
 C=0 .

On est dans le cas d'un mur en T avec un talus incliné fini, par conséquent:
 Le diagramme des poussées sera exprimé sur un écran fictif vertical passant par le coin
droit de la semelle (voir point C sur diagramme précédent).
 La poussée réelle est définie en prenant le minimum de:
o La poussée due à un remblai horizontal infini passant par le point D' (en considérant
β=0).
o La poussée due à un remblai infini, incliné de 24°, pris à partir du point C' (β = 24°).

Poussée à partir de C’ due à un talus infini et incliné de 24° sur l’horizontale.


On a :
β = 24°
δ = 24° , car pris égal à l’angle du talus
ϕ = 30°
λ = 0°

cos ²(ϕ − λ )
Ka = 2
 sin(ϕ + δ ) sin(ϕ − β ) 
cos ² λ cos(δ + λ ) 1 + 
 cos(δ + λ ) cos( β − λ ) 

On obtient Ka= 0.473


soit
kaβH = ka * Cos (24°) = 0.432
kaβV = ka * Sin (24°) = 0,192

Poussée à partir de D’ due à un terre-plein horizontal infini :

β = 0°
δ = 0°
ϕ = 30°
λ = 0°
 Ka = 0.333

La poussée est perpendiculaire à l'écran de poussée. Elle est donc horizontale.


• kaH = ka * Cos (λ + δ) = 0,333
• kaV = 0

Le diagramme de pression à prendre en compte est le diagramme enveloppe correspondant


aux valeurs minimales de la poussée (voir schéma suivant).

Poussée due à la surcharge uniforme.


La charge uniforme infinie de 20 kN/m² est appliquée à partir de 3,50 m de la tête D du talus (à partir
du terre-plein horizontal).
Son influence ne se fait sentir sur l’écran de poussée qu’à partir du point E, intersection de l’écran et
de la droite inclinée sur l’horizontale d’un angle β 1 égal à l’angle de frottement interne du terrain, soit
30°.
Pour calculer le coefficient de poussée de la surcharge, il faut prendre en compte le coefficient Ka
correspondant au talus horizontal. On a donc:

cos λ cos β
K qa = K a avec Ka=0.333.
cos(λ − β )
CNAM CCV109 – Béton armé 51

λ= β = 0°, on a donc Kaq=Ka= 0.333

Poussée due à la nappe phréatique.


La nappe est à 2 m au dessus du point B.
La figure suivante donne la construction du diagramme des poussée. Sur les 2 m inférieurs, il faut
tenir compte du poids volumique déjaugé et ajouter la poussée hydrostatique .

20.3.2. Diagramme de poussée résultant.


Le diagramme de poussée résultant est le suivant:
CNAM CCV109 – Béton armé 52

20.4. Exemple 4: mur poids avec une surcharge infinie.


20.4.1. Hypothèses :
 Cas d’un ouvrage rigide déplaçable
 Structure avec talon arrière
 Négligence de la cohésion du sol, allant dans le sens de la sécurité
 Coefficient de poussée Ka pris par la formule mentionnée ci-dessous
 Poids volumique des terres :1.8 t/m3
 Surcharges : 2.0t/m3
 Dimensions du mur :
o Voile :
 H = 3.00 m
 Ep = 0.30 m
o Semelle :
 L = 3.13 m
 Ep = 0.53 m
o Patin :
 Lp = 1.26 m
 Niveaux de terrain : NGF
o Talus : 47.49
o Arase supérieure voile 43.19
o Arase supérieure semelle 40.19

20.4.2. Poussée des Terres

Calcul des coefficients Ka

λ=0 : Ecran vertical


φ = 45°
β = 0 ou 45°
δ = 0 ou 45° : ( écran fictif vertical : δ = β )
CNAM CCV109 – Béton armé 53

Diagramme 1 : β = 0  Kao = 0,172


Diagramme 2 : β = 45°  Ka β = 0,707

Calcul des poussées des terres ( Valeurs des pressions sur diagrammes ) :.

 p’1 = 0.172 * 1.8 * 7.30 = 2.26 t/m² ( en pied de voile )


 p’2 = 0.707 * 1.8 * 4.57 = 5.82 t/m² ( en pied de voile )
 p3 = 0.172 * 1.8 * 3.608 = 1.12 t/m²
 p voile = 0.172 * 1.8 * 4.3 = 1.33 t/m² ( en tête de voile )
 p1 = 0.172 * 1.8 * 7.83 = 2.42 t/m² ( en pied de semelle )
 p2 = 0.707 * 1.8 * 5.1 = 6.49 t/m² ( en pied de semelle )

Poussée des terres sur le mur - en pied de voile

P = ( p voile + p’1 )/2 * 3 = 5.39 t/ml

Poussée des terres sur le mur - en pied de semelle

P = ( p voile + p1 )/2 * 3 = 5.63 t/ml

Calcul des moments sur le mur - en pied de voile

M1 = p voile * 3 * ( 3 / 2 ) = 5.99 t.m/ml


M2 = ( p’1 – p voile ) * 3 / 2 * ( 3 / 3 ) = 1.40 t.m/ml
Mtotal = 7.39 t.m/ml

Calcul des moments sur le mur - en pied de semelle

M1 = p voile * 3.53 * ( 3.53 / 2 ) = 8.29 t.m/ml


M2 = ( p1 – p voile ) * 3.53 / 2 * ( 3.53 / 3 ) = 1.93 t.m/ml
Mtotal = 10.22 t.m/ml

20.4.3. Poids du mur

Effort vertical :
o Voile :
3 * 0.25 * 2.5 t /m3 = 1.88 t./ml
o Semelle :
3.13 * 0.53 * 2.5 t /m3 = 4.15 t./ml
Ntotal = 6.02 t./ml

Moment / A ( arrière patin ) :

M= P * Bras de levier
Mvoile = 1.88 * - (1.26+0.15) = - 2.65 t.m/ml
Msem = 4.15 * - 3.13/2 = - 6.49 t.m/ml
Mtotal = - 9.14 t.m/ml
CNAM CCV109 – Béton armé 54

20.4.4. Surcharges infinies sur talus - Application de la méthode du coefficient


Kqa :

Coefficient de poussée Kqa


Kqa = 0,707

Calcul des poussées dues aux surcharges :


Pqa = 0,707 * 2 * 3= 4.24 t/ml

Calcul des moments en pied de voile


Mqa = Pqa * Bras de levier
Mqa = 4.24 * 3/2 = 6.36 t.m/ml

Calcul des moments en pied de semelle


Mqa = 4.24 * ( 0.53+3/2 ) = 8.61 t.m/ml

NOTA sur le moment en pied de voile :


 La somme des moments / pied de voile est 7.39 – 2.65 + 6.36 = 11.1 t.m/ml
 La somme des moments / pied de semelle est 10.22 – 9.14 + 8.61 = 9.69 t.m/ml

20.4.5. Poids des terres


Effort vertical :
Largeur du talon : ( 3.13 –1.26 – 0.30 ) = 1.57 m
Pt = 1.8 * ( 3 + 1.57 / 2 ) * 1.57 = 4.34 t/ml

Moment dû au poids des terres :


Mt = 1.8 * 1.57 * - [ 3*( 3.13 –1.57/2 ) + 1.57 / 2 * (3.13 – 1.57 / 3 ) ]
= - 25.66 t.m/ml
CNAM CCV109 – Béton armé 55

Vous aimerez peut-être aussi