Vous êtes sur la page 1sur 32

ULB - FACULTÉ D’ARCHITECTURE

La Cambre - Horta - B1 - année académique 2015-16

Mathew Borrett - room series

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Titulaire & coordinateur : pierre emans fabro
Bernard, Nous tenons à te remercier pour ton engagement pédagogique au sein de notre école et te
souhaitons le meilleur pour tes projets à venir.

Nous avons eu l’occasion de travailler avec un Homme qui a su nous offrir généreusement sa
grande culture et son humanité en donnant un rare exemple de modestie et de sensibilité dans un
milieu trop souvent rongé par la vanité.

Nous te remercions, Bernard, pour tes leçons, aussi souvent humaines qu’architecturales, pour la
justesse de tes analyses, pour ton regard à la fois enthousiaste et critique, pour l’Homme qui a su
enrichir la culture architecturale de plusieurs générations d’entre nous.

Sois certain, Bernard, tu continueras à susciter chez nous tous cette vraie passion pour l’architecture
et pour l’enseignement.

tes collègues
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

Le dispositif d’enseignement en atelier est le garant des conditions de travail, d’échange, d’explora-
tion et d’initiation à la méthodologie du projet en architecture.

Dès le début d’année, les étudiants intègrent un atelier pour cette période d’initiation. L’atelier est le
lieu des pratiques de l’architecture : enseignements, méthodes, questionnements, critiques, produc-
tions individuelles et collectives sont au coeur de ce lieu d’appretissage. Les étudiants y prennent
conscience des dimensions collectives et engagées de la pratique du projet d’architecture et des
relations singulières qu’elles développent au service d’une attitude généreuse pour une production
sensible et rigoureuse.

Chaque atelier est dirigé par une équipe d’enseignants. Cette direction jouit d’une autonomie relative
quant à la méthodogie d’apprentissage et aux sujet abordés.

Cette autonomie relative n’a de sens que si elle est capable de se mettre au service d’objectifs péd-
agogiques communs qui constituent la responsabilité collective de l’équipe dans des temporalités
communes : jalons pour une progressivité de l’initiation des étudiants au projet d’architecture.

Chaque atelier appuie sa pédagogie et les sujets abordés sur un voyage d’études d’atelier dans une
ville italienne (période III : terrain d’architecture). Ce voyage est programmé en relation étroite avec
l’enseignement théorique dispensé en B1 (histoire de l’architecture, moyen d’expression, théorie et
composition, géométrie, structure et construction....)

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

Ces jalons définissent 4 périodes claires qui structurent la temporalité de cette première année d’ini-
tiation au projet d’architecture.

Elles répondent à l’identification claire de compétences fondamentales à acquérir progressivement


pour la fabrication d’un l’espace “architectonique” , capable de répondre aux programmes d’archi-
tecture qui questionnent l’usage, l’usager et le lieu par l’écriture intelligible, maîtrisée et virtuose
d’un espace architecturé, composé, dimensioné capable de servir un propos à la fois spatial, poli-
tique, engagé et situé.

Les 3 premières périodes font partie d’un processus d’apprentissage où l’étudiant est sollicité par
de nouvelles connaissances, par de nouveaux moyens, par une nouvelle forme de culture, par un
nouveau language.

Il y développe un regard sur le vide, sur le monde, il y manipule l’espace, il prend conscience des
éléments fondamentaux dont il dispose pour fabriquer consciemment l’espace habité. Il est mis dans
des conditions où l’exploration est rendue possible, où l’erreur fait partie intégrante du processus
d’apprentissage et de préparation à une première résolution architectonique du programme située
auquel il sera confronté lors de la quattrième période : synthèse du projet I.

La quattrième période est celle qui menera les étudiants à leur première expérience de défense d’une
proposition architecturale. Premier pas vers l’autonomie après acquisition progressive des outils et
des premières méthodes projectuelles.

CULTURE
REPRESENTATION

II

FONDAMENTAUX
DE COMPOSITION

III

TERRAIN
D’ARCHITECTURE

IV

SYNTHESE DU
PROJET

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

Objectifs pédagogiques de la période I


Culture, échelle et représentation du projet

Approcher, comprendre, mesurer et représenter les spatialités liées à une sélection de sujets architec-
turaux d’analyse spatiale

Cette ouverture sur des configurations spatiales singulières a pour objectif de bousculer les idées con-
venues et les éventuels aprioris de l’étudiant de B1 générés par les systèmes dominants de production
d’espace qui œuvrent impunément sur la spatialité de notre quotidien.

Cet exercice permettra également de développer une intelligence analytique et lucide de l’étudiant
face à la culture architecturale., lui permettra de développer un regard attentif sur le vide et sur les
éléments qui le définissent, le hiérarchisent et le composent.

L’objectif est aussi celui de développer la curiosité, la capacité d’analyse, le regard critique à travers
la représentation et la composition du projet d’architecture en l’appréhendant à différents échelles
(territoire - objet - fragments d’objet)

Les sujets étudiés sont capables d’intégrer également les relations entre l’espace et le corps : le di-
mensionnement, entre le lieu, l’usage et l’usager. Ils sont choisis tant pour leur capacité à générer
l’enthousiasme que pour leur caractère remarquable à travers l’histoire de l’architecture.

CULTURE
REPRESENTATION
Tempietto de San Pietro in Montorio -
Bramenta - 1502

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

Objectifs pédagogiques de la période II


Fondamentaux de composition

Par l’intermédiaire d’un premier exercice de composition alimenté par la théorie et l’histoire de la
composition du projet sur les thèmes du sol et de l’implantation, du toit et des systèmes de portance,
de l’escalier et de la coupe, des rapports hiérarchiques, de l’enveloppe et du rapport intérieur ex-
térieur, les étudiants se familiariseront avec la manipulation des éléments fondamentaux de composi-
tion spatiale dans un paysage naturel remarquable et simple (pente, orientation, sol, )

Ils expérimenteront les questions du rapport fondateur de l’espace architectonique avec sol (implan-
tation), du rapport entre structure et composition spatiale, de l’écriture architecturale liée à des usages
simples, à des configuration spatiales claires (espace centré, espace ouvert, espace traversant, espace
directionel) des notions de rythme, de forme, de hiérarchies spatiale, de lumière; de cadrage et de
dimensionnement …

Cet exercice permet à l’étudiant de développer un propos architectural simple et intelligible en s’ap-
propriant les éléments de composition et de dimensionnement analysés lors de la première période.

L’exploration consciente de la mise en espace et de la diversité des écritures possibles à travers une
méthode simple et cohérente représentent un pas important vers l’autonomie de l’étudiant face à la
question du projet d’architecture.

II

FONDAMENTAUX
DE COMPOSITION

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

Objectifs pédagogiques de la période III


Terrain d’architecture

Plonger les étudiants dans la réalité du terrain en développant leurs sensibilités et leurs regards sur le
terrain, ses usages et ses usagers.

Cet exercice permettra également de développer une intelligence analytique et lucide de l’étudiant
face à la forme de la ville, sa structure spatiale, son rapport plein vide. Il lui permettra aussi de dével-
opper un regard sur le vide et sur les éléments urbains qui le définissent.

Il convient ici de faire émerger le sens de la responsabilité de l’action et de l’intervention des archi-
tectes sur l’ environnement physique, social, économique et culturel de la ville

Le choix du terrain sera opéré en rapport au voyage et au site de projet proposé aux étudiants pour la
période IV de synthèse du projet. Son échelle sera celle du quartier, de la rue dans la ville

L’exercice permet aux étudiants d’établir des rapports intelligibles entre les méthodes et les outils
de composition et d’écriture de l’espace domestique et celui de la ville, entre l’échelle de l’objet et
celle du territoire urbain.

Il sera capble de mettre en relation les modèles compositionnels et organisationnels de l’espace do-
mestique avec ceux de l’esapce de la ville, de la rue, du quartier.

III

TERRAIN
D’ARCHITECTURE
Nuova Pianta di Roma
Giambattista Nolli

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

Objectifs pédagogiques de la période IV


Synthèse du projet

Expérimentation basée sur le double aspect de la formation théorique et de l’acquisition d’un savoir-
faire à travers l’exploration.

La conception de projet implique une analyse des programmes (usages), des contextes (usagers -
lieux) et de leurs implications spatiales, techniques et humaines afin d’identifier de manière cohérente
et argumentée les enjeux et les problématiques liées au projet. Sur ces bases, l’étudiant devra énoncer
clairement ses intentions et ses objectifs.

Par la maîtrise des moyens d’écriture acquis, il élaborera méthodologiquement des réponses hiéra-
chisées et réalisera un premier dossier complet d’étude et de communication comprenant croquis,
scénario, plans, coupes et maquettes

L’étude porte sur le terrain auquel l’étudiant a été confronté lors du voyage d’études (période III :
terrain d’architecture) ainsi que sur les problématiques enseignées de manière progressive en B1 :
analyse et interprétation du site, analyse du programme, responsabilité, parti architectural, principe
distributif, spatialité, structure spatiale, rapport au sol, hiérachies, cohérence du processus composi-
tionnel.

IV

SYNTHESE DU
PROJET

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

CRITERES D’EVALUATION

analyse critique des programmes et contextes


expression cohérente des enjeux et intentions du projet
exploration spatiale
maîtrise des éléments et hiérarchies de composition spatiale
dimensionnement
cohérence et intelligibilité de la communication du projet
maîtrise des outils de représentation 2D
maîtrise des outils de représentation 3D
maîtrise des outils de représentation synthétique et d’ambiance

Auguste Perret - Palais d’Iena

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

COMPOSITION DE LA NOTE

60 % : note d’atelier
(évaluation continue)
cette note (xx/20) est figée avant le jury de fin d’année

40 % : note de jury
obtenue par la moyenne arithmétique
des notes (xx/20) transmises par les membres du jury

ungers - dense city

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

COMPOSITION DES JURYS

enseignants d’ateliers

Andrei Miulescu, Benjamin Bulot, Bernard Baines, Carlo Gonçalves, Carlo Menon,
Catherine Baude, Christine Godfroid, François Vliebergh, Gregorio Carboni Maestri,
Hugo Bauwens, Kiran Katara, Leo Jaouen, Marie-Cécile Guyaux, Maud De Rijck, Patrice
Neirinck, Sara Cremer, Suzanne Giovannini,

collaborateurs scientifiques d’ateliers

Agathe Voisin, Anne-Charlotte Vilmus, Francesca Pedroni, Leo Jaouen, Lisa Raport,
Ludovic Thullier, Piera De Nicolao,

titulaire du cours

Pierre Emans Fabro

membres du jury internes à la faculté

Bernard Deprez, Bertrand Terlinden, Daniel Linze, David Erkan, Denis Delpire, Denis
Pools, Eve Deprez, Frédéric Wiringer, Genevieve Martin, Geoffrey Grulois, Géry
Leloutre, Hubert Lionnez, Ireène Lund, Jean Marc Simon, Jean-Didier Bergilez, Jean-
François Pinet, Jean-Luc Brisy, Marc Mawet, Marcelle Rabinovich, Maurizio Cohen ,
Michael Ghyoot, Miguel Pinto, Nicolas Frapoli, Pedro Monteiro, Pierre De Cafmeyer,
Sarah Levy, Sophie Dars, Sylvie Burgeon, Victor Brunfaut, Vincent Brunetta, Wouter Van
Acker,

membres du jury invités

Aliki Loizidis, Angelica Palumbo, Bernard Dubois, Cédric Callewaert, Elie Pauporté,
Elsa Marchal, Eric Olivier, Florent Clier, Guillaume Munne, Jean Garcin, Jorn Bihain,
Judith Le Maire, Lara Molino, Larissa Romariz Peixoto, Laurence Creyf, Lisa De
Visscher, Marc Lacour, Margaux Caboche, Matthieu Busana, Maude Gilles, Michel
Lefèvre, Nicolas Vanden Eeckhoud, Nicolas Verraver , Pascale Van de Kerchove, Pauline
Degrand-Guillaud, Pedro Augspach , Philippe Buraud, Philippe Nathan, Philippe Trice,
Pierre Burquel, Roxane LeGrelle, Vincent Pierre Alexis , Wissam Salim, Yves Bagara

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

PRESENTATION DES 4 ATELIERS

Chaque atelier est dirigé par une équipe d’enseignants. Cette direction jouit d’une
autonomie relative quant à la méthodogie d’apprentissage et aux sujets abordés.

Cette autonomie relative n’a de sens que si elle est capable de se mettre au service
d’objectifs pédagogiques communs qui constituent la responsabilité collective de
l’équipe dans des temporalités communes : jalons pour une progressivité de l’initia-
tion des étudiants au projet d’architecture.

Chaque atelier appuie sa pédagogie et les sujets abordés sur un voyage d’études
d’atelier dans une ville italienne (période III : terrain d’architecture). Ce voyage est
programmé en relation étroite avec l’enseignement théorique dispensé en B1 (histoire
de l’architecture, moyen d’expression, théorie et composition, géométrie, structure et
construction....)

vatican by superstudio

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

ATELIER I
BRUXELLES / FERRARA

Enseignants

bernard baines
patrice neirinck
carlo menon
maud de rijck
marie-cécile guyau

Collaborateurs scientifiques

francesca pedroni
lisa raport

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

L’ULB ACCUEILLE DES


CHERCHEURS REFUGIÉS

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

TOUCHER L’ARCHITECTURE AVEC SES MAINS

Une volonté à la base de la pédagogie de l’Atelier 1 est de confronter le plus tôt et le plus souvent possible les
étudiants à la réalité construite. Ainsi, plutôt que se concentrer sur des ‘émergences’ architecturales, les visites et
les exercices proposés en atelier visaient le cadre bâti. À Bruxelles, l’analyse des escaliers Ravenstein et Horta
ont permis d’approcher la nature particulière du quartier ’royal’ (Parc Royal, Mont des Arts, Palais des Beaux-
Arts) et les multiples frontières, visibles et invisibles, entre celui-ci et le bas de la ville. À Gand, les visites de
projets exemplaires étaient aussi un prétexte pour repérer des escaliers urbains, en en appréciant les dimensions
physiques et les connotations symboliques. À Ferrare, les étudiants ont analysé six places, certaines dessinées
par un architecte (Biagio Rossetti), d’autres pas, dans le contexte de la voirie et des bâtiments qui les entourent.

L’ARCHITECTURE COMME REPRESENTATION

Le deuxième axe pédagogique, pendant de la réalité bâtie, est de familiariser les étudiants à l’univers des mul-
tiples représentations qui construisent l’architecture en tant que discipline. Ainsi, les étudiants ont été invités à
visiter des expositions d’architecture (V+, Office KGDVS, Maisons japonaises, Drawing:The Bottom Line, Vin-
cent Meessen), à visionner un documentaire (Animal Normal: Conversations with Yona Friedman 2007-2014),
à effectuer des recherches thématiques en bibliothèque.
Le passage entre réalité construite et représentation a été approché lors des relevés des escaliers Ravenstein et
Horta et lors de l’analyse du site du projet final.

3 THÈMES TRANSVERSAUX

Pour mie
ux faire comprendre aux étudiants les attendus pédagogiques (socle des compétences) et la ‘coloration’ de l’ate-
lier, nous avons utilisé trois concepts synthétiques qui peuvent s’appliquer à chaque exercice :

- Vocabulaire : propriété de langage oral, écrit, dessiné, en maquette; identification des concepts directeurs d’un
projet, compréhension du cadre bâti, etc.
- Escalier : manipulation des différences de niveaux en utilisant des variations de hauteurs, des rampes, escaliers,
dalles surélevées, tout en attribuant à ces éléments des qualités architecturales.
- Relation : le thème le plus important, visant à créer des liens entre les différentes opérations architecturales, en-
tre les usagers et l’architecture, entre le projet et son cadre bâti (proche et étendu), entre un lit et une fenêtre, etc.

EXERCICE FINAL

Pour conserver la plus grande proximité possible entre le dessin du projet (en atelier, chez soi) et le cadre bâti
où il s’insert, il a été décidé de situer le projet sur le campus du Solbosch, au croisement des avenues Buyl, Paul
Héger et de l’Université.

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

SCENARIO

Le thème du logement pour 12 personnes, commun à tous les ateliers, a été relié à l’actualité: l’urgence d’ac-
cueillir des réfugiés politiques en fuite du Moyen Orient et d’Afrique du Nord. Ce choix est censé permettre de
sortir des représentations habituelles que les étudiants se font du logement, trop souvent empreintes de stéréo-
types petit-bourgeois.
Le scénario fictif (mais réellement envisagé par l’ULB) est le suivant :
L’ULB a lancé une action pour offrir une chaire de recherche à des réfugiés. Elle a pour ce faire débloqué des
fonds propres et lancé une campagne de financement en crowdfunding. Ces personnes pourraient bénéficier d’un
logement sur le campus afin de favoriser les relations avec la communauté universitaire et de faciliter leurs con-
ditions de vie, suite à un itinéraire dur. L’université a donc décidé de faire construire, sur la parcelle d’entrée du
campus, des logements pour une partie de ces chercheurs pour la durée de leur recherche (2 ans). De nombreux
réfugiés cherchant à se loger, d’autres personnes de différents milieux pourraient également être accueillies afin
de les aider à s’insérer dans la vie sociale en leur offrant un logement “tremplin”.

PROGRAMME

En principe, les logements sont repartis en 3 unités, éventuellement en synergie entre elles (salles communes,
cuisines collective, etc), et d’un petit équipement collectif à définir par les étudiants..
Le positionnement de l’étudiant viv-à-vis du programme fait partie des attendus, comme aussi la définition de
zones intimes / privées / familiales / collectives / publiques.
Unité 1 : grand logement destiné à un chercheur et sa famille (chercheur + conjoint et 5 enfants) ou à une colo-
cation de sept réfugiés (chercheurs ou non).
Unité 2 : logement moyen destiné à un chercheur et sa famille (chercheur + conjoint et 1 enfant).
Unité 3 : logement moyen destiné à deux réfugiés cohabitant (2 personnes isolées).

ENJEUX ET RECHERCHES THEMATIQUES

Le travail de groupe en début d’exercice s’est concentré sur la définition d’enjeux particuliers, que chaque étudi-
ant a ensuite enrichir dans son projet. Sur cette base, les enseignants ont attribué à chaque groupe une recherche
thématique relative à des possibles configurations spatiales à utiliser dans les projets :
a) L’élément à double fonction
b) La définition d’une place
c) La qualité des espaces extérieurs hors rez-de-chaussée
d) La volumétrie définie par des éléments de circulation
e) Les limites entre public, privé, commun
f) Le vu, le caché

PROPOS

a) S’interroger sur la notion d’habitat en famille et en collectivité de personnes issues de milieux et


cultures variées en vue de proposer une définition personnelle de l’habitat pour des groupements d’ha
bitants variables. Penser de manière pertinente les relations entre les différents habitants.
b) Intégrer habilement l’espace public et la servitude de passage.
c) Envisager le statut spécifique du bâtiment, situé à l’entrée du campus, dans un axe perspectif et à
l’articulation entre deux types de tissus urbains différents.

RENDU

1. Enjeux (texte et schémas) qui reflètent la grille d’analyse étudiée en groupe.


2. Intentions personnelles (croquis explicatifs, storyboard, scénario... expression libre).
3. Maquette 1/500 du site.
4. Plan de situation (1/500) et d’implantation (1/100) + 2 coupes d’implantation (1/100) avec le projet
5. Plans, coupes, façades (échelles 1/50 ; les élévations peuvent être à 1/100).
6. Maquettes d’études.
7. Maquette 1/100 d’implantation.
8. Maquette 1/50 (maquette partielle autorisée).

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

ATELIER II
MILAN / BRUXELLES

Enseignants

carlo goncalves
francois vliebergh
catherine baude
christine godfroid

Collaborateurs scientifiques

leo jaouen
agathe voisin

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

DE L’ATELIER, CORSO GARIBALDI


A LA REPRESENTATION

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

Il s’agit de partir à Milan, et d’en étudier naïvement, comme pour un territoire lointain, des fragments de choses
construites, détruites et en devenir.
Le lieu lointain est celui du quartier de Corso Garibaldi, dans le Nord du Centre de Milan. Là , dans ce centre
historique et partiellement ré-urbanisé par des édifices du XXème Siècle, gisent encore quelques morceaux ur-
bains délaissés, apprivoisés (petits parcs, squares, gazon,…) ou en attente, que les stigmates de la seconde guerre
nous proposent de réinvestir. Ne pas avoir la prétention de maîtriser, de re-construire un quartier, mais identifier
un lieu, élément par élément, et la mise en relation de ces derniers entre eux dans le cadre d’une enquête, codé
par un protocole établi en amont du voyage, en atelier.

LE PROGRAMME

Le programme est générique et commun à l’ensemble des 4 ateliers de la B1 :


Une habitation partagée par 12 personnes

Spécificités de l’atelier
Le site se confronte au programme de 4 logements liant les 12 habitants au sein d’un même lieu. Ces quatre en-
tités obligent les étudiants à se focaliser sur ce qui fait un immeuble d’habitation (de petite échelle), c’est à dire
ces espaces entre l’espace privé du nucléo domestique et l’espace publique. Ces espaces partagés sont étudiés
au sein des groupes puis dans chaque proposition individuelle.

LE CONTEXTE

Milan. Il s’agit de rendre intelligible autant les lieux inhérents à l’étude du site que ceux de la production des
éléments architecturaux qui permettent la projection. Bruxelles.
En ça, il y a un avant et un après voyage. En ça, il y a des objets d’études lointains. En ça, il y a une façon
d’opérer, de chercher à interagir avec ce que l’on voit ; en mettant la ballade au service d’une détermination, de
conjectures élaborées en atelier.
Notre site d’hypothèses est Corso Garibaldi : six parcelles, aux dimensions variant entre 700 et 1300 m2, qui
sont réparties aux 12 groupes d’étudiants. Ces parcelles s’insèrent dans un même quartier et sont caractérisées
par différentes situations urbaines héritées d’un passé du Centre Milanais. Ces situations sont propice aux ques-
tionnements : quelles en sont les caractéristiques ? Comment les aborder ? Quelle production en lien au lieu ?

Six parcelles au sein du quartier de Corso Garibaldi, Milan

METHODOLOGIE et PROTOCOLE

Spécificités de l’atelier

C’est l’exercice consacré exclusivement au projet individuel.


Il s’agit d’initier le projet par les éléments fondateurs de l’idée obtenue et étudiée en voyage. C’est le dévelop-
pement d’idées et projets individuels sur base du protocole d’enquête qui devient protocole d’action.

. Chaque étudiant interprète à sa façon comment investir un territoire projeté puis enquêté au profit de qualités
architecturales, de dispositifs, rendus intelligibles par la découverte de bâtiments de logements des années 20 à
60 à Milan.
. Le programme donné, qui permet de coller au site, est de un immeuble d’habitation pour 12 personnes divisée
en quatre logements. Il s’agit de révéler les espaces d’interactions entre le privé et le public.

. L’approche de l’échelle prend dans cet exercice une valeur singulière. Les étudiants sont sensé intervenir à
partir de la parcelle, l’objet d’étude jusqu’à une compréhension plus large de la ville et des moyens de représen-
tation du projet.

. Le choix de différents documents permet de saisir cette évolution : photomontages à partir des maquettes de
site, coupe habitée de grande échelle permettant de projeter le rapport public, privé et partagé de l’immeuble de
logement, ainsi que tout document rendant intelligible la réalité d’un contexte vers des documents réalisés en
atelier (ou à Bruxelles), loin du site étudié.

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

ATELIER III
ROME / LIEGE

Enseignants

pierre emans fabro


sara cremer
gregorio carboni maestri
benjamin bulot

Collaborateurs scientifiques

piera de nicolao
anne-charlotte vilmus

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

OPUS DOMUM TEMPORARIA

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

Lors de leur voyage d’études à Rome, et après avoir commencé l’année (période I) par un exercice de représen-
tation, une approche analytique architecturale et constructive dont le sujet était : “le Colliséé, objet d’exception
dans le tissu romain”, les étudiants ont été invités pour cette dernière période à leur premier exercice synthétique
de résolution architecturale confrontant un programme (synthèse de différents usages et usagers) et un contexte
(Rome - son Histoire - sa société contemporaine).

LE PROGRAMME

Le programme est générique et commun à l’ensemble des 4 ateliers de la B1 :

Une habitation partagée par 12 personnes

Volontairement nous n’avons pas souhaité particulariser ou scénariser d’avantage le programme.: 12 habitants
indéterminés pour des durées déterminées. Les étudiants se trouvent ainsi confrontés à la question du loge-
ment pour tous (logement public), à la notion d’ “habiter” dans sa dimension première et fondamentale.

Par l’intermédiare du caractère universel du programme, les étudiants sont également amenés à questionner la
dimension temporelle de l’espace à travers ce qu’Auguste Perret énonce comme les conditions de permanence
de l’Edificie : ses structures constructives et spatiales.

LE CONTEXTE

Face au collisée, un accident de l’Histoire : un vide de 6 mètres de profondeur (environ 2000 ans d’Histoire)
nous laisse entrevoir un fragment du plan de la Ludus Lagnus. Cette édifice sattelite du collisée était la caserne
d’entrainement des gladiateurs. Construit entre 52 et 92, cet édifice quadri-portiques centré sur lui même met
en scène en son centre une réplique de l’arène elliptique du collisée. Les gladiateurs y étaient encasernés, en-
trainés, logés, soignés, préparés en vue de servir le grand spectacle offert à titre de distraction au peuple romain.
Le ludus Magnus était directement relié à l’hypogée du collisée par un souterraint. Les combats dans l’arène
du collisée représentaient pour les gladiateurs la seule possibilité d’entrer en relation avec la société romaine,
avec l’extérieur de la caserne. Le thème de la précarité, de l’enfermement et de l’esclavagisme est évidemment
sous-jacent

Aujourd’hui, la ville s’est reconstruite sur plus de la moitié de la ludus magnus, elle a continuer à écrire son
Histoire par aditions, stratifications, transformations, effacements, et réapparitions. L’accident, l’occasion, l’ex-
ception est pour nous ce vide de 6 mètres faisant réapparaitre certains eléments fondamentaux du plan de l’an-
tique ludus magnus. C’est l’ocasion de questionner le temps, et l’espace à travers l’Histoire. Ce vide a un poids
historique, il pèse 2000 ans d’Histoire.

Nous proposons aux étudiants d’investir ce lieu pour continuer à en écrire l’Histoire tout en qualifiant cet es-
pace-temps à travers la résolution d’un programme simple et public : Habiter la ville.

METHODOLOGIE et PROTOCOLE

Par groupe de 8 à 10, les étudiants sont amenés à proposer une occupation, une implantation en explorant le
vide et les rapports qu’il entretient avec le pleins, avec la ville, avec l’Histoire en démontrant une maîtrise hier-
archique et compositionnelle.

Nous leurs proposons de confronter ce fragment du plan antique de la ludus avec une grille de 6 par 6m arbi-
traire dont la seule vertu est l’expression d’une forme de rationalité et dont l’origine est virtuellement placée
au niveau de la ville contemporaine puis prolongée verticalement dans les deux sens de la direction verticale
(celle du temps).

Chacun des étudiant du groupe dévellopera ensuite personnellement un habitat partagé pour 12 personnes en se
positionnant par rapport aux notions de conditions de permanence et de fragilité des éléments de définission de
l’espace, à la question de l’habitabilité partagée aujourd’hui et aux liens entretenus entre intérieur et extérieur,
entre limité et illimité, entre le plein et le vide, entre moi et l’autre.

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

ATELIER IV
ANVERS / FLORENCE

Enseignants

kiran katara
andrei miulescu
susanne giovannini
hugo bauwens

Collaborateurs scientifiques

kevin gaule
ludovic thullier

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

12 ET LES OISEAUX
REFLEXIONS SUR LA VIE URBAINE
DANS UN QUARTIER POST-INDUSTRIEL
EN FACE DU PARC SPOOR NOORD A ANVERS

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
Initiation au projet d’architecture I
20 ECTS - année académique 2015-16

LE PROGRAMME

Le programme est générique et commun à l’ensemble des 4 ateliers de la BA1 :


Une habitation partagée par 12 personnes

L’atelier travaille sur un programme qui remet en question les modes d’habitation contemporains et invite les
étudiants à réinventer la « maison ». Partant de l’idée que les aléas de la vie et la conjoncture demandent au
logement une plus grande adaptabilité et orientent les citoyens vers des montages créatifs de partage, nous avons
soumis à l’étude la possibilité d’une cohabitation entre une famille recomposée, un jeune couple qui attend un
enfant, une personne âgée et deux étudiants. Ces personnes seraient tentées par de nouveaux modèles de vie
symbiotiques, à définir. Un élément perturbateur a été inséré au programme, « une volière », comme invitation
à un déport poétique.

Le programme est volontairement très précis et succinct afin de permettre à l’étudiant de cibler sa recherche
sur des questions de définition spatiale et de scénario. Il mime la situation réelle d’une maîtrise d’ouvrage (ici
un groupe d’habitants) sollicitant un architecte afin de proposer un projet de vie basé sur la mutualisation mais
respectant les besoins de chacun. La perception des possibles du programme évolue selon les choix de défini-
tion spatiale et de la relation au contexte. Dans ce projet de fin d’année, c’est la confrontation des différentes
hypothèses émises par l’ensemble des étudiants de l’atelier qui enrichi la production individuelle.

LE CONTEXTE

Tout au long de l’année, les étudiants ont été invités à traverser l’atmosphère de deux villes : Florence et Anvers.
Soucieux de travailler au plus près des terrains d’investigation, le site du projet IV a été choisi à Anvers. Le
projet III a été conçu, puis confronté à la réalité, à Florence. Le site de projet est une parcelle d’angle de 240m2
au sol. Il est situé face au parc Spoor Noord à Anvers. La façade en relation avec le parc est orientée au Nord.
Le tissus urbain semi-industriel dans lequel le projet s’inscrit se trouve dans un quartier en mutation investi par
une population jeune et diversifiée. Le parc Spoor Noord a été initié par la ville d’Anvers et réalisé entre 2005
et 2009, selon le projet des urbanistes Secchi-Vigano en association avec des bureaux anversois sur les vestiges
d’une ancienne gare de tri. Il allie verdure, loisirs et regroupement d’activités culturelles et répond en partie aux
ambitions du slogan du concours remporté en 2002, « Offrir un parc pour le XXIe siècle (…)».

La réflexion des étudiants pour le site s’inscrit dans cette dynamique d’interrogation des modes de vie urbains
contemporains et de leurs ambitions pour un futur à co-créer, inventer, rêver.

METHODOLOGIE et PROTOCOLE

Nous sommes convaincus par la nécessité de construire une pédagogie de projet active, basée sur la recherche
spatiale et sur la perpétuelle remise en question des gestes architecturaux. Nous avons choisi de démultiplier
les exercices d’architecture afin de confronter continuellement les étudiants au processus du projet. L’atelier a
accordé une attention particulière aux questions de dessin, d’arpentage, de dimensionnement, de perception et
d’habitabilité.

Différents exercices en loge et les prémisses de chaque projet ont été menés par groupe mais le développement
du projet a été individuel afin que l’étudiant puisse évaluer sa progression dans l’apprentissage.
Il s’agissait pour nous d’amener chaque étudiant à pouvoir juxtaposer, approcher, croiser et interroger les divers
champs que touchent le projet d’architecture afin qu’ils les distillent en une proposition assumée.

PROJET D’ARCHITECTURE I
Initiation et méthodologie du projet
ULB - FACULTÉ D’ARCHITECTURE
La Cambre - Horta - B1 - année académique 2015-16

Vous aimerez peut-être aussi