Vous êtes sur la page 1sur 16

THEME 2 : Les dynamiques de la mondialisation

Chapitre 2 : La mondialisation acteur, flux, débat

Problématique : En quoi le Nutella est-il révélateur du fonctionnement de la mondialisation et des


débats qu’elle suscite ?

Mondialisation : processus de mise en relation des différentes parties du monde par


l’intensification des flux matériels et immatériels. Elle résulte de la diffusion du capitalisme et
engendre l’intégration différenciée des territoires dans un monde de plus en plus interdépendant.

Dynamique : évolution (positive ou négative)

Etude de cas : Le Nutella, un produit mondialisé

I- Une production révélatrice de la DIT (division internationale du travail)/ DIPP


(division internationale du processus productif).

Le nutella est un produit sucré : pâte à tartiner à base de cacao. Ferrero est un groupe
industriel italien implanté à Alba. Il détient aussi Kinder, Ferrero Rocher, Tic-Tac, et les chocolats
Raffaello. Ils sont donc un groupe agro-alimentaire . Composition nutella : 50% sucre, 20% huile de
palme, 13% de noisettes et 7.4% cacao.

La création et la diffusion du pot de nutella reflète la DIT et de la DIPP(division internationale


du processus productif).

Le groupe Ferrero est N° 3 mondial chocolatier. La matière première est rapportée à travers
des intermédiaires aux exportateurs. Ensuite, le matériel est exporté par voie maritime aux usines de
fabrication, puis le produit sera diffusé dans les magasins.

La firme Ferrero se fournit la matière première de l’étranger. Tout d’abord, l’huile de palme
vient de la Malaisie et l’ile de Bornéo, le sucre vient de Brésil, Réunion et Chine, le cacao vient de la
côte d’Ivoire, Nigeria, les noisettes viennent de la Turquie, Serbie et Australie. Le nutella a comme
source en majorité les pays du Sud.

Les usines de production sont principalement en Europe. Il y en a qui se développent en


Amérique latine. Il y a donc bien une division internationale du travail : la transformation de la
matière première ne se fait pas dans le même endroit que le lieu de provenance de celle-ci.

Un quart de la production mondiale des noisettes est achetée par Ferrero. Pour ne pas
dépendre du temps, ils vont acheter des terres pour faire des plantations de noisettes. Ils vont aussi
acheter des fournisseurs ex : fournisseur turc Oltan (1er producteur de noisettes au monde). Ils
rachètent aussi des entreprises concurrentes ex : Thorntons. Ils vont diversifier les producteurs et
vont acheter des terres en Serbie et en Australie.

L’avantage de certaines délocalisations : cout de la main d’œuvre moins chère et proximité


avec la matière première. Le nutella est principalement produit dans 9 usines qui se trouvent dans
des pays développés ou émergents : Italie, France, Allemagne, Russie, Canada, Australie, Brésil,
Argentine. Dans les pays du nord on est à coté de consommateurs. Avant, on voulait une proximité
des consommateurs, maintenant une proximité de la main d’œuvre. Ferrero est donc une firme
transnationale : elle a un siège social dans un pays et au moins 5 filiales productives ou commerciales
dans 5 pays différents.
Main d’œuvre pas chère : Vietnam, Inde, Chine (un peu moins maintenant)

Le nutella est un produit de l’industrie agroalimentaire qui provient d’une firme


transnationale (détiennent au moins 5 unités de production ou succursales -filiales- à l’étranger). Ce
produit est dépendant des matières premières (cacao, sucre, noisettes, huile de palme). Sa
production révèle la dit (division internationale du travail) et la DIPP (division internationale du
processus productif). Les matières 1eres viennent des pays du sud. La fabrication se fait dans des
usines proches des consommateurs (la plupart en Europe, les 1eres sont les français).

Logique d’implantation : près de la matière 1ere, main d’œuvre pas chère

Ferrero se trouve au centre d’un processus international productif : producteurs,


intermédiaires, exportateurs, usines de fabrication, distributeurs et consommateurs. Cela est
possible grâce aux flux, que Ferrero détient. Il doit faire face à la concurrence des autres FTN. Elle se
rend compte qu’elle est très dépendante des matières 1eres.

Stratégie commerciale : ils achètent leurs concurrents.

II- Un marché mondial qui s’appuie sur des flux et des réseaux mondiaux

Def flux : déplacement d’un bien matériel ou immatériel d’un espace à l’autre.

Def réseau : ensemble de lignes/flux ou de relations permettant de connecter les lieux entre eux
ainsi que les acteurs spatiaux qui sont présents. Ces flux peuvent correspondre à l’infrastructure
matérielle (câble, route, voie ferrée) ou à des flux immatériels. Elle favorise l’accessibilité de ces
lieux. (mise en relation des lieux et des acteurs)

Il s’agit d’une firme transnationale qui met des acteurs en réseau (de l’agriculteur au
fabricant, jusqu’à la diffusion aux consommateurs). Le marché est essentiellement occidental (en
Europe, les français sont lest 1ers consommateurs de nutella au monde, un quart du marché est pour
la France). Dans les pays du nouveau monde, il y a une résistance (en Chine et Inde aussi). Nutella
essaie d’élargir sa zone de consommation, pour cela, elle utilise des stratégies de marketing, comme
le bar à Nutella. Le Nutella utilise aussi les réseaux sociaux (campagnes de pub).

Le produit se vend essentiellement en Europe et dans les pays développés. Pour se diffuser, ils
mettent des usines pour conquérir les consommateurs (ex Amérique du Nord). D’autres initiatives
existent, comme les bars à nutella de Sao Paulo. Mais la firme doit aussi s’adapter aux goûts des
consommateurs des différents pays. La firme diversifie aussi ses produits pour s’incruster.

Nutella reflète le problème de l’uniformisation culturelle (pour conquérir des nouveaux


acheteurs, ils utilisent la publicité et les réseaux sociaux). Ce marché et la diffusion de nutella se
basent sur un réseau de flux de différents types. Ex : flux de matières premières transportées vers les
usines ; flux de produits fabriqués vers la grande distribution pour ensuite le diffuser auprès de
consommateurs ; flux capitaux et flux d’informations (réseaux sociaux) DIT et DIPP.

Ces flux sont possibles que grâce à la conteneurisation (transport en grande quantité). Grâce
à l’apparition et la modernisation des ports conteneurs, la production et la diffusion du nutella se fait
en flux. La DIPP qui résulte du réseau de nutella prouve que dans les acteurs sauf (FTN)

Acteurs : Ferrero, donner des chiffres, est à l’origine de la DIPP de nutella, expliquer sa stratégie
d’approvisionnement et stratégie commerciale
Distributeurs : matières 1eres, etc

Acteurs étatiques : l’Etat ils sont à l’origine de la dérégulation économique mondiale (libre
échange, supprimer les taxes)

Les ONG : pour dénoncer les conditions de travail, certaines pratiques et la composition (de l’huile de
palme)

OMS : incitent les fabricants à limiter la consommation de l’huile de palme

Flux et réseaux :

Espace de production de nutella est en(au cœur) réseau de la plantation aux distributeurs passant
par les usines (la transformation). C’est un système de prod en réseau. La DIPP est possible grâce à
ces flux, à ces réseaux et aux conteneurs. Ferrero est au cœur d’un système économique mondialisé

puis flux des capitaux,

diffusion et distribution mondiale (Europe puis ailleurs) Il est bien un prod mondialisé, système de

III- Un produit symbolique des débats soulevés par la mondialisation

(souvent dans la compo on nous demande pas les débats)

Le nutella est un produit agroalimentaire qui n’échappe pas à un certain nombre de critiques. Les
débats et les contestations sont de plusieurs natures : sanitaires et environnementaux

A. Débats sanitaires

Le produit est fait de 50% de sucre et de l’huile de palme (gros problème car il est mauvais pour la
santé en haute dose et provoque des maladies cardio-vasculaires et l’obésité).

B. Environnementaux

La production de l’huile de palme participe à la déforestation. Pour planter les palmiers à l’huile en
Malaisie et Indonésie, il faut défricher la zone => espèces menacées en danger (orang-outan). Ref
carte ile de Bornéo 1985-2010-2020. Pour défricher on utilise le feu => gros incendies => HAZE
(brouillard pollué qui force les hommes à porter un masque pour pouvoir respirer) . Ségolène Royal
conteste l’huile de palme dans la composition du nutella mais n’aboutit à rien.

Le nutella est aussi le symbole de l’uniformisation culturelle agroalimentaire. Ces excès sont
contestés (résistance culturelle). Même situation pour Coca Cola et Mc Donald’s. En parallèle, la
recherche et la quête des nouveaux marchés et certaines délocalisations posent la question du
travail des enfants ou des emplois précaires.

Face à toutes ces critiques, Ferrero va s’engager dans une certaine amélioration de ses pratiques.
Pour son approvisionnement de cacao, elle développe le commerce équitable en Afrique de l’est.
Problème : il n’y a pas de normes internationales sur le commerce équitable/ produits bio.

+plantations durables en Australie, Amérique du sud.


LE VRAI CHAPITRE :

Def mondialisation :

Idéologie : le libéralisme

Monnaie : le dollar

Le capitalisme est un outil de la mondialisation

Langue : anglais

Système politique : la démocratie

C’est la mise en relation des dif parties du monde, possible grâce à des flux matériels et
immatériels possible grâce au capitalisme, lie les espaces entre eux et les rend inter-indépendants.

1ere mondialisation : commerce triangulaire (dvp échanges europe – nouveau continent : nouvelles
découvertes)

2eme mondialisation : au 19eme avec la colonisation

3eme mondialisation : à la fin de la guerre (2), prend de l’ampleur dans les années 60

Elle est économique et financière, possible grâce à la dérégulation , elle est associée à la diffusion

Depuis la chute du bloc soviétique, elle s’est élargie et inclue presque tout le monde (ex : sauf corée
du nord). Néanmoins, dans chaque mondialisation il y a eu une révolution dans le transport (la
caravelle, les chemins de fer, l’internet). La majorité de la pop mondiale est touchée par la
mondialisation et s’accompagne d’une hausse de niveau de vie générale (il y a plus de richesse mais
les inégalités s’accentuent). La mondialisation suscite bcp de débats, mais engendre des espoirs
d’enrichissement chez certains.

Problématique : Quels sont les mécanismes et les acteurs de mondialisation ?

I. Les acteurs de la mondialisation


A. Les FTN

def FTN (5 pays + pays d’origine)


Les FTN ont un poids économique colossal : certain FTN possèdent 25% du PIB mondial, sont
à l’origine d’un tiers de la production mondiale et un quart des échanges mondiaux ; Elles ont
donc un poids économique considérable et donc influence considérable .

Elles peuvent influencer les campagnes électorales (ex aux états unis)

Elles sont à l’origine de la DIT et DIPP grâce à la révolution des transports et de communication

La géographie des FTN : ces firmes se trouvent dans les pays du nord, elles sont largement dominées
par les firmes du nord. Nouvellement apparition de FTN des pays du Sud=> limite nord sud a
tendance à s’estomper

Le classement en fonction du chiffre d’affaires : walmart est la 1ère

En termes de bénéfices : Apple

La différence entre chiffre d’affaires et bénéfices, bénéfices = chiffres d’affaires- coûts


Les 3 suivants sont des chinois

British American Tobacco :

Samsung

TATA: firme indienne,

Chinois: Lenovo, Sinopec (pétrole),

Russes : Rusal (aluminium)

Maison mère des FTN dans le pays d’origine : des filiales qui appartiennent entièrement ou
partiellement aux maisons mères

Les entreprises sont sous-traitantes, sont des entités juridiques à part, liées à la mère

Les dif structures qui ont une influence ?????????

Administration et gestion va dans le siège social, qui est à l’échelle locale, dans les grandes
métropoles dans les quartiers d’affaires.

La recherche et innovation : R&D dans les centres de recherches, qui se trouvent en général sur les
périphéries des grandes agglomérations.

La fabrication : dans des usines, implantées différemment selon les secteurs d’activités. Soit elles
s’implantent dans des zones franches ou dans les pays ateliers (petits enfants car peu chers).

Fonction commerciale et maintenance (pas distribution magasins). C’est à la périphérie des grandes
métropoles et grands villes (la maintenances)

Logistique et transport : dans les entrepôts, qui se trouvent en périphéries ou dans des zones
aéroportuaires (déplacement facile, les ZIP)

Règles de localisation : en fonction de secteurs de la firme et de son activité. Elles ont recours à
l’EXTERNALISATION

Il faut différencier externalisation et délocalisation. Ext= sous-traitance, (ex externaliser nettoyage


dans les salles de classe, délocalisation sont les copies corrigées par un prof ou un autre)

Cela est possible grâce aux IDE (investissements directs à l’étranger)

Def IDE : c’est un capital mobilisé par une entreprise pour le développement d’activités productives
commerciales partiales hors du territoire national. Le but est de créer, développer ou acheter des
entreprises à l’étranger.

Les principaux bénéficiaires des IDE sont les pays du nord, notamment l’Europe, et de plus en plus en
Asie de sud-est et en Chine. Ces IDEs permettent des délocalisations. Ces délocalisations se font en
fonction de la DIT. La stratégie des FTN est de s’implanter là où c’est le plus avantageux, vont
chercher à exploiter les avantages d’un territoire. Par ex, la production se fait là où la main d’œuvre
est peu chère : les pays ateliers. La conception se fait là où la main d’œuvre est qualifiée. La vente se
fait là où il y a des consommateurs aisés ou nombreux. Au cours des années, les pays ateliers
montent en gamme donc devient plus chère car les travailleurs demandent des droits sociaux. Par
conséquent, délocalisation peut être synonyme de développement social.
Ex : Lenovo produit pour IBM Thompson au départ, mais main d’œuvre devenue trop chère et ils ont
acquis la technologie donc ils ont vendu leurs filiales parce que ce n’est plus rentable donc
développement Lenovo.

Avant de délocaliser, on fait une analyse du risque-pays : on prend en compte les dimensions
politiques, sécuritaires, économiques.

Stratégie des FTN : adaptation à la culture locale : il n’y a pas de consommateur mondial, donc les
firmes doivent adapter leurs produits par rapport aux spécificités locales. Pour cela, il faut accepter
les goûts locaux (ex : en chine il y a du coca dans le vin). Les IDE des FTN transforment et spécialisent
les territoires. Leurs stratégies d’investissement sont : accès aux matières 1eres, accès aux
consommateurs, emploi de la main d’œuvre bon marché et des législations permissives (ou
incitatives). La mondialisation n’abolit pas les territoires, elle les reconfigure avec certaines
spécialisations. Une nouvelle division mondiale du travail : NDIT.

NDIT : Nouvelle division internationale du travail. Processus de division du travail entre pays à faible
coût de main d’œuvre et pays développés caractéristique de la nouvelle étape de la mondialisation.

 Mise en concurrence des territoires, les espaces le plus innovants et les mieux connectés
sont les plus avantagés. La puissance des FTN repose donc sur leur capacité de maitriser les
espaces mondiaux. On assiste à une financiarisation croissante des FTN par
l’autofinancement (ce sont les actions qu’on rémunère) : années 1980 : 3%
d’autofinancement, en 2000 : environ 50% (tout ça en France)

Les actionnaires deviennent de plus en plus importants et veulent des résultats, donc font pression
sur les PDG (président directeur général) et sur la stratégie de ces FTN. => travail tout le temps à
court terme et accéléré pour avoir des résultats=> peut influencer les entreprises

Le poids politique des FTN :

Avec le poids qu’elles ont, elles ont un pouvoir d’influence politique. 2 facteurs pour expliquer son
poids : elles reposent sur un réseau d’influence (des dirigeants et des personnalités de ces FTN
peuvent accéder aux postes politiques) ET le lobbying (font pression auprès des gouvernements
pour qu’ils fassent une politique favorable à leurs intentions).

B. Les acteurs publics

Etats et organisations internationales

Les états sont au cœur de la mondialisation, maintenant il y a un poids des états sur les FTN : la
mondialisation renforce le rôle des états.

Les états ont un rôle fondamental qui lance le processus de la mondialisation. Comment ? en ouvrant
leurs économies, notamment aux investissements étrangers et la libre circulation (le libéralisme a
permis la mise en place de la mondialisation) . Les états unis ont joué un rôle fondamental dans la
3eme mondialisation. Cela s’est fait par étapes : FMI, BIRD (banque internationale pour la
reconstruction et le développement) est l’ancêtre de la banque mondiale. Les états unis sont à
l’origine du nouvel ordre économique mondiale. Ces 2 institutions sont liées et sont
complémentaires. Aujourd’hui il y a 189 états membres. Rôle de FMI : stabilité monétaire et la
fluctuation de monnaies. La BIRD favorise les investissements à long terme : prêts à taux
extrêmement faibles. Il faut répondre à un certain nombre de critères pour avoir accès à cet argent :
une économie libérale, pas trop de corruption. Les pays bénéficiaires des FMI et BIRD vont recevoir
un tuteur qui va suggérer comment utiliser et gérer l’argent et comment mener sa politique. Ils
soutiennent les projets d’infrastructure ou des systèmes sanitaires ou de santé (accès à l’eau,
médical). Chaque état membre contribue dans la FMI. Plus ils mettent d’argent, plus ils ont de
l’influence dans la FMI (les pays riches ont le plus de poids décisionnel) . => des institutions
critiquent ces inégalités.

Le GATT : General agreement on Tariff and Trade : accord sur un tarif douanier. Ils vont
progressivement baisser les tarifs douaniers. Initialement provisoire, ne s’occupait que des produits
industriels. Il va ensuite être remplacé par l’OMC (organisation mondiale du commerce) : s’occupe
aussi des services, matières 1eres, industrie, agriculture, biens, etc donc s’étend dans tous les
domaines. Peut imposer des sanctions financières en cas de non-respect des règles des échanges
pour éviter les guerres commerciales=> libre-échange. La Chine rejoint l’OMC en 2001. Il y a 94 pays
dans OMC. Il y a des sanctions en Chine sur le coton donc pas dans les règles de libre-échange.

Ils imposent des règles pour éviter des guerres commerciales (sanctions). Les pays les +
riches sont ceux qui financent le plus l’OMC => plus de poids décisionnel puisqu’ils financent certains
secteurs (les pays développés subventionnent certains secteurs stratégiques)

OMC accusé de ne pas bien respecter le développement durable et l’organisation sauvage


(ultralibéralisme)

ONU : organisation des nations unies. Organisme chargé du maintien de la paix et la


prospérité économique. PNUD et CNUCED sont les 2 agents de l’ONU. PNUD = programme des
nations unies pour le développement. CNUCED : conférence des nations unies pour le commerce et
le développement. Objectif : intégrer les pays dans l’économie mondiale (PMA : pays moins avancés).
Ils essaient d’aider les pays en voie de développement et donc de diminuer les inégalités imposées
par OMC et FMI. Problème : pas bcp d’argent, et là où ils interviennent est décidé par les pays
membres (ex états unis). Les pays des sud (émergents) demandent un meilleur partage de décisions.

Autre organisation qui participe à la mondialisation : les organisations régionales. Page 71


dans le livre : Mercosur, alena, asean, UE (un peu à part parce qu’elle est aussi politique, pas que
commerciale), etc : libre échange, libre circulation. Ils jouent un rôle commercial. Les états
participent à la dérégulation des frais. =>un nouvel échelon : échelle nationale (etat), mondial, et
intermédiaire (régionale (région du monde)).

Création des zones franches : zones de libre circulation des marchandises, des services et des
capitaux. Zone géographique limitée bénéficiant d’incitation à investir. EX : exonération des droits de
douane (suppression) ou des traitements fiscaux préférentielles. Les états, en particulier les
occidentaux sont à l’origine de la dérégulation : supprimer tous les obstacles au libre-échange. A
cause de cette dérégulation on a aussi une financiarisation économique. Celle-ci échappe un peu au
contrôle des états. Les agences de notation vont jouer un rôle croissant : c’est elles qui vont noter en
avance les résultats et les dettes des entreprises, ainsi que les dettes des états. Ex : Moody’s (agence
de notation) . Les états peuvent vraiment intervenir lorsqu’il s’agit de sauver et entretenir les
entreprises des états. Ex : lors de la crise 2007-2008, les états organisaient des summits, se sont réuni
pour sortir de la crise en faisant des nationalisations et les plans de relancement. Les états ont injecté
de l’argent dans certaines banques pour les relancer l’économie (en Islande). Pour sauver les FTN, le
gouvernement français a défendu le groupe roquefort sur les critiques d’hygiène. En Chine ils ont
créé des ZES qui aident les entreprises étrangères à s’implanter => facilite toutes les entreprises
étrangères) Roquefort. En Chine, ils ont créé des ZES (zones économiques spéciales) comme des
zones franches avec des avantages pour les entreprises => facilite certains domaines d’implantation.
Secteurs de BTT qui aident l’infrastructure (flux de marchandises) et la santé et l’éducation. Bémol :
les pays de sud sont absents dans cette mondialisation, ils jouent peu de rôles dans la mondialisation
donc peu de bénéfices. Loin d’abolir les états, la mondialisation leur donne du sens aux états. Elles
vont aussi lutter contre les inégalités et les écarts de richesses qui grossissent avec la mondialisation.

Les états peuvent aussi avoir des tentations protectionnistes. Ex : trump (fermeture de la frontière,
veut imposer des droits de douanes sur certains produits, des législations contraignantes)

Depuis 5 ans : retour des états

Les actions des états ne sont pas suffisantes pour régler certains pb donc intervention d’ONG

C. Les autres acteurs : ONG, syndicats, réseaux illégaux

But ONG (organisation non gouvernementale) : non lucratif. Les ONG luttent directement contre
la mondialisation et ses principes, d’autres essaient d’atténuer, panser les effets de la mondialisation
(conséquences sociales) . Ils dénoncent les impacts environnementaux, sociaux (inégalités) => les
états aiment bien parce qu’ils font le travail qu’ils ne font pas. EX : ils utilisent l’internet, campagnes
de marketing, réseaux sociaux (Facebook, twitter). Les ONG révèlent des informations assez
compromettantes sur les entreprises : ex en Birmanie sur total : travaux forcés et pas de bonne
santé. La campagne a forcé total à communiquer et à arrêter ses pratiques. Donc les ONG peuvent
arrêter les pratiques des entreprises. Ex par boycott. Ex d’actions qui ont débouché : handicap
internationale (Cambodge et les terrains minés) ; ATTAC : truc français, à l’origine de la création du
forum social mondial Porto-algère, forum de Dawos, forum économique mondial (tous les ans, les
entreprises se ressemblent) => ONG altermondialiste : attaque l’économie => font une parodie

Attac crée forum social mondial et porto algère contre forum éco mondial et de dawos.

ATTAC : taxe Tobin, à hauteur de 0.01% en Europe sur les transferts européens d’argent. Le but est
d’éviter la spéculation (lorsqu’on achète des actions, on veut un max de profit => si on ne tient
compte que des résultats, pas du cours monétaire)

Syndicats : règlent les droits de travail

Les réseaux illégaux profitent aussi de la mondialisation pour leur marchandise. Flux à sens unique, la
production est dans les pays du S, la distribution est au N, les matières 1eres et les transformations
sont au S, consommateurs au N.

Les flux de drogues reflètent la mondialisation et donc la DIPP. Également des flux de capitaux
impossible à quantifier car illégaux

Si compo : ds une compo il faut définir ftn, 2 chiffres, insister sur la géographie en citant 1 ex max 2
mais pas tous, pour l’organisation spatiale et gestion, il faut tous les détails synthétisés (les firmes
s’implantent selon certaines règles selon le secteur) => le reste des détails sont pour l’étude de doc

En compo il faut dire que les firmes se délocalisent et participent à la DIT, et à la spécialisation des
territoires. Financiarisation et mentionner un peu la politique

Sur les acteurs publics : il faut mentionner FMI, BIRD, ONU, détailler un peu ONG, et expliquer le rôle
des états (de plus en plus important ds l’économie)
II. Mobilité, flux et réseaux

Def Flux : un volume de biens, d’informations ou des personnes en circulation. Il y a tjrs une
origine et une destination. C’est la principale caractéristique de la mondialisation à un tel point qu’on
parle d’une mise en réseau du monde. C’est la fantastique progression de ces flux qui a créé une
économie monde faite d’inégalités, solidarité et concurrence entre les pays et les régions du monde.

Def Réseau : support matérialisé et physique des flux qui s’organisent selon des modes de
transport (voie ferrée, aérienne, maritime, câble numérique, etc) à partir des nœuds (lieu où
convergent différents moyens de communication) et des hubs (lieu qui reçoit et redistribue des
marchandises).

On remarque qu’il y a une croissance spectaculaire des échanges à partir des années 60’s. 70%
des produits manufacturés et 30% des matières 1ères (agricoles-10% et 20% combustibles) compose
le commerce mondial actuel. Il y a certaines chutes : 1973 : choc pétrolier, crise de 2008 visible sur la
courbe des produits manufacturés. La mondialisation s’accompagne d’une croissance spectaculaire
du commerce mondial

A. Les flux de marchandises


1. La révolution des transports

C’est grâce à la révolution des transports que la 3eme mondialisation a été possible. C’est donc une
amélioration générale des équipements et de l’infrastructure (le train, la gare, les ports conteneurs,
etc). => amélioration des transports à partir des années 70 sur tous les moyens de transports
(ferroviaire, maritime, aérien qui facilitent cette mondialisation)=> conteneurisation=> plus grosse
capacité de chargement, des transports plus rapides => baisse des prix de transport

2/3 des produits échangés sont par voie maritime. => spécialisation des navires. Chaque navire va
se spécialiser dans un changement : ex : pétrolier pour le pétrole, méthanier pour le gaz, chimiquier
pour les produits chimiques=> favorisés par l’apparition des ports conteneurs. Ils sont de plus gros, il
y en a qui sont capables d’avoir jusqu’à 12 000 conteneurs. Avantage des conteneurs : ils ont tous les
mêmes tailles donc standardisation donc facile à gérer.

Il permet de classifier les marchandises=> il permet l’intermodalité (changer de milieu de transport)


=> on va créer des plateformes multimodales ex : Roissy Charles de Gaulle et ZIP => flux sont
favorisés et intensifiés, les coûts sont réduits=> favorise les échanges commerciaux et la DIT

La DIT est permise par ces flux ET ces flux intensifient la DIT. Les infrastructures se sont donc
développées et adaptées à ces flux. => les ports sont de plus en plus gros et deviennent des zones
industrielles ou portuaires ???

Les 1ers ports du monde en termes de tonnage se trouvent sur le littoral chinois (Shanghai est le 1 er
en termes de tonnage, ensuite Singapour et Shenzhen). La façade maritime chinoise concentre 60%
des flux des ports conteneurs. Au niveau européen vient le port de Rotterdam (1 er européen, 12ème
mondial)

En termes du transport aérien, il n’est pas très développé car la capacité de chargement est moindre
et les coûts sont plus élevés. On ne peut pas charger certaines merchandises (gaz). => cas des
marchandises délicates sont des produits à valeur ajoutée ex : les écrans LED et les fortes
technologies, et les produits périssables. Les grands aéroports internationaux sont des hubs. Le 1 er
aéroport en termes de frais est Atlanta. Autre aéroport : Beijing. Aussi : Chicago, Londres, Paris.
2. L’explosion du commerce mondial

La révolution du transport et la libéralisation des échanges ont permis l’explosion du commerce


et des flux. Dans les échanges commerciaux : 80% marchandises et 20% services, les services ont
une croissance constante. En termes de marchandises : 70% de prod manufacturés, 30% matière
première (10% prod agricoles et 20% combustibles). Le volume d’échange de marchandises a été
multiplié par 25 depuis les années 50, et la croissance du commerce mondial est équivalente à
6% par an.

Les matières 1éres=30% des échanges :

Les combustibles viennent en général du moyen orient et sud (pétrole et uranium) et pays en
développement

Produits manufacturés : prod industriels (acier, prod chimiques, automobiles, textiles). Aussi
prod électroniques et informatiques. Ces produits résultent de la DIT, qui joue un rôle très
important dans la croissance des flux commerciaux. Les pays dvlpés se sont spécialisés à des prod
manufacturés à forte valeur ajoutée, alors que les pays en voie de développement produisent
des prod à faible valeur ajoutée (ex chine)

3. Géographie des flux commerciaux

Il y a des pôles qui monopolisent les échanges, majoritairement entre les pays développés. 75%
des échanges se font dans la Triade= POLARISATION DES ECHANGES. BCP d’échanges => la carte
montre le poids de la chine et de l’asie en termes de pays ateliers. Les flux industriels
s’organisent essentiellement autour de la triade => on note une grande provenance de ces
échanges de l’asie orientale (en particulier de Chine). Ce sont essentiellement des flux sortants.
Cela est due à la délocalisation (DIT) => ça retourne les pays dvlp vers les orientaux pour les
ateliers.

Les flux sont dominés par les pôles de la triade et des pays du nord. En ce qui concernent les flux
des produits agricoles ont majoritairement comme origine les pays du nord ( toujours dans la
triade). Dans les pays du nord il y a une agriculture productiviste et exportent bcp.

Certains pays du nord pas autosuffisants en termes d’agriculture : Japon

Les flux sont dominés pas les pays du nord parce que les pays du nord ont mis en place une
agriculture productiviste à fort rendement permettant d’exporter leur productions vers des pays
qui en ont besoin (non autosuffisant).

+flux agricultures entre sud et nord pour les produits spécialisés et tropicaux comme le café, le
cacao

Brésil : pays émergent ayant pour vocation à devenir la ferme du monde et exporte de + en +

Les flux de matières 1eres énergétiques très convoitées. Ils sont essentiellement Sud Nord. Les
reserves d’hydrocarbures (pétrole) sont dans les pays du S. Les flux s’organisent entre les pays ls
+ productrices vers les pays les + consommateurs. Les minerais comme le fer viennent du pays du
Sud (brésil). L’uranium vient de l’Afrique (Mali). Les matières 1eres sont le sujet des polémiques
politiques. Il existe aussi le land grabbing : les pays achètent du territoire des autres pays (ex
Chine achète en Afrique).

Les routes maritimes


La principale route maritime mondiale :

B. Les flux immatériels

Ils sont de plus en plus importants, lié à la révolution de techniques commerciales et des
informations

1. Les flux d’information

Aujourd’hui l’info (=pouvoir) circule en temps réel. Le télégramme, téléphone, satellites et l’internet
ont permis cela. La majorité de la population des pays du nord possèdent un ordinateur et surtout
est connectée à l’internet et peut recevoir des informations en temps réel. A cela se rajoutent les
portables. La bande passante devient un enjeu économique et politique. Même si aucun point de la
planète n’est pas sans internet, il y a quand même une fracture numérique. Il y a des connectés et
des déconnectés, c’est un terme pour expliquer les inégalités à l’accès à internet. Il y a des
investissements massifs . Le continent africain reste sous-équipé. Les inégalités existent aussi à
l’échelle locale. Les fournisseurs d’accès sont essentiellement occidentaux. (ex : Yahoo, AOL,
microsoft, free ,sfr, orange, etc). Il en est de même pour les moteurs de recherches (chinois
américains, I CANN qui gère tous les réseaux d’internet américains et disposent d’un droit de
contrôle sur I CANN et peuvent couper les envois de tous les courriers électroniques du monde) Ils
peuvent aussi intercepter le contenu des mails. La révolution communication favorise les pays
développés qui fournissent les équipements et sont aussi la source principale des informations. Les
chaînes principales d’informations sont aussi du pays du Nord.

Les équipements lourds sont ds les pays du nord, donc ils transmettent leur vision et leur modèle ds
le monde, car cette transmission d’informations à diffusion mondiale influence les autres zones du
monde. Du nord proviennent aussi les softwares et les hardwares. Par ex : CNN, BBC, Euronews,
France34, Fox news, Russia today, CC TV (chinois), Al Jazeera international (celui arabe a un gros
retentissement ds les pays arabes), etc

2. Les flux des capitaux

Ouverture à l’internationale des marchés financiers et dérèglement partiel, c’est un fait généralisé
dans les années 80’s. L’électrolysation des flux capitaux (électronique)=> intensification des flux.
L’internationalisation des dettes souveraines. Les pays et les banques peuvent acheter les dettes des
états.

Leurs capitaux ont perdu leur matérialité. Les transaction boursières , évolution de la manière de
placer son argent. But : faire des bénéfices => spéculation (ce sont des actions qu’ils transfèrent)
C’est seulement la rentabilité qui est visée, pas les actions de l’entreprise. Il y a des flux nord nord
pour les flux de capitaux (la triade). 3 places grandes financières : europe ouest, Amérique du nord et
asie de l’est, ouverte h24  ronde boursière. Avec le décalage horaire, il y a toujours une qui reste
ouverte => toujours ouvert. 80% des flux sont contrôlés par le principales places (20%) boursières
(new york, etc). Certaines places boursières des pays du sud se développent. Il y en a aussi qui se
spécialisent, ex : chicago, spécialisé en céréales. Les flux financiers encouragent les paradis fiscaux :
ex : le GAFA. Il y a des états qui font la pression pour relever des secrets bancaires (par ex la France
impliquée ds les secrets bancaires en suisse et au panama)

Les investissements directs (IDE) à l’étranger sont considérés comme un investissement quand on
détient au moins 10% du capital détenu. Les 1ers receveurs de IDE sont les états unis. Il y a une
augmentation des investissements en chine). Les investissements chinois sont de plus en plus
importants en Afrique (land grabbing). Les remises sont les flux d’argent envoyés par les migrants à
leur pays d’origine (440 milliards, ce qui est bcp de fois supérieur à l’aide de développement). Elles
participent au développement de leurs pays d’origine.

C. Les mobilités humaines


1. Les migrations

Environ 250 millions de migrants dans le monde (3.3% de la population). Un migrant est qqun qui a
quitté son pays d’origine pour plus d’un an pour une autre raison que des loisirs. Environ 22 millions
de refugiés et on compte environ 35 millions de clandestins dans le monde. Les flux migratoires ont
triplé en 40 ans et on peut distinguer plusieurs catégories de migrants.

Les migrations sont majoritairement légales et parfois sont même encouragées par certains états.

1ere catégorie de migrants : les migrants économiques (travailleurs), flux essentiellement Sud Nord.
Cela aide à maintenir la croissance de la population (ex Allemagne). Les migrants veulent du travail et
des meilleures conditions de vie, accès à l’éducations, vont principalement vers les métropoles (+
cosmopolites, plus de travail). Ils choisissent la région la plus proche de chez eux. Il existe également
des flux Sud Sud (vers les pays émergents). Ex : les asiatiques du sud vont vers les pays du golf. La
majorité des personnes qui migrent sont en général très qualifiées.

Il y a également les flux Nord Nord : on l’appelle également le brain drain (fuite des cerveaux). EX :
les chercheurs français vont en Amérique du nord pour pouvoir pratiquer leur métier et trouver des
trucs. En général ce sont les scientifiques qui quittent le pays.

SUD NORD= SUD SUD ~= NORD NORD

Les diasporas existent. Diaspora= l’ensemble des membres d’un peuple dispersés à travers le monde
mais restant en relation. Les principales diasporas : juives, chinoises, libanaises, indienne. Ces
diasporas causent des iens et des flux. Elles peuvent être utilisées comme influence : inde et chine
utilisent leur diasporas comme un instrument de leur soft power (pays des BRICS). Cela se traduit
aussi par les quartiers spécifiques (china towns). Dans les flux économiques, la France est 8eme pays
d’immigration dans le monde.
Les réfugiés : ont fui les guerres, les dictatures. Généralement ils vont ds le pays le plus proche (ex
Syrie libano ou Syrie Turquie). Les libanais ont plus de réfugiés que de locaux. Ils sont reçus par les
camps de réfugiés (HCR). Ils sont ds des camps et y restent très longtemps. Environ 1.2 millions
refugiés ds le monde suivant HCR. Ils viennent d’Afghanistan, Birmanie, soudan , ouganda, somalie,
Irak, Syrie, Rwanda.

Conséquences :

Pour les pays qui les accueillent : ralentit le vieillissement des populations, ex en Allemagne avec un
faible taux de naissance => appel à des migrants.

Ils rapportent de l’argent puisqu’ils contribuent au fonctionnement économique des états


(travaillent, payent des impôts)

Comble le déficit de main d’œuvre dans certains secteurs où le personnel ne doit pas être
très qualifié. Souvent les migrants occupent généralement des emplois pour lesquels ils sont
surqualifiés. Ils ont aussi des problèmes d’intégration. Plus on est qualifié, plus on s’intègre
facilement. Pour les clandestins, ils ont du mal à s’intégrer (car ils travaillent au noir). En temps de
crise ils doivent faire fac à la xénophobie.

Pour les pays émetteurs :

Catastrophe économique (ce sont les plus qualifiés qui partent). La migration est une hémorragie
pour les pays qui se font quitter. Néanmoins les remises de migrants sont une manne financière
conséquente pour ces pays émetteurs.

Parfois les pays du nord freinent l’immigration=> tendance à la fermeture des frontières, ou une
fermeture complète ou une immigration choisie (brain drain). + on ferme, + il y a des clandestins.

2. Le tourisme

Multiplié par 38 entre 1950 et 2012. Il y a 1.2 milliards de touristes par an. Mais cela ne concerne que
10% de la population mondiale. Depuis les années 90, croissance de 4% par an. Cela a conduit à la
diminution du prix du transport aérien. La multiplication des voyages organisés et des voyages tout
inclus fait augmenter le nb de touristes => domaine très rentable, tourisme= 10% du PIB mondial,
230 millions d’emplois. La 1ere destination touristique mondiale est Paris (attraction disneyland). 7%
du PIB français est le tourisme.

FAUX : le tourisme est la redistribution des richesses(ex les riches vont chez les pauvres), faux car ce
sont les pays du nord qui sont emmeteurs et récepteurs.

Quand les pays du sud sont bien au niveau tourisme, cela fait augmenter les prix => conséquences
sur les locaux. Bénéfices : on développe l’infrastructure (+eau et électricité). Le tourisme sélectionne
les territoires, donc mise en concurrence des territoires du monde en fonction des critères non
économiques : culturelles et infrastructurelles. => INEGALITES. Il y a donc des espaces bien intégrés
au niveau du tourisme mondial et d’autres qui sont à côté. C

Les effets pervers du tourisme :

Le tourisme de masse abime un certain nombre de sites, ex : la pyramide maïa tchitchen itsa (abimait
la pierre). Il y a aussi des conséquences environnementales.

Le tourisme de masse cause aussi des chocs culturels.


III. La mondialisation en question
A. Les effets et les limites de la mondialisation
1. Effets économiques et sociaux

A l’échelle de la planète, la mondialisation a permis une élévation de niveau de vie, et cela permet
aussi un recul de l’extrême pauvreté (moins de 2 dollars par jour). Dans les années 80, 40% de la
population vivait en extrême pauvreté, aujourd’hui ils restent 10%.

La mondialisation est souvent accusée dans les pays du nord de précariser le travail (pas de
protection sociale). Il faut être très compétitif, donc assurés en France. Le travail des enfants existe.

Dans la mondialisation n’empêche pas les crises, bien au contraire, elle les rend mondiales. Ex crise
de 2008 (faillites des banques et limites à la faillites des états). Il n’y a plus de nations qui ne sont pas
autosuffisantes (l’autarcie est interdite dans le monde).

2. Les limites environnementales

Augmentation des flux donc augmentation des transports => augmentation des émissions des gaz à
effets de serre. En parallèle on a le problème des ressources énergétiques, avec les pays émergents
qui consomment de plus en plus. Toutes les alternatives électriques ont des faiblesses, ex les éoliens
(contiennent du mercure), ainsi que les panneaux solaires. Agriculture productiviste fait du mal à la
terre. Il faut réduire l’élevage bovin (bcp d’émission de méthane). Problème d’obsolescence
programmée, les appareils sont faits pour durer une période limitée, ces machines sont faits des
matériaux polluants => envoyés en Afrique (poubelle du nord) et chine = poubelle plastique du nord.

Problème de la surconsommation (black Friday). Les gens sont capables de se battre pour un écran.

3. Uniformisation culturelle

Diffusion de la culture occidentale, uniformisation culturelle de la planète, en particulier sur le


modèle américain. En ce qui concerne les produits diffusés, ce sont les états unis qui diffusent le plus,
(50% d’exportations culturelles dans le monde : musique, mode, séries, cinéma, etc). L’UE est 30%
des exportation culturelle, laissant peu de place pour le reste. Malgré cette certaine uniformisation
culturelle, les identités persistent => permanence de spécificité culturelle.

B. Enjeux et débats politiques : la remise en question des cadres de la gouvernance


1. La crise de légitimité des instances internationales

Les pays émergents ont peu de poids dans les décisions des instances internationales. Les institutions
internationales (FMI, banque mondiale, OMC), le nombre de voix se fait au pro rata des puissances
économiques des pays, chaque état contribue en fonction de son PIB. Plus un pays est riche, plus il a
d’influence. Lorsque le FMI donne des prêts, ils mettent dans les états une politique d’austérité,
souvent très mal perçues. L’ingérance

L’OMC est critiqué pour les mêmes raisons, mais aussi favorisent les échanges un peu à la
sauvage ????(mathilde tousse)

Dernier cadre de la gouvernance, informes : G7, le regroupement des 7 1eres puissances


économiques mondiales , regroupe la France, Canada, Angleterre, Etats unis, UK, Italie, Allemagne,
Japon. Pour les G8, on rajoute les russes. But : éviter les crises mondiales.

Question posée : ouvrir aus pays émergents=> G20


2. La question de la régulation économique et financière

Poids économique des FTN : parfois supérieur au PIB des certains états=> rôle politique majeur dans
les décisions politiques. En particulier, aux états unis, les FTN financent leurs candidats, ils attendent
derrière des mesures qui correspondent à leurs intérêts.

Dérégulation financière=> conséquence : augmentation de la spéculation

Pas de droit international du travail, il y a un organisme sans droit de sanction => les états font ce
qu’ils veulent

3. La mondialisation entre ouverture et replis

Les frontières s’ouvrent aux économies, mais en parallèle se ferment aux flux migratoires.
Paradoxalement, la mondialisation s’accompagne d’une expansion du nationalisme et du
protectionnisme (Etats Unis sous la présidence de Trump). En réponse de la mondialisation on a une
réaffirmation du local, ex les produits du terroire (produits spécifiques des régions), dvlpmt du
commerce équitable, les consommateurs veulent suivre la production des produits

C. Mouvements et forum des contestations


1. Anti et Alter mondialistes

Les anti sont totalement contre la mondialisation (anti libre échange, etc )

Les Alter mondialistes pensent qu’on peut faire des aménagements plus ou moins profonds pour
changer la mondialisation pour faire autrement, dénoncent le travail des enfants, la précarité du
travail, le pillage du tiers monde, la surconsommation, les dangers du productivisme, l’exploitation
des pays pauvres, les attentes faites à l’environnement, veulent une meilleure répartition des
richesses. Dans les faits, ils dénoncent mais ne proposent pas d’alternative. Groupes alter : ATTAC,
Green Peace, les indignés (mvmt en Espagne 2011, occupy Wall Street, veulent plus de démocratie,
dénoncent le système économique et financiers)

Courant émergent : la décroissance (anti consumériste, anti productiviste)

2. Formes de contestations et influence

Ils sont alter ou anti mondialistes c’est un phénomène mondial. Issus des pays du nord et
commencent à avoir de plus en plus d’écho dans les pays du sud

Les deux utilisent la révolution technologique

Actions de coup de poing (green peace qui ont essayé d’escalader une centrale nucléaire

ATTAC : à l’origine d’une organisation du forum truc mondial

Le mouvement des altermondialistes a connu quelques succès : ils ont réussi à annuler le 1er summit
qui devait avoir lieu à seattle en 98 (grâce à des manifestations)

Autre succès : pression des ONG sur les usines apple et nike (ils étaient contraints de dire qu’ils
allaient arrêter de faire travailler les petits enfants)

Avec la diffusion de ces idées alter et anti mondialistes on voir l’émergence des nouveaux
comportements : le commerce équitable (reste marginal, par ex pour le café c’est 2% des échanges),
les microcrédits (lancé par un bangladais : permet aux familles d’emprunter des petites sommes)
Poussent les entreprises à avoir un comportement de plus en plus éthique et responsable (éthique et
environnemental)=> risquent le boycott de leurs pays

CONCLUSION A FAIRE

Résumer courtement et répondre à la problématique

Transition vers un autre sujet (ouverture) : ouvrir sur une autre région, ici il faut changer d’échelle
(sur le chapitre suivant)

Quels sont les mécanismes et les acteurs de mondialisation ?

Pour conclure, les acteurs de la mondialisation sont les FTN, les acteurs publics tels que les états et
les institutions internationales, ainsi que des acteurs comme les ONG et les syndicats. Ce processus
est possible par l’intensification des flux matériels, conduisant donc à une explosion des flux
commerciaux grâce à la révolution des transports. Ces flux matériels entraînent l’apparition des flux
immatériels tels que les flux d’informations et les flux de capitaux. Cela est une des causes des flux
migratoires et du tourisme. Finalement, des débats surgissent avec l’apparition des courants
antimondialiste et altermondialiste, qui remettent en question les pratiques des FTN. On peut
toutefois se demander comment s’expriment les inégalités de la mondialisation sur les continents
américains.