Vous êtes sur la page 1sur 13

SOMMAIRE

La fiche technique :

Raison sociale Land transit

Création Mars 2012

108 rue zoubir bnou alaouam N ° 1 20000


Siège social Casablanca

Forme juridique SARL

Directeur Général Mr Mohamad Baraka

Activité transit et transport international

0522 40 05 10
05 22 40 05 04
Contact
landtransit2012@gmail.com
www.land-transit.com

Capital social 500 000 Dhs

Identifiant commun de 000063128000028


l’entreprise (ICE)

L’organigramme :

La direction générale

Mr Mohamed Baraka

Le directeur adjoint

Mr Rachid

Importation Département financier Exportation


Directeur export

Mme Nour
CHAPITRE 1 :

Procédures de dédouanement des marchandises au Maroc

Les procédures de dédouanement des marchandises au Maroc ont connus


grand nombre de réformes pour faire face à l’évolution des structures et des
techniques du commerce international.

La plus grande réforme mis en place par l’administration des douanes


était la décision de l’automatisation de l’ensemble des fonctions liées aux
opérations de dédouanement des marchandises, aussi bien à l’importation
qu’à l’exportation.

Ces procédures et les effets de l’informatisation généralisée des services


douaniers sur les opérations de dédouanement seront détaillées dans les
chapitres de la présente partie.

I. Les différents régimes de dédouanement à l’import et à


l’export  :
Chaque marchandise chargée ou déchargée doit obligatoirement être
déclarée à l’administration des douanes sous un régime douanier qui
déterminera l’entrée ou la sortie provisoire ou définitive de cette
marchandise au Maroc.

On distinguera dans ce chapitre entre les régimes douaniers à


l’importation et les régimes à l’exportation.

1. L’importation :

L’importation est l’entrée sur le territoire assujettie de marchandises en


provenance de l’étranger ou de zone franche.

Selon l’article 1er du code des douanes et des impô ts indirects, l’importation
a lieu :
 Pour la marchandise transportée par voie terrestre, dès le
franchissement de la frontière politique du royaume ;
 Pour la marchandise transportée par voies maritime, dès la mise à
terre des marchandises ;
 Pour les marchandises transportées par la voie aérienne, dès la
pénétration de l’aéronef transporteur dans l’espace aérien situé
Au-dessus du territoire assujetti.

a- Le régime général: la mise en consommation

C’est le régime douanier qui permet aux marchandises importes de


demeurer à titre définitif dans le territoire assujetti.

Ce régime implique l’acquittement des droits et taxes exigibles à


l’importation et l’accomplissement de toutes les formalités nécessaires :
déclaration en détail, accomplissement des opérations de dédouanement,
paiement des droits et taxes perçus à l’importation.

b. Régimes économiques :
Ces régimes permettent l'entrée sur le territoire assujetti, en suspension
des prohibitions, des restrictions d'entrée et des droits et taxes.

Adapté chacun à un objectif particulier, ils permettent soit le stockage,


soit la transformation, soit l'utilisation en l'état, soit la circulation desdites
marchandises.

La garantie de l’accomplissement des engagements souscrits par


l’utilisateur de ces régimes du paiement des droits et taxes est fournie par
une déclaration soumission acquit à caution.

Les régimes économiques en douane à l’importation sont :

o L’entrepô t de douane ou entrepô t de stockage


o L’admission temporaire pour perfectionnement actif
o L’admission temporaire
o Le transit
o Transformation sous douane
o L’exportation préalable.

2. L’exportation :

L’exportation est la sorti des marchandises du territoire assujetti. Elle a lieu :

 Pour les marchandises transportées par voie terrestre, dès le franchissement


des limites du territoire assujetti ;
 Pour les marchandises exportées par voie maritime, dès la remise des
marchandises à bord des navires ;
 Pour les marchandises exportées par voie aérienne, dès le passage de
l'aéronef à la verticale d'un point quelconque délimitant le territoire
assujetti.

a- Le régime général: exportation en simple sortie


L'exportation en simple sortie est réalisée à vu d'une déclaration
d'exportation. Outre le paiement des droits et taxes exigibles à l'exportation en
simple sortie, celle- ci est également subordonnée à l'accomplissement des
formalités prévues par les législatures et réglementation en vigueur.

b. Régimes économiques :

Il s’agit :

o De l’entrepô t de stockage à l’exportation


o Du transit entre bureau de départ et le bureau de passage à l’étranger
o De l’exportation temporaire pour perfectionnement passif
o De l’export temporaire

Ces régimes permettent, soit la transformation, soit l’utilisation en l’état à


l’étranger des marchandises exportées temporairement et leur retour sur le
territoire marocain.

c. Drawback :
C'est un régime de remboursement forfaitaire de certains droits et taxes
ayant frappé à l'importation les matières premières ou les semi-produits
utilisés pour la fabrication des marchandises exportées. 

le régime drawback est de moins en moins utilisé en raison de l'instabilité


des cours, des fluctuations monétaires et des avantages des autres régimes
suspensifs.

II. Les procédures de dédouanement des marchandises


Les procédures de dédouanement sont l'ensemble des procédures qui
doivent être observées, des actes qui doivent être accomplis dans un ordre
chronologique pour parvenir à la concrétisation d'une opération
d'importation ou d'exportation de marchandises.

L'opération de dédouanement est réalisée suivant l'ordre chronologique


suivant:

1- Dépô t de la déclaration en détail et examen sommaire de celle-ci par le service

La déclaration en détail doit être déposée dans un bureau de douane à


l'arrivée des marchandises sauf en cas de dépô t anticipé.

Elle doit être déposée dans un délai de 60 jours à compter de la date de


dépô t de la déclaration sommaire, pour le transport maritime et aérien.

2 -Prise en charge de la déclaration en détail (enregistrement pour les bureaux non


informatisés):

 Pour être recevable la déclaration en détail doit:

 Etre déposée dans les lieux et délais fixés


 Contenir les énonciations nécessaires 
 Etre accompagnée des documents exigés 
 Etre signée par le déclarant

Le contrô le porte sur la conformité de la déclaration en détail avec les


prescriptions légales et réglementaires. La déclaration est ensuite enregistrée par
procédé informatique (système informatique BADR (Base Automatisée des
Douanes en Réseau) .

3 – Examen documentaire de la déclaration et pièces annexes

 4 – La vérification de la marchandise (cotation)

La vérification de la déclaration en détail sous entend:


 Le contrô le documentaire
 La vérification matérielle, le cas échéant, de tout ou partie des
marchandises importées ou présentées à l'exportation

5 – La liquidation des droits et taxes

 6 – Ordonnancement desdits droits et taxes : Emission d'un titre de recette


concernant les droits et taxes liquidés en vue de leur recouvrement

7 – Paiement de ces droits et taxes contre quittance de paiement

8 – Enlèvement ou embarquement de la marchandise.


Chapitre 2 :

COMMERCE INTERNATIONAL POST


COVID-19 :
LE MAROC APPELÉ À CHANGER DE PARADIGME

La crise sanitaire covid-19 que témoigne le monde aujourd’hui a bouleversé


tout le système économique mondial et a dévoilé ses grandes vulnérabilités
tout en entrainant un ralentissement sans précédent de l’activité économique,
mettant ainsi la planète en mode de veille.

le Maroc est durement touché par l’impact macroéconomique et budgétaire lié


au Covid-19. Toutefois, les répercussions sociales et économiques subies ne sont
pas de la même ampleur et varient selon le secteur d’activité et la destination du
produit ou du service offert.

Au niveau du commerce extérieur: La crise sanitaire covid-19 a lourdement


frappé les secteurs clés de l’économie marocaine, en l’occurrence le commerce
international, qui a subi un impact économique indéniable.

Le Maroc se trouve donc dans l’obligation d’affronter cette crise qui se


caractérise par une baisse alarmante de la demande étrangère, des perturbations
des chaînes d'approvisionnement, des difficultés d’accès au financement par
les entreprises et l’arrêt de plusieurs secteurs exportateurs ou consommateurs
de biens importés. Ainsi, le tableau ci-dessous illustre le glissement enregistré
entre les exportations et les importations du Maroc (Comparaison entre le
1ertrimestre 2020 et le 1ertrimestre 2019):
Tableau 2: Résultats de la balance commerciale fin Mars 2020

Source: Office de Change, Indicateurs des échanges extérieurs Mars 2020, Page1

Selon les statistiques des échanges extérieurs publiés par l’office de change
concernant la période de fin de Mars 2020, les exportations ont chuté de 10,6%
soitde -8.112 MDH, pour s’établir à 68.217 MDH contre 76.329 MDH un an
auparavant. Ce recul trouve son explication dans la diminution des ventes dans
la majorité des secteurs.

De leurs cô tés, les importations ont connu une baisse de 5.1% ou -6318 MDH,
pour s’établir à 117349 MDH au premier trimestre 2020 contre 123667 MDH pour
l’année 2019.

Ce décalage entre les importations et les exportations a enregistré un déficit


commercial à la hausse de 3.8% soit1.8 milliards en passant à 49.1 MDH, et
d’un taux de couverture à la baisse de 3.6 points.

Tous ces éléments indiquent le même scénario: la situation des échanges


commerciaux va se dégrader de plus en plus avec le prolongement de la durée du
confinement, l’arrêt de plusieurs secteurs exportateurs et la fermeture des
frontières du territoire .Tous ces facteurs sont capables d’entraîner un choc
majeur à la fois sur les exportations qui ont connu des dégâ ts sur plusieurs
secteurs tels que l’automobile, l’industrie électrique et mécanique et le textile.
D’un autre cô té, les importations devront subir des achats à la hausse des
produits céréaliers à cause de la sécheresse que connaît notre pays.

Toutefois, cette hausse des importations peut être compensée par la chute du
prix du pétrole(à moins de 30 dollars le baril), qui va permettre au pays de
réduire sa facture énergétique à -4.8% soit de -884 MDH.

Cette épreuve met en cause plusieurs orientations économiques, et pousse


les dirigeants à mener une réflexion quant à l’idée d’investir davantage en
industrie au niveau local.

Aujourd’hui, le Maroc est exposé à un challenge sévère qui nécessite


promptement la mobilisation d’une stratégie de relance efficace, capable de
financier le redémarrage de l’économie nationale à travers le réajustement des
grands leviers économiques conventionnels .

Vous aimerez peut-être aussi