Vous êtes sur la page 1sur 3

Antonine

 Ribardière  
MCF  Université  Paris  1  –  Panthéon  Sorbonne  
UMR  Prodig  
antonine.ribardiere@univ-­‐paris1.fr  
 
Colloque  Geopoint  2016  
 
Proposition  de  position  de  débat  inscrite  dans  le  questionnement  numéro  2  :  «  Théories  de  l’espace,  
théories  du  social.  Quelle  contribution  des  théories  de  l’espace  à  l’explication  et  à  la  compréhension  
des  mondes  sociaux  dans  leur  ensemble  ?  »  
 
 
Géographes,  sociologues  :  à  qui  la  théorie  de  la  dimension  spatiale  des  phénomènes  sociaux  ?    
 
Cette  position  de  débat  débute  par  une  anecdote  :  en  2003,  alors  doctorante  en  géographie,  j’ai  eu  
l’occasion  de  présenter  les  cartes  que  j’établissais  sur  les  contextes  locaux  de  la  précarité  sociale  en  
Ile-­‐de-­‐France   au   sociologue   Serge   Paugam,   dans   le   cadre   de   son   séminaire   à   l’EHESS   que   je   suivais  
régulièrement.   Face   à   une   typologie   établie   à   l’échelon   communal,   il   me   demanda  :   «  quelle   est   la  
signification   sociale   de   ces   différents   types  ?  ».   Telle   qu’elle   était   formulée,   il   m’a   semblé   que   la  
question  ne  pouvait  recevoir  de  réponse  que  d’un  sociologue.    
Pour   le   géographe   qui   travaille   sur   les   questions   sociales,   la   tentation   est   grande   de   renvoyer   au  
sociologue   la   formalisation   du   sens   et   de   la   portée   des   observations   qu’il   peut   effectuer.   Au  
spécialiste  de  l’information  géographique  la  mesure  des  différentes  formes  de  division  socio-­‐spatiale,  
au   sociologue   la   conceptualisation   du   fait   social   des   effets   de   mise   à   distance   ou   de   proximité.   Les  
travaux  sur  la  formalisation  du  rôle  de  l’espace  dans  les  trajectoires  des  individus  et  des  groupes  sont  
d’ailleurs   particulièrement   convaincants   (Authier,   2012).   Ce   renoncement   du   géographe   prendrait  
sens   dans   l’impossibilité   de   démêler   le   spatial   du   social   d’une   part   et   dans   l’inscription   de   la  
géographie  dans  le  champ  des  sciences  sociales,  d’autre  part.  Dans  sa  traduction  la  plus  réductrice,  
ce   renoncement   revient   à   cantonner   le   rôle   de   la   géographie   à   l’établissement   de   constats,   dans   une  
traduction   plus   positive   il   conduit   à   transformer   l’ouverture   disciplinaire   en   une   fusion   de   la  
géographie   dans   un   champ   plus   vaste   –   celui   des   sciences   sociales1.   Mais   peut-­‐être   que   ce  
renoncement   ne   doit   pas   être   enregistré   trop   rapidement   –   non   pas   pour   défendre   une   spécificité  
disciplinaire,  mais  plutôt  parce  que  la  géographie  aurait  une  contribution  spécifique  à  apporter  à  la  
compréhension  des  phénomènes  sociaux.    
 
Rappelons   que   la   géographie   a   ses   objets   d’études   propres,   qui   perdraient   certainement   à   n’être  
abordés  que  du  point  de  vue  de  leurs  strictes  interactions  avec  le  social.  Qualifier  les  lieux,  identifier  
leurs  trajectoires,  leurs  dynamiques  et  rythmes  de  transformation,  leurs  ressources  envisagées  dans  
leurs   interactions   à   différentes   échelles,   contribuent   nécessairement   à   comprendre   les   trajectoires  
des  individus  et  des  groupes  –  mais  pas  uniquement.  Ces  trajectoires  existent  en  elles-­‐mêmes.  C’est  
aux   géographes   que   revient   le   soin   de   les   qualifier,   en   intégrant   leurs   différentes   composantes  
(sociales,   économiques,   politiques),     le   rôle   des   lieux   dans   les   pratiques   spatiales   des   individus   et   des  
groupes   (espace   de   résidence,   de   travail,   de   rencontre),   la   position   relative   des   lieux   les   uns   par  
rapport  aux  autres.    
Dans  le  champ  de  la  géographie  urbaine,  il  s’agirait  en  somme  de  ne  pas  nouer  le  dialogue  avec  les  
sociologues   trop   tôt,   en   tous   cas   de   ne   pas   se   reposer   trop   tôt   sur   les   concepts   et   notions   forgés   par  
eux  pour  justifier  l’intérêt  de  l’étude  de  la  dimension  spatiale  des  phénomènes  sociaux.    
 

                                                                                                                       
1
 Cette  interrogation  sur  le  positionnement  de  la  géographie  n’est  pas  nouvelle,  elle  est  par  exemple  formulée  
dans  un  tout  autre  contexte  par  Alain  Reynaud  :  «  Science  ouverte  ou  science  fermée  »  (Reynaud  et  al.,  1977).  
De  manière  à  ouvrir  la  discussion  sur  un  cas  concret,  prenons  l’exemple  d’une  facette  du  processus  
de  polarisation  socio-­‐spatiale  observé  dans  la  métropole  parisienne  (sans  que  le  phénomène  lui  soit  
spécifique)  :  la  concentration  des  plus  pauvres  dans  des  territoires  déjà  marqués  par  la  pauvreté2.  Si  
les  outils  de  mesure  existent,  toutefois,  les  hypothèses  relatives  à  la  signification  des  mesures  restent  
largement   ouvertes   (Guermont,   Lajoie,   1999).   Dans   le   cas   qui   nous   occupe,   la   lecture   des   formes  
spatiales  échappe  difficilement  à  la  notion  de  mixité,  dont  la  sémantique  même  mêle  implicitement  
description  et  interprétation.  
 
Le   plus   souvent   jointe   à   la   notion   de   ségrégation,   la   notion   de   mixité   a   été,   historiquement,   très  
investie   par   la   sociologie   urbaine   et   reste   encore   aujourd’hui   au   cœur   des   travaux   de   la   sous-­‐
discipline  (Authier  et  al.,  2014).  Sans  prétendre  résumer  en  quelques  mots  la  portée  théorique  de  ces  
travaux,  on  peut  toute  de  même  en  rappeler  les  lignes  principales.    
Appréhendé  à  un  échelon  local,  le  couple  notionnel  est  travaillé  dans  deux  directions  principales  et  
complémentaires.   La   première   vise   l’analyse   des   effets   de   contextes   sur   les   pratiques   urbaines   et   les  
trajectoires   des   individus.   Les   ressources   locales   des   quartiers   populaires   et   la   force   des   formes  
locales   de   sociabilité   sont   mises   en   évidence,     en   référence   (voire   en   opposition)   aux   travaux  
américains  sur  les  «  effets  de  quartiers  »  (Marpsat,  1999  ;  Bacqué  et  Fol,  2007)  et  dans  la  lignée  de  la  
célèbre   démonstration   de   Jean-­‐Claude   Chamboredon   et   Madeleine   Lemaire,   qui   remet   en   cause  
l’idée   du   bénéfice   qu’auraient   les   différentes   catégories   sociales   à   se   côtoyer   (Chamboredon   et  
Lemaire,  1970).  La  deuxième  vise  à  la  déconstruction  et  à  la  resémentisation  de  la  notion  de  mixité,  
devenue   un   mot   d’ordre   de   l’action   publique   (Genestier,   2010).   Enfin,   les   lectures   du   processus   de  
polarisation   socio-­‐spatiale   à   différents   échelons   ont   pu   participer   d’un   mouvement   plus   vaste   de  
spatialisation   des   inégalités   sociales,   enregistré   également   dans   les   politiques   publiques  
territorialisées  («  zones  urbaines  sensibles  »  de  la  politique  de  la  ville  en  particulier3),  dénoncé  dans  
la  mesure  où  il  a  pour  effet  de  masquer  les  inégalités  sociales  à  l’origine  des  formes  spatiales  (Tissot  
et  Poupeau  2005).  
Ainsi,  on  perçoit  combien  ces  débats,  même  brossés  à  grands  traits,  demeurent  riches,  et  importants  
pour   la   mise   en   œuvre   de   l’action   publique.   Toutefois,   ils   restituent   assez   mal   l’interprétation   que  
l’on  peut  donner  de  la  concentration  de  pauvreté  observée  à  différents  niveaux.  La  charge  normative  
de  la  notion  de  mixité  et  la  mise  en  évidence  de  ressources  locales  propres  aux  quartiers  populaires  
n’invalident   pas   le   problème   social   posé   par   les   différentes   formes   de   concentration   spatiale   de  
pauvreté.    
 
Les   jeux   d’échelle   chers   aux   géographes   ne   renvoient   pas   uniquement   à   des   questions  
méthodologiques  (Grasland,  Madelin,  2006),  mais  également  à  des  niveaux  d’organisation  de  la  vie  
sociale.   Le   passage   du   niveau   individuel   au   niveau   agrégé   ne   constitue   pas   uniquement   une  
transformation   de   l’information  quasi   indispensable   à   la   mise   en   carte,   il   vise   également   à   approcher  
des   objets   d’étude   que   l’on   ne   peut   réduire   à   la   simple   agrégation   des   profils   individuels.   Or,   si   le  
«  quartier   populaire  »   peut   être   vecteur   de   ressources   à   l’échelon   des   individus   ou   des   ménages,   il  
n’en   reste   pas   moins   que   la   concentration   de   la   pauvreté   pose   problème   à   d’autres   échelons,   qui  
correspondent   chacun   à   des   niveaux   de   solidarité.   Elle   n’est   pas   viable   (i)   à   l’échelon   d’une  
copropriété,  (ii)  à  l’échelon  d’une  commune  –  ne  serait-­‐ce  que  sous  l’aspect  fiscal  –     (iii)  à  l’échelon  
intercommunal   –   quelle   politique   d’équilibrage   de   la   répartition   du   logement   social   peut-­‐on  
construire  à  l’échelon  du  territoire  de  Plaine  Commune,  par  exemple  ?  

                                                                                                                       
2
 Le  processus  de  concentration  des  plus  pauvres  continue  d’être  une  dynamique  contemporaine  d’évolution  
des   espaces   populaires   franciliens.   Ce   n’est   toutefois   pas   la   seule   dynamique  :   on   observe   également   un  
processus   de   «  moyennisation  »   qui   se   traduit   par   un   renforcement   du   poids   des   catégories   moyennes  
inférieures,  lisible  au  moins  à  l’échelon  communal  (Ribardière,  2016).  
3
  La   spatialisation   de   la   pauvreté   et   sa   réduction   aux   territoires   de   la   politique   de   la   ville   masquent   non  
seulement  les  formes  plus  diffuses  de  pauvreté  urbaine  mais  aussi  les  formes  de  ségrégation  complémentaires,  
plus  accusées  lorsqu’il  s’agit  des  catégories  aisées.  
Le  couple  ségrégation  /  mixité,  tel  qu’il  est  habituellement  entendu  et  débattu,  ne  restitue  pas  ces  
dimensions,  pourtant  simples,  des  inégalités  socio-­‐spatiales.  L’interprétation  des  formes  spatiales  de  
la  division  sociale,  de  leurs  emboitements  d’échelle,  de  leurs  dynamiques  de  recomposition,  ne  peut  
être   effectuée   du   seul   point   de   vue   des   ménages   ou   des   individus.   Elle   doit   également   intégrer   les  
différents   niveaux   d’organisation   auxquels   renvoie   chaque   échelon.   Cette   démarche   est   complexe,    
elle   requiert   des   méthodes   d’analyse   spécifiques   mais   implique   également   d’incorporer   à   la  
terminologie   utilisée   pour   décrire   et   interpréter   les   résultats,   les   dimensions   mis   au   jour   par   les  
mesures  et  observations  de  terrain.  
 
Saisir   ensembles   les   dimensions   spatiales   des   inégalités   sociales   et   celles   qui   visent   plus  
spécifiquement   la   vie   sociale   des   individus   et   des   groupes   nécessite   incontestablement   de   croiser  
approches   géographiques   et   sociologiques   –   il   me   semble   que   les   travaux   de   Jean-­‐Christophe  
François  et  Franck  Poupeau  sur  l’espace  scolaire  ont  particulièrement  bien  relevé  le  défi  (Poupeau,  
François,   2008).   Ce   croisement   disciplinaire   –   ni   réunion   au   plus   petit   dénominateur   commun,   ni  
fusion  au  prix  d’un  appauvrissement  des  concepts  –  invite  les  géographes  à  poursuivre  leurs  efforts  
théoriques,  indispensables  pour  contribuer  à  la  compréhension  des  mondes  sociaux.    
 
Références  citées  :    
Authier,  J.-­‐Y.  (2012).  Espace  et  socialisation:  regards  sociologiques  sur  les  dimensions  spatiales  de  la  
vie  sociale.  Saarbrücken,  Allemagne:  Editions  universitaires  européennes,  206  p.  
Authier,   J.-­‐Y.,   Bourdin   A.,   Lefeuvre,   M.-­‐P.   (dir.).   (2014).   La   jeune   sociologie   urbaine   francophone.  
Retour  sur  la  tradition  et  exploration  de  nouveaux  champs,  Lyon,  Presses  universitaires  de  Lyon,  coll.  
«  Sociologie  urbaine  »,  244  p.  
Bacqué,   M.-­‐H.   et   Fol,   S.   (2007).   «Effets   de   quartier :   enjeux   scientifiques   et   politiques   de  
l’importation   d’une   controverse».   In   Authier   J.Y.,   Bacqué   M.H.,   Guérin-­‐Pace   F.,   Le   quartier.   Enjeux  
scientifiques,  actions  politiques  et  pratiques  sociales,  Paris  :  La  Découverte,  p.  181‑193.  
Chamboredon,   J.-­‐C.   et   Lemaire,   M.   (1970).   «  Proximité   spatiale   et   distance   sociale.   Les   grands  
ensembles  et  leur  peuplement  ».  Revue  Française  de  Sociologie,  11(1),  p.  3-­‐33.  
Genestier,   P.   (2010).     «  La   mixité :   mot   d’ordre,   vœu   pieux   ou   simple   argument ?  ».   Espaces   et  
sociétés,  n°  140-­‐141(1),  21‑35.  
Grasland,   C.   and   Madelin   M.   (eds).   (2006).   Modifiable   Area   Unit   Problem:   Final   Report   of   ESPON  
Project  3.4.3.,  254  p.  
Guermont,  Y.  et  Lajoie,  G.  (1999).  «  De  la  mesure  en  géographie  sociale  ».  L’Espace  géographique  (1),  
p.  84-­‐90.  
Marpsat,   M.   (1999).   «La   modélisation   des   «  effets   de   quartier  »   aux   Etats-­‐Unis:   Une   revue   des  
travaux  récents».  Population,  54(2),  p.  303-­‐330.  
Paugam,   S.   (2005).   Les   formes   élémentaires   de   la   pauvreté.   Paris,   Presses   universitaires   de   France,  
276  p.  
Poupeau,  F.  et  François,  J.-­‐C.  (2008).  Le  sens  du  placement:  ségrégation  résidentielle  et  ségrégation  
scolaire.  Paris,  Raisons  d’agir,  228  p.  
Reynaud,  A.,  Berry,  B.,  Harvey,  D.  (1977).  «  Géographies  urbaines  et  théories  politiques  ».  Travaux  de  
l’Institut  de  Géographie  de  Reims,  (29-­‐30),  p.  105-­‐126.  
Ribardière,   A.   (2016).   «  Richesse   et   pauvreté   dans   les   communes   populaires   franciliennes  :   les  
politiques   de   logement   changent-­‐elles   la   donne  ?  ».   L’Espace   géographique   –   à   paraitre   dans   le  
premier  numéro  2016.  
Tissot,   S.   et   Poupeau,   F.   (2005).   «  La   spatialisation   des   problèmes   sociaux  ».   Actes   de   la   recherche   en  
sciences  sociales,    159(4),  p.4‑9.  

Vous aimerez peut-être aussi