Vous êtes sur la page 1sur 10

BS 1 SE LES ALIMENTATIONS À DÉCOUPAGE

1. intérêt et applications de la conversion continu - continu

- À partir d'une alimentation continue fixe, on souhaite --- i


alimenter une charge sous courant continu variable U ---
réglable

- Les hacheurs permettent de faire varier la vitesse d'un moteur à courant continu.
- Les alimentations à découpage fonctionnent sur le même principe.

1.1.Comparaison des deux systèmes d’alimentations continues

alimentations de type série :


transistor
ballast

source utilisation

transformateur redresseur filtre


référence

alimentations à découpage :
interrupteur
statique transformateur

source utilisation

redresseur filtre isolement


référence
galvanique

Comparatif des performances

alimentations à découpage alimentations de type série


rendement 65 à 90 % 35 à 55 %
- faibles pertes, principalement - pertes élevées dues au transistor ballast,
pendant les commutations nécessitant un dissipateur thermique
puissance massique 30 à 200 W / kg 10 à 30 W / kg
- transformateur HF fonctionnant à - transformateur en tête,
fréquence élevée > 20 kHz fonctionnant à 50 Hz, lourd et volumineux
donc de petite dimension
- filtre de sortie HF - filtre LC à 100 Hz lourd et volumineux
puissance volumique 50 à 300 W / kg 20 à 50 W / kg
ondulation résiduelle 1% 0,1%
temps de réponse excellent

Lycée Louis Armand - MULHOUSE BS 1 SE


Physique Appliquée - HASSENBOEHLER page 1
BS 1 SE LES ALIMENTATIONS À DÉCOUPAGE

2. Éléments des montages :


une source continue U,
(batterie, pile, tension secteur redressée et filtrée, …)

un interrupteur électronique H ( H comme hacheur ) H


H
H est soit un transistor, ⇔
soit bipolaire, soit CMOS, soit IGBT,
plus rarement un thyristor ; commande ⇔
H est commandé par un circuit leur imposant
un régime de commutation à une fréquence élevée
appelée la fréquence de hachage > 20 kHz. commande

un circuit de commande de l’interrupteur H


à rapport cyclique variable et à fréquence constante,
le signal de commande est appelé MLI, à modulation de largeur d’impulsion,
en anglais PWM, pulse width modulation

une bobine de lissage L,

un condensateur de filtrage C

une diode de roue libre DRL

2.1.le circuit électronique de commande : produit une tension ec


ec t1
Ec le rapport cyclique α = T
t1 est la durée de conduction de
0 l'interrupteur H et T est la période de hachage;
t1=αT T t 1
f = T est appelé la fréquence de hachage.

Le rapport cyclique est variable et la fréquence est constante.


ec est un signal appelé MLI, à modulation de largeur d’impulsion
(en anglais PWM, pulse width modulation).

2.2.l’interrupteur électronique : il est toujours unidirectionnel

ses symboles le transistor bipolaire le thyristor


et les transistors
H iC iE ia cathode - à effet de champ
ou H FET
iB anode - CMOS
vBE
RB i - IGBT
gâchette G
eC

Lycée Louis Armand - MULHOUSE BS 1 SE


Physique Appliquée - HASSENBOEHLER page 2
BS 1 SE LES ALIMENTATIONS À DÉCOUPAGE

3. Le hacheur série ou dévolteur


3.1.le schéma fonctionnel
U: alimentation continue fixe
H L H: interrupteur électronique
ia i C.C. : circuit électronique de commande
DRL : diode de roue libre
U uL R L: inductance de lissage
C.C.
R: résistance de la charge,
id v E l'induit d’un moteur à courant continu
E: force électromotrice E = k Φ Ω
ou E = K Ω (E en volts, Ω en rad/s)
v: tension hachée

3.2.fonctionnement : schémas équivalents


de 0 à αT de αT à T
L L
ia H i i

uL R uL R
U v v
E id E

di di
loi de la maille : U = E + Ri + L dt (1) loi de la maille : 0 = E + Ri + L dt (2)

3.3.valeur moyenne <v> de la tension v


<v> est le quotient de l'aire sous la courbe
v
U par la période T :
αT x T
<v> = T  <v> = α U (3)
0
t1=αT T t donc comme 0 ≤ α ≤ 1, <v> varie de 0 à U

3.4. courant moyen <i> dans la charge { E, R, L }


di
v = E + Ri + uL = E + Ri + L dt
ia H L
di i
 <v> = <E> + <Ri> + <L dt >
di U uL R
 <v> = E + R<i> + L< dt > C.C.
di id v E
comme < dt > = 0 car i est périodique,
et <v> = α U,

il vient αU = E + R<i>

αU - E
 <i> = (4)
R

Lycée Louis Armand - MULHOUSE BS 1 SE


Physique Appliquée - HASSENBOEHLER page 3
BS 1 SE LES ALIMENTATIONS À DÉCOUPAGE
v et i
3.5.Le courant i ( t ) U
I2
3.5.1. Pour 0 < t < αT I1
0
l'équation différentielle de i(t) est la loi de la maille : αT T t(ms)
di ia
U = E + Ri + L dt (1)
I2
αU - E I1
i est lissé donc Ri ≈ R<i> = R R = αU - E,
0
di di U - αU αT T t(ms)
(1) devient U = E + αU - E + L dt puis dt = L id
la condition initiale i(0) = I1, donne finalement : I2
I1
U(1 - α) 0
i(t) ≈ t + I1 (5).
L αT T t(ms)
C’est une droite croissante de I1 à I2. uL= U – E - Ri

3.5.2. Pour αT < t < T


0

l'équation différentielle de i(t) s'écrit t(ms)


di
0 = E + Ri + L dt (2)
comme Ri ≈ αU - E,
di di - αU
(2) devient 0 = - αU + L dt puis dt = L
αU
la condition initiale i(αT) = I2, donne finalement : i(t) ≈ - (t - αT) + I2 (6) .
L
C’est une droite décroissante de I2 à I1.

3.6.L’ondulation crête à crête du courant ∆i = I2 - I1

À l’aide de l’expression de i(t), déterminée pour 0 < t < αT, on trouve l’expression littérale de ∆i
en fonction de U, α , L et f en écrivant que i(αT) = I2 :

U(1 - α) U(1 - α) U α( 1 - α )
i(t) = I1 + L t  i(αT) = I 1 + L αT = I2  I2 – I1 = ∆i = (7).
Lf

On en déduit les valeurs de I1 et de I2 :


i(t) étant triangulaire, <i> est au milieu de l'intervalle {I1 I2}
∆i ∆i
 I1 = <i> - et I2 = <i> + (8) .
2 2
1
L’ondulation crête à crête ∆i est maximale pour α = 2 .
Pour cette valeur, la formule (7) permet le calcul de l'inductance de lissage L ou de la fréquence
de hachage f après avoir choisi une valeur de ∆i :
U α( 1 - α ) U α( 1 - α ) 0,25 . U
∆i = Lf  L = =
∆i . f ∆i . f

Lycée Louis Armand - MULHOUSE BS 1 SE


Physique Appliquée - HASSENBOEHLER page 4
BS 1 SE LES ALIMENTATIONS À DÉCOUPAGE

4. Les alimentations à découpage

4.1.Les alimentations à source non isolée

4.1.1. Le montage abaisseur de tension ou STEP DOWN


Il est identique au hacheur série, la charge ERL
H iL L Is
est remplacée par un circuit parallèle CR.
On a toujours vs = α U
U v(t) vL(t) R vs
Les circuits de commande intégrés
(LM 3524 par exemple) sont des montages C
réalisant le signal à rapport cyclique variable et Vréf
permettent d'asservir vs à une tension de α
référence Vréf.
La valeur de vs est comparée à la référence Vréf :
si vs < Vréf, le circuit augmente α pour rétablir vs = Vréf,
si vs > Vréf, le circuit diminue α pour rétablir vs = Vréf.

4.1.2. Le montage parallèle ou survolteur ou STEP UP

La diode est supposée parfaite, iL L iD is


la cellule de filtrage LC permet d'obtenir une
tension de sortie vs que l'on supposera constante vL(t)
U v(t) vs
et l'interrupteur électronique H est commandé H C
périodiquement :

de 0 à αT, H est fermé et de αT à T, H est ouvert.

Allure de v(t) et états de la diode lors des différentes phases :


H fermé U = vL(t), la bobine
v(t)
vs emmagasine de l’énergie,
H fermé H ouvert H fermé H ouvert iL(t) augmente et
D bloquée D passante D bloquée D passante t vs reste constant grâce à C.
0 t1= αT T 2T
H ouvert, iL(t) se prolonge grâce à l’énergie emmagasinée dans L et force D à conduire.

La phase d’alimentation et la phase de roue libre.


de 0 à αT de αT à T

iL L iD is iL L iD is

U vL(t) vs U vL(t) vs
H v(t) v(t)
C C

Lycée Louis Armand - MULHOUSE BS 1 SE


Physique Appliquée - HASSENBOEHLER page 5
BS 1 SE LES ALIMENTATIONS À DÉCOUPAGE

vs en fonction de U et α.
Dans la maille d’entrée
30 5
vs =
U = vL(t) + v(t)  <U> = <vL(t)> + <v(t)> 25 1-α
comme le régime est périodique, 20

la valeur moyenne de vL(t) est nulle  U = <v(t)>. 15


D’autre part, d’après la courbe de v(t),
10
(T - αT).vs
<v(t)> = T = (1 - αT).vs. 5 α
0
1
Donc U = (1 - αT).vs et finalement vs = U . 0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
1-α
C’est bien un montage élévateur de tension !
v et iL
Les courants iL(t) et iD(t) vs
IMAX
Pour 0 ≤ t ≤ αT, l’équation différentielle Imin
di di U 0
régissant iL(t) est U = L dt  dt = L αT T t(ms)
Sachant qu'à l'instant t = 0, iL(0) = lmin , iL
la résolution de cette équation donne IMAX
U Imin
iL(t) = t+ Imin.
L 0
C’est une droite croissante, sa pente étant αT T t(ms)
positive. iD
IMAX
Pour αT ≤ t < T, l’équation différentielle Imin
di di U - vs 0
régissant iL(t) est U = L dt + vs  dt = L . αT T t(ms)
Sachant qu’à l'instant t = αT, iL(αT) = lMAX,
U - vs
on établit iL(t) = (t - αT)+ IMAX.
L
C’est une droite décroissante car sa pente est négative : U < vs.

La variation de courant : ∆iL = IMAX - Imin en fonction de U, α, L et T


U
∆iL se calcule en utilisant la relation trouvée précédemment iL(t) = L t+ Imin.
U U
À t = αT, iL(αT) = lMAX donc lMAX = L αT+ Imin. Il vient ∆iL = IMAX - Imin = αT
L
Le condensateur réservoir C
vs dvs
On fait l'hypothèse que le courant de sortie is est constant. is = R = - C dt .
L'ondulation ∆vs = VsMAX - Vsmin de la tension de sortie avait été négligée jusqu’à présent.
1 vs ∆vs
Écrivons que dt=∆t=T= f , d’où is = R = - C f ∆vs. Si, en plus on admet une ondulation v de
s
25
4 %, la valeur de la capacité C peut être évaluée à partir de la formule C = .
Rf

Lycée Louis Armand - MULHOUSE BS 1 SE


Physique Appliquée - HASSENBOEHLER page 6
BS 1 SE LES ALIMENTATIONS À DÉCOUPAGE

4.1.3. Le hacheur inverseur ou INVERTER

Comme pour les autres montages, uD(t)


la diode est supposée parfaite, ia iD is
la cellule de filtrage LC permet d'obtenir une K
tension de sortie vs que l'on supposera donc iC
L
constante et l'interrupteur électronique H est U uL(t) R vs
commandé périodiquement : iL C
de 0 à αT, H est fermé et
de αT à T, H est ouvert.
uL et iL
U De 0 à αT, H est fermé et l’inductance L
IMAX emmagasine de l’énergie sous forme
Imin
0 magnétique.
0 αT T t(ms) uL(t) = U et uD(t) = vs – uL = vs - U < 0, car vs
vs est négative comme on le vérifiera plus loin.
uD
αT T t(ms)
0
De αT à T, H est ouvert et iL(t) se prolonge pour
charger C et force la diode à conduire.
Alors uL(t) = vs et uD(t) = 0.
vs - U

Valeur de la tension vs :
vs = uL(t) + uD(t)  <vs> = <uL(t)> + <uD(t)>
 vs = <uL(t)> + <uD(t)>
0 0,5 1
comme le régime est périodique, la valeur moyenne de
0 α
vL(t) est nulle  vs = <uD(t)>.
αT(vs - U) -5
D’après la courbe uD(t), <uD(t)> = T = α(vs - U),
 vs = α(vs - U) = αvs - αU  vs - αvs = - αU -10

α
 vs(1 - α) = - αU  vs = - .U -15
α
1-α vs = - .5
1-α
-20

Le montage est bien un montage inverseur de tension -25


mais il élève aussi la tension si α > 0,5.

Remarquons que pour α = 0,5, vs = - U.


On dispose alors de deux alimentations U et – U ayant une masse commune :
le montage réalise une alimentation symétrique +U, -U à partir d’une alimentation simple +U.

Lycée Louis Armand - MULHOUSE BS 1 SE


Physique Appliquée - HASSENBOEHLER page 7
BS 1 SE LES ALIMENTATIONS À DÉCOUPAGE

4.2.Les alimentations à source isolée

4.2.1. Le montage FLY – BACK i1 i2 D i

L'énergie est emmagasinée par le primaire de C R


N1 spires dans le circuit magnétique du u1 u2 Vs
E
transformateur pendant la première phase;
puis elle est restituée par le secondaire de N2 u
spires pendant la deuxième phase.
u
Inconvénient : ce principe de fonctionnement, αT T t
qui suppose que l'énergie est stockée transitoirement dans le circuit magnétique entre chaque
phase de fonctionnement, limite la puissance de ces alimentations à une ou deux
centaines de watts.

Le circuit magnétique du transformateur est i1


traversé par un flux ϕ.

4.2.2. étude en cas de 0


démagnétisation complète αT βT T t
i2
la phase de stockage de 0 à αT
di1 E
u1 = L1 dt = E donc i1(t) = L t (☼)
1 0
L1 αT βT T t
E Φ
et le flux vaut ϕ(t) = N i1 = N t;
1 1
dϕ N2
alors u2 = - N2 dt = - N E;
1 0
u2 < 0 donc la diode D est bloquée αT βT T t
u1
la phase de transfert de αT à βT ( αT < βT < T ) E
dϕ di2
i1 = 0 et u2 = - N2 dt = Vs = - L2 dt 0
αT βT T t
Vs N1
d’où i2 = - L t + constante; - N Vs
2 2
i2 décroît jusqu'à βT. u2
Vs
Calcul de Vs pour un système sans pertes :
l'énergie emmagasinée de 0 à αT vaut 0
1 2 1 E αT βT T t
We = 2 L1 I1max = 2 L1 (L αT)2 d’après (☼), N2
1 -N E
l'énergie dissipée dans R sur une période est 1
V s2 uCE
Ws = R T d’où, comme We = W s , il vient

RT
Vs = α E 0
2 L1 αT βT T t

Lycée Louis Armand - MULHOUSE BS 1 SE


Physique Appliquée - HASSENBOEHLER page 8
BS 1 SE LES ALIMENTATIONS À DÉCOUPAGE

4.2.3. étude en cas de démagnétisation incomplète ,

Si la démagnétisation n’est pas complète i1 i2 D i


le flux ϕ ne s’annule plus, de plus, comme il est
dϕ C R
périodique, la valeur moyenne de dt est nulle. u1 u2 Vs
E
Calcul de Vs : u
de 0 à αT, la phase de stockage,
N2 u
u1 = E et u2 = - N E αT T t
1
et de αT à T, la phase de transfert,
N1 i1
u1 = - N Vs car u2 = Vs .
2

La valeur moyenne <u1> de u1 = N1 dt est 0
αT T t
nulle car ϕ est périodique. i2
N1
Donc <u1> = E αT - N Vs (T - αT) = 0
2
N1 0
 E αT = N Vs (T - αT) αT T t
2 Φ
en simplifiant par T
N1
 E α = N Vs (1 - α)
2 0
αT T t
u1
N2 α
et finalement Vs = . .E E
N1 1 - α
0
ci-dessous : Vs en fonction de α αT T t
N1
avec N2 = N1 et E = 5 V - N Vs
2
20 u2
18 Vs
16
14
0
αT T t
12 N2
10
-N E
1
8
6
question :
4 quel est l’intérêt de réaliser une alimentation
2 flyback avec α = 0,5 ?
… l’isolation galvanique
0
et … une élévation de tension si N2 > N1 ou
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
un abaisseur de tension si N2 < N1

Lycée Louis Armand - MULHOUSE BS 1 SE


Physique Appliquée - HASSENBOEHLER page 9
BS 1 SE LES ALIMENTATIONS À DÉCOUPAGE

4.3.Le montage FORWARD D2


Contrairement au montage i i2 i is
L iL
flyback, le primaire et le N D3
U R
C
secondaire sont simultanément u1 u2 u3 u4 vs
N1 N3
conducteurs.
H D vD
Un troisième enroulement est 1
nécessaire pour assurer la
N2
démagnétisation du circuit magnétique. Vs = . α .E comme le montage série !
N1

Avantage : Utilisé pour réaliser des alimentations de 100 à 1000 watts.

De 0 à αT, lorsque H est fermé


D2
c’est la phase de transfert et
i i2 i is
de stockage (phase L iL
N D3
U C R
d’alimentation) u4
u1 u2 u3 vs
et N1 N3
de αT à T, lorsque H est ouvert H D
1 vD
c’est la phase de roue libre et
de démagnétisation

4.4.Le montage PUSH – PULL


H1 et H2 sont commandés de façon D L
1 C R vs
alternée ou décalée.
On a en cascade un onduleur en U D2

créneaux, un redresseur et un filtre LC.


H1 H2
N2
Vs = 2 . α .E
N1

Avantage : réalise des alimentations de


plus de 1000 watts. D L
1 C R vs
fonctionnement
H1 fermé :
U D2
H2 fermé :
H1 H2

Lycée Louis Armand - MULHOUSE BS 1 SE


Physique Appliquée - HASSENBOEHLER page 10